Navigation – Plan du site

AccueilNuméros11ArticlesL’histoire de Jade Précieux

Articles

L’histoire de Jade Précieux

L’animalité comme signe du refoulé chez l’esprit-renard dans un roman fantastique des Qing
Lucrezia Zanzottera

Texte intégral

« These ideas are an important reminder of the interdependence of the physical and psychological in the Chinese medical system. Monsters can have an important role to play in that relationship: for example, the fox demon is the means by which a man’s deviant desire becomes a physical syndrome. »
Rania Huntington, Alien Kind: Foxes and Late Imperial Chinese Narrative, Cambridge : Harvard University Asia Center, 2003, p. 309 et pp. 311-312.

  • 1 Pour les seules références à cet ouvrage dans la littérature occidentale, voir : Solange Cruveillé, (...)
  • 2 À part le Yetan suilu, les autres ouvrages sont connus du public français à travers des traductions (...)

1L’esprit-renard est le protagoniste d’un roman (xiaoshuo 小說) fantastique de longueur moyenne (11 rouleaux et 42 chapitres) de la fin des Qing (1803) de l’auteur Ding Bingren 丁秉仁, le Yaohua zhuan 瑤華傳 ou Histoire de Jade Précieux. Cet ouvrage n’a pas encore fait l’objet de beaucoup d’études et n’a pas encore été traduit en langue occidentale1. Il se situe à une époque de la littérature chinoise particulièrement riche en ce qui concerne les portraits d’esprit-renard : postérieure à la publication de l’immortel Liaozhai zhiyi 聊齋誌異 de Pu Songling 蒲松齡 (1640–1715) et juste après le Yuewei caotangbiji 閱微草堂筆記 de Ji Yun 紀昀 (1724–1805), le roman apparaît aussi après le célèbre Zi bu yu 子不語 de Yuan Mei 袁枚, le Yetan suilu 夜譚隨彔 de He Bang’e 和邦额 et le roman vernaculaire Yaohu yanshi 妖狐艷史.2 À travers une intrigue complexe et envoûtante, le Yaohua zhuan met en relief la consonance du féminin et du vulpin, en racontant l’histoire de la purification d’un esprit-renard mâle réincarné en femme pour rembourser sa dette karmique. L’histoire se situe à la fin de la dynastie Ming, en en parcourant les évènements les plus significatifs. C’est ce drôle de mélange entre roman fantastique et histoire qui constitue donc l’objet de notre recherche. Mais, avant de nous concentrer sur notre sujet, voyons un peu ce que l’esprit-renard est plus exactement dans la littérature chinoise.

L’esprit-renard : l’animalité comme manifestation de désir

  • 3 C’est d’ailleurs le titre de son ouvrage : Alien Kind.
  • 4 Il ne faut pas oublier toutes les figures de femmes-renardes exemplaires, exemples de chasteté et d (...)
  • 5 Pour les animaux et les végétaux totems dans la Chine ancienne, voir Rémy Mathieu, Anthologie des m (...)
  • 6 Pour des considérations sur l’évolution de la figure de l’esprit-renard dans la littérature chinois (...)

2Figure fondamentale et prolifique de la littérature fantastique chinoise, l’esprit-renard (huli jing 狐狸精) se caractérise en tant qu’être qui ne peut absolument pas entrer dans une case définie, si ce n’est la catégorie yilei 異類 (« catégorie étrange, différente »), définie par la sinologue Rania Huntington comme « Alien kind »3. À cheval entre l’animal et l’humain, le divin et le démoniaque, le monde des morts et celui des vivants, il transgresse les lois de la nature et celles des hommes, offrant une vaste palette de nuances où hétérodoxie et orthodoxie se confondent : vieux et sage, porteur de secrets alchimiques pour la cultivation de son qi 氣, garant de la morale confucéenne ; ou, à l’opposé, belle femme-fatale, lubrique et menaçante, avec une allure lascive qui captive les jeunes lettrés inexpérimentés.4 Bête sauvage qui peut selon les croyances se métamorphoser en humain, il fait également l’objet d’un culte qui tirerait ses origines d’un culte totémique très ancien, issu de la vénération du renard animal et des pratiques chamaniques ancestrales. Dans ce cadre précis, on utilisait l’esprit du renard comme medium et porte d’accès au monde des morts, mais aussi comme esprit porteur de richesses et de santé à la fois, et les chamanes, généralement des femmes, étaient engagées dans une relation de possession spirituelle, psychique et sexuelle avec lui.5
Objet simultanément de culte et de mépris, au centre d’un nombre infini de légendes et de contes populaires, créature fantastique du folklore, il se présente toujours de façon changeante et contradictoire, mais il apparaît toujours connoté par une caractéristique essentielle : sa nature différente, en tant que créature foncièrement transgressive et potentiellement subversive.
Au fil des
zhiguai 志怪 des Six Dynasties, le renard passe de la position d’animal à celle de véritable esprit-renard capable de se métamorphoser. Sous les Tang, puis les Song, on le retrouve plutôt occupant les cimetières et les maisons abandonnées, capable de se transformer en humain sous certaines conditions et difficile, voire impossible, à apprivoiser. Mais déjà sous les Tang se forme l’image de la belle femme-renarde ensorceleuse qui sera ensuite mise en avant par les écrivains des époques Ming et Qing. En effet, sous les deux dernières dynasties impériales, qu’il s’agisse de textes en chinois classique (wenyan 文言) ou en langue vernaculaire (tongsu 通俗), on trouve beaucoup de variations sur le thème de l’esprit-renard. Mais ce qui le caractérise à cette époque, ce sont ses traits humains : la relation plus complexe et psychologiquement très riche avec les êtres humains, et l’effacement de ses caractéristiques animales la référence à la fourrure, etc.6 Il devient un vampire sexuel parasite qui, à travers des rapports sexuels, s’empare de l’énergie (yin ou yang) de son malheureux partenaire, qu’il soit masculin ou féminin. C’est dans cette variante que l’esprit-renard nous intéresse dans cet article. C’est sous cette forme, en réalité la plus courante, qu’il se présente dans le roman que nous analyserons et qu’il se fait sujet de la thématique qui nous tient à cœur : le refoulé. C’est encore sous cette même forme qu’il se fait porteur du désir inconscient propre à la société comme à l’individu en même temps, ce désir étant projection fantasmatique de tous les tabous liés à une sexualité dangereuse puisque libre, en dehors des schémas imposés par la société confucéenne. Interdit et mis en marge en tant qu’élément polluant et agent actif de destruction autant moral que physique, l’esprit-renard devient alors, de par son animalité, symptôme de tout ce qui réside justement au cœur de l’humain en tant que libido et fantasme. La luxure, cette nature libidineuse et lascive qui correspond à la nature intrinsèque du renard, est alors imputée à une animalité sauvage qui ne peut pas être apprivoisée car c’est dans l’inconscient humain qu’il faut en chercher la racine. La lubricité qui caractérise l’esprit-renard n’est alors rien d’autre que l’incarnation des fantasmes irréalisables de l’homme qui a affaire à lui.

  • 7 Rania Huntington, Alien Kind, p. 309, note n. 45. Voir Burton Watson, The Tso Chuan: Selections fro (...)
  • 8 La première source trouvée pour cette citation semblerait être le Qianfu lun 潜夫论 (« Dissertation de (...)

3Les manifestations démoniaques sont, d’après la pensée des rationalistes chinois anciens, déterminées par la nature humaine même : on pense à l’affirmation « yao you ren xing » 妖由人性 (« Anomalies arise from men »)7, tirée du Zuozhuan 左轉, qui, il est important de le rappeler, est un des plus anciens textes chinois. On trouve aussi deux phrases très significatives, récurrentes dans la littérature chinoise dans le contexte moralisant des romans : « yao bu sheng de » 妖不胜德 (« monsters cannot defeat the virtuous »), et « ren zi mi » 人自迷 (« people bewitch themselves »)8, la dernière étant explicitement liée à une sexualité lascive et débridée. Parmi toutes les causes internes qui peuvent engendrer la manifestation des yao, celle qui est mise en relief est justement le mauvais désir, spécialement sexuel.

  • 9 Rania Huntington, « Hu yu qinglou nüzi » 狐与青楼女子 (Les renardes et les filles de joie), Ming Qing xia (...)
  • 10 Leo Tak-hung Chan, The Discourse on Foxes and Ghosts, Honolulu : University of Hawai’i Press, 1998, (...)

4L’activité démoniaque de l’esprit-renard est caractérisée en chinois par un verbe en particulier, renvoyant à deux actions, différentes, mais qui ont en commun l’idée de la possession : zuo sui 作祟 ou sui , qui signifie hanter, un état physique ou mental à la fois. La figure de la prostituée est par exemple reliée à celle de la renarde et, dans le contexte chinois, à l’idée de parasitisme, parce que la prostituée draine en même temps l’énergie sexuelle et les finances de l’homme.9 C’est à l’époque des Qing que, encore plus qu’aux époques précédentes, la renarde devient la manifestation d’un problème interne d’excès de qing propre à l’individu affligé, et que la folie amoureuse assume cette connotation pathologique de maladie due à un parasite démoniaque.10

  • 11 Concept emprunté à Freud, qui l’avait lui aussi tiré de la littérature ; voir L’Inquiétante étrange (...)
  • 12 Parmi les ouvrages qui présentent ce type d’usage de la figure de l’esprit-renard, voir le Dongyouj (...)

5Le danger de la renarde parasite ne réside pas dans la simple transgression de l’interdit, mais dans la transgression des tabous, qui amène à une récupération des pulsions refoulées les plus inavouables et à une conséquente transgression sexuelle et morale, laquelle contient en soi un potentiel subversif vis-à-vis des institutions (valeur sociale et politique). L’occupation de l’espace le plus intime plus l‘éveil du refoulé donnent alors lieu à celle qui, d’après Rania Huntington, est la caractéristique fondamentale de ce personnage : son inquiétante étrangeté (unheimlich)11. Toujours d’après Rania Huntington, c’est justement dans le roman vernaculaire que l’esprit-renard devient le symbole par excellence de la lubricité et qu’il est souvent utilisé comme véritable épreuve que les protagonistes doivent affronter pour se purifier12 :

  • 13 Rania Huntington, Alien Kind, op.cit., p. 186.

In the vernacular novel, the fox may be called on as “the usual suspect” when a symbol of lust is required. The fox is employed more often in novels obstensibly exposing the dangers of sex than in those unabashedly using sex as entertainment.13

6Après en avoir fait ce portrait sommaire, venons maintenant à parler de notre roman.

Le Yaohua zhuan 瑤華傳 : un ouvrage rare qui mérite d’être analysé

7Le roman raconte le parcours d’un esprit-renard mâle tué et réincarné en femme par l’Immortelle aux Epées, Wu Aizi 無礙子. Condamné à cette réincarnation féminine pour expier les péchés sexuels contre pas moins de quatre-vingt-neuf vierges, l’esprit-renard devient alors Yaohua 瑤華 (littéralement « Jade Précieux »), fille de Zhu Changxun 朱常洵 (1586-1641), fils de l’empereur Wanli 萬曆 et d’une de ses concubines. Il devint Fuwang 福王 de Bianliang 汴梁 (Kaifeng) en 1601. Personnage historique notoire pour son addiction à l’alcool et aux femmes, Zhu Changxun fut tué en 1641 par le général rebelle Li Zicheng 李自成 (1606-1645). Yaohua, élevée et entraînée par l’immortelle responsable de sa réincarnation à Zhuangzi 莊子, ville idéalement située à côté de Bianliang (Kaifeng), devient une femme au double talent martial et littéraire, à la fois guerrière et poétesse. Après avoir temporairement gagné les forces des rebelles comme She Chongming 奢崇明 (?-1629) et Zhang Xianzhong 張獻忠 (1606-1647) au Sichuan, tout en ne pouvant pas d’elle-même empêcher la chute des Ming, Yaohua se consacre de par la volonté de sa maîtresse à la quête de l’immortalité : par un voyage à travers de nombreuses régions de Chine, après avoir cumulé beaucoup de mérites et avoir passé de nombreuses tentatives de purification, elle arrive finalement au Mont Emei 峨眉, où elle récupère les épées de sa maîtresse. Après avoir transmis son pouvoir politique et militaire à son demi-frère, pour assurer la lignée, elle partira vivre en ermite dans les montagnes avec Wu Aizi et des nonnes musiciennes.

8Ouvrage passionnant de par son originalité et sa vivacité, capable de rendre avec fraîcheur la réalité sociale de la fin des Ming, ce roman met en avant le talent féminin et l’association de femmes sous toutes ses formes : société de poétesses, groupe religieux, groupe d’entraide dans les situations difficiles, voire dramatiques. Le pouvoir patriarcal est ici constamment mis en question et délégitimé car considéré comme trop faible ou corrompu, et le pouvoir féminin est présenté en tant que source d’un pouvoir alternatif menaçant. C’est dans ce contexte et, nous dirions même, dans cette dialectique qu’il faut comprendre le discours sur l’animalité contenu dans ce roman. Cette animalité, marque d’une nature vulpine, qui malgré les nombreuses tentatives de purification n’arrive pas à être totalement éliminée, demeure dans cette œuvre en tant que manifestation de la lubricité de Yaohua, manifestation qui véhicule le désir interdit de nombreux personnages fantasques qui la côtoient. Catalyseur du fantasme de l’autre, l’animalité de l’esprit-renard devient alors, de manière paradoxale, discours de critique et d’accusation de l’humain en tant que source de ses propres démons. L’éthique animale du renard, opposée à celle confucéenne, renvoie au visage de l’humain tout ce qui, de lui-même, est inacceptable et inavouable. L’animalité devient un miroir obscur où les secrets des hommes se reflètent, exutoire des passions humaines négatives comme l’impatience ou la colère.

9Les extraits proposés en traduction ci-dessous montrent à quel point l’équation animalité/lubricité est tenace dans ce roman et comment la personnalité de cette femme « nouvelle » qu’est Yaohua n’arrive pas à s’en défaire, notamment de par ses caractéristiques constantes d’agressivité et de rage envers l’autorité, incarnée par les maîtres taoïstes immortels. Le refoulé présenté ici est celui propre à Yaohua comme femme de talent qui, de par sa nature vulpine, n’arrive pas à se débarrasser d’instincts et de pulsions sexuels déplacés et excessifs.

L’animalité lubrique, colérique et impatiente comme marque inaltérable de la nature originelle de Yaohua

10Après la mort de la mère de Yaohua au chapitre 7, et après avoir démontré être une habile chasseuse et guerrière à l’occasion d’une chasse, elle devient responsable de la ville à la place de son père : c’est un chapitre qui montre ses qualités de gouverneur et sa capacité à remplacer l’autorité patriarcale paternelle.
La scène de la chasse est particulièrement signifiante : entrée dans une grotte, Yaohua se retrouve face à des ossements et n’arrive pas à distinguer s’ils sont animaux ou humains. Dans le doute, elle les ensevelit et elle en parle par la suite à Wu Aizi, qui lui promet de lui répondre plus tard, réponse qui n’arrivera jamais :

  • 14 Ding Bingren 丁秉仁, Yaohua zhuan 瑤華傳, Shanghai : Shanghai guji, coll. « Guben xiaoshuo jicheng » 古本小說 (...)

Elle se retourna et était sur le point de monter à cheval quand elle aperçut un tas d’ossements blancs. Elle ignorait s’il s’agissait d’ossements humains ou animaux. Elle les observa, mais n’arriva pas à déterminer leur nature. Alors elle prit un couteau à trois pointes et à double tranchant, et elle les ensevelit en les couvrant de boue de Songshan. Puis elle remonta à cheval et se hâta de rentrer.14

11Songshan est une allusion politique : c’est une localité du Liaoning où fut capturé, par les soldats de la future dynastie Qing, le ministre de la guerre de la fin des Ming, Hong Chengchou 洪承畴 (1593-1665). Le fait de ne pas parvenir à déterminer la nature des ossements malgré une observation attentive est symptomatique : c’est le signe tangible qui incarne la réalité du corps mortel et qui détermine en même temps, de par sa valeur métaphorique, l’entrée dans le symbolique. Le fait de ne pas savoir si les ossements sont humains ou animaux interroge l’identité de Yaohua elle-même, qui ne sait pas si, et jusqu’à quel point, elle est encore un renard. L’ensemble du roman témoigne de cette impossibilité d’exister de la protagoniste et de la persistance (ou, pourrait-on dire, de résidu psychique) de sa nature animale.

12Au chapitre 21, il y a une scène de banquet particulièrement bien écrite et significative : Yaohua mange et bavarde avec les huit femmes, d’anciennes servantes de la maison Zhou. On parle encore d’elle comme d’une wencai wuyi 文才武藝, « un talent littéraire et martial ». À un certain moment, elle ordonne à la suivante Meiying d’aller chercher de nouvelles robes dans le coffre qui contient aussi un trésor, car elle désire changer ses habits désormais vieux et sales. La suivante lui rappelle que cela enfreint les recommandations faites par Wu Aizi avant son départ, mais Yaohua ne veut pas entendre raison. L’auteur nous dit clairement que, en fait, même si son corps est féminin et ses comportements sages, sa nature profonde est encore celle du renard mâle lubrique dont elle est la réincarnation, et que la maîtresse lui avait signifié cet interdit pour la protéger d’elle-même :

  • 15 Ibid., p. 480.

Remarquez qu’elle connaissait parfaitement les recommandations laissées par Wu Aizi, et qu’elle avait retenu le sens profond des mots « Ne pas avoir peur », même en dehors des situations de conflit armé. Maintenant Yaohua avait déjà seize ans, l’éveil à l’amour était déjà présent, et de plus, même si dans cette vie actuelle elle était noble, le caractère d’esprit-renard de sa vie antérieure ne l’avait pas réellement quittée. Dans cette vie-là, elle était un renard mâle, et dans cette vie-ci, elle avait un corps de femme. Le caractère yang au milieu du mouvement était calme, le caractère yin au milieu de la quiétude avait du mouvement.15

13Yaohua est donc un personnage fracturé dans une dichotomie insoluble : avec un caractère de renard (huli zhi xing 狐狸之性) et un corps physique de femme (nüti 女體). Sa marque animale l’empêche d’être pleinement humaine.

14Au chapitre 23, on prépare tout selon les rites et le jour du mariage de la princesse arrive : l’époux est Zhou Junzuo 周君佐, désigné comme xunqi 勳戚 (littéralement « quelqu’un de méritant qui fait partie de la famille impériale » ou encore un titre officiel employé sous les Ming pour indiquer l’équivalent d’un marquis ou d’un duc) et justement fils d’un ministre de l’empereur Chongzhen 崇禎 (1611-1644), lequel a seulement deux ans de plus que Yaohua. L’auteur fait remarquer que Yaohua n’a jamais abandonné son caractère d’esprit-renard :

  • 16 Ibid., p. 525.

Regardez alors que la menstruation avait commencé, ce sentiment transperçait les haies. Alors, on fit mâcher les dents et sur les joues couler des larmes. Finalement ce n’était pas facile à éviter. Montrons encore que cette Yaohua comme d’habitude n’avait pas enlevé le caractère de renard de sa vie précédente ; alors, elle devait conserver la virginité originelle en raison de son statut noble. Elle pressait de la main pour empêcher le plaisir et c’était très sévère, raison pour laquelle elle ne pouvait pas adopter un comportement libidineux, elle se forçait à la contrainte.16

15Ce passage est central, car il se réfère au rapport sexuel entre Yaohua et son mari, avec cette notion de luan 亂, ou « désordre ». Un désordre à la fois au niveau social et moral, d’où l’idée de yin luan 淫亂, « débauche », qui n’a pas seulement des conséquences privées, mais aussi un impact social. Un désordre également socio-politique que nous attribuons au caractère transgressif du renard. C’est dans la dernière phrase qu’on trouve l’explication la plus factuelle du refoulé en tant que ce qu’on se force à éviter (mian wei qiangzhi 勉為強制).

16Plus loin, au chapitre 26, Yaohua pleure le départ de sa maîtresse, qui la quitte juste au début de son voyage pour cumuler des mérites et atteindre l’immortalité. Mais avant de partir, Wu Aizi lui offre trois aiguilles magiques qui ont pour fonction de la surveiller — pour qu’elle ne transgresse pas ses ordres — et de l’aider :

  • 17 Ibid., p. 601.

Elle dit à nouveau : « Si tu enfreins mes conseils, ces aiguilles bougeront forcément et perceront ton cœur, et tu redeviendras le fantôme d’un renard ».17

17Wu Aizi enfonce les trois aiguilles dans le dos de Yaohua, exactement comme ses deux épées magiques, et elle disparaît dans un rayon de lumière dans le ciel. La nature concrète de renard de la princesse est exprimée par l’adverbe yiran 依然, « encore », « comme avant ».

18Après que la compagnie de Yaohua a été poursuivie par l’armée du bandit Zhang Xianzhong et après qu’elle a été sauvée par les talismans des nonnes du monastère de Suzhou et par Wu Aizi, celle-ci arrive, au chapitre 36, dans un village situé à six jours du Mont Emei. Là, un vieux et un jeune homme annoncent à Yaohua qu’un prêtre taoïste a prédit l’arrivée de la princesse. Yaohua aide la population des environs à tuer un animal sauvage et cumule encore des mérites. Le groupe part à nouveau et tombe finalement sur le mystérieux taoïste qui avait annoncé leur arrivée au village. La scène est très significative. Le religieux les invite à passer la nuit dans une grotte étroite à l’intérieur du pic moyen du Mont Emei, mais c’est très inconfortable. Par ailleurs, le taoïste ne traite pas Yaohua de manière très respectueuse : il se moque d’elle, la traite de renard lubrique et de princesse gâtée. Vexée et en colère, Yaohua essaie de le tuer. Mais l’art martial du taoïste est trop élevé pour la princesse qui commence à s’inquiéter et qui a envie de s’enfuir avec ses amis. En ce qui concerne la petite bande des serviteurs de Yaohua, il est aussi important d’expliquer qu’elle est composée par deux hermaphrodites (A’Qiao et Sanjie), un eunuque (Zhaoyi), un magicien homosexuel (Sang’er), un gaillard sexuel (Yang Jingfu) et un démon transformé en femme (A’Xin). Des personnages clairement « hétérodoxes ». Voici la scène :

  • 18 Yang Jingfu, personnage de la bande de Yaohua, connu pour sa puissance sexuelle.
  • 19 L’eunuque qui sert Yaohua.
  • 20 Littéralement, c’est « le sac de peau ».
  • 21 Ding Bingren, op.cit., pp. 853-858.

Un jour où ils s’étaient levés tôt pour partir à la hâte, ils virent au loin une montagne qui semblait accrochée au ciel : tous les sommets étaient protégés par des nuages et du brouillard. Yaohua dit en pointant son doigt dans sa direction : « Il doit s’agir des montagnes Emei. » Puis, inclinant la tête sur le cheval, elle dit : « Le jour qui devait arriver est arrivé... » A’Xin dit : « La montagne est lointaine, mais on la voit, si on ne la voyait pas on serait déjà arrivé. » Sanjie regarda dans la même direction et dit : « Devant nous, n’y a-t-il pas un taoïste qui est en train de marcher ? » Tout le monde joua de son fouet et s’empressa de jeter un coup d’œil : c’était effectivement un taoïste, semblable à celui dont le jeune homme d’il y a deux jours leur avait parlé. Yaohua, toujours à cheval, demanda : « Taoïste, vous avez tenu un discours étrange à la population, en disant que nous devions arriver. Ça y est, nous sommes arrivés : quel genre de personne êtes-vous pour savoir qu’on arriverait ? » Le taoïste tourna la tête et, regardant Yaohua, répondit : « Je sais que vous êtes des gens qui ont des habitudes, ce chemin n’est pas facile à parcourir, ma résidence d’ermite est juste devant et vous pouvez vous y reposer temporairement. Je vais vous indiquer un autre chemin à prendre, pour que vous arriviez directement aux montagnes Emei. » Yaohua demanda : « Quel est votre karma pour que vous nous connaissiez ? » Le taoïste répondit : « Si tu ne me connais pas, pourquoi ne devrais-je pas te connaître ? » Chacun chevauchait sa monture en procédant très vite. Ce taoïste précédait la file. Ayant voyagé plus de la moitié d’une journée, le soir commençait à tomber et le bonhomme Jing18 désirait choisir un endroit pour dresser des tentes et passer la nuit. Le taoïste déclara : « Ma résidence d’ermite n’est pas loin, vous pourrez tous y séjourner, il n’est pas nécessaire d’installer des tentes. Dans cette montagne, il y a de nombreux serpents venimeux et bêtes sauvages et on peut y perdre la vie facilement. » En même temps qu’il parlait, il arriva au pied de la montagne. En tournant la tête, il dit à Yaohua : « Je m’avance d’un pas, suivez-moi. » Sur ce, il s’avança comme s’il volait. Tout le monde donnait encore plus de coups de fouet (aux chevaux), mais personne n’arrivait à le suivre. On vit seulement le taoïste se mouvoir vers le flanc de la montagne avant de disparaître. Yaohua demanda à Zhaoyi19 : « À quelle personne de ma famille son visage ressemble-t-il ?» Zhaoyi réfléchit un long moment et répondit : « Vraiment il n’y a personne à qui il ressemble. » Yaohua poursuivit : « J’ai beau réfléchir, moi non plus il ne me dit rien. » Tout en parlant, ils bougèrent vers le flanc de la montagne et aperçurent le taoïste qui se tenait là, debout. « Ma résidence est ici » leur dit-il. Yaohua et le groupe descendirent de cheval. Yang Jingfu et A’Qiao s’occupèrent des montures et des bagages ; ils les installèrent dans une grotte de la montagne et demandèrent au taoïste : « Où les animaux peuvent-ils se nourrir ? » Ce à quoi il répondit : « Il y a un pâturage ; enlevez-leur les selles. » Avec un éventail qu’il tenait à la main il donna un petit coup sur le dos de chaque animal : les chevaux se hâtèrent vers une colline en contrebas. A’Qiao dit : « Si on les laisse libres, j’ai peur qu’on ne puisse plus les retrouver. » Le taoïste dit : « Il n’y a pas d’inquiétude à avoir, je pourrai les chercher moi-même, allez de ce côté. » Yaohua entra dans la grotte et elle eut l’impression que c’était très étroit, alors elle demanda : « Comment pourrons-nous séjourner ici ? » Le taoïste répliqua : « Comment pourriez-vous ne pas y séjourner ? À l’intérieur, il y a aussi une Chambre du Cinabre qui est plus grande que vos tentes. En plus, vous pouvez dormir où vous voulez, pourquoi ne pourriez-vous pas séjourner ici ? » Voyant que le taoïste disait vrai, Yaohua n’était pas contente, mais ce n’était pas convenable d’aller ailleurs et elle ne put faire autrement que d’entrer dans la grotte. Au centre, se trouvaient une table et deux sièges en pierre. Sur la table étaient disposés quatre objets inconnus et deux verres avec des baguettes. Le taoïste s’adressa à Yaohua : « J’ai de l’alcool et cette nuit je vais dîner en ta compagnie. » Yaohua n’avait jamais été aussi déshonorée et dans son cœur elle se mit en grande colère. En pointant le taoïste du doigt, elle l’insulta : « Toi, espèce de taoïste malfaisant, à quel type de personne crois-tu avoir affaire pour oser être si présomptueux ! » L’autre s’exclama en rigolant : « Maintenant que tu as changé de corps20 et que tu es enveloppée de brocart, tu estimes être respectable et digne de vénération ? Suis-je peut-être inférieure à ta vie antérieure de fantôme renard ? Ces mots, tu peux les prononcer à la capitale, au village ou s’il y a des gens qui t’admirent, mais ici tu viens d’où ? » Yaohua n’attendit pas qu’il finisse de parler et, ne pouvant plus retenir sa colère, lui asséna un coup de poing. Le taoïste recula, agita son éventail de palmier et dit à Yaohua : « Inutile de te battre pour montrer que tu sais faire des arts martiaux et agiter tes mains et tes pieds. Je te préviens, tout ce que tu sais faire, je sais le faire aussi, mais ce que moi je sais faire, tu ne sais pas forcément le faire de ton côté. » Irritée par ces paroles, Yaohua s’empressa d’ôter son vêtement long et retroussa ses manches. Elle se mit dans une certaine position pour s’attaquer à la poitrine du prêtre taoïste. Seulement un moment, alors elle alla vers l’avant car elle désirait le poursuivre et elle souleva sa jupe sur ses jambes, pour prendre la vie du maître taoïste. Celui-ci s’écarta en utilisant l’éventail et bientôt vola sur ses jambes, renversant Yaohua. Tout le monde se mit en grande colère, s’empressant d’aller soutenir Yaohua et voulant frapper le prêtre taoïste. Celui-ci, sans s’alarmer et sans se presser, agita son éventail au-dessus de tout le groupe tout en prononçant un « Arrêtez ! » et chacun dans le groupe fut comme cloué, ne pouvant plus bouger. Yaohua, en voyant que la situation se présentait mal, se précipita hors de la grotte ; elle ne pensait pas que le maître taoïste la suivrait et saisirait le devant de sa veste. C’était comme si on avait fait rentrer un petit enfant, et il la posa sur un siège de pierre à l’Est en lui disant : « Écoute, tu veux accéder à la Grande Voie et tu es venue chercher la maîtresse ; à part moi qui suis ici, où vas-tu la chercher ? Si on libère maintenant un corps qui n’est pas purifié, comment pourras-tu gravir la montagne ? Je vais libérer tes gens, mais si tu comptes à nouveau user de ton talent martial, je vais m’occuper de leur forme et je vais te clouer. Cherche encore comment m’atteindre. » Yaohua comprit qu’elle ne pouvait rivaliser avec lui en arts martiaux ; elle put seulement s’asseoir toute déprimée et sans dire un mot.21

19On remarquera ici l’usage d’un terme spécifiquement employé en relation à la puanteur de l’esprit-renard (sao 臊) pour indiquer que Yaohua est « maltraitée » par le maître taoïste ; tout vise ici à mettre en avant l’infériorité du statut du renard, auquel, de manière ouvertement ironique, le maître se compare. La marque polluante qui le caractérise apparaît alors très forte et comme un véritable obstacle à l’obtention de l’immortalité convoitée. La grande colère (da nu 大怒) s’impose comme le sentiment dominant de la princesse, blessée dans son identité vulpine, et, par conséquent, là où c’est le plus humiliant et ça fait le plus mal ; la réaction qui suit immédiatement est la violence physique.

20La scène se poursuit donc au chapitre 37 et elle se structure comme un véritable processus de purification de Yaohua et de tous ces personnages improbables. Ce sont ces derniers qui sont « libérés » en premier de leur nature intrinsèque et la princesse-renarde reste alors seule face au taoïste :

  • 22 Le terme tianjiang 天漿 indique aussi une chenille dont le cocon est utilisé comme matière médicale, (...)
  • 23 Là où, selon l’alchimie interne, on fabrique son propre cinabre ; généralement, la région pubienne, (...)
  • 24 Le mot linggen 靈根 peut également signifier la vertu d’un point de vue moral et les ancêtres.
  • 25 Entre 23 heures et 1 heure du matin.
  • 26 San mei zhen huo 三昧真火 : technique d’alchimie interne qui consiste en la purification de son esprit (...)
  • 27 Ding Bingren, op.cit., pp. 859-867.

L’histoire raconte que le prêtre taoïste dit à Yaohua : « Regarde-moi libérer tes amis » […] Yaohua dit : « Tu as renvoyé ces gens loin de moi, veux-tu faire en sorte que je me rende toute seule à l’Emei shan ? » Le maître taoïste répondit : « Ta maîtresse est là, mais cette bande de personnes y serait-elle arrivée ? En plus il ne faut pas se perdre en bavardages : d’abord, mange et bois quelque chose, lave bien la souillure sur ton corps. » Ayant fini de parler, il sortit une gourde de ses reins, enleva le couvercle et versa un verre d’alcool à Yaohua en disant : « Cet alcool est fait avec de la rosée douce, parmi les mortels on dit que c’est le bouillon du Ciel22. » Yaohua en but une seule gorgée, mais elle sentit une fragrance délicate qui la pénétra directement jusqu’à la partie la plus profonde de son cœur, et ce n’était pas un mauvais vin. Le taoïste demanda en riant : « Est-ce un peu plus fin que celui que le monastère des nonnes de Suzhou t’avait offert ? » Du fait que le taoïste raconta toute l’histoire dans les détails, Yaohua n’osa pas ouvrir sa bouche. Il la pressa de finir de boire et il lui reversa un verre, ensuite, en lui indiquant un plat ressemblant à de la farine de lotus, il dit : « Ceci s’appelle calcédoine, en manger rend le corps léger. » Il en fit avaler plein à Yaohua, qui ressentit un souffle rafraîchissant pénétrer directement son champ du cinabre23. L’intestin et l’estomac furent aussi parfaitement pénétrés par ce dernier. En indiquant un autre plat, il dit : « Là ce sont des jujubes de feu, qui les mange ne ressent plus la faim. » Et il lui fit tout manger. En voyant que Yaohua avait de nouveau terminé son verre, il lui en reversa aussitôt un autre. Yaohua vit que le troisième plat était blanc, tout resplendissant, et elle ne savait pas ce que c’était ; le prêtre taoïste ayant deviné ses pensées le lui exliqua : « Ceci est une poire jiao, ses effets sont similaires à ceux de la pêche d’immortalité ; une fois mangée, on n’a plus jamais soif. Tu peux la finir. Ce quatrième plat, c’est de la poudre de jade, mais il te faut attendre ce soir d’avoir pratiqué ton autocultivation pour l’ingérer. » Yaohua dit : « Tu m’as enfermée dans la grotte dans quelle intention ? Si tu me le dis, c’est bien, sinon, même si mes capacités en arts martiaux sont inférieures aux tiennes, je combattrai désespérément jusqu’à la mort ; comment pourrais-je tolérer d’être ainsi insultée. » Le taoïste dit en soupirant : « Toi, tu es un fantôme renard qui ne s’est pas encore débarrassé de son caractère lubrique ; finalement, tu es aveuglée par les racines de l’âme24 du renard. Comment savoir que tu as des yeux, mais que tu n’as pas de pupilles et que tu trahis tous les espoirs de ta maîtresse ? » Yaohua répliqua : « Maintenant, je veux sincèrement gravir l’Emei shan, comment trahirais-je les espoirs de ma maîtresse ? » Le taoïste dit : « Je te dis en vérité, moi et ta maîtresse avons été disciples du même maître et amis dans le Dao. Ta maîtresse veut te promouvoir pour que tu deviennes une immortelle aux épées, mais les péchés que tu as cumulés dans ta précédente vie ne sont pas encore purifiés. C’est pour cela que l’on t’a ordonné de voyager partout dans le monde, pour t’amender. Dès ce moment, ta maîtresse m’a demandé de manière répétée cette faveur. C’est pour cela que j’ai attendu et que j’ai préparé les fruits des immortels, pour raffermir ton corps, laver et extirper la racine de ta nature lubrique, cultiver ton cinabre interne et rentrer dans le Dao. Ton cœur est dans l’ignorance, comment ne serait-ce pas trahir les espoirs de ta maîtresse ? » Yaohua dit : « Manger ces fruits immortels peut peut-être raffermir le corps, mais la racine de la débauche comment peut-elle être extirpée et purifiée ? » Le taoïste répondit : « Ce qu’il y a de plus merveilleux dans mon Dao, ça ne tient pas avec la méditation assise. Si on pratique l’autocultivation en restant assis, naturellement on aura accès à d’autres mystères, et l’on peut alors la laver et l’extirper. » Yaohua répondit : « La méditation assise cela fait depuis le plus jeune âge que ma maîtresse me l’enseigne. Aujourd’hui, l’ignorante que je suis a pris conscience de son égarement, mais, comme je mériterai une peine, est-il possible de laver et d’extirper la racine de la débauche ? » La prêtre taoïste dit en indiquant derrière avec sa main : « Le mieux c’est que je me mette dans la salle du cinabre, va toute seule t’y asseoir. » Yaohua rentra dans la salle du cinabre et regarda : il y avait aussi un lit en pierre et, devant le lit, un fourneau du cinabre et dans le fourneau il y avait encore des flammes, comme si dans celui-ci il y avait un cinabre en train de se raffiner. Yaohua pensait par devers elles : « Comme c’est un ami de la Voie de la maîtresse, je pense qu’il n’y a pas de tromperie de sa part ; je vais lui obéir et m’asseoir en méditation, je verrai bien quels effets merveilleux cela produira. » Ensuite, inclinant le fourneau du cinabre, elle ferma les yeux et, en prenant son souffle, elle s’assit. Le taoïste ne rentra pas, il semblait aussi assis en méditation à l’extérieur. Yaohua resta assise la moitié de la nuit, mais ne réalisé aucun effet. Arrivée l’heure zishi25, on ressentit que les flammes dans le fourneau étaient en train de monter ; Yaohua inspira, par hasard, le souffle et alors cette flamme, en suivant le souffle, monta et pénétra dans ses narines, puis directement dans sa poitrine et dans le diaphragme, tourna en bas vers le champ des mortels. Ensuite elle s’arrêta de façon méditée ; à nouveau de l’utérus et du sacrum elle remonta à la colonne vertébrale, puis pénétra la partie postérieure du cerveau et elle sortit par le nez. Yaohua ressentit dans tout son corps une chaleur anormale et dans son utérus, tout soudainement, il y eut comme un feu qui brûlait de désir. Son intention avait à peine bougé que la flamme dans le fourneau se leva à nouveau, monta et pénétra à nouveau ses narines, et, comme auparavant, alla directement à l’utérus et à son intérieur, pour faire un tour en rond. Le temps que cela dura, c’était comme elle avait eu une relation sexuelle avec quelqu’un ; c’était beau et sans freins, indescriptible ; l’essence yin coula en abondance. Encore un tour et à nouveau, à partir du sacrum, elle rentra dans la colonne vertébrale ; puis, comme auparavant en passant par la partie postérieure du cerveau, elle sortit par les narines. Yaohua se sentit encore plus confuse. Une petite pause et l’intention lubrique se remit à brûler et sa flamme la submergea en suivant ses pensées. Cette fois-ci, ce fut encore plus long que les deux précédentes. Dans son corps, il n’y avait pas d’articulation ni d’os où elle ne immisça avant de sortir, comme avant, par le nez. Yaohua avait été transportée par la flamme à trois reprises. Elle se sentait très fatiguée et désirait dormir. L’envie s’était à peine manifesté que soudainement un souffle se leva de son diaphragme : tout d’un coup tout son corps devint frais comme si on l’avait mise dans une grotte de glace et elle ne se sentit plus la fatigue. Soudain, le taoïste à l’extérieur dit : « Ça y est, tu dois avaler la poudre de jade. Tes désirs luxurieux d’après, dorénavant sont coupés. Tu as obtenu mes Trois Feux Véridiques26, qui ont fait évaporer et raffiner ton corps ; dès ce moment il est raffermi. Ensuite tu pourras avec un cœur serein, cultiver ta nature et te rapprocher d’un jugement véritable. Si la maîtresse ne t’avait pas recommandée, je crains que tu n’aurais pas obtenu ceci. » L’intention de Yaohua à ce moment-ci était vaste et claire, elle était différente du jour précédent. Ensuite, elle avala la poudre de jade, jeta ses quatre membres par terre, remercia et demanda qu’on lui transmette les arts magiques taoïstes. Le taoïste dit : « À partir de maintenant tout est facile. » Il lui apprit un par un les mantras en accord avec le taoïsme ; des secrets pour capturer les démons et attraper les monstres, d’autres pour défendre le corps et contrôler les gens. Pas un qui ne fut transmis en entier. La nature de Yaohua était devenue clairvoyante, elle comprit beaucoup de choses. Le taoïste dit : « Maintenant, tu peux rentrer dans l’Emei shan. » Yaohua dit : « La disciple s’en va maintenant, dois-je éviter de revenir à la vie mortelle ? » Le taoïste dit : « Si tu veux quitter la vie mortelle comment serait-il facile d’en parler ? » Yaohua demanda encore comment elle devrait s’autocultiver. Le taoïste dit : « Il ne faut pas que tu me demandes à moi, pense seulement à comment résoudre les vers laissés par ton Maître. » Yaohua dit : « Au début du Ciel et et de la Terre, tout est confondu. » Le taoïste dit : « Ceci c’est l’égarement par l’alcool. » En pensant à nouveau, elle dit : « C’est distinguer les transformations du yin et du yang. » Elle pensa encore et elle dit : « Le souffle à l’épuisement des forces est comme l’arc-en-ciel. » Le taoïste dit : « Ceci est l’affaire de la vengeance de ton père. » Yaohua dit : « J’ai épuisé les techniques d’autocultivation à pratiquer sur moi-même ». Le taoïste dit : « C’est une affaire de maintenant, ton chemin d’autocultivation est déjà florissant. » Yaohua entendit ses mots et elle en fut très contente, tout de suite elle prit congé. Le taoïste lui dit : « Abandonne tout, ramène seulement ton nom, ensuite t’en auras des bénéfices. » Yaohua désirait encore demander son nom et prénom, quand elle fut poussée hors de la grotte par le maître immortel ; en tournant la tête, elle vit que la grotte était déjà fermée, il n’y en avait plus aucune trace, c’était un rocher comme auparavant et elle soupira profondément sur le mystère de l’immortel.27

21Toute la longue scène est construite comme un processus de purification alchimique, une étape après l’autre. Au centre de tout se trouve la nécessité de purifier les personnages de leur nature intrinsèque et surtout de la nature d’esprit-renard dont Yaohua ne s’est toujours pas débarrassée et qu’elle devrait finalement éliminer grâce au travail du cinabre interne : « Toi ce fantôme renard, tu n’as pas seulement manqué de te débarrasser de la nature luxurieuse du renard, tu as ignoré les racines de ton esprit vulpin. » ni zhe ge hu gui, dan bu tuo hu zhi yinxing, jing mei le hu zhi ling gen 你這個狐鬼,但不脫狐之淫性,竟昧了狐之靈根. C’est la débauche (yin 淫) qui est le caractère inné (xing 性) à rejeter, à éliminer, à refouler. C’est que, en Yaohua, ce sont encore les racines de l’âme de l’esprit-renard qui sont cachées (mei 昧), enfouies. L’animalité du renard apparaît alors ici comme une marque lubrique souillant la princesse et l’empêchant d’atteindre ses objectifs d’immortalité, une marque qui constitue un obstacle dans sa « carrière ». Il faut « xi fa yin gen » 洗伐淫根, c’est-à-dire « laver et couper la racine de la luxure », et ce qui pose problème c’est le désir luxurieux (yin yu 淫欲). Ce qui est important est aussi le lien entre l’essence féminine (yin jing 陰精) et cette débauche animale : Yaohua doit purifier son utérus et expérimenter pour cela l’orgasme, d’où justement la sécrétion vaginale (jing 精) ; elle passe à travers le plaisir extrême pour en éliminer la racine. Mais comment éliminer efficacement le désir ? C’est la question que Yaohua se pose et qu’elle pose au maître aussi, mais qui, même à la fin du processus alchimique, ne trouvera pas de réponse, puisque l’identité vulpine de la princesse ne sera malgré tout pas effacée. Cette approche, qui semble presque psychanalytique, se confirme dans le fait que Yaohua doit s’asseoir en méditation (dazuo 打坐) pour essayer de revenir à son passé et éliminer sa racine. Mais le sujet, pour exister, ne peut pas être coupé de son désir qui se projette dans le fantasme (libido) et qui lui donne accès à l’autre. La nature d’esprit-renard est la seule qui garantit à Yaohua une forme d’existence autonome, sans rester piégée dans les rôles, commandés par le maître, de femme extraordinaire et d’immortelle : c’est le « haopiao » 號票, la marque qu’elle doit ramener avec elle. Ce n’est pas par hasard si le souffle qui vient du fourneau du cinabre se concentre non seulement au niveau de l’utérus, mais aussi au niveau du sacrum (kaowei gu 尻尾骨) : c’est l’animalité qui est mise en cause en tant que racine de la débauche et le désir est du coup refoulé en même temps que déshumanisé.

22Après avoir passé cette épreuve de purification, toujours au chapitre 37, Yaohua s’égare sur le chemin vers le sommet de la montagne et elle rencontre la renarde qui était sa compagne avant sa réincarnation :

  • 28 En fait Yaohua, tout en montant, est arrivée à apercevoir sur le sommet une grotte vide, dans laque (...)
  • 29 Ding Bingren, op.cit., pp. 870-875.

Elle hésita à peu près toute une journée ; il n’y avait pas de moyen (d’accéder au sommet28) ; le temps de tourner les yeux, elle vit que, à une certaine distance dans le ruisseau, se trouvait un radeau et que, sur ce dernier, il semblait y avoir une personne, le dos plié, en train de chercher quelque chose dans l’eau. Dans son cœur, elle pensa : « Il vaut mieux que j’appelle cette personne pour pousser à la perche le radeau pour traverser. N’est-ce pas là une bonne solution ? » Elle appela donc à haute voix : « Venez en poussant le radeau pour me faire traverser ». Elle cria trois ou quatre fois, avant que cette personne n’entende et se lève. Vu de loin, il semblait s’agir d’une femme. Elle cria à nouveau : « Grande sœur sur le radeau, puis-je vous demander de vous mettre en peine de me faire traverser ? » Layant saluée de la main, elle vit que cette femme semblait avoir compris sa demande. Alors, sans se presser aucunement, celle-ci poussa le radeau et elle parvint au rivage. Yaohua vit que cette femme était très jolie. Elle l’appela afin qu’elle pousse encore, mais celle-ci dit : « Si je pousse au-delà des limites, je serai alors emportée vers le bas. Vers où voulez-vous aller ? » Yaohua répondit : « Je dois aller dans la grotte qui est vide, je cherche ma maîtresse. » Cette femme demanda : « Qui donc est votre maîtresse ? » Yaohua répondit : « Elle s’appelle Wu Aizi. Elle a convenu avec moi que je vienne ici la chercher. » Cette femme dit : « Alors tu es Zhu Yaohua ? » Elle répondit : « Je suis Zhu Yaohua, comment le sais-tu ? » Cette femme répondit en riant : « Comment pourrais-je ne pas le savoir ? J’ai seulement peur que toi, au contraire, tu ne me reconnaisses pas. » Yaohua regarda très attentivement cette femme et dit : « Mais je ne te reconnais pas. » Celle-ci dit : « J’ai entendu dire que maintenant tu as obtenu la voie, comment es-tu encore aussi confuse ? Je me suis séparée de toi il y a seulement une vingtaine d’années, comment peux-tu ne pas te souvenir clairement de moi ? » Yaohua dit : « Même si la maîtresse de l’ignorante que je suis m’a transmis l’autocultivation de l’énergie vitale pour atteindre l’immortalité, cependant je n’ai pas reçu le secret originaire de mon passé et de mon futur. » Cette femme dit : « Comment se pourrait-il que tu ne l’aies pas ? Assis-toi en méditation un moment sur le rivage, pense bien aux événements qui ont précédé ta réincarnation, et alors tu sauras. » Yaohua s’exécuta. Elle concentra vraiment sa nature et elle se mit à penser en détail, mais n’arrivait pas à parler. Cette femme dit en criant à haute voix : « Tu ne te rappelles pas quand, toi et moi, nous sommes allés chez le vieil ancêtre demander les échelons de l’autocultivation pour devenir immortel ? » Yaohua entendit et soudain ce fut comme si elle s’éveillait d’un rêve. Elle ouvrit alors les yeux et dit en riant : « Je suis vraiment embrouillée, si tu n’avais pas sorti cette phrase, j’y aurais encore pensé sans arriver à m’en souvenir. Dans ma vie précédente, on était grande sœur et petit frère. Tu penses maintenant être sûre d’avoir réussi ? » Cette femme répondit : « Pour réussir, j’ai peur que ce ne soit pas encore sûr, par contre, comparé à toi, j’ai évité la torture. » Yaohua dit : « Quant au vieil ancêtre, je pense qu’il est déjà monté au rang des immortels, n’est-ce pas ? » Cette femme dit en riant : « Aujourd’hui, tu es devenue vraiment la plus bête. Ce ne serait pas le bûcheron que t’as rencontré avant-hier ? » Yaohua soudainement s’éveilla à la vérité, alors elle manifesta ses remerciements vers le Ciel et elle demanda à nouveau : « La fois d’avant tu nous as conduits tous les deux chez le vieil ancêtre, penses-tu qu’il a obtenu la Voie ? » La femme dit : « Obtenir la Voie est-il si facile ? » Yaohua demanda : « Où est-il maintenant ? » La femme répondit : « Il est sur le sommet de la montagne d’en face qui est le lieu habituel du vieil ancêtre. » Yaohua dit : « À la base c’est comme ça. Puisque nous deux nous sommes grande sœur et petit frère, je te demande de pousser le poteau du radeau et de me faire traverser. » Elle répondit : « Alors laisse-moi te dire encore deux mots, et ce n’est pas pour te retarder. Es-tu, maintenant encore, de nature impatiente ? » Yaohua répondit : « Ce n’est pas que je sois impatiente de caractère. Si je monte sur le radeau et discute en détail avec toi, ne serait-ce pas mieux ? » La femme dit en riant : « Pousser, je ne pousse pas à cause de moi et monter, tu ne montes pas à cause de toi. » Yaohua pensa dans son cœur : « Veut-elle me laisser ici en difficulté ? » Elle regarda le radeau : il n’était pas loin du rivage. Elle pouvait sauter et y arriver sans plus tarder. Retroussant d’une main ses vêtements et elle prit son élan de l’autre, choisissant le moment opportun pour sauter. Mais comme ce radeau avait bougé, elle ne put éviter de sauter dans le vide et, avec « flop » sonore, elle tomba à l’eau. Yaohua avait bien étudié toutes les sortes d’arts martiaux, mais elle n’avait jamais appris à nager. Submergée par l’eau, elle fut vite en grande difficulté. Elle entendit la femme dire en s’esclaffant : « Comment ça se fait ? Tu es vraiment d’une nature trop impatiente. Je te tends le poteau de bambou, prends-le vite, sinon tu finiras au fond. » Yaohua s’empressa de le saisir, luttant contre le courant, elle parvenait vaille que vaille à flotter. Où allait-elle commencer à combattre ? Son impatience engendra des étincelles dans le désordre, elle transpirait du parfum comme des perles. On ne sait pas comment son corps se tourna, ce fut comme si elle avait saisi quelque chose. Alors elle traversa la surface de l’eau, elle ouvrit les yeux pour regarder une fois et, sans s’en rendre compte, elle ne put plus étouffer son rire. En fait, il n’y avait pas plus de ruisseau que de radeau, elle se trouvait sur la crête de la montagne ; ce qu’elle tenait en sa main n’était pas un poteau, mais une branche d’arbre sec ; ce qu’elle tirait de l’autre main, n’était autre que ses propres vêtements. En grimpant, elle vit que la femme était assise sur le sommet de la haute montagne. Tout en riant bruyamment, celle-ci lui dit : « L’eau qui est dans ton ventre t’a-t-elle rassasiée ? » En rage, Yaohua répondit : « Dans la vie précédente, on était grande sœur et petit frère. En me voyant en ce moment de difficulté, tu ne viens pas me m’aider, mais au contraire, en usant de ces quelques arts magiques, voilà que tu te moques de moi. Tu n’es pas une bonne personne. » Toujours en riant, l’autre rétorqua : « Ceux qui étudient la Voie, doivent endurer des difficultés, seulement alors ils peuvent entrer dans la Voie. Toi, tu ne veux même pas endurer un peu de souffrance. Tu as eu des difficultés, alors tu donnes libre court à ta haine. Dis-moi, quand on était dans la grotte pendant notre vie précédente, nous avons enduré la souffrance des êtres humains, comment pourrait-on l’endurer encore ? » Yaohua dit : « Cette maîtresse m’a transformée à l’aide des arts magiques taoïstes, pourquoi ne devrais-je pas le supporter ? Cette maître taoïste t’a transformée, comment pourrais-je venir me moquer de toi ? En réalité je te le dis, le véritable feu des trois originaires (esprit originaire, souffle originaire et essence originaire) du maître immortel Zhou a raffiné seulement la racine de ta débauche à l’intérieur ; je vois que ton visage est empli de charme, et que le souffle lubrique sur ta fourrure n’est pas encore été enlevé. C’est pour cela que j’ai emprunté l’eau du Fleuve Céleste, pour te laver une fois encore. Maintenant, tu es prête pour aller voir la maîtresse. » Ayant entendu cela, Yaohua s’empressa de se prosterner : « Fondamentalement, grande sœur veut me soutenir, mais la grotte vide que j’ai vue avant, est maintenant submergée par l’eau. De plus je suis confuse, je ne sais pas dans quelle direction conduire mes pas. » Cette femme dit en indiquant de la main : « Ce n’est pas celui-ci. » Yaohua tourna la tête, mais elle ne vit plus aucun chemin à emprunter et, au moment où elle voulut à nouveau demander, elle ne vit plus personne.29

23Encore une fois, comme dans une psychanalyse, l’ancienne renarde conseille à Yaohua de se pencher sur son passé avant sa réincarnation pour se rappeler d’elle : « Assieds-toi un moment sur ce rivage, pense bien aux évènements précédant ta réincarnation, alors tu le sauras, « Ni qie zai an shang dazuo yihui, xiangxiang ni toutai yiqian zhi shi, jiu zhijue le » 你且在岸上打坐一回,想想你投胎以前之事,就知覺了. Mais, malgré la transformation opérée par le maître, Yaohua n’a toujours pas quitté sa nature vulpine et c’est bien pour cela que l’ancienne compagne a fait en sorte qu’elle se lave dans l’eau du Fleuve Céleste de la Voie Lactée.

24Il y a un lien direct entre le visage de la princesse-renarde et son charme, au même titre qu’il y a un lien direct entre son poil et son souffle lubrique, lequel n’a pas encore été coupé, éliminé. On ne sait pas d’où l’ancienne renarde tire sa référence à la fourrure, puisque la princesse n’a rien gardé de ses origines au niveau physique, mais ce résidu existe et résiste dans le texte en tant que garantie et marque même du caractère lubrique de la princesse. L’autre caractéristique qui toujours s’accompagne de la description de la nature animale de Yaohua dans ce roman est xingji 性急, le caractère impatient : c’est cette impatience qui avait ramené l’ancien esprit-renard à commettre ses péchés d’un côté, et à être tué et réincarné de l’autre ; c’est la même impatience qui la pousse à se jeter dans l’eau du Fleuve céleste et à être purifiée sans même le savoir. Il y a donc un lien indissoluble entre ces trois éléments : animal, sexe, impatience.

25Ce qui émerge de ces extraits, c’est donc une image contradictoire et fascinante de l’animalité chez l’esprit-renard : déversoir des passions humaines les plus profondes, elle est à la fois cause d’empêchement à l’obtention de ses fins (l’immortalité) et source de profondeur et de richesse du point de vue émotionnel, entremêlée dans une dynamique qui va contre l’autorité des maîtres. N’y aurait-il pas ici un discours à faire sur l’animalité comme expression des émotions en relation à la centralité de la notion de qing 情 à l’époque Qing ?

  • 30 Solange Cruveillé, « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des (...)
  • 31 Solange Cruveillé, « Les sentiments contradictoires des démones renardes dans la littérature chinoi (...)

26Comme Solange Cruveillé le dit dans sa thèse30, l’humanisation de l’esprit-renard à l’époque Qing est un des phénomènes les plus marquants dans l’histoire de la littérature de cette période ; il correspond à un besoin de subjectivation profond. L’esprit-renard comme possible miroir de l’esprit de l’homme devient alors plus fascinant si on l’étudie dans le contexte du roman en langue vernaculaire : ce besoin d’exprimer le privé qui passe d’abord par le choix de la langue. L’animalité sous cet angle devient sujet à explorer pour faire passer des revendications en cachette, univers allégorique qui alimente l’humain et le libère des contraintes de la censure et même tout simplement du registre officiel. À une époque où le roman commence à devenir porteur d’une valeur psychologique autre que celle traditionnelle, grâce aussi aux tout premiers contacts avec la culture occidentale, l’animalité dans la littérature chinoise devient catalyseur de concepts et sentiments contradictoires31 qu’on pourrait qualifier de modernes. Mais, au fond, qu’est-ce que la modernité ?

Haut de page

Notes

1 Pour les seules références à cet ouvrage dans la littérature occidentale, voir : Solange Cruveillé, « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des Qing : de la légende à la fiction, de la démonisation à l’humanisation », thèse de Doctorat soutenue sous la direction de Noël Dutrait et Pierre Kaser, Aix-en-Provence : Université de Provence Aix-Marseille I, 30 novembre 2009 ; Rania Huntington, Alien Kind: Foxes and Late Imperial Chinese Narrative, Cambridge : Harvard University Press, Asia Center, 2003 ; Kang Xiaofei, Power on the margins: The Cult of the Fox in Late Imperial China, New York : Columbia University Press, 2000 ; Vincent Durand-Dastès, « Corps impénétrables et nonnes entremetteuses : destins romanesques de la « Fille de pierre » (shinü 石女) », in Le Féminin et le religieux : mélanges offerts à Brigitte Baptandier, Paris, L’Asiathèque, sous presse, pp. 79-114. Pour un résumé de l’intrigue, voir Rania Huntington, Alien Kind, p. 186 et Keith McMahon, Misers, Shrews, and Polygamists: Sexuality and Male-female Relations in Eighteenth-century Chinese Fiction, Durham : Duke University Press, 1995, pp. 150-175. Voir toutes les références précises au Yaohua zhuan dans : Rania Huntington, Alien Kind, p. 32 et p. 335 ; Kang Xiaofei, « Fox Spiritism and Daoism in Qing Vernacular Literature », unpublished paper présenté à la Fifth International Daoist Studies Conference à Wudangshan, le 4 avril 2009, avec un extrait traduit ; Solange Cruveillé, « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des Qing », op.cit., pp. 257-259 ; Liu Xun, « Fox Spirits, Licentious Daoists and Sexual Battles: Literary Imaginaries of Nüdan and Sexual Alchemy in Ming-Qing Novels (The Cases of Yaohuazhuan and Chanzhen houshi) », inedited paper pour la Wutaishan Daoist Studies Conference, 2004 ; Laura Wu, « Through the Prism of Male Writing: Representation of Lesbian Love in Ming-Qing Literature », Nan Nü, 4.1, 2002 ; Qi Qian 漆倩, « Yaohuazhuan yanjiu » 瑶华传研究 (Recherche sur le Yaohuazhuan), mémoire de maîtrise sous la direction du professeur Cai Meiyun 蔡美云 de l’Université des Sciences et Engéniérie du Shanxi, mai 2014 ; « Yaohuazhuan zhong de nüxing xingxiang ji qi wenhua yiyi » 瑶华传中的女性形象及其文化意义 (L’image féminine et sa signification culturelle dans le Yaohuazhuan), Journal of North China Institute of Water Conservancy and Hydroelectric Power (Social Science), vol. 28, n. 5, octobre 2012, pp. 119-121 ; « Yaohuazhuan de xushi fangshi jian lun » 瑶华传的叙事方式简论 (Discussion simple sur la manière de narrer du Yaohuazhuan), Journal of Huabei Professional and Technical College, vol. 11, n. 4, août 2012, pp. 53-55 ; Hu Fang 胡芳, « Yaohuazhuan yanjiu » 瑶华传研究 (Recherches sur le Yaohuazhuan), mémoire de maîtrise sous la direction du professeur Zhu Weiqi 诸伟奇 de la Anjian Daxue, avril 2013 ; Li Jieyi 李洁谊, « Yaohuazhuan yanjiu » 瑶华传研究 (Recherches sur le Yaohuazhuan), mémoire de maîtrise sous la direction du professeur Di Jianbo 翟建波 de la Guangxi Teachers Education University, juin 2012.

2 À part le Yetan suilu, les autres ouvrages sont connus du public français à travers des traductions partielles ou intégrales. Voir respectivement Pu Songling, Chroniques de l’étrange (André Lévy, trad.). Arles : Picquier, 2005 ; Ji Yun, Passe-temps d’un été à Luanyang (Jacques Dars, trad.). Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », n° 99, 1998 ; Yuan Mei, Ce dont le Maître ne parlait pas (Chang Fu-jui, al., trad.). Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », n° 121, 2011 ; Galantes chroniques de renardes enjôleuses (Pierre Kaser, trad.). Arles : Picquier, 2005.

3 C’est d’ailleurs le titre de son ouvrage : Alien Kind.

4 Il ne faut pas oublier toutes les figures de femmes-renardes exemplaires, exemples de chasteté et de fidélité envers l’homme aimé, qui peuplent notamment la littérature des Tang et des Qing. Rappelons quelques ouvrages fondamentaux comme le Soushenji 搜神記de Gan Bao 干寶 (IVe siècle) partiellement rendu en français dans Gan Bao, À la recherche des esprits (Récits tirés du Sou shen ji). Traduit du chinois présenté et annoté sous la direction de Rémi Mathieu, Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », n° 78, 1992, le Xuanzhongji 玄中記 de Guo Pu 郭璞 (sous les Jin 265-420), lequel comporte aussi une section intitulée « Shuo hu » 說狐 entièrement consacrée au renard, et le vaste recueil Taiping Guangji 太平廣記 dirigée par Li Fang 李昉 (981) et réédité en 1566, qui réunit la majeure partie des récits surnaturels antérieurs au Song (voir Solange Cruveillé, « Études et traductions occidentales sur le Taiping Guangji 太平广记 (Vaste recueil de l'ère de la Grande Paix) », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 2 | 2011, URL : http://journals.openedition.org/ideo/216). Parmi les recueils de zhiguai et de biji, dans lesquels la thématique vulpine se développe (surtout au XVIe siècle), citons le Shuoting 說聽 de Lu Yanzhi 陸延枝 et le Humei congtan 狐媚叢談 (Contes de séduction vulpine), publié sous l’ère Wanli 萬曆 (1573-1619) des Ming et entièrement dédié aux histoires de possession vulpine. Pour la construction de l’image de l’esprit-renard classique citons encore les incontournables Liaozhai zhiyi (Chroniques de l’étrange) de Pu Songling et Yuewei caotang biji (Notes de la chaumière des observations subtiles) de Ji Yun. Avec ces deux derniers ouvrages, l’esprit-renard devient une figure capable d’exprimer toute la complexité et la profondeur psychologique de l’humain, atteignant un niveau presque ultime grâce à l’influence des récits oraux en langue vulgaire. Comme Solange Cruveillé le souligne : « Ces contes donnent du renard une nouvelle image : celle d’un démon humanisé, plus proche des mortels par ses préoccupations et ses sentiments. ». Voir Solange Cruveillé, op.cit., p. 195.

5 Pour les animaux et les végétaux totems dans la Chine ancienne, voir Rémy Mathieu, Anthologie des mythes et légendes de la Chine ancienne, Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1989, pp. 42-45. Pour les relations avec les chamanes décrites dans certains textes, voir R. Huntington, op.cit., pp. 140-150. Dans ce contexte, le terme « totémique » n’est pas du tout utilisé en tant qu’animal à l’origine de son propre clan ou de sa famille, mais simplement en tant que référence au simulacre qui représente l’animal vénéré.

6 Pour des considérations sur l’évolution de la figure de l’esprit-renard dans la littérature chinoise en général, voir l’admirable travail de Solange Cruveillé, « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des Qing », op.cit. ; voir aussi « Les sentiments contradictoires des démones renardes dans la littérature chinoise », in Post-Scriptum, n° 9, 2017. Voir aussi : Solange Cruveillé, « En quoi l'image du renard est-elle proche de celle du fantôme dans les récits fantastiques chinois ? », in Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui, Paris : INALCO, novembre 2017, pp. 250-275 et « Le renard dans la culture chinoise : un animal devenu démon », in L'animal, un homme comme les autres ?, actes du colloque éponyme, sous la direction de M. Baudrez, T. Di Manno et V. Gomez-Bassac, Bruxelles : Bruylant, 2012, pp. 77-93.

7 Rania Huntington, Alien Kind, p. 309, note n. 45. Voir Burton Watson, The Tso Chuan: Selections from China’s Oldest Narrative History, New York : Columbia University Press, 1989, pp. 207-208.

8 La première source trouvée pour cette citation semblerait être le Qianfu lun 潜夫论 (« Dissertation de/sur le mari dissimulé »), d’époque Han. Voir aussi le Hanyu da cidian 汉语大词典 [Grand Dictionnaire du chinois], vol. 10, p. 588.

9 Rania Huntington, « Hu yu qinglou nüzi » 狐与青楼女子 (Les renardes et les filles de joie), Ming Qing xiaoshuo yanjiu 明清小说研究, n° 50, 1998, pp. 212-216.

10 Leo Tak-hung Chan, The Discourse on Foxes and Ghosts, Honolulu : University of Hawai’i Press, 1998, p. 145.

11 Concept emprunté à Freud, qui l’avait lui aussi tiré de la littérature ; voir L’Inquiétante étrangeté et autres essais, Paris : Gallimard, 1993.

12 Parmi les ouvrages qui présentent ce type d’usage de la figure de l’esprit-renard, voir le Dongyouji 東游記 ou Dong du ji 東度記 (1635) de Gu Daomin 顧道民 et le Zhangui zhuan 斬鬼傳 (1688).

13 Rania Huntington, Alien Kind, op.cit., p. 186.

14 Ding Bingren 丁秉仁, Yaohua zhuan 瑤華傳, Shanghai : Shanghai guji, coll. « Guben xiaoshuo jicheng » 古本小說集成, 1990, p. 157.

15 Ibid., p. 480.

16 Ibid., p. 525.

17 Ibid., p. 601.

18 Yang Jingfu, personnage de la bande de Yaohua, connu pour sa puissance sexuelle.

19 L’eunuque qui sert Yaohua.

20 Littéralement, c’est « le sac de peau ».

21 Ding Bingren, op.cit., pp. 853-858.

22 Le terme tianjiang 天漿 indique aussi une chenille dont le cocon est utilisé comme matière médicale, voir le Grand Ricci.

23 Là où, selon l’alchimie interne, on fabrique son propre cinabre ; généralement, la région pubienne, mais il y a aussi deux autres points où le qi se concentre, savoir près du nombril et dans le crâne.

24 Le mot linggen 靈根 peut également signifier la vertu d’un point de vue moral et les ancêtres.

25 Entre 23 heures et 1 heure du matin.

26 San mei zhen huo 三昧真火 : technique d’alchimie interne qui consiste en la purification de son esprit originel, yuan shen 元神, de son souffle originel, yuan qi 元氣, et de son essence originelle, yuan jing 元精.

27 Ding Bingren, op.cit., pp. 859-867.

28 En fait Yaohua, tout en montant, est arrivée à apercevoir sur le sommet une grotte vide, dans laquelle elle pense que la maîtresse pourrait avoir trouvé refuge, mais un ruisseau qui semble couler directement du ciel s’interpose et elle n’a pas de moyen de le traverser.

29 Ding Bingren, op.cit., pp. 870-875.

30 Solange Cruveillé, « Le renard dans les textes chinois de l’époque pré-impériale à la dynastie des Qing : de la légende à la fiction, de la démonisation à l’humanisation », op.cit.

31 Solange Cruveillé, « Les sentiments contradictoires des démones renardes dans la littérature chinoise », op.cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucrezia Zanzottera, « L’histoire de Jade Précieux », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 11 | 2020, mis en ligne le 31 décembre 2020, consulté le 28 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1495

Haut de page

Auteur

Lucrezia Zanzottera

Lucrezia Zanzottera a récemment soutenu une thèse de doctorat conduite sous la direction de sous la direction de Vincent Durand-Dastès (INALCO) et Rainier Lanselle (EPHE) et intitulée « Carrières de renardes : la voix dissonante des personnages d'esprit-renard dans deux romans en langue vernaculaire de la fin des Qing »

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search