Navigation – Plan du site

Comment Qutu Zhongren expia le meurtre de milliers d’animaux

Conte édifiant d’inspiration bouddhiste tiré du recueil Jiwen de Niu Su (VIIIe siècle)
Alain Rousseau

Texte intégral

Présentation

  • 1  Source : https://fr.wiktionary.org/wiki/viandard
  • 2 De Niu Su, nous ne savons quasiment rien. On peut lire dans la courte notice qui lui est consacrée (...)
  • 3 J’emprunte la traduction française du titre de la nouvelle à Michel Cartier qui lui consacre une no (...)

1Le mot viandard désigne dans la langue familière une personne dont le régime alimentaire se compose de grosses quantités de viande animale, ainsi qu’un chasseur sanguinaire et brutal, mû essentiellement par le plaisir sadique de tirer sur tout ce qui bouge, sans s’encombrer d’alibis en appelant à la gestion raisonnée du milieu naturel. Une troisième acception de ce terme, propre semble-t-il à la Nouvelle-Calédonie, fait du viandard un « voleur de bétail qui tue et dépèce des bêtes sur une exploitation pour revendre la viande au noir ou pour sa consommation personnelle »1. La littérature narrative de la Chine ancienne nous offre un bel exemple d’individu répondant à cette triple définition du viandard, en la personne de Qutu Zhongren, dont l’histoire nous est contée dans un recueil de courtes nouvelles de la dynastie des Tang, le Jiwen 紀問, « Recueil de choses entendues », rédigé par un auteur du nom de Niu Su 牛肅2. Le Jiwen en tant que tel ayant disparu, à l’instar d’une foultitude d’ouvrages de la Chine ancienne, c’est grâce au Taiping guangji 太平廣記 que nous est parvenue cette histoire qu’il intègre en son chapitre 100, consacré comme les deux chapitres qui l’encadrent à des témoignages édifiants sur la religion bouddhiste (shizheng 釋證). L’histoire de Qutu Zhongren a été reprise et adaptée au XVIIe siècle par le célèbre nouvelliste en langue dite vulgaire Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644), qui en a fait le 37e conte de son recueil Pai’an jingqi 拍案驚奇 (« [Contes] à frapper la table d’émerveillement ») paru en 1628, « Qutu Zhongren tue cruellement d’innombrables êtres vivants, le maréchal de Yunzhou sauve son neveu de l’enfer »3, Qutu Zhongren kusha zhongsheng Yunzhou sima ming quan neizhi 屈突仲任酷殺眾生 鄆州司馬冥全內侄.

  • 4 Également connue sous les désignations de Tripitaka (en chinois sanzang 三藏, « Les Trois collections (...)

2Le personnage central de cette histoire, Qutu Zhongren, qui n’est d’ailleurs véritablement actif que dans la première moitié du récit, est un fils de famille déchu et débauché qui éprouve une passion quasi exclusive pour la chasse, qu’il pratique de manière aussi intensive que sadique, en s’adonnant à des sévices particulièrement cruels à l’encontre de la gent animale. Il se livre également au pillage de bétail en compagnie du dernier esclave qui lui reste. À la mort de son père, tel le Panurge du Tiers Livre, il dilapide tout son avoir en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire et se retrouve sur la paille. Un mois après la mort dudit esclave, Qutu Zhongren meurt à son tour et est conduit manu militari pour une confrontation avec son esclave, en un endroit qui évoque les Enfers mais également le Purgatoire. Là, il tombe sur un juge qui n’est autre que feu le mari de sa tante. Celui-ci se met sans plus attendre en quête d’un moyen de faire retourner son neveu dans le monde des vivants en échappant au désir de vengeance des dizaines de milliers d’animaux qu’il a tués : Qutu Zhongren n’est après tout cité que pour une confrontation, et son temps de vie terrestre n’est pas épuisé. Consulté sur la méthode à suivre, un expert juridique, mingfa (ou mingfazhe) 明法(者), se propose de tenter d’amadouer les animaux en leur faisant miroiter la possibilité pour eux de se réincarner sous forme humaine s’ils laissent Qutu Zhongren repartir librement afin qu’il accomplisse en leur faveur à des actions méritoires. Les animaux acceptent le marché et Qutu est libre de retourner dans le monde des vivants, mais auparavant, il doit subir en compensation le supplice de la presse : enfermé dans un sac et coincé entre deux planches, il se voit pressurer jusqu’à ce qu’il soit vidé de son sang (qui inonde les lieux sur une hauteur de trois pieds, pas moins !), sang dont les victimes de Qutu Zhongren se repaissent jusqu’à la dernière goutte tout en doublant, voire en triplant de volume. Finalement, Qutu Zhongren est sorti du sac en parfaite condition physique et peut s’en aller, non sans avoir reçu un dernier sermon de la part de son oncle qui l’exhorte à venir à résipiscence et à recopier de son propre sang, pour obtenir la rémission de ses péchés, l’intégralité du canon bouddhique, yiqiejing 一切經4, pratique mortificatoire assez répandue, semble-t-il, dans les milieux bouddhiques d’alors.

3Entre les deux versions de cette histoire, à huit siècles d’écart, il n’existe pas de différences notables, Ling Mengchu suivant avec une grande fidélité l’enchaînement des épisodes du récit de Niu Su, à part quelques petites inversions sans conséquence dans la chronologie des faits. Bien entendu, le style de Ling Mengchu, conteur hors pair, est beaucoup plus fleuri que celui de Niu Su, qui écrit dans la langue concise des courts récits de la dynastie des Tang et dans la continuité des auteurs des Six Dynasties, réputés pour leur laconisme et leur économie de moyens. À noter surtout chez Ling Menchu, au moins dans ce récit, une nette tendance à en rajouter dans les détails sordides : ainsi, là où Niu Su donne comme seul exemple de la cruauté de Qutu Zhongren envers les animaux la cuisson de hérissons vivants en croûte d’argile, Ling Mengchu n’hésite pas à forcer le trait : nous avons ainsi droit à des tortues saoulées au vin (ou à l’alcool) et cuites en plein soleil « dans leur jus », et à des ânes dont les boyaux sont purgés par l’ingestion forcée d’un mélange d’eau et de chaux, après quoi on leur fait absorber une mixture de vin salé et poivré, ce qui dans les deux cas est censé relever la saveur de leur chair. Un autre épisode inventé de toutes pièces par Ling Mengchu nous montre Qutu Zhongren sur le chemin du retour parmi les humains, faisant halte dans une gargote d’où s’échappent des fumets d’autant plus alléchants que son estomac crie famine. On lui sert deux bols de nourriture qui se révèlent être remplis d’yeux humains et d’une vermine répugnante. Qutu Zhongren décline l’offre, mais il doit malgré tout avaler le contenu d’un autre bol sous la contrainte d’un démon des Enfers, démon à tête de bœuf, niutougui 牛頭鬼 : le bol est cette fois rempli de la chair d’un cadavre en putréfaction !

4Mais sur le fond, la différence essentielle entre les deux récits tient à ce que l’histoire que nous conte Niu Su, qui est une sorte d’exemplum d’inspiration bouddhiste à visée religieuse plus que philosophique, met l’accent sur la nécessité du repentir et le pouvoir de la rédemption, sans manifester de sympathie particulière pour l’espèce animale victime de la cruauté humaine, alors que Ling Menchu se montre beaucoup plus attentif au sort des animaux, et plus largement à leur statut ontologique et moral. C’est ainsi que dans l’exorde qui ouvre son récit, il écrit :

Or donc, toutes les créatures vivantes qui peuplent notre monde sont engendrées par le Ciel et la Terre. Toutes de la même manière donnent de la voix, respirent et sont douées de conscience et de sensibilité. Mais si toutes forment autant d’espèces différentes de la nôtre, toutes ressentent la même envie de vivre et la même crainte de la mort, ce en quoi elles sont pareilles à nous : elles sont reconnaissantes du bien et gardent rancune du mal qu’on leur a fait, en vertu du même principe que nous. Il se trouve seulement que l’homme est plus intelligent et plus industrieux que les animaux, et qu’il peut s’en rendre maître en ayant recours à des techniques telles que l’attelage des bœufs, le harnachement des chevaux, le dressage des faucons et l’élevage des chiens courants. Mais comme cela ne lui suffit pas, il en fait sa propre pitance et leur ôte la vie dans des massacres démesurés, et comme les animaux ne sont pas de force à leur résister, ils sont voués à se retrouver sous le hachoir du boucher. Lorsqu’ils sont sur le point de mourir, ils se mettent à voler dans tous les sens en poussant des cris affolés, chacun cherchant à fuir pour se cacher : comment prétendre que ce ne sont que de stupides pécores qui ne font aucune différence entre la vie et la mort et qui sont destinées à nous servir de nourriture ? Toux ceux qui, en ce monde, aiment bâfrer et tuer, de même que les pédants et les grimauds faiseurs de laïus, nous disent : « Si le Ciel donne la vie aux dix mille créatures, c’est pour qu’elles servent de nourriture à l’Homme : les manger n’est donc pas un péché. » Ce genre de propos, je me demande si c’est le Souverain Céleste qui le leur a tenus de sa propre bouche, ou bien si ce sont eux et leur séquelle qui en sont les auteurs. Si comme ils l’affirment, l’homme mange les animaux parce que c’est la volonté du Ciel que l’homme se nourrisse d’eux, dans ce cas, puisque les tigres et les léopards dévorent les humains, n’est-ce point parce que le Ciel à créé les humains afin que ceux-ci nourrissent les tigres et les léopards ? Et puisque les moustiques et les taons sucent le sang humain, n’est-ce point parce qu’il a créé les humains afin que ceux-ci nourrissent les moustiques et les taons ? Si tigres et léopards, moustiques et taons étaient capables de parler, d’écrire, d’agir comme nous, il y a tout lieu de penser qu’ils s’exprimeraient de la sorte, et je me demande si les hommes accepteraient de se ranger à leurs vues.

話說世間一切生命之物,總是天地所生,一樣有聲有氣有知有覺,但與人各自為類。其貪生畏死之心,總只一般;銜恩記仇之報,總只一理。只是人比他靈慧機巧些,便能以術相制,弄得駕牛絡馬,牽蒼走黃,還道不足,為著一副口舌,不知傷殘多少性命。這些眾生,只為力不能抗拒,所以任憑刀俎。然到臨死之時,也會亂飛亂叫,各處逃藏,豈是蠢蠢不知死活任你食用的?乃世間貪嘴好殺之人與迂儒小生之論,道:「天生萬物以養人,食之不為過。」這句說話,不知還是天帝親口對他說的,還是自家說出來的?若但道「是人能食物,便是天意養人」,那虎豹能食人,難道也是天生人以養虎豹的不成?蚊虻能嘬人,難道也是天生人以養蚊虻不成?若是虎豹蚊虻也一般會說、會話、會寫、會做,想來也要是這樣講了,不知人肯服不肯服?

  • 5 L’authenticité du Lie zi en tant qu’ouvrage réellement composé par un sage taoïste du nom de Lie Yu (...)

5Voilà qui rappelle furieusement cet apologue du Lie zi 列子, traité taoïste rédigé vingt-deux siècles plus tôt, et donc antérieur de six siècles à l’introduction du bouddhisme en Chine5 :

Le seigneur Tian de Qi honorait ses ancêtres dans son palais et avait invité mille convives à un banquet. Lorsque l’on apporta des poissons et des oies sauvages, le seigneur les contempla et dit en soupirant : « Comme le Ciel est généreux envers les hommes ! Il fait croître les cinq céréales et naître les poissons et les oiseaux afin que les hommes puissent en jouir ! » Tous les convives firent écho. C’est alors que le fils du seigneur Bao, âgé de douze ans, qui était assis aux places inférieures, s’avança et dit : « Les choses ne sont pas telles que l’affirme Votre Seigneurie. Toutes les créatures de ce monde cohabitent avec nous et forment les différentes espèces. Parmi les espèces, il n’en est pas de nobles ni de viles. Ce n’est que parce qu’elles sont d’intelligence et de force différentes que les unes dominent les autres et qu’elles s’entre-dévorent à tour de rôle. Mais elles n’ont pas été créées les unes pour les autres. L’homme s’approprie celles qu’il peut manger et les mange, mais est-ce pour autant que le Ciel, à l’origine, les a créées pour lui ? Les moustiques et les taons nous piquent la peau, et les tigres et les loups se nourrissent de chair animale, mais est-ce pour autant que le Ciel, à l’origine, a créé l’homme pour les moustiques et les taons, et la chair animale pour les tigres et les loups ? »

齊田氏祖於庭,食客千人。中坐有獻魚鴈者。田氏視之,乃歎曰:「天之於民厚矣!殖五穀,生魚鳥,以為之用。眾客和之如響。鮑氏之子年十二,預於次,進曰:「不如君言。天地萬物,與我並生類也。類无貴賤,徒以小大智力而相制,迭相食;非相為而生之。人取可食者而食之,豈天本為人生之?且蚊蚋噆膚,虎狼食肉,非天本為蚊蚋生人、虎狠生肉者哉?」

6Belle déclaration antispéciste qui n’a rien perdu de sa pertinence !

Bibliographie

7La seule traduction, à notre connaissance, du récit de Niu Su dans une langue occidentale, est celle, due à Thomas Tilo, qui figure sous le titre « Sühne für Zehntausende getötete Tiere » dans le recueil Der Fremde mit dem Lockenbart, Erzählungen aus dem China der Tang-Zeit, herausegegeben und aus dem Chinesischen übersetz von Thomas Thilo, Berlin, Rütten & Loening, 1989.
La nouvelle de Ling Mengchu a été traduite par Shuhui Yang et Yunqin Yang sous le titre « Qutu Zhongren Cruelly Kills Other Creatures; The Yunzhou Prefect Helps His Nephew in the Netherworld », dans le volume Slapping the Table in Amazement, A Ming Dynasty Story Collection, traduction intégrale du Pai’an jingqi (Seattle et Londres, University of Washington Press, 2018). Une version condensée, due à Wang Guozhen 王国振, figure sous le titre « Magistrate Saves His Nephew in the Hell » dans Amazing Tales, China Intercontinental Press, 2017.

Traduction

  • 6 Dans la province actuelle du Shaanxi.
  • 7 Dans la province actuelle du Henan.
  • 8 Un mu 畝 équivaut à 1/15e d’hectare.

8Yu Xian, sous-préfet de Tongguan6 à la réputation bien établie, faisait route vers le district de Wen7 au printemps de la 23e année de l’ère Kaiyuan [735], lorsqu’il avisa sur le côté gauche de la route une chaumine dont l’occupant était en train de se piquer les bras jusqu’au sang. Il mêlait ensuite son sang à de l’encre vermillon, mélange avec lequel il recopiait l’intégralité du canon bouddhique. L’homme, qui approchait de la soixantaine, avait le teint jaunâtre et était d’une maigreur squelettique. Il avait de la sorte recopié déjà plusieurs centaines de rouleaux du canon bouddhique. Chaque fois qu’il recevait un visiteur, il lui demandait de lui faire l’aumône d’un don, et bien souvent, il sollicitait les gens de la suite de son visiteur afin qu’eux aussi y aillent de leur contribution.
« J’ai pour nom de famille Qutu et pour prénom Zhongren, dit-il à Yu Xian, et j’ai pour cousins Qutu Zhongjiang et Qutu Jijiang. » Son père avait administré le district de Wen où il possédait une ferme. N’ayant pour fils que Zhongren, il s’était laissé attendrir par son jeune âge et lui avait laissé la bride sur le cou. Zhongren était au naturel peu porté à l’étude et ne faisait que jouer à des jeux d’argent et que chasser à l’arc. À la mort de son père, il disposa de plusieurs dizaines de serviteurs, d’un héritage de plusieurs millions de sapèques, de fermes et de demeures en grand nombre, mais il laissa libre cours à ses penchants licencieux et s’adonna sans retenue à la boisson et au jeu, au point que tout son avoir se trouva liquidé. Au bout de quelques années, il ne lui resta plus que la ferme de Wen. Il avait revendu ses terres agricoles et dilapidé l’intégralité de son patrimoine immobilier dont le seul vestige était une maison à l’intérieur de la ferme. De ses serviteurs et de ses concubines, il ne lui restait personne, et sa situation matérielle était des plus précaire. Dans le sol de sa maison, il enterrait des jarres où il conservait de la viande de bœuf et de cheval.
Zhongren était d’une force herculéenne, et il avait un esclave nommé Moheduo qui était lui aussi très fort et pouvait se mesurer à dix hommes en même temps. Chaque jour à la nuit tombante, Zhongren et son esclave se mettaient en route pour aller voler bœufs et chevaux, toujours à une cinquantaine de lis de leur domicile. Quand ils tombaient sur un bœuf, ils le saisissaient par les cornes, puis ils le retournaient sur le dos et le prenaient en charge sur leurs épaules. Quand ils croisaient en chemin un cheval ou un âne, ils lui passaient une corde autour du cou et le retournaient et le transportaient de même sur leurs épaules. Une fois rentrés au bercail, ils jetaient la bête sur le sol. Celle-ci étant morte, ils se mettaient à la dépiauter et se débarrassaient de la peau et des os dans un puits à l’arrière de la maison, après quoi ils boucanaient la viande et la mettaient en conserve dans des jarres. Le lendemain de bonne heure, Zhongren envoyait son esclave revendre la viande sur les marchés et acheter en échange du riz pour leurs repas. Ce manège dura ainsi pendant plus de dix ans, mais comme ils perpétraient leurs vols à bonne distance de leur domicile, jamais personne n’eut le moindre soupçon à leur égard.
Zhongren aimait tuer par nature. Sa maison était remplie d’arcs, de flèches, de filets, de piques et de lance-pierres, et le nombre d’oiseaux et de quadrupèdes qu’il avait fait passer de vie à trépas était incalculable. Dès que son regard se posait sur une bête, celle-ci n’avait aucune chance d’en réchapper. Il allait ainsi jusqu’à attraper des hérissons qu’il faisait cuire tels quels dans une croûte d’argile, et quand ils étaient à point, il les débarrassait de leur croûte : leur peau et leurs piquants des hérissons venaient alors avec l’argile, et il n’avait plus qu’à déguster leur chair. Les sévices auxquels il s’adonnait étaient tous à l’avenant.
Un jour, Moheduo fut emporté par la maladie, et un bon mois plus tard, ce fut Zhongren qui mourut à son tour. Toutefois, le creux de sa poitrine resta chaud. Sa vieille nourrice, qui était toujours en vie, veilla son corps et repoussa à plus tard son inhumation.
Soudain, Zhongren revint à la vie. Il fit alors le récit suivant : tout d’abord, il s’était vu emmener afin d’être confronté à son domestique, après quoi il était arrivé dans une vaste enceinte à l’intérieur de laquelle se trouvaient une douzaine de salles. Il y avait là six juges qui occupaient chacun deux salles. La salle où se retrouva Zhongren était située le plus à l’ouest. Le juge n’était pas encore arrivé, et Zhongren se tenait debout en bas du prétoire, quand un instant plus tard, le juge fit son entrée. Celui-ci n’était autre que son oncle Zhang An, maréchal de Yunzhou. Grande fut sa surprise quand il vit Zhongren. Il l’invita alors à monter les marches avec lui et lui dit : « Pour ce qui est du mal que tu as fait de ton vivant, nul ne saurait se comparer à toi : ce sont des milliers, des dizaines de milliers d’animaux que tu as tués. Maintenant que tu débarques ici à l’improviste, comment vais-je faire pour te sortir d’ici ? »
Saisi d’épouvante, Zhongren se prosterna le front contre le sol et implora son oncle.
« Attends-moi, lui dit celui-ci, je vais aller en discuter avec les autres juges. »
Zhang An dit alors à ses collègues : « Qutu Zhongren, neveu de mon épouse, a commis des crimes sans nombre. Or il a été mandé en ces lieux pour une confrontation, et il n’est pas encore parvenu au terme de sa vie humaine tel que fixé par le destin. Je souhaiterais qu’on le relâche et qu’il puisse quitter les lieux, mais je crains que les créatures qu’il a occises ne l’entendent pas de cette oreille. Je voudrais que l’on trouve un moyen de le ramener à la liberté et à la vie, mais la chose est-elle possible ?
— Appelons un expert juridique, répondirent les juges, et posons-lui la question. »
L’expert juridique arriva. Il portait un habit bleu et marchait à petit pas, le dos courbé. Les juges lui demandèrent : « Nous aimerions faire sortir un criminel de ces lieux : y a-t-il un moyen qui autorise cette sortie ? » Ils lui contèrent alors tous les détails de l’affaire.
« Il n’existe qu’un seul moyen de le faire sortir d’ici, dit l’expert, mais il faut pour cela l’assentiment des créatures occises. Sans cet assentiment, inutile d’y compter.
— Et ce moyen, quel est-il ? demandèrent les juges.
— Toutes ces créatures que Zhongren a tuées, répondit l’expert, veulent le faire payer de sa vie, et ensuite se réincarner. Faisons-les venir ici. Pour mieux les enjôler je leur tiendrai le discours suivant : “Qutu Zhongren vient d’arriver : si vous le dévorez, certes vous vous réincarnerez, mais les moutons redeviendront moutons, et les chevaux redeviendront chevaux, car votre karma n’est pas épuisé, et vous devrez endurer de revivre dans des corps d’animaux. Quant à Zhongren, s’il se réincarne en être humain, il continuera comme avant à se repaître de vous, et le cycle de la vengeance n’aura jamais de fin. Tandis que si nous laissons Zhongren repartir pour un temps, afin qu’il cherche à accomplir en votre faveur des actions méritoires qui vous délivreront de votre karma d’animaux, alors vous obtiendrez de revivre sous une forme humaine, et vous ne serez plus jamais mis à mort par les hommes : n’est-ce pas magnifique ?” D’entendre qu’elles renaîtront sous une forme humaine rendra toutes ces bêtes folles de joie, c'est certain, et nous pourrons alors libérer notre homme. Mais si elles refusent, il n’y aura pas de solution de rechange. »
Zhongren fut alors bouclé dans une des salles situées sur l’avant, et l’on convoqua toutes les créatures qu’il avait massacrées. La salle où siégeait le juge avait beau avoir une superficie de plusieurs mu8, elle se retrouva pleine à craquer de toutes les victimes de Zhongren : bœufs et chevaux, ânes et mulets, porcs et moutons, chevrotains et cerfs, faisans et lièvres, et jusqu’aux hérissons et aux volatiles, tout s’y comptait par dizaines de milliers de têtes.
« Pourquoi nous a-t-on convoquées ? demandèrent les bêtes.
— Zhongren vient d’arriver » leur répondit le juge. Ce fut alors parmi toutes ces créatures une explosion de cris de rage, et leurs trépignements firent trembler les murs.
« Comment se fait-il que ce gredin colossal ne s’acquitte pas de la dette qu’il a envers nous ? » dirent les victimes de Zhongren.
Sous l’effet de la colère, le corps des porcs et des moutons se mit à enfler au point qu’ils devinrent aussi gros que des chevaux ou des bœufs, tandis que de leur côté, les bœufs et les chevaux grossirent du double de leur taille ordinaire. Le juge chargea alors l’expert juridique de leur exposer son argumentaire. En apprenant qu’ils allaient renaître dans des enveloppes humaines, ils ne se tinrent plus de joie et leurs corps retrouvèrent leur taille d’origine. On les réexpédia tout autant qu’ils étaient chacun d’où il venait, et on fit sortir Zhongren.
C’est alors que surgirent deux sbires des Enfers, portant avec eux un sac de cuir ainsi qu’une presse faite de deux planches de bois. Ils fourrèrent Zhongren à l’intérieur du sac qu’ils pressèrent entre les deux planches. Tout le sang que contenait le corps de Zhonrgen se mit alors à couler par les pores du cuir et se répandit sur le sol. Les deux sbires exprimaient tant et si bien le sang de Zhongren que celui-ci coula jusqu’aux abords du bâtiment, et en un clin d’œil, le niveau atteignit les marches, soit une hauteur d’environ trois pieds. Le sac contenant Zhongren fut alors remisé dans sa pièce et l’on ferma celle-ci à clef.
Derechef, on fit venir tous les animaux. « Criminel que tu es ! disaient ceux-ci en fulminant de rage. Puisque tu nous as mis à mort, nous allons boire ton sang ! » Ils se mirent alors à boire le sang de Zhongren, et même les oiseaux y prirent leur part. Quand ils eurent tout bu, ils continuèrent à lécher jusqu’à que le sol de la cour redevienne visible. Pendant qu’elles étaient occupées à boire le sang, toutes ces bêtes étaient dans une telle rage que leurs corps avaient enflé jusqu’à atteindre plusieurs fois leur taille ordinaire, et durant tout ce temps elles déversaient des flots d’injures. Lorsqu’elles eurent fini de boire, l’expert juridique déclara à leur intention : « Puisque vous avez aujourd’hui obtenu réparation, nous allons laisser Qutu Zhongren repartir librement, avec pour consigne de s’attacher à accomplir en votre faveur des actions méritoires afin que vous puissiez renaître sous une forme humaine. »
Les animaux exultèrent, et chacun d’entre eux repartit après avoir repris sa taille initiale. Le juge fit ensuite sortir Zhongren du sac : son corps était redevenu tel qu’auparavant.
« À présent que tu as reçu la juste rétribution de tes actes, lui dit le juge, il faut que tu t’appliques de toutes tes forces à travailler à ta propre félicité. Si tu recueilles ton propre sang, et que de ton sang tu recopies l’intégralité du canon bouddhique, tous tes péchés te seront remis. Mais sinon, tu reviendras ici pour l’éternité sans espoir de retour. »
C’est alors que Zhongren se réveilla, et dès lors, il se mit à la tâche avec la plus grande détermination.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1  Source : https://fr.wiktionary.org/wiki/viandard

2 De Niu Su, nous ne savons quasiment rien. On peut lire dans la courte notice qui lui est consacrée dans le recueil Taiping guangji xuan 太平廣記選, « Anthologie du Taiping guanji », compilé sous la direction de Wang Rutao 王汝濤 et publié en 1981 aux éditions Qilu shushe : « Aucune recherche n’a permis de savoir ce que fut la vie de Niu Su. De l’avis de certains, il vécut entre les périodes Zhenyuan 貞元 et Yuanhe 元和 [soit entre les dernières années du VIIe siècle et les premières années du siècle suivant] », 牛肅生平無可考,有人以為是貞元,元和間人.

3 J’emprunte la traduction française du titre de la nouvelle à Michel Cartier qui lui consacre une notice, « Le repentir de Zhongren », dans Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, 2ème partie, 1er volume, Mémoires de l’Institut des Hautes Études Chinoises, Collège de France, IHEC, 1981, pp. 1064-1069).

4 Également connue sous les désignations de Tripitaka (en chinois sanzang 三藏, « Les Trois collections [de soutras]) » et Dazangjing 大藏經, « La Grande collection de soutras », cette « intégrale » des soutras bouddhiques se compose de plusieurs milliers de rouleaux.

5 L’authenticité du Lie zi en tant qu’ouvrage réellement composé par un sage taoïste du nom de Lie Yukou 列圄寇, qui aurait vécu au –Ve siècle, est certes depuis longtemps contestée tant en Chine qu’en Occident. L’ouvrage, dit-on, serait en réalité plus tardif, et postérieur à l’entrée en Chine du bouddhisme dont il aurait subi l’influence par endroits. Mais récemment, Jean Levi, dans ses Fables de Maître Lie (Éditions de l’Encyclopédie des Nuisances, 2014), a réfuté la thèse de l’inauthenticité du Lie zi, en produisant des arguments qui, s’ils ne sont pas définitifs, sont en tout cas très convaincants.

6 Dans la province actuelle du Shaanxi.

7 Dans la province actuelle du Henan.

8 Un mu 畝 équivaut à 1/15e d’hectare.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rousseau, « Comment Qutu Zhongren expia le meurtre de milliers d’animaux
 », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 02 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1278

Haut de page

Auteur

Alain Rousseau

Retraité de l’Éducation nationale depuis janvier 2015, Alain Rousseau a étudié à l’INALCO, de la fin des années 1970 au début des années 1980, le chinois qu’il a enseigné pendant quelques années à l’université de Reims-Champagne-Ardenne en tant que chargé de cours.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals