Navigation – Plan du site

Traduttore, traditore : Peut-on violer le texte source, à condition de lui faire de beaux enfants ?

Editorial
Pierre Kaser et Wen He

Texte intégral

1Cette journée d’étude a porté principalement sur la place de la créativité dans la traduction des littératures d’Asie, anciennes et contemporaines. Ces littératures mettent, en effet, le traducteur face à des défis linguistiques et culturels particuliers : jeux de mots, métaphores lexicalisées, expressions idiomatiques, etc., ainsi que des procédés rhétoriques et stylistiques spécifiques, et le confrontent à ce que l’on désigne souvent sous l’appellation d’intraduisible. Les textes originaux, qu’ils proviennent de Chine, du Japon, de Corée, du Vietnam, de Thaïlande ou encore d’Inde, supposent, en outre, des connaissances culturelles dont les lecteurs de la traduction ne disposent généralement pas et les notes ne peuvent fournir que l’essentiel du bagage encyclopédique : la créativité peut être la meilleure manière de préserver leur dynamique d’origine dans une nouvelle inscription culturelle. Nous avons ainsi cherché à prendre la mesure des marges de créativité que le traducteur peut exploiter et explorer lorsqu’il est confronté à ces multiples défis.

  • 1 Voir, entre autres : Ann Beylard-Ozeroff, Jana Králová, Barbara Moser-Mercer (ed.), Translators’ St (...)

2Parallèlement, nous nous sommes demandé comment le traducteur pouvait, ou devait, négocier le potentiel de créativité inhérent au texte, au regard des normes littéraires et critiques de son époque, potentiel qui dépend autant de l’époque d’écriture du texte source que de celle de sa traduction. L’aspect créatif du travail du traducteur étant de plus en plus reconnu et valorisé dans le milieu de la traductologie1, il nous revient donc de l’envisager dans le contexte de la traduction des littératures d’Asie.

  • 2 « Le Yulinhun 玉梨魂 de Xu Zhenya 徐枕亞 (1889-1937) » : https://journals.openedition.org/ideo/869
  • 3 « “L’amour moderne” dans Aesa. Une traduction coréenne des Misérables d’Hugo » : https://journals.o (...)
  • 4 « La traduction de la cyberlittérature du chinois au français. Un nouveau défi » : https://journals (...)
  • 5 « Traduire pour ne pas traduire ? : Difficultés de la traduction littéraire dans le contexte indien (...)

3Le présent numéro s’articule donc autour de quatre thématiques. La première pose la question des enjeux de la traduction et des prises de liberté que peuvent se permettre les traducteurs. Joachim Boittout2 évoque notamment les difficultés apportées par l’intertexte existant entre l’œuvre de l’auteur chinois Xu Zhenya, le chinois classique et l’œuvre d’Alexandre Dumas fils. Il met également en avant l’importance de la traduction pour rendre le Zeitgeist de cette période si particulière, ainsi que les ambitions de l’auteur lui-même. Lee Hyonhee3, quant à elle, nous présente l’apparition du concept « d’amour moderne » en Corée via la diffusion du genre romanesque et la traduction d’œuvres occidentales telles que Les Misérables de Victor Hugo. Li Yimei4 présente les nouveaux défis de traduction qu’apporte la cyberlittérature chinoise, qui mélange aussi bien le chinois classique, le contemporain et les expressions tirées du langage internet. Hemlata Giri-Loussier5, enfin, explore les difficultés de la traduction des écrits littéraires indiens, marqués par la religion polythéiste et le multilinguisme de ce pays.

  • 6 « Difficultés et créativité dans la traduction des xiehouyu. Le cas de La Dure Loi du karma » : htt (...)
  • 7 « Cauchemars en cuisine. Peut-on traduire les noms de plats de Nulle Référence ? » : https://journa (...)

4La deuxième thématique s’intéresse à la traduction plus qu’épineuse des jeux de mots et expressions idiomatiques qui apparaissent très souvent dans la littérature asiatique. Hou Yinghua6, tout d’abord, évoque la difficulté apportée par un idiotisme chinois assez atypique : le xiehouyu. He Wen7, ensuite, nous expose le défi traductologique que représentent les noms de plats cités dans l’ouvrage intitulé Nulle Référence, qui sont en réalité des expressions dialectales détournées.

  • 8 « Comparaison entre deux approches pour la traduction d’un roman de l’écrivain Alai. Gesa’er Wang(...)
  • 9 « Entre action et contemplation. De la traduction de la poésie du sociologue chinois Fei Xiaotong » (...)
  • 10 « Faut-il retraduire les Entretiens de Confucius ? » : https://journals.openedition.org/ideo/833

5La troisième thématique s’intéresse à l’importance de la forme pour retranscrire du mieux possible le fond d’un texte. Xiao Wei et Lise Pouchelon8, tout d’abord, font une comparaison entre la traduction anglaise et la traduction française d’un même ouvrage chinois, dans lequel le chinois mandarin est ponctué de tournures et de métaphores typiquement tibétaines. Kevin Henry9, ensuite, nous présente les nombreux défis apportés par la traduction des poèmes de Fei Xiaotong. Philippe Che10, enfin, s’interroge sur la meilleure façon de traduire un des concepts clés des Entretiens de Confucius.

  • 11 « Séries verbales, particules sémantiques et classificateurs. Quelques embûches et perplexités de l (...)

6La quatrième et dernière thématique revient sur les difficultés inhérentes à la complexité de la langue elle-même. Louise Pichard-Bertaux11 nous expose ainsi les problèmes et difficultés de traduction apportés par la syntaxe particulière de la langue thaï.

Haut de page

Notes

1 Voir, entre autres : Ann Beylard-Ozeroff, Jana Králová, Barbara Moser-Mercer (ed.), Translators’ Strategies and Creativity, 2005 ; Susan Bassnett, Peter Bush, The Translator as Writer, 2007.

2 « Le Yulinhun 玉梨魂 de Xu Zhenya 徐枕亞 (1889-1937) » : https://journals.openedition.org/ideo/869

3 « “L’amour moderne” dans Aesa. Une traduction coréenne des Misérables d’Hugo » : https://journals.openedition.org/ideo/1022

4 « La traduction de la cyberlittérature du chinois au français. Un nouveau défi » : https://journals.openedition.org/ideo/1051

5 « Traduire pour ne pas traduire ? : Difficultés de la traduction littéraire dans le contexte indien » : https://journals/openedition.org/ideo/1121

6 « Difficultés et créativité dans la traduction des xiehouyu. Le cas de La Dure Loi du karma » : https://journals.openedition.org/ideo/877

7 « Cauchemars en cuisine. Peut-on traduire les noms de plats de Nulle Référence ? » : https://journals.openedition.org/ideo/820

8 « Comparaison entre deux approches pour la traduction d’un roman de l’écrivain Alai. Gesa’er Wang – Le Roi Gesar » : https://journals.openedition.org/ideo/886

9 « Entre action et contemplation. De la traduction de la poésie du sociologue chinois Fei Xiaotong » : https://journals.openedition.org/ideo/839

10 « Faut-il retraduire les Entretiens de Confucius ? » : https://journals.openedition.org/ideo/833

11 « Séries verbales, particules sémantiques et classificateurs. Quelques embûches et perplexités de la traduction du thaï » : https://journals.openedition.org/ideo/1043

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kaser et Wen He, « Traduttore, traditore : Peut-on violer le texte source, à condition de lui faire de beaux enfants ? », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1113

Haut de page

Auteurs

Pierre Kaser

Aix-Marseille Université, IrAsia

Articles du même auteur

Wen He

Aix-Marseille Université, IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals