Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121. Nouveaux formats et métamorpho...Au-delà de l’encre

1. Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie

Au-delà de l’encre

La web poésie chinoise
Yingzhou Guo

Résumés

Avec l’essor d’Internet, la web poésie chinoise se réjouit de son émancipation en brisant des codes qui l’avaient contrainte à un exercice élitaire. La poésie ne se limite plus à composer des vers. Si elle est devenue peu à peu une forme d’art mineur depuis la fin du XXe siècle, le net invite chaque internaute à s’aventurer dans un nouveau territoire de poésie, en ignorant les ambitions intellectuelles. Ce qui conduit à une profusion de poèmes hétéroclites sur les sites professionnels de la poésie aux forums en ligne, les blogs de poésie aux Weibo et WeChat. Cette nouvelle poésie numérique, parfois puisant dans la tradition, ou rejetant l’héritage de la poésie classique, devient la principale forme de la poésie contemporaine. Cet article propose de découvrir l’échange tout aussi fertile et controversé entre la technologie et la poésie, l’insolite et le quotidien, le singulier et le pluriel. S’il est propice à un travail de sape à l’égard des normes littéraire, sociale et politique, il bannit la lenteur, embrasse la légèreté et accélère l’oubli, dans une société chinoise de plus en plus connectée et censurée.

Haut de page

Texte intégral

1Avec l’essor d’Internet, la poésie chinoise a de nouvelles perspectives. Elle est omniprésente sur les sites web professionnels de la poésie aux forums en ligne, les blogs de poésie de Weibo et de WeChat. La web poésie, considérée comme la fusion de la nouvelle technologie et de la puissance du Minjian (Milieu populaire 民间), a changé la morosité de la scène poétique depuis 1990. Avec une énergie « sauvage », elle fait revenir non seulement la poésie dans l’espace publique, mais provoque aussi le débat sur la redéfinition de la poésie chinoise actuelle, car son mécanisme de production, ses canaux de communication et son système d’évaluation ont tous évolué. Au cours de la dernière décennie, elle a fait preuve d’une grande vitalité de création. Un grand nombre de poètes émergents ont attiré l’attention du public voire du monde littéraire international.

2Si Internet façonne le processus de création, cette web poésie a-t-elle changé le caractère élitiste de la poésie traditionnelle ? En effet, depuis le Mouvement du 4 mai 1919, l’appel à la modernisation de la poésie chinoise n’a jamais cessé. Quel est le rôle de la web poésie dans ce processus de modernisation ? Son rapport avec les traditions souvent contestées a-t-il changé ? Cette situation nous offre une occasion de réfléchir et nous amène à nous poser certaines questions : qu’est-ce que la web poésie ? En quoi les compositions poétiques créées et diffusées sur Internet modifient-t-elles la poésie dans sa pratique et dans sa conception ? Qu’est-ce qui différencie un poète diffusé sur la toile d’un autre publié sur papier imprimé aujourd’hui ? Comment nos pratiques de lecture ont-elles changé avec ces nouvelles technologies ? Comment les diverses identités des poètes affectent-elles la narration et la réception de la poésie populaire ? Peut-on parler d’une démocratisation de la poésie en se référant à son usage libre d’accès sur les nouveaux médias et réseaux sociaux ? La croissance exponentielle de la web poésie fait-t-elle acquérir la légitimité espérée à la nouvelle poésie ?

  • 1 Michael Day, « Online Avant-Garde Poetry in China Today », in C. Lupke (ed.), New Perspectives on C (...)

3Notre article se compose de deux parties. La première présentera le contexte de la naissance de la web poésie en lien étroit avec la poésie contemporaine ; la deuxième partie se concentre sur son développement. Les sites web, blogs et Weibo, Wechat, offrent de nouvelles méthodes de création et de diffusion de la poésie ; les pratiques de publication via de nouvelles technologies en font un produit de consommation libre, entrainant parfois une certaine homogénéisation de la poésie. Si Internet représente un espoir important pour la publication, nous sommes interloqués par une telle profusion de poésies dans un état anarchique1. Le dynamisme et le chaos coexistent en ligne, ce qui présente une situation sans précédent dans l’histoire de la poésie chinoise.

Un menu populaire

  • 2 Hong Zicheng 洪子诚, « Dangdai shige de bianyuanhua wenti » 当代诗歌的边缘化问题 (À propos de la marginalité d (...)
  • 3 Liu Kun 刘琨, « Wangluo shige dui chuantong shige de jiegou he jiangou » 网络诗歌对传统诗歌的解构和建构 (La déconstr (...)
  • 4 Zeng Fangrong 曾方荣, « Shixing de queshi yu duzhe de quexi » 诗性的缺失与读者的缺席 (La perte de la poésie et l’ (...)

4En Chine, à partir des années 1990, la poésie contemporaine a été largement marginalisée (bianyuanhua 边缘化) sur la scène culturelle nationale en raison de sa forme occidentalisée, trop étrangère au peuple chinois, comme le remarque le chercheur et critique littéraire Hong Zicheng 洪子诚 : « Sa marginalité n’est pas un sujet nouveau, elle s’amplifie depuis les années 1990 »2. Les suppléments de journaux et les revues professionnelles, qui ont toujours été les principaux supports de la publication de la poésie, ont progressivement perdu leurs lecteurs : à la fin des années 1980, le tirage de nombreuses revues de poésie comme Shikan 诗刊 (Poésie) et Xingxing 星星 (Étoiles) dépassait en moyenne les 150 000 exemplaires chaque année, alors qu’après les années 1990, il est dorénavant réduit à moins de 20 000 exemplaires3. La publication de certaines revues, telles que Dangdai shige 当代诗歌 (La poésie contemporaine) ou Zhongguo shiren 中国诗人 (Poètes chinois), a même été arrêtée : au milieu des années 1980, il y avait encore dix-huit périodiques et journaux de poésie, et il n’en restait que neuf à la fin des années 1990. Après cette date, même si certaines associations et des revues de poésie ont été recréées, elles étaient généralement confinées à de petits cercles, leur influence étant extrêmement limitée4. La nouvelle poésie chinoise est peu à peu devenue une forme d’art mineure et perçue comme un art d’apparence difficile.

  • 5 Voir [En ligne] https://tinyurl.com/k55sfmcm, consulté le 29 octobre 2018.
  • 6 Fan Wen 樊文, « Meiguo you haolaiwu, Zhongguo you wangluo wenxue, wangwen pin shenme chenggong chuhai (...)

5Contre ce manque de visibilité, Internet réinvestit ce genre en lui donnant un nouveau souffle. Le secteur de la littérature en ligne a maintenu un taux de croissance annuel de plus de 20% depuis 2012. Selon le rapport de « China Internet Network Information » (CNNIC) de juillet 2018, la Chine comptait plus de 802 millions d’internautes en juin 20185. La nouvelle statistique porte l’adoption d’internet à 57,7%, avec 788 millions de personnes qui seraient des utilisateurs d’Internet mobile. 377 millions de Chinois lisent la web littérature, correspondant à 48,9% de la population, et 38% des Chinois utilisent Weibo. Il existe ainsi plus de 14 millions d’auteurs inscrits et plus de 16 millions d’œuvres littéraires tous genres confondus en ligne. Jusqu’à la fin 2018, les versions en langues étrangères de près de 70 ouvrages chinois en ligne avaient reçu plus de 10 millions de visites, et attiré plus de 20 millions de visiteurs. Le dynamisme de la web littérature offre une nouvelle force aux maisons d’édition chinoises. Selon les données Internet, l’économie de la web littérature chinoise atteindra 28,3 milliards de yuans (soit 3,7 milliards d’euros) d’ici 20226. La poésie en ligne connait le même essor.

6Depuis toujours, la poésie était destinée à un public averti, d’élite de la société chinoise, or, l’ère du numérique contribue désormais à l’épanouissement des web poèmes au sein du peuple. Contrairement au contrôle éditorial des médias traditionnels, la web publication est relativement libre grâce à l’émergence de nouveaux médias tels que BBS, blogs, Weibo et WeChat qui n’exigent pas le critère de qualité artistique particulier. Cette liberté a transformé l’écriture en une sorte de carnaval anonyme, ce qui fait de chaque internaute un créateur potentiel. Brisant l’ordre et le mécanisme de la poésie publiée sur papier, le web tente d’effacer les frontières entre les auteurs amateurs et les poètes professionnels par la virtualité, l’ouverture, l’interactivité et l’anonymat, la publication semble ne plus être un obstacle. Tout le monde est en reconversion.

  • 7 Perrine Signoret, « L’application chinoise Wechat dépasse le milliard de compte », Le Monde, 07.03. (...)

7Le développement de la web poésie a connu plusieurs étapes au cours des vingt dernières années : d’abord la période de BBS (avant 1999), celle des forums (2000-2004), celle du site web littéraire complet (2005-2006), la période du web spécifique (2006-2007) et la période actuelle du blog (depuis 2005). Avec le développement de l’Internet mobile, les appareils connectés sont également passés des ordinateurs de bureau aux ordinateurs portables en passant par les tablettes et les smartphones. Tout évolue dans le sens de la portabilité, à tout moment, en tout lieu, c’est dorénavant le règne de la communication instantanée. L’application WeChat compte maintenant plus d’un milliard de comptes utilisateurs actifs7.

  • 8 Ouyang Youquan 欧阳友权, Zhongguo wangluo wenxue ershinian 中国网络文学二十年 (Deux décennies de la web littérat (...)
  • 9 Zhang Pinliang 张品良, « Wangluo xiezuo yu chuanbo fangshi de zhuanhua » 网络写作与传播方式的转换 (La métamorphose (...)

8Pour définir la web poésie, il convient, selon le chercheur Ouyang Youquan 欧阳友权, de distinguer trois catégories : la poésie publiée sur papier ensuite diffusée en ligne, la poésie créée directement en ligne, et la poésie non linéaire avec l’écriture de l’hypertexte qui nécessite un logiciel spécifique8. Avant le développement d’Internet, les publications de poésies reposaient principalement sur deux modes de fonctionnement : l’un officiel sur fonds publics destinés au maintien de l’activité, l’autre non officiel, géré par le soutien financier de passionnés. Les revues officielles tendent généralement à être trop proches de l’idéologie traditionnelle, tandis que pour les revues non-officielles (fei guanfang 非官方), elles ont souvent leurs préférences esthétiques et l’influence de leurs publications est extrêmement limitée. C’est ainsi que les élites littéraires contrôlent les canaux de production, de circulation et de diffusion littéraires ; la classe populaire n’a que de faibles possibilités de faire entendre sa voix. Par conséquent, les lecteurs se sont éloignés peu à peu de la poésie, ce qui a rendu les publications plus difficiles. Or la publication facile sur Internet a suscité l’enthousiasme du public, particulièrement la participation des xieshou (写手, auteurs, lecteurs, critiques). La poésie est ainsi passée d’un pavillon monopolisé par les élites à un lieu partagé par tous ; Internet est devenue le « carnaval des solitaires9 » redonnant à la poésie l’énergie et un canal d’expression à la parole de la rue.

La première période : 1990-1995 les sites littéraires créés en dehors de la Chine continentale

  • 10 China New Digest, http://www.cnd.org/. Voir aussi Ouyang Youquan 欧阳友权, Yuan Xingjie 袁星洁 (ed.), Zhon (...)
  • 11 Peng Lan 彭兰Zhongguo wangluo meiti diyige shinian 中国网络媒体第一个十年 (La première décennie des médias sur (...)
  • 12 Ce site « chpoem-1listerv.acsu.buffal.edu » n’existe plus.
  • 13 Sur le site Zhongwen xinwenzu ACT 中文新闻组ACT : alt.chinese.text.
  • 14 Voici le site New Threads – Xinyusi : http://www.xys.org.
  • 15 Ce site « http://www.rpi.edu/-cheny6/ » n’existe plus.

9Les sites web et forums de poésie en ligne sont apparus pour la première fois dans les cercles chinois d’outre-mer et à Taiwan. Tout d’abord, ce sont les étudiants chinois aux États-Unis qui ont publié leurs œuvres littéraires dans un journal en ligne China News Digest ou Huaxia wenzhai 华夏文摘10. Grâce à ce journal, ces contributeurs ont pu exprimer leur mal du pays en chinois en 198911. Le premier site web de la poésie chinoise reconnu est « Le réseau de communications de la poésie chinoise à l’étranger » (Haiwai zhongwen shige tongxun wang 海外中文诗歌通讯网)12, fondé par Wang Xiaofei 王笑飞 en 1991. Après avoir publié, sans succès, leur recueil de poèmes Zuihou de yuyan 最后的语言 (La langue ultime) sur le site en octobre 199313, Fang Zhouzi 方舟子 et Gu Ping 谷平 ont créé, en Californie, la première web revue chinoise Xinyusi 新语丝 (Les nouvelles bribes de paroles), le 10 février 199414. Mars 1995, Shi Yang 诗阳 et Lu Ming 鲁鸣 ont, de leur côté, créé la première revue de poésie chinoise en ligne Ganlanshu 橄榄树 (L’Olivier) 15.

  • 16 Wang Guo’an 王国安, « Shuwei de miusi-Shilun ‘Miaomiu miao’ » 数位的缪思- 试论妙缪庙” (La Muse digitale - À pro (...)

10Du côté des forums, ces réseaux de communication entre lecteurs et auteurs étaient, avant 1995, très populaires à Taiwan. De nombreux auteurs étaient très actifs sur le Net. Le site web Miao miu miao 妙缪庙 (Temple absurde merveilleux), fondé en 1997 par Yao da-juin 姚大钧 et Tsao jer-lian 曹志涟 aux États-Unis, offraient des poèmes numériques chinois. Avec le son, les images, l’animation et les hyperliens, ses idées novatrices ont été saluées par les critiques de la littérature numérique de l’époque16.

La deuxième période : 1999-2005 en Chine continentale

  • 17 Ouyang Youquan, Yuan Xingjie (ed.), Op. cit. L’article de Yang Xiaomin a été publié dans le Zhonghu (...)

11Après que NetEase, la société Internet chinoise, ait fourni un espace de pages personnelles gratuit en 1997, la littérature sur le Net sous forme de page d’accueil a commencé à se répandre. Le poète Yang Xiaomin 杨晓民 a mentionné pour la première fois la conception de la poésie numérique dans son article intitulé « La web poésie à l’ère d’Internet » et l’a introduite dans la critique littéraire17. Pendant cette même période, l’enthousiasme pour le Web est en contraste avec la crise des publications traditionnelles.

12La première revue poétique née sur Internet, Jiexian 界限 (Limite), a été créée par le poète Li Yuansheng 李元胜 sur le site de Chongqing wenxue 重庆文学 (La littérature de Chongqing) en janvier 1999. Elle a publié principalement les poèmes de poètes de Chongqing et d’outre-mer18. La même année Lingshi dao 灵石岛 (L’île de la pierre de l’âme), créé le 27 novembre par le doctorant Lingshi 灵石 de l’École Normale Supérieure de Pékin, est un site de documentation sur la poésie qui contribuera grandement à la promotion de la poésie chinoise sur Internet19.

  • 20 Voir le site ChinaPoet : www.chinapoet.net.
  • 21 Michel Hockx, « Vitrual Chinese Literature: A Comparative Case Study of Online Poetry Communities » (...)
  • 22 Liu Kun, Op. cit., p. 9

13Tandis qu’un autre site web, Zhongguo shiren wang 中国诗人网20 (Poètes chinois), créé le 29 décembre 1999 par l’enseignant Li Keke 李可可, a commencé à développer beaucoup plus d’interactions avec le public. Son « forum de poésie » (Shige luntan 诗歌论坛) est consacré à différents genres, styles et thèmes poétiques. En Chine, ces forums de discussions furent particulièrement populaires21 : la page d’accueil répertorie les différentes rubriques et affiche des informations statistiques sur les forums, telles que le nombre de membres, de messages et de « commentaires » (tiezi 帖子) et les noms des modérateurs. Les statistiques sont importantes pour la reconnaissance des poètes en ligne. Les auteurs peuvent répondre directement aux commentaires sur leur travail. Ainsi Internet reconfigure les relations entre l’auteur, le lecteur et le texte comme système interactif. Les modérateurs du site — eux-mêmes auteurs et contributeurs — jouent un rôle crucial dans l’attribution de la reconnaissance aux travaux des membres qui décident quels poèmes sont sélectionnés pour être inclus dans « la web revue » (Wangkan 网刊), puis dans les anthologies publiées sur papier chaque année. Avant 2007, les plus célèbres sont « Forum des poètes chinois » (Zhongguo shiren luntan 中国诗人论坛), « Forum des étudiants » (Daxuesheng shige luntan 大学生诗歌论坛), « Forum littéraire de l’Alligator de Chine » (Yangzi e wenxue luntan 扬子鳄文学论坛), « Forum provincial » (Waisheng luntan 外省论坛), et « Forum de la revue des poèmes sélectionnés » (Shi xuankan luntan 诗选刊论坛)22. Les forums constituent des plateformes rapides et pratiques pour les activités d’échanges entre les auteurs et leurs lecteurs. Les activités de poésie battent alors leur plein, les réunions d’échanges abondent, fournissant matière à communications textuelles et discussions poétiques.

14En 2000, le premier site consacré exclusivement à la poésie « Poem life », Shi Shenghuo 诗生活 (Vivre en poésie), est né le 28 février ; son fondateur s’appelle Nan Ren 南人23. Le site a mis en place l’agence de presse sur les principaux événements, activités, phénomènes de la poésie actuelle, des forums, des communautés, des chroniques des poètes, des rubriques d’essais et de traduction. Un mois plus tard naît le site Shi jianghu 诗江湖24 (Poème vagabond), fondé par Lai Er 莱耳 et Sang Ke 桑克. C’est à partir de cette année-là qu’Internet a commencé à attirer la participation des poètes d’avant-garde.

  • 25 Voir le site ShigeBao : http://www.shigebao.com/.
  • 26 Voir le site NüziShibao : http://www.nvzishibao.com/.
  • 27 Zhongdian est une revue non-officielle en ligne, éditée par Fan Bei et d’autres poètes de Mianyang (...)
  • 28 Luo Zhenya 罗振亚, Li Xilong李锡龙, Xiandai zhongguo wenxue (1898-1949) 现代中国文学 (La littérature chinoise m (...)

15Après 2000, il y a une pléthore de sites poétiques et de forums de poésie dans toutes les provinces : Xiangpi 橡皮 (La gomme) du Jiangsu, le Shige bao 诗歌报25 (Journal de poésies) de Shanghai, basé sur le site web personnel de Yu Huaiyu 于怀玉, Zhonghua shigebao 中华诗歌报 (Journal de poésie chinois), Yangzi’e 扬子鳄 (Le crocodile) du Guangxi, Yuanchuanxing xiezuo 原创性写作 (L’écriture originale), Nüzi shibao 女子诗报 26(Journal de poésie féminin), le premier site de la poésie féminine, Zhonghua wenxuewang 中华文学网 (La littérature chinoise) du Guangdong, Zhendi 阵地 (Le front), Shi xianfeng 诗先锋 (Les avant-garde de la poésie) du Henan, Lingdian 零点 (Zéro) du Guizhou, Tian kache 甜卡车 (Le camion sucré) et Zhongguo shiren 中国诗人 (Poètes chinois) du Fujian, Fengren 锋刃 (Le tranchant de la lame) du Hunan, Tang 唐 (Tang) du Shanxi, Yi 翼 (Les ailes), Disantiao daolu 第三条道路 (La troisième voie) de Pékin, Zhongdian 终点27 (Le terminus), Cunzai 存在 (L’existence) du Sichuan28. Cette effervescence a créé différentes écoles de poésie ainsi que différentes approches théoriques. Les revues en ligne de ces sites ont remplacé les revues papier non-officielles auto-éditées à tirage limité.

  • 29 Voir le site Zhongguo shige : http://www.zgshige.com/.
  • 30 Zhou Manzhen 周满珍, « Le célèbre poète Jidi Majia : la poésie chinoise gagne de de confiance en elle (...)

16Poussée par la vitalité poétique du Net, de nombreux prix de poésie ont commencé également à voir le jour : Jiexian shige jiang 界限诗歌奖 (Prix de poésie de Limite), Shigebao niandu shiren jiang 诗歌报年度诗歌奖 (Poète de l’année du Journal de poésie), Yecao shige jiang 野草诗歌奖 (Prix des Herbes sauvages), et Xinshige jiang 新诗歌奖 (Prix de La nouvelle poésie). En 2003, la revue de poésie Xingxing 星星, le quotidien Southern Metropolis Daily et le site Sina.com ont lancé l’évènement « Tempête de Jiashen. La grande exposition de la poésie chinoise du XXIe siècle ». C’était la plus grande exposition de poésie moderne en Chine depuis celle de 1986. Le site du Journal de la poésie a également présenté une exposition de la poésie sinophone dans le monde. D’après le rédacteur en chef Jin Shikai du site Web « La poésie chinoise29 », 500 000 personnes consultent quotidiennement leur site, lequel reçoit 5 millions de visites par jour30.

  • 31 Heather Inwood, « Multimedia Quake Poetry: Convergence Culture after the Sichuan Earthquake », The (...)
  • 32 « Wang Zhaoshan Jiangchengzi ci cuo zai nali ? » 王兆山« 江城子 » 词错在哪里(Où est l’erreur du poème Jiangc (...)

17D’ailleurs beaucoup de web poèmes sont liés à l’actualité, en particulier à certains événements majeurs, tels que la tempête de neige au sud en 2008, le tremblement de terre de Wenchuan 汶川 et les Jeux olympiques qui conduiront immédiatement à l’écriture de poésie correspondante31. Après le tremblement de terre de Wenchuan, l’écrivain Wang Zhaoshan 王兆山, vice-président de l’Association des écrivains de la province du Shandong, a publié son poème « Jiang Chenzi : mémoires en ruines » (Jiang Chengzi : feixu xia de zishu 江城子:废墟下的自述) adoptant le point de vue des victimes. Ce poème a immédiatement provoqué une controverse sur la toile. Wang fut alors perçu comme un poète maudit, son poème surtout avec son vers « devenir un fantôme est heureux » fut particulièrement contesté et perçu par les internautes comme une profanation des victimes32.

  • 33 « Douban Read » fournit des livres électroniques, des magazines et des œuvres originales de haute q (...)
  • 34 Jiu Jing 刘静, « Dang shige yushang xinmeiti » 当诗歌遇上新媒体 (Quand la poésie rencontre les nouveaux média (...)

18Dès lors les sites web de poésie intégrèrent des forums de discussions, des revues électroniques, des informations relatives à l’activité poétique, des traductions, de la critique et développèrent des collaborations avec des éditeurs de presse, le système de récompenses, et des ateliers de formation. Des hyperliens permirent d’accéder aux sites de vente en ligne de livres, comme aux blogs personnels de poésie. Le texte et l’image deviennent manipulables, mobilisant des gestes qui dépassent de loin le simple clic. De janvier 2012 à janvier 2013, « Douban Read »33 excroissance du site Douban 豆瓣 a publié un total de 87 œuvres poétiques numériques et neuf livres de poésie. Les jeunes poètes Shi Ke 石可, E Tu 厄土, Liu Ma 流马, et Liu Haichuan 刘海川 ont tous lancé leurs recueils de web poésie sur cette plateforme34. Internet a, qui plus est, permis de réhabiliter les jeux sonores pour la plus grande joie du public : dans le site Jintian 今天 (Aujourd’hui), on a pu télécharger l’application Lizhi 荔枝 pour écouter un poème comme si on écoutait une chanson. En résumé, Internet devient un espace où se diversifia l’accessibilité du poème, mais aussi son exploitation à des fins marchandes. La poésie est dorénavant lue, commentée et vendue comme un produit.

19Sans pour autant mettre en péril l’édition papier, des journaux et des revues ouvrirent des extensions sur Internet. La poésie est ainsi passée de l’un des domaines les plus marginaux de l’industrie de l’édition à l’un des domaines les plus remarquables. La revue Shi xuankan 诗选刊 (Poèmes sélectionnés) a créé un forum des poèmes en ligne, la revue Yangzi jiang 扬子江 (Fleuve Yangtsé) a également créé son propre forum Internet. D’autres comme le magazine bimensuel « Etoiles » n’a publié que des web poèmes chaque deuxième quinzaine du mois.

  • 35 Ma Ruihong 马瑞红, « Dangdai hanyu shige zai wangluo shijie de mingyun yu zhuiqiu » 当代汉语诗歌在网络世界的命运与追求 (...)

20En Chine, la web poésie a ainsi été largement acceptée comme une partie de la poésie chinoise, mais elle avait besoin d’être confortée par les habitudes séculaires acquises par le support papier. Ayant acquis une notoriété sur Internet, les poèmes sont ensuite publiés par les éditeurs. En automne 2002, le premier dictionnaire spécifique de la web poésie sélectionné par les frères poètes Malingshu 马铃薯 (Pomme de terre) de Nanjing, le Zhongguo wangluo shidian 中国网络诗典 (Le Code de la web poésie chinoise), a été publié avec en quatrième de couverture le credo suivant : « Internet a changé l’état des lieux de la poésie chinoise / Internet élargit l’espace du champ poétique et la vision des poètes chinois / Internet a encouragé la vitalité créatrice des poètes chinois / Internet a effacé la morosité de la poésie / On peut même dire qu’Internet a sauvé la poésie chinoise. » En 2012, la maison d’édition de la littérature et de l’art du Hubei a même créé la première Maison de la Poésie. La participation des publications officielles de la poésie a stimulé leur propre production des revues imprimées en temps de crise. Car au milieu des années 1980, on dénombrait dix-huit périodiques de poésie, et il n’en restait que neuf à la fin des années 1990. Tandis qu’en 2012, ils sont remontés à onze35. Ce qui a créé des débats intenses entre les différentes écoles de poésie, autrefois silencieuses.

La troisième période : l’ère du self-média

  • 36 Betty Yang, « The Acceleration of We-media in China », Who Knows China [En ligne] https://whoknowsc (...)
  • 37 Wu Sijing 吴思敬, « Xin meiti yu dangdai shige chuangzuo » 新媒体与当代诗歌创作诗 (Nouveaux média et la création (...)

21En 2005 la Chine est entrée dans l’ère du self-média (zi meiti 自媒体), au blog personnel en 2005, au Weibo populaire en 2009, au lancement du compte officiel de WeChat en 2012, à la tendance du streaming en 2017, à la courte période d’expansion de la vidéo en 201736. Si l’attention au texte portée par les poètes trouve son aboutissement dans la liberté d’expression plutôt que dans la recherche des possibilités offertes par la technique numérique, avec les plateformes self-média, l’expérience des pratiques devient plus diversifiée avec les images, le son et la voix. Ce changement a modifié le schéma de diffusion, de lecture et aussi de la forme de la poésie. Comme l’a dit Wu Sijing 吴思敬 : « L’émergence de nouveaux médias pour la communication poétique est un changement profond dans son histoire. Tout en changeant le mode de communication, il a également changé la façon dont les poètes écrivent et pensent la poésie ; il a changé directement et indirectement la forme de la poésie contemporaine »37. Les nouveaux médias ont ainsi injecter une nouvelle énergie à la scène poétique en offrant un autre espace pour sa publication et sa discussion.

22Avant le self-média, le Web existe sous deux formes de publication : la première est que le banzhu 版主 (modérateur) détermine et choisit les poèmes ; la deuxième est plutôt que des sites Web tels que Vivre en poésie conservent des processus de publication plus traditionnels avec un comité éditorial. Mais avec le self-média, il s’agit de poster les poèmes écrits par l’auteur lui-même avec un clavier et des webcams comme dans les « blogs de poésie », le Weibo, le site personnel des poètes, ou les comptes privés de WeChat dans les médias mobiles, afin de partager ses sentiments et ses pensées sans la limitation des règles traditionnelles de publication. Ce nouvel environnement littéraire de nature très visuelle a généré différentes manières d’interactions littéraires et de construction de soi.

  • 38 Li Xia 李霞, « Shi zai shouji yuedu shidai » 诗在手机阅读时代 (Poésie à l’époque de lecture sur Mobile), Poem (...)

23Entre 2005 et 2006, c’était la période la plus active de la web poésie : près d’un millier de sites ont contribué à sa prospérité en ligne38, à l’instar de ce qu’on avait connu à l’époque glorieuse des années 1980 en Chine. Les poètes et les revues poétiques ont ouvert des blogs, véritable espace d’échange tels que le blog officiel de Shikan ou encore Shige yuekan 诗歌月刊 (Revue mensuelle de poésie). La montée en puissance de Weibo et de WeChat a incité un grand nombre de poètes à ouvrir leur propre compte. On a également vu apparaître toutes sortes de performances poétiques. Ces performances et évènements poétiques ont attiré un large public dans des débats intenses sur la poésie et sa perception par le publiques. Il n’en reste pas moins que l’Internet a favorisé des tendances négatives, telles le plagiat et l’imitation, devenant une arme à double tranchant pour la poésie, car si le poète ne produit pas assez de poèmes, il est très vite oublié en ligne.

Le jianghu-isation de la web poésie

  • 39 Maghiel van Crevel, « Walk on the Wild Side: Snapshots of the Chinese Poetry Scene », MCLC Resource (...)

24Dans son article « Walk on the Wild Side : Snapshots of the Chinese Poetry Scene »39, Maghiel van Crevel a offert un aperçu hétérogène de la scène poétique chinoise actuelle. Ce faisant, il a introduit la notion de jianghu 江湖 (Monde vagabond) pour décrire les microclimats de l’écosystème de la poésie qui oppriment l’opinion et, paradoxalement, libèrent la création. Dans une culture de plus en plus commercialisée depuis le début des années 1990, la scène poétique chinoise est de plus en plus globalisée avec plusieurs générations de poètes. On peut constater que cette situation est prolongée dans l’univers numérique où l’activité poétique se déploie en toute liberté avec la montée en puissance des nouveaux médias. La web poésie s’épanouit de multiples façons et tente d’attirer l’attention du public, avec des tendances telles que « la poésie de la moitié inférieure du corps » (xia banshen shi 下半身诗), la poésie « jetable » (laji shi 垃圾诗), la poésie des ouvriers-migrants (dagong shi 打工诗), la poésie féminine, la poésie locale, la poésie individuelle, etc. Ces poètes montent en puissance comme une nouvelle voix entre la poésie officielle, conforme à la vision instrumentalisée par le gouvernement de la poésie, la poésie de l’élite, les écrits d’avant-garde et la poésie populaire liée à la culture de masse.

25L’accès direct aux lecteurs en ligne et à la communication facile avec les autres poètes sont propices aux débats et aux mouvements. La nouvelle poésie se retrouve ainsi aux prises avec des controverses. Les lacunes de l’héritage chinois et une volonté de se détacher des règles traditionnelles entraînent une distorsion potentielle dans la nouvelle poésie malgré le fait qu’elle sortait de l’ombre d’une politisation excessive dans les années 1980. Néanmoins le problème d’évaluation n’a toujours pas été résolu. Nous citons la confrontation de 1998-2000 entre les poètes populaires et intellectuels. Ce débat connu sous le nom de la « Polémique Panfeng » a été dominé par les poètes populaires, tels que Yu Jian 于坚, Han Dong 韩东, Yi Sha 伊沙, Hou Ma 侯马, Xu Jiang 徐江 et Yang Ke 杨克 et les poètes intellectuels, tels que Wang Jiaxin 王家新, Xi Chuan 西川, Sun Wenbo 孙文波, Zang Di 藏棣 et Xi Du 西渡. Tout au long du débat, les intellectuels ont été présentés comme des élitistes évoluant dans une tour d’ivoire, et leurs poèmes ont été critiqués car « sur-occidentalisés », tandis que les poètes populaires restaient plus accessibles avec un langage vivant évoquant la vie quotidienne.

26Cette lutte de d’influence continue, voire même s’accentue sur la toile par la force de l’interrogation sur l’institut et les poètes officieux (Guanfang 官方). La volonté de sortir la poésie du prestige élitiste a amené la web poésie à se rapprocher du peuple et à inciter au démantèlement des hiérarchies, aux nouvelles narrations telles que l’abandon du lyrisme à la narrativité, et privilégier le banal au sublime. C’est ainsi qu’Internet a produit, non seulement un grand nombre de poètes en ligne, tels que Shi Yang 诗阳, Lu Ming 鲁鸣, Ma Lan 马兰, Sang Ke 桑克, etc., mais aussi un nouveau concept poétique : la liberté de composition, de lecture et de discours ; des centaines de groupes de poésie ont émergé40. Les manifestations se multiplient d’avantage grâce aux forums en ligne tels que « Poème vagabond » (Shi jianghu 诗江湖), « Beijing forum » (Beijing luntan 北京论坛), « Le crocodile » (Yangzi e 扬子鳄), « Lecture de poésie de Tianya » (Tianya shihui 天涯诗会). Le statut des web poètes est orienté vers les gens ordinaires. Le poète primé du « Prix de poésie du peuple du nouveau poète le plus prometteur » de 2013, Wang Dandan 王单单, a été reconnu par les lecteurs et les critiques grâce aux poèmes qu’il avait publiés sur son blog personnel, et particulièrement son poème « Dui fuqing » 堆父亲 (Bonhomme de neige à l’image de mon père)41. Pour lui, écrire une poésie est une aventure passionnante où l’on se détache des règles.

Chant du bas

  • 42 Isild Darras, Inspirations chinoises. Poèmes de Yu Jian, Gu Cheng, Wang Jiaxin, Zang Di, Xi Du, pré (...)
  • 43 Zhang Jiayan 张嘉谚, « Shenchou xiezuo » 审丑写作 (L‘éloge de la laideur), Poem life [En ligne] https://ww (...)
  • 44 Yi Sha 伊沙 est le poète chinois le plus controversé de ces vingt dernières années, un membre de l’ex (...)
  • 45 Chen Zhongyi 陈仲义, « Xin « luoma doushouchang » — shinian wangluo shige lunzheng suolüe » 新“罗马斗兽场” - (...)

27Si la poésie populaire devient une prédominance à l’ère d’Internet, la poésie d’avant-garde n’a jamais quitté le paysage poétique, en réalité les frontières entre poésies officielles et poésies non officielles ont toujours été floues. Mais par rapport à leurs prédécesseurs, —la poésie « obscure » (Menglong shi 朦胧诗) de « la deuxième génération », la poésie « post obscure » de la « troisième génération », et ceux des « Ni-ni » (Feifei zhuyi 非非主义), « Au-dessus de la mer » (Haishang shipai 海上诗派), « Post-modernisme » (Hou xiandai zhuyi 后现代主义)42, difficiles à lire— la poésie d’avant-garde actuelle est plutôt compréhensible au niveau de la langue. Non seulement elle tente de s’affranchir de la frontière entre le « haut » et le « bas », une cloison traditionnelle dans la poésie chinoise, mais elle aspire aussi à s’orienter vers le « bas ». Le « mouvement de la poésie vers le bas » (Di shi chao 低诗潮) que ce soit la poésie de « la moitié inférieure du corps » ou la poésie « jetable », à l’éloge d’une poésie insolente, nihiliste, est devenu la dernière manifestation de la poésie pionnière chinoise43. Le poète Yi Sha 伊沙44 affirme sa force pionnière, et Yu Jian 于坚 la considère comme « une continuation d’une tradition de Minjian (populaire) »45.

  • 46 Maghiel Van Crevel, « Lower Body Poetry and Its Lineage: disbelief, bad behavior and social concern (...)

28Cette poésie ayant pour représentants Shen Haobo 沈浩波, Yin Lichuan 尹丽川, Li Hongqi 李红旗, Nan Ren 南人, Duo Yu 朵渔, et Wu Ang 巫昂, ridiculise le savoir, la tradition, la responsabilité sociale, et les figures de l’autorité politique par une écriture de la corporéité mettant l’accent sur la relation étroite entre le corps, le vécu et l’écrit. Parfois, la trivialité des mots cache une protestation contre l’idéologie. Avec la poésie « jetable », elle manifeste une attirance marquée vers l’irrévérencieux. Le côté parfois carnavalesque du discours ne peut masquer l’intense désir de distinction à travers une autodéfinition collective46.

29Poète, romancière et réalisatrice, Yin Lichuan 尹丽川 (1973-) est l’une des représentantes de ce groupe de poésie. Après des études de français à l’Université de Pékin, elle a poursuivi ses études de cinéma à l’ESEC à Paris. De retour à Pékin en 1999, elle a commencé à écrire des poèmes sur Internet. Sa contribution à la web poésie est significative et sujette à controverses. L’entendre dire ses poèmes avec une liberté de ton sur l’amour et la vie est une expérience intimement liée à son vécu. Ses écrits non élitistes conduisent ses lecteurs vers un monde sombre et cruel avec une drôlerie acide et des mots abrupts non polissés.

30Son poème « Pourquoi ne pas nous mettre un peu plus à l’aise ? » est un manifeste vivant remettant en question le concept traditionnel de la poésie chinoise classique comme le lyrisme, et interroge également les sensibilités morales tout en invitant les femmes à dépasser les frontières du genre :

  • 47 « Shen Haopo, Yin Lichuan, deng: dangdai yanshi shijiu shou » 沈浩波尹丽川等当代艳诗十九首, Ziyou xiezuo wangka (...)

《为什么不再舒服一些》
哎 再往上一点再往下一点再往左一点再往右一点
这不是做爱 这是钉钉子
噢 再快一点再慢一点再松一点再紧一点
这不是做爱 这是扫黄或系鞋带
喔 再深一点再浅一点再轻一点再重一点
这不是做爱 这是按摩、写诗、洗头或洗脚
为什么不再舒服一些呢 嗯 再舒服一些嘛
再温柔一点再泼辣一点再知识分子一点再民间一点
为什么不再舒服一些47

Pourquoi ne pas nous mettre un peu plus à l’aise ?
Ah monte encore un peu puis descend un peu tourne à gauche un peu puis à droite un peu
Ce n’est pas faire l’amour, c’est enfoncer un clou
Oh va un peu plus vite et ralentit un peu, desserre un peu, puis serre un peu
Ce n’est pas faire l’amour, c’est lutter contre la pornographie ou nouer les lacets 
Euh sois plus profond, moins profond, plus léger, plus léger et plus lourd
Ce n’est pas faire l’amour, c’est de faire un massage, écrire de la poésie, se laver les cheveux ou se laver les pieds
Pourquoi n’es-tu plus à l’aise ? Eh bien, sois à l’aise
Soi un peu plus douce un peu plus audacieuse un peu plus intellectuelle un peu plus populaire
Pourquoi n’es-tu plus à l’aise ?

  • 48 Chen Xiaoming 陈晓明, « Ganxie jiefang yindao de xiandai yishu guannian biange- shiting wenming daolai (...)

31Le langage du corps joue un rôle important dans cette parodie de la réalité sociale. Tout d’abord, le poète a répété à plusieurs reprises : « Ce n’est pas faire l’amour », mais les sentiments sont paradoxalement exprimés dans des formes hautement codifiées. Les mots comme « agréable, desserrer, serrer, haut, bas, gauche, droite, profond, peu profond, léger, lourd », font généralement allusion au comportement sexuel ; l’auteur a ainsi créé intentionnellement une confusion entre l’imagination du désir et des activités spirituelles. Ce processus a conféré au poème un sens ironique. Le caractère non-conformiste de cette poésie a été reconnu par les critiques. Chen Xiaomin 陈晓明, professeur à l’Université de Pékin, a même souligné l’attitude subversive de cette poésie et sa capacité à exprimer les tensions cachées dans une modernité tardive48.

32Du point de vue formel, vers libres, versets, fragments, la web poésie se caractérise par la plus grande diversité, puisant dans la tradition, ou bien, au contraire, rejetant toute forme de tradition. Voici le poème qu’un membre de la poésie « jetable », l’un des poètes les plus controversés de Canton, Dian Qiu Gu Jiu 典裘沽酒 (Shen Shaoqiu 沈绍裘 de son vrai nom) a publié sur son blog. Il tente là de conduire son lecteur vers quelque chose de moins stéréotypé en prônant l’attention à une absence complète de métaphysique49. La recommandation de la « Poésie du nouveau siècle » (Xinshiji shidian 新世纪诗典) de Yisha sur son Weibo, suivi par de plus de 4 millions d’internautes, l’a rendu célèbre :

  • 50 On peut trouver aussi ce poème dans une revue de poésie en ligne : Dianqiu gujiu 典裘沽酒, « Chongyangj (...)

《重阳节》
重阳节,我想起了母亲
想起有次我和她吵架
我举起一张小椅子要砸她
邻居阿姨大叫你这个畜生
连自己的妈都要打呀
我还是把小椅子砸下去了
只是有意砸歪了一些50

festival de Chongyang
au festival de Chongyang, je me souviens de ma mère
je me suis rappelé m’être disputé avec elle
j’ai jeté une petite chaise sur elle
la voisine a crié : toi sale bête
même ta propre mère tu veux la frapper
j’ai quand même pris la petite chaise pour l’écraser
mais je l’ai jeté sur le côté

33L’image est absurde : « je » me rappelle avoir jeté la chaise sur sa mère après une dispute avec elle lors d’une fête « Chongyang » dédiée aux personnes âgées. La chaise symbolise la révolte contre l’ancien code et le monde réel est déconstruit. Ce poème est considéré comme une poésie postmoderniste par beaucoup d’internautes.

  • 51 Dianqiu gujiu, Detention Center, trad. by Jone Guo. La Mesa, Survivor Village Books, 2018.

34Si la web poésie est ouverte à une langue actuelle et à une forme libre, souvent courte, elle est travaillée pour aboutir à une libération des thématiques, du sexe, de l’amour et de la politique. « Le centre de détention », Kanshousuo 看守所, de Dian Qiu Gu Jiu a remporté le prix international de la poésie « Juneflower 2018 ». C’est un long poème écrit par le poète lorsqu’il travaillait comme gardien de prison dans le centre de détention de Guangzhou en Chine51. Les critiques chinois l’ont comparé au Howl d’Allen Ginsberg (1926-1997). En face de la société qui écrase le moi, la vie, sa poésie nous rappelle que la poésie ne peut pas nier cette réalité où tout est éclaté. Il lui a fallu plusieurs années pour l’achever, toutefois à cause de ce poème, toute son œuvre a été interdite par les publications officielles.

  • 52 Voir l’extrait de l’article de Dianqiu gujiue, « Laji shidian pipanbang 001 : Xu Xiangshou » 垃圾诗典批判 (...)

35Cette poésie contestataire vise une déconstruction de la poésie aussi bien au niveau politique qu’au niveau esthétique. Si les anciens poètes d’avant-garde croient en la poésie en recherchant sa beauté, les avant-gardes actuelles semblent ne plus vouloir être ses héros, ils choisissent une anti-poésie, Fanshi 反诗, en ironisant sur tout avec des mots vulgaires et contestant aussi l’autorité des poètes de l’élite. Voici le poème de Xu Xiangchou 徐乡愁 (1960-), appelé le « Parrain des ordures » par Dianqiu gujiu52, poème intitulé « La génération qui imite Gu Cheng » (2004) :

《仿顾城的一代人》
黑夜给了我黑色的眼睛
我才懒得去寻找光明
不如把自己的眼睛戳瞎
我越瞎,世界就越光明

la génération qui imite Gu Cheng
la nuit noire m’a donné des yeux noirs
il serait mieux de crever mes yeux
plutôt que de m’ennuyer à chercher la lumière.
plus je suis aveugle, plus le monde est lumineux.

  • 53 Gu Cheng, « Une génération » (1979), in Le ciel en fuite, anthologie de la nouvelle poésie chinoise(...)
  • 54 Voir le forum en ligne : https://tinyurl.com/5c568rya , consulté le 3 septembre 2019.

36Ce poème parodie un poème de Gu Cheng 顾城, l’un des poètes « obscures », intitulé « Une Génération » : « La nuit noire m’a donné des yeux noirs/moi je m’en sers pour rechercher la lumière »53. Le poète Xu Xiangchou manie l’ironie avec brio et n’a pas hésité à utiliser des mots bruts avec un ton cynique pour déconstruire le poème original54. Cette irrévérence fait la recette du succès de la poésie « jetable », il suffit de lire de nombreux commentaires sur BBS du site Chinapoet.

Insoutenable légèreté des jours : écrire à l’oral

  • 55 Yang Li 杨黎, « Yang Li duanshi shijiushou » 杨黎短诗十九首 (Dix-neuf courts poèmes de Yang Li), Zhongguo na (...)

37Une grande partie de la poésie chinoise semble être oblique pour le lecteur non-chinois. Si la poésie moderne promouvait l’occidentalisation dont ses traits sont différents radicalement de ceux de la poésie classique, la poésie post-Menglong opte pour une écriture expérimentale, alors que la web poésie recherche une forme de langage simple comme ce petit poème du rédacteur en chef de la revue littéraire d’avant-garde « Gomme », Yang Li  杨黎 (1962-), fondateur de la poésie « des balivernes », Feihua shi 废话诗, « La colère »55 :

愤怒
请把炸药包给我,董存瑞先生
其实我去炸这个碉堡
远比你去炸
要来得更加猛烈
因为
我正在愤怒

  • 56 Dong Cunrui était un soldat communiste chinois de l’armée de libération du peuple pendant la guerre (...)

la colère
s’il vous plaît donnez-moi les explosifs, Monsieur Dong Cunrui56
en fait je vais faire sauter ce bunker
beaucoup plus furieusement
que vous allez le faire
parce que
je suis en colère

38Ayant la volonté de sortir de l’ombre portée de la poétique traditionnelle et occidentale, la web poésie se nourrit de la culture de masse pour être plus accessible à un public plus large. De nombreux poètes cherchent à traduire par les mots l’époque actuelle dans laquelle ils vivent. C’est ainsi que l’écriture rejette les ornements du langage et insiste sur la dimension orale de la poésie. Pour ces poètes, la poésie est avant tout une parole chantée, rythmée, oralisée. D’autant plus que les sites de blogging leur offrent une plate-forme d’écriture et de publication incomparablement libre, ce qui façonne le nouveau style de poésie hautement personnel. On peut citer les poèmes créés par Zhao Lihua 赵丽华 (1964-) sur son blog, lesquels ont suscité de vives controverses parmi les internautes, mais aussi au sein des cercles littéraires avec un débat autour de l’opposition entre écriture intellectuelle et écriture populaire.

39Poète et peintre controversé, né au Hebei, surnommé « Sœur lotus », elle est devenue célèbre du jour au lendemain grâce à Internet, créant l’évènement poétique le plus médiatique depuis les mouvements de la nouvelle poésie de Hu Shi 胡适 et Guo Moruo 郭沫若 en 1916. Les poèmes de Zhao Lihua publiés sur son blog sont courts, directs avec un langage concis inspiré de la vie. Sa poétique est centrée sur l’imagerie musculaire et la résistance à la sentimentalité. Lorsque certaines de ses premières poésies inédites ont été mises en ligne par elle-même en 2002, elles ont été immédiatement remises diffusées sur plusieurs sites de web littérature d’importance majeure dont NetEase, Tianya, Xinhua.net et Xiqiaohu ; elles ont été parodiées par d’innombrables internautes, ce qui a déclenché un regain de mépris pour ses poèmes. Ce type d’imitation a formé un genre de poésie appelé « Fleurs de poirier » (un homophone du prénom du poète Zhao Lihua).

  • 57 Wang Xiaoyi 王晓易, « “Shitan furong” Zhao Lihua : wo de shige bei egao zhengchang » “诗坛芙蓉” 赵丽华:我的诗歌被恶 (...)

40Dans un article de son blog en 2006 intitulé « Ce que je veux dire », cette ancienne jurée du « prix de poésie Lu Xun » et qui avait remporté plusieurs prix de poésie, a expliqué que ses poèmes parodiés par les internautes étaient des œuvres créées à l’improviste en 2002. À cette époque, elle voulait essayer un style léger, désinvolte, libérée du poids du moi du poète officiel pour atteindre son moi souterrain. C’est pour cette raison qu’elle les a mis en ligne sans chercher à les publier dans des revues de poésie. Mais ces poèmes se sont diffusés rapidement dans des versions par fois tronquées57. En voici un extrait :

« 一个人来到田纳西 »
毫无疑问
我做的馅饼
是全天下
最好吃的

arrivée seule au Tennessee
sans aucun doute
la tarte que j’ai faite
est la meilleure
du monde

41Ce texte, dont la forme est très brève, peut être interprété comme un segment en phrase avec le retour à la ligne. Ce retour à la fois graphique et rythmique invite à comprendre le sujet : le texte commence par « sans aucun doute ». Cette confirmation vient du sentiment intérieur du poète. Le deuxième vers souligne que c’est « je » qui fait la tarte à la façon de son pays natal, et qu’elle n’a pas été achetée à l’étranger. Les deux derniers vers cristallisent cette fierté mais aussi une nostalgie ressentie lors de la visite aux États-Unis de l’auteur. Parfois Zhao Lihua décrit des choses avec humour :

« 肯定有你无能为力的事情在困扰你 »
你梦到擦玻璃
擦干净一面
却够不着另一面
你急得醒了

il y a surement quelque chose qui vous tracasse
tu rêvais d’essuyer le verre
un côté bien nettoyé
mais pas l’autre côté
tu t’es réveillé avec impatience

  • 58 Zhao Xiyun 赵思运, « Cong “baihua” dao “kouyu” : bainian xinshi fansi de yige lujing » 从“白话”到“口语”百年新诗反 (...)

42Cette syntaxe rappelle le langage parlé. Elle revendique une spontanéité dans la composition. Comme nous l’avons évoqué plus haut, cette tendance qui a déjà émergée dans la poésie de la « troisième génération » tente de s’affranchir des contraintes de la rime. Elle joue avec l’absence de ponctuation et crée une présence graphique des mots sur la page. Les thèmes d’inspiration poétique sont un reflet du quotidien. Ce type de web poème, Shuohua de shige 说话的诗歌 (orapoésie, la poésie parlée) telle que définie par le critique Tang Xin58, a été critiquée pour sa facilité d’écriture (« Wu nandu xiezuo » 无难度写作) et dénigrée par les internautes. Car si la poésie moderne est critiquée par ses traits trop occidentalisés, le poème de Zhao Lihua est suspecté et attaqué pour une autre raison : il ne ressemble pas à un poème aux yeux du public.

  • 59 Chantal Chen, « Émotion et paysage : subjectivité et extériorité au sein de l’expérience poétique d (...)

43En effet, dès le début du XXe siècle, la nouvelle poésie chinoise créée en langue vernaculaire (baihua 白话) voulait marquer une rupture avec la poésie classique. La langue vernaculaire est à la fois un symbole de la modernisation du langage et un discours dominant de la création poétique littéraire. À la fin des années 1980, les poètes de la « troisième génération » représentés par Han Dong 韩东 et Yu Jian 于坚 ont préconisé le retour à la poésie elle-même, en mettant l’accent sur le langage de tous les jours. Les deux notions de yixiang 意象 et de yijing 意境 essentielles dans la poésie classique révèlent la communion de l’intérieure et l’extérieur59, le langage est ainsi chargé de mystère avec des images intenses, des formes élaborées, et des sens profonds liés à l’écriture idéographique. Si cet aspect intellectuel génère un blocage pour les web poètes, l’envie d’écrire comme on parle devient alors le maître-mot sur le web. L’oralité serait-elle une « clé des champs » permettant d’explorer de nouveaux espaces poétiques ?

44Voici un autre poème Hongti 红提60 (Raisin rouge) de Zhao Lihua publié sur son blog, poème qui manifeste la volonté de réconcilier la parole poétique et le monde des choses les plus quotidiennes.

« 红提 »
我原来买红提
买过60元一斤的
还都是蔫蔫的
那时候我想
什么时候我能买到2元一斤的提子啊
今天在新华路和花园楼的街口
我又遇到卖提子的
真的2元一斤
而且很新鲜
我买了5斤回家
一路上我都在想:
我总算买到2元一斤的提子了

raisin rouge
lorsque les raisins rouges que j’ai achetés
à soixante yuan le kilo
étaient tous flétris
je rêvais un moment
où je pourrais les acheter à deux yuan le kilo
aujourd’hui au carrefour entre la rue Xinghua et le pavillon du jardin
j’ai rencontré de nouveau le vendeur de raisins rouges
très frais
le prix est à deux yuan le kilo
j’ai acheté cinq kilos
sur toute la route je réfléchissais
j’ai enfin réussi à avoir deux yuan le kilo de raisins rouges

  • 61 Anonyme, « Meiti baodao : Zhao Lihua xiede shibushi shi henshuo shuoqing » 媒体报道:赵丽华写的是不是诗很难说清 (Repo (...)

45Ce poème est écrit de manière libre, improvisée et inconsciente, sans souci de la recherche rhétorique. Il évoque plutôt une expérience personnelle, une sensation immédiate. Bai Yu estime que la facilité avec laquelle les gens peuvent devenir poètes fait baisser le niveau : « Je pense que les blogs ne sont pas adaptés à une écriture littéraire sérieuse ni à des échanges universitaires, mais plutôt à une interaction entre des idoles et leurs groupes de coureur de vedettes. ». Tandis que le poète Xu Yongtao 徐勇韬 a déclaré que les poèmes de Zhao offrent une vision ironique de la poésie classique, ce que ne reconnaissent pas tous les internautes, certains restant très sceptiques à cet égard61.

46Après le genre de poésie « la fleur de poire », celui du « Wuqing » 乌青体 (genre du verbiage) devint rapidement populaire. En mars 2012, un internaute a publié trois poèmes de Wu Qing (1978-), l’un des poètes controversés des « Balivernes », sur son Weibo. Le style unique de ses poèmes a naturellement suscité un débat, mais ses créations furent largement imitées par les internautes, tel ce poème « Éloge des nuages blancs » :

天上的白云真白啊
真的,很白很白非常白
非常非常十分白
特别白特白
极其白
贼白
简直白死了
啊-

les nuages blancs du ciel sont vraiment blancs
vraiment, très blancs et très blancs très blancs
très très blancs
très blancs spécialement blancs
extrêmement blancs
blancs volants
simplement blancs à en mourir
Ah—

47Ce poème court compte quarante caractères ; le mot « blanc » y est utilisé onze fois. Un grand nombre d’adverbes souligne la couleur blanche du nuage. Face aux poèmes de Wu Qing, les gens ont été confus se demandant s’il s’agissait encore de poésie « C’est de la poésie ? La poésie peut-elle être écrite comme ceci ? », « Ce genre de poème, je peux en écrire une centaine de fois par jour !62 » Ce type de réaction montre un décrochage entre l’idée de poésie et sa dépoétisation actuelle. Que la poésie soit accessible à tous est certes grisant, mais accroit sa dilution par rapport à l’intensité de la poésie classique. Prenant la distance avec les règles traditionnelles, la tendance orale de la web poésie provoque ainsi un clivage.

La voix de l’ordinaire

  • 63 Ouyang Youquan欧阳友权, « Shuzi meijie yu zhongguo wenxue de zhuanxing » 数字媒介与中国文学的转型 (La littérature c (...)

48Le chercheur Ouyang Youquan 欧阳友权 estime que la web littérature apporte trois bénéfices clés : la décentralisation, car la liberté de la parole a contribué à la nouvelle écriture au sein des classes populaires (Xin minjian 新民间), la liberté artistique et la liberté de publication, l’exploration de nouvelles possibilités du système littéraire63. L’essor de la web littérature a rendu la littérature chinoise plus diverse. Dans le domaine de la poésie, Internet a donné plus d’espace aux utilisateurs amateurs de sonnets dont les « poètes de l’herbe », Caogen shiren 草根诗人 ou les poètes travailleurs migrants, lesquels ont partagé et diffusé leur poésie dans les médias sociaux. Plusieurs exemples révèlent que cette poésie transgresse les limites du style, du moral au social et au politique, tout en repoussant les sensibilités morales et le consensus littéraire.

49Le terme « Caogen » 草根 (Racine des herbes) venant de l’anglais « Grassroots », signifie « populaire » ou « de la base ». Il a été introduit dans la poésie taïwanaise dans les années 1970, puis est entré sur la scène poétique chinoise continentale au début du XXIe siècle. En novembre 2003, le critique et rédacteur en chef adjoint du journal Poésie, Li Shaojun, a clairement mis en avant la poésie de « Caogen » lors de la conférence « Les tendances de la poésie chinoise et le Forum Shajiabang » organisée dans la ville de Changshu au Jiangsu. Au cours des dernières années, la poésie écrite par des gens ordinaires est devenue un sujet d’actualité en Chine.

  • 64 Zhang Qinghua, « Who Touches the Iron of the Age: On Zheng Xiaoqiong’s Poetry », Chinese Literature (...)

50Les poèmes des « poètes de l’herbe » comme Yang Jian 杨键 et Jiang Fei 江非 et ceux des poètes-travailleurs Zheng Xiaoqiong 郑小琼 et Xu Lizhi 徐立志 ont attiré l’attention de la critique et des lecteurs en raison de leur expérience de la vie exprimée dans leurs poèmes. Le critique Zhang Qinghua 张清华, dans son essai « Qui touche le fer de l’âge : la poésie de Zheng Xiaoqiong », souligne que l’œuvre de Zheng révèle non seulement les vies marginalisées dans les couches inférieures de la société, mais également une « nouvelle esthétique du fer » 64. À la fin 2014, l’émergence de Yu Xiuhua 余秀华 qui a permis de transformer les poètes populaires en un phénomène de grande influence, à la fois littéraire et social, fait de nouveau réfléchir sur la tension entre « l’écriture d’intellectuelle » et « l’écriture de Minjian (populaire) ».

  • 65 Shi Libin 师力斌, « Wangluo shige yu shenghuo — yi Yu Xiuhua zouhong he Yi Sha “Xin shidian” weili » (...)
  • 66 Li Shaojun 李少君, « Wangluo cuihua le quanmin xieshi de “caogen” shidai » 网络催化了全民写诗的草根时代 (Internet ca (...)

51Depuis la fièvre culturelle des années 1980, l’engouement du public pour la poésie s’efface peu à peu. Or le phénomène Yu Xiuhua fait entrer la poésie à nouveau dans l’espace public. Yu Xiuhua, une femme de la campagne qui souffre de paralysie cérébrale depuis son enfance, est devenue la plus célèbre poète chinoise en 2015 lorsque son poème intitulé « Traverser la moitié de la Chine pour coucher avec toi », « Chuan guo daban ge Zhongguo qu shui ni » 穿过大半个中国去睡你 a été un grand succès en ligne en 2014. Cet exemple fait bien comprendre l’enjeux des réseaux sociaux à l’ère des nouveaux médias65. Si sa poésie a d’abord été popularisée sur Internet, son infirmité cérébrale a provoqué un immense mouvement de compassion pour elle. Dès sa naissance Yu Xiuhua a eu un traumatisme cérébral ; après son bac, elle a commencé à publier ses poèmes dans son blog ; en 2014, le rédacteur en chef de la revue Shikan a sélectionné ses poèmes comme « Attrapez les poules sur le terrain au dépiquage » (« Zai daguchang shang ganji » 在打谷场上赶鸡), mais ils sont passés plutôt inaperçus. Le 10 novembre, le compte public Wechat de Poésie a diffusé ces poèmes sous le titre « Un bas monde chancelant. Les poèmes d’une patiente atteinte de paralysie cérébrale » (« Yaoyao huanghuang de renjian : yi wei nao tanhuanzhe de shi » 摇摇晃晃的人间 - 一位脑瘫患者的诗) ; en quelques jours le nombre de vues de ce poème a atteint le nombre de 50 000 consultations66. D’autres comptes publics sur Wechat tel que « Lire un poème avant de dormir » ont rediffusé ces poèmes dont « Tu n’as pas découvert la partie où j’étais recouverte » (« Ni meiyou kanjian wo bei zhebi de bufen » 你没有看见我被遮蔽的部分), dans un court laps de temps ils ont été lus et likés par plus de 70 000 lecteurs.

  • 67 Rao Xiang 饶翔, « Shigere nengfou daidong zhongguo xinshifuxing » “诗歌热”能否带动中国新诗复兴 (La fièvre de la po (...)

52La poésie de Yu Xiuhua est devenue un événement public sorti du cercle de la poésie : les reportages sur Yu ont inondé les différentes plateformes médiatiques. L’émission télévisée « L’heure du midi » (Zhengwu shiguang正午时光) de CCTV a diffusé durant plusieurs jours des nouvelles à son sujet. Et l’éditeur a immédiatement publié ses recueils de poèmes « Le clair de lune tombe sur la main gauche » (« Yuguang luozai zuoshou shang » 月光落在左手上) et « Le bas monde chancelant » (« Yaoyao huanghuang de renjian » 摇摇晃晃的人间), qui ont été tiré à plus de 400 000 exemplaires. En avril 2015, Yu Xiuhua a remporté le prix de poésie 2014 de la revue de poésie Shikan67. Le débat l’a rendue encore plus célèbre entre la chercheuse américaine d’origine chinoise Shen Rui 沈睿 et le poète Shen Haobo 沈浩波 sur la qualité de ses poèmes. Lorsque, Yu Xiuhua a été élu vice-présidente de l’Association des écrivains de Zhongxiang de la province du Hubei, elle a fréquemment assisté à diverses séances de lecture de poésie et à des séminaires organisés par l’université de Pékin et l’université du Peuple de Chine, Renmin daxue 人民大学. Elle a même été couronnée du titre de « Troisième jalon dans l’histoire du mouvement féministe chinois ».

  • 68 Kiki Zhao, « Yu Xiuhua. Cong putong nongfu dao zhuming shiren » 余秀华从普通农妇到著名诗人 (Yu Xiuhua : d’une p (...)

53En novembre 2016 elle a acquis une présence internationale après être apparue dans le film documentaire « Le bas monde chancelant » de Fan Jian 范俭 au Festival international du film documentaire d’Amsterdam (IDFA), documentaire qui a remporté le prix du jury. Il relate son ascension à la gloire littéraire et sa vie privée comme la lutte pour le droit de divorcer : vingt ans auparavant, la mère de Yu Xiuhua l’avait marié à un homme beaucoup plus âgé qu’elle. Yu Xiuhua a écrit son désir ardent d’amour, son corps handicapé incapable de lui procurer ce destin. Elle a souhaité mettre fin à ce mariage sans amour. Cependant, son mari s’est fermement opposé au divorce ; ses parents, et même son fils, ne l’ont pas soutenue dans cette démarche. Son histoire a été également présentée dans des médias internationaux tel que le New York Times68. En 2018, elle a été nominée pour le prix Newman de la littérature chinoise aux côtés d’écrivains tels que Bei Dao 北岛, Xi Chuan 西川 et Xi Xi 西西 pour une collection d’essais personnels et un roman autobiographique. Vis-à-vis de la curiosité du public et des médias envers son profil particulier de « paysanne, handicapée, et femme-poète », Yu Xiuhua espérait un jour se débarrasser de cette étiquette et revenir à la vraie nature du poète. Elle déclare :

  • 69 Yang Gongzhen 杨公振, « Yu Xiuhua : wo yi tengtong quyue zhege renshi » 余秀华 : 我以疼痛取悦这个人世 (Yu Xiuhua : (...)

Pour moi, c’est seulement quand j’écris la poésie, que je suis au complète, sereine et heureuse. En fait, je n’ai jamais été une personne silencieuse. Je ne veux pas me résigner à un tel destin ni me soumettre au silence. Or toutes mes luttes n’aboutissent à rien ; je l’injuriai en public comme une mégère. Je ne suis qu’une paysanne, je n’ai aucune raison de me défaire de mes mauvaises habitudes. Toutefois, je ne pense point que la poésie soit une arme, même si c’est le cas, je ne l’utiliserai pas car je l’aime trop et j’y tiens tellement. Même si cette société m'a contaminée complètement, dès que je suis retournée à la poésie, je me suis purifiée de nouveau. La poésie m'a toujours épurée et a éprouvé sa compassion pour moi69.

54Pour l’heure, elle a écrit plus de deux milles poèmes. Celui qui l’a rendu célèbre s’intitule « Traverser quasiment toute la Chine pour coucher avec toi » :

« 穿过大半个中国去睡你 »
其实,睡你和被你睡是差不多的,无非是
两具肉体碰撞的力,无非是这力催开的花朵
无非是这花朵虚拟出的春天让我们误以为生命被重新打开
大半个中国,什么都在发生:火山在喷,河流在枯
一些不被关心的政治犯和流民
一路在枪口的麋鹿和丹顶鹤
我是穿过枪林弹雨去睡你
我是把无数的黑夜摁进一个黎明去睡你
我是无数个我奔跑成一个我去睡你
当然我也会被一些蝴蝶带入歧途
把一些赞美当成春天
把一个和横店类似的村庄当成故乡
而它们
都是我去睡你必不可少的理由

te faire l’amour ou coucher avec toi, quelle différence
deux corps entrent en collision, la force pousse la fleur à éclore
le printemps virtuel dans la floraison — rien de plus que cela
nous fait penser que la vie recommence
dans la moitié de la Chine, les choses se passent : les volcans
en éruption, rivières à sec,
prisonniers politiques et travailleurs déplacés abandonnés,
cerf élan et grues à couronne rouge sous la menace de l’arme
je traverse la grêle des balles pour coucher avec toi
je serre plusieurs nuits en un matin pour coucher avec toi.
un nombre infini de moi court en devenant un moi pour coucher avec toi.
bien sûr, je peux être désorientée par les papillons
en confondant les louanges avec le printemps
un village semblable à Hengdian comme le pays natal
mais tout cela sont des raisons absolument indispensables pour que je couche
avec toi

55Le poème fait référence au corps et aux sentiments intérieurs d’un « je » féminin, sincère, courageux, humble, qui partage sa vie amoureuse, l’Histoire et la politique. Les thématiques sur la relation entre terre et corps, femme et village sont essentiels dans la création de Yu Xiuhua. L’originalité est que l’auteur donne la voix à un « je » handicapé, ordinaire et courageux, aussi extrêmement autobiographique : « Je t’aime » (« Wo ai ni » 我爱你) et « Passer une nuit à se souvenir de toi » (« Yong yi ge yewan huainian ni » 用一个夜晚怀念你), expriment un désir profond d’intimité féminine et handicapée. Il ne s’agit pas de s’épancher sur ses sentiments, mais d’écrire en toute simplicité.

《我爱你》
巴巴地活着,每天打水,煮饭,按时吃药
阳光好的时候就把自己放进去,像放一块陈皮
茶叶轮换着喝:菊花,茉莉,玫瑰,柠檬
这些美好的事物仿佛把我往春天的路上带
所以我一次次按住内心的雪
它们过于洁白过于接近春天
在干净的院子里读你的诗歌。这人间情事
恍惚如突然飞过的麻雀儿
而光阴皎洁。我不适宜肝肠寸断
如果给你寄一本书,我不会寄给你诗歌
我要给你一本关于植物,关于庄稼的
告诉你稻子和稗子的区别
告诉你一棵稗子提心吊胆的
春天

je t’aime
pressée de vivre, je cherche de l’eau, fait la cuisine et prends mes médicaments tous les jours
quand il fait beau, je me mets au soleil comme une peau d’orange que l’on fait sécher
alternant les différentes variétés de thé : chrysanthème, jasmin, rose, citron
ces belles choses semblent me mener sur la route du printemps
alors je pose ma main fortement encore et encore sur mon cœur pur de neige
très blanche à l’approche du printemps
lis ta poésie dans mon jardin d’Eden. Cet amour en ce bas monde
comme un moineau qui s’envole soudainement
alors que le temps s’éclaircit. Je ne suis pas adaptée à cette triste fatalité
si je t’envoie un livre, je ne t’enverrai pas de poème
je veux te donner un livre sur les plantes, sur les cultures
pour te dire la différence entre le paddy et l’ivraie
pour te dire le printemps
d’une ivraie angoissée

56Dans ce poème, l’ivraie symbolise une crise existentielle d’un « je » malade, et ce « je » introverti réprime intentionnellement ses propres pensées. Parfois, l’image du corps peut servir à des fins subversives. Certains poèmes établissent la relation entre la région rurale du Hubei et le corps féminin. Dans « Mariage » (Hunyin 婚姻), le plaqueminier prend des dimensions empoisonnées pour exprimer la douloureuse lutte d’un mariage arrangé. D’autres osent subordonner la politique à sa vie quotidienne, tels que « En automne » (« Zai qiutian » 在秋天) et « Mon corps a aussi un train en lui » (« Wo shenti li ye you yi lie huoche » 我身体里也有一列火车), où la politique a un impact sur le monde physique et émotionnel. L’imagination poétique de Yu transforme ces images vivantes en Chine rurale qui surprennent, voire frappent ses lecteurs urbains.

  • 70 « 我身体里的火车,油漆已经斑驳/它不慌不忙,允许醉鬼,乞丐,卖艺的,或什么领袖/上上下下/我身体里的火车从来不会错轨/所以允许大雪,风暴,泥石流,和荒谬 ». On peut trouver le (...)

57Ses poèmes néo-lyriques sont conventionnels et créatifs : d’une part, ils ont des ressources poétiques traditionnelles, d’autre part, sa voix poétique est perçante avec un langage non conventionnel. Une des caractéristiques des poèmes de Yu Xiuhua est qu’ils surprennent le lecteur avec des rebondissements soudains. Par exemple, la dernière strophe de « Mon corps a aussi un train en lui » est ainsi : « le train dans mon corps, sa peinture s’écaille/il autorise les ivrognes, les mendiants, les saltimbanques, les dirigeants/à monter et descendre/le train dans mon corps ne se trompe jamais de voie/ainsi il s’ouvre à la neige, aux tempêtes, aux glissements de terrain et à l’absurdité »70 . Les mots « le train, se trompe, neige, absurdité » sont composés de manière inhabituelle, ce qui crée un effet surprenant. Et le train représentant en général une image masculine est décrit ici comme le désir physique de la femme.

58Ses poèmes basculent entre une fervente appréciation du monde et des expressions de douleur et de chagrin ; entre le désir d’amour et la peur de perdre ; entre le monde humain (renjian 人间) et l’illusion abstraite (xuwang 虚妄) imprégnée du bouddhisme et du taoïsme. Malgré les évènements, mouvements, scandales, la meilleure poésie vient toujours de la créativité individuelle. Même sans les nouveaux médias tels que Weibo et WeChat, il est difficile que la poésie attire l’attention du public en très peu de temps.

Vivre en poésie : une nouvelle matérialisation de la poésie

59Depuis les années 1990, la tension entre l’écriture de poésie et la lecture publique s’est développée, les poètes et la poésie sont marginalisés et stigmatisés. L’émergence de la plate-forme de poésie WeChat a atténué ce conflit dans une large mesure.

60Depuis que Zhang Xiaolong 张小龙 a inventé WeChat, le 21 janvier 2011, Tencent a lancé un logiciel de téléphonie mobile qui envoyait rapidement des messages vocaux, des vidéos, des images et des textes via le réseau afin de prendre en charge le chat en groupe. Depuis lors, le succès des blogs et des Weibo est difficile à poursuivre. WeChat touche plus d’utilisateurs en offrant de nouvelles méthodes de publication et de diffusion de la poésie. Sortie du cercle des poètes, la poésie est lue et diffusée par des personnes de différents âges, WeChat fait de la poésie un nouvel espace culturel entre la poésie et le public.

  • 71 Xie Dou 谢窦, « Weixin shi xiandai shige de “jiuxing” » 微信是现代诗歌的救星” (WeChat est-il le sauveur de la (...)
  • 72 Ibid.

61De nombreux comptes publiques de poésie se multiplient chaque jour, ainsi de nombreux journaux de poésie traditionnels se sont également tournés vers la plate-forme WeChat. Le compte public « Wei ni du shi » 为你读诗 (Lire un poème pour vous) attire un million de personnes. Chaque poème qu’il a diffusé reçoit plus de 100 000 vues71. « Du shou shi zai shuijiao » 读首诗再睡觉 (Lire un poème puis se coucher) prétend même instaurer un nouveau mode de vie, afin que « tout le monde puisse prendre l’habitude de se lever et de se brosser les dents, de se laver les mains ensuite et de lire des poèmes avant de se coucher »72.

62Wechat a influencé la poésie en termes de genre, ce qui permet au public d’obtenir une expérience de lecture plus vivante. D’abord, il a changé les habitudes de lecture du public, et la nouvelle plateforme a fourni un support technique à ces changements. Puis, les créateurs ont modifié le mode d’écriture poétique qui tend à être de plus en plus adapté aux types stylistiques audio-visuels. Wechat a également créé des conditions interactives pour les lecteurs. Ainsi, la mobilité, l’interactivité et l’immédiateté d’internet mobile rendent la plate-forme Wechat plus compétitive dans la diffusion de la poésie. Sans la diffusion de Wechat, le monde n’aurait jamais connu Yu Xiuhua. De plus, tous les poèmes peuvent encore avoir la deuxième chance de circuler dans le cercle d’amis de WeChat qui a permis aux gens de mettre le monde de la poésie au bout des doigts de chacun.

63Lorsque des centaines de milliers de personnes lisent des poèmes sur la plateforme publique, tels que « Lire un poème pour vous », « Nous lisons de la poésie » ou « Lire un poème puis se coucher », ils peuvent non seulement comprendre les poèmes à travers les images figurant sur la première page, mais aussi écouter la lecture audio par des professionnels avec une bande-son classique et les lire dans une agréable typographie. Dans « Lire un poème pour vous », chaque soir à 22 heures, un poème est choisi et lu par une célébrité invitée, accompagné d’un tableau, d’une musique, et d’une brève critique. Le court enregistrement audio et vidéo transmet l’émotion plus directement au public par rapport à la lecture simple. La lecture à haute voix des poèmes joue un rôle important dans la plate-forme WeChat, ce qui permet au public d’avoir une expérience plus sensorielle. Par conséquent, la voix joue un rôle très important dans la promotion et la compréhension de la poésie.

  • 73 Anonyme, « “Weini dushi” deng weixin gongzhonghao zouhong, shige kaishi liuxing le ma » “为你读诗”等微信公众 (...)

64WeChat est aussi une plate-forme combinant les messages instantanés un espace de e-commerce. Ayant un caractère multimédia, elle intègre poèmes, images, audio, vidéo, assignant à chacun des sens une qualité caractéristique : pour l’oreille, la dimension sonore et la participation ; pour la langue, la lisibilité et l’oralité ; pour l’œil, le goût visuel. À travers une communication en mouvement, elle reconstitue la vie psychique et la vie sociale dans un sensorium équilibré. Car au fil de telles métaphores, l’esthétique et la technologie sont converties en un monde poétique, un bien-être, lié à la consommation. Ainsi, WeChat, produit une poésie accessible à la demande croissante de la vie publique et privée. La « poésie du poète » (shiren de shi 诗人的诗) semble se transformer en « poésie du peuple » (dazhong de shi 大众的诗) avec l’aide d’un nombre croissant d’abonnements73. Le statut du poète s’est trouvé rattaché à cette nouvelle matérialisation de la poésie.

  • 74 Wu Yiyao, « Reviving the power of poetry », China Daily [En ligne] http://www.chinadaily.com.cn/cul (...)
  • 75 Alina Simone, « 1,200 years later, is Chinese poetry entering a new golden age ? », Pri [En ligne] (...)

65Le premier compte officiel de poésie WeChat public est « Lire un poème puis se coucher » (Dushoushi zaishuijiao 读首诗再睡觉). Il a été créé le 11 mars 2013 74, et lancé par Fan Zhixing, poète lui-même, pour son propre besoin : « Tout a commencé par un besoin émotionnel privé, mais cela répond aux appels intérieurs de beaucoup d’autres personnes ». Il a estimé que la poésie n’était pas éloignée de la vie moderne et stressante. Avec Internet, un poète d’aujourd’hui peut toujours trouver des lecteurs ; ses 40 000 abonnés à son compte en sont la preuve. Dans la même année, d’autres comptes sont apparus : « Revue de poésie » (Shikan 诗刊), le 26 mars 2013, « Lire un poème pour vous » 为你读诗, le 1er juin 2013 avec pour objectif d’aider les gens à développer « une compréhension plus profonde de la vie »75.

66Début 2014, plus de trois cents poèmes ont été partagés via des appareils mobiles, un nombre croissant de bénévoles a rejoint l’équipe de rédaction en sélectionnant les poèmes recommandés par « un ami d’un ami », ce qui offre la diversité des poèmes aux abonnés. À l’ère des Web-média, il existe de plus en plus de plateformes pour partager ses travaux avec un public plus large. Par conséquent, les « jeunes » poètes auront toujours plus d’occasions de se faire apprécier et connaître. Yu Xinqiao 余心憔 est l’un des contributeurs de poèmes les plus originaux. Son poème « Si je meurs, je dois mourir entre vos mains » (« Yaosi jiu yiding yao sizai ni shouli » 要死就一定要死在你手里) adapté aux paroles d’une chanson est devenu populaire après avoir été promu à la télévision dans une émission d’auteurs-compositeurs76.

67Dans la barre de recherche de Wechat, on trouve plus de cinq cents comptes dédiés à la poésie. Il existe plusieurs catégories de comptes officiels comme « La web-poésie chinoise » (Zhongguo shigewang 中国诗歌网) créé par l’association des écrivains chinois et la maison d’édition des écrivains77, son fameux « poème du jour » verse aux contributeurs une rémunération de 500 yuan (63 euros) ; il y a encore : « L’île de la poésie » (Shige dao 诗歌岛) créé par des entreprises ou alors Journal de poésie chinoise (Zhongguo shige bao 中国诗歌报) créé par une entreprise privée et une maison d’éditions : « Poètes inconnus » (Shichu wuming 诗出无名) qui rassemble tous les amateurs de poésie78. Beaucoup de comptes comme le « Club du poète Haizi » (Haizi shishe 海子诗歌) et le compte « Yu Xiuhua » sont créés seulement par les personnes privées.

  • 79 Hu Qian 胡迁, « Wo tingdao huian chuanguo meige ren shenghuo de shenyin » 我听到灰暗穿过每个人生活的声音(J’entends l (...)

68Souvent les poèmes que l’on peut trouver sur WeChat sont également présentés avec un enrichissement multimédia, sorte de collage de son-image-mots, auquel est parfois associée la vidéo. Dans une publication récente du compte « L’île de poésie », les poèmes du réalisateur défunt Hu Qian 胡迁 (1988-2017) ont été présentés, en association avec son premier long métrage An Elephant Sitting Still (Daxiang xidi er zuo 大象席地而坐) qui a remporté le prix FIPRESCI de la Berlinale du 68e Festival de Berlin ainsi que le prix du meilleur film pour la 55e cérémonie des Golden Horse Film Festival and Awards à Taiwan, couplé avec la bande originale du film, la musique de Pink Floyd, Dark Side Of The Moon, soutenant un choix de poèmes et des photos noir et blanc de Dark Silence In Suburbia, suivi d’une très brève biographie du poète79.

69Cette expérience visuelle et auditive permet aux auditeurs d’avoir une expérience sensorielle avec laquelle faire corps, pour, in fine procéder à l’achat de mini-programmes fournis par Wechat. C’est là que se dévoilent tous les codes de Wechat : une langue lisible et audible, et une culture de consommation. Le mécanisme esthétique traditionnel dans ce contexte a été déconstruit par une sorte de consumérisation. La poésie est publiée dans le but de la performance pour obtenir l’attention du public. Parfois les poètes jouent leur performance (Youlinghua 优伶化). Wechat est devenu une voie astucieuse pour partager et vulgariser la poésie.

70Ainsi la frontière entre vie privée et domaine public s’est brouillée. D’une part, il est extrêmement privé, car certains poètes utilisent WeChat pour exprimer leurs sentiments intimes, y exposant au public des éléments de leur vie privée, comme le compte de Yu Xiuhua ; d’autre part, certains poètes s’intéressent consciemment aux événements publics, sur lesquels ils composent, tels que la série des poèmes de Zheng Xiaoqiong (1980-), poète, et ancienne travailleuse migrante, qui transmets son expérience personnelle. Bien que son travail mette en avant la vulnérabilité des travailleurs migrants et puise dans la langue industrielle, son œuvre reste assez complexe. Dans ses longs poèmes comme « L’obscurité complète » (Wanzheng de hei’an 完整的黑暗), son discours est entremêlé d’allusions philosophiques et culturelles chinoises classiques dans un assemblage innovant80. Cette complexité esthétique réduit l’accessibilité auprès du public, aussi, la poésie engagée de Zheng offre un paradoxe dans le paysage poétique actuel81.

71Il n’en reste pas moins que bien des poèmes proviennent de publications papier. C’est le cas des poèmes de Hu Qian qui met en ligne sur Wechat les poèmes de son recueil Ruine, dont j’extrais ce poème intitulé « Éloigné » :

« 远去 »
你该如何,在傍晚
看向桌子上忽然裂开的洞
你带着自己的家人
从一条河漂到另一条
你如何看待入海口
它倾吐了所有,你所拥抱过的事物
当你在日光下,咬碎一个冰块
在此之前,以及在此之后
亲爱的,你还在惶恐吗?

éloigné
que devrais-tu faire, le soir
regarde le trou qui se fend soudainement sur la table
t’amènes ta famille
à dériver d’une rivière à l’autre
que penses-tu de l’estuaire
il déverse tout ce que tu as embrassé
lorsque tu croques un glaçon au soleil
avant et après ce moment
ma chère, es-tu encore terrifiée ?

  • 82 Xie Dou 谢窦, Op. cit.

72La poésie de Wechat maintient une relation complexe avec la poésie imprimée. Les gens semblent croire que la poésie est en train d’être libérée, mais ils insistent toujours sur la poésie imprimée, en soulignant l’importance de la technologie tout en la réduisant à une plateforme. En outre, ils dépendent du pouvoir commercial pour promouvoir le développement de la poésie sur Internet, ce qui entraîne à son tour le retour à l’édition de la poésie. À partir de janvier 2015, la revue Poètes du Shandong et la collection littéraire de « Changhe » de l’agence Culture&Art à Pékin ont fait appel aux poètes et ont reçu un total de 3523 poèmes WeChat, parmi lesquels 327 poètes ont été sélectionnés et ainsi est né le Premier livre de poésie WeChat82.

Conclusions

73La web poésie se caractérise par un dynamisme mais aussi une grande tension entre la littérature, l’individu, l’économie et la société, la collision constante entre les anciens et de nouveaux médias, le passé et le présent, la tradition et la modernité. Les nouveaux médias peuvent, ainsi, donner le pouvoir aux poètes et favoriser la culture diversifiée, mais aussi les enfermer dans des cercles différents et créer des tensions entre les individus et les communautés. Nous devons souligner que l’écriture de l’hypertexte (non linéaire) est peu développée sur l’Internet chinois. Alors que les poètes taïwanais expérimentent de nouvelles propositions artistiques par une porosité des frontières entre arts numériques, graphiques et poésie. Néanmoins dépendant du système d’exploitation, cette poésie web devient instable, éphémère.

74L’expansion de la web poésie soulève également le problème de la définition. Il n’existe pas réellement d’opposition entre la littérature imprimée et celle d’Internet. L’encyclopédie chinoise « Baidu » définit la littérature d’Internet comme des œuvres littéraires originales d’abord publiées et diffusées par des plateformes de réseau. Ces travaux comprennent des écrits littéraires publiés sur des sites littéraires, ceux qui apparaissent sur d’autres plateformes de médias électroniques tels que les blogs, e-magazines, téléphones portables. Cette définition catégorise généralement la littérature sur Internet mais ne saisit pas vraiment la nature de sa complexité et sa spatialité comme son interaction dialogique entre auteurs, lecteurs, critiques, textes, genres, hypertextes, images et médias.

75La diversité des poètes rend la web poésie difficile à circonscrire et la poésie en ligne a rendu l’identité de la poésie moderne et contemporaine encore plus floue. Mais c’est en cela qu’elle montre qu’elle est bien vivante. Ses poètes observent, contemplent, sillonnent le réel, et en traduisent les remous et les soubresauts. Ce faisant, ils renversent les conventions, les habitudes de pensées en réinventant sans cesse par leurs mots. Malgré la grande diffusion de la poésie, la situation de la création de la poésie elle-même ne semble pas très optimiste, car pour un public immergé dans la culture populaire, le défi intellectuel de la poésie reste toujours grand.

Haut de page

Notes

1 Michael Day, « Online Avant-Garde Poetry in China Today », in C. Lupke (ed.), New Perspectives on Contemporary Chinese Poetry. Londres : Palgrave Macmillan, 2008, p. 202.

2 Hong Zicheng 洪子诚, « Dangdai shige de bianyuanhua wenti » 当代诗歌的边缘化问题 (À propos de la marginalité de la poésie contemporaine), Wenyi yanjiu 文艺研究, n°5, 2007.

3 Liu Kun 刘琨, « Wangluo shige dui chuantong shige de jiegou he jiangou » 网络诗歌对传统诗歌的解构和建构 (La déconstruction et la construction de la web poésie à la poésie traditionnelle), mémoire de l’université de Shangdong, le 6 mai 2009, p. 11

4 Zeng Fangrong 曾方荣, « Shixing de queshi yu duzhe de quexi » 诗性的缺失与读者的缺席 (La perte de la poésie et l’absence du lecteur), Lilun yu chuangzuo 理论与创作, n° 6, 2005.

5 Voir [En ligne] https://tinyurl.com/k55sfmcm, consulté le 29 octobre 2018.

6 Fan Wen 樊文, « Meiguo you haolaiwu, Zhongguo you wangluo wenxue, wangwen pin shenme chenggong chuhai » 美国有好莱坞,中国有网络文学,网文凭什么成功出海 (L’Amérique a Hollywood, la Chine a la web littérature : pourquoi les œuvres en ligne ont réussi à être exportées), International Publishing Journal [En ligne], le 8 mai 2019, https://mp.weixin.qq.com/s/COGMP01bKIDVDOpxaOVJCg, consulté le 8 mai 2019.

7 Perrine Signoret, « L’application chinoise Wechat dépasse le milliard de compte », Le Monde, 07.03.2018, [En ligne] https://tinyurl.com/4kjr6kde, consulté le 13 mai 2018.

8 Ouyang Youquan 欧阳友权, Zhongguo wangluo wenxue ershinian 中国网络文学二十年 (Deux décennies de la web littérature en Chine). Nanjing : Jiangsu fenghuang wenyi, 2019, pp. 155-156.

9 Zhang Pinliang 张品良, « Wangluo xiezuo yu chuanbo fangshi de zhuanhua » 网络写作与传播方式的转换 (La métamorphose du mode de diffusion et de l’écriture pour le web), Dangdai chuanbo当代传播, n°5, 2006, p. 33.

10 China New Digest, http://www.cnd.org/. Voir aussi Ouyang Youquan 欧阳友权, Yuan Xingjie 袁星洁 (ed.), Zhongguo wangluo wenxue biannianshi 中国网络文学编年史(Annales de la web littérature en Chine). Beijing : Zhongguo wenlian, 2015, p. 6.

11 Peng Lan 彭兰Zhongguo wangluo meiti diyige shinian 中国网络媒体第一个十年 (La première décennie des médias sur internet en Chine) Beijing : Qinghua daxue, 2005, p. 25.

12 Ce site « chpoem-1listerv.acsu.buffal.edu » n’existe plus.

13 Sur le site Zhongwen xinwenzu ACT 中文新闻组ACT : alt.chinese.text.

14 Voici le site New Threads – Xinyusi : http://www.xys.org.

15 Ce site « http://www.rpi.edu/-cheny6/ » n’existe plus.

16 Wang Guo’an 王国安, « Shuwei de miusi-Shilun ‘Miaomiu miao’ » 数位的缪思- 试论妙缪庙” (La Muse digitale - À propos du « Temple absurde et merveilleux »), Renwen yu shehui, Vol. 1, n°10, juillet 2007, pp. 101-130.

17 Ouyang Youquan, Yuan Xingjie (ed.), Op. cit. L’article de Yang Xiaomin a été publié dans le Zhonghua gongshang shibao 中华工商时报 (Journal de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Chine) en 1997.

18 On peut trouver la revue en ligne sur le site web allemand accessible à l’URL : https://tinyurl.com/4vdf4b9y. En réalité elle n’est pas fonctionnelle, ainsi que son Weibo : https://www.weibo.com/u/1783036874?source=blog, consulté le 27 décembre 2018.

19 Voir le site Lingshidao : http://www.lingshidao.cn/.

20 Voir le site ChinaPoet : www.chinapoet.net.

21 Michel Hockx, « Vitrual Chinese Literature: A Comparative Case Study of Online Poetry Communities », The China Quarterly, n°183 (Sep. 2005), p. 678.

22 Liu Kun, Op. cit., p. 9

23 Voir le site Poemlife : www.poemlife.com et l’article de Michelle Yeh, « Anxiety & Notes on the Recent Chinese Poetry Scene », World Literature Today, July-August 2007, p. 31.

24 Voir le site Wenxue2000 : http://www.wenxue2000.com/.

25 Voir le site ShigeBao : http://www.shigebao.com/.

26 Voir le site NüziShibao : http://www.nvzishibao.com/.

27 Zhongdian est une revue non-officielle en ligne, éditée par Fan Bei et d’autres poètes de Mianyang du Sichuan.

28 Luo Zhenya 罗振亚, Li Xilong李锡龙, Xiandai zhongguo wenxue (1898-1949) 现代中国文学 (La littérature chinoise moderne). Tianjin : Nankai daxue, 2009.

29 Voir le site Zhongguo shige : http://www.zgshige.com/.

30 Zhou Manzhen 周满珍, « Le célèbre poète Jidi Majia : la poésie chinoise gagne de de confiance en elle pendant 40 ans », Changjiang ribao 长江日报 (Le quotidien du Changjiang) [En ligne] : http://cjrb.cjn.cn/html/2018-10/22/content_100572.htm, consulté le 21 décembre 2018.

31 Heather Inwood, « Multimedia Quake Poetry: Convergence Culture after the Sichuan Earthquake », The China quarterly, n°208, dec 2011, pp. 932-950.

32 « Wang Zhaoshan Jiangchengzi ci cuo zai nali ? » 王兆山« 江城子 » 词错在哪里(Où est l’erreur du poème Jiangchengzi), [En ligne ] http://news.ifeng.com/opinion/200806/0617_23_601370.shtml, consulté le 27 août 2019.

33 « Douban Read » fournit des livres électroniques, des magazines et des œuvres originales de haute qualité. Il s’agit d’une plate-forme sur laquelle les gens peuvent publier leurs travaux directement. Voir l’article de Gillian Gandon Chenard, « Tout ce qu’il faut savoir sur les médias sociaux chinois en 2019 », linkfluence [En ligne ] https://www.linkfluence.com/fr/blog/medias-sociaux-chinois, consulté le 2 septembre 2019. Selon cet article, Douban, lancé au début de l’année 2005, est un réseau social permettant à ses utilisateurs de communiquer et d’échanger sur des sujets variés (films, télévision, livres, musique...). En 2016, Douban avait déjà atteint les 300 millions d’utilisateurs mensuels, et le nombre ne cesse d'augmenter. Douban réunit les services d’IMDB, Goodreads, Pinterest, Twitter et Spotify sur une seule et même plateforme et offre à ses utilisateurs la possibilité d’évaluer et de recommander toutes sortes de médias.

34 Jiu Jing 刘静, « Dang shige yushang xinmeiti » 当诗歌遇上新媒体 (Quand la poésie rencontre les nouveaux médias), Renmin ribao [En ligne] http://paper.people.com.cn/rmrbhwb/html/2013-05/07/content_1236130.htm, 7 mai 2013, consulté le 7 août 2019.

35 Ma Ruihong 马瑞红, « Dangdai hanyu shige zai wangluo shijie de mingyun yu zhuiqiu » 当代汉语诗歌在网络世界的命运与追求 (Le destin et la recherche de la poésie chinoise contemporaine dans le monde du Web), Sheke zongheng社科纵横 (Social Sciences Review), vol. 20, n°3, Juin, 2005, p. 140.

36 Betty Yang, « The Acceleration of We-media in China », Who Knows China [En ligne] https://whoknowschina.com/acceleration-of-wemedia/, consulté le 30 juillet 2019.

37 Wu Sijing 吴思敬, « Xin meiti yu dangdai shige chuangzuo » 新媒体与当代诗歌创作诗 (Nouveaux média et la création de la poésie contemporaine), Henan shehui kexue, n°1 2004.

38 Li Xia 李霞, « Shi zai shouji yuedu shidai » 诗在手机阅读时代 (Poésie à l’époque de lecture sur Mobile), Poemlife [En ligne] https://tinyurl.com/57btctkx, consulté le 23 mai 2019.

39 Maghiel van Crevel, « Walk on the Wild Side: Snapshots of the Chinese Poetry Scene », MCLC Resource Center [En ligne] http://u.osu.edu/mclc/online-series/walk-on-the-wild-side/, 2017, consulté le 1 août 2019.

40 Feng , « Yuyan de zhun lindu he yishu de fanziyou : lun leng shuqing shige yishu liupai ji qita » 诗语言的准零度和艺术的泛自由: 论冷抒情诗歌艺术流派及其他 (Le zéro du langage de poésie et la para-liberté de l’art : à propos de l’école de poésie du lyrisme froid et d’autres), Jianghu hanyu yishu [En ligne] https://mp.weixin.qq.com/s/5_rOKNLIvkXVpABR3eAILA, consulté le 28 juillet 2019.

41 Voir [En ligne] http://paper.people.com.cn/rmrbhwb/html/2013-05/07/content_1236130.htm, consulté le 8 août 2019.

42 Isild Darras, Inspirations chinoises. Poèmes de Yu Jian, Gu Cheng, Wang Jiaxin, Zang Di, Xi Du, présentation, traduction et notes d’Isild Darras. Paris : L’Harmattan, 2004, p. 9.

43 Zhang Jiayan 张嘉谚, « Shenchou xiezuo » 审丑写作 (L‘éloge de la laideur), Poem life [En ligne] https://www.poemlife.com/index.php?mod=revshow&id=34097&str=1686, nov. 2005, consulté le 8 août 2019.

44 Yi Sha 伊沙 est le poète chinois le plus controversé de ces vingt dernières années, un membre de l’extrême avant-garde dont le travail a changé le visage de la poésie chinoise. Sa poésie anti-lyrique est minimale dans un langage familier.

45 Chen Zhongyi 陈仲义, « Xin « luoma doushouchang » — shinian wangluo shige lunzheng suolüe » 新“罗马斗兽场” - 十年网络诗歌论争缩略 (Les nouvelles arènes- résumé des dix années du débat de la web poésie), Jintian 今天 [En ligne] https://www.jintian.net/today/?action-viewnews-itemid-51659, 3 juillet 2015, consulté le 5 septembre 2019.

46 Maghiel Van Crevel, « Lower Body Poetry and Its Lineage: disbelief, bad behavior and social concern », in Jie Lu (eds.), China’s Literary and Cultural Scenes at the Turn of the 21st Century. New York : Taylor & Francis, 2008, pp. 179-206.

47 « Shen Haopo, Yin Lichuan, deng: dangdai yanshi shijiu shou » 沈浩波尹丽川等当代艳诗十九首, Ziyou xiezuo wangkan 自由写作网刊 (Chinese pen) [En ligne] https://www.chinesepen.org/magazine/1683, 13 mars 2015, consulté le 17 juillet 2019.

48 Chen Xiaoming 陈晓明, « Ganxie jiefang yindao de xiandai yishu guannian biange- shiting wenming daolai zhiji de meixue fansi » 感性解放引导的现代艺术观念变革- "视听文明"到来之际的美学反思 (La transformation du concept de l’art moderne guidée par la libération de la perception sensorielle : réflexion esthétique à l’ère audiovisuelle), Nanfang wentan 南方文坛(Forum littéraire du sud), 2012, n°3, p. 16.

49 Voir [En ligne] http://blog.sina.com.cn/s/blog_48e7d74c0100xnbh.html, consulté le 25 août 2019.

50 On peut trouver aussi ce poème dans une revue de poésie en ligne : Dianqiu gujiu 典裘沽酒, « Chongyangjie » 重阳节(Fête du Double Neuf), Xingcunzhe shikan 幸存者诗刊 (Poésie du survivant) n°2, 2017 [En ligne] http://www.survivorspoetry.net/artmz_txt.asp?id=208, consulté le 24 août 2019.

51 Dianqiu gujiu, Detention Center, trad. by Jone Guo. La Mesa, Survivor Village Books, 2018.

52 Voir l’extrait de l’article de Dianqiu gujiue, « Laji shidian pipanbang 001 : Xu Xiangshou » 垃圾诗典批判榜:徐乡愁 (Liste de la critique dans le code de poésie des ordures 001 : Xu Xiangchou), China Poet [En ligne] http://bbs.chinapoet.net/forum.php?mod=viewthread&tid=205877&extra=page%3D1&page=2, 03 déc. 2011, consulté le 9 septembre 2019.

53 Gu Cheng, « Une génération » (1979), in Le ciel en fuite, anthologie de la nouvelle poésie chinoise, traduit du chinois par Chantal Chen-Andro. Éditions Circé, 2004. Voir l’article d’Annie Curien, « Gu Cheng : la disparition d’un poète », in Perspectives chinoises, n°19, 1993. p. 49-50.

54 Voir le forum en ligne : https://tinyurl.com/5c568rya , consulté le 3 septembre 2019.

55 Yang Li 杨黎, « Yang Li duanshi shijiushou » 杨黎短诗十九首 (Dix-neuf courts poèmes de Yang Li), Zhongguo nanfang yishu中国南方艺术 (L’art du sud en Chine) [En ligne] http://www.zgnfys.com/a/nfwx-21162.shtml, 29 sept. 2012, consulté le 10 septembre 2019.  

56 Dong Cunrui était un soldat communiste chinois de l’armée de libération du peuple pendant la guerre civile chinoise. Il s’est fait exploser afin de détruire un bunker du Kuomintang surveillant l’approche d’un important pont du comté de Longhua.

57 Wang Xiaoyi 王晓易, « “Shitan furong” Zhao Lihua : wo de shige bei egao zhengchang » “诗坛芙蓉” 赵丽华:我的诗歌被恶搞正常, NetEase [En ligne] http://news.163.com/06/0920/01/2RE5MKB300011229.html, 20 septembre 2006, consulté le 23 juin 2019.

58 Zhao Xiyun 赵思运, « Cong “baihua” dao “kouyu” : bainian xinshi fansi de yige lujing » 从“白话”到“口语”百年新诗反思的一个路径 (De “la langue vernaculaire” jusqu’à “la langue parlée”: une voie de réflexion sur cent an de la nouvelle poésie), Wenyi lilun yanjiu (文艺理论研究), n°6, 2017, p. 117.

59 Chantal Chen, « Émotion et paysage : subjectivité et extériorité au sein de l’expérience poétique de la Chine », in Extrême-Orient, Extrême-Occident, 1983, n°3, pp. 89-112.

60 Zhao Lihua, [En ligne] http://blog.sina.com.cn/s/blog_4aca2fbd0102ed55.html, consulté le 13 mai 2019.

61 Anonyme, « Meiti baodao : Zhao Lihua xiede shibushi shi henshuo shuoqing » 媒体报道:赵丽华写的是不是诗很难说清 (Reportage de la presse : difficile de juger si les poèmes de Zhao Lihua sont de la poésie), Netease, [En ligne] http://culture.163.com/06/0915/09/2R2797CF00280003.html, 15 sept. 2006, consulté le 10 sep. 2019.

62 Voir Douban dushu豆瓣读书, Douban [En ligne] https://book.douban.com/subject/24295880/, consulté le 29 juillet 2019.

63 Ouyang Youquan欧阳友权, « Shuzi meijie yu zhongguo wenxue de zhuanxing » 数字媒介与中国文学的转型 (La littérature chinoise et le média digital en transition), in Zhongguo shehui kexue, n°1, 2007.

64 Zhang Qinghua, « Who Touches the Iron of the Age: On Zheng Xiaoqiong’s Poetry », Chinese Literature Today, Vol. 1.2, Summer 2010, p. 31-35.

65 Shi Libin 师力斌, « Wangluo shige yu shenghuo — yi Yu Xiuhua zouhong he Yi Sha “Xin shidian” weili » 网络诗歌与生活-以余秀华走红和伊沙 新诗典” 为例 (La web-poésie et la vie. Les examples du succès foudroyant de Yu Xiuhua et du “nouveau dictionnaire de poésie” de Yi Sha), Zhonghua dushubao中华读书报 (China Reading Weekly), 02.07.2015.

66 Li Shaojun 李少君, « Wangluo cuihua le quanmin xieshi de “caogen” shidai » 网络催化了全民写诗的草根时代 (Internet catalyse l’époque populaire où tout le monde écrit des poèmes)Xin jingbao 新京报 (Beijing News) [En ligne] http://www.bjnews.com.cn/book/2015/01/24/351197.html, 24 janvier 2015, consulté le 11 juin 2019.

67 Rao Xiang 饶翔, « Shigere nengfou daidong zhongguo xinshifuxing » “诗歌热”能否带动中国新诗复兴 (La fièvre de la poésie déclenche-elle la renaissance de la nouvelle poésie chinoise ? »), Guangming ribao光明日报, 03.09.2016.

68 Kiki Zhao, « Yu Xiuhua. Cong putong nongfu dao zhuming shiren » 余秀华从普通农妇到著名诗人 (Yu Xiuhua : d’une paysanne quelconque à un poète célèbre), [En ligne] https://cn.nytimes.com/china/20170821/china-poet-yu-xiuhua/, 21.08.2017, consulté le 26 août 2018.

69 Yang Gongzhen 杨公振, « Yu Xiuhua : wo yi tengtong quyue zhege renshi » 余秀华 : 我以疼痛取悦这个人世 (Yu Xiuhua : je cherche à plaire à ce bas monde avec ma douleur), China 中国网[En ligne] http://www.china.com.cn/opinion/2015-02/02/content_34714024.htm, 02/02/2015, consulté le 7 juin 2019 : 于我而言只有在写诗歌的时候我才是完整的安静的快乐的。其实我一直不是一个安静的人我不甘心这样的命运我也做不到逆来顺受但是我所有的抗争都落空我会泼妇骂街当然我本身就是一个农妇我没有理由完全脱离它的劣根性。但是我根本不会想到诗歌会是一种武器,即使是,我也不会用,因为太爱,因为舍不得。即使我被这个社会污染的没有一处干净的地方,而回到诗歌,我又干净起来。诗歌一直在清洁我,悲悯我。

70 « 我身体里的火车,油漆已经斑驳/它不慌不忙,允许醉鬼,乞丐,卖艺的,或什么领袖/上上下下/我身体里的火车从来不会错轨/所以允许大雪,风暴,泥石流,和荒谬 ». On peut trouver le poème intégral sur le site Wangyidu [En ligne] https://yuedu.163.com/book_reader/d183569c7b3e450ca5b030b47ac54638_4/4ac9c7c0d9d89155b9ef1512f17fcfe4_4, consulté le 25 août 2019.

71 Xie Dou 谢窦, « Weixin shi xiandai shige de “jiuxing” » 微信是现代诗歌的救星” (WeChat est-il le sauveur de la poésie moderne ?) Tengxun Culture 腾讯文化 [En ligne] https://cul.qq.com/a/20160121/011603.htm, 21 janvier 2016, consulté le 19 juin 2019.

72 Ibid.

73 Anonyme, « “Weini dushi” deng weixin gongzhonghao zouhong, shige kaishi liuxing le ma » “为你读诗”等微信公众号走红,诗歌开始“流行”了吗 (Le numéro public de WeChat tel que “Lisez de la poésie” pour toi est devenu populaire, la poésie commence-t-elle être à la mode ?), People’s Daily [En ligne] http://culture.people.com.cn/n/2014/1125/c87423-26086833.html, 25 novembre 2014, consulté le 17 juin 2019.

74 Wu Yiyao, « Reviving the power of poetry », China Daily [En ligne] http://www.chinadaily.com.cn/culture/2014-01/30/content_17265932.htm, consulté le 25 octobre 2018.

75 Alina Simone, « 1,200 years later, is Chinese poetry entering a new golden age ? », Pri [En ligne] https://www.pri.org/stories/2015-03-24/no-one-cares-about-poetry-right-check-out-chinas-vibrant-scene, consulté le 26 Octobre 2018.

76 Lire ce poème sur le site Douban [En ligne] https://www.douban.com/group/topic/48195103/, consulté le 20 août 2019.

77 [En ligne] https://wemp.app/accounts/6397ece1-161f-40f5-b321-3a6afcab35d8, consulté le 4 Septembre 2018.

78 [En ligne] https://wemp.app/accounts/59310b48-893b-4882-82aa-ac95708ec424, consulté le 4 septembre 2019.

79 Hu Qian 胡迁, « Wo tingdao huian chuanguo meige ren shenghuo de shenyin » 我听到灰暗穿过每个人生活的声音(J’entends le son de l’obscure qui traverse la vie de chaque individu), Ile de poésie, [En ligne] https://tinyurl.com/ve74rc4d, consulté le 5 septembre 2019.

80 Voir le site https://blog.boxun.com/hero/200801/weiquanshiji/8_1.shtml, consulté le 5 septembre 2019.

81 Voir le site Poetry International, [En ligne] https://www.poetryinternational.org/pi/poet/24307/Zheng-Xiaoqiong/en/tile, consulté le 15 août 2019.

82 Xie Dou 谢窦, Op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yingzhou Guo, « Au-delà de l’encre », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1535 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1535

Haut de page

Auteur

Yingzhou Guo

Membre de ReSO et membre associée de l’IrAsia, docteure en Langue et Littérature chinoises de l’Université d’Aix-Marseille, Guo Yingzhou a soutenu sa thèse en 2016 sous la direction de Noël Dutrait : « Étude de la réception des œuvres de quatre écrivains chinois exilés en France : François Cheng, Gao Xingjian, Dai Sijie et Shan Sa »

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search