Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123. ArticlesPour que l’art triomphe des racon...

3. Articles

Pour que l’art triomphe des racontars

Particularités stylistiques de l’écriture de Zhang Ailing dans le roman Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion)
The Triumph of Art Over Gossip: Stylistic Peculiarities of Zhang Ailing’s 張愛玲 Writing in the Novel Xiao tuanyuan 小團圓 (Little Reunions)
Wen He

Résumés

En tant qu’ouvrage représentatif de la fin de la carrière littéraire de Zhang Ailing 張愛玲 (1920-1995), le roman autobiographique Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion) suscita une nouvelle vague d’enthousiasme de la « zhangologie » lors de sa publication en 2009. L’attention excessive du monde littéraire et de celui de la presse envers ses allusions aux événements réels a dissimulé sa valeur importante en tant que texte littéraire. C’est pour cette raison que nous avons souhaité concentrer notre analyse, dans le présent article, qui se base sur une étude d’un point de vue purement littéraire et sur des lectures minutieuses, sur les spécificités du vocabulaire sensoriel, ainsi que sur le style d’écriture mélangeant l’ancien et le nouveau, et possédant aussi des spécificités régionales ; et ce, afin de mettre en lumière la grande valeur esthétique et les particularités artistiques de Xiao tuanyuan.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Xia Zhiqing 夏志清, Zhongguo xiandai xiaoshuo shi 中國現代小說史 (Histoire du roman contemporain chinois) (Li (...)
  • 2 « 出名要趁早呀! », in Zhang Ailing 張愛玲, « Chuanqi zaiban de hua » 傳奇再版的話 (Quelques mots sur la republicat (...)
  • 3 « Elle publia en 1943 ses célèbres écrits Chenxiangxie diyi lu xiang, Qingchen zhi lian, Jinsuo ji. (...)
  • 4 Wang Dewei 王德威, « Luodi de maizi bu si : Zhang Ailing de wenxue yingxiangli yu “Zhang pai” zuojia d (...)
  • 5 Tang Wenbiao est un mathématicien, poète et critique littéraire.
  • 6 « (En 1972) après mon retour à Taipei, j'ai petit à petit entendu de plus en plus d'éloges à l'égar (...)
  • 7 Shui Jing est le nom de plume de Yang Yi 楊沂, écrivain et célèbre « Zhangologue ».
  • 8 « Hua diao, Liuqing, A Xiao bei qiu, Hong, bai meigui ont été écrits dans son style, et possèdent u (...)
  • 9 Wang Dewei est un critique littéraire et l’un des représentants de la « Zhangologie ».

1Zhang Ailing 張愛玲 est considérée comme l’une des autrices les plus influentes du monde littéraire contemporain chinois. Pour Xia Zhiqing 夏志清, elle est même l’autrice actuelle la plus remarquable et la plus importante de Chine1. Sa reconnaissance intervint très tôt dans son parcours. Pour reprendre les mots de Zhang Ailing : « Il ne faut pas tarder pour devenir célèbre ! »2. En 1943, elle fit son entrée dans le monde littéraire, en 1945 elle « était populaire dans tout Shanghai »3. Après avoir gardé le silence pendant quelques années, Zhang Ailing fut redécouverte et elle fut reconnue à Taïwan dans les années 1960, et en Chine continentale dans les années 1980. Sa mort en 1995, seule et isolée aux États-Unis, suscita dans le monde chinois une nouvelle vague d’enthousiasme pour la lecture et l’étude de ses œuvres. De nos jours, la « Zhangologie » (Zhangxue 張學) est déjà devenue l’un des importants domaines d’étude de littérature contemporaine chinoise. Les œuvres de Zhang Ailing ont franchi le temps. Elles ont grandement et profondément influencé nombre d’auteurs postérieurs, tels que Bai Xianyong 白先勇 (1937-), Su Tong 蘇童 (1963-) ou Wang Anyi 王安憶 (1954-)4. Le phénomène Zhang Ailing est déjà devenu un phénomène important de l’histoire de la littérature contemporaine, de l’histoire des recherches littéraires contemporaines, mais aussi de l’histoire de la réception littéraire chinoise qu’il est impossible de négliger. « L’école Zhang Ailing » (Zhang Ailing pai 張愛玲派) ou « école Zhang » (Zhang pai 張派), désigne les écrivains dont l’écriture a été influencée par Zhang Ailing, ou qui imitent intentionnellement son style littéraire. Cette appellation était déjà apparue dans les journaux shanghaïens des années 1940. À Taïwan, Tang Wenbiao 唐文標 (1936-1985)5 mentionna de manière explicite en 1972 l’expression « roman de l’école Zhang » (Zhang pai xiaoshuo 張派小說)6. L’expression « ton Zhang » (Zhang qiang 張腔) fut quant à elle mentionnée pour la première fois par Shui Jing 水晶7 (1935-)8. Wang Dewei 王德威 (1954-)9 peut être considéré comme le plus célèbre chercheur ayant effectué les recherches les plus poussées sur « l’école Zhang ». Lui, qui était un étudiant « fan de Zhang Ailing », sera inspiré par l’article de Shui Jing et utilisera dès lors officiellement l’expression « ton Zhang » pour parler du style littéraire de Zhang Ailing, et composera aussi une série d’articles théoriques qui évolueront en généalogie de « l’école Zhang », devenant une autorité de la « Zhangologie » après Xia Zhiqing, Shui Jing et Tang Wenbiao.

Importance de Xiao tuanyuan

  • 10 « 只要我活著,就要不停地寫,我寫得很慢。寫的時候,全心全意的浸在裡面,像個懷胎的婦人,走到哪兒就帶到哪兒。即使不去想它,它也還在那裡 », in Yin Yunpeng 殷允芃, « Fang Z (...)
  • 11 Song Qi est un critique littéraire, traducteur et « zhangologue ».
  • 12 Chen Zishan 陳子善, « Xiao tuanyuan de qianshi jinsheng » 《小團圓》的前世今生 (La vie antérieure et la vie actu (...)

2La période s’étalant de 1943 à 1945 représente les trois années les plus importantes dans la vie littéraire de Zhang Ailing. Durant ce laps de temps, Zhang Ailing publia en effet quasiment tous les romans et essais les plus importants de sa vie. En 1946, Zhang Ailing fut qualifiée de « traîtresse culturelle » (wenhua hanjian 文化漢奸) par les tabloïdes shanghaïens, ce qui eut pour conséquence une soudaine accalmie de la création et l’incita à commencer à rédiger des scénarios cinématographiques. En 1949, suite à la fin de la guerre civile opposant les nationalistes et les communistes, les créations de Zhang Ailing furent victimes de restrictions. De 1952 à 1955, vivant alors à Hong Kong, Zhang Ailing s’affaira essentiellement à la traduction d’œuvres de littératures anglophones. Les trois longs romans qu’elle composa durant ce laps de temps, Shiba chun (Dix-huit printemps), Yangge (Le chant des pousses de riz) et Chidi zhi lian (L’amour de la terre nue), possèdent tous une certaine teinte politique. Elle quitta, en novembre 1955, Hong Kong pour les États-Unis. Là-bas, elle se consacra à l'étude critique de Honglou meng 紅樓夢 (Rêve dans le pavillon rouge), ainsi qu'à la traduction en chinois mandarin et en anglais du roman en dialecte Wu 吳 de la dynastie Qing 清 (1644-1911), Hai shang hua liezhuan 海上花列傳 (Les fleurs de Shanghai). Elle écrivit également un roman en anglais, corrigea d'anciens écrits, et c'est alors qu'elle commença à composer Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion). Un roman autobiographique fut achevé au début des années 1960, et fut divisé, du fait de sa longueur, en deux parties : la première sous le titre de The Fall of the Pagoda (L'effondrement de la pagode), et la deuxième sous le titre de The Book of Change (Le livre des mutations). Ce roman constitua cependant une expérience ratée dans l'orientation créatrice de Zhang Ailing vers le monde littéraire anglo-américain, puisque ce dernier ne put finalement pas être publié aux États-Unis, ce qui incita Zhang Ailing à se retourner en fin de compte une nouvelle fois vers le monde littéraire chinois, la poussant à recentrer son écriture sur la création en langue chinoise. En 1967, interviewée à Cambridge par Yin Yunpeng 殷允芃 (1941-), la créatrice du magazine taïwanais Tianxia 天下, elle déclara : « Tant que je suis en vie, je ne m'arrêterai pas d'écrire, j'écris très lentement. Lorsque j'écris, je m'y immerge corps et âme, comme une femme qui porte un enfant, et qui l'emmène partout où elle va. Quand bien même je ne pense pas à lui, il est cependant toujours bien là. »10. En 1975, le roman autobiographique en langue chinoise Xiao tuanyuan déjà longuement couvé est finalement achevé. Sa publication, qui devait initialement s'effectuer en 1976, fut finalement retardée suite aux conseils de son bon ami Song Qi 宋淇 (1919-1996)11, et Zhang Ailing continua de lui apporter des corrections jusqu'à sa mort en 1995. En 2009, la deuxième version manuscrite de Xiao tuanyuan, achevée en mars 1976, fut publiée à Taïwan et sur le continent. S'en suivit, en 2010, la publication des manuscrits en langue anglaise et les traductions en chinois de The Fall of the Pagoda (en chinois sous le titre de Leifeng ta 雷峰塔) et de The Book of Change (en chinois, Yi jing 易經). The Fall of the Pagoda narre le récit de sa vie, de son enfance jusqu'à son départ de la maison paternelle pour vivre avec sa mère ; alors que The Book of Change commence son récit au moment où elle faisait ses études à l'Université de Hong Kong et se termine à son retour à Shanghai, après la chute de Hong Kong aux mains des Japonais lors de la Seconde Guerre Mondiale. The Fall of the Pagoda, The Book of Change, et ensuite Xiao tuanyuan, peuvent être considérés comme une trilogie autobiographique de Zhang Ailing, et le roman Xiao tuanyuan, qui lui a coûté près de quarante années d'efforts, peut être vu comme « le plus important chef-d'œuvre » ainsi que le « plus représentatif » de sa fin de carrière littéraire12.

Aux sources de la création de Xiao tuanyuan

  • 13 Zhang Ailing 張愛玲, « Tongyan wuji » 童言無忌 (Nul tabou dans les paroles d'enfants), in Liuyan 流言 (Mots (...)
  • 14 Zhang Ailing 張愛玲, « Xie shenme » 寫什麼 (Quoi écrire), in Liuyan 流言 (Mots sur l’eau), ibid., p. 131.
  • 15 Voir la préface de l'auteur dans Zhang Ailing 張愛玲, Chidi zhi lian 赤地之戀 (L'amour de la terre nue). T (...)
  • 16 Phrase de l'historienne française, Régine Pernoud tirée de Aliénor d'Aquitaine (Paris : Albin Miche (...)
  • 17 Zhang Ailing 張愛玲, « Tan kanshu » 談看書 (Parlons de lecture), ibid., p. 140.
  • 18 Voir les avant-propos de Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion). Taipei : Huangguan W (...)
  • 19 « 作家是天生給人誤解的,解釋也沒完沒了 », voir la préface de l'auteur dans Zhang Ailing 張愛玲, Xuji 續集 (Suite). Taipei  (...)

3La conception de Xiao tuanyuan peut remonter jusqu'au début des années 1950, et les deux romans autobiographiques en langue anglaise sus-mentionnés sont justement les canevas de ce que sera plus tard Xiao tuanyuan. L'envie d'écrire une autobiographie peut même se retrouver encore plus tôt chez Zhang Ailing : son Tongyan wuji 童言無忌 (Nul tabou dans les paroles d'enfants) sorti en 1944 le révélait déjà, sous le ton de la plaisanterie13. Xie shenme 寫什麼 (Quoi écrire), sorti la même année, indiquait également que la création littéraire devait se baser sur les expériences réelles de vie14. Dans la préface de Chidi zhi lian (1954), elle déclare ouvertement qu'elle est effectivement une adepte inconditionnelle du réalisme, et qu'elle considère que les véritables expériences de n'importe quelle personne ont toujours une profonde signification et une certaine originalité, et qu'elles ne pourront jamais être redondantes15. Arrivée en 1974 avec le long article « Tan kanshu » 談看書 (Parlons de lecture), elle déclara qu'il y a deux avantages à prendre pour matériau artistique et littéraire la « réalité » : premièrement, « comme toujours, la réalité se révèle plus profondément dramatique que la fiction »16 ; deuxièmement, la réalité possède intrinsèquement toutes les « saveurs de la vie »17. Cette façon de penser resta inchangée jusqu'à l'achèvement de Xiao tuanyuan en 1975, année où elle écrivit une lettre à Song Qi dans laquelle elle disait : « Xiao tuanyuan narre des choses du passé, […] c'est ce que j'ai toujours eu envie d'écrire. […] Si j'ai écrit Xiao tuanyuan, ce n'est pas du tout pour épancher ma colère. J'ai toujours pensé que le meilleur des matériaux était celui qu'on connaissait le mieux »18. Le roman est écrit à la troisième personne et son récit est conté d'un point de vue narratif omniscient. Bien que Zhang Ailing pense que « l'écrivain donne de manière innée aux gens matière à se méprendre, expliquer étant interminable »19, elle se sert tout de même du matériau qu'elle connaît le mieux pour restituer un soi véritable.

  • 20 Chen Zishan 陳子善, Kan Zhang ji qita 看張及其他 (Ma vision de Zhang Ailing et autres). Beijing : Zhonghua (...)
  • 21 « 《小團圓》情節複雜,很有戲劇性,full of shocks,是個愛情故事,不是打筆墨官司,裡面對胡蘭成的憎笑也沒像後來那樣 », voir l'avant-propos de Zhang Ai (...)

4Bien que Zhang Ailing n'ait pas écrit Xiao tuanyuan pour « épancher sa colère », sa composition n'est cependant pas sans lien avec le recueil d'essais Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vie, cette existence) de son ex-mari Hu Lancheng 胡蘭成 (1906-1981). Ce dernier publia au Japon les deux volumes de Jinsheng jinshi, respectivement en décembre 1958 et en septembre 1959. N'ayant sous la main que la version de Hu Lancheng, les lecteurs ont très certainement pensé que ce qu'ils lisaient dans Jinsheng jinshi n'était rien d'autre que la stricte vérité, ce qui décida Zhang Ailing à écrire à sa manière, et par le biais d'un roman autobiographique, cette « histoire d'amour »20. Si c'est la publication de Jinsheng jinshi qui poussa Zhang Ailing à accélérer l'écriture de Xiao tuanyuan, elle en remania le contenu de son récit, pour y ajouter une histoire d'amour qui n'y était pas originellement, afin de faire écho au recueil de Hu Lancheng. Zhang Ailing dira elle-même que « l'intrigue de Xiao tuanyuan est compliquée, très théâtrale, full of shocks. C'est une histoire d'amour, pas un procès littéraire, le ressentiment éprouvé envers Hu Lancheng n'étant pas semblable à celui de jadis »21.

L’origine du titre

  • 22 Voir la biographie de Zhang Ailing en annexe.

5En tant que roman autobiographique, Xiao tuanyuan narre justement le déroulement de sa propre vie : nous ne parlerons pas une nouvelle fois en détail de la décadence de sa famille et de son enfance en manque d'affection, de ses études à Hong Kong et de son expérience de la guerre, de l'amour et de la haine envers ses proches ou envers ses amants22. Il nous semble cependant intéressant d'évoquer et de réfléchir sur l'origine du titre de ce roman : Xiao tuanyuan.

  • 23 « 九莉無法再坐下去,只好站起來往外擠,十分惋惜沒看到私定終身,考中一並迎娶,二美三美團圓 », in Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réu (...)
  • 24 Femme que Hu Lancheng rencontra et épousa lors de sa cavale à Wenzhou, alors même qu'il n'était pas (...)

6Le neuvième chapitre de Xiao tuanyuan parle du moment où Jiuli 九莉 (Julie) a rendu visite à Shao Zhiyong 邵之雍 (John), alors en cavale après la guerre. Elle assista, au cours de son voyage, au moment du nouvel an, à une représentation théâtrale dans un village de campagne : un jeune homme étudiant chez sa tante maternelle vit une passion charnelle avec sa cousine germaine. En route pour participer à l'examen impérial, il tombe sous le charme d'une inconnue demoiselle... Le rideau ne s'était pas encore baissé que « Julie ne pouvait plus rester assise et ne pouvait que se lever et se presser vers l'extérieur, regrettant fortement de n'avoir pas vu les fiançailles en secret, le mariage après la réussite aux examens, et la réunion avec toutes ses maîtresses »23. Cette phrase parle en réalité métaphoriquement du fait que Julie ne veuille pas participer, après la fin du chaos engendré par la guerre, à la réunion entre elle, Shao John et ses amantes ; ainsi « regrettant fortement » revêt ici une signification ironique. Si une telle pièce de théâtre a été insérée dans le roman, c'est justement pour faire écho à Jinsheng jinshi. Dans le chapitre « Tianya daolu » 天涯道路 (Les routes lointaines) de l'ouvrage de Hu Lancheng, celui-ci met en effet, dans la bouche de Fan Xiumei 範秀美24, le terme « réunion », tuanyuan 團圓 :

  • 25 « 戲文里做從前的人,打天下或中狀元,當初落難之時,到處結姻緣,好像油頭小光棍,後來團圓,花燭拜堂,都是新娘子來起來來一班 », in Hu Lancheng 胡蘭成, Jinsheng jinsh (...)

Dans les livrets de théâtre, les hommes d'autrefois qui voulaient conquérir le monde ou terminer premiers aux examens impériaux, lorsqu'ils traversaient des périodes difficiles, se promettaient à la légère à des femmes, comme des gredins volages. Par la suite, lors de la scène de retrouvailles finale qui devait célébrer leur mariage, toutes les promises venaient en troupe.25

7Une fois l'écriture de Xiao tuanyuan terminée, le premier à lire le manuscrit achevé fut Song Qi. Dans une lettre qu'il adressa à Zhang Ailing, ce dernier donna directement sa version sur l'origine du titre du roman :

  • 26 « 我知道你的書名也是ironical的,才子佳人小說中的男主角都中了狀元,然後三妻四妾個個貌美和順,心甘情願同他一起生活,所以是「大團圓」。現在這部小說里的男主角是一個漢奸,最後躲了起來,個個同他 (...)

Je sais que ton titre est aussi ironique, les personnages masculins des romances entre jeunes lettrés talentueux et belles jeunes femmes terminent aussi premiers à l'examen impérial, ensuite leurs nombreuses épouses et concubines, toutes jolies et obéissantes, consentent volontiers à vivre avec eux, c'est alors la “grande réunion”. Maintenant, le personnage masculin de ce roman est un traître à la nation qui finit par se cacher ; chacune des femmes qui l'estiment est soit répudiée, soit se trouve dans une situation difficile, soit voit clairement en lui, et finalement elles le quittent toutes, ce qui a pour résultat une scène qu'on ne peut même pas qualifier de “petite réunion”.26

8Cependant, Zhang Ailing n'apporta aucune réponse sur ce point précis, et n'a jamais véritablement expliqué le titre de son roman.

  • 27 Taohua shan 桃花扇, est une pièce de théâtre composée par le dramaturge Kong Shangren 孔尚任 (1648-1718) (...)
  • 28 « 此情可待成追憶,只是當時已惘然 », in Liu Xuekai 劉學鍇, Yu Shucheng 余恕誠, Li Shangyin shige jijie 李商隱詩歌集解 (La poésie (...)
  • 29 « 同學少年多不賤,五陵衣馬自輕飛 », in Du Fu 杜甫, Du shi xiangzhu 杜詩詳注 (Annotations détaillées de la poésie de Du F (...)
  • 30 « 多少恨,昨夜夢魂中 », in Li Jing 李璟, Li Yu 李煜, Nantang erzhu ci jiaoding 南唐二主詞校訂 (Version corrigée des poè (...)
  • 31 « 胭脂淚,留人醉,幾時重 », in Li Jing 李璟, Li Yu 李煜, ibid., p. 32.
  • 32 Moggallana, en chinois Mujianlian 目犍連, raccourci en Mulian 目連, est l’un des dix disciples de Bouddh (...)
  • 33 « 《小團圓》確實語有所本:它就是民間目連戲的一個出目 », in Feng Xiqian 馮睎乾, « Chu ping Xiao tuanyuan » 初評小團圓 (Commentaire él (...)
  • 34 Pour une version plus détaillée de cette histoire, se référer à Zhu Hengfu 朱恆夫, Mulianxi yanjiu 目連戲 (...)
  • 35 De nombreuses versions différentes de livrets de théâtre Moggallana existent en Chine. Nous pouvons (...)
  • 36 Ce dernier acte se retrouve sous le nom de « Da tuanyuan » dans la version de Singapour « Puxian Mu (...)

9Bien entendu, si nous voulons trouver une justification au choix de ce titre, nous devons tout d'abord connaître son origine. Zhang Ailing a l'habitude, lorsqu'elle baptise ses romans, d'utiliser des termes existants déjà dans les poèmes et pièces de théâtres anciens, afin de prouver qu'elle est l'héritière de la littérature traditionnelle chinoise et qu'elle peut donner une nouvelle vie à la culture ancienne. Les exemples sont légions : le recueil romanesque Chuanqi désigne initialement les nouvelles de la dynastie Tang (618-907) ainsi que les pièces de théâtre des dynasties Ming (1368-1644) et Qing (1644-1911) ; le recueil Yuyun 余韻 (Mélodie persistante) est à l'origine le nom d'un acte dans la célèbre pièce de théâtre de la dynastie Qing, Taohua shan 桃花扇 (L'éventail des fleurs de pêchers)27 ; Yangge est un genre de danse traditionnelle chinoise ; la nouvelle Xiangjian huan 相見歡 (Le bonheur d’une rencontre) tire son nom d'un format de couplet lyrique, cipai 詞牌, spécifique au style de poème chanté, ci 詞 ; son roman Jinsuo ji 金鎖記 (La Cangue d'or) tire son nom d'un livret d'une pièce de théâtre écrite par le dramaturge de la dynastie Ming, Ye Xianzu 葉憲祖 (1566-1641) ; sa nouvelle Fuhua langrui 浮花浪蕊 (Fleurs qui flottent sur l'eau) est un terme courant dans la poésie chinoise ; son recueil de nouvelles Wangran ji 惘然記 (Histoire d'une confusion) a été inspiré par le dernier vers de Jinse 錦瑟 (La cithare ornée de brocarts) du poète Li Shangyin 李商隱 (813-858) : « Ce sentiment peut bien devenir un souvenir, c'est juste qu'à ce moment-là j'étais confus »28 ; sa nouvelle Tongxue shaonian dou bu jian 同學少年都不賤 (Tous les anciens camarades s'en sortent bien) modifie le vers « La plupart de mes anciens camarades s'en sortent bien, ils vivent à Wuling, sont accoutrés de cuir et sortent en carrosse, l'air hautain »29 du poème Qiuxing bashou 秋興八首 (Huit poèmes automnaux) de Du Fu 杜甫 (712-770) ; le titre de la nouvelle Duoshao hen 多少恨 (Combien de regrets) vient du vers « Combien de regrets, j'ai quitté la nuit dernière mon corps en dormant »30 de Wang Jiangnan 望江南 de Li Yu 李煜 (937-978) ; son roman en langue anglaise Pink Tears (Larmes roses) vient du poème chanté Wu ye ti 烏夜啼 de Li Yu : « Les larmes colorées par le fard m'enivrent, quand viendra le temps de nos retrouvailles ? »31 ; Leifeng ta tire son nom de deux pièces de théâtre, écrites respectivement par le dramaturge de la fin de la dynastie Ming, Chen Liulong 陳六龍 (dates inconnues), et le dramaturge de la dynastie Qing, Huang Tubi 黃圖珌 (1699-1752). A partir de cela, nous pouvons nous apercevoir qu'une grande partie des titres de ses écrits tire son origine de la poésie et du théâtre anciens. D'après le « Zhangologue » hongkongais Feng Xiqian 馮睎乾, « Xiao tuanyuan s’inspire effectivement de quelque chose : c'est justement le nom d'un acte de théâtre Moggallana32 »33. On atteste l'apparition du théâtre Moggallana durant la période des Song du Nord (960-1127) qui a vu naître l'Opéra chinois, célèbre pour l'histoire de « Moggallana sauve sa mère », Mulian jiu mu 目連救母. Cette histoire vient du canon bouddhique34 : la mère de Luobo se nommait Liu, elle était riche mais avare, obsédée par la viande, son époux suivait quant à lui les principes de Bouddha. Après la mort de celui-ci, Liu continua de vivre avec son fils unique, Luobo. Un jour, Luobo eut l'envie de partir faire du commerce et divisa donc la fortune familiale en trois parts : la première pour son commerce, la deuxième pour subvenir aux besoins quotidiens de sa mère, et il demanda à sa mère de donner la dernière part en aumône aux moines sans le sou. Après son départ, sa mère tuait chaque jour des animaux pour se nourrir de leur viande, battait et insultait les moines, lâchait ses chiens sur les plus démunis. Sur le chemin du retour, Luobo se fit enlever par des brigands. Grâce à l'aide que lui a apportée le Bodhisattva Guanyin, il put finalement retrouver sa mère chez lui. Cette scène de retrouvailles a été baptisée « la petite réunion »35. Par la suite, ses voisins lui firent connaître les agissements de sa mère durant son absence. Cette dernière lui répondit alors que si elle était vraiment coupable de tels actes, alors « je mourrai dans sept jours, mon âme ira dans les enfers d'Abi ». Et après une semaine, cette dernière trépassa effectivement. Après sa mort, Luobo décida de se retirer du monde et de devenir moine. Possédant des pouvoirs surnaturels hors du commun parmi les disciples de Bouddha, ce dernier lui donna le surnom de « Moggallana ». Il utilisa ses yeux célestes pour voir où se trouvait l'âme de ses deux parents, et vit que l'âme de son père voyageait heureuse au nirvana, alors que celle de sa mère était retenue dans les enfers d'Abi, enfers des tourments incessants. Moggallana implora donc Bouddha qui fut touché par sa piété filiale. Moggallana se conforma aux indications de Bouddha, et finit par secourir et sortir des Enfers l'âme de sa mère, laquelle se vit alors réincarnée en chienne. Moggallana implora alors à nouveau Bouddha sa faveur, et obtint pour elle l'entrée au nirvana auprès de celle de son père. Cette scène de réunion familiale constitue le dernier acte, qui se nomme « la grande réunion », Da tuanyuan 大團圓36.

  • 37 « 有一處山石上刻著三個大字,不記得是個什麼地名了,反正是更使人覺到這地方的戲劇性,彷彿應當有些打扮得像花蝴蝶似的唱戲的,在這裡狹路相逢,一場惡鬥,或者是「小團圓」,骨肉巧遇,一同上山落草 », i (...)
  • 38 « 我在改寫《小團圓》。我一直覺得我母親如果一靈不昧,會寧願寫她,即使不加以美化,而不願被遺忘 », voir le blog de Song Yilang 宋以朗, « Xiao tuanyuan (...)
  • 39 « Destin de bambou » est une expression tirée de son article « Zhongguoren de zongjiao » 中國人的宗教 (Le (...)
  • 40 « 我是竹節運,幼年四年一期,全憑我母親的去來分界。四期後又有五年的一期,期末港戰歸來與我姑姑團聚作結,幾度小團圓 », voir Le blog de Song Yilang, op.cit.

10Dans Yixiang ji 異鄉記 (Notes de voyage en terre étrangère), Zhang Ailing écrit cette phrase : « Il y a un roc sur lequel sont gravés trois grands caractères, je ne me souviens plus à quel endroit, mais quoiqu'il en soit je trouvais cet endroit très théâtral, comme s'il devait y avoir des chanteurs d'opéra costumés en jolis papillons qui se rencontrent ici sur cette route étroite pour se livrer un violent combat. Ou alors c'est une “petite réunion”, une rencontre familiale fortuite, s'enfonçant ensemble dans les montagnes pour devenir hors-la-loi »37. Puisque « petite réunion » est, dans cette phrase, entre guillemets, cela prouve clairement que Zhang Ailing emprunte cette expression à un autre ouvrage. De plus, à travers les lettres échangées par Zhang Ailing et Song Qi, nous pouvons comprendre indirectement ce que désigne, pour Zhang Ailing, l'expression « petite réunion ». Dans une lettre datée du 11 février 1979, elle écrit : « Je suis en train de corriger Xiao tuanyuan. Je pense toujours que si ma mère pouvait me voir de l'au-delà, alors je préférerais écrire sur elle, même si je n'embellirais pas la réalité, je n'aurais en tout cas pas envie qu'elle soit oubliée »38. Le 13 août 1991, Zhang Ailing écrit encore : « J'ai un destin de bambou39, les allers-retours de ma mère divisaient à eux-seuls mon enfance en cycle de quatre ans. Après seize années, un nouveau cycle de cinq ans est apparu, au terme duquel la guerre à Hong Kong me fit retourner auprès de ma tante. Nous avons eu plusieurs petites réunions. »40. Si nous retournons au contenu du roman, Xiao tuanyuan contient au total douze chapitres, mais le personnage Shao John n'apparaît qu'au quatrième chapitre et n'occupe qu'un quart du roman.

  • 41 Le développement des intrigues dans l'opéra chinois est très lent, l'histoire est longue, une pièce (...)
  • 42 Chen Zishan 陳子善, « Xiao tuanyuan de qianshi jinsheng » 《小團圓》的前世今生 (La vie antérieure et la vie actu (...)

11En conclusion, nous pouvons comprendre ce que désigne Zhang Ailing lorsqu'elle utilise l'expression « petite réunion ». Tout d'abord, littéralement parlant, elle indique, dans son sens restreint, les retrouvailles mère-fille qui ont lieu à quatre reprises tout au long du roman (voir les chapitres 1, 3 et 11). Dans son sens le plus large, elle indique cependant les retrouvailles avec toute sa famille et tous ses amants. Ensuite, si on la considère comme étant l'acte d'une pièce de théâtre, « petite réunion » désigne un « petit dénouement », xiao shousha 小收煞41. Donc l'histoire mère-fille entre Julie et Ruiqiu 蕊秋 (Rachel) représente la trame principale du roman. Tous les sentiments et émotions de Julie décrits dans Xiao tuanyuan amènent à une fin malheureuse, à l'instar de Honglou meng, contrairement à la longue tradition littéraire chinoise42.

Particularités stylistiques

I. Les adjectifs de couleurs

12En 1939, Zhang Ailing, alors âgée de dix-neuf ans, écrira dans la première œuvre de sa carrière littéraire, Tiancai meng 天才夢 (Rêve de génie) :

  • 43 « 對於色彩,音符,字眼,我極為敏感。當我彈奏鋼琴時,我想象那八個音符有不同的個性,穿戴了鮮艷的衣帽攜手舞蹈。我學寫文章,愛用色彩濃厚,音韻鏗鏘的字眼,如‘珠灰’,‘黃昏’,‘婉妙’ ,‘splen (...)

Je suis extrêmement sensible envers les couleurs, les notes de musique, et les mots. Lorsque je jouais au piano, j'imaginais que ces huit notes avaient des personnalités différentes, qu'elles dansaient en se tenant la main, vêtues d'habits et de chapeaux resplendissants. J'ai appris à écrire des textes, j'aime utiliser des mots d'une teinte profonde et aux intonations retentissantes, comme “zhuhui”, “huanghun”, “wanmiao”, “splendour”, “melancholy”, et c'est pour cela que je larde souvent mes textes de redondances. Jusqu'à maintenant, si j'aime encore lire Les Chroniques de l'étrange et les compte-rendus de mode parisienne banals, c'est justement pour ces mots attrayants.43

13En 1943, elle écrivit dans « Gongyu shenghuo ji qu » 公寓生活記趣 :

  • 44 « 許多身邊雜食自有它們的愉快性質。看不到田園裡的茄子,到菜場上去看看也好——那麼複雜的,油潤的紫色;新綠的豌豆,熟艷的辣椒,金黃的麵筋,像太陽里的肥皂泡 », in Zhang Ailing 張愛 (...)

Nombre d'omnivores dans mon entourage ont eux-mêmes leur nature joyeuse. Si je ne vois pas les aubergines dans les potagers, c’est bien aussi d’aller au marché—un violet aussi complexe, onctueux ; les fèves vert tendre, les piments rouge ardent, le seitan doré, telles des bulles de savons dans le soleil.44

14Zhang Ailing aime énormément la gastronomie, la couleur de la nourriture la remplit aussi de joie. C'est justement du fait de sa passion pour les couleurs que la langue de Zhang Ailing est délicate et splendide. La physionomie des personnages, les paysages naturels, les meubles et le mobilier, les habits et le maquillage, sous sa plume, se voient souvent conférer des couleurs envoûtantes. Les adjectifs de couleurs donnent un effet visuel riche et varié aux gens. L'auteur, par les adjectifs de couleurs, peut décrire plus soigneusement les différences subtiles entre les objets. Il peut aussi révéler, au moyen des couleurs, les changements psychologiques, de personnalités et de vie des personnages ; et encore plus construire une atmosphère et une scène. Dans Xiao tuanyuan, Zhang Ailing conserve encore cette passion pour l'utilisation de la langue des couleurs, ce que nous pouvons voir avec les passages ci-dessous :

(1) 「死囉!死囉!」賽梨坐在椅子上一顛一顛,齊肩的捲髮也跟著一蹦一跳,縛著最新型的金色闊條紋塑膠束發帶,身穿淡粉紅薄呢旗袍,上面印著天藍色小狗與降落傘 (p. 21)

(« C'est foutu ! C'est foutu ! » dit Sally en se balançant sur sa chaise, ses cheveux bouclés jusqu'aux épaules sautillant et bondissant. Sa coiffure était attachée avec le dernier chouchou à la mode en plastique avec de larges rayures dorées. Elle était vêtue d'une fine qipao en laine rose pâle, sur laquelle étaient imprimés des chiots et des parachutes de couleur bleu ciel.)

(2) 兩旁乳黃水泥闌乾,太陽把藍磁花盆里的紅花曬成小黑拳頭,又把海面曬褪了色,白蒼蒼的像汗濕了的舊藍夏布 (p. 29)

(Les balustrades jaune crème en ciment sur les deux côtés, le soleil a fait se recroqueviller en petits poings noirs les fleurs rouges plantées dans les pots bleus en céramique, et a aussi fait pâlir la surface de la mer, devenant ainsi aussi blanchâtre qu'un vieux tissu de ramie bleu mouillé de sueur.)

(3) 南西臉黃,她那皮膚最宜於日光浴,這一向更在海灘上曬的,許多人曬不出的,有些人力車夫肩背上的老金黃色,十分勻淨,配著火紅的嘴唇,火爆的洋服,雖然扁臉,身材也單薄,給人的印象非常熱艷 (p. 31)

(Nancy a le teint jaune, sa peau est vraiment faite pour les bains de soleil, et qui plus est ces jours-ci, puisqu'elle va encore plus souvent bronzer sur la plage. Pas tout le monde arrive à bronzer aussi bien qu'elle, à obtenir une couleur aussi tannée que les épaules et le dos de certains conducteurs de pousse-pousse, qui sont extrêmement uniformes. Avec les lèvres d'un rouge ardent, une robe à l'occidentale affriolante, et même si elle est camuse et plutôt plate, elle reste très rayonnante aux yeux des autres.)

(4) 她是個中國女孩子的輪廓,個子不高,扁圓臉,卻是白種人最白的皮膚,那真是面如紙,配上漆黑的濃眉,淡藍色的大眼睛,稍嫌闊厚的嘴唇,濃抹著亮汪汪的朱紅唇膏,有點嚇人一跳 (p. 34)

(Elle a la silhouette typique d'une fille chinoise : elle est petite, camuse et au visage rond ; mais elle a une peau plus blanche que le plus blanc des blancs, aussi blanche qu'une feuille de papier. Ajouté à cela ses sourcils fournis d'un noir de jais, ses grands yeux bleu clair, ses lèvres un peu trop charnues sur lesquelles est exagérément appliqué un rouge à lèvres vermillon scintillant. C'est quelque peu effrayant.)

  • 45 Wu Jianshe 吳建設, « Hanyu jiben yanseci de jinhua jieduan yu yanse fanchou » 漢語基本顏色詞的進化階段與顏色範疇 (Les S (...)

15 Ensuite, nous allons mettre en ordre et résumer les couleurs qui apparaissent dans Xiao tuanyuan. D'après les exemples ci-dessous, nous pourrons remarquer que Zhang Ailing possède sa propre particularité lorsqu'elle utilise des adjectifs de couleurs. Les principaux adjectifs de couleurs qui apparaissent dans Xiao tuanyuan sont : le rouge, le noir, le blanc, le bleu, le jaune, le vert, le gris et le violet45.

A. Les mots de couleurs et les suffixes rédupliqués

(1) 修女開了門,裡面穿堂黃黯黯的,[...]彷彿回到童年的家一樣感到異樣,一切都縮小了,矮了,舊了 (p. 44)

(Une nonne vînt lui ouvrir. Le couloir intérieur était d'une obscurité jaunâtre, […] lui donnant l'étrange sensation qu'elle était revenue dans la maison de son enfance ; tout avait rapetissé, rétréci, vieilli.)

(2) 在路旁石壁上挖出店面來,背山面海,灰撲撲的雜貨店 (p. 65)

(Elle avait été creusée dans la falaise au bord de la route, face à la mer et adossé à la montagne, [cette] épicerie grisonnante et poussiéreuse.)

(3) 一地白茫茫的都是亂紙,半山區平日採樵的貧民來洗劫過了 (p. 71)

(Le sol était tout blanc, recouvert de papier jetés en désordre. Les pauvres montagnards qui en temps normal bûcheronnent étaient déjà venus tout piller.)

(4) 燈火管制的城市沒什麼夜景,黑暗的陽台上就是頭上一片天,空洞的紫黝黝微帶鐵鏽氣的天上,高懸著大半個白月亮,裹著一團清光 (p. 186)

(La ville soumise au couvre-feu n'offre aucun spectacle nocturne. Seul le ciel s'élève au-dessus du balcon obscur, une lune gibbeuse blanche enveloppée d'un léger halo est accrochée haut dans le ciel vide et violacé, au léger parfum de rouille.)

(5) 板子的大小式樣像個眼鏡盒,不過扁些,舊得黑油油的,還有一處破裂過 (p. 210)

(La règle en bois était d'une taille similaire à celle d'un étui de lunettes, mais un peu plus plate, encrassée et patinée avec le temps, et même fissurée à un endroit.)

  • 46 « 單音節形容詞A與後綴BB的搭配是習慣性的,不同的方言有所不同,不同的人也有所不同 », in Shuxiang 呂叔湘, Xiandai hanyu babai ci 現代漢語八百詞 (H (...)

16Le célèbre linguiste contemporain Lü Shuxiang 呂叔湘 (1904-1998) écrit dans Xiandai hanyu babai ci 現代漢語八百詞 (Huit cents mots du chinois moderne) : « Les assortiments d'adjectifs monosyllabiques A et de suffixes BB relèvent de l'habitude, ils diffèrent selon les dialectes et les personnes. »46. En d'autres termes, les suffixes peuvent être utilisés selon les préférences de chacun. Hēi 黑 (noir) peut être accompagné de xūxū 魆魆, mais aussi de dòngdòng 洞洞 ou yóuyóu 油油. Les degrés de liberté des assortiments des mots de couleurs de type ABB permettent à Zhang Ailing d'encore mieux faire ressortir par contraste l'atmosphère, de décrire plus précisément et de manière plus visuelle les objets. Les mots qui expriment la couleur noire dans Xiao tuanyuan sont : hēi yóuyóu 黑油油, hēi xūxū 黑魆魆, hēi dòngdòng 黑洞洞, hēi yāyā 黑壓壓, hēi chénchén 黑沈沈 ; tandis que ceux qui expriment la couleur blanche sont : bái mángmáng 白茫茫 et bái cāngcāng 白蒼蒼.

B. Les adjectifs de couleurs rédupliqués

(1) 她細高個子,臉黃黃的,戴著黑邊眼鏡 (p. 23)

(Elle est fine et élancée, au visage jaune et portant des lunettes de monture noire.)

(2) 婀墜只報以微笑,小尖臉上露出筋骨來,兩顴紅紅的 (p. 58)

(Audrey ne lui répond qu'avec un sourire, laissant ressortir les veines sur son petit visage pointu, et ses deux pommettes rougies.)

C. Les adjectifs de couleurs dérivés de noms

17Les adjectifs de couleurs dérivés de noms peuvent se diviser en deux genres. Le premier consiste en l'ajout du nom d'un objet réel devant l’adjectif de couleur, comme par exemple éhuáng 鵝黃 (jaune oison), zǎohóngsè 棗紅色 (rouge jujube) ; tandis que le deuxième consiste à l'ajout du mot 色 (couleur) à la fin d'un nom d'objet pour former un adjectif de couleur, comme par exemple húsè 湖色 (couleur lac). Les adjectifs de couleurs dérivés de noms ont fréquemment été utilisés dans les anciens romans de Zhang Ailing. Dans Xiao tuanyuan, nous pouvons également voir à de nombreuses reprises ce genre de mots :

18Le premier genre :

(1) 乙字式小台燈在窗台上,乳黃色球形玻璃罩還亮著,映在清晨灰藍色的海面上 (p. 19)

(La petite lampe de bureau en forme de “Z” sur le rebord de la fenêtre, l'abat-jour sphérique jaune crème en verre encore illuminé, se reflète sur la surface de la mer bleu de gris aurorale.)

(2) 身穿寶藍緞子棉浴衣,披著頭髮,燈影里,背後站著一具骨骼標本,活像個女巫 (p. 25)

(Elle était vêtue d'un peignoir en satin de coton saphir, les cheveux lâchés. Dans l'ombre de la lampe, avec derrière elle un squelette anatomique qui se tenait debout, elle ressemblait à une vraie sorcière.)

(3) 大概因為到她學校宿舍里來,穿得樸素點,湖綠麻布襯衫,白帆布喇叭管長袴 (p. 27)

(C’est probablement parce qu'elle venait dans le dortoir [de Julie] qu'elle était vêtue un peu plus simplement. Elle portait une chemise en lin d'un vert lacustre, et un pantalon en toile à pattes d’éléphant.)

(4) 夜空中斜斜划過一道銀河似的粉筆灰闊條紋,與別的條紋交叉,並行,懶洋洋划來划去 (p. 44)

(Un large faisceau gris craie comme la Voie Lactée traversait de manière oblique le ciel nocturne, tantôt s'alignant, tantôt s'entrecroisant avec d'autres faisceaux, traversant ci et là avec nonchalance.)

(5) 從前她在法國南部拍的海灘上的照片永遠穿著很多衣服,長袴,鸚哥綠織花毛線涼鞋遮住腳背,她裹過腳 (p. 42)

(Elle portait toujours, sur les photos qu'elle avait prises sur les plages du sud de la France, beaucoup de vêtements, un long pantalon, des scandales en crochet vert perroquet qui recouvraient ses pieds, puisque ceux-ci avaient été jadis bandés.)

(6) 餐桌對著一色鴨蛋青的海與天 (p. 51)

(La table [de la cantine] faisait face à une mer et un ciel qui se confondaient dans une couleur verte œuf de cane.)

(7) 戰後布攤子特別多,人也特別擠,一匹匹桃紅蔥綠映著高處的藍天 (p. 73)

(Les stands de vente de tissu étaient particulièrement nombreux après la guerre, la foule y était particulièrement dense, les [tissus] rose de fleur de pêcher et les [tissus] vert ciboule faisaient écho au ciel bleu haut perché.)

(8) 照片上笑著,裸露著鎖子骨,戴著比比借給她的細金脖鏈吊著一顆葡萄紫寶石,像個突出的長乳頭 (p. 234)

(Elle souriait sur la photo. Son cou était décolleté, elle portait la fine chaîne en or sur laquelle était pendu un saphir d'un violet raisin que lui avait prêtée Bibi, et qui ressemblait à un long téton en érection.)

19 Les morphèmes de couleurs auxquels sont ajoutés des morphèmes décoratifs d'objets réels permettent de pleinement exprimer les subtiles nuances de couleurs. Nous pouvons donc tenter d'établir une statistique des adjectifs de couleurs dérivés de noms sus-mentionnés et les répertorier ainsi :

  • Les nuances de jaune : rǔhuángsè 乳黃色 (jaune crème), jīnhuáng 金黃 (jaune or), mǐhuáng 米黃 (jaune riz), dànhuángsè 蛋黃色 (couleur jaune d'œuf), ròuhuángsè 肉黃色 (jaune chair), tǔhuángsè 土黄色 (jaune terre), xìnghuáng 杏黃 (jaune abricot), níngménghuáng 檸檬黃 (jaune citron).

  • Les nuances de rouge : táohóng 桃紅 (rouge pêche), xiāhóng 蝦紅 (rouge crevette), zhuānhóng 磚紅 (rouge brique), méiguīhóng 玫瑰紅 (rose), zǎohóng, chénghóng 橙紅 (rouge orangé).

  • Les nuances de vert : húlǜ 湖綠 (vert lacustre), yīnggēlǜ 鸚哥綠 (vert perroquet), yādànqīng 鴨蛋青 (vert œuf de cane), cōnglǜ 蔥綠 (vert ciboule), hǎilǜ 海綠 (vert mer), píngguǒlǜ 蘋果綠 (vert pomme).

  • Les nuances de bleu : bǎolán 寶藍 (saphir), tiānlánsè 天藍色 (bleu ciel), kǒngquèlán 孔雀藍 (bleu paon), wǔyèlán 午夜藍 (bleu de minuit).

  • Les nuances de blanc : xuěbái 雪白 (blanc neige), yínbái 銀白 (blanc argenté), yuèbái 月白 (blanc lune), nǎiyóubái 奶油白 (blanc crème).

  • Les nuances de gris : fěnbǐhuī 粉筆灰 (gris craie), ǒuhuī 藕灰 (gris racine de lotus), tiěhuī 鐵灰 (gris fer).

  • Les nuances de violet : pútáozǐ 葡萄紫 (violet raisin), méiguīzǐ 玫瑰紫 (violet rosé).

20Le deuxième genre :

(1) 下了許多天的春雨,滿山兩種紅色的杜鵑花簌簌落個不停,蝦紅與紫桃色,地下都鋪滿了 (p. 48)

(Après plusieurs jours de pluies printanières, les azalées de deux teintes de rouge, les unes rouge crevette et les autres pêche violacée, qui recouvraient toute la montagne, tombaient dans un sousou incessant, tapissant entièrement le sol.)

(2) 慣常仿照南美歌星卡門麥軟妲頭頂上戴一朵粉荷色大絹花,更容光照人 (p. 160)

(Comme d'habitude, elle imitait la chanteuse sud-américaine Carmen Miranda en portant sur sa tête une grosse fleur en soie de couleur lotus rosé, qui la rendait encore plus radieuse.)

(3) 旗袍上罩件臃腫的咖啡色絨線衫,織出累累的葡萄串花樣 (p. 224)

(Elle porte, par-dessus sa qipao, un gilet en crochet couleur café, sur lequel sont tricotés des motifs de grappes de raisin.)

(4) 薄施脂粉,穿得也雅淡些,湖色長襖繡粉紅花 (p. 264)

(Elle porte un fard léger, est vêtue d'une élégante simplicité, d'une longue robe doublée couleur lac avec des fleurs roses brodées.)

(5) 她穿著烏梅色窄袖棉袍,袖口開叉處釘著一顆青碧色大核桃鈕 (p. 272)

(Elle portait une robe doublée aux manches étroites de couleur prune, à l'échancrure des manches étaient fixés un grand bouton en noix bleu sarcelle.)

21Les autres : gǔtóngsè 古銅色 (couleur bronze), dòushāsè 豆沙色 (couleur purée de haricot rouge), xiàngyásè 象牙色 (couleur ivoire), tǔsè 土色 (couleur terre), mǐsè 米色 (couleur riz), jīnsè 金色 (couleur or).

22D'après les exemples ci-dessus, nous pouvons nous rendre compte de tout le soin apporté par Zhang Ailing lorsqu’elle exprime les couleurs. Ce genre de mots possède une image vivante, et peut aussi stimuler l'imagination du lecteur.

D. La combinaison d’adjectifs de couleurs et d’intensité

23La combinaison d’adjectifs de couleurs, sous la plume de Zhang Ailing, qui consiste en l'ajout de mots pour exprimer les nuances de luminosité, comme par exemple fěnhóng, danhuáng, ou en la superposition de deux adjectifs de couleurs, est utilisée pour exprimer encore plus clairement et précisément la complexité des couleurs.

(1) 乙字式小台燈在窗台上,乳黃色球形玻璃罩還亮著,映在清晨灰藍色的海面上 (p. 19)

(La petite lampe de bureau en forme de “Z” sur le rebord de la fenêtre, l'abat-jour sphérique jaune crème en verre encore illuminé, se reflète sur la surface de la mer bleu de gris aurorale.)

(2) 幾張仿中世紀僧寺粉紅假大理石長桌,黑壓壓的差不多都坐滿了 (p. 20)

(Quelques longues tables en faux marbre rose clair imitant celles des temples du Moyen Âge étaient presque toutes noires de monde.)

(3) 劍妮是西北人,梳著兩只辮子,端秀的鵝蛋臉,蒼黃的皮膚使人想起風沙撲面 (p. 22)

(Jenny vient du Nord-Ouest, est coiffée de deux nattes, a un joli visage ovale. Sa peau, d'un jaune intense, rappelle le souffle des tempêtes de sables.)

(4) 食堂很大,燈光昏黃,餐桌上堆滿了報紙 (p. 24)

(Le réfectoire est immense, la lumière jaune obscur, des journaux sont entassés sur toutes les tables.)

(5) 出了小樹林,一帶淡赭紅的沙灘,足跡零亂 (p. 42)

(Une fois sorties du bois, une plage ocre pâle s'étendait devant nous, marquée par des traces de pas en pagaille.)

(6) 一畦赤紅的松土里,一棵棵生菜像淡綠色大玫瑰苞,有海碗的碗口大 (p. 53)

(Dans une parcelle de terre poreuse ocre brun, les salades sont comme de gros boutons de roses vert clair, de la taille du tour des grands bols antiques en porcelaine.)

(7) 廣闊的瀝青馬路像是倒了過來,人在蒙著星塵的青黑色天空上走 (p. 238)

(La large route bitumée semblait se renverser, les gens marchaient sur le ciel étoilé d'un noir bleuté.)

(8) 木闌乾的床不大,珠羅紗帳子灰白色,有灰塵的氣味 (p. 239)

(Le lit à baldaquin en bois n'était pas grand. Les tentures en tulles blanc cendré avaient l'odeur de la poussière.)

24Dans le roman, ce genre d’adjectifs de couleurs suit différentes teintes, que l'on peut répertorier comme suit :

  • Teintes de rouge : qiǎnfěnsè 淺粉色 (rose léger), ànfěnhóng 暗粉紅 (rose foncé), dànhóngsè 淡紅色 (rouge pâle), dàhóng 大紅 (rouge vif), chìhóng 赤紅 (ocre brun), shēnhóngsè 深紅色 (rouge profond), shēnfěnhóngsè 深粉紅色 (rose profond), zǐhóng 紫紅 (rouge violacé), liànghóng 亮紅 (rouge éclatant), zhūhóng 朱紅 (rouge vermillon), yínhóng 銀紅 (rouge argenté), dànzhěhóng 淡赭紅 (ocre pâle).

  • Teintes de vert : bìlǜ 碧綠 (vert émeraude), mòlǜ 墨綠 (vert encre), cānglǜ 蒼綠 (vert intense), cǎnlǜ 慘綠 (vert terne), nènlǜ 嫩綠 (vert primaire), huīlǜsè 灰綠色 (vert cendré), huánglǜsè 黃綠色 (vert jaunâtre), shēnlǜ 深綠 (vert profond), ànlǜ 暗綠 (vert sombre), dànlǜ 淡綠 (vert pâle).

  • Teintes de violet : dànzǐsè 淡紫色 (violet pâle), xuěqīng 雪青 (violet lilas), fěnzǐsè 粉紫色 (violet rosé), qīngzǐ 青紫 (violet livide), shēnzǐ 深紫 (violet profond), ànzǐ 暗紫 (violet foncé), dàzǐ 大紫 (violet vif), shēnzǐshǎnlǜ 深紫閃綠 (violet profond aux reflets verts).

  • Teintes de bleu : qiǎnlán 淺藍 (bleu léger), dànlán 淡藍 (bleu clair), cuìlán 翠藍 (bleu vif), liànglán 亮藍 (bleu éclatant), shēnqīng 深青 (bleu profond), zàngqīng 藏青 (bleu marine), shíqīng 石青 (bleu outremer), bìlán 碧藍 (aigue-marine), shēnlánsè 深藍色 (bleu profond), huīlánsè 灰藍色 (bleu cendré), qīngbìsè 青碧色 (bleu sarcelle).

  • Teintes de jaune : hūnhuáng 昏黃 (jaune obscur), dànhuáng 淡黃 (jaune clair), jiāohuáng 焦黃 (jaune tanné), cānghuáng 蒼黃 (jaune intense), huánghèsè 黃褐色 (ocre jaune), shēnhèsè 深褐色 (ocre profond), dànhèsè 淡褐色 (brun clair), cháhèsè 茶褐色 (brun thé), zǐhèsè 紫褐色 (brun violet).

  • Teintes de blanc : cāngbái 蒼白 (blanc intense), qīngbáisè 青白色 (blanc bleuâtre), huībáisè 灰白色 (blanc cendre), dànbái 淡白 (blanc pâle), chúnbái 純白 (blanc pur).

  • Teintes de noir : cānghēi 蒼黑 (noir intense), qīnghēisè 青黑色 (noir bleuté), wūqī 烏漆 (noir corbeau), qīhēi 漆黑 (noir de jais), tiěqīng 鐵青 (noir livide).

  • Teintes de marron : dànzōngsè 淡棕色 (marron clair), hóngzōng 紅棕 (auburn) , jīnjiàngsè 金醬色 (ocre doré), jīnzōngsè 金棕色 (mordoré).

  • Teintes de gris : dànhuīsè 淡灰色 (gris clair), qīnghuīsè 青灰色 (gris livide), yínhuīsè 銀灰色 (gris argenté).

  • Teintes d'orange : dènchéngsè 淡橙色 (orange clair), fěnchéngsè 粉橙色 (saumon).

  • 47 Zheng Rongxin 鄭榮馨, Yuyan biaoxian fengge lun : yuyan mei de tansuo 語言表現風格論:語言美的探索 (Stylistique de l (...)

25Depuis l'analyse ci-dessus, nous pouvons voir que les adjectifs de couleurs, sous la plume de Zhang Ailing, sont extrêmement riches, que les changements d'intensité des couleurs sont extrêmement subtils. Dans Yuyan biaoxian fengge lun 語言表現風格論 (Stylistique de l’expression linguistique), Zheng Rongxin 鄭榮馨 (1966-) précise qu'il y a trois conditions requises pour un style linguistique « somptueux »47 :

  1. Des adjectifs de couleurs riches et subtils.

  2. Des adjectifs de couleurs avec de multiples degrés de variations.

  3. Des adjectifs de couleurs variés rédupliqués et des adjectifs de couleurs fastueuses.

26Les adjectifs de couleurs présents dans Xiao tuanyuan remplissent justement ces trois conditions, et reflètent également très bien le style « somptueux » persistant dans les romans de Zhang Ailing. En général, les romans de Zhang Ailing ont une prédilection pour le « rouge », à l'instar de Cao Xueqin 曹雪芹 (1715-1763), dont le celèbre Honglou meng est traversé de part en part par les différentes teintes de rouge. Pour ce qui est de l'assortiment des couleurs, tous deux y apportent une même attention et un même soin. Dans le chapitre 35 de Honglou meng, la servante de Baochai 寶釵 (Grande Sœur Joyau), Ying'er 鶯兒 (Petite Oriole), fait une écharpe de ceinture pour Baoyu 寶玉 (Frérot Jade), et discute avec lui du mariage de la couleur du filet :

  • 48 « 寶玉道:「松花色配什麼?」鶯兒道:「松花配桃紅。」寶玉笑道:「這才嬌艷。再要雅淡之中帶些嬌艷。」鶯兒道:「蔥綠柳黃是我最愛的。」寶玉道:「也罷了,也打一條桃紅,再打一條蔥綠。」 », in Ca (...)

- Et pour le vert du vert d’œuf fermenté dans la chaux ? demanda le frérot Jade.
- Du rose de fleur de pêcher ! répondit Petite Oriole.
- Voilà qui sera joli ! dit le frérot Jade. Il m’en faudrait encore un, d’élégance discrète, avec pourtant quelque chose d’un peu coquet.
- Le vert tendre d’oignon, ou le jaune pâle de tige de saule sont mes deux couleurs préférées, déclara Petite Oriole.
- Eh bien, soit ! répondit le frérot Jade. Fais-moi du rose de fleur de pêcher et du vert tendre d’oignon.48

27Zhang Ailing a également écrit :

  • 49 « 「‘死生契闊,與子成說;執子之手,與子偕老’是一首悲哀的詩,然而它的人生態度又是何等肯定。我不喜歡壯烈。我是喜歡悲壯,更喜歡蒼涼。壯烈只有力,沒有美,似乎缺少人性。悲壯則如大紅大綠的配色,是一種 (...)

Que je sois mort ou vivant, que l’on soit ensemble ou séparé, je te promets de te tenir la main jusqu’à qu’on vieillisse ensemble est un poème triste. Cependant son attitude envers la vie est tellement déterminée. Je n’aime pas l’héroïsme épique ; ce que j’aime c’est l’héroïsme tragique, et j’aime encore plus la désolation. L’héroïsme épique n’a que de la force, et pas de beauté, il semble manquer d’humanité. L’héroïsme tragique est quant à lui comme le mariage entre le rouge vif et le vert vif, c’est un contraste marqué. Mais son côté stimulant est plus fort que son côté inspirant. Si la désolation laisse un arrière-goût plus profond, c’est parce qu’elle est comme l’assortiment du vert ciboule et du rose fleurs de pêchers, c’est un contraste nuancé.49

28Zhang Ailing confère une signification encore plus profonde à la couleur. Elle réutilise non seulement le vocabulaire coloré de Honglou meng, comme par exemple : táohóng, yínhóng, méiguīhóng, ou encore cōnglǜ ; mais crée également de nouveaux adjectifs de couleurs, tels que : xiāhóng, yīnggēlǜ, wǔyèlán, ou encore nǎiyóubái. Ces mots nouvellement crées comportent non seulement une certaine modernité, mais permettent aussi d'exprimer de manière plus délicate et plus subtile les différentes nuances de couleurs.

  • 50 « 「我喜歡聽市聲。比我較有詩意的人在枕上聽松濤,聽海嘯,我是非得聽見電車響才睡得著覺的。」 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Gongyu shenghuo ji qu » 公寓 (...)
  • 51 L'Opéra Yue, Yue ju 越劇, originaire du Zhejiang, appelé aussi Opéra de Shaoxing, est le deuxième opé (...)
  • 52 L'Opéra Ping, Ping ju 評劇, est un genre régional de l'opéra chinois traditionnel qui émergea vers 19 (...)
  • 53 Zhang Ailing 張愛玲, « Tan yinyue » 談音樂 (Parlons musique), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p.  (...)
  • 54 « 音樂通常都帶一點悲傷意味,張愛玲說她因此對音樂不怎麼喜歡。可是惟其因為音樂是悲傷的,音樂在她的小說所創造的世界里佔著很重要的地位。 », in Xia Zhiqing 夏志清, Zhongguo (...)

29Outre les descriptions du monde visuel, celles du monde des sons font aussi partie des grandes spécialités de Zhang Ailing. Elle écrivit d'ailleurs : « J'aime écouter les bruits de la ville. Ceux qui ont plus une âme de poète que moi écoutent, sur l'oreiller, le souffle du vent dans les pins et les grondements de la mer ; mais moi je ne peux trouver le sommeil, à moins d'entendre le bruit du tramway. »50. Zhang Ailing s'appuie sur une capacité de perception des sons pénétrante pour construire à partir de toutes sortes de matériaux bruts sonores, tels que le bruit de la ville, de la radio, des phonographes ou encore des instruments de musiques folkloriques chinois, pour refléter un monde sonore d'un esthétisme personnel. Depuis toute petite, Zhang Ailing apprend le piano. Elle aime les compositeurs de musique classique tels que Bach et Mozart, mais voue également une passion pour l'Opéra de Pékin, ainsi que pour des opéras régionaux comme l'Opéra Yue51 et l'Opéra Ping52. Cependant, Zhang Ailing « n'aime pas tellement la musique », parce qu'elle pense que « toute musique est triste »53. Xia Zhiqing commentera d'ailleurs : « La musique est généralement un peu triste, Zhang Ailing dit que c’est pour cela qu’elle n’aime pas particulièrement la musique. Mais du fait de la tristesse dans la musique, elle occupe une place très importante dans son monde romanesque »54. Ci-dessous nous allons étudier d'un point de vue lexicologique l'utilisation des onomatopées et des réduplications dans ce roman, et ce afin de dévoiler la musicalité de la langue de Xiao tuanyuan.

II. Les onomatopées

30Les onomatopées négligent le sens propre des sinogrammes et parviennent à simuler, au travers de la prononciation de ces sinogrammes, des choses réelles. Les onomatopées renforcent l'effet artistique de la langue, de la musicalité et du rythme. Nous allons analyser ci-dessous les formes d'onomatopées dans Xiao tuanyuan.

A. Les onomatopées monosyllabiques de forme A

(1) 大太太站在一邊,只隔些時便微嗽一聲打掃喉嚨:「!」[…]「!」大太太又微咳了聲 (pp. 140-141)

(Tante Zhu se tenait d’un côté, et ne toussotait qu’à certains moments pour se clarifier la gorge : « keun ! » […] « keun ! » toussota une nouvelle fois Tante Zhu.)

(2) 汽笛突然如雷貫耳,拉起回聲來,一聲「——」充滿了空間 (p. 152)

(Le sifflet du navire se mit soudainement à tonner et résonna, un « wong— » emplit tout l’espace.)

(3) 連炮竹聲都聽不大見,偶而「!」「!」兩聲巨響,聲音也很悶 (p. 251)

(Même le bruit des feux d’artifices ne s’entendait pas trop, seuls éclataient de temps à autres un « ping ! » et un « rong ! » étouffés.)

(4) 忽然客室的門訇然推開了,又的一聲關上 (p. 284)

(La porte du salon s’ouvrit un grand coup et se referma en un bong.)

B. Les onomatopées disyllabiques

Forme AA : réduplication d'onomatopées monosyllabiques

(1) 管理宿舍的修女們在做彌撒,會客室里隔出半間經室,在樓梯上就聽得見喃喃的齊聲念拉丁文 (p. 20)

(Les nonnes qui géraient les dortoirs étaient en train de prier, elles avaient transformé la moitié du salon en lieu de prière, on entendait depuis les escaliers les nan nan en chœur des prières récitées en latin.)

(2) 一張報兩人扯來扯去,不過茹璧究竟慢了一步,已經嗤嗤一撕兩半 (p. 24)

(Un journal était tiraillé par ces deux-là, mais Ruby n’a pas réagi aussi vite qu’elle, et le journal, en un tch-tch, était déjà déchiré en deux.)

(3) 黃昏時分蟲聲唧唧 (p. 43)

(Au crépuscule les insectes faisaient tsi-tsi.)

(4) 下了許多天的春雨,滿山兩種紅色的杜鵑花簌簌落個不停 (p. 48)

(Après plusieurs jours de pluie printanière, les pétales des rhododendrons de deux teintes de rouges qui poussaient sur toute la montagne tombaient dans un sou-sou ininterrompu.)

(5) 附近幾條街都擺滿了攤子,連高樓上都聽得見嗡嗡的人聲 (p. 186)

(Les rues environnantes étaient toutes encombrées de stands, le wong-wong de la foule s’entendait même du haut de l’immeuble.)

(6) 下大雨了,下得那麼持久,一片沙沙聲 (p. 221)

(Il commença à fortement pleuvoir, il plut si longtemps que partout s’entendait le sha-sha de la pluie.)

31Par ailleurs, nous pouvons relever : hōnghōng 訇訇 (son d'une attaque aérienne), gégé 格格 (rire de Rachel), hēihēi 嘿嘿 (rire de Xun Hua 荀樺), wūwū 嗚嗚 (bruit du vent), ou encore lónglóng 隆隆 (son de la chasse d'eau).

Forme AB : réduplication de deux onomatopées monosyllabiques A et B

(1) (蕊秋)氣憤憤的噗嗤一笑 (p. 41)

([Rachel], énervée, rigola en faisant pou-tche.)

(2) 突然湯匙被她搶到手裡,丟得很遠很遠,遠得看不見,只聽見叮噹落地的聲音 (p. 217)

(Elle lui arracha soudainement des mains la cuillère à soupe, la jeta très très loin, si loin qu’on ne la vit pas tomber et qu’on entendit seulement ding-dang sur le sol.)

C. Les onomatopées trisyllabiques

Forme AAA : triplication d'onomatopées monosyllabiques

(1) 說話總是說了一半就嗬嗬嗬笑起來 (p. 40)

(Quand [il] parle, à peine arrivé à la moitié de sa phrase qu’il se met toujours à rire en faisant reu-reu-reu.)

(2) 又砰砰砰幾聲巨響,從海上飄來 (p. 52)

(D’assourdissants bang bang bang venaient depuis la mer.)

(3) 他又蹬蹬蹬跑下樓去 (p. 199)

(Il descendit l’escalier dans un deng deng deng.)

(4) 忽然嘩嘩嘩一陣巨響 (p. 218)

(De gros rouah-rouah-rouah se firent soudain entendre.)

Forme AAB : combinaison d'une onomatopée A et d'une onomatopée B rédupliquée

(1) 車輪谷碌碌平滑的向手術室推去 (p. 51)

(Gouloulou glissaient les roues de la civière en entrant dans la salle d’opération.)

(2) (電話鈴聲)鋼啷啷刺耳 (p. 242)

([La sonnerie du téléphone] perçait les oreilles de son ganlanlan.)

D. Les onomatopées quadrisyllabiques (ou plus) : AAAA, AABB, ABAB, ABCD, etc.

(1) 嘁嘁喳喳低聲托比比代問茹璧婀墜可要她洗燙 (p. 23)

(Elle demanda en tsitsi-tchatcha à voix basse à Bibi de demander à Ruby et Audrey si elles voulaient qu’elle leur fasse la lessive et le repassage.)

(2) 簇擁著蕊秋嘰嘰呱呱說笑 (p. 46)

(Ses amis entourent Rachel en discutant et riant dans un brouhaha de tsitsi-gouagoua.)

(3) 宿舍大禮堂上常有日本兵在台上叮叮咚咚一隻手彈鋼琴 (p. 70)

(Il y avait souvent sur la scène de l’auditorium du dortoir des soldats japonais qui jouaient, dingding-dongdong, au piano d’une seule main.)

(4) 一面說一面噗嗤噗嗤笑 (p. 106)

(Il tantôt parlait, tantôt riait en faisant pou-tche pou-tche.)

(5) 聽見隔壁洗衣間的水泥池子里,搓衣板格噔格噔撞著木盆的聲音 (p. 114)

(Elle entendit dans l’évier en béton de la laverie voisine le son de la planche à laver qui tapait, ko-deng ko-deng, la bassine en bois.)

(6) 那痛苦像火車一樣轟隆轟隆一天到晚開著 (p. 274)

(Cette douleur était comme un train qui roulait, rong-long rong-long, de matin au soir.)

(7) (九莉)也哭得呼嗤呼嗤的 (p. 291)

([Julie] pleurait, rou-tche rou-tche.)

(8) 樂師的篤的篤拍子打得山響 (p. 262)

(Le musicien faisait claquer ses claquettes dans un didou-didou assourdissant.)

32Dans le deuxième chapitre de Xiao tuanyuan, pages 62 et 63, lorsque Julie étudie à l'Université Victoria, la guerre du Pacifique éclate, les descriptions de l'attaque aérienne japonaise sur Hong Kong et des sons de forte intensité permettent au lecteur d'assister à la scène comme s’il s’y trouvait :

(9) 忽然吱呦歐歐歐歐一聲銳叫,來了個彈片

(Soudain un cri aigu se fit entendre, tcheyeou-oh-oh-oh-oh, et un éclat de bombe arriva.)

(10) 吱呦歐歐歐歐[…]那錐耳朵的高音拖得不知多長才落地

(Tcheyeou-oh-oh-oh-oh […] ce gros bruit perçant perdura on ne sait combien de temps avant d’arriver sur le sol.)

(11) 吱呦歐——吱呦——吱呦歐歐歐歐!倒越發密了

(Tcheyeou-oh—tcheyeou—tcheyeou-oh-oh-oh-oh ! de plus en plus intense.)

(12) 噝潤唔唔!——又在轟炸。這一聲巨響比較遠,聲音像擂動一隻兩頭小些的大鐵桶,洪亮中帶點嘶啞

(Chouenn-ouh-ouh ! — attaquèrent-ils à nouveau. Ce gros bruit assez lointain ressemblait à celui d’un grand seau en fer aux extrémités plus petites que l’on tambourinait, retentissant mais légèrement rauque.)

(13) 噝潤嗯唔唔!——這一聲近些

(Chouenn-enn-ouh-ouh ! — s’était cette fois rapproché le bruit.)

(14) 噝潤唔唔!城中遠遠近近都有只大鐵桶栽倒了,半埋在地下

(Chouenn-ouh-ouh ! Loin ou alentours, partout de grands seaux en fer tombaient dans la ville, s’enfonçant de moitié dans le sol.)

(15) 噝潤嗯嗯唔唔!這次近了,地板都震動

(Chouenn-enn-enn-ouh-ouh ! Cette fois-ci, c’était proche, même le parquet avait tremblé.)

  • 55 « 格式有些特殊:第90頁,「噝潤嗯嗯唔唔!」一行,字寫得較他處明顯大些,以示大聲 », in Zhi Yan 止庵, « Xiao tuanyuan shougao jiaodu ji » 《小團 (...)

33Nous pouvons remarquer ici, dans la version du roman en caractères simplifiés, page 56, que l'onomatopée « 噝潤嗯嗯唔唔 », contrairement à la version en caractères traditionnels, est écrite avec une police de caractères plus grande que le reste du texte. En effet, l'éditeur de la version en caractères simplifiés, Zhi An 止庵 (1959-), alors qu'il lisait la version manuscrite de Zhang Ailing, découvrit que « la forme est assez particulière : à la page 90, la ligne “chouenn-enn-enn-ouh-ouh” est clairement écrite de manière légèrement plus grande qu'ailleurs, afin de traduire l'intensité du bruit »55, c'est pourquoi il décida de la faire apparaître avec une police de caractères d’une taille au-dessus.

34Le domaine des onomatopées sous la plume de Zhang Ailing est très étendu, et en comporte qui plus est un nombre important. Nombreuses sont celles qui apparaissent sous une forme rédupliquée, ce qui renforce encore plus la musicalité et le dynamisme de la langue. Par ailleurs, les onomatopées permettent également de dépeindre des objets silencieux,

  • 56 « 把一些本來沒有聲響的動作和動態也用擬聲詞賦予一種聲音。這種方法,用現代心理學和語言學的術語來說,稱為「通感」或「聯覺」、「感覺移借」。 », in Geng Erling 耿二嶺, Hanyu (...)

[D’]utiliser des onomatopées afin de conférer un son à des mouvements ou des états qui à l'origine n'en émettent aucun. Ce procédé, pour emprunter la terminologie de la psychologie et de la linguistique modernes, s’appelle la “synesthésie” ou “liaison des sens”, “transfert de perceptions”.56

35Pour ce qui est de la définition de la synesthésie, le Xiandai hanyu xiucixue 現代漢語修辭學 (Rhétorique du chinois moderne) l'explique ainsi :

  • 57 « 人的各種感覺,如聽覺、視覺、嗅覺、味覺、觸覺等,互不相同,但也有其相通的一面,在描述客觀事物時,用形象的語言將屬於某一感官的感覺轉移到另一感官上,憑借感官上的相通之處,啓發讀者去聯想和體味詩文中 (...)

Toutes sortes de sens, tels que l’ouïe, la vue, l’odorat, le goût ou le toucher, sont tous différents mais sont cependant relié par un aspect. Lors des descriptions de choses objectives, utiliser une langue imagée pour déplacer une sensation dépendante d'un quelconque récepteur sensoriel vers un autre. S'appuyer sur le lien existant entre les organes de sens pour pousser le lecteur à évoquer et expérimenter la conception artistique de la poésie.57

36Zhang Ailing fut influencée par la poésie traditionnelle chinoise, et utilise donc à de nombreuses reprises le procédé de synesthésie, qui peut en réalité aussi se remarquer à partir de l'utilisation des onomatopées, comme dans les exemples suivants :

(16) 車聲隆隆,在那長方形的缺口裡景色迅速變換,像個山水畫折子豁辣豁辣扯開來 (p. 266)

(Long-long roulait le camion, dans l’ouverture rectangulaire à l’arrière du camion, le paysage changeait rapidement, comme un livre accordéon de peintures de paysages traditionnelles que l’on dépliait, rouohla-rouohla.)

Le changement de paysage n’émet, à l’origine, aucun son. L’utilisation ici d’une onomatopée traduit la vitesse à laquelle s’opère ce changement, la précipitation avec laquelle est conduit le véhicule.

37Ou encore :

(17) 一大早在睡夢中聽見電話鈴聲,作U字形,兩頭輕,正中奇響,在朦朧中更放大了,鋼啷啷刺耳。碧綠的枝葉扎的幸運的馬蹄鐵形花圈,一隻只,成串,在新涼的空氣中流過 (p. 242)

(De bon matin, elle entendit en dormant la sonnerie du téléphone qui formait un U dont les deux extrémités sonnaient doucement, et la base incroyablement fort, d’autant plus fort qu’elle était en pleine somnolence, lui perçant les oreilles de son ganlanlan. Des couronnes de tiges et de feuilles vert émeraude en forme de fer à cheval porte-bonheur s’alignaient l’une après l’autre en chapelet, en flottant dans l’air frais.)

38Le son, sous la plume de Zhang Ailing, passe de l’impalpable au tangible, l'amorphe à la forme, de l'incolore à la couleur. La sonnerie du téléphone se change alors en une couronne de fleurs vertes qui flottent dans les airs.

III. Les réduplications

  • 58 « 重疊構詞是由兩個相同的音節組成的詞彙形態。這種現象在漢語里十分普遍,比起其他語言的構詞規律,這可以說是漢語的一個重要特色。 », in Zhu Jianing 竺家寧, Hanyu cihuix (...)

Une réduplication morphologique est une forme lexicale formée par deux syllabes identiques. Ce phénomène est très courant dans la langue chinoise. En comparaison avec les règles de morphologie des autres langues, nous pouvons dire que cela constitue une spécificité importante de la langue chinoise.58

  • 59 Shen Huaixing 沈懷興, « Fuyin danchunci, chongdieci, paishengci de chansheng he fazhan » 復音單純詞、重疊詞、派生詞 (...)
  • 60 « 疊詞可以增加表現力、音樂性以及營造氣氛 », in Wang Xinwei 王新偉, « Rumiao wenzhang ben pingdan, Dengxian yanyu bian gui (...)
  • 61 « 漢語的重疊和其他語言相比,有下列兩個特點:(1)形式特別豐富,(2)意義難以捉摸 », in Wang Guoshuan 王國栓, « Hanyu xingrongci AA shi chong (...)

39Les réduplications se divisent en deux genres, le premier est constitué par les onomatopées, que nous avons déjà analysées au chapitre précédent. Le deuxième est quant à lui constitué par les termes de descriptions, qui permettent de décrire la nature ou la société humaine59. C'est de ce deuxième genre dont nous allons parler ici. Les réduplications possèdent les trois qualités esthétiques que sont le son, la forme et le sens ; c'est un des procédés linguistiques traditionnels utilisés dans la poésie antique chinoise. « Les réduplications peuvent renforcer le pouvoir d'expression, la musicalité ainsi que construire une ambiance »60, et qui plus est « si l'on compare les réduplications de la langue chinoise avec celles des autres langues, celles-ci [de la langue chinoise] possèdent les deux particularités suivantes : 1. une forme particulièrement riche, 2. une signification difficilement saisissable »61. Zhang Ailing use fréquemment des réduplications, dont les formes incluent en général la plupart des formes de réduplications de la langue chinoise, que nous allons tenter de catégoriser ci-dessous.

A. La forme AA

(1) 這一剎那她又非常美,幽幽的往里望進去 (p. 38)

(A cette fraction de seconde, elle était très belle, en regardant à travers la vitrine d’un regard profond.)

(2) 但是她自己是小客人,有點惴惴的站在過道里 (p. 41)

(Mais elle était la petite invitée qui se tenait debout d’un air effrayé dans le couloir.)

(3) 雪白滾圓的臉上,一雙畫眉鳥的眼睛定定的 (p. 47)

(Sur les joues rondes et blanches comme neige, ses yeux de garrulaxe hoamy fixaient dans le vide.)

(4) 看見對街一排房屋紅瓦上的霜,在陽光中已經在溶化,瓦背上濕了亮瀅瀅的,窪處依舊雪白,越發紅的紅,白的白,燁燁的一大片 (p. 204)

(Le givre sur les tuiles rouges d’une rangée de maisons en face était déjà en train de fondre au soleil, la partie bombée mouillée était luisante mais celle concave restait encore toute blanche, ce qui rendait le rouge encore plus rouge, et le blanc encore plus blanc. Que c’était splendide !)

(5) 這可恥的一念在意識的邊緣上蠕蠕爬行很久才溜了進來 (p. 289)

(Cette idée honteuse ne se glissa furtivement qu’après une longue durée de reptation lente au bord de la conscience.)

B. La forme ABB

(1) 「今天我們誰也不等,」婀墜厲聲說,俏麗的三角臉上一雙吊梢眼,兩鬢高吊,梳得虛籠籠的 (p. 22)

(« Aujourd’hui on n’attend personne » dit Audrey d’un ton sévère. Elle avait une paire d’yeux tirée vers le haut sur son visage triangulaire coquet, les cheveux des tempes remontant vers l’arrière coiffés de manière à leur donner du volume.)

(2) 衣服雖然寬大,看得出胸部鼓蓬蓬的 (p. 24)

(Même si sa robe était large, on voyait quand même qu’elle avait un buste bombé.)

(3) 嬌小身材,一手握著哨子,原地踏步,尖溜溜叫著「幾夾右夾,幾夾右夾。」 (p. 27)

(Mignarde, un sifflet pris dans une main, elle piétinait sur place en criant d’une voix aiguë : « Pied gauche, pied droit, pied gauche, pied droit ».)

(4) 「好好!」項八小姐氣憤憤的說 (p. 36)

(« D’accord, d’accord ! » dit Mademoiselle Huitième-née Xiang irritée.)

(5) 月亮很高很小,霧濛濛的發出青光來 (p. 200)

(La Lune était très haute et très petite, émettant, embrumée, de la lumière bleu clair.)

  • Gros : yuángǔgǔ 圓鼓鼓, yuándūdū 圓嘟嘟, féijījī 肥唧唧, miándūndūn 棉墩墩, pàngdūndūn 胖墩墩, fāngdūndūn 方墩墩 ; maigre : zhíliǔliǔ 直柳柳, shòuqièqiè 瘦怯怯.

  • Rire : xiàohēhē 笑呵呵, xiàoyínyín 笑吟吟, xiàoxīxī 笑嘻嘻 ; colère : qìhǒuhǒu 氣吼吼, qìhōnghōng 氣烘烘.

  • Chaud : rèhōnghōng 熱烘烘 ; froid : hánsēnsēn 寒森森.

  • Lisse : guāngliūliū 光溜溜, guāngtūtū 光禿禿 : velu : máohōnghōng 毛烘烘, máosānsān 毛毿毿.

C. La forme AAB

(1) 一個捻著胸前掛的小金十字架,捻得團團轉 (p. 21)

(L’une entortillait la petite croix en or pendue devant sa poitrine et la faisait tournoyer.)

D. La forme AABB

(1) 在半黑暗中,似乎都是長得歪歪扁扁的廣東女人 (p. 60)

(Dans le clair-obscur, on aurait dit qu’ils étaient tous des femmes cantonaises aux visages disgracieux et aplatis.)

(2) 漂亮的男人更經不起慣,往往有許多彎彎扭扭拐拐角角心理不正常的地方 (p. 313)

(Un bel homme supporte encore moins d’être choyé, parce qu’il a souvent plusieurs côtés anormaux psychologiques tortueux et déviants.)

(3) 每天晚上九林坐在她對面慘慘戚戚小聲念書 (p. 212)

(Tous les soirs, Julien, assis en face d’elle, lisait à voix basse d’un air misérable.)

(4) 臉上有點麻麻癩癩的,實在配不上她 (p. 174)

(Il avait un visage un peu grêlé et la méritait vraiment pas.)

(5) 人行道上一具屍首,規規矩矩躺著,不知道什麼人替他把胳膊腿都並好 (pp. 72-73)

(Un cadavre sur le trottoir était allongé soigneusement. On ne savait pas qui lui avait refermé les bras et les jambes.)

E. La forme ABAB

(1) 「死囉!死囉!」賽梨坐在椅子上一顛一顛,齊肩的捲髮也跟著一蹦一跳 (p. 21)

(« C’est foutu ! C’est foutu ! » dit Sally en se balançant sur sa chaise, ses cheveux bouclés jusqu’aux épaules sautillant et bondissant.)

(2) 「嗚啦啦!」蕊秋慣用這法文口頭禪含笑驚嘆,又學會了愛吃千葉菜「啊提修」,煮出來一大盤,盤子上堆著一隻灰綠色的大刺蝟,一瓣一瓣摘下來,略吮一下 (p. 135)

(« Oulala ! » Rachel avait pour habitude d’utiliser cette expression française lorsqu’elle s’étonnait d’une chose en souriant. Elle avait aussi appris à aimer le légume aux mille feuilles « artichaut » qui, une fois cuit, remplissait tout un plat. Sur le plat s’amassait un gros hérisson vert cendré, qu’elle effeuillait feuille après feuille, et suçotait.)

(3) 磚紅的窗簾被風吸在金色橫條鐵柵上,一稜一稜,是個扯滿了的紅帆 (p. 187)

(Le rideau rouge brique fut aspiré par le vent contre les barres horizontales de la balustrade en fer dorée, ondulant, pareil à une voile gonflée.)

(4) 日光里一蓬一蓬藍色的煙塵,一波一波斜灌進來 (p. 262)

(À travers les rayons du soleil, des colonnes de poussière bleue se déversaient de biais l’une après l’autre à l’intérieur.)

(5) 她愛端肩膀,又把雙肩一聳一聳,代表春心動了 (p. 264)

(Elle aimait lever les épaules et elle montrait le désir de l’amour en haussant les épaules.)

F. Forme réduplicative et terme dissyllabique formant un idiotisme (chengyu)

(1) 心旌搖搖,飄飄然飛在公共汽車前面 (p. 31)

(Ne pouvant plus tenir en place, elle s’envolait, toute satisfaite, devant le bus.)

(2) 這一剎那她又非常美,幽幽的往里望進去,有一種含情默默的神氣 (p. 38)

(À cette fraction de seconde, elle était très belle en regardant tout au fond avec un air affectueux.)

(3) 「—— 好像我是另一等的人,高高在上的。我這輩子已經完了。」 (p. 40)

(« Comme si j’étais quelqu’un de l’autre gamme, supérieure. Ma vie est déjà foutue. »)

(4) 有個戴眼鏡的年青女人一口廣東國語,火氣很大,咄咄逼人 (p. 238)

(Il y avait une jeune dame aux lunettes qui parlait mandarin à la cantonaise, très remontée et agressive.)

(5) 滿街大太陽,剩下的大半天不知道怎樣打發,使人忽忽若失 (p. 252)

(Toute la rue était en plein soleil, elle ne savait pas comment faire passer la longue moitié de journée qui restait, ce qui la désappointa.)

  • 62 « 語義的表達不分明、不清晰的語言 », in Liu Huifen 劉慧芬, « Mohu yuyan de wenxue biaoxian gongneng » 模糊語言的文學表現功能 (La (...)

40Comme remarqué précédemment, la réduplication possède une qualité extrêmement esthétique sur sa forme et sa musicalité, mais sa signification est encore plus difficilement saisissable, et n'exprime qu'une quantité vague. Une langue vague est « une langue dont les signifiés ne sont pas clairement et nettement exprimés »62. Une langue vague possède qui plus est une artisticité indéniable :

  • 63 « ‘模糊語言’內涵遠比普通語言豐富,有暗示性、獨創性、音樂性特點——它是一種藝術的再創造,優秀的作品是為了讓讀者在形象之外有所發現和補充 », in Liu Huifen 劉慧芬, ibidem.

Les connotations de la « langue vague » sont de loin plus riches que celles de la langue commune, elle est particulièrement allusive, créative et musicale—elle est une sorte de recréation artistique, les œuvres remarquables sont faites pour pousser le lecteur à découvrir et à se compléter au-delà des images.63

41La passion si forte de Zhang Ailing pour l'utilisation de la réduplication apporte à la langue de ses romans encore plus de signifiés incertains. Nous pouvons comprendre cette particularité de Zhang Ailing—l'utilisation à foison des réduplications—comme en réalité un moyen de créer une langue littéraire des plus expressives.

IV. Les mots d’odeurs

  • 64 « 顏色與氣味常常使我快樂 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Tan yinyue » 談音樂 (Parlons musique), in Liuyan 流言 (Mots sur (...)
  • 65 « 回憶這東西若是有氣味的話,那就是樟腦的香,甜而穩妥,像記得分明的快樂,甜而悵惘,像忘卻了的憂愁 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Gengyi ji » 更衣記 (Change (...)
  • 66 « 張愛玲喜聞氣味,油漆與汽油的氣味她亦喜歡聞聞 », in Hu Lancheng 胡蘭成, Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vie, cette existence), (...)

42Dans son essai « Tan yinyue » 談音樂, Zhang Ailing écrivit : « les couleurs et les odeurs me rendent souvent joyeuses »64. Pour elle, « si les souvenirs avaient une odeur, alors ce serait celle du parfum du camphre, doux et sécurisant, comme la joie dont on se rappelle clairement ; doux et triste, comme le chagrin que l’on a oublié »65. « Zhang Ailing adore sentir les odeurs, celles du vernis et de l'essence, elle les aime aussi »66, par ailleurs, Zhang Ailing déclara elle-même :

  • 67 « 別人不喜歡的有許多氣味我都喜歡,霧的輕微的霉氣,雨打濕的灰塵,蔥蒜,廉價的香水[…]牛奶燒糊了,火柴燒黑了,那焦香我聞見了就覺得餓[…]火腿咸肉花生油擱得日子久了,變了味,那個我也喜歡[…]香港 (...)

J’aime de nombreuses odeurs que les autres n'aiment pas, le léger remugle de moisi du brouillard, la poussière mouillée par la pluie, le poireau et l'ail, les parfums bon marché […] le lait de vache roussi, les allumettes carbonisées, dès que je sens cette odeur de brûlé ça me donne faim […] le jambon, les salaisons de viande et l'huile d'arachide posés là un long moment, et dont l'odeur a changé, ça aussi j’aime […] lors de la guerre à Hong Kong, nous ne mangions que des plats cuits à l'huile de coco, il y avait une forte odeur de savon. Au tout début je ne supportais pas et avais des nausées, et je m'aperçus par la suite que le savon avait aussi un parfum frais.67

  • 68 « 雞蛋與香草精的氣味,氤氳至天明不散 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Daolu yi mu » 道路以目 (Se parler du regard sur la route) (...)

43Lorsqu'elle vivait dans son appartement à Shanghai, Zhang Ailing sentait chaque soir l'odeur venant de la pâtisserie occidentale voisine. C'était « une odeur d'œuf et d'extrait de vanille, qui ne se dissipait pas et m'enveloppait jusqu'à l'aube »68. Elle ne fit cependant pas que le noter, la fine gourmet qu'elle était la commenta de manière professionnelle :

  • 69 « 我們的芳鄰的蛋糕,香勝於味,吃過便知。天下事大抵如此——做成的蛋糕遠不及製造中的蛋糕,蛋糕的精華全在烘焙時期的焦香。喜歡被教訓的人,又可以在這裡找到教訓 », in Zhang Ailing 張 (...)

Les gâteaux de nos voisins ont plus de saveur que ce qu'ils ont de goût, on le sait après en avoir mangé. La plupart des choses en ce monde sont ainsi—un gâteau terminé n'arrive pas à la hauteur, et de loin, d'un gâteau en pleine confection. La quintessence d'un gâteau se trouve totalement dans l'odeur de brûlé lors de sa cuisson. Ceux qui aiment les leçons pourront en trouver une ici.69

44Pour reprendre les mots de l'écrivain Mo Yan 莫言 (1955-) :

  • 70 « 我喜歡閱讀那些有氣味的小說。我認為有氣味的小說是好的小說。有自己獨特氣味的小說是最好的小說。能讓自己的書充滿氣味的作家是好的作家,能讓自己的書充滿獨特氣味的作家是最好的作家 », in Mo Y (...)

J’aime lire ces romans qui ont des odeurs. Je pense que les romans qui ont des odeurs sont de bons romans. Les romans qui ont leurs propres odeurs singulières sont les meilleurs romans. Les auteurs capables de remplir leur livre d'odeurs sont des bons auteurs, les auteurs capables de remplir leur livre d'odeurs singulières sont les meilleurs auteurs.70

45Les romans de Zhang Ailing sont justement comme ceux mentionnés par Mo Yan, remplis de toutes sortes d'odeurs et possédant des spécificités uniques.

A. Les odeurs de l’enfance

(1) 有一次流鼻血[…]找人用墨筆在鼻孔里抹點墨[…]一陣輕微的墨臭,似乎就止了血 (p. 202)

(Une fois, elle saigna du nez, […] elle demanda à quelqu’un de mettre un peu d’encre dans ses narines avec un pinceau, […] une bouffée d’une légère odeur d’encre et le sang semblait s’être arrêté.)

(2) 她站在朱漆描金站桶里,頭別來別去,躲避一隻白銅湯匙[…]不要這鐵腥氣的東西 (p. 217)

(Elle se tenait debout dans le trotteur en forme de seau couleur vermillon laqué aux motifs dorés, tournant la tête à gauche et à droite pour éviter la cuillère en cupronickel […] elle ne voulait pas de cette chose d’une puanteur métallique.)

(3) 垢膩的被窩的氣味微帶咸濕,與鴨肫肝的滋味混合在一起 (p. 99)

(La couette sale et grasse avait une odeur légèrement humide et salée, qui s’était mélangée avec le goût du gésier de canard.)

(4) 在黑暗中,愛老三非常香,非常脆弱。濃香中又夾雜著一絲陳鴉片煙微甜的哈氣 (p. 209)

(Dans l’obscurité, Troisième Favorite était très parfumée, très fragile. L’intense parfum se mélangeait encore avec une haleine légèrement sucrée de fumée d’opium ancien.)

46La concubine de Naide 乃德 (Edouard), Ai Laosan 愛老三 (Troisième Favorite), était auparavant prostituée. Le terme « nóngxiāng » 濃香 (intense parfum) fait ici allusion à son ancienne profession, l’odeur d’opium fait quant à elle référence à l'odeur légèrement sucrée émanant des longs moments passés avec Edouard sur le lit à opium à fumer de l'opium.

B. Les odeurs de l’âge adulte

(1) 老秦媽拿到後廊上殺了,文火燉湯[…]不擱茴香之類的香料,有點腥氣 (p. 76)

(Après l’avoir attrapé, la vieille domestique Qin le tua dans le couloir, et le fit mijoter à feu doux […] et n’ajouta aucun aromate tel que l’anis. Il avait une petite odeur de viande crue.)

47Après le début de la Guerre du Pacifique, Julie quitta Hong Kong pour retourner vivre à Shanghai avec Judy. Celle-ci vit une vie frugale, mangeant à chaque repas avec Julie des galettes de poireaux. Judy attrapa sur le bord de sa fenêtre un pigeon, qui maigrit de moitié en une nuit. Le pigeon avait des relents de viande crue, puisque pour économiser, elle n'acheta aucune épice et aucun aromate. L'amertume emplissait alors le cœur de Julie.

(2) 食色一樣,九莉對於性也總是若無其事,每次都彷彿很意外,不好意思預先有什麼準備,因此除了脫下的一條三角袴,從來手邊什麼也沒有。次日自己洗袴子,聞見一股米湯的氣味,想起她小時候病中吃的米湯 (p. 229)

(Son attitude envers le sexe était la même que celle envers l’alimentation. Concernant le sexe, Julie faisant toujours comme si de rien n’était, comme si à chaque fois c’était accidentel, embarrassée de préparer quoique ce soit en avance. C’est pourquoi, mis à part la culotte qu’elle enlevait, il n’y avait rien d’autres à côté d’elle. Le jour suivant, lorsqu’elle lavait elle-même sa culotte, elle sentait une odeur de soupe de riz qui lui rappelait celle qu’elle mangeait étant petite lorsqu’elle était malade.)

48La soupe de riz a un côté réconfortant et bienfaisant pour Julie qui est malade. La Julie adulte manque cruellement d'amour, et l'amour (aussi bien physique que sentimental) que lui apporte John est semblable pour Julie à cette soupe de riz, elle comble sa soif d'amour.

(3) 珠羅紗帳子灰白色,有灰塵的氣味 (p. 239)

(Les rideaux du lit en tulle blanc cendre sentaient la poussière.)

49John amène Julie chez lui pour y passer la nuit. Son ex-femme est atteinte d'une maladie mentale, et vit toujours chez John, malgré leur divorce. La cuisine et les tâches ménagères sont du ressort de la nièce de John, Xiunan 秀男 (Sonya). L'odeur de poussière présente dans la pièce prouve qu'elle n'a pas été nettoyée depuis un long moment. Le logement de John est un endroit sans chaleur et sans amour. Partager la couche de John sous la surveillance de son ex-épouse remplit de peur Julie.

(4) 城外菜花正開著,最鮮明的正黃色[...]連偶然飄來的糞味都不難聞 (p. 273)

(À l’extérieur de la ville les fleurs de colza étaient en train de s’épanouir d’un jaune des plus éclatants […] [si bien que] même les effluves de fumier qui flottaient de temps à autres n’étaient plus désagréables.)

50Après la guerre, John partit se cacher dans une petite ville. Julie lui rendit visite, tous deux se promenaient à l'extérieur de la ville, Julie se délectant des couleurs, à tel point que même l'odeur de fumier flottant dans l'air n'était plus si désagréable.

C. Hong Kong

51Les odeurs sont le meilleur moyen pour éveiller un souvenir, à l'instar de la fameuse madeleine de Proust :

  • 71 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann. Paris : Gallimard, vol. 1, 191 (...)

Quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir.71

52À Hong Kong, Julie a passé trois ans de vie estudiantine, les plats campagnards français que préparaient les nonnes, l’intense chocolat chaud qu'elles faisaient cuire à petit feu, le pain frais, les flocons d'avoine, les omelettes, le café, le beurre, la cervelle de bœuf frite, les boulettes de patate douce frites, sont tous des saveurs qui appartiennent à la vie à Hong Kong.

(1) 劍妮是西北人[…]不久,大衣上也發出深濃的蒜味,掛在衣鈎上都聞得見,來源非常神秘 (p. 23)

(Jenny est du Nord-Ouest […] très vite, une profonde et intense odeur d’ail émana de son manteau qui se sentait même lorsqu’il était suspendu au porte-manteau ; son origine était un vrai mystère.)

53La camarade de classe de Julie à l'Université Victoria, Jianni 劍妮 (Jenny), originaire du Nord-Ouest, était très parcimonieuse. Cependant, quelques mois après avoir intégré l'université, elle s'acheta un manteau en laine, « le portant à l'intérieur, et ne l'enlevant ni pour manger ». Les nonnes qui étaient en charge des dortoirs concoctaient des plats campagnards français en faisant attention aux tabous alimentaires de nombreuses personnes, et ne mettaient pas d'ail. L'origine de l’odeur aillée émanant du manteau étant de ce fait très mystérieuse. En réalité, Jenny entretenait discrètement à Hong Kong une relation avec un homme déjà marié originaire de la même région qu'elle, Monsieur Wei 魏先生. Les parents de Monsieur Wei lui avaient donc acheté ce manteau en laine et lui avaient préparé des plats typiques de leur région.

54La ville de Hong Kong était un « port parfumé » dans l'esprit de Julie.

(2) 瀝青道旁簇擁著日本茉莉的叢樹,圓墩墩一堆堆濃密的綠葉堆在地上,黃昏時分蟲聲唧唧,蒸發出一陣陣茉莉花香 (p. 43)

(Un parterre de jasmins japonais entourait le côté de la route bitumée, les feuilles vertes s’amoncelaient sur le sol en massif rond où au crépuscule les insectes faisaient tsi-tsi, et d’où émanaient plusieurs vagues de parfum de fleurs de jasmin.)

(3) 以前她和比比週末坐在馬路邊上鐵闌乾上談天,兩腳懸空宕在樹梢頭,樹上有一球球珍珠蘭似的小白花,時而有一陣香氣浮上來 (p. 71)

(Auparavant, le week-end, elle discutait avec Bibi, assises sur les garde-fous en fer au bord de la route, les deux pieds suspendus dans le vide et touchant le bout des branches sur lesquelles se trouvaient de petites fleurs blanches, pareilles à de petites orchidées perlées, desquelles un parfum flottait de temps en temps.)

D. L’imagination

  • 72 « 小說中實際上存在著兩種氣味,或者說小說中的氣味實際上有兩種寫法。一種是用寫實的筆法,根據作家的生活經驗,尤其是故鄉的經驗,賦予他描寫的物體以氣味,或者說是用氣味來表現他要描寫的物體。另一種寫法就 (...)

En réalité, il existe deux sortes d'odeurs dans les romans, ou plutôt il existe en réalité deux manières d'écrire les odeurs dans les romans. L'une utilise une écriture réaliste, qui se base sur les expériences et la vie de l'auteur, et plus particulièrement sur ses expériences dans son pays natal, pour conférer aux objets qu'il décrit une odeur, ou plutôt utiliser les odeurs pour exprimer les objets qu'il décrit. L'autre manière d'écrire s'appuie sur l'imagination de l'auteur, elle donne une odeur à des objets qui en sont dépourvus, et en donne une autre à ceux qui en ont déjà une.72

55Les odeurs, sous la plume de Zhang Ailing, sont également remplis d'imagination :

(1) 燈火管制的城市沒什麼夜景,黑暗的陽台上就是頭上一片天,空洞的紫黝黝微帶鐵鏽氣的天上,高懸著大半個白月亮 (p. 186)

(La ville soumise au couvre-feu n'offre aucun spectacle nocturne. Seul le ciel s'élève au-dessus du balcon obscur, une lune gibbeuse blanche enveloppée d'un léger halo est accrochée haut dans le ciel vide et violacé, au léger parfum de rouille.)

56Après le repas, Julie et John étaient sur le balcon. Le ciel n'a à l'origine aucune odeur, mais Julie humait cependant un parfum de rouille, puisque les gens amoureux sont si sensibles à tout ce qui les entoure.

(2) 時間一分一秒在過去。從前的事凝成了化石,把她們凍結在裡面。九莉可以覺得那灰白色大石頭的筋脈,聞得見它粉筆灰的氣息 (p. 288)

(Le temps passait, minute après seconde. Les choses du passé se figeaient jusqu’à devenir fossile, les congelant à l’intérieur. Julie trouvait que depuis les veines de cette grosse roche blanc cendre l’on pouvait sentir son odeur de craie.)

57Julie a toujours pensé que « peu importe que les souvenirs soient joyeux ou non, ils ont tous une sorte de chagrin en eux » (p. 78). Les souvenirs sont des fossiles, l'adjectif de couleur « blanc cendre » (huībáisè 灰白色) représente le chagrin, d'où émane un parfum de craie. Cette description est emplie d'une grande imagination.

(3) 吃下午茶的客人走後,她從屋頂上下來,不知道怎麼臥室里有水蒸氣的氣息,床套也像是草草罩上的,沒拉平,一切都有點零亂 (p. 196)

(Après le départ de l’invité pour le goûter, elle descendit du toit. Elle ne savait pas pourquoi il y avait une odeur de vapeur d’eau dans la chambre, la housse de lit semblait aussi avoir été remise à la va-vite, sans avoir été bien tirée, tout était un peu en désordre.)

58Lorsque Julie habitait avec Rachel et Judy dans le même appartement, à chaque fois que Rachel recevait quelqu'un, Julie se rendait sur le toit, un livre en anglais à la main, pour lire. La vapeur n'a à l'origine aucune odeur, mais Julie, qui est très sensible, l'a sentie malgré tout, ce qui illustre le côté libertin de Rachel.

  • 73 « 文藝的表現必定是具體的,訴諸感官的。如果它完全是抽象的,它就失去文藝的特質而變為哲學科學 », in Zhu Guangqian 朱光潛, Zhu Guangqian quanji di si (...)
  • 74 « 深隱著作者的濃郁情思,包孕著許多內在的、深刻的、難以言傳的意念和感悟 », in Fan Boqun 範伯群, Ji Jin 季進, « Hu Gang yangchang zhong de c (...)

59Le fondateur des études esthétiques modernes en Chine, Zhu Guangqian 朱光潛 (1897-1986) écrit, dans son livre Tan wenxue 談文學 (Parlons littérature) : « L'expression artistique et littéraire est sans aucun doute concrète, elle fait appel aux sens. Si elle est totalement abstraite, elle perd alors sa caractéristique littéraire et artistique, et devient de la philosophie et de la science. »73. L'expérimentation et l'observation que fait Zhang Ailing de la vie procurent les nutriments de l'écriture des sens. Elle utilise toutes sortes de descriptions sensorielles pour ériger dans le roman un empire des sens plein de vie, et en même temps « cacher profondément les intenses sentiments de l'auteur, renfermant de nombreuses pensées et appréciations internes, profondes et inexprimables »74.

V. Style du chinois classique (l’utilisation mécanique des diangu, suyu et chengyu)

  • 75 « 會被譽為神童 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Tiancai meng » 天才夢 (Rêve de génie), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau (...)
  • 76 « 張愛玲當然是個雜食者,她把雜食的養分帶進對生活質地細節的追求里,因此而能成其大家風範 », in Yang Zhao 楊照, « Zai wangwang de weixie zhong—Zha (...)
  • 77 « 這兩部書在我是一切的泉源,尤其《紅樓夢》 », in la préface de Zhang Ailing 張愛玲, Honglou mengyan 紅樓夢魘 (Cauchemar dans l (...)
  • 78 Zhu Jiawen 朱嘉雯, Honglou meng yu Cao Xueqin 紅樓夢與曹雪芹 (Rêve dans le pavillon rouge et Cao Xueqin). Tai (...)

60Zhang Ailing possède une sensibilité innée envers la langue, l'enfant qu'était Zhang Ailling pouvait peut-être « être considérée comme un enfant prodige »75. De plus, sa classe sociale d'origine, ses expériences, son éducation et son tempérament particuliers, ont progressivement donné naissance au goût artistique et aux préférences esthétiques propres à Zhang Ailing. « Zhang Ailing est bien entendu une omnivore, elle emmène les nutriments des divers aliments à l'intérieur de sa quête pour les détails structurels de la vie ; c'est pour cette raison qu'elle a pu créer son style de maître qui fait autorité »76. L'attrait artistique de ses romans vient en premier lieu de son héritage de la quintessence de la tradition littéraire chinoise. Parmi les romans anciens qui ont le plus influencé Zhang Ailing, nous retrouvons bien entendu Honglou meng, mais également Jin Ping Mei 金瓶梅 (Fleur en fiole d'or), Haishang hua liezhuan 海上花列傳 (Fleurs de Shanghai), et Xiepu chao 歇浦潮 (Les Marées du Huangpu). Parmi eux, les romans classiques que sont Honglou meng et Jin Ping Mei représentent pour elle « la source de tout, surtout Honglou meng »77. A l'âge de quatorze ans, elle écrivit un petit roman composé de cinq chapitres, Modeng Honglou meng 摩登紅樓夢 (Le Rêve dans le pavillon rouge moderne), dans lequel Jia Lian 賈璉 est promu au poste de Ministre des chemins de fer, Jia Yuanchun 賈元春 présente quant à elle le défilé de mode Nouvelle Vie, Fangguan 芳官 et Ouguan 藕官 intègrent une troupe musicale, et Baoyu 寶玉 insiste pour partir à l'étranger avec Daiyu 黛玉78. A la fin de sa vie, elle consacra dix années à l'étude de Honglou meng, et écrivit le célèbre Honglou mengyan 紅樓夢魘 (Cauchemar dans le pavillon rouge). Hu Lancheng, dans le chapitre « Minguo nüzi » 民國女子 (La fille de la République de Chine) de Jinsheng jinshi, écrivit à propos de l'habileté d'écriture de Zhang Ailing :

  • 79 « 我問愛玲,她答說還沒有過何種感覺或意態形致,是她所不能描寫的,惟要存在心裡過一過,總可以說得明白。她是使萬物自語,恰如將軍的戰馬識得吉凶,還有寶刀亦中夜會得自己鳴躍 », in Hu Lanch (...)

J'ai demandé à Ailing, elle me répondit qu’il n’y avait aucune sensation ou forme physique qu'elle ne pouvait pas décrire ; qu'il fallait juste qu’elle réfléchisse un court moment, pour toujours pouvoir les exprimer clairement. Elle parvient à faire parler toute chose, juste comme le cheval de guerre d'un général qui pressent la bonne ou la mauvaise fortune, et encore comme le sabre précieux qui au milieu de la nuit arriverait à sonner de lui-même.79

  • 80 « 新舊文字的糅合 », in Fu Lei 傅雷, « Lun Zhang Ailing de xiaoshuo » 論張愛玲的小說 (À propos des romans de Zhang A (...)

61Le style romanesque de Zhang Ailing, d'après le célèbre traducteur Fu Lei 傅雷 (1908-1966), est « un mélange d'écritures nouvelles et anciennes »80. Nous allons donc, ci-dessous, analyser le style de la langue classique de Xiao tuanyuan à partir des expressions et du lexique des romans anciens chinois.

A. Terminologie classique (dérivée des ouvrages littéraires classiques chinois)

62(1) 跳腳 tiàojiǎo : désigne le fait de trépigner d'impatience, d'angoisse ou de colère. Voir le chapitre 82 du roman de Wu Cheng'en 吳承恩 (1500-1582), Xiyou ji 西遊記 (La Pérégrination vers l'ouest) : « 行者在他肚裡聽見說時,只怕長老慈心,又被他哄了。便就輪拳跳腳 » (XYJ, p. 997) [« A entendre la lamentation du fond de l’estomac, Singet n’avait qu’une crainte, que le Vénérable se laissât berner par esprit de compassion. Il se mit à faire des moulinets avec les poings, à sauter, à gesticuler, se jeter à plat ventre » (LPVO2, p. 630)].

「嬤嬤要跳腳了,」她笑著說 (p. 20)

(« La Sœur va trépigner », dit-elle en riant.)

63(2) 躊躇 chóuchú : hésitant, indécis, perplexe (SYMQ, p. 137). Voir le chapitre 68 du roman de Luo Guanzhong 羅貫中 (1330-1400), Sanguo yanyi 三國演義 (Les Trois Royaumes) : « 操欲立後嗣,躊躇不定。 » (SGYY, p. 591) [« Tant et si bien que Ts’ao Ts’ao hésitait entre ses deux fils [pour sa succession] » (LTR, p. 681)].

茹璧匆匆走了進來,略一躊躇,才坐到這邊桌上 (p. 22)

(Ruby entra en toute hâte, ce n’est qu’après un peu d’hésitation qu’elle s’assît à sa table.)

64(3) 聲口 shēngkǒu : ton, manière de parler, accent (GDXSYY, p. 1382). Voir le premier rouleau du roman Jingshi tongyan 警世通言 (Histoires pour avertir le monde) de Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646) : « 伯牙開言又問:「先生聲口是楚人了,但不知尊居何處?」 » (JSTY, p. 5) [Boya demanda encore : « L’accent de Monsieur montre que vous êtes de Chu, mais je ne saurais dire où Monsieur habite ».].

她那動作聲口倒像有些老先生們 (p. 23)

(Ses mouvements et sa manière de parler ressemblaient un peu à ceux de certains vieux messieurs.)

65(4) 一明兩暗 yīmíngliǎng'àn : désigne une certaine disposition, un certain agencement d'une demeure ; à savoir : une demeure divisée en trois pièces par des cloisons, dont celle du milieu est utilisée comme salle de séjour pour recevoir les invités, et les deux restantes étant respectivement utilisées comme bureau et comme chambre à coucher (SYMQ, p. 1168). Voir chapitre 58 du célèbre roman Jin Ping Mei 金瓶梅 (Fleur en fiole d'or) : « 原來孫雪娥在後邊,也住著一明兩暗 » (JPM, p. 760) [« Or, Belle-de-neige disposait d’un pavillon de trois pièces, une véranda et deux chambres à coucher, l’une à lit de briques, l’autre à lit de bois » (FFO2, p. 175)].

這些板壁隔出來的小房間「一明兩暗」 (p. 25)

(Ces petites pièces séparées par des cloisons en bois s’agençaient en « un salon et deux chambres ».)

66(5) 打趣 dǎqù : se jouer de, ridiculiser, se moquer de, persifler, taquiner (HLMYY, p. 147). Voir le chapitre 39 de Honglou meng 紅樓夢 (Rêve dans le pavillon rouge) : « 平兒笑道:「奶奶吃了酒,又拿了我來打趣著取笑兒了。」 » (HLM, p. 520) [« Vous avez bu, Jeune Dame ! répondit Petite Quiète et c’est moi que vous prenez pour objet de vos divertissements et de vos risées ! » (RPR1, p. 33)].

亨利嬤嬤打趣,問「劍妮的魏先生走了?」 (p. 25)

(Sœur Henry demande, sur un ton taquin : « Le Monsieur Wei de Jenny est parti ? ».)

67(6) 雲鬢 yúnbìn : désigne des cheveux de tempes beaux et abondant de femme (SYMQ, p. 1231). Voir le poème chanté « Jianzi mulanhua » 減字木蘭花 (Air de magnolia abrégé) de Li Qingzhao 李清照 (1084-1151) : « 怕郎猜道,奴面不如花面好。雲鬢斜簪,徒要教郎比並看。 » (LQZ, p. 71) [Je crains que mon aimé pense que je ne suis pas aussi belle que la fleur. Je pique une fleur dans mes volumineux cheveux de tempes, et lui demande qui est la plus belle.]

也許是改了髮型的緣故,雲鬢嵯峨,後面朝里卷著,顯瘦 (p. 27)

(C’est probablement du fait de son changement de coiffure et ses volumineux cheveux de tempes qui à l’arrière se bouclent vers l’intérieur, qu’elle paraît plus mince.)

68(7) 空落落 kōngluòluò : vide et désolé (HLMYY, p. 483). Voir le chapitre 79 de Honglou meng : « 二姑娘搬出去的好快,你瞧瞧這地方好空落落的。 » (HLM, p. 1121) [« [Le frérot Jade dit :] ‘La voilà bien vite sortie du parc ! Voyez combien ce lieu paraît vide et désolé, à présent !’ » (RPR2, p. 509)].

暑假中食堂空落落的,顯得小了許多 (p. 28)

(Le réfectoire était désert pendant les vacances d’été et paraissait beaucoup plus petit.)

69(8) 兩下里 liǎngxiàlǐ : signifie les deux parties, les deux côtés. Voir le chapitre 28 du roman Ershi nian mudu zhi guai xianzhuang 二十年目睹之怪現狀 (Les Étranges événements dont nous avons été directement témoin depuis vingt ans) de Wu Jianren 吳趼人 (1866-1910) : « 那鴉頭哭了,登時就兩下里大鬧起來。 » (ESNMD, p. 242) [Dès que cette fille se mit à pleurer, les deux parties se mirent immédiatement à se quereller.].

蕊秋正看櫥窗,有人從橫巷里走出來,兩下里都笑著招呼了一聲「噯!」 (p. 37)

(Rachel était en train de regarder la vitrine, quelqu’un sortit alors d’une allée, les deux parties firent signe en souriant : « Hé ! ».)

70(9) 百樣無味 bǎiyàng wúwèi : tiré du chapitre 30 de Niehai hua 孽海花 (Fleur sur l’océan des péchés) de Zeng Pu 曾樸 (1872-1935) : « 「不過 ‘吃了河豚,百樣無味’,你嫁過了金狀元,只怕合得上你胃口的丈夫就難找了。」 » (NHH, p. 378) [« Cependant, le poisson globe une fois mangé, tout le reste n’est qu’insipide. Après avoir épousé Jin, le lauréat du concours impérial, j’ai bien peur qu’il soit difficile de trouver un mari qui soit à ton goût ».].

不知道為什麼,一跟她母親在一起,就百樣無味起來 (p. 43)

(Elle ignorait pourquoi, dès qu’elle était avec sa mère, tout devenait alors insipide.)

71(10) 納罕 nàhǎn : trouver quelque chose surprenant et inexplicable (HLMYY, p. 592). Voir le chapitre 68 de Honglou meng 紅樓夢 (Rêve dans le pavillon rouge) : « 合家之人都暗暗納罕說:「看他如何這等賢惠起來了。」 » (HLM, p. 942) [« Contentons-nous de remarquer la stupéfaction qu’éprouva toute la petite population du parc. ‘Voyons un peu, s’y demandait-on partout, à part soi, comment Grande Sœur Phénix va s’y prendre pour continuer de manifester ainsi toute la sagesse d’une épouse particulièrement généreuse et tolérante’ » (RPR2, p. 161)].

這些笨蛋,她心裡納罕著 (p. 44)

(Ces idiots, elle était intérieurement stupéfiée.)

72(11) 靠傍 kàobàng : appui, soutien (SYMQ, p. 554). Voir le chapitre 45 de Rulin waishi 儒林外史 (Chronique indiscrète des mandarins) de Wu Jingzi 吳敬梓 (1701-1754) : « 「這都是你令兄太自傲處。及到弄出事來,卻又沒有個靠傍。」 » (RLWS, p. 466) [« mais votre frère aîné a toujours été trop fier. Maintenant que l’affaire surgit et que vous êtes dans l’embarras, vous n’avez pas de protecteur sur qui vous appuyer » (CIM, p. 652)].

(九莉)還是心裡空撈撈的,沒著沒落,沒個靠傍 (p. 47)

([Julie] avait encore le cœur vidé, sans ressources, sans soutien.)

73(12) 如泣如訴 rúqìrúsù : tiré de l'essai « Qian chibi fu » 前赤壁賦 (La Falaise rouge 1) de Su Shi 蘇軾 (1037-1101) : « 其聲嗚嗚然如怨如慕、如泣如訴 » (QCBF, p. 2) [« Les notes s’engrenaient comme une plainte, un désir ardent, comme un sanglot, comme un appel » (APC, p. 606)].

「嬤嬤,黃油沒有了!」比比膩聲抱怨著,如泣如訴 (p. 54)

(« Ma Sœur, il n’y a plus de beurre ! » se plaignit Bibi d’un ton capricieux, comme un sanglot, comme un appel.)

74(13) 告幫 gàobāng : solliciter ou demander de l'aide (SYMQ, p. 333). Voir le chapitre 33 de Guanchang xianxing ji 官場現形記 (Une Révélation des cercles officiels) de Li Baojia 李寶嘉 (1867-1906) : « 倘或告幫,少則十塊、八塊,多則三十、二十,亦常常的給人家 » (GCXXJ, p. 528) [S’ils lui demandent de l’aide, que ce soit huit ou dix yuans pour [ceux qui demandent] le moins, ou bien vingt ou trente pour [ceux qui demandent] le plus, il accède souvent à leur requête.].

又不是熟人,都怕別人絕糧告幫 (p. 61)

(Ce ne sont même pas des connaissances, ils avaient tous peur qu’on leur demande de l’aide en cas de pénurie de nourriture.)

75(14) 條子 tiáozi : prostituée (SYMQ, p. 989). Voir le chapitre 24 de Guanchang xianxing ji : « 「近來有什麼好‘條子’沒有?」 » (GCXXJ, p. 364) [« Il y a-t-il de bonnes prostituées récemment ? ».].

乃德有人請客,叫條子 (p. 88)

(Édouard fut invité par un ami, qui fit venir des prostituées [pour les accompagner].)

76(15) 伶仃 língdīng, qui peut aussi s'écrire 伶伶仃仃 línglíngdīngdīng : chétif, fluet (JPMCD, p. 327). Voir le chapitre 96 de Jing Ping Mei cihua 金瓶梅詞話 (Fleur en fiole d'or) de l’auteur inconnu dont le nom de plume est Lanling Xiaoxiaosheng 蘭陵笑笑生 (dates inconnues) : « 捱過春來又到秋,誰人知道我心頭。天,害的我伶仃瘦 » (JPM, p. 1429) [« Passe le printemps, vient l’automne, personne ne les comprend ! J’étiole, rongée d’une incurable langueur » (FFO2, p. 1181)].

她已經瞎了,人異常矮小,小長臉上闔著眼睛,小腳伶仃 (p. 98)

(Elle était déjà aveugle, anormalement petite, ses yeux étaient clos sur son fin et long visage, ses pieds bandés décharnés.)

77(16) 包打聽 bāodǎtīng : appellation désignant les détectives ou agents de police lors de la période des concessions étrangères, qui de nos jours désigne une personne bien renseignée (SYMQ, p. 31). Voir le chapitre 14 de Haishang hua liezhuan 海上花列傳 (Fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶 (1856-1894) : « 樸齋嘆口氣,也冷笑道:「耐哚包打聽阿是個聾甏?教俚去喊個剃頭司務拿耳朵來作作清爽,再去做包打聽末哉!」 » (HSHLZ, p. 110) [Piao Zhai soupira et dit t’un ton méprisant : « Votre détective, il est sourd ? Dites-lui d’abord d’aller chez le barbier pour se faire nettoyer les oreilles, et après il pourra jouer au détective ! »].

雲志怕綁票,雇了個退休了的包打聽做保鏢 (p. 99)

(Yunzhi craignait que ses filles soient enlevées contre rançon, il engagea alors un détective à la retraite comme garde du corps.)

78(17) 扞格 hàngé : être mutuellement en conflit, en opposition avec, incompatible. Tiré du dix-huitième chapitre du Li ji 禮記 (Le Livre des rites) : « 發然後禁,則扞格而不勝 » (LJ, p. 675) [Ce n’est qu’après l’erreur que l’on corrige, l’erreur et le correct entrent alors mutuellement en conflit, ce qui rend l’éducation difficile.].

小陽台狹窄得放張椅子都與鐵闌乾扞格 (p. 106)

(Le petit balcon était si étroit que si l’on mettait une chaise elle butait alors contre la balustrade en fer.)

79(18) 一捻 yīniǎn, peut aussi s'écrire 一捻捻 yīniǎnniǎn : qualifie des hanches fines (JPMCD, p. 627). Voir le chapitre deux de Jin Ping Mei cihua : « 玉纖纖蔥枝手兒,一捻捻楊柳腰兒 » (JPM, p. 25) [« Ses doigts de jade [avaient] la finesse d’une tige de ciboule. Une seule main aurait pu enlacer sa fine taille de saule » (FFO1, p. 55)].

風很大,吹著翠華的半舊窄紫條紋薄綢旗袍,更顯出一捻腰身 (p. 109)

(Le vent était fort et soufflait sur la qipao pas très vieille en fine soie aux étroites rayures violettes de Cuihua, révélant encore plus ses fines hanches.)

80(19) 攢眉 cuánméi : froncer les sourcils (JPMCD, p. 88). Voir le chapitre 53 de Jin Ping Mei cihua : « 西門慶做攢眉道:「教我那裡有銀子?」 » (JPM, p. 693) [Ximen fronce les sourcils : « Où veux-tu que je trouve l’argent ? » (FFO2, pp. 80-81)].

楚娣攢眉笑道:「這名字俗透了。」 (p. 111)

(Judy dit en riant et en fronçant les sourcils : « Ce prénom est extrêmement vulgaire ».)

81(20) 訕訕的 shànshàn de : embarrassé, gêné (HLMYY, p. 737). Voir le chapitre 36 de Honglou meng : « 又見如此景況,從來未經過這番被人棄厭,自己便訕訕的紅了臉 » (HLM, p. 482) [Devant l’attitude qu’elle prenait en sa présence, lui qui n’avait jamais été, par personne, rebuté de la sorte, le frérot Jade se sentit tout penaud. Il rougit et ne put que quitter la chambre (RPR1, p. 815)].

現在總是要楚娣帶笑催促:「去給二嬸寫封信,」方才訕訕的笑著坐到楚娣的書桌前提起筆來 (p. 111)

(Désormais, il fallait toujours que Judy la presse en souriant : « va écrire une lettre à ta tante [mère] » avant qu’elle s’asseye devant le bureau de Judy et qu’elle prenne un stylo avec un sourire embarrassé.)

82(21) 耳刮子 ěrguāzi, peut aussi s'écrire 耳拐子 ěrguǎizi ou 耳聒子 ěrguōzi : gifle, baffe. Voir le chapitre 4 de Jin Ping Mei : « 婆子罵道:「賊肏娘的小猢猻!你敢高則聲,大耳刮子打出你去。」 » (JPM, p. 50) [[La mère Wang insulta :] « Petit salaud de macaque, je t’en foutrais ! Si tu oses élever la voix, je te jette dehors à grands coups de taloches ! » (FFO1, pp. 97-99)].

乃德跳起來就刷了他一個耳刮子 (p. 114)

(Édouard se releva et lui donna une baffe.)

83(22) 駭異 hàiyì : être étonné, surpris (HLMYY, p. 325). Voir le chapitre 21 de Honglou meng : « 寶玉見了這般景況,深為駭異,禁不住趕來勸慰 » (HLM, p. 281) [Devant cette attitude, le frérot Jade s’effara. Il ne put se retenir de se précipiter à côté de sa camériste, ni de lui adresser des supplications (RPR1, p. 462)].

九莉駭異道:「他那麼有錢,怎麼會餓死?」 (p. 117)

(Julie dit, étonnée : « Il a tellement d’argent, comment pourrait-il mourir de faim ? ».)

84(23) 斷喝 duànhè : rabrouer afin de faire taire son adversaire (HLMYY, p. 206). Voir le chapitre 7 de Honglou meng : « 鳳姐聽了,連忙立眉嗔目斷喝道:「少胡說!」 » (HLM, p. 115) [Elle le rabroua, d’un cri, avec vivacité. « Assez de questions idiotes ! » (RPR1, p. 187)].

「嚇咦!」嚇噤的聲音,低低的一聲斷喝 (p. 126)

(« Hé ! » s’écria-t-elle de surprise, la rabrouant à voix basse.)

85(24) 嗾 sǒu : inciter, encourager (SYMQ, p. 946). Voir l'histoire « Xiang Gao » 向杲 (Xiang Gao) du sixième rouleau du Liaozhai zhiyi 聊齋志異 (Chroniques de l'étrange) de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715) : « 晟不服,遂嗾從人折棰笞之,垂斃,乃去。 » (LZZY, p. 1002) [Comme Xiang Sheng ne s’était pas laissé faire, le jeune seigneur, avant de repartir, l’avait fait bâtonner par ses gens si brutalement qu’il était tombé sans connaissance (CDE, p. 919)]

使她鬧,於是大鬧了一場 (p. 157)

(Ils l’encouragèrent à foutre le bordel, alors elle mit un gros bordel.)

86(25) 久假而不歸 jiǔjiǎ ér bù guī : tiré du Mengzi 孟子 (Mencius) : « 久假而不歸,惡知其非有也 » (MZ, p. 314). [Ils l’avaient empruntée si longtemps sans la restituer que l’on ne pouvait savoir que ce n’était pas vraiment la leur (MC, p. 256)]

全部自由一交給別人,勢必久假而不歸 (p. 166)

(Si l’on donne à quelqu’un d’autre une totale liberté, il la gardera forcément pendant longtemps sans nous la rendre.)

87(26) 抗聲 kàngshēng : à haute voix, fort (SYMQ, p. 553). Voir l'histoire « Sanchao yuanlao » 三朝元老 (Le Ministre qui servit sous trois empereurs) du huitième rouleau de Liaozhai zhiyi 聊齋志異 (Chroniques de l'étrange) : « 遂探袖出文,抗聲朗讀。 » (LZZY, p. 1258) [Il fouilla dans sa manche, en sortit le papier et récita en martelant les mots (CDE, p. 1167)].

「我跟盛九莉小姐,戀愛了。」頓了頓,末了有點抗聲說 (p. 174)

(« Avec Sheng Julie, j’ai une relation », il se tut un moment après avoir dit d’une voix un peu forte les derniers mots.)

88(27) 掮客 qiánkè : courtier, intermédiaire, commissionnaire pour toutes sortes de métiers (GDXSYY, p. 900). Voir le chapitre 85 de Ershi nian mudu zhi guai xianzhuang : « 子安道:「是個掮客。」 » (ESNMD, p. 792) [Zi’an dit : « c’est un courtier ».].

(他)穿戴得十分齊整,提著個公事皮包,像個保險掮客 (p. 178)

(Il était très soigneusement vêtu, portait à la main une sacoche en cuir de fonctionnaire, on aurait dit un courtier en assurance.)

89(28) 欹 qī : incliner, pencher (SYMQ, p. 753). Voir le dixième rouleau de Jingshi tongyan 警世通言 (Histoires pour avertir le monde) : « 爐煙尚裊,花影微欹 » (JSTY, p. 95) [La fumée du fourneau s’élève en volutes, l’ombre des fleurs légèrement inclinée.].

畢直的立在白磁壁上與水中 (p. 180)

(Il se tenait droit, debout et penché, immergé contre la céramique blanche.)

90(29) 氣性 qìxìng : humeur, tempérament, caractère (HLMYY, p. 659). Voir le trente-deuxième chapitre de Honglou meng : « 王夫人道:「誰知他這麼氣性大,就投井死了。」 » (HLM, p. 438) [[La Seconde Dame dit :] « Qui pouvait se douter qu’une telle violence de tempérament la pousserait à se noyer dans un puits ? » (RPR1, p. 732)].

(她)的確照任何標準都是個美人,[…] 看上去氣性很大 (p. 182)

([Elle] remplissait effectivement tous les critères pour être une beauté, […] elle semblait avoir un fort caractère.)

91(30) 蹭蹬 cèngdèng : perdre son pouvoir, son influence ; être dans la déveine, avoir de la malchance (GDXSYY, p. 1427). Voir le dix-huitième chapitre de Xiyou ji : « 那人掙不脫手,氣得亂跳道:「蹭蹬!蹭蹬!家長的屈氣受不了,又撞著這個光頭,受他的清氣!」 » (XYJ, p. 217). [« Je suis foutu ! foutu ! » se mit à crier le jeune homme qui trépignait de colère, ne parvenant pas à faire lâcher prise à Singet, « j’en ai déjà par-dessus la tête du patron et voilà que je tombe sur ce crâne luisant et dois souffrir ses airs de sainte nitouche ! » (LPVO1, p. 349)].

(九莉)自己知道泥足了,違反世界潮流,蹭蹬定了 (p. 251)

([Julie] savait qu’elle était embourbée, en allant à l’encontre de la tendance mondiale, elle était foutue avec certitude.)

92(31) 歇手 xiēshǒu : cesser, arrêter, renoncer à continuer (SYMQ, p. 1094). Voir le douzième chapitre de Laocan youji 老殘遊記 (Les voyages d'un vieux décrépit) de Liu E 劉鶚 (1857-1909) : « 老殘道:「請歇手罷,不用布了。我們不是新娘子,自己會吃的。」 » (LCYJ, p. 119) [Le vieux décrépit dit : « Veuillez cesser, nous n’avons pas besoin de tissu. Nous ne sommes pas de nouvelles mariées, nous savons manger de nous-mêmes ».].

連扒手都歇手了 (p. 252)

(Même les voleurs à la tire avaient renoncé à continuer.)

93(32) 伏手 fúshǒu : maniable, pratique à utiliser (HLMYY, p. 255). Voir le chapitre 40 de Honglou meng : « 那劉姥姥入了坐,拿起箸來,沈甸甸的不伏手 » (HLM, p. 536) [Aussitôt assise à sa petite table, elle saisit sa paire de baguettes. Elles étaient pesantes et ne se soumettait pas à la main (RPR1, p. 732)].

還有把切西瓜的長刀,比較伏手 (p. 257)

(Il y avait encore un long couteau pour couper les pastèques qui était assez maniable.)

94(33) 申飭 shēnchì : réprimander, gronder, reprocher, blâmer (HLMYY, p. 751). Voir le chapitre 73 de Honglou meng : « 又將林之孝家的申飭了一番。 » (HLM, p. 1010) [Verdict qu’elle fit suivre d’une sévère réprimande à l’adresse de la femme de l’intendant Lin (RPR2, p. 302)].

申飭了一番之後,著他去趕考,等有了功名再完婚 (p. 264)

(Après l’avoir réprimandé un moment, il lui ordonna d’aller passer l’examen impérial, ils allaient attendre qu’il ait un rang et les honneurs avant de finaliser le mariage.)

95(34) 其患遂絕 qíhuàn suìjué : désigne une inquiétude qui a disparu. Voir le chapitre « Zhao Yanjin » 趙延進 du rouleau 271 du vingt-septième volume du Song shi 宋史 (Histoire des Song) : « 延進累石為岸,遂絕其患 » (SS, p. 9299) [Yanjin fit accumuler des pierres aux abords du fleuve, ce qui mit fin à son inquiétude.].

(九莉)正以為「其患遂絕」,他又來了 (p. 170)

(Quand [Julie] pensait justement que « l’inquiétude s’en était allée », voilà qu’il revînt.)

96(35) 心惡之 xīn wù zhī : tiré du chapitre 72 de Sanguo yanyi : « 操雖喜笑,而心惡之。 » (SGYY, p. 627) [Ts’ao Ts’ao le félicita mais ne l’en détesta que davantage (LTR, p. 736)].

(九莉)只是聽到那刺耳的笑聲的時候震了一震,「心惡之」 (p. 269)

(Ce n’est que lorsque [Julie] entendit ces rires perçants qu’elle s’étonna, « les détestant ».)

97(36) 聽其辭若有憾焉,其實乃深喜之 tīng qící ruòyǒu hàn yān, qíshí nǎi shēnxǐ zhī : tiré du commentaire de Zhu Xi 朱熹 (1130-1200) fait dans le sixième rouleau du Lunyu : « 故夫子雲然,其辭若有憾焉,其實乃深喜之。 » (LY, p. 124) [Les paroles de Confucius pourraient faire penser qu’il éprouve du regret, mais en réalité il a une profonde affection pour lui.]

雖然(楚娣)不是「聽其辭若有憾焉,其實乃深喜之,」也有幾分佩服(九莉) (p. 276)

(Bien que [pour Judy] ce n’était pas que « ses paroles pouvaient faire penser qu’elle éprouvait du regret, mais qu’elle avait en réalité une profonde affection pour elle », elle vouait cependant [à Julie] une certaine admiration.)

98(37) 過了明路 guòle mínglù : désigne une chose déjà révélée, déjà devenue publique (HLMYY, p. 320). Voir le chapitre 80 de Honglou meng : « 那薛蟠自為是過了明路的,除了金桂,無人可怕 ,所以連門也不掩 » (HLM, p. 1130) [Conscient d’agir, en somme, officiellement, puisque fort du consentement de sa femme, et n’ayant, au demeurant, rien à redouter de personne d’autre qu’elle, le mari n’avait même pas pris la peine de verrouiller la porte de la chambre (RPR2, p. 525)].

他們也多少是過了明路的了 (p. 278)

(Leur [relation] était plus ou moins déjà devenue publique.)

99(38) 夫人不言,言必有失 fú rén bùyán, yán bì yǒushī : tiré et adapté du chapitre « Xianjin » 先進 du sixième rouleau des commentaires de Zhuxi sur le Lunyu 论语 (Les Entretiens) : « 子曰:「夫人不言,言必有中。」 » (LY, p. 126) [Le maître dit : « Cet homme ne parle guère, mais il place un mot, c’est dans le mille. » (LE, p. 64.)]

她向來「夫人不言」,言必有失 (p. 288)

(Depuis toujours, elle « ne parlait guère », et quand elle « plaçait un mot », c’était déplaisant.)

100(39) 待善價而沽之 dài shànjià ér gū zhī : tiré du chapitre « Zi Han » 子罕 du cinquième rouleau du Lunyu : « 子貢曰:「有美玉於斯,韞櫝而藏諸?求善賈而沽諸?」 » (LY, p. 113). [Zigong demanda : « Si vous aviez un jade précieux, le rangeriez-vous dans un écrin, ou chercheriez-vous à le vendre pour un bon prix ? » (LE, p. 52.)]

這些古董蕊秋出國向來都帶著的,隨時預備「待善價而沽之」 (p. 291)

(Ces antiquités que Rachel emmenait toujours avec elle lorsqu’elle partait à l’étranger, elle se préparait à « les vendre pour un bon prix » à tout moment.)

101(40) 入水不濡 rùshuǐ bùrú : s’enfoncer dans les eaux sans être mouillé. Tiré du chapitre « Da Zongshi » 大宗師 (Le Grand Maître) du Zhuangzi : « 登高不慄,入水不濡,入火不熱 » (ZZ, p. 169) [Ne tremblait point de vertige sur une hauteur, ne se mouillait point dans l’eau, ne se brûlait point dans le feu (TTOC, pp. 87-88)].

背上皮膚緊而滑澤,簡直入水不濡,可以不用擦乾 (p. 252)

(La peau de son dos était tendue et lisse, pouvant presque s’enfoncer dans les eaux sans être mouillée, il n’était pas nécessaire de l’essuyer.)

B. Le suffixe ran

  • 81 « 貌動靜之容者 », in Ma Jianzhong 馬建忠, Ma shi wentong 馬氏文通 (La Grammaire selon Sieur Ma). Beijing : Shang (...)
  • 82 « 文言里卻有明顯的形容詞詞尾,就是’然、焉、乎、爾、如’等詞 », in Shuxiang 呂叔湘, Zhongguo wenxue yaolüe 中國文學要略 (Synthèse sur (...)
  • 83 « 從詩經時代起,直到五四時代,‘然’字始終在書面語中用為副詞的詞尾 », in Wang Li 王力, Hanyu shigao 漢語史稿 (Histoire préliminaire de la (...)

102Les mots ayant pour suffixe rán 然 sont des éléments de la langue classique qui apparaissent fréquemment dans les romans de Zhang Ailing. Les avis divergent en linguistique concernant la fonction syntaxique et la nature de ces mots. Par exemple, Ma Jianzhong 馬建忠 (1845-1900) affirme que rán est un adjectif « qui décrit des actions »81. Lü Shuxiang déclare aussi que ce genre de mots est un adjectif qualificatif descriptif, il écrit : « il existe dans la langue classique des suffixes adjectivaux manifestes, qui sont les mots “rán, yān, , ěr, ” »82. Wang Li 王力 (1900-1986), quant à lui, pense que c'est un adverbe, il déclare : « De l'époque du Livre des odes, jusqu'à la période du 4 mai 1919, “rán” a toujours eu, à l'écrit, la fonction de suffixe adverbial »83. En même temps, rán est un suffixe avec une forte capacité d'attachement, puisqu'il peut se combiner avec un nom, un adjectif, un verbe, une onomatopée et même avec une réduplication. Mais dans les romans de Zhang Ailing, y compris dans Xiao tuanyuan, rán est la plupart du temps utilisé après des adjectifs.

103Adjectif + rán.

(1) 不久婀墜又得到了消息,說茹璧是汪精衛的姪女,大家方才恍然 (p. 25)

(Peu de temps après, Audrey apprit la nouvelle selon laquelle Ruby était la nièce de Wang Jingwei et la lumière se fit soudain dans notre esprit.)

(2) (九莉)那數目聽在耳朵里也沒有反應,整個木然 (p. 32)

(En entendant la somme, [Julie] ne réagit point et restait complètement impassible.)

(3) 楚娣默然了一會,笑道:「她倒是為你花了不少錢。」 (p. 33)

(Judy, après un moment de silence, dit en souriant : « Elle a dépensé pas mal d’argent pour toi ».)

(4) (九莉)只替她可惜耽擱得太久,忽然見老了,覺得慘然 (p. 44)

([Julie] ne fit que déplorer que Rachel eût laissé passer sa jeunesse et qu’elle faisait vieille tout à coup. Elle se sentait peinée.)

(5) 劍妮頹然坐著,探雁脖子往前伸著點,蒼黃的鵝蛋臉越發麵如土色 (p. 54)

(Jenny était assise d’un air abattu en tendant un peu son cou pareil à celui d’une oie sauvage.)

(6) (食堂)頓時嘩然 (p. 52)

(Tout le réfectoire entra en effervescence.)

(7) 直到下班仍舊音訊杳然。 (p. 67)

(Jusqu’à la fin du travail, on était toujours sans nouvelle.)

(8) 她抱著胳膊站在玻璃門邊,有點茫然 (p. 69)

(Elle se tenait debout contre la porte vitrée avec les bras croisés, l’air perdu.)

(9) (九莉)不禁有點爽然若失 (p. 116)

([Julie] ne put s’empêcher de se sentir un peu déçue et perplexe.)

(10) 九莉猝然把一張憤怒的臉掉過來對著她 (p. 138)

(Julie tourna subitement son visage furieux vers elle.)

(11) 「現在沒電影看了,」楚娣悵然笑著說 (p. 159)

(« Maintenant, c’est fini le cinéma », dit Judy avec un sourire traduisant son désappointement.)

(12) 九莉愕然輕聲道:「跟維嫂嫂好?」 (p. 160)

(Julie, étonnée, demanda à voix basse : « Il sort avec Cousine Wei ? ».)

(13) 凝注的微笑,卻有一絲淒然 (p. 173)

(Son sourire contemplatif laissa transparaître un brin de tristesse.)

(14) 她不禁憮然。本來他們早該結束了 (p. 182)

(Elle ne put s’empêcher d’être triste. Ils auraient dû mettre fin à leur relation beaucoup plus tôt.)

(15) 九莉看了也悚然 (p. 188)

(Julie fut aussi effrayée en lisant la phrase.)

(16) 「就宣佈也好,請朋友吃酒,那種情調也很好,」(他)慨然說 (p. 193)

(« C’est aussi bien de l’annoncer. Inviter nos amis à prendre un verre donne aussi une bonne ambiance », dit-il avec une grande émotion.)

(17) 「我們不下田,」她斷然的說,也是自傲的口吻 (p. 205)

(« Nous ne travaillons pas dans les champs », dit-elle d’un ton déterminé et fier.)

(18) 她突然憬然,覺得(那個外國小女孩)就是她自己 (p. 219)

(Tout à coup, elle se rendit compte que [la petite étrangère] était juste elle-même.)

(19) 九莉見過她一次,骨瘦如柴,但是並沒有病容, 也不很見老,只是長期的精神與物質上的煎逼把人熬成了人乾,使人看著駭然 (p. 225)

(Julie ne l’avait vue qu’une fois, maigre comme un clou. Elle n’avait pas le faciès malade ni faisait très vieille. C’était juste que le tourment moral et matériel depuis toujours l’avait transformée en une femme décharnée qui faisait paniquer les gens.)

(20) 他們很少說話,說了也被風吹走了一半,聽上去總像悄然 (p. 256)

(Ils ne parlaient guère. Même s’ils parlaient, le vent emportait la moitié des paroles qui se faisaient entendre tout en discrétion.)

(21) 九莉突然緊張起來。之雍也寂然了 (p. 268)

(Julie commença à stresser. John se tut aussi.)

(22) 「沒關係的,」郁先生淡淡的說,有點冷然 (p. 270)

(« Ça ne fait rien », dit Monsieur Yu avec indifférence, l’air un peu froid.)

(23) (之雍)有點摸不著頭腦,只肅然輕聲贊好 (p. 272)

(Il ne comprenait pas beaucoup. Il ne pouvait qu’en faire l’éloge respectueusement.)

(24) (九莉)看見他眼睛里陡然有希望的光 (p. 299)

([Julie] vit soudain apparaître une lueur d’espoir dans ses yeux.)

(25) 楚娣勃然變色 (p. 303)

(Judy changea soudain de visage.)

(26) (比比)忽又憤然道:「都說你跟邵先生同居過。」 (p. 308)

([Bibi] dit brusquement en colère : « Ils disent tous que tu as cohabité avec Monsieur Shao ».)

(27) (他)飯後立刻站起來走開了,到客室里倚在鋼琴上蕭然意遠 (p. 321)

(Après le repas, il se leva et partit tout de suite et s’appuya sur le piano du salon, isolé et perdu dans son esprit.)

104Nous pouvons remarquer que les exemples d'adjectifs avec la terminaison rán sont nombreux. Cette structure de mot donne un effet de signification riche sous une apparence simple. Par exemple « wǔrán » 憮然 qui renferme les sentiments de déception, d'affliction et de rancune ; ou encore « xiāorán » 蕭然 qui a la signification d’isolé, solitaire et calme. C'est justement pour cela que la signification concrète de ce genre de mots est assez incertaine, et laisse au lecteur un espace d'imagination et de réflexion. Enfin, le suffixe rán confère au roman un style linguistique raffiné.

105Par ailleurs, il existe encore, dans Xiao tuanyuan, un certain nombre de combinaisons adoptant d'autres formes, comme par exemple celle de l'onomatopée à laquelle on ajoute le suffixe rán :

(28) 忽然客室的門訇然推開了 (p. 284)

(Tout à coup, la porte du salon s’ouvrit très fort.)

(29) 九莉「噯呀」了一聲,耳朵里轟然一聲巨響,魂飛魄散 (p. 134)

(« Aïe-ah » cria Julie. Un gros bruit éclata dans ses oreilles et son âme se détacha de son corps sous l’emprise de la frayeur.)

106ou encore des mots dissyllabiques auxquels est ajouté rán, comme par exemple :

(30) 九莉的父親[…]高個子,淺灰直羅長衫飄飄然 (p. 27)

(Le père de Julie […] était d’une grande taille et avait une allure élégante sous sa robe en soie gris clair.)

(31) 比比只顧埋頭吃喝,臉上有點悻悻然 (p. 55)

(Bibi ne levait pas les yeux de dessus la nourriture, mais on lisait un peu la vexation et la déception sur son visage.)

(32) 女傭們都皇皇然咬耳朵 (p. 79)

(Les domestiques faisaient des messes basses, hagardes.)

(33) 她帶回來的土布花紅柳綠[…],都做了旗袍與簡化的西式衫裙,像把一幅名畫穿在身上,森森然快樂非凡 (p. 159)

(La toile de coton qu’elle avait ramené était de couleurs éclatantes […], elle en fit des qipao et des robes à l’occidentale simplifiées. Elle les portait comme si elle portait un tableau fameux sur elle, élancée et extrêmement heureuse.)

107Nous pouvons donc remarquer que de telles combinaisons syllabiques harmonieuses renforcent la musicalité de la langue.

C. Les idiotismes (chengyu)

108(1) 人聲嘈雜 rénshēngcáozá et 花枝招展 huāzhīzhāozhǎn : voir les chapitres 121 et 132 du roman de Zhang Chunfan 張春帆 (?-1935), Jiuwei gui 九尾龜 (La Tortue à neuf queues) : « 猛然聽得外面人聲嘈雜 » (JWG, p. 578) [Il entendit soudain à l’extérieur un tohu-bohu de voix.] et « 一個個都打扮得裙襖鮮明,花枝招展。 » (JWG, p. 618) [Chacun était vêtu de jupes et vestes éclatantes, joliment parées.].

一個個花枝招展人聲嘈雜 (p. 21)

(Chacune était joliment parée, un tohu-bohu de voix se faisait entendre.)

109(2) 面如滿月 miànrú mǎnyuè : qualifie un visage rond et blanc, comme la pleine Lune. Voir le chapitre 29 de Jin Ping Mei : « 神仙端詳了一回,說:「娘子面如滿月,家道興隆」 » (JPM, p. 350) [Tandis que la détaillant, l’Immortel expose : « Madame, votre visage de pleine lune signifie prospérité de l’économie domestique » (FFO1, p. 589)].

茹璧頭髮剪得很短,面如滿月,白裡透紅 (p. 22)

(Ruby avait les cheveux coupés très court, son visage rond comme la pleine Lune, d’une blancheur légèrement empourprée.)

110(3) 七大八小 qīdàbāxiǎo : de tailles différentes, diverses (SYMQ, p. 750). Voir le chapitre 10 de Laocan youji : « 有幾張樹根的坐具,卻是七大八小的不勻 » (LCYJ, p. 91) [Il y avait quelques sièges en racine d’arbre, mais qui étaient de tailles diverses.].

那天正上體操課,就在校園裡,七大八小十來個女生 (p. 27)

(Ce jour-là, juste au moment du cours de gymnastique, dans le campus il y avait une dizaine de filles de tailles différentes.)

111(4) 問長問短 wènchángwènduǎn : demander en détails (HLMYY, p. 898). Voir le chapitre 47 de Honglou meng : « 下來,移席和他一處坐著,問長問短,說此說彼 » (HLM, p. 633) [À peine fut-il descendu de scène et revenu prendre sa place à table, que le fils Xue quitta la sienne, alla s’asseoir auprès de lit et se mit à le questionner en long et en large, et à lui parler de choses et d’autres (RPR1, p. 1081)].

他幾次在煙鋪上問長問短,含笑打聽陸先生結了婚沒有 (p. 27)

(Il questionna plusieurs fois de long en large sur le lit à opium, souriant en demandant si Professeur Lu c’était ou non mariée.)

112(5) 輕嘴薄舌 qīngzuǐbóshé : parler de manière graveleuse ou humiliante (HLMYY, p. 684). Voir le chapitre 35 de Honglou meng : « 襲人聽了話內有因,素知寶釵不是輕嘴薄舌奚落人的 » (HLM, p. 472) [« Bouffée de Parfum comprit qu’il devait y avoir à ces paroles une raison, car elle savait, de longue date, que Grande Sœur Joyau n’était aucunement de ce genre de personnes qui tiennent à la légère des propos humiliants pour se divertir aux dépens des gens » (RPR1, p. 796)].

他教病理學,想必總是解剖屍體的時候輕嘴薄舌的,讓女生不好意思 (p. 48)

(Il enseigna la pathologie, lorsqu’il disséquait des cadavres il devait certainement toujours tenir des propos graveleux, ce qui embarrassait les filles.)

113(6) 欲取姑予 yùqǔgūyǔ : payer le prix pour que l'autre relâche sa vigilance, et chercher par la suite une occasion de s'emparer de quelque chose. Tiré du chapitre 36 du Daode jing 道德經 (La Voie et sa vertu) : « 將欲取之,必故予之 » (LZ, p. 417). [Pour parvenir à prendre, il faut d’abord donner (TTK, p. 87)]

她恨他中了人家「欲取姑予」之計,又要這樣怕 (p. 114)

(Elle lui en voulait de s’être fait avoir par le stratagème [de sa belle-mère] du « donner pour mieux prendre », et aussi parce qu’il la craignait tellement.)

114(7) 面如冠玉 miànrúguānyù : qualifie un bel homme, semblable au beau jade qui décorent les chapeaux. Voir le chapitre 38 de Sanguo yanyi : « 玄德見孔明身長八尺,面如冠玉,頭戴綸巾,身披鶴氅,飄飄然有神仙之概 » (SGYY, p. 331) [« Hsiuan-tö put voir un homme dans la taille atteignait bien huit pieds de haut, dont le visage resplendissant encore davantage que le jade de son bonnet, et qui portait sur la tête un turban de tissu crêpé. Son corps était revêtu d’une tunique faite de blanches plumes de grue ; vraiment, tout, en lui, donnait l’apparence d’un Esprit immortel absolument détaché des choses de ce monde » (LTR, p. 146)].

115唇若塗朱 chúnruòtúzhū : désigne des lèvres d'un rouge foncé ; qualifie les hommes à l'apparence agréable. Voir le chapitre 41 de Xiyou ji : « 行者與八戒,抬頭觀看,但見那怪物:面如傅粉三分白,唇若塗朱一表才 » (XYJ, p. 495) [« Singet et Porcet levèrent les yeux et virent une créature à la face si blanche qu’elle semblait poudrée, aux lèvres si rouges qu’elles paraissaient peintes » (LPVO1, p. 801)].

116劍眉星眼 jiànméixīngyǎn : désigne les hommes aux sourcils droits et qui se retroussent à l'extrémité en forme d'épée, et aux grands yeux brillants et plein d'énergie comme des étoiles. Voir le premier chapitre de Honglou meng : « 雖是貧窘,然生得腰圓背厚,面闊口方,更兼劍眉星眼,直鼻權腮 » (HLM, p. 12) [« [Cet homme] n’en était pas moins remarquable par la rotondité, à la ceinture, de sa taille, par son dos massif, et sa large face à bouche carrée. S’y ajoutaient des sourcils en pointe de glaive, des yeux scintillants, un nez rectiligne et des joues proéminentes » (RPR1, p. 22)].

117玉樹臨風 yùshùlínfēng : qualifie un homme à l'allure élégante comme un arbre divin, et au talent et à l'apparence hors du commun. Tiré du poème « Yin zhong baxian ge » 飲中八仙歌 (Chant des huit maîtres buveurs) de Du Fu 杜甫 (712-770) : « 宗之蕭灑美少年,舉觴白眼望青天,皎如玉樹臨風前。 » (DF, p. 83) [Bel homme Zongzhi, lorsqu’il levait son verre pour boire, regardait souvent d’un air hautain le ciel dégagé, beau et gracieux comme un arbre divin].

有個呂表哥是耿家的窮親戚,[…]生得面如冠玉唇若塗朱劍眉星眼玉樹臨風 (p. 116)

(Il y avait un cousin Lü qui était un pauvre parent du clan Geng, […] il était nanti d’un visage aussi resplendissant que le jade de son bonnet, de lèvres si rouges qu’elle semblaient peintes, de sourcils en pointe de glaive et de yeux scintillants pareils aux étoiles, il était aussi élégant qu’un arbre divin.)

118(8) 平頭整臉 píngtóuzhěngliǎn ; peut aussi s'écrire 平頭正臉 píngtóuzhengliǎn : au visage droit et régulier (HLMYY, p. 641). Voir le chapitre 46 de Honglou meng : « 「這個大老爺太好色了,略平頭正臉的,他就不放手了。」 » (HLM, p. 619) [« Ce Monsieur Premier-né a trop de goût pour la chair fraîche ! Pour peu qu’une fille ait une tête passable et de traits réguliers, il faut qu’il lui mette la main dessus » (RPR1, p. 1054)].

一個矮墩墩平頭整臉三十來歲的男子,蒼白 (p. 178)

(Un garçon courtaud et au visage droit et régulier âgé d’une trentaine d’années, intensément blanc.)

119(9) 煙視媚行 yānshìmèixíng : qualifie l'aspect timide et serein d'une femme nouvellement mariée. Tiré de la partie « Buqu » 不屈 (Ne pas s’incliner) du dix-huitième rouleau de Lüshi Chunqiu : « 人有新取婦者,婦至,宜安矜煙視媚行。 » (LSCQ, p. 498) [Quand un homme vient de prendre une nouvelle épouse et que celle-ci arrive, il faut qu’elle soit sereine, qu’elle regarde avec les yeux demi-clos et qu’elle marche lentement].

「你其實很溫柔。像日本女人。大概本來是煙視媚行的」 (p. 183)

(« Tu es en fait très douce. Comme une femme japonaise. À l’origine tu devais probablement être aussi sereine et douce qu’une femme nouvellement mariée ».)

120(10) 守望相助 shǒuwàngxiāngzhù : se protéger et s'aider mutuellement. Tiré du Mengzi : « 守望相助,疾病相扶持,則百姓親睦 » (MZ, p. 119). [S’aider et se protéger mutuellement, s’entraider dans la maladie, et ainsi le peuple vivra dans la solidarité et l’harmonie].

像荀太太朱小姐那樣,勢必「守望相助」 (p. 237)

(Comme Madame Xun et Mademoiselle Zhu, il faut inévitablement « se protéger et s’aider mutuellement ».)

121(11) 沒顏落色 méiyánluòsè : sans entrain, sans ardeur, déprimé (GDXSYY, p. 481). Tiré du troisième chapitre de Xingshi yinyuan zhuan de l'auteur connu sous le pseudonyme Xi Zhousheng 西周生 (dates inconnues) : « 「我要不起去,一個家,沒顏落色的。」 » (XSYYZ, p. 40) [« Si je ne me lève pas, toute la famille sera sans ardeur »].

也許因為這次整個的沒顏落色的 (p. 249)

(Probablement parce que cette fois-ci elle était totalement sans ardeur.)

122(12) 知己知彼 zhījǐzhībǐ : se connaître soi-même et connaître autrui. Tiré du troisième chapitre du Sunzi bingfa 孫子兵法 (L'Art de la guerre de Sunzi), « Mou gong » 謀攻 (La Stratégie offensive) : « 知己知彼者,百戰不殆 » (SZBF, p. 22). [« Connaissez l’ennemi et connaissez-vous vous-même ; en cent batailles vous ne courrez jamais aucun danger. » (ADLG, p. 150.)]

九莉對自己說:「‘知己知彼’。你如果還想保留他,就必須聽他講,無論聽了多痛苦。」 (p. 235)

(Julie se disait à elle-même : « Se connaître soi-même et connaître autrui. Si tu veux encore le retenir, tu es obligée d’écouter ce qu’il raconte, qu’importe la souffrance éprouvée lorsque tu écoutes.)

123(13) 落荒而走 luòhuāngérzǒu : ne pas avoir le temps de choisir sa route, fuir dans la précipitation. Voir le chapitre 31 de Sanguo yanyi : « 玄德見勢危,落荒而走 » (SGYY, p. 277) [« Hsiuan-tö réalisa tout à coup à quel point la situation devenait pressente et s’enfuit à bride abattue » (LTR, p. 19)].

郁先生這次專揀小路「落荒而走,」不知道是不是怕有人認識九莉 (p. 266)

(Cette fois-ci Monsieur Yu avait spécialement choisi une petite route pour « fuir à bride abattue », elle ignorait s’il craignait que quelqu’un la reconnaisse.)

D. Les proverbes (suyu)

124(1) 蛇鑽的窟窿蛇知道 shé zuān de kūlóng shé zhīdào : notre cœur sait plus que quiconque les choses que nous faisons (GDXSSY, p. 925). Tiré du chapitre 86 de Jin Ping Mei : « 王婆道:「自古蛇鑽窟窿蛇知道,各人乾的事兒各人心裡明。」 » (JPM, p. 1298) [[La Mère Wang dit :] « Comme l’on dit, le serpent sait fort bien pourquoi il s’est glissé dans son trou ! Nul n’ignore ce qu’il a commis » (FFO2, p. 974)].

劍妮鼻子里哼了一聲,冷笑道:「蛇鑽的窟窿蛇知道,剛才嬤嬤進來一說,人家早知道了,站起來就走。」 (p. 53)

(Jenny renâcla un coup, et dit avec un sourire railleur : « Le serpent sait fort bien pourquoi il s’est glissé dans son trou, lorsque la Sœur est entrée à l’instant pour nous le dire, elle [Ruby] le savait depuis bien longtemps, elle s’est juste levée et est partie.)

125(2) 清鍋冷灶 qīngguōlěngzào ; synonyme de 清灰冷灶 qīnghuīlěngzào et 清灰冷火 qīnghuīlěnghuǒ : les fourneaux de la cuisine n'ont pas été allumés depuis bien longtemps, qualifie une vie de misère (GDXSSY, p. 788). Voir le troisième chapitre de Xingshi yinyuan zhuan : « 走到計氏院內,只見清鍋冷灶,一物也無 » (JSYYZ, p. 38) [Arrivé dans la demeure de Dame Ji, il n’y avait que des fourneaux qui n’avaient pas été allumés depuis fort longtemps, il n’y avait rien du tout.].

樓下的廚房似乎沒有人使用,永遠清鍋冷灶的 (p. 61)

(La cuisine à l’étage du dessous semble n’être utilisée par personne, les fourneaux n’ont jamais été allumés.)

126(3) 瓦罐不離井上破 wǎguàn bù lí jǐng shàng pò : dans les temps anciens, la plupart des puits étaient fabriqués en pierre. Lorsqu'on utilisait une cruche en terre cuite pour puiser l'eau, on risquait, à la moindre inattention, de la briser. Le général d'armée qui risque souvent sa vie sur le champ de bataille a toujours du mal à éviter des imprévus. Désigne le fait de se trouver fréquemment dans des situations dangereuses ou dans une position périlleuse et de ne pouvoir éviter que quelque chose n'arrive. Sert aussi de métaphore dont le sens est que les gens trouvent toujours la mort dans leur propre travail ou dans les choses qu'ils apprécient (GDXSSY, p. 1057). Voir le chapitre « 錯斬崔寧 » (Tuer injustement Cui Ning) du quinzième rouleau du recueil de contes oraux de la dynastie des Song 宋代 (960-1279), Jingben tongsu xiaoshuo 京本通俗小說 (Contes populaires de la capitale) : « 大娘子甚是有識見,早晚用好言語勸他:「自古道:’瓦罐不離井上破,將軍難免陣中亡’[…]只管做這沒天理的勾當,終須不是個好結果。」 » (JBTSXS, p. 91) [Sa femme était très perspicace, elle l’exhortait du matin au soir avec des mots bien choisis : « Il est dit depuis les temps anciens : Tant va la cruche au puit, qu’à la moindre inattention elle se brise ; le général évite difficilement la mort sur le champ de bataille […] si tu ne t’occupes que de cette affaire qui va à l’encontre de la loi céleste, il n’y aura forcément que des mauvaises conséquences.].

她希望這場戰事早點結束,再拖下去,「瓦罐不離井上破」,遲早圖書館中彈,再不然就是上班下班路上中彈片 (p. 64)

(Elle espérait que cette guerre finirait bientôt, si ça continuait, « tant irait la cruche au puit qu’à la moindre inattention elle se briserait », tôt ou tard la bibliothèque serait bombardée, ou sinon ils seraient bombardés sur le chemin de l’école.)

127(4) 朝中無人莫做官 cháozhōng wúrén mò zuòguān : sans aucun soutien à la cour impériale, il ne faut pas devenir mandarin (GDXSSY, p. 104). Voir le chapitre 94 de Jingshi yinyuan zhuan : « 常說朝里無人莫做官,又說朝里有人好做官 » (JSYYZ, p. 1335) [On dit souvent que sans aucun soutien à la cour impériale, il ne faut pas devenir mandarin ; et l’on dit aussi qu’avec un soutien à la cour impériale, devenir mandarin est chose aisée.].

「所以說‘朝中無人莫做官,’只有你沒有靠山,不怪你怪誰?」 (p. 105)

(« C’est pourquoi l’on dit sans aucun soutien à la cour impériale, il ne faut pas devenir mandarin, il n’y a que toi qui n’as pas de soutien, si on ne te blâme pas, qui pouvons-nous bien blâmer ? »)

128(5) 今朝脫了鞋和襪,怎知明朝穿不穿 jīnzhāo tuō le xié hé wà, zěn zhī míngzhāo chuān bù chuān : aujourd'hui nous sommes vivants, mais nous ne savons pas si nous le serons encore demain. Métaphore voulant dire que chacun a sa propre destinée, que la vie et la mort ne peuvent être maîtrisées (GDXSSY, p. 514). Voir le chapitre 9 de Jin Ping Mei : « 王婆道:「天有不測風雲,人有旦夕禍福;今早脫下鞋和襪,未審明朝穿不穿」 » (JPM, p. 98) [[La Mère Wang dit :] « La destinée de l’homme est aussi imprévisible que nuages au ciel : rien ne garantit que tu remettras demain les chaussures que tu as ôtées la veille » (FFO1, p. 174)].

最是「今朝脫了鞋和襪,怎知明朝穿不穿」這兩句,余媽反復念了幾遍,幾個老年人都十分感動 (p. 207)

(C’est surtout « aujourd’hui tu ôtes tes chaussures et tes chaussettes, comment savoir si tu les porteras encore demain », ces deux phrases, que la Mère Yu lut à plusieurs reprises, qui émurent beaucoup quelques personnes âgées.)

129(6) 財不露白 cáibùlùbái : il ne faut pas exposer à la légère sa fortune, afin d'éviter d'éveiller chez les gens des envies de vol (GDXSSY, p. 89). Voir le rouleau 21 de Erke paian jingqi 二刻拍案驚奇 (Merveilleux contes) de Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644) : « 「財不露白,金帛滿舟累累,晃人眼目如此!」 » (EKPAJQ, p. 312) [« Il ne faut pas exposer à la légère sa fortune, l’or et la soie qui remplissent les bateaux, éblouissent ainsi les yeux des gens ! »].

(九莉)想道:「我們上一代真是對我們防賊似的,‘財不露白’。」 (p. 292)

([Julie] voulait dire : « La génération de nos parents nous prennent vraiment pour des voleurs, ils n’exposent pas leur fortune afin d’éviter les envies de vol ».)

130(7) 長江後浪推前浪 Chángjiāng hòulàng tuī qiánlàng : les affaires du monde évoluent sans cesse, chaque génération l'emportant sur la précédente. Voir par exemple le chapitre 75 de Sanbao taijian xiyang ji tongsu yanyi 三寶太監西洋記通俗演義 (Les Voyages de Zheng He en Occident) du romancier de la dynastie Ming 明代 (1368-1644) Luo Maodeng 羅懋登 (dates inconnues) : « 唐狀元道:「我這三箭,叫做是:長江後浪催前浪,世上新人趲舊人。」 » (SBTJ, p. 967) [Le lauréat des examens impériaux Tang dit : « Mes trois flèches-ci est ce qu’on appelle : la vague suivante du Fleuve Bleu pousse la précédente, les nouveaux hommes du monde surpassent les anciens.].

她想楚娣不過是忠於自己這一代,不喜歡「長江後浪推前浪」 (p. 298)

(Elle se dit que Judy n’était que dévouée à sa propre génération, qu’elle n’appréciait pas que « la vague suivante pousse la précédente sur le Fleuve Bleu ».)

E. Les allusions (aux propos et histoires classiques) littéraires et historiques (diangu)

131(1) 伍子胥過昭關 Wǔ Zǐxū guò Zhāoguān : fait référence à une légende populaire, tirée du chapitre 72 de Dongzhou lieguo zhi 東周列國志 (Chroniques des Principautés des Zhou Orientaux) de Feng Menglong 馮夢龍. Wu Zixu 伍子胥 (559-484 av. J.-C.) tente d'échapper au Roi Ping des Chu 楚平王 (?-516 av. J.-C.) qui le pourchasse pour le tuer. Il arrive alors à Zhaoguan 昭關, qui se trouve à la frontière entre le Royaume de Wu 吳 et le Royaume de Chu 楚. Mais ici, les officiels mènent l'enquête de manière très intense. En proie au soucis, Wu Zixu verra ses cheveux blanchir en une nuit (DZLGZ, pp. 529-537).

誰知這只鴿子一夜憂煎,像伍子胥過昭關,雖然沒變成白鴿,一夜功夫瘦掉一半 (p. 76)

(Qui aurait pu penser que ce pigeon, après une nuit à s’inquiéter, serait comme Wu Zixu lorsqu’il passa par Zhaoguan. Bien qu’il ne se soit pas changé en pigeon blanc, il avait maigri de moitié en l’espace d’une nuit.)

132(2) 孟光接了梁鴻案 Mèng Guāng jiē le Liáng Hóng àn est elle-même tirée d'une autre allusion historique, connue sous le nom de 舉案齊眉 jǔ'àn qíméi, qui fait référence à l'histoire suivante : à chaque fois que Meng Guang 孟光 amenait à manger à son mari Liang Hong 梁鴻, célèbre ermite de l'époque des Han de l'Est, Dong Han 東漢 (25-220), elle levait toujours le plateau en bois sur lequel se trouvait la nourriture très haut, au niveau et en parfait alignement avec ses sourcils, en signe de respect (DGDCD, p. 347). Mais, dans Xiao tuanyuan, cette phrase est ironique. À l'origine, il était impossible, à l’époque, que Liang Hong serve de la nourriture à Meng Guang, c'est pourquoi le fait que Meng Guang accepte le plateau en bois de Liang Hong désigne quelque chose de vraiment incroyable, de vraiment exceptionnel. Dans le roman, elle désigne la grande surprise éprouvée par Julie lorsqu'elle découvre subitement que son frère Jiulin 九林 (Julien) et sa belle-mère Cuihua 翠華 sont très proches, alors qu'elle pensait à l'origine que Julien ne l'appréciait pas du tout.

下午九莉到他們起坐間去看報,見九林斜倚在煙鋪上,偎在翠華身後[…]她震了一震,心裡想是幾時孟光接了梁鴻案 (p. 114)

(L’après-midi Julie allait dans leur salle de séjour pour lire le journal, elle voyait Julien appuyé en oblique sur le lit à opium, blotti derrière Cuihua […], elle fut secouée, elle se demandait intérieurement quand est-ce que Meng Guang avait accepté le plateau de Liang Hong.)

133(3) 燕瘦 yànshòu fait référence à l'allusion historique connue sous le nom de 環肥燕瘦 huánféi yànshòu, qui fait référence à Yang Yuhuan 楊玉環 (719-756), la concubine favorite de l'Empereur Tang Xuanzong 唐玄宗 (685-762), connu sous le titre de Tang Minghuang 唐明皇, et à Zhao Feiyan 趙飛燕 (45-1 av. J.-C.), la favorite de l'Empereur Han Chengdi 漢成帝 (51-7 av. J.-C.). La première est potelée, tandis que la seconde est fluette, mais toutes deux sont considérées comme les parangons de beauté de la Chine ancienne (DGDCD, p. 276). L'expression yànshòu est donc une métaphore utilisée pour décrire une jolie fille au corps svelte et fluet.

她想告訴她,她父親的女人都是「燕瘦」而厲害的 (p. 97)

(Elle avait envie de lui dire que les femmes de son père étaient toutes minces comme Zhao Feiyan et fortes.)

134(4) Dans le chapitre « Zhao ce yi » 趙策一 (Premier stratagème de Zhao) de Zhanguo ce 戰國策 (Stratagèmes des Royaumes Combattants), Yurang 豫讓 souhaite venger Zhi Bo 知伯. Pour cela il dresse une embuscade sous un pont afin de tuer Zhao Xiangzi 趙襄子. Il échoue cependant et se fait arrêter. Xiangzi lui demande alors la raison pour laquelle il veut absolument venger la mort de Zhi Bo : « 豫讓曰 :‘臣事範中行氏,範中行氏以眾人遇臣,臣故眾人報之;知伯以國士遇臣,臣故國士報之。’ » [Yurang dit : « Je fus conseiller personnel de Sieurs Fan et Zhongxing. Ils me traitèrent comme un homme médiocre, je les traitai donc en homme médiocre ; Zhi Bo m’a traité comme un ministre, je lui réponds donc en ministre ».]. Si le souverain le traite comme une personne lambda, celui-ci en fait de même à l'égard du souverain ; et si le souverain le traite comme s'il accueillait un ministre, celui-ci lui répondrait comme doit le faire un ministre à l'égard du souverain (DGDCD, p. 960). Dans le roman, Zhang Ailing fait donc une comparaison avec le mauvais caractère du mari, le cousin Wei, Wei gege 維哥哥. Cousin Xu, Xu gege 緒哥哥, traite quant à lui cousine Wei, Wei saosao 維嫂嫂, de manière plus douce. C'est pourquoi cousine Wei le choisit comme amant pour se venger de cousin Wei.

維嫂嫂要報復,其實緒哥哥是最合邏輯的人選,[…]他又不像維哥哥大少爺脾氣,她也許有眾人國士之感 (p. 161)

(Cousine Wei voulait se venger, Cousin Xu était en réalité le choix le plus logique, […] il n’était pas comme Cousin Wei qui avait un tempérament typique des jeunes maîtres. C’est probablement pour cela qu’elle se sentait traitée différemment.)

135(5) L'histoire de 千里送京娘 qiānlǐ sòng Jīngniáng est tirée du chapitre 21 de Jingshi tongyan 警世通言 (Histoires pour avertir le monde), « Zhao Taizu qianli song Jingniang » 趙太祖千里送京娘 (L’Empereur Taizu des Song raccompagne Jingnian sur mille lis) : Le jeune Song Taizu, Zhao Kuangyin 趙匡胤 (927-976), sauva une fille qui s’appelait Zhao Jingniang 趙京娘, kidnappée dans un temple et la protégea tout au long de la route qui menait à chez elle. Jingniang tomba amoureuse de Taizu mais ce dernier ne la considérait que comme sa sœur et ne put accepter son affection. Finalement Jingniang se suicida pour prouver à sa famille sa pureté (JSTY, pp. 216-231). Elle désigne cependant ici Jade, l’une des belles-mères d'un ami de Shao John, qui l'aide à s'enfuir et l'escorte jusqu'à sa ville natale ; voyage durant lequel une relation charnelle aura lieu.

(九莉)現在當然知道了巧玉「千里送京娘」路上已經成其好事 (p. 278)

(Bien entendu [Julie] savait désormais que quelque chose s’était passé avec Jade sur la route « du long voyage pour escorter Jingniang ».)

F. Les vers poétique (shiju)

136(1) 夕陽無限好 xīyáng wúxiàn hǎo : est tiré du poème « Leyou yuan » 樂游原 (Au plateau des promenades joyeuses) de Li Shangyin 李商隱 (813-858) : « 夕陽無限好,只是近黃昏 » (LSY, p. 2168) [Le soleil couchant serait infiniment beau, si le crépuscule ne s’annonçait prochain (APC, p. 483)].

永遠是夕陽無限好,小輩也應當代為珍惜,自己靠後站,不要急於長大,這是她敬老的方式 (p. 42)

(Pour toujours le coucher de soleil est infiniment beau, les jeunes devraient aussi chérir le moment présent, à la place des anciens et se mettre derrière eux, ils ne doivent pas être impatients de grandir, c’est sa façon de les respecter.)

137(2) 曾經滄海難為水 céngjīng cānghǎi nánwéi shuǐ est tiré du poème « Lisi shi wu shou » 離思詩五首 (Cinq élégies de la séparation) de Yuan Zhen 元稹 (779-831) : « 曾經滄海難為水,除卻巫山不是雲 » (YZ, p. 640) [Quand on a vu la mer, les fleuves font un bien piètre spectacle, seules celles du mont Wu méritent que l’on les nomme nues]. 曾經滄海難為水 veut dire que pour celui qui a connu la mer, les autres cours d'eau ne peuvent plus être qualifier d'eau. Cette expression est souvent utilisée pour exprimer le fait que si l’on a une personne dans notre cœur, alors on ne peut plus s'intéresser aux autres personnes. Dans Xiao tuanyuan, cette expression désigne le fait que Julie pense que l'écriture est la meilleure méthode pour se faire comprendre, et que c'est pour cela qu'elle ne veut plus révéler aux autres ses peines intimes.

但是自從寫東西,覺得無論說什麼都有人懂,即使不懂,她也有一種信心,總會有人懂。曾經滄海難為水,更嫌自己說話言不達意,什麼都不願告訴人了 (p. 168)

(Mais depuis qu’elle écrivait, elle trouvait que des gens comprendraient quoiqu’elle dise, et que même s’ils ne comprenaient pas, elle croyait sincèrement qu’il y aurait toujours des gens pour comprendre. Quand on a vu la mer, les fleuves font un bien piètre spectacle, elle rechignait donc encore plus à expliquer ce qui n’était pas clairement exposé, elle n’avait plus envie de dire quoique ce soit aux gens.)

138(3) 載沈載浮 zàichénzàifú : s'enfoncer et remonter à la surface sans arrêt (SYMQ, p. 1237). Tiré du poème « Jing jing zhe e » 菁菁者莪 (L’armoise croît admirablement sur la colline) du chapitre « Tong Gong zhi shi » 彤弓之什 (La décennie de Tong Gong) de la partie « Xiao ya » 小雅 (Les Odes mineures) du Shijing 詩經 (Le Livre des odes) : « 泛泛楊舟,載沈載浮。既見君子,我心則休。 » (SJ, p. 261) [« La barque de peuplier, ballottée par les flots, tantôt descend tantôt s’élève. (Ainsi mon cœur était agité). La vue de ce sage donne le repos à mon âme » (CK, p. 196)].

就像已經是個蒼白失血的女屍,在水中載沈載浮 (p. 177)

(Elle était déjà comme un cadavre de femme toute pâle d’avoir perdu son sang, et qui sombrait et émergeait dans les eaux.)

139(4) 捲簾梳洗望黃河 juǎnlián shūxǐ wàng Huánghé : est tiré du poème « Jihai zashi, fengyun cailüe yi xiaomo » 己亥雜詩·風雲材略已消磨 (Poèmes divers de l’année Jihai, le plus grand des talents et des stratégies est déjà anéanti) de Gong Zizhen 龔自珍 (1792-1841) : « 為恐劉郎英氣盡,捲簾梳洗望黃河。 » (GZZ, p. 532) [Craignant que Sieur Liu n’ait plus de courage, elle souleva le rideau, se lava et se coiffa en regardant le Fleuve Jaune].

她當時想起他,人遠,視野遼闊,有「捲簾梳洗望黃河」的感覺 (p. 235)

(À ce moment-là, elle pensa à lui qui était loin dans son vaste champ de vision, comme si elle « soulevait le rideau, se lavait, se coiffait en regardant le Fleuve Jaune ».)

140(5) 最是 zuìshì : désigne une situation des plus favorables ou des moins favorables. Souvent utilisé dans la poésie ancienne, comme par exemple dans le poème « Jianzi mulanhua » 減字木蘭花 (Air de magnolia abrégé) de Su Shi 蘇軾 (1037-1101) : « 最是一年春好處。微雨如酥。 » (SDPC, p. 435) [Le printemps est le meilleur moment de l’année. La bruine y est comme le beurre.].

在海船上顛簸著,最是像搖籃一樣使人入睡 (p. 248)

(Secouée sur le vaisseau maritime, c’était ce qui ressemblait le plus à un berceau qui endormait les gens.)

141(6) 照眼明 zhào yǎnmíng : tiré du poème « Ti liuhua » 題榴花 (Pour les fleurs de grenadier) de Han Yu 韓愈 (768-824) : « 五月榴花照眼明,枝間時見子初成 » (HCL, p. 382) [Les fleurs de grenadier du mois de mai sont éclatantes, les petites grenades en pleine croissance apparaissent de temps à autre entre les branches.].

她對色彩無饜的慾望這才滿足了,比香港滿山的杜鵑花映著碧藍的海還要廣大,也更「照眼明」 (p. 273)

(Son désir inassouvi envers les couleurs n’est comblé qu’ici, [les champs de colza étaient] encore plus vastes que les rhododendrons recouvrant toute la montagne avec la mer aigue-marine en fond à Hong Kong, et aussi plus « éclatants ».)

142(7) 掬水月在手 jūshuǐ yuè zài shǒu : tiré du poème « Chunshan yeyue » 春山夜月 (Montagnes printanières et lune nocturne) du poète de la dynastie Tang 唐代 (618-907), Yu Liangshi 於良史 (dates inconnues) : « 掬水月在手,弄花香滿衣 » (QTS, p. 3118) [Je pris l’eau et la Lune se refléta dans mes mains, je caressai les fleurs et mes vêtements furent imprégnés de parfum].

他把頭枕在她腿上,她撫摸著他的臉,不知道怎麼悲從中來,覺得「掬水月在手」,已經在指縫間流掉了 (p. 313)

(Il appuya sa tête sur ses jambes, elle caressa son visage, ne sachant pas comment sa souffrance surgit de son cœur, elle trouvait que « l’eau qu’elle avait pris dans ses mains et qui reflétait la Lune » avait déjà glissé entre ses doigts.)

143Par ailleurs, les descriptions de personnages dans Xiao tuanyuan usent souvent des expressions usuelles présentes dans les romans classiques ; comme par exemple : bāzìméi 八字眉 (Sourcils descendants), liǔméi 柳眉 (Sourcils fin comme le saule), jiànméi 劍眉 (Sourcils en pointe de glaive), sānjiǎoyǎn 三角眼 (Yeux triangulaires), diàoshāoméi 吊梢眉 (Sourcils tirés vers les tempes), xìngrényǎn 杏仁眼 (Yeux en amande), yīshuāng shuìyǎn 一雙睡眼 (Une paire d’yeux ensommeillés), édànliǎn 鵝蛋臉 (Visage en œuf d’oie), xiǎochángliǎn 小長臉 (Visage fin et long), qīngshuǐliǎn 清水臉 (Visage d’eau clair), tuánbáiliǎn 團白臉 (Visage rond et blanc), shòugǔliǎn 瘦骨臉 (Visage aux os saillants), xìgāo gèzi 細高個子 (Taille fine et grande), rénshòumáocháng 人瘦毛長 (Maigre et poilu), shòuchángtiáozi 瘦長條子 (Longue et fine comme une ficelle), méimùrúhuà 眉目如畫 (Sourcils et yeux aussi beaux qu’en peinture), ou encore chángméijùnmù 長眉俊目 (Longs sourcils et beaux yeux).

VI. Les mélanges de dialectes

  • 84 Ce qui désigne ici les sept romans que sont chenxiang xiao : di yi lu xiang 沈香屑:第一爐香, chen xiang xi (...)
  • 85 « 只有上海人能夠懂得我的文不達意的地方 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Daodi shi Shanghairen » 到底是上海人 (Shanghaïenne après t (...)
  • 86 Zhang Ailing 張愛玲, « Yizhe shi » 譯者識 (Propos de la traductrice), in Haishang hua kai 海上花開 (Les Fleur (...)
  • 87 « 姐姐和我,成天就由保姆帶著 […] 姐姐還會纏著保姆說故事,唱她們皖北農村的童瑤 », in Zhang Zijing 張子靜, Wo de jiejie Zhang Ailing 我的姐姐張愛 (...)

144La création d'un écrivain ne peut jamais se dégager de l'influence de son époque et de sa région. L'influence régionale peut tout particulièrement et plus aisément devenir une caractéristique d'un écrivain. Que ce soit Honglou meng qui est principalement écrit en pékinois, Jin Ping Mei en dialecte du Shandong, Haishang hua liezhuan en dialecte Wu, ou encore le village de Maqiao 馬橋 sous la plume de Han Shaogong 韓少功 (1953-) ou le canton du Nord-Est de Gaomi de Mo Yan, ils témoignent tous d'une éclatante particularité culturelle régionale. Pour ce qui est de Zhang Ailing, Shanghai et Hong Kong représentent des villes assez importantes de sa création. Zhang Ailing « aime les Shanghaïens », elle a « écrit pour les Shanghaïens une légende hongkongaise »84. Elle croit que « seuls les Shanghaïens sont capables de comprendre les endroits où [son] écriture n'énonce pas clairement [ses] pensées »85. A la fin de sa vie, Zhang Ailing traduira en mandarin Haishang hua liezhuan, à l'origine écrit en dialecte de Suzhou. Elle le regrettera cependant en raison de la perte du « charme des tournures » de la langue Wu en mandarin86, ce qui nous permet de voir toute la passion que voue Zhang Ailing pour la langue Wu. Par ailleurs, son arrière-grand-père maternel, Li Hongzhang 李鴻章 (1823-1901), est originaire de Hefei. Après que sa fille aînée, Li Ju’ou 李菊耦 (1866-1912), se soit mariée avec le grand-père de Zhang Ailing, Zhang Peilun 張佩綸 (1848-1903), des domestiques de la famille Li se sont également rendus chez les Zhang. Parmi eux se trouve la servante préférée de Li Ju’ou, He Gan 何乾, originaire de la campagne de Hefei. Elle servit la grand-mère, le père et la tante de Zhang Ailing, et s'est également occupée de Zhang Ailing depuis sa plus tendre enfance. Zhang Zijing 張子靜 (1921-1997), le petit frère de Zhang Ailing, a d'ailleurs écrit dans Wo de jiejie Zhang Ailing 我的姐姐張愛玲 (Zhang Ailing, ma grande sœur) : « Ma sœur et moi étions gardés toute la journée par la nourrice. […] Il arrivait aussi à ma sœur de réclamer à notre nourrice des histoires, et des comptines pour enfants de leur village du Nord de l'Anhui »87. Nous pouvons donc affirmer que le dialecte de Hefei a accompagné Zhang Ailing tout au long de son enfance. Une fois arrivée à l'âge adulte, Zhang Ailing continuera de porter une grande attention au dialecte de Hefei, et s'engagera souvent dans ses textes dans des recherches textuelles, comme par exemple :

  • 88 « 金瓶梅里的皖北方言有‘停當(妥當)’、‘投到(及至)’、‘下晚(下午近日落時)’。我小時候聽合肥女傭說‘下晚’總覺得奇怪,下午四五點鐘稱‘下晚’——下半夜?疑是古文‘向晚’:‘向晚意不適,驅車登 (...)

Les mots du dialecte du Nord de l'Anhui dans Jin Ping Mei sont “tíngdàng”, “tóudào” et “xiàwǎn”. Lorsque j'étais petite et que j'entendais la servante de Hefei dire “xiàwǎn”, je trouvais toujours cela bizarre d'appeler l'après-midi vers quatre ou cinq heure “xiàwǎn”—deuxième moitié de la nuit ? Je suppose que c'est le terme ancien “xiàngwǎn” : “Le soir venant, je me sens mal à l’aise ; je conduis ma voiture au plateau ancien. Le soleil couchant serait infiniment beau, si le crépuscule ne s’annonçait prochain”, par la suite les gens ont progressivement prononcé, par négligence, “xiàng” comme “xià”.88

145Le père de l'étude du folklore chinois, Zhong Jingwen 鐘敬文 (1903-2002) écrivait :

  • 89 « 我們懂得最深微,用起來最靈便的,往往是那些從小學來的鄉土的語言,和自己的生活經驗有無限關聯的語言,即學者們所謂的 ‘母舌’。這種語言,一般地說,是豐富的,有活氣的,有情韻的。它是帶著生活體溫的語 (...)

Ce que nous comprenons le plus profondément, que nous utilisons le plus adroitement, sera toujours ces langues vernaculaires qu’on apprend depuis l’enfance, ces langues qui ont un lien illimité avec notre expérience de la vie, ce que les savants appellent la “langue maternelle”. Cette langue, en général, est riche, vivante, sentimentale. C'est une langue qui est pourvue d'une chaleur vitale.89

146Nous allons donc analyser ci-dessous la langue Wu et le dialecte de Hefei présents dans Xiao tuanyuan.

A. La langue Wu (Wu yu)

147(1) 特為 tèwèi : intentionnellement, exprès. (WFY, p. 396).

宿舍只有台燈自備,特為給她在先施公司三塊錢買了一隻 (p. 19)

(Il n’y avait dans le dortoir que la lampe de table qui devait être achetée, elle lui en acheta une à trois dollars hongkongais exprès pour elle au grand magasin Sincere.)

148(2) 擄 lǔ : essuyer de la main en suivant la surface d'un objet (WFY, p. 428).

(茹璧)把一份報紙起來,抱著就走 (p. 25)

([Ruby] prit un journal et s’en alla en le portant dans les bras.)

149(3) 不作興 bù zuòxīng ou 作興 zuòxīng : [verbe] ne pas pouvoir/pouvoir (rationnellement parlant). Souvent utiliser sous sa forme négative, ayant alors pour sens de ne pas pouvoir rationnellement faire quelque chose (MQWY, p. 781).

劍妮有個同鄉常來看她[…]面容使人一看就馬上需要望到別處去,彷彿為了禮貌,就像是不作興多看殘廢的人 (p. 25)

(Jenny avait un compatriote qui venait souvent lui rendre visite […], son visage faisant immédiatement détourner au premier regard les yeux de ceux qui le regardaient, comme si par politesse, il semblait qu’on ne pouvait pas regarder longuement les handicapés.)

150(4) 出風頭 chū fēngtóu : [verbe] attirer le regard des autres, faire étalage pour se faire remarquer (MQWY, p. 82).

三姑雖然不美,也時髦出風頭 (p. 27)

(Bien que sa tante n’était pas jolie, ses tenues à la mode attiraient les regards.)

151(5) 空落落 kōngluòluò : [adjectif] vide, désert (MQWY, p. 348).

她領路進去參觀,暑假中食堂空落落的,顯得小了許多 (p. 28)

(Elle ouvrit la voie pour la visite, le réfectoire était désert pendant les vacances d’été et paraissait beaucoup plus petit.)

152(6) 長三堂子 Chángsān tángzi, aussi appelé 長三書寓 Chángsān shūyù : désigne les maisons closes haut de gamme du Shanghai de la période de la fin des Qing 清 (1644-1911) (WFY, p. 71).

長三堂子興這種嬌嗔,用來操縱人的 (p. 37)

(Ces complaintes de séductions étaient très courantes dans les maisons closes, elles servaient à manipuler les gens.)

153(7) 老虎肉 lǎohǔ ròu : métaphore désignant des marchandises dont le prix est beaucoup plus élevé que celui de marchandises du même genre (WFY, p. 135).

154不犯著 bù fànzháo : ne pas valoir la peine (WFY, p. 58).

—「這兒的東西當然是老虎肉。」
—「是不犯著在這兒買」蕊秋說。 (p. 37)

(- « Les choses ici sont bien entendu beaucoup plus chères qu’ailleurs »
- « Ce n’est pas la peine d’acheter ici » dit Rachel.)

155(8) 撮 cuō : [classificateur] s'utilise pour les objets que l'on peut prendre avec les doigts (WFY, p. 561).

黑頭髮黏貼在眉心 (p. 43)

(Une mèche de cheveux noirs était plaquée entre les sourcils.)

156(9) 咭咭呱呱 jījīguāguā, synonyme de 激激聒聒 jījīguōguō : [onomatopée] désigne le bruit d'une conversation continue (MQWY, p. 289).

簇擁著蕊秋咭咭呱呱說笑 (p. 46)

(Ses amis entourent Rachel en discutant et riant dans un brouhaha de tsitsi-gouagoua.)

157(10) 要緊 yàojǐn : [adjectif] urgent, pressé (MQWY, p. 703).

你是不要緊的,有你哥哥給你補課 (p. 47)

(Tu ne dois pas te presser, ton frère est là pour te faire rattraper les cours.)

158(11) 空檔 kōngdàng : espace, interstice. Désigne souvent des intervalles de temps (MQWY, p. 347).

(九莉)到別處去,怕浴室有了空檔被人搶了去,白等這些時,只得掩上房門蹲下來。 (p. 71)

([Julie] voulait aller ailleurs, elle craignait que quelqu’un lui vole sa place si la douche se libérait et qu’elle aurait donc attendu tout ce temps en vain. Elle n’avait plus qu’à pousser la porte de la pièce et s’accroupir.)

  • 90 Le caractère chinois présent dans la version publiée à Taïwan et dans celle publiée en Chine contin (...)

159(12) 眯『目妻』90 mīqī, peut aussi s'écrire 眯齊 mīqí, 眯淒 mīqī, 眯䀙 mīqì, 眯趣 mīqù, ou 眯覷 mīqù : plisser les yeux jusqu'à qu'ils prennent la forme de deux fentes (MFY, p. 435).

大爺天天晚上目妻』著眼睛叫:「來喜啊!拿洗腳水來。」 (p. 95)

(Tonton criait tous les soirs en plissant les yeux : « Oh Laixi ! Apporte l’eau pour laver les pieds ».)

160(13) 渥 , synonyme de 焐 wù : réchauffer ou sécher quelque chose avec de la chaleur (WFY, p. 458).

楚娣說他付賬總是拖,「錢擱在身上多兩天也是好的」 (p. 96)

(Judy dit qu’il paye toujours en différé, « garder l’argent sur lui quelques jours de plus est pas mal non plus ».)

161(14) 篦頭 bìtóu : [verbe] désigne une profession qui consiste à peigner les cheveux des gens (MQWY, p. 39).

她以前替九莉篦頭,問疼不疼,也常說, 「從前老太太倒是說我手輕。」 (p. 120)

(Auparavant, quand elle peignait les cheveux de Julie, elle lui demandait si elle lui faisait mal, et disait souvent : « Jadis ta grand-mère disait que j’étais douce ».)

162(15) 偎灶貓 wēi zào māo, synonyme de 煨灶貓 wēi zào māo : désigne un chat qui se pelotonne devant les fourneaux de cuisine pour se réchauffer. Métaphore utilisée pour désigner une personne découragée et apathique (MQWY, p. 124).

她不禁駭笑,心裡想我們從小聞慣(鴉片)的,你更是偎灶貓一樣成天偎在旁邊,怎麼忽然這樣嬌嫩起來? (p. 124)

(Elle ne put s’empêcher de rire de surprise, elle pensait intérieurement que nous avions l’habitude de sentir [l’odeur de l’opium] depuis tout petit, tu étais encore plus comme un chat qui se pelotonne devant les fourneaux, blottit sur le côté à longueur de journée, comment se fait-il que tu sois devenu si douillet ?)

163(16) 痴頭怪腦 chītóu guàinǎo, synonyme de 痴頭搭腦 chītóu dānǎo : [adjectif] avoir l'air bête et étourdi (MQWY, p. 77).

痴頭怪腦的」,飯桌上一個同班生嗤笑著說。 (p. 125)

(« Bébête », dit avec un sourire railleur un camarade de classe à la même table.)

164(17) 撩 liāo : [verbe] laisser tomber, perdre, rejeter (MQWY, p. 396).

「我有點不放心,走過門口了一眼,看見旗袍大襟敞著,我急了」 (p. 128)

(« J’étais un peu inquiet, je jetai un œil une fois passé le seuil, et vis que les boutons sur le côté de sa qipao étaient ouverts, je devins anxieux ».)

信箋依舊團皺了在桌上 (p. 130)

(Elle froissa le papier à lettre comme il était auparavant et le jeta sur la table.)

165(18) 掂斤撥兩 diānjīn bōliǎng, synonyme de 掂斤兩 diān jīnliǎng : [verbe] soupeser, évaluer le poids. Métaphore pour illustrer le fait d'utiliser une quelconque méthode afin d'évaluer et de deviner les sentiments intérieurs et les capacités d'autrui, ou d'évaluer les avantages et les inconvénients d'une situation (MQWY, p. 133).

過去一直以為只有韓媽喜歡她,就光因為她活著而且往上長,不是一天到晚掂斤撥兩看她將來有沒有出息 (p. 130)

(Par le passé elle avait toujours pensé que seule la Mère Han l’aimait, que c’était juste parce qu’elle vivait et grandissait, et qu’elle ne la toisait pas du matin au soir pour voir si à l’avenir elle serait ou non prometteuse.)

166(19) 霎 shà : [verbe] cligner des yeux (MQWY, p. 530).

韓媽半眼睛,輕聲笑道:「沒說什麼。」 (p. 132)

(La Mère Han cligna un peu des yeux et dit à voix basse en souriant : « ils n’ont rien dit ».)

167(20) 托大 tuōdà : [adjectif] arrogant (MQWY, p. 617).

一般都認為叫名字太托大了,但是英文名字不妨。 (p. 146)

(On considère en général qu’appeler par le prénom est trop arrogant, mais rien n’empêche de le faire avec les prénoms anglais.)

168(21) 熟溜 shúliū : [adjectif] bien entraîné, qualifié, spécialisé (MQWY, p. 560).

她沒說什麼,也沒有笑容,像手藝熟溜的魔術師一樣,兩個油透了的紙袋已經不見了 (p. 146)

(Elle ne dit rien et ne sourit pas, pareille à un magicien expert de ses mains, les deux sacs en papier imbibés d’huile n’étaient déjà plus là.)

169(22) 乾姜癟棗 gānjiāng biězǎo : [adjectif] qualifie une personne ratatinée, au corps sec et maigre (NBFY, p. 38).

他是那種乾姜癟棗看不出年紀的人 (p. 156)

(Il est ce genre de personne ratatinée à qui l’on ne peut donner d’âge.)

170(23) 掗 yà : [verbe] donner de force alors que la personne en face refuse (MQWY, p. 689).

表大媽跟表大爺的事,其實不能怪他。是她哥哥硬給他的 (p. 157)

(Les histoires de Tante et Oncle Zhu ne peuvent lui [Oncle Zhu] être imputées. C’est son grand frère [à elle] qui lui avait donné de force en mariage.)

171(24) 吃豆腐 chī dòufu : [verbe] lutiner une femme, prendre des libertés avec une femme (WFY, p. 158).

172十三點 shísān diǎn : [adjectif] qualifie une personne mentalement dérangée, une personne simple d'esprit (WFY, p. 13).

高級的打情罵俏,與上海人所謂「吃豆腐」又有點不同,「吃豆腐」只吃瘋瘋傻傻的「十三點」女人的豆腐,帶輕藐的成分 (p. 159)

(La drague de haut de gamme est quelque peu différente de ce que les Shanghaïens appellent « manger le tofu ». Lorsqu’on « mange le tofu » on ne mange que celui des femmes un peu bébêtes et « simplettes », c’est rabaissant.)

173(25) 對過 duìguò : en face (WFY, p. 127).

晚飯他到對過烤雞店買了一隻 (p. 180)

(Pour le dîner il alla dans le restaurant de poulet rôti d’en face en acheter un.)

174(26) 七張八嘴 qīzhāngbāzuǐ : [verbe] désigne une discussion entre plusieurs personnes, débattre ou discuter sans cesse (MQWY, p. 487).

七張八嘴,只有九莉不作聲,坐在那裡一動也不動 (p. 52)

(Ils discutaient sans cesse, seule Julie ne disait mot, assise là sans bouger d’un pouce.)

175(27) 蟹殼黃 xièkéhuáng : sorte de biscuit sablé petit et rond dont les deux faces, une fois cuites, sont dorées comme la carapace d'un crabe bouilli ; d'où leur nom (WFY, p. 595).

這天晚上在月下去買蟹殼黃 (p. 162)

(Ce soir-là elle sortit sous la lueur de la Lune pour acheter des jaunes-carapaces-de-crabe.)

176(28) 開條斧 kāi tiáo fǔ : [verbe] présenter une quelconque exigence ou demander une quelconque condition à quelqu'un (WFY, p. 50).

他聽著一定耳熟,像社會小說上的「條斧開出來了」 (p. 184)

(Ça lui était certainement familier à l’oreille, comme les « conditions sont présentées » dans les romans sociaux.)

177(29) 戳壁腳 chuōbìjiǎo : [verbe] critiquer quelqu'un derrière son dos (MQWY, p. 92).

「長子了他的壁腳,矮子氣歐,氣歐!說要宰了他。」 (p. 203)

(Le Grand le critiqua derrière son dos, oh le Petit est énervé, énervé ! Il disait qu’il allait l’abattre.)

178(30) 一式一樣 yīshìyīyàng : complètement identique (WFY, p. 3).

她叫裁縫來做衣服,給九莉也做一套一式一樣的 (p. 208)

(Elle demande au tailleur de faire des vêtements, et fit faire un ensemble complètement identique pour Julie.)

179(31) 興頭 xìngtóu : [adjectif] fier de soi, satisfait de (WFY, p. 185).

他嚮往「新房子」[…]又與「新房子」十三爺搭上了線,十分興頭,但是並沒有就此賞識錄用他。 (p. 214)

(Il aspira [à travailler] à la « nouvelle maison » […] et arriva à entrer en contact avec le Maître Treizième-né de la « nouvelle maison », il était extrêmement fier de lui, mais le Maître ne l’estima pas à sa juste valeur et ne l’embaucha pas malgré cela.)

180(33) 吃不消 chī bù xiāo, synonyme de 吃勿消 chī wù xiāo : ne pas supporter (WFY, p. 155).

「不過你真要是妒忌起來,我又吃不消了。」 (p. 278)

(Mais si tu vas vraiment commencer à être jalouse, je ne pourrais pas le supporter.)

181(34) 湯婆子 tāng pózi : sorte de flasque en bronze, à l’intérieur de laquelle on met de l’eau chaude, et que l’on peut mettre sous la couette pour se réchauffer les pieds. (WFY, p. 184).

腿上給湯婆子燙了個泡都不知道 (p. 292)

(La flasque d’eau chaude avait fait apparaître une cloque sur sa jambe et elle ne s’en était même pas aperçu.)

182(35) 撳 qìn : [verbe] presser, appuyer (MQWY, p. 504).

她有時候說:「讓我你的鼻子。」 (p. 66)

(Elle disait de temps en temps : « Laisse-moi appuyer sur ton nez ».)

183(36) 清倌人 qīngguānrén : désignait auparavant une prostituée qui n'avait pas encore eu de client (WFY, p. 461).

184身量 shēnliàng : désigne la hauteur du corps (HLMYY, p. 752). Voir le chapitre 3 de Honglou meng : « 第三個身量未足,形容尚小 » (HLM, pp. 38-39) [« La troisième n’était pas encore complètement formée ; sa tournure et sa mine demeuraient enfantines » (RPR1, p. 62)].

客室里只剩下兩個清倌人身量還沒長足 (p. 213)

(Il ne restait dans le salon que deux prostituées non-initiées, dont le corps n’était pas encore complètement formé.)

  • 91 Sun Xudan 孫旭誕, « Zhang Ailing wenzi zhong Wu yu fangyan de henji » 張愛玲文字中吳語方言的痕跡 (Les traces des di (...)

185Parmi le lexique de la langue Wu de Xiao tuanyuan, nous retrouvons aussi : yǎngsīsī 癢噝噝 (démange légèrement), máosānsān 毛毿毿 (Poilu), gǔpéngpéng 鼓蓬蓬 (Gonflé), hūchīhūchī 呼嗤呼嗤 (rou-tche rou-tche), cháfěn 搽粉 (mettre du fond de teint), shíxiàng 識相 (avoir du savoir-vivre), xiánfán 嫌煩 (trouver quelqu’un ou quelque chose embêtant), xiàode gégéde 笑得格格的 (rire en faisant gueu-gueu), dìngdìngde 定定的 (regarder dans le vide), yàohǎo 要好 (bien s’entendre)91.

B. Le dialecte de Hefei (Hefei hua)

186(1) 打辮子 dǎ biànzi : [verbe] tresser une natte.

九莉笑道:「她完全像張恨水小說里的人,打辮子,藍布旗袍」 (p. 26)

(Julie dit en riant : « Elle ressemble complètement aux personnages des romans de Zhang Henshui, avec deux nattes tressées, et une qipao en fibres de bambou bleues ».)

  • 92 Wang Guanghan 王光漢, « Hefei hua + Guzhen hua — Tianjin hua » 合肥話+固鎮話—天津話 (Dialecte du Hefei + Dialec (...)

187(2) 擩 rǔ : introduire, donner en cachette. Cette expression est présente dans le dialecte de Hefei, mais aussi dans celui de Tianjin92.

但是婚後開的一爿小店蝕本,把碧桃的錢也進去蝕掉了 (p. 123)

(Mais le petit magasin ouvert après le mariage était en déficit, même l’argent que Pêche-Verte avait investi était perdu.)

  • 93 Wang Jie 王潔, « Hefei hua paisheng shi "zi" zhuici chutan » 合肥話派生式「子」綴詞初探 (Exploration basique sur l (...)

188(3) 餡子 xiànzi, synonyme de 餡 xiàn : farce (pour les raviolis, baozi et autres). Le suffixe zi 子 est fréquemment ajouté dans le dialecte de Hefei, comme ici où il est ajouté à un nom, comme par exemple aussi dans les expressions 老鼠子 lǎoshǔzi (rat), 板栗子 bǎnlìzi (marron, châtaigne), ou 腳丫巴子 jiǎoyābāzi (pieds)93.

楚娣說「還不錯,」九莉也說這餡子好,一面吃著,忽然流下淚來 (p. 149)

(Judy dit « Pas mal », Julie dit aussi que cette farce était bonne. Elle mangeait et soudain des larmes se mirent à couler.)

189Les mots accompagnés du suffixe zi sont aussi très nombreux dans la langue Wu. Nous retrouvons aussi le terme 餡子 dans le WFY (p. 456), révélant que ces deux dialectes se recoupent quelques fois. Dans Xiao tuanyuan, nous retrouvons parmi les mots similaires appartenant au dialecte de Hefei les termes suivants : 骨架子 gǔjiàzi (ossature), 粉撲子 fěnpūzi (houppette à fard), 腦門子 nǎoménzi (front), 腿肚子 tuǐdǔzi (mollet), 鴨腦子 yānǎozi (cervelle de canard), 大伯子 dàbózi (grand frère du père), 嘴巴子 zuǐbāzi (gifle), 耳墜子 ěrzhuìzi (boucles d’oreilles), 手巾把子 shǒujīnbǎzi (serviette essorée), 跡子 jìzi (traces), 臉子 liǎnzi (visage), 手絹子 shǒujuànzi (mouchoir), 霞子 xiázi (enfant), ainsi que 眼罩子 yǎnzhàozi (œillère).

190(4) 大姐 dàjiě : terme générique pour appeler les filles dans le dialecte du Hefei.

韓媽稱她女兒「大姐」。只有金瓶梅里有這稱呼 (p. 103)

(La Mère Han appelle sa propre fille « grande sœur ». Il n’y a que dans Fleur en fiole d’or qu’il y a cette appellation.)

  • 94 Yuan Yuan 袁媛, « Jiyi, tiyan, shengming — Lun Zhang Ailing xiaoshuo de Hefei fangyan qingjie » 記憶.體驗 (...)

191(5) 衛護 wèihù : a le même sens que 護衛 hùwèi (protéger, défendre). Certains mots dissyllabiques du dialecte de Hefei voient leurs morphèmes intervertis avec ceux du chinois mandarin94.

九莉是第一次聽見她母親衛護的口吻,竭力不露出喜色來 (p. 142)

(C’était la première fois que Julie entendait le ton protecteur de sa mère, elle s’efforçait de ne pas laisser apparaître un air enjoué.)

  • 95 Sun Huiping 孫會平, « Zhang Ailing yu Anhui » 張愛玲與安徽 (Zhang Ailing et l'Anhui), Huaibei Shifan Daxue X (...)

192(6) 為好反成仇 wèihǎo fǎnchéng chóu : conseiller avec de bonnes intentions mais être victime de rancune95.

人家造就你,再嘀咕你也都是為你好,為好反成仇 (p. 145)

(Elle t’éduque et elle te sermonne, mais c’est pour ton bien, et c’est pour ses bonnes intentions que tu lui en veux.)

  • 96 Sun Huiping 孫會平, « Zhang Ailing yu Anhui » 張愛玲與安徽 (Zhang Ailing et l'Anhui), ibidem.

193(7) 釘被窩 dìng bèiwō : dans la région de Hefei, désigne le fait de raccommoder ou coudre une couverture, en mandarin : 縫被子 féng bèizi96.

大姨奶奶在一張長案上裁剪、釘被窩 (p. 199)

(La Grande Maîtresse confectionnait et cousait une couverture sur une longue table.)

  • 97 Bai Ding 白丁, « Ta » 塌 (Se détacher), Hefei Wanbao, 10 janvier 2011, [En ligne] : http://epaper.hf36 (...)

194(8) 塌 tā : tomber, se détacher, comme dans « 日頭太緊,把皮都曬塌了 » (Le soleil est trop fort, même la peau se détache sous son exposition.)97.

了皮,尻骨也磨破了 (p. 267)

(La peau s’est détachée après avoir été exposée au soleil, et les fesses sont écorchées.)

C. « Ai » 噯 dans XTY

195L'écrivain shanghaïen Sun Ganlu 孫甘露 (1959-) a écrit :

  • 98 « 注意那個‘噯’!上世紀七十年代以降——無產階級文化大革命結束以後,上海女孩用來應答、認同、承受、拒絕、沈思、承諾的這個詞,這個混合著溫柔、執著、喜悅和撫慰的詞,就從口語中逐漸消失,只剩下字典上的 (...)

Attention à ce “ài” ! Après les années 1970—après la fin de la Grande Révolution Culturelle prolétarienne, ce mot qu'utilisaient les Shanghaïennes pour rétorquer, approuver, endurer, refuser, réfléchir profondément, ou promettre, ce mot qui mêle douceur, inflexibilité, joie et réconfort, a progressivement disparu du langage oral, ne laissant plus que la signification du dictionnaire.98

  • 99 Cihai 辭海. Shanghai : Shanghai Cishu, 1981, p. 775.

196D'après le dictionnaire Cihai 辭海, « ài » désigne un soupir de tristesse ou d'impatience99. Nous allons donc tenter d'analyser ci-dessous les diverses émotions des personnages féminins de Xiao tuanyuan lorsqu'elles prononcent ce fameux « ài ».

Ruiqiu 蕊秋 (Rachel).

197(1) A Hong Kong, après avoir obtenu 800 dollars hongkongais de bourse d'étude, Julie les donna, toute joyeuse, à Rachel. Mais cette dernière les perdit en totalité à des jeux d'argent. Ce jour-ci, Julie se rendit au Repulse Bay Hotel dans lequel séjourne Rachel pour prendre le goûter. Nancy (Nanxi 南西), l'amie de Rachel, vint aussi, et commença à parler avec Rachel de son jeu de carte de la veille :

「噯,你昨天輸了不少吧?」她問。
「噯,昨天就是畢先生一個人手氣好。」 (p. 32 )

(« Mmh, tu as perdu pas mal hier, n’est-ce pas ? » demanda-t-elle.
« Mmh, hier seul Monsieur Bi avait de la chance au jeu ».)

198Ici, « ài » 噯 signifie que Rachel admet qu'elle a « beaucoup perdu » (輸了不少), qu'elle reconnaît qu'elle n'a pas eu de chance au jeu ; mais en même temps, puisque Julie est présente et n'est pas encore au courant de la vérité, Rachel a peur d'être découverte, ce qui donne également à « ài » 噯 la signification d'un refus de parler plus en détails de cette situation.

199(2) Après le divorce de Rachel et Edouard, Mademoiselle Huitième-née Xiang (Xiangba xiaojie 項八小姐), une parente éloignée qui avait épousé un jeune maître de la famille Gong 龔 et qui avait par la suite divorcé, du fait qu’« elles sont toutes deux des femmes divorcées, elle la considère immédiatement comme une amie intime » (p. 36), venait souvent rendre visite à Rachel dans son appartement, pour lui parler sincèrement de son envie de se remarier. Un jour, après son départ :

「反正是離了婚的就都以為是一樣的,」楚娣代抱不平。
「噯。」帶著羞意的溫暖的笑聲。
「他們那龔家也真是——-!」
「噯,他們家那些少爺們。說是都不敢到別的房間里亂走。隨便哪間房只要沒人,就會撞見有人在裡頭——青天白日。」 (p. 36)

(« De toute façon elle pense que toutes les divorcées sont pareilles » Judy s’indignant à sa place.
« Mmh. » répondit-elle d’un doux rire timide.
« Ces Gong sont vraiment—! »
« Mmh, les jeunes maîtres de chez eux. On dit que personne n’ose entrer à leur guise dans les pièces de la maison. Dans n’importe quelle pièce, il semble qu’il n’y ait personne, mais à peine rentré qu’à l’intérieur ils—en plein jour ».)

200Le premier ài a le sens d'approbation, et implique aussi une certaine timidité, puisque qu'après son divorce, Rachel a fait le tour du monde, changeant à sa guise de partenaires amoureux, ce qui est totalement différent de la façon de penser de Mademoiselle Huitième-née Xiang.

201Le deuxième ài, quant à lui, exprime le mépris, puisque les jeunes maîtres de la famille Gong entretenaient régulièrement des relations d'amour clandestines.

Jiuli 九莉 (Julie).

202(1) En 1941, le Japon attaqua Hong Kong. En plein raid aérien de l'armée japonaise, les étudiants de l'Université Victoria se sont réunis dans le réfectoire pour « manger leur dernier repas » :

「劍妮是見過最多的—戰爭,」婀墜笑著說,又轉向九莉道:「上海租界里是看不見什麼,哦?」
「噯。」 (p. 54)

(« C’est Jenny qui a vécu le plus de—guerres », dit Audrey en souriant, et se tourna vers Julie en disant : « Il n’y a rien à voir dans les concessions shanghaïennes, si ? »
« Mmh. »)

203Dans ce passage, ài implique une réflexion profonde. Julie a déjà eu à deux reprises l'expérience de la guerre à Shanghai, elle « pense qu'il faut juste faire comme son père a dit, stocker un peu plus de riz, de charbon, s'accommoder à ce qu'il y a à manger, et ne pas aller à l'extérieur et c'est bon ». Mais cette fois-ci Julie n'ose pas anticiper.

204(2) Après la capitulation de Hong Kong, l'ancien concurrent de Julie, Yan Mingsheng 嚴明升, vint soudain la chercher pour lui dire :

「註冊處在外面生了火,」明升忽然說。「在燒文件。」
「為什麼?」
他咕噥了一聲:「銷毀文件。日本兵還沒開來。」
「哦......噯。」 (p. 69)

(« Le Bureau des Inscriptions brûle à l’extérieur », dit soudainement Mingsheng. « Ils brûlent les dossiers ».
« Pourquoi ça ? »
Il marmonna alors : « Pour détruire les dossiers. Les soldats japonais ne sont pas encore arrivés ».
« Oh… Mmh ».)

205Les résultats scolaires de Julie avaient battu tous les records, mais « les résultats ont brûlé, comme les mérites de toute une vie emportés par les eaux », ài comprend donc ici la déception et la confusion dans laquelle se trouve Julie.

206(3) John, qui n'était pas encore divorcé avec ses deux précédentes épouses, dit à Julie « je n'aime pas flirter, j'aime me marier. […] Je veux officialiser notre relation ». Mais Julie ne comprend pas « comment [peuvent-ils] se marier s'il ne divorce pas ». John lui répéta à deux reprises, mais Julie ne fit preuve d'aucune réaction :

有一天之雍便道:「我們的事,聽其自然好不好?」
「噯。」 (p. 177)

(Un jour John dit : « Notre histoire, laissons-la suivre librement son cours, d’accord ? »
« Mmh ».)

207Ici, ài exprime un refus. John n'a pas encore divorcé avec ses deux précédentes épouses, mais il souhaite cependant, en prenant pour prétexte le mariage, consommer physiquement leur relation amoureuse. Julie éprouve une réelle aversion envers ce raisonnement, et pense qu'elle peut mettre fin à tout moment à leur amour.

(4) 「你的頭髮總是一樣的,」之雍說。
「噯。」她微笑 (p. 234)

(« Ta coiffure est toujours pareille » dit John.
« Mmh » répondit-elle en souriant.)

208Julie ne fait que sourire, comme si elle n'avait pas entendu la critique de John. Ài montre donc que Julie endure la critique sans dire mot.

209(5) Après la défaite du Japon, John embarque sur un navire de guerre japonais et se rend à Shanghai depuis la Chine centrale, et loge chez un ami japonais. Julie prend donc le tramway pour aller lui rendre visite. Lors du trajet, elle rencontre l'éditeur Xun Hua 荀桦, qui avait auparavant fait de la prison puisqu'il avait été soupçonné par les Japonais d'être un sympathisant communiste, mais que John avait finalement aidé à être libéré. « Profitant de la cohue dans le tramway, Xun Hua lui serra les deux jambes avec ses genoux », afin de lui faire comprendre que « chacun est maître des femmes de traîtres ». Lorsque celle-ci s'apprêtait à quitter John, celui-ci lui dit :

「你明天不要來吧。」
「噯,不要路上又碰見人,」她微笑著說。 (p. 250)

(« Ne viens pas demain. »
« Mmh, il ne faut pas que je rencontre encore quelqu’un en chemin » dit-elle en souriant.)

210Ài exprime ici l'acquiescement. Cependant, Julie n'ayant pas parlé à John du harcèlement sexuel dont elle a été victime de la part de Xun Hua, ài exprime aussi le fait que Julie ait décidé d'endurer seule cette épreuve.

211(6) Alors que Julie et John entretenaient une relation passionnelle, ce dernier arriva très tôt dans son appartement, vers les 14h, et lui dit :

「睡一會好不好?」一睡一兩個鐘頭,她屢次詫笑道:「怎麼還不完?」

(« Ça te dit qu’on dorme un peu ? » après une ou deux heures, elle lui dit à plusieurs reprises en souriant d’étonnement : « T’as pas encore fini ? ».)

212et enchaîna en disant :

「噯,噯,又要疼起來了。」 (p. 252)

(« Mmh, mmh, je vais encore avoir mal ».)

213John est très violent. Malgré la douleur et le fait qu'elle ait envie de refuser, Julie est heureuse. Plusieurs années après leur séparation, il fut diagnostiqué chez Julie « une ancienne fracture du col de l'utérus ».

214(7) Qiaoyu 巧玉 (Jade), une des maîtresses de John quand il se cachait dans sa petite ville natale [à elle], est enceinte de lui. John demande donc à Sonya de l'accompagner à Shanghai pour demander à Julie de l'argent pour l'avortement. « Voyant que Jade n'avait pas le cœur à manger, [Julie] fut contrariée au plus profond de son cœur ». Après le repas, Sonya revint la chercher. Après leur départ :

楚娣低聲笑道:「她倒是跟邵之雍非常配。」
九莉笑道:「噯。」 (p. 278)

(Judy dit à voix basse en souriant : « Elle va vraiment bien avec John ».
Julie répondit en souriant : « Mmh ».)

215Julie sait bien que Jade est l'une des maîtresses de John, sa propre rivale, mais malgré cela, elle consent à l'aider financièrement pour son avortement. Le sourire de Julie cache bien mal son amertume et son désespoir.

216(8) Jiulin 九林 (Julien) « est tout le contraire de Julie, il a hâte de grandir », il a envie de commencer sa propre carrière, mais est au chômage depuis qu'il a très tôt interrompu ses études. Son deuxième grand cousin de « la nouvelle maison », pour qui il a une grande estime, lui avait dit : « il faut que tu te motives pour sortir tous les jours ». C'est pourquoi Julien vient souvent rendre visite à Julie, habillé de son nouveau costume. Un jour, après son départ de l'appartement de Julie :

楚娣忽然笑道:「我在想,小林以後不知道給哪個年紀大些的女人撿便宜撿了去。」
九莉笑道:「噯。」 (p. 321)

(Judy dit soudainement en souriant : « À mon avis, petit Julien ignore que plus tard il sera le gigolo d’une quelconque femme plus âgée que lui ».
Julie répondit en souriant : « Mmh. ».)

217Depuis toute petite, Julie « a de nombreux rêves de richesse, elle voudrait pouvoir sauver Julien et sa nounou Han ». Mais maintenant, elle connaît elle-même des difficultés financières, et se trouve dans l'incapacité de venir en aide à Julien, son propre frère. Qui plus est, Judy le méprise, ce qui blesse profondément Julie.

Conclusion

  • 100 « 中國現代小說史上最重要的作家之一 », in Zhang Jian 張建, « Zhang Ailing de xiaoshuo shijie xu » 張愛玲的小說世界序 (Préface d (...)
  • 101 Wang Dewei 王德威, « Zhang Ailing cheng le zushi nainai » 張愛玲成了祖師奶奶 (Zhang Ailing est devenue une fond (...)
  • 102 Il est important de remarquer que les autrices taïwanaises ayant négativement critiqué Xiao tuanyua (...)
  • 103 « 有它的圖案,我們惟有臨摹 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Chuanqi zaiban de hua » 傳奇再版的話 (Propos sur la republicatio (...)
  • 104 « 曹雪芹的紅樓夢如果不是自傳,就是他傳,或是合傳,偏偏沒有人拿它當小說讀 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Xuji zixu » 續集自序 (Avant-propos de X (...)

218Zhang Ailing est « l’une des auteurs les plus importants de l’histoire romanesque moderne chinoise »100, ainsi que la « fondatrice » des auteurs de « l’école Zhang »101. En 2009, la deuxième version manuscrite de son roman autobiographique Xiao tuanyuan est publiée, allant ainsi à l’encontre des volontés testamentaires de Zhang Ailing, par Song Yilang, le fils du grand ami de Zhang Ailing, Song Qi. Cet événement provoque une nouvelle vague d’enthousiasme pour Zhang Ailing, qui fait suite à sa mort esseulée en 1995. La noirceur et l’égoïsme de l’humanité décrits dans le roman, les descriptions sexuelles audacieuses, les sauts spatio-temporels de sa structure, ont eu pour conséquence une majorité de commentaires négatifs dans le cercle littéraire taïwanais102. Concomitamment, les mondes de la presse continentale et taïwanaise, ainsi que les chercheurs et les lecteurs, ont porté un plus grand intérêt aux insinuations à la réalité faites par Xiao tuanyuan, essayant d’excaver, à travers la recherche textuelle, encore plus de choses ignorées du grand public concernant Zhang Ailing ; négligeant ainsi totalement l’exploration de la valeur littéraire du roman. Zhang Ailing est une auteur réaliste, tous ses romans, sans exception, choisissent des matériaux provenant d’événements réels. Il ne fait aucun doute que Xiao tuanyuan et les expériences de vie de Zhang Ailing possèdent un fort degré de similarité, après tout, le concept créatif de Zhang Ailing n’est autre que « le meilleur matériau est celui que l’on connaît le plus profondément », la vie « a son motif, nous n’avons qu’à le copier »103. Cependant, la réalité ne procure que le matériau source de l’écriture, le roman est de nature un ouvrage artistique imaginaire, la valeur d’un écrivain se reflète principalement dans sa création. Zhang Ailing, en bonne « rougeologue » a d’ailleurs déclaré : « si le Honglou meng de Cao Xueqin n’est pas une autobiographie, c’est une biographie de quelqu’un d’autre, ou c’est une biographie collective, c’est juste que personne ne le lit comme un roman »104. On se retrouve dans la même situation avec Xiao tuanyuan, si l’on s’obstine à comparer et à vérifier l’imaginaire et la vérité, le point central de l’analyse passerait donc du roman en lui-même à l’auteur, ce qui ferait de ce roman pour lequel elle a consacré vingt années d’efforts une simple annexe ou un simple accessoire permettant de fouiller dans la vie de l’écrivain, et étoufferait par là même la valeur littéraire de Xiao tuanyuan en tant qu’œuvre représentative de la fin de vie de Zhang Ailing. Pour reprendre les mots de Guy de Maupassant (1850-1893) :

  • 105 Guy de Maupassant, « Le Roman », in Pierre et Jean, op. cit., pp. 13-15.

Une critique, qui mériterait absolument ce nom, ne devrait être qu’un analyste sans tendances, sans préférences, sans passions, et, comme un expert en tableaux, n’apprécier que la valeur artiste de l’objet d’art qu’on lui soumet. [...] Le lecteur, qui cherche uniquement dans un livre à satisfaire la tendance naturelle de son esprit, demande à l’écrivain de répondre à son goût prédominant, et il qualifie invariablement de remarquable ou de bien écrit l’ouvrage ou le passage qui plaît à son imagination idéaliste, gaie, grivoise, triste, rêveuse ou positive. [...] Lui reprocher de voir les choses belles ou laides, petites ou épiques, gracieuses ou sinistres, c’est lui reprocher d’être conformé de telle ou telle façon et de ne pas avoir une vision concordant avec la nôtre105.

  • 106 « 新舊文字的糅合,新舊意境的交錯 », in Fu Lei 傅雷, « Lun Zhang Ailing de xiaoshuo » 論張愛玲的小說, op. cit.

219C’est pourquoi le présent article a voulu poser le point central de son analyse sur le texte à proprement parler de Xiao tuanyuan, en passant par une lecture minutieuse et en partant du point de vue de sa valeur artistique, et ce afin de formuler une analyse littéraire objective pour les nombreux lecteurs qui ont mécompris Xiao tuanyuan. Premièrement, en ce qui concerne le choix et l’usage d’un langage fleuri : les adjectifs de couleurs et d’odeurs riches et complexes, les réduplications extrêmement mélodieuses, les onomatopées pleines de vie, ainsi que les sonorités et les rythmes habiles confèrent à la langue du roman des traits sublimes et sensuels. Ensuite, les expressions et termes, idiotismes, proverbes, allusions historiques et littéraires, les vers poétiques, ainsi que les morphèmes auxquels sont ajoutés le suffixe rán, qui sont fréquents dans ce roman et issus des ouvrages littéraires classiques chinois, nous permettent d’affirmer que le style de sa langue romanesque est « l’amalgame d’écritures moderne et ancienne, la rencontre entre les univers moderne et ancien »106. Par ailleurs, en raison de l’arrière-plan familial complexe de Zhang Ailing, elle est capable de parler différents dialectes, comme par exemple la langue Wu, le pékinois et le nankinois, et elle comprend également le dialecte de Hefei. Nous avons donc mis l’accent, dans notre analyse, sur les traces de la langue Wu et du dialecte de Hefei, puisque ce sont ces dialectes qui ont donné à Xiao tuanyuan cette intense teinte régionale, et qui ont aussi formé une des particularités du style de la langue de Zhang Ailing.

220D’après le résumé réalisé ci-dessus concernant le style de la langue du roman, nous pouvons remarquer que Zhang Ailing poursuit, dans Xiao tuanyuan, son habituel « ton Zhang ». Cependant, a contrario de la narration linéaire de ses premières œuvres qui l’ont rendue célèbre, la structure narrative innovante et la technique narrative dite des « insertions et dissimulations-révélations » (chuancha cangshan 穿插藏閃) de Xiao tuanyuan retournent aux modes narratifs implicites des romans traditionnels chinois, ce qui est aussi la plus grande évolution entre ses premiers ouvrages et ceux de la fin de sa vie. Cette technique narrative fut décrite par Han Bangqing dans les avant-propos de Haishanghua liezhuan :

L’écriture du livre tout entier s’inspire de La Chronique indiscrète des mandarins, seule la technique des insertions et celle des dissimulations-révélations ne se trouvaient pas dans les ouvrages anciens. Un événement n’est pas encore terminé qu’un autre survient déjà, ou alors plus de dix événements se produisent en même temps, tantôt à l’est tantôt à l’ouest, tantôt au sud tantôt au nord, la narration se fait au gré de l’écriture sans terminer quoique ce soit, mais sans que rien ne manque dans sa totalité. La lecture donne l’impression que de nombreux mots sont cachés là où ils sont absents, même si tout n’est pas clairement narré, nous pouvons comprendre par notre propre réflexion : c’est cela la technique d’insertion. Lorsque cela arrive sans crier gare, cela rend le lecteur perplexe en ce qui concerne l’origine de cet événement, et le rend impatient de lire la suite. Mais cette suite l’omet et narre d’autres histoires. Quand les autres histoires sont finies, l’origine est abordée sans être totalement expliquée. Ce n’est que lorsque la lecture touche à sa fin que nous nous rendons compte que tout ce qui a été narré auparavant est loin d’être inutile : c’est cela la technique de dissimulation-révélation.

  • 107 Han Bangqing 韓邦慶, Haishanghua liezhuan 海上花列傳 (Les Fleurs de Shanghai). Beijing : Renmin Wenxue, 198 (...)

全書筆法自謂從《儒林外史》中脫化而來,惟穿插、藏閃之法,則為從來說部所未有。一波未平,一波又起,或者竟接連起十餘波,忽東忽西,忽南忽北,隨手敘來並無一事完,全部並無一絲掛漏;閱之覺其背面無文字處尚有許多文字,雖未明明敘出,而可以意會得之:此穿插之法也。劈空而來,使閲者茫然不解其如何緣故,急欲觀後文,而後文又捨而敘他事矣;及他事敘畢,再敘明其緣故,而其緣故仍未盡明,直至全體盡露,乃知前文所敘並無半個閒字:此藏閃之法也。107

  • 108 « 古今之大文學,無不以自然勝 », in Wang Guowei 王國維, Song Yuan xiqu shi 宋元戲曲史 (Histoire du théâtre des Song et de (...)
  • 109 « 光緒末至宣統初,上海此類小說之出尤多[...]終未有如海上花列傳之平淡而近自然者 », in Lu Xun 魯迅, Zhongguo xiaoshuo shilüe 中國小說史略 (Brève (...)
  • 110 « 寫得真好,真有“平淡而近自然”的細緻功夫[...]“平淡而近自然的境界”是很難得一般讀者的賞識的。海上花就是一個久被埋沒的好例子 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Yi Hu (...)

221C’est pour cette raison qu’il est possible que les lecteurs puissent être perplexes face à une telle structure narrative, ne découvrant pas tous les fils si minces, si cachés, presque imperceptibles, employés par Zhang Ailing à la place du fil unique que l’on a l’habitude de nommer « intrigue ». Pour reprendre les termes de Wang Guowei 王國維 : « toutes les grandes littératures d’hier et d’aujourd’hui le sont toutes du fait de leur style naturel »108. Elle use de précautions et de préparations, arrange des transitions habiles et dissimulées, illustre, par la seule finesse de sa composition, les événements primordiaux et confère à tous les autres le degré de relief adéquat. Tout cela fin de poursuivre sans relâche un style de « la platitude et l’approche du naturel » (pingdan er jin ziran 平淡而近自然). Cette expression apparaît dans le commentaire réalisé par Lu Xun 魯迅 (1881-1936) sur Haishanghua liezhuan, dans lequel il affirmait que « de la fin de l’ère Guangxu jusqu’au début de l’ère Xuantong, ce genre de romans a été beaucoup publié à Shanghai [...]. Mais il n’y a jamais eu un roman d’une telle platitude et d’une telle approche du naturel que Haishanghua liezhuan »109. Hu Shi (1891-1962), dans sa critique du célèbre Yangge de Zhang Ailing paru en 1955, dira : « c’est vraiment bien écrit, il y a vraiment une habileté minutieuse de “la platitude et de l’approche du naturel” [...] le “style de la platitude et de l’approche du naturel” a du mal à obtenir l’appréciation des lecteurs lambda. Haishanghua en est justement un bon exemple longtemps étouffé »110. Zhang Ailing n’est pas de ceux qui cherchent seulement à divertir leur lectorat par des moyens éculés. De plus, Zhang Ailing avait compris que Haishanghua liezhuan ne correspondait pas aux normes littéraires de la littérature populaire et que c’était pour cela qu’il avait été négligé à plusieurs reprises. Elle avait également compris qu’en s’accordant avec les techniques de création des romans sociaux, et plus particulièrement de celles de Haishanghua liezhuan, Xiao tuanyuan ne pourrait pas « obtenir l’appréciation des lecteurs lambda », mais elle persévéra tout de même dans cette voie.

  • 111 « 這確是一種高難度也高危度的寫法。許多人猜想張之寫作小團圓為了難忘或報復舊情、為了寫作自傳,有沒有人猜想過她是為實踐文學理想而寫呢? », in Ye Si 也斯, « Zhang Ailing (...)

Cela est vraiment un procédé d’écriture très difficile et aussi très risqué. Beaucoup de gens supposent que la raison pour laquelle Zhang Ailing a écrit Xiao tuanyuan est pour ne pas oublier ou se venger de ses anciennes amours, pour écrire son autobiographie. Quelqu’un a-t-il déjà supposé qu’elle l’avait écrit pour mettre en pratique un idéal littéraire ?111

  • 112 « 自從寫東西,覺得無論說什麼都有人懂,即使不懂,她也有一種信心,總會有人懂 », in Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion). (...)
  • 113 « 萬世之後而一遇大聖,知其解者,是旦暮遇之也 », in Guo Qingfan 郭慶藩 (éd.), Zhuangzi jishi 莊子集釋 (Annotation du Zhuangzi). (...)
  • 114 « 重現了她的藝術巔峰 », in Yuan Liangjun 袁良駿, « Zhang Ailing de zizhuanti xiaoshuo Xiao tuanyuan » 張愛玲的自傳體小說 (...)

222Dans Xiao tuanyuan, Zhang Ailing décrit, par le biais de Julie, sa propre vision créatrice en ces termes : « depuis qu’elle écrit, elle pense que tout le monde comprend, peu importe de quoi elle parle, et même s’ils ne comprennent pas, elle est tout de même confiante que certains comprendront »112. Pour reprendre les mots de Zhuangzi 莊子, « dans la suite des siècles, un grand sage les comprendra un jour. Ce jour viendra aussi vite que le temps passe du matin au soir »113. En ce qui nous concerne, Xiao tuanyuan n’est pas, comme certains l’ont affirmé, une « déclaration d’amour » ou un « plan de vengeance », ni une autobiographie ; mais est l’application de l’idéal littéraire de Zhang Ailing, une tentative d’expérimentation de nouvelles voies de création qui nous fait « reparaître le summum de son art »114.

223Enfin, concernant le style de la langue de Zhang Ailing, le présent article n’a pas pu l’explorer sous tous ses aspects, les phrases dans Xiao tuanyuan sont diversement construites, elle aime user de phrases courtes, ingénieusement coupées, et utilise peu de mots de liaisons, rendant sa langue concise mais perçante, ce qui est aussi une grande particularité du « ton Zhang », ce qui vaudrait la peine d’être exploré dans un prochain article. Concomitamment, du fait de son arrière-plan éducationnel combinant les éléments chinois et occidentaux, la langue de Zhang Ailing, hormis sont profond style classique, affiche souvent un vocabulaire européanisé, avec des morphèmes souvent pourvus des suffixes xing 性 et hua 化, comme par exemple nanxinghua 男性化 (masculinisation), jitihua 集體化 (collectivisation), xiandaihua 現代化 (modernisation), zhanyouxing 占有性 (captativité), weixianxing 危險性 (dangerosité) ou encore kexinxing 可信性 (crédibilité) ; ainsi que des mots chinois dérivés de mots étrangers tels que shuimenting 水門汀 (ciment), luomandike 羅曼蒂克 (romantique) ou bien atixiu 啊提修 (artichaut). L’étude de ces vocabulaires européanisés pourrait contribuer à une analyse plus complète de cette particularité de Zhang Ailing qu’est « l’amalgame d’écritures moderne et ancienne ». Outre cela, nous pensons qu’en prenant pour base d’étude le présent article, il serait tout à fait intéressant, afin de comprendre encore mieux les explorations et les innovations que Zhang Ailing a entrepris sur les voies de la création, d’entreprendre une étude comparative encore plus exhaustive entre Xiao tuanyuan et ses premiers grands classiques, tels que Jinsuo ji 金鎖記 (La cangue d’or) ou Qingcheng zhi lian 傾城之戀 (Un amour dévastateur).

Haut de page

Bibliographie

Œuvres littéraires
Cao Shuming 曹樹銘 (éd.), Su Dongpo ci 蘇東坡詞 (Poèmes chantés de Su Dongpo) [SDPC]. Taipei : Taiwan Shangwu Yinshuguan, 1983, 636 p.

Cao Xueqin 曹雪芹, Gao E 高鶚, Honglou meng 紅樓夢 (Rêve dans le Pavillon Rouge) [HLM]. Beijing : Renmin Wenxue, 2005, 1606 p.

Cao Yin 曹寅 (éd.), Quan Tang shi 全唐詩 (L’intégrale des poèmes des Tang) [QTS]. Beijing : Zhonghua Shuju, vol. 9, 1979, pp. 3055-3438.

Chen
Guying 陳鼓應 (annot. & trad.), Zhuangzi Jinzhu jinyi 莊子今注今譯 (Annotation et traduction modernes du Zhuangzi) [ZZ]. Beijing : Zhonghua Shuju, 1983, 910 p.

Feng
Menglong 馮夢龍, Jingshi tongyan 警世通言 (Histoires pour avertir le monde) [JSTY]. Hainan : Hainan, 1993, 508 p.

Feng
Menglong 馮夢龍, Dongzhou lieguo zhi 東周列國志 (Chroniques des Principautés des Zhou Orientaux) [DZLGZ]. Changsha : Yuelu Shushe, 2002, 828 p.

Gao
Ming 高明 (éd.), Boshu Laozi jiaozhu 帛書老子校注 (Annotations du Laozi sur soie) [LZ]. Beijing : Zhonghua Shuju, coll. « Xinbian zhuzi jicheng », 2013, 478 p.

Gong
Zizhen 龔自珍, Gong Zizhen quanji 龔自珍全集 (Anthologie de Gong Zizhen) [GZZ]. Shanghai : Shanghai Renmin, 1975, 660 p.

Han
Bangqing 韓邦慶, Haishang hua liezhuan 海上花列傳 (Fleurs de Shanghai) [HSHLZ]. Beijing : Renmin Wenxue, 1982, 650 p.

Han
Yu 韓愈, Han Changli shi xinian jishi 韓昌黎詩係年集釋 (Annotation des poèmes de Han Changli classés chronologiquement) [HCL]. Shanghai : Shanghai Guji, 1984, 1361 p.

Lanling Xiaoxiaosheng
蘭陵笑笑生, Jing Ping Mei cihua 金瓶梅詞話 (Fleur en fiole d’or) [JPM]. Beijing : Renmin Wenxue, 1992, 2 vol., 1492 p.

Li
Baojia 李寶嘉, Guanchang xianxing ji 官場現形記 (Une Révélation des cercles officiels) [GCXXJ]. Beijing : Renmin Wenxue, 2000, 1014 p.

Li
Liewen 黎烈文 (ponctuation), Jingben tongsu xiaoshuo 京本通俗小說 (Contes populaires de la capitale) [JBTSXS]. Shanghai : Shangwu Yinshuguan, 1937, 106 p.

Ling
Mengchu 凌濛初, Erke pai’an jingqi 二刻拍案驚奇 (Merveilleux contes) [EKPAJQ]. Hainan : Hainan, 1993, 586 p.

Liu
E 劉鶚, Laocan youji 老殘遊記 (Les Voyages d’un vieux décrépit) [LCYJ]. Beijing : Renmin Wenxue, 1979, 261 p.

Liu
Xuekai 劉學鍇 (éd.), Li Shangyin shige jijie 李商隱詩歌集解 (Annotation de la poésie de Li Shangyin) [LSY]. Beijing : Zhonghua Shuju, 2004, 2354 p.

Luo
Guanzhong 羅貫中, Sanguo yanyi 三國演義 (Les Trois Royaumes) [SGYY]. Beijing : Renmin Wenxue, 1979, 1039 p.

Luo
Maodeng 羅懋登, Sanbao taijian Xiyang ji tongsu yanyi 三寶太監西洋記通俗演義 (Les Voyages de Zheng He en Occident) [SBTJ]. Shanghai : Shanghai Guji, 1985, 1333 p.

Youren 呂友仁, Yongmei 呂詠梅 (trads. & annots.), Li ji quanyi Xiaojing quanyi 禮記全譯孝經全譯 (Traduction complète du Classique des Rites et du Classique de la Piété Filiale) [LJ]. Guiyang : Guizhou Renmin, coll. « Zhongguo lidai mingzhu quanyi congshu », vol. 53, 1998, 1211 p.

Ma
Chiying 馬持盈 (éd.), Shijing jinzhu jinyi 詩經今注今譯 (Annotation et traduction modernes du Livre des Odes) [SJ]. Taipei : Taiwan Shangwu Yingshuguan, 1979, 561 p.

Pian
Yuqian 駢宇騫 (trad. & annot.), Sunzi bingfa, Sun Bin bingfa 孫子兵法·孫臏兵法 (L’Art de la guerre de Sunzi, l’art de la guerre de Sun Bin) [SZBF]. Beijing : Zhonghua Shuju, 2007, 211 p.

Pu
Songling 蒲松齡, Liaozhai zhiyi 聊齋誌異 (Chroniques de l’étrange) [LZZY]. Beijing : Zhonghua Shuju, 2010, 3 vol., 2095 p.

Qiu
Zhaoao 仇兆鰲 (annot.), Du shi xiangzhu 杜詩詳註 (Annotations détaillées de la poésie de Du Fu) [DF]. Beijing : Zhonghua Shuju, 1999, 2354 p.

Su
Shi 蘇軾, « Qian chibi fu » 前赤壁賦 (La Falaise rouge 1) [QCBF], in Lang Ye 郎曄 (éd.), Jingjin Dongpo wenji shilüe 經進東坡文集事略 (Les écrits autobiographiques de Dongpo pour l’Empereur). Beijing : Wenxue Guji, 1957, pp. 2-4.

Tuo
Tuo 脫脫 (éd.), Song shi 宋史 (Histoire des Song) [SS]. Beijing : Zhonghua Shuju, 1977, vol. 27, pp. 9283-9626.

Wang
Zhongwen 王仲聞 (annot.), Li Qingzhao ji jiaozhu 李清照集校注 (Anthologie annoté de Li Qingzhao) [LQZ]. Beijing : Renmin Wenxue, 2000, 378 p.

Wu
Cheng’en 吳承恩, Xiyou ji 西遊記 (La Pérégrination vers l’ouest) [XYJ]. Beijing : Renmin Wenxue, 2005, 1198 p.

Wu
Jianren 吳趼人, Ershi nian mudu zhi guai xianzhuang 二十年目睹之怪現狀 (Les Étranges événements dont nous avons été directement témoin depuis vingt ans) [ESNMD]. Beijing : Renmin Wenxue, 2000, 1040 p.

Wu
Jingzi 吳敬梓, Rulin waishi 儒林外史 (Chronique indiscrète des mandarins) [RLWS]. Beijing : Renmin Wenxue, 2002, 576 p.

Xi
Zhousheng 西周生, Xingshi yinyuan zhuan 醒世姻緣轉 (La Romance pour éveiller le monde) [XSYYZ]. Shanghai : Shanghai Guji, 1983, 1548 p.

Xu
Weiyu 許維遹 (éd.), Lüshi Chunqiu jishi 呂氏春秋集譯 (Annotation des Annales des Printemps et Automnes de Sieur Lü) [LSCQ]. Beijing : Zhonghua Shuju, coll. « Xinbian zhuzi jicheng », 2010, 731 p.

Yang
Bojun 楊伯峻 (éd.), Mengzi yizhu 孟子譯注 (Traduction annotée du Mencius) [MZ]. Beijing : Zhonghua Shuju, 1962, 483 p.

Yuan
Zhen 元稹, Yuan Zhen ji 元稹集 (Anthologie de Yuan Zhen) [YZ]. Beijing : Zhonghua Shuju, 1982, 859 p.

Zeng
Pu 曾樸, Niehai hua 孽海花 (Fleur sur l’océan des péchés) [NHH]. Beijing : Jiefangjun Wenyi, 2000, 457 p.

Zhang
Chunfan 張春帆, Jiuwei gui 九尾龜 (La Tortue à neuf queues) [JWG]. Shanghai : Shanghai Guji, coll. « Guben xiaoshuo jicheng », 1994, vol. 5, tome 39, 872 p.

Zhu
Xi 朱熹, Sishu zhangju jizhu — Lunyu jizhu 四書章句集註,論語集註 (Les Quatres Livres en chapitres et versets entièrement commentés, les Entretiens entièrement commentés) [LY]. Beijing : Zhonghua Shuju, coll. « Xinbian zhuzi jicheng », 1983, 388 p.

Dictionnaires
Bai Weiguo 白緯國 (éd.), Jin Ping Mei cidian 金瓶梅詞典 (Dictionnaire du Jin Ping Mei) [JPMCD]. Beijing : Zhonghua Shuju, 1991, 828 p.

Gongtian
Yilang 宮田一郎, Shi Rujie 石汝傑 (éds.), Ming Qing Wuyu cidian 明清吳語詞典 (Dictionnaire de la langue Wu des Ming et des Qing) [MQWY]. Shanghai : Shanghai Cishu, 2003, 915 p.

Tang
Zhenzhu 湯珍珠, Chen Zhongmin 陳忠敏 (éds.), Ningbo fangyan cidian 寧波方言詞典 (Dictionnaire du dialecte de Ningbo) [NBFY]. Nanjing : Jiangsu Jiaoyu, 1997, 460 p.

Tian
Zongyao 田宗耀 (éd.), Zhongguo gudian xiaoshuo yongyu cidian 中國古典小說用語辭典 (Dictionnaire d’expressions dans les romans classiques chinois) [GDXSYY]. Taipei : Lianjing, 1985, 1527 p.

Wu
Liansheng 吳連生 (éd.), Wu fangyan cidian 吳方言詞典 (Dictionnaire du dialecte Wu) [WFY]. Shanghai : Hanyu Dacidian, 1995, 606 p.

Wu
Shixun 吳世勛, Wang Dongming 王東明 (éds.), Song Yuan Ming Qing baibu xiaoshuo ciyu da cidian 宋元明清百部小說大辭典 (Grand dictionnaire des termes de cent romans des dynasties Song, Yuan, Ming et Qing) [SYMQ]. Xi’an : Shaanxi Renmin Jiaoyu, 1992, 1401 p.

Xin
Yi 辛夷 (éd.), Zhongguo diangu da cidian 中國典故大詞典 (Grand dictionnaire des allusions littéraires et historiques chinoises) [DGDCD]. Beijing : Beijing Yanshan, 1992, 2024 p.

Zhai
Jianbo 翟建波 (éd.), Zhongguo gudai xiaoshuo suyu da cidian 中國古代小說俗語大詞典 (Grand dictionnaire des proverbes dans les romans anciens chinois) [GDXSSY]. Shanghai : Hanyu Dacidian, 2002, 1400 p.

Zhou
Dingyi 周定一 (éd.), Honglou meng yuyan cidian 紅樓夢語言詞典 (Dictionnaire de la langue de Honglou meng) [HLMYY]. Beijing : Shangwu Yinshuguan, 1995, 1494 p.

Traductions
Confucius, Les Entretiens (Pierre Ryckmans, trad.) [LE]. Paris : Gallimard, 1987, 140 p.

Couvreur
, Séraphin (trad.), Cheu king [CK]. Taipei : Kuangchi Press, 1966, 556 p.

Lao Tseu
, Tao Te King (Ma Kou, trad.) [TTK]. Paris : Albin Michel, 2008, coll. « Spiritualités vivantes », 162 p.

Mathieu
, Rémi (éd.), Anthologie de la poésie chinoise [APC]. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2015, 1600 p.

Mencius
, Mencius (André Lévy, trad.) [MC]. Paris : Payot & Rivages, 2008, 293 p.

Pu
Songling, Chroniques de l’étrange (André Lévy, trad.) [CDE]. Arles : Philippe Picquier, 2 tomes, 2005, 2003 p.

Sun
Tzu, L’Art de la guerre (Francis Wang, trad.) [ADLG]. Paris : Flammarion, coll. « Champ essai », 1972, 338 p.

Tchouang-tseu
, Œuvre complète (Liou Kia-hway, trad.) [TTOC]. Paris : Gallimard, coll. « Folio Essais », 1969, 584 p.

Wou
King-tseu, Chronique indiscrète des Mandarins (Tchang Fou-jouei, trad.) [CIM]. Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1976, 2 tomes, 815 p.

Wu
Cheng’en, La Pérégrination vers l’Ouest (André Lévy, trad.) [LPVO1]. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, vol. 1, 1160 p.

Wu
Cheng’en, La Pérégrination vers l’Ouest (André Lévy, trad.) [LPVO2]. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, vol. 2, 1192 p.

Haut de page

Annexe

Biographie de Zhang Ailing

Date

Événement

30/09/1920

Naissance à Shanghai, sous le nom de Zhang Ying 張煐

11/12/1921

Naissance de son frère Zhang Zijing 張子靜

1922

Déménagement de Shanghai à Tianjin

1924

Sa mère Huang Yifan 黃逸梵 et sa tante Zhang Maoyuan 張茂淵 partent pour l’Europe pour une durée de quatre ans, son père Zhang Zhiyi 張志沂 emménage avec sa concubine et devient accro au jeu et à l’opium

1928

Redéménage de Tianjin à Shanghai, sa mère et sa tante rentrent au pays

1930

Zhang Ying rentre en sixième année à l’école primaire de Madame Huang et change de nom pour Zhang Ailing 張愛玲, ses parents divorcent, sa mère emménage alors avec sa tante dans la concession française

1931

Zhang Ailing intègre la St. Mary’s Hall Girls’ School

1932-1936

Sa mère part vivre quatre ans en France

1934

Son père se remarie avec Sun Yongfan 孫用蕃

1936

Sa mère rentre au pays

1937

Diplômée de St. Mary’s Hall Girls’ School, Zhang Ailing est rouée de coups par son père et est séquestrée pendant six mois

1938

S’échappe et part vivre avec sa mère et sa tante, s’inscrit à l’examen de l’Université de Londres, est admise après avoir obtenu la meilleure note de la région Extrême-Orient

1939

La Seconde Guerre Mondiale éclate, elle intègre donc finalement l’institut de littérature de l’Université de Hong Kong et fait la rencontre de sa grande amie Fatima, en chinois Yan Ying 炎櫻

1940

Après être restée quatre ans à Shanghai, sa mère quitte de nouveau le pays et passe par Hong Kong pour rendre visite à Zhang Ailing

1941

La Bataille de Hong Kong éclate, l’armée japonaise envahit Hong Kong

1942

Elle interrompt ses études et retourne à Shanghai pour vivre avec sa tante, elle commence alors sa carrière littéraire

1944

Elle rencontre en février Hu Lancheng 胡蘭成 et se marie secrètement en août. Hu Lancheng part à Wuhan en novembre pour tenir un journal, drague l’infirmière âgée de 16 ans, Zhou Xunde 周訓德

1945

Le Japon capitule en août, Hu Lancheng part en cavale à Zhuji dans le Zhejiang chez son camarade de lycée Si Songde 斯頌德. Il est ensuite escorté par la concubine du père de son camarade, Fan Xiumei 范秀美 jusqu’à chez elle, à Wenzhou. Il se promettent le mariage en route

1946

Se rend à Wenzhou en février pour rendre visite à Hu Lancheng, y reste plus de vingt jours avant de retourner à Shanghai. Elle rencontre ensuite le réalisateur Sang Hu 桑弧, parce qu’elle écrit des scénarios pour le cinéma

1947

Divorce en juin avec Hu Lancheng, sa mère rentre au pays

1948

Sa mère quitte le pays définitivement

1951

Mariage de Sang Hu

1952

Elle quitte le continent pour Hong Kong et occupe un poste à l’United States Information Service

1953

Son père décède à Shanghai, à l’âge de 57 ans

1955

Part aux États-Unis et s’y installe

1956

Elle rencontre le scénariste américain Ferdinand Reyher et tombe enceinte, tous deux se marient

1957

Sa mère décède à Londres, à l’âge de 61 ans, mais Zhang Ailing n’assiste pas aux funérailles

1967

Décès de Ferdinand Reyher

1991

Sa tante décède à Shanghai, à l’âge de 91 ans

08/09/1995

Zhang Ailing est découverte morte par le propriétaire de son appartement à Los Angeles, à l’âge de 75 ans

Correspondance entre les personnages principaux du roman et les personnes réelles

Personnages du roman

Personnes réelles

Sheng Jiuli 盛九莉 (Julie)

Zhang Ailing 張愛玲

Sa mère Bian Ruiqiu 卞蕊秋 (Rachel)

Huang Yifan 黃逸梵

Son père Sheng Naide 盛乃德 (Edouard)

Zhang Zhiyi 張志沂

Sa tante Sheng Zhudi 盛楚娣 (Judy)

Zhang Maoyuan 張茂淵

Son frère Sheng Jiulin 盛九林 (Julien)

Zhang Zijing 張子靜

Son premier mari Shao Zhiyong 邵之雍 (John)

Hu Lancheng 胡蘭成

Xiao Kang 小康 (Candy)

Zhou Xunde 周訓德

Xin Qiaoyu 辛巧玉 (Jade)

Fan Xiumei 范秀美

Son amie Bibi 比比

Fatima

L’acteur Yan Shan 燕山

Sang Hu 桑弧

Son deuxième mari Rudi 汝狄

Ferdinand Reyher

Geng Cuihua 耿翠華

Sun Yongfan 孫用蕃

Haut de page

Notes

1 Xia Zhiqing 夏志清, Zhongguo xiandai xiaoshuo shi 中國現代小說史 (Histoire du roman contemporain chinois) (Liu Shaoming 劉紹銘 et al., trads.). Guilin : Guangxi Shifan Daxue, 2014, p. 280.

2 « 出名要趁早呀! », in Zhang Ailing 張愛玲, « Chuanqi zaiban de hua » 傳奇再版的話 (Quelques mots sur la republication de Chuanqi), in Liuyan 流言 (Mots sur l’eau). Beijing : Shiyue Wenyi, 2012, p. 163.

3 « Elle publia en 1943 ses célèbres écrits Chenxiangxie diyi lu xiang, Qingchen zhi lian, Jinsuo ji. L'inspiration créatrice de Zhang Ailing fusa, en septembre 1944 fut publié son recueil romanesque Chuanqi, qui fut écoulé en l'espace de quatre jours. En novembre de la même année fut publié son recueil d'essais Liuyan, qui sera réédité en 1945, à trois reprises, et était populaire dans tout Shanghai », in Chen Zhimin 陳智敏, « Sishi niandai Zhang Ailing yanjiu shuping » 四十年代張愛玲研究書評 (Présentation des recherches sur Zhang Ailing durant les années 1940), Anhui Wenxue, n°9, 2008, p. 362.

4 Wang Dewei 王德威, « Luodi de maizi bu si : Zhang Ailing de wenxue yingxiangli yu “Zhang pai” zuojia de chaoyue zhi lu » 落地的麥子不死:張愛玲的文學影響力與「張派」作家的超越之路 (Le blé tombé à terre ne meurt pas : l'influence littéraire de Zhang Ailing et la route des écrivains de “l'école Zhang” vers le dépassement), in Luodi de maizi busi : Zhang Ailing yu “Zhang pai” chuanren 落地的麥子不死:張愛玲與「張派」傳人 (Le blé tombé à terre ne meurt pas : Zhang Ailing et les disciples de “l'école Zhang”). Jinan : Shandong Huabao, 2004, pp. 40-48.

5 Tang Wenbiao est un mathématicien, poète et critique littéraire.

6 « (En 1972) après mon retour à Taipei, j'ai petit à petit entendu de plus en plus d'éloges à l'égard des “romans de l'école Zhang” de la part de mes amis. [(1972年)回到台北後,我卻逐漸聽多了朋友們對「張小說」的贊美] », in Tang Wenbiao 唐文標, Zhang Ailing yanjiu 張愛玲研究 (Étude sur Zhang Ailing). Taipei : Lianjing, 1983, p. 216.

7 Shui Jing est le nom de plume de Yang Yi 楊沂, écrivain et célèbre « Zhangologue ».

8 « Hua diao, Liuqing, A Xiao bei qiu, Hong, bai meigui ont été écrits dans son style, et possèdent une certaine créativité, c'est un style “à la Zhang Ailing” […] c'est la tonalité/le ton Zhang. [《花凋》、《留情》、《阿小悲秋》、《紅、白玫瑰》是用她自己的風格寫的,也較具獨創性,是一種「張愛玲體」的風格[...]是張腔] », in Shui Jing 水晶, Zhang Ailing de xiaoshuo yishu 張愛玲的小說藝術 (L'art romanesque de Zhang Ailing). Taipei : Dadi, 2000, p. 172.

9 Wang Dewei est un critique littéraire et l’un des représentants de la « Zhangologie ».

10 « 只要我活著,就要不停地寫,我寫得很慢。寫的時候,全心全意的浸在裡面,像個懷胎的婦人,走到哪兒就帶到哪兒。即使不去想它,它也還在那裡 », in Yin Yunpeng 殷允芃, « Fang Zhang Ailing nüshi » 访张爱玲女士 (Entrevue avec Madame Zhang Ailing), in Cai Fengyi 蔡鳳儀, Huali yu cangliang—Zhang Ailing jinian wenji 華麗與蒼涼—張愛玲紀念文集 (Splendeur et désolation—Recueil en mémoire de Zhang Ailing). Taipei : Huangguan, 1995, p. 165.

11 Song Qi est un critique littéraire, traducteur et « zhangologue ».

12 Chen Zishan 陳子善, « Xiao tuanyuan de qianshi jinsheng » 《小團圓》的前世今生 (La vie antérieure et la vie actuelle de Xiao tuanyuan), in Kan Zhang ji qita 看張及其他 (Ma vision de Zhang Ailing et autres). Beijing : Zhonghua Shuju, 2010, p. 70.

13 Zhang Ailing 張愛玲, « Tongyan wuji » 童言無忌 (Nul tabou dans les paroles d'enfants), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau). Beijing : Shiyue Wenyi, 2015, p. 99.

14 Zhang Ailing 張愛玲, « Xie shenme » 寫什麼 (Quoi écrire), in Liuyan 流言 (Mots sur l’eau), ibid., p. 131.

15 Voir la préface de l'auteur dans Zhang Ailing 張愛玲, Chidi zhi lian 赤地之戀 (L'amour de la terre nue). Taipei : Huangguan Wenhua, 2010, p 3.

16 Phrase de l'historienne française, Régine Pernoud tirée de Aliénor d'Aquitaine (Paris : Albin Michel, 1965, p. 294) et citée par Zhang Ailing, dans « Tan kanshu » 談看書 (Parlons de lecture), in Duizhao ji 對照記 (Réflexion : mots et photos). Beijing : Shiyue Wenyi, 2009, p. 105.

17 Zhang Ailing 張愛玲, « Tan kanshu » 談看書 (Parlons de lecture), ibid., p. 140.

18 Voir les avant-propos de Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion). Taipei : Huangguan Wenhua, 2009, p. 8.

19 « 作家是天生給人誤解的,解釋也沒完沒了 », voir la préface de l'auteur dans Zhang Ailing 張愛玲, Xuji 續集 (Suite). Taipei : Huangguan Wenhua, 1988, pp. 97-98.

20 Chen Zishan 陳子善, Kan Zhang ji qita 看張及其他 (Ma vision de Zhang Ailing et autres). Beijing : Zhonghua Shuju, 2009, pp. 71-72.

21 « 《小團圓》情節複雜,很有戲劇性,full of shocks,是個愛情故事,不是打筆墨官司,裡面對胡蘭成的憎笑也沒像後來那樣 », voir l'avant-propos de Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion), op.cit., p. 6.

22 Voir la biographie de Zhang Ailing en annexe.

23 « 九莉無法再坐下去,只好站起來往外擠,十分惋惜沒看到私定終身,考中一並迎娶,二美三美團圓 », in Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion), op.cit., p. 265.

24 Femme que Hu Lancheng rencontra et épousa lors de sa cavale à Wenzhou, alors même qu'il n'était pas encore divorcé de Zhang Ailing.

25 « 戲文里做從前的人,打天下或中狀元,當初落難之時,到處結姻緣,好像油頭小光棍,後來團圓,花燭拜堂,都是新娘子來起來來一班 », in Hu Lancheng 胡蘭成, Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vie, cette existence). Beijing : Zhongguo Chang'an, 2013, p. 251.

26 « 我知道你的書名也是ironical的,才子佳人小說中的男主角都中了狀元,然後三妻四妾個個貌美和順,心甘情願同他一起生活,所以是「大團圓」。現在這部小說里的男主角是一個漢奸,最後躲了起來,個個同他好的女人都或被休,或困於情勢,或看穿了他為人,都同他分了手,結果只有一陣風光,連「小團圓」都談不上 », voir les avant-propos de Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion), op.cit., p. 11.

27 Taohua shan 桃花扇, est une pièce de théâtre composée par le dramaturge Kong Shangren 孔尚任 (1648-1718) narrant une histoire d'amour entre un lettré qui souhaite renversé le gouvernement Qing, Hou Fangyu 侯方域, et une célèbre prostituée, Li Xiangjun 李香君, après la chute de la dynastie des Ming du Sud, Nan Ming 南明 (1644-1662).

28 « 此情可待成追憶,只是當時已惘然 », in Liu Xuekai 劉學鍇, Yu Shucheng 余恕誠, Li Shangyin shige jijie 李商隱詩歌集解 (La poésie de Li Shangyin expliquée). Beijing : Zhonghua Shuju, 2004, p. 1579.

29 « 同學少年多不賤,五陵衣馬自輕飛 », in Du Fu 杜甫, Du shi xiangzhu 杜詩詳注 (Annotations détaillées de la poésie de Du Fu) (Annoté par Qiu Zhaoao 仇兆鰲). Beijing : Zhonghua Shuju, 1999, p. 1487.

30 « 多少恨,昨夜夢魂中 », in Li Jing 李璟, Li Yu 李煜, Nantang erzhu ci jiaoding 南唐二主詞校訂 (Version corrigée des poèmes chantés des deux souverains des Tang du Sud) (corrigé par Wang Zhongwen 王仲聞). Beijing : Zhonghua Shuju, 2007, p. 24.

31 « 胭脂淚,留人醉,幾時重 », in Li Jing 李璟, Li Yu 李煜, ibid., p. 32.

32 Moggallana, en chinois Mujianlian 目犍連, raccourci en Mulian 目連, est l’un des dix disciples de Bouddha.

33 « 《小團圓》確實語有所本:它就是民間目連戲的一個出目 », in Feng Xiqian 馮睎乾, « Chu ping Xiao tuanyuan » 初評小團圓 (Commentaire élémentaire sur Xiao tuanyuan), Wan Xiang, n°11-7, juillet 2009, p. 99.

34 Pour une version plus détaillée de cette histoire, se référer à Zhu Hengfu 朱恆夫, Mulianxi yanjiu 目連戲研究 (Étude sur le théâtre Moggallana). Nankin : Nanjing Daxue, 1993, pp. 19-22.

35 De nombreuses versions différentes de livrets de théâtre Moggallana existent en Chine. Nous pouvons retrouver cet acte dans plusieurs versions, telles que : la version de Xinchang 新昌 du Zhejiang (voir Collectif, Mulianxi yanjiu wenji 目連戲研究文集 (Recueil d'articles de recherches sur le théâtre Moggallana). Hefei : Zhongguo Yishu Yanjiuyuan Xiqu Yanjiusuo, 1988, p. 392) ; la version de Shaoxing 紹興 (Xu Sinian 徐斯年, « Shaoxing Mulianxi sanlun » 紹興目連戲散論 (Quelques théories sur le théâtre Moggallana de Shaoxing), Shaoxing Wenli Xueyuan Xuebao, juin 2005, vol. 25, n°3, p. 1) ; et enfin la version de Nanling 南陵 de l'Anhui (Collectif, ibid., p. 395). Tandis que dans la version de Zheng Zhishen 鄭之珍 (1518-1595), la plus ancienne et la plus complète, Mulian jiu mu quanshan xiwen 目連救母勸善戲文 (Livret de la pièce Moggallana sauve sa mère et lui conseille de se repentir), ainsi que dans la version de Puxian 莆仙 du Fujian, cet acte s'appelle « Réunion mère-fils », Muzi tuanyuan 母子團圓, et non « Petite réunion » (voir Zhu Hengfu 朱恆夫, ibid., p. 85.).

36 Ce dernier acte se retrouve sous le nom de « Da tuanyuan » dans la version de Singapour « Puxian Mulianxi » 莆仙目連戲, dans la version de Xinchang, dans celle de Shaoxing, ainsi que dans celle de Jingde 旌德 de l'Anhui (voir Collectif, ibid., p. 389, 393, 397, 402, 403).

37 « 有一處山石上刻著三個大字,不記得是個什麼地名了,反正是更使人覺到這地方的戲劇性,彷彿應當有些打扮得像花蝴蝶似的唱戲的,在這裡狹路相逢,一場惡鬥,或者是「小團圓」,骨肉巧遇,一同上山落草 », in Zhang Ailing 張愛玲, Yixiang ji 異鄉記 (Notes de voyage en terre étrangère). Beijing : Shiyue Wenyi, 2011, p. 100.

38 « 我在改寫《小團圓》。我一直覺得我母親如果一靈不昧,會寧願寫她,即使不加以美化,而不願被遺忘 », voir le blog de Song Yilang 宋以朗, « Xiao tuanyuan de BLOG » 小團圓的BLOG (Le BLOG de Xiao tuanyuan), [En ligne] : http://www.zonaeuropa.com/culture/c20090419_1.htm

39 « Destin de bambou » est une expression tirée de son article « Zhongguoren de zongjiao » 中國人的宗教 (Les religions des Chinois » : « Des moments de jours paisibles entrecoupés de malheurs, et ce pour l'éternité » (一截太平日子間著一劫,直到永遠), in Zhang Ailing 張愛玲, « Zhongguoren de zongjiao » 中國人的宗教 (Les religions des Chinois), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 153.

40 « 我是竹節運,幼年四年一期,全憑我母親的去來分界。四期後又有五年的一期,期末港戰歸來與我姑姑團聚作結,幾度小團圓 », voir Le blog de Song Yilang, op.cit.

41 Le développement des intrigues dans l'opéra chinois est très lent, l'histoire est longue, une pièce est donc souvent composée de plusieurs dizaines d'actes. C'est pourquoi elles sont souvent découpées en deux parties. Donc, « à la fin de la première partie, on ralentit provisoirement le déroulement de l'histoire, on retient légèrement les roulements de tambours, cela s'appelle “petit dénouement”. […] Cela pousse le lecteur à essayer de deviner la suite, sans savoir comment va se terminer cette histoire ». Donc, ensuite, « quand l'histoire entière se finit, on appelle cela le “grand dénouement” ». Les lecteurs chinois aiment en général assister à une fin heureuse de grande réunion, c'est pourquoi le « grand dénouement » doit avoir, d'après Li Yu 李漁 (1611-1680), « la joie d'une retrouvaille », tuanyuan zhi qu 團圓之趣. (« 上半部之末出,暫攝情形,略收鑼鼓,名為「小收煞」[...] 令人揣摩下文,不知此事如何結果。[...] 全本收場,名為「大收煞」 », in Li Yu 李漁, Xianqing ouji 閒情偶寄 (Impressions anodines consignées sans façon) (traduit et annoté par Du Shuying 杜書瀛). Beijing : Zhonghua Shuju, 2014, pp. 174-175).

42 Chen Zishan 陳子善, « Xiao tuanyuan de qianshi jinsheng » 《小團圓》的前世今生 (La vie antérieure et la vie actuelle de Xiao tuanyuan), in Kan Zhang ji qita, op. cit., p. 74.

43 « 對於色彩,音符,字眼,我極為敏感。當我彈奏鋼琴時,我想象那八個音符有不同的個性,穿戴了鮮艷的衣帽攜手舞蹈。我學寫文章,愛用色彩濃厚,音韻鏗鏘的字眼,如‘珠灰’,‘黃昏’,‘婉妙’ ,‘splendour’,‘melancholy’,因此常犯了堆砌的毛病。直到現在,我仍然愛看《聊齋志異》與俗氣的巴黎時裝報告,便是為了這種有吸引力的字眼 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Tiancai meng » 天才夢 (Rêve de génie), in Liuyan 流言 (Mots sur l’eau), op.cit., p. 2.

44 « 許多身邊雜食自有它們的愉快性質。看不到田園裡的茄子,到菜場上去看看也好——那麼複雜的,油潤的紫色;新綠的豌豆,熟艷的辣椒,金黃的麵筋,像太陽里的肥皂泡 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Gongyu shenghuo ji qu » 公寓生活記趣 (Histoires de la vie en appartement), in Liuyan 流言 (Mots sur l’eau), op.cit., p. 26.

45 Wu Jianshe 吳建設, « Hanyu jiben yanseci de jinhua jieduan yu yanse fanchou » 漢語基本顏色詞的進化階段與顏色範疇 (Les Stades évolutifs et les domaines de couleurs des adjectifs de couleurs basiques du chinois), mis en ligne le 13 mars 2015, consulté le 2 janvier 2016, [En ligne] : http://www.chinalanguage.org/showinfo.asp?id=644

46 « 單音節形容詞A與後綴BB的搭配是習慣性的,不同的方言有所不同,不同的人也有所不同 », in Shuxiang 呂叔湘, Xiandai hanyu babai ci 現代漢語八百詞 (Huit cents mots du chinois moderne). Beijing : Shangwu Yinshuguan, 1980, p. 637.

47 Zheng Rongxin 鄭榮馨, Yuyan biaoxian fengge lun : yuyan mei de tansuo 語言表現風格論:語言美的探索 (Stylistique de l’expression linguistique : exploration de l’esthétique linguistique). Hefei : Anhui Daxue, 1999, pp. 69-72.

48 « 寶玉道:「松花色配什麼?」鶯兒道:「松花配桃紅。」寶玉笑道:「這才嬌艷。再要雅淡之中帶些嬌艷。」鶯兒道:「蔥綠柳黃是我最愛的。」寶玉道:「也罷了,也打一條桃紅,再打一條蔥綠。」 », in Cao Xueqin 曹雪芹, Gao E 高鶚, Honglou meng 紅樓夢 (Rêve dans le pavillon rouge). Beijing : Renmin Wenxue, 2005, p. 471 ; Traduction tirée de Cao Xueqin, Le Rêve dans le pavillon rouge (Li Tche-houa, Jacqueline Alézaïs, trads.). Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1981, vol. 1, p. 794.

49 « 「‘死生契闊,與子成說;執子之手,與子偕老’是一首悲哀的詩,然而它的人生態度又是何等肯定。我不喜歡壯烈。我是喜歡悲壯,更喜歡蒼涼。壯烈只有力,沒有美,似乎缺少人性。悲壯則如大紅大綠的配色,是一種強烈的對照。但它的刺激性還是大於啓發性。蒼涼之所以有更深長的回味,就因為它像蔥綠配桃紅,是一種參差的對照。」 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Ziji de wenzhang » 自己的文章 (Mes articles), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 92.

50 « 「我喜歡聽市聲。比我較有詩意的人在枕上聽松濤,聽海嘯,我是非得聽見電車響才睡得著覺的。」 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Gongyu shenghuo ji qu » 公寓生活記趣 (Histoires de la vie en appartement), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 24.

51 L'Opéra Yue, Yue ju 越劇, originaire du Zhejiang, appelé aussi Opéra de Shaoxing, est le deuxième opéra le plus populaire de Chine.

52 L'Opéra Ping, Ping ju 評劇, est un genre régional de l'opéra chinois traditionnel qui émergea vers 1910 dans la ville de Tangshan dans la province du Hebei. Il était particulièrement populaire parmi les mineurs et les paysans.

53 Zhang Ailing 張愛玲, « Tan yinyue » 談音樂 (Parlons musique), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 166.

54 « 音樂通常都帶一點悲傷意味,張愛玲說她因此對音樂不怎麼喜歡。可是惟其因為音樂是悲傷的,音樂在她的小說所創造的世界里佔著很重要的地位。 », in Xia Zhiqing 夏志清, Zhongguo xiandai xiaoshuo shi 中國現代小說史 (Histoire du roman contemporain chinois), op.cit., p. 284.

55 « 格式有些特殊:第90頁,「噝潤嗯嗯唔唔!」一行,字寫得較他處明顯大些,以示大聲 », in Zhi Yan 止庵, « Xiao tuanyuan shougao jiaodu ji » 《小團圓》手稿校讀記 (Récit des vérifications du manuscrit de Xiao tuanyuan), Nanfang Dushibao, 21 avril 2009 [En ligne], consulté le 18 janvier 2021, URL : http://www.zonaeuropa.com/culture/c20090419_1.htm

56 « 把一些本來沒有聲響的動作和動態也用擬聲詞賦予一種聲音。這種方法,用現代心理學和語言學的術語來說,稱為「通感」或「聯覺」、「感覺移借」。 », in Geng Erling 耿二嶺, Hanyu nishengci 漢語擬聲詞 (Les onomatopées de la langue chinoise). Hubei : Hubei Jiaoyu, 1996, pp. 40-42.

57 « 人的各種感覺,如聽覺、視覺、嗅覺、味覺、觸覺等,互不相同,但也有其相通的一面,在描述客觀事物時,用形象的語言將屬於某一感官的感覺轉移到另一感官上,憑借感官上的相通之處,啓發讀者去聯想和體味詩文中的意境 », in Li Yunhan 黎運漢, Zhang Weigeng 張維耿, Xiandai hanyu xiucixue 現代漢語修辭學 (Rhétorique du chinois moderne). Hong Kong : Shangwu Yinshuguang, 1991, p. 125.

58 « 重疊構詞是由兩個相同的音節組成的詞彙形態。這種現象在漢語里十分普遍,比起其他語言的構詞規律,這可以說是漢語的一個重要特色。 », in Zhu Jianing 竺家寧, Hanyu cihuixue 漢語詞彙學 (Lexicologie du chinois). Taipei : Wunan Tushu, mars 2009, p. 279.

59 Shen Huaixing 沈懷興, « Fuyin danchunci, chongdieci, paishengci de chansheng he fazhan » 復音單純詞、重疊詞、派生詞的產生和發展 (L'apparition et le développement des termes polysyllabiques, des réduplications et des mots dérivés), Hanzi Wenhua, 2001, n°1, pp. 25-29.

60 « 疊詞可以增加表現力、音樂性以及營造氣氛 », in Wang Xinwei 王新偉, « Rumiao wenzhang ben pingdan, Dengxian yanyu bian guiqi—tan Hetang yuese de dieci yunyong » 入妙文章本平淡,等閒言語變瑰奇——談《荷塘月色》的疊詞運用 (Les excellents écrits sont à l’origine plats, les mots ordinaires se changent en beau jade—à propos de l’utilisation des réduplications dans Hetang yuese), Zhongguo Yuwen Jiaoxue, juin 2003, pp. 46-47.

61 « 漢語的重疊和其他語言相比,有下列兩個特點:(1)形式特別豐富,(2)意義難以捉摸 », in Wang Guoshuan 王國栓, « Hanyu xingrongci AA shi chongdie yu liang fanchou » 漢語形容詞AA式重疊與範疇 (Réduplication adjective de type AA en chinois et catégorie de quantité), Hanyu Xuexi, août 2004, n°4, pp. 24-27.

62 « 語義的表達不分明、不清晰的語言 », in Liu Huifen 劉慧芬, « Mohu yuyan de wenxue biaoxian gongneng » 模糊語言的文學表現功能 (La fonction d'expression littéraire de la langue vague), Luoyang Daxue Bao, septembre 2004, n°3, vol. 19, p. 70.

63 « ‘模糊語言’內涵遠比普通語言豐富,有暗示性、獨創性、音樂性特點——它是一種藝術的再創造,優秀的作品是為了讓讀者在形象之外有所發現和補充 », in Liu Huifen 劉慧芬, ibidem.

64 « 顏色與氣味常常使我快樂 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Tan yinyue » 談音樂 (Parlons musique), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 166.

65 « 回憶這東西若是有氣味的話,那就是樟腦的香,甜而穩妥,像記得分明的快樂,甜而悵惘,像忘卻了的憂愁 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Gengyi ji » 更衣記 (Changements vestimentaires), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 14.

66 « 張愛玲喜聞氣味,油漆與汽油的氣味她亦喜歡聞聞 », in Hu Lancheng 胡蘭成, Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vie, cette existence), op.cit., p. 146.

67 « 別人不喜歡的有許多氣味我都喜歡,霧的輕微的霉氣,雨打濕的灰塵,蔥蒜,廉價的香水[…]牛奶燒糊了,火柴燒黑了,那焦香我聞見了就覺得餓[…]火腿咸肉花生油擱得日子久了,變了味,那個我也喜歡[…]香港打仗的時候我們吃的菜都是椰子油燒的,有強烈的肥皂味,起初吃不慣要嘔,後來發現肥皂也有一種寒香 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Tan yinyue » 談音樂 (Parlons musique), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., pp. 166-167.

68 « 雞蛋與香草精的氣味,氤氳至天明不散 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Daolu yi mu » 道路以目 (Se parler du regard sur la route), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 32.

69 « 我們的芳鄰的蛋糕,香勝於味,吃過便知。天下事大抵如此——做成的蛋糕遠不及製造中的蛋糕,蛋糕的精華全在烘焙時期的焦香。喜歡被教訓的人,又可以在這裡找到教訓 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Daolu yi mu » 道路以目 (Se parler du regard sur la route), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), ibidem.

70 « 我喜歡閱讀那些有氣味的小說。我認為有氣味的小說是好的小說。有自己獨特氣味的小說是最好的小說。能讓自己的書充滿氣味的作家是好的作家,能讓自己的書充滿獨特氣味的作家是最好的作家 », in Mo Yan 莫言, « Xiaoshuo de qiwei—zai Bali Fagguo guojia tushuguan yanjiang » 小說的氣味——在巴黎法國國家圖書館演講 (L'odeur du roman—discours à la Bibliothèque Nationale Française à Paris), in Wo de gaomi 我的高密 (Mon Gaomi). Beijing : Zhongguo Qingnian, 2012, pp. 173-174.

71 Marcel Proust, À la recherche du temps perdu. Du côté de chez Swann. Paris : Gallimard, vol. 1, 1919, p. 68.

72 « 小說中實際上存在著兩種氣味,或者說小說中的氣味實際上有兩種寫法。一種是用寫實的筆法,根據作家的生活經驗,尤其是故鄉的經驗,賦予他描寫的物體以氣味,或者說是用氣味來表現他要描寫的物體。另一種寫法就是借助於作家的想象力,給沒有氣味的物體以氣味,給有氣味的物體以別的氣味 », in Mo Yan 莫言, op.cit., p. 175.

73 « 文藝的表現必定是具體的,訴諸感官的。如果它完全是抽象的,它就失去文藝的特質而變為哲學科學 », in Zhu Guangqian 朱光潛, Zhu Guangqian quanji di si juan – Tan wenxue 朱光潛全集第四卷·談文學 (L'Intégrale de Zhu Guangqian, rouleau 4 : Parlons littérature). Hefei : Anhui Jiaoyu, 1988, p. 263.

74 « 深隱著作者的濃郁情思,包孕著許多內在的、深刻的、難以言傳的意念和感悟 », in Fan Boqun 範伯群, Ji Jin 季進, « Hu Gang yangchang zhong de cangliang mengyan—lun Zhang Ailing de qianqi xiaoshuo chuangzuo » 滬港洋場中的蒼涼夢魘——論張愛玲的前期小說創作 (Le cauchemar de désolation de Shanghai et Hong Kong sous domination étrangère—A propos de la première période de création romanesque de Zhang Ailing), Zhongguo Xiandai Wenxue Yanjiu Congbao, 1988, n°4, p. 81.

75 « 會被譽為神童 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Tiancai meng » 天才夢 (Rêve de génie), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 1.

76 « 張愛玲當然是個雜食者,她把雜食的養分帶進對生活質地細節的追求里,因此而能成其大家風範 », in Yang Zhao 楊照, « Zai wangwang de weixie zhong—Zhang Ailing yu Shanghai zhimin duhui » 在惘惘的威脅中——張愛玲與上海殖民都會 (Sous la menace effrayante—Zhang Ailing et le Shanghai colonisé), in Cai Fengyi 蔡鳳儀, Huali yu cangliang : Zhang Ailing jinian wenji 華麗與蒼涼:張愛玲紀念文集 (Somptuosité et désolation : recueil souvenir de Zhang Ailing), op.cit., p. 265.

77 « 這兩部書在我是一切的泉源,尤其《紅樓夢》 », in la préface de Zhang Ailing 張愛玲, Honglou mengyan 紅樓夢魘 (Cauchemar dans le pavillon rouge). Beijing : Shiyue Wenyi, 2012, p. 5.

78 Zhu Jiawen 朱嘉雯, Honglou meng yu Cao Xueqin 紅樓夢與曹雪芹 (Rêve dans le pavillon rouge et Cao Xueqin). Taiwan : Wunan, 2015, p. 65.

79 « 我問愛玲,她答說還沒有過何種感覺或意態形致,是她所不能描寫的,惟要存在心裡過一過,總可以說得明白。她是使萬物自語,恰如將軍的戰馬識得吉凶,還有寶刀亦中夜會得自己鳴躍 », in Hu Lancheng 胡蘭成, Jinsheng jinshi 今生今世 (Cette vie, cette existence), op.cit., p. 158.

80 « 新舊文字的糅合 », in Fu Lei 傅雷, « Lun Zhang Ailing de xiaoshuo » 論張愛玲的小說 (À propos des romans de Zhang Ailing), Zhongguo Wenxue Wang [En ligne] : http://www.literature.org.cn/Article.aspx?id=14578

81 « 貌動靜之容者 », in Ma Jianzhong 馬建忠, Ma shi wentong 馬氏文通 (La Grammaire selon Sieur Ma). Beijing : Shangwu Yinshuguan, 1983, p. 227.

82 « 文言里卻有明顯的形容詞詞尾,就是’然、焉、乎、爾、如’等詞 », in Shuxiang 呂叔湘, Zhongguo wenxue yaolüe 中國文學要略 (Synthèse sur la littérature chinoise). Beijing : Shangwu Yinshuguan, 1982, p. 12.

83 « 從詩經時代起,直到五四時代,‘然’字始終在書面語中用為副詞的詞尾 », in Wang Li 王力, Hanyu shigao 漢語史稿 (Histoire préliminaire de la langue chinoise). Beijing : Zhonghua Shuju, 1980, p. 314.

84 Ce qui désigne ici les sept romans que sont chenxiang xiao : di yi lu xiang 沈香屑:第一爐香, chen xiang xiao : di’er lu xiang 沈香屑:第二爐香, moli xiangpian 茉莉香片, xinjing 心經, liuliwa 琉璃瓦, fengsuo 封鎖 et qingcheng zhi lian 傾城之戀, qui décrivent tous des Shanghaïens à Hong Kong.

85 « 只有上海人能夠懂得我的文不達意的地方 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Daodi shi Shanghairen » 到底是上海人 (Shanghaïenne après tout), in Liuyan 流言 (Mots sur l'eau), op.cit., p. 5.

86 Zhang Ailing 張愛玲, « Yizhe shi » 譯者識 (Propos de la traductrice), in Haishang hua kai 海上花開 (Les Fleurs de Shanghai s’ouvrent). Shanghai : Shanghai Guji, 1995, p. 3.

87 « 姐姐和我,成天就由保姆帶著 […] 姐姐還會纏著保姆說故事,唱她們皖北農村的童瑤 », in Zhang Zijing 張子靜, Wo de jiejie Zhang Ailing 我的姐姐張愛玲 (Zhang Ailing, ma grande sœur). Changchun : Jilin, 2009, p. 71.

88 « 金瓶梅里的皖北方言有‘停當(妥當)’、‘投到(及至)’、‘下晚(下午近日落時)’。我小時候聽合肥女傭說‘下晚’總覺得奇怪,下午四五點鐘稱‘下晚’——下半夜?疑是古文‘向晚’:‘向晚意不適,驅車登古原。夕陽無限好,只是近黃昏。’後人漸漸不經意地把‘向’讀作‘下’。 », in Zhang Ailing 張愛玲, « “A?” ? » 「嗄?」? (« Ah ? » ?), in Chongfang biancheng 重訪邊城 (Revisiter Taïwan), op.cit., pp. 167-168.

89 « 我們懂得最深微,用起來最靈便的,往往是那些從小學來的鄉土的語言,和自己的生活經驗有無限關聯的語言,即學者們所謂的 ‘母舌’。這種語言,一般地說,是豐富的,有活氣的,有情韻的。它是帶著生活體溫的語言 », in Zhong Jingwen 鐘敬文, « Fangyan wenxue shilun » 方言文學試論 (Tentative théorique de la littérature dialectale), in Shixue ji wenyi lunjuan 詩學及文藝論卷 (Volume théorique sur la poétique et les arts littéraires). Hefei : Anhui Jiaoyu, coll. « Zhong Jingwen wenji », 2002, p. 312.

90 Le caractère chinois présent dans la version publiée à Taïwan et dans celle publiée en Chine continentale ne peut être écrit avec les claviers standards, il est composé de la clef 目 à gauche et du caractère 妻 à droite.

91 Sun Xudan 孫旭誕, « Zhang Ailing wenzi zhong Wu yu fangyan de henji » 張愛玲文字中吳語方言的痕跡 (Les traces des dialectes de la langue Wu dans l'écriture de Zhang Ailing), [En ligne], consulté le 22 septembre 2015 : http://blog.tianya.cn/post-1946197-43264922-1.shtml

92 Wang Guanghan 王光漢, « Hefei hua + Guzhen hua — Tianjin hua » 合肥話+固鎮話—天津話 (Dialecte du Hefei + Dialecte de Guzhen — Dialecte de Tianjin), Hefei Wanbao, [En ligne], consulté le 22 septembre 2015 : http://epaper.hf365.com/hfwb/html/2011-11/11/content_493048.htm

93 Wang Jie 王潔, « Hefei hua paisheng shi "zi" zhuici chutan » 合肥話派生式「子」綴詞初探 (Exploration basique sur le suffixe « zi » dans le dialecte de Hefei), Hefei Shifan Xueyuan Xuebao, septembre 2008, vol. 26, n°5, pp. 91-94.

94 Yuan Yuan 袁媛, « Jiyi, tiyan, shengming — Lun Zhang Ailing xiaoshuo de Hefei fangyan qingjie » 記憶.體驗.生命—論張愛玲小說的合肥方言情結 (Mémoire, expérience, vie—à propos de la passion pour le dialecte de Hefei dans les romans de Zhang Ailing), Shenyang Daxue Xuebao, février 2013, vol. 15, n°1, pp. 124-128.

95 Sun Huiping 孫會平, « Zhang Ailing yu Anhui » 張愛玲與安徽 (Zhang Ailing et l'Anhui), Huaibei Shifan Daxue Xuebao, février 2012, vol. 33, n°1, pp. 95-98.

96 Sun Huiping 孫會平, « Zhang Ailing yu Anhui » 張愛玲與安徽 (Zhang Ailing et l'Anhui), ibidem.

97 Bai Ding 白丁, « Ta » 塌 (Se détacher), Hefei Wanbao, 10 janvier 2011, [En ligne] : http://epaper.hf365.com/hfwb/html/2011-01/10/content_369603.htm

98 « 注意那個‘噯’!上世紀七十年代以降——無產階級文化大革命結束以後,上海女孩用來應答、認同、承受、拒絕、沈思、承諾的這個詞,這個混合著溫柔、執著、喜悅和撫慰的詞,就從口語中逐漸消失,只剩下字典上的詞義 », in Sun Ganlu 孫甘露, « Xiao tuanyuan zhong de “xiao wujian” » 《小團圓》中的「小物件」 (Les « petits objets » dans Xiao tuanyuan), in Shen Shuang 沈雙 (éd.), Lingdu kan Zhang : chonggou Zhang Ailing 零度看張:重構張愛玲 (Lire Zhang Ailing de zéro : reconstruire Zhang Ailing). Hong Kong : Xianggang Zhongwen Daxue, 2009, p. 172.

99 Cihai 辭海. Shanghai : Shanghai Cishu, 1981, p. 775.

100 « 中國現代小說史上最重要的作家之一 », in Zhang Jian 張建, « Zhang Ailing de xiaoshuo shijie xu » 張愛玲的小說世界序 (Préface du Monde romanesque de Zhang Ailing), in Zhang Ailing de xiaoshuo shijie 張愛玲的小說世界 (Le Monde romanesque de Zhang Ailing). Taipei : Taiwan Xuesheng, 1984, p. 1.

101 Wang Dewei 王德威, « Zhang Ailing cheng le zushi nainai » 張愛玲成了祖師奶奶 (Zhang Ailing est devenue une fondatrice), in Xiaoshuo Zhongguo: wanqing dao dangdai de zhongwen xiaoshuo 小說中國:晚清到當代的中文小說 (Chine romancière : les romans en langue chinoise de la fin des Qing à l’époque contemporaine). Taipei : Maitian, 1993, p. 339.

102 Il est important de remarquer que les autrices taïwanaises ayant négativement critiqué Xiao tuanyuan, telles que Yuan Qiongqiong 袁瓊瓊 (1950-), Zhu Tianwen 朱天文 (1956-) et Zhu Tianxin 朱天心 (1958-), ont déjà toutes été élèves de Hu Lancheng lorsque ce dernier était voisin de la famille Zhu et enseignant le Yijing 易經 à Taïwan. Le père des deux derniers auteurs sus-cités n’est autre que l’écrivain taïwanais Zhu Xining 朱西甯 (1927-1998). En 1975, il avait écrit une lettre à Zhang Ailing lui disant qu’il voulait écrire sa biographie en se basant sur les dires de Hu Lancheng. Zhang Ailing l’en dissuada et se dépêcha d’écrire Xiao tuanyuan. Vous pouvez vous référer aux avants-propos de Xiao tuanyuan, p. 5.

103 « 有它的圖案,我們惟有臨摹 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Chuanqi zaiban de hua » 傳奇再版的話 (Propos sur la republication de Chuanqi), in Liuyan 流言 (Mots sur l’eau), op. cit., p. 165.

104 « 曹雪芹的紅樓夢如果不是自傳,就是他傳,或是合傳,偏偏沒有人拿它當小說讀 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Xuji zixu » 續集自序 (Avant-propos de Xuji), in Chongfang biancheng 重訪邊城 (Revisiter Taïwan), op. cit., p. 161.

105 Guy de Maupassant, « Le Roman », in Pierre et Jean, op. cit., pp. 13-15.

106 « 新舊文字的糅合,新舊意境的交錯 », in Fu Lei 傅雷, « Lun Zhang Ailing de xiaoshuo » 論張愛玲的小說, op. cit.

107 Han Bangqing 韓邦慶, Haishanghua liezhuan 海上花列傳 (Les Fleurs de Shanghai). Beijing : Renmin Wenxue, 1985, p. 2.

108 « 古今之大文學,無不以自然勝 », in Wang Guowei 王國維, Song Yuan xiqu shi 宋元戲曲史 (Histoire du théâtre des Song et des Yuan). Shanghai : Shanghai Guji, 1998, p. 98.

109 « 光緒末至宣統初,上海此類小說之出尤多[...]終未有如海上花列傳之平淡而近自然者 », in Lu Xun 魯迅, Zhongguo xiaoshuo shilüe 中國小說史略 (Brève histoire du roman chinois). Shanghai : Shanghai Guji, 2001, p. 194.

110 « 寫得真好,真有“平淡而近自然”的細緻功夫[...]“平淡而近自然的境界”是很難得一般讀者的賞識的。海上花就是一個久被埋沒的好例子 », in Zhang Ailing 張愛玲, « Yi Hu Shizhi » 憶胡適之 (En mémoire de Hu Shizhi), in Chongfang biancheng 重訪邊城 (Revisiter Taïwan), op. cit., pp. 16-17.

111 « 這確是一種高難度也高危度的寫法。許多人猜想張之寫作小團圓為了難忘或報復舊情、為了寫作自傳,有沒有人猜想過她是為實踐文學理想而寫呢? », in Ye Si 也斯, « Zhang Ailing de keku xiezuo yu gaowei xiezuo » 張愛玲的刻苦寫作與高危寫作 (La création assidue et risquée de Zhang Ailing), in Shen Shuang 瀋雙 (éd.), Lingdu kan Zhang : chonggou Zhang Ailing 零度看張:重構張愛玲 (Lire Zhang Ailing de zéro : reconstruire Zhang Ailing), op. cit., p. 93.

112 « 自從寫東西,覺得無論說什麼都有人懂,即使不懂,她也有一種信心,總會有人懂 », in Zhang Ailing 張愛玲, Xiao tuanyuan 小團圓 (Petite réunion). Taipei : Huangguan Wenhua, 2009, p. 168.

113 « 萬世之後而一遇大聖,知其解者,是旦暮遇之也 », in Guo Qingfan 郭慶藩 (éd.), Zhuangzi jishi 莊子集釋 (Annotation du Zhuangzi). Beijing : Zhonghua Shuju, 2012, p. 111. ; traduction tirée de Tchouang-tseu, Œuvre complète (Liou Kia-hway, trad.). Paris : Gallimard, 1969, p. 58.

114 « 重現了她的藝術巔峰 », in Yuan Liangjun 袁良駿, « Zhang Ailing de zizhuanti xiaoshuo Xiao tuanyuan » 張愛玲的自傳體小說小團圓 (Le roman autobiographique de Zhang Ailing, Petite réunion), Xin Wenxue Shiliao, 2009, n°3, p. 20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wen He, « Pour que l’art triomphe des racontars », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1550 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1550

Haut de page

Auteur

Wen He

He Wen (Aix-Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) est Doctorante en langue et littérature chinoises à l’Université d’Aix-Marseille sous la direction de Pierre Kaser (IrAsia). Sa thèse porte sur la traduction du dialecte Wu dans le roman Haishanghua liezhuan 海上花列傳 (Les Fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search