Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11TraductionsLa vallée du mont Mangling

Traductions

La vallée du mont Mangling

Texte en prose de Jia Pingwa
Yingzhou Guo

Texte intégral

Présentation

1La prose Mangling yitiao gou 莽岭一条沟 (La vallée du mont Mangling) écrite par le romancier chinois Jia Pingwa 贾平凹 est extraite de son livre intitulé Shangzhou chulu 商州初录 (Notes préliminaires sur Shangzhou) publié en 1983 et dans lequel l’auteur s’interroge sur les questions de la nature et de la civilisation, de l’homme et de l’environnement en Chine.

2Loin du tumulte de la ville, le village sans nom est idyllique : seize foyers y vivent paisiblement dans la montagne. La vallée fournit tout ce dont ces paysans ont besoin. Représentant la culture locale, le vieux guérisseur a soigné et sauvé un vieux loup malade. Un mois plus tard, ce loup a rapporté au médecin des bijoux portés par des bébés qu’il a tués pour le remercier. Le vieil homme, se sentant coupable des victimes du loup, s’est jeté du haut d’une falaise. Mêlée avec la description de la nature et l’ethnographie, cette histoire étrange est narrée dans le style d’un biji 笔记 (note au fil du pinceau) moderne, étayé par la connaissance de la littérature classique de l’auteur et sa langue locale. Elle invite le lecteur à vivre une expérience sensible de l’altérité.

3Jia Pingwa est né et a grandi à Shangzhou aux confins méridionaux de la province du Shaanxi. Dans les années 1980, il a traité de la culture et du paysage de Shangzhou dans une série de récits. C’est dans ce fond mythologique, minéral et végétal qu’il puise pour construire son royaume imaginaire libre. Se revendiquant lui-même « écrivain paysan », Jia Pingwa est l’un des rares auteurs chinois qui aient la conscience écologique pour appréhender le monde. Sous sa plume, le rapport entre l’humain et le non-humain est interdépendant, il recèle une démarche dialogique. Si l’unité de l’univers éclaire la vie de sa lumière, son désordre plane comme une ombre cachée. Ce va-et-vient de clair-obscur nous plonge au cœur du labyrinthe de Jia, et j’aimerais vous y inviter par la traduction.

La Vallée du mont Mangling

  • 1 Ces comtés sont les deux districts administratifs de la province du Shaanxi en Chine. Ils sont plac (...)
  • 2 Li, unité de mesure égale à 576 mètres.

4Le sinueux massif montagneux s’étend sans fin, séparant les comtés de Luonan et de Danfeng1 sur quelques centaines de lis2. Il est parfois couvert de forêts luxuriantes au sol riche et fertile, ou clairsemé de grands arbres frêles sur des terres rocailleuses. Certains arbres, ancrés dans un sol profond, atteignent mille pieds, d’autres s’élèvent de quelques pieds à peine, sur les fines rives d’un cours d’eau. Souvent les montagnes exposent leur grandeur, les eaux génèrent un courant puissant à l’image de ce massif des monts Mangling, couronné d’une rivière et dominant les montagnes voisines blotties contre ses flancs. En longeant la rive sur environ vingt ou trente lis, on découvre une ou deux maisons à l’ombre d’arbres aux cimes enchevêtrées qui s’élancent vers le ciel. La fumée d’un blanc pur s’élève du foyer de la cuisine comme un fil étiré. Des feuillages étranges s’entremêlent et dissimulent les abords d’une falaise. Les nuages cotonneux, comme manipulés par les esprits, s’assemblent et se dispersent en un instant. Les eaux jaillissent des falaises en cascades, puis nourrissent des étangs où la vie est discrète. Quelques bulles d’air surgissent des herbes immergées, dérivent en surface et se brisent silencieusement. Un chemin mène au sommet, mais parfois disparaît, éboulé au fond d’un ravin. Il est jonché d’étranges pierres aux allures de taureaux ou de tigres. Seul apparaît, flottant sur les herbes hautes, le chapeau de paille d’un homme qui passe. Il bouscule à peine les galets de ses pas, les sauterelles bruyamment se dispersent telle une pluie jaillissante. Au bout d’une impasse, une enjambée suffit pour que le chemin réapparaisse et révèle une nouvelle perspective. Selon des écrits anciens, la montagne est aussi vaste que la mer, plus elle est explorée, plus sa grandeur est insondable. Si un étranger venant de la plaine découvrait cet endroit pour la première fois, il aurait le sentiment de trouver un lieu d’exil parfait : même en donnant la liberté à un criminel, celui-ci ne pourrait s’échapper de cet univers de forêts et de montagnes. On ne peut s’empêcher de rire lorsque les habitants de Pékin ou de Shanghai se plaignent de la croissance démographique excessive. Ces populations multipliées par dix, dispersées ici, seraient invisibles, telle une poignée de graines de sésame.

  • 3 Le Fleuve Bleu, plus long fleuve d’Asie (6380km), troisième plus long fleuve du monde après l’Amazo (...)

5Les monts Mangling séparent les deux comtés. Au nord, depuis les vallées, les rivières s’écoulent en direction du septentrion, tandis qu’au sud, elles s’orientent vers le midi. Les sources de ces eaux sont imperceptibles, séparées seulement de quelques lis. Au nord, les rivières se jettent dans le Fleuve Jaune, au sud elles rejoignent le Fleuve Bleu3. La grand-route reliant ces comtés dessine un C. Depuis Luonan, Yongfeng, puis Jingchuan, Heilongkou, elle franchit le mont Majieling, passe Shangxian, longe le fleuve Dan jusqu’à Danfeng. Ces deux comtés sont à la fois proches et éloignés ! Notre mère Nature nous offre une vallée située à quarante lis du pic principal des monts Mangling, reliant également ces deux comtés. Seuls quelques habitants de Luonan et de Danfeng la connaissent. Les paysans autour de Mangling l’empruntent pour y gagner leur vie sans l’ébruiter. Peu à peu, ceux qui la découvrent s’y aventurent, et l’appellent « la piste Hô Chi Minh » de Shangluo.

6On ne trouve aucune borne dans cette vallée pour indiquer les distances, mais nous savons de bouche à oreille qu’elle s’étend sur environ soixante à quatre-vingts lis, et que seize familles précisément y habitent. Elles appartiennent aux deux comtés : certaines familles de Danfeng vivent à Luonan et certaines de Luonan cultivent les terres de Danfeng. Depuis bien longtemps, les gens de Luonan ont le visage noirâtre, tandis que ceux de Danfeng ont le visage rouge foncé, une couleur de peau bien marquée. Du nord au sud de la vallée, les paysans parlent la même langue, mais avec un accent bien différent. Les montagnes sont si vastes et les forêts si épaisses, que les habitants étaient isolés du monde jusqu’à la Révolution culturelle : les villageois de Danfeng s’étaient entretués et une partie d’entre eux en a été chassée, fuyant à travers cette vallée vers Luonan. Dès lors, cet endroit n’a plus été aussi secret. Deux ans après la défaite de la bande des Quatre, le téléphone y fut installé. Les poteaux électriques disposés ici et là s’étendaient du haut de la montagne jusqu’à la rivière. De nombreux oiseaux se posaient sur les fils détendus. Les gens s’abonnèrent aux journaux distribués tous les quinze jours. Le chemin de cette grande vallée est extrêmement étroit, et la rivière se traverse à pied. Elle n’est pas profonde, mais le courant y est puissant comme un déluge de flèches. L’étranger qui arrive à la franchir sans tomber est souvent blessé aux jambes, jusqu’à en perdre les ongles de ses pieds à cause des pierres et du sable charriés. On ne sait pas où se trouvent les seize familles, mais si tu contournes l’éperon par hasard, tu seras frappé de stupeur par un vieux pin sorti d’un rocher noir. Passé cet arbre, se trouve une maison à demi couverte d’un rocher saillant en équilibre. Une partie du sol est en terre, l’autre est de roche. En poussant la porte d’entrée, tu peux apercevoir la chambre sombre sans distinguer vraiment la lumière de la lampe à huile. Au centre règne la rougeur incandescente d’un feu nourri de bois fendu. Les ombres se reflètent sur le mur tel un fantôme qui danse. Le maître des lieux se tient droit comme un i, robuste, les yeux brillants, les dents bien blanches. À hauteur de tête, prends garde d’éviter les filets de viande fumée suspendus aux poutres, un symbole de richesse pour les paysans : quelques cochons sont sacrifiés dans l’année, puis fumés aux aromates. On s’en délecte en découpant cette viande sur le filet en suspension à longueur de saison. Partager des moments au coin du feu à fumer et à boire est perçu comme un signe de grande estime. Tu reçois en retour l’alcool de la maison servi des deux mains. Ces paysans sont peu bavards, esquissant de simples et honnêtes sourires. Ils répondent aux questions sans détour, mais d’une voix excessivement forte, comme lorsqu’ils s’adressent aux montagnes. Ils sont curieux de toute sorte de nouvelles du comté et de la province, du pays ou même encore du monde. Un vendeur de mort-aux-rats, mais aussi talentueux orateur, serait ici très populaire avec toutes ses histoires drôles à en rire aux éclats, ou à en jurer de colère. En un éclair, les paysans déposeraient dans ta main une pomme de terre épluchée de la taille d’un bol, grillée sur la braise. Après trois bouchées, ton visage deviendrait sec comme une châtaigne, tu aurais besoin d’eau, une seule de ces pommes de terre te remplirait l’estomac.

  • 4 Un mu est équivalent à environ 6 ares.

7Dix à vingt lis séparent chaque maison des seize familles liées de près ou de loin par le sang, une nécessité de subsistance. Tout le monde se connaît par son prénom et tout le monde sait d’où viennent les belles-filles. Les étrangers ne veulent pas s’installer ici, et les gens d’ici préfèrent mourir que de quitter cette terre. De mémoire, certains ne sont jamais allés à la sous-préfecture, ils n’imaginent sans doute pas la largeur de ses rues à parcourir sans presque avoir à lever les pieds. Certains d’entre eux ne sont jamais sortis d’ici. Dès qu’une mère donne naissance à son enfant sur le lit de briques recouvert de paille, il est comme lié à vie par une corde fixée au seuil de la maison. En grandissant, cet enfant attrape les moineaux dans les arbres, plonge pour pêcher comme le busard sauvage qui sort de sa coquille, quitte le nid, puis survole les forêts et les montagnes à la découverte du monde. Adulte, toute la journée, il cultive les champs à flanc de montagne, et ronfle le soir sur son lit de briques, sa femme dans les bras. Dans ses cultures, aucune surface plane plus grande qu’un tapis de paille ne permet au buffle de se retourner. Chaque année, un ou deux vieux buffles sont victimes de chutes depuis le chemin de montagne. Près de la rivière, en dehors des périodes de crues, on peut cultiver n’importe quoi en abondance. Dans la vallée, les paysans sèment beaucoup, mais les récoltes sont habituellement maigres. Le record est de quatre cents livres par mu4, mais parfois le rendement est seulement de dix livres à peine. Ils cultivent en moyenne quarante mu par personne sans se soucier du résultat, et sont convaincus d’avoir une force inépuisable qui ne leur coûte rien. Le paysage est dessiné par un relief de montagnes et de vallées. Sur un petit lopin de terre, ils cultivent des melons et du blé, même si parfois rien n’y pousse. Ils profitent de cette montagne pour gagner leur vie : ramasser l’osier pour en tresser des nattes, couper les bambous d’hiver, confectionner des balais, cueillir des plantes médicinales, entretenir les ruches, faire du charbon, cultiver des oreilles-de-Judas, vendre des noix, des kakis séchés, des châtaignes, des pêches sauvages et des jujubes. Pourvus de solides jambes, ils les transportent jusqu’au village en plaine où ils peuvent trouver l’essentiel, autres denrées et textiles. Tout autour de leur maison, ils trouvent du bois de chauffage. D’un geste brutal, mais très élégant, ils défrichent et arrachent les branches et les racines des arbres avec énergie, les quatre membres arqués, pouvant être éjectés à chaque instant. Leurs corps portent les marques de leur labeur : des bosses de la taille du poing sur les épaules, de grandes mains calleuses à force d’arracher les ronces et les herbes sans faucille, des varices grosses comme des vers sur les mollets.

8Ne voulant pas vivre en montagne, les gens de la plaine viennent souvent ici pour couper du bois, rapporter des poutres, cueillir des plantes médicinales et chasser. Ce n’est pas pour gagner leur vie, mais seulement pour en profiter. Le chemin de montagne est ainsi tracé et emprunté par les habitants près de la plaine, qui sont pressés ou à la recherche d’un raccourci entre Luonan et Danfeng. Ici, les étrangers sont prioritaires par courtoisie : quand les paysans les croisent sur le chemin, ils s’arrêtent et les laissent passer en souriant. Les chaussures en cuir ne sont pas adaptées, et celles faites de toile ne sont pas assez résistantes, mieux vaut porter des chaussures de paille. Selon la coutume, elles sont remplacées lorsqu’elles sont usées et déposées sur le bord du chemin. Quelqu’un peut alors récupérer la moins abimée des deux et réutiliser la paille pour rafistoler ses propres chaussures. Il y a des chaussures de paille usagées tous les dix à vingt lis au bord du chemin. Quand bien même l’idéal communiste ne s’est pas réalisé dans ce comté, ses paysans n’en ont pas moins naturellement toujours eu bon cœur ; les étrangers éprouvent pour eux de la curiosité et de l’admiration, et partagent à leur tour cette attitude bienveillante.

9Partout dans la montagne, les noix, les châtaignes, les poires sauvages et les kakis poussent en abondance dès l’automne. Le passant honnête résiste à la tentation, tandis que l’opportuniste les cueille en prenant garde de ne pas être vu. Si le propriétaire le surprend, il ne lui fait pas de reproches et l’invite même généreusement chez lui à partager une dégustation. L’hôte malhonnête et honteux le remercie sans retenue. Plus étonnant encore, devant chaque maison, il y a une jarre de porcelaine noire, remplie de thé de bambou, avec à côté un bol en terre cuite sur un banc de pierre. Par habitude, ce thé est une offrande destinée aux étrangers de passage, assoiffés par leur randonnée en montagne. À l’heure du déjeuner, frappant les bols avec leurs baguettes, les montagnards invitent avec insistance les passants à partager leur repas. Quand on est affamé et assoiffé, recevoir une petite bouchée et une gorgée est quelque chose de bien plus précieux qu’un boisseau offert après une bonne ventrée. Les passants n’oublient jamais cette générosité. Les montagnards ne veulent ni argent, ni cigarettes. Ils trouvent cela sans goût et préfèrent fumer des feuilles de tabac fraîches, d’une âcreté suffocante. Même en étant assis loin d’eux, on peut sentir cette odeur particulière. Elle repousse les insectes lorsqu’ils travaillent en montagne ou descendent en forêt pour se reposer lorsqu’ils sont éreintés. Leur grand plaisir est de serrer poliment la main des étrangers qui repartent, c’est pour eux un grand honneur. Leurs mains sont comme des pinces de fer, ils font souvent mal aux étrangers qui en perdent leur voix de douleur, ce qui les amuse bien. Si les promeneurs sont vraiment incapables de continuer à marcher, il suffit de payer un yuan aux paysans pour sortir de cette montagne. Une méthode ancienne originale : une civière faite d’un filet tissé de tiges de puéraire, et de deux chevrons de bois, sur laquelle on s’allonge en regardant le ciel. Les deux porteurs montent, descendent et tournent à toute vitesse comme s’ils volaient, et on vacille doucement comme sur un nuage. Ne pense pas que ce soit cruel pour ces hommes qui te portent : les cochons bien gras sont également acheminés de cette manière pour être vendus au-delà de la vallée.

10Si tu marches sur environ quarante lis, tu découvriras un petit paradis où le paysage forme un étrange tourbillon. Un ruisseau y coule lentement sous la voûte de pierre d’un pont que l’eau reflète, révélant ainsi sa pleine lune. Au bout de celui-ci, deux grands saules se dressent de part et d’autre. Les branches et les feuilles entrelacées évoquent un nuage vert immobile. Une centaine d’oiseaux cachés Dieu sait où y gazouillent, c’est un bonheur tombé du ciel. Sous ces arbres se trouve une maison de pierres composée de trois pièces dont le toit s’élève depuis ses petits murs. Ici vivait un homme âgé de soixante-deux ans ayant un don de guérisseur, et sa femme de cinquante-neuf ans, sans enfants. Ce vieil homme était le plus réputé de la vallée. De nombreuses personnes venaient le consulter. Le chemin devant sa maison était un des plus larges. En revenant de sa cueillette de plantes médicinales et en l’absence de ses patients, il était assis devant sa porte et exerçait ses mains, mélangeant les fragments d’un bol de porcelaine et de coques de céréales au fond d’un sac. Au toucher de ses mains, il pouvait reconstituer un nouveau bol. Chaque année, il s’entraînait ainsi tous les jours à ses heures perdues. Ses mains d’or sauvaient les situations les plus désespérées comme les courbatures ou les fractures. Les gens mal soignés par leurs médecins, devenus boiteux, venaient lui rendre visite. Le vieil homme leur demandait alors de tourner le dos et d’aller et venir devant la porte d’entrée. En les observant froidement, d’un pas ferme et rapide, le vieillard frappait d’un coup de pied ou de poing inattendu sur la jambe ou le bras blessé. Les patients hurlaient, mais en se retournant, ils retrouvaient miraculeusement l’usage de leur membre. Ils reconnaissaient l’efficacité de la méthode et ses soins remarquables. On ne payait que si l’on pouvait, sinon la consultation était offerte. « Mon nom sera reconnu », disait le vieil homme. Sur environ dix à cent lis, le vieillard était ainsi devenu le parrain de dizaines de garçons et de filles.

11Cependant, tout est question d’équilibre en ce bas monde : il y a le bien et le mal, un arbre droit mais d’autres qui sont courbés. Cette vallée grouille d’animaux sauvages. En été et en automne, des nuées de moustiques-tigres s’acharnent sur les gens. Si tu as une envie pressante, tu dois allumer un feu d’herbes, puis t’accroupir dans la fumée. Trouve un solide bâton de bois, et frappe le sol afin d’éviter une mauvaise rencontre avec un serpent. Beaucoup d’abeilles sauvages rôdent aussi sous les arbres : si tu les déranges, reste immobile, car si tu fuis en gesticulant, elles te défigureront. Pire encore : les loups errent souvent la nuit ! Cette année, deux vieux loups gris venus de nulle part ont attaqué des passants avec une férocité exceptionnelle. Mêlé à cette histoire de loups, le vieux guérisseur a payé de sa vie.

12On a entendu beaucoup d’interprétations à propos de cette histoire, dont voici sans doute la plus probable : un soir, le lit de briques chauffé par le dessous sur lequel le couple était allongé était si brûlant qu’ils dégondèrent la porte de la chambre pour la disposer sous la natte de bambou roussie par la fumée et lustrée jour après jour par le frottement et la transpiration des corps. Le lit à peine préparé, le couple entendit soudain un bruit provenant de la porte d’entrée, comme si quelqu’un la griffait. Plusieurs fois, ils demandèrent qui était là, mais personne ne répondit. Par le clair de lune, le couple aperçut alors par la fenêtre un vieux loup se tenant debout sur ses pattes arrière pour gratter la porte et creuser la terre. Devant sa femme effrayée, le vieil homme marmonna : « Bon sang ! Cette maudite bête veut ma mort ! »

13Sa femme s’agenouilla, frappant le lit de son front en priant le ciel de la protéger. Le vieil homme demanda alors au loup : « C’est pour moi que tu viens, pour t’en prendre au vieux guérisseur ? Si oui, je n’ai plus le choix… Il est inutile de creuser sous cette porte, je te laisse entrer. » Mais le loup glapit sans franchir le seuil. Le vieil homme, surpris, lui demanda : « Tu ne m’attaques pas ? As-tu besoin de soins ? » Soudain le loup s’arrêta de hurler en remuant la queue. Le vieil homme fut très intrigué : « Si tu viens quémander mes soins, alors recule de trois pas. » Le loup s’exécuta et le vieil homme n’eut d’autre choix que de le suivre. Retenu par sa femme, il lui dit, les yeux emplis de larmes : « Y a-t-il un autre choix que je puisse faire ? La mort n’est autre que ma destinée. » Les mains moites, il suivit d’un pas nonchalant le loup qui se retournait de temps en temps vers lui. Après une très longue marche, ils arrivèrent enfin à une caverne sur le flanc de la montagne. Le loup tourna autour du vieil homme avant de disparaître dans la caverne. Un instant plus tard, il en ressortit suivi d’un autre loup, bien plus vieux encore, et boiteux. Ce vieux loup tourna le dos au vieil homme qui découvrit un énorme abcès luisant sur sa croupe. Tétanisé par la peur, il n’osa s’en approcher et les deux loups se mirent à hurler. D’un geste rapide, le vieil homme perça l’abcès à l’aide d’une tige de bois trouvée sur le sol. Le loup poussa un terrible hurlement, puis le pus jaillit de son abcès. Le vieil homme fuit d’une seule traite jusqu’au pied de la montagne où il tourna la tête pour s’assurer qu’il n’était pas poursuivi par les loups. Pris de panique, il arriva enfin chez lui aux premières lueurs du jour.

14Cette histoire fit grand bruit, et tout le monde fut apeuré et stupéfait qu’un loup puisse réclamer l’aide du guérisseur. Si cette vallée abritait l’esprit des loups, ce serait une catastrophe. Néanmoins, les paysans admirèrent le talent du vieil homme : « Ah ah ! Même un loup a imploré cet homme pour ses soins ! » Le vieux guérisseur dormit trois jours durant, puis son comportement changea : il ne faisait plus de plaisanterie, il ne disait plus un mot. Depuis ce jour, les consultations furent toujours gratuites. Un mois plus tard, le loup revint gratter à sa porte. Le vieil homme prit alors un couteau de cuisine, puis ouvrit la porte pour l’affronter. Mais le loup était déjà parti, après avoir laissé sur le sol des colliers d’argent et des pendentifs en cuivre traditionnels en forme de cœur-serrure portés par les enfants. Le vieil homme comprit que le loup lui faisait offrandes des bijoux portés par des enfants avant qu’il ne les dévore. Le vieil homme se sentit alors coupable et dit à sa femme : « J’ai étudié la médecine pour soigner des êtres humains, mais j’ai aussi guéri un loup, alors qu’il avait tué un grand nombre de personnes. Quel genre d’homme suis-je ? » Il courut comme un perdu, sa femme lancée à ses trousses, et se jeta du haut de la falaise.

15On ne sait pas si cette histoire est réelle, mais elle est souvent contée dans cette vallée. Les jours qui ont suivi la mort du vieil homme, tout le monde avait fondu en larmes. Les seize foyers s’étaient unis pour former une équipe de chasseurs. Ils ont traqué sans répit les deux vieux loups qu’ils ont tués trois mois plus tard, puis ont allumé deux grandes lampes contenant la graisse des loups, au pied de la tombe du vieil homme. Les lampes ont brûlé cinq jours et cinq nuits durant. À présent se dresse une très grande stèle inclinée sur laquelle sont gravés tout le talent de ce vieil homme et les leçons que l’on doit en tirer.

16Sans les loups mangeurs d’hommes, il y a davantage de fréquentation dans cette vallée. Les seize familles se sont cotisées pour construire une route de montagne, mais six mois plus tard, la route n’était construite que sur huit lis. Les paysans avaient fait preuve de ténacité et ont décidé de poursuivre leurs travaux : « Si notre génération n’y arrive pas, nos enfants le feront, et s’ils ne réussissaient pas non plus, leurs enfants continueront à leur tour. Il y aura toujours une descendance. Peut-être même que nous verrons un jour des trains dans cette vallée ! »

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Ces comtés sont les deux districts administratifs de la province du Shaanxi en Chine. Ils sont placés sous la juridiction de la ville-préfecture de Shangluo, au sud-est de Xi’an.

2 Li, unité de mesure égale à 576 mètres.

3 Le Fleuve Bleu, plus long fleuve d’Asie (6380km), troisième plus long fleuve du monde après l’Amazone et le Nil. En Chine, il est appelé Yangzi Jiang.

4 Un mu est équivalent à environ 6 ares.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yingzhou Guo, « La vallée du mont Mangling », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1423 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1423

Haut de page

Auteur

Yingzhou Guo

Membre associée de l’IrAsia, docteure en Langue et Littérature chinoises de l’Université d’Aix-Marseille, Guo Yingzhou a soutenu sa thèse en 2016 sous la direction de Noël Dutrait : « Étude de la réception des œuvres de quatre écrivains chinois exilés en France : François Cheng, Gao Xingjian, Dai Sijie et Shan Sa ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search