Navigation – Plan du site

Faire entrer le loup dans son propre logis

Wen He

Texte intégral

Présentation

1Green, est, jusqu’à aujourd’hui, le premier loup sauvage dans le monde à avoir été tout d’abord secouru et apprivoisé dès la naissance, puis relâché avec réussite dans la nature par un individu lambda : Li Weiyi 李微漪, jeune peintre citadine chinoise auteur d’un roman documentaire intitulé Rang wo peini chongfan langqun 让我陪你重返狼群 (Laisse-moi te raccompagner dans la meute de loup).

2Lors d’un voyage dans la plaine de Zoigê située au nord-ouest de la province du Sichuan, celle-ci a sauvé le petit Green, dont les parents avaient été tués par des chasseurs et dont les frères et sœurs étaient morts prématurément par la suite. Elle l’a ainsi ramené dans sa ville, Chengdu, et tous deux ont vécu ensemble en toute discrétion dans un atelier de peinture au dernier étage d’un bâtiment où ils purent profiter d’une grande terrasse située sur le toit. Pendant toute cette période, la vie fut emplie de joie malgré toutes les bêtises causées par Green, l’inquiétude de Weiyi, laquelle avait peur d’être découverte, et la jalousie de son chien envers le nouveau chouchou. Cependant, une telle vie restreinte à une forêt moderne de béton ne suffisait pas à Green, lui qui appartenait à la nature et qui aspirait d’instinct à la liberté. En ayant pris conscience, Weiyi décide finalement de retourner à la plaine avec Green lorsque celui-ci est âgé de trois mois afin de le relâcher dans la nature, en risquant le tout pour le tout !
Leur première installation, après un choix très dangereux de Weiyi, fut une ferme d’élevage de chiens tibétains tenue par un de ses amis. La vie commune avec ces grosses bêtes féroces ne fut, pour le louveteau, pas facile au départ. Mais au fil du temps, cet intelligent Green a appris, en risquant sa vie, à déceler la pensée des autres en les observant, à chercher son protecteur en faisant du zèle auprès du mâle alpha des chiens tibétains, à maîtriser le langage corporel du loup soumis… Il arrive finalement par transformer ses ennemis en amis grâce à son intelligence, son courage ainsi que sa ténacité. Cette expérience d’intégration à la vie en meute a aussi joué un rôle primordial pour que Green finisse par se faire, plus tard, admettre par la meute de loups.

3Du côté de Weiyi, c’est grâce au respect et à la compréhension qu’elle a de la nature profonde du loup, qu’elle a pu adopter sa propre façon d’élever et d’éduquer Green, c’est-à-dire, en tant qu’une vraie mère d’un loup, non d’un enfant humain.
En voyant que Green était de jour en jour plus attaché aux humains, habitué à être nourri par eux et qu’il se prenait inévitablement lui aussi pour un chien, Weiyi décide de sortir son enfant de cette zone de confort pour le préparer à la vie dans la nature ; pour sa part, elle vivra aussi comme un loup, complètement isolée du monde. Après avoir quitté la ferme, sous un froid glacial, ils poursuivent leur chemin du retour à la meute en allant vers les lointaines Montagnes du Loup (Langshan 狼山). L’aventure à deux continue dans l’incertitude. Green, ce gourmand, ne fait jamais la fine bouche. La viande de bœuf séchée et les bonbons au lait sont ses amuse-gueules favoris. Mais face à la pénurie de nourriture en hiver, Green chasse dès lors lui-même et partage toujours avec sa mère qui l’accompagne loin derrière lui : des lièvres, des marmottes quand il a de la chance, ou alors des ossements d’un yak dont il se contente, et au pire des cas, après avoir fini avec sa mère les biscuits de mer et les nouilles instantanées, il se nourrit de la neige. Le manque de proies n’est pas le seul problème durant ce voyage. Green, en essayant de trouver des traces laissées par des membres de son espèce, doit aussi faire face aux autres animaux terribles ou même des prédateurs tels que les chiens errants du territoire, des troupeaux de yaks, des aigles royaux… Le danger est omniprésent. Green sait enfin se méfier des humains après avoir échappé aux pièges vicieux installés par des braconniers. Au bout d’environ deux cents jours, cette aventure d’un loup en compagnie de sa mère, son amie ou alors son compagnon d’armes touche à sa fin. Repéré tout d’abord par un vieux loup, Green, lors d’une nuit éclairée par la lune dans la Montagne du Loup enneigée, a entendu le premier hurlement du mâle dominant de la meute de loups ainsi que ceux des autres loups qui résonnaient dans toute la montagne. Malgré ses premiers hurlements maladroits ressemblant à des « Wouaf wouaf », Green se fait tout de même accepter par le chef de la meute. La séparation avec Green est déchirante pour Weiyi, mais comme elle le dit : « Personne ne peut tracer l’itinéraire de toute une vie pour quelqu’un d’autre, personne ne peut lui tenir la main toute la vie. Green est libre, c’est à lui de poursuivre le reste de son chemin. ».

  • 1 Marie Odile Guth, « Pourquoi protéger le loup », L’info Loups, n° 4, Octobre 1998, p. 1.

4Cette histoire extraordinaire et émouvante rafraîchit notre connaissance des loups et redonne une nouvelle image de l’animal : celui-ci est courageux, intelligent, persévérant, et surtout reconnaissant et affectueux, contrairement à l’image traditionnelle du loup dans la littérature chinoise. L’auteur espère, à travers ce roman documentaire, éveiller un peu plus l’attention des gens envers loups et souhaite qu’une réserve naturelle pour les loups puisse être construite sur la plaine de Zoigê, afin que les hurlements des loups résonnent pour toujours en pleine nature. Les loups, qui jouent un rôle très important dans l’équilibre de l’écosystème, sont de plus en plus menacés par les interventions humaines de nos jours. Le respect dont fait preuve cette citadine — que ce soit pour le loup, pour leurs droits mais aussi pour leur dignité de vivre en liberté — soulève toute une question ayant trait à l’éthique entre hommes et animaux. Li Weiyi a sauvé la vie d’un seul loup, mais peut-on changer ou sauver le destin de tous les loups ? Enfin, « la protection du loup ne peut en effet être conduite contre l’homme, mais avec lui, et largement pour lui. »1.

  • 2 Li Weiyi 李微漪, Rang wo peini chongfan langqun 让我陪你重返狼群 (Laisse-moi te raccompagner dans la meute de (...)

5Nous sommes heureux de proposer la traduction du premier chapitre du roman qui raconte la première rencontre entre l’auteur et un jeune loup2.

Retour dans la meute de loups en ma compagnie

Faire entrer le loup dans son propre logis

6Au moment où je venais d’arriver à la plaine de Zoigê pour peindre d’après nature, j’étais loin d’imaginer qu’un louveteau mourant et destiné à avoir une grande influence sur moi pour toute la vie, allait pousser de faibles cris de secours en ma direction.

  • 3 La Tsampa (en chinois : zanba 糌粑) est le nom d’une préparation culinaire faite d’un mélange de fari (...)
  • 4 Le goral (banling 斑羚) de l’Himalaya est un capriné asiatique vivant en altitude.
  • 5 Le muntjac (jizi 麂子) est un cervidé endémique de Chine.

7Dès que je foulai cette plaine d’un plateau située à environ 4000 mètres d’altitude, je ressentis immédiatement que l’air s’était raréfié. Sous le soleil brûlant et le vent impétueux soufflant les herbes tenaces, quasiment aucun arbre ne prenait racine et poussait. Il y avait seulement une plaine infinie ainsi que des montagnes continues qui ondulaient. D’après les locaux, en tibétain Zoigê signifie « un endroit aimé par les yaks ». Au loin, je voyais des montagnes enneigées, des drapeaux de prières, des nuages blancs, le ciel limpide, des temples resplendissants… C’était un endroit délicieux de liberté dont rêvaient tous les peintres.
C’était un mois d’avril. Le soleil flamboyant, après s’être retenu durant tout l’hiver, commença à griller chaque morceau de la terre du plateau. À midi, plus je marchais, plus j’avais soif sous le soleil en portant mon carton à dessin et mon sac sur le dos. Il n’y avait pas d’arbres aux alentours sous lesquels j’aurais pu m’abriter et j’avais fini de boire mon eau depuis longtemps. À la fin, je parvins à trouver le foyer d’un berger sur cette immense plaine et à pousser la porte pour y demander une gorgée d’eau.
Peu d’invités de l’ethnie Han venaient dans ce foyer de berger du fond de la plaine, aussi furent-ils extrêmement chaleureux. Une bergère âgée sortit du thé au beurre de yak et me donna un morceau de tsampa3 pétrie. Quelques bergers qui connaissaient un tant soit peu la langue chinoise s’assirent autour de la table et se mirent à me parler de la vie quotidienne. Pendant ce temps, ils parlèrent d’une histoire récente concernant des loups. Passionnée par les animaux, je m’y intéressai tout de suite. « Ça fait longtemps que je n’ai pas vu un loup comme celui-ci ! » Assise en face de moi, la vieille bergère enleva son chapelet bouddhique de son bras et commença à me la raconter d’une façon captivante en comptant perle par perle : « Il y a quelques jours, un grand loup s’est faufilé dans une bergerie et a volé un mouton. Une fois au courant de la perte du mouton, les chasseurs y ont posé un piège. Peu de temps plus tard, le piège a disparu ! On l’a trouvé après, mais avec une patte de loup coupée dessus. Le loup s’est enfui contre toute attente !
— Le loup s’est rongé la patte en deux ?! » J’étais choquée. Auparavant j’avais lu ce genre de passage dans des romans mais je les prenais pour des affabulations littéraires. À ce moment, je tremblais de peur en écoutant les bergers de la plaine raconter une version réelle, « Elle est vraie cette histoire ?
— Oui, les loups de la prairie sont très féroces ! » répondit la vieille bergère en inclinant la tête.
J’essayai de rétablir les scènes d’alors dans ma tête : Le grand loup piégé n’a pas pu courir loin. Il s’est immédiatement mutilé la patte avant blessée en se mordant afin de se sauver. Il s’est fait poursuivre par quelques chiens tibétains à cause de l’odeur de son sang tout le long du chemin. Ne pouvant pas grimper la montagne avec ses trois pattes, tout affolé, il s’est caché dans un tas de pierres au pied de la montagne. La tête tendue vers l’extérieur, il se défendait de toutes ses forces. Parmi les chiens tibétains qui entouraient l’entrée des pierres, il y avait un jeune sans expérience, qui croyait que c’était facile d’attaquer un loup boiteux et qui s’était précipité dans les pierres sans se rendre compte du danger. A peine avait-il mis sa tête à moitié dans la fente entre les pierres, qu’il s’était fait mordre par le grand loup d’un seul coup à la tête et à la gorge. Son œil avait éclaté. Le loup avait secoué la tête violemment et avait déchiré la gorge du chien alors que ce dernier, n’ayant même pas eu le temps de gémir, était mort devant le trou. Les chiens qui restaient n’osaient plus y foncer et ne faisaient qu’aboyer à tue-tête pour donner l’alerte. Le loup se défendait opiniâtrement depuis la fente. Les chasseurs et les bergers qui arrivèrent en courant en suivant les aboiements firent partir la meute. En voyant que la fente n’était pas très profonde, les chasseurs attachèrent un couteau tibétain sur un bâton en bois et l’enfoncèrent dans le trou. Ils percèrent aveuglement le loup qui, suite à cela, mourut.
La vieille bergère, en faisant glisser entre ses doigts le chapelet bouddhique, dit d’un air triste : « La louve laissée seule alors qu’elle vient de donner naissance à des louveteaux est la plus pitoyable… 
— Il reste encore une louve aves ses petits ? demandai-je, les yeux grand-ouverts.
— Oui ! répondit-elle. C’est pour ça que le loup est allé voler des moutons. »
J’opinai de la tête. D’après mes connaissances sur les habitudes naturelles du loup, je savais que la louve restait dans l’antre pendant qu’elle mettait bas et élevait les louveteaux, et que le loup s’occupait de chasser et de les entretenir. Ce loup qui venait d’être père, avait toute sa famille à nourrir. C’est la nature de tous les pères. Malgré cela, les loups ne veulent jamais devenir ennemis de l’humain, les expériences sanglantes qu’ont eu jadis leurs ancêtres avec les Hommes ne suffisent-elles pas ? J’avais beaucoup de compassion mais je n’étais pas d’accord avec le vol risqué des animaux domestiqués commis par le loup : « C’est stupide. Le loup est mort. Comment les autres vont-ils faire pour survivre ? Il ne pouvait pas chasser des bisons ou des chèvres sauvages ?
— Comment ? dit un berger barbu avec des rires secs. Tu les as vus en venant jusqu’ici ?
— Et les gorals4 de l’Himalaya ? Les muntjacs5 ? Les chevreuils ? Les cerfs… » Je passai en revue tous les noms des animaux herbivores sauvages qui pourraient servir de nourriture aux loups. Le barbu dit en hochant la tête : « S’il y avait eu ces animaux rares, ils auraient depuis longtemps été chassés jusqu’au dernier. Comment le loup pourrait-il les avoir ? »
Mon cœur s’alourdit. Je compris d’un coup la raison pour laquelle le loup avait risqué sa vie pour s’emparer des moutons. Je commençai à éprouver de la haine envers les Hommes.

8Un autre berger enchaîna sur les propos du berger barbu : « Après la mort du loup, la louve était comme folle. Elle osait entrer dans le pâturage en plein jour et a tué d’affilée trois ou quatre moutons. Le soir, elle courait jusqu’au sommet de la montagne, à l’endroit où le loup s’était fait tuer pour se lamenter en poussant des cris. Les bergers en étaient angoissés tous les jours… 
— Quelqu’un a-t-il vu la louve ? demandai-je avec impatience.
— Bien sûr qu’on l’a vue ! Elle venait dans la journée. Les chiens ne pouvaient pas la chasser. Elle ne fuyait pas à la rencontre des gens. Elle risquait totalement sa vie. » Le berger agita la main pour me dire de ne pas l’interrompre. Je me tus tout de suite et l’écoutai sans faire de bruit de crainte de laisser échapper un détail. Son récit me ramena à il y a quelques jours :

9Pendant ces jours-là, les hurlements tristes poussés tous les soirs par la louve qui souffrait de la perte de son compagnon et de la faim faisaient paniquer les bergers. La provocation suicidaire de la louve avait aggravé l’hostilité irréconciliable entre eux. Pour éviter les conséquences éventuelles, des chasseurs expérimentés se mirent à chercher partout et finirent par trouver son repaire. Après quelques essais d’exploration, ils découvrirent que la louve n’était pas là mais de petits louveteaux y étaient cachés. Quelqu’un a conseillé de voler les petits et de faire exploser le repaire ; un autre a proposé, craignant une vengeance encore plus folle de la louve, d’en laisser un vivant. Ainsi, par amour pour son seul enfant survivant, la louve l’emmènerait certainement au loin pour fuir le malheur. Mais il faudrait lui laisser un petit avec les deux pattes arrière cassées pour que la louve élève son petit qui n’arriverait plus jamais à se mettre debout. Elle ne penserait ainsi plus à revenir, éreintée par ce fardeau. Quelqu’un, ne croyant pas que la louve qui était presque sur le point de mourir parte avec son enfant, a proposé de tous les tuer radicalement : ils laisseraient donc ces louveteaux dans la tanière pour inciter la louve à revenir, et les prendraient ainsi tous d’un coup de filet. Ainsi, ils pourront obtenir en plus la grande fourrure de la louve. »
Le berger prit une bouchée de tsampa et mâcha doucement. Il regarda la vieille bergère et semblait ne pas avoir le cœur de continuer. Je le regardais, impatiente d’écouter la fin de l’histoire.
Après avoir un peu hésité, il continua : « Les chasseurs ont mis de la viande avec du poison devant la tanière. Ils se disaient que la fourrure resterait bien complète si la louve mourait d’empoisonnement. Mais de mourir empoisonnée, la louve avait déchiré le dos de sa fourrure avec ses crocs. Elle n’avait pas laissé l’humain obtenir son pelage en mourant ! »
Le chapelet de la vieille bergère s’arrêta dans sa main. « Avant de mourir, la louve s’est traînée à terre jusqu’au repaire pour lécher ses petits l’un après l’autre. Elle hurlait et fixait le regard sur les gens qui les entouraient. Elle cria jusqu’à cracher du sang, à faire trembler le cœur des gens et elle rendit son dernier souffle. » Elle continua en hochant la tête, « En fait la louve est morte mais pas parce qu’elle a été empoisonnée… » Elle mit l’accent sur les mots « a été ».
« Comment ça ? » J’écoutais attentivement son explication.
« Les loups ne sont pas stupides. Les poisons habituels ont une odeur très forte, même les chiens ne peuvent pas se tromper. Les loups de la plaine ne se font plus duper depuis longtemps. En plus, la louve a mangé la viande empoisonnée mais pas le grand nombre de moutons qu’elle a tués, pourquoi ? Le loup était mort, elle ne voulait plus vivre. »
Mon cœur était serré : « Mais il lui restait tout de même les louveteaux. Elle était prête à les laisser après sa mort ?
— À quoi bon ? Sans le loup pour l’aider à chercher la nourriture, comment la louve toute seule pourrait-elle être capable de les nourrir ? Elle ne déménagerait pas loin avec toute sa famille. Elle ne trouverait pas non plus de nourriture dans les environs. Qui plus est, leur tanière a été découverte. Ce que les louves aiment le plus, ce sont leurs enfants contrairement aux panthères et pandas qui se sauveraient en laissant leurs petits. Quitte à mourir tôt ou tard, mieux vaut mourir tous ensemble.
— Et les louveteaux ? Ils sont morts ? » À cet instant, ce dont je m’inquiétais le plus, c’était eux.
— Je ne sais pas. J’ai entendu dire qu’ils ont été pris par quelqu’un. Les six louveteaux n’ont pas encore ouvert les yeux. Il est fort probable qu’ils n’aient pas survécu. » répondit le berger.
Je me préoccupai immédiatement du destin de ces louveteaux. Je perdis patience : « Quand est-ce que cela s’est passé exactement ? Qui les a pris ? Où habite-t-il ? Peut-on le contacter ? J’ai envie de rendre visite aux louveteaux.
— Ce n’est qu’hier que j’en ai entendu parler par les gens venus de la rive d’en face. On ne peut contacter personne vu qu’il n’y a pas de téléphone dans cette région pastorale. Je ne sais pas non plus quelle famille exactement. Si tu veux te renseigner, tu ferais mieux d’aller demander en amont en suivant la rivière. Peut-être que quelqu’un là-bas est au courant. Tu veux voir les louveteaux ? La louve est déjà morte. Tu ne les verras peut-être que morts. »
Mes sourcils étaient froncés. Si cette histoire sortait de la bouche de citadins aux heures de loisirs, je l’aurais écoutée juste avec curiosité sans y prêter trop d’attention. Mais ces propos sortant de la bouche de gens qui avaient la foi, j’y croyais fermement. Cela s’était passé il y a peu de temps, et je croyais entendre résonner à mes oreilles les faibles appels au secours des louveteaux. Une forte envie de connaître leur sort se dressa subitement du fond de mon cœur.
Ma décision prise, je me levai aussitôt pour ranger mes affaires, préparer une grande cruche d’eau et vérifier encore une fois avec les bergers la direction.
La vieille bergère voulut me retenir : « Il fait trop chaud. Pars après le coucher du soleil.
— Cela ne fait rien Mamie. Plus tôt c’est, mieux c’est. » Je souris et continuai de ranger mes affaires.
Les mains légèrement tremblantes, la vieille femme mit dans les paumes de mes mains le chapelet qu’elle égrenait toujours. Et puis, elle serra les mains, récita des mots que je ne compris pas et me toucha le front. Après l’avoir remerciée et lui avoir dit adieu dévotement les mains jointes, je repartis avec les bons souhaits de la vieille bergère.
L’image d’elle contre la porte devint de plus en plus floue.

10Je me dépêchai de me renseigner auprès du plus grand nombre de foyers possible avant la tombée de la nuit. Il y avait certainement beaucoup de monde qui était au courant d’une histoire récente de loup si frappante sur la plaine de Zoigê. Si cela s’était passé dans une ville, la nouvelle se serait répandue dans tous les coins de rue.
Cependant, les choses ne se passèrent pas aussi bien que je l’avais imaginé. Jusqu’à la nuit tombante, je pus demander à seulement trois ou quatre personnes qui n’avaient pas eu vent de cette nouvelle. Au bout de deux jours de recherche, je dus me rendre à l’évidence que j’avais sous-estimé la difficulté et que la possibilité serait presque nulle si je cherchais à pied aveuglement au petit bonheur la chance. Pendant ce temps de découragement, le détail que le loup avait été dépecé attira mon attention. Une fois que le loup avait été dépouillé, on devait certainement trouver quelqu’un pour tanner la fourrure. Les tavernes et les auberges au bord de la route étaient bien l’endroit où se réunissaient les gens de tous les rangs et où circulaient les plus fraîches nouvelles. A minima, je pourrais trouver un tanneur auprès de qui je pourrais peut-être glaner quelques informations. Je fus tout à coup excitée à cette idée.
Au moment où l’on voyait à peine apparaître la silhouette des montagnes lointaines sur l’horizon violet bleu, j’avais, depuis un moment déjà, rangé ma tente, pris une bouchée de nouilles instantanées, localisé la route à l’aide du GPS de mon portable et aussi mis des pansements sur les ampoules de mes pieds. Marchant dans la prairie cahoteuse d’un pas claudiquant, je partis en hâte.

11À midi, je poursuivais mon chemin sous le soleil en respirant l’air qui me brûlait les poumons. En gagnant enfin le bord de la route, je demeurai hébétée : la route quasiment droite était sans fin et il n’y avait pas la moindre trace de restaurants ni d’auberges.

12N’ayant cessé de me plaindre, je sortis la gourde d’eau et bus une petite gorgée avec modération. La planche à dessin placée au-dessus de ma tête me procurait malgré tout un peu d’ombre. Avec la chaleur qui grillait la terre, le bout de la route infinie devint peu à peu flou comme un mirage.
Faute d’eau, rôtie par le soleil, j’attendais sans espoir… Enfin apparut un jeune Tibétain à moto. Les gens locaux s’arrêtaient très volontiers pour venir en aide aux passants en détresse, ce qui montrait aussi une confiance simple qui n’existait quasiment plus chez les citadins. Je bondis tandis qu’il était encore loin, agitai avec force les mains en criant jusqu’à ce que le jeune Tibétain ralentisse doucement. Je me précipitai vers lui pour demander s’il connaissait l’histoire des loups. Il hocha la tête, tout ignorant de cette histoire. Mais comment pouvais-je lâcher ce fil auquel ma vie était suspendue ? Je lui donnai tout de suite cent yuans pour monter sur sa moto et qu’il m’amène à un endroit où il y avait des gargotes. Souriant les yeux mi-clos, il fit non de la main, me rendit l’argent et pointa le siège arrière avec générosité. Je montai sur la moto, toute reconnaissante. Au bout de plusieurs dizaines de kilomètres, on atteignit enfin le chef-lieu du district. Comme prévu, je vis des locaux accroupis au bord de la route et devant eux étaient étendus des cuirs de vaches et de moutons qu’ils venaient de recueillir. Après avoir interrogé plusieurs ramasseurs de cuir d’affilée, il y en eut un qui finalement, me dit depuis son tracteur : « Il me semble avoir entendu parler de cela… »
Tellement excitée d’avoir enfin trouver une piste, j’avais le cœur qui allait sortir de ma poitrine. Je le suppliais à plusieurs reprises de m’emmener là où on pourrait trouver les loups.
Après un instant d’hésitation, il recouvrit bien sa bouche et ses joues avec le foulard-coupe-vent ne laissant apparants que ses yeux. Il passa ensuite derrière le tracteur, enroula quelques morceaux de cuir de Yak dans la remorque afin de laisser un peu de place et dit sans hésitation : « Monte ».
Le tracteur roula sur le chemin de la plaine. Sous le soleil ardent et le vent violent, je n’arrivais pas à ouvrir les yeux. Mais mon cœur s’éclaircit car au bout de quelques jours, j’avais enfin une piste certaine. J’éprouvais à la fois joie et inquiétude. J’étais contente à l’idée d’arriver bientôt à l’endroit où s’était passée l’histoire et d’avoir, qui sait, la possibilité de voir des louveteaux sauvages que je n’avais jamais vus de ma vie. J’étais soucieuse aussi, parce que je n’étais pas sûre s’ils soient encore vivants.
Dans l’après-midi, d’épaisses couches de nuages se mirent à remplir le ciel ; le temps allait changer au-dessus de la plaine. Le ramasseur de cuir s’arrêta enfin au bord de la route lorsque j’avais les cheveux tout décoiffés et le visage couvert de poussière : « Le reste du voyage se fait dans la plaine. On ne peut pas continuer en tracteur. Il te faut y aller à pied toi-même. » En désignant du doigt une tente qui se voyait vaguement de loin sur la plaine, il ajouta : « C’est cette famille-là. »
Je descendis du tracteur en sautant et estimai de mes yeux la distance : « Ça doit être à peu près à cinq six kilomètres. »
Il sourit à pleines dents : « Les chemins sur la plaine ont l’air courts.
— On ne peut pas y aller en tracteur ?, demandai-je, en m’apercevant déjà de la difficulté de la marche sur la plaine.
— Le chemin est accidenté ici. Le tracteur sera coincé dès qu’il y sera. »
J’observais minutieusement les mottes de terre qui s’élevaient. Il y en avait des petites comme des casques en acier et des grandes comme des seaux d’eau renversés qui se répandaient densément. Sans parler des tracteurs, accéder à ce genre de plaine même à moto serait de grande difficulté. Il me semblait alors obligatoire d’avancer à pieds. Je remerciai hâtivement le ramasseur de cuir et me mis à courir à toutes jambes le long du chemin jusqu’après la tombée de la nuit. En me rapprochant de la tente, je voyais vaguement un vieux Tibétain assis devant la tente. À la vue soudaine d’une inconnue, de gros chiens tibétains en dehors de la tente vinrent vers moi en aboyant fort d’un air féroce. Tout essoufflée, je criais d’un ton inhabituel : « Je ne vais pas vous faire de mal ! Je viens chercher les louveteaux ! Je ne suis pas méchante ! »
Les deux jeunes hommes qui faisaient rentrer le bétail ainsi que la dame affairée à l’extérieur de la tente se pressèrent de retenir les chiens tibétains et de les attacher. Cette famille était surprise de l’arrivée hâtive d’une étrangère. Dès que le mot « louveteaux » que je criais à haute voix rentra dans leurs oreilles, ils adoptèrent immédiatement un air alerte et comme s’ils avaient choisi de me rejeter, en se demandant ce que je voulais faire en définitive.

13Le vieil homme s’approcha de quelques pas pour barrer l’accès à la tente, en faisant tourner le moulin à prières. Il avait un visage bienveillant mais une expression sombre. Ces deux jeunes bergers et la dame essayèrent de demander d’où je venais. Avec l’un des bergers coiffé d’un chapeau en feutre qui servit d’interprète, je leur expliquai mes intentions, essoufflée. Ils se retournèrent pour regarder le vieux, qui devant la tente, ne disait mot et me toisait d’une expression ambigüe.
« Est-ce qu’il y a encore des louveteaux vivants ? Ça fait trois jours que je les cherche… » Épuisée, je m’écroulai sur le sol mouillé. Le visage du vieux berger s’adoucit peu à peu. Il poussa un soupir, se mit à côté de moi et me répondit en pointant du doigt la tente : « Tu es venue trop tard. » Mon cœur s’alourdit en un instant, je me levai et me précipitai dans la tente. Le dernier louveteau sur le sol devant mes yeux ne respirait plus. Il était allongé, les quatre pattes relâchées. Il était inanimé et son ventre ne montrait aucun signe de respiration. Le jeune garçon en chapeau de feutre qui me suivit derrière palpa le louveteau, le souleva par la nuque et le balança. Les pattes pendillant, la tête baissée, le petit loup ne faisait pas le moindre bruit. Après l’avoir déposé, il dit en hochant la tête : « Il est mort… Comment aurait-il pu vivre sans boire de lait pendant cinq jours ? » Ces mots me fendirent le cœur comme un éclair de foudre : « Je suis arrivée trop tard ! » Je me plongeais la tête dans les mains. Ne parvenant plus à retenir l’affliction réprimée pendant ces derniers jours, je me mis subitement à pousser un long cri. Seul ce cri-là pouvait me permettre de déplorer pleinement la mort du louveteau.
Soudainement, « le louveteau mort » palpita des oreilles et se retourna en frémissant en un seul coup. Chancelant, il écoutait attentivement le moindre bruit, les pattes sur sol, les yeux fermés.
« Hé ? Ah… » les bergers se mirent tous à s’exclamer. Il semblait qu’ils ne trouvaient pas de mots pour exprimer leur étonnement. « Il est vivant ? Sans boire de lait pendant cinq jours ?! » dis-je les yeux grands ouverts. Cette surprise me rendit triste et à la fois heureuse. C’était la première fois que je voyais un louveteau sauvage, vivant et si petit que ses yeux n’étaient pas encore ouverts. Que c’était incroyable ! Le petit loup avait ressuscité alors qu’il n’y avait plus aucun signe de vie ! Je ne savais plus que faire. Frissonnant de froid, il était debout avec plein d’espoir, tout en écoutant avec beaucoup d’attention comme un malvoyant. Je ne sais pas d’où vint l’inspiration mais je m’accroupis doucement et poussai des grognements.
Le louveteau se mit alors à trembler comme quelqu’un qui voyait d’un coup les lueurs de l’aurore après une longue exploration dans le noir. Il se rapprocha de moi en suivant ma voix. Sans rien discerner, il me recherchait en usant de son ouïe et de son intuition, n’était-ce pas là une sorte d’affinité prédestinée ? À cet instant, j’étais fortement convaincue que les loups avaient effectivement un esprit intelligent et que les Cieux nous guidaient pour tout cela. Je ne me rendis compte que plus tard que le long cri ressemblait justement à celui de la louve avant de mourir et que mes grognements lui avaient rappelé la louve qui appelle ses petits avec ardeur.

14Le louveteau me renifla et me poussa du museau. S’accrochant à l’avant de mon vêtement, il s’efforça de se faufiler dans mes bras et de lever la tête pour me mordiller les lèvres. C’était le signe qu’il me reconnaissait comme sa mère. C’était un savoir-faire de survie inné. Une forte envie de survivre le poussait à chercher dans le noir, à suivre ma voix — Il m’avait pris pour sa mère.
Je tendis les mains pour le soulever par dessous les pattes avant. Sa tête tombait de faiblesse. Sa respiration était tantôt perceptible tantôt imperceptible. Sous une peau aussi fine que du papier, ses petites côtes glissaient une par une entre mes doigts. J’étais étonnée : « Comment se fait-il qu’il soit si maigre ?!
— C’est sûr. Il ne mange rien, répondit la bergère.
— Vous avez du lait ? Dépêchez-vous ! » criai-je d’un ton quasi autoritaire.
La bergère se dépêcha de sortir du lait du yak fraîchement trait le matin même. Je pris le louveteau très méticuleusement dans mes bras pour le réchauffer. Je remplis une petite théière en acier inoxydable avec le lait de yak, le fis bouillir sur la cuisinière et ensuite trempai la théière dans l’eau froide pour le refroidir rapidement. Je croquai un morceau de biscuit, bus une gorgée de lait et les tins en bouche. Je me mis accroupie et appelai le louveteau dans mes bras avec les grognements comme tout à l’heure « Aouh, aouuuuuh… » Il se mit à bouger, à renifler et à chercher aveuglement et impatiemment en levant immédiatement sa petite tête. Je recrachai le biscuit imbibé de lait dans le creux de ma main et le tendis sous son museau. Le petit loup s’empara subitement du lait. Il mordit ma main et avala le lait qui giclait dans tous les sens ainsi que le sang dans ma paume.

15De douleur, je grinçai des dents et retirai tout de suite ma main. Sous la lumière sombre, je découvris deux morsures telles deux grains de riz desquelles du sang s’écoulait sans cesse. Privé de nourriture, le petit se mit à pousser des cris de désespoir. Ne pensant plus à m’occuper de ma blessure, je me pressai de me mettre des gants en cuir et continuer de le nourrir avec attention. Le louveteau, n’ayant pas mangé ni bu depuis cinq jours, finit tout. Bien qu’il soit encore affamé et qu’il soit encore en train de chercher à manger, la nuque en avant et la truffe près de ma bouche, je n’osais surtout pas lui donner plus.
Après l’avoir nourri, il y avait déjà plusieurs marques de dents dans les gants en cuir. Cela montrait bien la férocité du loup même si celui-ci n’avait pas encore ouvert ses yeux. Une fois un peu nourri, il se calma progressivement. Sa respiration semblait plus stable que tout à l’heure. Sous le vent nocturne humide, le louveteau se mit à frissonner, esseulé. Je baissai vite la fermeture éclair de ma parka et l’étreignis dans mes bras. Il se blottit contre mes aisselles comme si, plus l’endroit était sombre, exigu et chaud, plus il procurait du réconfort. Il semblait chercher de toutes ses forces la sécurité qu’il avait éprouvé dans la tanière lorsqu’il était blotti contre sa mère. De crainte qu’il soit asphyxié à cause de l’épaisseur de ma parka, je la desserrai un tout petit peu. Ce faisant j’avais pensé que le petit se faufilerait immédiatement vers l’intérieur, là où c’était plus serré et plus chaud. De fait, il ne s’arrêta que lorsqu’il ne put plus avancer, la moitié du corps abrité sous mes aisselles. Le frisson cessa peu à peu. Épuisé, il poussa un soupir qui ressemblait à une sorte de gémissement.

16J’avais déjà entendu, il y a longtemps, dire que les louveteaux qui n’avaient pas la capacité de se défendre savaient d’instinct simuler leur mort. Mais j’étais tout de même surprise qu’il l’ait fait avec une telle patience que tout le monde avait été ébloui par son manque de vitalité. Mais, m’est avis que, ce petit-là qui n’avait rien mangé pendant cinq jours, ne feignait qu’à moitié, car il était pour moitié réellement « mort ». Il ne pouvait que dépenser le moins d’énergie possible en restant figé, rêvant au moment où il serait enfin sauvé. Il aurait pu très bien mourir dans l’attente. Je pensai tout à coup à ses frères et sœurs et je me hâtai de demander : « Où sont les autres louveteaux ?
— Ils sont morts, répondit le berger.
— C’est vrai ? » dis-je avec une lueur d’espoir. Serait-il possible qu’ils fassent semblant de mourir comme lui ?
— Ils sont sûrement morts. Ils n’ont tout de même pas pu résister pendant deux jours. On ne les a sortis pour les enterrer que lorsqu’ils sont devenus raides comme du bois. Papa a insisté pour garder celui-là en voyant qu’il demeurait toujours mou et qu’il respirait faiblement », répondit la bergère.
Après nous avoir entendu parler des louveteaux morts, le vieil homme appelé « Papa » qui était toujours resté de côté sortit en silence de la tente comme s’il voulait oublier ces tristes histoires.
La petite lueur d’espoir qui venait de s’enflammer s’éteignit : « Qu’est-ce qu’il a mangé pendant ces cinq jours ?
— Rien. Il ne faisait que se blottir contre les autres qui étaient déjà morts, dit le jeune garçon en chapeau de feutre.
— Il nous a même mordus quand nous enlevions les louveteaux morts et puis il restait allongé tout le temps une fois qu’il n’avait plus de force », rajouta la bergère.
Un profond chagrin traversa mon cœur. Il m’était impossible d’imaginer comment il avait survécu pendant ces jours-ci. Sans la chaleur des corps de sa mère et de ses frères et sœurs, lui tout fragile, il aurait pu se faire emporter largement par le froid nocturne de la plaine. Je tendis avec douceur un doigt sous le vêtement pour le caresser. Il avait la truffe toute desséchée et les oreilles brûlantes. Il avait une forte fièvre et était dans un état de grande faiblesse comme s’il avait totalement épuisé le peu de force qui lui restait après s’être débattu sous mes aisselles tout à l’heure. Je sentis qu’il attrapait mon doigt avec sa petite gueule poilue, qu’il l’enveloppait avec sa petite langue chaude et humide et le suça faiblement à plusieurs reprises. Ce petit n’était pas rassasié car je n’avais pas osé trop donner tout d’un coup à un louveteau qui mourait de faim.

17Un court instant plus tard, le petit loup qui venait de se calmer se mit à se tortiller subitement comme si des centaines de fourmis étaient en train de le piquer, et sitôt, il fut pris de quelques violentes convulsions. En sentant que quelque chose n’allait pas, je me hâtai de le sortir et de le poser sur mes jambes afin d’observer ses symptômes. Sa tête pendouillait de faiblesse, c’était comme si des centaines de serpents étaient enroulés autour de son corps. Après une autre convulsion, il vomit d’une grande gorgée tout le lait et les biscuits qu’il avait mangés. Il toussa et puis, poussé par son fort instinct de survie, il remangea tout le vomi sur mes jambes se forçant à l’avaler. Il devait, me sembla-t-il, réaliser que c’était la nourriture qui pourrait sauver sa vie. Mais un moment plus tard, il se remit à régurgiter puis à ravaler le vomi.
Des larmes d’inquiétude perlaient aux coins de mes yeux, comment cela se faisait-il ? L’état du louveteau était pire que ce que j’avais imaginé, était-ce parce que ses intestins étaient trop chétifs pour digérer la nourriture ? Comment le sauver vu qu’il qu’il vomissait dès qu’il mangeait ? Cette résurrection n’était-elle qu’un dernier éclat du soleil couchant ? Comment pourrais-je supporter de voir s’éteindre cette petite vie qui venait d’être sauvée par moi-même ? Je lui caressai hâtivement son dos tout maigre et lui massai un gros ventre bien gonflé, disproportionné par rapport à son corps rachitique, ce qui me rappela quelque chose. Remise de la tristesse et de l’inquiétude, je pensai à quelque chose d’important : « A-t-il fait sa grosse commission ces derniers temps ?
— Non », répondit la bergère après mûre réflexion.
Heureusement, j’avais de l’expérience dans le sauvetage de chiots ; je trempais tout de suite ma serviette dans l’eau chaude et l’essorais. Je soulevais ses fesses, d’un côté je stimulais son anus avec la serviette chaude, de l’autre côté, je lui massais très doucement le ventre. Dix minutes après, le petit réagit enfin en essayant de se remettre sur ses pattes. Je le mis immédiatement sur le sol. Une fois debout, il expulsa une boule de crotte noire qui dégageait une odeur extrêmement nauséabonde. Les mouches s’y rassemblèrent aussitôt et les gens à l’intérieur de la tente se bouchèrent le nez. Il avança de quelques pas pour changer d’endroit et puis il en refit encore une grosse flaque. C’était incroyable qu’il y ait autant de saleté dans le ventre d’un si petit loup. En général, pendant les premiers jours après leur naissance, bien des louveteaux ne savent pas déféquer de façon innée. Avec les matières urinaires et fécales retenues dans le ventre, ils ont besoin de la stimulation faite par la louve avec la langue qui leur permet de faire leurs besoins. C’est aussi possible que la simulation de mort depuis tous ces jours l’ait presque fait entrer dans un état semblable à une hibernation. Ce n’était pas étonnant qu’il ait vomi après avoir mangé, bourré de toute cette fiente, il n’y avait plus de place pour que l’estomac se contracte.
Il essaya de faire sortir la dernière flaque de toutes ses forces. Chancelant, il avait l’air un peu prostré et s’assit directement sur la fiente. J’essorais encore une fois la serviette imbibée d’eau chaude, le prenais dans les bras et lui nettoyais minutieusement toute la saleté.
Au bout d’une heure, il ne vomissait ni ne convulsait plus. Je lui redonnai un peu de lait et puis lui nettoyai bien le lait qui restait sur sa gueule.
« Il ouvre les yeux ! » s’exclama la bergère de surprise, le doigt pointant le louveteau dans mes bras. Je regardai vers lui avec attention, un de ses yeux était plus qu’à moitié ouvert alors que l’autre ne s’ouvrait qu’en un fil très fin comme si les paupières étaient collées l’une avec l’autre. Une petite lueur en jaillissait faiblement.
Les bergers trouvaient incroyable la résurrection du petit ainsi que le sauvetage effectué par une étrangère. Leur attitude s’adoucissant davantage. Ils me dirent avec regret : « Si tu étais venue quelques jours plus tôt, les autres louveteaux auraient peut-être pu être sauvés. »
Le cœur serré, j’enlaçais ce seul louveteau qui avait survécu comme mon propre enfant. Il avait réveillé la douceur au plus profond de mon cœur, ce qui me donna subitement une envie de le dorloter.

18À l’aide du vieux berger et sa fille, près de leur tente, je pus monter la mienne sous laquelle je fis bouillir du lait et y fis fondre des biscuits pour nourrir le petit. Son état s’améliora très vite comme s’il pouvait récupérer tout de suite sa grande vitalité. Le lendemain, dans l’après-midi, il parvint à quitter mes bras et faire quelques pas maladroits. Ce n’est qu’à ce moment-là que je pus avoir l’occasion de le scruter.
C’était un petit mâle. Sa petite tête qui pendouillait de faiblesse hier soir se dressait maintenant comme un plant de riz qui revenait à la vie. Il reniflait par ci par là avec son petit museau noir et dressé. Avant d’ouvrir complètement ses yeux, il avait les paupières qui ressemblaient à deux fines coupures de lame à travers lesquelles passait à peine des reflets de lumière. Maintenant, ses yeux étaient totalement ouverts sauf qu’il y restait encore un film bleuté. On aurait dit une personne qui venait de récupérer sa vue et qui était en train de s’habituer progressivement à la clarté. Il était pourvu de poils gris-noirs et ébouriffés parmi lesquels ondulait une couche fine de longs duvets dorés comme des fleurs de pissenlit qui s’envoleraient au moindre souffle. Le duvet sur sa queue n’avait pas encore fini de pousser, cela faisait qu’elle était glabre comme celle d’une souris. Il dégageait une légère odeur rance d’un loup sauvage mélangée à celle du lait de yak. Son corps était tellement léger qu’on pouvait le soulever entièrement en pinçant au hasard une petite partie de sa fourrure.
Tous les jours, la bergère et le jeune en chapeau de feutre venaient me servir du thé au beurre, puis, tendaient la tête dans la tente pour regarder le louveteau. Mais dès que ce dernier entendait le moindre bruit, il se faufilait dans le sac de couchage pour feindre la mort, tout en restant figé. J’ouvrais doucement le sac et voyais qu’il se recroquevillait en silence telle une grosse bouse de vache. Seulement lorsqu’il m’entendait moi, il se levait tout de suite pour me demander à manger en sanglots.
Après avoir vu ce qui s’était passé, le vieux berger avait un air de plus en plus doux et un jour il nous fit même un sourire. Cependant, il restait toujours très taciturne.
Le petit avait toujours de la fièvre. Il n’y avait pas, dans cette région pastorale, de médicaments pour le soigner hormis le peu de médicaments d’urgence que j’avais sur moi. À plusieurs reprises, j’ai voulu parler au vieux berger pour ramener le petit en ville afin de le soigner, mais chaque fois j’avalai mes mots face à son visage très sévère. Je craignais qu’il ne soit pas d’accord, et encore plus qu’il me chasse carrément de chez eux.
« Emmène-le », finit-il par me dire, « Les Tibétains croient en Bouddha. Si tu peux lui sauver la vie, cela pourrait expier mon crime d’avoir tué la louve. L’humain a détruit l’habitat des loups et les loups ont nui à la tranquillité de l’humain. Aucun des deux n’a eu le choix. »

19Avec ce petit enfant d’une espèce différente dans les bras, mon histoire avec le louveteau commença.
Initialement, je m’étais rendu dans la prairie pour dessiner sur le vif et finalement, j’en revenais avec un louveteau. Comment allai-je l’expliquer à mes parents ? Ma mère est quelqu’un qui a peur des chiens, il s’agissait maintenant de rien de moins qu’un loup ! C’était comme « faire entrer un loup dans son propre logis » ! Où allai-je l’installer une fois rentrée à la maison ?

20Nous voilà déjà dans la ville de Chengdu. N’ayant toujours pas de meilleures solutions, on ne pouvait que rentrer, ne fût-ce qu’en avançant très lentement. On verrait bien le moment venu. En attendant, je cacherai le louveteau dans mon atelier de peinture.
J’habitais avec mes parents dans un triplex qui se situaient au sommet de la résidence dont le premier étage servait de salon et de cuisine, le deuxième de chambre à coucher pour mes parents et le troisième d’atelier de peinture pour moi. À l’extérieur de mon atelier se trouvait un petit potager situé au milieu du jardin sur le toit. Mon père qui y avait planté bien des légumes, n’y montait que rarement pour arroser. Comme mes parents avaient un grand respect pour ma vie privée, ils ne venaient guère me déranger dans mon atelier. Par conséquent, ce lieu devint le seul endroit où je pourrais élever le petit en cachette. Je me disais que si je pouvais traverser les deux premiers étages à l’insu de mes parents, cela signifierait que le premier obstacle aurait été surmonté. Avant de rentrer dans la résidence, dans un endroit où il n’y avait personne d’autre, je nourris bien le petit et lui fis bien prendre l’air frais et puis le cacha dans un carton. Je lui caressai la tête pour le tranquilliser et murmurai : « Mon petit loup, essaie de rester calme, maintenant nous allons vivre ensemble des aventures. » Il me regardait avec ses yeux éveillés et comme s’il avait compris quelque chose, il se mit dans une position confortable dans le carton et puis ne bougea plus. Je couvris le carton et tapotai le dessus. Il n’y avait aucun mouvement dans le carton. Le petit poilu était en train de faire semblant d’être mort, ce qui venait de l’instinct des animaux sauvages juvéniles. La coopération du loup renforça ma confiance.
Arrivée devant la porte d’entrée avec le carton dans les bras, j’écoutais avec attention le bruit dans la maison, l’oreille contre la porte. Mes parents avaient l’air de regarder la télévision dans le salon. Je respirai profondément et sonnai à la porte malgré tout.
Ce fut mon père qui ouvrit la porte : « Comment se fait-il que tu rentres si tôt ? Qu’est-ce qu’il y a dans le carton ?
— Rien, j’ai d’autres choses à faire. ». Et tout en bredouillant, je montai à l’étage supérieur la tête baissée.
J’entrai dans l’atelier de peinture et posai doucement le carton sur le sol. Au moment où je voulus fermer la porte, ma mère entra en me suivant. Elle se plaignit en disant : « Quelle enfant tu fais, tu ne viens même pas nous parler quand tu rentres à la maison. Tu ne penses qu’à aller dans ton atelier. » Sur ce, elle s’aperçut soudainement des trous d’aération percés sur le carton en papier et aussi du lait que j’avais pris dans ma main. Suspicieuse, elle m’interrogea : « N’aurais-tu pas encore ramené un chat ou un chien ? »
Je n’étais pas tranquille sur le coup, c’était vraiment comme le disait le proverbe chinois : « Personne ne connait les filles mieux que leurs mères ». J’avais un « casier judiciaire » pour avoir adopté, je ne sais combien de fois, des chats et des chiens sauvages. Je les ramenais en secret et me faisais démasquer par mes parents attentifs peu de temps après mon arrivée à la maison. Ensuite, ils me faisaient un sermon qui durait une éternité pour me dissuader : « Il y a tant de chiens errants dans ce monde, tu n’as pas fini si tu veux tous les sauver. Comment faire si jamais tu attrapais la rage ? » J’avouais qu’ils avaient raison de s’inquiéter, malgré cela, je voulais tout de même sauver autant de vies que possible.
« Non, je n’ai pas ramené de chat ni de chien. » C’était une vérité que je disais mais qui dépassé de loin tout ce qu’aurait pu imaginer ma mère. « Si tu as des doutes, ouvre le carton. » je la testai en allant jusqu’au bout car j’aurais parié qu’elle n’allait quand même pas fouiller les affaires de sa fille. Mais « l’âge fait l’expérience », elle cogna le carton avec le bout du pied et tendit l’oreille pour écouter très attentivement. D’après son expérience, les chats ou les chiens, se mettraient immédiatement à gratter le carton ou à aboyer après une telle perturbation. À sa grande surprise, le carton resta absolument immobile, ce qui donna vraiment l’impression qu’il n’y avait aucun être vivant dedans. Ainsi rassurée, ma mère descendit l’escalier.
N’entendant plus de bruit dans l’escalier, je tendis le cou pour y jeter un dernier coup d’œil, et puis, en tournant le dos à la porte de l’atelier, je la refermai. Je tapotai ma poitrine pour calmer mon cœur qui tambourinait et me mis à sautiller d’excitation. Auparavant, à chaque fois que je ramenais des chiens errants, je me faisais contrôler par mes parents ; mais cette fois-ci, tout s’était si parfaitement passé du premier coup, quelle joie !
Mon intelligent enfant poilu, tu as bien gardé ton sang-froid, bravo ! Nous avons surmonté le premier obstacle, ainsi, allai-je pouvoir t’adopter en cachette de mes parents !

Haut de page

Notes

1 Marie Odile Guth, « Pourquoi protéger le loup », L’info Loups, n° 4, Octobre 1998, p. 1.

2 Li Weiyi 李微漪, Rang wo peini chongfan langqun 让我陪你重返狼群 (Laisse-moi te raccompagner dans la meute de loups). Hefei : Anhui Shaonian Ertong, 2017, pp. 1-15.

3 La Tsampa (en chinois : zanba 糌粑) est le nom d’une préparation culinaire faite d’un mélange de farine d’orge grillée (qui est l’aliment traditionnel de base au Tibet) et de thé au beurre de yack (suyou cha 酥油茶).

4 Le goral (banling 斑羚) de l’Himalaya est un capriné asiatique vivant en altitude.

5 Le muntjac (jizi 麂子) est un cervidé endémique de Chine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wen He, « Faire entrer le loup dans son propre logis », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 05 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1280

Haut de page

Auteur

Wen He

Doctorante en langue et littérature chinoises à l’Université d’Aix-Marseille sous la direction de Pierre Kaser (IrAsia). Sa thèse porte sur la traduction du dialecte Wu dans le roman Haishanghua liezhuan 海上花列傳 (Les Fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals