Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11ArticlesAnimalisation, victimisation et t...

Articles

Animalisation, victimisation et transgression

Une lecture écoféministe des romans de Xiao Hong
Xiaomeng Xie

Texte intégral

1Xiao Hong 萧红 (1911-1942) est une écrivaine chinoise représentante du Mouvement du 4 mai. Howard Goldblatt, dans son ouvrage intitulé Hsiao Hung, a présenté la courte vie de l’écrivaine et a commenté ses principales œuvres littéraires. Ses références historiques et ses expressions moins émotionnelles comme la biographie écrite par Luo Binji, un homme de lettres qui a accompagné Xiao Hong jusqu’à son décès, ont permis au lecteur de mieux contextualiser les écrits de l’écrivaine. En plus des recherches biographiques, le discours nationaliste dans les premiers romans de Xiao Hong a fait l’objet d’étude, notamment la préface du roman Terre de vie et de mort, Shengsi chang 生死场, rédigée par Lu Xun et l’épilogue de Hu Feng, qui ont respectivement commenté la force vitale manifestée par les habitants du Nord de Chine autour de la guerre contre le Japon. Le texte de Xiao Hong a été enrichi par l’article intitulé « Texte, critique et littérature de l’État-Nation » écrit par Lydia Liu, dans lequel celle-ci, après avoir analysé le nationalisme par le prisme féministe, a contesté le nationalisme sublime, souvent apprécié par les critiques. Pour elle, le corps féminin sous la plume de Xiao Hong, au lieu d’être un champ où le discours anti-Japonais s’accomplit, représente au contraire une subversion de l’idéal patriotique. Cette étude ouvre un nouvel horizon sur le texte de Xiao Hong.

2En effet, le féminisme demeure un thème dominant dans les œuvres de Xiao Hong. Lydia Liu a bien analysé les éléments du genre, qui apparaissent moins dans des œuvres écrites par les hommes écrivains révolutionnaires tels que Xiao Jun, amoureux et partenaires littéraires de Xiao Hong pendant les premières années de leur carrière. Ces éléments condensent la fureur féminine engendrée par l’observation sur la condition des femmes chinoises de l’époque et par ses propres expériences personnelles. Cette fureur se manifeste par le biais d’une métaphore qui animalise la femme.

Animal comme métaphore

  • 1 La plupart des personnages dans ce roman portent des surnoms comme Jambes-arquées, Mère Face-grêlée (...)
  • 2 Xiao Hong, Terre de vie et de mort, Beijing : Littérature chinoise, coll. « Panda », 1987, p. 193.

3Dans le roman Terre de vie et de mort, Xiao Hong raconte la vie des villageois « sans nom »1 dans la région du nord-est de la Chine des années 1930-1940. L’auteure présente l’impuissance et les souffrances de ces petites personnes tout en alternant des scènes de mort et de vie. « C’est ainsi qu’en ce village hommes et bêtes, de concert, s’employaient à vivre et à mourir. »2 Les scènes de mort sont teintées de violence, de brutalité et de barbarie et les scènes de vie ne donnent aucune impression de joie.

  • 3 Ibid., p. 167.

4La comparaison, omniprésente dans le roman, entre les villageois et l’animal sert à mettre en relief une mentalité collective teintée de primitivisme. La trame narrative débute avec la perte de la chèvre de Er-Li-Ban et se termine par le retour de la chèvre, finalement retrouvée, puis offerte par son propriétaire au Vieux Zhao. La chèvre constitue une ligne conductrice implicite. En tant qu’objet, elle représente le matériel auquel s’attachent les villageois et par le fait même, elle symbolise le manque de spiritualité : « À la campagne, les femmes resteront toujours aussi ignorantes, n’ayant jamais, par leur expérience personnelle, accédé au spirituel, seul le matériel comptait pour elles. »3 La famille de Er-li-ban se réjouit de la réapparition de la chèvre parce que celle-ci demeure sa subsistance élémentaire.

  • 4 Ibid., p. 128.

5L’autre signification de la chèvre est métaphorique. Le départ de la chèvre s’avère primordial dans la première moitié du roman, plus précisément dans les dix premiers chapitres consacrés à la médiocrité de ces villageois qui semblent indifférents à ce qui se passe à l’extérieur du village, qui observent un ancien mode de production autosuffisant et qui demeurent satisfaits de la routine quotidienne. Au tout début, la chèvre, plutôt que de rentrer chez son propriétaire comme d’habitude, se rend à la ville comme s’il s’agissait d’une décision lui appartenant : « Se sentant solitaire, ayant fini sa sieste et son repas d’écorces, la chèvre rentrait chez elle. Or, elle ne revint pas, mais s’attardant devant chacun des grands arbres pour écouter le bruissement de leur feuillage, elle voulut, elle aussi, aller en ville ! Et la bête prit en hâte le chemin de la ville. »4

6La personnification et la description psychologique de la chèvre suggèrent une initiative sans précédent : quitter le village et sortir du cercle fermé de la routine de vie. C’est au chapitre onze que les villageois deviennent conscients comme la chèvre : le « drapeau inconnu » inaugure une nouvelle dynastie et annonce le début de la guerre. Les villageois se lèvent contre l’envahissement japonais. L’abandon de la chèvre, qui avait été tout le matériel pour la famille de Er-li-ban, signifie un abandon de l’ancien mode de vie statique. La chèvre, malgré son retour à la famille, ne sera plus la chose, l’élément le plus important. Comme la chèvre qui cherche à partir, Er-Li-ban se lancera dans la lutte de résistance.

7La description des animaux conduit tout le récit en exerçant une fonction allusive : l’auteure ironise sur un état de vie primitif, un mode de production arriéré, une mentalité villageoise qui n’évolue pas avec le temps. Pire encore, la femme est dévalorisée et animalisée dans ce monde enfermé.

Sacrifice et victimisation

  • 5 Ibid., p. 161.

8 « Quand Mère Wang vit une peau de bœuf clouée sur une palissade, elle eut l’impression que c’était son propre cœur qui était suspendu de la sorte, prêt à tomber. Cette rue était toute bordée de maisons prêtes à s’effondrer, femmes et enfants faisaient groupe çà et là, des deux côtés. La fine poussière s’élevant du sol piétiné recouvrait les chaussures et pénétrait dans les narines des gens. »5 Dans cet extrait, Xiao Hong décrit minutieusement la psychologie du personnage de la Mère Wang qui envoie sa vieille jument à l’abattoir contre son gré. L’abandon de la vieille jument est difficile ; pourtant, elle est obligée de la tuer pour payer au propriétaire foncier le loyer de la terre. À l’approche de l’abattage, angoissée et affligée, elle nourrit une empathie en se transportant dans une scène d’exécution réelle :

  • 6 Ibid., pp. 161-163.

Épouvantée par ces marques de sang, la vieille avait l’impression que c’était elle-même qui marchait sur le terrain d’exécution ! Elle se fit violence et tâcha de ne pas se laisser émouvoir par un souvenir de jeunesse : une exécution à laquelle elle avait assisté. Mais ce souvenir l’obsédait continuellement : un jeune gars s’écroulait, puis un vieillard ! Le bourreau s’apprêtait à renouveler l’opération du troisième. […] À cet instant précis, c’était encore un cheval mais, dans un moment, il ne serait plus, lui aussi, qu’une peau ! […] le malheur d’une demi-journée n’avait pas de prix ! Le malheur d’une vie n’avait pas de prix !6

9L’accusation contre les propriétaires terriens exploiteurs paraît évidente. Xiao Hong, ayant vécu à la campagne de sa province pendant de courts séjours, a toujours pris une position favorable à l’égard des paysans chinois subalternes. Grâce à sa sensibilité et à son talent créatif, elle a été capable de représenter la réalité de la condition paysanne dans la Chine des années 1930, tout en accusant la cruauté et l’avidité des propriétaires terriens. Cependant, la dénonciation finale, « malheur qui n’a pas de prix », ne se borne pas aux souffrances engendrées par le conflit entre les deux classes ; il s’agit d’un regret sur le sort pitoyable de tous les personnages féminins dans le roman.

  • 7 Ibid., pp. 168-170.

10Les femmes dans l’écriture de Xiao Hong demeurent victimes du pouvoir masculin. Yueying, la femme la plus belle du village et la fille douce dotée d’yeux expressifs, perd tout son charme après le mariage : corps paralysé, gémissement incessant, yeux verts, dents verdâtres, cheveux comme s’ils avaient cramé.7 Son mari, ignorant, cherche des plantes médicinales devant les temples des divinités locales au lieu de l’envoyer chez le médecin. Avant de mourir, Yueying subit toujours les mots insultants de son mari qui lui impute la mauvaise fortune de la famille. Sa mort est bouleversante : la jeune fille baignée dans ses excrétions, les jambes maigres comme le bambou, les fesses décomposées par les vers et le corps transformé en trous véreux.

  • 8 Ibid., pp. 173-174.

Trois jours plus tard, le cercueil de Yueying porté par quatre personnes traversa la colline désolée où il fut enterré à la hâte tout en bas. Les morts sont les morts ! Les vivants forment des plans pour continuer à vivre. L’hiver, les femmes préparent les vêtements d’été ; les hommes réfléchissent et font des projets pour les cultures de l’année à venir.8

11L’écrivaine déshumanise les gens froids et moutonniers en employant des termes tels que le « spectre » et le « squelette ». Le corps féminin où célèbrent les vers devient un lieu de corruption dégoûtante. La métamorphose horrifiante rappelle la condition de vie déplorable de ces femmes villageoises. La mort de Yueying causée par l’ignorance humaine et par le manque de soin familial n’a aucune répercussion parmi les villageois engourdis. Aucun changement ne survient, tant dans le mode de vie que dans la mentalité des gens. C’est tout à fait une mort sans valeur qui coexiste avec la dévalorisation totale de la femme et la maternité réduite au châtiment.

  • 9 Ibid., p. 187.

12Dans le chapitre intitulé « Les jours de châtiment », l’auteure présente une série de scènes sur la naissance suite à de nombreuses scènes de mort. Le village est baigné dans une ambiance vivifiée par les feuilles, les arbres, les fleurs et évidemment l’accouchement. « À la saison chaude, tout le bourg s’activait aux enfantements. »9 Cependant, ces scènes de naissance réduisent la femme à l’objet de sacrifice.

  • 10 Meng Yue 孟悦, Dai Jinhua 戴锦华, Fuchu lishi dibiao 浮出历史地表 (Émergence de l’horizon historique : littéra (...)

13La gestation et l’accouchement sont démystifiés : le corps difforme, les jambes nues, l’âme en désespérance… À travers une représentation directe, sans détour ni décor de la douleur, la maternité est réduite à un simple châtiment physique sans aucun bénéfice ni volonté, sans aucun sens ni objectif.10 Xiao Hong met l’accent sur l’aspect cruel de la gestation maternelle tout en recourant de nouveau à l’animal. Les alternances entre l’accouchement des chiennes, des truies, des oiseaux et des vaches et celui des êtres humains dissimulent la différence entre les animaux et les femmes. Bien que ces dernières ne bénéficient pas de meilleures conditions de vie, elles souffrent davantage à cause de la cruauté masculine.

  • 11 Xiao Hong, op.cit., p. 152.

14Le personnage de Jinzhi est une femme à qui l’auteure prête une attention particulière. Son mariage, différent de celui de la plupart des filles villageoises, résulte de l’amour libre. Ironiquement, cet amour libre conduit à une vie malheureuse. Jinzhi paie cher sa recherche de liberté. Sa mère, qui privilégie les fruits et les légumes à sa fille, n’hésite pas à la punir violemment lorsqu’elle fait du tort à des plantes. « Pour les paysans, que ce soient des légumes ou des joncs, ils valaient plus qu’un homme. »11 Pour une mère paysanne, la vie de la fille est moins valorisée que la moisson. Après avoir appris son amour illicite, la mère se sent honteuse comme si sa fille était une marchandise défectueuse. En tant que fille, Jinzhi est premièrement aliénée par la brutalité de sa mère.

  • 12 Xiao Hong, op.cit, pp. 141-142.

15Le personnage de Jinzhi est le fil conducteur de la représentation de la « vie » de femme. Son mariage résulte d’un amour libre. Ironiquement, cette liberté conduit à une fin malheureuse. Une fois tombée enceinte, Jinzhi se marie avec son amoureux Chengye, un jeune paysan du village. Jinzhi est aliénée par son mari violent qui la réduit plus à un simple objet de désir sexuel. Souffrant également des douleurs de la grossesse, Jinzhi faillit mourir suite au viol de son mari. Le banditisme caractérise le personnage de Chengye : que ce soit l’union libre dans le champ de sorgho12 ou le viol perpétré avant l’accouchement de Jinzhi, il ne tient aucunement compte des sentiments de sa femme. Il profite de celle-ci pour assouvir son désir. Jinzhi endure sa violence comme elle endurait celle imposée par sa mère.

  • 13 Xiao Hong, op.cit, pp. 192-193.

16L’agression presque mortelle subie par Jinzhi ressemble tristement à la violence du taureau en rut que subit la bête femelle. « Bœufs ou chevaux, sans en avoir conscience, poursuivaient leur triste besogne. La nuit, alors que l’on prenait le frais, on pouvait entendre venant des étables ou des écuries des bruits étranges. Un taureau qui sans doute se battait pour sa femelle, s’échappa de l’étable. »13 Aucune dignité « humaine » ne se manifeste dans les expériences de Jinzhi. Son rôle de femme et de mère ne lui apporte que malheurs. Dépourvue de tout sens glorieux, la maternité rend la femme plus vulnérable et plus susceptible à la douleur tel un châtiment imminent.

  • 14 Neumann, Erich, The Great Mother: an Analysis of the Archetype, New York : Pantheon Books, 1955, p. (...)
  • 15 Le monde inventé par le poète chinois Tao Yuanming 陶渊明 dans sa préface au poème Taohuayuan ji 桃花源记 (...)

17L’auteure fait de l’enfantement une vraie « terre » dangereuse : la naissance de l’enfant est accompagnée inévitablement du risque de mort de la mère. À partir d’une expérience réservée à la femme, l’auteure décrit le corps féminin dévasté dont la signification remonte à la société primitive : le sacrifice du sang, considéré comme une offrande rituelle compensatoire pour les subsistances acquises, permet de garantir la fertilité, la fécondité et même la conquête d’un pays.14 L’arrivée au monde du nouveau-né, un événement naturel, conduit inévitablement à l’exploitation du corps maternel prédisposant au vieillissement, à la régression et à la disparition. Pire encore, ce modèle de sacrifice féminin stimule l’agressivité masculine dans la guerre et dans l’exploitation d’une plus grande envergure. Terre de vie et de mort décrit une société barbare qui se veut un monde autosuffisant, coupé de l’extérieur, un pays de la « source aux fleurs de pêcher »15 qui ressemble non au paradis idéalisé, mais à un enfer engloutissant pour la femme.

  • 16 Li Yinhe 李银河, Shengyu yu cunluo wenhua 生育与村落文化 (Prolifération et culture villageoise), Beijing : We (...)

18Dans son étude sur la culture de procréation dans le village chinois durant les années 1980-1990, Li Yinhe, sociologue chinoise et militante féministe, a bien analysé le phénomène de « famille nombreuse » dans lesdits villages. Premièrement, la civilisation inculque une opinion : élever un enfant sert à prévenir le vieillissement. Cette pensée populaire accentue l’utilité des enfants qui sont devenus la « subsistance élémentaire » de vie ; deuxièmement, comme l’amour filial chinois exige la naissance des enfants, plus précisément le fils qui porte le nom de la famille, la procréation reste une mission obligatoire pour manifester la piété filiale. Ainsi se forme une culture de reproduction obligatoire. Li fait également remarquer l’« extrême capacité d’endurer le mal » des mères chinoises, car la mentalité collective demeure si puissante qu’elles ignorent passivement les peines qu’elles subissent dans la grossesse, dans l’accouchement et dans l’allaitement.16 Cette mentalité transmissible de génération en génération permet de comprendre la situation de Jinzhi et d’autres femmes misérables décrites par Xiao Hong. Il s’agit d’une victimisation féminine graduelle qui s’accomplit à travers la mentalité statique qui normalise le sacrifice féminin. La répétition inconsciente des pratiques de l’enfantement consolide le pouvoir paternel en exploitant sans cesse le corps de la femme. Celui-ci ressemble à la jument abattue, dont la peau ne coûte que des sous. Le sacrifice n’a aucune valeur, car il n’apporte nul changement à la pensée des villageois.

Fureur et vulnérabilité

  • 17 Xiao Hong, op.cit, p. 204.

19Autour de Jinzhi se déploie un récit quasiment sadique. Dans le septième chapitre, une autre scène de mort succède à celle de Yueying. « Petite Jinzhi, venue au monde il y avait tout juste un mois, avait été tuée par son père qui l’avait projetée à terre. Pourquoi ce nourrisson était-il venu dans un tel monde ? Pour repartir plein de ressentiment et de tristesse ! Cela avait été si bref ! À peine une petite vie de quelques jours ! »17 Jinzhi a subi les douleurs de gestation en vain ; sa fille, une reproduction de la mère, devient une victime de la barbarie masculine.

  • 18 Le personnage féminin dans la nouvelle Zhufu 祝福 (Sacrifice du Nouvel An) de Lu Xun 鲁迅. Traumatisée (...)

20La mort de l’enfant est une autre facette à travers laquelle Xiao Hong remet en cause la maternité. Dans le premier chapitre, l’apparition de Mère Wang rappelle une femme typique de la campagne du style de « Belle-sœur Xianglin »18. Cette mère misérable s’attriste de la répétition de son expérience épouvantable de la mort : sa fille est tombée du tas de foin sur la charrue. Cette première scène de mort présentée dans le roman est celle d’un enfant qui rappelle souvent la vitalité et le futur.

  • 19 Xiao Hong, op.cit, pp. 132-133.

Je l’ai laissée sur le tas de foin où du sang coulait partout ! Ses petites mains tremblaient, du sang exhalant de la vapeur tombait goutte à goutte de ses narines et de sa bouche, comme si on lui avait tranché la gorge. [...] Croyez-vous qu'à la mort de mon enfant j'ai éclaté en sanglots ou hurlé ? Les premiers temps, je tremblais, mais à la vue du champ de blé devant moi, je ne regrettais rien, ni ne versais la moindre larme. La récolte suivante fut excellente.19

21La mère se laisse engourdir par de lourds travaux dans le champ sans pleurer sa fille défunte. Cette anesthésie volontaire de la mère reflète une anesthésie collective que Xiao Hong dévoile dans la première moitié du roman : une inertie de la mentalité indifférente à la vie et à la mort qui date depuis le début de la société agricole primitive. Dans un tel état statique et répétitif, les gens risquent de perdre la sympathie. L’enfant mort et la maternité endormie suggèrent une impasse de la femme inférieure privée de choix.

  • 20 Xiao Hong, op.cit, p. 253.

22Xiao Hong poursuit son récit sur Jinzhi. Après l’éclatement de la guerre, Jinzhi, qui a perdu sa fille et son mari, cherche un emploi dans la ville de Harbin. Si la première moitié de sa vie est caractérisée par l’endurance et la passivité, elle cherche à faire valoir son courage, sa motivation et son besoin de survie dans la métropole. Malgré sa difficulté d’insertion à la vie urbaine, Jinzhi trouve un travail en raccommodant des bas. Elle parvient à gagner de l’argent par ses propres moyens. Mais la réalité de la vie la décourage une fois de plus : elle est violée par un de ses clients. Vers la fin du roman, Jinzhi retourne en hâte dans son village quand tous les jeunes en sortent pour survivre et pour s’engager dans la résistance. Mère Wang raconte à Jinzhi les crimes que les Japonais ont commis dans le village. La réponse de celle-ci laisse réfléchir : « Avant, se dit Jinzhi en reniflant, je haïssais les hommes, désormais, je déteste ces nabots de Japonais. Enfin elle pensa avec affliction : Je détesterais en plus les Chinois ? En dehors de cela, je ne déteste rien. »20 Certes, la vie des villageois chinois est troublée par l’invasion japonaise ; la conscience nationaliste l’emporte d’emblée sur les autres conflits. Or, elle se lance finalement dans une introspection. En d’autres termes, la fureur féministe devient plus dominante que la conscience nationaliste : avant la guerre, la femme est demeurée subalterne. La guerre finie, elle ne sera jamais épargnée de la lourdeur d’un état de vie barbare qui la rendra en constante souffrance. La douleur chronique de la femme n’est pas engendrée par les envahisseurs, mais par le pouvoir masculin qui est inhérent à la culture chinoise.

  • 21 Nie Gannu 聂绀弩, « Huiyi wo he Xiao Hong de yici tanhua » 回忆我和萧红的一次谈话 (Souvenir d’une conversation av (...)
  • 22 Xiao Hong 萧红, Xiao Hong Quanji 萧红全集 (Collection complète des œuvres de Xiao Hong), Harbin : Harbin, (...)

23Xiao Hong confie à Jinzhi une partie de ses propres expériences. Méprisée, abandonnée par des hommes cruels et irresponsables, elle subissait constamment la violence masculine. Découragée par des hommes infidèles, égoïstes et violents, elle ne s’empêche pas d’interroger le sort féminin : « Je suis une femme ; le ciel semble plus bas pour la femme et les ailes des femmes sont peu solides, son fardeau est lourd. Pire encore, les femmes ont souvent un esprit de sacrifice qui provient non du courage, mais plutôt de la lâcheté. Une inertie historique l’influence de sorte qu’elle intériorise volontairement le sacrifice. Je veux voler à l’aide de mes ailes. Mais en même temps, je me sens tomber par terre. »21 Xiao Hong s’apitoie sur le sacrifice qui s’impose à la femme. Dans son roman Enfant abandonné, Xiao Hong investit sa désespérance sur l’action de Qin, la protagoniste qui abandonne son enfant à l’hôpital. « Quand l’infirmière amenait le bébé, son cœur battait comme si une nouvelle imprévue s’annonçait. Elle faisait non de la main en disant : Non, non. Je ne le veux pas… Le lien mère-enfant solide comme un fil de fer a été brisé par elle-même. Son corps tremblait. »22 La mère Qin serait l’alter ego de l’auteure qui a donné son premier enfant à une famille immédiatement après l’accouchement dans un hôpital à Harbin. C’était l’enfant de son fiancé qui l’avait quittée sous la pression familiale. L’abandon de l’enfant était plus obligatoire que choisi, étant donné que Xiao Hong se trouvait pauvre et sans-abri. Or, cette action, décrite comme une réaction quasiment spontanée du personnage de Qin, manifeste un rejet résolu de la maternité « naturelle ». Parce que cette dernière n’existe plus chez les femmes les plus inférieures et les plus précaires.

24Le féminisme de Xiao Hong est teinté de fatalisme : elle exprime une vive fureur contre l’exploitation du corps féminin tout en dénonçant la barbarie et la cruauté du primitivisme traditionnel. Cependant, elle s’apitoie sur elle-même et elle regrette l’impuissance féminine et la vulnérabilité permanente qui génère cette impuissance. Cette vulnérabilité, dans le roman, est représentée par l’animalisation de la femme/mère. La connexion femme-animal sous la plume de Xiao Hong s’avère automatique dans une société où se préserve un mode de vie primitif. La femme est réduite par le patriarcat à l’objet de sacrifice comme l’offrande des bêtes. Les comparaisons omniprésentes entre le corps féminin et les bêtes de la ferme servent à démontrer un processus de victimisation. L’animalité et la féminité semblent reliées compte tenu du pouvoir masculin dans l’exploitation de la nature et dans la procréation qui s’impose au corps féminin. Dans son ouvrage Le féminisme ou la mort (1974), Françoise D’Eaubonne dénonce la domination sociale et économique de l’homme par une extension du pouvoir. Il est naturel d’associer l’image de la femme à celle de la nature, car les deux sont teintées du pouvoir énigmatique de « fertilité ». Carol J. Adams a également mis en parallèle la similitude du fonctionnement de la consommation de la viande et l’exploitation du corps féminin dans son livre The Sexual Politics of Meat (2000). Cet « essentialisme » qui intègre l’animalité dans la féminité serait une stratégie féministe, dans les textes littéraires de Xiao Hong et philosophiques des théoriciennes, pour contester la suprématie humaine dans la conquête naturelle et le pouvoir masculin dans la conquête féminine.

25Dans ses premières œuvres, Xiao Hong adopte une attitude plutôt radicale et met en rivalité l’homme supérieur et la femme animalisée. En confrontant la micro-vie des villageoises avec la macro-vue d’une mentalité arriérée du village chinois, elle exprime une vive fureur contre l’inégalité homme-femme et une déploration impuissante sur l’infériorité constante des femmes. Cependant, il est à noter que la fureur et l’apitoiement ne constituent pas les seuls ingrédients du féminisme de Xiao Hong. Sa pensée écoféministe a été mise à jour en accédant à de nouvelles frontières dans son écriture ultérieure.

Animal et anormal

26Les mains, écrit en 1936, évoque l’injustice subie par une jeune fille stigmatisée par la couleur noire de ses mains, due au travail de teinture. La fille fait l’objet de discrimination collective de la part de la directrice, des enseignants et des élèves de l’école. La compassion de la narratrice est en contraste avec le mépris général des autres personnages. Se projetant dans le personnage de Mademoiselle Xiao, l’auteure exprime du respect pour la fille aux mains noires. La narratrice portant le nom de Xiao laisse imaginer qu’il s’agit d’une histoire authentique que l’auteure aurait vécue au lycée à Harbin, chef-lieu de sa province. Sensible à toute injustice sociale, l’écrivaine s’attache à exalter les qualités des opprimés et des marginalisés.

27Contes de la rivière Hulan, Hulan he zhuan 呼兰河传, est un roman autobiographique dans lequel Xiao Hong transpose des personnes et des histoires ancrées dans ses souvenirs d’enfance. Le roman commence par un panorama du district de Hulan. L’auteure y décrit en détail la large fondrière de boue qui piège les animaux et les passagers. Cet immense trou dans le paysage que personne ne cherche à réparer rappelle le contexte de son roman Terre de vie et de mort dans lequel la mentalité collective statique et autosuffisante a restreint l’horizon des paysans. Il est à noter que Xiao Hong a adopté une position légèrement différente de celle de Terre de vie et de mort. En abordant des activités de la culture folklorique du district comme la danse de la sorcière, la fête des esprits et les bateaux-dragons, elle atténue le ton ironique et y ajoute une couleur naturelle due à la curiosité et à la sympathie qu’éprouve une petite fille du district. Elle se laisse transporter dans les scènes du passé pour représenter les histoires, au lieu de les couvrir d’un jugement excessif. La narration enfantine et les récits racontés par la petite-fille, l’alter ego de l’auteure, sont teintés d’une fraîcheur insouciante. Grâce à ce changement, la vive fureur féministe, qui se fait sentir dans ses premières œuvres, est remplacée par une compassion plus élargie.

  • 23 Xiao Hong, Contes de la rivière Hulan, traduit du chinois par Simone Cros-Moréa, Paris : Éditions Y (...)
  • 24 Ibid.

28La persécution de la jeune bru des Hu rappelle naturellement le sort réservé aux femmes misérables dans Terre de vie et de mort. Cette fille de douze ans est sévèrement punie à cause de sa grande taille, de son teint mat, de son rire généreux, de son regard effronté, de son sans-gêne et de sa démarche vive23. La trouvant possédée par un esprit renard, sa famille implore le chaman et les remèdes religieux pour la « guérir ». La maladie est ainsi provoquée et la jeune bru est traumatisée par la « cérémonie de persécution » à laquelle assistent tous ses proches. L’auteure reprend sa critique de la superstition qui victimise la femme : la bru est écrasée par une série de mauvais traitements « médicaux ». Sa mort semble inévitable dans une ambiance suffocante où les gens savourent les souffrances d’autrui et admirent la violence les bras croisés. Le thème de l’insensibilité généralisée quant à la vie et à la mort est réitéré dans ce roman. Or, il faut remarquer que la narration est nuancée dans les Contes de la rivière Hulan. Xiao Hong essaie plus ou moins de dissimuler sa vision subjective en tant qu’auteure en modérant les descriptions de la femme victimisée. Elle évite les jugements excessifs en présentant brièvement quelques commentaires des voisins et celui de son grand-père sur la fille. Les voisins font preuve d’aversion, tandis que le grand-père la trouve plutôt bonne. La narratrice se range du côté de son grand-père24. Ce contraste saisissant marque une incompatibilité entre deux groupes de gens : ceux qui savourent les souffrances des autres et ceux qui en ont pitié. Le deuxième groupe réunit également des hommes.

29Le chapitre sept se consacre à Feng Bec-de-Lièvre, un homme pauvre qui travaille au moulin et vend des gâteaux de riz glutineux. L’amour libre conduit à l’union et à la gestation de son amoureuse, fille des Wang, une belle fille en pleine forme. Leur amour, considéré comme un scandale, suscite la curiosité générale. Le patron, n’acceptant pas d’héberger la famille de Feng, les chasse dans une cabane. Sans se plier à la brutalité du patron et à la précarité de la vie, Feng continue à faire la ronde de nuit. Sa femme soigne l’enfant malgré les mauvaises rumeurs. La résistance contre le malheur se traduit par leur sérénité et par leur persévérance. Leur vie semble simple mais heureuse. Cependant, la mort de la femme porte un coup dur à la vie de Feng. Sa femme est morte suite à la naissance du deuxième enfant. Tout le monde est convaincu que Feng va se suicider. Or, il agit à l’encontre des attentes en montrant une vitalité extraordinaire.

  • 25 Ibid., p. 437.

À la disparition de la femme de Feng Bec-de-Lièvre, tout le monde se dit qu’avec un enfant de cinq ans et un nourrisson sur les bras, il ne s’en sortirait pas.
« Et maintenant observons-le et voyons comment il va s’y prendre ! » se dirent-ils. ...
Or, au lieu de se laisser abattre comme on l’avait prédit. Feng Bec-de-Lièvre se ressaisit ; non seulement, il ne donnait pas l’impression d’être anéanti mais il paraissait, au contraire, maîtriser la situation et être animé d’une grande clairvoyance. En effet, la vue de ses enfants l’obligea à garder son sang-froid. S’établir et persévérer dans cette voie devinrent le but principal de son existence. Loin de se livrer à l’introspection, il estima qu’il valait mieux imiter les autres. Par conséquent, il continua à vivre comme auparavant tout en faisant face à ses nouvelles responsabilités.25

  • 26 Ibid., p. 439.

30Aux yeux des villageois, cet homme laid, pauvre et inférieur ne semble pas être digne d’une vie heureuse. Cependant, toute sa vie est hors des attentes. Sa confiance en la vie, malgré les pertes frustrantes, fait peur aux gens qui ne croyaient pas à la persévérance d’un homme aussi modeste. « De l’opinion générale, l’enfant n’avait aucune chance de survivre. Ils s’étonnaient même qu’il ne fût pas mort plus tôt. Ils finirent par trouver le phénomène mystérieux et une sorte d’appréhension les saisit : était-il possible qu’une chose pareille arrivât dans ce monde ? »26 Il est devenu un homme « anormal » qui surprend par sa survivance et celle de ses enfants, par la confirmation de son existence et par sa dignité.

31Dans ce roman, les personnages masculins prennent de l’importance, comparativement aux premiers romans de l’auteure. Au lieu d’être restreints au rôle de méchants et de violents, ils manifestent de la douceur et de la tendresse. Ces personnages opprimés font preuve d’affinité naturelle face à la cruauté de leur entourage.

32Sans souffrir de la précarité, le grand-père vit à l’aise dans une famille de propriétaire foncier. Néanmoins, son caractère d’ermite le rend singulier et marginal dans la famille, car il passe son temps à s’occuper des plantes et des enfants, et non des affaires terriennes. Malgré sa classe sociale supérieure, il est un homme « bizarre et inutile » dans la famille.

  • 27 Ibid., p. 169.

Peu compétent pour la gestion des affaires domestiques, c’était à ma grand-mère que revenait cette tâche de telle sorte que mon grand-père disposait à loisir de ses journées. J’ai le sentiment qu’il avait eu de la chance de me voir grandir et que, s’il en avait été autrement, il se serait sans doute senti bien seul. À trois ans, j’étais capable de marcher et de courir. Lorsque j’étais trop fatiguée pour mettre un pied devant l’autre, il me portait dans ses bras ou bien il me prenait la main pour m’aider à avancer. Du matin au soir, dans la maison ou au-dehors, je ne le quittais pas d’une semelle et comme il passait le plus clair de son temps dans le jardin de derrière, c’est également là que je passais mes journées.27

  • 28 Xiao Hong 萧红, Gudu de shenghuo 孤独的生活 (Vie solitaire : collection des proses de Xiao Hong), Nanjing  (...)

33 Suite au décès de sa grand-mère, Xiao Hong apprend à lire des poèmes dans la chambre de son grand-père où elle n’explore plus les insectes et les plantes, mais la littérature. Xiao Hong grandit et son grand-père insiste pour soutenir ses études secondaires contre ses parents qui veulent la marier. Il demeure non seulement la source de joie, mais aussi le seul membre de la famille qui se place constamment du côté de sa petite-fille. Le grand-père comble l’absence de ses parents en devenant à la fois le père qui finance et la mère qui accompagne. Pour la famille, le grand-père est inutile ; mais pour la petite-fille, sa tendresse lui fait découvrir « un aspect doux et heureux du monde distinct de son aspect froid et détestable » qui lui permet de « caresser un rêve et une quête constants vers l’amour »28.

34Dans sa prose « Quand mon grand-père est mort », Xiao Hong décrit sa tristesse anticipée quand elle voit son grand-père endormi :

  • 29 Xiao Hong 1991, op.cit, p. 927. Ma traduction du chinois vers le français.

Si mon grand-père mourait, je perdrais la plus importante personne dans ma vie ; sa mort emporterait l’amour et la douceur de ce monde humain. Mon cœur serait tordu par des fils de fer. […] Lorsque ma mère est morte, mon père me battait, et puis il a épousé une autre femme. Elle semblait courtoise, car elle ne me battait pas. Elle ne faisait que prononcer des insultes tout en faisant semblant de critiquer une chaise ou une table. À cause de sa courtoisie, nous étions distantes comme des étrangères.29

  • 30 Contrairement à Xiao Hong, son frère cadet a eu la chance de recevoir, grâce au soutien de son père (...)
  • 31 Xiao Hong 1991, op.cit, p. 929.

35Xiao Hong est victime de l’inégalité sexuelle depuis sa naissance. Le décès de sa mère biologique et la froideur de son père qui lui préférait son fils30 ont redoublé sa solitude et provoqué en même temps le sens de la révolte contre l’injustice dans l’esprit de l’auteure. Face à son père, elle a manifesté sa dureté et sa résilience ; le débat et la rivalité perduraient : échapper au mariage arrangé, insister pour continuer ses études secondaires et quitter sa famille à l’âge de dix-neuf.31 Le pouvoir paternel suffocant représentait toute la brutalité du monde.

  • 32 Xiao Hong 2011, op.cit, p. 167.

36Exclue de la joie familiale, l’écrivaine désire l’affection. Seul le grand-père, avec le « regard pétillant et le rire enfantin »32, exerce alors sur elle une influence positive : ses passe-temps consacrés à sa petite-fille, son bricolage, ses soins des plantes et son mode de vie le distinguent des autres membres de la famille et brisent la solitude de la petite Xiao Hong. Il laisse sa femme, la grand-mère de Xiao Hong, gouverner les affaires et exécute le ménage tel que le nettoyage des objets, l’entretien du verger et le soin des enfants. C’est un homme « anormal » qui ne fait aucune preuve de désir d’autorité et de pouvoir. Son anormalité le solidarise avec les autres marginalisés.

37L’écrivaine, victime de discrimination et de mépris, s’identifie à son grand-père et à des personnages marginalisés tels que Feng Bec-de-Lièvre et la jeune bru des Hu. Il est à noter qu’elle n’a pas exprimé sa compassion selon le genre ou la classe. Victime de discrimination elle-même, Xiao Hong s’identifie ainsi à tous ces personnages subissant une injustice et leur union d’âme se transmet par un « écosystème » des marginalisées.

Écosystème des marginalisés

38Le jardin demeure un endroit symbolique où le grand-père « bon à rien » et la petite-fille « inutile » se réunissent et se réjouissent de la vie. Éloignés des affaires familiales, tous les deux consacrent leur sensibilité à la beauté des êtres du monde : papillons, abeilles, libellules, criquets, cerisiers, poiriers. Ils célèbrent ensemble la fraîcheur du jardin et la pure joie de la nature.

  • 33 Xiao Hong 2011, op.cit, p. 173.

Je finissais par l’emmener jusqu’au jardin où de suite l’on passait dans un autre monde, différent de celui confiné et étriqué de la maison. Ici, c’était spacieux ; les êtres et l’univers ne faisaient qu’un. La terre me paraissait immense et le ciel lointain, inaccessible. En dehors de la fraîcheur verdoyante qui sautait aux yeux, le reste était si varié qu’un seul regard ne suffisait pas à tout embrasser.33

39Le jardin de derrière dépasse sa signification géographique concrète. Il est devenu un refuge de l’âme pour ces deux exclus de la famille. En s’adonnant à l’observation des plantes et des animaux, ils contemplent une sérénité d’esprit. Cette sérénité ne provient-elle pas d’une contemplation sympathique des êtres « inférieurs » à l’homme tels que la plante et l’insecte ? La sympathie avec ces êtres vivants débouche sur un sentiment paisible par un retour à un état d’origine faisant écho avec la narration rétrospective d’enfance retrouvée.

40Le symbolisme des espaces fait état de leur isolement. La chambre où la petite-fille apprend la poésie auprès du grand-père devient une variation du « jardin fermé aux autres ». La cabane de Feng que fréquentent la petite-fille et le grand-père est également isolée du monde, mais remplie de bonheur. Le puits où la jeune bru fait boire de l’eau à son cheval est son endroit de liberté. Tous ces espaces « solitaires » suggèrent une division de ce groupe d’opprimés et les autres. Cette division renforce leur identification réciproque et leur appui mutuel.

41La métaphore de l’animal se rapporte évidemment à la misère : Feng est né avec des lèvres comme le lièvre et la jeune bru est punie à cause de sa possession par l’esprit d’un renard. Mais dans le roman, le lien entre l’humain et l’inhumain ne se décrit plus comme une conséquence lourde qui les stigmatise et qui les plonge dans le désespoir ; au contraire, il s’agit d’un trait qui rapproche ces personnes « anormales et bizarres » selon les normes sociales. En dépit de leur différence de sexe et de classe, une compréhension réciproque implicite entre ces personnes s’établit silencieusement : l’entraide généreuse, l’appréciation mutuelle, les contacts spontanés sans intermédiaire en sont des exemples. Dans ce district froid de la Chine du Nord, coule un courant chaud représenté par l’affinité et l’entraide entre ces personnes marginalisées.

  • 34 Xiao Hong 2011, op.cit, p. 441.

42L’auteure associe l’amour humain à un groupe d’opprimés en transcendant le sexe et le milieu social. Xiao Hong met en relief leur caractère à l’opposé du stéréotype du père traditionnel : Feng prend soin minutieusement de sa femme enceinte et de ses nourrissons34 et le grand-père fait le ménage, prépare le canard, accompagne et instruit sa petite-fille. Par une sympathie universelle, Xiao Hong a élargi sa définition de la « femme » : tous les opprimés sont des femmes. Autrement dit, au lieu d’opposer radicalement l’homme à la femme, sa compassion s’avère plus englobante en incluant tous les inférieurs, quels que soient leur genre et leur milieu. Par la construction de l’écosystème harmonieux qui s’isole du reste du monde, elle a adouci la tonalité mélancolique de son écriture.

Conclusion

43La pensée écoféministe de Xiao Hong a connu un tournant. L’animalisation de la femme dans Terre de vie et de mort lui sert d’arme dénonciatrice. En s’appuyant sur l’interconnexion spontanée entre la femme et l’animal, elle accuse le pouvoir patriarcal qui victimise les femmes et l’inconscience collective statique qui réduit les vulnérables à l’objet de sacrifice. Dans ses premières œuvres, s’articulent une vision tranchante et une opposition radicale de l’homme à la femme, du majoritaire au minoritaire, du supérieur à l’inférieur, ce qui trouvera des répercussions dans les idées des militantes antispécistes. Sa représentation littéraire sur la proximité des « colonisés » laisse réfléchir sur la violence de la structuration sociale qui renforce l’inégalité et la hiérarchisation.

  • 35 Morin, Flo, « Animal », in Rennes Juliette (sous la direction de), Encyclopédie critique du genre : (...)

44Si Xiao Hong se focalise sur la différence dans ses premiers romans, son horizon a été élargi avec ses romans comme Les mains et Contes de la Rivière Hulan. Ses descriptions sur l’union des opprimés constituée par la narratrice, la jeune bru, le grand-père, Feng, les plantes et les animaux du jardin visent à construire un écosystème harmonieux des opprimés. La connexion entre l’animal et l’humain n’est plus stratégique pour dénoncer. La vive fureur étant dissipée, elle laisse couler une narration sereine enrobée par la douceur affectueuse et l’entraide généreuse. Se libérant de la contrainte essentialiste, elle redéfinit la femme, non au sens biologique, mais au sens social. Ayant exclu une vision andro/anthropocentriste35, son écoféminisme transcende toute dichotomie qui oppose le féminin au masculin, l’animal à l’humain, l’inanimé à l’animé, l’activité à la passivité, comme l’évoque Carolyn Merchant dans son livre The Death of Nature (1980). L’animal, qui représente la vulnérabilité et la victimisation, n’est plus réservé à la femme. Les comportements « anormaux » des hommes et leur proximité aux êtres vivants s’avèrent subversifs, car il leur arrive d’être aussi subordonnés et écrasés que les femmes. En même temps, ils sont capables d’émettre leur énergie, leur vitalité et leur douceur envers leur entourage et la vie. Tout cela démontre une maturité dans la pensée féministe de l’auteure : elle a transformé son système centré sur la femme vers une sympathie élargie rejetant le paradigme de différence qui divise catégoriquement les espèces et les genres.

  • 36 Xiao Hong 1987, op.cit, p. 119.
  • 37 Goldblatt, Howard, Hsiao Hung, Boston : Twayne Pub, 1976, p. 130.

45Lu Xun a raison de définir le roman de Xiao Hong comme une écriture de transgression36. En effet, cette transgression se veut non seulement un refus de la sacralisation du corps féminin, comme l’analyse Lydia Liu, mais également une démystification de l’animalité chez les êtres humains par le dépassement du genre. Cette transgression qui s’ajoute au style de la fraîcheur d’une écrivaine douée lui permet d’accéder à un cosmos plus immense. Se débarrassant des contraintes de l’horizon, elle a cherché une cohésion parfaite de l’être humain, de l’animal, de la plante et de la nature dans son écriture. Xiao Hong montre sa double face : l’une sensible et vulnérable, l’autre résiliente et révoltée. Bien qu’elle se dévoue, dans sa vie réelle, à la violence masculine37, elle persiste dans une lutte contre l’injustice de la société, l’indifférence sur la vie et la mort et dans une exaltation enthousiaste envers la vitalité, l’amour et la tendresse.

Haut de page

Bibliographie

Adams, Carol J, The Sexual Politics of Meat: A Feminist-Vegetarian Critical Theory, New York : Continuum, 2000.
D’Eaubonne, Françoise, Le féminisme ou la mort, Paris : P. Horay, 1974.
Goldblatt, Howard, Hsiao Hung, Boston : Twayne Pub, 1976.
Li Yinhe 李银河, Shengyu yu cunluo wenhua 生育与村落文化 (Prolifération et culture villageoise), Beijing : Wenhua Yishu, 2003.
Liu Lydia H. 刘禾, « Wenben, piping yu minzu Gguojia wenxue » 文本、批评与民族国家文学 (Texte, critique et littérature de l’État-Nation), Piping kongjian de kaichuang, n°1, 1998, 308.
Meng Yue 孟悦, Dai Jinhua 戴锦华, Fuchu lishi dibiao 浮出历史地表 (Émergence de l’horizon historique : littérature féminine de la Chine moderne), Beijing : Renmin daxue, 2004.
Merchant, Carolyn, The Death of Nature, San Francisco : Harper and Row, 1980.
Neumann, Erich, The Great Mother: an Analysis of the Archetype, New York : Pantheon Books, 1955.
Nie Gannu 聂绀弩, « Huiyi wo he Xiao Hong de yici tanhua » 回忆我和萧红的一次谈话 (Souvenir d’une conversation avec Xiao Hong), Xin wenxue shiliao, n°1, 1981, 192-195.
Morin, Flo, « Animal », in Rennes Juliette (sous la direction de), Encyclopédie critique du genre : corps, sexualité, rapports sociaux, Paris : La Découverte, 2016.
Xiao Hong, Contes de la rivière Hulan, Paris : Éditions You Feng, 2011.
Xiao Hong, Terre de vie et de mort, Beijing : Littérature chinoise, 1987.
Xiao Hong 萧红, Gudu de shenghuo 孤独的生活 (Vie solitaire : collection des proses de Xiao Hong), Nanjing : Jiangsu wenyi, 2013.
Xiao Hong 萧红, Xiao Hong Quanji 萧红全集 (Collection complète des œuvres de Xiao Hong), Harbin : Harbin, 1991.

Haut de page

Notes

1 La plupart des personnages dans ce roman portent des surnoms comme Jambes-arquées, Mère Face-grêlée.

2 Xiao Hong, Terre de vie et de mort, Beijing : Littérature chinoise, coll. « Panda », 1987, p. 193.

3 Ibid., p. 167.

4 Ibid., p. 128.

5 Ibid., p. 161.

6 Ibid., pp. 161-163.

7 Ibid., pp. 168-170.

8 Ibid., pp. 173-174.

9 Ibid., p. 187.

10 Meng Yue 孟悦, Dai Jinhua 戴锦华, Fuchu lishi dibiao 浮出历史地表 (Émergence de l’horizon historique : littérature féminine de la Chine moderne), Beijing : Renmin daxue, 2004, p. 192.

11 Xiao Hong, op.cit., p. 152.

12 Xiao Hong, op.cit, pp. 141-142.

13 Xiao Hong, op.cit, pp. 192-193.

14 Neumann, Erich, The Great Mother: an Analysis of the Archetype, New York : Pantheon Books, 1955, p. 279.

15 Le monde inventé par le poète chinois Tao Yuanming 陶渊明 dans sa préface au poème Taohuayuan ji 桃花源记 (Source aux fleurs de pêchers) en 421.

16 Li Yinhe 李银河, Shengyu yu cunluo wenhua 生育与村落文化 (Prolifération et culture villageoise), Beijing : Wenhua yishu, 2003, p. 192.

17 Xiao Hong, op.cit, p. 204.

18 Le personnage féminin dans la nouvelle Zhufu 祝福 (Sacrifice du Nouvel An) de Lu Xun 鲁迅. Traumatisée par le fils éventuellement dévoré par le loup, elle répète tout le temps son chagrin à son entourage.

19 Xiao Hong, op.cit, pp. 132-133.

20 Xiao Hong, op.cit, p. 253.

21 Nie Gannu 聂绀弩, « Huiyi wo he Xiao Hong de yici tanhua » 回忆我和萧红的一次谈话 (Souvenir d’une conversation avec Xiao Hong), Xin wenxue shiliao, n°1, 1981, pp. 192-195. Ma traduction du chinois vers le français.

22 Xiao Hong 萧红, Xiao Hong Quanji 萧红全集 (Collection complète des œuvres de Xiao Hong), Harbin : Harbin, 1991. Ma traduction du chinois vers le français.

23 Xiao Hong, Contes de la rivière Hulan, traduit du chinois par Simone Cros-Moréa, Paris : Éditions You Feng, 2011, pp. 269-271.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 437.

26 Ibid., p. 439.

27 Ibid., p. 169.

28 Xiao Hong 萧红, Gudu de shenghuo 孤独的生活 (Vie solitaire : collection des proses de Xiao Hong), Nanjing : Jiangsu wenyi, 2013, pp. 176-178.

29 Xiao Hong 1991, op.cit, p. 927. Ma traduction du chinois vers le français.

30 Contrairement à Xiao Hong, son frère cadet a eu la chance de recevoir, grâce au soutien de son père, une véritable éducation.

31 Xiao Hong 1991, op.cit, p. 929.

32 Xiao Hong 2011, op.cit, p. 167.

33 Xiao Hong 2011, op.cit, p. 173.

34 Xiao Hong 2011, op.cit, p. 441.

35 Morin, Flo, « Animal », in Rennes Juliette (sous la direction de), Encyclopédie critique du genre : corps, sexualité, rapports sociaux, Paris : La Découverte, 2016, p. 56.

36 Xiao Hong 1987, op.cit, p. 119.

37 Goldblatt, Howard, Hsiao Hung, Boston : Twayne Pub, 1976, p. 130.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xiaomeng Xie, « Animalisation, victimisation et transgression », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1431

Haut de page

Auteur

Xiaomeng Xie

Xie Xiaomeng est doctorante en littérature comparée à l’Université de Montréal. Ayant accompli ses études en langue et en littérature françaises à Beijing, elle a commencé à étudier à l’Université de Montréal en 2014. Ses domaines d’intérêt se concentrent sur la littérature chinoise moderne et contemporaine. Sa thèse porte sur la performativité de la maternité dans la littérature chinoise moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search