Navigation – Plan du site

AccueilNuméros124. TraductionsLe prince de mes rêves

4. Traductions

Le prince de mes rêves

Une nouvelle de Zhu Yue 朱岳, le « Borges chinois »
Solange Cruveillé

Texte intégral

Zhu Yue 朱岳 : le « Borges chinois »

  • 1 Nous tenons à remercier chaleureusement Zhu Yue qui a répondu par mail à différentes questions et q (...)
  • 2 Zhu Yue 朱岳, Mengzhe yanjing de lüxingzhe 蒙着眼睛的旅行者. Beijing : Xinxing, 2006, 160 p. Réédition : Zhu (...)
  • 3 Zhu Yue 朱岳, Shuijiao dashi 睡觉大师. Beijing : Shenghuo, Dushu, Xinzhi, 2011, 204 p.
  • 4 Zhu Yue 朱岳, Shuobu zhi luan 说部之乱. Beijing : Beijing lianhe, 2015, 167 p.

1Zhu Yue 朱岳 est un auteur chinois contemporain d’origine mongole né en 1977 à Pékin1. Avocat de formation, il s'intéresse très tôt à la philosophie mais surtout à l’écriture. Il travaille aujourd’hui au sein de la maison d’édition Houlang 后浪. Parallèlement à son travail dans l’édition, il écrit des nouvelles de forme courte qu'il publie sous forme de recueils. Citons notamment les recueils Mengzhe yanjing de lüxingzhe 蒙着眼睛的旅行者 (Le voyageur à la vision trouble) publié en 20062, Shuijiao dashi 睡觉大师 (Les maîtres du sommeil) publié en 20113 et Shuobu zhi luan 说部之乱 (Chaos of Fiction) publié en 20154.

  • 5 Pour de plus amples informations sur l’œuvre et l’écriture de Zhu Yue, voir notre article « Da Xie (...)
  • 6 Zhu Yue 朱岳, Mengzhe yanjing de lüxingzhe 蒙着眼睛的旅行者, 2006, op.cit.
  • 7 Propos recueillis par mail le 19 août 2020. Texte original : « 其实我写的很多幻想小说是基于一种哲学上的思想实验,可以叫思想实验小说,通 (...)

2L'influence des auteurs étrangers sur la création de Zhu Yue est pleinement assumée (Edgar Poe, Richard Brautigan, Franz Kafka, Jorge Luis Borges, Ryunosuke Akutagawa, Yasunari Kawataba…) et il situe volontiers ses personnages dans un univers de type « occidental », avec des histoires qui semblent intemporelles autant qu’universelles5. Zhu Yue se fait parallèlement l’héritier des écrivains chinois du passé, tant par le style que par la forme, qui rappellent les zhiguai xiaoshuo 志怪小说 (« récits de l’étrange ») du premier millénaire de notre ère. S’il fait volontiers appel au registre tragique, sans pour autant se détourner de l’absurde et du comique, c’est surtout l’empreinte surréaliste et fantastique — au sens où l’entendait Todorov — qui caractérise sa plume. Le lecteur ne sort jamais indemne de la lecture de ses nouvelles, tantôt déconcertantes, tantôt dérangeantes, toujours surprenantes. Celui que son éditeur qualifie de « Borges chinois »6 est ainsi devenu l’un des représentants incontournables du courant surréaliste et fantastique chinois de l’époque contemporaine. La touche personnelle qu’il apporte au genre fantastique est indissociable de la philosophie. Dans une interview qu’il nous a accordée le 19 août 2020, il nous confie : « Bon nombre de mes récits fantastiques ont pour base une expérience de réflexion de type philosophique, on pourrait les qualifier de "récits d’expériences de pensée". Ce n’est qu’à travers un prisme de possibilités que nous pouvons percevoir les règles inapparentes de la réalité et ses caractéristiques mystérieuses. »7

  • 8 La nouvelle est publiée de nouveau dans le recueil Shuijiao dashi 睡觉大师, op.cit. p.170-178. C’est su (...)
  • 9 Propos recueillis par mail auprès de l’auteur le 19 août 2020. Texte original : « 我觉得做梦是生命最奇特的一种经历, (...)

3La nouvelle Mengzhong de wangzi 梦中的王子(Le prince de mes rêves) a été publiée en 2006 dans le recueil Mengzhe yanjing de lüxingzhe8. Le thème du rêve y est traité de façon originale, dans un registre à la fois comique et fantastique. Sous la plume de Zhu Yue, la frontière entre monde réel et monde onirique s’efface. Il explique que pour lui, rêver est une expérience empirique : « Je trouve que le fait de rêver est l’une des expériences les plus curieuses qu’il nous est donné de vivre. Cela nous révèle énormément de choses. L’expression "La vie est un rêve" est sans doute la plus simple et en même temps la plus profonde de ces révélations. Je garde souvent une expérience intuitive du monde onirique. »9 Cette vision semble partagée par les protagonistes de cette histoire… L’intrigue tourne autour d’une jeune bibliothécaire à la vie bien réglée qui doit affronter dans ses rêves un prince malintentionné. Elle se retrouve plongée nuit après nuit dans une sorte d’univers parallèle héréditaire qui l’emprisonne, comme il a emprisonné son père avant elle. Parviendra-t-elle à s’évader de ce monde onirique oppressant ? Et si, au-delà des rêves, c’était à son destin de fille solitaire et à son train-train quotidien qu’elle tentait d’échapper ?

Le prince de mes rêves

4De nos jours, le mot « prince » n'est plus qu’un terme symbolique : plus aucune jeune fille ne pense de façon sérieuse à ses connotations. Le sens littéral du mot « prince » est devenu imprécis, il a même fini par revêtir un sens caricatural négatif. Généralement, une intellectuelle n’utilise pas la formule « mon prince sur son cheval blanc » pour parler de quelqu’un, sauf à titre de plaisanterie, pour se tourner en dérision. C’est précisément pour cette raison que notre héroïne était perplexe face à ses rêves et qu’elle avait honte de les raconter. On pouvait parler dans son cas d’un « rêve ininterrompu » : en l’espace de quelques jours — une semaine environ — la jeune femme avait rêvé à plusieurs reprises d’un « prince ». Mais elle avait du mal à déterminer s’il s’agissait d’un seul et même prince ou bien de plusieurs, si c’était un prince des temps anciens ou bien de l’époque moderne, s’il venait d’Occident ou bien d’Orient, si c’était une projection de la réalité ou bien un simple personnage de contes pour enfants. En un mot, elle était un peu perdue. Mais après tout, il s’agissait d’un prince, et ce secret illusoire pouvait procurer somme toute un sentiment de bonheur.

5Notre héroïne avait un travail fixe : elle était employée à la bibliothèque nationale. C’était une profession stable, qui permettait de surcroît de cultiver la bonne habitude d’agir de façon ordonnée. Et c’est ainsi que chaque jour elle établissait un programme de travail, d’étude et de vie très précis. Elle allait rarement au cinéma, faisait rarement les boutiques, n’allait pas aux fêtes entre amis et refusait de sortir dîner avec des hommes peu éduqués. Comme elle aimait la lecture, elle lisait toutes sortes de livres, y compris sur la philosophie. Aussi, au fur et à mesure que les verres de ses lunettes s’étaient épaissis, elle était devenue une personne très cultivée. Elle aimait discuter avec les savants qui venaient emprunter des ouvrages, toujours sur des sujets très poussés, et son érudition laissait ses interlocuteurs sans voix. Elle envisageait secrètement d’écrire un livre, un livre dont le titre serait enregistré dans le catalogue de la bibliothèque. Par la suite, en découvrant qui en était l’auteur, ses collègues resteraient bouche bée et la surnommeraient la « Borges au féminin ». À chaque fois qu’elle pensait à cela, son visage s’illuminait.

  • 10 Essai publié en anglais, à New York, en 1979.

6Rien n’avait laissé présager la noble apparition du « prince ». Ce soir-là, allongée dans son lit, la future « Borges au féminin » parcourut trente pages de l’essai de Paul Ricœur Main Trends in Philosophy10, avant d’éteindre sa lampe de chevet à l’heure prévue. Elle rêva qu’elle se rendait à la piscine, un endroit qui lui paraissait très familier. Elle finit par comprendre qu’il s’agissait en réalité de sa maison. Elle sauta dans l’eau : elle nageait vite et pouvait sans souci rester un long moment au fond de l’eau sans respirer. C’est alors qu’une grande planche de couleur blanche arriva en se balançant à la surface de l’eau moirée. Elle nagea jusqu’à elle et découvrit qu’il s’agissait en réalité d’un homme, d’un prince. La planche commença à se débattre dans l’eau et à crier à l’aide. Elle contempla la scène, imperturbable, et ce n’est que lorsqu’il fut sur le point de se noyer qu’elle attrapa le prince sous le menton pour le ramener dans un endroit où l’eau était moins profonde. « Comment t’appelles-tu ? » lui demanda-t-il.
Elle ne répondit rien, mais elle semblait éprouver pour lui des sentiments subtils. « Je dois partir, je dois regagner mon royaume » dit le prince avant de sortir péniblement de l’eau. « Viens avec moi, deviens ma femme ! » Il se tenait debout sur les carreaux de céramique et l’appelait avec émotion. « Impossible. C’est chez moi ici, je ne peux pas partir ! » lui cria-t-elle en pleurant.

7Lorsque la Borges au féminin se réveilla, des gouttes étincelantes perlaient encore au coin de ses yeux. Elle pensait au départ se tourner vers les théories de Freud ou de Jung pour analyser son rêve, mais finalement elle se dit que leurs idées ne tenaient pas la route. « Y a-t-il une correspondance entre le langage des rêves et celui de la vie ordinaire ? Comment déterminer l’exactitude de l’interprétation de l’un par rapport à l’autre ? » Tout occupée à réfléchir à ces deux questions spécieuses, elle relégua le prince aux oubliettes. Elle se leva comme à son habitude, partit travailler, rentra du travail, s’installa pour lire. Et après avoir lu trente nouvelles pages de l’essai de Paul Ricœur, elle éteignit la lumière à la même heure que d’habitude et s’endormit.

8Elle arriva alors dans une ville inconnue où l’attendait le prince. Il n’était plus livide et sans énergie : en l’espace d’une seule journée, il était devenu un homme costaud et de haute stature qui arborait une grosse barbe rousse. Il lui tenait fermement la main et la forçait à venir avec lui pour commettre un vol. Ils pénétrèrent à pas feutrés dans un immeuble défraîchi et s’engouffrèrent dans un des appartements. L’endroit était humide et étouffant, et le plafond complètement décrépi. Tout était d’un blanc vieux et sale. Le prince s’empara du petit balcon, de la porte blindée verte et d’un vieux téléphone. Au moment de quitter l’immeuble, il démonta également un morceau de l’escalier en spirale, qu’il porta sur son épaule. Ils prirent la fuite et se retrouvèrent dans un endroit désert. Alors le prince retourna le balcon, installa la porte blindée, et construisit une grande pièce fermée en béton qu’il posa sur l’escalier en spirale. Puis il ouvrit la porte blindée et installa le combiné téléphonique.
« Voici notre citadelle. Elle n’appartient qu’à nous ! À nous deux ! » proclama-t-il d’une voix forte.
En entrant dans la citadelle, la Borges au féminin eut l’impression de suffoquer.
« Ce serait peut-être mieux si on ouvrait la fenêtre ? » dit-elle.
Elle eut à peine le temps de prononcer ces mots qu’elle entendit des coups de sifflet : des policiers avaient encerclé la citadelle. Mais plus de trace du prince : il avait filé en douce. Les policiers s’approchaient avec prudence.
« Comment faire ? Suis-je complice de tout cela ? Non ! J’ai simplement été prise en otage ! » se dit notre héroïne, anxieuse.
Le téléphone retentit. Elle porta le combiné à son oreille. La voix ferme du prince résonna : « Nous nous reverrons, ma chérie ! »

9Une fois réveillée, elle ne pensait plus qu’à se défaire de l’emprise de ce « prince ». Elle mit des lentilles de contact et accepta l’invitation à dîner d’un bon à rien. L’heure du coucher fut légèrement retardée, et elle ne toucha plus au texte philosophique de Paul Ricœur. Malgré tout, le prince lui apparut à nouveau en rêve. Cette fois, c’était terrifiant : il jouait aux cartes avec des hommes sans tête. La Borges au féminin s’inquiétait pour lui. Elle observa avec attention les joueurs, qui étaient tous habillés de la même façon : ils portaient une chemise de couleur rose avec des boutons dorés, ainsi qu’un pantalon couleur argent. Le prince perdit la partie : il n’eut d’autre choix que d’enlever sa tête et de la passer à l’un de ses camarades de jeu. L’homme posa la tête sur son cou, et prit alors l’apparence du prince. Et c’est ainsi que la tête changea de cou partie après partie, sans qu’on puisse savoir qui était finalement le véritable prince.
« En jouant avec moi-même, je ne suis jamais perdant ! Par contre, je me sens un peu seul… Jouons ensemble ! » dit soudain le prince en fixant les cartes à jouer.
Puis il redevint blême et mélancolique. C’est alors que le réveil sonna. Elle ouvrit les yeux : il faisait encore nuit. Elle caressa son gros réveille-matin en forme de hibou, le remerciant intérieurement pour son intervention vigoureuse et opportune.

10Puis elle alla rendre visite à son père. C’était son seul parent, un vieil alcoolique féru de mysticisme qui habitait dans un immeuble défraîchi. Elle lui expliqua qu’elle faisait un rêve continu.
Le vieil homme se mit à rire : « Ha ha ha ! »
« Pourquoi tu ris ? » demanda la Borges au féminin furieuse.
Le vieillard prit un air grave et dit : « C’est sûrement de famille ! »
« Comment ça “de famille”? » demanda-t-elle, perplexe.
« J’ai fait le même rêve à partir de mes vingt-huit ans. Je me trouvais dans un immense labyrinthe tout blanc. Tout ce que je voyais se ressemblait beaucoup, c’est la particularité d’un labyrinthe… J’avais cru comprendre qu’au centre du labyrinthe se trouvait un plan, et qu’en le trouvant, je pourrais sortir du labyrinthe. Mais je n’ai jamais réussi à atteindre le centre du labyrinthe. Je me suis dit que seul le plan pouvait me permettre d’atteindre le centre du labyrinthe, mais qu’il fallait absolument parvenir au centre du labyrinthe pour trouver le plan. Ce qui est paradoxal en soi… »
« Pourquoi je n’ai jamais entendu parler de cette histoire ? »
« Je vous l’ai dit plusieurs fois, mais ça ne vous a fait ni chaud ni froid. » Le vieil homme baissa la tête et réfléchit un moment.
« Et ensuite ? Tu as fini par trouver le plan ? »
« Je suis allé consulter un psy. Un psy au bord du burn-out. Il m’a prescrit un remède en disant qu’il suffisait de le prendre pour sortir du labyrinthe. À l’époque j’étais jeune et stupide, alors une fois à la maison, j’ai pris ce médicament… »
« Ça n’a pas marché ? » demanda la jeune femme en se levant pour lui verser une tasse de décoction désenivrante.
« Oh que si ! Le soir même, alors que je déambulais dans le labyrinthe, j’ai subitement entendu des bruits de bulldozer, et un contremaître m’a lancé : “On arrive !” Puis il a tourné la tête pour s’adresser à un gars ressemblant à un technicien : “Alors, ce plan ?” Le technicien a ouvert un porte-documents et a fouillé dedans pendant des heures avant de déclarer avec assurance : “On l’a perdu !” J’ai lancé un œil inquiet au contremaître. Il m’a dit de ne pas stresser, puis il a agité sa grande main et a crié : “On démolit tout !” Alors le bulldozer et les ouvriers du bâtiment se sont mis à l’œuvre. Le contremaître et le technicien donnaient leurs ordres en criant. Ils y mettaient plein d’ardeur ! Le labyrinthe fut détruit en un rien de temps. »
Le vieil homme, qui n’avait pas touché à sa tisane, se resservit un verre d’alcool fort.
« Alors du coup le problème a été réglé ? »
« On peut dire ça, mais on peut dire aussi que c’est devenu pire. Après ça, chaque nuit, je rêvais que je me trouvais dans un champ de ruines. Peu importe où j’allais, je ne trouvais que des tas de rochers blancs brisés. C’est toujours le cas aujourd’hui. Certains disent qu’en fait je suis le roi qui règne sur ces ruines blanches. »
Le vieillard sonda sa fille du regard, comme s’il attendait de sa part quelque approbation.

11Sur le chemin du retour, la jeune femme ne put s’empêcher de repenser à l’époque où sa mère était encore de ce monde et aux bons moments qu’ils avaient passés tous les trois dans les régions montagneuses. Même si la vie à l’époque était loin d’être aisée, c’était le temps de l’insouciance. « Si seulement maman était encore là… J’aimerais tellement lui parler… » Elle se sentait triste. La lumière des néons se reflétait dans les flaques d’eau, où sa silhouette frêle oscillait doucement.

12C’est remplie de chagrin qu’elle plongea dans le monde des songes. Une fois endormie, son humeur changea du tout au tout. Elle aperçut le prince qui était en train de se battre avec une créature gigantesque enveloppée d’un épais brouillard, de sorte qu’on ne distinguait pas vraiment ses traits. Le prince était redevenu un imposant gaillard à la barbe rousse et brandissait une arme on ne peut plus étrange. Notre héroïne, furieuse, ramassa des pierres pour les lancer sur la créature. Mais alors que le combat battait son plein, le prince s’arrêta brusquement, se tourna vers elle et lui dit : « Il y a un bar pas loin, c’est pas mal comme endroit. On y va ? » Elle opina du chef et ils partirent tous les deux. Ils entendirent alors la bête les interpeler : « Je veux y aller moi aussi » dit-elle d’une voix naïve et sincère.
« Oh… Pas aujourd’hui mon vieux. Tu veux tenir la chandelle ? » rétorqua le prince en riant.
C’étaient apparemment des amis très proches.
« Ah… Oui… Où avais-je la tête ! » répondit la bête dans un éclat de rire franc et généreux.
Ce n’est pas au bar qu’ils se rendirent finalement, mais sur un champ de ruines blanches.
« Quel est cet endroit ? » demanda la Borges au féminin.
« C’est le royaume de ton père. Et toi, tu es la princesse. Chaque monde imaginaire a ses propriétaires. J’entends par "propriétaires" les personnes qui sont affectées à un univers de songes en particulier tout au long de l’année, ce n’est pas comme les autres personnes qui naviguent incessamment d’un rêve à un autre… »
Il lui prit la main et poursuivit : « Tu vas bientôt hériter du trône et devenir la reine de ce royaume des rêves en ruine. »
Elle se dégagea avec force de son étreinte pour prendre la fuite, mais le champ de ruines blanc s’étendait à l’infini.

13Elle accepta une nouvelle fois de sortir avec le bon à rien. Ils allèrent voir un film de bas étage sans aucun intérêt. Dans la salle obscure, elle l’entendit soudain ronfler. Elle le réveilla.
« J’ai fait un de ces rêves ! » dit-il.
« Chut ! » rétorqua-t-elle en posant son index sur ses lèvres, tandis que les spectateurs de la rangée leur jetaient des regards désapprobateurs.
À la fin de la séance, elle lui demanda quel rêve il avait fait. Il essaya de se rappeler et dit : « Un homme bizarrement vêtu m’a provoqué en duel. J’ai accepté et on a fixé une date. Il m’a traité de démon. Et puis un vieux est arrivé. Il ressemblait beaucoup à l’un de mes profs de fac. Il m’a emmené dans un champ de ruines tout blanc et m’a supplié de partir d’ici avec sa fille. Je lui ai demandé où était sa fille, et là… tu m’as réveillé. »
« Quel genre de livre est-ce que tu lis d’habitude ? » demanda la Borges au féminin avec empressement.
L’homme leva la tête vers le ciel étoilé comme pour changer de sujet, mais il finit par prendre son courage à deux mains et répondit : « J’aime les livres qui parlent de physique. En fait, beaucoup de gens me surnomment le “Marie Curie au masculin”. »
« Le “Marie Curie au masculin” ? Vraiment étrange comme surnom ! » commenta-t-elle en ne pouvant s’empêcher de rire.
Il rit aussi. Et c’est ainsi que la Borges au féminin et le Marie Curie au masculin, main dans la main, se mirent à discuter de toutes sortes de sujets de physique. Même s’ils ne parvinrent pas à un consensus sur le concept de complémentarité de Niels Bohr, leur conversation fut fort agréable.

  • 11 Traduction littérale. Nous avons gardé le même terme qu’en chinois, c’est-à-dire « empereur » (et n (...)

14Le prince était occupé à écrire quelque chose, appuyé sur une table dans un sous-sol obscur. Elle s’approcha pour jeter un coup d’œil : il était en train d’écrire une lettre au roi de France et à l’Empereur de Prusse11.
« Je leur demande d’envoyer leurs troupes pour éliminer un ennemi terrible, l’ennemi de l’Empire ! » dit le prince tout en rédigeant sa lettre.
Elle s’assit dans un coin et resta silencieuse.
« Est-ce que tu aimes Nietzsche ? » demanda-t-il soudainement.
« Oui ! » répondit-elle.
Il se leva et se tourna vers elle : alors elle découvrit, stupéfaite, que l’homme qui se trouvait devant elle était Nietzsche.
« Tu m’apprécies vraiment, Mademoiselle ? » lui demanda-t-il.
Elle était terrifiée. Puis l’homme reprit l’apparence du prince : il avait le teint livide et ne portait plus de barbe.
« Je vais d’abord me venger, déclara-t-il d’un ton indolent, et après j’irai me battre en duel. »

15À présent, la Borges au féminin ne pensait plus qu’à son Marie Curie au masculin. Elle emprunta exprès à la bibliothèque plusieurs livres sur l’art du duel. Au crépuscule, alors qu’ils se promenaient sur la grande place, elle lui passa les livres et le pria avec insistance de les lire attentivement. Il parut d’abord déconcerté, mais, stimulé par quelque enchantement, il accepta les livres solennellement et déclara qu’il veillerait toute la nuit pour les décortiquer.
Après avoir pris congé de lui, elle alla de nouveau affronter le prince de ses rêves, qu’elle trouva en train d’aiguiser une faucille, le visage dégoulinant de sueur.
« Pourquoi tu aiguises cette faucille ? »
« Je dois aller chez mon oncle pour reprendre ce qui appartient à mon père, le roi ! » répondit-il d’un ton déterminé.
« Reprendre quoi ? »
« Un bulldozer. »
« Pourquoi ton oncle a-t-il pris cet engin à ton père ? »
« Parce que… Parce que j’ai volé le balcon, la porte blindée et le téléphone de mon oncle. »
« Ah c’est donc ça… »
« Mon père, le roi, a utilisé ce bulldozer pour porter secours à ton père. À l’époque, ton père était enfermé dans son labyrinthe, il n’arrivait plus à en sortir. C’est à ce moment-là que nos fiançailles ont été conclues. »
Le prince posa la faucille et emmena la Borges au féminin dans une immense librairie. Il s’empara d’un livre intitulé Anthologie des contes classiques pour enfants et le brandit en l’air en déclarant : « Toute mon histoire est là : j’ai épousé princesse sur princesse, y compris des filles misérables, mais très chanceuses ! Au final, elles ont toutes eu une vie heureuse. Demain, je vais me battre en duel avec ce démon et je vais le tuer. Et après, nous nous marierons, et nous régnerons ensemble sur ces vastes étendues de ruines blanches ! »
La Borges au féminin se réveilla fort inquiète.

16Le soir suivant, sous la bruine, elle retrouva son Marie Curie au masculin. Ils bavardèrent en arpentant les rues de la ville qui plongeait peu à peu dans le calme. Ils arrivèrent au pied de la résidence où la Borges au féminin louait un appartement.
« Hier, j’ai rêvé que j’étais assis au bord d’une piscine dans laquelle il y avait plein de cygnes blancs » dit-il.
Elle fixa son regard plein d’affection. « Tu vas gagner, c’est sûr ! » dit-elle en lui donnant un baiser furtif, avant de regagner en courant sa résidence.
Le Marie Curie au masculin resta un moment debout sous la pluie, l’air interdit, avant de rentrer chez lui, plongé dans un vertige heureux. Il s’endormit rapidement.
Avant de se coucher, elle lut un bref chapitre des Œuvres d’Einstein consacré au « Paradoxe d’Ehrenfest ». C’était sa façon à elle de prier Einstein de bénir et de protéger son Marie Curie au masculin.

17Le prince entra dans le complexe aquatique au volant d’un bulldozer tonitruant, avec à la main sa grande faucille étincelante. Elle nageait dans la piscine en fendant l’eau avec ses palmes : elle avait l’impression d’être un canard.
« Le démon t’a ensorcelée ! Je viens te sauver ! » lui cria le prince.
Le « démon » fit son entrée : c’était un jeune homme simple et loyal, qui tenait à la main un exemplaire de l’Horizon astronomique de Sir James Jeans.
« Pourquoi n’as-tu pas lu les manuels sur les duels que je t’ai passés ? » lui demanda-t-elle nerveusement.
« Rassure-toi ! Je les ai lus ! Deux fois même ! » répondit le démon loyal avec sérieux.
C’est alors que le prince brandit sa faucille pour l’abattre sur le démon, qui esquiva l’attaque avec agilité. Le prince revint à l’assaut, mais comme il s’était élancé trop violemment, il glissa et chuta. Le démon en profita pour s’emparer de la faucille et la jeter dans l’eau. Comme le prince ne savait pas nager, il se contenta de regarder son arme tombée à l’eau, sans savoir quoi faire. Le démon se rapprochait pas à pas. Le prince haussa les épaules : « Apparemment, la force de la science m’a vaincu ! » Puis il se releva, remonta sur son bulldozer en secouant la tête, et quitta les lieux dans un bruit assourdissant.

18En se réveillant, la Borges au féminin se sentit incroyablement détendue. Elle décida d’emmener durant le weekend son Marie Curie au masculin chez son père alcoolique. Dès lors, elle mena une vie véritablement heureuse.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier chaleureusement Zhu Yue qui a répondu par mail à différentes questions et qui a partagé avec nous son expérience de l’écriture et son approche de la littérature.

2 Zhu Yue 朱岳, Mengzhe yanjing de lüxingzhe 蒙着眼睛的旅行者. Beijing : Xinxing, 2006, 160 p. Réédition : Zhu Yue 朱岳, Mengzhe yanjing de lüxingzhe 蒙着眼睛的旅行者. Beijing : Beijing lianhe, 2016, 362 p.

3 Zhu Yue 朱岳, Shuijiao dashi 睡觉大师. Beijing : Shenghuo, Dushu, Xinzhi, 2011, 204 p.

4 Zhu Yue 朱岳, Shuobu zhi luan 说部之乱. Beijing : Beijing lianhe, 2015, 167 p.

5 Pour de plus amples informations sur l’œuvre et l’écriture de Zhu Yue, voir notre article « Da Xie 大解, Zhu Yue 朱岳, Can Xue 残雪 », publié dans la revue Impressions d’Extrême-Orient n°8, décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1006

6 Zhu Yue 朱岳, Mengzhe yanjing de lüxingzhe 蒙着眼睛的旅行者, 2006, op.cit.

7 Propos recueillis par mail le 19 août 2020. Texte original : « 其实我写的很多幻想小说是基于一种哲学上的思想实验,可以叫思想实验小说,通过各种可能性的展现,我们才会发觉现实潜存的一些规则,以及神秘性。»

8 La nouvelle est publiée de nouveau dans le recueil Shuijiao dashi 睡觉大师, op.cit. p.170-178. C’est sur cette version que nous nous sommes basés pour notre traduction.

9 Propos recueillis par mail auprès de l’auteur le 19 août 2020. Texte original : « 我觉得做梦是生命最奇特的一种经历,能给人很多启示,“人生如梦”可能就是最朴素又最深刻的一个启示。我经常通过梦境获得某种直觉体验。» 

10 Essai publié en anglais, à New York, en 1979.

11 Traduction littérale. Nous avons gardé le même terme qu’en chinois, c’est-à-dire « empereur » (et non « roi »).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/1674/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Cruveillé, « Le prince de mes rêves », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 12 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 28 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1674 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1674

Haut de page

Auteur

Solange Cruveillé

Maîtresse de conférences à l’Université Paul-Valéry-Montpellier III, Membre de l’équipe de recherche ReSO (Recherche sur les Suds et les Orients) et membre associée de l’IRIEC (UPV) et de l’IrAsia. Traductrice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search