Navigation – Plan du site

AccueilNuméros13Le Maître (Shifu 师父) de Xu Haofen...

Le Maître (Shifu 师父) de Xu Haofeng 徐皓峰

Les relations de Maître à disciple par le nouveau représentant des wuxia xiaoshuo
Solange Cruveillé

Texte intégral

  • 1 Brigitte Duzan, fiche auteur « Xu Haofeng » sur le site chinese-shortstories.com [En ligne] à l’URL (...)
  • 2 Sur les romans de chevalerie chinois (wuxia xiaoshuo 武侠小说) et la culture qui s’y rattache, voir les (...)

1 Xu Haofeng 徐皓峰 (de son vrai nom Xu Haofeng 徐浩峰) est né à Pékin en 1973. Toute sa vie tourne autour de la littérature d’arts martiaux : il a commencé par l’étudier et par l’enseigner avant de se lancer à son tour dans l’écriture. Il est à ce titre considéré comme « l’un des plus éminents représentants actuels [des romans de chevalerie] en Chine »1. Également biographe, critique de cinéma et réalisateur, Xu Haofeng ne s’arrête jamais de créer et de travailler, multipliant les succès dans des domaines variés. Là encore, les arts martiaux, les valeurs traditionnelles ainsi que la culture qui s’y rattachent occupent une place centrale2. Plus qu’une passion, c’est une dévotion, un véritable sacerdoce. Xu Haofeng met tout son talent et accorde tout son temps à défendre et à sauvegarder cet héritage, il le fait avec beaucoup de sérieux et de professionnalisme : son enfance, son entourage, son vécu, sa formation, ses rencontres, ses recherches, son expérience et sa persévérance en font aujourd’hui l’un des plus brillants spécialistes et représentants chinois du genre, que ce soit en littérature ou bien au cinéma.

  • 3 Xu Haofeng 徐皓峰, « Shifu » 師父, in Daobei cangshen 刀背藏身. Beijing : Renmin wenxue, 2013, pp. 1-49. C’e (...)

2Sa nouvelle « Shifu » 师父 (Le Maître)3, publiée en 2012, nous plonge dans la Chine des années 1930 et dans la lutte entre Maîtres en arts martiaux pour ouvrir une école et gagner en prestige. Le texte met par ailleurs l’accent sur les relations entre Maîtres et disciples, sur la place des arts martiaux dans la culture et la société chinoises, sur les liens entre écoles de prestige et gouvernement. Afin de mieux appréhender ce texte, nous présenterons dans un premier temps la vie et l’œuvre de son auteur, Xu Haofeng, écrivain et réalisateur prolifique. Cela nous permettra de comprendre quelles sont les problématiques qui lui tiennent à cœur et quelle place il accorde à la culture wuxia dans ses écrits. Puis nous étudierons la nouvelle en nous attardant sur l’intrigue mais aussi sur les thèmes abordés, qui ne sont pas forcément ceux qu’on croit au premier abord. Enfin, nous analyserons les relations entre Maîtres et disciples dans ce récit, avec, nous le verrons, plusieurs angles d’approche.

I. Une destinée hors du commun

3Xu Haofeng semblait prédestiné dès son plus jeune âge à l’étude des arts martiaux : sa vie entière est un roman. De son enfance à ses premiers romans puis à ses débuts dans le cinéma, nous allons retracer son étonnant parcours et tenter de cerner au mieux ce personnage désormais incontournable dans la culture wuxia de la Chine d’aujourd’hui.

1. Enfance et formation4

  • 4 L’auteur tient à remercier Monsieur Laurent Chircop-Reyes pour les précieuses informations transmis (...)
  • 5 Qiu Zuyin 邱祖胤, « Chuanqi er laoye chengle chuangzuo yangfen » 傳奇二姥爺 成了創作養分, Zhongguo shibao 中國時報, 2 (...)

4Xu Haofeng grandit dans un environnement familial privilégié qui lui permet de s’imprégner de culture chinoise traditionnelle. Tout d’abord à travers l’histoire de ses aïeux du côté maternel, deux commandants de la dynastie des Qing restés célèbres pour avoir participé l’un à la Guerre de l’Opium (1840–1842), l’autre à la lutte contre l’Alliance des Huit nations en 19005. Son père étant souvent en déplacement pour son travail, Xu Haofeng est par ailleurs élevé par son grand-père maternel, un homme cultivé amateur de littérature.
Passionné de peinture, Xu Haofeng prend des cours dès son plus jeune âge. En 1989, il intègre un lycée rattaché à l’Académie centrale des Beaux-Arts de Chine (Zhongyang meishu xueyuan 中央美术学院) pour y étudier la peinture à l’huile. Plus attiré par des styles de peinture modernes plutôt que par la peinture traditionnelle chinoise — il admire le peintre japonais Ryūzaburō Umehara (1888–1986), formé à l’Académie Julian de Paris et élève de Renoir (1841–1919), ainsi que le peintre français Picasso (1881–1973) —, il manque de se faire renvoyer. Il finit cependant par s’attirer le respect de ses enseignants.

5C’est durant ses années de lycée qu’il assiste à la projection du film Le Guépard du réalisateur italien Luchino Visconti (1906–1976). Il est tellement bouleversé par cette œuvre qu’il décide, une fois son diplôme en poche, d’abandonner la peinture et de se réorienter pour étudier l’art de la réalisation cinématographique6. C’est ainsi qu’il passe avec succès, en 1993, le concours d’entrée à l’Académie de cinéma de Pékin (Beijing dianying xueyuan 北京电影学院)7. Il décroche son diplôme en 19978.
Il travaille ensuite à Shanghai en tant que réalisateur pour le département de propagande du comité central du Parti. Durant son temps libre, il écrit des fictions et des scénarios, mais essuie refus sur refus. Il explique dans une interview donnée en septembre 2019 :

  • 9 Xu Haofeng 徐皓峰, « Ren zai dao bei hou » 人在刀背后, 17 septembre 2019, [En ligne] à l’URL : https://www. (...)

En 1997, une fois diplômé du département de réalisation de l’Académie de cinéma de Pékin, j’ai tenté ma chance avec des scénarios écrits de ma main. Je trouvais que j’écrivais avec un style très vivant, qui reflétait un certain mode de vie, mais on m’a dit de façon très directe : « Personne ne s’intéressera à ça, il n’y a aucun intérêt à faire des films avec ça. » Durant les deux années qui ont suivi, en réalisant des films documentaires, j’ai brusquement découvert à quel point les gens de ma génération étaient dépourvus d’intérêt. C’est une génération superficielle, qui manque de noblesse. Les Chinois de l’ancienne génération, qu’il s’agisse d’une simple vieille dame qui vend du lait de soja ou d’un simple vieillard qui vend des bâtonnets glacés, ont cette noblesse en eux. Regardez la façon avec laquelle ils comprennent la vie, ou bien les sentiments qu’ils éprouvent pour leurs enfants et petits-enfants, c’est toujours très affirmé. Les Chinois de ma génération conduisent des voitures et sont au courant de ce qui se passe à l’étranger, mais sont dépourvus de noblesse. Pourquoi ? C’est un mystère que je voulais élucider. Alors j’ai décidé de démissionner, de me retirer de la société, de rentrer chez moi et de me rapprocher des personnes de l’ancienne génération.9

  • 10 Voir la page consacrée à Xu Haofeng sur Weiji baike 维基百科, [En ligne] à l’URL : https://zh.wikipedia (...)
  • 11 Xu Haofeng publiera un texte intitulé Xi quan wudao 拳悟道, basé sur le récit oral de Hu Haiya, en 20 (...)

6C’est ainsi que Xu Haofeng regagne Pékin en 199910. Durant les cinq longues années qui suivent, il met sa vie entre parenthèses. Soutenu par ses proches, il passe le plus clair de son temps avec deux octogénaires : Li Zhongxuan 李仲軒 (1915–2004), le frère de son grand-père maternel, grand Maître en arts martiaux traditionnels et disciple de Shang Yunxiang 尚云祥 (1864–1937), héritier de l’art de la boxe Xingyi (Xingyi quan 形意拳 — « boxe de la forme et de l’intention ») et Hu Haiya 胡海牙 (1914–2013), professeur à l’université de Beida, spécialiste des arts martiaux et du taoïsme, et disciple du grand Maître taoïste Chen Yingning 陳攖寧 (1881–1969)11. Les deux hommes sont heureux d’avoir quelqu’un qui leur rend visite, mais le bonheur est encore plus grand pour Xu Haofeng :

  • 12 Xu Haofeng, « Ren zai dao bei hou », op.cit. Texte original : « 那时候他们都年过八旬了,希望有人每天来跟他们聊聊,有来有往。但是,面对 (...)

À cette époque, ils avaient déjà 80 ans passés tous les deux. Ils étaient contents que quelqu’un vienne discuter avec eux tous les jours, qu’on les fréquente. Mais une fois en face d’eux, je n’osais plus trop parler, je n’étais pas très distrayant, contrairement à l’époque où j’étais un enfant. Je notais tout ce qu’ils me racontaient. Je n’avais rien pour les enregistrer, alors je notais tout à la main. Et dès que je rentrais chez moi, je mettais de l’ordre dans mes notes. Ils parlaient avec un style très vivant, leurs récits avaient une vraie valeur littéraire […].12

  • 13 Xu Haofeng , Shiqu de wulin 逝去的武林. Beijing : Dangdai Zhongzuo, 2006, p. 3. Voir aussi Qui Zuyin, (...)

7 Son grand-oncle Li Zhongxuan fut chassé de chez lui par son propre père pour avoir placé la pratique des arts martiaux au-dessus de tout et avoir délaissé le culte des ancêtres13. Son frère, le grand-père maternel de Xu Haofeng, le réhabilita dans son vieil âge au sein de la famille, et Xu Haofeng, après avoir repris contact avec lui, put de nouveau le fréquenter, comme il le faisait lorsqu’il était plus jeune. Mais l’apprentissage n’était pas aussi physique qu’il aurait dû l’être. Comme le raconte Xu Haofeng :

  • 14 Ibidem. Texte original : « 拜師時我磕了頭,二姥爺卻笑說『我不認喔!』領了哥哥的情,卻也不違師父的義。但後來我不認真學,他不認真教,大多時候都在講故事。他常笑我沒有份,我 (...)

Alors que je me prosternais devant lui pour le prendre pour Maître, mon grand-oncle s’exclama en souriant : « Non, non, je n’accepte pas de disciple ! » Il était reconnaissant vis-à-vis de son grand frère, mais ne pouvait enfreindre la volonté de son propre Maître [qui lui avait fait promettre de ne jamais enseigner]. Par la suite, de toute façon, je ne désirais plus vraiment apprendre, comme lui ne désirait pas vraiment enseigner. Nous passions la plupart de notre temps à raconter des histoires. Il me charriait souvent en disant que je n’étais pas très doué, et moi je rétorquais qu’il ne m’enseignait pas réellement. Mais ces bribes de conversation finiraient par devenir la substance nutritive principale de mes récits et de mes films.14

  • 15 Xu Haofeng, Shiqu de wulin, op.cit. (268 p.). Pour une traduction partielle de cet ouvrage, voir La (...)
  • 16 Xu Haofeng , Da cheng ruo que 大成若缺. Beijing : Zuojia, 2011, 183 p.
  • 17 Laurent Chircop-Reyes, « Indifférent aux vicissitudes, à l’honneur et au déshonneur », op. cit.

8Suite au décès de Li Zhongxuan en 2004, Xu Haofeng remanie son récit oral et le publie sous le titre Shiqu de wulin 逝去的武林 (Les Maîtres disparus) en 200615. L’ouvrage connaît un immense succès. Il poursuit ses recherches avec un autre récit documentaire intitulé Da cheng ruo que 大成若缺16, sorti en 2011, basé sur le récit oral d’un autre grand maître des arts martiaux, Wang Jianzhong 王建中 (1955–), héritier de la boxe des Huit trigrammes (Bagua quan 八卦拳) et de la boxe du Grand accomplissement (Da cheng quan 大成). Il collabore ensuite à la rédaction de plusieurs autres biographies ou récits relevant de ce que Laurent Chircop-Reyes appelle « la littérature d’arts martiaux documentaire » (wuxia jishi wenxue 武侠纪实文学)17. Le but de Xu Haofeng est de préserver la mémoire des anciens, leurs souvenirs, leur façon de penser, à la manière d’un héritage à transmettre aux générations futures :

  • 18 Xu Haofeng, « Ren zai dao bei hou », op.cit. Texte original : « 一个作家一定有自己积累素材的对象,我的对象是我爷爷和我姥爷那一代人。现 (...)

Un écrivain cible toujours un sujet en particulier, et réunit beaucoup de matériaux relatifs à ce sujet. Moi, ma cible, c’étaient les gens de la génération de mes deux grands-pères. C’est encore sur ces gens-là que j’écris aujourd’hui, même s’ils ne sont plus de ce monde. Quand j’étais jeune, j’ai eu l’honneur, en qualité de témoin, de percevoir le monde à travers les yeux d’une personne âgée. Maintenant que les anciens nous ont quittés, ce monde n’existe plus.18

  • 19 Voir l’ouvrage qui réunit toutes ses critiques de film : Xu Haofeng , Dao yu xingcheng : Xu Haof (...)

9Dans le même temps, Xu Haofeng s’intéresse au cinéma : c’est tout naturellement vers les films d’arts martiaux, les wuxia pian 武侠片, qu’il se tourne. Il commence par écrire des critiques de films, dont un papier très remarqué sur le retentissant Wo hu cang long 卧虎藏龙 (Tigre et dragon) du réalisateur taïwanais Ang Lee 李安 (1954–), sorti en l’an 2000. D’autres critiques suivront19. Il est alors repéré par Wu Guanping 吳冠平, directeur du département d’études cinématographiques de l’Académie de cinéma de Pékin, établissement où il fit lui-même ses études quelques années auparavant. On lui propose ensuite d’y enseigner, ce qu’il accepte volontiers.

2. Le nouveau représentant du genre wuxia20

  • 20 Les deux sous-parties qui suivent concernent exclusivement la liste des œuvres (littérature et ciné (...)
  • 21 Nous ne présenterons ici que ses œuvres les plus connues. Pour des informations complémentaires, vo (...)
  • 22 Sur l’évolution des wuxia xiaoshuo, voir la présentation très complète de Brigitte Duzan sur son si (...)
  • 23 Voir Xu Haofeng , « 1987 nian de wuxia » 年的武俠, in Chu nan ge bu lei 处男葛不垒. Beijing : Renmin wenx (...)
  • 24 Xu Haofeng , « Wokou de zongji » 倭寇的踪跡. in Daobei cangshen 刀背藏身, Beijing : Renmin wenxue, 2013, (...)

10Parallèlement à son travail d’enseignant, de critique de cinéma et de biographe, Xu Haofeng se consacre à l’écriture21. Sans surprise, c’est aux wuxiao xiaoshuo 武侠小说 (romans de chevalerie chinois) qu’il se consacre22. En l’an 2000, il publie sa première nouvelle : « 1987 nian de wuxia » 1987年的武俠 (Un chevalier errant en 1987)23. Trois ans plus tard, en 2003, il publie la nouvelle « Wokou de zongji » 倭寇的踪跡 (Sur les traces des pirates japonais)24. L’histoire, qui se déroule sous la dynastie des Ming, raconte l’arrivée de deux pratiquants d’arts martiaux dans un village situé au bord de la mer. Héritiers d’un style de combat mis au point par un célèbre général pour repousser les pirates japonais, ils souhaitent fonder une école pour lui rendre hommage. Mais leur arrivée est mal perçue par les représentants des quatre écoles d’arts martiaux déjà en place, à cause de l’épée qu’ils utilisent, appartenant à l’origine à des pirates japonais. C'est finalement un vieil ermite retiré dans les montagnes qui finira par les vaincre, tout en reconnaissant cependant le talent du plus jeune des deux, et l’importance de sauvegarder l’héritage du célèbre général qui fut leur maître. Ce roman apporte une certaine notoriété à Xu Haofeng.

  • 25 Xu Haofeng , « Liu Baiyuan biezhuan » 柳白猿別傳, in Daobei cangshen, op.cit., pp. 201-228.
  • 26 À ne pas confondre avec son roman Minguo cike Liu Baiyuan 民国刺客柳白猿 (Liu Baiyuan, assassin de l’époqu (...)

11En 2004, Xu Haofeng sort une nouvelle intitulée « Liu Baiyuan biezhuan » 柳白猿別傳 (Biographie non officielle de Liu Baiyuan)25 dont l’intrigue se déroule au début de la République de Chine. Le livre raconte l'histoire d’un archer chargé de régler les différends entre les écoles d'arts martiaux. Mais le jeune homme se retrouvera au cœur d’intrigues compliquées, mêlant adeptes des arts martiaux et puissants Seigneurs de la guerre26.

  • 27 Xu Haofeng , Daoshi xiashan 道士下山. Tianjin : Baihua wenyi, 2007, 269 p.

12En 2007 sort ensuite son roman « Daoshi xiashan » 道士下山 (Le moine qui descend de la montagne)27, fiction inspirée de ses entretiens avec Hu Haiya, spécialiste du taoïsme, que nous avons évoqué plus haut. Le récit retrace le parcours initiatique d’un moine qui a toujours vécu auprès de son Maître dans la montagne et qui découvre soudainement le monde moderne, dans la Chine des années 1920. Le roman devient un véritable best-seller : Xu Haofeng est encensé par la critique et présenté comme le digne héritier des romans de chevalerie traditionnels chinois.

  • 28 Xu Haofeng , Guoshu guan 国术馆. Lanzhou : Dunhuang wenyi, 2014, 196 p.
  • 29 Xu Haofeng , Da Ritan cheng 大日壇城. Beijing : Zuojia, 2010, 386 p.

13Il publie ensuite deux autres romans : Guoshu guan 国术馆 (L’école nationale de gongfu)28 en 2008, qui raconte l’histoire d’un fils de bureaucrate qui décide de se former aux arts martiaux pour leur redonner vie, puis Da Ritan cheng 大日壇城 (Le mandala de l’illumination)29 en 2010, qui tourne autour du stratégique jeu de go durant la guerre de résistance contre l’invasion japonaise (années 1930 et 1940) et dont le titre s’inspire des pratiques bouddhistes ésotériques d’époque Tang (Tang mi 唐密).

  • 30 Xu Haofeng , « Shifu » 師父, in Daobei cangshen 刀背藏身. Beijing : Renmin wenxue, 2013, pp. 1-50.

14La nouvelle « Shifu » 師父 (Le Maître)30, publiée en 2012, raconte l’histoire d’un Maître venu du Sud de la Chine implanter son école dans la ville de Tianjin 天津, haut lieu des arts martiaux dans les années 1930. C’est la consécration au niveau littéraire, puisque Xu Haofeng obtient pour cette nouvelle le prix des Cent fleurs (Baihua wenxue jiang 百花文学奖 – 16ème session).

  • 31 Xu Haofeng, Daobei cangshen, op. cit., pp.89-130.

15Il publie en 2013 la nouvelle « Daobei cangshen » 刀背藏身31, qui se déroule comme la précédente dans la Chine des années 1930, dans le contexte de la lutte contre l’invasion japonaise. Le récit s’articule autour de la vie d’un vieux combattant de talent qui possède une épée prodigieuse.

  • 32 Xu Haofeng , Wushi hui 武士会. Beijing : Renmin wenxue, 2013, 263 p.
  • 33 Xu Haofeng , Wuren qinyin 武人琴音. Beijing : Renmin wenxue, 2014, 308 p.
  • 34 Trois personnalités sont concernées : Shang Yunxiang 尚云祥 (1864–1937), Han Boyan 韩伯言 (1907–1996) et (...)

16En 2013 sort son roman Wushi hui 武士 (La société des combattants)32 qui retrace le destin d’un Maître en arts martiaux nommé Lin Zunwu 李尊吾 au début de la République de Chine ainsi que sa lutte contre l’Alliance des Huit nations. Un autre wuxia xiaoshuo suivra en 2014, à teneur documentaire et historique, intitulé Wuren qinyin 武人琴音33, écrit en collaboration avec Xu Junfeng 徐骏峰. Le livre met par écrit le récit oral de Han Yu 韩瑜, petit-fils du grand Maître en arts martiaux Han Boyan 韩伯言 (1907–1996), et relate les péripéties de trois héritiers de l’école de gongfu de la boxe Xingyi (Xingyi quan 形意拳), inspirée du taoïsme, sur trois générations, à partir de la fin du XIXe siècle, sous la dynastie des Qing34.

  • 35 Xu Haofeng , Chu nan ge bu lei 处男葛不垒. Beijing : Renmin wenxue, 2017, pp. 1-28.
  • 36 Le recueil de 325 pages réunit plusieurs nouvelles : « Chu nan ge bu lei » 处男葛不垒, « Liumang jiashi  (...)

17La nouvelle « Chu nan Ge Bulei » 处男葛不垒 (Le puceau Ge Bulei)35, parue en 2017, dénote énormément des récits habituels de l’auteur et nous plonge dans les années 1990, à l’époque de sa jeunesse, en s’attachant à son rapport à l’art pictural et cinématographique, influencé par le courant occidental. Le récit possède une grande part autobiographique, ne serait-ce que par le nom du personnage principal, qui est celui que portait Xu Haofeng lorsqu'il était écolier. La plupart des nouvelles du recueil dans lequel le récit est publié sont à part dans la production de l’auteur, plus personnelles, plus contemporaines, plus réalistes, détachées du monde des wuxia36.

  • 37 Xu Haofeng 徐皓峰, « Mile, Misaiya » 弥勒,弥赛亚, Shouhuo 收获, 2018 n°5, septembre 2018.
  • 38 Xu Haofeng 徐皓峰, « Dadi shuang xin »大地双心, Shouhuo 收获, 2019 n°3, mai 2019.

18La nouvelle de forme longue Mile, « Misaiya » 弥勒,弥赛亚 (Maitreya, Messiah), qui paraît dans la revue Shouhuo 收获 (Harvest) en septembre 201837, raconte le quotidien de réfugiés juifs vivant dans le Ghetto de Shanghai, contrôlé par l’armée japonaise, au début des années 1940. L’arrivée d’un étranger pris pour le sauveur du peuple juif bouleverse la vie de tout le monde. Pour son dernier roman, Dadi shuang xin 大地双心 (Deux cœurs sur terre), publié dans la revue Shouhuo en mai 201938, Xu Haofeng privilégie une nouvelle fois la Chine du début du XXe siècle. Ce roman à teneur historique a pour contexte la chute de la dynastie des Qing et la fondation de la République de Chine. Il raconte la mission d’un jeune homme chargé de protéger l’Empereur dans la Cité interdite, où il continue à vivre suite à son abdication. Durant plus de dix ans, il vivra au sein des derniers vestiges de la Chine impériale et apprendra les secrets de l’Empereur et des gens qui l’entourent (ministres, seigneurs de la guerre, lettrés…), entre loyauté et trahison.

  • 39 Xu Haofeng 徐皓峰, « Shiyan juan tianya » 诗眼倦天涯, Shouhuo 收获, 2019 n°5, septembre 2019.

19Enfin, Xu Haofeng renoue avec les wuxia xiaoshuo avec sa dernière nouvelle de forme longue, « Shiyan juan tianya » 诗眼倦天涯 (Weary Poet), qui sort quelques mois plus tard, toujours dans la revue Shouhuo39. L’intrigue se passe sous la dynastie mongole des Yuan et raconte l’histoire d’un homme qui se bat en duel afin de gagner les armes de ses adversaires qu’il peut ensuite revendre pour gagner un peu d’argent. Il croisera la route d’un jeune homme qui le défie mais avec lequel il finit par se lier d’amitié et qu’il accompagne dans sa fuite face à d’anciens ennemis qui cherchent à se venger.

  • 40 Voir supra note 22.
  • 41 Rappelons son goût pour la peinture occidentale, mais aussi pour les films européens (voir supra). (...)
  • 42 Brigitte Duzan, « « The Sword Identity » de Xu Haofeng : le wuxia nouveau est arrivé », article du (...)

20Au niveau littéraire, Xu Haofeng se pose donc comme le digne héritier des écrivains de romans d’arts martiaux chinois. Sa grande connaissance de la culture wuxia mais aussi de l’Histoire de Chine donne lieu à des récits d’une rare intensité qui semblent renouer avec le grand courant littéraire des années 1930 et 194040. Cependant, n’oublions pas que Xu Haofeng est aussi un homme qui vit avec son temps : il aime découvrir et se montre ouvert aux influences occidentales41. Ainsi, il ne se contente pas d’imiter, il renouvelle le genre. Comme le déclare à son sujet Brigitte Duzan : « […] tout en se replaçant dans cette tradition qu’il a longuement étudiée, Xu Haofeng est sorti du moule pour créer un style nouveau aujourd’hui reconnu. »42 On conviendra malgré tout qu’on sent une sorte de retenue au niveau de l’écriture de Xu Haofeng, comme s’il avait du mal — ou des scrupules — à se détacher de la tradition. Mais on pressent, à la lecture de ses dernières œuvres — comme le récit « Shifu » par exemple — qu’il est en train d’atteindre une forme de maturité littéraire, ce qui laisse présager un envol de cet écrivain et une affirmation de son propre style dans les années à venir.

3. Un réalisateur reconnu

21On peut aisément imaginer le bonheur éprouvé lorsqu’on adapte au cinéma les œuvres qu’on a soi-même écrites. Cette capacité d’être à la fois écrivain, scénariste et réalisateur n’est pas à la portée de tous, et on ne peut qu’être stupéfaits du destin incroyable de Xu Haofeng.
Après des apparitions mineures en tant qu’acteur dans la comédie dramatique Lücheng 旅程 (Passages) réalisée par Yang Chao 杨超 en 2004, dans laquelle il tient le rôle d’un moine vagabond, puis dans Cao Jie 草芥 (Weed) de Wang Liren 王笠人 en 2006, qui raconte une histoire d’amour contrariée, Xu Haofeng se lance dans l’écriture de scénarios et la réalisation.

  • 43 Pour une présentation et une analyse de ce film, voir Ibidem.
  • 44 Pour une présentation et une analyse de ce film par Xu Haofeng lui-même, voir Xu Haofeng 徐峰, Zuo k (...)

22Il réalise en 2011 son premier film, Wokou de zongji 倭寇的蹤跡 (The Sword Identity) 43, adapté de sa nouvelle éponyme publiée en 2003 (voir supra), avec dans les rôles principaux Yu Chenghui 于承惠 (1939–2015) et Song Yang 宋洋 (1983–)44. Premier essai, premier succès. Xu Haofeng obtient pour cette première réalisation le Prix de l’essai artistique au 19ème Beijing College Student Film Festival, le Prix du meilleur réalisateur au 6ème Chinese Young Generation Film Forum, et le Prix du nouveau talent aux 2èmes Hirondelles du cinéma et de la télévision de Pékin. Il se fait connaître en Chine et à l’étranger, et le film est projeté dans différents festivals : il est nominé au 33ème Festival des Trois continents de Nantes dans la catégorie meilleur jeune réalisateur ; nominé à l’Osaka Asian Film Festival 2012 dans la catégorie meilleur film ; nominé aux 48èmes Golden Horse Awards de Taïwan dans les catégories meilleur jeune réalisateur et meilleur scénario ; nominé au 19ème Beijing College Student Film Festival dans les catégories meilleur réalisateur et meilleur scénario ; et enfin nominé aux 13ème Chinese Film Media Awards dans la catégorie meilleur jeune réalisateur.

23En 2012, il renouvelle l’expérience en adaptant au cinéma sa nouvelle sur l’histoire de l’archer Liu Baiyuan publiée en 2004 (voir supra) avec de nouveau ses deux acteurs fétiches, Yu Chenghui 于承惠 et Song Yang 宋洋. Le film sera projeté en Chine seulement quatre ans plus tard, sous le titre Jianshi Liu Baiyuan 箭士柳白猿45. Diffusé à l’étranger sous le titre Judge Archer, le film figure dans la sélection officielle du 7ème Festival international du film de Rome (2012). Il est nominé aux 49èmes Golden Horse Awards de Taïwan dans les catégories meilleur scénario et meilleure chorégraphie de scènes de combat.

  • 46 Voir aussi la saga Ip Man du réalisateur hongkongais Wilson Yip (Yip Wai-shun 葉偉信) (1964–) avec Don (...)

24L’année suivante, en 2013, il collabore avec Zou Jingzhi 鄒靜之 et Wong Kar-wai (1958–) à l’écriture du scénario de Yi dai zongshi 一代宗师 (The Grandmaster), avec dans les rôles principaux Tony Leung 梁朝伟 (1962– ), Zhang Ziyi 章子怡 (1979– ) et Zhang Zhen 张震 (1976– ). Le film est l’adaptation romancée de la vie de Yip Man 葉問 (1893–1972), maître chinois de boxe Wing chun 咏春, dont Bruce Lee (1940–1973) fut le disciple le plus connu46. Ils obtiennent le prix du meilleur scénario aux 33èmes Hong Kong Film Awards. Le film est également nominé dans la catégorie meilleur scénariste aux 8èmes Asian Film Awards.

25En 2014, Xu Haofeng coscénarise avec Cao Yiming 曹逸鸣 le feuilleton télévisé en 38 épisodes Biao men 镖门 (The Great Protector), réalisé par Han Xiaojun 韩晓军, dont l’histoire se déroule sous la République de Chine.

  • 47 Le film est également nominé aux 52èmes Golden Horse Awards de Taïwan dans la catégorie meilleur sc (...)

262015 est l’année de son plus gros succès avec l’adaptation au cinéma de sa nouvelle « Shifu » 师父 (The Final Master ou The Master en anglais) (voir supra), avec dans les rôles principaux Liao Fan 廖凡, Song Yang 宋洋, Song Jia 宋佳, Jiang Wenli 蒋雯丽, Huang Jue 黄觉 et Jin Shijie 金士傑. Xu Haofeng se voit décerner le Prix du meilleur réalisateur aux 67èmes Asian Brilliant Stars de Berlin, le Prix du meilleur chorégraphe aux 52èmes Golden Horse Awards de Taïwan, le Prix du meilleur film au 23ème Beijing College Student Film Festival, et enfin le Prix du meilleur scénario aux 16èmes Chinese Film Media Awards47. The Final Master n’est pas qu’un simple wuxia pian, c’est un film véritablement bien construit. Pour reprendre l’analyse de Brigitte Duzan :

  • 48 Brigitte Duzan, « « The Master », l’authenticité des arts martiaux selon Xu Haofeng », 20 mars 2017 (...)

La chorégraphie est moins originale que dans les deux premiers films du réalisateur, mais la sauce prend mieux auprès du grand public dans « The Master », parce qu’il a su donner plus de profondeur dramatique et émotionnelle à ses personnages. Les combats ne sont plus seulement un show d’arts martiaux, ils s’intègrent dans la narration et la ponctuent, comme dans les grands films de wuxia des années 1960 et 1970.48

27The Final Master est de loin le plus abouti de ses films, une merveille du septième art. Les scènes de combat parfaitement chorégraphiées, l’authenticité et le réalisme qui les accompagnent, ajoutés à une maîtrise artistique et esthétique d’une rare sensibilité, font la force incontestable de ce film. Ajoutons que cette réussite doit également beaucoup au scénario et à l’histoire originale dont il est l’adaptation : plus solide, plus convainquant et sans aucun doute plus personnel que pour ses autres réalisations.

28Toujours en 2015, Xu Haofeng écrit le scénario de Daoshi xiashan 道士下山 (Monk Comes Down the Mountain ou The Master of Kung-fu), réalisé par Chen Kaige 陈凯歌 (1952– ), et adapté de son roman éponyme publié en 2007 (voir supra), avec dans les rôles principaux Wang Baoqiang 王宝强 (1984– ), Aaron Kwok 郭富城 (1965– ), Chang Chen 張震 (1976– ) et Jaycee Chan 港生 (1982– ). Puis il dirige, en 2016, l’adaptation d’un roman de Gu Long 古龙, Tianya mingyue dao 天涯明月刀 (Moonlight Blade). En 2017, il réalise Daobei cangshen 刀背藏身 (The Hidden Sword), adaptée de sa nouvelle éponyme (voir supra), avec Xu Qing 许晴 (1969– ), Zhang Aoyue 张傲月 (1988– ) et Huang Jue 黄觉 (1974– ) dans les rôles principaux. Xu Haofeng obtient pour ce film le Prix de la meilleure contribution artistique au 41ème Festival des films du monde de Montréal. Il est également nominé pour le Grand Prix des Amériques, et nominé dans la catégorie meilleur scénariste aux 54èmes Golden Horse Awards. Enfin, en 2018-2019, il tourne son dernier film d’arts martiaux, Shiyan juan tianya 诗眼倦天涯 (Weary Poet), adapté de sa nouvelle éponyme. Il choisit pour acteurs principaux Chen Kun 陈坤 (1976– ), Zhou Xun 周迅 (1974– ), Song Jia 宋佳, Geng Le 耿乐 (1980– ) et Huang Jue 黄觉 (1974– ). Ce film accorde une plus large place que les précédents aux relations entre hommes et femmes et au romantisme, mais aussi aux intrigues à la Cour impériale.

29Après avoir rejoint le cercle des auteurs de wuxia xiaoshuo, Xu Haofeng rejoint donc le rang des réalisateurs de wuxia pian. Ses réalisations cinématographiques sont à l’image de ses romans et nouvelles : il semble chercher sa voie, et il est en passe de s’affirmer davantage. De film en film, la réalisation devient plus épurée, les cadrages plus précis, et il laisse davantage de place à l’histoire, aux silences et à l’image.

II. « Shifu » 师父 : le combat d’un Maître pour perpétuer la tradition

  • 49 C’est aussi le thème du film The Grandmaster et du volet 1 de la série Ip Man réalisée par Wilson Y (...)

30Il s’agit d’une nouvelle assez courte, constituée de dix chapitres d’inégales longueurs. L’intrigue n’a rien de très original : il s’agit d’un Maître en arts martiaux qui souhaite ouvrir une école de gongfu dans une ville et se heurte à l’hostilité des Maîtres déjà en place. On retrouve ainsi le même thème que dans le roman Wokou de zongji49. Alors pourquoi écrire un récit supplémentaire sur ce thème déjà maintes fois traité par les écrivains de wuxia xiaoshuo ? Est-ce une histoire d’action parmi d’autres ?

31Il s’avère que l’intérêt est ailleurs. Le récit est pauvre en descriptions, et bien qu’il s’agisse d’un wuxia xiaoshuo, émaillé de quelques scènes de combat, Xu Haofeng accorde une place privilégiée aux réflexions de ses personnages principaux, ce qui lui permet de maîtriser la tension psychologique croissante. C’est la force du texte : mis à part la partie sur la mort du disciple et la scène finale de vengeance lors de l’ouverture du dojo, la plupart des actions sont simplement suggérées ou résumées. Le véritable sujet défendu par Xu Haofeng est autre : derrière l’histoire de son personnage principal, c’est la mentalité des Maîtres de gongfu du siècle dernier qu’il dénonce. Il s’interroge plus largement sur la relation entre Maîtres et disciples, entre tradition et modernité, entre respect et mépris, entre morale et absence de scrupules.

1. Le récit

  • 50 Chap. 2 p. 10 : « 漫长的清朝,民间是禁武的。眼前的畸形繁荣,恰是小拳种出头之日,机不可失。 »
  • 51 Chap. 2, p. 11 : « 天津是武馆最多的城市,赢了这里,便有一世之名。 »
  • 52 Chap.3, p. 13 : « 扬名需要深远策划,一战成名只属于武侠小说,现实中,一次扬名行为的周期是三到五年 [].»

32Chine, concession étrangère de Tianjin, 1933. Chen Shi 陈识, Maître en arts martiaux d’une quarantaine d’années, projette d’ouvrir une école de gongfu dans la ville. Chen Shi est issu d’une riche famille du Guangdong et a étudié les arts martiaux lorsqu’il était jeune pour renforcer sa santé fragile. Mais, suite à une rébellion, sa famille a tout perdu, et il n’a plus pu compter que sur ses capacités martiales pour survivre. Il est alors devenu le garde du corps d’un riche commerçant de Nanchang 南昌, avant de travailler un temps pour la police de Canton puis d’escorter les cargos dans les mers de Chine (chap. 3). Chen Shi souhaite à présent changer de vie et enseigner l’art de la boxe Wing chun (Yongchun 咏春拳) — art martial du combat rapproché du Sud de la Chine — pour rendre hommage à son Maître décédé et sauvegarder son savoir. C’est le moment idéal pour se lancer : « Durant la longue dynastie mandchoue des Qing, le peuple n’avait pas le droit de pratiquer les arts martiaux. À présent, la configuration était idéale, c’était l’occasion rêvée pour les petites écoles de se faire connaître, il ne fallait pas la laisser passer. »50
Il doit cependant se montrer prudent… Dix-neuf écoles d’arts martiaux sont en effet déjà implantées à Tianjin et leurs chefs contrôlent férocement le monde du gongfu : « Tianjin était la ville qui comptait le plus d’écoles d’arts martiaux. Gagner dans cette ville, c’était s’assurer de se faire un nom. »51 Une femme est à la tête de cette « société » des arts martiaux : Maître Zou , veuve d’un combattant réputé. Pour gagner le droit d’ouvrir son dojo, les prétendants doivent vaincre au moins huit écoles, un exploit que personne n’a encore réalisé jusqu’à présent.
Chen Shi prend contact avec Zheng Shan’ao 郑山傲, Maître en boxe des Huit trigrammes et personnage respecté à Tianjin, âgé de soixante-trois ans, qui lui conseille d’élaborer un plan judicieux : « Se faire un nom nécessitait d’élaborer un plan mûrement réfléchi. "Devenir célèbre en un seul combat", on ne voyait cela que dans les romans de chevalerie ! Dans la vraie vie, il fallait entre trois et cinq ans […]. »52 Il faut d’abord que Chen Shi fasse oublier ses origines du Sud et fonde une famille à Tianjin, pour être mieux accepté et ne pas donner l’impression qu’un combattant du Sud vient défier les écoles du Nord. Cela peut s’arranger facilement s’il prend pour épouse une femme originaire de Tianjin. Zheng Shan’ao lui propose d’épouser Zhao Guohui 赵国卉, une belle jeune femme dont la réputation a été salie après qu’elle soit tombée enceinte d’un Américain alors qu’elle était lycéenne. Elle reste traumatisée par cet événement : ses parents ont en effet vendu l’enfant après sa naissance. Une fois le mariage arrangé, Chen Shi s’installe en périphérie de la ville pour y mener une vie frugale, sous l’identité d’un charpentier. Le but est de ne pas attirer les regards et de se faire accepter comme un habitant de Tianjin.
La seconde chose à faire est de trouver et de former un disciple : en effet, Chen Shi ne peut pas se permettre de se mesurer directement aux Maîtres de gongfu de Tianjin, cela serait considéré comme un affront et leur ferait perdre la face. Il faut donc que ce soit un de ses disciples qui provoque les disciples des autres écoles en duel. S’il réussit, l’art du Wing chun sera alors reconnu et Chen Shi pourra enfin faire son apparition sur la scène publique et ouvrir son école. Chen Shi trouve rapidement un disciple en la personne de Geng Liangchen 耿良辰, un jeune coolie téméraire qui aime se battre. C’est au départ un jeune effronté qui ne vient chez Chen Shi que pour le provoquer en duel, par fierté, mais aussi pour gagner les faveurs de l’épouse de ce dernier, dont la beauté le subjugue. Au fur et à mesure de sa formation, cependant, Geng Liangchen va éprouver un respect grandissant pour son Maître et se montrer à la hauteur de ses espérances.
Mais si Geng Liangchen devient un brillant combattant, quelle sera la réaction des Maîtres des autres écoles ? Pour éviter de leur faire perdre la face, Zheng Shan’ao propose que Chen Shi le forme lui aussi à son style de boxe Wing chun, afin de l’aider à vaincre le jeune Geng Liangchen lors de son neuvième combat. Il donnera ainsi l’image du Maître qui aura sauvé l’honneur du gongfu à Tianjin :

  • 53 Chap 3, p. 13-14 : « 耿良辰踢到了第八家,已是天津武行能忍受的极限,将会有一位名师出面将他击败,维护住天津武林的体面。在这位名师的主持下,耿良辰作为一个犯乱的徒弟,被逐出天津,而 (...)

Geng Liangchen avait battu huit écoles, c’était à la limite de ce que pouvaient endurer les représentants des arts martiaux de Tianjin. Il y aurait bientôt un grand maître qui ferait son apparition pour le vaincre, et ainsi sauver l’honneur du cercle d’arts martiaux de la ville. Avec le soutien de ce grand Maître, Geng Liangchen serait considéré comme un disciple ayant semé la pagaille et serait chassé de Tianjin. Mais son exploit d’avoir battu huit écoles serait reconnu, et le Maître qui se tenait dans l’ombre pourrait se montrer, récolter les fruits de cette victoire, se faire un nom et ouvrir sa propre école.53

33Toutefois, Zheng Shan’ao sera-t-il assez fort pour renverser le jeune Geng lors de son neuvième combat ? Si Geng bat le vieil homme, les plans de Chen Shi seront compromis. Si au contraire Zheng Shan’ao prend sa mission trop à cœur pour sauver sa réputation et finir sa carrière de combattant en beauté, alors c’est la vie de Geng qui sera en péril. Quoi qu’il arrive, Geng Liangchen sera de toute façon puni pour avoir osé provoquer les autres écoles, et il sera exilé de Tianjin. Chen Shi essaie de ne pas penser à ces détails : son seul objectif est de parvenir à ouvrir son école le plus tôt possible, il fait donc peu de cas du sort de son disciple.
Cependant, deux personnes vont venir contrecarrer ses plans : Maître Zou d’une part, la veuve du plus grand Maître de la ville, qui ne compte pas laisser sa chance à un nouveau venu qui risquerait de briser le fragile équilibre trouvé entre écoles de gongfu, gouvernement et population ; l’officier militaire Lin Xiwen 林希文 d’autre part, ancien disciple de Zheng Shan’ao et bras droit du gouverneur militaire de la province du Shandong, dont la fortune et le pouvoir vont grandissant, qui ne pense qu’à sa carrière et dont l’un des rêves inavoués est de devenir un personnage influent, non pas grâce à ses capacités en arts martiaux — somme toute limitées — mais grâce à ses relations dans l’armée. Ces deux personnages sans cœur vont réduire à néant les espoirs de Chen Shi.
En effet, alors que Geng Liangchen a battu sans peine huit des dix-neuf écoles que compte la ville, Lin Xiwen propose à son vieux Maître Zheng un duel arrangé et chorégraphié, pour divertir son chef, le gouverneur militaire du Shandong. Lorsque Zheng Shan’ao arrive, il apprend que le gouverneur a été retardé et que le combat sera filmé pour être projeté ultérieurement. Tout cela est en réalité un coup monté par son jeune disciple, qui ne respecte pas les règles du duel et prend le dessus sur son Maître. Zheng Shan’ao perd son honneur et n’a d’autre choix que de s’exiler. Pour dédommager son Maître, Lin Xiwen lui offre beaucoup d’argent, ce qui permet au vieil homme de partir s’installer à Singapour avec une jeune danseuse russe. Il n’y a donc plus personne pour battre Geng Liangchen en combat loyal et sauver l’honneur du cercle martial de Tianjin.
Profitant d’un heurt entre le jeune Geng et le bras droit de l’officier Lin, Maître Zou ligue alors l’ensemble des Maîtres des écoles de la ville contre le jeune effronté et décide de l’exiler de la ville au plus vite. Elle négocie avec Chen Shi et l’autorise à ouvrir son école. Chen Shi ne sait que faire face au triste sort qui attend son disciple et assiste, impuissant, au châtiment que l’officier Lin Xiwen inflige à Geng Liangchen. Le but n’est pas de le tuer, mais de le blesser et de le chasser de la ville. Geng sera finalement laissé pour mort en rase campagne, deux poignards enfoncés dans l’abdomen. Plutôt que de tenter de sauver sa vie en allant trouver un médecin à quelques centaines de mètres du lieu où il a été abandonné, il décide de regagner la ville de Tianjin, si chère à son cœur : il préfère y mourir plutôt que de la quitter pour toujours.
Pour dédommager Chen Shi de la mort de son disciple, Lin Xiwen paye tous les frais pour fonder sa nouvelle école, et Maître Zou organise la cérémonie d’ouverture. Mais Chen Shi, jusque-là insensible, refuse de se rabaisser au niveau des autres Maîtres et décide de sauver l’honneur de son disciple assassiné. Le jour de l’ouverture de son dojo, il provoque les autres Maîtres en duel. Personne ne se porte volontaire, et il se retrouve encore plus désespéré. Il se fait ensuite maîtriser à terre par Maître Zou et ses hommes de main. N’ayant plus rien à perdre, il tue Lin Xiwen d’un coup de lame dans le cou et prend la fuite. La mort de l’officier arrange bien les Maîtres des autres écoles, qui se retrouvent ainsi débarrassés de cet homme influent et arrogant. Mais Chen Shi est désormais coupable de crime.
Il se dirige vers la gare, où sa femme était censée le retrouver avec toutes les économies du couple pour partir dans le Guangdong. Mais il ne la trouve pas : cette dernière a voulu rester près du dojo pour l’attendre et n’a pas eu le temps de le rejoindre à la gare. Croyant qu’elle est déjà partie, Chen Shi monte dans un train et quitte la ville.

2. La fin d’une époque

34Comme dit plus haut, l’ouverture d’une nouvelle école d’arts martiaux et les combats ne sont pas les thématiques principales du récit. Le but de Xu Haofeng n’est pas de divertir, ni de faire l’apologie des arts martiaux, mais de prendre position et de faire réfléchir le lecteur.

Les références

35Si les arts martiaux sont présents dans le récit, c’est surtout à travers la culture qui s’y rattache. Ainsi, lorsque Chen Shi demande à son disciple d’abandonner son travail de coolie pour préserver sa santé et son énergie et se consacrer pleinement à l’entraînement, il lui propose, afin de gagner sa vie, de louer des wuxia xiaoshuo dans la rue, avec une bibliothèque ambulante. Geng Liangchen s’installe dans une grande rue, près du bazar de Beihai 北海楼 qui héberge également une maison de thé. Il travaille avec une charrette à bras et cinq petits tabourets pour ses clients (chap. 2). C’est ainsi qu’il fait la connaissance d’une vendeuse de gruau installée en face de son coin lecture et qu’il en tombe amoureux.

  • 54 Nom de plume de Xiang Kairan 向恺然 (1889?–1957).
  • 55 Ou « Bei pai wu da jia » 北派五大家. Désigne les cinq auteurs majeurs de romans de chevalerie des années (...)
  • 56 Huanzhu Louzhu : nom de plume de Li Shoumin 李寿民 (1902–1961), considéré comme le « père du roman de (...)
  • 57 Film réalisé par Zhang Shichuan 张石川 en 1928, adapté d’un roman de Xiang Kairan 向恺然 (1889–1957).

36Cette activité n’est pas choisie au hasard : l’histoire se passe en effet dans les années 1930, époque où les wuxiao xiaoshuo sont très à la mode en Chine. Comme le rappelle le narrateur dans le chapitre 2, après la parution du roman Jianghu qixia zhuan 江湖奇侠传 (Les Aventures des étranges redresseurs de tort des rivières et des lacs) de Pingjiang Buxiaosheng 平江不肖生54, qui connut un succès fulgurant en 1922 dans le Sud de la Chine, les années 1930 connaissent l’essor des « Cinq grands auteurs de romans de chevalerie de l’école du Nord » (Bei wu jia 北五家)55 et de la saga romanesque Shushan jianxia zhuan 蜀山剑侠传 (Vie d’un chevalier errant des montagnes du Sichuan) de Huanzhu Louzhu 还珠楼主56. La culture wuxia est également présente via la projection du film Huo shao honglian si 火烧红莲寺 (L’incendie du monastère du Lotus rouge)57 le jour de l’inauguration du dojo (chap. 9).

La renommée avant la transmission

37L’idée mise en avant par l’auteur, c’est qu’il est regrettable que l’époque des vrais wuxia (chevaliers errants redresseurs de torts) soit révolue : tandis que les histoires de chevaliers et de Maîtres en arts martiaux se multiplient en littérature, les arts martiaux dans la vie réelle déclinent. Les Maîtres ne sont plus vraiment des Maîtres et ne transmettent plus vraiment leur art. Les arts martiaux sont en passe de devenir un simple héritage, une sorte de « patrimoine ». Ainsi, dans le chapitre 2, le narrateur explique :

  • 58 Chap. 2, p. 10 : « 天津有武馆十九家平均一所武馆十来个学员靠收学费根本无法维持。武馆重要的不是学员,是师父。自民国初年,国民政府提倡武风以来,武术只促成了武侠小说热潮,对大众改 (...)

Il y avait dix-neuf écoles d’arts martiaux à Tianjin, et chacune formait une dizaine de disciples seulement. Ce n’étaient donc pas les frais d’études qui pouvaient leur permettre de se maintenir. Pour les écoles, l’important, ce n’étaient pas les disciples : c’étaient les Maîtres. Depuis le début de la République de Chine, le gouvernement national encourageait la pratique des arts du combat. Cependant, les arts martiaux avaient seulement permis à la fièvre des romans de chevalerie de se répandre… Les changements sur la population étaient peu perceptibles, les masses populaires travaillaient durement pour vivre, ou bien cherchaient à se divertir, elles n’avaient pas de temps à perdre à pratiquer les arts martiaux.
Les fonctionnaires et les hommes d’affaires soutenaient financièrement les écoles d’arts martiaux, dans le seul but d’offrir aux célèbres Maîtres un moyen de subsistance. Les Maîtres prestigieux, de plus en plus nombreux, s’étaient réunis en une organisation florissante, et les styles de combat mineurs qui n’avaient pas laissé leur empreinte au niveau historique émergeaient les uns après les autres. Le Maître de Geng Liangchen était justement le disciple d’une petite école de ce genre.
La veille de son premier duel, Geng Liangchen mangea des crabes chez son Maître. Le Maître déclara que les choses qui n’avaient pas de lien avec le peuple pouvaient malgré tout prospérer, par exemple la peinture traditionnelle chinoise ou l’art de la porcelaine, dont les riches marchands et les hauts fonctionnaires se délectaient. La situation des arts martiaux était à présent comparable à celle de la peinture traditionnelle ou de la porcelaine… Sauf que les arts martiaux n’étaient pas des œuvres matérielles, et ne pouvaient donc pas, à ce titre, faire l’objet de spéculation financière, comme c’était le cas pour les marchandises rares. Lorsque les impératifs politiques changeraient, c’en serait fini de l’âge d’or des arts martiaux.58

  • 59 Chap. 3, p. 13 : « 这是一个“出师父不出徒弟”的时代»
  • 60 Chap. 3, p. 14 : « 这是小拳种博出位的运作方式,踢馆者是牺牲品,一个门派立住了,一个人才毁掉了。 »

38C’est aussi l’avis du vénérable Zheng Shan’ao, qui explique à Chen Shi qu’il considère que les écoles d’arts martiaux ne sont plus aussi sérieuses qu’avant, qu’elles ne forment plus réellement de disciples, que les secrets ne sont plus réellement enseignés, que les gens pratiquent les arts martiaux simplement pour se divertir et que les Maîtres ne cherchent plus à transmettre véritablement l’art du combat qu’il représentent (chap. 3). Zheng Shan’ao déclare vivre à une époque qui « voit naître des Maîtres, mais aucun disciple »59. L’importance accordée aux Maîtres plutôt qu’aux disciples se voit également dans la coutume qui veut que pour parvenir à ouvrir une école, il faut utiliser un de ses disciples, quitte à ce que ce dernier meure ou soit exilé par la suite : « Telle était la façon de procéder des Maîtres des petites écoles. Ceux qui défiaient les écoles en duel étaient sacrifiés : pour qu’une école voie le jour, un jeune talent était anéanti. »60
De la même façon, un disciple ne peut être reconnu par ses pairs, même s’il est doué. Il peut être admiré par la population, mais peut difficilement trouver sa place dans le monde des arts martiaux. Les victoires éclatantes de Geng Liangchen ne sont donc pas tolérées par les Maîtres en place. Lorsque, au chapitre 4, trois d’entre eux demandent à rencontrer Chen Shi dans la maison de thé pour décider du sort de son disciple, la décision se prend autour de tasses de thé que les convives doivent prendre les uns après les autres : si la dernière tasse qui reste sur le plateau se trouve sur les bords du plateau, le disciple est épargné ; si elle se trouve au milieu, le disciple est condamné. C’est malheureusement ce qui se passe :

  • 61 Chap. 4, p. 23 : « 不会有比武了,他们将不择手段,将耿良辰除掉。各馆长看着他,只要他拿了茶杯,便是默认这事,今日会面便可结束。陈识背上一层如霜的冷汗:天津十九家武馆,只你们几个说 (...)

Il n’y aurait plus de duel. Ils ne reculeraient devant rien pour éliminer Geng Liangchen. Les Maîtres fixaient Chen Shi : s’il prenait la dernière tasse de thé sur le plateau, c’est qu’il approuvait tacitement leur décision et que leur réunion touchait à sa fin.
Cheng Shi fut parcouru de sueurs froides : « Il y a dix-neuf écoles d’arts martiaux à Tianjin, dit-il, et ce ne serait qu’une poignée d’entre elles qui décideraient ? Quel est l’avis du vénérable Zheng Shan’ao ?
Si on passe par le thé, c’est justement pour ne pas avoir à discuter, rétorqua un des convives. Prends cette tasse. »
Chen Shi tendit la main : ses doigts n’avaient pas encore touché la tasse que déjà tous les Maîtres se levaient pour partir.61 

39Finalement, ce sont les Maîtres en arts martiaux qui creusent leur propre tombe, et qui signent l’arrêt de mort du gongfu à plus ou moins long terme : préoccupés par leur propre prestige, ils en oublient les vraies valeurs des arts martiaux et relèguent la notion de transmission au second plan.

Le cercle des arts martiaux face à la modernité

40Mais les vieux Maîtres ne sont pas les seuls coupables de la disparition programmée des arts martiaux. En effet, au début de la République de Chine, les Seigneurs de la guerre gagnent en pouvoir et s’appuient sur la force militaire pour régner. Ainsi, suite au décès de Geng Liangchen, Maître Zou explique à Chen Shi :

  • 62 Chap. 8, p. 35 : « 别怨我,惩戒他的不是武行人,是军人。那位军官是林希文,抢了本该武行人做的事,在街头亲自动手,是一种表态――表明天津武行的靠山以后是山东督军。 »

« Ne me blâme pas… Ce ne sont pas des pratiquants d’arts martiaux qui lui ont infligé une correction, mais un militaire. »
Cet officier, c’était Lin Xiwen. S’il avait agi en personne à la place des représentants des écoles d’arts martiaux, en plein milieu de la rue, c’était pour leur faire comprendre qu’à l’avenir, leur appui principal serait le gouverneur militaire du Shandong [le Maître de Lin Xiwen].62

41Le jour de l’inauguration du dojo, lorsqu’on projette les images du duel de Lin Xiwen et de son Maître déchu Zheng Shan’ao, les Maîtres des autres écoles font comme si de rien n’était, même si cela les met mal à l’aise vis-à-vis de leur ancien camarade qui a été déshonoré. Simplement parce que tout le monde a compris où Lin Xiwen voulait en venir avec cet avertissement :

  • 63 Chap. 9, p. 43 : « 以前是军阀捐钱,武人自治,军界人物不入武行。林希文将破坏这默契,有打败郑山傲的战绩,当然有武行地位,他将以双重身份,接管天津武行。各武馆将变质为他的私家帮佣,武 (...)

Auparavant, c’étaient les Seigneurs de la guerre qui apportaient un soutien financier. Mais les pratiquants en arts martiaux restaient indépendants, les militaires ne se mêlaient pas de leurs affaires. Lin Xiwen allait briser cet accord tacite. Il avait réalisé l’exploit de battre Zheng Shan’ao, il avait donc un statut de combattant en arts martiaux. Il allait s’appuyer sur ses deux statuts pour prendre le contrôle du monde des arts martiaux de Tianjin. Chaque école en serait réduite à se mettre à son service, et le « cercle des arts martiaux » ne serait plus qu’une simple dénomination.63

42Enfin, la modernité au niveau des sciences et techniques est également à prendre en compte : avec le développement de l’usage des armes à feu, les arts martiaux paraissent de plus en plus inutiles. Ainsi, au chapitre 9, Chen Shi explique à sa femme :

  • 64 Chap. 9, p. 41: « 我们造不出一流枪炮,也造不出火车轮船,所以拿武术来替代。练一辈子功夫,一颗子弹就报销了,武术带给一个民族的,不是自信,而是自欺。开武馆,等于行骗!»

« Nous ne produisons ni armes à feu ni canons, nous ne construisons ni trains ni bateaux à vapeur, nous brandissons les arts martiaux à la place. On a beau pratiquer les arts martiaux toute sa vie, on peut être anéanti d’une seule balle. Ce que les arts martiaux apportent à la nation, ce n’est pas la confiance et l’assurance, c’est l’illusion et la déception. Ouvrir une école d’arts martiaux, c’est se comporter en escroc ! »64

43À travers les propos de ses personnages, Xu Haofeng regrette le déclin des arts martiaux, de leur prestige et de leurs valeurs dans la société chinoise du début du XXe siècle. Il reste fidèle à ses motivations premières, celles qui l’avaient poussé jadis à rédiger la biographie de son grand-oncle Li Zhongxuan, à propos duquel Laurent Chircop-Reyes déclare :

  • 65 Laurent Chircop-Reyes, « Indifférent aux vicissitudes, à l’honneur et au déshonneur », op.cit.

Si ce que nous raconte Li Zhongxuan se présente, au premier abord, comme un message d’espoir à un retour aux pratiques martiales disparues, le conteur apparaît néanmoins empreint d’une nostalgie fataliste, comme si son intention cachée était de faire prendre conscience aux lecteurs que cette culture, ce monde, ont bel et bien disparu, ou, au pire, que ces traditions sont sur le point de disparaître de manière inéluctable avec les derniers maîtres héritiers.65

44C’est exactement la même impression que nous avons à la lecture de la nouvelle « Shifu ».

III. Maîtres et disciples : des relations complexes

45La relation de Chen Shi avec son propre Maître est à l’origine du récit, au-delà de sa relation avec son jeune disciple Geng Liangchen. L’auteur met également en avant la relation de Maître à disciple entre Zheng Shan’ao et Lin Xiwen. Ainsi, ce n’est pas une seule relation de Maître à disciple qui est traitée dans le récit, mais trois. Ce sont ces trois liens que nous allons analyser.

1. Le poids des responsabilités

  • 66 Chap. 2, p. 11 : « 师父练的是咏春拳,限于广东福建,习者寥寥。»
  • 67 Chap. 2, p. 10 : « 寂寂无名,愧对祖师。你现在不懂,但等我死了,只剩你了,就会明白这个字有多难受。 »

46Chen Shi est obnubilé par l’idée de fonder une école en hommage à son propre Maître décédé, afin d’éviter que son art ne tombe dans l’oubli : « Le Maître pratiquait l’art martial de Wing chun, un style qui se limitait aux provinces du Guangdong et du Fujian, et dont les pratiquants se comptaient sur les doigts d’une main. »66 C’est son objectif principal, qui lui fait oublier tous les autres principes qui étaient à l’origine les siens. Cette responsabilité est pour lui difficile à porter : il est ainsi pressé de s’en débarrasser, même si on sent qu’il éprouve pour son Maître un profond respect. Lorsque son disciple Geng Liangchen lui demande à quoi bon ouvrir une école si les arts martiaux sont condamnés face à la modernité et aux armes à feu, Chen Shi répond : « Rester silencieusement dans l’ombre, c’est faire honte au fondateur de son école. Tu ne peux pas comprendre maintenant, mais lorsque je serai mort, et qu’il ne restera plus que toi, et toi seul, alors tu comprendras à quel point cette "honte" est difficile à supporter. »67 On comprend donc quelle souffrance est la sienne.

47Chen Shi parvient finalement à ses fins et ouvre son école d’arts martiaux. C’est la concrétisation de son rêve et l’aboutissement d’un plan mis à exécution plus d’un an auparavant. La cérémonie d’inauguration de l’école se déroule devant la niche abritant la tablette funéraire du Maître défunt de Chen Shi, dans le pur respect des traditions : Chen Shi a respecté sa promesse, son honneur est sauf.

2. Quand le disciple renverse son Maître

48La relation entre Zheng Shan’ao, Maître de la boxe des Huit trigrammes, et son disciple Lin Xiwen, devenu officier militaire, est plus complexe. Zheng Shan’ao méprise son disciple, mais profite de son argent : il met par exemple sur son compte tous ses frais de bouche. Surtout, il le sous-estime, n’attribuant sa réussite qu’à ses relations, et non à son talent. On peut supposer qu’il a sa part de responsabilité dans l’évolution de Lin Xiwen : il ne l’a peut-être pas assez contrôlé, il n’a sans doute pas été un Maître assez consciencieux et investi, il ne l’a pas encouragé et n’a pas su lui inculquer des principes moraux. Le jeune homme, âgé de vingt-six ans, semble insensible et désabusé : rien ni personne ne l’impressionne, et il est déçu de n’avoir jamais rencontré une personne de valeur dans sa vie. Alors qu’il abandonne Geng Liangchen à son sort funeste en rase campagne, il se sent triste et se dit qu’il s’agit peut-être de la personne de valeur qu’il a cherchée toute sa vie (chap. 8). La même pensée lui traverse l’esprit le jour de l’inauguration du dojo de Chen Shi (chap. 9).
Vivant sans doute très mal le manque de considération que lui témoigne son Maître, Lin Xiwen n’éprouve pas de respect pour ce dernier et n’hésite pas à l’instrumentaliser, à lui faire perdre la face et à ruiner sa réputation. L’auteur précise à ce sujet qu’un duel entre Maître et disciple n’était pas mal vu dans l’ancien temps :

  • 68 Chap. 5, p. 25 : « 如果自己师父有名,也可以打师父,称作谢师礼。无人觉得不妥,被打的师父觉得徒弟超过自己,是祖师技艺不衰,会请客庆祝。二十年来,拳师成社会名人,输不起了。谢师 (...)

Si son propre Maître était réputé, on pouvait l’affronter. On appelait cela : « la cérémonie de remerciement au Maître ». Personne ne trouvait cela déplacé. Le Maître vaincu pensait que son disciple le surpassait, et qu’ainsi l’art martial du Maître fondateur ne déclinerait jamais. Il pouvait même organiser un banquet pour célébrer cela.
Mais depuis vingt ans, les grands Maîtres s’étaient réunis en organisation, ils ne pouvaient plus tolérer de perdre un duel. La « cérémonie de remerciement au Maître » fut fermement interdite, les jeunes gens ne pouvaient plus combattre qu’entre eux, et provoquer en duel un ancien était perçu comme un terrible affront.68

49Finalement, Lin Xiwen ne respecte pas ce qui était prévu et met son Maître à terre. Zheng Shan’ao perd connaissance et se réveille avec trois incisives en moins. Il a perdu la face, et tout a été enregistré par la caméra : il sera facile de procéder à quelques coupes pour faire croire à un vrai combat. Il confie à Maître Zou, qui est à ses côtés à son réveil, qu’il ne comprend pas pourquoi son disciple l’a trahi (chap. 5). Finalement, la prophétie de Zheng Shan’ao semble s’être réalisée : il n’y a plus de Maître digne de ce nom dans la Chine actuelle, comme il n’y a plus de disciple digne de ce nom non plus. La relation de respect et d’attachement mutuels entre les uns et les autres est rompue.

3. Une admiration réciproque

  • 69 Chap. 2, p. 8 : « 饭后,男人说:你这身子骨,不学拳,可惜了。跟我练吧。他脑子蒙蒙的,当即磕头,叫了师父。 »
  • 70 Chap. 2, p. 9 : « 健康是一种磁性,健康的人之间有着特殊的吸力――这是他观察师父师娘得出的结论。 »

50La relation entre Chen Shi et Geng Liangchen est, malgré les apparences, moins négative. Leur première rencontre est brève, ils ne connaissent rien l’un de l’autre, et pourtant la proposition de Chen Shi de prendre Geng Liangchen comme disciple se fait rapidement et spontanément. On a cependant l’impression d’une proposition faite à la légère, sans cérémonial, sans émotion, et donc sans investissement sincère de la part du Maître, comme s’il s’agissait de se débarrasser d’une corvée : « Après le repas, l’homme s’adressa à lui en ces termes : “Bâti comme tu l’es, ce serait dommage de ne pas étudier l’art du combat à mains nues. Je peux t’apprendre.” Geng Liangchen, qui n’avait pas les idées très claires, se prosterna aussitôt front contre terre et le reconnut pour Maître. »69
En plus de sa maîtrise des arts martiaux, c’est l’apparence physique de Chen Shi qui impressionne le jeune Geng Liangchen : « Lorsqu’on est en bonne condition physique, on dégage une sorte de magnétisme. Il y a une forme d’attraction particulière entre les personnes en bonne forme physique : c’est la conclusion à laquelle Geng Liangchen était parvenu en observant son Maître et l’épouse de ce dernier. »70
Si la relation est distante au départ, surtout de la part de Chen Shi, son disciple, par son comportement, va permettre à leur relation d’évoluer positivement :

  • 71 Chap. 4, p. 21 : « 学拳,为看她。耿良辰心思,陈识知道,自信他练下去便会改变,拳中有尊卑。果然,他不再敢看她,因为对陈识敬意日深。 »

S’il avait décidé d’étudier les arts martiaux, c’était pour voir [l’épouse de Chen Shi]. Chen Shi le savait pertinemment, mais il était persuadé qu’à force de s’entraîner, Geng Liangchen changerait, car dans les arts martiaux il y a la notion de respect pour les anciens. Et effectivement, à mesure que son respect pour Chen Shi grandissait, le jeune homme finit par ne plus oser poser les yeux sur son épouse.71

  • 72 Chap. 2, p. 10 : « 习武后,师父判断练三年,他可以踢馆。他的天赋比预想高,只用了一年。 »

51Chen Shi est impressionné par les progrès de son disciple, qu’il n’imaginait pas si doué : « Après l’avoir mis à l’épreuve, le Maître estimait qu’il lui faudrait trois années d’entraînement avant d’affronter les autres écoles. Mais ses prédispositions s’avérèrent meilleures que prévu, et une seule année suffit. »72

52De son côté, on a l’impression que Geng Liangchen n’arrive pas à cerner son Maître, et qu’il sent que sa relation avec lui n’est pas vraiment saine. Un passage du chapitre 2 fait part de ses réflexions :

  • 73 Chap. 2, p. 6 : « "我那个师父啊……”去北海楼的路上,耿良辰再次感慨。他拥书七十本,是师父出的钱,可谓恩重如山[…] 但近日有种莫名其妙的预感――师父在盼着他死。怎能这么想?这叫 (...)

« Ah… Ce Maître… » soupira une nouvelle fois Geng Liangchen en se rendant à la maison de thé Beihai.
C’était son Maître qui avait payé pour les soixante-dix livres qu’il possédait, il lui était hautement redevable. […] Mais ces derniers temps, il avait une sorte de pressentiment inexplicable, comme si son Maître souhaitait qu’il meure.
« Pourquoi tu penses ça ? Quel ingrat tu fais ! Tu n’es qu’un vaurien Geng Liangchen ! »
Il se donna une gifle à lui-même. À Tianjin, dans la rue, les gens agissaient comme s’ils étaient seuls à la maison, ils se moquaient du regard des autres. Il se redonna une nouvelle gifle.73

4. Des sentiments contradictoires

  • 74 Chap. 4, p. 20 : « 从未去过耿良辰住所,也没让他请过一顿饭。不愿意受他一点情,因为他是个棋盘上的弃子。 »
  • 75 Chap. 4, p. 20 : « 此徒乖张,我管不了。 »

53L’attitude de Chen Shi est paradoxale… Il n’éprouve aucun scrupule à exploiter son disciple, et ce jusque tardivement dans le récit. Il est seulement question d’enseignement et d’apprentissage. La relation entre les deux reste assez distante. Si Geng respecte de plus en plus son Maître et son engagement, Chen Shi, de son côté, ne se soucie guère de lui : « Pas une fois il ne s’était rendu chez Geng Liangchen, pas une fois il ne lui avait permis de l’inviter à manger. Il ne voulait rien accepter de lui, car il n’était qu’un pion sur un échiquier. »74 Lorsque les Maîtres des deux principales écoles de la ville lui demandent des comptes concernant son disciple, Chen Shi se contente de répondre : « C’est un disciple qui n’en fait qu’à sa tête, je n’ai pas d’emprise sur lui. »75 Il abandonne ainsi son disciple à son sort, alors même que c’est lui qui tire les ficelles.
Malgré tout, plus l’intrigue progresse, plus Chen Shi voit naître en lui un sentiment de responsabilité vis-à-vis de son unique disciple. Il commence à s’inquiéter de son sort : il craint pour sa vie. Dans un premier temps, en vue du duel contre Zheng Shan’ao :

  • 76 Chap. 4, p. 21 : « 郑山傲六十三岁,所有年轻人的恶习――熬夜、抽烟、赌博――他都有,他的体能强于青年。但他是个老人了,老人都有恐慌,难以恰到好处,往往过分。耿良辰会残废。[...] (...)

Du haut de ses soixante-trois ans, Zheng Shan’ao accumulait toutes les mauvaises habitudes des jeunes gens : il veillait tard la nuit, il fumait, il jouait de l’argent. Il était en bien meilleure forme qu’un jeune ! Mais il restait un vieil homme malgré tout : les hommes âgés peuvent être pris de panique et avoir du mal à doser les choses au plus juste, ils sont souvent excessifs. Geng Liangchen risquait d’en ressortir infirme. […] Zheng Shan’ao était un fanatique d’arts martiaux et un ancien du Jianghu. Il se montrerait impitoyable pour défendre sa réputation. Geng Liangchen risquait sa vie.76

  • 77 Chap. 4, p. 22 : « 看他兴致正高,求他对耿良辰手下留情的话,陈识就没说出口,反正日子还多[] »

54Alors qu’il s’entraîne avec Zheng Shan’ao, Chen Shi s’inquiète de plus en plus pour son disciple : « En voyant Zheng Shan’ao aussi exalté, il n’osa pas le prier de faire preuve de clémence avec Geng Liangchen. De toute façon ils avaient encore le temps […]. »77

  • 78 Chap. 5, p. 28 : « 别想扬名,回广州吧。如果好心,带你徒弟走。 »

55Le départ de Zheng Shan’ao suite à sa défaite face à Lin Xiwen change la donne à plusieurs niveaux : non seulement il ne sera pas celui qui pourra défaire Liang Gengchen, mais en plus, il prend conscience de l’importance de la relation entre Maître et disciple et de la responsabilité qui pèse sur les épaules du Maître. Avant de partir pour Singapour, alors qu’il fait ses adieux à Chen Shi, il lui donne par conséquent ce conseil : « Oublie la célébrité et retourne à Canton. Et si tu es un homme bon, emmène ton disciple avec toi. »78
Chen Shi est alors conscient que son disciple va être puni par l’organisation. Il est de nouveau convoqué par Maître Zou, qui représente l’ensemble des écoles de la ville. Ils se retrouvent dans une maison de thé, face à l’échoppe de livres du jeune Geng :

  • 79 Chap. 7, p. 32 : « 陈识:我们师徒离开天津,永不再回。能否放过他?邹馆长:他离开,你留下。你徒弟踢了八家武馆,我们就连师父带徒弟地赶走显得我们霸道,外人会说天津这地方不文 (...)

« Et si je quitte Tianjin avec mon disciple, et que nous ne remettons jamais les pieds ici… L’épargnerez-vous ? » déclara Chen Shi.
— Lui, il peut partir, répondit Zou. Mais toi, tu restes. Ton disciple a vaincu huit écoles d’arts martiaux… Si nous vous chassions tous les deux, cela ferait de nous des despotes. Et dans les autres provinces, on dirait de Tianjin que c’est un endroit qui n’est pas civilisé ! Reste, et nous t’aiderons à ouvrir ton école. Une année, au moins, et tout le monde aura la face sauve.
— Et une fois cette année écoulée ?
— Si tu veux partir, nous ne te retiendrons pas. »
Du deuxième étage du bâtiment, où se trouvait la maison de thé, on pouvait voir par la fenêtre l’étalage de bouquiniste de Geng Liangchen. Le jeune homme se dirigeait vers l’échoppe de brouet de millet.
Maître Zou sourit : « Nous sommes des pratiquants d’arts martiaux, nous ne sommes ni des politiciens, ni des mafieux. Il quittera la ville vivant. Blessé, mais pas infirme. »
Chen Shi baissa la tête pour boire son thé et poussa discrètement un long soupir.79

5. La mort d’un disciple, la naissance d’un Maître

  • 80 Chap. 9, p. 39-40 : « 北方习俗,未结婚的青年男子死亡,是大凶之事,不能出殡。耿良辰是在夜里埋的。 »
  • 81 Chap. 9, p. 42 : « 装装样子,大家满意。一套程序走下来,陈识竟有功成名就的惬意,似乎一年前的北上之志已全部实现。 »
  • 82 Chap. 9, p. 44 : « […] 许久以来,在我心中,耿良辰只是扬名大业的一个牺牲品,和眼前这些人一样,期盼他早日毁灭。 »

56Chen Shi ne montre pas une réelle volonté de sauver son disciple. Mais la mort de Geng Liangchen marque un tournant dans le récit. Il meurt de façon tragique, et il est enterré comme un coolie, sans cérémonial : « Dans le Nord, la coutume veut que la mort d’un jeune homme célibataire soit un grand malheur. On ne peut donc pas faire de cortège funèbre. Geng Liangchen fut enterré dans la nuit. »80
On sait que Chen Shi assiste aux funérailles, par une phrase brève. Mais l’auteur ne décrit pas les émotions qu’il ressent. On sent malgré tout que quelque chose s’est brisé en lui, et qu’il n’éprouve pas de réel plaisir à avoir atteint son objectif. Il semble être spectateur par rapport à l’ouverture de son école : « Il fallait sauver les apparences, pour que tout le monde soit content. Les choses suivaient leur cours. Chen Shi pouvait être satisfait de connaître la célébrité et la gloire, il semblait que toutes les ambitions qu’il nourrissait un an auparavant en arrivant dans le Nord s’étaient réalisées. »81
Le jour de l’inauguration, Chen Shi monte sur l’estrade avec son arme, « la lame du soleil et de la lune, du ciel et de la terre ». Son disciple a battu huit écoles, il veut affronter la neuvième, pour prouver symboliquement sa supériorité sur la majorité des écoles de la ville. Il commence par défier Maître Zou et Lin Xiwen, mais tous deux refusent de se donner en spectacle. C’est un coup de massue pour Chen Shi. Les sentiments qu’il ressent pour son disciple se révèlent alors à lui, et il reconnaît son erreur : « Pendant longtemps, dans mon esprit, Geng Liangchen n’était qu’une victime à sacrifier pour servir mon entreprise de notoriété, et comme tous ces gens en face de moi, j’attendais qu’il soit écrasé. »82 Chen Shi prend conscience de son attitude méprisable : il a tout sacrifié pour réaliser son objectif, y compris ses principes et sa morale. Alors qu’il a regagné sa place et qu’il démonte son arme, il est submergé par l’émotion :

  • 83 Chap. 9, p. 45 : « 日月乾坤刀是天下最善防守的刀,而自己没有守住做人的底线――一颗眼泪落在刀面上,如一颗平日保养刀用的桐油。拇指一推,将这颗眼泪桐油般推展出去,永远渗在刀面里。 »

La lame « du soleil et de la lune, du ciel et de la terre » est la meilleure arme de défense au monde. Quant à Chen Shi, il n’avait pas su préserver son fond d’honnêteté… Une larme tomba sur une des lames, semblable à une goutte d’huile d’abrasin qu’on utilise habituellement pour préserver leur éclat. Il l’écrasa à l’aide de son pouce pour la répartir sur le reste de la lame, telle de l’huile, pour qu’elle se fixe dessus pour l’éternité.83

57Chen Shi ressent de la honte et de la tristesse, mais toute idée de violence l’a quitté. C’est pourquoi Maître Zou décide de reprendre la projection du film, comme si de rien n’était. La pièce est de nouveau plongée dans l’obscurité et le film commence. Mais tout à coup, on entend des bruits de tables et de chaises : Chen Shi vient d’être plaqué au sol, car on suspecte un nouveau coup de sang de sa part. Cette fois, c’en est trop : la rage prend le dessus. Chen Shi se débat :

  • 84 Chap. 9, p. 46 : « […] 陈识左臂脱出,抡了一下,迅速被旁人抄住,按回人堆里。瞬间,林希文觉得自己变得深刻,宇宙生成、人类起源、朝代兴灭似乎都有了答案。他捂着脖子,走出十五步,倒 (...)

Chen Shi parvint à dégager son bras gauche et le brandit. La lame fut rapidement interceptée et disparut dans la foule.
En une fraction de seconde, Lin Xiwen eut une prise de conscience profonde : c’était comme si la création de l’univers, l’origine de l’espèce humaine, ou encore la gloire et la chute des dynasties révélaient leurs secrets. Il se tint le cou, fit une quinzaine de pas et s’écroula, plein de regrets : si le sang avait jailli moins vite, il aurait pu connaître toutes ces réponses.
L’artère de sa gorge avait été sectionnée.
Chen Shi avait en fait réussi à saisir de la main gauche une des lames de son arme.
Il n’aurait su dire s’il l’avait saisie au moment où on l’avait plaqué au sol ou bien si quelqu’un la lui avait mise dans la main après...84

  • 85 Dans le film, Xu Haofeng ajoute un objet qui symbolise l’attachement de Chen Shi à son disciple : u (...)

58Chen Shi a gâché l’inauguration de son école, a mis fin à son rêve. Il est à présent coupable de crime sur un officier et doit prendre la fuite. Mais il a vengé la mémoire de son disciple : il est devenu un véritable Maître, non pas en créant sa propre école, mais en acceptant le lien qui l’unissait à Geng Liangchen. Il se rend compte que trouver et former un bon disciple en étant un bon Maître est aussi important que de rendre hommage à son propre Maître en étant un bon disciple85.
En plus de l’attachement qu’il peut ressentir pour son disciple, la larme qu’il verse symbolise son repentir et sa honte : il n’a pas été fidèle à ses propres principes, il a sacrifié sa morale pour manigancer et servir ses propres intérêts, même si ses intentions premières étaient louables (rendre hommage à son propre Maître). Il prend conscience qu’il ne vaut finalement pas mieux que les Maîtres des autres écoles.
La prise de conscience de Chen Shi vient aussi du fait que le monde des arts martiaux n’a plus rien à voir avec ce qu’il était auparavant. Ce que Chen Shi souhaitait défendre et perpétuer, à savoir la tradition, le respect, l’enseignement, n’existe plus. Il a perdu ses illusions. Malgré tout, même si l’avenir du Wing chun est toujours menacé, il reste vivant en lui. On peut espérer qu’il crée une école dans le Sud, à Canton par exemple, et qu’il forme de nouveaux disciples, cette fois de façon sincère et honnête, en prenant soin de leur inculquer les principes auxquels il a lui-même dérogé dans sa folle entreprise.

59À ce titre, Chen Shi incarne un « Maître » à plusieurs niveaux :
— c’est l’un des derniers « Maîtres » héritiers de la tradition du Wing chun

60— c’est un « Maître » en arts martiaux, qui a prouvé que son gongfu était supérieur à celui des autres (personne n’ose l’affronter)
— c’est le dernier « Maître » respectueux de l’esprit pur du wuxia
— c’est le dernier « Maître » digne de ce nom en tant que passeur d’un savoir, et sensible au sort de ses disciples.

Conclusion

61Xu Haofeng aime rendre hommage à la Chine ancienne, celle des dernières dynasties impériales et du début du XXe siècle. C’est un écrivain nostalgique, qui regrette « la Chine d’avant », la Chine « traditionnelle », et qui donne à ses romans et à ses films une tonalité morale et sociale qui lui rappelle la vie auprès de ses grands-parents :

  • 86 Xu Haofeng, « Ren zai dao bei hou », op.cit. Texte original : « 我们生活在巨大的惯性当中,意识不到传统文化的重要。我和我父亲这一代中国 (...)

Nous vivons dans une inertie incroyable et nous ne prenons pas conscience de l’importance de la culture traditionnelle. Les Chinois de mon âge et de celui de mes parents appartiennent à la génération de l’époque postrévolutionnaire. Notre mode de vie et nos goûts esthétiques correspondent à ceux de la classe ouvrière soviétique. Les Chinois de la génération de mon grand-père, eux, peuvent être qualifiés de Chinois « traditionnels ».86

62Cette culture et ces idées traditionnelles se retrouvent, à ses yeux, dans l’esprit de chevalerie chinois. À travers ses recherches, à travers ses romans et ses nouvelles, à travers ses films, Xu Haofeng cherche à préserver cette tradition wuxia, mais aussi à lui insuffler un nouvel élan. Au niveau littéraire, on peut considérer qu’il renouvelle le genre des wuxia xiaoshuo en les modernisant dans la forme — il privilégie la nouvelle — et le style — plus épuré, moins descriptif. Cependant, au niveau des thèmes abordés, il reste assez attaché à la tradition des anciens, sans doute par admiration, par humilité et par respect pour les grands maîtres du genre. En ce sens, il se positionne davantage en disciple qu’en Maître. On sent malgré tout, à travers ses dernières publications, qu’il semble s’affranchir de cette tradition, qu’il s’accorde plus de liberté, qu’il écrit de façon plus personnelle : sa maturité littéraire est sur le point d’éclore. Sa nouvelle « Shifu » est à ce titre, à nos yeux, très symbolique : tout comme Chen Shi, Xu Haofeng veut préserver la culture traditionnelle wuxia ; tout comme Chen Shi, il veut rendre hommage aux anciens Maîtres ; tout comme Chen Shi, il cherche à se faire une place dans cet environnement ; enfin, tout comme Chen Shi, il est en train de passer de la position de disciple à celle de Maître.

  • 87 Notons cependant que la plupart des scènes de combat qui ponctuent le film (notamment les scènes de (...)

63Au cinéma, si Xu Haofeng s’est aussi essayé à plusieurs styles, il ose davantage. L’adaptation de « Shifu » au cinéma le pose clairement en nouveau Maître du genre, par des chorégraphies élaborées mais fluides, sans surcharge ni effets spéciaux87, et surtout par un sens poussé de l’esthétique, qui doit sans doute beaucoup à son goût prononcé pour les arts et la peinture. Le fait de pouvoir adapter lui-même au cinéma ses propres récits lui permet par ailleurs d’exprimer pleinement son talent artistique : si on sent une certaine pudeur et une certaine retenue dans son écriture, l’esprit du wuxia qu’il veut défendre prend forme et se réalise pleinement sur grand écran.

64C’est donc avec curiosité et impatience que nous attendons ses prochaines œuvres, en librairie comme au cinéma, car cet auteur et réalisateur talentueux est en passe d’atteindre le sommet de son art.

Haut de page

Notes

1 Brigitte Duzan, fiche auteur « Xu Haofeng » sur le site chinese-shortstories.com [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y2zqf775 (consulté le 5 août 2020).

2 Sur les romans de chevalerie chinois (wuxia xiaoshuo 武侠小说) et la culture qui s’y rattache, voir les articles de Nicolas Zufferey, « Outlaws and Vengeance in Martial Arts Novels : Modern Law and Popular Values in Contemporary China », Chinese Cross Currents, 2.1, 2005, pp.128-151 ; « Wuxia xiaoshuo zhong de bufazhitu yu fuchou – xiandai falü he dangdai Zhongguo de liuxing jiazhi » 武俠小說中的不法之徒與復仇 -- 現代法律和當代中國的流行價值, Chinese Cross Currents, 2.1, 2005, pp.129-151 [traduction en chinois de l’article précédent] ; « De l’Utilité des approches sinologiques traditionnelles pour mieux comprendre la Chine contemporaine : l’exemple de la littérature populaire », Études chinoises, hors-série Étudier et enseigner la Chine, 2010, pp. 83-101.

3 Xu Haofeng 徐皓峰, « Shifu » 師父, in Daobei cangshen 刀背藏身. Beijing : Renmin wenxue, 2013, pp. 1-49. C’est cette édition que nous avons utilisée dans le cadre de notre étude.

4 L’auteur tient à remercier Monsieur Laurent Chircop-Reyes pour les précieuses informations transmises concernant la biographie de Xu Haofeng. Pour reconstituer la vie de Xu Haofeng, nous avons également consulté le site de Brigitte Duzan (voir note 2) et différents sites chinois, notamment le site IMDb, « Haofeng Xu : Biography », [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y6ssgvs7 (consulté le 30 juillet 2020).

5 Qiu Zuyin 邱祖胤, « Chuanqi er laoye chengle chuangzuo yangfen » 傳奇二姥爺 成了創作養分, Zhongguo shibao 中國時報, 25 novembre 2017, [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y2b8hlrq (consulté le 7 août 2020).

6 Wang Ruohan 汪若菡, « Xu Haofeng : zai shisu zhong jiesheng liqi » 徐皓峰在世俗中节省力气, Quanqiu shangye jingdian 全球商业经典, 24 septembre 2012.

7 Ibidem.

8 « Mei you ta, Wang Jiawei jiu pai bu chu ‘Yi dai zongshi’ » 没有他王家卫就拍不出《一代宗师》 », Wangyi xinwen 网易新闻, 01 juillet 2017, [En ligne] à l’URL : https://3g.163.com/exclusive/article/CO9KH5KK000181TJ.html (consulté le 3 août 2020).

9 Xu Haofeng 徐皓峰, « Ren zai dao bei hou » 人在刀背后, 17 septembre 2019, [En ligne] à l’URL : https://www.sohu.com/a/341436855_100244266 (consulté le 25 août 2020). Texte source : « 1997年我从北京电影学院导演系毕业,拿着自己写的电影剧本,被拒绝过很多次,自己觉得写得很生动,反映了某种生活,但是别人直接说:“没有人会感兴趣,没必要拍这个。”我拍了两年纪录片,突然发现我们这一代人是如此的无趣,整个时代过于浮躁、缺乏高贵。上一代人里面,一个卖豆浆的老太太,或者一个卖冰棍的老头,身上都有这种高贵。你看他们对生命的理解、自己的子孙情都是非常稳固的。我们这一代人能开车,能够接触到很多国外的资讯,但是我们为什么不高贵?我要探索这个问题,所以我决定辞职,中断社会实践的过程,回家去,向上一代人找。 » Sauf mention contraire, toutes les traductions sont de l’auteur.

10 Voir la page consacrée à Xu Haofeng sur Weiji baike 维基百科, [En ligne] à l’URL : https://zh.wikipedia.org/wiki/徐皓峰 qui est très complète et détaillée (consulté le 25 juillet 2020).

11 Xu Haofeng publiera un texte intitulé Xi quan wudao 拳悟道, basé sur le récit oral de Hu Haiya, en 2002, dans la revue Wuhun 武魂.

12 Xu Haofeng, « Ren zai dao bei hou », op.cit. Texte original : « 那时候他们都年过八旬了,希望有人每天来跟他们聊聊,有来有往。但是,面对他们,我变成了一个不太敢说话的人,变得不太好玩了,还不如我小时候。他们说什么话我都记下来,没有录音笔,全靠笔头记录,回家后自己再整理一遍。他们的语言非常生动,非常有文学价值 […]。 » 

13 Xu Haofeng , Shiqu de wulin 逝去的武林. Beijing : Dangdai Zhongzuo, 2006, p. 3. Voir aussi Qui Zuyin, « Chuanqi er laoye chengle chuangzuo yangfen », op.cit.

14 Ibidem. Texte original : « 拜師時我磕了頭,二姥爺卻笑說『我不認喔!』領了哥哥的情,卻也不違師父的義。但後來我不認真學,他不認真教,大多時候都在講故事。他常笑我沒有份,我則反駁他都不教真的。這些點點滴滴,意外成了我日後寫作、拍片極重要的養分。» Le texte étant en caractères traditionnels dans l’article source, nous avons fait le choix de le garder ainsi.

15 Xu Haofeng, Shiqu de wulin, op.cit. (268 p.). Pour une traduction partielle de cet ouvrage, voir Laurent Chircop-Reyes, « Indifférent aux vicissitudes, à l’honneur et au déshonneur », Impressions d’Extrême-Orient 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017 [En ligne] à l’URL : http://journals.openedition.org/ideo/615 (consulté le 03 août 2020).

16 Xu Haofeng , Da cheng ruo que 大成若缺. Beijing : Zuojia, 2011, 183 p.

17 Laurent Chircop-Reyes, « Indifférent aux vicissitudes, à l’honneur et au déshonneur », op. cit.

18 Xu Haofeng, « Ren zai dao bei hou », op.cit. Texte original : « 一个作家一定有自己积累素材的对象,我的对象是我爷爷和我姥爷那一代人。现在他们都已经不在这个世上了,我写的还是他们那一代。年轻的时候,我有幸成为了一个见证者,经过了一个老年人的世界,当这些老人都离去了,这个世界就不存在了。 »

19 Voir l’ouvrage qui réunit toutes ses critiques de film : Xu Haofeng , Dao yu xingcheng : Xu Haofeng yingping ji 刀与星辰 : 徐皓峰影评集. Beijing : Shijie tushu, 2012, 298 p.

20 Les deux sous-parties qui suivent concernent exclusivement la liste des œuvres (littérature et cinéma) de Xu Haofeng, avec présentation et résumé. Malgré leur caractère très descriptif, elles nous semblent indispensables : il s’agit en effet de présenter Xu Haofeng et son œuvre au public français, car très peu d’études existent sur lui en français.

21 Nous ne présenterons ici que ses œuvres les plus connues. Pour des informations complémentaires, voir l’article de Brigitte Duzan [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y2zqf775 (consulté le 25 août 2020).

22 Sur l’évolution des wuxia xiaoshuo, voir la présentation très complète de Brigitte Duzan sur son site http://www.chinese-shortstories.com, rubrique « Histoire littéraire », « Brève histoire du wuxia xiaoshuo » (plus particulièrement la partie VI) (consulté le 10 août 2020). Voir aussi Nicolas Zufferey, « Le roman d’arts martiaux chinois et de cape et d’épée français », Magazine de l’Institut Confucius, n°49, « Le chevalier errant », juillet 2018, p. 64-71. Sur la culture wuxia, voir enfin Feng Wanyi, « Légendaires arts martiaux et chevaliers errants », in Ibidem pp. 7-13.

23 Voir Xu Haofeng , « 1987 nian de wuxia » 年的武俠, in Chu nan ge bu lei 处男葛不垒. Beijing : Renmin wenxue, 2017, pp. 151-186.

24 Xu Haofeng , « Wokou de zongji » 倭寇的踪跡. in Daobei cangshen 刀背藏身, Beijing : Renmin wenxue, 2013, pp. 131-176.

25 Xu Haofeng , « Liu Baiyuan biezhuan » 柳白猿別傳, in Daobei cangshen, op.cit., pp. 201-228.

26 À ne pas confondre avec son roman Minguo cike Liu Baiyuan 民国刺客柳白猿 (Liu Baiyuan, assassin de l’époque de la République de Chine), publié en 2005 sur internet, qui, malgré son titre, ne raconte pas exactement la même histoire. Il est notamment question dans ce roman des croyances en l’immortel renard (huxian 狐仙). Pour un résumé de ce roman, voir l’article de Chen Liqun 陈立群 — docteur de l’université Jiaotong daxue de Shanghai — publié le 20 mars 2016, [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y2ah3v3e (consulté le 2 août 2020).

27 Xu Haofeng , Daoshi xiashan 道士下山. Tianjin : Baihua wenyi, 2007, 269 p.

28 Xu Haofeng , Guoshu guan 国术馆. Lanzhou : Dunhuang wenyi, 2014, 196 p.

29 Xu Haofeng , Da Ritan cheng 大日壇城. Beijing : Zuojia, 2010, 386 p.

30 Xu Haofeng , « Shifu » 師父, in Daobei cangshen 刀背藏身. Beijing : Renmin wenxue, 2013, pp. 1-50.

31 Xu Haofeng, Daobei cangshen, op. cit., pp.89-130.

32 Xu Haofeng , Wushi hui 武士会. Beijing : Renmin wenxue, 2013, 263 p.

33 Xu Haofeng , Wuren qinyin 武人琴音. Beijing : Renmin wenxue, 2014, 308 p.

34 Trois personnalités sont concernées : Shang Yunxiang 尚云祥 (1864–1937), Han Boyan 韩伯言 (1907–1996) et Han Yu 韩瑜.

35 Xu Haofeng , Chu nan ge bu lei 处男葛不垒. Beijing : Renmin wenxue, 2017, pp. 1-28.

36 Le recueil de 325 pages réunit plusieurs nouvelles : « Chu nan ge bu lei » 处男葛不垒, « Liumang jiashi » 流氓家史, « Jiehuo » 劫活, « Huayuan zhong de yangshe ren » 花园中的养蛇人, « 1987 nian de wuxia » 1987年的武侠, « Bo’erhesi de yanjing » 博尔赫斯的眼睛, « Hongluo zhang » 红螺障, « Zheming yanyuan Guo Guolin » 者名演员郭国林 et « Shanghai jiuliu » 上海九流.

37 Xu Haofeng 徐皓峰, « Mile, Misaiya » 弥勒,弥赛亚, Shouhuo 收获, 2018 n°5, septembre 2018.

38 Xu Haofeng 徐皓峰, « Dadi shuang xin »大地双心, Shouhuo 收获, 2019 n°3, mai 2019.

39 Xu Haofeng 徐皓峰, « Shiyan juan tianya » 诗眼倦天涯, Shouhuo 收获, 2019 n°5, septembre 2019.

40 Voir supra note 22.

41 Rappelons son goût pour la peinture occidentale, mais aussi pour les films européens (voir supra). Xu Haofeng apprécie également les romans étrangers, plus particulièrement ceux à teneur fantastique (au sens où l’entendait Todorov). On lui doit notamment une nouvelle qui porte le titre « Bo’erhesi de yanjing » 博尔赫斯的眼睛 (L’oeil de Borgès) (cf. note 38). Le texte ne concerne pas l’auteur argentin, mais s’en inspire, car il possède une sorte d’atmosphère onirique où se mêlent souvenirs et réalité.

42 Brigitte Duzan, « « The Sword Identity » de Xu Haofeng : le wuxia nouveau est arrivé », article du 29 août 2011, [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/yyjsl95t (consulté le 10 août 2020).

43 Pour une présentation et une analyse de ce film, voir Ibidem.

44 Pour une présentation et une analyse de ce film par Xu Haofeng lui-même, voir Xu Haofeng 徐峰, Zuo kan chongwei 坐看重围. Beijing : Renmin wenxue, 2015, 236 p. Voir notamment le chapitre 2, « Xiaoshuo tezhi yu dianying xingtai » 小说特质与电影型态.

45 « Jianshi Liu Baiyuan, Xu Haofeng : zhuixun shiqu de duoyuan shidai » 《箭士柳白猿》徐追寻失去的多元时代, Xinlang yule 新浪娱乐, 17 octobre 2018, [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y2fd2obd (consulté le 14 août 2020) (il n’y a pas d’erreur sur l’insertion du titre de l’article, pour lequel l’auteur a choisi de privilégier le caractère du prénom d’origine de l’auteur, et non le caractère de de son pseudonyme).

46 Voir aussi la saga Ip Man du réalisateur hongkongais Wilson Yip (Yip Wai-shun 葉偉信) (1964–) avec Donnie Yen (1963–) dans le rôle principal (voir notamment le premier volet).

47 Le film est également nominé aux 52èmes Golden Horse Awards de Taïwan dans la catégorie meilleur scénario ; nominé au 23ème Beijing College Student Film Festival dans la catégorie meilleur scénario ; nominé aux 16èmes Chinese Film Media Awards dans la catégorie meilleur film ; nominé aux 16èmes Chinese Film Media Awards dans la catégorie meilleur réalisateur : nominé à la 7ème China Film Directors' Guild dans les catégories meilleur scénario et meilleur réalisateur et nominé pour le prix du Temple du Ciel au 6ème Beijing International Film Festival.

48 Brigitte Duzan, « « The Master », l’authenticité des arts martiaux selon Xu Haofeng », 20 mars 2017, [En ligne] à l’URL : https://tinyurl.com/y3ou26no (consulté le 10 août 2020).

49 C’est aussi le thème du film The Grandmaster et du volet 1 de la série Ip Man réalisée par Wilson Yip (voir supra).

50 Chap. 2 p. 10 : « 漫长的清朝,民间是禁武的。眼前的畸形繁荣,恰是小拳种出头之日,机不可失。 »

51 Chap. 2, p. 11 : « 天津是武馆最多的城市,赢了这里,便有一世之名。 »

52 Chap.3, p. 13 : « 扬名需要深远策划,一战成名只属于武侠小说,现实中,一次扬名行为的周期是三到五年 [].»

53 Chap 3, p. 13-14 : « 耿良辰踢到了第八家,已是天津武行能忍受的极限,将会有一位名师出面将他击败,维护住天津武林的体面。在这位名师的主持下,耿良辰作为一个犯乱的徒弟,被逐出天津,而连踢八家的战绩得到承认,背后的师父浮出水面,收取胜利果实,立名号开武馆。»

54 Nom de plume de Xiang Kairan 向恺然 (1889?–1957).

55 Ou « Bei pai wu da jia » 北派五大家. Désigne les cinq auteurs majeurs de romans de chevalerie des années 1930 et 1940, qui renouvelèrent le genre du wuxia xiaoshuo, à savoir Li Shoumin 李寿民 (1902–1961), Gong Baiyu 宫白羽 (1899–1966), Wang Dulu 王度庐 (1909–1977), Zheng Zhengyin 郑证因 (1900–1960) et Zhu Zhenmu 朱贞木 (1895–1955).

56 Huanzhu Louzhu : nom de plume de Li Shoumin 李寿民 (1902–1961), considéré comme le « père du roman de chevalerie moderne » (xiandai wuxia xiaoshuo zhi wang 现代武侠小说之王). Ce pseudonyme a été choisi en hommage au grand amour de sa vie, qu’il n’a jamais pu épouser, et qui s’appelait Zhu.

57 Film réalisé par Zhang Shichuan 张石川 en 1928, adapté d’un roman de Xiang Kairan 向恺然 (1889–1957).

58 Chap. 2, p. 10 : « 天津有武馆十九家平均一所武馆十来个学员靠收学费根本无法维持。武馆重要的不是学员,是师父。自民国初年,国民政府提倡武风以来,武术只促成了武侠小说热潮,对大众改变甚微,大众要劳苦过活或吃喝玩乐,没时间练武。官员和商人给武馆捐款,只为养住有名的师父。名师越出越多,凑成繁荣格局,历史上名不见经传的小拳种纷纷现世,耿良辰的师父便是个小拳种门人。耿良辰第一次踢馆的前夜,在师父家吃了顿螃蟹。师父说,不与大众发生关系的事,也可以兴盛,比如国画、瓷器,便是富贾高官玩出来的。武术现今的处境等于国画、瓷器,但武术不是实物,进不了奇货可居的金钱游戏。政治需求改变后,武术的兴盛便会断亡。 »

59 Chap. 3, p. 13 : « 这是一个“出师父不出徒弟”的时代»

60 Chap. 3, p. 14 : « 这是小拳种博出位的运作方式,踢馆者是牺牲品,一个门派立住了,一个人才毁掉了。 »

61 Chap. 4, p. 23 : « 不会有比武了,他们将不择手段,将耿良辰除掉。各馆长看着他,只要他拿了茶杯,便是默认这事,今日会面便可结束。陈识背上一层如霜的冷汗:天津十九家武馆,只你们几个说了算?郑山傲郑老先生什么态度?某馆长:摆茶,是为不说话。拿了吧。陈识伸手,指尖未碰到茶杯,各馆长已起身离座。 »

62 Chap. 8, p. 35 : « 别怨我,惩戒他的不是武行人,是军人。那位军官是林希文,抢了本该武行人做的事,在街头亲自动手,是一种表态――表明天津武行的靠山以后是山东督军。 »

63 Chap. 9, p. 43 : « 以前是军阀捐钱,武人自治,军界人物不入武行。林希文将破坏这默契,有打败郑山傲的战绩,当然有武行地位,他将以双重身份,接管天津武行。各武馆将变质为他的私家帮佣,武行名存实亡。 »

64 Chap. 9, p. 41: « 我们造不出一流枪炮,也造不出火车轮船,所以拿武术来替代。练一辈子功夫,一颗子弹就报销了,武术带给一个民族的,不是自信,而是自欺。开武馆,等于行骗!»

65 Laurent Chircop-Reyes, « Indifférent aux vicissitudes, à l’honneur et au déshonneur », op.cit.

66 Chap. 2, p. 11 : « 师父练的是咏春拳,限于广东福建,习者寥寥。»

67 Chap. 2, p. 10 : « 寂寂无名,愧对祖师。你现在不懂,但等我死了,只剩你了,就会明白这个字有多难受。 »

68 Chap. 5, p. 25 : « 如果自己师父有名,也可以打师父,称作谢师礼。无人觉得不妥,被打的师父觉得徒弟超过自己,是祖师技艺不衰,会请客庆祝。二十年来,拳师成社会名人,输不起了。谢师礼被严厉禁止,甚至青年人只能与同辈人比武,向前辈挑战,被视为大逆不道。 »

69 Chap. 2, p. 8 : « 饭后,男人说:你这身子骨,不学拳,可惜了。跟我练吧。他脑子蒙蒙的,当即磕头,叫了师父。 »

70 Chap. 2, p. 9 : « 健康是一种磁性,健康的人之间有着特殊的吸力――这是他观察师父师娘得出的结论。 »

71 Chap. 4, p. 21 : « 学拳,为看她。耿良辰心思,陈识知道,自信他练下去便会改变,拳中有尊卑。果然,他不再敢看她,因为对陈识敬意日深。 »

72 Chap. 2, p. 10 : « 习武后,师父判断练三年,他可以踢馆。他的天赋比预想高,只用了一年。 »

73 Chap. 2, p. 6 : « "我那个师父啊……”去北海楼的路上,耿良辰再次感慨。他拥书七十本,是师父出的钱,可谓恩重如山[…] 但近日有种莫名其妙的预感――师父在盼着他死。怎能这么想?这叫忘恩负义,耿良辰,你是个小人!他抽了自己一记耳光。天津人走在街上,跟在家里一样,不顾忌旁人眼光。他又自抽了一记耳光。 »

74 Chap. 4, p. 20 : « 从未去过耿良辰住所,也没让他请过一顿饭。不愿意受他一点情,因为他是个棋盘上的弃子。 »

75 Chap. 4, p. 20 : « 此徒乖张,我管不了。 »

76 Chap. 4, p. 21 : « 郑山傲六十三岁,所有年轻人的恶习――熬夜、抽烟、赌博――他都有,他的体能强于青年。但他是个老人了,老人都有恐慌,难以恰到好处,往往过分。耿良辰会残废。[...] 郑山傲是武痴,也是老江湖。名誉之战,必下狠手。耿良辰会身死。 »

77 Chap. 4, p. 22 : « 看他兴致正高,求他对耿良辰手下留情的话,陈识就没说出口,反正日子还多[] »

78 Chap. 5, p. 28 : « 别想扬名,回广州吧。如果好心,带你徒弟走。 »

79 Chap. 7, p. 32 : « 陈识:我们师徒离开天津,永不再回。能否放过他?邹馆长:他离开,你留下。你徒弟踢了八家武馆,我们就连师父带徒弟地赶走显得我们霸道,外人会说天津这地方不文明!所以你留下,我们支持你开间武馆。至少开一年,大家都有面子。” 陈识:一年后?邹馆长:你走,不拦。茶馆在三楼,凭窗可见书摊,耿良辰正走向旁边的茶汤摊。邹馆长一笑:我们是武行,不是政客,不是黑帮。他活着离开,有伤无残。陈识垂首饮茶,掩饰喘出了一口长气。 »

80 Chap. 9, p. 39-40 : « 北方习俗,未结婚的青年男子死亡,是大凶之事,不能出殡。耿良辰是在夜里埋的。 »

81 Chap. 9, p. 42 : « 装装样子,大家满意。一套程序走下来,陈识竟有功成名就的惬意,似乎一年前的北上之志已全部实现。 »

82 Chap. 9, p. 44 : « […] 许久以来,在我心中,耿良辰只是扬名大业的一个牺牲品,和眼前这些人一样,期盼他早日毁灭。 »

83 Chap. 9, p. 45 : « 日月乾坤刀是天下最善防守的刀,而自己没有守住做人的底线――一颗眼泪落在刀面上,如一颗平日保养刀用的桐油。拇指一推,将这颗眼泪桐油般推展出去,永远渗在刀面里。 »

84 Chap. 9, p. 46 : « […] 陈识左臂脱出,抡了一下,迅速被旁人抄住,按回人堆里。瞬间,林希文觉得自己变得深刻,宇宙生成、人类起源、朝代兴灭似乎都有了答案。他捂着脖子,走出十五步,倒下时充满遗憾:如果血喷得慢一点,便可看清那些答案。他颈部动脉被切开。刚才,陈识左手握着日月乾坤刀拆下的一把短刀。记不清手中刀是被压在地上时随手抓的,还是被架起后,有人塞进手里的。 »

85 Dans le film, Xu Haofeng ajoute un objet qui symbolise l’attachement de Chen Shi à son disciple : un wuxia xiaoshuo ayant appartenu à Geng Liangchen et taché de son sang (datant du jour où il a été tué). Chen Shi le garde en souvenir, et l’une des images finales du film le montre assis dans le train, le regard fixé sur une des pages tachées de sang. Cela nous conforte dans l’idée que pour Xu Haofeng la relation de Maître à disciple est l’un des thèmes centraux de son récit.

86 Xu Haofeng, « Ren zai dao bei hou », op.cit. Texte original : « 我们生活在巨大的惯性当中,意识不到传统文化的重要。我和我父亲这一代中国人,属于革命后的一代人,我们的生活方式包括审美趣味都是类似苏联工人阶级的。但我爷爷那一代中国人可以称为传统中国人。 »

87 Notons cependant que la plupart des scènes de combat qui ponctuent le film (notamment les scènes de la fin dans lesquelles Chen Shi affronte l’ensemble des Maîtres des autres écoles dans une ruelle) sont absentes dans la nouvelle. Dans le récit, les combats sont davantage symboliques et ne constituent pas l’essentiel du propos de Xu Haofeng.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Solange Cruveillé, « Le Maître (Shifu 师父) de Xu Haofeng 徐皓峰 »Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 13 | 2021, mis en ligne le 19 décembre 2021, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ideo/2078 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.2078

Haut de page

Auteur

Solange Cruveillé

Maîtresse de conférences à l’Université Paul-Valéry-Montpellier III, Membre de l’équipe de recherche ReSO (Recherche sur les Suds et les Orients) et membre associée de l’IRIEC (UPV) et de l’IrAsia. Traductrice

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search