Navigation – Plan du site

AccueilNuméros121. Nouveaux formats et métamorpho...« En un seul jour » : Win Lyovari...

1. Nouveaux formats et métamorphoses des genres littéraires d’Asie

« En un seul jour » : Win Lyovarin et les petites choses de la vie

Louise Pichard-Bertaux

Résumés

Cet article est centré sur l’ouvrage « หนึ่งวันเดียวกัน [nung wan diao kan] » de Win Lyaovarin publié en 2001. Graphiste, architecte, designer, Win est aussi écrivain et mêle textes et images, mots et visuels afin de fabriquer une écriture tout à fait originale et innovante. Ses mises en page déstructurent la linéarité habituelle des romans et nouvelles thaïes en dépoussiérant le genre d’un magistral coup de plume. Après une courte présentation de cet auteur prolifique, l’accent sera mis sur l’ouvrage nung wan diaw kan qui est sans doute l’un des livres le plus représentatif de son style. Les objets du quotidien, ceux que l’on utilise chaque jour comme ticket de bus, boîte à lettres ou répondeur, sont prétextes à de courts récits dans lesquels phrases et dessins ou photos se complètent et se répondent. Le génie créatif de Win est là porté à son paroxysme mais, au-delà de la performance, on s’interrogera sur la qualité littéraire du recueil.

Haut de page

Texte intégral

1Né en 1956 à Hat Yai dans le sud du pays, Win Lyovarin est le fils d’un chinois installé comme cordonnier. Elevé de façon traditionnelle, Win souffre de ses origines chinoises pendant son enfance. Malgré l’importante communauté chinoise installée à Hat Yai, il ressent un racisme latent et se sent exclu de la société thaïe. A 17 ans, il part pour Bangkok et intègre l’université Chulalongkorn en architecture. Il poursuit en parallèle une maîtrise de marketing à Thammasat. Il travaille ensuite dans un cabinet d’architecture à Singapour pendant trois ans puis part pour New Yorkoù il exerce la profession d’architecte d’intérieur et s’initie au graphisme sur ordinateur. En 1986, de retour à Bangkok, il entre dans une agence de publicité et commence à écrire des nouvelles publiées dans des revues.

Figure 1

Figure 1

Fig. 1. Win Lyovarin

2Ces expériences professionnelles liées au dessin et au graphisme vont influencer fortement son style littéraire, loin de la linéarité habituelle.

3Son premier recueil intitulé aphet kamsuan [Mauvais présages] est publié en 1994. Très vite, il acquiert une assez grande notoriété et en 1997, il reçoit le Southeast Asian Writers Award - prix littéraire décerné chaque année en alternance à un roman, un recueil de nouvelles et un recueil de poésie - pour un roman historico-politique « La démocratie sur des voies parallèles » et ce malgré de fortes critiques formulées par des historiens qui relèvent de nombreuses erreurs.

4En 1999, son recueil de nouvelles « Cette chose vivante que l’on appelle l’Humain » reçoit également le SEA Write. Avec Chart Korbjitti, Win Lyovarin est le seul auteur thaï à avoir reçu deux fois ce prix. Le fait qu’il lui soit décerné à seulement deux ans d’intervalle crée de nombreux remous sur la scène littéraire thaïe.

5Auteur urbain très en vue dans la société contemporaine bangkokienne, Win Lyovarin est un écrivain très connecté qui alimente et tient à jour un site web, utilise quotidiennement tweeter et publie de manière très prolifique sur sa page FaceBook.

Figure 2

Figure 2

Fig. 2 La page FaceBook de Win.

6Dès son premier recueil de nouvelles paru en 1994, Win Lyovarin explore et invente de nouvelles structures littéraires en utilisant notamment des procédés de mises en page très originaux.

7Ainsi, une des premières nouvelles du recueil intitulée lokiya nipphan [Plaisir sexuel-Nirvana] raconte en parallèle la vie d’une prostituée (blanc sur noir) et celle d’un bonze (noir sur blanc).

Figure 3

Figure 3

Fig. 3 lokiya nipphan

8Dans mueang khon bap [la ville des pécheurs] les courses d’un taxi dans Bangkok sont prétextes à des portraits de bangkokiens et à une critique sociale assez pertinente. Chaque course est présentée graphiquement de la même manière : plusieurs lignes en italiques indiquent l’itinéraire, l’heure, le prix et nombre et type de clients puis un dialogue entre les clients, ou parfois avec le chauffeur, permet à l’auteur de montrer les tendances, les intérêts et les travers de la société urbaine actuelle.

9L’exemple ci-dessous retrace un itinéraire emprunté par trois hommes portant moustache et cheveux longs ; qui discutent de musique et de filles entre le quartier de Phatphong, quartier réputé chaud de Bangkok et celui de Phayathai où se trouvent également de nombreuses boites de nuit et de massage.

Figure 4

Figure 4

Fig. 4 mueang khon bap

10Une autre nouvelle, pathanukrom chiwit chabap chon chan klang krungthep [Petit lexique à l’usage des Bangkokiens de la classe moyenne] est construite comme un dictionnaire : des entrées en gras sont suivies de définitions en italiques puis d’un texte qui se continue d’entrée en entrée formant ainsi la narration d’une journée d’un bangkokien de la classe moyenne.

11La page reproduite ci-dessous interroge les termes analgésique, radio ; Krungthep (Bangkok) et robot.

Figure 5

Figure 5

Fig. 5 pathanukrom chiwit chabap chon chan klang krungthep

12Le recueil nung wan diao kan [En un seul jour], dont il est plus particulièrement question dans cet article, est construit à partir d’objets du quotidien. Paru en 2001, il rassemble les nombreuses approches graphiques dont Win Lyovarin est passé maître. Les objets sont à la fois prétextes et supports du texte littéraire.

Figure 6

Figure 6

Fig. 6 nung wan diao kan

13Les cinquante-cinq nouvelles, en général publiées sur deux pages sauf trois qui occupent quatre pages, utilisent l’illustration de différentes façons : il peut s’agir d’une série d’images similaires, ou presque similaires, avec un court texte pour chaque dessin, d’une image unique illustrant un texte de longueur variable, d’une image décrite qui devient alors support de la narration ou encore d’une image mise en scène.

14Ces objets du quotidien permettent à l’auteur de développer plusieurs thèmes qui lui sont chers : la vie de tous les jours, et plus spécialement celle menée par les urbains, les relations entre les gens, le jeu social des apparences… Les tranches de vie que l’auteur met en scène sont autant de motifs pour dénoncer les travers de la société contemporaine thaïe.

15Les exemples ci-dessous donnent un aperçu de la construction des nouvelles et de leur contenu.

16Intitulée kulap [Rose] cette nouvelle construite sur une série d’images évoque le jeu de la marguerite « je t’aime, un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout » : à chaque pétale correspond un « j’aime » ou un « je n’aime pas ». Il s’agit d’un amoureux qui décrit ce qu’il aime et ce qu’il n’aime pas chez sa compagne. Le dernier pétale marque la chute : « je n’aime pas : elle est déjà mariée à un autre »

17Utilisant également une série d’images, la nouvelle khwam naj caj lang phuang rit [le cœur derrière la couronne] dénonce l’hypocrisie ou le manque de sentiment des participants à des funérailles. Autour du mort nommé Bun, les éloges, en noir au-dessus des illustrations, sont tempérés ou même contredits par les pensées réelles, en bleu sous les dessins. Ainsi, au-dessus de la première couronne, on peut lire « Khun Bun était quelqu’un de bien. je ne peux pas croire qu’il nous a quittés » et au dessous « Salopard de Bun. C’est pratique de mourir. Et les 20000 bahts que tu me dois, qui va me les rendre ? »

18Les tickets de bus de tua chiwit [ticket de la vie] rythment une journée d’une femme qui cherche du travail et doit s’occuper de son fils. Son itinéraire se lit à l’horizontale sur les deux pages et nous entraine dans plusieurs quartiers de Bangkok.

19Dans la nouvelle saban [résolution] un homme qui fait un trajet en première classe entre Hat yai au sud du pays et Bangkok est terrifié lorsque l’avion est pris dans une tempête. Il se jure que s’il s’en sort, il fera tout pour acquérir des mérites, se conduira bien et rompra avec sa maîtresse. Mais quand il atterrit sain et sauf quelques heures plus tard, son premier geste est d’appeler cette dernière pour aller la voir. Ici, un simple ticket d’embarquement illustre la nouvelle.

20Cette nouvelle lapidaire intitulée phap cing khong plueak [L’image vraie derrière l’apparence] est illustrée par un bigoudi qui symbolise l’importance de l’apparence dans une relation amoureuse. Le texte explique que : « Il s’est marié avec elle en raison de sa chevelure le jour ; il l’a quittée à cause de sa chevelure la nuit ». Tout est dit sur l’inconstance et la fragilité du lien marital !

21Dans cet exemple, l’illustration, un résultat de loterie, est une composante indispensable du texte. Plusieurs cases sont prétextes à raconter les vies transformées des gagnants. Le titre résume ces trajectoires : lek chiwit [le numéro de la vie]. Tous les numéros gagnants sont inscrits sur ce document et l’auteur donne des exemples de vies bouleversées. Celui par exemple qui a gagné 3 millions de Bahts et en fait une crise cardiaque, le chauffeur de tuk tuk qui a perçu cent mille Bahts et va pouvoir acheter un taxi, un autre gagnant de cent mille Bahts, instituteur, qui achète des livres pour son école. En plus des numéros gagnants, le document comporte les coordonnées d’un voyant qui pourra aider ceux qui n’ont pas gagné à trouver les bons numéros à un prochain tirage et la mention phrung ni ruai [riche demain] censée donner de l’espoir aux perdants. Dans la petite case en bas à droite, il est question d’un homme qui n’achète pas de billet, car il contrôle une loterie clandestine et gagne déjà cinq cent mille Bahts par mois.

22Ce dernier exemple, intitulé New York 9-11, exprime les pensées ou les discussions des employés dans les tours jumelles du World Center juste avant que les avions ne les percutent le 9 septembre 2001. Toutes les petites choses de la vie pensées ou dites perdent évidemment de leur sens lorsque l’on sait ce qui va arriver. Voici quelques phrases imaginées par Win Lyovarin :

« - J’ai deux tickets pour Broadway, tu veux venir avec moi ce soir ?
- J’ai pris du poids, il faut que je rentre à pied chez moi.
- Tu veux manger du durian ? Tu peux ! On trouve de tout à New York.
- Aujourd’hui je vais dire au patron que je veux un congé.
- Je me fiche que vos enfants soient malades. Hier vous n’êtes pas venu travailler.
- Je suis la plus heureuse du monde, je me marie demain. »

23Dans cet ouvrage, Win Lyovarin a volontairement repoussé les limites entre graphisme et littérature. Beaucoup moins superficiel qu’il n’y paraît au premier abord, le livre apprend beaucoup sur la perception de l’auteur de sa société et offre au lecteur un large panorama des travers du monde d’aujourd’hui. La construction sophistiquée et intelligente élaborée à partir des objets est liée à des contraintes graphiques que l’auteur s’impose et qui ne sont pas sans rappeler les contraintes du mouvement Oulipo. L’auteur joue avec le graphisme comme avec les textes et donne à lire un volume cohérent et passionnant. Certains textes s’apparentent plus à une forme de poésie libre qu’au genre classique de la nouvelle, mais l’ensemble conserve de grandes qualités littéraires.

24Je laisse à Win Lyovarin le soin de conclure en vous donnant lecture de son exergue construit à partir du titre du volume nung wan diao kan [En un seul jour] :

En un seul jour

En un seul jour

[Un seul jour a la même durée pour nous tous. Mais un seul jour de chacun d’entre nous n’a pas la même valeur. Cela dépend des objets que nous avons choisis et qui donnent du sens à un seul jour en l’ancrant un peu plus dans notre mémoire qu’un jour ordinaire.]

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Fig. 1. Win Lyovarin
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Figure 2
Légende Fig. 2 La page FaceBook de Win.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 3
Légende Fig. 3 lokiya nipphan
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 4
Légende Fig. 4 mueang khon bap
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Figure 5
Légende Fig. 5 pathanukrom chiwit chabap chon chan klang krungthep
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6
Légende Fig. 6 nung wan diao kan
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre kulap
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre khwam naj caj lang phuang rit
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre tua chiwit
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 616k
Titre saban
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre phap cing khong plueak
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre lek chiwit
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre New York 9-11
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre En un seul jour
Légende [Un seul jour a la même durée pour nous tous. Mais un seul jour de chacun d’entre nous n’a pas la même valeur. Cela dépend des objets que nous avons choisis et qui donnent du sens à un seul jour en l’ancrant un peu plus dans notre mémoire qu’un jour ordinaire.]
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1671/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Pichard-Bertaux, « « En un seul jour » : Win Lyovarin et les petites choses de la vie », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 16 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1671 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1671

Haut de page

Auteur

Louise Pichard-Bertaux

Louise Pichard Bertaux (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) est ingénieur de recherche au CNRS, affectée à l’IrAsia comme analyste de sources en langues d’Asie. Elle travaille notamment sur des corpus d’archives de chercheurs sur l'Asie du Sud-Est mais aussi sur la littérature contemporaine thaïe et sa traduction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search