Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Garde toi de te croire supérieur

Garde toi de te croire supérieur

« Liu Dongshan » 劉東山 de Song Maocheng 宋懋澄 (1570-1622)
Pierre Kaser

Texte intégral

Présentation

  • 1 Voir Jacques Dars in André Lévy (dir.), Inventaire analytique et critique du conte chinois en langu (...)
  • 2 Voir notre traduction in Impressions d’Extrême-Orient : « La vie de Colosse de Qinhuai », Impressio (...)
  • 3 Nous nous sommes basés sur le texte qui ouvre le juan 2 du Jiuyue bieji 別集 (pages 1A-4A) d’une édit (...)

1Source très probable du conte en langue vulgaire que Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644) publia en 1628 dans le premier de ses Pai’an jingqi 拍案驚奇 (Frapper sur la table en s’écriant « Extraordinaire ! ») dont on va pouvoir lire une traduction dans ce numéro d’Impressions d’Extrême-Orient1 et, directement ou indirectement, de la version très personnelle qu’en donna Li Yu 李漁 (1611-1680) avec son « Qinhuai Jian’er zhuan » 秦淮健兒傳 (Biographie de Colosse de Qinhuai)2, le « Liu Dongshan » 劉東山 que Song Maocheng 宋懋澄 (1570-1622) inséra dans son Jiuyue ji 九籥集 en 1616 mérite également une traduction 3. Elle fournira aux non-sinisants un objet de comparaison pour évaluer la manière dont Ling Mengchu sut mettre en valeur un patrimoine littéraire uniquement destiné à des lettrés capables de goûter la subtile rudesse de la narration en langue classique. Certes la traduction rendra la comparaison moins précise que la confrontation des textes sources, il n’empêche qu’on voit clairement ce que l’un emprunte à l’autre, et là où il ajoute sa patte. Comme on le découvre à la fin de ce texte bref, Song Maocheng tiendrait l’histoire d’un certain sima Wang de Langya qui lui en aurait fait la narration. Histoire vraie ? Pure fiction ? Réalité améliorée ? La question reste posée. Il n’en reste pas moins que Song l’a placée dans un rubrique intitulée bai 稗, qui la distingue plus comme une « fiction » qu’une « biographie » (zhuan 傳). Quoi qu’il en soit, reste le plaisir de la lecture, qui incitera, nous n’en doutons pas, à découvrir les avatars de cette curieuse et percutante leçon de vie, invitant chacun à ne pas se croire plus fort qu’il ne l’est vraiment.

Liu Dongshan

  • 4 Shizong 世宗 : Nom de « temple » du onzième empereur de la dynastie Ming 明qui régna de 1521 à 1567 pe (...)
  • 5 Hejian 河間 et Jiaohe 交河 : localités du Hebei se trouvant à moins d’une centaine de kilomètres de Bao (...)
  • 6 Liangxiang 良鄉et Maoxian 鄚縣 : localités se trouvant au sud de la Capitale

2Pendant le règne de l’empereur Shizong4, Liu Dongshan, qui résidait dans la sous-préfecture de Jiaohe dépendante de la préfecture de Hejian5, avait occupé un poste de policier dans la région de la capitale. Jamais ses flèches ne manquaient leur cible, aussi s’était-il lui-même donné le sobriquet de « La mitraille ». Mais quand il entra dans la trentaine, sa fonction lui pesa. À la fin de l’année, il avait conduit plusieurs chevaux et ânes à la capitale pour les y revendre, transaction qui lui avait procuré une belle somme. Son affaire conclue, il s’était rendu à la porte Shuncheng pour y louer une mule, et, en rentrant dans son auberge, il avait rencontré un proche qui était également de passage à la capitale. « Il se trouve qu’en ce moment dans les environs de Liangxiang et de Maoxian6 sévissent des bandes de brigands, il n’est guère prudent que, toi qui transporte une telle somme, se déplace seul. » La mise en garde mit Dongshan hors de lui. Levant la main droite pouce tendu, il éclata de rire : « Cela fait une bonne vingtaine d’années que je bande mon arc et capture les brigands à tout va ; ce n’est pas maintenant que j’ai tourné la page que ma renommée va pâlir ! » Particulièrement embarrassé d’avoir parlé sans réfléchir, l’homme prit congé poliment.
Le lendemain, Dongshan enroula ses lingots autour de sa taille, enfourcha une mule puissante, glissa son arc sur son épaule et fourra une bonne vingtaine de flèches dans son carquois. Il n’était pas encore arrivé à Liangxiang qu’un cavalier chevauchait à vive allure en direction du sud. Lorsqu’il arriva à son niveau, il tira sur les rênes de sa monture. C’était un jeune homme de bonne mine qui devait avoir dans les vingt ans.

Il portait beau : une pèlerine jaune, un chapeau de feutre, un arc imposant, un court coutelas et un carquois avec des dizaines de flèches flambant neuves. Son cheval blanc se meut avec légèreté, ses naseaux soufflent à chaque sollicitation des rênes.

  • 7 Linzi 臨淄 : localité du Shandong à quelque 125 km à l’est de Jinan sa capitale provinciale.
  • 8 Zhuozhou 涿州 : ville du Hebei située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale
  • 9 Xiongxian 雄縣 : localité du Hebei se trouvant à moins de 100 km au sud de Zhuozhou.

3Lorsqu’il porta son regard sur lui, le jeune homme le salua les mains jointes : « Voyager est bien téméraire. Puis-je vous prier de me révéler votre nom ? » Passé cette prise de contact, le jeune se présenta : « Je descends d’une famille honorable et m’étais rendu à la capitale pour y commercer ces trois dernières années. Je m’en retourne à Linzi7 où je vais prendre épouse. C’est ma bonne fortune qui m’a fait croiser votre chemin. Nous pourrons faire route commune jusqu’à Hejian avant de nous séparer. » Constatant qu’il portait à la taille une forte somme d’argent, et que, qui plus est, avait d’excellentes manières et semblait très alerte, Dongshan se dit qu’il se sentirait moins seul en sa compagnie, aussi, le soir même, ils s’arrêtèrent à la même auberge.
Le lendemain, alors qu’ils quittaient Zhuozhou8, le jeune homme interrogea : « Pendant sa vie, combien de brigands mon Aîné a-t-il arrêtés ? » Pensant qu’il serait facile d’en faire accroire à un jeune freluquet, Dongshan montra dans ces propos toute la condescendance qu’il éprouvait pour ceux qui font profession de brigandage. Après avoir bavasser un bon moment, le jeune homme emprunta à son compagnon de voyage son arc qu’il se mit à manipuler comme s’il avait en mains un simple ruban de cuir. Dongshan en fut stupéfait et il emprunta l’arc de l’autre qui pesait bien vingt livres. Même en déployant toute sa force à en avoir le visage rougi, il ne put lui faire prendre la forme de la lune nouvelle, ce qui l’étonna au plus haut point. « Vos pouvoirs doivent être surhumains ! — Je n’ai aucun pouvoir surhumain, c’est juste que votre arc est trop souple. » Cette réponse tira à Dongshan un soupir admiratif, mais le jeune homme se montra encore plus modeste et respectueux.
Le lendemain, alors que le soleil commençait à descendre à l’horizon, et qu’ils approchaient de Xiongxian9, le jeune homme donna soudain un coup de cravache à son cheval lequel se mit à galoper tant et si bien qu’ils disparurent — Dongshan commença alors à s’inquiéter ! Il se dit : « Si jamais il a de mauvaises intentions, et que je doive l’affronter, c’est sûr que je vais y laisser ma peau ! » Le temps pour lui de parcourir un relais ou deux, il aperçut, se tenant à plus de cent pas de distance, le jeune homme. Celui-ci avait bandé son arc et se tenait prêt à décocher une flèche. Il s’adressa à lui en ces termes : « Tu m’as bien fait savoir à plusieurs reprises que tu n’avais pas de rival, et bien, veuille bien entendre le sifflement de ma flèche ! » Il n’avait pas fini de parler que déjà sifflaient aux oreilles de Dongshan comme des chants d’oiseaux qui auraient voleté dans toutes les directions. « Alors tu commences à comprendre, dit le jeune homme qui avait bandé à nouveau son arc. Laisse-moi t’emprunter cette ceinture qui pèse à ta taille. » Dongshan descendit de sa mule, se défit de sa précieuse ceinture et avança à genoux en direction du cheval devant lequel il s’inclina pour implorer d’avoir la vie sauve. Le jeune homme prit l’argent, et cria : « File ! Ton père a à faire et n’a pas de temps à perdre à voyager avec son fils ! » Il fit faire demi-tour à son cheval et fila vers le nord — bientôt, on ne vit plus qu’un nuage de poussière jaune. Dongshan, en prise au désespoir, se battit la poitrine et rentra à Jiaohe les mains vides. Il réunit tout ce qu’il lui restait, et, en compagnie de son épouse, il alla ouvrir une taverne dans un faubourg. Dès lors, il ne mit plus jamais la main sur un arc et se garda bien de faire état de sa mésaventure.

  • 10 Renqiu 任丘 : localité du Hebei se trouvant à une trentaine de kilomètres au nord de Hejian (voir not (...)

4Trois ans s’écoulèrent. Un jour d’hiver, un groupe de onze valeureux guerriers se présenta, chacun d’entre eux monté sur un fier destrier, portant des tenues courtes, arborant arcs et flèches, dagues et sabres. Ils venaient, à l’occasion d’une étape, se restaurer et boire. L’un d’entre eux bien que très jeune encore, faisait bien dans les sept pieds de haut. Tenant la bride de son cheval et paré de toutes ses armes, il s’adressa à la bande : « Moi, le Dix-huitième, je vais aller m’installer en face. — Nous viendrons prochainement vous rendre visite », acquiescèrent les autres. Lui parti, les dix gaillards s’installèrent à boire de l’alcool et, en un rien de temps, ils avaient vidé sept ou huit jarres d’alcool et avalé plusieurs dizaines de livres de toutes sortes de viandes — poulet, cochon, bœuf, agneau. Aussi sortirent-ils de leurs besaces des pattes de cerf, des oies sauvages, des lièvres rôtis, et bien d’autres mets délicats, et invitèrent le patron à se joindre à leurs agapes.
À peine Dongshan venait-il de prendre place, qu’il découvrit que l’homme assis côté nord, à main gauche, n’était autre que ce jeune homme dont il avait naguère croisé la route. Il en conçut une vive inquiétude, se disant qu’au regard de l’état de ses finances, il ne serait pas en mesure de satisfaire ses exigences. Aussi se garda-t-il bien de lever son regard de sa coupe et de proférer le moindre son. Lorsqu’on lui faisait l’honneur de l’inviter à boire, il restait assis, jusqu’à ce que le jeune homme retire son chapeau et lance d’une voix tonitruante : « Comment allez-vous depuis notre séparation ? J’ai, pour ma part, beaucoup pensé à vous. » Dongshan en resta coi et tomba à genoux. « Allons, pas de ça entre nous ! lui dit l’autre tout en le relevant. Tout cela vient de ce qu’à l’époque alors que nous nous trouvions à la porte Shuncheng, mes frères et moi, nous vous avions entendu vous vanter sans retenue et qu’ils m’ont prié de vous jouer un tour pour vous rabattre le caquet… mais aujourd’hui, c’est au décuple que nous allons vous rembourser. Il n’en reste pas moins que je n’ai pas tenu parole de faire route commune jusqu’à Hejian ; en songe, j’ai souhaité de chevaucher de concert avec vous sur les routes de Renqiu10. » Ceci dit, il déposa sur la table mille taels et le pria d’en prendre possession. Dongshan avait l’impression d’être plongé dans un rêve ou d’avoir trop bu ; il aurait aimé refuser, mais n’en eut pas l’audace. Lui et sa femme acceptèrent le cadeau qu’ils mirent en sécurité avant de s’affairer à régaler leurs hôtes qu’ils prièrent de s’installer pour quelques jours. « Il nous faut l’accord de Dix-huitième », répondirent-ils en chœur avant de traverser la rue pour prendre son avis. « Quand vous aurez bu tout votre sou, contentez-vous de dormir, et n’allez pas mettre votre hôte dans l’embarras. Si j’entends parler du moindre esclandre, mon couteau s’abreuvera de sang ! » Les dix hommes s’en retournèrent donc chez Dongshan où ils firent ripailles, non sans avoir fait apporter à Dix-huitième de quoi boire et manger en toute quiétude. De fait, il engouffra autant que cinq hommes ! Qui plus est, il sortit de son paquetage une poêle en argent et se fit cuire des galettes qu’il dégusta. Au creux de la nuit, il sortit pour ne rentrer qu’au petit matin. Il ne mit pas le pied chez Dongshan, ni ne se mêla aux plaisanteries de ses dix compagnons. « Mais qui donc est ce Dix-huitième ? », demanda discrètement Dongshan. Tous éclatèrent d’un grand rire bruyant, pour répondre en psalmodiant :

  • 11 La solution à cette devinette est fournie par Ling Mengchu dans son adaptation (voir supra, note 1) (...)

Quand verdissent les saules et fleurissent les pêchers,
Personne ne sait d’où souffle le vent printanier.11

  • 12 Avant de devenir un nom de famille, sima 司馬 désigne une fonction (lit. « maître des chevaux ») et s (...)

5Le troisième jour, toute la troupe s’en alla.
J’ai naguère entendu le sima Wang de Langya12 raconter lui-même cette histoire.

Haut de page

Notes

1 Voir Jacques Dars in André Lévy (dir.), Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Paris : Collège de France - Institut des hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises », Vol. VIII-3, 1981, pp. 824-829 : « Le hâbleur humilié ». Le conte a été traduit en anglais par Yang Shuhui et Yang Yuqing dans Ling Mengchu, Slapping the Table in Amazement. A Ming Dynasty Story Collection. Seattle – Londres : University of Washington Press, 2018, pp. 65-78 : « Liu Dongshan Brags about His Prowess at the City Gate, Eighteenth Brother Leaves His Mark in the Village Tavern ». Antérieurement, Yang Xianyi et Gladys Yang en avaient proposé une traduction moins précise dans leur The Courtesan’s Jewel Box. Chinese Stories of the Xth-XVIIth Centuries. Beijing : Foreign Languages Press, 1981, pp. 432-445 : « The Story of a Braggart ». On trouvera une nouvelle traduction du conte principal dans ce même numéro d’Impressions d’Extrême-Orient : Samarcande Nasser, « Liu Dongshan, le fanfaron humilié », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 13 | 2021 à l’URL : http://journals.openedition.org/ideo/2025

2 Voir notre traduction in Impressions d’Extrême-Orient : « La vie de Colosse de Qinhuai », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 13 | 2021, à l’URL : http://journals.openedition.org/ideo/1993

3 Nous nous sommes basés sur le texte qui ouvre le juan 2 du Jiuyue bieji 別集 (pages 1A-4A) d’une édition conservée à la bibliothèque de l’Université de Beijing, accessible en ligne à partir de l’URL : https://tinyurl.com/57b97j8p (Voir document fourni en annexe). Postérieure à la disparition de Song Maocheng, elle revendique l’intervention de Wu Weiye 吳偉業 (1609-1671), dont on sait par ailleurs qu’il était en bons termes avec les fils de Song. Voir Feng Qiyong 馮其庸, Ye Junyuan 葉君遠, Wu Weiye nianpu 吳梅村年譜. Nanjing : Jiangsu guji, 1990, p. 100 et 108. On peut aussi consulter en ligne une version en caractères simplifiées, annotée et traduite en chinois moderne, à l’URL : https://baike.baidu.com/item/刘东/1164280

4 Shizong 世宗 : Nom de « temple » du onzième empereur de la dynastie Ming 明qui régna de 1521 à 1567 pendant l’ère impériale Jiajing 嘉靖.

5 Hejian 河間 et Jiaohe 交河 : localités du Hebei se trouvant à moins d’une centaine de kilomètres de Baoding.

6 Liangxiang 良鄉et Maoxian 鄚縣 : localités se trouvant au sud de la Capitale

7 Linzi 臨淄 : localité du Shandong à quelque 125 km à l’est de Jinan sa capitale provinciale.

8 Zhuozhou 涿州 : ville du Hebei située à une centaine de kilomètres au sud de la capitale

9 Xiongxian 雄縣 : localité du Hebei se trouvant à moins de 100 km au sud de Zhuozhou.

10 Renqiu 任丘 : localité du Hebei se trouvant à une trentaine de kilomètres au nord de Hejian (voir note 5)

11 La solution à cette devinette est fournie par Ling Mengchu dans son adaptation (voir supra, note 1). Elle permet de reconstituer le caractère li 李 (prunier) qui est un patronyme fort courant.

12 Avant de devenir un nom de famille, sima 司馬 désigne une fonction (lit. « maître des chevaux ») et servira, à différentes époques, pour des fonctions militaires, voire même de Ministre de la guerre. Il n’en reste pas moins que nous n’avons pas encore identifié ce sima Wang 王 de Langya 琅琊 (localité du sud du Shandong).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kaser, « Garde toi de te croire supérieur »Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 19 décembre 2021, consulté le 22 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1985 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.1985

Haut de page

Auteur

Pierre Kaser

Pierre Kaser (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) est professeur de langue et littératures chinoises classiques au Département d’Études Asiatiques de l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’Institut de Recherches Asiatiques (UMR 7306, IrAsia), directeur de l’axe « Littératures d’Asie et Traduction », et responsable de la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient. Il est également traducteur de littérature chinoise ancienne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search