Navigation – Plan du site

AccueilNuméros123. ArticlesBref état des lieux de la littéra...

3. Articles

Bref état des lieux de la littérature tongzhi 同志 taïwanaise

Terminologie, origine et développement
Pierrick Rivet

Résumés

Cet article se propose de s’immiscer au cœur de la littérature tongzhi (tongzhi wenxue 同志文學), laquelle occupe une place importante au sein de la littérature taïwanaise, afin de retracer son histoire, ses auteurs et ses œuvres. Après avoir étudié divers termes inhérents à ce courant, nous nous attacherons à relater son origine ainsi que son développement, tant à l’échelle nationale qu’internationale.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article découle de l’article proposé pour obtenir le prix Christian Ricourt du jeune chercheur francophone en études taïwanaises en mars 2018. Nous tenons à chaleureusement remercier le comité scientifique — Josiane Cauquelin, Ti-Han Chang, Stéphane Corcuff, Solange Cruveillé, Magali Demanget, Cédric Fuentes, Gwennaël Gaffric, Wafa Ghermani, Yoann Goudin, Chan-yueh Liu, Jun Ma, Françoise Mengin, Damien Morier-genoud, Jérôme Soldani et Elizabeth Zeitoun —, pour leurs retours, conseils et corrections.

Texte intégral

1À l’instar de plusieurs sociétés antiques, les relations entre personnes de même sexe sont, dans la Chine ancienne, un phénomène courant et souvent toléré, maintes fois dépeint dans la littérature. Dans la société chinoise actuelle, il est pourtant encore bien difficile de parler ouvertement d’homosexualité et en trouver mention dans la littérature populaire reste plutôt rare. En revanche, il en est tout autrement à Taïwan où la littérature homosexuelle, désignée sous le terme de tongzhi wenxue 同志文學 ou « littérature des camarades », foisonne. Mais pour quelles raisons ? Quels sont les raisons qui ont permis à cette littérature de naître et de se développer à Taïwan ? Quels sont les ouvrages les plus connus ? Afin de répondre à ces interrogations, nous proposons de dresser un rapide état des lieux de ce genre littéraire. Pour ce faire, nous proposons d’abord d’étudier les termes liés à cette littérature, avant d’en explorer l’origine et son développement à Taïwan.

Étude de la terminologie

2Avant d’entamer l’exploration d’un demi-siècle d’histoire littéraire taïwanaise, il semble nécessaire d’expliciter plusieurs termes : que signifie tongzhi 同志, d’où vient ce vocable, que désigne-t-il ? Il en est de même pour tongxinglian zhe 同性戀者 : pourquoi l’un est-il plus usité et apprécié que l’autre ? Qu’en est-il de ce que l’on désigne actuellement par la tongzhi wenxue ?

Le terme tongzhi 同志

  • 1 Chen Tiejun 陳鐵君, Yuan liu huoyong zhongwen da cidian 遠流活用中文大辭典 (Grand dictionnaire Yuan Liu de la l (...)
  • 2 Texte original : « Xíng: Xiāngtóng de, yīyàng de. Dòng: 1 Huìhé, jùjí. Fù: Gòngtóng, yītóng. » 形 : (...)
  • 3 Texte original : « Míng: Yìxiàng » 名 : 意向 。Ibid.
  • 4 Texte original : « Duō zhǐ wéi yīgè gòngtóng de lǐxiǎng huò shìyè ér fèndòu de rén. » 多指為一個共同的理想或事業 (...)
  • 5 Texte original : « Tè zhǐ tóng yīgè zhèngdǎng de chéngyuán. » 特指同一個政黨的成員。 Ibid.
  • 6 Texte original : « Súchēng tóngxìngliàn zhě. » 俗稱同性戀者。Ibid.
  • 7 Voir à ce propos, l’introduction de notre travail de mémoire de master 2. Pierrick Rivet, « La litt (...)

3Étudions tout d’abord les deux sinogrammes séparément. En se référant à un dictionnaire unilingue publié à Taïwan1, le premier, tong 同, comporte différents sens : en tant qu’adjectif, il signifie « identique », en tant que verbe « s’unir » et en tant qu’adverbe « communément »2. Quant au caractère zhi 志, il possède davantage de significations dont l’une d’entre elles est « intention »3. Une traduction littérale du terme tongzhi serait donc : « même intention ». Lorsque l’on s’arrête sur sa définition, il est défini de trois manières. La première : « Désigne surtout ceux qui s'efforcent de travailler pour un idéal commun ou une cause commune »4. La deuxième : « Désigne spécialement les membres d’un même parti politique »5. La dernière : « Appellation courante des homosexuels »6. Contrairement à certains dictionnaires publiés récemment en Chine7, les dictionnaires taïwanais donnent la nouvelle signification du terme tongzhi, dont l’origine est très ancienne.

  • 8 Voir plus particulièrement le chapitre 57.
  • 9 Voir plus particulièrement le chapitre 35.
  • 10 Voir Chou Wah-shan, « Homosexuality and the Cultural Politics of Tongzhi in Chinese Societies », in (...)
  • 11 Voir notamment le sixième chapitre « Dì yī cì wǔzhuāng qǐyì » 第一次武装起义 (Le premier soulèvement armé) (...)
  • 12 À titre d’illustration, voici quelques exemples de personnalités connues de l’époque : Camarade Sun (...)
  • 13 Sun Yat-sen, plus connu en chinois sous le nom de Sun Zhongshan 孫中山, est présenté comme le Père de (...)
  • 14 En chinois « Gémìng shàng wèi chénggōng, tóngzhì réng xū nǔlì. » 革命尚未成功同志仍需努力。
  • 15 Après avoir démissionné du poste de président du Parti Démocrate progressiste, Minjindang 民進黨, pour (...)

4En effet, le terme tongzhi existe déjà à l’époque classique puisqu’il apparaît dans des ouvrages tels que le Hou Hanshu 後漢書 (Livre des Han postérieurs)8 ou encore le Hongloumeng 紅樓夢 (Le Rêve dans le pavillon rouge)9 : il avait le sens d’aspiration (zhiqu 志趣). Il semble que le terme tongzhi fut ensuite repris pour traduire un terme communiste soviétique, tovarish товарищ, utilisé pour s’adresser à une personne qui défend les mêmes idéaux et partage ainsi une relation de camaraderie10. Les premières utilisations, employées dans le sens de « camarade », datent de l’extrême fin de l’ère impériale, par des révolutionnaires tel Lu Haodong 陸皓東 (1868-1895)11. À la chute du dernier empereur, Pu Yi溥儀 (1906-1967), le terme est fréquemment employé entre les vainqueurs12. Il devint du reste extrêmement célèbre par l’utilisation qu’en fit Sun Yat-sen (1866-1925)13, considéré comme le père de la Chine moderne, au travers de la phrase suivante : « La Révolution n’a pas encore triomphé, Camarades, persévérons davantage ! »14 Ces quelques mots restèrent en mémoire. En 1949, lorsque les Nationalistes quittent la Chine pour l’archipel formosan, le terme tongzhi est importé. Son utilisation perdure — même si elle n’est plus aussi courante —, puisqu’aujourd’hui encore, tongzhi est parfois employé dans ce sens-là15. Malgré tout, ce n’est pas cette signification qui est la plus usitée actuellement à Taïwan : les années 90 ont donné naissance à un nouveau sens.

  • 16 Voir Chou Wah-shan, Tongzhi Politics of Same-Sex Eroticism in Chinese Societies. New York/London : (...)
  • 17 Voir Chi Ta-wei 紀大偉, Tongzhi wenxue shi : Taiwan de faming 同志文學史台灣的發明 (Histoire de la littérature (...)
  • 18 Voir Fran Martin, « Introduction : Taiwan’s literature of Transgressive Sexuality » in Angelwings C (...)
  • 19 Voir Lucetta Yip Lo Kam, Shanghai Lalas Female Tongzhi Communities and Politics in Urban China. Hon (...)

5C’est en 1989, au cours du premier Festival du cinéma gay et lesbien hongkongais (Xianggang tongzhi yingzhan 香港同志影展), que le nouveau sens du mot tongzhi voit le jour. En effet, le metteur en scène hongkongais Edward Lam 林奕華 (1959-), reprend ce terme pour en faire la nouvelle appellation des homosexuels16. Dès lors, il se diffuse dans le monde chinois et très rapidement des personnalités hongkongaises comme taïwanaises utilisent ce mot dans son nouveau sens17. De manière officielle, ce mot arrive à Taïwan en 1992, lors du Golden Horse Film Festival (Taipei jinma yingzhan 台北金馬影展) grâce à une nouvelle catégorie : Nouveau cinéma queer (Xin ku'er dianying 新酷兒電影)18. Le terme tongzhi est ainsi devenu, dans les cultures chinoises, le mot le plus populaire pour désigner les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les asexués19. Il remplace dès lors le terme péjoratif de tongxinglian zhe (homosexuel).

Le terme tongxinglian 同性戀 et son dérivé tongxinglian zhe 同性戀者

  • 20 Texte original : « 1. Xìnggé. 2. Wùzhí suǒ jùyǒu dì xìngnéng. 3. Shēngwù de shēngzhí huò xìngyù. 5.(...)
  • 21 Chi Ta-wei, dans « Xing shi shenme ? » 性是什麼?(« Qu’est-ce que le xing ? »), met en exergue qu’il n’e (...)
  • 22 Texte original : « 1. Liàn'ài. 2. Xiǎngniàn bù wàng. » 1. 恋爱。 2. 想念不忘, Xiandai hanyu cidian 现代汉语词典 (...)
  • 23 Texte original : « Tóngxìng bié de rén zhījiān de xìng'ài xíngwéi. » 同性别的人之间的性爱行, Ibid., p. 1306.

6Le dérivé est composé d’un nom (tongxinglian) et d’un suffixe (zhe). Le sinogramme tong 同 est identique à celui présent dans tongzhi. Le caractère suivant, xing 性, peut signifier « caractère », « disposition naturelle », « sexe », « désir sexuel »20. Le sens de ce terme reste néanmoins assez vague ce qui fait que sa traduction demeure assez difficile21. Pour le caractère lian 戀, il peut signifier « être épris de » ou « ne pas pouvoir oublier »22. Littéralement tongxinglian peut se traduire par « être épris du même sexe », d’où la traduction « homosexualité ». Le suffixe zhe者 désigne la personne qui fait l’action, ce qui fait qu’il est souvent traduit par « celui qui ». Ainsi tongxinglian zhe signifie « celui qui est épris du même sexe » et est couramment traduit par « homosexuel ». La définition d’un dictionnaire unilingue est donnée comme suit : « Comportement sexuel entre personnes de même sexe »23.

  • 24 Les études ne sont pas unanimes sur le sujet. Pour certaines, les termes chinois tongxing’ai et ton (...)
  • 25 Notamment dans les publications médicales. Voir Tze-lan Deborah Sang, The Emerging Lesbian. Ibidem, (...)
  • 26 Voir Laurent Long, « Chine », in Louis-Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie. Paris : Pr (...)
  • 27 Voir Zhang Beichuan, Tongxing’ai, op. cit., p. 43.
  • 28 Voir Jens Damm, « Same Sex Desire and Society in Taiwan 1970-1987 », in The China Quarterly, N° 181 (...)

7Originellement tongxinglian serait la traduction d’un mot importé24, qui s’immisce en Chine dans les premières décennies du XXe siècle. En effet, lorsqu’en 1911, la dynastie des Qing s’effondre définitivement, la période qui suit marque l’arrivée des idées occidentales concernant la notion d’homosexualité25. L’homophobie, comme elle est entendue en Occident, commence ainsi à s’imprégner dans les mentalités chinoises et dans la littérature médicale26. Ce qui était courant et toléré au début de la dynastie Qing, devient une pratique répréhensible et honteuse voire un défaut essentiel de la culture chinoise : un changement majeur de la condition homosexuelle s’effectue. Néanmoins, jusqu'à la fin des années 30, le terme « homosexualité » aurait plutôt été traduit par tongxing’ai 同性愛 (amour pour le même sexe) avant de laisser place au terme tongxinglian27. Ce dernier est intimement lié au milieu médical et plus précisément aux maladies psychiatriques. À Taïwan, il est synonyme de maladie mentale, au même titre que l’alcoolisme ou la dépression et ce, dès 196928. De ce fait, le terme tongxinglian et son dérivé sont négatifs et très mal perçus à cause des connotations qui les entourent.

  • 29 Chi Ta-wei, Tongzhi wenxue shi, op. cit., p. 62.

8Il est conséquemment plus aisé de comprendre la préférence portée au mot tongzhi au début des années 90. Il est immédiatement accepté par la communauté homosexuelle hongkongaise — puis, par la suite, taïwanaise et chinoise —, étant donné qu’il ne comporte aucune référence sexuelle évidente, ni n’évoque un quelconque trouble mental, ce qui est loin d’être le cas de tongxinglian. Outre cela, c’est un homosexuel qui s’est identifié comme le premier tongzhi. Par cet acte autodéterminant, une volonté de promouvoir l’homosexualité aux côtés de l’hétérosexualité est clairement affichée, autrement dit, les hétérosexuels et les homosexuels sont similaires : ils sont humains29. En définitive, le terme tongxinglian n’a en aucun cas la superbe du terme tongzhi de par ce qu’il évoque : ce dernier s’avère finalement bien plus neutre. Qu’en est-il de la littérature ? Parle-t-on plutôt de la tongzhi wenxue ou de la tongxinglian wenxue 同性戀文學 (littérature homosexuelle) ?

Le terme tongzhi wenxue 同志文學

  • 30 Texte original : « Tóngzhì wénxué 「zhànshí」kěyǐ dìngyì wèi 「ràng dúzhě gǎnshòu tóngxìngliàn de wénx (...)

9Pour tenter d’expliciter ce qui se cache derrière la tongzhi wenxue — qu’il serait possible de traduire par « littérature des camarades » —, nous nous référerons aux travaux de Chi Ta-wei 紀大偉 puisqu’il a effectué un travail considérable sur la question. Dans son ouvrage Tongzhi wenxue shi : Taiwan de faming 同志文學史:台灣的發明 (Histoire de la littérature tongzhi : innovation taïwanaise), il écrit : « Pour l’instant la tongzhi wenxue peut se définir comme une littérature faisant ressentir l’homosexualité aux lecteurs »30. Cette définition est donc très large et n’est pas figée. Avec une telle amplitude, de nombreux textes pourraient appartenir à cette littérature comme la danmei wenxue 耽美文學 (La littérature Boys Love) ou la tongxinglian wenxue.

  • 31 Pour l’origine de ce terme, voir Feng Jin, Romancing the Internet Producing and Consuming Chinese W (...)
  • 32 Ibidem, p. 15.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid., p. 73
  • 35 Michel Hockx, Internet Literature in China. New York : Columbia University Press, 2015, p. 114.
  • 36 À preuve, en 1984, la première édition de Zhongguo jingshen zhang'ai fenlei yu zhenduan biaozhun 中国 (...)
  • 37 Dans un article publié dans un journal américain par deux médecins taïwanais, il est dit que l’homo (...)

10En effet, les romans danmei ou les romans boys love, connus au Japon comme tanbiたんび31, sont un sous-genre de la littérature publiée sur Internet (wangluo wenxue 網絡文學)32 en Chine — elle existe aussi à Taïwan. Ce sont des histoires qui ont un rapport avec l’érotisme homosexuel33. La condition nécessaire pour qu’un texte appartienne à ce sous-genre est la suivante : représenter l’amour idéal entre de beaux garçons34. Cet amour masculin est particulièrement représenté dans les histoires écrites par les fans, les fanfictions (tongren xiaoshuo 同人小說), où l’auteur invente une histoire en s’inspirant de personnages et d’univers existants dans des romans, des films ou encore des séries35. Au vu de la définition de Chi Ta-wei, la littérature danmei appartiendrait à la littérature tongzhi. En ce qui concerne la littérature tongxinglian, elle est, de notre point de vue, exclusivement médicale. Au cours de nos lectures, aucun ouvrage ne cloisonne cette littérature au domaine médical. Pourtant, depuis l’arrivée de la notion d’homosexualité en Chine, le terme tongxinglian est couramment utilisé de manière péjorative et essentiellement dans les ouvrages médicaux et psychiatriques et ce, en Chine36 comme à Taïwan37. Quoi qu’il en soit, cette littérature tongxinglian peut faire ressentir l’homosexualité au lecteur. Ainsi, il est possible de dire que ces littératures sont semblables de par le thème qu’elles abordent. Pourtant Chi Ta-wei estime que la littérature tongzhi n’est pas la littérature danmei et encore moins la littérature tongxinglian.

  • 38 Texte original : « Kàn qǐlái cìyǎn » 看起來刺眼 ». Chi Ta-wei, Tongzhi wenxue shi, op. cit., p. 59.
  • 39 Texte original : « Zài lěngzhàn shíqí, guójiā jiāng tóngxìngliàn shì wéi guójiā zhī dí; zài hòu lěn (...)
  • 40 L’ensemble de ce paragraphe résume la pensée de Chi Ta-wei exposée dans la partie intitulée « ‘Tóng (...)

11En effet, il reconnaît qu’en tant que genre littéraire, le contenu de ces littératures est proche mais la littérature tongzhi possède quelque chose que ni la littérature tongxinglian ni la littérature danmei ne possèdent : un champ (lingyu 領域). En effet, pour cet auteur la littérature tongzhi n’est pas seulement un contenu — c’est-à-dire le genre (wenlei 文類) —, elle est aussi un champ — un contenant. L’intérieur du contenant permet de remplir le vide, de créer ce qui n’existe pas : il y a une fonction intégrative du passé, du présent, du futur. Quant à la littérature tongxinglian, « elle fait mal aux yeux »38. Partie intégrante des termes tongzhi et tongxinglian, la dimension historique pousse les homosexuels à préférer la littérature tongzhi à la littérature tongxinglian. Outre ce qui a déjà été dit sur la différence des deux mots, l’auteur complète en ajoutant que « pendant la Guerre Froide, le pays considérait l’homosexualité comme l’ennemie du pays, tandis que, dans la période qui suivit, Taïwan a progressivement considéré les camarades telle la mascotte des droits de l’homme du pays »39. Autrement dit, tongxinglian renvoie aux souvenirs d’une période persécutrice, stigmatisante alors que tongzhi marque la fin de la Guerre Froide, la levée de la loi martiale, en somme, une nouvelle ère.40 Quant à la littérature danmei, elle n’englobe que les histoires d’amours entre beaux hommes...

12Ainsi, la littérature tongzhi est une littérature identitaire possédant une dimension historique très forte et positive, contrairement à d’autres littératures qui concernent l’homosexualité : c’est en cela qu’elle tire sa singularité. Après cette brève étude de trois termes nécessaires à la compréhension de notre sujet, il est enfin possible de s’aventurer dans l’histoire de la littérature tongzhi taïwanaise en partant des origines, c’est-à-dire des années 50.

Les origines et les précurseurs de la littérature tongzhi taïwanaise

  • 41 Ibid., p. 110.

13Bien avant l’évocation de l’homosexualité dans la littérature taïwanaise, le thème était courant dans la presse. Les années 50 furent une décennie cruciale pour la littérature tongzhi41 dans la mesure où elle influença plusieurs écrivains. C’est en quelque sorte une décennie d’inspiration qui offre à la suivante la matière nécessaire aux premières évocations du thème de l’homosexualité dans la littérature, quoiqu’encore très allusive.

La diffusion des idées sur l’homosexualité au travers de la presse taïwanaise

  • 42 Texte original : « Yuánlái shèhuì shàng yǒu yīzhǒng bùtóng yú yībānrén de `tóngxìngliàn'de rénkǒu c (...)

14Durant les années 50, certains journaux diffusent des informations concernant l’homosexualité. Il s’agit d’une presse non littéraire même si on y trouve des traductions d’œuvres littéraires étrangères. Grâce à ces dernières, mais aussi grâce aux films et aux connaissances générales étrangères sur l’homosexualité, la population taïwanaise est consciente de l’existence du phénomène. Le but de ces publications est la diffusion d’idées — justes comme fausses — sur l’homosexualité. Aussi avons-nous pu apprendre au cours de ces dix années qu’il « existait une population homosexuelle différente des gens normaux au sein de la société ; que cette mystérieuse population était dépravée ; qu'elle avait besoin de la discipline du pays »42. Un journal privé, particulièrement connu à Taïwan, présenta d’ailleurs l’homosexualité immédiatement après sa fondation en 1951 : le Lianhe bao 聯合報 (United Daily News).

  • 43 Pour des informations supplémentaires sur ce groupe, voir Patricia Batto, « La presse quotidienne t (...)
  • 44 Voir Stéphane Corcuff, « La presse quotidienne à Taiwan », Perspectives chinoises, n° 31, 1995, p. (...)
  • 45 En chinois « baojin » 報禁
  • 46 Voir Patricia Batto, « Les conséquences de la démocratisation sur la presse quotidienne », Perspect (...)
  • 47 Chi Ta-wei 紀大偉, Tongzhi wenxue shi. op. cit., p. 59.
  • 48 : En chinois « Měiróng yuàn xuè'àn yuányīn dài zuìhòu pànduàn xìng biàntài shārén jiào kěnéng » 美容院 (...)
  • 49 Notamment les passages tel que : « Entouré, pendant les vacances d'été tout au moins, d'enfants de (...)

15Muselés par le régime nationaliste du Kuomindang (Guomindang 國民黨) pendant près de quarante ans, les journaux devaient se plier aux exigences du gouvernement. En 1951, le premier groupe de presse privé, le Lianhe baoxi 聯合報系 (United Daily News Group)43, est fondé par Wang Tiwu 王惕吾 (1913-1996)44. Malgré le système de contrôle de la presse45 mis en place la même année, sept journaux sont autorisés à paraître dont le Lianhe bao46. Ce journal publie quatre catégories de chroniques : la presse étrangère, des connaissances générales sur la vie, des traductions littéraires et des informations locales. Les trois premières proviennent de l’Occident et particulièrement des États-Unis. Ainsi, influencé par la presse japonaise — à partir des années 50, l’homosexualité apparaît dans tous les journaux japonais traduits47 — et américaine — considérant l’homosexualité comme hostile —, le Lianhe bao publie le 16 novembre 1951 son premier article évoquant l’homosexualité : « L’ultime jugement de l’affaire du meurtre du salon de beauté : un pervers sexuel probablement coupable »48. Dans ce dernier, nous apprenons qu’on suspecte un homosexuel parce que la victime avait l’anus dilaté. Ce ne sont certes que des hypothèses mais qui n’en dressent pas moins un portrait dépréciatif de l’homosexualité. En plus de la presse étrangère, les traductions littéraires répandent quelques idées sur le sujet. À titre d’exemples, dans « Et Nunc Manet In Te », André Gide (1869-1951), écrivain français bien connu pour ses relations pédérastiques, informe le lecteur de-ci de-là, des tendances de l’auteur49. Dès les années 50, les lecteurs taïwanais ont ainsi eu la possibilité de lire des passages concernant l’homosexualité.

16Ces textes, bien que n’appartenant point à la littérature tongzhi, n’en demeurent pas moins le souffle nécessaire à la naissance des premiers textes littéraires évoquant l’homosexualité. Si cette période est essentielle pour Chi Ta-wei, c’est parce qu’elle est d’une part une source d’inspiration pour les auteurs et d’autre part, une source d’interprétation et d’explication pour les lecteurs. Elle fut déterminante donc, aussi bien pour les écrivains — dans la récolte d’informations nécessaire à l’écriture — que pour les lecteurs — pour qu’ils puissent accéder à l’implicite de l’œuvre. Dans cette optique, il est possible d’affirmer que la littérature tongzhi découle de la pensée étrangère de l’homosexualité. Pour illustrer les pionniers de cette littérature tongzhi taïwanaise, nous avons choisi de nous arrêter sur trois œuvres : Chongyang 重陽 (Double soleil) de Chiang Kuei (Jiang Gui) 姜貴, Qingcao qingqing 青草青青 (L’herbe verte) de Kuo Liang-Hui (Guo Lianghui) 郭良蕙 et Lang taosha 浪淘沙 (Les vagues écument le sable) signé Chu T’ien-hsin (Zhu Tianxin) 朱天心.

Échantillon des textes précurseurs de la littérature tongzhi

  • 50 Chiang Kuei 姜貴, Xuanfeng 旋風 (Cyclone). Taipei : Ming hua shuju, 1959. Pour une traduction anglaise, (...)
  • 51 Chiang Kuei 姜貴, Chongyang 重陽 (Double soleil). Taipei : Zuopin, 1961, 580 p. Pour une traduction ang (...)

17En 1961, Chiang Kuei publie un texte littéraire où il dépeint des relations homosexuelles entre hommes : Chongyang. De son vrai nom Wang Lindu 王林渡, Chiang Kuei naît en 1908, dans la province du Shandong山東 dans la ville de Xiangzhou 相州 en Chine. Il la quitte en 1948 pour se réfugier à Taïwan. Deux de ses œuvres sont particulièrement connues, Xuanfeng 旋風 (Cyclone)50 et Chongyang51, toutes deux anti-communistes. La seconde met en scène les aventures de Hong Tongye 洪桐葉. Issu d’une famille révolutionnaire, le jeune homme est très rapidement livré à lui-même. Après ses études secondaires, il est engagé dans un magasin d’armes appartenant à un Français. Un jour, une de ses proches tombes malades. L’argent lui faisant défaut, il prie ses patrons de l’aider mais sans succès. Le chef de sa patronne, Peng Wenxue 彭汶學, quant à lui, accepte. Lorsque Hong Tongye se rend chez ce monsieur pour le remercier, il rencontre Liu Shaoqiao 柳少樵. Une certaine intimité naît entre les deux hommes et découlera sur des rapports sexuels. De par sa date de publication, Chongyang semble être l’ouvrage littéraire le plus ancien évoquant l’homosexualité à Taïwan.

  • 52 Brigitte Duzan est une sinologue française qui a à son actif de nombreux articles concernant les no (...)
  • 53 Brigitte Duzan, « Kuo Liang-hui 郭良蕙Présentation », in La nouvelle dans la littérature chinoise cont (...)

18Un autre texte très ancien, Qingcao qingqing, écrit par Kuo Liang-Hui. Cette romancière voit le jour à Kaifeng 開封 dans la province du Henan 河南 en Chine, le 17 août 1926. Diplômée de l’Université du Sichuan 四川大学, elle s’installe ensuite à Shanghai 上海. En 1949, après deux ans d’études au sein de la prestigieuse Université Fudan 復旦大學, où elle étudie les langues étrangères, elle quitte le continent en compagnie de son mari, pilote dans l’armée de l’air nationaliste. Ils s’installent à Chiayi 嘉義, dans le sud-ouest de Taïwan. En 1963, elle publie Qingcao qingqing où est dépeint un groupe de collégiens occupés à tailler la pelouse, sous la surveillance attentive d’un enseignant. Bien qu’âgés en moyenne d’une douzaine d’années, certains désirs, liés à la sexualité, s’éveillent en eux. C’est sans doute ce qui fait dire à Brigitte Duzan52 que « la métaphore est évidente, impliquant que la vie exubérante de ces garçons croît comme de l’herbe, destinée à être taillée et débarrassée de ses excroissances sauvages sous l’autorité des adultes »53. Le lecteur assiste notamment à l’attirance de Wu Mingming 吴明明 pour Lei Sanlin 雷三林, lorsque ce dernier l’étreint lors d’un jeu. Habituellement, Wu Mingming fuit le contact masculin mais celui-ci, étonnamment, lui plut. Dans la suite de l’histoire, Wu Mingming est jaloux de Shen Lixue 沈麗雪 avec qui Lei Sanlin veut sortir. Dès lors, il considère les filles comme des rivales.

  • 54 Chu T’ien-hsin 朱天心, « Lang Taosha » 浪淘沙 (Les vagues écument le sable), in Fangzhou shang de rizi 方舟 (...)
  • 55 Voir Chen Lingchei Letty, « Writing Taiwan’s Fin-du-siècle Splendor : Zhu Tianwen and Zhu Tianxin » (...)

19Citons un troisième exemple, Lang taosha.54 Publié en 1976, son maître d’œuvre est Chu T’ien-hsin. Née dans le village de Fengshan 鳳山, dans l’actuelle municipalité de Kaohsiung 高雄, le 12 mars 1958, Chu T’ien-hsin grandit dans une célèbre famille littéraire. D’un côté, son père, Chu Hsi-ning (Zhu Xining) 朱西寧, membre de l’armée nationaliste réfugié à Taïwan, participe au développement de la littérature taïwanaise des années 50 et 60. De l’autre, sa mère, Liu Musha 劉慕沙, est traductrice de nombreuses œuvres littéraires japonaises55. C’est ce qui fait que très tôt, Chu T’ien-hsin écrit et publie. En 1976, alors à peine âgé de dix-huit ans, elle reçoit le prix littéraire de la meilleure nouvelle décerné par le Lianhe bao (聯合報文學大獎) pour sa nouvelle Tian Liang hao ge qiu 天涼好個秋 (Une fraîche journée, un bel automne). Quelques mois auparavant, elle achevait la rédaction du Lang Taosha. Cette nouvelle raconte l’histoire d’une jeune fille, Liang Xiaoqi 梁小琪, éprise de deux garçons : Zhang Yan 張雁 et Long Yun 龍雲. Le lecteur assiste à l’expression des sentiments amoureux du protagoniste puis à sa déception lorsqu’elle se rend compte qu’en réalité Zhang Yan et Long Yun sont comme elle, à savoir des filles. Pour résumé, Chongyang, Qingcao qQingqing et Lang taosha sont trois histoires qui évoquent donc l’homosexualité. Pourtant, nous observons que seul le caractère allusif est exprimé…

L’homosexualité n’est pas clairement dépeinte ou très brièvement

  • 56 Texte original : « Jiùsuàn zhǐ kàn tā mén deqíngyù màoxiǎn, zhè liǎng wèi shuāng xìng liàn zhě de (...)
  • 57 Voir à ce propos notre travail de recherche, Pierrick Rivet, « Les relations homosexuelles dans la (...)

20En effet, dans les trois œuvres que nous venons de présenter, soit l’idée de l’homosexualité n’est pas explicitement décrite — elle est essentiellement ressentie par le lecteur — soit elle n’est abordée que très brièvement. Tout d’abord, dans Chongyang, les deux personnages que sont Hong Tongye et Liu Shaoqiao se livrent certes au plaisir de la chair. Pour autant leurs aventures érotiques ne représentent qu’une infime partie de l’ouvrage : la pédication n’est en rien l’intrigue du roman mais plutôt une anecdote. Chi Ta-wei ajoute même que si l’on « s’attarde un peu sur ces relations, on remarque que ces "bisexuels" sont principalement amoureux des femmes, les hommes n’étant qu’un complément »56. D’ailleurs, l’ambivalence sexuelle des deux jeunes hommes n’est pas sans rappeler les relations masculines traditionnelle des romans érotiques chinois du XVIIe siècle57. Dans ce premier ouvrage, l’homosexualité est clairement représentée, quoique de manière succincte.

  • 58 Texte original : « Ròutǐ xì yào suīrán kuàihuó, què shì bùkě gào rén de mìmì. » 肉體戲要雖然快活,卻是不可告人的秘密, (...)
  • 59 B. Duzan, Ibidem

21Dans Qingcao qingqing, Wu Mingming est attiré par Lei Sanlin, duquel il aime la fréquentation. Pourtant, il n’est nullement fait mention que ce collégien aime les garçons, bien au contraire, il évite ceux de sa classe. Il est dès lors possible de considérer ce personnage comme ayant un penchant homosexuel mais le personnage en lui-même n’en est pas conscient. Remarquons également que lorsque les deux jeunes hommes s’amusent à des petits jeux corporels, ils sont seuls. Inconsciemment, ils s’isolent car « bien que plaisants, ces amusements doivent rester secrets »58. Seul le lecteur peut y voir une forme de sentiment illicite, inexprimable en dehors du jardin secret. C’est sans doute ce qui pousse Brigitte Duzan à écrire qu’il y a au travers de Wu Mingming « une homosexualité latente traitée de façon indirecte et allusive »59. Dans ce roman la dimension homosexuelle n’est visible qu’au travers du lecteur.

  • 60 Gilles Giovanonne, Op. cit., p. 77.

22Quant à la nouvelle Lang taosha, le lecteur est plongé dans la confusion la plus totale. Long Yun et Zhang Yan sont-ils des personnages masculins ou féminins ? Au commencement du récit, on apprend que Liang Xiaoqi est très attachée à Zhang Yuan. Elle assiste notamment à ses entraînements sportifs car elle adore son allure, ses mouvements qui lui rappellent Roger Moore. Son langage est peu raffiné, avec des mots grossiers. De prime abord, il est légitime de voir en Zhang Yuan un garçon de par les descriptions qu’en fait Liang Xiaoqi mais également, et surtout, par l’emploi du pronom « il ». Puis, subitement le pronom personnel change et Zhang Yan devient « elle ». « En permutant les pronoms personnels "il" et "elle", l’auteur pousse le lecteur à croire que ces personnages sont hétérosexuels. Ce n’est que petit à petit que Long Yun et Zhang Yan dévoilent qu’elles sont toutes deux de sexe féminin »60. Cette permutation fait naître un doute chez le lecteur — Liang Xiaoqi est-t-elle éprise d’un garçon ou d’une fille ? — et crée la dimension homosexuelle de l’œuvre.

23En définitive, dans ces trois exemples, l’homosexualité relève encore de l’anecdote, de l’allusion ou de l’implicite : il n’y a pas encore d’histoire entièrement consacrée à l’homosexualité de manière explicite. Achevons cette partie en résumant que l’origine de la littérature tongzhi taïwanaise remonte à la presse, laquelle aurait incité des écrivains à évoquer l’homosexualité. Cependant, cette dernière n’est pas forcément explicite et souvent ce sont les différents indices disséminés de-ci, de-là par l’auteur qui font ressentir l’homosexualité au lecteur. Toutefois, l’année 1977 marque la naissance effective de la littérature tongzhi : son premier roman commence à être publié.

Développement et expansion de la littérature tongzhi

24Depuis le début des années 80, bien que Taïwan soit toujours assujettie à la loi martiale et au régime autoritaire du Kuomingtang, on assiste petit à petit à une perte des pleins pouvoirs, et ce, jusqu’en 1987, date à laquelle la loi martiale est abrogée. Dans la décennie qui suit, la littérature tongzhi prend toute son ampleur, et fleurissent de nombreux écrits concernant la sexualité entre personnes de même sexe : une littérature est née, des œuvres sont récompensées, des études sont menées, et ce, à Taïwan comme à l’étranger.

Les trois canons de la littérature tongzhi

  • 61 Pour une traduction française du roman, voir Bai Xianyong, Garçons de cristal, André Lévy (trad). A (...)
  • 62 Voir Chi Ta-wei 紀大偉, Tongzhi wenxue shi, op. cit., p. 220.
  • 63 Bai Xianyong 白先勇, Niezi 孽子 (Garçons de cristal). Taipei : Yuanying, 1983, 397 p.
  • 64 Voir Noël Dutrait, Petit précis à l’usage de l’amateur de littérature chinoise contemporaine. Arles (...)

25Fréquemment trois romans concernant l’homosexualité font figure d’autorité : Niezi 孽子 (Garçons de cristal), Huangren shouji 荒人手記 (Carnets d’un homme désolé) et Eyu shouji 鱷魚手記 (Carnets d’un crocodile). Le premier, fréquemment considéré comme le premier roman tongzhi de la littérature taïwanaise, est rédigé par Pai Hsien-yung (Bai Xianyong) 白先勇. Né à Guilin 桂林 dans le Guangxi 廣西 en Chine en juillet 1937, cet écrivain gagne Hong Kong en 1948 avant de rejoindre les siens à Taïwan en 1952 — où son père, général du Kuomindang s’était réfugié en 1949. En 1977, il commence à publier Niezi61, qu’il est possible de traduire par « fils illégitime » ou encore « fils rebelle », sous forme de feuilletons dans la revue Littérature moderne (Xiandai wenxue 現代文學)62. L’ouvrage sera ensuite, en 1983, édité en entier63. Cette œuvre narre l’histoire d’Aqing 阿青, rejeté par son père lorsqu’il s’adonne au stupre avec un surveillant du laboratoire de chimie de son collège. Il trouve refuge dans un jardin public qui s’avère être le « royaume » des homosexuels de la capitale. Il commence alors à se prostituer. C’est le caractère novateur du sujet qui fait la singularité de cette œuvre. Au travers du narrateur, le lecteur découvre le quotidien d’homosexuels — dont insécurité, précarité et marginalité sont monnaie courante —, au sein d’une société taïwanaise des années 70 à la fois cloisonnée et étouffante. Cependant, même s’ils fréquentent « un parc de Taibei pour se vendre [ils] cherchent en même temps à retrouver une famille et à créer une certaine solidarité »64. Au-delà de la description de la condition homosexuelle, le roman est donc une forme de résistance de cette sexualité dissidente. C’est en cela qu’il est devenu une référence incontournable de la littérature tongzhi taïwanaise.

  • 65 Pour une traduction anglaise, voir Chu T’ien-wen, Notes of a Desolate Man, Howard Goldblatt, Sylvia (...)

26Le deuxième, Huangren shouji65, est écrit par la sœur aînée de Chu T’ien-hsin, Chu Tien-wen (Zhu Tianwen) 朱天文. Cette dernière voit le jour le 24 août 1956 à Taipei 台北, Taïwan. À l’instar de sa petite sœur, elle commence à écrire très tôt : à peine âgée de seize ans, Qiang shuo xin chou 强说心愁 (Crier la tristesse qu’on a au cœur) est publié dans le Lianhe bao. Plusieurs de ses textes concernent l’homosexualité, dont un est particulièrement connu : Huangren shouji. Publié en 1994, il raconte l’histoire d’un homosexuel, Shao 韶, d’âge moyen à la recherche du véritable amour et de son combat pour se réconcilier avec sa sexualité. En quête d’identité, il remonte dans ses souvenirs de jeunesse alors qu’il était au côté d’un ami, A Yao阿堯, en train de mourir dans un hôpital de Tokyo après avoir contracté le sida. Deux homosexuels très différents puisque d’un côté, A Yao s’engage dans les mouvements tongzhi, jouit au maximum des plaisirs sexuels et de l’autre, le narrateur — Shao —, qui rejette le comportement de son ami. En d’autres termes, Shao se reconnaît en A Yao mais ne s’y identifie pas. Le questionnement du personnage principal sur sa sexualité permet de fait d’aborder des thèmes liés à la question de l’homosexualité tels que l’identité ou le sida.

  • 66 Pour une traduction française, voir Qiu Miaojin, Les Carnets du crocodile, Emmanuelle Péchenart (tr (...)
  • 67 Thomas Moran, « Homoeroticism in Modern Chinese Literature », in Kirk A. Denton, The Columbia Compa (...)

27Le dernier roman extrêmement connu est Eyu shouji66, également publié en 1994 et écrit par Qiu Miaojin 邱妙津. Née en 1969 à Changhua 彰化à Taïwan, elle effectue des études en psychologie à Taipei avant de s’envoler en 1994 pour Paris où elle poursuivra ses études à l’Université Paris 8. L’année suivante, contre toute attente, elle s’ôte la vie, estimant sans doute que sa tendance sexuelle était incurable. Malgré tout, elle reste une figure emblématique de la littérature tongzhi et notamment grâce à son œuvre Eyu shouji. La narratrice y raconte son premier amour : elle s’éprend de sa camarade de classe Shuiling 水伶. Toutefois, de peur que cette dernière ne la délaisse au profit d’un homme, elle s’en éloigne. Un crocodile apparaît alors dans l’histoire. Déguisé pour passer inaperçu auprès des hommes, son seul désir est d’avoir des amis mais sa timidité l’en empêche. Plusieurs interprétations existent concernant cette histoire dont une affirmant que le crocodile serait le monstre extériorisé de la narratrice dont elle croit être possédée67. Ce roman n’interroge plus simplement l’orientation sexuelle — comme c’était le cas dans les deux premiers ci-dessus —, mais insuffle les premières interrogations liées à la question du genre. Ce sont les prémisses de la ku’er wenxue 酷兒文學 (littérature queer).

Naissance de la littérature ku’er 酷兒文學 (littérature queer)

  • 68 Texte original : « Kù er shì jùjué bèi dìngyì de, tā méiyǒu gùdìng de shēnfèn rèntóng. » 酷兒是拒絕被定義的(...)
  • 69 Ibidem, pp. 13-15.

28En parallèle de la littérature tongzhi s’est développé des textes qui remettent en cause l’identité fixe revendiquée par les tongzhi, à savoir la littérature ku’er 酷兒. Ce terme est la traduction chinoise du terme anglais queer, signifiant « bizarre », « étrange ». Aussi la littérature ku’er est-elle souvent définie comme une littérature de l’étrange. Cependant, Chi Ta-wei définit ce terme autrement : « Ku’er, c’est refuser d’être défini ; ku’er, c’est ne pas avoir d’identité fixe »68. Cette définition est donc très paradoxale et, par voie de conséquence, définir la littérature ku’er n’a rien d’aisé. Malgré tout, l’auteur en donne ses caractéristiques69. Tout d’abord, cette littérature offre une représentation et une mutation de l’identité. Elle met ensuite en exergue qu’il n’y a pas de modèle sexuel défini puisque l’identité peut changer. Enfin, elle s’avère être une critique de la politique sexuelle taïwanaise. La littérature ku’er appartient à la littérature tongzhi dans le sens où elle représente l’orientation sexuelle tout en s’en différenciant de par son intérêt pour le genre (xingbie 性別).

  • 70 Fran Martin, Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan. Op. cit., p. 213.
  • 71 Chi Ta-wei, « Avant-propos », in Membrane, Gwennaël Gaffric (trad.). Paris : l’Asiathèque, coll. «  (...)
  • 72 Chi Ta-wei, Membrane, op. cit., 212 p.
  • 73 Sur l’hybridité et la versatilité des identités dans cet ouvrage, voir Coraline Jortay, « Aux front (...)

29Né le 3 février 1972 à Taichung臺中 sur l’île de Taïwan, Chi Ta-wei est l’un des auteurs taïwanais incontournables sur la question queer. À preuve, dans les années 90, il est l'une des figures les plus connues de la scène littéraire et culturelle des jeunes queer de Taipei70. Très jeune, il s’intéresse à la littérature, considérant cette dernière, comme un moyen de quitter la morne de sa jeunesse et permettant également d’entrevoir la liberté et ce, grâce à la réalité alternative de la fiction. En effet, il estime que dans les années 80, seule la littérature était en mesure d’offrir un espace d’imagination, inattingible, dans lequel les lecteurs pouvaient découvrir la liberté. Il s’intéresse ainsi aux traductions des œuvres étrangères et notamment françaises, qui très rapidement, le fascine. Cet attrait le pousse à s’envoler pour la France, ce qu’il fera finalement après l’obtention de sa licence : il quitte Taïwan pour la France et par voie de conséquent pour un monde alternatif, c’est-à-dire non soumis à la loi martiale. Il y découvre les lieux homosexuels parisiens. De retour à Taïwan, il veut de nouveau fuir l’île, et décide donc de poursuivre ses études aux États-Unis. C’est sur le sol américain qu’il commence à étudier la question de l’identité. Et comme il le dit lui-même, « les mondes alternatifs offerts par la France comme par les États-Unis étaient attrayants en cela qu’ils me permettaient d’échapper à la morne réalité taiwanaise »71. Malgré ces désirs de fuite, après la soutenance de son doctorat en 2006 aux États-Unis (en littérature comparée sur la littérature tongzhi taïwanaise, hongkongaise et chinoise), il rentre à Taïwan et obtient en 2010 un poste de professeur de littérature taïwanaise à l’Université nationale de Chengchih (Guoli zhengzhi daxue 國立政治大學). L’œuvre majeure de cet écrivain, intitulée Mo et traduite en français sous le titre Membrane72, interroge, sans surprise aucune, le genre et l’identité. Le personnage phare de l’ouvrage, Momo 默默, ne cesse de vouloir savoir ce qu’elle est, ce qu’elle a été, ce qu’elle ressent, ce qu’elle ne ressent plus, etc. Le roman invite finalement le lecteur à une véritable réflexion sur plusieurs questions fondamentales de la littérature tongzhi, dont celle de l’identité73.

  • 74 Brigitte Duzan, « Chen Xue 陳雪 Présentation », in La nouvelle dans la littérature chinoise contempor (...)
  • 75 Pour une traduction anglaise, voir « In Search of the Lost Wings of the Angels », Patricia Sieber ( (...)

30À la manière de Chi Ta-wei, Chen Xue 陳雪 fait partie des auteurs queer qui ont marqué la scène littéraire taïwanaise. Née en 1970, elle aussi à Taichung, elle obtient son diplôme de chinois en 1993. Deux ans plus tard, elle publie un recueil de nouvelles qui devient un « classique de la littérature homosexuelle »74 : E nü shu 惡女書 (Livre d’une démone). L’une des quatre nouvelles — la plus connue — Xunzhao tianshi de chibang 尋找天使遺失的翅膀 (À la recherche des ailes perdues de l'ange) 75, traite de sujets tels que le désir lesbien, la bisexualité, l’identification... En effet, la narratrice éprouve des sentiments amoureux pour sa mère tout en la détestant. Ce rejet s’explique par le fait que sa mère soit une travailleuse du sexe. Pourtant, la fille imite sa mère dans le sens où elle fréquente de nombreux hommes, qu’elle délaissera finalement pour une femme ressemblant à sa mère. En somme, la littérature ku’er questionne des notions bien précises et quelque peu différentes de celle abordées dans la littérature tongzhi, même si elles ont une essence commune. Quoi qu’il en soit plusieurs textes appartenant à ce genre littéraire sont connus, reconnus et même primés.

Visibilité de la littérature tongzhi taïwanaise

  • 76 C’est l’histoire d’une relation ambiguë entre deux lycéennes, Zhong Yuan 鐘沅 et Tong Suxin 童素心. Cao (...)
  • 77 L’histoire dépeint la vie d'une lesbienne, Ding Tianshi 丁天使, depuis son enfance.
  • 78 Fran Martin est sinologue et enseigne en tant que professeure à l’Université de Melbourne en Austra (...)
  • 79 Fran Martin, « Introduction: Taiwan’s Literature of Transgressive Sexuality », in Angelwings Contem (...)

31Peu de temps après la levée de la loi martiale, plusieurs textes appartenant à la littérature tongzhi sont récompensés. En 1991, la nouvelle de Cao Lijuan 曹麗娟 (1962-) intitulée Tongnü zhi wu 童女之舞 (La Danse des vierges)76 reçoit le premier prix du Lianhe bao dans la catégorie des nouvelles courtes (Lianhe bao duanpian xiaoshuo jiang 聯合報短篇小說獎). Quelques années plus tard, en 1994, le prix littéraire de la meilleure nouvelle du China Times (Shibao wenxue jiang 時報文學百萬小說獎) est décerné à Chu Tien-wen pour son roman Huangren shouji. L’année suivante, le prix honorifique du China Times récompense l’ouvrage de Qiu Miaojin, Eyu shouji. La même année, c’est Chi Ta-wei qui voit son roman Mo décoré du premier prix de la nouvelle du Lianhe bao (Lianhe bao wenxue jiang zhongpian xiaoshuo 聯合報文學獎中篇小說). En 1996, c’est Du Xiulan 杜修蘭 (1966-) qui avec Ninü 逆女 (La rebelle)77 est récompensé du prix populaire de la maison d’édition Huangguan (Huangguan dazhong xiaoshuo jiang 皇冠大眾小說獎). L’abondance des prix décernés à la littérature tonghi pousse Fran Martin78 à écrire que : « En fait, il semblerait qu'à cette époque il n'y ait pas une compétition littéraire sans qu'au moins un prix ne soit attribué à une nouvelle courte, une nouvelle ou un roman sur le thème tongzhi »79. Outre ces récompenses, les traductions viennent magnifier le blason de cette littérature.

  • 80 Voir les notes 51, 54, 61, 65, 66 et 72.
  • 81 Pai Hsien-Yung, Crystal Boys, Howard Goldblatt (trad.). San Francisco : Gay Sunshine Press, 1990, 3 (...)
  • 82 Pai Hsien-Yung, Treffpunkt Lotossee, Astrid Ehlert (trad.). Berlin : Bruno Gmünder, 1995, 350 p.
  • 83 Bai Xianyong, Il maestro della notte, Maria Rita Masci (trad.). Turin : Giulio Einaudi, 2005, 376 p
  • 84 Au travers de plusieurs lettres, le lecteur découvre la relation passionnée entre deux jeunes femme (...)
  • 85 Qiu Miaojin, Dernières lettres de Montmartre, Emmanuelle Péchenart (trad.). Paris : Les Éditions No (...)
  • 86 Qiu Miaojin, Last Words from Monmartre, Ari Larissa heinrich (trad.). New York : New York Review Bo (...)
  • 87 Qiu Miaojin, Montmartre’dan son sözler, Sureyya Calykoglu (trad.). Istanbul : Aylak adam, 2015, 225 (...)
  • 88 Qiu Miaojin, Ultime lettere da Montmartre, Silvia Pozzi (trad.). Milan : Calabuig, 2016, 176 p.
  • 89 Qiu Miaojin, Cartas póstumas desde Montmartre, Belén Cuadra Mora (trad). Madrid : Gallo Nero, 2018, (...)
  • 90 Voir notamment Fran Martin, Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan, op. cit., p. 247. Vo (...)
  • 91 Hung Ling, connue sous le nom anglais Lucifer Hung, est une écrivaine taïwanaise très réputée pour (...)
  • 92 Voir note 72. Voir également Chi Ta-wei, « La carte d’identité d’un inconnu », Olivier Bialais (tra (...)

32En dehors des traductions qui ont déjà été citées dans ce travail80, d’autres méritent d’être renseignées puisqu’elles viennent compléter l’ensemble des traductions effectuées en Occident. D’une part, les grandes œuvres : pour celle très célèbre de Bai Xianyong — Niezi — elle a été traduite dans plusieurs langues dont l’anglais81, l’allemand82 et l’italien83 ; celle de Qiu Miaojin dont nous n’avons pas fait mention dans ce travail, intitulée Meng ma te yishu 蒙馬特遺書 (Lettres-testament de Montmartre)84, a été traduite en français85, en anglais86, en turc87, en italien88 et en espagnol89. Il y a, d’autre part, des anthologies anglaises de nouvelles90 où les grandes figures de cette tendance littéraire sont toutes représentées : Chu T’ien-wen, Chu T’ien-hsin, Chen Xue, Hung Ling (Hong Ling) 洪凌 (1971-)91, Chi Ta-wei, etc. Ces multiples traductions prouvent ainsi que la littérature tongzhi est un domaine qui retient l’attention de quelques chercheurs étrangers et suscite l’intérêt. En France, c’est incontestablement Chi Ta-wei qui est le plus traduit.92

  • 93 Voir plus particulièrement Fran Martin, Situating Sexualities Queer Representation in Taiwanese Fic (...)
  • 94 Sinologue américaine, Tze-lan Sang est professeure de littérature comparée à l’Université de Califo (...)
  • 95 Christopher Payne est maître de conférences en études chinoises à l’Université de Manchester. Ses r (...)
  • 96 Michael Berry est professeur d'études culturelles contemporaines chinoises à l'Université de Califo (...)
  • 97 Thomas Moran est professeur de chinois au Middlebury College. Il s’intéresse à la fiction chinoise (...)
  • 98 Wu Chia-Chen, « La vie est traversée par le langage : étude sur l'évolution de l'identité et la con (...)
  • 99 Hung Shiau-Ting, « Identité en suspens et Métamorphose dans Garçons de cristal de Bai Xian-Yong, Es (...)

33Cette reconnaissance se traduit enfin par divers articles, études et travaux universitaires. Tout d’abord, au début des années 2000, plusieurs textes permettent de se familiariser avec cette tendance littéraire, notamment avec les travaux de Fran Martin93 ou de Tze-Lan Sang94. Des articles plus récents viennent les compléter, par exemple celui de Christopher Payne95 ou de Michael Berry96 ou encore de Thomas Moran97. Des thèses françaises ont également été soutenues sur une ou plusieurs œuvres tongzhi à savoir celles de Chia-Chen Wu98 et de Shiau-Ting Hung99. Malgré tout, il semble que l’ouvrage de référence sur le sujet soit la fresque historique de la littérature tongzhi de Chi Ta-wei — Tongzhi wenxue shi : Taiwan de faming — puisqu’il se cantonne à étudier la littérature tongzhi dans son ensemble tout en se focalisant successivement sur différentes œuvres afin de progresser dans l’histoire taïwanaise. Au regard des travaux effectués, des traductions réalisées, des articles publiés, il n’est pas illégitime d’affirmer que la littérature tongzhi taïwanaise est connue mais également reconnue, et ce, à l’échelle internationale.

34Il est possible de dire que la décennie suivant l’abrogation de la loi martiale regorge de nombreux écrits en rapport avec la sexualité, le genre, l’identification, etc, qui donnent une nouvelle visibilité aux différentes identités sexuelles à Taïwan.

35Après l’exploration de cinq décennies taïwanaises (1950-2000), concluons en disant que la littérature tongzhi est un mouvement littéraire qui tire son origine des journaux et qui de nos jours est extrêmement populaire. Cette popularité a été rendue possible grâce à la levée de la loi martiale en 1987 qui a finalement donné libre cours à la plume de nombreux auteurs. Ces derniers ont eu la possibilité d’écrire l’homosexualité et d’aborder des notions relativement complexes, parfois difficiles à définir mais qui, malgré tout, invitent à un véritable examen. Ce bref état des lieux pourra, nous l’espérons, offrir des pistes de recherches sur ce corpus littéraire.

Haut de page

Notes

1 Chen Tiejun 陳鐵君, Yuan liu huoyong zhongwen da cidian 遠流活用中文大辭典 (Grand dictionnaire Yuan Liu de la langue chinoise appliquée). Taipei : Yuan liu, 2008, 1999 p.

2 Texte original : « Xíng: Xiāngtóng de, yīyàng de. Dòng: 1 Huìhé, jùjí. Fù: Gòngtóng, yītóng. » 形 : 相同的,一樣的。動 : 1 會合,聚集。副 : 共同,一同. Ibidem

3 Texte original : « Míng: Yìxiàng » 名 : 意向 。Ibid.

4 Texte original : « Duō zhǐ wéi yīgè gòngtóng de lǐxiǎng huò shìyè ér fèndòu de rén. » 多指為一個共同的理想或事業而奮鬥的人。Ibid.

5 Texte original : « Tè zhǐ tóng yīgè zhèngdǎng de chéngyuán. » 特指同一個政黨的成員。 Ibid.

6 Texte original : « Súchēng tóngxìngliàn zhě. » 俗稱同性戀者。Ibid.

7 Voir à ce propos, l’introduction de notre travail de mémoire de master 2. Pierrick Rivet, « La littérature des camarades en Chine : reflet de la condition homosexuelle ? », Mémoire de master 2. Montpellier : Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2017, 109 p.

8 Voir plus particulièrement le chapitre 57.

9 Voir plus particulièrement le chapitre 35.

10 Voir Chou Wah-shan, « Homosexuality and the Cultural Politics of Tongzhi in Chinese Societies », in Gerard Sullivan, Peter A Jackson (dir.), Gay and Lesbian Asia: Culture, Identity, Community. New-York : Harrington Park Press, 2001, p. 27.

11 Voir notamment le sixième chapitre « Dì yī cì wǔzhuāng qǐyì » 第一次武装起义 (Le premier soulèvement armé) de l’ouvrage de Li Fan 李凡, Sun Zhongshan zhuan 孙中山传 (Biographie de Sun Yat-sen). Zhejiang : Zhejiang daxue, 2011.

12 À titre d’illustration, voici quelques exemples de personnalités connues de l’époque : Camarade Sun Yat-sen (Sun Zhongshan tongzhi 孫中山同志), Camarade Mao Tsé-Toung (Mao Zedong tongzhi 毛澤東同志), Camarade Liang Qichao (Liang Qichao tongzhi 梁啟超同志)

13 Sun Yat-sen, plus connu en chinois sous le nom de Sun Zhongshan 孫中山, est présenté comme le Père de la République chinoise.

14 En chinois « Gémìng shàng wèi chénggōng, tóngzhì réng xū nǔlì. » 革命尚未成功同志仍需努力。

15 Après avoir démissionné du poste de président du Parti Démocrate progressiste, Minjindang 民進黨, pour se présenter aux élections présidentielles de 2008, Frank Hsieh (Xie Zhangting) 謝長廷 a annoncé publiquement : « Beaucoup de camarades espèrent que je serai en mesure de rester jusqu’au 25 mai, jour où le nouveau président sera élu. » Texte original : « Hěnduō tóngzhì xīwàng wǒ nénggòu liú dào wǔ yuè èrshíwǔ rì, xīn zhǔxí chūlú hòu zài jiāojiē. » 很多同志希望我能夠留到五月二十五日,新主席出爐後再交接。 Texte disponible [En ligne] à l’URL  : https://tinyurl.com/d6m8e5kc (Dernière consultation le 11 juin 2020)

16 Voir Chou Wah-shan, Tongzhi Politics of Same-Sex Eroticism in Chinese Societies. New York/London : The Haworth Press, 2000, p. 5.

17 Voir Chi Ta-wei 紀大偉, Tongzhi wenxue shi : Taiwan de faming 同志文學史台灣的發明 (Histoire de la littérature tongzhi : innovation taïwanaise). Taipei : Lian jing, 2017, p. 59, n. 53.

18 Voir Fran Martin, « Introduction : Taiwan’s literature of Transgressive Sexuality » in Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan. Honolulu : Hawai’i Press University, 2003, p. 9.

19 Voir Lucetta Yip Lo Kam, Shanghai Lalas Female Tongzhi Communities and Politics in Urban China. Hong Kong : Hong Kong University Press, 2013, p. 4.

20 Texte original : « 1. Xìnggé. 2. Wùzhí suǒ jùyǒu dì xìngnéng. 3. Shēngwù de shēngzhí huò xìngyù. 5. xìngbié. » 1. 性格。2. 物质所具有的性能。3. 生物的生殖或性欲。5. 性别, Xiandai hanyu cidian 现代汉语词典 (Dictionnaire de la langue chinoise moderne). Beijing : Shangwu yinshuguan, 2014, pp. 1460-1461.

21 Chi Ta-wei, dans « Xing shi shenme ? » 性是什麼?(« Qu’est-ce que le xing ? »), met en exergue qu’il n’est pas aisé de traduire le terme « sexuality » en chinois puisque pour certains ce n’est qu’une orientation sexuelle alors que pour d’autres, dont Chi Ta-wei fait partie, la sexualité est un mécanisme complexe et non pas seulement une boîte pour l’acte sexuel. Dès lors comment définir la sexualité ? Sans oublier, qu’elle n’est en rien figée… Ibidem, pp. 48-50.

22 Texte original : « 1. Liàn'ài. 2. Xiǎngniàn bù wàng. » 1. 恋爱。 2. 想念不忘, Xiandai hanyu cidian 现代汉语词典 (Dictionnaire de la langue chinoise moderne). Ibidem, p. 808.

23 Texte original : « Tóngxìng bié de rén zhījiān de xìng'ài xíngwéi. » 同性别的人之间的性爱行, Ibid., p. 1306.

24 Les études ne sont pas unanimes sur le sujet. Pour certaines, les termes chinois tongxing’ai et tongxinglian seraient traduits à partir du terme occidental « homosexuality », voir Zhang Beichuan 张北川, Tongxing’ai 同性爱 (L’Homosexualité). Shandong : Shandong kexue jishu, 1994, p. 44 ; Zheng Tiantian, Tongzhi Living: Men Attracted to Men in Postsocialist China. Minneapolis : University of Minnesota Press, 2015, p. 4. Pour d’autres, le terme serait emprunté au japonais, voir Tze-lan Deborah Sang, The Emerging Lesbian: Female Same-Sex Desire in Modern China. Chicago/London : University of Chicago Press, pp. 102-103.

25 Notamment dans les publications médicales. Voir Tze-lan Deborah Sang, The Emerging Lesbian. Ibidem, p. 99.

26 Voir Laurent Long, « Chine », in Louis-Georges Tin (dir.), Dictionnaire de l’homophobie. Paris : Presses universitaires de France, 2003, pp. 91-94.

27 Voir Zhang Beichuan, Tongxing’ai, op. cit., p. 43.

28 Voir Jens Damm, « Same Sex Desire and Society in Taiwan 1970-1987 », in The China Quarterly, N° 181, Mars 2005, p. 71.

29 Chi Ta-wei, Tongzhi wenxue shi, op. cit., p. 62.

30 Texte original : « Tóngzhì wénxué 「zhànshí」kěyǐ dìngyì wèi 「ràng dúzhě gǎnshòu tóngxìngliàn de wénxué」 ». 同志文學「暫時」可以定義為「讓讀者感受同性戀的文學」, Ibidem, p. 46.

31 Pour l’origine de ce terme, voir Feng Jin, Romancing the Internet Producing and Consuming Chinese Web Romance. Leiden/Boston : Brill, 2013, p. 55.

32 Ibidem, p. 15.

33 Ibid.

34 Ibid., p. 73

35 Michel Hockx, Internet Literature in China. New York : Columbia University Press, 2015, p. 114.

36 À preuve, en 1984, la première édition de Zhongguo jingshen zhang'ai fenlei yu zhenduan biaozhun 中国精神障碍分类与诊断标准 (Classification et critères de diagnostic des troubles psychologiques en Chine) inscrit l’homosexualité comme étant une maladie mentale.

37 Dans un article publié dans un journal américain par deux médecins taïwanais, il est dit que l’homosexualité est une maladie mentale, une anomalie du développement des adolescents. Voir Tseng Wen-Shing, Hsu Jing, « Chinese Culture, Personality Formation and Mental Illness », in International Journal of Social Psychiatry. N° 16 (1), 1970, pp. 5-14.

38 Texte original : « Kàn qǐlái cìyǎn » 看起來刺眼 ». Chi Ta-wei, Tongzhi wenxue shi, op. cit., p. 59.

39 Texte original : « Zài lěngzhàn shíqí, guójiā jiāng tóngxìngliàn shì wéi guójiā zhī dí; zài hòu lěngzhàn shíqí, guójiā jiànjiàn tóngzhì shì wéi guójiā de rénquán jíxiáng wù.  » 在冷戰時期,國家將同性戀視為國家之敵;在後冷戰時期,國家漸漸同志視為國家的人權吉祥物, Ibidem.

40 L’ensemble de ce paragraphe résume la pensée de Chi Ta-wei exposée dans la partie intitulée « ‘Tóngzhì wénxué’ gēn ‘tóngxìngliàn wénxué’yǒu hé bùtóng ? » 「同志文學」跟「同性戀文學」有何不同?(Qu’est-ce qui différencie la littérature tongzhi de la littérature tongxinglian. Ibid., pp. 58-60.

41 Ibid., p. 110.

42 Texte original : « Yuánlái shèhuì shàng yǒu yīzhǒng bùtóng yú yībānrén de `tóngxìngliàn'de rénkǒu cúnzài; yuánlái zhè pī shénmì rénkǒu dàodé bàihuài; yuánlái tā mén xūyào bèi guójiā shèhuì guǎn xùn. » 原來社會上有一種不同於一般人的「同性戀」的人口存在;原來這批神秘人口道德敗壞;原來他門需要被國家社會管, Ibid., p. 111.

43 Pour des informations supplémentaires sur ce groupe, voir Patricia Batto, « La presse quotidienne taiwanaise (1945-2000) : le groupe Lianhebao », Thèse de doctorat, INALCO, 2002, 610 p.

44 Voir Stéphane Corcuff, « La presse quotidienne à Taiwan », Perspectives chinoises, n° 31, 1995, p. 44.

45 En chinois « baojin » 報禁

46 Voir Patricia Batto, « Les conséquences de la démocratisation sur la presse quotidienne », Perspectives chinoises, n° 80, 2003, p. 77, note 7.

47 Chi Ta-wei 紀大偉, Tongzhi wenxue shi. op. cit., p. 59.

48 : En chinois « Měiróng yuàn xuè'àn yuányīn dài zuìhòu pànduàn xìng biàntài shārén jiào kěnéng » 美容院血案原因待最後判斷 性變態殺人較可能, in Lianhe bao, 16 novembre 1951.

49 Notamment les passages tel que : « Entouré, pendant les vacances d'été tout au moins, d'enfants de mon âge ou un peu plus jeunes, mes privautés avec les garçons ne descendaient jamais plus bas que la ceinture ; avec les filles, j'y allais d'une totale indiscrétion. Oui, je gardais avec ceux-ci une assez grande réserve, où je crois qu'un psychologue perspicace eut pu voir déjà l'indice précisément de mon penchant. » Voir André Gide, « Et Nunc Manet In Te » in Journal 1939 - 1949 Souvenir, Paris : Gallimard, 1954, p. 1131. 

50 Chiang Kuei 姜貴, Xuanfeng 旋風 (Cyclone). Taipei : Ming hua shuju, 1959. Pour une traduction anglaise, voir Chiang Kuei, The Whirlwind, Timothy A. Ross (trad.). San Francisco : Chinese Materials Center, 1977, 558 p.

51 Chiang Kuei 姜貴, Chongyang 重陽 (Double soleil). Taipei : Zuopin, 1961, 580 p. Pour une traduction anglaise, voir Chiang Kuei, A Translation of the Chinese Novel Chung-Yang (Rival Suns) by Chiang Kuei (1908–1980), Timothy A. Ross (trad.). Lewiston/New-York : E. Mellen press, 1999, 680 p.

52 Brigitte Duzan est une sinologue française qui a à son actif de nombreux articles concernant les nouvelles chinoises contemporaines, leurs auteurs et leurs adaptations cinématographiques.

53 Brigitte Duzan, « Kuo Liang-hui 郭良蕙Présentation », in La nouvelle dans la littérature chinoise contemporaine, 28 février 2017, [En ligne] URL : https://tinyurl.com/46xrp89v (Dernière consultation le 11 juin 2020)

54 Chu T’ien-hsin 朱天心, « Lang Taosha » 浪淘沙 (Les vagues écument le sable), in Fangzhou shang de rizi 方舟上的日子 (Temps passé sur l’Arche de Noé). Taipei : Yan Xin, 1977. Pour une traduction française de cette nouvelle, voir Gilles Giovanonne, « Les papillons du printemps et Lang taosha Deux nouvelles de Chu T’ien-hsin sur l’homosexualité, traduites du chinois (Taiwan) et commentées », Mémoire de maîtrise, Université Michel de Montaigne Bordeaux 3, 2005, pp. 24-43. Pour une traduction anglaise, voir Chu T’ien-hsin, « Waves Scour the Sands », Fran Martin (trad.), in Renditions, N° 63, printemps 2005, pp. 13-32.

55 Voir Chen Lingchei Letty, « Writing Taiwan’s Fin-du-siècle Splendor : Zhu Tianwen and Zhu Tianxin », in Kirk A. Denton, The Columbia Companion to Modern Chinese Literature. New York : Columbia University Press, 2016, pp. 363-370.

56 Texte original : « Jiùsuàn zhǐ kàn tā mén deqíngyù màoxiǎn, zhè liǎng wèi shuāng xìng liàn zhě de duì xiàng yǐ nǚxìng wéi zhǔ, yǐ nánxìng wèi fú. » 就算只看他門的情慾冒險這兩位「雙性戀者」的對像以女性為主、以男性為輻, Chi Ta-wei, Tongzhi wenxue shi, op. cit., pp. 141-142.

57 Voir à ce propos notre travail de recherche, Pierrick Rivet, « Les relations homosexuelles dans la littérature érotique chinoise du XVIIe siècle : de l’exubérance lubrique à l’éclosion des sentiments », Mémoire de Master 1. Montpellier : Université Paul-Valéry Montpellier 3, 2016, 70 p.

58 Texte original : « Ròutǐ xì yào suīrán kuàihuó, què shì bùkě gào rén de mìmì. » 肉體戲要雖然快活,卻是不可告人的秘密, Chi Ta-wei, Tongzhi wenxue shi. Op. cit., p. 150.

59 B. Duzan, Ibidem

60 Gilles Giovanonne, Op. cit., p. 77.

61 Pour une traduction française du roman, voir Bai Xianyong, Garçons de cristal, André Lévy (trad). Arles : Philippe Picquier, coll. « Picquier poche », (1995) 2003, 476 p.

62 Voir Chi Ta-wei 紀大偉, Tongzhi wenxue shi, op. cit., p. 220.

63 Bai Xianyong 白先勇, Niezi 孽子 (Garçons de cristal). Taipei : Yuanying, 1983, 397 p.

64 Voir Noël Dutrait, Petit précis à l’usage de l’amateur de littérature chinoise contemporaine. Arles : Philippe Picquier, 2006, p. 117.

65 Pour une traduction anglaise, voir Chu T’ien-wen, Notes of a Desolate Man, Howard Goldblatt, Sylvia Li-chun Lin (trad.). New York : Columbia University Press, 1999, 169 p.

66 Pour une traduction française, voir Qiu Miaojin, Les Carnets du crocodile, Emmanuelle Péchenart (trad). Paris : Les Éditions Noir sur Blanc, 2021, 316 p. Pour une traduction anglaise, voir Qiu Miaojin, Notes of a Crocodile, Bonnie Huie (trad). New York : New York Review Books, 2017, 242 p. Pour une traduction espagnole, voir Qiu Miaojin, Apuntes de un cocodrilo, Belén Cuadra Mora (trad). Madrid : Gallo Nero, 2020, 248 p. Pour une traduction allemande, voir Qiu Miaojin, Aufzeichnungen eines Krokodils, Martina Hasse (trad.). Roßdorf : Ulrike helmer verlag, 2020, 340 p.

67 Thomas Moran, « Homoeroticism in Modern Chinese Literature », in Kirk A. Denton, The Columbia Companion to Modern Chinese Literature. Op. cit. p. 340.

68 Texte original : « Kù er shì jùjué bèi dìngyì de, tā méiyǒu gùdìng de shēnfèn rèntóng. » 酷兒是拒絕被定義的它沒有固定的身分認同, Chi Ta-wei 紀大偉, Kù er qǐshì lù: Táiwān dāngdài Queer lùnshù dúběn 酷兒啟示錄: 臺灣當代Queer論述讀本 (L'Apocalypse Queer : une lecture des discours queer contemporains à Taïwan). Taipei : Yuan zun wenhua, 1997, p. 12.

69 Ibidem, pp. 13-15.

70 Fran Martin, Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan. Op. cit., p. 213.

71 Chi Ta-wei, « Avant-propos », in Membrane, Gwennaël Gaffric (trad.). Paris : l’Asiathèque, coll. « Taiwan Fiction », 2015, p. 12

72 Chi Ta-wei, Membrane, op. cit., 212 p.

73 Sur l’hybridité et la versatilité des identités dans cet ouvrage, voir Coraline Jortay, « Aux frontières de l’identité : pronoms, classificateurs et focalisation narrative dans Membrane de Chi Ta-wei », in Le "rêve chinois" et ses doubles : aspects de la littérature de science-fiction dans le monde sinophone. Paris : Éditions ESKA, 2018, pp. 111-122.

74 Brigitte Duzan, « Chen Xue 陳雪 Présentation », in La nouvelle dans la littérature chinoise contemporaine, 20 octobre 2016,[En ligne] URL : https://tinyurl.com/yevm9tnh (Dernière consultation le 11 juin 2020)

75 Pour une traduction anglaise, voir « In Search of the Lost Wings of the Angels », Patricia Sieber (trad.), in Red is not the only Color: Contemporary Chinese Fiction on Love and Sex between Women, Collected Stories. Lanham : Rowman & Littlefield Publishers, 2001, pp. 153-168. Voir également, « Searching for the Lost Wings of the Angel », in Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan, Fran Martin (trad.). op. cit., pp. 167-187.

76 C’est l’histoire d’une relation ambiguë entre deux lycéennes, Zhong Yuan 鐘沅 et Tong Suxin 童素心. Cao Lijuan 曹麗娟, Tongnü zhi wu 童女之舞 (La Danse des vierges). Taipei : Datian, 1991, 25 p.

77 L’histoire dépeint la vie d'une lesbienne, Ding Tianshi 丁天使, depuis son enfance.

78 Fran Martin est sinologue et enseigne en tant que professeure à l’Université de Melbourne en Australie. Ses recherches s’axent autour de la question du genre et de la sexualité.

79 Fran Martin, « Introduction: Taiwan’s Literature of Transgressive Sexuality », in Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan. Op. cit., p. 5.

80 Voir les notes 51, 54, 61, 65, 66 et 72.

81 Pai Hsien-Yung, Crystal Boys, Howard Goldblatt (trad.). San Francisco : Gay Sunshine Press, 1990, 330 p.

82 Pai Hsien-Yung, Treffpunkt Lotossee, Astrid Ehlert (trad.). Berlin : Bruno Gmünder, 1995, 350 p.

83 Bai Xianyong, Il maestro della notte, Maria Rita Masci (trad.). Turin : Giulio Einaudi, 2005, 376 p.

84 Au travers de plusieurs lettres, le lecteur découvre la relation passionnée entre deux jeunes femmes.

85 Qiu Miaojin, Dernières lettres de Montmartre, Emmanuelle Péchenart (trad.). Paris : Les Éditions Noir sur Blanc, 2018, 261 p.

86 Qiu Miaojin, Last Words from Monmartre, Ari Larissa heinrich (trad.). New York : New York Review Book, 2014, 161 p.

87 Qiu Miaojin, Montmartre’dan son sözler, Sureyya Calykoglu (trad.). Istanbul : Aylak adam, 2015, 225 p.

88 Qiu Miaojin, Ultime lettere da Montmartre, Silvia Pozzi (trad.). Milan : Calabuig, 2016, 176 p.

89 Qiu Miaojin, Cartas póstumas desde Montmartre, Belén Cuadra Mora (trad). Madrid : Gallo Nero, 2018, 178 p.

90 Voir notamment Fran Martin, Angelwings Contemporary Queer Fiction from Taiwan, op. cit., p. 247. Voir également, Red is not the only Color, op. cit., 201 p.

91 Hung Ling, connue sous le nom anglais Lucifer Hung, est une écrivaine taïwanaise très réputée pour ses récits violents dans lesquels la description des relations sexuelles est très explicite.

92 Voir note 72. Voir également Chi Ta-wei, « La carte d’identité d’un inconnu », Olivier Bialais (trad.), in Gwennaël Gaffric (sous la direction de), Taipei : Histoires au coin de la rue. Paris : L’Asiathèque, 2017, pp.161-170 ; JI Dawei, « Howl », Shao Baoqing (trad.), in Angel Pino et Isabelle Rabut (sous la direction de), Félix s’inquiète pour le pays, Paris : Youfeng, 2018, pp. 407-444. Chi Tawei, Perles, Gwennaël Gaffric (sous la direction de.), Paris : L’Asiathèque, 2020, 207 p.

93 Voir plus particulièrement Fran Martin, Situating Sexualities Queer Representation in Taiwanese Fiction, Film and Public Culture. Hong Kong : Hong Kong University Press, 2003, 358 p.

94 Sinologue américaine, Tze-lan Sang est professeure de littérature comparée à l’Université de Californie. Elle s’intéresse également aux questions liées au genre et à la sexualité. Voir Tze-lan D. Sang, The Emerging Lesbian Female Same-Sex Desire in Modern China, op. cit.

95 Christopher Payne est maître de conférences en études chinoises à l’Université de Manchester. Ses recherches portent sur la littérature moderne et contemporaine en Chine, à Hong Kong et à Taïwan. Sur notre sujet, voir Christopher Payne, « Queer Otherwise: Anti-Sociality in Wuhe’s Gui’er and Ayao », Archiv Orientální 81, n° 3, 2013, pp. 539-554.

96 Michael Berry est professeur d'études culturelles contemporaines chinoises à l'Université de Californie. Il s’intéresse à la littérature contemporaine chinoise mais également au cinéma chinois. L’un de ses articles concerne tout particulièrement notre sujet : « Niè zi, huāng rén, guǐ er: Bái Xiānyǒng yǔ táiwān tóngzhì shūxiě de yánxù » 孽子、荒人、鬼兒白先勇與台灣同志書寫的延續 (Garçons de cristal, Homme désolé, et fantômes : Kenneth Pai et le développement de l'écriture queer taïwanaise), in Chóng fǎn xiàndài: Báixiānyǒng, “xiàndài wénxué” yǔ xiàndài zhǔyì 重返現代:白先勇、《現代文學》與現代主義 (Le modernisme revisité : Pai Hsien-yung et le modernisme littéraire taïwanais), Taipei : Maitian, 2016.

97 Thomas Moran est professeur de chinois au Middlebury College. Il s’intéresse à la fiction chinoise moderne et au cinéma chinois. Il a écrit quelques articles concernant l’homosexualité dans la littérature. Voir « Homoeroticism in Modern Chinese Literature », in Kirk A. Denton, The Columbia Companion to Modern Chinese Literature, op. cit., pp. 336-344.

98 Wu Chia-Chen, « La vie est traversée par le langage : étude sur l'évolution de l'identité et la configuration de l'écriture dans les romans de Qiu Miaojin », Thèse de doctorat, EHESS, 2016.

99 Hung Shiau-Ting, « Identité en suspens et Métamorphose dans Garçons de cristal de Bai Xian-Yong, Espèces de Ying Chen et Middlesex de Jeffrey Eugenides », Thèse de doctorat. Université Sorbonne cité, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierrick Rivet, « Bref état des lieux de la littérature tongzhi 同志 taïwanaise  », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 25 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1560

Haut de page

Auteur

Pierrick Rivet

Pierrick Rivet est doctorant en Études Culturelles, spécialité Chinois, à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, sous la direction de Guilhem Fabre (ReSO) et Pierre Kaser (IrAsia). Sa thèse porte sur deux recueils de l’extrême fin de la dynastie Ming où les relations masculines sont dépeintes : le Bian er chai 弁而釵 et le Yichun xiangzhi 宜春香質.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search