Navigation – Plan du site

Protéger le gibier pour bâtir la République : quelle place pour les émotions dans la sphère publique chinoise du début des années 1910 ?

Réflexions à partir de la traduction d’un article de l’Eastern Miscellaneous (Dongfang zazhi 東方雜誌)
Joachim Boittout

Texte intégral

Traduction

Gan Zuolin, « Sur les raisons et les manières de protéger de toute urgence le gibier en Chine », Eastern Miscellaneous (Dongfang zazhi 東方雜誌), 1914, vol.11.1

1Dernièrement nombre de quotidiens étrangers de Pékin, Tianjin et Shanghai ont publié des éditoriaux sur cette question. Le North China Herlad a publié une tribune de M. Arthur de C. Sowerby. Ses propos étant profonds et limpides, il était nécessaire de les traduire de toute urgence afin d’en faire profiter nos concitoyens.

2Ce qu’on appelle le gibier désigne en réalité différentes espèces d’animaux qui présentent des intérêts à être chassées : les bêtes sauvages et les oiseaux. Or il s’agit là de l’ornement naturel d’un pays si bien que, même si ces bêtes ne sont pas prises en considération par les hommes, il incombe de mettre en oeuvre des moyens pour les protéger. Et cela à plus forte raison en Chine où le gibier est abattu dans l’anarchie la plus complète. Si bien que dès qu’une fourrure ou un plumage présente quelque la moindre valeur marchande, il est à craindre que l’espèce en question ne soit rapidement exterminée. Voilà qu’aujourd’hui toute la presse de Tianjin se fait l’écho de cette préoccupation et espère que l’ensemble des rédactions du pays feront cause commune et se joindront rapidement à elle. On pourra alors espérer atteindre notre objectif dans un futur relativement proche. J’ai déjà (M. De Sowerby parle de lui-même) publié une tribune dans le Jingji shibao à ce propos. J’entendais sensibiliser l’opinion publique à la protection du gibier et, en m’appuyant sur les données recueillies lors d’enquêtes, publier progressivement la liste exhaustive des espèces sauvages du nord de la Chine. Ce travail n’a pas d’autre objectif que celui-ci : susciter un minimum d’attention pour cette question et ainsi faire connaître l’extraordinaire diversité des espèces qui peuplent les vastes terres de Chine, qu’il s’agisse d’espèces volantes ou terrestres, et expliquer leurs moyens de reproduction.

3Je souhaite promouvoir la défense des animaux sauvages en Chine. Il incombe dans un premier temps de discuter de l’opportunité d’une telle entreprise. Le deuxième point à débattre sera celui des mesures qui permettraient de traduire cette conviction en actes concrets.

4Considérons d’abord les faits suivants, et l’on comprendra que la protection des animaux est non seulement nécessaire, mais qu’elle revêt en outre un caractère tout à fait urgent. Il y a seize ans, la province du Fujian accueillait une population particulièrement nombreuse d’aigrettes. On trouvait parmi celles-ci deux sous-espèces : les herodiar gazetta et les aigrettes de Chine ou heorodiar eulophotes. Leur plumage était de toute splendeur, si bien que les Occidentales en raffolaient et qu’on se les arrachait dans leurs pays. Dès 1898, les chasseurs locaux comprirent qu’ils pouvaient en tirer des revenus conséquents et commencèrent à les massacrer dès l’année suivante. Les marchands de plumes d’aigrettes shanghaïens vinrent sur place pour exciter les chasseurs par tous les moyens qui, pour leur part, usèrent de tous les procédés pour capturer les aigrettes. Ceux-ci étaient d’une rare cruauté, et leur simple évocation suffit à vous donner des haut-le-cœur. La revue occidentale (anglaise), l’Ibis, qui fait figure de référence en matière d’ornithologie, a publié la lettre d’un lecteur (occidental) dans le détail dans le détail l’habitat des aigrettes du Fujian et comment celles-ci ont été décimées par les chasseurs. Dans un passage de la lettre on lit le récit suivant : « un petit village situé le long du cours inférieur du Yangtsé servait de refuge aux herodiar gazetta et aux herodiar eulophotes, que l’on trouvait mêlées aux premières. Les magistrats locaux avaient publié dans le village un édit interdisant la chasse aux aigrettes. C’était sans compter l’appât du gain qui meut des chasseurs. Ces derniers, après avoir repéré les lieux où les aigrettes allaient et venaient pour chercher de la nourriture, s’étaient aperçus qu’elles étaient toujours amenées à traverser une étroite vallée. Alors, soixante ou soixante-dix d’entre eux décidèrent de leur tendre une embuscade un après-midi. Ils guettaient leur passage et, dès qu’elles apparurent, ils décimèrent toutes les aigrettes à coup de fusil. Il soufflait un grand vent ce jour-là, ce qui empêcha les oiseaux de prendre de la hauteur et couvrit légèrement le bruit des armes à feu. Selon les propos rapportés par les villageois, les aigrettes abattues étaient si nombreuses qu’une odeur pestilentielle s’éleva de ce triste spectacle. Tous les oiseaux avaient été tués en un instant. Quant aux oisillons qui se trouvaient dans les nids, ils se trouvaient désormais condamnés à une mort certaine, faute d’être capables de se nourrir par eux-mêmes. L’avidité et la cruauté humaines sont sans limites et ne s’arrêtent pas à de telles extrémités. L’arrêté des fonctionnaires locaux ne fut d’aucune utilité. Or, la province du Fujian est loin d’être un cas isolé. À présent les aigrettes ont été décimées, et on n’en trouve plus aucune trace dans les régions du moyen et bas Yangtsé. Désormais, il est trop tard pour penser à les protéger.

5Mais prenez les faisans à collier (ou faisan de Colchide). Qui donc, ici ou ailleurs, n’apprécie pas leur compagnie et leur chaire délicieuse ? Je pense que presque tout le monde partage mon avis. Or, si l’on ne songe pas à les protéger rapidement, les faisans risquent de subir à leur tour le sort funeste des aigrettes. Tous les ans, des faisans sont exportés par millions depuis la Chine vers Londres par navires réfrigérés (les steamers qui les transportent sont équipés d’espaces réfrigérants pour préserver la saveur de leur chaire). Une fois arrivés à Londres, ils sont distribués partout en Grande-Bretagne et en Irlande. Liverpool et Hull sont les plaques tournantes du commerce de la viande réfrigérée. Le long du Yangtsé, on trouve au moins trois centres de conservation de la viande de gibier, ainsi que trois autres encore à Harbin. On trouve à Changchun plusieurs entreprises spécialisées dans l’exportation de viande de gibier. Selon un grand nombre de rapports reçus, nous savons qu’à l’hiver dernier le nombre de faisans exportés depuis les trois provinces du Nord-est (soit le Jilin, le Heilongjiang et le Liaoning) est compris entre 500 000 et un million. Ces chiffres considérables sont sans doute étonnants. Mais les faisans ont beau être particulièrement nombreux dans ces trois provinces, seront-ils suffisants pour subvenir indéfiniment à une demande si forte ? Quant à la viande de gibier dans la région du Yangtsé, tous ceux qui s’y sont rendus peuvent en témoigner. L’année dernière, j’ai profité, avec d’autres, des congés du Nouvel An chinois pour aller chasser au nord de Pukou (terminus du chemin de fer venant de Tianjin, situé sur la rive gauche du Yangtsé en face de Nankin), le long de la voie ferrée ; le gibier y était alors foisonnant. Mais en y retournant cette année je me suis aperçu qu’il avait entièrement disparu. D’après le témoignage du chef d’une station située sur la ligne Tianjin-Pukou, tous les faisans acheminés de Pukou vers Nankin et Shanghai sont chargés à bord des trains depuis la gare dont il est responsable en l’espace de quatorze jours. Chaque jour, ce sont plus de deux cents kilogrammes de viande qui y transitent. Sachant que le poids moyen d’un faisan est d’environ 750 grammes, il apparait que plus de 3700 faisans transitent par cette unique gare. Et je n’ose imaginer à quel chiffre nous arriverions si l’on comptabilisait le nombre total de faisans chargés depuis toutes les gares de la ligne Tianjin-Pukou. Et il en va de même pour l’ensemble des régions du moyen et bas Yangtsé.

6Outre les faisans, l’hiver dernier les trois provinces du Nord-est ont également exporté entre dix mille et quinze mille capercaillies et francolins perlés. Les espèces exportées depuis les ports situés sur le Yangtsé comprennent des cerfs, des lapins, des bambusicoles, des cailles et autres faisans. S’y ajoute le chevreuil, chassé pour sa fourrure. J’ai investigué longtemps afin de savoir en quelles quantités il était exporté, mais comme les registres des douanes confondent fourrure de chevreuil et fourrure de cerf, il est impossible d’en établir le chiffre exact. Toutefois, en me fondant sur mes observations, je dirais qu’environ cent mille peaux de chevreuil sont exportées chaque année depuis tous les ports (le long du Yangtsé). Et il ne s’agit là que d’une estimation modérée, leur nombre réel excède sans doute de loin cette approximation.

7Ces chiffres permettent de mesurer l’ampleur du massacre des animaux. Sans parler de la piètre qualité des fusils utilisés par les chasseurs chinois, qui ne sont pas suffisamment puissants pour tuer d’un seul coup les plus grosses bêtes. En outre, afin de revendre les fourrures à un prix plus élevé, ils préfèrent éviter qu’elles soient maculées de sang. Si bien que les cerfs et autres chevreuils sont écorchés vifs dès leur capture. Cette méthode utilisée pour récupérer leur peau ne fait qu’accroître l’atrocité de leur mort.

8Tous ceux qui se rendent dans les terres pour y chasser en conviennent : la population des chevreuils n’en a plus pour très longtemps avant de disparaître. Mais ils ne sont pas les seuls menacés d’extinction. Les chevreaux sauvages et autres antilopes sauvages sont eux-aussi victimes de l’intérêt qu’on porte à leur fourrure et ils risquent bien d’être exterminés en un très peu de temps. Leur laine abonde presque toute l’année sans discontinuer sur les marchés des villes où elle est vendue. C’est pourquoi les chasseurs, regroupés en bandes nombreuses, écument toutes ces régions à la recherche des bêtes. On ne peut qu’espérer que des gens de bien trouvent des moyens pour protéger ces espèces afin de leur donner une chance de survivre.

9Lorsque les Qing étaient encore au pouvoir, les mandarins raffolaient des plumes (dont ils se servaient pour orner leurs coiffes). Or, il y a quelques mois, les Européens ont été pris d’un engouement soudain pour celles-ci. Les plumes qui ornaient ces coiffes étaient prélevées sur des paons et des faisans noirs, ces derniers étant les plus recherchés. On ne sait pas trop pourquoi, mais les Européens s’en sont épris et désormais ils se les arrachent littéralement. Or, les faisans noirs étaient déjà fort peu nombreux en Chine et à présent, avec ce nouvel entichement, il est à craindre que les chasseurs ne redoublent d’efforts pour s’en procurer. La folie qui s’était créée autour de ces plumes était telle au début que leur prix atteignait des sommets proprement choquants si bien que, même après avoir commencé à diminuer, le marché demeure fort lucratif.

10À présent, deux espèces de faisan noir, le hokki bleu (Crossoptilon auratum) et le hokki blanc (Ciossoptilon tiberanum) sont menacées d’extinction totale sous peu. Prenez le cas de la sous-espèce Phasianus reveegii du faisan de Colchide. On le trouvait en abondance dans de nombreuses préfectures du nord-est du Zhili (Hebei). Mais voilà qu’en raison du prix exorbitant que l’on peut tirer des plumes de sa queue il a disparu. Outre ce cas spécifique, de nombreuses autres espèces d’oiseaux présentes dans toutes les provinces de Chine sont chassées et exportées à l’étranger. Leur nombre est incalculable, qu’il s’agisse d’aigles, de milans, d’outardes ou de canards. On ne connaît malheureusement pas le nombre exact d’oiseaux et d’animaux sauvages qui sont chassés hors-saison. Mais on peut avertir solennellement les Chinois de la situation et rechercher la raison de ces massacres. Elle est simple : il s’agit ni plus ni moins de répondre à la demande en plumes et fourrures.

11Il est aujourd’hui une réalité qu’il incombe d’exposer. Face à l’extinction dont sont menacées de nombreuses espèces, la responsabilité du gouvernement de la République de Chine doit être pointée du doigt. À l’époque des Qing, une vaste zone boisée protégée, interdite à la circulation, existait dans le Zhili. Il s’agissait du domaine réservé aux chasses impériales. Avant la révolution (de 1911), de nombreuses espèces y vivaient en abondance. Elles ne pouvaient être chassées en dehors des saisons/de la saison de la chasse si bien que les bêtes pouvaient vivre tranquilles. Mais, à la suite de l’insurrection de Wuchang, la Cour Qing fut renversée et regagna le Nord. Le nouveau gouvernement ne prêta pas attention à cette réserve interdite et les troupes mandchoues allèrent stationner dans le Jehol. Là, il leur était possible de pénétrer à leur guise dans la réserve et, munies d’armes à feu, les troupes faisaient feu sur les animaux qu’elles croisaient sur leur route. Toutes les espèces qui avaient trouvé refuge et vivaient paisiblement dans la réserve furent pour la plupart massacrées sans autre forme de procès. Celles qui survivent encore aujourd’hui sont fort peu nombreuses. Tout ce que nous rapportons ici est absolument avéré. En outre, avec l’augmentation exponentielle du nombre de cultures, les arbres et autres végétations denses qui servent d’abri aux plus gros animaux diminuent progressivement, rendant de plus en plus difficile la survie de ces espèces. Ajoutez à ce phénomène la pratique dérégulée de la chasse par des individus exclusivement mus par leur égoïsme, et les gros animaux auront bientôt disparu de Chine. Cependant, les plus petits d’entre eux sont également touchés par ces phénomènes, en de moindres proportions, ce qui retarde un peu l’imminence de leur extinction.

12Mais quel intérêt représentent au juste, me demanderez-vous, des oiseaux et des bêtes sauvages pour un pays ? Autrement dit, la question à laquelle nous devons répondre est la suivante : y a-t-il un intérêt commercial à se soucier des animaux sauvages et à les protéger ? La réponse est, en vérité, fort simple. Il suffit de voir l’empressement des chasseurs pour comprendre la valeur des animaux sauvages. Outre toutes les espèces destinées à l’exportation mentionnées plus haut, on compte également les bois de cerf qui se vendent une fortune à l’étranger. Nombreux sont les bénéficiaires du processus d’exportation, depuis la prise par le chasseur jusqu’à son acheminement à un port marchand. Là, les douanes prélèvent la taxe qui s’applique aux produits d’exportation, ce qui, au bout du compte, profite nécessairement au gouvernement.

13L’on sait que toutes les espèces qui volent, nagent, courent ou rampent appartiennent au règne animal. Par conséquent, quand ces animaux se trouvent dans un pays, il est tout à fait possible de les considérer comme des biens nationaux. Dès lors, qui pourrait dire que ces animaux ne méritent pas d’être protégés ? Les êtres animés ne ressemblent pas aux minerais, car l’usage que l’on assigne à l’or et les autres métaux précieux est arrêté dès l’instant où ils sortent de terre. Or, il en va autrement pour les êtres animés qui possèdent en eux-mêmes les capacités de croître et de se multiplier. Si bien qu’en leur consacrant un minimum d’attention il nous serait possible de pouvoir jouir indéfiniment des bienfaits qu’ils nous prodiguent. Prenons par exemple les chevreuils, dont la fourrure peut être soumise à de très nombreux usages. Ce qu’on appelle communément la peau de cerf mâle et la peau de munjac sont en réalité faites avec de la fourrure de chevreuil. Or, la méthode de préservation de cette espèce serait des plus aisées à mettre en oeuvre : il suffirait d’interdire légalement la chasse des chevreuils durant une période définie et de limiter le nombre de prises à un certain nombre clairement arrêté. Ces deux mesures permettraient de faire croître à nouveau une population menacée au bord de l’extinction, et les besoins en fourrure seraient toujours entièrement pourvus. Ces mesures ne porteraient donc aucun préjudice à ce secteur. Mais, à la vérité, les chevreuils ne ressemblent pas aux autres espèces de cervidés, dont les femelles ne donnent généralement naissance qu’à un petit, car les portées des chevreuils comptent toujours deux individus. Ainsi, si cette espèce pouvait être protégée, les bénéfices que l’on en retirerait seraient considérables. Tous les acteurs du monde économique savent que les steamers sont équipés de chambres froides qui permettent d’exporter la viande de gibier jusqu’en Europe sans craindre qu’elle ne se gâte. J’ai déjà abordé ce point un peu plus haut. En vérité, les profits qu’ils réalisent sont si conséquents qu’il incombe de réfléchir à des mesures de protection de ces espèces menacées afin que leur nombre ne décroisse pas.

14L’horizon des entrepreneurs est trop limité, car ils sont obnubilés par la recherche de profits immédiats. Il suffit qu’une occasion de gagner de l’argent se présente sous leurs yeux pour qu’ils s’empressent de se remplir les poches. Et dès que leur cupidité est satisfaite, ils disparaissent en un éclair. Ces riches marchands retraités coulent ainsi des jours heureux sans se soucier le moins du monde s’il reste encore de l’argent à gagner pour les suivants. C’est ainsi qu’ils mettent la main sur tout le gibier d’un endroit avant de s’en aller déployer les mêmes procédés de traque et de capture systématiques ailleurs. Mais il n’est pas nécessaire d’expliquer plus avant ce phénomène, car le gouvernement peut tirer des profits substantiels des taxes sur les exportations. Dès lors, va-t-il en faire une source de revenus permanents ? Ou bien succombera-t-il au mirage des gains immédiats et perdra-t-il ainsi la possibilité de continuer à réaliser des profits sur le long terme ? En ce sens, l’Europe a infiniment besoin du gibier, et la Chine pourrait elle aussi tout à fait en tirer des revenus permanents. Cependant, au vu des chiffres actuels du commerce extérieur, il n’y aura bientôt plus grand-chose à exporter.

15Sans parler du fait que les riches étrangers férus de chasse ne manquent pas d’accourir en Chine dès qu’ils ont vent de la présence de gros gibier. A chaque fois, c’est les bourses bien remplies qu’ils mettent le cap vers l’Est et entreprennent leur traque. Certains richards viennent même en bandes ; j’ai entendu dire que certains dépenseraient jusqu’à 800 taëls par mois, les dépenses des plus mesurés s’établissant autour de 200 yuans. Tout cet argent finit dans la poche de Chinois. Les chasseurs sont ceux qui empochent les plus fortes sommes. Prenons le risque de nous répéter pour bien faire nous faire comprendre : en Chine, le prix pour une bête varie de cinq à cent yuans lorsqu’elle est vendue à des Occidentaux. Dès lors, si des règles adaptées encadrant la pratique de la chasse étaient promulguées en Chine, le gouvernement pourrait tirer des revenus sur les armes et les permis de chasse, ce qui constituerait un apport annuel non négligeable aux recettes nationales. Prenez les gouvernements canadien et américain : tous deux ont promulgué des législations drastiques en matière de protection du gros gibier. Et cela est encore plus vrai en dans les pays européens. Le Canada considère que les boucs, cerfs et les oiseaux doivent être protégés et n’hésite pas, pour ce faire, à tourner le dos à des profits considérables. La Chine, quant à elle, n’a pas besoin de sommes si importantes, et ses pertes sont loin d’atteindre celles subies par le Canada. Dès lors, pourquoi tarde-t-elle encore à mettre en place ces dispositions ? Toutefois, s’il est vrai qu’il est urgent d’engager des mesures de protection des espèces chassées, cela ne veut pas dire que les industries concernées devront nécessairement subir des pertes durables. Par le passé, quand le gouvernement chinois a été confronté à des demandes de mise en place de mesures de protection des animaux, il a invoqué la liberté de commercer dans laquelle, estimait-il, l’État n’avait pas à interférer. En vertu de quoi il a décrété un certain nombre de mesures totalement dénuées de vision, comme l’interdiction de l’exportation de la viande d’oiseaux, mais pas celle de leurs plumages. Avec pour résultat qu’aujourd’hui, les aigrettes étant au bord de l’extinction, toute l’industrie qui s’était développée autour de l’utilisation de leurs plumes est menacée de disparaître complètement. C’est pourquoi la question des moyens utilisés pour protéger les animaux doit absolument être abordée. À plus forte raison dans la Chine d’aujourd’hui, où, l’ordre n’ayant pas encore été totalement rétabli, un grand nombre de décisions politiques doivent être prises, si bien que l’on n’a pas le temps à consacrer à ces lois. Mais voilà qu’aujourd’hui on n’y pense même plus, et que les espèces auxquelles on accorde un minimum d’attention sont sur le point de disparaître à jamais.

16C’est pourquoi, afin de répondre à l’urgence présente, nous proposons une loi qui interdit les exportations. La réglementation sur les chasses autorisées pourra quant à elle être arrêtée et adoptée un peu plus tard. Voici la liste des articles qu’il devrait être interdit d’exporter : a) le gibier dans sa totalité, qu’il s’agisse d’oiseaux ou de mammifères. Toutes les espèces qui sont vendues afin de réaliser des profits doivent être intégralement interdites à l’exportation ; b) les plumes d’oiseaux ; c) les fourrures de cerfs, de boucs sauvages et des montagnes ; et d) les porte-musc. Ces quatre catégories doivent être soumises à la plus stricte interdiction et sa planification doit constituer la première des priorités. Car les animaux constituent l’ornement naturel d’une nation. Et protéger les animaux doit être une prémisse de l’humanisme. Mais ce sont là que des considérations affectives, et nous pouvons les laisser de côté un instant.

17Prenez les amateurs de chasse (il s’agit là d’une catégorie de personnes qui considèrent la chasse comme un sport ou un loisir, à la différence des chasseurs professionnels qui, pour leur part, vivent des recettes de leur chasse). Faire en sorte que les animaux sauvages croissent et se multiplient serait forcément bénéfique à la pratique de ce loisir. Et c’est aussi ce pour quoi tous les scientifiques prient secrètement, car si toutes les espèces du monde animal pullulaient aux quatre coins du pays, on pourrait non seulement apprécier ce spectacle de la Nature, mais on serait en outre en mesure d’étudier leur activité. Mais toutes ces considérations sont l’évidence même, et nous pouvons également les laisser de côté.

18Bornons-nous à observer la situation du strict point de vue commercial. Un grand nombre de preuves permettent déjà d’établir avec certitude que si la viande, la fourrure et les plumes d’animaux sauvages ne sont pas immédiatement soumises à une réglementation extrêmement sévère, et que, dans le même temps, leur exportation n’est pas interdite, la Chine subira des pertes incommensurables. Il serait alors illusoire de vouloir y remédier. Mais une fois ces interdictions promulguées, leur mise en oeuvre échoirait aux fonctionnaires des douanes, de telle sorte qu’il ne serait pas nécessaire de créer de nouveaux organismes. En outre, les débouchés commerciaux étant fermés, les chasseurs cesseraient leurs activités sans qu’il soit nécessaire de prononcer leur interdiction. Il ne serait pas non plus nécessaire de créer des parcs spéciaux pour protéger les espèces menacées. Ainsi, toutes ces mesures pourraient être mises en place sans que le gouvernement n’ait à engager la moindre dépense. Et toutes ces pauvres bêtes massacrées pourraient croître et se multiplier en toute tranquillité.

19Nous espérons tout particulièrement qu’une législation adaptée sera adoptée en ce qui concerne la reproduction des espèces. La question des cycles de chasse doit recevoir toute notre attention. Peu importe l’espèce, les femelles doivent avoir suffisamment de temps pour mettre bas et nourrir leurs petits.

20Par ailleurs, tous les chasseurs, qu’ils soient professionnels ou amateurs, devraient impérativement être en possession de permis de chasse, ce qui permettrait d’en limiter le nombre. Les prises devraient aussi faire l’objet de limitations. Et s’il est normal que les autorités locales fassent preuve d’une clémence relative à l’égard des chasseurs professionnels, la surveillance exercée sur les chasseurs amateurs doit, en revanche, être des plus sévères. Il faudrait parvenir à terme à la création, au sein du gouvernement central, d’un bureau des affaires cynégétiques, qui fonctionnerait de manière complémentaire avec celui des forêts. C’est à ces conditions que les mesures prises pour protéger les animaux pourraient susciter la confiance. En réalité, la nécessité de créer un bureau des forêts est toute aussi pressante que celle de se doter d’un bureau des affaires cynégétiques. Si l’on choisissait un endroit où les arbres sont abondants, comme c’était le cas dans les parcs de chasse mandchous du Nord Zhili ou à la réserve de chasse impériale du Jehol, afin d’en faire des zones protégées et des fermes d’élevage pour les animaux sauvages, les résultats seraient à n’en pas douter formidables. On pourrait même transformer les parcs du Zhili et la réserve de chasse impériale du Jehol en réserves, ce qui permettrait à l’Orient de rivaliser avec le parc américain de Yellowstone. On a parlé plus haut du massacre des animaux de ces parcs par les soldats qui y sont stationnés. Il serait sans doute extrêmement profitable de leur confier la responsabilité de l’application de la loi sur la protection animale. Cette tâche sortirait toute cette troupe de son oisiveté, tout en lui permettant de s’entraîner. D’autant plus que, l’été arrivant, les chasseurs vont redoubler d’ardeur afin de répondre à la demande du marché européen. Ce n’est donc pas le moment de relâcher ses efforts : si le gouvernement de la République de Chine entend protéger les animaux sauvages, c’est le moment ou jamais de le faire. Si, une fois encore, il méprise l’urgence du problème, alors le gibier aura entièrement disparu à l’hiver prochain.

21Nous espérons sincèrement que tous les gens de bien attachés à protection animale, tous les authentiques chasseurs amateurs pensent au bien commun, pensent à la République de Chine, pensent au rythme naturel de la vie et parlent tous de la même voix engagée et puissante afin de sauver les espèces menacées d’extinction.

22En outre je projette de fonder une Association chinoise de protection des animaux, et invite le gouvernement chinois à mobiliser l’opinion publique locale et internationale afin de travailler ensemble à la réalisation de cette mission. Et nous serions comblés au plus haut degré si tous les hommes de bien des ports commerciaux pouvaient se regrouper et organiser des branches de cette Association.

23Quant aux Chinois, ils devraient se sentir encore davantage concernés par le besoin de protéger les précieuses espèces qu’on trouve dans le pays et qui en sont l’éclat naturel. Nous espérons que l’ensemble de la presse parlera d’une même voix et, soulevant toute la puissance de l’opinion publique, elle pressera le ralliement des personnes aux responsabilités à nos idées.

24Nous exprimons notre plus profonde gratitude à tous les journaux qui partagent nos convictions.

25Ajout du journaliste (Gan Zuolin) : l’article de M. Sowerby est profond et limpide et, à vrai dire, nous en partageons toutes les propositions sans la moindre réserve. Dans le contexte actuel, l’interdiction d’exporter paraît être la mesure la plus facile à mettre immédiatement en oeuvre. L’application de règle proscrivant la chasse dans des parcs et réserves protégées est également envisageable. Mais je crains que l’interdiction saisonnière de la chasse et la promulgation de restrictions sur les prises, qui sont deux mesures tout à fait légitimes et appliquées dans un grand nombre de pays, n’aient aucun effet en matière de protection du gibier en Chine, les fonctionnaires en mesure de réellement faire appliquer les lois étant fort peu nombreux. Elle n’aurait d’autre effet que d’offrir une occasion de s’enrichir à ces méprisables roitelets locaux, tout en favorisant l’exploitation de populations ignardes et âpres au gain qui s’empresseraient de s’improviser chasseurs.

La protection du gibier dans la sphère publique du début des années 1910

  • 1 Sur l’histoire de la Commercial Press, voir l’ouvrage de référence de Jean-Pierre Drège, La « Comme (...)
  • 2 Cf. Fang Hanqi 方漢奇, « Les particularités et le rôle historique du Dongfang zazhi » Dongfang zazhi d (...)
  • 3 Cf. Fang Hanqi, art.cit.
  • 4 Sur cet aspect, on peut consulter Rudolf G. Wagner, Joining the Global Public: Word, Images and Cit (...)

26Revue emblématique de la période républicaine (1912-1949), l’Eastern Miscellaneous ou Dongfang zazhi 東方雜誌 a longtemps occupé une place centrale au sein de la sphère publique chinoise. Des réformes de la fin des Qing (Xinzheng 新政) à l’invasion japonaise puis à la guerre civile, elle a connu de nombreuses évolutions, changeant à plusieurs reprises de format, de rédacteur en chef et de lieux de publication entre 1904 et 1948. Éditée par la Commercial Press de Shanghai (Shangwu yinshuguan 商務印書館)1, la revue a été fondée par Zhang Yuanji 張元濟 (1867-1959), partisans des réformes durant les Cent Jours (juin-septembre 1898), et Xia Ruifang 夏瑞芳 (1871-1914), rencontré à la Commercial Press dans la concession étrangère de Shanghai où Zhang trouve refuge après l’échec de l’épisode réformateur. Dans cette publication généraliste de haut niveau, les articles, rédigés en langue classique, embrassent la quasi-totalité des disciplines académiques et du champ intellectuel contemporain. Son public principal est essentiellement composé de lecteurs cultivés2 (60 000 exemplaires mensuels au plus fort de son histoire3) et ouverts sur l’étranger, à une époque où la presse chinoise est pleinement intégrée à la circulation mondiale des savoirs et des idées4. Comme de nombreuses autres publications de la fin des Qing et du début de la période républicaine, le Dongfang zazhi consacre une rubrique littéraire alimentée par la traduction de romans occidentaux.

  • 5 Cf. Fang Hanqi, art.cit.
  • 6 Tao Haiyang 陶海洋, Dongfang zazhi yanjiu (1904-1948) 東方雜誌研究 (1904-1948), Hefei, Hefei gongye daxue ch (...)
  • 7 Voir Cangfu 傖父 (Du Yaquan), « Civilisations statiques et civilisations en mouvement » 靜的文明與動的文明 Jin (...)
  • 8 Avec pas moins 301 articles, selon la recension de Tao Haiyang, dans op.cit., p. 186
  • 9 Tao Haiyang, op.cit., pp.188, 205 et 234-241. Voir par ailleurs Gaolao 高勞 (Du Yaquan), « Les faible (...)

27Quand l’article de Gan Zuolin paraît en 1914, le Dongfang zazhi a déjà connu deux évolutions éditoriales substantielles5. Le nombre de caractères de chaque numéro a doublé, passant de cent mille à deux cent mille caractères ; dans le même temps, la qualité du papier et de la reliure est améliorée, et des illustrations de qualité ponctuent désormais les numéros de la revue. Ces orientations confirment le positionnement élitiste de la revue, qui entend s’adresser à un public cultivé et relativement fortuné. Mais le changement majeur qui survient en 1911 réside dans l’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef, appelé à imprimer durablement sa marque sur le Dongfang zazhi : Du Yaquan 杜亞泉 (1873-1933). Esprit éclectique et touche-à-tout prolixe, auteur, entre autres ouvrages encyclopédiques, du premier Dictionnaire des plantes de Chine, Du est l’une de ces figures lettrées souvent associées à la période de transition politique que connaît la Chine au moment de la révolution Xinhai. Les années Du Yaquan de la revue, qui s’étendent de 1911 à 1919 et correspondent, selon l’expression d’un critique, au « développement assuré »6 de la revue, voient le nombre de rubriques augmenter. Sous la direction de Du, la ligne éditoriale est infléchie, et cette nouvelle orientation accorde une importance accrue à la diffusion des sciences naturelles et aux réflexions sur la place de la culture dans l’évolution politique des nations. Au « mouvement » (dong 動) des sociétés occidentales, propice à l’expression d’une irrationalité périlleuse dont il trouve un exemple éclatant dans les barbaries commises durant la Grande guerre, Du oppose la « staticité » (jing 靜) de la culture chinoise7, dont la spiritualité permet un développement individuel que le matérialisme occidental, qui trouve son expression paroxystique à l’occasion du premier conflit mondial, proscrit. Ce rapport critique à la culture occidentale ne l’empêche toutefois pas de contribuer activement à la diffusion de nouveaux savoirs et nouvelles catégories de la connaissance. Le déclenchement de la Première guerre mondiale en 1914 donne l’occasion à Du, premier contributeur durant cette période8, d’approfondir son étude des interactions entre la culture chinoise et la culture occidentale, tout en proposant, à travers ses nombreux articles, une défense de la morale culture chinoise, garante de la cohésion nationale et l’édification politique d’une Chine indépendante9. La période est aussi marquée par la publication de nombreux articles traduits – dans la plupart des cas – de l’anglais, portant sur des sujets variés, visant à présenter les configurations politiques et sociales des puissances occidentales. Ces années confortent en outre la perméabilité de la sphère publique chinoise à diverses sciences importées comme la sociologie, la psychologie ou encore la psychanalyse.

28 L’article de Gan Zuolin 甘作霖 (1889-1969), à l’instar de nombreux autres articles publiés au début des années 1910 dans la revue, est en réalité une traduction d’un article du naturaliste et explorateur anglais Arthur Carle de Sowerby (1885-1954), qui vécut l’essentielle de sa vie en Chine, plus particulièrement à Tianjin et Shanghai, où il fonda le China Journal (1923-1938). S’il apparaît d’emblée que l’un des premiers textes modernes chinois traitant de la protection animale est en réalité d’une main étrangère, l’introduction et la conclusion de Gan Zuolin inscrivent la lecture de l’article dans la sphère publique chinoise du début de la période républicaine. Ces seuils soulignent l’intérêt porté par l’élite intellectuelle chinoise au questionnement politique moderne portant sur la définition d’une nation, inauguré une quinzaine d’années plus tôt. Les animaux, concluent les auteurs, sont constitutifs de l’intégrité politique nationale dans la mesure où ils se trouvent à l’intérieur des frontières du pays. Tant par les ressources et dispositifs argumentatifs qu’ils sollicitent que par les propositions concrètes qu’il entend soumettre aux lecteurs-citoyens, l’article fait écho aux préoccupations brûlantes qui agitent l’espace public républicain. Il s’agit principalement ici de la structuration du nouveau régime à l’aide d’une législation moderne et efficace et de la préservation des intérêts économiques nationaux dont l’objectif principal est de permettre à la Chine de rivaliser avec les puissances occidentales. Ainsi, la question de la protection de la faune, en 1914, est résolument abordée sous l’angle politique et résonne, pour les rédacteurs d’une revue d’élite comme le Dongfang zazhi, comme un impératif national. Cette lecture n’exclut toutefois pas une approche plus sensible de la question animale, comme le démontrent les nombreuses descriptions saisissantes des massacres auxquels se livrent les chasseurs du Fujian. Or, comme on voudrait le montrer, aspirations politiques et effusions émotionnelles se trouvent précisément être deux modalités de la sphère publique chinoise telle qu’elle se constitue entre la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, singulièrement durant les premières années de la période républicaine. Après avoir rappelé brièvement le cadre conceptuel dans lequel s’inscrit cette réflexion sur la sphère publique et la manière dont Gan et Sowerby reprennent à leur compte la définition engagée du journalisme telle qu’elle s’impose à partir des premières années du XXe siècle, on mettra en lumière la dimension émotionnelle de ce plaidoyer. La vivacité des ressources argumentatives qu’il déploie fait fond sur l’accoutumance des lecteurs au sentimentalisme imprégnant la sphère publique du début des années 1910. Enfin, on mettra en lumière la compréhension politique de la protection de la faune, considérée par Gan et Sowerby comme un bien national et une source de revenus substantielle pour la République, toujours en phase de construction.

Littérature et émotions dans la sphère publique chinoise du début du XXe siècle

  • 10 Pour une synthèse précise de ces débats, on peut se référer à l’article de Marie-Claire Bergère, «  (...)
  • 11 L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, (...)
  • 12 Pour un résumé problématisé de la thèse habermassienne, et plus précisément le rôle de la raison da (...)
  • 13 Habermas consacre toutefois quelques pages à ce qu’il définit comme étant la « sphère publique dans (...)

29La définition de la sphère publique et de son utilisation dans le contexte chinois a fait l’objet de nombreux débats, notamment au début des années 1990 suite à la répression du Mouvement pour la démocratie en 198910. Une première vague de critiques ont d’abord relativisé, voire rejeté, l’existence d’une sphère publique au sens où elle fut théorisée pour la première fois par J. Habermas dans l’ouvrage devenu classique depuis, L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise11, dans lequel l’auteur théorise la formation d’un espace public de discussion politique au sein de la bourgeoisie européenne du XVIIIe siècle par l’usage de l’imprimé et d’espaces matériels (cafés, salles de lecture) qui offraient au public éduqué et conscient de son identité des lieux de partage. Postulant le rôle fondamental de la raison dans ces échanges entre bourgeois éduqués12, Habermas prête une attention limitée à d’autres formes d’échanges publics comme la lecture d’oeuvres littéraires13. Postulant d’interactions publiques entre citoyens, comme les échanges publics d’émotions par le truchement de l’imprimé.

  • 14 許紀霖“近代中國城市的公共領域-以上海為例”, dans Gao Ruiquan 高瑞泉, « 中國的現代性與城市知識份子 Zhongguo de xiandaixing yu chengshi z (...)
  • 15 Voir Fang Ping 方平, « 晚清上海的公共領域 Wanqing Shanghai de gonggong lingyu », Shanghai, Shanghai renmin chu (...)
  • 16 Joan Judge, Print and Politics, « Shibao » and the Culture of Reform in Late Qing China, Stanford, (...)
  • 17 A Newspaper for China? Power, Identity, and Change in Shanghai's News Media, 1872-1912, Cambridge, (...)

30L’autre approche de l’existence problématique d’une sphère publique chinoise, que l’on peut dater du début des années 2000, n’est pas l’aboutissement d’une réflexion collective menée par articles interposés, mais plutôt le résultat d’enquêtes entreprises dans différents ouvrages et, plus marginalement, quelques articles. Elle s’est surtout développée en Chine continentale et recouvre les champs de la sociologie et de l’histoire intellectuelle, le principal représentant des études sur la sphère publique chinoise moderne étant Xu Jilin 許紀霖. Dans ses travaux successifs, Xu a repris à son compte l’idée habermassienne de l’ouverture d’un espace public de discussion sur la nature et le fonctionnement d’un régime politique démocratique articulé autour d’une presse libre14. En se fondant notamment sur le lancement du journal Shiwu bao 時務報 par Liang Qichao 梁啟超 à Shanghai en 1896, il a mis en lumière l’engouement pour le journalisme politique d’une génération de lettrés, privée de ses débouchés traditionnels dans la fonction publique depuis l’abolition des examens mandarinaux en 1905. L’usage de ces nouveaux moyens de communication dans le contexte des débuts du capitalisme de l’imprimé à Shanghai puis dans les autres grandes villes du pays, associé à une multiplication des écoles modernes et des académies privées, sont autant d’éléments qui, pour Xu et d’autres chercheurs tels Fang Ping 方平15, doivent inciter à considérer l’existence d’une sphère publique politique dynamique dans les grands centres urbains chinois du début du XXe siècle. Dans un ouvrage marquant consacré au fonctionnement de l’un des premiers journaux politique chinois, l’Eastern Times (Shibao 時報)16, Joan Judge avait déjà démontré peu de temps auparavant la place centrale des journalistes politiques et d’investigation dans la construction de la sphère publique chinoise. Dans celle-ci, l’opinion publique (yulun 輿論) devenait la force politique de premier plan, et la presse cessait d’être exclusivement perçue comme un espace interstitiel de dialogue entre gouvernants et gouvernés. Oscillant entre sociologie des lettrés reconvertis en journalistes et histoire intellectuelle, d’autres études consacrées à la presse politique se sont succédées, dont notamment celle de Barbara Mittler consacrée au premier quotidien chinois fondé en 1872, le Shenbao 申報, dans laquelle l’auteure analyse les mécanismes de sinisation des formes d’expression et des genres littéraires dans un média fondamentalement étranger17.

  • 18 H.R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.
  • 19 Haiyan Lee, Revolution of the Heart: a Genealogy of Love in China: 1900-1950, Stanford, Stanford Un (...)
  • 20 Eugenia Lean, Public Passions: The Trial of Shi Jianqiao and the Rise of Popular Sympathy in Republ (...)
  • 21 Notamment « Sujet “républicain” et littérature intime – retour sur la mutation le non-radicalisme d (...)

31Or, la singularité de l’espace public chinois du début du XXe siècle réside tout autant, selon nous, dans l’attrait et l’accoutumance du public à l’expression et la discussion dans l’espace public des émotions. L’importante littérature sentimentale populaire qui sature rapidement le champ littéraire dès le tournant du siècle étant la principale matrice de cet engouement qui s’insère dans un horizon d’attente - au sens où l’a défini H.R. Jaüss18- dominé par la poésie lyrique et la littérature sentimentale depuis le Rêve dans le Pavillon rouge. Cette dimension de la sphère publique chinoise, restée à peu près dans l’ombre des études littéraires sur la période républicaine a récemment commencé à être explorée, au moins pour la fin de la période. C’est notamment le cas dans les ouvrages de référence de Haiyan Lee19 et Eugenia Lean20, ainsi que dans les nombreux articles pénétrants de Chen Jianhua 陳建華21.

Émouvoir pour emporter l’adhésion : le choix d’une stratégie émotionnelle.

  • 22 Pour une étude approfondie de l’évolution intellectuelle de Lin Shu, son rapport à la tradition lit (...)

32L’article de Sowerby et de Gan, dans une accroche inaugurale s’étendant sur quelques pages, s’efforce d’interpeller le lecteur sur la condition du gibier en Chine par une accumulation d’images saisissantes. Les auteurs mobilisent pleinement les ressources discursives et narratives sentimentales auxquelles le public est habitué depuis la publication de la traduction chinoise de La Dame aux Camélias par Lin Shu en 189922, et plus encore depuis la parution dans le quotidien shanghaïen radical Droits du peuple (Minquanbao 民權報) du best-seller de la décennie 1910, L’Esprit du poirier de jade (Yulihun 玉梨魂), composé en prose parallèle (pianwen 駢文) par Xu Zhenya 徐枕亞 (1889-1937). Les innombrables nouvelles, souvent rédigées au moins en partie en prose parallèle qui paraissent dans les autres bastions du petit groupe de lettrés-journalistes auquel appartient Xu, participent également du goût pour le pathos et les larmes entre 1912 et 1918. Exploitant le thème du mariage arrangé et de l’amour sincère entravé, ces nombreuses productions mettent en cause de manière problématique certains travers du confucianisme qu’elles jugent nocifs, tout en affichant dans le même temps un attachement ambigu aux fondements philosophiques de la morale traditionnelle. Les nombreuses histoires stéréotypées qu’on lit dans des revues comme Eléments des droits du peuple (Minquansu 民權素 (1914-1919)) ou Le Bosquet aux romans (Xiaoshuo congbao 小說叢報 (1914-1918)) sont ainsi tissées par des faisceaux de contradictions jamais véritablement résolues, sinon par la conviction diffuse que l’authenticité du sentiment (qing 情) rachète, en dernière instance, tout manquement initial à la piété filiale (xiao 孝), vertu cardinale du confucianisme.

  • 23 Voir notamment l’article de Zhang Xichen « Les caractéristiques de la psychologie des foules » Qunz (...)
  • 24 Cf. Dongfang zazhi, XIII.4.

33Généralement rétif à une écriture ou une pensée qui accorderaient une part trop importante aux émotions, défavorablement considérées dans plusieurs articles de la période23, Du Yaquan, en acceptant la publication de ce plaidoyer pour la défense du gibier emprunt de pathos, semble rompre avec son attachement habituel à un style argumentatif dépouillé et reserré. Celui-ci s’exprime par exemple dans un article intitulé « Retour sur le conflit entre pensée moderne et pensée ancienne » (Zailun xinjiu sixiang zhi chongtu 再論新舊思想之衝突)24, Du pointe du doigt les « six carences » des médias chinois (ou de l’espace public), dont il vitupère l’incapacité à trouver des compromis et la propension à basculer dans l’outrance (pianji 偏激).

34Or, dans la première moitié de l’article de Sowerby/Gan, la question animale est d’abord envisagée au prisme des émotions bouleversantes que la souffrance des bêtes peut susciter chez les lecteurs. En effet, avant de discuter des bénéfices politiques et économiques de l’encadrement de la chasse de loisir, ce sont les affres d’une chasse non régulée et barbare qui retiennent l’attention des auteurs. Outre l’accumulation hyperbolique des chiffres précis, soulignant l’ampleur du désastre écologique en cours et la catastrophe annoncée, le sort peu enviable d’oisillons condamnés à une mort certaine après le massacre de leurs mères et la révélation du dépeçage de chevreuils encore vivants, constituent tous des chocs visuels qui définissent un cadre argumentatif original. Dans ce dispositif discursif, le ressenti semble d’abord primer l’argumentation.

35La presse shanghaïenne du début des années 1910 peut aussi se faire l’écho de ces préoccupations. Xu Zhenya, particulièrement actif en tant que journaliste entre les années 1912 et 1914, est l’auteur d’un texte poignant publié dans la rubrique « Faits divers de Shanghai » (« Shenjiang hongzhua ») de la page littéraire de Droits du peuple (Minquanbao). Intitulée « Les malheureux écrasés par les voitures » (Kelian chexia ren 可憐車下人), cette diatribe dirigée contre l’inhumanité des comportements urbains et la sauvagerie de l’environnement shanghaïen procède elle aussi d’une sollicitation émotionnelle, enclenchée par le spectacle pathétique d’animal en souffrance. Dans cette fresque quelque peu morbide, exacerbant les dangers du quotidien dans la grande ville moderne de Chine, la mort violente d’un cheval renversé par un tramway est en réalité l’un des temps forts d’une démonstration visant à persuader le lecteur qu’à Shanghai, la vie – qu’elle soit animale ou humaine – n’a que peu de valeur. L’auteur vitupère ainsi l’égoïsme des conducteurs et des passagers de moyens de transport qui peuvent ôter des vies sur la voie publique sans s’en émouvoir, ni même parfois s’en rendre compte :

  • 25 Dans le début du texte, Xu mentionne pêle-mêle les tramways, les automobiles, les calèches et même (...)

Les voitures sont nombreuses à Shanghai25, tout comme le sont les accidents qu’elles infligent aux gens ! Mais les usagers de ces voitures, pour leur part, s’en sortent toujours sans la moindre égratignure. Et comment s’en tirent-ils pour les défunts et les blessés ? En donnant simplement quelques centaines de yuans pour les frais d’enterrement. Hélas ! La vie des shanghaïens vaut vraiment aussi peu cher !

36Dans le passage qui suit, Xu assimile l’émotion que devrait susciter la mort d’un cheval à celle qui naît à la vue d’un homme percuté par un tramway. La violence infligée aux animaux sert donc ici de prémisse à une interrogation sévère sur la nature « civilisée » (wenming 文明) de la ville et, à travers elle, de la modernité elle-même :

  • 26 Soit l’actuelle rue Fuzhou, l’une des artères commerçantes les plus animées de la ville, située dan (...)

L’année dernière j’ai vu une calèche sortir de la rue Sima.26 Juste à ce moment, un tramway est passé à tombeau ouvert et a heurté le cheval en plein dans la tête, faisant exploser sa cervelle en mille morceaux et tuant la bête. Les gens conduisent les calèches en asservissant les chevaux et restent tranquillement installés dans la voiture, tandis que les chevaux la font avancer et meurent de manière tragique en servant les hommes. Quand ce sont des hommes qui meurent, on donne de l’argent ; mais les chevaux, qui donc se soucie d’eux ? Qu’il s’agisse d’un être humain ou d’un animal, la vie est le bien le plus précieux. Même si les chevaux ne sont pas doués d’entendement, la mort de celui-ci n’en était pas moins tout à fait injuste !

37Décrivant la mort violente d’un homme démembré après avoir été heurté par un tramway, l’auteur tire le bilan de ces expériences traumatisantes, qu’il restitue avec une vivacité quelque peu choquante, en les replaçant dans une réflexion historique :

38Je ne souhaite pas que cette ville civilisée de Shanghai soit le théâtre moderne des châtiments atroces d’une époque barbare où l’on pratiquait l’écartèlement. Aujourd’hui quelqu’un est blessé, demain un autre sera tué : être civilisé pour les Shanghaïens, cela veut-il dire pouvoir tuer librement les autres ?

39L’armature émotionnelle de l’argumentation de Xu Zhenya, dont il se sert pour questionner la modernité urbaine et le traitement barbare qu’elle réserve selon lui aux vies humaines et animales, est en réalité une stratégie discursive qui reflète la configuration particulière de la sphère publique chinoise. Celle-ci est en effet façonnée pour partie par une abondante littérature larmoyante (plus précisément dans les romans ou nouvelles « du sentiment » yanqing 言情) dans laquelle les romanciers affectionnent tout particulièrement la dépiction des souffrances individuelles. Les exemples abondent dans les romans et nouvelles du début des années 1910, qu’il s’agisse des affres d’une séparation subie par les couples amoureux, la persécution du héros ou de l’héroïne par des membres de son entourage, le plus souvent par les parents, la belle-mère ou tout aussi souvent une épouse imposée au caractère tyrannique. C’est notamment le cas dans Le Miroir des injustices abominables (Nieyuanjing 孽冤鏡) de Wu Shuangre 吳雙熱 (1888-1934) paru dans Droits du peuple en 1914, dans lequel toutes les épouses du personnage principal, Wang Keqing 王可青, n’ont cessé de lui infliger les pires tourments. L’ami du narrateur raconte ainsi les brimades et humiliations quotidiennes infligées par sa première épouse, Manyun, qui lui inflige un trauma en devançant sa première rencontre avec une concubine, justement choisie pour tenter d’oublier la présence mortifère de son épouse principale. Cependant, ainsi qu’il le décrit dans une lettre adressée au narrateur, les souffrances les plus insupportables endurées par la jeunesse éduquée des années 1910 sont infligées par les parents, presque toujours dépeints en artisans d’hymens dévastateurs niant les aspirations individuelles :

  • 27 Wu Shuangre, Nieyuanjing, chapitre 13 “Mauvaise nouvelle”, Nankin, Fenghuang chubanshe, 2014, pp. 1 (...)

Shuangre, mon très cher ami, j’espère que tu te portes bien ! Malheur ! Je vais mourir ! Je ne puis plus te voir ! Je ne puis plus voir Xue Huanniang [la femme aimée] ! Je ne verrai plus le mont Yu [de Changshu] de toute ma vie ! [...] Mon père est trop cruel, mon père n’a aucun coeur, mon père est despotique ! Hélas, à ces mots des torrents de larmes jaillissent de mes yeux qui viennent imbiber ce papier détrempé. [...] Je n’ai aucune envie d’être sans coeur [à l’égard de la femme aimée que son père lui interdit d’épouser], hélas ! voilà que mes parents m’y contraignent ; je ne souhaite pas trahir la confiance d’autrui, mais ce sont mes parents qui m’y obligent ! Je suis, en ce jour, au comble de la haine. J’étais sur le point de me jeter du haut de l’escalier pour mettre fin à mes jours [...]27.

40Dans l’article de Sowerby/Gan, c’est la sensibilité dont sont nantis les animaux qui, écrivent les auteurs, les distinguent des minerais inertes. L’ambition éducatrice de la revue, et singulièrement le goût de son éditeur en chef pour les sciences naturelles, semble au passage se refléter dans la publication de cet article. Du Yaquan est en effet l’auteur, entre autres articles scientifiques, de deux encyclopédies sur les végétaux (1933) et d’un dictionnaire zoologique (1924). Ainsi, à l’émotion suscitée par la souffrance animale et à la reconnaissance d’une sensibilité aux animaux s’ajoute un impératif scientifique, qui s’exprime par ailleurs dans les nombreuses productions ornithologiques de Sowerby. L’un de ses premiers ouvrages d’envergure, Fur and feather in North China, sort précisément en 1914, année de la parution de l’article de Gan Zuolin dans le Dongfang zazhi28. L’auteur y fait référence au début de l’article lorsqu’il mentionne ses enquêtes menées dans le nord du pays la même année.

41Dans cette entreprise de recension zoologique du gibier présent dans le nord de la Chine, l’auteur s’efforce de maintenir une position parfois précaire entre description de parties de chasse divertissantes et injonctions à une pratique raisonnée de la chasse ; l’édiction de règles de conduite strictes ayant pour finalité, comme dans l’article traduit par Gan Zuolin, de préserver le gibier afin de pouvoir continuer à le chasser. Aussi serait-il une erreur de lire le présent article comme un plaidoyer sans concession pour la défense des animaux chassés. Le livre de Sowerby dessine, à rebours, l’image d’un grand amateur de parties de chasse. C’est notamment le cas dans le chapitre 14 intitulé « Chasse au faisan » (« Pheasant shooting »), où Sowerby décrit sa pratique de la chasse aux faisans, qu’il prend soin de distinguer de celle d’autres chasseurs :

En Chine, la meilleure manière – d’aucuns diraient l’unique – de chasser des faisans est d’aller les chercher directement à pied, avec des chiens si possible. Mais point n’est besoin de conduire et je suis heureux de pouvoir dire qu’ici nous n’avons pas de ces chasseurs qui massacrent tout ce qu’ils croisent et ne consentent pas au moindre effort pour aller débusquer leurs proies, n’espérant qu’une chose : abattre le plus d’oiseaux possible dans les délais les plus courts29.

  • 30 Sur la place déterminante de cette revue dans la sphère publique chinoise des années 1914 et 1915 e (...)
  • 31 《新小說》 Xin xiaoshuo, 創刊號, 1er numéro, 15.10.1902. Pour une traduction en langue anglaise, voir Kirk (...)
  • 32 Sur ce conflit, qui opposa principalement les deux figures intellectuelles majeures de la fin des a (...)

42Il apparait donc que même si le Dongfang zazhi, à l’instar d’autres publications intellectuelles des années 1913-1914 comme la revue Tiger (Jiayin zazhi 甲寅雜誌) dirigée par Zhang Shizhao 章士釗 (1881-1973)30, récusent toute propension à l’utilisation discursive du trauma émotionnel et de la souffrance psychologique – science alors découverte à partir du Japon et précisément popularisée, entre autres, dans une revue d’élite comme le Dongfang zazhi), la revue ne parvient pas à échapper totalement à l’influence dominante des émotions dans la sphère publique. Dès lors, il n’est pas interdit de lire dans une telle sollicitation des émotions du public un écho à la proposition Liang Qichao de faire le meilleur usage du goût des lecteurs pour les effusions sentimentales afin d’impulser la diffusion de savoirs modernes au sein du public. Cette initiative fut théorisée par Liang dans le domaine littéraire par l’entremise de son fameux essai sur le « Nouveau roman » (Xin xiaoshuo 新小說) de 190231. Le recours à cette stratégie argumentative dans le Dongfang zazhi, pour inhabituelle qu’elle soit, témoigne de la perméabilité de médias d’élite, ouvertement attachés à une rationalité discursive garante de leur prestige, à la circulation des émotions dans la sphère publique. Il est par ailleurs sans doute probable que le déclenchement de la Première Guerre mondiale, sujet fort commenté dans le magazine et contigu à la polémique entre le Dongfang zazhi et Nouvelle Jeunesse (Xinqingnian 新青年)32, ait alimenté, au moins indirectement, une telle évocation de la souffrance. Ainsi, dans l’article de Sowerby/Gan, l’évocation de la souffrance animale, décrite à partir d’exemples concrets et documentés, sert un ambitieux dessein de restauration de la puissance nationale et de construction politique.

Protéger le gibier pour défendre la nation : le rôle des institutions politiques et de la société civile.

43Comme les auteurs le répètent à plusieurs reprises, l’argument sentimental ou émotionnel doit être « laissé de côté » au profit de développements qui, dès lors, viendraient compléter de manière substantielle les premiers efforts répétés de sensibilisation à la souffrance du gibier massacré. De fait, Sowerby et Gan Zuolin à sa suite voient dans la régulation de la chasse et la protection des animaux (aihu 愛護) un moyen pour la jeune République de Chine de rééquilibrer ses finances publiques et renforcer la cohésion nationale d’une nation toujours fragmentée politiquement.

  • 33 Ernest P. Young, « Politics in the aftermath of revolution: the era of Yüan Shih-k’ai, 1912-1916 » (...)
  • 34 C’est notamment le cas de Kang Youwei 康有為 (1858-1927), qui proposait dans un essai critique à l’éga (...)
  • 35 Ibid., p. 231.
  • 36 Ibid., p. 231.

44En 1914, la Chine vient d’entrer dans la phase décrite par le spécialiste de la période, P. Ernest Young, comme la « période dictatoriale » des débuts de la République. Après l’assassinat commandité par Yuan Shikai le 20 mars 1913 de Song Jiaoren, leader du Kuomintang et premier Premier ministre potentiel d’un gouvernement élu (les élections ayant eu lieu à l’hiver 1912-1913), puis l’échec de la Seconde révolution lancée par les forces radicales du KMT entre juillet et septembre 1913 pour tenter de renverser Yuan, la Chine est à nouveau plongée dans une forte instabilité. Celle-ci s’accompagne d’une vague de répression politique violente33. Au plan économique, Yuan contracte dans le plus grand secret le 27 avril 1913 un grand « emprunt de réorganisation » auprès d’un consortium de puissances européennes et japonaises, qui achève de placer les finances publiques chinoises sous domination étrangère. Ce nouveau prêt, qui fait suite à une série d’autres emprunts, impose un quota de fonctionnaires étrangers (surtout britanniques) dans l’administration du sel, dont les revenus, conséquents pour le trésor chinois, servent à rembourser les prêts déjà consentis. L’opération, dénoncée par de nombreux intellectuels34 et par la majorité KMT à l’Assemblée dès que la nouvelle de sa signature lui parvient35, profite de fait peu aux finances nationales. Après déduction des intérêts des précédents emprunts, les 25 millions de yuans consentis par le consortium en échange du contrôle de facto des revenus sur le sel chutent à 10 millions36. C’est dans cette configuration économique particulièrement défavorable que les journalistes du Dongfang zazhi, endossant ici davantage le rôle traditionnel de conseiller du pouvoir politique que de journaliste politique tel qu’il est caractérisé par la presse moderne depuis le Shibao, proposent au gouvernement une feuille de route qu’ils jugent viable, parce qu’essentiellement neutre financièrement. Dans leurs propositions de régulation de la chasse, l’accent est porté sur l’efficacité de mesures immédiatement applicables et ne nécessitant pas la création de nouvelles structures administratives, à l’exception de la création d’un bureau des affaires cynégétiques.

  • 37 Sur la fonction mobilisatrice du Shibao dans cet épisode, on peut consulter l’étude de référence de (...)
  • 38 La Cloche céleste Tianduobao 天鐸報 et le Journal du peuple de la Chine Zhonghuaminbao 中華民報 shanghaïen (...)
  • 39 Intitulée « Avis sincère sur la contribution financière citoyenne » Guomin juan zhenggao 《國民捐正告》. C (...)
  • 40 Voir par exemple le texte de Wu Shuangre, intitulé « La contribution nationale et moi » (Yu yu guom (...)

45Les propositions de Sowerby/Gan s’inscrivent donc dans l’intense discussion publique suscitée par la sollicitation plus ou moins contrainte par le pouvoir Qing, puis républicain, d’emprunts auprès des puissances étrangères. Largement perçue depuis le début du XXe siècle comme une meurtrissure nationale, réduisant la souveraineté du pays, la question n’a cessé d’agiter la sphère publique. Dès avant 1911, le prêt contracté par les Qing en 1907 auprès du Royaume-Uni pour la construction de la ligne de chemin de fer Suzhou-Hangzhou-Ningbo avait coagulé une opposition « proto citoyenne » nationale, charpentée par des éditoriaux critiques à l’égard du pouvoir impérial dans la presse réformatrice, singulièrement le Shibao shanghaïen37. Plus récemment, en 1912, la presse radicale de Shanghai, tirée par son avant-garde représentée, entre autres, par le quotidien Droits du peuple38, s’était engagée au printemps 1912 dans une vaste campagne de souscription nationale visant à éviter le recours à l’emprunt. Le quotidien avait ainsi lancé, au début du mois de mai 1912, une page spéciale d’éditoriaux consacrés à cette question39. La participation financière de chaque citoyen était présentée comme un geste concret, doté d’un symbolisme républicain inédit. Durant cette période, les éditorialistes et contributeurs littéraires de Droits du peuple participèrent pleinement à la rédaction de cette page en y publiant des chroniques explicatives des mécanismes financiers, et des implications politiques, de ces contributions nationales. Dans le même temps, celles-ci firent l’objet de traitements réguliers, en un style fort différent40, au sein de la page littéraire du quotidien. Xu Tianxiao 徐天嘯 (1886-1941), frère aîné de Xu Zhenya, lui aussi membre du groupe de lettrés-journalistes « Canards mandarins et papillons » (Yuanyang hudie pai 鴛鴦蝴蝶派) et éditorialiste du quotidien, avait par exemple publié un long plaidoyer en faveur des contributions nationales. Celles-ci, expliquait-il, visaient à unir la communauté des citoyens autour d’un projet destiné à redonner à la République les moyens financiers suffisants pour cesser de contracter des prêts auprès des puissances occidentales.

  • 41 Pour un résumé de la question, voir le chapitre de Ernest P. Young sur la période Yuan Shikai op.ci (...)
  • 42 De Dai Jitao (nom de plume Tianchou 天仇), voir notamment : « Malheurs ! Les soldats de la République (...)

46Ainsi, c’est dans ce contexte de mise sous-tutelle de facto d’une partie conséquente des sources de revenus nationales du pays que le Dongfang zazhi propose au gouvernement de transformer une situation de crise – la disparition rapide d’espèces pourvoyeuses de revenus à l’exportation – en une opportunité de redresser les finances et affirmer la souveraineté nationale du pays. Incarnation d’une vision réaliste, fondée sur la constatation de l’insertion de la Chine dans une économie mondialisée par les exportations massives de gibier, l’article de Sowerby et Gan entend également rehausser l’intégrité de la nation. À l’instar des publications shanghaïennes mentionnées plus haut, les auteurs établissent peu de distinction entre les champs économique et politique, la promulgation de mesures en faveur de la protection du gibier visant ici le double objectif d’augmentation rapide et digne des recettes nationales et de préservation de biens nationaux. Les auteurs insistent ainsi sur la nature « nationale » des bêtes vivant sur le territoire de la République de Chine, et préconisent, afin de concrétiser cette conception neuve, la création de parcs nationaux. Envisagés sur le modèle du parc Yellowstone américain, ces nouvelles structures nationales permettraient non seulement au pays de rivaliser avec les puissances occidentales, mais aussi de régler l’un des autres problèmes majeurs de l’après 1911, la présence d’innombrables troupes démobilisées, dont la dangereuse oisiveté est l’objet de dénonciations virulentes dans la presse shanghaïenne depuis 191241. Zhou Hao 周浩, fondateur de Droits du peuple, et Dai Jitao 戴季陶 (1891-1949), porte-voix véhément des idées libérales du journal, sont ainsi l’auteur de plusieurs éditoriaux sur la question42. C’est notamment le cas après la mutinerie de Suzhou du 27 mars 1912. L’éditorial de Zhou Hao, publié le même jour, insiste sur le danger que fait peser cette soldatesque tumultueuse sur la stabilité précaire finalement obtenue après la démission effective de Sun Yat-sen au profit de Yuan Shikai au même moment :

  • 43 « Retour sur la mutinerie de Suzhou » Suzhou bingbian ganyan 蘇州兵變感言 (Droits du peuple, 29/03/1912).

Pourquoi la soldatesque s’est-elle mutinée à Suzhou ? La réponse est très simple, même les imbéciles le savent : les soldats sont trop nombreux et indisciplinés. Le rôle de l’armée d’une nation est de défendre ses citoyens contre les dangers [extérieurs]. Or aujourd’hui ceux qui nuisent au peuple sont précisément les soldats. Partout, les malheurs couvent et il suffit d’une étincelle pour que la situation ne devienne explosive. Les périls [extérieurs] n’étaient pas suffisantes, d’autres menaces, intérieures, sont bien présentes. Il incombe de réfléchir de toute urgence aux moyens d’endiguer ces troubles additionnels, sous peine de voir les soldats provoquer la fin de la Chine !43

47Sowerby et Gan voient dans la préservation du gibier un procédé peu couteux et immédiat susceptible d’apporter une réponse pérenne à cet épineux problème, intensément discutée dans la sphère publique. La création de réserves nationales dans les anciens parcs de chasses mandchous – autre symbole de l’appropriation républicaine du passé impérial – permettrait, avancent-ils, d’occuper à moindres frais les troupes démobilisées.

  • 44 Sur cette question déjà amplement étudiée, on peut se référer entre autres à Marie-Claire Bergère, (...)
  • 45 Cf. Frank Dikötter, The Age of Openness. China before Mao, Berkeley, University of California Press (...)

48Pour conclure, relevons que tout en revendiquant une expertise administrative et économique les auteurs entendent manifestement placer au service du gouvernement pour le bien de la nation, ils n’en demeurent pas moins convaincus de l’intérêt d’une action publique menée au sein de la société civile. L’article se clôt ainsi sur un appel solennel à la création d’une association nationale de protection des animaux, dont les auteurs espèrent que les membres actifs pourront être recrutés – c’est le point de vue d’un Britannique résidant en Chine qui domine ici – dans les concessions. On retrouve ici la conviction dans la vitalité associative44 qui caractérise la période républicaine, « époque d’ouverture » comme l’a appelée Frank Dikötter45, ainsi que la foi dans la presse à informer et mobiliser « l’opinion publique » yulun 輿論, terme introduit depuis la fin du XIXe siècle et sans cesse réemployé par la presse du début du siècle pour désigner – c’est notamment le cas dans le Shibao analysé par Joan Judge – la force de surveillance et de contestation des actions du gouvernement. Dans les dernières lignes, les auteurs espèrent que la question de la protection animale pourra constisuer un point de rencontre entre action gouvernementale et engagement citoyen, esquissant en creux une aspiration et une conviction dans les capacités d’une sphère publique dynamique à renforcer la cohésion politique nationale.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de la Commercial Press, voir l’ouvrage de référence de Jean-Pierre Drège, La « Commercial Press » de Shanghai (1897-1949), Paris, IHEC, 1978.

2 Cf. Fang Hanqi 方漢奇, « Les particularités et le rôle historique du Dongfang zazhi » Dongfang zazhi de tese ji qi lishi diwei 東方雜誌的特色及其歷史地位, Dongfang 東方, 第11期, 2000.

3 Cf. Fang Hanqi, art.cit.

4 Sur cet aspect, on peut consulter Rudolf G. Wagner, Joining the Global Public: Word, Images and Cities in Early Chinese Newspapers, 1870-1910, Albany NY, State University of New York Press, 2005.

5 Cf. Fang Hanqi, art.cit.

6 Tao Haiyang 陶海洋, Dongfang zazhi yanjiu (1904-1948) 東方雜誌研究 (1904-1948), Hefei, Hefei gongye daxue chubanshe, 2014, p. 183.

7 Voir Cangfu 傖父 (Du Yaquan), « Civilisations statiques et civilisations en mouvement » 靜的文明與動的文明 Jing de wenming yu dong de wenming, Dongfang zazhi, XIII.10.

8 Avec pas moins 301 articles, selon la recension de Tao Haiyang, dans op.cit., p. 186

9 Tao Haiyang, op.cit., pp.188, 205 et 234-241. Voir par ailleurs Gaolao 高勞 (Du Yaquan), « Les faiblesses de la civilisation moderne » Xiandai wenming de ruodian 現代文明的弱點, Dongfang zazhi, IX.11. Voir Cangfu 傖父 (Du Yaquan) « Sur la guerre intellectuelle » Lun sixiang zhan 論思想戰, Dongfang zazhi, XII.3. Sur les leçons qu’il tire du premier conflit mondial, voir « À l’aide de quels moyens soignerons-nous les maux de la société ? » Wuren jiang yi hefa zhiliao shehui jibing hu 吾人將以何法治療社會疾病呼, Dongfang zazhi, IX.8 et « Discours sur le sauvetage spirituel de la nation » Jingshen jiuguo lun 精神救國論, Dongfang zazhi, X.1-3.

10 Pour une synthèse précise de ces débats, on peut se référer à l’article de Marie-Claire Bergère, « Civil society and urban changes in Republican China », The China Quarterly, n°150, Special Issue: Reappraising Republic China, juin 1997, pp. 309-328. Voir également Frederick Wakeman, « The Civil Society and Public Sphere Debate, Western Reflections on Chinese Political Culture », Modern China, Vol. 19, No. 2, Symposium: "Public Sphere"/"Civil Society" in China? Paradigmatic Issues in Chinese Studies, III, avril 1993, pages 108 à 138. Voir également l’autre article, plus tardif et au spectre historique plus étendu, de Frederic Wakeman consacré à la question : « Boundaries of the Public Sphere in Ming and Qing China », Daedalus, Vol. 127, No. 3, Early Modernities, Été, 1998, pages 167 à 189. Enfin, voir aussi de Mary B. Rankin, « Some Observations on a Chinese Public Sphere », Modern China, Vol.19 No.2, avril 1993, pages 158 à 182.

11 L'espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1988.

12 Pour un résumé problématisé de la thèse habermassienne, et plus précisément le rôle de la raison dans sa conceptualisation de la sphère publique, voir Craig J. Calhoun, Habermas and The Public Sphere, Boston, MIT Press, 1992, pp. 9-10.

13 Habermas consacre toutefois quelques pages à ce qu’il définit comme étant la « sphère publique dans le domaine des lettres » et qui joue un rôle antérieur à la sphère publique politique, en ce qu’elle permet la circulation et l’appropriation par les individus de la sentimentalité affective au sein de la sphère privée. C’est sur la base d’une telle expérience que ces individus (bourgeois, dans la théorie habermassienne) ont fait l’apprentissage de leur subjectivité qui, déjà tournée vers une audience car représentée en littérature et dans le théâtre contemporain, a préparé le rassemblement de ces subjectivités partageant une commune humanité au sein de l’espace public. Sur le rôle historique de la sphère publique littéraire dans la formation de la sphère publique chez Habermas, voir Craig J. Calhoun, op.cit., pp. 10-13.

14 許紀霖“近代中國城市的公共領域-以上海為例”, dans Gao Ruiquan 高瑞泉, « 中國的現代性與城市知識份子 Zhongguo de xiandaixing yu chengshi zhishi fenzi », Shanghai, Shanghai guji chubanshe, 2004, pages 52 à 85.

15 Voir Fang Ping 方平, « 晚清上海的公共領域 Wanqing Shanghai de gonggong lingyu », Shanghai, Shanghai renmin chubanshe, 2007.

16 Joan Judge, Print and Politics, « Shibao » and the Culture of Reform in Late Qing China, Stanford, Stanford University Press, 1996. Joan Judge a proposé une synthèse des principales conclusions de cet ouvrage dans « Public Opinions in the Late Qing », Modern China, Vol.20, No.1, Janvier 1994, pages 64 à 91.

17 A Newspaper for China? Power, Identity, and Change in Shanghai's News Media, 1872-1912, Cambridge, Harvard University Press, 2004.

18 H.R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Paris, Gallimard, 1978.

19 Haiyan Lee, Revolution of the Heart: a Genealogy of Love in China: 1900-1950, Stanford, Stanford University Press, 2007.

20 Eugenia Lean, Public Passions: The Trial of Shi Jianqiao and the Rise of Popular Sympathy in Republican China, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2007.

21 Notamment « Sujet “républicain” et littérature intime – retour sur la mutation le non-radicalisme de la littérature et la culture du début de la période républicaine » “Gonghe” zhuti yu simi wenxue – zailun Minguo chunian wenxue yu wenhua de fei jijinzhuyi zhuanxing 「共和」主體與私密文學——再論民國初年文學與文化的非激進主義轉型, Ershiyi shiji yuekan 二十一世紀月刊, 總第一吾二期, 2015年十二月 ; « Les romans psychologiques de Zhou Shoujuan durant la période républicaine – une discussion sur la distinction entre le groupe de Samedi et celui des “Canards Mandarins et papillons” » Minguo chuqi Zhou Shoujuan de xinli xiaoshuo – jianlun “Libailiu” yu “Yuanyang hudie pai” zhi bie 民国初期周瘦鹃的心理小说 - 兼论礼拜六派鸳鸯蝴蝶派之别, Xiandai zhongwen xuekan 现代中文学刊, 2011年第2 ; « Tradition lyrique et évolutions entre passé et présent – de “l’éducation au sentiment” de Feng Menglong à l’Âme du poirier de jade de Xu Zhenya » Shuqing chuantong yu gujin yanbian — cong Feng Menglong “Qingjiao” dao Xu Zhenya Yulihun 抒情传统与古今演变 ——从冯梦龙情教到徐枕亚《玉梨魂》, Wenyi zhengming 文藝爭鳴, 2018, 10.

22 Pour une étude approfondie de l’évolution intellectuelle de Lin Shu, son rapport à la tradition littéraire chinoise et son influence dans l’écriture romanesque chinoise au début du XXe siècle, on peut voir l’ouvrage de Michael Gibbs, qui est le plus récent sur le sujet : Lin Shu, Inc. Translation and the Making of Modern Chinese Culture, OUO, 2013 (rééd. 2016).

23 Voir notamment l’article de Zhang Xichen « Les caractéristiques de la psychologie des foules » Qunzhong xinli zhi tezheng 群眾心理之特征, Dongfang zazhi, X.4. Dans ce texte où il introduit pour la première fois dans la vocabulaire chinois des termes techniques de l’analyse psychopathologique comme la disparition de l’individualité (gexing xiaoshi 個性消失), Zhang souligne la dangerosité des foules placées sous la domination d’émotions collectives. Comme l’analyse Tie Xiao dans « The Lure of the Irrational: Zhu Qianzhi's Vision of “Qunzhong” in the Era of Crowds, Modern Chinese Literature and Culture »,Vol. 24, No. 2, Dedicated to the Memory of Milena Doleželová-Veingerová (1932-2012) (FALL, 2012), pp. 1-51, il s’agit sans doute, dès avant la première traduction en chinois à la fin des année 1910 de la Psychologie des foules de Gustave Lebon (1895), du premier essai de théorisation de la psychologie des masses. La fin de l’article insiste sur le processus de dérationalisation à l’oeuvre dans les mouvements de masse. Zhang explique ainsi que :
Les actions des foules sont purement émotionnelles.
1) Les foules réagissent aisément aux excitations [extérieures]. Quand ils sont seuls, les hommes parviennent, grâce à leur éducation, à maîtriser et surmonter ces inclinations. Une fois rassemblés en foules, ils perdent toute maîtrise de soi et se retrouvent donc à la merci de leurs pulsions, si bien qu’à la moindre impulsion, ils réagissent immédiatement, sans pouvoir se maîtriser.
2) Les foules se soulèvent facilement, la moindre excitation suffisant à les faire réagir. Alors, aiguillonnées par l’objet de leurs suggestions (anshi 暗示 : le terme est utilisé pour la première fois dans l’espace public dans son acception psychologique), elles atteignent instantanément le plus haut degré de la surexcitation. Toute tentative de les réprimer ne fera que provoquer une augmentation de leur intensité et n’aura donc strictement aucun effet [...].

24 Cf. Dongfang zazhi, XIII.4.

25 Dans le début du texte, Xu mentionne pêle-mêle les tramways, les automobiles, les calèches et même les pousse-pousses. Il impute à tous ces moyens de locomotion des dizaines de morts dans les rues de Shanghai tous les ans.

26 Soit l’actuelle rue Fuzhou, l’une des artères commerçantes les plus animées de la ville, située dans la concession internationale.

27 Wu Shuangre, Nieyuanjing, chapitre 13 “Mauvaise nouvelle”, Nankin, Fenghuang chubanshe, 2014, pp. 116-119.

28 Arthur C. de Sowerby, Fur and feather in North China, 1914 : https://archive.org/details/furfeatherinnort00sowe/page/n12 [consulté le 28/02/2019].

29 Arthur C. de Sowerby, op.cit. : https://archive.org/details/furfeatherinnort00sowe/page/92 [consulté le 28/02/2019].

30 Sur la place déterminante de cette revue dans la sphère publique chinoise des années 1914 et 1915 et son rôle dans la formulation d’une théorie du compromis (tiaohe 調和) récusant toute forme de radicalité politique, voir l’article de Timothy B. Weston, « The Formation and Positioning of the New Culture Community, 1913-1917 », Modern China, Vol.24, No.3, juillet 1996, pp. 255-284, voir particulièrement les pages 265-272.

31 《新小說》 Xin xiaoshuo, 創刊號, 1er numéro, 15.10.1902. Pour une traduction en langue anglaise, voir Kirk Denton, Modern Chinese Literary Thought, Writings on Literature, 1893-1945, Chapitre 3, pages 73 à 81 (« On the Relationship Between Fiction and the Government of the People »).

32 Sur ce conflit, qui opposa principalement les deux figures intellectuelles majeures de la fin des années 1910 qu’étaient Du Yaquan et Chen Duxiu, on peut se référer au chapitre qu’y consacre Wang Hui dans China’s Twentieth Century. Revolution, Retreat and the Road to Equality, New York, Verso, 2016, pp. 41-109 ; voir le chapitre 2 « The Transformation of Culture and Politics. War, Revolution and the « War of Ideas » in the 1910s » dans son intégralité.

33 Ernest P. Young, « Politics in the aftermath of revolution: the era of Yüan Shih-k’ai, 1912-1916 » dans The Cambridge History of China, Vol.12, Republican China 1912-1949, Part 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, pp. 241-244.

34 C’est notamment le cas de Kang Youwei 康有為 (1858-1927), qui proposait dans un essai critique à l’égard d’une telle perte de souveraineté des solutions alternatives comme la mise en place d’une administration fiscale centralisée efficace. Voir le chapitre d’ Ernest P. Young, « Politics in the aftermath of revolution: the era of Yüan Shih-k’ai, 1912-1916 » dans The Cambridge History of China, Vol.12, Republican China 1912-1949, Part 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

35 Ibid., p. 231.

36 Ibid., p. 231.

37 Sur la fonction mobilisatrice du Shibao dans cet épisode, on peut consulter l’étude de référence de Joan Judge, pp. 71-72 et 97. Voir également art.cit., pp. 77-78.

38 La Cloche céleste Tianduobao 天鐸報 et le Journal du peuple de la Chine Zhonghuaminbao 中華民報 shanghaïens, ainsi que le Minqiangbao 民強報 pékinois, étant les autres représentants de la presse radicale de la période.

39 Intitulée « Avis sincère sur la contribution financière citoyenne » Guomin juan zhenggao 《國民捐正告》. Celle de Xu Tianxiao, la cinquième, est publiée le 16 mai 1912.

40 Voir par exemple le texte de Wu Shuangre, intitulé « La contribution nationale et moi » (Yu yu guomin juan 予與國民捐), paru six jours plus tôt, le 10 mai 1912. Wu, à travers des jeux littéraires et un registre humoristique, vante les mérites de la contribution citoyenne. Son appel, dans lequel il occupe en tant que lettré reconnu de la scène littéraire shanghaïenne, une place centrale, débute ainsi :
Shuangre (shuangre 雙熱 « doublement chaud ») est quelqu’un de chaud. J’ai souvent de la fièvre (rebing 熱病) et la contribution nationale d’aujourd’hui me donne encore plus chaud si bien que mon cœur charitable, insensiblement, se met à bouillonner, et ma bouche amère s’affole. Alors ma fièvre se manifeste sous forme corporelle et j’entends prêcher la Loi à mes compatriotes […].
L’association d’un vocabulaire religieux à la « fièvre » de l’auteur, elle-même le fruit d’un jeu de mots produit un effet comique, qui permet d’inciter les citoyens à la contribution, d’une manière plus légère que les éditoriaux théoriques de la page spéciale. Dans la suite de ce court texte, Wu continue à user d’un champ lexical bouddhique pour décrire, de manière comique, toutes les situations plus improbables les unes que les autres, qu’il se dit néanmoins prêt à affronter afin de participer au mouvement de contribution nationale.

41 Pour un résumé de la question, voir le chapitre de Ernest P. Young sur la période Yuan Shikai op.cit., pp. 215-216. Voir également du même auteur The Presidency of Yüan Shih-k’ai: Liberalism and Dictatorship in Early Republican China, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1977.

42 De Dai Jitao (nom de plume Tianchou 天仇), voir notamment : « Malheurs ! Les soldats de la République » Wuhu Gonghe zhi bing 嗚呼共和之兵 (Droits du peuple, 29/03/1912) et Mesures pour diriger les soldats 治兵之策 Zhi bing zhi ce (Droits du peuple, 30/03/1912). Ces essais sont notamment consultables dans Collection d’essais de Dai Jitao durant la période Xinhai: 1909-1913 (Dai Jitao Xinhai wenji : yijiulingjiu-yijiuyisan 戴季陶辛亥文集 : 一九〇九-一九一三), Hong Kong, Zhongwen daxue chubanshe, 1991.

43 « Retour sur la mutinerie de Suzhou » Suzhou bingbian ganyan 蘇州兵變感言 (Droits du peuple, 29/03/1912).

44 Sur cette question déjà amplement étudiée, on peut se référer entre autres à Marie-Claire Bergère, L’Âge d’or de la bourgeoisie chinoise, 1911-1937, Paris, Flammarion, 1986 ; Liu Zehua et Liu Jianqing, « Civic associations, political parties, and the cultivation of citizenship consciousness in modern China », dans Joshua A. Fogel and Peter G. Zarrow (dir.), Imagining the people: Chinese intellectuals and theconcept of citizenship, 1890–1920, Armonk, NY: Sharpe, 1997, pp. 39–60 ; et encore Xiaoqun Xu, Chinese Professionals and the Republican State. The Rise of Professional Associations in Shanghai, 1912-1937, Cambridge, Cambridge University Press, 2001.

45 Cf. Frank Dikötter, The Age of Openness. China before Mao, Berkeley, University of California Press, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Boittout, « Protéger le gibier pour bâtir la République : quelle place pour les émotions dans la sphère publique chinoise du début des années 1910 ? », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1265

Haut de page

Auteur

Joachim Boittout

Normalien, agrégé de chinois et diplômé de l’EHESS. Après une formation initiale en littérature chinoise classique (Han Orientaux et Six Dynasties), sa thèse, qu’il effectue à l’Inalco, porte sur l’écriture de l’individualité envisagée dans son rapport à la construction de l’État chinois moderne de 1911 à 1938.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals