Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11TraductionsL’éléphant sacré

Traductions

L’éléphant sacré

Une des Histoires anciennes de la grande histoire compilées par Quỳnh
Thi Thuy An Nguyen

Texte intégral

Présentation

  • 1 Quỳnh Cư, Mai Quốc Liên, Văn Phác, Truyện hay sử cũ, Hanoi, Nhà xuất bản thanh niên, (1989) (...)

1« L’éléphant sacré », « Con voi thần », figure dans le recueil Histoires anciennes de la grande histoire, Truyên hay sử cũ, qui propose un ensemble de légendes abordant des sujets divers tels que la bonne tradition dans les relations et comportements sociaux, le goût de l’étude, l’intelligence et le sens du sacrifice pour l’intérêt de la communauté et de ses ancêtres. Le recueil1 a la vocation de faire découvrir leur histoire à la jeunesse pour répondre à son besoin de s’y ressourcer.

2Quỳnh Cư, son auteur, fait partie de ceux qui, depuis des années, ont entrepris de collecter les légendes populaires du Vietnam et les livrent dans des compilations offrant aux lecteurs des documents et des informations sur des événements historiques et significatifs pour la société.

3Comme on le voit à travers l’histoire ici traduite, l’éléphant est considéré en Asie comme la monture des empereurs. Il est le symbole du pouvoir, de la sagesse, de la paix et du bonheur.

L’éléphant sacré

  • 2 Yên Lập est un des 11 districts de la province du Phú Thọ située dans la région Nord Est du Vi (...)
  • 3 Les maisons sont construites à flanc de montagne. Ce sont des maisons sur pilotis.
  • 4 Les défenses en spirale montrent le très grand âge de l’éléphant, un « vieillard vénérable ».

4Dans la région de Muong Muoi (district de Yen Lap2 – province du Phu Tho), connue pour être un lieu mal famé, éclate encore tous les sept ans l’insurrection de la forêt. Les loups sortent en meute, les tigres chassent en groupe. Les nuits où la lune brille, ils hurlent et dansent ensemble comme des démons. Les femmes n’osent pas approcher des contreforts de la montagne. Lorsque la nuit tombe, tous les villageois se replient dans les étages3. Pourtant, ils sont toujours menacés par un éléphant aux défenses en spirale4 qui vient les piller.

  • 5 Le Seigneur Trịnh fait partie d’une lignée de maires du palais qui s’opposa à la dynastie des em (...)
  • 6 Un bât est un dispositif permettant de faire porter de lourdes charges à des chevaux, des buffles (...)

5L’histoire raconte qu’il y a bien longtemps, un montagnard de Yen Lap qui se prenait pour le Seigneur de la forêt se rebella contre le Roi Lê et le Seigneur Trịnh5. Ces derniers forçaient le peuple à transporter les pierres et le bois d’ébène à la capitale pour construire le palais royal tandis qu’eux folâtraient et jouissaient des plaisirs de la vie. Le Seigneur de la forêt avait quelques milliers de soldats doués pour attaquer à l’improviste, grimper aux arbres, tirer avec des arcs aux redoutables flèches empoisonnées ; il possédait aussi un grand troupeau d’éléphants de combat. Chaque fois qu’il entendait le cor sonner, le troupeau fonçait comme l’ouragan qui fait s’ébouler la montagne et ployer la forêt. Quand il allait au combat, le Seigneur de la forêt trônait toujours sur le bât6 d’un éléphant. Cette bête était extraordinaire : sa peau était couleur d’ébène, ses défenses d’ivoire formaient des tresses comme les troncs des vieux arbres. Elle l’accompagnait depuis l’époque où il était encore pauvre et humble, le portait à travers les marécages remplis de crocodiles et cueillait des fruits avec sa trompe pour les offrir à son seigneur. Chaque nuit l’éléphant, se balançant délicatement, le berçait pour qu’il dorme d’un bon sommeil, mais ses tout petits yeux étaient toujours à l’affût d’ennemis et de bêtes féroces. Cent fois sur le champ de bataille et au péril de sa vie, il fit rempart de son propre corps pour protéger son maître qui fut ainsi sauvé. La puissance épouvantable de sa trompe suffisait pour abattre en un coup une dizaine d’hommes armés. Les soldats du royaume lorsqu’ils le voyaient étaient terrorisés et tous fuyaient. L’éléphant était inférieur aux hommes seulement en ce qu’il ne savait pas parler, mais il était aussi fidèle qu’eux et connaissait même les convenances. C’est pour cela qu’on l’appelait l’éléphant sacré.

  • 7 Un cornac est à la fois le maître, le guide et le soigneur de l’éléphant. On est cornac de généra (...)
  • 8 Le brocart est une étoffe de soie rehaussée de dessins brochés d’or et d’argent. Le terme de broc (...)

6À l’exception du Seigneur de la forêt, seul son cornac7 pouvait monter sur son bât pour le diriger. Grâce à ses fameuses prouesses, le Seigneur de la forêt l’aimait comme son propre enfant, lui offrait des brocarts8 pour son bât, lui faisait couler des licous d’or et d’argent. Cependant sa liberté de Seigneur de la forêt d’aller où il voulait et d’agir à sa guise ne dura pas longtemps. Une armée royale très puissante s’avança et le cerna de toutes parts. La caserne du Seigneur de la forêt fut attaquée et détruite. Les soldats insurgés moururent en nombre, les éléphants de combat tombèrent les uns après les autres. Quand l’encerclement fut bien verrouillé, un porte-voix appela le Seigneur de la forêt à se soumettre. L’écho se répercuta dans les quatre directions sur le champ de bataille.

  • 9 Un yard est une ancienne unité de mesure de longueur. 10 yards vietnamiens représentent 4 mètres.

7Le Seigneur de la forêt demeura vaillant. Alentour, il lui restait seulement quelques dizaines de fidèles soldats. D’une main il brandissait son bouclier en peau de taureau, de l’autre il tenait sa lance à la hampe de bois d’ébène. Le Seigneur de la forêt, debout sur le bât de son éléphant, donnait des coups de lance dans toutes les directions, ses cris retentissaient comme des coups de tonnerre. Le cornac tenait fermement son marteau de guerre, il soufflait dans son cor en corne d’antilope pour pousser l’éléphant sacré à avancer et à reculer dans le vacarme d’une montagne qui s’effondre. L’éléphant d’un coup de pied réduisait en miettes la tête des soldats. Leurs os craquaient : cric-crac. Il soulevait sa trompe redoutable à dix yards9 de haut et la faisait tournoyer. À chaque fois il tuait une dizaine de soldats. Les soldats du roi s’écartaient et tiraient en chœur des volées de flèches. Puis ils allumèrent des fagots de bambous imprégnés d’essence et les jetèrent sur le bât de l’éléphant, déclenchant une tempête de feu.
L’éléphant sacré s’emballa, soudain il n’entendit plus le cor et il sentit que son cou était léger. Le grand cornac avait glissé de son siège. En même temps, le feu avait enflammé le brocart rouge. Le bât brûlait le dos de l’éléphant comme un fer chauffé à blanc. Le Seigneur de la forêt ne criait pas, mais il s’agitait convulsivement dans la fumée âcre. L’éléphant aiguillonné par les balles se précipita avec son maître, se frayant un chemin pour s’enfuir. La masse de feu s’élança dans la nuit, foulant le chemin pierreux. L’éléphant courait à travers la forêt qui s’enflammait partout où il passait. Les soldats royaux appuyés sur leurs lances les suivirent du regard, n’osant pas les poursuivre. La bataille touchait à sa fin, le feu s’éteignit et l’écho d’un barrissement plaintif annonça aux soldats royaux que celui qui avait été leur plus redoutable ennemi pendant de si nombreuses années était mort lors de ce dernier affrontement.

  • 10 Le kapokier est un arbre de 25 à 30 mètres de haut. Il fleurit lorsqu’il n’a plus de feuilles, de (...)

8Depuis l’éléphant se trouva orphelin. Il avait caché le corps de son maître là où personne ne le trouverait. La légende raconte que les éléphants choisissent l’endroit où la montagne se fond dans la mer pour enterrer leurs frères d’armes. L’éléphant sacré avait certainement confié le corps du Seigneur de la forêt à un tel lieu. Il vagabonda ensuite, vivant comme un sauvage, mais il continuait toujours à chercher les soldats du rebelle d’autrefois qui les avaient suivis, le Seigneur de la forêt et lui pendant le soulèvement. Lors de la floraison flamboyante des kapokiers10, l’éléphant sacré voyait des drapeaux rouges flotter sur les flancs de la montagne. À la fin du printemps, lorsque les gibbons femelles appelèrent les mâles, leurs cris aussi stridents que des klaxons, firent croire à l’éléphant que c’était l’écho du cor et il partit de loin à sa recherche, plein d’espoir. Mais les appels solennels avaient disparu, ainsi que les entraînements au combat qui enthousiasmaient les éléphants aux grandes âmes. L’éléphant sacré, désespéré, n’en finissait pas de barrir.

9Bien des années passèrent. La nature reprit ses droits : la verdure de la forêt et la grisaille de la montagne transformèrent l’éléphant en une bête sauvage qui n’aurait jamais eu de maître. La jeune forêt avait vieilli, les constellations avaient changé, mais l’éléphant sacré se souvenait toujours de son histoire et de sa loyauté envers son seigneur ; il ne pouvait pas les oublier. Tout était insipide dans sa gueule, qui à l’origine avait été habituée au sel. Ceci l’incita à trouver un endroit fréquenté par les hommes. Une fois, voyant la fumée d’une maison, l’éléphant sacré lança un barrissement qui retentit comme le tonnerre. Mais cette fumée disparut soudainement. Alors l’éléphant devint fou et se précipita vers la maison. En agitant sa trompe dans tous les sens, il arracha les bananes vertes et les jeunes cannes à sucre. Il frotta son dos contre la maison qui s’effondra. L’éléphant sacré rasa tout le village, mais il ne vit personne. Alors il retourna dans la forêt, plein de tristesse.

  • 11 Un taël est une unité de masse correspondant à 38 grammes en Asie du Sud-Est et à Hong Kong, mais (...)

10L’éléphant sacré détruisit plusieurs fois la région de Muong Muoi. Les villageois voulaient le tuer, mais personne n’osait s’attaquer à lui parce que l’animal était très intelligent. Même le chasseur le plus doué du coin n’osait pas accepter les cinquante taëls11 d’argent en récompense. Selon lui, c’était un animal divin, qui en plus de sa puissance effroyable, pouvait se métamorphoser en n’importe quel animal, même en une centaine de papillons. Il était si intelligent qu’on n’aurait pu savoir tout ce dont il était capable.

  • 12 L’empan est une ancienne unité de mesure de longueur correspondant à deux mains donc à environ 20 (...)

11Un jour quelqu’un arriva d’un village lointain, pour solliciter les villageois. Il voulait chasser l’éléphant féroce. C’était un homme d’environ quarante ans, très maigre, au teint livide et aux lèvres grises. Ses vêtements d’un bleu indigo étaient raccommodés avec une centaine de pièces, ses jambes et ses bras étaient aussi maigres que du bois sec. Seuls ses yeux s’agitaient, sournois et téméraires. L’étranger se présenta : Co Nghien. Il montra un objet effilé, lisse et luisant d’une longueur de deux empans12 et un cor. Co Nghien dit : « C’est un cor en corne d’antilope. Il a le pouvoir magique de maîtriser l’éléphant sacré. Je ne peux le tuer, mais je peux le chasser loin d’ici. »
Les deux parties négocièrent. Les villageois de Muong Muoi proposèrent des vêtements neufs, un kilo d’opium et un repas copieux arrosé d’alcool à Co Nghien. S’il réussissait à chasser l’éléphant sacré, il demandait aux villageois de le nourrir à vie, de lui offrir une maison et de l’opium. Les deux parties égorgèrent un coq et burent son sang pour sceller leur serment.

12La famille de Co Nghien avait fait partie des familles aisées, mais Co Nghien fumait de la drogue comme une cheminée et il avait dû vendre tous les biens de sa famille. Il avait même pensé à descendre l’autel de ses ancêtres pour le mettre en vente au marché. L’autel était simple : il était seulement composé d’un cor et d’un tube à parchemins en laque rouge. Le jour où il décida de le vendre, il eut la curiosité de sortir quelques rouleaux du tube. Il s’avéra que trois générations auparavant, son ancêtre avait été le cornac du Seigneur de la forêt. Après avoir été gravement blessé pendant la dernière bataille, il s’était traîné jusque chez lui dans un dernier effort avant de s’éteindre. Il avait légué à ses descendants le cor et l’appel aux soldats du Seigneur de la forêt dans lequel ce dernier exprimait ses dernières volontés ainsi que celles du cornac : « Les descendants chercheront ceux des soldats du Seigneur de la forêt et partiront en quête de ses restes par tous les moyens possibles… Ils planteront le drapeau de la révolte. »
Co Nghien avait très peur, mais la crise de manque le faisait tant souffrir qu’il décida d’apporter les objets que lui avait légués son ancêtre au village de Muong Muoi pour chasser l’éléphant sacré.

  • 13 Le mahakanni (Eclipta prostrata) est une plante herbacée à fleurs blanches. Il contient des subst (...)
  • 14 Le kuruing est un arbre des forêts humides d’Asie mesurant 45 mètres de haut. Son écorce grise ou (...)

13Un matin de bonne heure, Co Nghien sortit. Il portait des vêtements neufs, un chapeau tressé, une machette à la ceinture ainsi que le cor et les anciens parchemins jaunis. Il se dirigea vers la forêt. Il répétait les paroles des ancêtres des trois générations précédentes : « Nos descendants chercheront ceux du Seigneur de la forêt … Par tous les moyens possibles et retrouveront l’éléphant sacré .... Le cor est l’objet le plus précieux de la famille, car il permet de commander. Il suffira de souffler trois fois dedans pour que l’éléphant sacré vienne et à ce moment-là il faudra lui lire la proclamation. »
Co Nghien traversa quatre forêts et sept ruisseaux. Il calmait sa faim avec du riz gluant enrobé de miel. Il arriva à un endroit plein d’empreintes, dont celles d’un éléphant géant. Le cor à la bouche, il souffla trois fois longuement. Co Nghien était épuisé à bout de souffle. Soudain Co Nghien eut froid dans le dos, ses cheveux se dressèrent sur sa tête. Devant lui se tenait un éléphant. Il avait devant lui un éléphant gigantesque à la peau couleur de mousse et tachée de brun, comme enduite de mahakanni13. Sa trompe pendait. Elle était couleur de moisissure. On aurait dit un python, et ses quatre pattes ressemblaient à quatre souches de keruing14 dotées d’une puissance qui pouvait pulvériser des montagnes. Co Nghien essaya de retrouver son calme pour lire quelques phrases de l’appel aux soldats du Seigneur de la forêt : « Le peuple est un trésor dont chacun est responsable. La volonté du peuple et celle du ciel ne font qu’une. Grandeur et décadence se succèdent, on le sait. Le pouvoir appartient à celui qui possède talent et vertu. Il détestera la violence et transmettra cette proclamation. Il se révoltera pour sauver le peuple. »
À mesure qu’il entendait la proclamation, l’éléphant s’agenouillait et baissait la tête pour se prosterner. Quand Co Nghien eut fini la proclamation, il vit que l’éléphant sacré avait les larmes aux yeux. L’éléphant accepta Co Nghien comme compagnon. Sa trompe géante prit tout doucement Co Nghien pour le déposer sur son dos large comme une colline. Il se retourna et marcha vers la forêt en s’éloignant de plus en plus.

14L’éléphant traversa plusieurs forêts et franchit plusieurs rivières pour arriver à une grotte aux stalagmites semblables à une mâchoire de crocodile, pleine d’os et de défenses d’éléphant. En arrivant à une butte de terre assez haute, l’éléphant s’agenouilla pour déposer Co Nghien debout. Un rocher en forme de bassin contenait un squelette humain désagrégé mêlé à quelques flèches en cuivre et une ceinture en or intacte. Co Nghien comprit tout de suite : il s’agenouilla aussitôt pour que l’on voie sa douleur. C’était le cadavre du Seigneur de la forêt que l’éléphant avait déposé là depuis plusieurs générations. Co Nghien regardait du coin de l’œil la ceinture en or gravée d’un dragon rouge, mais il n’osait pas la toucher. L’éléphant l’emmena dans un autre endroit. Dans une cavité se trouvait une épée en or abîmée par le temps. À côté il y avait des blocs d’or de la taille d’un poignet d’homme que le Seigneur avait offerts à l’éléphant à l’occasion de cérémonies. Puis l’éléphant prit un bâton d’or de près de sept kilos qu’il donna à Co Nghien ainsi que la précieuse épée des temps anciens. L’éléphant pensa qu’il méritait sa confiance et il espérait qu’avec cette épée et une telle quantité d’or, il pourrait marcher un jour sous le drapeau rouge de la révolte, portant un nouveau maître sur son dos. Il raccompagna Co Nghien à l’orée de la forêt, plein de sollicitude. En voyant Co Nghien partir, les yeux de l’éléphant se remplirent de larmes ; il barrit doucement comme pour lui faire une recommandation.

15Co Nghien, après avoir reçu un si gros cadeau, ne daigna pas retourner au village de Muong Muoi. Il courut prestement vers la ville, cassa l’or en plusieurs morceaux pour le vendre afin de se faire construire une villa à plusieurs étages, acheter une carriole, engager des servantes, épouser plusieurs belles femmes. Les jours et les nuits suivants, le vaurien d’hier porta des vêtements de brocart, se promena partout et baigna dans la fumée d’opium. En à peine cinq ans, Co Nghien se retrouva les mains vides. Il avait tout vendu : de sa demeure à sa voiture et à ses vêtements. Tout, sauf le cor en corne d’antilope et les vieux parchemins qu’il avait soigneusement gardés.
Quand il se rappelait l’éléphant sacré, Co Nghien avait la chair de poule. Mais une cruelle crise de manque le conduisit à repartir à la recherche du trésor. Alors Co Nghien quitta la ville pour aller jusqu’à l’orée de la forêt et pénétra dans la forêt inextricable. Il reconnut les traces de pas de l’éléphant sacré. Co Nghien hésita quelques minutes, il approcha le cor de sa bouche et souffla trois fois.
Le son du cor parvint jusqu’aux oreilles de l’éléphant sacré.
Sans bruit, le vieil éléphant gigantesque fit son apparition. Co Nghien se dépêcha de remettre le cor à son cou et d’ouvrir la proclamation pour la lire : « Notre Seigneur et nous, nous nous cachons dans la forêt profonde. Nous avons de grands projets. Allez, soldats ! Regardez le drapeau rouge qui flotte au vent ! Écoutez le son du cor. »
Le vaurien en finissant sa lecture regarda l’éléphant à la dérobée. L’énorme montagne moussue resta silencieuse, les deux oreilles déchirées arrêtèrent de s’agiter. Il examina Co Nghien de la tête aux pieds. Où donc étaient l’épée, le drapeau rouge et le porte-voix transmettant les ordres ? Où était donc l’espoir nourri depuis si longtemps ? La trompe souple se tourna vers Co Nghien et le flaira de la tête aux pieds. Son corps exhalait l’odeur de feuilles d’opium usagées ; il sentait le chien galeux ; il avait l’odeur de la vie déréglée qu’il avait menée.

16L’éléphant garda son calme. Sa trompe souple saisit le corps de Co Nghien en douceur comme s’il le berçait, et soudain le corps du vaurien s’envola, au-dessus des arbres les plus hauts. Il redescendit en tournant comme une boule et retomba sur les défenses de l’éléphant sacré. Ce dernier terrassa le corps de Co Nghien, le réduisit en miettes et le piétina jusqu’à ce qu’il ne reste plus de lui qu’une simple flaque de sang boueuse.
L’éléphant ne regarda pas le corps. Il leva sa trompe pour souffler avec la force d’un typhon. Un barrissement douloureux retentit sous le ciel silencieux. Soudain, l’éléphant se cabra et s’élança comme un ouragan, renversant les arbres à grand bruit.

17Depuis ce jour-là, on ne revit plus jamais l’éléphant sacré même les années où la forêt s’est encore rebellée.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Quỳnh Cư, Mai Quốc Liên, Văn Phác, Truyện hay sử cũ, Hanoi, Nhà xuất bản thanh niên, (1989) 2002, 347 p.

2 Yên Lập est un des 11 districts de la province du Phú Thọ située dans la région Nord Est du Vietnam. Il s’agit du berceau de la civilisation vietnamienne où se trouve le temple Hùng consacré à la première dynastie royale.

3 Les maisons sont construites à flanc de montagne. Ce sont des maisons sur pilotis.

4 Les défenses en spirale montrent le très grand âge de l’éléphant, un « vieillard vénérable ».

5 Le Seigneur Trịnh fait partie d’une lignée de maires du palais qui s’opposa à la dynastie des empereurs Lê de 1539 à 1786.

6 Un bât est un dispositif permettant de faire porter de lourdes charges à des chevaux, des buffles, ou des éléphants utilisés comme bêtes de somme, de trait ou de bât.

7 Un cornac est à la fois le maître, le guide et le soigneur de l’éléphant. On est cornac de génération en génération. Normalement un cornac s’occupe d’un seul éléphant au cours de sa vie. Cette relation entre l’homme et l’animal est particulièrement développée en Asie.

8 Le brocart est une étoffe de soie rehaussée de dessins brochés d’or et d’argent. Le terme de brocart a souvent été appliqué à des tissus richement décorés. Les exemplaires les plus anciens sont chinois, comme le brocart yunjin.

9 Un yard est une ancienne unité de mesure de longueur. 10 yards vietnamiens représentent 4 mètres.

10 Le kapokier est un arbre de 25 à 30 mètres de haut. Il fleurit lorsqu’il n’a plus de feuilles, de février à mars. Ses fleurs sont rouge orangé. On le trouve dans le dicton « thân cây đa, ma cây gạo » (le banian est le séjour des génies bienfaisants et le kapokier celui des fantômes malfaisants) qui traduit la double nature (protectrice et destructrice) de l’éléphant sacré.

11 Un taël est une unité de masse correspondant à 38 grammes en Asie du Sud-Est et à Hong Kong, mais à 50 grammes en Chine. Au Vietnam, les transactions et les prix de l’immobilier en or sont toujours exprimés en taëls plutôt que dans la monnaie locale, de façon à s’affranchir de l’inflation.

12 L’empan est une ancienne unité de mesure de longueur correspondant à deux mains donc à environ 20 centimètres. 

13 Le mahakanni (Eclipta prostrata) est une plante herbacée à fleurs blanches. Il contient des substances permettant, au contact de la peau d’obtenir un bronzage brun doré. Cette plante est utilisée dans certains laits autobronzants.

14 Le kuruing est un arbre des forêts humides d’Asie mesurant 45 mètres de haut. Son écorce grise ou brune s’écaille par plaques, son bois est brun rougeâtre ; sa densité et sa résistance aux intempéries le prédestinent à la fabrication de maison et de meubles de jardin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thi Thuy An Nguyen, « L’éléphant sacré », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1370 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1370

Haut de page

Auteur

Thi Thuy An Nguyen

Nguyen Thi Thuy An, titulaire du Master professionnel de Traduction littéraire à l'INALCO, chargée de cours à l'Université Paris-Diderot (Université de Paris), à l'INALCO et à l'Université de Rennes 2, est actuellement en Master de recherche de Textes, linguistique et traduction à l'INALCO

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search