Navigation – Plan du site
Enjeux de traduction et prises de liberté

Traduire pour ne pas traduire ? : difficultés de la traduction littéraire dans le contexte indien

Exemple de la nouvelle Kabuliwallah de Rabindranath Tagore traduite par Bee Formentelli1
Hemlata Giri-Loussier

Résumés

Cet article explore les difficultés de la traduction dans le contexte indien. Ce pays multilingue et polythéiste possède de nombreuses cultures qui influencent les écrits littéraires et les rendent complexes pour la compréhension de tout traducteur ; natif ou étranger. L’objectif de cet article est de mettre l’accent sur certaines des questions qui peuvent restreindre la traduction correcte d’une œuvre littéraire indienne et aussi, de réfléchir à la question de savoir si nous pouvons vraiment traduire un texte sans en changer complètement l’âme.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

Inde, Littérature, Traduction, Obstacles

Index by keyword :

India, Literature, Translation, Difficulties
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rabindranath Tagore, Kabuliwallah, traduit du bengali par Bee Formentelli, Paris : Zulma, 2016.

La traduction est l’art de la défaillance.
Umberto Eco

1Les textes littéraires présentent de nombreuses particularités linguistiques, ainsi que des aspects socio-culturels de nos vies. Ainsi, nous pouvons affirmer que la traduction littéraire est l'un des principaux moyens de communication à travers les cultures. Traduire des textes littéraires, cependant, n'est pas une tâche facile, car cela pose beaucoup de problèmes pour le traducteur. Le mot traduction provient du verbe traduire, dont l'origine est le verbe latin traducere qui veut dire « faire passer ». Son sens le plus courant est : « faire passer un texte d'une langue à une autre ». La définition même nous met en garde contre les problèmes de la traduction auxquels un traducteur fera face, car pour traduire il faut « savoir » faire passer un message, et pour ce faire, il faut « maîtriser » parfaitement au moins deux langues.

2Le travail d’un traducteur lui demande de franchir les frontières (langue de départ) sans être en dehors de son territoire (langue d’arrivée) ; il demande à un traducteur de « traduire sans traduire ». C’est-à-dire en traduisant un texte, le traducteur ne peut ni faire une traduction mot-à-mot, ni traduire un texte en lui ôtant son sens propre afin de l’accommoder dans la langue traduite. Est-ce vraiment possible ? Si oui, comment ? L’objectif est d’évoquer les problèmes liés à la traduction surtout dans le contexte indien et de considérer quelques solutions. Pour répondre à ces difficultés de traduction, il s’agira de s’appuyer sur la nouvelle Kabuliwallah de Rabindranath Tagore, traduit du bengali en français, qui raconte la relation amicale entre un marchand de Kabul et une petite fille qui s’appelle Minni. Ces difficultés de traduction peuvent être divisées en quatre parties :

  • Les termes géographiques et ethnographiques 

  • Les termes socio-historiques 

  • Folklore, traditions, mythologies

  • Les objets, vêtements, actions et évènements quotidiens

3Pour toute traduction, une excellente connaissance des deux langues est un prérequis pour un traducteur. Une fois les langues maîtrisées, le vrai problème commence et c’est celui de la traduction puisque le travail d’un traducteur n’est pas de traduire une langue mais une idée qui est née dans un contexte culturel défini et qui est propre à l’auteur. Le travail de traduction est de faire parvenir cette idée dans une autre langue sans en modifier le sens.

Les termes géographiques et ethnographiques

  • 2 Silver, Katherine, « The Translator’s Art of Failure: Engaging the Other in Imperfect Harmony », Tr (...)

4Certains traducteurs soutiennent l'intraduisibilité lorsque nous sommes confrontés aux textes avec des termes qui, parce que spécifiques à la culture, défient la traduction. Dans tous les cas, lorsque des différences culturelles existent entre les deux langues, il est extrêmement difficile de réaliser un transfert réussi (quelle que soit la compétence du traducteur dans les deux langues impliquées). Et même, avec la moindre variation de la langue source, le terme culturel peut être considéré comme un acte de subversion contre la culture qu'il représente. La traduction littéraire elle-même peut être considérée comme un acte de subversion, ou un moyen de fournir une alternative à la réalité. Katherine Silver dans un article intitulé « Translator’s Art of Failure » déclare : « La subversion est au cœur même du projet de la traduction »2.

5Par exemple en hindi le suffixe « vālā » ou « vālī » veut dire « possesseur ». Exemple : Dil vālī = celui qui possède un grand cœur ou paise vālī = celui qui possède beaucoup d’argent. Mais quand on le met derrière certains objets, il change de sens. Par exemple : Mihāī (bonbons) + vālā (possesseur) n’est pas traduit comme « possesseur de bonbons » mais celui qui les vend ; « confiseur » en français. Dūdh (lait) + vālā (possesseur) est celui qui vend du lait ; « laitier » en français.
Cela se complique encore plus dans d’autres cas. Par exemple : Ghar (maison) + vālā = ce n’est pas un propriétaire de la maison mais un époux ; ghar (maison) + vāli (propriétaire) = femme/épouse !

6Si le traducteur n’est pas conscient de ces variations de langue ou s’il traduit déjà à partir d’une traduction, il peut faire une mauvaise traduction. Prenons l’exemple du titre de la nouvelle qui s’intitule « Kabuliwallah » ou « Kabulivālā ». Normalement, selon les exemples que nous venons de voir, cela veut dire « Le propriétaire de Kabul » mais cette traduction serait fausse étant donné qu’une seule personne ne peut pas posséder une ville. Même si c’était possible, le récit raconte la vie d’un pauvre marchand afghan qui est loin d’être le propriétaire d’une ville. Donc, il n’y a pas de traduction possible sans changer complètement le sens, lequel ne sera plus le même que celui imaginé par l’auteur. Pour un Indien, c’est simplement quelqu’un qui vient de Kabul mais pour un traducteur étranger, ce simple mot peut être un vrai casse-tête. Selon le contexte de la nouvelle, on pourrait peut-être le traduire comme « Le marchand de Kabul » ou le mettre en sous-titre, pour que le titre soit compréhensible pour le lecteur étranger ou expliquer dans l’avant-propos que ce n’est qu’un surnom donné à un marchand afghan car il vient d’Afghanistan.

Les termes socio-historiques

  • 3 Nida, Eugene A., Toward a Science of Translating with Special Reference to Principles and Procedure (...)

7Certains mots ou expressions dénotant des objets, des faits, des phénomènes, sont si profondément enracinés dans leur culture source, si spécifiques et même peut-être exclusifs ou uniques à la culture qui les a produits, qu'ils n'ont pas d'équivalence dans la culture cible, que ce soit parce qu'ils sont inconnus, ou parce qu’ils n’ont pas de traduction dans la langue cible. En discutant des problèmes de correspondance dans la traduction, force est de constater que « les différences entre des cultures peuvent provoquer des complications plus sérieuses pour le traducteur que les différences dans la structure linguistique »3.

8Dans la nouvelle, le mot babu utilisé pour désigner le père de la petite fille pose une vraie question culturelle. Il est appelé Babu par les serviteurs comme le titre de respect. Normalement le mot babu peut être traduit par « Monsieur » mais ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que la nouvelle est écrite en 1892 à Calcutta. À cette époque, le titre babu a été donné aux aristocrates riches qui ont obtenu un statut à part pendant la renaissance bangalie, une période fortement marquée par la révolution socio-culturelle et littéraire. La désignation babu n’est donc pas réservée à un simple Monsieur mais à un homme riche et socialement haut placé. En hindi, le mot babu est aussi utilisé pour « père » selon les régions.

Folklore, traditions, mythologies

9Traduire le folklore ou les traditions est une tâche très difficile et délicate. Dans la nouvelle, se trouvent des références traditionnelles qui n’ont pas de traduction dans une autre langue : comme les fêtes « Durga Puja » pendant lesquelles le culte de la déesse Durga est célébré durant neuf jours. Cette fête n’a pas d’équivalence en français pour la simple raison que le milieu culturel est complètement différent et que les milliers des divinités indiennes n’y existent pas.

10Un autre exemple est celui des râgâs en Inde qui font référence à un cadre mélodique utilisé dans la musique classique indienne, joués à un certain moment de la journée. Le raga, auquel fait référence la nouvelle, est le râgâ Bhairavī, autrefois joué le matin, et qui sert souvent aujourd'hui de conclusion aux concerts. Ces râgâs ne sont pas traduisibles dans une autre langue car ils sont spécifiques à la culture indienne et de plus, cela pose aussi un problème pour un lecteur qui n’a pas les mêmes références culturelles.

11Un autre exemple est celui de la comptine folklorique « agdum-bagdum » qui est connue et chantée par chaque enfant bengali mais qui ne peut pas être traduite sans perdre le sens culturel. Si on le remplace par la comptine française « Frère Jacques » le contexte sera perdu à jamais.

Les objets, vêtements, actions et évènements quotidiens

12Le dernier défi, si on peut s’exprimer ainsi, est de traduire les objets, vêtements, événements quotidiens d’une langue à l’autre. Dans la nouvelle, plusieurs exemples posent problème. Le premier exemple est celui de cādar, en hindi on le traduit comme un « drap », mais c’est aussi un tissu en laine qu’on utilise pendant l’hiver pour se protéger du froid. On ne peut pas plus le traduire par « foulard » qu’ « écharpe » car tous deux sont plus petits que le cādar. C’est le même problème pour un autre vêtement indien appelé kurta qui n’a d’équivalence dans aucune autre langue étrangère. Il faut aussi se méfier du mot traduisant un vêtement qui existe dans les deux cultures mais sans avoir la même connotation. Par exemple : pyjama. Dans le contexte occidental, c’est un vêtement de nuit, mais dans le contexte indien, c’est un habit porté comme une sorte de pantalon même pour des occasions spéciales.

13De même, la salutation salām fait référence à la culture du personnage de Kabuliwallah qui vient d’Afghanistan et est musulman. Traduire salām par « bonjour » aurait effacé l’authenticité du personnage. Mais tous ces exemples ne veulent pas dire qu’il faut mettre tous les mots étrangers tels qu’ils sont. Parfois, il vaut mieux les traduire. On reviendra sur ce point, un peu plus tard.

Et les autres défis

14Il est vrai que la traduction de termes culturels, tels que les types mentionnés ci-dessus, cause beaucoup de difficultés, mais cela ne signifie pas qu'elles ne peuvent pas être traduites. Walter Benjamin dans son essai The Task of the translator (1923) présente l'idée qu'une traduction n'indique pas un texte original, qu'elle n'a aucun rapport avec la communication, qu'elle n'a pas pour but de transmettre du sens. Le travail de l'écriture ne consiste pas seulement à imiter ou à copier mais à extraire et à transmettre l'essence du texte précédent. Mais, ce n'est pas le message qui passe dans une bonne traduction, dit Benjamin, car pour lui une œuvre littéraire dit « très peu » de choses. Il montre la relation entre l'original supposé et la traduction en utilisant le symbole d'une tangente : la traduction est comme une ligne droite ou courbe qui touche le cercle (c'est-à-dire l'original) en un seul point et suit sa propre voie plus tard (Figure 1).

Figure 1. La relation entre le texte original et la traduction

  • 4 Vieira, E. R. P. Liberating Calibans, « Readings of Anthropofagia and Haroldo de Campos’ Poetics of (...)

15Au tout début, le traducteur garde à l'esprit à la fois la langue source et la langue cible et essaie de traduire avec soin. Mais, il devient très difficile pour lui de décoder littéralement tout le texte ; par la suite, il s’aide de son propre point de vue et s'efforce de traduire en conséquence. Ainsi, la traduction peut être « servitude » et « liberté »4. Il faut donc se poser la question de savoir si le traducteur peut s’exprimer ou non. Parfois, le traducteur peut donner son point de vue surtout quand il devient un intermédiaire dans l'acte de paraphraser sans changer le sens du texte. C’est pourquoi, de nombreux éditeurs, critiques et lecteurs acceptent un texte traduit s'il est parfaitement lisible, s'il reflète l'individualité ou le but de l'auteur étranger ou le sens fondamental du livre étranger. Dans ces cas, la traduction ne reste pas une traduction mais devient un original. Comme dit Antoine Berman :

  • 5 Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne. Paris : Gallimard, 1995, p. 60.

La liberté du sujet, quelle que soit l'interprétation qu'on en donne, suppose tout à la fois celle d'individuation (tout sujet est ce sujet-ci, unique), celle de réflexion (tout sujet est un soi, un être qui se rapporte à « soi-même ») et celle de liberté (tout sujet est responsable). [...] C'est parce qu'il est responsable de son travail que le traducteur peut, et doit, être jugé : une traduction est toujours individuelle, toujours traduction-par..., parce qu'elle procède d'une individualité, même soumise à des « normes ». Lorsqu'un traducteur se conforme entièrement à celles-ci, cela prouve seulement qu'il a décidé de les faire siennes.5

  • 6 Ibid., p. 76.

16Évidemment, dans ce processus, la forme du texte original est changée ; mais tant que le changement suit la cohérence contextuelle dans le transfert et si, pendant cette transformation, le message est préservé, la traduction est considérée fidèle. Antoine Berman affirme que « le traducteur a tous les droits dès lors qu’il joue franc jeu »6.

17Un autre défi, pour les traducteurs modernes, est de traduire un texte classique dans le contexte contemporain. Est-ce que le sens du texte est en mouvement avec le temps ou est-ce qu’il reste figé dans le passé ? Le « moment » de la traduction met l'original en mouvement pour le dé-canoniser en lui donnant le mouvement de fragmentation et d'errance. Pour certains traducteurs, la langue de la traduction est in actu (en acte/en réalité) plutôt qu’in situ (à sa place d’origine/au passé). Mais, en vérité, la traduction est une langue aussi bien in situ qu'in actu, car elle inclut non seulement le « processus » de dire quelque chose, mais aussi ce qui a été « dit » ou « présenté ». Si nous prenons l’exemple du mot babu, nous ne pouvons pas ignorer son statut ancien et actuel car si on le traduit comme « monsieur » tout le sens culturel derrière sera perdu. C’est peut-être pour cette raison que le traducteur a choisi de le garder tel qu’il est pour satisfaire un lecteur local ainsi qu’un lecteur étranger. Mais parfois, garder le mot d’origine n’ajoute pas à la vérité du texte traduit et peut amener à une mauvaise interprétation ou à une certaine limitation. Par exemple le mot sasur dans la nouvelle aurait pu être traduit comme beau-père car un lecteur étranger peut l’interpréter comme le nom de la personne. Prenons en exemple un dialogue de la nouvelle :

  • 7 Rabindranath Tagore, Kabuliwallah, traduit du bengali par Bee Formentelli, Paris : Zulma, Paris, 20 (...)

Baba, dit-elle, Ramdoyal, le portier, appelle le corbeau kau'ā, alors que son nom, c’est kāk. Il est très ignorant, n’est-ce pas ?7

18Dans cette traduction, le traducteur a décidé de garder les synonymes de corbeau dans la langue de départ. Pour les deux synonymes de corbeau, aucune explication n’est donnée ni dans le texte ni dans le glossaire. Ce que le traducteur ignore peut-être c’est que kāk est le mot sanskrit et bengali pour corbeau comme kau'ā en hindi. Donc, ni kāk ni kau'ā n’est le nom du corbeau mais ce ne sont que les mots qui le désignent. Le multilinguisme en Inde est un autre problème auquel les traducteurs font face puisque pour eux il est difficile de distinguer si Ramdoyal et Minni sont hindiphone ou ils parlent en bengali. C’est pourquoi ils désignent le corbeau de deux façons différentes. En conséquence, le traducteur fait face non seulement à une langue étrangère mais aux multiples possibilités dans le contexte indien. De ce fait, dans les textes indiens, nous pouvons trouver des mots venant de différentes langues régionales indiennes, entrainant une difficulté supplémentaire à la traduction. Il aurait été peut-être préférable d’utiliser un mot ancien en français pour traduire le mot sanskrit pour le corbeau afin de montrer la différence linguistique en Inde. Par exemple, nous pouvons proposer une traduction :

Baba, dit-elle, Ramdoyal, le portier, appelle le corbeau, le corbillat. Il est très ignorant, n’est-ce pas ?

  • 8 R. Jakobson, « On Linguistic Aspects of Translation », in R. A. Brower (Ed.), On Translation. Cambr (...)

19Selon Jacobson, « la traduction implique deux messages équivalents dans deux codes différents ». Il reconnaît que « chaque fois qu'il y a une lacune, la terminologie peut être qualifiée et amplifiée par des emprunts, des néologismes ou des changements sémantiques, et finalement, par des périphrases »8.

20En conclusion, nous pouvons dire que le traducteur de langue hindie vers une autre langue étrangère peut avoir recours à plusieurs dispositifs pour réussir à combler le fossé entre les cultures, à condition qu'il soit conscient de ces différences. Il peut compter sur divers procédés, techniques ou stratégies pour traiter ces problèmes de traduction. Il est également possible d'expliquer les différences conceptuelles dans une note de bas de page ou dans le texte même. C’est au traducteur de choisir la manière la plus appropriée en fonction de son objectif, du temps disponible, et des lecteurs potentiels de la traduction. Enfin, il ne faut jamais exagérer le sens, les émotions ou les faits d’un texte. C’est pourquoi peut-être la définition littéraire du mot « traduction », manière d’exprimer ou de manifester quelque chose, serait plus pertinente dans ce contexte. Toutes les langues peuvent dire (ou sont capables de dire) les mêmes choses ; mais, en général, elles les disent autrement. En effet, si deux langues le disaient de manière identique, alors nous ne parlerions pas de deux langues, mais une seule et unique langue ; et la question de la traduction ne se serait jamais posée.

Haut de page

Notes

1 Rabindranath Tagore, Kabuliwallah, traduit du bengali par Bee Formentelli, Paris : Zulma, 2016.

2 Silver, Katherine, « The Translator’s Art of Failure: Engaging the Other in Imperfect Harmony », TranscUlturAl, vol. 1.2, 2009, p. 5

3 Nida, Eugene A., Toward a Science of Translating with Special Reference to Principles and Procedures Involved in Bible Translating. Leiden : E.J. Brill, 1964. P. 130.

4 Vieira, E. R. P. Liberating Calibans, « Readings of Anthropofagia and Haroldo de Campos’ Poetics of Transcreation », in S. Bassnett & H. Trivedi (Eds.), Post-colonial Translation. London/New York : Routledge, 1999, p. 111.

5 Antoine Berman, Pour une critique des traductions : John Donne. Paris : Gallimard, 1995, p. 60.

6 Ibid., p. 76.

7 Rabindranath Tagore, Kabuliwallah, traduit du bengali par Bee Formentelli, Paris : Zulma, Paris, 2016, p. 115.

8 R. Jakobson, « On Linguistic Aspects of Translation », in R. A. Brower (Ed.), On Translation. Cambridge, MA : Harvard University Press. 1959, p. 233-234.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Figure 1. La relation entre le texte original et la traduction
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1121/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,2k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hemlata Giri-Loussier, « Traduire pour ne pas traduire ? : difficultés de la traduction littéraire dans le contexte indien », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1121

Haut de page

Auteur

Hemlata Giri-Loussier

Membre associé de l’équipe IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals