Navigation – Plan du site

La vertu de fangsheng défendue par Feng Menglong dans son texte Vengeance de renards

Solange Cruveillé

Texte intégral

  • 1 Pour une biographie de Feng Menglong, voir la notice de Jacques Dars, in André Lévy (sous la dir. d (...)
  • 2 Ce conte est inédit en traduction française. Il a toutefois été traduit en anglais : par Yang Hsien (...)
  • 3 Voir « Le livre des renards », résumé et présentation par Martine Vallette-Hemery in André Lévy (di (...)

1 Xiaoshuiwan tianhu yi shu 小水灣天狐詒書 (Les lettres transmises par les renards célestes de Xiaoshuiwan) est le sixième juan des Xingshi hengyan 醒世恆言 (Propos éternels pour éveiller le monde) publiés en 1627 par Feng Menglong 馮夢龍 (1574 – 1646)1 à la fin de la dynastie des Ming (1368 – 1644). L’ensemble est constitué d’un conte d’introduction relativement court (700 caractères environ) et d’un conte principal plus long (environ 8 000 caractères)2. Il est écrit en chinois vernaculaire (baihua ), essentiellement en prose, avec quelques passages poétiques : six quatrains en heptasyllabes, deux distiques et trois descriptions en prose poétique3.

  • 4 Ou Trois propos. C’est ainsi qu’on fait communément référence aux trois recueils de contes de quara (...)

2 Traduire en français les deux contes qui le composent (le conte d’introduction et l’histoire principale) permettra d’une part de contribuer à la vulgarisation en français d’un extrait des Sanyan 三言4, en mettant en avant l’écriture originale et pleine d’humour de leur auteur, et d’autre part de montrer que le respect vis-à-vis des êtres vivants (des animaux en particulier) était une idée défendue dans certains textes à l’époque des dynasties impériales, qu’il s’agisse des Han (époque où se situe l’intrigue du conte d’introduction), des Tang (époque où se situe l’intrigue du conte principal) ou des Ming (époque de rédaction de l’ouvrage). Cela permettra enfin de rendre compte du respect mêlé de crainte ressenti par les hommes à l’égard des renards dans la Chine classique.

Présentation

L’auteur

  • 5 Voir Zhang Yinde, Histoire de la littérature chinoise. Paris : Ellipses, 2004, p. 50.
  • 6 Sur les œuvres de Feng Menglong, voir Lu Shulun 陆树仑, Feng Menglong yanjiu 冯梦龙研究 (Recherches sur Fen (...)

3 Feng Menglong est un des auteurs et compilateurs les plus prolifiques de la dynastie des Ming (1368 – 1644), avec une cinquantaine d’ouvrages à son actif5. On lui doit notamment le volumineux recueil d’histoires d’amour Qingshi leilüe 情史類略 (Histoire du sentiment amoureux), le roman Pingyao zhuan 平妖傳 (La Révolte des sorciers matée), ou encore le recueil de récits Taiping Guangji chao 太平廣記鈔 (Sélection de contes du Taiping Guangji). Sans oublier les célèbres San Yan, composés du Yushi mingyang 喻世明言 (Propos éclairants pour éduquer le monde, également appelé Gujin xiaoshuo 古今小說), du Jingshi tongyan 警世通言 (Propos pénétrants pour avertir le monde) et du Xingshi hengyan 醒世恆言, trois volumes de 40 récits chacun publiés entre 1620 et 16276.

  • 7 Yang Shuhui, in Stories to Awaken the World, op. cit., « Introduction », p. XIX.
  • 8 Voir à ce sujet Helwig Schmidt-Glintzer, « Dichtung und Volksdichtung der Ming-Zeit », in Geschicht (...)
  • 9 Robert E. Hegel, in Stories to Awaken the World : a Ming dynasty Collection, op. cit., « Foreword » (...)

4 Mais Feng Menglong est surtout un grand amateur de littérature populaire chinoise, qu’il a contribué à faire connaître et à préserver7. Ceci n’est pas dû au hasard : les contes populaires sont en effet, avec le roman, un genre littéraire en plein essor sous la dynastie des Ming8. Comme le fait très exactement remarquer Robert E. Hegel, Feng Menglong adopte dans ses récits un style narratif oral, à la manière des conteurs de rue9. La forme qu’il privilégie est celle du huaben , ou « livret de conteur », genre majeur sous les dynasties des Song et des Ming, qui mélange passages en prose et passages en vers, et qui fait aussi intervenir l’auteur à travers des propos directement adressés au lecteur. C’est pourquoi, dans le texte que nous proposons en traduction, il arrive que l’auteur s’adresse directement au lecteur, à la manière d’un conteur de rue qui s’adresse à son auditoire. C’est le cas à la fin du conte d’introduction, lorsqu’il écrit : « Vous me direz, l’histoire de ce tarin des aulnes et de ses deux anneaux de jade, tout le monde la connaît. Alors pourquoi s’y attarder ? Et bien, chers lecteurs, c’est simplement parce que je m’en vais vous conter aujourd’hui l’histoire d’un jeune homme qui lui aussi s’en prit à des créatures de l’étrange, mais qui, contrairement à notre amateur de lance-pierre, ne s’en repentit pas. »

  • 10 Cette source d'inspiration est assumée voire revendiquée par Feng Menglong, pour preuve son recueil (...)
  • 11 Yang Shuhui, in Stories to Awaken the World, op .cit., p. XXI.

5 Feng Menglong n’est cependant pas à l’origine de tous les récits présentés dans ses œuvres : il s’inspire largement d’histoires plus anciennes, souvent présentées dans des recueils de contes du début du premier millénaire, parfois eux-mêmes compilés dans le Taiping guangji 太平廣記 (Vaste recueil de l’ère de la Grande Paix) sous la dynastie des Song10. Après avoir sélectionné des récits, il les rallonge, les commente et parfois les romance. Tout porte à croire qu’il ne choisit pas ces histoires uniquement selon ses goûts de prédilection : il semblerait qu’il privilégie les histoires connues et appréciées des lecteurs de l’époque, mais aussi de l’auditoire – parfois illettré – des conteurs de rue. Comme l’explique Shuhui Yang, l’un des traducteurs anglais du Xingshi hengyan : « Most [stories] contain anecdotes or episodes known event to the illiterate, which suggests that the editor looked to storytelling for raw materials as well as for rhetorical formulas. And we may assume that traces of the marketplace storyteller and the values he represent would unavoidably have remained in the huaben stories in spite of Feng Menglong’s often meticulous editing. »11

Le texte

  • 12 Des éléments de la vie de Yang Bao sont présentés dans le Hou Han shu 后汉书, dans le chapitre consacr (...)
  • 13 Voir aussi les chengyu « jiecao xianhuan » 结草衔环 et « xianhuan touzhu » 衔环投珠.

6Le conte d’introduction concerne la vertu de fangsheng 放生 (sauver / libérer des animaux) et la reconnaissance qu’on peut recevoir en retour. Il raconte comment un lettré sauve la vie d’un petit oiseau que vient d’abattre avec son lance-pierre un jeune garçon. Le lettré ramène l’animal chez lui, le nourrit et le soigne. Puis l’oiseau reprend son envol. Il réapparait plus tard sous les traits d’un jeune homme qui vient offrir à son bienfaiteur deux anneaux en jade, promesses de réussite pour sa descendance. Cette histoire reprend en réalité celle de Yang Bao 楊寶, lettré brillant et réputé des Han de l’Est, originaire du Shaanxi, qui termina sa vie en ermite après avoir refusé à plusieurs reprises des postes de fonctionnaire12. Il est resté célèbre pour avoir sauvé un passereau lorsqu’il était âgé de neuf ans : découvrant l’oiseau sévèrement blessé par un hibou et à terre, prêt à se faire dévorer par des fourmis, il le prend en compassion et le ramène chez lui pour le soigner. Une fois sur pied, il libère l’oiseau. Plus tard, il rêve qu’un jeune homme habillé de jaune et se présentant comme un messager de Xiwangmu 西王母, la Reine mère de l’Ouest, vient lui offrir quatre anneaux blancs et lui prédit que ses descendants occuperont des postes élevés à la Cour. La prédiction se réalisa : le fils de Yang Bao, nommé Yang Zhen 楊震 (? – 124), devint effectivement un célèbre ministre. L’histoire est devenue un classique des anecdotes de l’étrange (oiseau qui se métamorphose / rêve prémonitoire). On la trouve notamment dans le Xu qi xie ji 續齊諧記, recueil de contes de type zhiguai 志怪 écrit par Wu Jun 吳均 (469 – 521) sous la dynastie des Liang (dynasties du Sud) sous le titre « Yang Bao sauve un tarin » (« Yang Bao jiu huangque » 楊寶救黄雀). Cette histoire est devenue un modèle pour louer les hommes au bon cœur et vanter la vertu de fangsheng. Elle est à l’origine de l’expression « xianhuan » 衔环 (littéralement « apporter des anneaux », au sens figuré « rendre la pareille », « se montrer reconnaissant ») et du chengyu « xianhuan bao’en » 衔环报恩 (même signification)13.

  • 14 Pour une version en chinois de ce texte, voir Li Fang 李昉, Taiping Guangji 太平广记. Beijing : Zhonghua (...)

7Le conte principal se déroule quant à lui sous la dynastie des Tang, au temps de la révolte dAn Lushan 安禄山. Wang Chen 王臣, riche propriétaire terrien, s’enfuit de Chang’an 长安 avec sa famille pour éviter les troubles politiques et s’installe à Hangzhou. L’ordre rétabli, il décide de retourner à la capitale où se trouvent tous ses biens. Sur la route, dans une forêt, il aperçoit deux renards en train de lire un livre. Il s’empare de son lance-pierre et blesse les deux animaux, l’un à l’œil gauche, l’autre à la joue. Il les met en fuite puis ramasse le livre, qui se révèle être écrit dans une écriture illisible. La nuit même, dans une auberge, les renards réclament le livre sous peine de lourdes conséquences : mais Wang Chen ne tient pas compte de ces avertissements. Deux mois plus tard, un serviteur de sa maisonnée lui apprend la mort de sa mère : Wang Chen vend tout et retourne à Hangzhou. Simultanément, un autre domestique à l’œil gauche abîmé apprend à sa mère que son fils veut qu’elle le rejoigne au plus vite : elle aussi vend tout et part. Finalement, les renards finiront par récupérer leur bien. Les deux serviteurs étaient en fait les renards métamorphosés : la famille a tout perdu et le ridicule s’abat sur Wang Chen. Ce conte est en réalité la version allongée et romancée d’un récit plus ancien intitulé « Wang Sheng » 王生, écrit par Zhang Jian 張薦 sous la dynastie des Tang et publié dans le Lingguailu 靈怪錄, recueil de récits de l’étrange des Cinq Dynasties compilé par Niu Jiao 牛嶠. Il est intégré dans le Taiping guangji, au chapitre 45314. L’histoire avait déjà été reprise par Liu Fu 劉斧 des Song du Nord dans son Qingsuo gaoyi 青瑣高議.

Le contexte

8Mis par écrit par Feng Menglong sous la dynastie des Ming, l’histoire principale se passe, comme une grande partie des contes de renards, sous la dynastie Tang, plus précisément à l’époque de la révolte dAn Lushan, qui débute en 755 à Pékin avant d’atteindre les capitales Luoyang 洛陽et Chang’an l’année suivante. L’Empereur, Tang Xuanzong 唐玄宗, part au Sichuan pour échapper aux troubles. La suite est détaillée ci-après par Pierre-Etienne Will :

  • 15 Pierre-Etienne Will, « Rébellion d’An Lushan », in Dictionnaire de la civilisation chinoise. Paris  (...)

Malade et sujet à des accès de démence, An Lushan est assassiné par son fils An Qingxiu (757) qui poursuit la lutte. À la fin de 757, les Tang ont repris les deux capitales […] À Fanyang (Pékin), Shi Siming, le principal lieutenant d’An Lushan, se rallie aux Tang puis rompt avec eux dès qu’il sent sa sécurité menacée (758). Appelé au secours par An Qingxiu, il exécute ce dernier, prend la tête de la rébellion et s’empare à nouveau de Luoyang (761). Il est à son tour assassiné par son fils Shi Chaoyi, coupable de n’avoir pu prendre Chang An.15

9Les conséquences de cette rébellion seront graves, avec la coupure des routes d’Asie centrale et l’affaiblissement du pouvoir central. La capitale, Chang’an, fut la première touchée. Cela est exposé très clairement dans le texte de Feng Menglong, lorsque Wang Chen revient à la capitale après son exil à Hangzhou : « Même si An Lushan était mort, son fils An Qingxu était toujours puissant. Le général déloyal Shi Siming s’était rendu avant de se rebeller une nouvelle fois, et les gouverneurs militaires des marches frontières, bien décidés à ne pas se laisser faire, s’étaient dotés de troupes armées puissantes. Comme on craignait que des espions ne se rendent à la capitale pour glaner des informations, on faisait garder sévèrement les portes de la ville : les gens qui sortaient et qui entraient étaient questionnés, et le passage fermé à la tombée du jour. »
L’auteur insiste sur le nouvel aspect de la ville jadis prospère : « Sur la route, il ne vit que des maisons en ruines. Les rues étaient désertes et les passants rares : un spectacle bien différent de celui des temps passés. » Il compose même un distique pour décrire la tristesse de la situation : « Le paysage est toujours aussi beau qu’avant, mais déjà la moitié des citoyens n’est plus. »

10Cet épisode a été une épreuve difficile pour la population de la capitale. Comme l’expliquent les proches de Wang Chen : « Depuis la rébellion, nous ne savons combien de familles ont vu leurs membres dispersés, capturés ou tués. Tout le monde a subi d’immenses malheurs. Pour ceux qui comme nous en ont réchappé, la vie n’est pas facile. »

  • 16 Jean Chesneaux, « Chine, histoire » (« 7. Les Sui et les Tang » « La deuxième partie de l’époque de (...)

11Cependant, comme le souligne Jean Chesneaux, les années qui suivirent la révolte d’An Lushan furent profitables à d’autres niveaux : « La rébellion est suivie d’un effort remarquable de redressement qui se traduit par la réorganisation du système fiscal, le renforcement des armées du Palais et le développement du monopole du sel qui favorise l’essor des grands marchands de Yangzhou dans le bas Yangzi. »16 Ce dernier élément se retrouve dans les descriptions que donne l’auteur de Yangzhou :

Yangzhou était considérée depuis la dynastie des Sui comme la « capitale du Fleuve bleu » : c’était un important nœud de communication entre la rivière Huai et le Fleuve bleu, un lieu de passage pour les voyageurs du nord et du sud, un port où mâts et godilles s’étendaient comme des toiles de chanvre. Sur les rives, la population était dense, avec des acheteurs, des vendeurs, tous serrés comme des sardines : c’était une ville fort prospère. 

12Les événements historiques sont donc respectés dans le texte étudié : la fuite de l’Empereur vers l’Ouest et le Sichuan (où se retrouvera Wang Zai avec l’escorte impériale), la reprise de la rébellion par Shi Siming, et même l’essor économique de la ville de Yangzhou.

13 Il est intéressant de noter que dans l’histoire originale qui a inspiré ce conte – à savoir le récit du Lingguai lu – le contexte historique ne tient pas de rôle particulier dans l’intrigue. Seuls les lieux traversés sont identiques (notamment Hangzhou et Yangzhou). Cela part sans doute d’une volonté de Feng Menglong d’intégrer dans le récit des événements historiques majeurs qui ont marqué les esprits et qui ajoutent une dimension réelle mais aussi tragique à l’histoire.

Les thèmes abordés

La vertu de fangsheng

  • 17 Voir Liezi, « Shuofu » 说符 : 正旦放生,示有恩也。

14 La vertu de fangsheng est rattachée à la bienveillance des hommes de valeur. Comme l’écrit Liezi 列子 dans son ouvrage éponyme : « Libérer des animaux le premier jour de l’année est une preuve de bonté. »17 Ne pas faire de mal à un animal ou bien sauver un animal est considéré comme un signe de compassion.

  • 18 Passage rédigé à partir du site https://baike.baidu.com/item/放生/3168317 (consulté le 23 août 2018).
  • 19 Voir Xia Demei 夏德美, « Lun Liang Wudi de “duan jiu rou wen” yu fojiao zhongguohua 论梁武帝的《断酒肉文》与佛教中国化  (...)
  • 20 Voir Chen Mei 陈梅, « Zhongguo sengren yinwei Liang Wudi er chisu » 中国僧人因为梁武帝而吃素, in Zhongguo minzu b (...)

15 Sous le premier millénaire de notre ère, avec l’influence du bouddhisme, la bonté envers les animaux va être encouragée. Certains empereurs vont ainsi faire évoluer durant leur règne la place de l’animal dans la culture chinoise : sous les Wei du Nord 北魏, l’empereur Wei Xianwen 献文帝 (454 – 476), adepte du bouddhisme, publie par exemple un édit interdisant de sacrifier des animaux dans les cultes rendus au Ciel et à la Terre, ce qui épargne la vie de quelque 75 000 bêtes par an18. Peu après, l’empereur Liang Wudi 梁武帝 (464 – 549), lui aussi fervent bouddhiste, demande, dans le même ordre d’idée, qu’on fasse uniquement des offrandes de fruits et de légumes dans les temples ancestraux. Resté célèbre pour sa bienveillance, celui qui est surnommé « le Boddhisattva empereur » (Huangdi Pusa 皇帝菩薩) rédige même un ouvrage intitulé Traité d’abstinence de viande et d’alcool (Duan jiu rou wen 斷酒肉文)19 : on raconte à ce sujet que c’est sous son règne que les moines bouddhistes chinois durent faire le vœu d’arrêter de consommer de la viande et de l’alcool20. À partir des Song, la vertu de fangsheng devient moins spontanée, elle n’est pas toujours le fruit du hasard, elle est recherchée : des animaux sont sauvés ou relâchés – parfois après avoir été rachetés – dans le but de réaliser une bonne action, pour en tirer un bénéfice, notamment dans le but d’avoir une bonne réincarnation.

16 En littérature, même s’il existe des récits sur des humains bons envers les animaux dans l’Antiquité chinoise, les récits sur la vertu de fangsheng se multiplient sous le premier millénaire de notre ère, pour deux raisons majeures : l’arrivée du bouddhisme en Chine entre le Ier et le IVe siècle de notre ère – comme nous venons de le mentionner – mais aussi l’influence croissante des croyances taoïstes, avec de plus en plus d’anecdotes sur des animaux aux pouvoirs surnaturels, dotés de la parole et de la capacité de métamorphose. On trouve notamment ce genre de récits dans les recueils d’histoires de l’étrange de type zhiguai 志怪 sous la période des Six Dynasties, dans les recueils d’histoires de l’étrange de type chuanqi à partir de la dynastie des Tang et dans quelques huaben (récits de conteurs) des dynasties des Song et des Ming. Ces récits mettent souvent en scène des animaux intelligents, proches des humains dans leur façon de raisonner, capables de parler et parfois de se métamorphoser, mais surtout ayant un sens aigu de la justice. Les intrigues de ces récits sont toujours plus ou moins de la même teneur : soit le personnage principal sauve un animal et se voit par la suite récompensé pour ce bienfait, soit il s’en prend au contraire à l’animal et est puni plus ou moins sévèrement pour cette mauvaise action.

17 Dans notre récit, Feng Menglong insiste sur ce point dès les premières lignes du conte d’introduction :

Toutes les créatures vivantes sont de la même nature,
Quil s’agisse de mammifères ou bien d’ovipares :
Jamais elles n’oublient ceux qui les secourent,
Comme ce passereau qui offrit des anneaux de jade à son bienfaiteur.

18Il insiste de nouveau sur la bienveillance en fermeture du conte, avec une nouvelle fois un quatrain :

De pétales d’hémérocalles il nourrit le tarin, sans rien attendre en retour.
Sa bonté toucha l’animal en plein cœur.
Sa descendance fut fort prospère à la Cour,
Ce qui prouve que la bienveillance est un trésor inestimable.

Les renards célestes

19 L’histoire principale est typique des récits traditionnels chinois sur les renards. Elle se déroule entre la capitale Chang'an et la région de Hangzhou, ce qui correspond bien à la région du nord de la Chine, territoire des renards et des esprits-renards. Les thèmes principaux sont la vengeance et le surnaturel, ingrédients fréquents des contes vulpins. L'auteur change le nom de hulijing 狐狸精 (esprit-renard) en yehujing 野狐精 (esprit de renard sauvage) et semble mettre en avant tout au long du récit la culpabilité de Wang Chen : jamais il ne présente les renards comme des créatures mauvaises. Ils ne font après tout que se venger. Il s’agit par ailleurs de renards célestes tianhu 天狐 ― détenteurs d'un savoir mystérieux et, à ce titre, respectables. Enfin, lorsque le premier renard se métamorphose en voyageur, il se fait appeler « Hu » , homonyme du « hu » 狐 de renard et nom répandu chez les personnages vulpins des récits de l’étrange.

20 Le personnage central du conte principal, Wang Chen, affiche un mépris évident pour les renards, alors même que ces derniers ne s’en prennent au départ pas à lui. Sans leur laisser le bénéfice du doute, il les traite de « maudites créatures » et de « monstres ». Les propos méprisables à leur égard sont nombreux dans le texte : « Que ces créatures insolentes soient maudites ! », « Ces bestioles sont perfides ! », « Ces esprits-renards sont vraiment fourbes à souhait ! »

21 Les renards ont des pouvoirs assez extraordinaires : ils peuvent parler, ils savent lire, ils se tiennent debout sur leurs pattes arrière à la manière d’humains, ils arrivent à imiter l’écriture de Wang Chen et de sa mère, ils sont capables de prendre l’apparence de n’importe qui – domestiques Wang Fu et Wang Liu’er, voyageur solitaire, frère cadet, prêtre borgne – et sont également capables de changer l’apparence des objets. C’est le cas lorsque les domestiques ramassent les vêtements du renard qui avait pris l’apparence du frère de Wang Chen :

La robe de soie redevint une feuille de bananier,
Le bonnet de gaze une feuille de lotus.
L’anneau de jade vert n’était en réalité qu’un rameau de saule,
La ceinture pourpre une plante grimpante.
Les bas redevinrent deux feuilles de papier blanc,
Et les chaussures roses deux vieilles écorces de pin.

22On sait somme toute peu de choses sur nos deux renards : on peut seulement dire qu’ils paraissent être des êtres bienveillants qui ont choisi la voie de l’étude pour devenir immortels. Le titre du conte nous l’indique également (tianhu 天狐). Ils excellent en matière de vengeance : ici, ils laissent plusieurs chances à Wang Chen de réparer son erreur avant de se jouer ironiquement de lui, mais sans violence. Il aurait pourtant été aisé pour eux d'en finir au plus vite avec lui. Le conte est un brin humoristique, la vengeance des renards est bien élaborée mais au final ils ne font que s’en prendre aux biens matériels de leur bourreau et le ridiculiser devant ses proches, amis et voisins. À noter également l’information donnée dans la dernière phrase : « Voilà pourquoi, aujourd’hui encore dans la Vallée du Fleuve Bleu, les imposteurs sont appelés des “esprits-renards” », ce qui nous renvoie au lien étroit qui unit langue, croyances et littérature.

23Des questions resteront cependant sans réponse, et laisseront le lecteur sur sa faim : d’où vient le livre dont il est question tout au long de l’histoire ? Que contient-il ? Et pourquoi est-il si important aux yeux des deux animaux ?

Morale

  • 21 Voir Zhang Yinde, Op. cit., p. 51.

24 Comme l’explique Zhang Yinde dans son Histoire de la littérature chinoise : « les titres [des Sanyan] suggèrent un indéniable caractère moral, sans cacher la fonction divertissante de ces contes dans leur diversité »21. Le ton est donné avec le volet des Sanyan d’où est tiré notre texte : Xingshi hengyan 醒世恆言 (Propos éternels pour éveiller le monde).

25 Comme noté plus haut, les récits font l'apologie de la vertu de fangsheng, et, au-delà, de la bienveillance envers les animaux. D’où l’avertissement de Feng Menglong à la fin du conte d’introduction : « Je vous exhorte, tous autant que vous êtes, à suivre la ligne de conduite vertueuse de Yang Bao, et non pas celle de ce jeune homme qui attira sur lui le malheur. » 

26 La conduite de Wang Chen est critiquée à plusieurs reprises dans le texte, soit par l’auteur lui-même, soit par l’intermédiaire des autres personnages. Notamment les clients de l’auberge dans laquelle il fait halte le premier soir : « Ce que contient ce livre est illisible ! À quoi bon le garder ? Mieux vaut le leur rendre, sinon il vous arrivera pour de bon quelque fâcheux événement, et vous ne pourrez que le regretter ! » Mais aussi lorsqu’un des renards prend l’apparence de son frère Wang Zai et lui fait les remontrances suivantes :

Alors c’est pour ça que vous vous retrouvez dans cette situation ! s’écria Wang Zai. Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, les renards ne sont pas à blâmer ! Ils ne faisaient que lire un livre dans la forêt. Toi tu avançais sur le chemin, chacun vaquait à ses occupations, alors pourquoi leur avoir tiré dessus et t’être emparé du livre ? Et puis l’un d’eux, malgré sa douleur, est venu à l’auberge récupérer le livre, ce qui signifiait qu’il devait en avoir désespérément besoin. Mais toi, non seulement tu ne le lui as pas rendu, mais en plus tu l’as poursuivi avec haine une épée à la main. Et la nuit, quand ils t’ont imploré, tu t’es obstiné dans ton refus. En plus, ce livre, tu n’en comprends pas un mot. Il ne te sert à rien ! À quoi bon le garder ? Le tour qu’ils t’ont joué t’a mis dans une fâcheuse situation, mais c’est toi-même au fond qui as causé ton malheur.

27 Feng Menglong insiste sur le caractère têtu de Wang Chen, sur le fait qu’il refuse d’écouter les conseils judicieux et attire sur lui le malheur : « Il aurait été judicieux d’écouter ces conseils, de restituer l’objet et de mettre fin à toute cette histoire. Mais Wang Chen étant têtu de nature, il n’en fit rien, et fut bientôt ruiné par les renards ». Il ajoute le distique suivant : « Celui qui n’écoute pas les paroles d’hommes de valeur, inévitablement versera des larmes d’amertume. »

28C’est d’autant plus risible que Wang Chen et sa famille avaient été relativement épargnés par les malheurs causés par la révolte d’An Lushan. Comme lui disent des proches restés à la capitale : « Toi, tu as beaucoup de chance, car ta famille est saine et sauve. Tu as seulement perdu ton habitation. En plus, nous avons veillé sur tes terres, et grâce à nous il te les reste toutes. Si tu as en tête de revenir vivre ici, en remettant tout en ordre tu pourras encore te faire une bonne situation. »

29 Le contraste est également fort entre le personnage de Yang Bao du conte d’introduction, qui est présenté comme vertueux, intelligent, sage et cultivé, et son pendant Wang Chen, qui est un piètre lettré, plutôt oisif, qui délaisse l’étude au profit d’activités plus divertissantes : « Il connaissait vaguement les Classiques et l’Histoire et s’en sortait à peu près correctement en composition. Mais ce qu’il aimait par-dessus tout c’était boire et manier l’épée, ainsi que monter à cheval et tirer au lance-pierre, arts qu’il maîtrisait particulièrement. » Cela donne l’impression que la bienveillance est corrélative à l’étude et à la bonne conduite en société.

30 Les nombreuses métamorphoses des renards montrent enfin qu’il faut se méfier des apparences, avoir le souci du détail et de l’observation (le voyageur solitaire de l’auberge, mais aussi le serviteur imposteur qui porte une lettre à la mère et enfin le prêtre assis dans la rue à la fin du récit ont tous un œil abîmé, comme le renard blessé par Wang Chen), ne pas juger dans la précipitation (tous les renards ne sont pas forcément démoniaques, surtout s’ils lisent un livre au beau milieu d’une forêt), avoir le sens de la justice et être capable de discerner le vrai du faux.

Conclusion

31 Feng Menglong a choisi de présenter dans son sixième rouleau des Xingshi hengyan deux personnages au caractère opposé : le premier, Yang Bao, se montre vertueux en sauvant un passereau d’une mort certaine ; le second, Wang Chen, se montre malveillant en s’en prenant sans raison à deux renards dans une forêt. Les conséquences ne se feront pas attendre, pour l’un comme pour l’autre : le premier sera récompensé par l’oiseau, le second sera ruiné et ridiculisé par les renards célestes. Wang Chen, jeune et inexpérimenté, tirera une grande leçon de son histoire avec les esprits-renards. Finalement, sa famille, bien que ruinée, est réunie, et s’installer à Hangzhou leur offre une nouvelle chance de reconstruire ce qui a été détruit par la guerre d’une part et par les renards d’autre part. Comme le dit sa mère à la fin de l’histoire : « Ces renards, même s’ils nous en ont fait voir, sont quand même allés au Sichuan pour faire revenir Wang Zai. Grâce à eux, nous sommes aujourd’hui réunis. C’est tout à leur honneur ! Alors arrêtons de leur en vouloir ! »

32 Tout en faisant l’éloge de la vertu de fangsheng, l’auteur incite également le lecteur à se méfier des apparences, à écouter les conseils judicieux, à éviter de se montrer obstiné. Il en profite aussi pour présenter une période sombre de l’histoire des Tang (avec la révolte d’An Lushan).

33 Plus largement, le récit principal s’attache à convaincre qu’il ne faut pas s’en prendre à autrui sans raison : agir avec bienveillance est récompensé, tandis que se montrer insolent et malveillant attire sur soi le malheur. Il nous présente des personnages vulpins bienveillants mais néanmoins dangereux, rappelant qu’on ne s’en prend jamais à des créatures surnaturelles sans en subir les représailles, et illustrant le fait qu’une conduite vertueuse et honorable est le seul moyen de vivre paisiblement, dans le monde naturel comme dans la société des hommes.

Vengeance de renards

Feng Menglong, Propos éternels pour éveiller le monde, Sixième rouleau

Toutes les créatures vivantes sont de la même nature,
Quil s’agisse de mammifères ou bien d’ovipares :
Jamais elles n’oublient ceux qui les secourent,
Comme ce passereau qui offrit des anneaux de jade à son bienfaiteur.

  • 22 Huayin 华阴 dans l’actuelle province du Shaanxi.
  • 23 Les numéros de page inscrits en bleu renvoient aux pages correspondantes dans l’édition de référenc (...)
  • 24 Espèce de passereau qu’on trouve principalement en Europe, au Moyen-Orient et en Asie. Il a un plum (...)

34Ces quatre vers font référence à Yang Bao, lettré des Han originaire de Huayin22. C’était un jeune homme d’une vingtaine d’années doué d’une intelligence sans pareille et d’un immense savoir. Une année, à l’occasion de la fête du Double Neuf, il partit se promener aux alentours de la ville. Fatigué, il s’assit dans la forêt pour se reposer : les arbres étaient touffus et des dizaines d’oiseaux chantaient, offrant un spectacle tout à fait charmant. Soudain, dans un bruit de battement d’ailes, un oiseau vint s’écraser juste devant lui : il poussait de petits piaillements et ne parvenait plus à reprendre son envol, restant à terre à battre confusément des ailes. « Ça par exemple ! pensa Yang Bao. Qu’a-t-il bien pu arriver à cet oiseau ? » [page 2]23 En le ramassant, il vit que c’était un tarin des aulnes24 qui avait été blessé par dieu sait qui et qui piaillait bien piteusement. Le lettré eut mal au cœur de voir cela : « Je vais te ramener chez moi : je prendrai soin de toi, et quand tu iras mieux, je te relâcherai. »

35C’est alors qu’arriva derrière lui un jeune garçon qui tenait un lance-pierre à la main : « Lettré ! Cet oiseau, c’est moi qui l’ai abattu. Rendez-le moi je vous prie. 
— Te le rendre est chose facile, répondit Yang Bao. Mais même si les oiseaux sont différents des êtres humains, la vie reste la vie : comment peux-tu leur faire du mal ? D’ailleurs, tu en tuerais cent que tu n’en aurais pas assez pour faire un repas, et tu en vendrais dix mille que ça ne ferait pas ta fortune. Alors pourquoi ne pas te consacrer à autre chose ? Je souhaiterais te racheter la vie de ce tarin. » Et il sortit de la monnaie de sa poche.

36« Ce n’est ni pour manger ni pour gagner de l’argent que je fais cela, rétorqua le garçon. C’est juste un jeu pour exercer ma dextérité. Si vous voulez cet oiseau, je vous l’offre. 
— Tu te targues de te divertir, lui dit Yang Bao, mais ces oiseaux, quel crime ont-ils commis ?
— Je reconnais que c’est une erreur » admit alors le jeune garçon, qui jeta son lance-pierre et s’en alla.

37 Yang Bao ramena le passereau chez lui et le mit dans un coffre de pièces d’étoffes. Chaque jour, il allait cueillir des pétales d’hémérocalles pour le nourrir. L’aile de l’oiseau se remit tout doucement, si bien qu’au bout de cent jours il put à nouveau voler. Il allait et venait, et Yang Bao s’y était fort attaché. Pourtant, un jour, il partit et ne revint plus. Le lettré en était fort attristé.

38 C’est alors qu’un jeune garçon aux yeux fins et aux sourcils délicats, vêtu de jaune, arriva chez lui et se prosterna. Yang Bao le releva en hâte. Le visiteur sortit deux anneaux de jade qu’il remit à son hôte : « Vous avez eu la bonté de me sauver la vie, Monsieur, et pour vous exprimer ma reconnaissance, je n’ai que ces humbles présents. Mais grâce à eux, vos descendants obtiendront des postes élevés à la Cour de l’Empereur.
— Mais nous ne nous sommes jamais rencontrés auparavant ! répondit Yang Bao. Comment aurais-je pu vous sauver la vie ? »

39Le jeune homme sourit : « Avez-vous oublié ? Lorsque j’ai été blessé dans cette forêt, vous m’avez gardé dans un coffre d’étoffes et m’avez nourri de pétales d’hémérocalles. »
Après quoi il se transforma en tarin des aulnes et s’envola.

  • 25 Haut fonctionnaire en charge des affaires militaires.
  • 26 Han Mingdi 明帝 (28 – 75) régna de 57 à 75 de notre ère.
  • 27 Han Hedi 汉和帝 (79 – 106) régna de 88 à 106 de notre ère.
  • 28 Haut fonctionnaire impérial en charge de l’administration civile.
  • 29 Han Andi 汉安帝 (94 – 125) régna de 106 à 125 de notre ère.
  • 30 Han Lingdi 汉灵帝 (156 – 189) régna de 168 à 189 de notre ère.

40Par la suite, Yang Bao eut un fils nommé Yang Zhen qui devint taiwen25 à la Cour de l’Empereur Han Mingdi26 ; le fils de Zhen, nommé Yang Bing, devint à son tour taiwen sous le règne de l’Empereur Han Hedi27 ; le fils de Bing, nommé Yang Ci, devint situ28 à la Cour de l’Empereur Han Andi29, tout comme son fils, Yang Biao, qui occupa le même poste sous le règne de l’Empereur Han Lingdi30. [page 3] Ainsi, comme prédit, de hauts fonctionnaires vertueux se succédèrent d’une génération à une autre.

41Un poème nous rapporte ces faits :

De pétales d’hémérocalles il nourrit le tarin, sans rien attendre en retour.
Sa bonté toucha l’animal en plein cœur.
Sa descendance fut fort prospère à la Cour,
Ce qui prouve que la bienveillance est un trésor inestimable.

42Vous me direz, l’histoire de ce tarin des aulnes et de ses deux anneaux de jade, tout le monde la connaît. Alors pourquoi s’y attarder ? Et bien, chers lecteurs, c’est simplement parce que je m’en vais vous conter aujourd’hui l’histoire d’un jeune homme qui lui aussi s’en prit à des créatures de l’étrange, mais qui, contrairement à notre amateur de lance-pierre, ne s’en repentit pas : il fut bientôt ruiné et devint la risée de tous. Voilà pourquoi j’ai placé l’histoire de notre passereau en guise d’introduction, et je vous exhorte, tous autant que vous êtes, à suivre la ligne de conduite vertueuse de Yang Bao, et non pas celle de ce jeune homme qui attira sur lui le malheur :

Il vaut mieux se taire quand c’est nécessaire,
Et lâcher prise quand il le faut.
Celui qui sait faire à la fois l’un et l’autre,
Jouira d’une longue et paisible vie.

  • 31 Tang Xuanzong 唐玄宗 (685 – 762) régna de 712 à 756 de notre ère. L’histoire se passe donc au VIIIe si (...)
  • 32 Actuelle ville de Xi’an, dans le Shaanxi.
  • 33 La révolte de An Lushan 安禄山 débute en 755 de notre ère.
  • 34 Située entre le Henan et le Shaanxi.
  • 35 Littéralement : dans la région au sud du Fleuve bleu, en chinois « Jiangnan 江南 ».
  • 36 Actuelle préfecture de la province du Zhejiang.

43On raconte que sous le règne de l’Empereur Xuanzong de la dynastie des Tang31 vivait un jeune homme nommé Wang Chen. Originaire de Chang’an32, la capitale, il connaissait vaguement les Classiques et l’Histoire et s’en sortait à peu près correctement en composition. Mais ce qu’il aimait par-dessus tout c’était boire et manier l’épée, ainsi que monter à cheval et tirer au lance-pierre, arts qu’il maîtrisait particulièrement. Il avait perdu son père très jeune et vivait seul avec sa mère, son épouse Dame Yu et son frère cadet Wang Zai, un garde impérial encore célibataire qui était d’une force incroyable et excellait en arts militaires. Ils étaient assez riches et avaient plusieurs domestiques sous leurs ordres. Ils vivaient ainsi paisiblement lorsque éclata la révolte dAn Lushan33 : la passe Tongguan34 tomba et l’Empereur dut fuir vers l’Ouest. Wang Zai partit avec l’escorte impériale, et Wang Chen, de peur de rester bloqué, abandonna sa propriété, emballa ses objets de valeur et se réfugia avec sa mère, sa femme et tous ses gens dans la vallée au sud du Fleuve bleu35. Ils s’installèrent près de Hangzhou36, dans un lieu qui s’appelait la Petite Baie, où ils achetèrent un terrain à exploiter. Plus tard, lorsque parvint la nouvelle que la capitale avait été regagnée et que les routes étaient à nouveau sûres, Wang Chen décida de se rendre à Chang’an pour retrouver parents et amis et remettre en ordre ses anciennes affaires en vue de retourner vivre au pays [page 4]. Il informa sa mère de ses projets, prépara ses bagages sur-le-champ, fit ses adieux et se rendit par bateau à Yangzhou, n’emmenant avec lui qu’un seul domestique nommé Wang Fu.

  • 37 C’est-à-dire entre la province du Jiangsu et la province de l’Anhui.

44Yangzhou était considérée depuis la dynastie des Sui comme la « capitale du Fleuve bleu » : c’était un important nœud de communication entre la rivière Huai et le Fleuve bleu37, un lieu de passage pour les voyageurs du nord et du sud, un port où mâts et godilles s’étendaient comme des toiles de chanvre. Sur les rives, la population était dense, avec des acheteurs, des vendeurs, tous serrés comme des sardines : c’était une ville fort prospère. Une fois débarqué, Wang Chen s’accoutra en officier, embaucha un porteur et se mit en route à cheval, partant à l’aube et faisant halte la nuit, admirant la beauté du paysage tout au long du trajet.

  • 38 Fanchuan 樊川 : endroit situé près de l’actuelle ville de Xi’an, entre la plaine de Nanshaoling 南少陵 e (...)
  • 39 Fan Kuai 樊哙 (242 – 189 avant notre ère).

45Un beau jour, alors qu’il approchait de la capitale, il arriva à Fanchuan38, fief du général Fan Kuai39 sous la dynastie des Han. Comme on sortait d’un conflit armé, la population des villages alentour avait été forcée de fuir, et sur la route les maisons étaient désertes et les voyageurs rares :

Entouré de collines, dissimulé par des arbres touffus, avec de hautes cimes qui s’élevaient gracieusement vers le ciel et des montagnes imposantes côtoyaient la voûte céleste ;
Des cascades qui s’écoulaient en biais, faisant jaillir d’innombrables vagues éclatantes d’argent ;
Des glycines suspendues telles des myriades de ceintures de brocart ;
Des montagnes brumeuses et des chemins escarpés et sinueux que peu de monde empruntait ;
Des forêts sombres et humides, des villages isolés peuplés de rares autochtones ;
Des fleurs de montagne d’une grande splendeur, comme des sourires au bord des lèvres,
Et des oiseaux indescriptibles qui chantaient tous en chœur.

  • 40 Cette scène est illustrée dans l’édition de référence que nous avons utilisée pour notre traduction (...)

46Wang Chen s’attarda pour se régaler de ce paysage de forêts et de montagnes, si bien que le soir tomba sans qu’il s’en rende compte. Soudain, il entendit des voix dans la forêt. Il s’approcha pour voir : il ne s’agissait pas d’humains, mais de deux renards sauvages ! Appuyés contre un vieil arbre, ils s’intéressaient à un livre que tenait l’un d’eux entre ses pattes, tout en discutant et en riant, comme s’ils comprenaient ce qui y était inscrit.
« Maudites créatures ! » s’écria Wang Chen. « Mais qu’est-ce qu’elles peuvent bien regarder ? Je vais leur faire goûter de mon lance-pierre… »
Il retint son cheval, saisit son arme et plongea la main dans sa sacoche, d’où il sortit de petits projectiles. [page 5] Il visa, tendit la corde à fond et tira. « Pan ! » : la pierre partit comme une étoile filante40. Les deux animaux, tout à leurs occupations, n’avaient pas pris garde qu’ils étaient épiés, et ce n’est qu’en entendant le vibrato qu’ils tournèrent la tête. Mais le projectile avait déjà atteint sa cible et s’était planté directement dans l’œil gauche du premier renard, qui lâcha le livre et s’enfuit en hurlant de douleur. Son compère s’apprêtait à ramasser leur bien lorsqu’il fut touché à la joue gauche et s’enfuit à son tour à quatre pattes en criant.
Wang Chen fit avancer son cheval et demanda à Wang Fu de ramasser le livre : il était couvert de caractères incompréhensibles. « Mais qu’est-ce que c’est que ce langage ? J’irai montrer ça à quelque connaisseur... » Il glissa le livre dans sa manche, pressa sa monture pour sortir de la forêt et reprit la grande route jusqu’à la capitale.

47me si An Lushan était mort, son fils An Qingxu était toujours puissant. Le général déloyal Shi Siming s’était rendu avant de se rebeller une nouvelle fois, et les gouverneurs militaires des marches frontières, bien décidés à ne pas se laisser faire, s’étaient dotés de troupes armées puissantes. Comme on craignait que des espions ne se rendent à la capitale pour glaner des informations, on faisait garder sévèrement les portes de la ville : les gens qui sortaient et qui entraient étaient questionnés, et le passage fermé à la tombée du jour. Or Wang Chen arriva justement au crépuscule. Voyant les portes closes, il décida de passer la nuit dans une auberge voisine. Lorsqu’il mit pied à terre, le tenancier, considérant sa tenue d’officier ainsi que son lance-pierre et son épée, n’osa le traiter sans égard et vint l’accueillir. « Asseyez-vous officier, je vous prie ! » Puis il enjoignit un jeune domestique de lui servir une tasse de thé. Wang Fu déchargea les bagages et les amena dans l’auberge.
« Gérant ! dit Wang Chen. Si tu as des chambres confortables, donne m’en une !
— J’ai des tas de chambres, que Monsieur fasse son choix » répondit le tenancier. Puis il alluma une lampe à huile et fit faire la visite des lieux à son hôte, qui opta pour une chambre propre. On y fit porter les affaires de Wang Chen et on amena ses chevaux derrière l’auberge pour les nourrir. Lorsque tout cela fut fait, le petit domestique entra et demanda : «  Désirez-vous boire quelque chose Officier ? 
— Donne-moi donc deux mesures de bon vin et une assiette de viande de bœuf, et la même chose pour mes compagnons. » [page 6] Le garçon acquiesça d’un signe de tête et partit s’acquitter de sa tâche. Wang Chen sortit à son tour, juste au moment où le jeune apportait les mets : « Officier, je vous mets le vin dans la chambre ou bien vous le buvez ici ? 
Ici c’est bien ».
Le domestique posa le tout sur une table et Wang Chen s’assit. Wang Fu lui versa de l’alcool, et, après quelques coupes, le tenancier s’approcha et s’enquit : « De quel coin venez-vous ? 
De la vallée du Fleuve Bleu, répondit Wang Chen
— Vous n’en avez pourtant pas l’accent !
— Pour tout vous dire, je suis originaire de la capitale. Mais suite à la révolte d’An Lushan et au départ de l’Empereur pour le Sichuan, je me suis réfugié avec les miens au sud du Fleuve bleu. Maintenant que les rebelles sont neutralisés et que l’Empereur est retourné à la capitale, je viens remettre de l’ordre dans mes affaires avant de faire revenir ma famille. Comme j’avais peur pour ma sécurité sur la route, je me suis accoutré en officier. 
— Alors nous sommes du même coin vous et moi ! Moi aussi je suis allé me cacher à la campagne. Ça ne fait pas un an que je suis venu m’installer ici. » Se découvrant compatriotes, les deux hommes se montrèrent très chaleureux l’un envers l’autre, racontant chacun la douleur de son exil :

Le paysage est toujours aussi beau qu’avant,
Mais déjà la moitié des citoyens n’est plus.

  • 41 Le caractère « Hu  » est un nom propre couramment attribué aux renards dans les textes, puisqu’il (...)

48Alors qu’ils étaient en plein milieu d’une conversation animée, ils entendirent soudain crier derrière eux : « Tenancier ! As-tu encore des chambres de libre ?
— J’en ai encore oui. Ce serait pour combien de personnes ?
— Juste moi. »
À la vue de ce voyageur solitaire, et qui plus est sans bagages, le gérant répondit : « S’il n’y a que toi, alors, désolé, mais je ne peux pas t’accepter.
— Serait-ce parce que tu crains que je ne te paye pas ? rétorqua le visiteur furieux.
— Non Monsieur, il ne s’agit pas de cela. Mais le Commandant Guo, chef de la garnison de la capitale, a ordonné à tous les aubergistes des environs de refuser tout voyageur étranger et suspect. Quiconque accepte de cacher ce genre de personne risque gros. Et le fait que Shi Siming fasse à nouveau parler de lui n’arrange pas les choses. [page 7] Je ne te connais pas, et tu n’as même pas de bagages. Je ne peux pas te garder !
— Tu ne me reconnais donc pas ? répondit le voyageur. Je m’appelle Hu le Deuxième41, je suis justement au service du Sieur Guo. Je rentre tout juste de Fanchuan où j’étais pour affaires, mais je suis arrivé trop tard en ville. C’est pour cela que je n’ai pas de bagages et que je voudrais rester chez toi pour la nuit. Si tu ne me crois pas, nous pouvons aller ensemble demain matin demander confirmation aux gardes de la ville. Tous me connaissent ! »
Le tenancier, impressionné par les relations de son hôte, le crut sur parole : « Je ne vous avais en effet pas reconnu ! Sans rancune, je vous en prie. Entrez et installez-vous. 
— Plus tard, répondit l’homme. Pour l’instant, j’ai faim : apporte-moi d’abord à manger et à boire. Je suis végétarien, alors qu’on ne me prépare pas de viande. » Puis il se dirigea vers la table de Wang Chen et s’assit en face de lui. Déjà le garçon apportait les plats.

49Wang Chen remarqua que le visiteur cachait son œil gauche avec sa manche, comme s’il le faisait souffrir. « Je n’ai pas eu de chance aujourd’hui Tenancier, dit l’étranger. J’ai croisé la route de deux sales bêtes velues et je me suis blessé à l’œil en tombant ! 
— Comment cela ? s’enquit le gérant.
— De retour de Fanchuan, j’ai aperçu dans la forêt deux renards qui se roulaient par terre en hurlant de douleur. Je me suis précipité pour les attraper, mais j’ai trébuché par inadvertance. Résultat : ils se sont enfuis, et je me suis abîmé l’œil.
— Je comprends maintenant pourquoi vous gardez une manche sur votre oeil ! lança le tenancier.
— Aujourd’hui, en passant à Fanchuan, je suis tombé moi aussi sur deux renards, ajouta Wang Chen.
— Les avez-vous attrapés ? demanda le visiteur.
— Ils étaient en train de lire un livre dans la forêt. Avec mon lance-pierre, j’ai touché le premier à l’œil gauche : il a laissé tomber le livre et s’est enfui. Alors que le second s’apprêtait à ramasser le livre, je l’ai touché à la joue, et il a lui aussi décampé. Du coup j’ai eu le livre mais pas les renards. [page 8]
— Des renards sauvages qui liraient un livre ? Voilà qui est extraordinaire ! s’exclamèrent le tenancier et l’étranger.
— Et de quoi parle ce livre ? demanda ce dernier. Est-ce que je peux y jeter un coup d’œil ?
— C’est écrit dans un style sigillaire étrange, répondit Wang Chen. Je ne reconnais pas un seul caractère. »

50Et là, tout se passa très vite. Posant sa coupe de vin, Wang Chen s’apprêtait à fouiller dans sa manche pour en sortir le livre lorsqu’un des petits-fils du tenancier, âgé d’à peine cinq ou six ans, arriva. Le garçonnet reconnut clairement un renard en la personne du visiteur, mais, ne sachant pas le nom d’une telle créature, il s’avança en courant et en le pointant du doigt : « Grand-père ! Pourquoi est-ce que ce gros chat sauvage est assis là ? Pourquoi tu le chasses pas ? »
À ces mots, Wang Chen prit soudain conscience qu’il s’agissait du renard qu’il avait blessé à l’œil. Il sempara en hâte de son épée pour lui fendre le crâne, mais le renard recula pour esquiver le coup, roula à terre, reprit sa forme animale et se précipita dehors. Son arme à la main, Wang Chen le pourchassa sur un pâté de maisons, jusqu’à ce que la bête saute par-dessus le mur d’une résidence. Comme il faisait nuit noire, Wang Chen ne trouva pas la porte et n’eut d’autre choix que de revenir sur ses pas. L’aubergiste, une lanterne à la main, était venu avec Wang Fu à sa rencontre : « Epargnez-le donc !
Non ! rétorqua Wang Chen. Sans la clairvoyance de votre petit-fils, cette maudite créature aurait embarqué le livre !
— Ces bestioles sont perfides ! Il est fort à craindre qu’elles ne trouvent un autre moyen de le récupérer. 

51— Mais à l’avenir, quand quelqu’un viendra me leurrer avec quelque histoire de renards, je saurai à coup sûr que ce sera un de ces satanés animaux, et je lui ferai goûter de mon épée ! »

  • 42 Désigne dans la Chine ancienne la période comprise entre 23h et 1h du matin.

52Ils étaient alors arrivés à l’auberge, où les autres clients, avertis qu’un fait étrange s’était produit, étaient venus aux nouvelles. On parla jusqu’à en perdre haleine, et après le dîner, Wang Chen alla se reposer dans sa chambre. Comme le renard, malgré la douleur, était venu pour essayer de reprendre le livre, il se dit que le manuscrit devait sûrement avoir quelque chose d’exceptionnel et le prisa d’autant plus. Au beau milieu de la nuit, durant la troisième veille42, il entendit soudain tambouriner à la grande porte : « Rends-nous le livre sur-le-champ et tu en seras récompensé ! Dans le cas contraire, si à l’avenir il t’arrive quelque malheur, tu ne pourras que t’en mordre les doigts ! » [page 9] Ces paroles rendirent Wang Chen fou de rage : il enfila ses vêtements, saisit son épée et sortit de sa chambre sur la pointe des pieds pour ne pas réveiller toute la maisonnée. Arrivé à la grande porte, il constata quelle était fermée à clé : « Le temps que j’aille chercher l’aubergiste pour qu’il vienne ouvrir, ces monstres auront décampé et je ne pourrai plus les avoir… se dit-il. Je vais déranger tout le monde pour rien. C’est mieux que je prenne mon mal en patience et que j’attende le petit matin. » Et il retourna dormir. Mais les renards crièrent encore un long moment avant de partir, si bien que toute l’auberge put les entendre. Aussi, le lendemain, tout le monde alla voir Wang Chen : « Ce que contient ce livre est illisible ! À quoi bon le garder ? Mieux vaut le leur rendre, sinon il vous arrivera pour de bon quelque fâcheux événement, et vous ne pourrez que le regretter ! » Il aurait été judicieux d’écouter ces conseils, de restituer l’objet et de mettre fin à toute cette histoire. Mais Wang Chen étant têtu de nature, il n’en fit rien, et fut bientôt ruiné par les renards :

Celui qui n’écoute pas les paroles d’hommes de valeur,
Inévitablement versera des larmes d’amertume.

53Après avoir avalé son petit déjeuner et réglé sa note, Wang Chen plia bagages et chevaucha jusqu’en ville. Sur la route, il ne vit que des maisons en ruines. Les rues étaient désertes et les passants rares : un spectacle bien différent de celui des temps passés. Il découvrit avec tristesse que son ancienne habitation n’était plus qu’un tas de décombres. N’ayant plus de logement, il chercha un endroit où laisser ses affaires puis alla rendre visite aux quelques parents qui étaient restés à la capitale. Chacun raconta ce qui lui était arrivé, ne pouvant retenir des larmes à l’évocation des moments douloureux. Après quoi, Wang Chen demanda : « Je souhaitais revenir m’installer au pays, mais je ne savais pas qu’il ne restait rien de ma maison et je n’ai donc nulle part où vivre. 
— Depuis la rébellion, répondirent ses proches, nous ne savons combien de familles ont vu leurs membres dispersés, capturés ou tués. Tout le monde a subi d’immenses malheurs. [page 10] Pour ceux qui comme nous en ont réchappé, la vie n’est pas facile. Toi tu as beaucoup de chance, car ta famille est saine et sauve. Tu as seulement perdu ton habitation. En plus, nous avons veillé sur tes terres, et grâce à nous il te les reste toutes. Si tu as en tête de revenir vivre ici, en remettant tout en ordre tu pourras encore te faire une bonne situation. »
Wang Chen les remercia. Puis il acheta une maison qu’il équipa de tout le nécessaire d’usage et reprit en main l’administration de ses terres.

54Environ deux mois plus tard, alors qu’il sapprêtait à sortir, il vit arriver de l’est un homme en habits de deuil qui portait un baluchon sur l’épaule et avançait d’un pas pressé. En y regardant de plus près, il reconnut avec surprise Wang Liu’er, l’un de ses domestiques : « Liu’er ! Mais d’où viens-tu ? s’écria-t-il avec empressement. Et pourquoi cette tenue ? »
Le serviteur le salua et répondit : « Alors c’est ici que vous habitez ! Ça n’a pas été facile de vous trouver !
— Mais réponds ! Pourquoi es-tu habillé de la sorte ? 
— J’ai ici une missive qui vous l’expliquera. »
Le domestique entra, posa son baluchon et en sortit une missive qu’il tendit à son maître. Wang Chen reconnut l’écriture de sa mère :

  • 43 Désigne la région à l’est du Fleuve bleu, ici le Zhejiang, et plus particulièrement Hangzhou, où la (...)

« Après ton départ, j’ai appris que Shi Siming avait à nouveau semé le désordre : je me suis alors inquiétée jour et nuit et j’ai fini par tomber gravement malade. La médecine et les prières n’ont eu aucun effet et je vais sûrement rejoindre le monde des esprits d’ici peu. J’ai dépassé l’âge de soixante ans, je ne me plains pas. Je regrette seulement qu’au crépuscule de ma vie j’aie à vivre cette séparation due à la guerre : je vais mourir loin de chez moi et sans mes fils à mes cotés, et tout ceci m’est extrêmement douloureux.
Ma famille venant de Qin, je ne souhaite pas être enterrée dans un autre lieu. Comme la situation actuelle est critique, je crains que la capitale ne soit à nouveau prise : aussi vaudrait-il mieux ne pas y rester. J’ai bien réfléchi, et je crois que tu devrais vendre le reste de nos biens là-bas et utiliser la somme obtenue pour mes funérailles. [page 11] Après mon enterrement, retourne dans le Jiangdong43 : la terre y est riche, les mœurs simples et les gens honnêtes. S’établir n’est pas une mince affaire, il ne faudra pas t’y prendre à la légère. Une fois le conflit apaisé, tu pourras penser à retourner à la capitale. Si tu ne suis pas mes conseils, que tu mets ta vie en péril et qu’ainsi il ne reste plus personne pour rendre les sacrifices aux ancêtres, je jure que, même réunis aux sources jaunes, je ne te considérerai plus comme mon fils ! Fais bien tout selon ma volonté ! »

55À la lecture de ces lignes, Wang Chen tomba à terre, en pleurs : « J’étais venu ici pour remettre à flot les affaires familiales et nous permettre de rentrer au pays… Je ne pensais pas que l’inquiétude de Mère à mon sujet la conduirait dans la tombe ! Si j’avais su, je ne serais jamais venu… Comme je regrette ! »
Il pleura un long moment puis demanda à Liu’er : « Ma Mère a-t-elle ajouté quelque chose avant de trépasser ? 
— Elle a simplement dit qu’il ne devait sans doute rien rester des biens que vous possédiez, et que même si vous remettiez tout en état, Shi Siming s’étant rebellé, la capitale risquait d’être reprise et qu’il ne fallait pas y rester. Que vous deviez en vitesse tout régler et préparer ses funérailles, et qu’après son enterrement vous deviez vous réfugier à Hangzhou. Et enfin, que si vous ne respectiez pas ses paroles, elle ne pourrait reposer en paix. 
— Comment pourrais-je désobéir aux dernières volontés de ma mère ! s’écria Wang Chen. Et puis le conflit qui touche la capitale n’étant pas terminé, il est fort raisonnable en effet de partir pour le Jiangdong. »
Sur ce, il s’empressa de se procurer des habits de deuil et fit confectionner une tablette mortuaire pour honorer sa mère. Il envoya des gens préparer la sépulture et sollicita quelques connaissances pour vendre ses biens et ses terres.

56Deux jours après son arrivée, Wang Liu’er lui dit : « Pour construire le tombeau, il va bien vous falloir un mois, Maître. D’ici là, vos proches vont s’inquiéter. Il vaudrait mieux que je rentre d’abord, pour les rassurer.
— C’est une bonne idée », acquiesça Wang Chen.
Il rédigea un courrier pour sa famille, pourvut aux frais du voyage et congédia le domestique, qui ajouta : « Même si je pars maintenant, dépêchez-vous de tout régler et de rentrer au plus vite ! 
— Nul besoin de me le recommander, rétorqua Wang Chen. Si je le pouvais, je m’envolerais chez moi tout de suite ! »
Alors Liu Er sen alla d’un air satisfait.

57Ayant appris la nouvelle du décès, les proches de Wang Chen vinrent présenter leurs condoléances. Ils lui conseillèrent aussi de ne pas se séparer négligemment de ses biens. [page 12] Mais Wang Chen fit fi de leurs paroles : soucieux d’honorer les dernières volontés de sa mère, il vendit dans la précipitation toutes ses bonnes terres pour seulement la moitié de leur valeur. En vingt jours environ, la fosse mortuaire avait été creusée et tout avait été réglé. Alors Wang Chen plia bagages et quitta Chang’an le soir même avec son serviteur Wang Fu, pour aller au plus vite aux-devants du convoi funéraire parti du Jiangsu. Quelle tristesse !

Comme il regrettait de s’être rendu à Chang’an, une épée à la main !
Le courant impétueux qui l’avait poussé à retrouver sa terre natale s’écoulait à présent vers l’Est.
Sa mère n’était plus et il avait vainement rêvé de gloire,
Ses larmes étaient autant de nuages blancs dans le ciel.

58Mais revenons à la mère et à l’épouse de Wang Chen : lorsqu’elles apprirent que Shi Siming s’était de nouveau rebellé, elles s’étaient en effet fort inquiétées pour Chen et s’en voulaient de l’avoir laissé partir.
Deux ou trois mois avaient passé lorsqu’un jour on annonça la venue de Wang Fu, qui revenait de la capitale avec une lettre de son maître. On le fit aussitôt entrer. Le serviteur se prosterna et tendit la missive. Les deux femmes remarquèrent que son œil gauche était abîmé, mais elles étaient trop pressées d’ouvrir la lettre pour prendre le temps de le questionner à ce sujet. Voici ce qu’elles purent lire :

  • 44 De nouveau, c’est le caractère « Hu  » qui est utilisé ici (homonyme du « hu  » de renard).
  • 45 Désigne les villes de Youzhou 幽州 et de Jizhou 蓟州, dans le nord de l’actuelle province du Hebei.

« Après vous avoir quittée, ma chère Mère, je suis arrivé sans trop d’encombres à la capitale, où j’ai pu constater avec bonheur que nous n’avions rien perdu de nos anciens biens, et tout est maintenant en ordre comme par le passé. Vous serez sans doute encore plus heureuse d’apprendre que j’ai revu un ancien ami, le chef administratif Hu le Huitième44, qui m’a introduit auprès du Premier Ministre Yuan, lequel m’a gracieusement offert un poste officiel dans le Nord-Est45. Il ne me reste que peu de temps car j’ai déjà été nommé. Aussi ai-je envoyé Wang Fu pour vous prier de partir avec moi sur le lieu de mon affectation. Une fois que vous aurez reçu cette lettre, vendez entièrement nos terres du Jiangdong et partez au plus vite pour la capitale. Vendez à perte plutôt que de vous attarder. Comme nous allons bientôt nous revoir, je m’arrête là. Avec tout mon respect, votre fils, Chen. »

59Les deux femmes ne purent contenir leur joie en apprenant ces nouvelles. Puis elles demandèrent à Wang Fu ce qui était arrivé à son oeil : « Ne m’en parlez pas ! répondit le serviteur. Je me suis endormi sur mon cheval et j’ai chuté, me massacrant l’œil. [page 13]
— Dans quel état est la capitale ? Et qu’en est-il de nos proches ?
— Plus de la moitié de la ville est en ruines. Plus rien à voir avec avant. Certains de vos parents ont été tués, d’autres capturés, d’autres encore se sont enfuis, si bien qu’il n’en reste que très peu sur place. Et encore : ils se sont retrouvés ruinés, ont vu leurs maisons réduites en cendres ou ont perdu leurs terres. Nous sommes les seuls dont maison et terrains ont été épargnés. »
Ces réponses augmentèrent encore la joie des deux femmes : « Non seulement nous n’avons rien perdu de nos biens, mais en plus Chen a obtenu une charge officielle. Nous sommes bénis par le Ciel et par nos ancêtres ! Qu’ils en soient loués ! Avant de partir, il faudra leur rendre hommage, et prier pour un avenir radieux et un bonheur éternel. Et qui est ce secrétaire Hu ?
— Une vieille connaissance du Maître, répondit Wang Fu.
— Jamais je ne l’ai entendu mentionner un quelconque fonctionnaire Hu, rétorqua la Mère.
— Alors il a dû le rencontrer récemment, et donc nous ne le connaissons pas encore, ajouta la bru.
— En effet oui, enchaîna le serviteur. Il l’a rencontré dernièrement. »
Après quelques autres questions, la vieille dame dit à Wang Fu : « Le voyage a été pénible. Va donc manger et boire un peu, et repose-toi. »

60Le lendemain, le domestique s’adressa à sa maîtresse en ces termes : « Il va vous falloir plusieurs jours pour tout mettre en ordre, Madame. Le Maître est seul à la capitale, sans personne pour s’occuper de lui. Si je partais le premier pour tout préparer là-bas ? Comme ça, à votre arrivée, nous pourrons nous mettre en route tout de suite pour rejoindre son lieu d’affectation. Qu’en pensez-vous ?
— Tes propos sont fort raisonnables » acquiesça Dame Wang. Elle rédigea une lettre qu’elle lui confia avec un peu d’argent pour le voyage et le congédia.

61Après le départ de Wang Fu, elle vendit terres, maison, meubles et ustensiles, gardant uniquement quelques objets de valeur. De peur de retarder son fils, elle ne discuta pas les prix et fit pratiquement cadeau de ses biens. Puis elle fit venir des moines pour prier, loua un bateau de fonctionnaire et choisit une date propice au départ. [page 14] Quelques voisines les accompagnèrent jusqu’au bateau pour leur dire adieu, et ils quittèrent Hangzhou. Ils passèrent par Jiahe, Suzhou, puis les régions de Changzhou et de Runzhou, remontant ensuite le Fleuve Bleu.

62Comme leur Maître avait obtenu un poste de fonctionnaire, les domestiques dansaient de joie et débordaient d’enthousiasme :

Pour fuir les troubles ils étaient partis dans le Sud,
Et cela les avait rendus très tristes.
La nouvelle de richesse et de dignités
Fut pour le moins inattendue.
Toute la maisonnée, débordant de joie,
Ferait bientôt son retour heureux à Chang’an.

63De son côté, Wang Chen progressait à grands pas. Il arriva à Yangzhou, où il déposa ses bagages dans une auberge et se sépara de ses chevaux. Après s’être restauré, il envoya Wang Fu au bord du fleuve pour louer un bateau, et s’assit devant l’entrée de l’auberge, gardant un œil sur ses affaires tout en regardant passer les embarcations. Il aperçut soudain un navire de fonctionnaire qui remontait le fleuve, avec quatre ou cinq personnes qui riaient et chantaient gaiement sur le pont. Alors que le bateau se rapprochait, il constata que leurs visages ne lui étaient pas inconnus : il s’agissait de ses propres domestiques ! « Pourquoi donc ne sont-ils pas à la maison ? se dit-il abasourdi. Qu’est-ce qu’ils font sur ce bateau ? » Et il pensa qu’après le décès de sa Mère ils avaient dû entrer au service d’une autre famille. Alors qu’il spéculait de la sorte, le rideau de la cabine se leva et une femme en sortit la tête pour jeter un œil au dehors. En y regardant de plus près, Chen reconnut encore une jeune servante de sa maisonnée : « Incroyable ! » Il sapprêtait à les appeler lorsque les domestiques l’aperçurent à leur tour : « Comment se fait-il que le Maître soit là lui aussi ? Et pourquoi il porte ce genre de tenue ? » Ils donnèrent sur-le-champ l’ordre d’accoster.

64Dans la cabine, Dame Wang et sa belle fille, alertées par l’agitation, levèrent le rideau pour voir ce qui se passait. Voyant que sa mère était toujours en vie, Wang Chen ôta en hâte sa robe de deuil, défit un paquet et enfila une tenue et un bonnet ordinaires. Déjà les serviteurs avaient mis pied à terre et venaient à sa rencontre. Wang Chen donna l’ordre de descendre les bagages, puis monta sur le bateau saluer sa mère. C’est alors qu’il aperçut Liu’er qui se tenait sur la proue : sans plus de questions, il l’empoigna et le roua de coups. [page 15] Sa mère sortit en criant : « Mais il n’a rien fait ! Pourquoi donc le bats-tu ? » Alors Wang Chen lâcha prise et se prosterna : « Ce chien, qui m’a apporté à la capitale une lettre de votre main, m’a fait croire à tort que vous étiez décédée et m’a fait ainsi manquer de piété filiale. »

65Dame Wang et sa bru étaient stupéfaites : « Mais il est resté chez nous tout le temps ! On ne l’a jamais envoyé porter de lettre à la capitale ! 
— Il y a de cela un mois, rétorqua Wang Chen, il ma apporté une lettre de vous, Mère ! Vous donniez telle et telle instruction. Il est resté deux jours et puis je l’ai renvoyé pour qu’il rassure la famille. Après quoi, j’ai réglé la question de nos biens et je suis parti en toute hâte. Comment pouvez-vous dire qu’il n’est jamais venu à Chang’an ? »
Tout le monde était bouche bée : « Quelle histoire incroyable ! Existerait-il un autre Liu’er ? » Même le domestique déclara en riant : « Je ne suis jamais allé à la capitale, même pas en rêve ! »
« Et tu dis que cette lettre était écrite de ma main ? demanda la veille femme.
Si ça n’avait pas été le cas, je n’aurais rien cru de tout cela ! » répondit Wang Chen.
Alors il défit ses bagages et en sortit la lettre : ce n’était plus qu’une simple feuille de papier blanc, pas l’ombre d’un caractère dessus ! Chen n’en croyait pas ses yeux, il tournait et retournait le papier dans tous les sens.
« Alors ? Où est cette lettre ? demanda sa Mère. Fais-moi voir ! 
— C’est surnaturel ! répondit Wang Chen. Il y avait plein de choses écrites dessus, comment cela a-t-il pu devenir un bout de papier blanc ? »
Ne croyant pas un mot de tout cela, sa mère rétorqua : « Ça n’a pas de sens voyons ! Après ton départ, nous n’avons échangé aucune correspondance. Jusqu’à l’autre jour où Wang Fu est venu me chercher avec une lettre de ta part et que j’ai rédigé une réponse pour toi. Comment pourrait-il y avoir un faux Liu’er qui viendrait se rire de toi avec une fausse lettre ? Et en plus une lettre qui se serait transformée en une feuille de papier blanc ! Sornettes ! »
Wang Chen fut effrayé d’entendre cela : « Mais Wang Fu était à la capitale, il est venu jusqu’ici avec moi ! Jamais je ne lui ai confié de lettre pour vous !
— Comment ? s’écrièrent Dame Wang et sa bru. [page 16] Ce que tu dis est insensé ! Il y a un mois, Wang Fu a porté une lettre qui disait qu’à la capitale tous nos biens avaient été épargnés, que tu avais rencontré un certain Hu, un fonctionnaire qu’il t’avait introduit auprès du Premier Ministre Yuan et que tu avais obtenu un poste officiel. Tu as dit qu’il fallait vendre tous les biens que nous possédions dans le Jiangdong et nous rendre au plus vite à la capitale pour partir avec toi sur le lieu de ton affectation. Alors nous avons tout laissé derrière nous, loué un bateau, et nous sommes partis te rejoindre. Et toi tu dis que Wang Fu n’est pas rentré ? 
— C’est vraiment bizarre ! sexclama Wang Chen interdit. D’où sort ce chef Hu ? Et cette histoire de Premier Ministre et de poste officiel ? Et cette lettre vous demandant de venir ? 
— Mais alors, demanda la Mère, le Wang Fu que nous avons vu serait lui aussi un imposteur ? Appelle-le vite pour voir !
— Il est allé chercher un bateau, il va revenir d’un instant à l’autre » répondit Chen.
Tous les domestiques montèrent sur le pont d’où ils purent voir arriver Wang Fu qui courait sur le quai et qui était en tenue de deuil. Ils lui firent de grands signes de la main. Le serviteur les reconnut : « Tiens ? Que font-ils ici ? » se dit-il surpris. Quand il approcha, tout le monde constata qu’il était différent de la dernière fois : son œil gauche, tout abîmé lors de sa visite, était en parfait état, ses deux yeux étaient pétillants comme deux billes de cuivre ! « Wang Fu ! demandèrent-ils. L’autre jour, quand tu es venu à la maison, tu étais borgne ! Par quel miracle ton œil s’est-il remis ? »
Le domestique cracha en leur direction : « Pfft ! C’est vous qui êtes aveugles ! Depuis quand est-ce que je suis rentré à la maison ? Et en plus je me fais traiter de borgne !
— Ça c’est une histoire pas banale alors, rétorquèrent les autres en riant. La Maîtresse veut te voir. Elle est sur le bateau. Enlève ces vêtements et va vite la saluer.
Quoi ? s’écria Wang Fu stupéfait. La Maîtresse est toujours parmi nous ?
— Et où serait-elle sinon ? » torquèrent les autres.
N’en croyant pas un mot, Wang Fu, sans prendre le temps de se changer, se précipita directement dans la cabine. Wang Chen l’aperçut et lui cria dessus : « Espèce d’imbécile ! Ma mère est ici ! Et tu viens la voir dans cette tenue ? » Wang Fu ressortit en hâte, se dévêtit, revint dans la cabine et mit front à terre. Dame Wang frotta ses vieux yeux, le regarda attentivement et s’écria [page 17] : « Incroyable ! Vraiment bizarre ! L’autre jour, quand je l’ai vu, il était blessé à l’œil gauche. Et aujourd’hui, rien ! Il faut croire que ce n’était pas lui ! »
Alors elle s’empressa d’aller chercher cette fameuse lettre, mais ne trouva elle aussi qu’une feuille de papier blanc, sans aucune trace d’encre dessus. Tout le monde était perplexe. Qui avait bien pu se faire passer pour Liu’er et Wang Fu ? Et pourquoi jouer un si mauvais tour à Wang Chen et à sa Mère, et ruiner ainsi toute la famille ? Craignant que d’autres malheurs ne surviennent, ils n’arrêtaient pas de tergiverser dans tous les sens.

66Wang Chen réfléchit à tout cela pendant un bon moment, lorsque soudain il se rappela que l’imposteur de Wang Fu était borgne de l’œil gauche. Alors il eut une illumination : « Ca y est ! Je sais ! Ce sont ces maudites créatures qui se sont métamorphosées pour se rire de moi ! » Sa mère voulut savoir de quoi il parlait. Wang Chen raconta alors comment il s’en était pris aux renards à Fanchuan et s’était emparé du livre, comment l’un d’eux s’était transformé en voyageur pour venir le tromper dans l’auberge, puis le tapage nocturne qu’ils avaient fait en frappant à la grande porte. « Je pensais à l’époque qu’ils se métamorphoseraient en êtres humains uniquement dans le but de récupérer le livre, c’est tout ! Pas qu’ils useraient de tels subterfuges ! »

67L’auditoire agita la tête en faisant claquer les langues d’étonnement : « Ces esprits-renards sont vraiment fourbes à souhait ! En deux endroits si distants avoir imité des écritures et pris l’apparence d’humains, induisant les gens en erreur de part et d’autre comme si c’était par simple amusement ! Si vous aviez su cela plus tôt, vous le leur auriez rendu ce livre, et on ne parlerait pas de tout ça maintenant !
— Que ces créatures insolentes soient maudites ! répondit Wang Chen. Je ne risque pas de leur rendre leur livre ! Et si elles viennent encore m’importuner, eh bien je le brûlerai, ce satané objet ! 
— Au point où en sont les choses, intervint son épouse, rien ne sert de se disperser en vaines paroles. Parlons de choses concrètes : nous sommes tous ici maintenant, ni au Sud, ni au Nord. Quels sont les plans ?
— J’ai vendu tous les biens que nous possédions à la capitale, il ne nous reste rien, répondit Wang Chen. Et de toute façon le chemin est trop long pour s’y rendre. Il vaut mieux que nous rentrions au Jiangdong.
— Mais là-bas non plus nous n’avons plus rien ! rétorqua sa mère. Où allons-nous vivre ?
— Nous trouverons d’abord un logement à louer, après nous verrons. ».

68On donna l’ordre de faire machine arrière, et le bateau repartit vers le Sud. [page 18] Les domestiques, débordants d’enthousiasme à l’aller, étaient à présent tristes comme des pierres. Ils étaient comme des pantins dont les cordes avaient été coupées : indolents et silencieux. Eux qui étaient venus pleins d’entrain repartaient l’air maussade.

69Arrivés à Hangzhou, Wang Chen descendit seul avec ses domestiques pour trouver un logement près de son ancienne habitation, qu’il pourvut du nécessaire d’usage. Quand tout fut prêt, il fit amener les bagages et alla chercher sa mère et son épouse.
Recomptant leur argent, ils constatèrent à la fois furieux et désespérés qu’il ne leur restait pas la moitié de leur fortune. Ils ne sortaient plus de chez eux, passant leur temps à ruminer.
Les voisins, qui avaient vu Dame Wang partir puis revenir, vinrent aux nouvelles. Lorsque Wang Chen leur raconta ce qui s’était passé, ils trouvèrent cela fort curieux et répandirent l’histoire dans la moitié de la ville.

70Un jour, alors que Wang Chen se trouvait dans le vestibule et surveillait les serviteurs au travail, il vit entrer un homme au maintien digne et imposant, portant d’élégants habits :

Il portait sur la tête un bonnet de gaze noir typique des Tang,
Et était vêtu d’une robe de soie verte de prêtre taoïste.
Un anneau de jade vert était cousu sur son bonnet,
Une ceinture de couleur pourpre ornait sa robe ;
Ses bas étaient tels deux amas de neige blanche,
Ses chaussures deux nuages roses.
Un air noble et une grâce naturelle,
Une fière allure, un maintien aérien :
S’il n’était pas un immortel dans le royaume des cieux,
Alors il était certainement un grand dignitaire dans le monde des hommes !

71Lorsque le visiteur entra dans le hall, Wang Chen reconnut son frère Wang Zai. Ce dernier s’avança et le salua, les mains au niveau du front : « Grand Frère ! Comment te portes-tu depuis que nous nous sommes quittés ? »
Wang Chen le salua à son tour : « Cher petit frère ! Quel bonheur que tu nous aies trouvés ici ! 
— Quand je suis retourné à la capitale à notre ancienne adresse, je n’ai trouvé que terre rase. Jai été très peiné de voir que vous aviez souffert de la guerre. Parents et amis m’ont alors appris que vous vous étiez réfugiés dans le Jiangdong, que toi seul étais revenu dernièrement à la capitale pour remettre sur pied nos anciennes affaires, mais qu’à cause du décès de Mère tu venais tout juste de repartir. Quand j’ai appris cela, je suis venu aussi vite que j’ai pu. [page 19] Je me suis rendu à votre ancien domicile où les voisins m’ont donné notre nouvelle adresse. On m’a dit aussi que Mère était toujours en vie, du coup je suis retourné au bateau me changer avant de venir ici. Où est Mère ? Et pourquoi avoir déménagé dans cette maison toute délabrée ?
C’est une longue histoire ! répondit Wang Chen. Je te raconterai tout en détail quand tu auras salué notre Mère. »
Il fit entrer son frère, dont on avait déjà annoncé la visite à la vieille dame. Apprenant que son deuxième fils était revenu, cette dernière, folle de joie, se précipita à sa rencontre. Wang Zai se prosterna puis se redressa.
« Fils ! s’écria la mère. Je me suis inquiétée jour et nuit à ton sujet ! Comment te portes-tu ?
Merci Mère de vous être souciée de moi, répondit Wang Zai. Je vais saluer ma belle-sœur, et ensuite je vous raconterai précisément tout ce qui s’est passé. »
L’épouse de Wang Chen et tous les domestiques vinrent aussitôt l’accueillir. Après quoi Wang Zai entraîna son frère dans le hall. Leur mère les accompagna.
« Grand-frère, s’enquit Wang Zai, à toi l’honneur. Dis-moi comment vous en êtes arrivés là ? » Alors Chen raconta en détail comment il s’en était pris aux deux renards à Fanchuan et comment avec sa Mère ils avaient été dupés de part d’autre et avaient vendu tous leurs biens.

72« Alors c’est pour ça que vous vous retrouvez dans cette situation ! s’écria Wang Zai. Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même, les renards ne sont pas à blâmer ! Ils ne faisaient que lire un livre dans la forêt. Toi tu avançais sur le chemin, chacun vaquait à ses occupations, alors pourquoi leur avoir tiré dessus et t’être emparé du livre ? Et puis l’un d’eux, malgré sa douleur, est venu à l’auberge récupérer le livre, ce qui signifiait qu’il devait en avoir désespérément besoin. Mais toi, non seulement tu ne le lui as pas rendu, mais en plus tu l’as poursuivi avec haine une épée à la main. Et la nuit, quand ils t’ont imploré, tu t’es obstiné dans ton refus. En plus, ce livre, tu n’en comprends pas un mot. Il ne te sert à rien ! À quoi bon le garder ? Le tour qu’ils t’ont joué t’a mis dans une fâcheuse situation, mais c’est toi-même au fond qui as causé ton malheur.
— C’est ce que j’ai toujours dit, ajouta la mère. À quoi bon garder ce livre ? Il ne nous attire que des ennuis ! » [page 20]
Face aux réprimandes de son frère, Wang Chen gardait le silence mais bouillait intérieurement. Wang Zai reprit : « Il est gros comment ce livre ? A quoi ressemble l’écriture ?
— Il est relativement mince, répondit Wang Chen. Quant à l’écriture, je ne sais pas. Je n’arrive pas à déchiffrer un seul caractère.
— Montre-le moi. »
La mère renchérit : « Oui ! Montre-le à ton frère. Peut-être qu’il pourra le déchiffrer.
— Je ne pense pas, non, reprit Wang Zai. Je veux juste voir cette curiosité. »

73Wang Chen alla chercher le livre et le passa à son frère, qui le feuilleta d’un bout à l’autre et s’exclama : « C’est une écriture fort étrange, en effet ! » Puis il se leva, marcha jusqu’au centre du vestibule, et, s’adressant à Wang Chen : « Le Liu’er de l’autre jour, c’était moi ! Maintenant que tu m’as rendu notre livre, je ne viendrai plus t’importuner, tu peux être tranquille ! » Sitôt dit, il se précipita vers la sortie. Wang Chen, fou de rage, partit à ses trousses en hurlant : « Maudite créature ! Comment oses-tu ? Où pars-tu comme ç? » Il l’attrapa par la robe et tira dessus si fort qu’elle se déchira. Alors le renard, d’une simple secousse, se débarrassa de ses vêtements, reprit sa forme animale, sortit précipitamment et s’enfuit comme une flèche. Wang Chen et ses domestiques se ruèrent dans la rue et le cherchèrent de tout côté : pas la moindre trace de l’animal ! Non seulement Wang Chen avait été ruiné par la bête, mais en plus il avait subi ses réprimandes. Et voilà que maintenant il avait repris le livre ! Grinçant des dents de rage, il le chercha partout. C’est alors qu’il aperçut un prêtre borgne qui se tenait sous un porche de l’autre côté de la rue : « As-tu vu passer un renard ? » lui demanda-t-il. Le prêtre pointa son doigt en direction de l’est : « Il est parti par-là. »
Wang Chen et ses domestiques s’élancèrent en courant dans la direction indiquée. Ils n’avaient pas passé cinq ou six maisons qu’ils entendirent le prêtre crier : « Hé ! Wang Chen ! Le Wang Fu de l’autre jour, c’était moi ! Et ton « frère » est là lui aussi ! » [page 21] Alors les hommes firent volte face et virent les renards, le livre entre les pattes, qui les narguaient en faisant des gambades. Ils se lancèrent à leur poursuite, mais déjà les deux animaux décampaient à toute allure. Alors que Wang Chen arrivait en courant devant chez lui, sa mère lui cria : « Maintenant que ceux qui ont causé notre perte sont partis, je me sens déjà beaucoup plus tranquille. Mais toi, il faut encore que tu les pourchasses ! Rentre donc, va ! »
Wang Chen allait littéralement exploser de rage, mais il obéit à sa mère, rappela ses gens et rentra chez lui. Lorsqu’ils inspectèrent les vêtements laissés par le renard, ils se transformèrent dans leurs mains. De quelle façon, me demanderez-vous ? Voici :

La robe de soie redevint une feuille de bananier,
Le bonnet de gaze une feuille de lotus.
L’anneau de jade vert n’était en réalité qu’un rameau de saule,
La ceinture pourpre une plante grimpante.
Les bas redevinrent deux feuilles de papier blanc,
Et les chaussures roses deux vieilles écorces de pin.

74Tout le monde était stupéfait : « Ainsi les pouvoirs des esprits-renards sont-ils à ce point immenses ! On ne sait même pas où se trouve notre deuxième maître, et pourtant ce renard a si bien pris son apparence ! »
Wang Chen se tortura tellement l’esprit avec cette histoire qu’il tomba malade et dut garder le lit. Sa mère fit venir des médecins, sans succès.
Mais laissons cela de côté…

75Quelques jours plus tard, alors que les domestiques s’affairaient dans le hall, ils virent entrer un visiteur : ce n’était autre que Wang Zai ! Il portait un bonnet de gaze noir et une robe de soie, exactement comme le démon renard la dernière fois. Pensant qu’il s’agissait à nouveau de l’imposteur, les serviteurs se mirent à crier : « Le renard est revenu ! » Puis, s’armant qui de bâtons, qui de gourdins, ils se ruèrent sur Wang Zai pour le rouer de coups. Ce dernier s’écria : « Mais vous êtes fous ! Quelle insolence ! Allez donc m’annoncer à ma mère ! »
Les assaillants ne prêtèrent aucune attention à ces mots et continuèrent à s’acharner sur lui. Wang Zai, poussé à bout, s’emporta violemment, s’empara d’un bâton et frappa si fort que les domestiques se dispersèrent et se réfugièrent dans les pièces attenantes, n’osant plus approcher. « Infâme créature que tu es ! » l’insultèrent-ils en le montrant du doigt. « Maintenant que tu as repris le livre, qu’est-ce que tu veux encore ? »
Wang Zai ne comprenait rien à tout cela. [page 22] Furieux, il entra de force, faisant fuir les domestiques à l’intérieur, juste au moment où Dame Wang, alertée par tout ce vacarme, sortait précipitamment. « Mais quel est ce raffut ? demanda-t-elle aux domestiques.
— Le renard a de nouveau pris l’apparence de votre deuxième fils et a forcé l’entrée !
Oh non ! » s’écria la vieille femme affolée, juste au moment où Wang Zai arrivait à sa hauteur.
Face à sa mère, il lâcha son bâton et se prosterna : « Mère, pourquoi donc cette bande de misérables me traitent-ils de sale renard et me reçoivent-ils à coups de gourdin ? 
— Es-tu vraiment mon fils ? demanda la vieille dame.
— C’est vous-même qui m’avez mis au monde ! Comment ne le serais-je pas ? »
À cet instant, sept ou huit personnes entrèrent avec des bagages sur le dos, et le personnel, comprenant alors qu’il s’agissait du vrai Wang Zai, mit front à terre pour s’excuser. Wang Zai demanda des explications, et sa Mère lui raconta en détail tout ce qui s’était passé avec les renards. Puis elle ajouta : « Cela a mis ton frère tellement en colère qu’il en est tombé malade et ne s’en remet pas. »
Wang Zai était effrayé d’entendre tout cela : « Dans ce cas, je suppose que la lettre que m’a apportée Wang Fu au Sichuan était fausse elle aussi…
— Que disait cette lettre ? demanda sa mère.
— J’étais parti avec la garde impériale pour le Sichuan, où j’ai été affecté au service du Commandant Yan Wu de Jiannan. Puis j’ai été promu général adjoint. C’est pourquoi, lorsque l’Empereur est retourné à la capitale, je ne l’ai pas suivi. Il y a deux mois, Wang Fu m’a apporté une lettre de Frère qui disait que la famille s’était réfugiée dans le Sud, mais que vous étiez par malheur décédée, et que je devais venir au plus vite pour aider à transporter votre cercueil au pays. Wang Fu a dit qu’il devait rentrer à la capitale pour préparer la sépulture, il est parti le lendemain. J’ai alors démissionné, je me suis séparé d’une grande partie de mes biens puis je me suis mis en route. Arrivé chez nous, les voisins m’ont donné cette nouvelle adresse. Apprenant que vous vous portiez bien, je suis retourné au bateau me changer, et m’apprêtais à demander à Frère pourquoi il m’avait fait parvenir d’aussi affreuses nouvelles. Je ne m’attendais pas à une histoire aussi extraordinaire ! » [page 23] Lorsqu’il alla chercher la lettre dans ses bagages, il ne trouva lui aussi qu’une feuille de papier blanc. Tout le monde trouva cela à la fois comique et enrageant. Alors Wang Zai accompagna sa mère pour saluer sa belle-sœur et son frère, à qui il narra les derniers événements. Wang Chen en perdit presque l’esprit de colère.
« Ces renards, dit la mère, même s’ils nous en ont fait voir, sont quand même allés au Sichuan pour faire revenir Wang Zai. Grâce à eux, nous sommes aujourd’hui réunis. C’est tout à leur honneur ! Alors arrêtons de leur en vouloir ! »
Il se passa encore deux mois avant que Wang Chen ne se rétablisse complètement. Puis la famille s’installa pour de bon à Hangzhou.

  • 46 Désigne la région au sud du Jiangsu et au Nord du Zhejiang,

76Et voilà pourquoi, encore aujourd’hui, dans la Vallée du Fleuve Bleu46, les imposteurs sont appelés des « esprits-renards ». Un poème rapporte les faits :

Serpents et tigres sont comme une même famille,
Les renards chérissent les ouvrages célestes qu’ils possèdent.
La famille de Wang Chen fut ruinée et il perdit finalement le livre,
Et on se moqua de lui pendant des millénaires.

Haut de page

Bibliographie

Texte en chinois :

Feng Menglong 冯梦龙, Xingshi hengyan 醒世恒言, Li Tianyi 李田意 (annotations). Taibei : Shijie shuju, 1960 (édition de référence utilisée pour notre traduction)

Feng Menglong 冯梦龙, Xingshi hengyan 醒世恒言. Beijing : Renmin wenxue (1956) 1981, p. 112-128.

Version en ligne : http://www.mypcera.com/book/gu/gu/xshy/006.htm

Traductions en anglais :

« The Foxes Revenge », in The Courtesan’s Jewel Box : Chinese Stories of the Xth-XVIIth centuries, Yang Hsien-yi et Yang Gladys (trad.). Beijing : Waiwen, 1957, p. 77-101.

« 
Divine Foxes Lose a Book at Small Water Bay », in Feng Menglong, Stories to Awaken the World: a Ming dynasty Collection, vol. 3, Yang Shuhui, Yang Yunqin (trad.). Washington : University of Washington Press, 2009, p. 116-134.

Présentation détaillée :

Martine Vallette-Hemery, « Le livre des renards », in Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, première partie, deuxième volume, vol. VIII-2, André Lévy (dir.), Paris : Collège de France, Institut des Hautes Etudes Chinoises, 1979, p. 596-599.

Haut de page

Notes

1 Pour une biographie de Feng Menglong, voir la notice de Jacques Dars, in André Lévy (sous la dir. de), Dictionnaire de littérature chinoise, Paris : PUF, 2000, p. 78-81.

2 Ce conte est inédit en traduction française. Il a toutefois été traduit en anglais : par Yang Hsien-yi et Gladys Yang en 1957 sous le titre « The Foxe’s Revenge » (in The Courtesan's Jewel Box, Chinese Stories of the Xth-XVIIth centuries. Beijing : Waiwen, 1957, p. 77-101) puis par Yang Shuhui et Yang Yunqin en 2009 sous le titre « Divine Foxes Lose a Book at Small Water Bay » (in Feng Menglong, Stories to Awaken the World : a Ming Dynasty Collection, vol.3. Washington : University of Washington Press, 2009, p. 116 à 134).

3 Voir « Le livre des renards », résumé et présentation par Martine Vallette-Hemery in André Lévy (dir.), Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire, première partie, deuxième volume, VIII-2. Paris : Collège de France, Institut des Hautes Études Chinoises, 1979, p. 598.

4 Ou Trois propos. C’est ainsi qu’on fait communément référence aux trois recueils de contes de quarante récits chacun, publiés par Feng Menglong, car chaque titre s’achève par le caractères yan, « paroles », « propos ». Voir André Lévy, Le conte en langue vulgaire du XVIIe siècle. Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèques de l’Institut des hautes études chinoises », vol. XXV, 1981, p. 35-54.

5 Voir Zhang Yinde, Histoire de la littérature chinoise. Paris : Ellipses, 2004, p. 50.

6 Sur les œuvres de Feng Menglong, voir Lu Shulun 陆树仑, Feng Menglong yanjiu 冯梦龙研究 (Recherches sur Feng Menglong). Shanghai : Fudan daxue, 1987, p. 19-30 et Yang Shuhui, Appropriation and Representation: Feng Menglong and the Chinese Vernacular Story. Ann Arbor: University of Michigan Press, 1998.

7 Yang Shuhui, in Stories to Awaken the World, op. cit., « Introduction », p. XIX.

8 Voir à ce sujet Helwig Schmidt-Glintzer, « Dichtung und Volksdichtung der Ming-Zeit », in Geschichte der chinesischen Literatur, Münich : Scherz, 1990, p. 400-411.

9 Robert E. Hegel, in Stories to Awaken the World : a Ming dynasty Collection, op. cit., « Foreword », p. XIII.

10 Cette source d'inspiration est assumée voire revendiquée par Feng Menglong, pour preuve son recueil Taiping Guangjichao 太平广记钞 (Sélection de contes du Taiping Guangji) (pour une édition en chinois, voir Feng Menglong 冯梦龙, Taiping Guangjichao 太平广记钞. Zhongzhou : Zhongzhou shuhua, 1982).

11 Yang Shuhui, in Stories to Awaken the World, op .cit., p. XXI.

12 Des éléments de la vie de Yang Bao sont présentés dans le Hou Han shu 后汉书, dans le chapitre consacré à son fils Yang Zhen 杨震, devenu un célèbre fonctionnaire des Han (Cf. Hou Han shu, j. 54, « Yang Zhen liezhuan »).

13 Voir aussi les chengyu « jiecao xianhuan » 结草衔环 et « xianhuan touzhu » 衔环投珠.

14 Pour une version en chinois de ce texte, voir Li Fang 李昉, Taiping Guangji 太平广记. Beijing : Zhonghua shuju, 10 vol., 1986, 453 : 3699 f. Pour une traduction en anglais de ce conte, voir Chinese Prose Literature of the T'ang Period, 2 vol., Evangeline Dora Edwards (trad.). London, 1938, 356f. Nous avons traduit ce texte en français lors de notre travail de doctorat. Voir Solange Cruveillé, « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des Qing : de la légende à la fiction, de la démonisation à l’humanisation », thèse de doctorat, Aix-en-Provence : Université de Provence, 2009, p. 459-460).

15 Pierre-Etienne Will, « Rébellion d’An Lushan », in Dictionnaire de la civilisation chinoise. Paris : Encyclopaedia Universalis-Albin Michel, 1998, p. 21.

16 Jean Chesneaux, « Chine, histoire » (« 7. Les Sui et les Tang » « La deuxième partie de l’époque des Tang »), in Ibidem., p. 180.

17 Voir Liezi, « Shuofu » 说符 : 正旦放生,示有恩也。

18 Passage rédigé à partir du site https://baike.baidu.com/item/放生/3168317 (consulté le 23 août 2018).

19 Voir Xia Demei 夏德美, « Lun Liang Wudi de “duan jiu rou wen” yu fojiao zhongguohua 论梁武帝的《断酒肉文》与佛教中国化 », in Yantai daxue xuebao 烟台大学学报 vol. 23-3, juillet 2010, p.86.

20 Voir Chen Mei 陈梅, « Zhongguo sengren yinwei Liang Wudi er chisu » 中国僧人因为梁武帝而吃素, in Zhongguo minzu bao 中国民族报, 9 janvier 2015.

21 Voir Zhang Yinde, Op. cit., p. 51.

22 Huayin 华阴 dans l’actuelle province du Shaanxi.

23 Les numéros de page inscrits en bleu renvoient aux pages correspondantes dans l’édition de référence utilisée pour la traduction et disponible en annexes (Feng Menglong 冯梦龙, Xingshi hengyan 醒世恒言, Li Tianyi 李田意 (annotations), Taibei : Shijie shuju, 1960).

24 Espèce de passereau qu’on trouve principalement en Europe, au Moyen-Orient et en Asie. Il a un plumage à prédominance jaune balayé de noir.

25 Haut fonctionnaire en charge des affaires militaires.

26 Han Mingdi 明帝 (28 – 75) régna de 57 à 75 de notre ère.

27 Han Hedi 汉和帝 (79 – 106) régna de 88 à 106 de notre ère.

28 Haut fonctionnaire impérial en charge de l’administration civile.

29 Han Andi 汉安帝 (94 – 125) régna de 106 à 125 de notre ère.

30 Han Lingdi 汉灵帝 (156 – 189) régna de 168 à 189 de notre ère.

31 Tang Xuanzong 唐玄宗 (685 – 762) régna de 712 à 756 de notre ère. L’histoire se passe donc au VIIIe siècle.

32 Actuelle ville de Xi’an, dans le Shaanxi.

33 La révolte de An Lushan 安禄山 débute en 755 de notre ère.

34 Située entre le Henan et le Shaanxi.

35 Littéralement : dans la région au sud du Fleuve bleu, en chinois « Jiangnan 江南 ».

36 Actuelle préfecture de la province du Zhejiang.

37 C’est-à-dire entre la province du Jiangsu et la province de l’Anhui.

38 Fanchuan 樊川 : endroit situé près de l’actuelle ville de Xi’an, entre la plaine de Nanshaoling 南少陵 et la plaine de Shenhe 神禾原.

39 Fan Kuai 樊哙 (242 – 189 avant notre ère).

40 Cette scène est illustrée dans l’édition de référence que nous avons utilisée pour notre traduction. Vous pouvez remarquer, sur cette planche, la forme du lance-pierre dans la Chine ancienne, qui ressemble davantage à une arbalète ou à un arc qu’à un lance-pierre.

41 Le caractère « Hu  » est un nom propre couramment attribué aux renards dans les textes, puisqu’il est homonyme de « hu » de « renard ».

42 Désigne dans la Chine ancienne la période comprise entre 23h et 1h du matin.

43 Désigne la région à l’est du Fleuve bleu, ici le Zhejiang, et plus particulièrement Hangzhou, où la famille s’est installée.

44 De nouveau, c’est le caractère « Hu  » qui est utilisé ici (homonyme du « hu  » de renard).

45 Désigne les villes de Youzhou 幽州 et de Jizhou 蓟州, dans le nord de l’actuelle province du Hebei.

46 Désigne la région au sud du Jiangsu et au Nord du Zhejiang,

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Cruveillé, « La vertu de fangsheng défendue par Feng Menglong dans son texte Vengeance de renards », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 10 | 2019, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 11 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1302

Haut de page

Auteur

Solange Cruveillé

À venir

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals