Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121. Nouveaux formats et métamorpho...Fusion et transformation des genr...

1. Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie

Fusion et transformation des genres littéraires sur les médias sociaux en Chine

Exemple du compte personnel sur WeChat
Yannan Wu

Résumés

À partir de la première décennie du XXIe siècle, dans un contexte où les éditeurs traditionnels envisagent le déclin des publications sur papier, l’ouverture de comptes sur les media sociaux est devenu de plus en plus populaire pour les écrivains, éditeurs et magazines littéraires. Ces comptes se retrouvent sur ces plateformes pour des raisons différentes : il s’agit pour certains de se libérer des critères éditoriaux classiques, pour d’autres de diffuser leurs textes vers de nouvelles audiences, ou encore pour traiter de sujets sensibles. La lecture en ligne, souvent fragmentaire, immédiate et spontanée, pousse les auteurs à s’adapter et favorise la fusion entre différents genres littéraires dans ce qui renoue parfois avec d’anciennes traditions chinoises. Cet article analyse ces transformations en proposant une typologie des différents comptes personnels littéraires présents sur WeChat, le principal média social en Chine aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

1Comment s’adaptent les écrivains et les médias littéraires classiques en Chine face au développement de la littérature web et la croissance du nombre de lecteurs sur Internet aujourd’hui ? Les premiers romans en série sont apparus en Chine sur Internet à la fin du XXe siècle, sans passer par le canal de la publication traditionnelle. Lors de cette première phase de développement de la littérature sur Internet, les écrivains classiques étaient assez dubitatifs et gardaient leurs distances car ce genre n’était pas reconnu par les critiques professionnels et les maisons d’éditions. Ce type de roman était également réputé pour sa faible qualité littéraire. Aujourd’hui dans un contexte où les médias qui publient sur papier doivent faire face à leur inéluctable déclin, les écrivains et les médias littéraires essaient au contraire de profiter d’Internet pour distribuer plus largement leurs œuvres et attirer plus de lecteurs. Les comptes personnels ouverts sur les media sociaux comme Wechat par des écrivains et des magazines littéraires deviennent ainsi des fenêtres ouvertes aux lecteurs, libérées des contraintes qui pèsent sur les genres littéraires classiques. Ces comptes permettent également une fusion de genres différents, adaptée à une lecture fragmentaire et immédiate.

2Un même auteur ou un institut littéraire publie souvent ses textes sur plusieurs plateformes et superpose les moyens de diffusion pour faire connaître ses œuvres. Un auteur peut faire circuler un même article sur plusieurs media : Weibo 微博 (le Twitter chinois), WeChat 微信, Douban 豆瓣 (un site culturel et artistique pour partager ses commentaires sur les livres, la musique et le cinéma), ainsi que son propre site s’il en a un. WeChat est le service le plus récent et peut-être le plus populaire. C’est une application de messagerie textuelle et vocale développée par la société Tencent qui a pris son essor en profitant du fait que les autres applications étrangères ne fonctionnent pas en Chine. La fonction « compte personnel » y est apparue en 2013 ; elle permet à tout le monde d’ouvrir son propre compte pour y publier des textes, des images, des enregistrements audio et vidéo sur tous les sujets. Ce type de compte incarne une sorte de « littérature sans seuil » ouverte à tous et sans révision éditoriale.

3La diffusion des textes publiés par un compte officiel suit le chemin suivant : tout d’abord, l’auteur publie, puis les abonnés sont alertés car le système leur notifie toute nouvelle publication. Ils peuvent alors consulter la page d’accueil du compte qui contient le titre, un dessin et une phrase, souvent destinés à inciter à la lecture. Les lecteurs peuvent alors choisir de cliquer pour lire la totalité de l’article. Ils peuvent ensuite, commenter, aimer, critiquer et l’auteur sera tenu immédiatement au courant. La communication entre l’auteur et le lecteur n’a jamais été aussi étroite. Les lecteurs peuvent également transférer ce texte sur leur « moment » WeChat (équivalent de leur « mur Facebook »), et ainsi faire connaître le texte à leurs amis. En théorie, la publicité est individuelle et discrète, car le texte n’est diffusé qu’au sein de groupes « d’amis » qui se connaissent. Les personnes qui ne sont pas abonnées à un compte ne savent que ce compte existe que lorsqu’ils voient un article de ce compte transféré par l’un de leurs amis.

4Historiquement, les premiers acteurs de la littérature web sont des amateurs littéraires qui n’ont pas accès aux média traditionnels et qui cherchent un moyen pour faire lire leurs œuvres. Cependant, aujourd’hui, le statut de la publication sur papier comme moyen de diffusion classique des œuvres est remis en cause et de plus en plus d’auteurs utilisent Internet pour faire entendre leur voix. La distinction entre lecteurs sur papier et lecteurs sur Internet, entre la littérature pure et la littérature populaire tend à s’estomper. De plus, il faut noter que WeChat n’est pas un site classique, tous les textes qui sont diffusés par ce canal sont uniquement lu sur téléphone, les formats de diffusion sont donc limités et cette contrainte structure les écrits qui y sont publiés. Nous essayerons dans cette communication de comprendre le caractère singulier de la littérature publiée sur les comptes personnels en distinguant trois catégories de compte sur WeChat.

Le magazine littéraire cherche sa voie entre « littérature pure » et « littérature populaire »

5Le premier type de comptes que nous identifions sont les comptes créés par les magazines littéraires et les maisons d’édition. Pour ces acteurs les comptes WeChat s’appuient sur leurs publication papier, ils sont avant tout un espace pour la présentation de leurs œuvres publiées sur des supports traditionnels et permettent d’en diffuser des échantillons pour attirer de nouveaux lecteurs. Ils gardent donc leurs exigences et critères traditionnels pour diffuser une littérature « pure » sur Internet. On peut considérer le magazine Shiyue 十月 (Octobre) lié à la maison d’édition éponyme, fondée en 1978 comme un exemple de revue littéraire traditionnelle. Sur son compte ce magazine lutte de manière évidente contre un nouveau type d’écriture fragmentaire et distrayante. Son compte présente deux rubriques : l’une diffuse des extraits d’œuvres publiées chez eux, et la seconde des critiques littéraires écrites par des chercheurs et universitaires. Chaque critique répond à des critères académiques, et cherche à alimenter les débats théoriques.

Illustration n°1

Illustration n°1

(Ill. n°1) Légende : Capture d’écran de la page d’accueil du site Shiyue, le 20 juillet 2018, la rubrique supérieure présente les extraits d’un roman intitulé Yanzhi 胭脂 (Le fard) de Zhang Ling 张翎, publié en version papier au mois d’avril et la rubrique inférieure présente une critique de ce roman intitulée « Zai jing yu zhong zhi jian — du Zhang Ling de xiaoshuo Yanzhi » 在轻与重之间读张翎的小说《胭脂》 (Entre la lourdeur et la légèreté, la lecture du roman de Zhang Ling), un article publié exclusivement sur le compte de Wechat.

6Parmi les magazines ou maisons d’édition classiques, celui qui a fait le plus d’effort pour s’adapter au grand public est Shikan 诗刊, un magazine de poésie. Le compte de ce magazine comporte plusieurs rubriques : citations poétiques, anecdotes et poèmes inédits, qui sont souvent alimentées par des poètes peu connus. Au niveau typographique, on peut remarquer que les dessins et les textes prennent chacun la moitié de l’espace disponible, les titres sont courts et souvent en style discursif, c’est-à-dire qu’ils cherchent à instaurer un dialogue avec les lecteurs par le biais d’un ton accessible et familier. En 2014, la poétesse Yu Xiuhua 余秀华 s’est faite connaître par un poème qu’elle a publié et diffusé sur ce compte. Il s’intitule « Chuanyue daban ge Zhongguo qu shui ni » 穿越大半个中国去睡你 (Je traverse la moitié de la Chine pour coucher avec toi). Il a d’abord été publié sur le magazine papier mais est passé relativement inaperçu et c’est la publication et la circulation de ce texte sur le compte WeChat du magazine qui l’a vraiment fait connaître. Les lecteurs ont été frappés par le titre à connotation érotique et le paradoxe entre la vie personnelle de l’auteure et son style (C’est une paysanne handicapée, très peu éduquée et néanmoins poétesse).

Illustration n°2

Illustration n°2

(Ill. n°2) Légende : Capture d’écran du poème de Yu Xiuhua 余秀华 qui l’a rendue célèbre : « En fait, coucher avec toi, ou être baisée par toi,/c’est toujours pareil, rien que d’être/la force du heurt entre deux corps, rien que la fleur poussée à s’épanouir par la force/rien que le printemps inventé par ces fleurs, qui nous fait croire qu’elle est ouverte à nouveau/sur la terre qui couvre plus de la moitié de la Chine, une infinité de choses se passe: /des volcans crachent, des rivières s’épuisent,/des criminels politiques et des vagabonds sont oubliés/Des rennes et des grues en arme sur toute la route/Moi, je traverse les forêts de fusils et les pluies de balles pour coucher avec toi,/Je passe des nuits innombrables dans l’aube pour coucher avec toi./Les innombrables moi courent et se rejoignent en un moi pour coucher avec toi./Bien sûr, parfois les papillons m’égarent/À considérer quelques éloges comme le printemps,/À considérer un village semblable au mien comme mon pays natal./Et eux/Ce sont des raisons essentielles de coucher avec toi. »

7Pourquoi est-ce la poésie qui a le plus de succès pour préserver une certaine qualité littéraire lorsqu’elle est publiée sur Internet ? Cela s’explique peut-être par le fait que le format de la poésie est plus adapté à une publication et à une distribution sur Internet. La poésie est courte bien sûr, mais au-delà de cela, les lecteurs d’aujourd’hui cherchent une écriture qui saisit la sensation éphémère, les expériences fragmentaires, les moments forts de la vie et qui fait écho à l’émotion spontanée. Parmi tous les styles littéraires, la poésie semble donc le plus à même de répondre à ces demandes.

Illustration n°3

Illustration n°3

(Ill. n°3) Légende : Capture d’écran du poème de Song Wei 宋尾 publié par le compte de Shikan 诗刊 sur WeChat le 28 Mai 2018. À la différence de la littérature web publiée de manière totalement libre, Shikan insiste pour éditer les textes qu’il publie, même ceux qui le sont uniquement sur Internet. Traduction : « Si je reste immobile/ je peux devenir un meuble/ lisant sans hâte /sans chercher, à tâtons dans l’histoire/une ombre vacillante /sans tomber sur des vers qui me blessent /et pouvoir être sans souvenir/Je serai devenu un intérieur à l’intérieur du temps /Sans devoir rien attendre /c’est déjà bien d’être seulement assis, content d’avouer que/ne rien faire n’est qu’un affaiblissement de la force de créer/c’est aussi bien de ne rien créer, les feuilles et l’herbe /couvrent les montagnes et les plateaux, à perte de vue/ beaucoup de choses passent inaperçues chacun a eu, je pense/ cet instant/de grande musique déferlant autour de soi, de ses tympans/totalement inconnue/Je suis assis ici, devenu un frigo/quand tu l’ouvres, mon ombre/ sera illuminée par les lumières du hasard ».

Les écrivains : le compte personnel comme espace de liberté

8La deuxième catégorie rassemble les comptes tenus par des écrivains déjà connus, c’est à dire des écrivains ou éditeurs de revues littéraires qui ont déjà beaucoup publié sur support papier. Leurs comptes WeChat ne sont pas leur source de rémunération principale. Ayant moins de contraintes éditoriales, ces comptes deviennent des champs que les auteurs peuvent cultiver librement. Cela permet et même favorise une fusion des genres. Dans cette fusion un retour vers une tradition littéraire plus classique est perçu. Dans le monde occidental, le concept de littérature moderne apparaît après le débat sur « l’indépendance de l’art » du XIXe siècle et sur la « littéralité » au début du XXe siècle. En Chine, c’est sous l’influence du monde occidental, qu’une discipline nommée « littérature » est construite. Depuis cette date, la littérature est sortie du cercle de la « culture humaniste » traditionnelle qui prévalait en Chine et est devenue indépendante de l’histoire, de la philosophie et des autres formes d’art. Cependant dans les nouveaux espaces de liberté ouverts sur Internet, l’image de l’écrivain moderne se rapproche de celle de l’homme de lettre de l’époque classique.

9C’est d’abord la fusion entre la peinture et les vers qui est remarquable. Il s’agit d’une forme d’art traditionnel en Chine qui s’est retrouvée marginalisée depuis l’époque contemporaine mais qui revient sur le devant de la scène avec Internet. La popularité de Laoshu 老树 peut en offrir un exemple intéressant. Laoshu est à la fois poète et un professeur des beaux-arts chinois qui poste sur son compte personnel des dessin accompagnés de quelques vers. D’abord anecdotique, cette pratique a attiré beaucoup d’admirateurs et son rythme de publication est devenu plus régulier. Dans sa pratique il se rapproche de la peinture traditionnelle chinoise : il peint au pinceau et à l’encre, rejette la perspective et produit une ambiance poétique en écrivant des vers à côté de sa peinture. En même temps, les sentiments qu’il exprime sont tout à fait contemporains. Parfois Laoshu abandonne même l’écriture et ne montre plus que ses dessins. Il indique qu’il s’agit d’une stratégie pour attirer les jeunes. À l’époque d’Internet sur téléphone, le dessin prend plus d’importance que l’écriture.

Illustration n°4

Illustration n°4

Illustration n°5

Illustration n°5

(ill. n°4) (ill. n°5) Légende : Voici deux exemples du compte personnel Laoshu huahua 老树画画. On remarque que la peinture à l’encre occupe presque tout l’espace de l’écran, accompagnée seulement de vers brefs et légèrement satiriques : « Parfois, j’aimerai partir de la maison,/ne n’avoir que la liberté,/Je voudrais aller jusqu’au bout du monde,/mais enfin, je prends le chemin de retour. » (有时就想出走,只要一个自由。要去天涯海角,最后还是掉头。) «Parfois après le travail,/je me sens à la fois fatigué et affamé,/Pris dans les embouteillages sur la route,/Je voudrai tellement m’effondrer dans mon lit. » (有时下班之后,感觉又饿又累。路上正在堵车,真想倒头就睡。).

10Il existe également une fusion entre genres littéraires différents du fait de l’absence de contrainte éditoriale pesant sur les auteurs qui n’ont ainsi plus à s’inscrire dans un genre particulier. Le compte Fengliu Zhugou 风流猪狗 illustre bien cette tendance. Il s’agit d’un compte tenu par cinq écrivains publiant chacun des textes dans un domaine particulier. Wang Kai 王凯, qui publie sur ce compte des textes liés à la gastronomie, mêle dans ses écrits les savoirs historiques et géographiques, les récits de voyage, ses sentiments personnels et impressions spontanées… Ce mélange ressemble beaucoup aux Xiaopin Wen 小品文, les essais d’hommes de lettres qui étaient populaires jusqu’aux années 1990 mais qui ont vite été oubliés par la suite en Chine. Sur les comptes individuels des écrivains, une autre tendance apparaît : les auteurs et leurs lecteurs instaurent plus facilement des relations moins formelles et peuvent avoir plus d’interactions. Les lecteurs aiment pouvoir construire un groupe sur WeChat pour dialoguer et discuter avec un auteur. Dans ce contexte, l’écrivain incline à exposer davantage sa vie personnelle pour évoquer ses voyages, sa famille ou exprimer ses opinions personnelles sur l’actualité, la politique…

Illustration n°6

Illustration n°6

(Ill. n°6) Légende : Capture d’écran d’un extrait de « La douceur et la tendresse de la cuisine villageoise du Sichuan », publié par l’écrivain Wang Kai 王凯 sur le compte de Fengliu Zhugou 风流猪狗. « Descendu de l’autre côté de la montagne Emei, voici le village traditionnel Gaomiao. J’ai choisi pour m’y rendre le jour du marché et de la cérémonie ancienne, plein de foule et d’attentes. Mais il était difficile de ne pas être déçu, le village n’était rien qu’un village moderne aux murs couverts de briques en mosaïque, un style déjà démodé il y a vingt ans. Cependant, il n’y a rien d’autre que l’on puisse faire, car il y a très peu d’industrie dans cette montagne éloignée, il faut une heure de voiture pour aller au petit bourg le plus proche. »

11Les textes qui se situent entre la littérature et la critique littéraire deviennent également de plus en plus populaires. La discipline moderne de « critique littéraire » est séparée de la littérature car elle nécessite l’utilisation d’outils théoriques et exige une attitude neutre. Mais les comptes WeChat permettent sa fusion avec la littérature et le retour vers une ancienne tradition : la critique des œuvres qui portent sur des sujets et des opinions plus subjectives, émotionnelles et qui rejettent les exigences académiques. Yan Hong 闫红 incarne ce type d’écrivain qui rapproche les œuvres classiques de la vie quotidienne de ses lecteurs. Il publie de nombreux textes sur le Hongloumeng 红楼梦 (Le Rêve dans le Pavillon Rouge ) un roman classique du XVIIIe siècle. La critique du Rêve dans le pavillon rouge est une discipline spécifique en Chine, parfois comparée aux études Proustiennes. Yan Hong, au contraire des universitaires spécialistes de cette œuvre, s’appuie beaucoup sur le destin et la personnalité de chaque personnage du roman. Elle cherche à tisser des points communs entre les personnages fictifs de ce roman et les destins de personnes d’aujourd’hui. Autrement dit, elle trouve une sorte de modernité dans cette œuvre classique.

Illustration n°7

Illustration n°7

Ill. n°7) Légende : Capture d’écran présentant la liste des publications du compte de Yan Hong. Les titres, de haut en bas, sont « N’ayez pas besoins de regretter, vous n’aurez qu’à choisir le même chemin de vie si vous la revivez. » « Quel esprit préférez-vous dans le Xiyouji (Le Pèlerinage vers l’ouest) ? », « Femme libertine ou femme chaste ? Quelle You Sanjie est la plus splendide ? », « Les deux versions de la série télé Rêve dans le pavillon rouge sont tous les fruits du temps et de la condition de l’époque. » Les critiques de Yan Hong sur le roman classique, bien que décriées par les universitaires contemporains, attirent les lecteurs car les l’auteur tisse un rapport entre l’œuvre littéraire et la vie ordinaires et offre des « conseils de vie » inspirés par l’œuvre.

La fusion entre la littérature et les sciences humaines

12La troisième catégorie que l’on distingue parmi les comptes littéraires concerne les comptes commerciaux tenus par des professionnels. Ici « professionnel » est entendu dans le sens où ce type de compte est un moyen pour son propriétaire de gagner sa vie. Derrière chaque compte travaille en fait souvent un groupe de personnes qui utilise ce compte comme une marque, un produit unique.

13La fusion entre la littérature et la vie individuelle se présente ici parfois comme la fusion entre la fiction et le documentaire. Par exemple, le compte intitulé « Zhenshi gushi jijua » 真实故事计划 (Projet d’Histoires Vraies ) propose de publier chaque jour une histoire vraie, racontée à la première personne. Chaque histoire personnelle est écrite comme une vue au microscope du déroulement de l’Histoire de la Chine contemporaine. À l’époque de WeChat, une écriture neutre et abstraite de l’Histoire, qui ne touche pas la vie des gens intéresse peu de lecteur et l’écriture sur Internet diffère l’écriture scientifique de l’Histoire qui est neutre et froide car elle est émotionnelle, sentimentale et subjective.

Illustration n°8

Illustration n°8

(Ill. n°8) Légende : Capture d’écran de la page d’accueil de « Projet d’Histoires vraies » datée du 29 Mai, 2018. Le premier texte présente les conditions de vie d’un ouvrier qui travaille dans une usine de boites de conserve ; le deuxième est écrit par une dame qui raconte le déroulement d’un cours qui prêche la « bonne moralité pour les femmes », un type d’enseignement souvent considéré comme extrêmement sexiste et réactionnaire. Ce compte est rapidement devenu l’un des comptes le plus populaires sur l’Internet chinois. Les sujets traités sont en phase avec l’actualité, cependant, le ton personnel employé et l’attention aux détails différencient ces textes d’un article classique de journal et les rapprochent d’une sorte de très brève autobiographie.

14La littérature ne fusionne pas qu’avec le journalisme sur Internet mais également avec d’autres sciences humaines. Les textes publiés présentent souvent des connaissances scientifiques mais ajoutent une couche littéraire pour attirer les lecteurs : mélange entre la littérature et la géographie, l’histoire, la politique, la psychologie, etc… Le sujet appartient à un genre scientifique, mais l’écriture sur le compte WeChat rejette le vocabulaire académique moderne. Par exemple, le compte X boshi X博士 (Docteur X) qui a eu beaucoup de succès, propose des « petits savoirs » ou des « savoirs légers » à ses lecteurs. Ce compte rejette le vocabulaire neutre, académique et au contraire s’appuie sur une langue émotionnelle, qui a un certain caractère esthétique. Ce type d’article cherche aussi à interpeller les lecteurs.

Illustration n°9

Illustration n°9

Illustration n°10

Illustration n°10

(Ill. n°9) (Ill. n°10) Légende : publication de Docteur X X博士. Sur la page d’accueil, on peut lire un titre provoquant « Ton père, ta mère, ta grand-mère et ton grand-père sont tous plus stylés que toi ». Le titre se veut intrigant pour exploiter la curiosité du lecteur. À droite, l’incipit du texte est une brève présentation divertissante de l’histoire de la culture : « Quand on parle d’Histoire, les gens pensent à la partition du pays, à la guerre et aux annales historiques compliquées ou aux manuels ennuyeux. Ils ne voient pas le lien avec la vie quotidienne. Pourtant, il existe une discipline singulière dans la recherche historique que l'on appelle l'histoire de la culture et qui s’attache à décrire les activités culturelles populaires qui structurent les courants de pensée et les souvenirs collectifs. Vous n’imaginez pas le courage qu’il faut pour lancer la mode et le prix que les générations précédentes ont payé pour le faire. » Cet article traite du rapport entre la politique et l’habillement, et nous raconte, au travers de l’évolution des vêtements, l’histoire de la première ouverture de la Chine après la Révolution culturelle dans les années 1980.

15Ce type d’écrit qui rassemble plusieurs genres permet de sortir des discours standardisés scientifiques et académiques. Si l’on pousse plus loin, ces comptes font revivre en quelque sorte une tradition littéraire pré-moderne, où l’écriture littéraire était encore rattachée aux autres sujets du savoir, une tradition qui a été écartée par l'apparition du système de recherche moderne.

16En conclusion, on peut dire que les réseaux sociaux offrent un espace de liberté à l’écriture et permet à l’écrivain de se libérer des contraintes éditoriales. Cette liberté aboutit souvent à estomper les barrières entre les différents genres littéraire et peut faire revivre certaines traditions littéraires classiques chinoises. Pourtant, dans le même temps, la pression du marché est toujours très présente et favorise les textes de faible qualité littéraire. Pour l’instant, seule l’autodiscipline des auteurs permet de maintenir une certaine qualité littéraire aux textes publiés en ligne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration n°1
Légende (Ill. n°1) Légende : Capture d’écran de la page d’accueil du site Shiyue, le 20 juillet 2018, la rubrique supérieure présente les extraits d’un roman intitulé Yanzhi 胭脂 (Le fard) de Zhang Ling 张翎, publié en version papier au mois d’avril et la rubrique inférieure présente une critique de ce roman intitulée « Zai jing yu zhong zhi jian — du Zhang Ling de xiaoshuo Yanzhi » 在轻与重之间读张翎的小说《胭脂》 (Entre la lourdeur et la légèreté, la lecture du roman de Zhang Ling), un article publié exclusivement sur le compte de Wechat.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Illustration n°2
Légende (Ill. n°2) Légende : Capture d’écran du poème de Yu Xiuhua 余秀华 qui l’a rendue célèbre : « En fait, coucher avec toi, ou être baisée par toi,/c’est toujours pareil, rien que d’être/la force du heurt entre deux corps, rien que la fleur poussée à s’épanouir par la force/rien que le printemps inventé par ces fleurs, qui nous fait croire qu’elle est ouverte à nouveau/sur la terre qui couvre plus de la moitié de la Chine, une infinité de choses se passe: /des volcans crachent, des rivières s’épuisent,/des criminels politiques et des vagabonds sont oubliés/Des rennes et des grues en arme sur toute la route/Moi, je traverse les forêts de fusils et les pluies de balles pour coucher avec toi,/Je passe des nuits innombrables dans l’aube pour coucher avec toi./Les innombrables moi courent et se rejoignent en un moi pour coucher avec toi./Bien sûr, parfois les papillons m’égarent/À considérer quelques éloges comme le printemps,/À considérer un village semblable au mien comme mon pays natal./Et eux/Ce sont des raisons essentielles de coucher avec toi. »
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Illustration n°3
Légende (Ill. n°3) Légende : Capture d’écran du poème de Song Wei 宋尾 publié par le compte de Shikan 诗刊 sur WeChat le 28 Mai 2018. À la différence de la littérature web publiée de manière totalement libre, Shikan insiste pour éditer les textes qu’il publie, même ceux qui le sont uniquement sur Internet. Traduction : « Si je reste immobile/ je peux devenir un meuble/ lisant sans hâte /sans chercher, à tâtons dans l’histoire/une ombre vacillante /sans tomber sur des vers qui me blessent /et pouvoir être sans souvenir/Je serai devenu un intérieur à l’intérieur du temps /Sans devoir rien attendre /c’est déjà bien d’être seulement assis, content d’avouer que/ne rien faire n’est qu’un affaiblissement de la force de créer/c’est aussi bien de ne rien créer, les feuilles et l’herbe /couvrent les montagnes et les plateaux, à perte de vue/ beaucoup de choses passent inaperçues chacun a eu, je pense/ cet instant/de grande musique déferlant autour de soi, de ses tympans/totalement inconnue/Je suis assis ici, devenu un frigo/quand tu l’ouvres, mon ombre/ sera illuminée par les lumières du hasard ».
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Illustration n°4
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Illustration n°5
Légende (ill. n°4) (ill. n°5) Légende : Voici deux exemples du compte personnel Laoshu huahua 老树画画. On remarque que la peinture à l’encre occupe presque tout l’espace de l’écran, accompagnée seulement de vers brefs et légèrement satiriques : « Parfois, j’aimerai partir de la maison,/ne n’avoir que la liberté,/Je voudrais aller jusqu’au bout du monde,/mais enfin, je prends le chemin de retour. » (有时就想出走,只要一个自由。要去天涯海角,最后还是掉头。) «Parfois après le travail,/je me sens à la fois fatigué et affamé,/Pris dans les embouteillages sur la route,/Je voudrai tellement m’effondrer dans mon lit. » (有时下班之后,感觉又饿又累。路上正在堵车,真想倒头就睡。).
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Illustration n°6
Légende (Ill. n°6) Légende : Capture d’écran d’un extrait de « La douceur et la tendresse de la cuisine villageoise du Sichuan », publié par l’écrivain Wang Kai 王凯 sur le compte de Fengliu Zhugou 风流猪狗. « Descendu de l’autre côté de la montagne Emei, voici le village traditionnel Gaomiao. J’ai choisi pour m’y rendre le jour du marché et de la cérémonie ancienne, plein de foule et d’attentes. Mais il était difficile de ne pas être déçu, le village n’était rien qu’un village moderne aux murs couverts de briques en mosaïque, un style déjà démodé il y a vingt ans. Cependant, il n’y a rien d’autre que l’on puisse faire, car il y a très peu d’industrie dans cette montagne éloignée, il faut une heure de voiture pour aller au petit bourg le plus proche. »
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Illustration n°7
Légende Ill. n°7) Légende : Capture d’écran présentant la liste des publications du compte de Yan Hong. Les titres, de haut en bas, sont « N’ayez pas besoins de regretter, vous n’aurez qu’à choisir le même chemin de vie si vous la revivez. » « Quel esprit préférez-vous dans le Xiyouji (Le Pèlerinage vers l’ouest) ? », « Femme libertine ou femme chaste ? Quelle You Sanjie est la plus splendide ? », « Les deux versions de la série télé Rêve dans le pavillon rouge sont tous les fruits du temps et de la condition de l’époque. » Les critiques de Yan Hong sur le roman classique, bien que décriées par les universitaires contemporains, attirent les lecteurs car les l’auteur tisse un rapport entre l’œuvre littéraire et la vie ordinaires et offre des « conseils de vie » inspirés par l’œuvre.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Illustration n°8
Légende (Ill. n°8) Légende : Capture d’écran de la page d’accueil de « Projet d’Histoires vraies » datée du 29 Mai, 2018. Le premier texte présente les conditions de vie d’un ouvrier qui travaille dans une usine de boites de conserve ; le deuxième est écrit par une dame qui raconte le déroulement d’un cours qui prêche la « bonne moralité pour les femmes », un type d’enseignement souvent considéré comme extrêmement sexiste et réactionnaire. Ce compte est rapidement devenu l’un des comptes le plus populaires sur l’Internet chinois. Les sujets traités sont en phase avec l’actualité, cependant, le ton personnel employé et l’attention aux détails différencient ces textes d’un article classique de journal et les rapprochent d’une sorte de très brève autobiographie.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Illustration n°9
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Illustration n°10
Légende (Ill. n°9) (Ill. n°10) Légende : publication de Docteur X X博士. Sur la page d’accueil, on peut lire un titre provoquant « Ton père, ta mère, ta grand-mère et ton grand-père sont tous plus stylés que toi ». Le titre se veut intrigant pour exploiter la curiosité du lecteur. À droite, l’incipit du texte est une brève présentation divertissante de l’histoire de la culture : « Quand on parle d’Histoire, les gens pensent à la partition du pays, à la guerre et aux annales historiques compliquées ou aux manuels ennuyeux. Ils ne voient pas le lien avec la vie quotidienne. Pourtant, il existe une discipline singulière dans la recherche historique que l'on appelle l'histoire de la culture et qui s’attache à décrire les activités culturelles populaires qui structurent les courants de pensée et les souvenirs collectifs. Vous n’imaginez pas le courage qu’il faut pour lancer la mode et le prix que les générations précédentes ont payé pour le faire. » Cet article traite du rapport entre la politique et l’habillement, et nous raconte, au travers de l’évolution des vêtements, l’histoire de la première ouverture de la Chine après la Révolution culturelle dans les années 1980.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1664/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yannan Wu, « Fusion et transformation des genres littéraires sur les médias sociaux en Chine », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1664 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1664

Haut de page

Auteur

Yannan Wu

Yannan WU est doctorante en littérature française à l’Université Paris III où elle prépare une thèse sur l’expérience de voir et de peindre chez Henri Michaux sous la direction de Jean-Michel Maulpoix. Elle est également traductrice ; elle a traduit en chinois des œuvres de Jules Supervielle, Raymond Queneau, Huber Haddad et Chloé Delaume.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search