Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Liu Dongshan, le fanfaron humilié

Liu Dongshan, le fanfaron humilié

Traduction du conte principal du troisième récit du premier recueil des Pai’an jingqi 拍案驚奇 de Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644)
Samarcande Nasser

Texte intégral

Le Liu Dongshan de Ling Mengchu

  • 1 Voir Pierre Kaser, « Garde toi de te croire supérieur », Impressions d’Extrême-Orient En ligne], 13 (...)
  • 2 Au moins depuis la publication en 1970 dans feue la collection « Connaissance de l’Orient » de L’Am (...)
  • 3 En plus de ses traductions, on gagnera beaucoup à lire l’étude magistrale qu’André Lévy consacra au (...)
  • 4 Jacques Dars, « Le hâbleur humilié », in André Lévy et autres, Inventaire analytique et critique du (...)

1On peut lire dans ce numéro d’Impressions d’Extrême-Orient consacré au thème « Maître(s) et disciple(s) dans les littératures d’Asie », la traduction de la source méconnue que Ling Mengchu 凌濛初 (1580-1644) utilisa pour le troisième conte du premier des deux recueils de contes en langue vulgaire qu’il publia, respectivement en 1628 et en 1632 ou 1633, sous le titre aguicheur de Frapper sur la table en s’exclamant « Extraordinaire ! », Pai’an jingqi 拍案驚奇 1. Si l’auteur de cette source oubliée, Song Maocheng 宋懋澄, lui était encore un parfait inconnu, l’amateur français de roman chinois ancien connaît bien2 les écrits de celui qui profita de l’engouement créé à Suzhou 蘇州 par les collections mises en vente par Feng Menglong 馮夢龍 (1574-1646), pour offrir au genre court de la fiction en langue vulgaire deux recueils très personnels3. Ces quelque 80 contes manifestent une personnalité attachante et un auteur qui sait prendre, lorsque cela est nécessaire, des libertés avec les sources en langue classique qu’il exploite pour les couler dans le format du huaben 話本. On s’en rendra compte en lisant la traduction du conte principal de ce récit, introduit par deux anecdotes ainsi résumées par Jacques Dars dans le troisième volume de l’Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire4 :

Conte d’introduction n° 1. Sous les Han, un envoyé des Yuezhi 月支 fait présent à l’empereur Wu 武 … d’une bestiole de taille d’un chiot de deux mois ! Wudi demande à entendre le cri de la ridicule créature : il est si tonitruant que Sa Majesté, effarée, tombe se de Son trône ! Furieux, Wudi ordonne de jeter la petite bête aux tigres du parc … mais ils s’agenouillent craintivement devant elle ! Il ordonne donc qu’on la mette à mort. Mais le lendemain, l’émissaire et la bête nt disparu !
Conte d’introduction n° 2. Au Shandong, un jeune licencié, juren 舉人, d’une force herculéenne, et grand redresseur de torts, s’anuite et demande un gîte en une étrange demeure où, près de trois rocs du Taihu, une vieille tisse le chanvre. Elle répond tristement que cela pose des problèmes … Il apprend que son fils, marchand, étant en voyage, elle vit seule et malheureuse avec sa bru, qui la terrorise. Indigné, il tire son épée pour tuer ce dragon féminin — mais la vieille lui conseille la prudence, ajoutant que la bru est chasseresse, et que toutes deux en vivent. Il rengaine donc, ne voulant supprimer ce soutien de la vieille, mais décide de tancer vertement la coupable ! Et voici arriver une grande femme sombre, chargée d’un énorme fardeau qu’elle jette à terre, et ordonnant sans ménagement à la vieille de faire du feu. Le fardeau est un gros tigre ! La femme accueille aimablement le jeune homme, s’excuse du retard, le fait dîner à part, de vin et gibiers variés… Il s’enhardit à critiquer son comportement envers l’aïeule. Furieuse, elle le mène près des rocs et lui expose trois cas de différends, appuyant son récit de gestes du doigt … qui laissent des empreintes d’un pouce de profondeur dans la pierre ! Il lui donne bien sûr raison et, après une nuit blanche, s’enfuit, heureux d’en être quitte pour des sueurs froides !

  • 5 Ibidem, p. 828, rubrique 6.

2On apprend aussi par la même occasion que la source de la première anecdote n’est autre que le Taiping guangji 太平廣記 si souvent exploité par les auteurs de huaben, et que la source de la seconde, qui occupe la moitié du conte, n’a pas été identifiée. Quant au conte principal dont on va lire une traduction, c’est le « Liu Dongshan » 劉東山 figurant au juan 11 du Jiuyue ji 九籥集 de Song Maocheng 宋懋澄5. Mais lisons encore quelques lignes de ce que Jacques Dars nous dit si plaisamment du savoir-conter de Ling Mengchu :

  • 6 Ibidem.

Le récit est très habilement mené, et le « suspense » astucieusement créé et maintenu au fur et à mesure des gradations : Liu présenté comme archer exceptionnel ; se vantant ; n’ayant peur de rien ; rencontrant encore plus fort en la personne du jeune et stupéfiant cavalier ; lequel est un membre de la troupe de l’extraordinaire adolescent … La clef de cette astuce est probablement que ces talents de plus en plus exceptionnels vont de pair avec l’âge de plus en plus jeune de ceux qui les détiennent. Artistiquement, la survenue de dernier personnage, « Dix-huit », est une trouvaille de taille : apparu dans son aura de mystère, il est en dehors du récit lui-même et n’est là que pour nous intriguer, et pour nous laisser sur notre faim ! Cette étonnante intention, énoncée avec une grande économie de moyens, est littéralement très moderne, frisant la supercherie — et nous laissant enchantés !6

  • 7 Il existe de fait deux traductions en anglais du conte : la plus ancienne est due à Yang Xianyi et (...)

3La leçon du conte n’en prend également que plus de force ! Qui, infatué de quelque don dans quelque domaine que ce soit, ira encore fanfaronner, après avoir lu cela, sachant dorénavant qu’il n’est pas à l’abri de rencontrer son maître. Que ceux qui n’en seraient pas encore convaincus lisent donc la traduction inédite et très maîtrisée offerte ci-dessous7. (Pierre Kaser)

Liu Dongshan vante ses prouesses à la porte Shuncheng ; le Dix-huitième fait grande impression à l’auberge du village

  • 8 Dynastie Ming 1368-1644, période de règne de l'empereur Jiajing 1522-1566.
  • 9 Monnaie de l'époque, équivalent à des lingots d'argent.
  • 10 Un jour équivaut à douze heures selon l'heure chinoise traditionnelle, ainsi l'heure est deux fois (...)
  • 11 Un li est égal à cinq-cents soixante-seize mètres.

4On raconte que, durant l'ère Jiajing8 de notre dynastie, dans la sous-préfecture de Jiaohe de la préfecture du Hejian située dans la province de Beizhili, se trouvait un homme dont le nom de famille était Liu et le prénom Qin. On l’appelait Liu Dongshan. Il était devenu chef de police au sein du bureau de l'administration générale à la capitale du nord. Cet homme avait une grande maîtrise des arts de la guerre ; archer expérimenté, il était également un cavalier hors pair et sa flèche ne ratait jamais la cible. On le nommait « La Rafale ». Qu'importe la férocité des bandits, il leur mettait la main dessus comme on saisit une tortue dans une jarre, aussi avait-il pu accumuler un certain nombre de biens. À l'âge de trente ans, il trouva qu'il n'avait plus cœur à continuer sur ce chemin et démissionna. Il alla donc, dans cette même sous-préfecture, chercher un nouveau moyen de subsistance.
Un jour, à la fin de l'année, il emmena une dizaine de chevaux et d'ânes à la capitale qu'il vendit pour cent taëls9. Le marché conclu, il se rendit à la porte Shuncheng pour y louer une mule afin de rentrer chez lui. Alors descendu dans une auberge, il y rencontra un voisin du nom de Zhang Erlang qui était lui aussi venu à la capitale et tous deux commandèrent ensemble de quoi manger. Comme Erlang lui demandait où il se rendait, Dongshan se mit à lui raconter d'une traite ses histoires passées, puis conclut : « Maintenant que j'ai loué une mule, je reste pour la nuit et demain je m'en irai.
— Ces temps-ci, les routes ne sont pas sûres, l’avertit Erlang ; les environs de Liangxiang et de Zhengzhou sont infestés de bandits qui détroussent en plein jour. Mon ami, tu transportes tant d'argent et, sans compagnon de route, tu voyages seul. J'ai peur de ce qu'il pourrait t'arriver en chemin. Prends garde ! » À ces mots, Dongshan prit un coup de sang. Il serra les dents, pinça les lèvres et ferma les poings. Feignant de bander un arc, il s'esclaffa : « Il y a de cela vingt ans, quand j'utilisais mon arc pour chasser les bandits, jamais aucune de mes flèches ne manquait la cible et jamais aucun adversaire ne pouvait rivaliser avec moi. Ce que j'ai gagné aujourd'hui, il est certain que je ne risque pas de le perdre ! » L'auberge était remplie de clients, si bien que tous avaient pu le voir et l'entendre s'exclamer ainsi haut et fort. On se retournait pour l'observer, certains lui demandaient même son nom, puis disaient : « Quel honneur de vous rencontrer ! » Erlang, gêné par les propos qu'il venait d'entendre, prit congés et s'en fut.
Au début de la cinquième veille10, Liu Dongshan se réveilla. Il fit sa toilette, noua son argent à une ceinture qu'il accrocha autour de sa taille, passa son arc à une épaule, attacha un coutelas à son habit et dissimula vingt flèches contre chacun de ses mollets. Il chargea une grande mule, bien robuste, et la fit partir au galop à coups de fouet. Après avoir parcouru trente ou quarante lis11, il arriva à Liangxiang. Il remarqua soudain que quelqu'un le rattrapait à cheval derrière lui. Quand le cavalier arriva à la hauteur de la mule de Liu Dongshan, il tira sur les rênes pour stopper sa monture. Dongshan leva les yeux vers l'inconnu : c'était un très beau jeune homme d'une vingtaine d'années, à la belle allure. Voyez plutôt :

Veste chamarrée d'or et galurin de feutrine. Courte dague et immense arc. Vingt belles flèches dans son carquois. Monture au crin orné de rubans rouges. Étincelante ceinture accrochée à la taille. De noble prestance, il chevauchait le plus beau des étalons. Vaillant coursier, hennissant d'impétuosité.

5Alors que Dongshan l'observait, le jeune homme cria : « Faisons route ensemble ! » Lui faisant face, il joignit les mains en signe de salut : « Le hasard nous a guidé sur le même chemin, puis-je m’enquérir de votre nom ?
— Votre serviteur se nomme Liu, Qin de son prénom. Mais on m'appelle Dongshan, les gens me nomment simplement Liu Dongshan.
— C’est un honneur pour moi de rencontrer quelqu’un comme vous, dont le nom fait si grand écho ! Où allez-vous donc messire ?
— Je m'en retourne dans mon village natal de la sous-préfecture de Jiaohe, lui répondit Dongshan.
— Mais quelle heureuse coïncidence ! s’exclama le jeune homme. J’habite aussi par là-bas, je suis d'une vieille famille de Linzi. Dans ma prime jeunesse, je me suis quelque peu consacré à l’étude, mais ma nature m'a conduit vers la pratique des arts de la guerre, aussi ai-je laissé les livres de côté. Il y a trois ans, je suis parti avec un peu d'argent à la capitale pour faire commerce et en ai obtenu quelques profits. Je compte à présent rentrer chez moi pour me marier. Pourquoi ne pas faire route commune ? Ce serait vraiment une chance pour moi d’être en si noble compagnie, cela me donnerait bien du courage ! Nous pourrons prendre nos chemins respectifs une fois arrivés à la capitale de la préfecture. Cela serait un grand honneur pour moi ! » Dongshan voyait que la ceinture du jeune homme était lourde, ses propos semblaient sincères et il avait belle apparence ; il ne pouvait s'agir là d'un brigand. Alors, non content d'avoir un compagnon de voyage et ne se sentant ainsi plus seul, Dongshan se réjouit et dit : « Soit, allons-y ensemble. » La nuit venue, ils descendirent ensemble dans une auberge pour se restaurer et passer la nuit. Tels deux frères, ils s'entendaient à merveille.
Le lendemain, ils quittèrent Zhuozhou, chevauchant côte à côte. Le jeune homme, du haut de sa monture, demanda : « Depuis longtemps j’ai ouï-dire que vous excellez à attraper les bandits, combien en avez-vous arrêté dans votre vie ? N’êtes-vous donc jamais tombé sur un adversaire de taille ? » Pour Dongshan, qui désirait trouver un moyen de vanter ses prouesses, la question tombait à point nommé. Considérant que son compagnon, de par son jeune âge, serait facile à duper, il se mit à fanfaronner : « Moi, dans ma vie, juste avec deux mains et un arc, j'ai attrapé tellement de brigands que j'en ai perdu le compte et jamais je n'ai rencontré quelqu’un capable de rivaliser avec moi. Ces vermines, leur existence même ne vaut pas la peine d'être mentionnée ! C’est simplement que, arrivé au milieu de ma vie, j'en ai eu assez et j'ai abandonné cette voie. Si nous venions à en croiser sur la route, tu pourras alors t’aviser de mon habileté. » Le jeune homme eut un petit sourire froid : « C'est donc cela. » Il tendit la main. « Puis-je jeter un œil à votre arc ? » Dongshan, du haut de sa mule, se saisit de l’arc qu’il tenait en bandoulière et le lui remit. Le jeune homme le tint de la main gauche puis, de la main droite, le banda à son maximum sans le moindre effort. Il tira puis relâcha la corde à plusieurs reprises, comme s'il s'agissait d'un ruban de soie. Dongshan en pâlit d’effroi. Il demanda à voir l’arc de son compagnon ; celui-ci pesait dans les vingt livres. Dongshan y mit absolument toute sa force, son visage et ses oreilles rougissant sous l'effort. Cependant il n'arriva même pas à lui donner ne serait-ce que la forme d’une demi-lune, il était donc encore moins question d’une pleine. Pétrifié et extrêmement honteux, il tira la langue et dit : « En voilà un arc rigide ! » Se tournant vers le jeune homme, il s’exclama : « Mon jeune ami, tu dois être d'une force extraordinaire, comment pourrais-je espérer me comparer à toi !
— On ne peut pas dire que ma force soit extraordinaire ! C'est votre arc, messire, qui est trop souple », répondit le jeune homme. Dongshan lui fit des compliments répétés, qu’il reçut avec excès de modestie. Ils restèrent encore ensemble pour la nuit.
Le lendemain, ils firent à nouveau route commune et, à la tombée de la nuit, alors qu’ils traversaient le district de Xiong, le jeune homme donna une petite tape à son cheval qui partit vers l’avant au galop ; on aurait dit qu’il chevauchait un nuage. Dongshan eut beau regarder au loin, il ne le voyait plus. Ce type de manœuvre lui étant familier, il comprit qu'il avait affaire à un voleur. Prit de panique, il se dit : « Quelle fichue destinée que la mienne ! S'il s'agit bien d'un brigand, doté d'une force si prodigieuse, je ne suis clairement pas de taille à l'affronter et court à ma perte ! » Son cœur s’agitait comme quinze seaux brinquebalants dans un même puits et, n'ayant pas d'autres alternatives, il continua d'avancer lentement. Une dizaine de lis plus tard, il finit par apercevoir le jeune homme qui se tenait à cent pas devant lui. Son arc arrondi comme une lune et prêt à décocher une flèche, il dit à Dongshan : « Il y a belle lurette que j’entends que tu es sans égal, mon ami. Aujourd'hui je t’invite à écouter le souffle de ma flèche ! » Il n'avait pas fini de parler que Dongshan entendit un sifflement près de son oreille, comme au passage d’un petit oiseau. Mais il ne fut pas blessé. Le jeune homme plaça une nouvelle flèche, banda encore son arc au maximum et visa cette fois le visage de Dongshan. Il rit aux éclats : « Allons Dongshan, sois raisonnable. Dépêche-toi de m'offrir l'argent de la vente de tes bêtes attaché à ta ceinture, et n’essaye pas de tenter quelque chose. » Dongshan savait qu'il ne faisait pas le poids. Nerveux, il descendit de sa selle, détacha le sac d'argent et, le portant des deux mains, s'avança sur les genoux jusque devant le cheval du jeune homme, puis frappa le sol de sa tête et dit : « Voici l'argent, je vous en prie, prenez-le grand guerrier. Laissez-moi seulement la vie sauve ! » Le jeune homme, du haut de son cheval, se saisit du sac et s'écria : « Pourquoi voudrais-je de ta vie ? Va, fiche le camp ! Moi j’ai à faire ici, je ne t’accompagnerai pas plus loin petit. » Il fit faire demi-tour à son cheval qui partit au galop vers le nord. On ne vit plus qu'un tourbillon de poussière jaune le long du chemin et, en un rien de temps, il ne resta plus aucune trace de son passage.

« Liu Dongshan vante ses prouesses à la Porte Shuncheng » (« Liu Dongshan kua ji Shuncheng men » 劉東山誇技順城

« Liu Dongshan vante ses prouesses à la Porte Shuncheng » (« Liu Dongshan kua ji Shuncheng men » 劉東山誇技順城

Première des deux illustrations que reçoit le conte dans l’édition originale du Chuke 初刻 Pai’an jingqi 拍案驚奇 (1628) au Shangyou tang 尚友堂 conservée au Japon et reproduite en facsimilé par les Éditions Shanghai guji en 1985.

  • 12 Zhang Tianshi est un des fondateurs de la religion taoïste ayant la capacité de chasser les mauvais (...)

6Dongshan resta un bon moment hébété, puis se mit à frapper sa poitrine et à taper du pied. Il se lamenta : « Peu importe que l'argent soit perdu, mais comment continuer à me considérer comme un homme après ça ! La réputation d'une vie entière ruinée aujourd’hui ! C'est vraiment comme pour Zhang Tianshi12 l'exorciste possédé, voilà le policier détroussé. Quelle humiliation ! » D’une démarche découragée et la tête basse, il retourna à Jiaohe les mains vides. Arrivé chez lui, il mit son épouse au courant de l'histoire, et tous deux se lamentèrent un moment. Mari et femme convinrent de rassembler un peu d’argent afin d'ouvrir une auberge aux abords du village et, gagnant ainsi leur vie, Dongshan n’aurait plus à toucher à un arc. Craignant que si l’on apprenait les faits son nom en soit terni, il n'osa parler à personne de cette histoire, aussi il n'en fut plus question.

7Trois ans s'écoulèrent. Vint un jour de rude hiver, mais voyez plutôt ce poème en témoigner :

Les toitures de tuiles gelées, les rideaux de jade soufflés par le vent. Cette année, tôt vient l’hiver. Les fenêtres lumineuses tenues closes, les portes cinabrines à peine entrebâillées, Ne peut entrer qui veut. Du ciel lourd et obscur, nuages et neige semblent abonder. Cache-toi sous les courtines de feutre bleues, et tire sur toi le voile rouge.
(Poème à chanter sur l’air de « Au-delà du parfum céleste »)

  • 13 Selon l’âge chinois traditionnel, on considère que l’enfant à la naissance est déjà âgé d’un an. De (...)

8Mais revenons à notre histoire. En ce jour d'hiver, Dongshan et sa femme étaient en train de mener leur commerce lorsqu’ils virent des clients passer le portail : il s’agissait d’un groupe de onze cavaliers. Chacun d’eux montait une grande et vigoureuse monture, au splendide harnachement, tandis qu’eux-mêmes étaient vêtus d’habits courts et près du corps, arcs, flèches et épées accrochés à la ceinture. Ils investirent la cour de l’auberge et, un par un, descendirent de leurs chevaux avant de leur ôter selles et brides. Liu Dongshan les salua et mena immédiatement les bêtes à l'écurie, tandis qu’un jeune domestique alla couper du foin et préparer du fourrage, mais cela ne fait pas partie de notre histoire. Parmi eux se trouvait un jeune garçon ; il devait probablement avoir dans les quinze ou seize ans13 et mesurait huit pieds de haut. C’était le seul à ne pas être descendu de sa monture. Il s'adressa au groupe : « Moi, le Dix-huitième, me reposerai dans le logement en face. » Ses compagnons lui répondirent d'une même voix : « Nous autres restons un peu ici et attendons tes ordres. » Et le garçon s’en alla. Les dix hommes commencèrent à festoyer et l'hôte leur servit un assortiment de viandes de poulet, de porc, de bœuf et de mouton pour accompagner le vin. Ils dévorèrent le tout comme des loups et des tigres et, en un rien de temps, ils avaient englouti entre soixante et soixante-dix livres de viandes et vidé six ou sept jarres de vin. Ils demandèrent également à leur hôte d'aller porter à l'étage d'en face du vin et des victuailles pour le jeune garçon. Même après avoir épuisé toutes les réserves de l’auberge, ils déclaraient encore qu'ils n'étaient pas rassasiés. Ils ouvrirent donc leurs sacs de cuir, en sortirent pieds de cerfs, faisans, lièvres rôtis et bien d'autres choses encore, puis se mirent à rire : « Voilà ce que nous avons à offrir. Appelons donc notre hôte pour qu'il vienne se joindre à nous ! » Dongshan refusa modestement une première fois, avant de finir par s'asseoir. Alors qu’il les observait un à un, il remarqua quelqu'un à sa gauche, du côté nord. L’homme portait un large chapeau de feutre, baissé de telle manière que l’on ne pouvait distinguer son visage. Soudain il leva la tête. Dongshan l'observa alors attentivement, puis fut saisi de terreur au point que son âme se sépara de son corps, et il poussa un cri de douleur.

« Le Dix-huitième fait grande impression à l’auberge du village » (« Shiba Xiong qizong cun jiu si » 〸八兄奇蹤村酒肆.

« Le Dix-huitième fait grande impression à l’auberge du village » (« Shiba Xiong qizong cun jiu si » 〸八兄奇蹤村酒肆.

Seconde des deux illustrations du conte dans l’édition du Shangyoutang.

9Mais de qui pouvait-il bien s’agir selon vous ? Eh bien ce n'était autre que ce jeune compagnon de route qui lui avait volé l'argent de la vente de ses mules et chevaux dans le district de Xiong. Dongshan se dit alors : « Cette fois je suis fichu ! Comment le petit capital que je possède pourrait-il lui suffire ? Sans compter que, n’ayant pas osé lui résister l’autre fois alors qu’il était seul, aujourd'hui, étant si nombreux et certainement tous des guerriers comme lui, je n'ai aucune chance ! » Son cœur battait à tout rompre, il était comme un petit faon effrayé. Il fixa le regard sur son verre de vin et n'osa plus faire le moindre bruit. Tout le monde se leva pour inciter l'hôte à boire puis, une fois rassis, ce dernier vit le jeune homme assis à sa gauche, du côté nord, ôter son chapeau de feutre et l'interpeller : « Dongshan, comment te portes-tu ? Je pense encore à ces jours où nous voyagions ensemble. » Le visage de Dongshan prit la couleur de la terre et, instinctivement, il tomba les deux genoux au sol, puis dit : « Je vous en prie pardonnez-moi grand guerrier ! » Le jeune homme bondit de sa chaise et s'agenouilla à son tour pour le relever. Il prit la main de Dongshan et lui dit : « Allons, allons, inutile d'en faire autant ! Tu m’embarrasses ! Il y a quelques années de cela, mes frères et moi étions à une auberge de la porte Shuncheng lorsque nous t’avons entendu vanter tes aptitudes sans égal sous le ciel. Nous en fûmes tous si irrités que je fus désigné pour te jouer un petit tour sur le chemin, de quoi nous moquer un peu de toi. Mais je n’ai pas tenu mon engagement d’aller jusqu’à Hejian avec toi. Dans mes rêves, je nous revois encore chevaucher côte à côte sur la route. Reconnaissant pour ton amitié, aujourd'hui je vais te rétribuer de dix fois ce que je t’ai pris. » Son discours terminé, il sortit mille taëls de sa bourse qu'il posa sur la table et dit à Dongshan : « Accepte ceci sans façon, considère-le comme une marque d’estime. »
Comme s’il avait été saoul ou en plein rêve, Dongshan resta sidéré. Craignant que ce fût là une autre plaisanterie, il n’osa pas accepter sur le moment. Le jeune homme, le voyant ainsi hésiter, frappa dans ses mains et dit : « Comment un homme digne de ce nom pourrait-il prendre avantage d’autrui de cette manière ? Toi aussi tu es un guerrier Dongshan, fais donc preuve d'un peu de courage ! Tu ne pensais tout de même pas qu’avec mes frères nous en avions vraiment après ton argent ? Allez, dépêche-toi de prendre ça ! » Liu Dongshan, le voyant ainsi parler avec véhémence, estima qu’il disait la vérité et, comme au sortir d’un rêve, il reprit ses esprits. N’osant pas décliner plus longtemps, il rentra mettre sa femme au courant puis ils revinrent ensemble prendre l’argent et le mirent de côté. Ceci fait, les deux tinrent conseil : « Des hommes d’exception et généreux comme eux, nous ne pouvons les traiter à la légère ! Nous devrions tuer encore des bêtes et ouvrir d’autres jarres de vin, autant les garder ici pour quelques jours de divertissement. » Dongshan sortit pour transmettre ses remerciements et fit part de cette idée au jeune homme qui en discuta alors avec le reste du groupe et tous de dire : « Puisque c’est un vieil ami à toi, pourquoi pas ? Mais il faut seulement aller en toucher un mot au Dix-huitième. » Ils allèrent donc tous ensemble dans l’habitation opposée pour parler au jeune garçon. Dongshan les avait suivis et il put constater combien ces hommes témoignaient un profond respect à l’égard du garçon et comment ce dernier se montrait solennel avec eux. Le groupe expliqua que l'aubergiste leur proposait de rester quelques nuits pour se distraire, ce à quoi le garçon répondit : « Soit, je ne m’y oppose pas. Mais qu’il ne s'agisse que de boire et manger tout votre soûl, il ne faudra pas dormir profondément, et veillez à être respectueux vis-à-vis de notre hôte. Si quelque chose de fâcheux devait arriver, j'ai deux couteaux à ma ceinture qui ont déjà fait couler le sang. » Les hommes répondirent à l’unisson : « Nous comprenons. » Dongshan, lui, ne saisit pas le sens de ses paroles.
Les hommes retournèrent à l’auberge et se remirent à boire à cœur joie. Ils apportèrent à nouveau du vin à l'étage de la porte d'en face mais n'osèrent tenir compagnie au Dix-huitième, le laissant boire seul. Si l'on comptait ce qu'il avait pu consommer à lui seul en alcool et en viande, il avait mangé autant que cinq de ses hommes. Lorsque le Dix-huitième eut fini, il chercha dans son sac et en sortit un tamis en argent pur qu'il agita pour attiser le feu et s’y fit cuir des crêpes farcies. Après en avoir mangé une centaine, il remit tout en place et sortit à grands pas pour aller on ne sait où. Ce n'est qu'à la tombée de la nuit qu'il revint et se dirigea gravement vers la bâtisse opposée, sans passer par chez Liu Dongshan où les autres festoyaient. Lorsqu’ils allèrent le voir, le Dix-huitième ne plaisanta pas vraiment avec eux et se montra extrêmement hautain. Dongshan était en proie à un grand scepticisme. Il prit à part le jeune homme qui avait été son compagnon de route et lui demanda : « Votre Dix-huitième, quel genre de personne est-il ? » Le jeune homme ne lui répondit pas, répéta la question aux autres et ils partirent tous d'un grand éclat de rire. Ils ne donnèrent pas son identité mais se mirent à déclamer de vive voix. Ainsi allait le poème :

Saule et fleurs de pêcher s’épanouissent,
Ignorant lequel est le souffle de printemps.

  • 14 Li 李 signifie prunier. D’après cette analyse, si l’on décompose la partie supérieure du caractère 李 (...)

10Le poème terminé, ils éclatèrent à nouveau de rire.
Restés trois jours durant, ils finirent par faire leurs adieux et enfourchèrent leurs chevaux. Le jeune garçon en tête, les autres à sa suite, ils levèrent le camp.
Au final, Dongshan n'avait rien compris de ce qu'il lui était arrivé ; il avait soudainement gagné mille taëls et se retrouvait dans une nouvelle aisance financière. Craignant qu'une autre affaire ne lui arrive, il déménagea en ville pour y ouvrir un autre commerce.
Plus tard, lorsqu'il évoqua cette affaire avec d'autres, quelqu’un d’instruit lui dit : « Si l’on réfléchit bien à ces deux vers, on en vient à penser au caractère Li ; puisqu’on l’appelle le Dix-huitième, cela veut sûrement dire que le jeune garçon porte le nom de famille Li14 et qu’il était donc le chef. Vu la manière dont il s’est exprimé face aux autres, il devait craindre d'être victime d'un complot. C’est pourquoi, en s’installant seul dans la bâtisse opposée, il a fait en sorte que le groupe soit positionné dans deux endroits en vis-à-vis, donnant la possibilité à l’un de venir au secours de l’autre en cas de problème. De plus, il n’a pas mangé avec ses dix hommes dans le but de signifier son rang et, la nuit, il a dû sortir seul pour mener quelques affaires douteuses sur lesquelles on ne sait absolument rien. »
Liu Dongshan, jusque-là considéré comme un héros, n'osa plus parler des arts de la guerre d'un ton supérieur après cette histoire. Il abandonna son arc, brisa ses flèches, et se contenta de gagner sa vie et de subvenir à ses besoins comme il se devait, avant de mourir de sa belle mort. Il faut donc se rendre à l’évidence que, arrivé à un certain âge, on ne peut continuer à se croire le plus puissant. Celui qui persiste à le penser n’a tout simplement pas encore rencontré son véritable maître ! Un poème reprend ainsi l'histoire de Liu Dongshan :

Une vie entière au summum de la force de l'arc et de la flèche, jusqu'à finir par rencontrer son grand rival.
Dans ce monde, il n’est pas bon de trop vanter ses mérites, même Ba Wang le roi hégémon chanta un jour son chagrin.

11Un autre poème parle du jeune homme :

Si de tous temps les héros sont connus pour leur générosité, les brigands eux aussi ont leurs principes et cela mérite d’être raconté.
Il donna volontiers mille taëls pour en dédommager cent, comme sur la route, ils devinrent bons amis.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre Kaser, « Garde toi de te croire supérieur », Impressions d’Extrême-Orient En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ideo/1985

2 Au moins depuis la publication en 1970 dans feue la collection « Connaissance de l’Orient » de L’Amour de la renarde. Marchands et lettrés de la vieille Chine (Douze contes du XVIIe siècle) traduit du chinois, préfacé et annoté par André Lévy (Paris : Gallimard, 1970, réédité en format de poche en 1988 (n° 24), toujours sous le nom d’auteur de Ling Mong-tch’ou).

3 En plus de ses traductions, on gagnera beaucoup à lire l’étude magistrale qu’André Lévy consacra au genre court dans Le conte en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l’Institut des hautes études chinoises », vol. XXV, 1981), ou, si l’on est plus pressé, la notice qu’il consacra à l’auteur dans son Dictionnaire de littérature chinoise (Paris : PUF, coll. « Quadrige », 316, (1994) 2000, pp. 188-190). Depuis d’autres traductions sont venues compléter le tableau. Pour nous en tenir au français, signalons celles de Rainier Lanselle qui a intégré deux contes coquins mettant en scène les turpitudes des moines et des nonnes dans Le poisson de jade et l’épingle au phénix. Douze contes chinois du XVIIe siècle (Paris : Gallimard, 1987, respectivement, pp. 33-66 et 411-456 ; réédition, Gallimard, « Connaissance de l’Orient », 1991), et en rendant ceux des récits (en tout onze) retenus par le compilateur du Jingu qiguan 今古奇觀 (vers 1635) qu’il a traduit intégralement sous le titre de Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois (Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de La Pléiade », 1996). On y retrouve la verve humoristique du conteur. On sera plus réservé sur la traduction du 39e conte du second Pai’an jingqi par Alexis Brossollet, sous le titre Les rocambolades de Dragon flemmard alias « Branche de prunier » Brigand & paladin (Paris : Éditions du non-agir, 2014, 73 p.) et pas seulement parce que le traducteur/adaptateur commet le crime de découper en chapitres un récit construit d’un seul tenant, comme le veut le genre auquel Ling Mengchu offrit deux chefs-d’œuvre qui mériteraient encore plus d’attention.

4 Jacques Dars, « Le hâbleur humilié », in André Lévy et autres, Inventaire analytique et critique du conte chinois en langue vulgaire. Paris : Collège de France-Institut des hautes études chinoises, coll. « Mémoires de l’Institut des hautes études chinoises », vol. VIII-3, 1981, pp. 824-829.

5 Ibidem, p. 828, rubrique 6.

6 Ibidem.

7 Il existe de fait deux traductions en anglais du conte : la plus ancienne est due à Yang Xianyi et Gladys Yang qui l’ont publiée dans The Courtesan’s Jewel Box. Chinese Stories of the Xth-XVIIth Centuries (Beijing : Foreign Languages Press, 1981, pp. 432-445) sous le titre de « The Story of a Braggart » ; la plus récente, et la plus complète, a été signée par Yang Shuhui et Yang Yunqin dans Ling Mengchu, Slapping The Table in Amazement. A Ming Dynasty Story Collection (Seattle-London : University of Washington Press, 2018, pp. 65-78) sous le titre « Liu Dongshan Brags about His Prowess at the City Gate, Eighteenth Brother Leaves His Mark in the Village Tavern ». La présente traduction est basée sur l’édition des Pai’an jingqi établie et annotée par Chen Erdong 陳邇冬, Guo Junjie 郭隽杰 (Beijing : Renmin wenxue, coll. « Zhongguo gudai xiaoshuo mingzhu chatu cangcilie », (1991) 2007), complétée par la consultation du facsimilé de l’imprimé sortant du Shangyou tang 尚友堂 conservée au Japon et publié aux Éditions Shanghai guji en 1985 (t. 1, pp. 139-166). Le titre retenu ici est celui du conte dans son ensemble, « Liu Dongshan kua ji Shuncheng men, Shiba xiong qizong cun jiu si » 劉東山誇技順城門 〸八兄蹤奇村酒肆 qui de fait ne concerne que le conte principal, et dont chaque sentence suscite une illustration reproduite dans le corps de la traduction dont elle devient la légende.

8 Dynastie Ming 1368-1644, période de règne de l'empereur Jiajing 1522-1566.

9 Monnaie de l'époque, équivalent à des lingots d'argent.

10 Un jour équivaut à douze heures selon l'heure chinoise traditionnelle, ainsi l'heure est deux fois plus longue que la nôtre. Une nuit équivalant à cinq veilles allant de dix-neuf heures à cinq heures du matin ; la cinquième veille s'étend donc de trois heures à cinq heures du matin.

11 Un li est égal à cinq-cents soixante-seize mètres.

12 Zhang Tianshi est un des fondateurs de la religion taoïste ayant la capacité de chasser les mauvais esprits. Il est dit qu’un jour il se serait pourtant fait posséder par l'un d’entre eux.

13 Selon l’âge chinois traditionnel, on considère que l’enfant à la naissance est déjà âgé d’un an. De fait, on peut dire que du point de vue de l’âge générique, le garçon doit avoir quatorze ou quinze ans.

14 Li 李 signifie prunier. D’après cette analyse, si l’on décompose la partie supérieure du caractère 李, on retrouve les deux caractères shi 十 et ba 八 qui ensemble signifient donc dix-huit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Liu Dongshan vante ses prouesses à la Porte Shuncheng » (« Liu Dongshan kua ji Shuncheng men » 劉東山誇技順城
Légende Première des deux illustrations que reçoit le conte dans l’édition originale du Chuke 初刻 Pai’an jingqi 拍案驚奇 (1628) au Shangyou tang 尚友堂 conservée au Japon et reproduite en facsimilé par les Éditions Shanghai guji en 1985.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/2025/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 974k
Titre « Le Dix-huitième fait grande impression à l’auberge du village » (« Shiba Xiong qizong cun jiu si » 〸八兄奇蹤村酒肆.
Légende Seconde des deux illustrations du conte dans l’édition du Shangyoutang.
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/2025/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Samarcande Nasser, « Liu Dongshan, le fanfaron humilié »Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 19 décembre 2021, consulté le 24 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ideo/2025 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.2025

Haut de page

Auteur

Samarcande Nasser

Diplômée du Master Langues et Sociétés, parcours Études chinoises, de l’université Aix-Marseille dans le cadre duquel elle a travaillé sur les sources du Jin Yun Qiao zhuan, Samarcande Nasser poursuit actuellement un Master d’histoire dans la même université.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search