Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11TraductionsPlus reconnaissants qu’un fils ad...

Traductions

Plus reconnaissants qu’un fils adoptif

Un cas judiciaire du Juge Bao tiré du Longtu gong’an,
Chantal Haghebaert-Duwald et Pierre Kaser

Texte intégral

Présentation

Une « cause célèbre »

  • 1 Voir Pierre Kaser, « Le Bouddha entremetteur, premier cas judiciaire du Longtu gong’an », Impressio (...)
  • 2 Voir Histoire des traductions en langue françaises. XIXe siècle, (Yves Chevrel, Lieven D’hulst et C (...)
  • 3 Il n’en reste pas moins une incertitude car Léon de Rosny, lequel traduisit pour sa part deux récit (...)
  • 4 Dans son introduction, T. Pavie écrit : « Enfin, Le Lion de Pierre est aux yeux des Chinois une cau (...)
  • 5 Depuis les deux œuvres citées sont accessibles en traduction intégrale à la Bibliothèque de La Pléi (...)

1On sait — au moins depuis la mise en ligne du quatrième numéro d’Impressions d’Extrême-Orient qui rendait hommage à Jacques Dars1 —, que c’est à Théodore Pavie (1811-1896), « voyageur et orientaliste »2, que l’on devrait l’introduction des aventures du Juge Bao, alias Bao Zheng 包拯 (999-1062) ou Baogong 包公, en France : on était en 18393. Sa traduction du « Shi shizi » 石獅子, rendu par « Le Lion de pierre », douzième récit du Longtu gong'an 龍圖公安, avait sans doute été réalisée sous l’impulsion de Stanislas Julien (1799-1873). L’ouvrage qui la reprend est du reste dédié au Professeur au Collège de France titulaire de la chaire de langue et littérature chinoises et tartare-mandchoues de 1832 à 1873, et Pavie nous avertit que son maître disposait d’un exemplaire rare de cette collection de ce qu’il appelle des « causes célèbres » — collection à laquelle le maître, lui aussi, consacra un peu de son temps et de sa curiosité4.
« Le Lion de pierre » apparaît là au milieu d’extraits d’un des chefs-d’œuvre du roman chinois en langue vulgaire, le Xiyouji 西遊記 — notre dorénavant indispensable Pérégrination vers l’Ouest —, et de bribes de contes tirés de la célèbre anthologie de la fin des Ming, le Jingu qiguan 今古奇觀5. Pavie est bien conscient qu’il propose une ouverture sur un registre considéré comme mineur de la littérature chinoise :

Les Chinois d’ailleurs ne font pas entrer dans le domaine de leur littérature des ouvrages d’une aussi mince importance, et la magnifique bibliothèque des empereurs exclut de ses rayons de simples histoires, des romans d’imagination, bons tout au plus à occuper les loisirs d’un étudiant. Pour nous, moins capables de juger et moins à même de faire un choix, nous avons lu avec un certain plaisir et comme délassement de travaux plus sérieux, ces récits un peu dédaignés : après les avoir parcourus, nous avons senti le désir de les étudier plus à fond, puis bientôt l’envie de les traduire, dans l’espoir que peut-être, tout en passant sous le joug d’une langue étrangère, ils ne perdraient pas la gracieuse naïveté qui les distingue dans l’original.

2On peut donc le compter avec Abel-Rémusat (188-1832), Stanislas Julien, Léon de Rosny (1837-1914), et une poignée d’autres encore, comme un des pionniers de la littérature en langue vulgaire chinoise en français.

Gracieuse liberté de l’original

3Que dire de son rendu, sinon qu’il est conforme à l’attitude de l’époque vis-à-vis de ce genre de texte, et à ce qu'un apprenti en la matière pouvait réaliser sous la férule de son maître. Pavie, du reste, ne manque pas de signaler, avec modestie, la difficulté de l’entreprise :

Malgré le grand soin apporté à cette traduction, nous sommes loin de croire notre travail irréprochable. Les personnes qui s’occupent de la langue chinoise savent toutes quelles insurmontables difficultés se rencontrent inopinément au milieu des textes les plus simples, et combien de pièges sont cachés au coin de chaque page. Ce sont toujours des lettrés qui écrivent, et ils se gardent bien d’épargner les allusions historiques, les expressions poétiques ou consacrées, les sentences religieuses qu’amène chemin faisant la suite du récit. Maintes fois il nous eût fallu renoncer à ce travail, quelque facile qu’il paraisse à de plus expérimentés, si nous n’avions eu pour secours les conseils du savant professeur dont nous suivons les leçons : enfin grâce à ses vastes connaissances, à son habileté infaillible devant laquelle tout obstacle disparaît ; grâce à sa bienveillante complaisance toujours active, toujours prête à venir au-devant de l’élève en danger et à le soutenir en dépit de ses découragements, nous avons pu réunir ce petit faisceau d’histoires éparses et le présenter au public.
Peut-être avons-nous trop présumé de nos forces et tenté avant l’heure : toutefois nous nous consolerions un peu en songeant que, dans des ouvrages de fantaisie et d’imagination, les erreurs n’ont pas un résultat bien grave. Ces pages sont donc un essai, le fruit de quelques années de lecture et d’étude ; car sans être aussi inextricable qu’on l’a pensé longtemps, la langue chinoise, mystérieuse et sévère, ne cède que peu à peu aux plus persévérants efforts. Le chemin qui conduit à la connaissance de cet idiome est long et pénible, et ne saurait se parcourir tout d’un trait ; il faut donc s’arrêter quelque fois pour prendre haleine.

  • 6 Quelques exemples donneront à ceux qui ne prendront pas la peine de lire la traduction de Pavie, fa (...)

4Malgré quelques scories indéniables — la lourdeur de certains passages, quelques contresens, quelques oublis aussi, l’intégration d’éléments culturels dans le texte car le traducteur semble s’interdire d’avoir recours à des notes, l’attachement parfois trop scrupuleux à chaque caractère comme si on avait affaire à un texte rédigé en langue classique, sans parler des transcriptions fantaisistes propres à l’époque — l’histoire se lit avec plaisir, en produisant un décalage piquant qui doit beaucoup à son goût pour l’exotisation6. Certains choix laissent également transparaître des éléments de l’esprit du temps, comme lorsqu’il s’agit de traduire wulei 物類 pour faire référence aux animaux qui ont été sauvés lors de l’inondation et qui deviennent curieusement des « êtres d’un moindre de prix » (p. 151).

Aux animaux reconnaissants

  • 7 Ce « Shi shizi » a été soumis pendant l’année universitaire 2017/2018, à l’attention des étudiants (...)

5On n’est pas loin du contresens car le texte s’acharne à nous montrer que les animaux sont, tout au contraire, en matière de comportement moral, supérieurs aux humains. La constatation est du reste formulée par un des geôliers de la prison où croupit injustement un temps un jeune fils de bonne famille : « Les animaux sont, bien plus que les hommes, capables de gratitude et de sens du devoir » Wulei shang you enyi, ren fan buru 物類尚有恩義,人反不如. Ce credo est reformulé plus loin par le vertueux richard, qui voit dans les volatiles et les quadrupèdes des pratiquants des vertus confucéennes cardinales : niao shou shang zhi renyi 鳥獸尚知仁義, (« Les oiseaux et les animaux pratiquent la bienveillance et ont le sens du devoir »). Voilà bien une manifestation de « la bizarrerie capricieuse de l’imagination chinoise » chère à Pavie et qui fait de ce récit une histoire, certes édifiante, mais également divertissante : on appréciera naturellement au passage l’humour piquant dont fait preuve le Juge Bao pour confondre un vil imposteur 7. (Pierre Kaser)

Plus reconnaissant qu’un fils adoptif

  • 8 Dengzhou 登州 : district côtier du Shandong à quelque 100 km à l’ouest de Yantai 煙臺 et à plus de 800 (...)
  • 9 Wutaishan 五臺山 : ce Mont aux Cinq terrasses est une des quatre montagnes sacrées du bouddhisme chino (...)

6On raconte que dans la bourgade de Shitou, dépendant administrativement de la préfecture de Dengzhou8, et dont les habitations avaient été construites le long des berges de la rivière, la plupart des habitants étaient plus enclins à la fourberie qu’à la bonté d’âme. Vivant dans la partie est du bourg, Cui Zhangzhe passait, quant à lui, pour un homme agissant avec bonté et ne cherchant jamais querelle à qui que ce soit. Il avait pris pour épouse une fille du clan des Zhang, une femme au caractère affable qui gérait les affaires de la maisonnée avec zèle et parcimonie. Cui Qing, leur fils, alors âgé de dix-huit ans, était un garçon doté d'une très vive intelligence et doué pour les études. Ses parents l'aimaient comme la prunelle de leurs yeux.
Un jour, un vieux bonze se présenta chez eux au prétexte de demander l’aumône : « Je suis un pauvre moine du temple du Mont aux Cinq terrasses9. Ayant entendu parler de la générosité du maître de maison, je suis venu quémander un frugal repas végétarien. » Après avoir enfilé une tenue appropriée, Zhangzhe invita son visiteur à entrer s'asseoir dans la salle de réception, et, après s’être prosterné devant lui, il se confondit en excuses : « Je suis impardonnable de n’être pas venu vous accueillir, je vous prie de ne pas m’en tenir rigueur. » Le bonze le releva sans coup férir : « Pardonnez-moi de venir chez vous sans y avoir été invité, mais j’avais, Monsieur, à cœur de vous rencontrer. » Fort heureux de cette déclaration, Zhangzhe fit préparer des plats végétariens et traita son hôte avec beaucoup d’amabilité. Aux questions que Zhangzhe lui posa pendant qu’il mangeait, le bonze répondit : « La raison de ma venue n’est autre que de vous entretenir de quelque affaire d’importance. — S’il s’agit, s’empressa de dire Zhangzhe en réunissant ses mains sur sa poitrine, de demande de soutiens financier ou alimentaire, le vieux sot que je suis n'oserait en aucune manière vous les refuser. — Voilà bien la preuve de votre bonté ! reprit l’autre, mais je ne suis pas venu pour quémander une aumône. Il vous faut savoir que ce lieu où nous nous trouvons va être la proie d’une terrible inondation et qu’il vous faut vous y préparer en faisant apprêter les bateaux qui vous permettront de vous enfuir. C’est de cela que je suis venu vous entretenir et n’ai rien d’autre à ajouter. » Zhangzhe, qui venait de l’écouter, acquiesça à plusieurs reprises, incapable de retenir une question : « Mais quand donc cette inondation va-t-elle survenir ? — Lorsque vous verrez du sang s'écouler des yeux du lion de pierre qui se trouve à l’entrée de la ruelle des Trésors accumulés donnant sur la rue de l'Est, il sera alors temps de rassembler vos affaires et de partir. — Mais étant au fait de l’imminence d’une catastrophe, ne devrais-je pas en informer les habitants du bourg ? — Ce sont tous des gens mauvais, comment pourraient-ils même vous croire ? Quant à vous qui avez l’heur de vous fier à moi, vous échapperez au drame, sans pourtant éviter de rencontrer quelques désagréments, répondit le bonze. — Des désagréments certes, s’inquiéta Zhangzhe, toutefois, nos vies sont-elles menacées ? — Aucunement, mais donnez-moi un papier, je vais coucher par écrit quelques phrases que vous devrez retenir » ajouta-t-il avant d’écrire ceci :

Quand du Ciel en furie, les flots déferleront,
Secourez les animaux, ils vous le rendront.
Mais gardez-vous d’aider humaine créature,
Car, ce seront injustices et prison, en retour.

7Voyant que Zhangzhe ne saisissait pas la signification de ce qu’il venait de lire, le bonze lâcha un « Vous comprendrez plus tard », puis, dès qu’il eut fini son repas maigre, il prit congé. Refusant les vingt taëls que Zhangzhe tenait à lui voir emporter, le bonze renchérit : « Cette somme d’argent est bien vaine pour un bonze errant : où donc en ferait-il usage ? », et il s’en fut.
Zhangzhe mit sa femme au courant et diligenta la construction, sur le bord de la rivière, d’une dizaine de grandes barques. À ceux qui l’interrogeaient sur ses motivations, il expliquait que les embarcations lui permettraient de réchapper de la grande inondation qui allait prochainement se produire. On se gaussa de lui, mais Zhangzhe n’en eut cure. Il pria une vieille femme de se rendre quotidiennement à la rue de l’Est pour voir si le tigre de pierre pleurait des larmes de sang. Celle-ci s’y rendait donc fréquemment et ses allers et venues finirent par attirer l’attention de deux bouchers du coin qui lui demandèrent des explications qu'elle leur donna. « Il y a de ces benêts sur terre ; avec cette sécheresse, des inondations ? s’esclaffèrent les deux compères une fois la vieille femme partie. Et en plus, scruter les orbites d'un lion de pierre pour voir s'il verse des larmes de sang, à quoi cela rime-t-il ? » Alors, ils convinrent ensemble de lui jouer un vilain tour, lequel consistait à barbouiller, dès le lendemain, les yeux du lion du sang d’un cochon égorgé le jour même. Dès qu’elle vit cela, la vieille femme s'empressa de faire son rapport. Zhangzhe ordonna aussitôt qu’on rassemble tout ce qui était utile pour qu’on le transporte sur les bateaux, et malgré un soleil brûlant et un air étouffant, le chef de famille fit embarquer tous les siens, jeunes et vieux. Lorsque tout fut prêt, le jour déclinait déjà. Des nuages noirs se mirent alors à obscurcir le ciel et des pluies torrentielles commencèrent à s'abattre sans répit pendant trois jours, tant et si bien que les eaux du fleuve déchaînées pénétrèrent dans Shitou, balayèrent les maisons et emportèrent tout sur leur passage, faisant périr plus de vingt mille personnes. Comme ils avaient vécu dans l'opprobre, les habitants de la bourgade furent décimés par la volonté du Ciel ; seul Zhangzhe et les siens, qui avaient su se comporter vertueusement, avaient été avertis des dangers à venir.
Ce jour-là, Zhangzhe et sa dizaine d’embarcations se laissèrent donc porter par les courants tumultueux quand, arrivés à l'embouchure de la rivière, ils découvrirent que des pans entiers de la falaise s’étaient effondrés et que dans l’amas de rochers qui en avait résulté, un bébé singe était en train de se noyer. Zhangzhe intima immédiatement à un de ses serviteurs l’ordre d’user d’une perche de bambou pour le secourir. Saisissant l’occasion, le petit singe put ainsi rejoindre sain et sauf la berge et s'en aller. Puis, tandis que les bateaux poursuivaient leur périple, Zhangzhe aperçut un nid de corneilles et sa couvée d'oisillons encore incapables de voler qui était en train de dériver sur un tronc d'arbre. Il ordonna à un de ses serviteurs de se munir d’une gaffe pour le récupérer à bord où les volatiles restèrent jusqu’à ce qu’ils puissent déployer leurs ailes et prendre leur envol. Plus loin, dans un des méandres de la rivière, ils aperçurent, pris dans le déchaînement des flots, un homme qui appelait à l’aide. Alors que Zhangzhe allait le faire secourir, son épouse le mit en garde : « Avez-vous oublié les paroles du bonze nous exhortant à ne pas secourir d’être humain ? — Nous avons sauvé des animaux, comment pourrions-nous négliger un homme ? » rétorqua Zhangzhe, qui ordonna qu’on use d’une perche pour le hisser sur le bateau, puis d’aller lui chercher des vêtements pour qu'il en change.
La pluie s'arrêta brusquement le lendemain et Zhangzhe envoya un de ses hommes à Shitou. Celui-ci rapporta que les eaux s'étaient retirées du bourg, laissant derrière elles des collines de sable, et que, bien qu'abîmée, seule la bâtisse familiale n'avait pas été emportée. Zhangzhe dépêcha donc des ouvriers pour réparer les dégâts et redonner son apparence initiale à la maison qu’il ne tarda pas à réintégrer avec tous les siens. Quant aux autres habitants, ils revinrent les uns après les autres, mais seulement à raison de un ou deux sur dix, et ce fut tout.
Quand Zhangzhe demanda à l'homme qu'il avait sauvé s'il désirait rester ou partir, celui-ci déclara en versant force larmes : « Votre serviteur est le fils du boucher Liu de la ruelle des Trésors accumulés ; mon nom est Liu Ying. J'ai été emporté par les violents courants et ne sais si mes parents sont morts ou vivants. Me retrouvant sans moyen de subsistance, j’ai le désir de vous servir pour vous témoigner toute ma reconnaissance. — Puisque tu veux bien rester dans notre famille, alors laisse-moi faire de toi mon fils adoptif ! » Et tout en s’inclinant devant lui Liu Ying remercia Zhangzhe.

  • 10 Sous les Song du Nord, et donc pendant le règne de l’empereur Renzong 仁宗 (1022-1063), la Capitale, (...)

8Le temps avait filé comme une flèche, les lunes et les jours avaient glissé aussi vite que file la navette du tisserand — cela faisait déjà six mois que Zhangzhe était de retour chez lui. C'est à ce moment-là qu’à la Capitale de l’Est10, l'Impératrice Zhang perdit son sceau de jade, incapable de savoir où elle l'avait égaré. L'Empereur Renzong publia, pour être affiché dans toutes les préfectures, un avis qui stipulait que quiconque saurait où se trouve le sceau de jade serait promu à une haute fonction. Or il se trouve qu'une nuit Zhangzhe fit un rêve dans lequel un esprit s’adressait à lui en ces termes : « Le sceau de jade que l'Impératrice a perdu est tombé dans le puits octogonal décoré de lazurite du gynécée. Sachant que vous êtes un homme vertueux, le Ciel m’a envoyé vous en avertir. Envoyez vite votre fils de sang déclarer ce qu'il sait et il obtiendra un poste important. » À son réveil, Zhangzhe raconta son rêve à son épouse. Bientôt un serviteur venait les instruire qu'un avis officiel avait été apposé sur la porte du yamen de la préfecture de Dengzhou — ce qu’il disait concordait avec son rêve. Particulièrement ravi, Zhangzhe désira envoyer son fils se présenter à la cour pour recevoir la récompense promise, mais son épouse s'interposa : « Nous n'avons qu'un fils, comment nous résigner à cette séparation. Richesses et honneurs sont prédestinés, gardez-vous de mettre tous vos espoirs dans cette affaire. » C’est alors que Liu Ying s'avança : « Votre fils adoptif, qui n'a pas encore eu l'occasion de vous payer de retour vos bienfaits, vous propose de prendre la place de son petit frère, et d’aller à la capitale comme l’a soufflé l’esprit : si j'obtiens cette haute fonction, je reviendrai pour qu’elle lui soit attribuée. » Ravi par la proposition, Zhangzhe fit préparer argent et bagages pour le voyage de son fils adoptif, à qui il fit ses adieux dès le lendemain, adieux accompagnés de maintes recommandations, dont celle de ne pas se montrer ingrat si l'affaire se concluait bien. Liu Ying le promit, dit au revoir, et prit la route pour Dongjing où il arriva après plusieurs jours de voyage.
Une fois sur place, il dirigea ses pas directement vers le palais impérial. Quand il eut décroché l'avis du portail extérieur, un garde le conduisit sans tarder chez le Premier Ministre Wang à qui il expliqua qui il était et d’où il venait, puis révéla l'endroit où était tombé le sceau de jade. Le Premier Ministre le pria de rester à sa disposition dans un relais pour hôtes officiels où il fut immédiatement conduit. Le lendemain, le Premier Ministre l’introduisait à la Cour pour qu'il raconte ce qu'il savait ; Renzong convoqua les concubines impériales en audience au palais pour les questionner. Alors seulement l'Impératrice se souvint qu’au moment où contemplant la lune à la Fête de l'automne avec les autres dames tard dans la nuit, elle avait recueilli de l'eau dans sa main au bord du puits octogonal et que, par gaucherie, elle avait dû laisser choir le sceau. Il fut donc ordonné à un eunuque de descendre dans le puits pour voir s’il s'y trouvait : c’était bien le cas. Renzong manda Liu Ying au Palais pour l’interroger sur la manière dont il avait appris où était le sceau de jade. Celui-ci ne cacha rien de son rêve, et de l’esprit qui avait porté cette histoire à sa connaissance. « M’est avis que votre famille a su accumuler beaucoup de mérites ! » conclut Renzong qui accorda à Liu Ying la fonction de Prince de l'aile Ouest, ainsi que la main de la deuxième fille de la concubine Huang. Tout en remerciant pour les faveurs accordées, Liu Ying jubilait. Il se passa quelques jours avant qu’on lui octroie une résidence à la mesure du rang de Prince consort, mais à partir de ce moment, Liu Ying fut couvert de prestige et investi d'un pouvoir incomparable — il n’en fut que plus oublieux des faveurs reçues autrefois.

9Retrouvons justement Zhangzhe, qui, depuis le départ de Liu Ying, presque deux mois auparavant, attendait, jour et nuit, de ses nouvelles, quand quelqu'un arrivant de Dongjing fit courir la rumeur que Liu Ying, devenu gendre de l'Empereur, y jouissait d’un prestige immense et d’une fonction éminente. Zhangzhe demanda donc à un petit serviteur de la famille d'accompagner Cui Qing à la capitale. Sans tarder, celui-ci fit ses adieux à ses parents et prit la route. Il arriva à destination quelques jours plus tard et s’installa dans une auberge. Le lendemain de son arrivée, justement au moment où il se rendait à la résidence du Prince consort, il entendit qu’un homme criait pour faire dégager la voie : « Place, place au Prince ! » Cui Qing attendit debout sur le côté pour traverser. C’était justement le Prince qui, assis bien droit sur son destrier, le port altier, arrivait. Cui Qing fit un pas en avant pour se faire reconnaître, mais aussitôt qu’il le vit, Liu Ying s’exclama : « Qui donc ose se mettre en travers de ma route ? » et il donna l'ordre à un soldat de l’arrêter. « Grand frère, pourquoi cette froideur ? lança Cui Ying pris de frayeur. — Un frère ? Mais cet homme délire ! » lâcha Liu Ying au comble de la fureur. Sans plus de procès, il fit emmener Cui Qing dans le bâtiment préfectoral où il lui fit administrer trente coups de bâton ! Il fut ensuite incarcéré dans un état pitoyable, les chairs à vif, les deux jambes sanguinolentes.
Si son petit serviteur, qui était resté à l’auberge, avait bien eu vent de sa mésaventure, il ne lui fut pas possible de lui rendre visite. Quant à Cui Qing, s’il réussit bien à éveiller la pitié de son geôlier au point que, touché par son récit, celui-ci accepte d’adoucir son tourment par quelques ménagements, le jeune homme devait subir un sort auquel, en fils de famille aisée qui n’avait jamais manqué de rien, il n’était pas préparé.
Il en était là lorsqu’un singe, lequel s’était faufilé par-dessus le mur en escaladant un arbre, lui tendit un morceau de mouton rôti. Voyant ceci, le jeune homme réalisa que ce singe qui lui apportait de la nourriture ressemblait fort à celui que son père avait, autrefois, sauvé du déluge. Il accepta le présent qu’il dévora. Le singe partit, mais pour revenir, quelques jours plus tard, toujours porteur de victuailles, ce qu’il continua à faire sans trêve. Témoin de ce manège et au fait de ce qui le motivait, le geôlier ne put retenir un soupir d’admiration : « Les animaux sont, bien plus que les hommes, capables de gratitude et de sens du devoir. » De fait, il n’entrava jamais les allées et venues de l’animal.
Un jour, ce fut une dizaine de corneilles qui, rassemblées dans la prison de l’autre côté du mur de la cellule, lançaient, sans donner signe de fatigue, de plaintifs craillements. Cui Qing, ne doutant pas un instant que ce ne puisse être les corneilles que son père avait naguère secourues, s'adressa aux volatiles : « Si vous avez de la compassion pour moi, je vous prie de porter un message à mon père ». Devinant sa volonté, les volatiles s’approchèrent. Cui Qing demanda aussitôt à son geôlier de lui prêter un pinceau et un papier pour écrire une missive. L’ayant attaché à la patte d'une corneille, celle-ci prit son envol promptement et, en quelque jours, elle arrivait à destination.
Cui Zhangzhe et son épouse étaient justement en train de regretter l’absence de nouvelles de leur fils, quand soudain l’oiseau se posa à proximité d'eux. Surpris et intrigué, Zhangzhe constata qu'un message était attaché à la patte de la corneille ; il le dénoua et le lut. Il était de la main de son fils lequel y expliquait que Liu Ying s'était montré sans scrupule et lui faisait endurer, en prison, une vie de tourments. Quand Zhangzhe eut fini de lire, il s'effondra en pleurs ; son épouse s'enquit des raisons de tant de larmes. À son tour, elle pleura amèrement en disant : « À l’époque, je t'avais dit de ne pas tendre la main à cet homme ; le résultat c'est qu'il mord la main qui l'a secouru et qu’il garde mon fils en captivité. Comment va-t-on s’y prendre pour le sortir de ses griffes ? — Les oiseaux et les animaux pratiquent la bienveillance et ont le sens du devoir ; comment peut-il être à ce point si peu reconnaissant ? se lamenta Zhangzhe. Je n'ai pas d'autre choix que de me rendre à Dongjing, afin de voir ce qu’il se passe de mes propres yeux. — Mon fils souffre mille morts, ajouta l’épouse, pars sans tarder. » Dès le lendemain, Zhangzhe qui avait fait son baluchon, prit congé de son épouse pour gagner la capitale. Il y arriva quelques jours plus tard et se mit aussitôt en quête d’une auberge. À la première heure, il sortit et, alors qu’il interrogeait autour de lui, il aperçut leur petit serviteur, qui, en haillons, mendiait sa pitance sous un porche. En voyant son maître, celui-ci s'élança vers lui, et alors qu’il fondait en larmes, il était pressé de questions. D'une traite, le garçon exposa toutes les circonstances de l'affaire. Zhangzhe n'en crut pas ses oreilles et voulait se précipiter au bureau de l’administration pour en découdre avec Liu Ying, mais le jeune serviteur, redoutant qu’il ne lui arrive malheur, l’en empêcha en s’accrochant fortement à lui. C’est alors qu’on annonça l'arrivée du Gendre de l'empereur. Si la foule s'écarta pour lui laisser le passage, Zhangzhe l'attendit de pied ferme. Quand Liu Ying fut à proximité, il le héla : « Liu Ying, mon fils, maintenant que te voilà riche et puissant, m’aurais-tu oublié ? » Liu Ying, qui l’avait bien vu, l’avait évidemment reconnu, mais comment aurait-il été enclin à lui faire bon accueil ? Il l’ignora. Zhangzhe n’était pas homme à abandonner, aussi se mit-il à poursuivre le cavalier, mais bientôt les portes de la résidence se refermèrent derrière lui, laissant Zhangzhe à l’extérieur. « Passe encore que tu ne nous reconnaisses pas, mon fils et moi, mais pourquoi le laisser croupir dans tes cachots où il endure mille souffrances ! », lança le vieil homme en prise à une vive colère.
Alors même qu’il se rendait au tribunal pour y déposer plainte, le Juge Bao, qui revenait d’un sacrifice au temple, y arrivait. Le voyant, Zhangzhe s'agenouilla devant son cheval, l'implorant d'écouter sa requête. Le juge Bao le pria de le suivre à l’intérieur et interrogea ce plaignant qui n’était plus capable de contenir sa douleur. Le juge Bao l’installa dans ses appartements et fit mander par messager officiel le geôlier : « Connaissez-vous un certain Cui Qing ? lui demanda-t-il. — Effectivement, répondit l’autre. On nous a bien amené cet homme, à qui on a refusé toute nourriture et qui se trouve en bien mauvaise posture. » Apprenant cela, le Juge Bao ordonna que l’on traite dorénavant le prisonnier avec humanité.
Le lendemain, il faisait porter au Prince Liu, Gendre de l'empereur, une invitation à venir festoyer au yamen. Celui-ci s’y présenta bien et fut reçu par le Juge Bao qui l’introduisit dans ses appartements privés, tout en intimant à ses gardes d’en bien fermer les portes et de n’autoriser quiconque à vaquer dans ses abords, ordres qui furent naturellement respectés. Dès lors, le banquet pouvait être servi. On avait déjà beaucoup bu quand le juge Bao manifesta sa colère d’un « Pourquoi ne pas apporter plus de vin ? — C’est que, répondit le cuisinier, la réserve de vin est épuisée. — Puisqu'il n'y a plus de vin, qu'on apporte de l'eau, ce sera bien aussi », trancha le juge en éclatant de rire. L’ordre fut entendu et on apporta sans tarder un tonnelet d'eau. Le juge Bao demanda qu'on en serve d'abord un bol à Liu Ying en disant : « Le Grand Gendre Impérial, faute de mieux, en prendra bien un bol ? — Monsieur cherche sans doute à m’offenser, réagit avec humeur Liu Ying que l’attitude du juge Bao avait mis hors de lui. Qui parmi les hauts dignitaires de la cour pourrait faire preuve d’une telle audace ? Où a-t-on vu qu'on serve de l'eau à la place d’alcool ? — Ne vous méprenez pas ! Si tous les dignitaires vous respectent, ce n’est pas mon cas ! renchérit le Juge avant d’ajouter : Cette année, à la sixième lune, c’était l’eau de la rivière que vous buviez ; serait-ce que, dorénavant, vous ne puissiez pas même en avaler un bol ? » L’attaque lui fit se dresser les cheveux sur la tête, mais bientôt c’était Cui Zhangzhe qui s'avançait, et qui, pointant un doigt accusateur sur lui, accablait Liu Ying d'injures : « Traître, canaille ! Aujourd'hui, c’est moi que tu as trahis, il n’est que trop évident que demain, ce sera l’empire ! Souhaitons que justice soit faite. »
Le juge Bao fit arrêter Liu Ying à qui l’on retira le bonnet et la ceinture marquant son rang, puis on lui fit dévaler les marches, avant de lui administrer une volée de quarante coups de bâton, afin qu'il confesse son imposture. Liu Ying, qui se savait en tort, avoua tout. Le juge Bao lui imposa le port de la grande cangue et le fit jeter en prison. Le lendemain, il fit parvenir un rapport officiel qui conduisit l’Empereur à convoquer Cui Zhangzhe devant la cour afin d’entendre de sa bouche la narration de son histoire. « Pour un homme de tant de droiture, son fils de sang mérite honneurs et émoluments. Demain, Nous le proclamerons par décret impérial » conclut l’empereur admiratif. Zhangzhe remercia pour cette faveur et se retira. Le lendemain, un décret fut effectivement proclamé :

  • 11 Wucheng 武城 (Shandong) se trouve à quelques 350 km au nord de Kaifeng.

Pour avoir usurpé l'identité de son frère et s’être approprié ses mérites, pour avoir été oublieux de la droiture et avoir infligé des traitements cruels et inhumains, Liu Ying sera condamné à mort. Cui Qing est dès ce jour nommé sous-préfet de Wucheng11. Un portique sera érigé en l’honneur de Cui Zhangzhe qui sa vie durant s’est comporté en homme de bien.

10Le juge Bao mit donc fin à l'affaire en se conformant à l'édit impérial. Il fit venir Cui Qing, lui remit en plus de la tenue propre à sa charge, son ordre de nomination. Zhangzhe l’accompagna dans ses fonctions. Cet hiver-là, Liu Ying fut exécuté.

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre Kaser, « Le Bouddha entremetteur, premier cas judiciaire du Longtu gong’an », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 4 | 2014, mis en ligne le 17 avril 2014. URL : http://journals.openedition.org/ideo/336 Afin d’alléger cette présentation, nous ne reprenons pas les éléments déjà présents dans celle du « Bouddha entremetteur » et y renvoyons le lecteur curieux. Nous pouvons néanmoins ajouter une publication qui offre la traduction de 18 récits tirés du Longtu gong’an, dont une traduction de son premier récit sous le titre « Le bonze perd la boule », voir Anonyme, De rêves et de fers. Les enquêtes surnaturelles du Juge Pao. Traduit du chinois par Alexis Brossollet. Paris : Éditions du non-agir, coll. « Noir de Chine », 2014, p. 15-27

2 Voir Histoire des traductions en langue françaises. XIXe siècle, (Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez, dir.). Lagrasse : Verdier, 2012, p. 204)

3 Il n’en reste pas moins une incertitude car Léon de Rosny, lequel traduisit pour sa part deux récits du même recueil, signale une traduction de Stanislas Julien qui pourrait être antérieure. Il se peut du reste que « Le lion de pierre » ait été publié en revue avant d’occuper les pages 145 à 164 du Choix de contes et nouvelles (Paris : Duprat, 1839). L’ouvrage est, grâce à Pierre Palpant, consultable en ligne à l’URL : https://www.chineancienne.fr/traductions/contes-et-nouvelles-trad-th-pavie/

4 Dans son introduction, T. Pavie écrit : « Enfin, Le Lion de Pierre est aux yeux des Chinois une cause célèbre. Elle se trouve dans le Long-Tou-Kong-Ngan, recueil des plus fameux jugements de Pao-Chy, réunis sous la forme de trente-deux histoires plus ou moins merveilleuses. Ce petit volume, très rare et imprimé à Canton, sous le règne de l’empereur actuel Tao-Kwang, fait partie de la rare collection de M. le professeur Stanislas Julien qui a bien voulu nous le communiquer. » Pour information, l’ère Daoguang couvre les années 1821 à 1850. « Ce petit volume, très rare » n’est pas celui déposé à la Bibliothèque Nationale de France que l’on peut consulter sur Gallica à l’URL : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b90062819/f2.image et qui, à défaut d’avoir eu accès à une édition critique, a servi de base à la présente traduction. Il lui est antérieur de quelques années, 1816 (voir le fac-similé ci-dessous).

5 Depuis les deux œuvres citées sont accessibles en traduction intégrale à la Bibliothèque de La Pléiade (Paris : Gallimard) : La Pérégrination vers l’Ouest (Xiyouji), grâce à André Lévy (1991) et Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Jingu qiguan), grâce à Rainier Lanselle (1996).

6 Quelques exemples donneront à ceux qui ne prendront pas la peine de lire la traduction de Pavie, facilement accessible en ligne (voir supra, note 3), une idée de la « manière Pavie », fidèle disciple de Julien dans ce domaine : le laoseng 老僧 du texte est bien un « vieux bonze » au début (p. 146), mais devient vite un « pauvre bonze » quand il est question de lui avec les deux caractères sengren 僧人, puis un « pauvre bonze voyageant comme une vapeur errante », pour yunyou zenren 雲遊僧人. Quand son interlocuteur use de la formule dépréciative de laozhuo 老拙 (lit. « vieil idiot »), pour parler de lui, cela devient un bien étrange « vieux Chinois » (p. 146). Quant au personnage de Liu Ying, il est tour à tour qualifié de « fils adoptif », ce qui correspond bien à son statut dans l’histoire, mais, afin d’éviter le plus possible de suivre le texte qui use de son nom sans crainte de lasser le lecteur, il devient un « fier parvenu » ou un « jeune ingrat », opposé au « fils respectueux » auquel il fait subir mille tourments. À la fin le jeune homme n’est pas « exécuté » chujue 處決, mais bien « décapité » — on est passé pas loin de la guillotine.

7 Ce « Shi shizi » a été soumis pendant l’année universitaire 2017/2018, à l’attention des étudiants du parcours « Études chinoises » du master Langue et Sociétés d’Asie. Une étudiante de cette promotion, Chantal Haghebaert-Duwald, a bien voulu en proposer une version que j’ai revue.

8 Dengzhou 登州 : district côtier du Shandong à quelque 100 km à l’ouest de Yantai 煙臺 et à plus de 800 km de Kaifeng 開封, capitale impériale des Song du Nord (960-1127) à l’époque de l’histoire.

9 Wutaishan 五臺山 : ce Mont aux Cinq terrasses est une des quatre montagnes sacrées du bouddhisme chinois. Culminant à 3058 mètres dans la province du Shanxi, et abritant une quarantaine d’édifices religieux, le lieu se trouve à quelque 1000 km de Dengzhou. NB. Certaines éditions indiquent Santaishan 三臺山.

10 Sous les Song du Nord, et donc pendant le règne de l’empereur Renzong 仁宗 (1022-1063), la Capitale, Kaifeng est également appelée Bianjing 汴京ou encore Dongjing 東京, Capitale de l’Est.

11 Wucheng 武城 (Shandong) se trouve à quelques 350 km au nord de Kaifeng.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Haghebaert-Duwald et Pierre Kaser, « Plus reconnaissants qu’un fils adoptif », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 05 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1409

Haut de page

Auteurs

Chantal Haghebaert-Duwald

Ancienne étudiante en master Langues et sociétés d'Asie, parcours Études chinoises (2016-2018) de l’Université Aix-arseille, traductrice de San Mao, elle vient de publier Quand on n'a rien compris au Tao (Rousset, Éditions Red'Active, 2020)

Articles du même auteur

  • Entre rêve et réalité [Texte intégral]
    Un chapitre de Mengli hualuo zhi duoshao 梦里花落知多少 de San Mao 三毛
    Paru dans Impressions d’Extrême-Orient, 7 | 2017

Pierre Kaser

Professeur de langue et littérature chinoises anciennes au Département d'études asiatiques de l'Université Aix-Marseille. Directeur de l'axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’IrAsia. Traducteur.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search