Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14TraductionsPlus fort que la mort — encore

Traductions

Plus fort que la mort — encore

Un conte en langue vulgaire adapté d’un récit de Pu Songling et sa source.
Pierre Kaser

Texte intégral

À l’ombre de Pu

1Dans le premier des goûteux « Miscellanées chinois » qu’il offrit au Journal Asiatique, le sinologue Camille Imbault-Huart (1857-1897) fit comme souvent œuvre pionnière. Voici comment il y présentait avec beaucoup de justesse la première traduction française d’un récit du Liaozhai zhiyi 聊齋誌異 de Pu Songling 蒲松齡 (1640-1715) :

  • 1 Nous avons ajouté entre crochets la transcription des mots chinois conforme au système actuellement (...)

Ce conte est extrait d’un recueil fort répandu et fort estimé en Chine : le Léao tchaï tché y [Liaozhai zhiyi], collection d’histoires extraordinaires, véritables contes fantastiques dans le genre de ceux d’Hoffmann, où l’on voit tour à tour en scène des génies, des dieux, des fées, des hommes, des animaux. Il y a cependant quelques-uns de ces contes où le merveilleux n’entre pas. L’auteur est P’ou Song-ling [Pu Songling], natif du Chann tong [Shandong 山東], qui vécut sous les règnes de Chounn tché [Shunzhi 順治 (1644-1661)] et Kang chi [Kangxi 康熙 (1662-1722)] : n’ayant pas eu de succès à ses examens, encore que versé profondément dans la littérature, il se retira dans la solitude où il employa ses loisirs à rédiger ce recueil qui circula longtemps en manuscrit et ne fut publié qu’en 1740 [en fait en 1766] par son petit-fils. La réputation de l’auteur est due bien moins à l’intérêt de la narration qu’au style même dans lequel elle est écrite. Ces petites histoires merveilleuses sont, en effet, rédigées dans un style concis et pur, plein du parfum de l’antiquité et émaillé à chaque instant d’allusions historiques et littéraires qui en rendent la lecture et la traduction difficiles.1

2Mais, de fait, ce fut un Chinois exilé en France qui, neuf ans plus tard, devait en dévoiler plus, avec, il est vrai, beaucoup moins d’exactitude et de rigueur. Malgré ses manifestes imperfections, l’ensemble de vingt-six récits rendus librement par l’auteur des Chinois peints par eux-mêmes dont il constituait une sorte de dépendance, éveilla la curiosité d’un Anatole France (1844-1924) qui écrivit à son propos :

  • 2 Anatole France, « Contes chinois » (1884), La vie littéraire. Troisième série. Paris : Calmann Lévy (...)

Les contes chinois, publiés récemment par le général Tcheng-ki-Tong [Chen Jitong 陳季同 (1852-1907)] sont beaucoup plus naïfs, ce me semble que tout ce qu’on avait encore traduit dans ce genre ; ce sont de petits récits analogues à nos contes de ma mère l’Oie, plein de dragons, de vampires, de petits renards, de femmes qui sont des fleurs et des dieux en porcelaine. Cette fois, c’est la veine populaire qui coule, et nous savons ce que content, le soir sous la lampe, les nourrices du Céleste-Empire aux petits enfants jaunes. Ces récits, sans doute de provenances et d’âges très divers, sont tantôt gracieux comme nos légendes pieuses, tantôt satiriques comme nos fabliaux, tantôt merveilleux comme nos contes de fées, parfois tout à fait horribles.2

  • 3 Dans une thèse qu’il remania et publia sous le titre Le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004). Étu (...)
  • 4 Dans le même ouvrage, Li Jinjia apporta un complément à sa thèse pour traiter de la traduction d’An (...)
  • 5 Le propos est emprunté à la page 13 de l’introduction d’André Lévy, au premier volume publié par le (...)
  • 6 Sur les zhiguai, on lira avec intérêt Démons et Merveilles dans la littérature chinoise des Six Dyn (...)
  • 7 Voir Ji Yun, Passe-temps d’un été à Luanyang (Gallimard, collection « Connaissance de l'Orient », 1 (...)
  • 8 Sur Zibuyu 子不語, Ce dont le Maître ne parlait pas (Le merveilleux onirique) de Yuan Mei (récits trad (...)
  • 9 Voir notamment Pu Songling, avec préface et traduction de Rainier Lanselle, Trois contes étranges : (...)
  • 10 Voir Zhu Yixuan 朱一玄, Liaozhai zhiyi ziliao huibian 聊齋誌異資料彙編 (Matériaux sur le Liaozhai zhiyi). Zhen (...)
  • 11 On trouvera dans ce numéro d’Impressions d’Extrême-Orient, un remarquable exemple de ce type d’adap (...)
  • 12 Dans son « Du wenyan au baihua : l’exemple du Liaozhai zhiyi » (in Isabelle Rabut (ed.), Les Belles (...)
  • 13 Voir Li Jinjia (2009), pp. 327-340.
  • 14 Voir Allan H. Barr, « Liaozhai zhiyi and Chinese Vernacular Fiction », in Glen Dudbridge, Daria Ber (...)
  • 15 Après avoir pris la mesure du phénomène littéraire avec Le Conte en langue vulgaire du XVIIe siècle (...)
  • 16 Nous renvoyons à un prochain billet de notre carnet de recherche les explications relatives à ces c (...)
  • 17 Notre traduction est principalement basée sur l’édition du Xingshi qiyan établie et ponctuée par Ha (...)
  • 18 C’est le 104e récit dans le décompte d’André Lévy et sa traduction occupe les pages 414 à 420 des C (...)
  • 19 Elle offrira la possibilité à ceux qui le souhaitent de prendre la mesure des modifications apporté (...)
  • 20 La charge apparaît au premier chapitre, pages 11 et 12 du tome 1 de la traduction française publiée (...)
  • 21 On doit la seule traduction française intégrale de la pièce à André Lévy. Tang Xianzu, Le Pavillon (...)
  • 22 Voir Zhang Youhe (ed.), Op. cit, p. 367
  • 23 Pour la présentation et la traduction de Du Liniang muse huanhun 杜麗娘暮色還魂 (Du Liniang se consume de (...)

3Nombreux furent ceux qui, traducteurs amateurs, sinologues curieux ou missionnaire féru de folklore, puisèrent par la suite dans la collection avec plus ou moins de bonheur et d’ambition3. C’est au terme d’un processus qui aura quand même pris plus d’un siècle que le Liaozhai zhiyi sera, en 2005, enfin accessible dans son intégralité en français. On doit ce tour de force à André Lévy (1925-2017) qui après avoir abondamment servi le roman chinois en langue vulgaire ancien, a livré aux Éditions Philippe Picquier les dorénavant indispensables Chroniques de l’étrange attentivement éditées par Jacques Cotin4.
L’œuvre vaut sans conteste cette attention particulière et un écrin à la mesure de son extraordinaire richesse. Elle exige naturellement d’être envisagée dans la totalité de ses quelque cinq cents récits composés au cours d’une longue vie marquée par une implacable déveine.
Pu Songling dut, en effet, pour assurer sa pitance et celle de sa famille, occuper de modestes charges de secrétaire, puis de précepteur dans « une famille aussi attachante que fortunée, à laquelle il resta attaché trente ans, dans une résidence de rêve, tout en pouvant continuer à se présenter, en vain, aux concours triennaux qui se déroulaient dans la capitale provinciale de Jinan »5.
Cette collection de récits combinant deux genres de prédilection des lettrés désœuvrés ou en dilettante, à savoir les zhiguai 志怪 (littéralement « rapport d’étrangetés »), ces mirabilia au style « dépouillé, lapidaire, secs comme de l’os » tel qu’aimait à les décrire Jacques Dars (1937-2010), et les chuanqi 傳奇 (lit. « transmettre l’extraordinaire »), narrations plus déliées et riches en notations psychologiques qui fleurirent pendant la dynastie Tang 唐 (618-907), les tissant avec une langue qui fit l’admiration de générations d’amateurs d’histoires à faire frissonner, sinon à glacer les sangs6. Elle fait de Pu un auteur majeur, maître du récit fantastique, mérite qu’il partage avec les deux autres maîtres du genre que furent Ji Yun 紀昀7 (1724-1805) et Yuan Mei 袁枚 (1716-1798) qu’on commence à mieux connaître chez nous8. Mais, des trois, c’est sans conteste l’auteur du Liaozhai zhiyi qui emporte, toutes époques confondues, le plus de suffrages.
Le succès de sa collection se vérifie sur la durée par le grand nombre d’éditions reçues, parfois dans de luxueux et très élégants formats9, l’apparition de suites, mais aussi par la quantité des adaptations qu’elle a suscitées depuis la fin du XVIIIe siècle. Celles-ci sont de qualités très diverses, mais surtout de formes très variées. On trouve tout à la fois, et selon chaque époque, des pièces d’opéra dans différents styles locaux dont le célèbre opéra de Pékin10, des ballades chantées, et plus récemment des lianhuanhua 連環畫, sorte de bandes dessinées livrées en petit cahier de la taille d’une main11, et, bien entendu, des productions télévisuelles ou cinématographiques.
À ces types d’adaptations, souvent peu respectueuses des récits qu’il leur arrive de combiner sans précaution pour multiplier l’effet produit sur le spectateur, il faut ajouter les versions données dans un chinois compréhensible pour le lecteur non versé dans les arcanes de la belle langue littéraire du fin lettré, styliste hors pair, que fut Pu. Ce travail de mise à la portée du plus grand nombre a sans aucun doute accompagné l’ouvrage depuis sa diffusion lors des veillées propices à la narration de faits extraordinaires, et l’on peut supputer sur le profit qu’en tirèrent des générations de conteurs en tous genres, avant qu’on en perçoive, avec la publication de traductions intralinguales, l’effet à partir des années 193012.
Telle la traduction d’une langue en une autre, le passage d’un registre littéraire à un autre, nécessite de la part de celui qui s’y risque une maîtrise des deux langues, mais aussi un esprit créatif vif. En effet, une part des effets produits par la langue de Pu Songling réside dans l’implicite d’un style retors qui s’adresse à un public savant en mesure d’en goûter la finesse. C’est de cette capacité à faire passer dans une expression simple et immédiatement compréhensible à la lecture comme à l’audition toutes les subtilités de l’écriture savante dont profita le Père Wieger (1856-1933) lorsque, depuis la Chine où il résida à la fin du XIXe siècle, il en rendit en français quelques récits13.
Pu qui composa aussi directement en langue vulgaire, possédait ce don14, mais il laissa à d’autres le bénéfice d’assurer la promotion de ses créations par ce biais. Bien avant la cohue moderne des éditions vulgarisées de récits du Chroniqueur de l’étrange, certains en profitèrent.
C’est ainsi que l’on trouve la trace de tentatives modestes, mais convaincantes, d’exploitation de la mine d’or que constituait une source aussi généreuse et inspirante, faisant passer une poignée des récits en langue classique des Chroniques de l’étrange dans la forme plus développée et séduisante du conte en langue vulgaire, genre bien connu des spécialistes de la littérature chinoise sous l’appellation de huaben 話本.
Le lecteur français a pu, depuis maintenant plus d’un demi-siècle, se familiariser avec un genre dont l’âge d’or remonte à la fin de la dynastie Ming 明 (1368-1644). Des travaux savants et des traductions, dont celle de la célèbre anthologie Jingu qiguan 今古奇觀, lui ont déjà permis de se faire une assez bonne idée de la facture de ces fictions dont la vogue devait s’épuiser à la fin du XVIIe siècle15. Il s’agit de narrations couchées dans une langue dite « blanche » (baihua 白話) car claire pour qui maîtrise les rudiments de la lecture et sans piège aucun à l’audition ; les ponctuations poétiques qui y apparaissent sont elles aussi à la portée des moins érudits. On est donc à mille lieues de la sophistication des récits du Liaozhai, et pourtant, comme on va le voir à travers un exemple, la magie insufflée par Pu Songling résiste à la « vulgarisation transgénérique ».
On serait bien en peine d’attribuer la réalisation du Erqi hezhuan 二奇合傳 (Édition combinée des Deux extraordinaires) qui, au milieu d’autres contes empruntés à la période glorieuse du genre, transmute deux récits de Pu. On n’est pas plus en mesure de connaître la paternité du Xingmeng pianyan 醒夢駢言 (Propos raffinés pour faire sortir des songes), également connu sous le titre de Xingshi qiyan 醒世奇言 (Propos extraordinaires pour éveiller le Monde), lequel en reprend pas moins de douze. Il est toujours impossible d’en connaître la date d’édition, forcément postérieure à l’an 1766, possiblement antérieure à la fin de l’ère Qianlong 乾隆 laquelle s’achève en 1796. Peu connus, ayant peu circulé, et in fine peu étudiés mais néanmoins relativement accessibles grâce à des imprimés anciens et des rééditions modernes, ces recueils peuvent passer pour des résurgences tardives du huaben16. Des deux, le second réclame une attention toute particulière, non seulement à cause de l’amplitude de son emprunt à Pu Songling, mais aussi pour la manière dont son maître d’œuvre s’y est pris pour exploiter sa source sans la signaler et sans même faire référence à son auteur. Nous offrons pour ce faire la traduction inédite d’un de ses douze récits, le neuvième qui porte pour titre : « Qian ming mei dan qiu yimei ; yang min pan jing de shuang shu » 倩明媒但求一美, 央冥判竟得雙姝 (L’entremetteuse des vivants cherche à caser une beauté ; Les instances infernales accordent un beau doublet)17.
Il s’agit de la version vulgarisée d’un récit portant le nom de son héroïne, « Liancheng » 連城, devenu « Broderie »18 chez André Lévy, le seul à l’avoir traduit, récit dont on trouvera une nouvelle traduction en annexe19.
C’est, pour n’en dire qu’un mot avant de la lire, une histoire d’amour dans le goût des romances particulièrement appréciées au début de la dynastie mandchoue et appelées caizi jiaren 才子佳人, romances qui permettent, au terme de péripéties plus ou moins nombreuses et parfois scabreuses, à un jeune talent littéraire, le caizi, d’épouser non seulement l’élue de son cœur, une belle et délicate beauté, la jiaren, mais une deuxième beauté.
Si l’intrigue et son épilogue pluri-matrimonial font irrémédiablement penser aux clichés dénoncés par le grand romancier de la période, Cao Xueqin 曹雪芹 (1715 ?-1763) au début du Rêve dans le pavillon rouge20 (Hongloumeng 紅樓夢), l’histoire offre, avec des variantes mineures mais significatives par rapport à leur source, un certain nombre d’aspérités qui la rendent attachante et remarquable. Sa réflexion sur la puissance du sentiment amoureux qui transcende non seulement la souffrance physique, mais aussi la mort, et, qui plus est, se déclenche alors même que les deux jeunes gens ne se sont pas encore rencontrés, seulement par l’échange de poèmes inspirés par une broderie, soutiennent encore aujourd’hui la lecture.
Cette fiction qui emprunte sans vergogne à un fantastique un peu convenu renvoie directement et indirectement à bien d’autres lectures, au premier chef desquelles on placera le célèbre livret d’opéra de Tang Xianzu 湯顯祖 (1550-1616), Mudanting 牡丹亭 (1598) ou Le Pavillon aux Pivoines dans sa traduction française21. Un commentateur du Liaozhai écrit justement à propos du récit de Pu Songling, que Liancheng, son héroïne, est « la réincarnation de [Du] Liniang du Mudanting »22. Or, il est fort probable que le grand dramaturge des Ming se soit lui-même inspiré du huaben, sans doute très connu à son époque, dont nous proposons une traduction dans ce même numéro hommage23. Au risque de lasser le lecteur d’Impressions d’Extrême-Orient, on aura ainsi pu remonter à la source la plus ancienne de ce motif narratif et en offrir une de ses nombreuses métamorphoses.

Plus fort que la mort — encore 

L’entremetteuse des vivants cherche à caser une beauté,
Les instances infernales accordent un beau doublet.

Détail de la page d’iIllustration du chapitre 9 de l’imprimé conservé à l’Université d’Harvard et reproduit dans l’édition en facsimilé de la collection « Guben xiaoshuo congkan » 古本小說叢刊 (Beijing : Zhonghua shuju, 1990)

Dans sa tour enfermée, que peut la rêveuse contre ces sonnets si prompts à éveiller des émois printaniers ; quand survient le maître convié par des géniteurs illettrés, c'est la ruine du gynécée. Adieu sérénité, chassé ennui : quand sur la jupe grimpe l'araignée aux longues pattes, l'espiègle soubrette annonce l'arrivée de l'amant : aux sourcils froncés succède le rire face au miroir.

  • 24 Les trois ouvrages cités constituaient la base de l’éducation élémentaire des jeunes filles de bonn (...)
  • 25 Académie Hanlin. Cette Académie de la Forêt des pinceaux fondée en 738, sous les Tang (618-907), et (...)
  • 26 L’ère Yongle 永樂 (ou littéralement ère de la Joie éternelle) correspond au règne de l'empereur Cheng (...)
  • 27 Bachelier ou xiucai 秀才 (Talent éminent). On a pris, depuis les premières descriptions du système de (...)
  • 28 Su Dongpo 蘇東坡 est le nom sous lequel on connait le plus le poète de l'époque Song, Su Shi 蘇軾 (1036- (...)
  • 29 Le poète Pan An 潘安 ou Pan Yue 岳 (247-300) qui vivait sous la dynastie des Jin de l'ouest (265-420) (...)

4Aussitôt ont-ils mis au monde une fille, que les parents ressentent, de nos jours, l’irrésistible désir de la voir étudier. Si la plupart ne leur offrent pour toute lecture que les Préceptes pour les jeunes filles du gynécée, la Dissertation en mille caractères ou encore les Noms des cent familles24, et se satisfont qu’elle ne maîtrise, bon an mal an, qu'une poignée de caractères, il en est qui, bien qu'incultes eux-mêmes, vont la traiter comme un garçon, et lui feront bourrer le crâne de toutes les sortes de compositions poétiques, comme si la cour impériale avait créé une Académie de la Forêt des pinceaux25 pour les femmes. Passe que les plus faibles ne parviennent pas même à manier l’épée, mais combien d'affaires délicates n'éviterait-on pas aux plus intelligentes de ces beautés, alors dans la fleur de la puberté, en les prémunissant contre toutes ces poésies langoureuses et ces phrases finement ciselées qui émoustillent les sens ? Mon poème à chanter, composé sur l’air « La fierté du pêcheur », qu’on vient de lire, mettait justement l’accent sur ces déviations ; quant à la présente histoire, elle va conter une union matrimoniale d’outre-tombe, conséquence de l’ignorance crasse de parents.
Bien qu’il s’agisse d’une histoire plaisante, on se gardera de s’en inspirer.
Pendant l'ère Yongle de la dynastie Ming, vivait dans la préfecture de Chengdu au Sichuan26, Yao Danian, un bachelier27 qui avait choisi le nom personnel de Shouzhi. La mort de son père et celle de sa mère l'avaient laissé seul, sans fratrie, ni proches parents. Dès lors, alors qu'il rentrait dans sa vingtième année, il n'était nullement dans le besoin. Des talents dignes d'un Su Dongpo28 de Shu et la beauté d'un véritable Pan An29 faisaient de ce jeune homme délicat l'objet de bien des convoitises, mais lui était bien déterminé à n'épouser qu'une beauté sans égale. Aussi, à l'âge de porter le bonnet viril, il n'avait pas encore trouvé où nouer le cordon écarlate.
Il était d'un naturel particulièrement généreux et aimait à choyer ses amis. C'est ainsi qu'il chérissait avec une attention encore plus grande que s'il avait été son frère de sang, Ding Yueyi, un camarade de promotion. Lorsque celui-ci vint à mourir, laissant une famille dans la détresse, ce fut Shouzhi qui prit en charge les dépenses des funérailles. Assurant la veuve de toute son attention, il s'acquitta de tous les frais. Cette manière de faire eut tôt fait d'épuiser des réserves somme toute modestes et il dut compter sur ses talents littéraires pour continuer, au fil des mois, à entretenir le même train de vie tout en continuant à aider autrui.

5Mais il n'est guère utile de rentrer dans de plus amples détails le concernant, aussi tournons-nous vers un richard de la ville du nom de Shi Xiaoli. Son épouse, née Yin, lui avait donné une fille qu'ils avaient appelée Lianniang, Mademoiselle Lotus. Âgée de dix-huit ans, celle-ci était d'une rare beauté. Son père lui avait fait suivre des cours de lecture, et comme elle était naturellement intelligente, elle avait, en quelques années, maîtrisé les genres poétiques majeurs. C’était, en plus, une brodeuse experte qui n'avait pas d'égale. Ses parents qui l'aimaient comme si ce fut une perle précieuse, avaient à cœur de lui trouver un mari aux dons littéraires exceptionnels, mais, comme Shi Xiaoli était indécrottablement inculte, il se trouvait particulièrement démuni pour en sélectionner un sans risque de commettre un impair.
Son épouse et lui mirent un jour au point un stratagème pour inciter les jeunes lettrés du coin à composer un poème d'éloge à partir d'un mouchoir décoré par leur fille. Tout en révélant au grand jour son habileté à broder des phénix, ce subterfuge leur permettrait également de juger de la qualité des compositions de ses prétendants afin d'en sélectionner un à leur convenance.
Se conformant aux directives de ses parents, Lotus réalisa d’abord un brouillon représentant une jeune beauté, qui, alors qu'elle est en train broder arrête, de lassitude, son aiguille, scène qu'elle baptisa « Fatigue de la broderie ».Quand leur fille eut achevé son ouvrage, Shi Xiaoli et son épouse firent venir une entremetteuse, qu'ils prièrent de présenter le morceau de soie brodé à chaque jeune lettré célibataire chez qui elle se rendrait, l'invitant à s'en inspirer pour composer un poème. La femme accepta cette mission avec plaisir et, dès lors, ne se défit plus de l'objet qu'elle emmenait partout. Quand elle avait récupéré un poème, elle le soumettait à Lotus qui, immanquablement, ne le trouvait pas à son goût.

6Un jour, l'entremetteuse présenta le mouchoir à Yao Shouzhi, qui, l'ayant examiné, s'extasia : « Voici un travail d'excellente facture. De quelle famille est donc celle qui jouit de telles dispositions ? » La femme expliqua alors les intentions des Shi. « Quand bien même ne m'auriez-vous pas informé de cela, la seule vision de cet objet aurait éveillé mon inspiration poétique.
— Beaucoup s'y sont déjà risqués mais aucun n'a été retenu, reprit l'entremetteuse. Sûr qu'un sieur aussi talentueux que vous saura toucher cette beauté qui devrait lui offrir sa main. »
Le propos fit mouche, et encore plus enthousiaste, le garçon s'empara d'une feuille de papier de couleur qu'il étala sur son bureau ; il prépara une encre bien dense dont il enduisit généreusement son pinceau, et, en un tour de main, il composa le quatrain suivant :

Sous ses boucles ondulantes et ses chignons aériens,
Tôt, face à la fenêtre ajourée, elle brode des lotus de jade.
Mais, la main défaille pour les canards mandarins,
Le geste se fige, et froncent ses sourcils en arcade.

7Abasourdie par ce qu'elle venait de voir, l'entremetteuse ne ménagea pas ses éloges : « Comme cela à l’air facile à vous voir ! Alors que tous les garçons à qui j'ai soumis la broderie jusqu’à présent se sont torturés l’échine un bon moment avant d’arriver à pondre le moindre caractère. C'est juste comme moi qui fais l'entremetteuse. Quand j'ai affaire à des familles aux espérances démesurées, j'ai beau gaspiller toute ma salive, il n'est pas possible de conclure. Alors que quand les deux parties sont consentantes, on tombe d’accord en un rien de temps ! » Sans prendre la peine de lui répondre, Shouzhi, toujours porté par l'émotion qu'il avait éprouvée à la vue du mouchoir, prit une feuille de son plus beau papier à lettres sur laquelle il coucha un éloge sur l'art de broder :

  • 30 Le palindrome en question est le canevas poétique de la poétesse Su Hui 蘇蕙 (IVe siècle). Son tour d (...)

Ce fil de soie, c’est lui qui fixe le destin,
Sur la laize, éclosent fleurs, naissent oiseaux.
Digne du palindrome chéri de Zetian30,
Cette maîtrise de l'aiguille est un cadeau.

  • 31 Song Yu 宋玉 (332-284) a associé son nom à celui du grand poète Qu Yuan 屈原 (343-290) dont il fut le p (...)
  • 32 Xizi 西子 ou Xishi 西施, parangon de la beauté féminine qui aurait vécu au Ve siècle avant notre ère.
  • 33 Ces « huit caractères » correspondent à la formule astrologique obtenue à la naissance dans le syst (...)
  • 34 Cinquante taels ou mesures d’argent devaient, à cette époque, correspondre à un peu moins de deux k (...)

8Quand il eut fini, le jeune homme glissa ses écrits dans une enveloppe qu’il cacheta avant de la remettre à l’entremetteuse, laquelle s’empressa de l’apporter chez les Shi.
Lotus s’y trouvait justement seule ; appuyée sur la balustrade de la fenêtre, elle contemplait les poissons rouges qui s’ébattaient dans une vasque. « Félicité Mademoiselle ! lança en entrant l'entremetteuse, un grand sourire aux lèvres. Je vous amène aujourd’hui les merveilleuses compositions de Pan An et de Song Yu31. Qu'allez-vous m'offrir en retour ?
— A vous entendre, répondit Lotus, je devine que ces poèmes ne valent pas grand-chose.
— Et comment le sauriez-vous, s’il vous plait ?
— Eh bien ! Pour la bonne raison que la gloire de Pan An et de Song Yu doit tout à leur apparence.
— Que Mademoiselle me pardonne mon ignorance, rétorqua l’entremetteuse en frappant dans ses mains, il n’en reste pas moins que ces poèmes sont excellents. J'attends toujours de savoir ce que je vais gagner à vous les confier.
— Si le résultat est probant, je vous pardonnerais pour tous ces horribles bouts de poèmes que vous m’avez obligés à lire jusqu’à présent ! »
L’entremetteuse, tout sourire, sortit de sa manche l’enveloppe qu’elle tendit à la jeune fille. Celle-ci la prit, mais, sans même la décacheter, elle la laissa tomber sur la table qui se trouvait devant la fenêtre. Voyant cela, l’entremetteuse la récupéra, et, après l'avoir glissée sur sa poitrine, elle se dirigea vers l’extérieur où elle se mit à déambuler sans plus proférer le moindre mot. « Mais pourquoi donc me l’avoir reprise ? s’étonna la jeune fille.
— Mademoiselle n’a que faire de mes avis sur ces poèmes, répondit l'entremetteuse feignant la colère, et malgré mes éloges, elle s’abstient même d'ouvrir l’enveloppe. N’est-ce pas manquer d’égard vis-à-vis de ce génie ? Ne vaudrait-il pas mieux que je lui ramène ses œuvres ?
— Je reconnais mes torts. Point n’est besoin de vous emporter de la sorte », répondit Lotus en esquissant un sourire qui implorait le pardon. L’entremetteuse se rapprocha alors lentement et déposa l’objet sur la table où Lotus le prit. L’ayant ouvert, la jeune fille en lu le contenu.
Elle fut d’abord frappée par la calligraphie bien ordonnée, mi-courante mi-régulière, d’une élégance à couper le souffle, en un mot, ravissante. À la première lecture, elle eut une révélation : c’était comme si au milieu d'une foule compacte de femmes laides, surgissait la belle Xizi32 — les mots d’éloge lui manquèrent. À la relecture, la beauté des vers, la finesse du vocabulaire la plongèrent dans un ravissement qui illumina son visage : « Jamais je n’aurais pu imaginer qu’un tel génie puisse exister !
— Je ne m’étais donc pas trompée ; ceci ne mérite-t-il pas une petite récompense ? » renchérit l’entremetteuse encouragée par l’enthousiasme dont faisait montre Lotus.
En regardant attentivement le document, la jeune fille découvrit la signature qui avait été apposée en bas de la page : « Composé par Yao Danian de Rongjiang ».
« Rongjiang serait donc le nom du cabinet de ce sieur Yao. Mais où donc réside-t-il ? interrogea la jeune fille.
— Je me suis laissée dire que ce monsieur est un célèbre bachelier de notre ville. Mademoiselle n’en a-t-elle jamais entendu parler ? Il habite la rue de la Corne de l’Est.
— Ainsi donc, c’est bien lui ! Sa réputation n’est vraiment pas imméritée », conclut Lotus.
La visiteuse s’attarda bien encore un bon moment, mais, comme Shi et son épouse ne revenaient pas, elle finit par prendre congé. À leur retour, Lotus présenta les poèmes à ses parents : « Regardez Père, voici deux poèmes reçus aujourd'hui ; ils sont d’une rare élégance.
— Si tu les dis bons, c’est qu’ils doivent l’être, répondit celui-ci. Comment veux-tu que j’en juge par moi-même ? J’en suis bien incapable. Ce que j’aimerai savoir, c’est à qui on doit ce tour de force qui te ravit tant.
— Ce n’est nul autre que ce fameux bachelier Yao Shouzhi.
— Quel dommage que ce soit lui ! » lâcha Shi Xiaoli lequel n’avait pas manqué de froncer les sourcils en entendant prononcer ce nom. En effet, si ses intentions initiales étaient de trouver pour sa fille un mari talentueux, l'homme ne s’était pas avisé que la plupart des génies littéraires sont aussi des sans-le-sou qui crèvent la faim. En entendant parler de ce Yao Shouzhi qu'il savait ruiné, il fut on ne plus réticent. Lotus, tout ignorante de la teneur des réflexions qui avaient traversé l'esprit de son père, l’interrogea : « Père, pourquoi donc vous exprimer de la sorte ?
— Si susciter des poèmes devait te permettre de choisir un mari, il se trouve que ce jeune Yao, tout génie qu’il est, n’en est pas moins indigent et n’a plus les moyens de t’assurer une vie convenable. Voilà ce que je voulais dire.
— La lecture de ses poèmes laisse présager pour lui un brillant avenir. Papa, vous ne devriez pas vous borner à ne considérer que le moment présent.
— Que m’importe sa future fortune ! trancha Shi. Pauvre, il l’est, et pour de bon. À quoi rime de faire des plans sans tenir compte de la réalité ! Du reste, c’est moi qui, en tant que père, décide ; toi, ma fille, ne t'en préoccupe plus ! » Lotus, qui était déjà fortement éprise du jeune Yao, n’osa plus argumenter. Aussi, le cœur lourd, se retira-t-elle dans sa chambre.
Le lendemain, c’est en arborant un air réjoui que l’entremetteuse se présenta chez les Shi. « J’ai bien vu hier, entreprit-elle le chef de famille, que votre demoiselle avait particulièrement apprécié les écrits du jeune bachelier Yao. M’est avis qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Voilà ce qui m’a incité à venir vous demander séance tenante les huit caractères33 de votre fille.
— Vous allez un peu vite en besogne, lança dans un éclat de rire Shi Xiaoli. Ce n’est tout de même pas avec un poème qu’on traite ce genre d’affaire ! » Cette sortie plongea la femme dans un abîme de conjectures : « Rien ne va plus ! Comment est-il possible de changer à ce point d’avis ? » Mais comme, quand on lui avait confié la broderie, il n’avait pas été explicitement fait état d’une recherche de fiancé, elle ne pouvait décemment lui en faire grief, aussi choisit-elle de prendre sur elle et poursuivit avec la même sollicitude : « Il ne fait aucun doute pour moi que Mademoiselle Lotus et le bachelier Yao forment un couple liant la grâce au talent ; voici un appariement qui ne peut être rompu. Ne conviendrait-il pas de procéder à l’échange des dates de naissance ?
— Qu’il supporte sa pauvreté si cela lui chante, mais pourquoi ma fille devrait-elle, en le suivant, goûter à ce régime-là ? Ne revenez me parler mariage que lorsque vous aurez déniché un bon parti », coupa Shi en appuyant son désaccord d’un mouvement de tête.
La réponse attrista particulièrement l’entremetteuse, qui, le jour précédent, était, tout juste sortie de la résidence des Shi, retournée chez le jeune Yao pour lui faire part des éloges faits par Lotus à la lecture de ses poèmes ; pour elle, avait-elle ajouté, « l’union était assurée au neuf dixième ! ». Comment, se demandait-elle maintenant, allait-elle lui apprendre cette déconvenue ?
Après avoir marmonné une vague excuse, elle prit congé de Shi Xiaoli pour gagner les appartements de sa fille qu’elle découvrit perdue dans ses pensées, assise, la tête posée sur la paume de la main. « À quoi donc pense Mademoiselle ? lança-t-elle en entrant.
— Et vous, lâcha Lotus qui, la voyant entrer, se força à sourire. Quelle fantaisie me vaut votre visite ? » Malgré les remords qui lui pesaient sur le cœur, l’entremetteuse, que les propos de la jeune fille venaient de piquer au vif, partit d’un grand éclat de rire : « Quand vous avez apprécié les poèmes du bachelier Yao, j’ai tout de suite compris que vous étiez fait l’un pour l’autre, aussi suis-je allée l'en avertir. Jamais je n'aurais pu deviner que votre père le repousserait à cause de son indigence. Comment vais-je pouvoir l’affronter à nouveau ? C’est ce dont je suis venu débattre avec-vous. »
Sans qu’elle y prenne garde, Lotus avait laissé échapper deux larmes qui roulaient sur ses joues : « Je suis bien désarmée face au refus de mes parents — il devait être écrit que jamais je ne pourrai épouser un génie. Je vous ai fait dépenser de la salive en vain, et vous voici bien en peine pour lui expliquer cela. Sensible à sa misère, j’ai réuni un petit pécule qui lui servira pour financer ses études et que je vais vous prier de lui apporter. Vous n’aurez qu’à confesser avoir mal compris les intentions de mon père, arguant qu'il n'était pas dans son idée de me trouver un époux ; vous lui direz également qu’il lui fait parvenir ce présent pour saluer ses compositions poétiques. N’est-ce pas une bonne manière de régler tous les aspects de cette affaire ? », et elle prit une enveloppe contenant cinquante taels34 qu’elle remit à l’entremetteuse.
« Mademoiselle est pleine de ressources, on ne pourrait mieux agir ! Il n’en reste pas moins que ce n’est pas juste pour vous et ce jeune génie qui, tous deux, allaient souffrir de cette situation. Comment cela ne me mettrait-il pas en colère ? », conclut la femme qui fit ses adieux et se dirigea sans tarder chez le jeune homme.
Chemin faisant, elle continuait de pester contre Shi Xiaoli tout en s’attristant des tourments sentimentaux de la jeune fille — comment dans ces conditions pouvait-elle se conformer à la lettre aux instructions qu'elle venait de recevoir ? Elle fit donc à Yao Shouzhi un récit sans détour. Comprenant que le mariage était compromis, celui-ci en conçut une grande affliction à côté de laquelle les cinquante taels ne pesaient pas lourds. Mais puisqu'ils venaient de Lotus, il les accueillit comme s’il s’agissait d’un trésor et les déposa aussitôt dans une malle de livres, tout en soupirant : « Lotus, tu es vraiment mon âme sœur ! »

  • 35 Le texte parle d’un Xifan heshang 西X和尚, soit d’un moine bouddhiste venant d'Occident, vraisemblable (...)
  • 36 Le trait d'esprit joue sur la connaissance par le lecteur d’une des pièces les plus fameuses du rép (...)
  • 37 Le bon confucéen se doit de respecter son corps comme le bien le plus précieux légué par ses parent (...)

9À partir de ce moment, les sentiments de Yao Shouzhi pour Lotus ne firent que grandir. Il perdit le goût de l’étude. Il envoya même à plusieurs reprises des émissaires faire à la famille Shi des demandes officielles de fiançailles, mais, se retranchant à chaque fois derrière l’argument de son impécuniosité, Shi Xiaoli lui refusait toujours la main de sa fille. Yao Shouzhi entendit enfin dire que Lotus avait été promise à Huang Youcheng, fils de Huang Huazhi, un richard de la ville. Il se dit alors que tout était perdu, et ce n’est plus que dans ses rêves que, parfois, il y pensait encore le cœur serré.
De son côté, Lotus, laquelle avait eu connaissance des tentatives infructueuses de Yao Shouzhi, sombra dans un profond désespoir qui, progressivement, ruina sa santé. Quand elle apprit qu’on l’avait promise au fils des Huang, son mal s’aggrava. Ne buvant plus, ne s’alimentant plus, perdant le sommeil et ne trouvant plus le repos, elle s’amaigrit de manière alarmante. Ses parents, très inquiets pour elle, ne cessaient de convoquer quotidiennement médecins et géomanciens, lesquels se révélaient tous impuissants. Un jour, on leur parla d'un moine venu d’Occident35 qui arborait une enseigne sur laquelle on pouvait lire : « Vient à bout de toutes les maladies mortelles ». Il fut donc convié au chevet de Lotus.
Après lui avoir pris les pouls, le moine déclara : « La maladie est encore traitable, mais il faudrait pour cela disposer d’un petit morceau de chair prélevé sur la poitrine d’un jeune homme, et le lui faire avaler dans une préparation comprenant d’autres ingrédients. Le remède la tirera d’affaire. » Shi Xiaoli restait perplexe : « Mais qui donc acceptera de donner un morceau de sa propre chair pour la sauver sinon son futur mari ? Il ne peut raisonnablement se défausser », et il envoya quelqu’un chez les Huang rapporter les dires du moine et exposer son désir de voir son futur gendre voler au secours de sa fille.
En entendant cette demande, Huang Youcheng éclata de rire, et, avant de se retirer avec une solennité affectée, il se mit à déblatérer des injures particulièrement désobligeantes : « Ton maître est vraiment stupide de porter crédit aux divagations d’un frocard pouilleux, et encore plus d’imaginer que je serais son pourvoyeur de viande ! » Ne le voyant toujours pas revenir après un bon moment d'attente, l’émissaire s’en retourna faire son rapport.
La colère submergea Shi Xiaoli : « Passe encore qu’il ne daigne pas se mutiler, mais il aurait pu se passer de me couvrir d’injures ! Maintenant, lança-t-il s’adressant à toute sa maisonnée, allez faire savoir partout que je donnerai ma fille en mariage à celui qui, ayant offert la chair de son corps, aura contribué à lui sauver la vie ! » et il regagna, sans décolérer, ses appartements.
Il ne se passa pas deux jours avant que Yao Shouzhi eut vent de cette proposition qui le mit en joie. Poussé par la crainte d’y avoir été devancé, il se précipita chez les Shi. « Je suis, annonça-t-il à son arrivée, désireux de me trancher un morceau de chair pour sauver votre fille ! » L’offre ravit Shi Xiaoli, et sans tarder, Yao Shouzhi se dévêtit le haut du corps. Usant d’un couteau, il s’entailla la poitrine pour en retirer un morceau de chair d’une dizaine de grammes. Le sang se mit à jaillir et à le souiller comme s'il venait d’être plongé dans une bassine de teinture. Le moine qui était présent appliqua sur la plaie un onguent qui eut pour effet immédiat d’arrêter l’écoulement de sang. Il découpa en deux le morceau de poitrine qu’il mélangea à une poudre pour en faire une bouillie, laquelle fut répartie en trois pilules. Il indiqua ensuite qu’elles devraient être prises le matin avec de l’eau chaude à raison d’une par jour. Au bout de trois jours, le mal avait disparu et la malade était rétablie.
Shi Xiaoli et son épouse étaient aux anges et ils remercièrent en conséquence le moine. Ils avaient, qui plus est, l’intention de tenir parole, aussi dépêchèrent-ils quelqu’un chez les Huang pour les mettre au courant de la situation et leur restituer les présents de fiançailles. Mais ceux-ci ne l’entendirent pas de la même oreille. Ils envoyèrent aussitôt leur entremetteuse faire savoir qu’ils étaient prêts à déposer une plainte au tribunal pour demander que justice leur soit rendue. Shi Xiaoli était acculé. Il ne lui restait plus qu'à faire préparer un festin pour Yao Shouzhi afin de lui jouer la scène du banquet du Dit du pavillon de l’ouest — la seule différence avec le héros de la pièce était que le jeune homme n’avait pas encore eu l’occasion de se lier avec la belle Shuangwen36. Quand les agapes eurent pris fin, un paquet contenant mille taels fut déposé sur une table à proximité, et Shi Xiaoli prit la parole : « Cher frère, je vous avais fait une promesse, mais les Huang qui avaient déjà envoyé les cadeaux de fiançailles n’en ont cure ; ils sont prêts à mettre l’affaire devant le juge ? J’ai peur que le mandarin ne leur donne raison et que cela ne cause d’inutiles complications, aussi ai-je préparé ce présent qui vous permettra de trouver une épouse. Je vous conjure de l’accepter. »
L'offre mit Yao sur ses jambes, et, sans dissimuler sa tristesse, il s’enflamma : « Si je n’avais pas été en affinité littéraire avec mademoiselle votre fille, jamais je n’aurais abîmer ce corps légué par mes parents37. Comment imaginer que je sois venu chez vous pour y vendre de la viande ? » Et, toujours sous l’emprise de la plus vive colère, il salua Shi Xiaoli et s’en fut.
La tournure prise par les événements avait plongé Lotus dans l’embarras, aussi s'était-elle décidée à écrire une lettre qu’elle avait chargé une vieille employée de la maison, la mère Li, de porter au bachelier Yao. Une fois sur place, celle-ci découvrit le garçon dans son cabinet de lecture en train de broyer du noir. Apprenant qu’elle venait de chez les Shi, Yao Shouzhi pesta en son for intérieur : « L’affaire est à l’eau, qu’ont-ils besoin de m’importuner ! » Mais quand on l’informa que l’émissaire était envoyée par Mademoiselle Lotus et qu’elle était porteuse d’une missive, il ravala sa hargne pour se faire plus accueillant : « Donnez-moi vite à lire cette lettre ! » La mère Li la lui tendit des deux mains. Il s’en saisit aussitôt, la décacheta et s’absorba dans sa lecture :

« Consciente de l'immense faveur dont vous avez fait preuve à mon égard — vous ne m’avez rien de moins que rendue à la vie ! —, comment pourrais-je rester insensible et faire preuve d'ingratitude ? Mais des gens du vulgaire alléguant qu’ils ont transmis les présents pour fixer un engagement, empêchent mon père d’honorer sa promesse. La peur d’un procès affecte son penchant naturel et lui fait retirer son appui à son sauveur, faisant obstacle à l’homme de bien que vous êtes. Je comprends votre émoi, mais que dire ? Votre talent est unique en ce monde, et vous êtes promis à un brillant avenir ; vous saurez, sans doute aucun, trouver le bonheur conjugal. J’ai fait hier un rêve qui annonçait pour moi un funeste destin et une mort prochaine — gardez-vous de nourrir de l’ire envers autrui. Je vous salue respectueusement. »

10Quand il eut achevé sa lecture, Yao s’exclama : « Je me dois de répondre à la délicate attention de votre maîtresse. Souffrez que je vous charge de lui transmettre un message ! », et prenant un feuillet, il composa la réponse suivante :

« Nos tourments, ma mie, ne sont pas récents, mais mon vœu de secourir la faible recluse du gynécée s'est révélé bien vain. Je n'ai pas hésité à ruiner le corps légué par mes parents, pour fournir un ingrédient à un remède, car l'idée de votre disparition m'était insupportable. Mais, hélas ! mes espoirs les plus fous ont été déçus. Bien que vous m'accordiez une sentimentale attention, jamais je n'ai eu l'heur de vous contempler ; si jamais la chance de nous croiser nous est donnée, faites-moi l'aumône d'un sourire, je comprendrais alors la puissance de votre affection, et n'aurais plus de regret à mourir. Yao Nian vous salue à nouveau. »

11Aussitôt écrite, il remit la lettre à la mère Li et lui confia deux taels pour qu’elle achète une composition florale. La femme remercia avec effervescence et prit le chemin du retour. Une fois en présence de sa maîtresse, elle vanta les qualités du bachelier Yao, se désolant que leur union ne soit pas possible. Lotus ouvrit la lettre qu’elle dévora, approuvant secrètement chacun des mots de son contenu.

  • 38 Cette Fête de la Pure clarté ou Qingming jie 清明節 se tient cent six jours après le solstice d'hiver, (...)

12 Il se passa quelques jours ; la fête de la Pure clarté38 approchait. Les gens de Chengdu, riches et pauvres, hommes et femmes, ont pour habitude d’aller, à cette occasion, honorer leurs morts et balayer leur tombe. Lotus rédigea en grand secret un billet qu’elle pria la mère Li de remettre à Shouzhi, billet dans lequel elle lui fixait un rendez-vous sur la route qu’allait emprunter son palanquin, palanquin qu’elle distinguerait en le faisant décorer de boules brodées de toutes les couleurs.
La nouvelle remplit Yao de joie. Le jour dit, il se leva de très bon matin, et sans même avoir pris le temps de manger quoi que ce fût, il se rendit à l’endroit indiqué. Ce ne fut pourtant qu’au milieu de la journée qu’il vit arriver de loin le palanquin tant attendu. Il le fixa d’un regard aussi ardent que s’il avait projeté des flammes. Bientôt, il était à proximité. Lotus, à l’intérieur, souleva le rideau, et sans quitter le garçon du regard, lui adressa un délicat sourire révélant deux rangées de dents blanches. Les esprits de Yao en furent transportés. Il aurait bien voulu que tout s’arrête pour pouvoir profiter pleinement de cette vision, mais le palanquin s’était éloigné comme s’il avait volé. Désireux de pouvoir renouveler l’expérience à son retour, Yao attendit jusqu’à la nuit, mais en vain ; le palanquin avait dû emprunter une autre route. Il ne resta plus au jeune homme qu’à rentrer chez lui.

13Chers lecteurs, vous aurez noté que comme le jeune Yao n’avait jamais vu le visage de Lotus, le palanquin de la jeune fille avait été, à bon escient, doté d’une marque distinctive. Mais pour comprendre pourquoi la jeune fille n'avait en fait jamais risqué de sourire à un inconnu, vous devez savoir qu’à l’occasion du banquet qui s'était déroulé chez elle, elle avait pu profiter d’une fissure dans la cloison pour observer attentivement le garçon. En effet, il ne lui avait pas été possible de le voir au moment où il était venu offrir sa chair, car elle était alors aux portes de la mort. Mais mettons un terme à ces digressions oiseuses pour retrouver, chez lui, le jeune homme entièrement plongé dans le souvenir de la beauté de Lotus. Si avant de l'avoir aperçu, il s’était résigné à ne jamais voir se concrétiser leur union, il lui était, maintenant, impossible de ne pas nourrir les plus folles espérances.

14Las ! Les Huang ne tardèrent pas à dépêcher leur entremetteuse pour fixer le jour propice au mariage. Mais à peine Shi Xiaoli avait-il donné son accord, que la jeune fille tomba à nouveau malade. On fit chercher le moine d’Occident, mais personne ne savait où il était passé. La maladie dura plusieurs jours avant que la moribonde ne rejoigne l’au-delà, sans espoir de réveil, plongeant ses parents dans un océan de douleurs.
Dès qu’il apprit la triste nouvelle Yao débarqua chez les Shi, pleurant toutes les larmes de son corps et se lamentant jusqu’au moment où il s’affala au sol. On s’affaira pour le soutenir, mais ses yeux s’étaient clos et plus aucun souffle ne l’animait. Shi Xiaoli manda en toute hâte une boisson roborative, mais rien n’y fit, il ne put reprendre connaissance, et les membres de son corps se refroidirent progressivement. On le fit donc conduire chez lui où l’épouse de Ding Yueyi, qui s’y était installée récemment, une servante et un homme à tout faire purent s’occuper des préparatifs de son enterrement, ce sur quoi nous ne dirons rien de plus.

  • 39 Changsha 長沙 est la capitale de la province actuelle du Hunan 湖南 qui était incluse avec la province (...)

15Suivons plutôt le fantôme de Yao Shouzhi lequel n’éprouvait aucune amertume à se savoir mort. Il s’était mis à déambuler dans l’immense territoire qui s’étendait devant lui, entièrement absorbé dans la recherche de Lotus. Aucune direction n’échappait à son attention. Il se dirigea enfin vers le Nord-Ouest où une foule se pressait à la manière d'une colonie de fourmis en train de déménager tout entière tendue à la quête d’un nouvel espace pour s’installer. Il ne se passa pas longtemps avant qu’il n’atteigne un bâtiment qui semblait être le siège de l’administration locale. Pris dans le flot, Yao Shouzhi y pénétra pour atteindre un corridor de l’aile Est du yamen. Là, il heurta de plein fouet quelqu’un qui ressemblait à s’y méprendre à une de ses connaissances du monde des vivants — c’était Ding Yueyi ! Il s’empressa de le saluer. « Frère ! Comment se fait-il que tu sois ici ? » interrogea à son tour Ding sans feindre la surprise. Sans attendre sa réponse, il le tira à l’écart par la manche, en ajoutant : « Ton temps de vie n’est pas encore arrivé à son terme, laisse-moi te raccompagner de l’autre côté ! » Mais Yao Shouzhi calma son empressement : « Ce que tu ignores, c’est que j’ai sur le cœur une affaire que je dois régler avant de partir.
— Sache qu’en ce territoire, ton ami s’est vu attribuer un poste au bureau de la gestion des registres et qu’on lui accorde même un certain crédit. Si jamais il y a quelque chose qui puisse être tenté, je m’engage à le faire pour toi. Mais, dis-moi vite de quoi il retourne.
— Aurais-tu entendu parler de Mademoiselle Lotus, la fille de Shi Xiaoli qui vient juste de trépasser ? C’est elle que je voudrais voir.
— Oui, je suis au courant », répondit Ding avant de conduire son ami à travers tout un dédale de ruelles et de résidences jusqu'à un endroit où se trouvait Lotus, assise sur un rocher en compagnie d’une jeune fille vêtue de blanc ; toutes deux, épaule contre épaule, avaient un air attristé et semblaient désemparées. Dès qu’elle aperçut Shouzhi, la jeune fille manifesta autant de surprise que de joie, et tout en se levant, elle s’exclama : « Vous ici ? Comment cela est-il possible ?
— C’est que, expliqua le jeune homme tout en laissant couler des larmes, quand vous êtes morte, je n’avais plus le goût de vivre.
— Ainsi, faisant peu de cas de votre propre existence, vous avez gardé de l’intérêt pour quelqu’un qui vous a, à ce point, manqué d’égard ! sanglota Lotus submergée elle aussi par l’émotion. S’il est trop tard pour réaliser notre union dans le monde des vivants, souhaitons que la prochaine vie nous soit plus favorable !
— La mort me convient, à quoi bon vivre ! », reprit Yao en se tournant vers son camarade : « Te serait-il possible de t’enquérir du lieu où cette demoiselle va renaître et de me le dire ? Mon désir est de l’y retrouver le moment venu. » Ding accepta la mission et s’en fut aussitôt.
« Mais qui donc est cette personne ? », demanda alors la jeune fille en blanc tout en agrippant les vêtements de Lotus. Celle-ci lui fit le récit détaillé de ses malheurs passés tout en versant force larmes. Elle se tourna ensuite vers Yao : « Cette jeune personne s’appelle aussi Shi. Son père est le préfet de Changsha au Huguang39. Son petit nom est Bingniang. Pour avoir fait route commune jusque-là, nous nous sommes liées d’amitié. »
En la regardant plus attentivement, Yao Shouzhi put constater que la jeune fille était ravissante comme une fleur et d’une beauté peu commune. Il allait justement prendre la parole, quand Ding réapparut le visage illuminé d’un large sourire. « Félicitations, lança-t-il en congratulant son ami. J’ai arrangé l’affaire pour toi et la jeune demoiselle. Vous allez pouvoir retourner sur-le-champ dans le monde des vivants et vous y unir. Qu’en dites-vous ? » Submergés par la joie, les deux jeunes gens s’agenouillèrent pour remercier leur bienfaiteur. Mais alors qu’ils allaient justement se relever, Bingniang fondit en larmes : « Sur qui vais-je m'appuyer une fois ma sœur partie ? Si seulement tu pouvais m’emmener avec toi, je serais heureuse de t'assister en qualité de seconde épouse ! » Cet appel émouvant perça le cœur de Lotus : « Comment faire ? » interrogea-t-elle.
Le garçon se tourna alors vers son ami : « Ne pourrais-tu intervenir à nouveau ? Je t’en conjure ! » Ding, tout en faisant non de la main, se confondit en excuses : « C’est inimaginable. Comment serait-il possible de rééditer ce qui n'est après tout qu'une heureuse combinaison du hasard ? » Constatant que Bingniang continuait à se lamenter, Yao se fit de plus en plus insistant auprès de son ami : « Cela ne vaut-il pas la peine d’essayer, quand bien même cela semble perdu d’avance ? » A bout d’argument, Ding n’eut plus qu’à prendre congé. Il resta absent un bon moment. « Rien à faire ! Je t’avais prévenu, c’est sans issue ! » dut-il admettre à son retour. En l’entendant, Bingniang agrippa à nouveau la manche de Lotus et se remit à pleurer de manière encore plus déchirante. Lotus avait le cœur brisé et pleurait à l’unisson, quant à Yao Shouzhi, pour le moins embarrassé, il ne savait plus que faire. Témoin de leur supplice, Ding soupira : « Allez ! Advienne que pourra, je m’arrangerai ! Emmène-la aussi ! » En l’entendant, Bingniang retrouva sa joie, et se confondit en remerciements — tous trois le saluèrent et empruntèrent de concert la porte.
Inquiet de ce qui pourrait arriver à Bingniang, Yao Shouzhi interrogea la jeune fille : « Le chemin qui conduit à Changsha est fort long, comment vas-tu seule pouvoir affronter le voyage ?
— Mais, c'est que je n’ai pas du tout l’intention de rentrer chez moi, je veux vous suivre !
— Aurais-tu perdu la raison ? Si tu ne rentrais pas chez toi, comment donc pourrais-tu ressusciter ? Mieux vaut, ajouta-t-il en souriant, que tu attendes que je me rende à Changsha — seulement, le moment venu, il ne faudra pas faire l’effarouchée ! »
C’est alors, qu'arrivant à vive allure, s'approchait d'eux une charrette à une roue actionnée par deux hommes et sur laquelle avait pris place une vieille femme. L’équipage ayant justement fait halte à leur niveau, la femme s’enquit de leur situation. Montrant Bingniang de la main, Lotus prit la parole : « Elle doit se rendre à Changsha, mais personne ne peut l’accompagner, ce qui nous met dans l’embarras.
— Vous avez de la chance, je me rends justement là-bas. Pourquoi ne pas me la confier ? » L’offre remplit d’aise les trois jeunes gens ; Bingniang prit place à côté de la vieille femme, et ils se séparèrent.

16Nous ne dirons rien du voyage de la jeune fille et de son accompagnatrice pour nous intéresser exclusivement à Lotus, laquelle n’avait jusqu’à présent guère eu l’occasion de quitter ses appartements. Qu’elle évoluât dans le monde des morts ou bien dans celui des vivants ne faisait pas une grande différence — il lui était tout simplement impossible de marcher autant. Ses petits pieds bandés l'obligeaient à faire de fréquentes pauses ; au bout de plus d’une dizaine d’arrêts, les voyageurs aperçurent enfin les murs de Chengdu.
Chemin faisant, Lotus avait fait part à son compagnon de ses réflexions : « Que pourrions-nous faire si, une fois revenus parmi les vivants, la situation nous était à nouveau défavorable ? Ne serait-il pas préférable de nous rendre tous deux chez toi et qu'une fois ressuscité, tu ailles réclamer mon enveloppe charnelle afin que mon âme l’anime à nouveau — ayant ainsi retrouvé la vie chez toi, personne ne pourra y trouver à redire ? » Yao Shouzhi l’ayant approuvé en tous points, ils se rendirent ensemble chez lui. Une fois sur place, Yao installa d’abord la jeune fille dans une aile de la résidence, avant de gagner le hall central.
Cela faisait déjà deux jours qu’il était mort. Comme l'examen de son corps demandé par l’épouse de Ding Yueyi avait révélé que la région du cœur dégageait encore de la chaleur, on ne l’avait pas encore mis en bière. Aussitôt l'âme de Yao Shouzhi eut-elle rejoint son corps, que le jeune homme revenait à la vie. Dans un concert de cris d'allégresse, il s’assit : « Je dois me rendre chez les Shi !
— Mais ce ne serait guère prudent pour quelqu'un qui vient juste de retrouver ses esprits, objecta l’épouse de Ding Yueyi laquelle se trouvait justement à son chevet.
— Il n’y a pas de danger ! » insista Yao, et sourd aux conseils de modération qu’on lui prodiguait, il sortit après avoir avaler une gorgée de soupe. Madame Ding le fit accompagner par Fulang, son fils qui avait déjà 14 ans, et par Acai, le serviteur de la maison.
À son arrivée, tout le monde prit la fuite en grand désordre en poussant des « Au fantôme ! » d’effroi. Shi Xiaoli, qui se trouvait dans la salle de réception lorsqu’il vit débarquer Yao Shouzhi, allait lui aussi déguerpir, mais le jeune homme le retint : « Vous n'avez rien à craindre, je ne suis pas un fantôme ! » Quelque peu rassuré, Shi l’invita à s’asseoir, mais l’émotion lui interdisait toujours de formuler la moindre question. Yao lui fit alors un récit détaillé de ses aventures, lui expliquant que n’ayant pas encore épuisé son temps d’existence sur terre, les autorités infernales l’avaient non seulement relâché, mais qu’il avait intercédé pour sauver l’âme de sa fille avec laquelle il avait été officiellement uni.
« Mais, s’étonna Shi Xiaoli, s’il en est ainsi, comment se fait-il que ma fille n’ait pas ressuscité ?
— C’est que, répondit Yao, comme votre fille est revenue parmi les vivants en ma compagnie, son âme se trouve justement chez moi, car c’est là, et nulle part ailleurs, qu’elle désire revenir à la vie. Aussi suis-je venu vous prier de me confier sa dépouille. »
Shi Xiaoli avait bien encore quelques réserves, mais le jeune homme s‘étant exprimé avec clarté, et, puisque lui-même avait l'ardent désir de revoir sa fille vivante, il finit par donner du crédit à cette étonnante proposition. Comme le corps de Lotus n’avait pas encore été déposé dans son cercueil, les gens de la maison furent priés de le porter avec précaution, et tout le monde, parents y compris, s’apprêtaient à partir lorsque Yao s’adressa à nouveau à Shi Xiaoli : « Permettez que je dise encore un mot.
— Faites, je vous en prie.
— Si le tribunal infernal a bien déjà validé notre union, il n’est pas séant pour moi, tant que mademoiselle votre fille n’est pas encore revenue à la vie, de me comporter vis-à-vis de vous avec tous les égards qu’un gendre doit à son beau-père, mais, je vous en conjure, gardez-vous de revenir sur les arrangements pris dans l'au-delà.
— Le revirement précédent n’était pas de mon fait, j’y ai été contraint par les circonstances. Comment dès lors qu’il est question de résurrection, pourrais-je faire fi de l’immense dette que j’ai pour vous ? Si jamais les Huang y trouvent à redire, je saurais les affronter quand bien même me traineraient-ils en justice ! Pour preuve de ma bonne foi, que diriez-vous de profiter de ce qu’aujourd’hui soit un jour faste pour procéder au mariage dès que ma fille sera ressuscitée ? » Particulièrement enthousiaste, Yao accepta l'offre et prit la tête du convoi. Sur place, il fit déposer le corps de la jeune fille dans le lieu où avait élu domicile son âme. Aussitôt y pénétra-t-il que Lotus se redressa, et commença à retrouver l’usage de ses membres — elle était vivante.
Témoin de la joie des parents, Yao fit mander un orchestre et acheter le nécessaire pour procéder aux cérémonies d’offrandes aux ancêtres. Shi Xiaoli n’y trouva rien à redire et, avec son épouse, il rentra en hâte chez lui pour y chercher les parures de mariage de leur fille ; ils revinrent bientôt également porteurs des décorations appropriées. Quand les festivités prirent fin, Yao raccompagna ses beaux-parents jusqu’à la porte, puis il gagna la chambre nuptiale où l'attendait Lotus laquelle s’était déjà démaquillée et défaite de ses parures. Mari et femme montèrent sur le lit, main dans la main.
Leur plaisir fut d’autant plus intense qu’il avait été si souvent différé. Qui, lorsque Lotus avait été touchée par les poèmes que sa « Fatigue de la broderie » avait inspirés à Yao Shouzhi, aurait pu imaginer que quelque chose viendrait s’interposer entre eux ? Mais le père de la jeune fille avait récusé le prétendant car il l'avait jugé trop pauvre, ce qui avait plongé les deux amoureux dans l’affliction la plus totale ; et quand Yao avait sacrifié un morceau de sa chair pour secourir Lotus qui était tombée malade, totalement confiant dans la promesse du père d’accorder la main de sa fille à qui la sauverait, c’est la menace d’un procès qui avait réduit à néant leurs espérances ; de plus, il leur avait fallu imaginer tout un stratagème pour que leur union sanctifiée dans l’au-delà ne soit pas battue en brèche à leur retour parmi les vivants ; ainsi, le bonheur qu’avait occasionné la réunion d’un génie sans égal et d’une beauté sans pareille était au-dessus de toute description. Mais de ce bonheur péniblement acquis devaient surgir bien des désagréments.
Le lendemain de leur mariage, la nouvelle de leur résurrection avait déjà fait le tour de toute la préfecture de Chengdu ; elle arriva ainsi aux oreilles des Huang qui ne décoléraient plus. Huang Youcheng se dit que Shi Xiaoli avait fait accroire que sa fille était morte dans l’intention de la marier au fils Yao. Son père étant décédé depuis quelque temps déjà, il fit, en personne, chercher l’entremetteuse, prépara un acte d’accusation, et de son propre chef se rendit au tribunal.
Le mandarin en poste se nommait Ping Shu, Ping Le bienveillant. Il avait une réputation d’intégrité et d’efficacité. Une fois saisi, il manda Shi Xiaoli et Yao Shouzhi, et, sans tarder, débuta l’audience devant une foule compacte. Il interrogea d’abord le plaignant : « Avez-vous réellement conclu un arrangement matrimonial avec la famille Shi ?
— Comment oserais-je mentir ? L’entremetteuse ici présente, confirmera mes dires.
— C’est, ajouta respectueusement la femme, moi-même qui ai officié. »
Le juge Ping se tourna alors vers Shi Xiaoli : « Dans ces conditions, comment avez-vous pu marier votre fille à Yao Shouzhi ?
— C'est que, lorsque ma fille est morte, il l'a suivi dans l’au-delà où il est parvenu à obtenir pour elle, une résurrection, et pour eux, une union dans le monde des vivants. Voilà pourquoi j’ai consenti à ce mariage.
— Fariboles ! cassa tout en s’esclaffant le mandarin. De quelles preuves tangibles disposez-vous pour accréditer ces élucubrations ? » Le visage de Shi Xiaoli s’empourpra sans qu’il lui soit possible de répondre même un seul mot. Ce fut alors à Yao Shouzhi de faire sa déposition et d’expliquer comment lui et Mademoiselle Lotus s’étaient, à leur retour de l’au-delà, installés chez lui, et comment lui était d’abord revenu à la vie, qu'il s’était rendu ensuite chez elle pour obtenir son enveloppe charnelle afin de lui permettre de ressusciter, pour conclure : « Voilà qui peut tenir lieu de preuve !
— S’il en est ainsi, reprit le juge, voilà bien ce que j’attendais ! Dès lors, comment ne pas avoir la certitude que vous et le sieur Shi Xiaoli avaient mis au point cette forfaiture, et que vous cherchez à nous leurrer avec vos affabulations ! »
En entendant le juge réfuter de la sorte les témoignages de leurs opposants, on se réjouissait du côté des Huang tout en pensant que l’affaire avait pris une tournure favorable pour eux. Tout penaud, Shi Xiaoli se hasarda pourtant à inviter le magistrat à interroger successivement tous les membres de sa maisonnée. Mais, ce fut Yao Shouzhi qui, avec la même sérénité que précédemment, reprit la parole : « Je voudrais, si votre Honneur me le permet, faire état d’un autre élément de preuve : il y a, à Changsha, un préfet Shi, lequel a une fille prénommée Bingniang que j’ai également ramenée des Enfers. Ce point peut être facilement vérifié par Vos services.
— Ainsi, si l’on se fie à la logique, reprit le juge, c’est la famille Huang qui a été la première à engager cette union, et, ceci, les instances infernales ne peuvent rien y changer. Mais, poursuivit-il en se tournant cette fois vers Huang Youcheng, il n’en reste pas moins qu’ils ont déjà consommé leur union, et que la demoiselle n’est donc plus vierge. À quoi rime dans ces conditions d’intenter un procès ? Je vais les mettre en demeure de vous restituer les cadeaux de fiançailles afin de vous dédommager, et l’affaire sera close !
— Peu m’importe qu’elle ne soit plus vierge, renchérit Huang Youcheng, je conjure Votre Honneur de me la restituer ! » En entendant cela, le magistrat frappa sur son bureau d’indignation : « Comment une personne manquant à ce point du sens de la décence peut-elle exister ? Sachez que je ne peux tolérer qu’une femme puisse suivre deux maris ! » Huang Youcheng n’osa plus proférer le moindre mot, et se résigna à accepter la sentence.
Lotus, qui était restée à la maison, était très inquiète des suites du procès dans lequel son mari était impliqué. Aussi la nouvelle de la décision qui venait d’être prise par le magistrat la rassura pleinement. Shi Xiaoli, touché, pour sa part, par le dénuement dans lequel se retrouvaient les deux époux, leur fit envoyer un trousseau en mesure de leur assurer une existence des plus confortables. Huang Youcheng, quant à lui, ayant ouï-dire dire que Lotus était d’une rare beauté, n’avait pas baissé les bras pour autant. Aussi avait-il, à plusieurs reprises, porté réclamation auprès des instances administratives supérieures. Mais, par chance, celles-ci tenaient le juge Ping et ses avis en haute estime, aussi le déboutèrent-elles à chaque nouvelle tentative.
Il advint, néanmoins, que six mois plus tard, le sous-préfet Ping fut promu au Guangdong et remplacé par un certain Qian Youling qui était aussi cupide que cruel. Huang Youcheng lui soumit une plainte qu’il accompagna d’une somme d’argent conséquente. Le sous-préfet Qian empocha l'argent, et sans plus s'informer sur le bien-fondé de la démarche, dépêcha un satellite pour faire rendre Lotus à son mari d’origine ; la diligence de l'envoyé mandarinal fut d'autant plus grande qu'elle avait été stimulée par un nouveau don de Huang Youcheng.
En découvrant l’ordre d’exécution qu'on lui présentait, Yao Shouzhi rappela que comme le sous-préfet précédent avait déjà statué sur le cas, il n’en tiendrait pas compte, ce qui mit hors de lui l’agent préfectoral. Celui-ci tempêta tant et tant que Lotus qui était témoin de son ire fut effrayée au point de vouloir mourir à nouveau. Yao Shouzhi l’encouragea à faire face et se retrouva contraint de faire accepter au policier un pot-de-vin conséquent. Faisant, qui plus est, valoir que vu l'état de fragilité de la jeune femme, sa vie était entre ses mains, il devrait faire preuve de la plus grande délicatesse à son encontre. Le jeune homme gagna là un sursis dans l’application de l’ordre de transfert, mais il ne put empêcher le satellite de venir tous les jours faire du grabuge, désagrément qui nuisait gravement à la tranquillité des époux.

  • 40 Ehuang 娥皇 (l’aînée) et Nüying 女英 (la cadette) sont les deux filles que Yao 堯, mythique fondateur de (...)

17Un jour, de bon matin, les gens de maison annoncèrent que plusieurs attelages venaient de s’arrêter devant la résidence. Saisis de terreur, les jeunes gens se dirent que, cette fois, le préfet était venu en personne s'emparer de Lotus, aussi Yao Shouzhi enfila-t-il en hâte une tenue de circonstance pour aller l’accueillir. Mais, déjà, les visiteurs avaient fait irruption dans le hall où il régnait un grand désordre — hommes et femmes s’y pressaient dans la plus grande confusion. De fait, il ne s’agissait pas de celui dont on redoutait la venue, mais de nul autre que le préfet de Changsha, lequel était venu accompagner sa fille pour son mariage.
Shi Youfa, — tel était son nom —, était originaire de la préfecture de Chongqing. Déjà octogénaire, il n’avait jamais eu de fils. Bingniang étant sa fille unique, la mort de celle-ci l’avait particulièrement attristé, et, lorsque revenue à la vie, elle avait expliqué que Yao Shouzhi et son épouse l’avaient secourue dans le monde des morts, et qu’elle consentait à épouser le garçon en qualité de concubine, il n’avait opposé aucune résistance. Au contraire, ayant invoqué son âge et sa volonté de se retirer dans son pays natal, il avait quitté ses fonctions, préparé un trousseau, et avait décidé d'accompagner sa fille à Chengdu.
Intrigué par la mine soucieuse de Yao Shoushi, le préfet Shi l'interrogea sur les raisons de son inquiétude. Le jeune homme lui fit donc le récit détaillé des suites judiciaires données à son différend avec la famille Huang à la suite de son mariage avec Lotus. « Huang ayant conclu les fiançailles, il avait la priorité, mais comme il n’a pas même daigné donner un morceau de la chair de son corps, et qu’il n’est en rien intervenu auprès des autorités infernales pour la faire revivre, comment pourrait-il prétendre jouir d’un bonheur qu’il ne mérite en rien ? », conclut en souriant le préfet Shi, avant d’ajouter à l’attention du jeune homme : « Oubliez cela, car aujourd’hui est un jour faste. Me voici avec ma fille, alors laissez-moi présenter mes respects à Madame votre épouse. » Quand Lotus se présenta, le préfet demanda qu'on installe, faisant face au sud, deux fauteuils afin de procéder aux civilités dues à une épouse principale, mais la jeune femme, trop confuse pour accepter un tel honneur, s’inspira de l’exemple de modestie qu’avaient fourni en leur temps Ehuang et Nüying40. Ceci fait, Yao et ses deux épouses de même rang honorèrent le Ciel et la Terre, avant de s’incliner devant le préfet Shi. On put dès lors procéder au mariage selon les règles de la bienséance.

18Vous vous demandez sans doute pourquoi l’envoyé du yamen n’était pas venu, contrairement à son habitude, faire du chahut. Eh bien, sachez que d’une part, l'homme ne savait pas trop à quoi s’en tenir après l'arrivée de ce préfet Shi, et que, d’autre part, ce dernier avait chargé les gens de Yao de lui faire parvenir une enveloppe afin de le tenir à l’écart. Quant à Shi Xiaoli, il fut prié de participer aux festivités. Ce fut du reste lui qui, ayant abordé en premier le litige avec les Huang, pria le préfet Shi d’amadouer le juge. « À quoi bon ! répondit le préfet Shi. Les instances supérieures resteront inflexibles dans leur jugement, et, qui plus est, cela ne vaut pas la peine d’aller perdre son temps avec un de ces mandarins véreux. J’ai justement en tête un plan dont je voudrais vous entretenir ». Et liant les actes aux paroles, il attira les deux hommes à lui pour leur faire part de son stratagème dans le creux de l’oreille. Ses auditeurs en furent très satisfaits, mais laissez-moi vous conter ce qu’il avait imaginé : il se trouvait qu’une des servantes ayant accompagné Bingniang, elle-même originaire de Chongqing, était une copie vivante de Lotus. Certes la personne en question n’avait pas le charme de la demoiselle dont elle se distinguait comme l’argent de l’or, mais pour quelqu’un de peu habitué, ce cuivre impur pouvait passer pour le métal le plus précieux. Le préfet donna donc ses directives : lorsqu'il rentrerait chez lui, Shi Xiaoli devait faire savoir que sa fille l’avait accompagné, arguant que, comme le préfet Shi lui avait donné en mariage ses deux filles, Yao Shouzhi l’avait tout simplement répudiée, l’abandonnant sans conteste au sieur Huang.
Or donc, à la fin du banquet, le préfet Shi mit sa fille au courant de son stratagème et confia à Shi Xiaoli la servante qui l'accompagna en palanquin. De son côté, le père de Lotus insista auprès de ses gens pour que rien ne filtre de ces manigances. Quant au préfet Shi, il passa encore quelques jours chez son gendre avant de faire ses adieux au garçon et à ses deux compagnes pour prendre la route de Chongqing.
Dès que la nouvelle de son départ fut connue, l’agent du yamen se présenta à nouveau chez Yao afin d’exiger la remise de Lotus. Sans se départir de son calme habituel, Yao Shouzhi le reçut et l'interrogea sur ses intentions : « Mais, au fait, qui donc venez-vous chercher, s’il vous plait ?
— Hé ! se mit à vociférer l’envoyé que le manque de coopération du jeune homme avait quelque peu irrité, c’est que j’ai une mission officielle à remplir. Inutile de vous retrancher derrière la puissance que vous donne l’avantage d’être devenu le gendre du préfet Shi.
— Ainsi donc, il ne vous a pas échappé que je suis apparenté au préfet Shi ? répondit avec un rire sarcastique Yao. Il se trouve que la personne que vous cherchez est la fille d’un grippe-sou et qu'elle a bien été mon épouse. Mais maintenant que Monsieur mon beau-père m’a fait présent de deux précieuses épouses, qu’ai-je besoin de cette source de tracas ? Je l’ai déjà renvoyée chez elle. C’est là-bas qu’il faut aller la chercher », et sur ces mots, il s’en retourna en se pavanant ostensiblement.
Le satellite trouva cela fort étrange, mais tout ce qu’il put tirer des gens de maison qu’il interrogea correspondait aux directives laissées par le préfet Shi, et il en arriva à la conclusion qu’on ne faisait plus, en ce lieu, beaucoup de cas de Mademoiselle Lotus, laquelle avait été bel et bien répudiée. Tout s’accordant selon le plan prévu par le préfet Shi, l'homme prit le parti de se rendre chez Shi Xiaoli lequel ne ménagea pas sa peine pour lui montrer son désarroi et se plaindre du manque de cœur du jeune Yao, qui, disait-il, avait fait peu de cas de l’ancienne une fois les nouvelles arrivées. Il le pria même de notifier au sieur Huang qu'il pouvait venir en personne chercher son épouse. L’envoyé ne se fit pas prier et Huang Youcheng, en rien soupçonneux, se réjouit grandement de la nouvelle qu’on venait de lui donner. Il choisit un jour faste et réalisa son rêve.
La cérémonie du mariage achevée, Huang dut se rendre à l’évidence que la beauté de son épouse n’était pas à ce point renversante, ce qui le peina extrêmement. Qui plus est, une fois au lit, il vérifia qu’elle n’était pas vierge, point crucial du stratagème dont Shi Xiaoli, désireux d’éviter toute anicroche s’était fait un plaisir de se charger personnellement en profitant de la jeune femme. Le constat d’avoir une épouse à la beauté très commune amena rapidement Huang Youcheng à penser à s’offrir une concubine, mais son épouse était particulièrement jalouse. Une demi-année ne s’était pas écoulée que l’homme fut emporté par une infection, laissant une partie de sa fortune à sa veuve qui se remaria. Le moment était enfin arrivé pour Yao et ses deux épouses de cesser de jouer la comédie et de commencer, enfin, à jouir pleinement de la vie. Shi Xiaoli put dès lors se rendre souvent chez eux sans plus avoir à se cacher.
« M’est avis, dit un jour Yao Shouzhi à ses deux épouses, que la vie dans l’au-delà est plus paisible que celle d'ici-bas. Pourquoi donc être revenu endurer tous ces tourments ?
— Nous aurons, répondit Lotus, un jour ou l’autre tout loisir de goûter à nouveau ce bonheur-là ! Quant à celui dont nous profitons sur terre, il est éphémère. Gardons-nous de toute convoitise, cela nous mettra à l’abri de toutes les inquiétudes. » À l’entendre les deux autres éclatèrent de rire.
« Si grande sœur a éprouvé bien des frayeurs, reprit Bingniang, son père, lui, en a, pour sa part, bien profité !
— Balivernes, et pourquoi dis-tu cela ? interrogea Lotus.
— Ne sais-tu pas que grâce à lui ma soubrette a remporté le gros lot avant de croiser la route de ce pauvre bougre de Huang Youcheng ! » À cette sortie de Bingniang, tous éclatèrent de rire.
Yao Shouzhi et ses deux épouses partagèrent une félicité conjugale que les mots sont incapables de décrire pleinement. Par la suite, le jeune homme réussit un à un les examens et le concours final qui le propulsa à l’Académie Hanlin. Il gravit la hiérarchie mandarinale jusqu’au poste de gouverneur général du Huguang, parcours qui valut à ses deux épouses de se voir gratifier chacune d’un titre honorifique. C’est justement dans cette province du Huguang que, depuis le Sichuan où il officiait précédemment, Qian Youling avait été muté. Bien qu'occupant un poste subalterne, il n’avait rien perdu de ses vieilles habitudes. Yao Shouzhi dénonça ses agissements et le fit, non seulement destituer, mais encore inculper pour ses crimes. Quand il eut cinquante ans, Yao Shouzhi quitta ses fonctions pour revenir au pays natal profiter d’une vie paisible. Lotus lui donna trois fils, Bingniang deux — tous devinrent mandarin. Le fils de Ding Yueyi, quant à lui, finit par obtenir un petit poste dans l’administration.
Yao Shouzhi et ses deux épouses vécurent, dans l’aisance et le confort, jusqu’à plus de quatre-vingt-dix ans entourés de leurs enfants et petits-enfants. Ils connurent un bonheur sans égal. Un poème s’en fait justement l’écho :

Un mari, deux épouses, tout à leur guise ;
D’un coup, il a raflé un couple de beautés !
Voilà de quoi susciter bien des convoitises :
Elles sont telles des sœurs, quelle félicité !

« Liancheng » de Pu Songling

  • 41 Jinning 金寧 : préfecture de la province du Yunnan.

19Connu depuis ses jeunes années, pour être un génie littéraire, Qiao, un lettré de Jinning41, n’avait pas encore, à l’âge de vingt ans, vu se concrétiser ses ambitions de carrière. D’un naturel généreux et porté vers autrui, il était lié d’amitié au lettré Gu. Aussi lorsque celui-ci disparut, il se porta au secours de sa veuve et de ses enfants. De même, lorsque le sous-préfet en poste, lequel avait fait grand cas de ses compositions, mourut laissant une famille sans suffisamment de moyens pour retourner au pays, il avait puisé dans ses réserves pour accompagner la dépouille dans un périple, aller-retour, de quelque deux mille lis. S’il y avait gagné la considération de la communauté des lettrés, ses ressources s’en étaient trouvées terriblement amoindries.
Le licencié Shi avait une fille qu’il chérissait tendrement. Liancheng, de son nom de courtoisie, excellait non seulement dans la lecture, mais aussi dans l’art de la broderie. Afin de susciter des poèmes d’éloge auprès des jeunes gens parmi lesquels il comptait sélectionner un gendre, Shi fit circuler une des créations de sa fille intitulée « Lassitude de la broderie ». Qiao composa le quatrain suivant :

Sous ses boucles ondulantes et ses chignons aériens,
Tôt, face à la fenêtre ajourée, elle brode des lotus de jade.
Mais, la main défaille pour les canards mandarins,
Le geste se fige, et froncent ses sourcils en arcade.

20Il lui en adjoignit un second prisant la maîtrise de l’art de broder :

Ce fil de soie, c’est lui qui fixe le destin,
Sur la laize, éclosent fleurs, naissent oiseaux.
Digne du palindrome chéri de Zetian,
Cette maîtrise de l'aiguille est un cadeau.

  • 42 Changsha est la capitale de la province actuelle du Hunan

21À leur lecture, Liancheng s’enthousiasma et en fit l’éloge à son père, mais celui-ci estima le garçon trop pauvre pour elle. Ceci n’empêcha pas la jeune fille de dire tout le bien qu’elle pensait de lui à qui voulait l’entendre et de lui dépêcher une vieille servante chargée de lui remettre une somme d’argent prétendument envoyée par le père pour ses frais de lampe. « Liancheng m’a vraiment compris ! », soupira le jeune homme, et, dès lors, il ne put s’empêcher de penser à elle comme un crève-la-faim le ferait d’une nourriture.
Il ne se passa pas longtemps avant que Liancheng ne soit promise à Wang Huacheng, le fils d’un négociant de sel ; les espoirs de Qiao commencèrent alors à s’amenuiser, mais la jeune fille continuait toujours d’occuper ses rêves.
Peu après, elle tomba malade, et sombra dans un abattement qui l’empêchait de se lever. Un moine bouddhiste venant de l’Ouest affirma pouvoir la guérir grâce à une potion intégrant quelques grammes de chair provenant de la poitrine d’un jeune homme. Shi fit aussitôt porter aux Wang la nouvelle. Le futur gendre l’accueillit en persiflant : « L’insensé ! Voilà qu’il voudrait que je me découpe un morceau de ma propre chair ! »
« Je donnerai, annonça publiquement Shi au retour de son envoyé, ma fille à celui qui acceptera d’offrir un morceau de sa poitrine ! » Aussitôt au courant, Qiao se présenta. Il sortit une lame bien effilée, la porta à sa poitrine pour en retirer un morceau qu’il tendit au moine. Le sang qui ruisselait de son corps, macula ses habits jusqu’à ce que le moine applique un onguent sur la plaie. L’homme confectionna ensuite trois pilules. En trois jours, le mal s’était évanoui.
Shi, qui comptait tenir parole, fit avertir les Wang. Mais ceux-ci, furieux, menacèrent de porter l’affaire devant le juge, aussi le licencié fit-il préparer un banquet auquel il convia le lettré. « Veuillez, dit-il en faisant disposer mille onces d’argent sur une table, accepter ce présent en témoignage de l’immense gratitude que j’ai pour vous. » Il expliqua ensuite la raison qui l’empêchait de tenir parole, aveu qui fit sortir Qiao de ses gonds : « Si j’ai ainsi accepté de me sacrifier, c’est par reconnaissance pour la compréhension dont Mademoiselle m’avait gratifiée, non pas pour tirer quelque profit de la vente de ma chair ! » Et en accompagnant sa sortie d’un geste ample de la manche, il se retira.
Quand elle apprit cette déconvenue, la demoiselle, touchée de voir une aussi noble intention si mal récompensée, chargea sa duègne d’un message de réconfort qui disait en substance qu’un génie comme lui ne resterait pas longtemps incompris et que le monde ne manquait pas de beauté ; qu’un cauchemar l’avait, de plus, averti de sa mort sous trois ans, qu’il était donc vain de se tourmenter pour quelqu’un qui allait bientôt rejoindre le monde des morts. « Un homme de bien, répondit le lettré, se sacrifie pour l’être avec lequel il est en communion d’âme, non pas pour assouvir quelque désir charnel. Il m’importe plus de savoir qu’elle m’ait véritablement compris que d’être unis l’un à l’autre ! » La femme l’ayant rassuré sur ce point, Qiao ajouta : « Si nous avons l’heur de nous rencontrer, que Mademoiselle me gratifie d’un sourire, je mourrais sans regrets ! » La vieille s’en retourna porteuse de la réponse. Quelques jours plus tard, il advint que lors d’une sortie, Qiao croisa la jeune fille qui revenait de chez un oncle. Il la fixa intensément et elle lui répondit d’un regard tendre, illuminé d’un sourire qui découvrait gracieusement ses dents. « Liancheng est vraiment celle qui me comprend ! »
À peine les Wang vinrent-ils proposer une date faste pour le mariage, que la jeune fille rechuta, pour succomber au bout de quelques mois.
Qiao vint présenter ses condoléances, mais la douleur l’emporta. Shi dut faire rapporter son corps chez lui.
Le lettré avait bien conscience d’être mort, mais il n’en ressentait aucune affliction. Il quitta le village poussé par le désir de retrouver Liancheng. Au loin, il vit, allant du sud vers le nord, une foule de passants qui se suivaient tels des fourmis. S’étant mêlé au flot, il la suivit jusqu’à un ensemble de bâtiments officiels. Là, il tomba sur le lettré Gu, lequel, surpris de cette rencontre, l’interrogea tout en le tirant à l’écart avec l’intention de le raccompagner : « Mais que fais-tu donc ici ?
— J’ai une affaire de cœur à régler, répondit Qiao en soupirant.
— Sache, qu’ici-bas, j’occupe une charge d’archiviste qui n’est pas sans influence. Si je puis t’être d’un quelconque secours, n’hésite pas à me le demander. » Quand Qiao lui parla de Liancheng, Gu le conduisit à travers un dédale de résidences, jusqu’à un endroit où elle se trouvait assise sans façon au coin d’un corridor en compagnie d’une jeune personne tout de blanc vêtue et au maquillage ruiné par les larmes.
Lorsqu’elle vit paraître le garçon, Liancheng se redressa de joie et lui demanda la raison de sa venue. « Vous morte, comment aurais-je osé continuer de vivre, répondit le jeune homme.
— Vous manifestez-là un attachement qu’une personne comme moi qui vous a trahi, ne mérite pas. Votre sacrifice est disproportionné. Si je ne puis plus rien décidé pour cette vie, je m’engage à être vôtre dans la prochaine. »
Se tournant vers son ami, Qiao prit la parole : « Si tu as à faire, n’hésite pas à te retirer. La mort me convient et je ne désire pas revivre. Mais pourrais-tu te renseigner sur le lieu de renaissance de Mademoiselle, car je souhaite m’y trouver également au bon moment. » Quand Gu qui avait acquiescé, fut parti, la jeune fille en blanc demanda à son amie qui était ce lettré. Liancheng lui fit alors un récit détaillé qui la plongea dans une grande affliction. « Cette demoiselle, expliqua Liancheng, porte le même nom de famille que moi, et se prénomme Binniang. Elle est la fille du préfet de Changsha42. Comme nous avons fait route commune, nous nous sommes liées d’amitié. » Fort touché par la scène qui s’offrait à lui, Qiao allait l’interroger, mais Gu était déjà de retour et félicitait son ami : « J’ai tout arrangé. L’âme de la demoiselle suivra la tienne à son retour à la vie. Qu’en dis-tu ? » Les deux jeunes gens étaient ravis. Ils s’apprêtaient à faire leurs adieux, quand Binniang fondit en sanglots. « Où vais-je aller quand ma grande sœur sera partie ? Je t’en prie ne m’abandonne pas. Je saurais me mettre à ton service. » Liancheng, profondément émue, ne savait que faire sinon se tourner vers Qiao, lequel pria son ami de l’aider à nouveau. Celui-ci fit des difficultés, arguant que la chose était impossible à réaliser, mais face à l’insistance de son ami, il finit par s’y résoudre : « Je vais voir ce que je peux faire », dit-il avant de partir le temps qu’il faut pour prendre un repas. À son retour, il annonça son échec d’un « Je n’ai vraiment rien pu faire pour elle ! » qu’il accompagna d’un geste de la main. Binniang, secouée par la réponse, se retourna délicatement pour se blottir contre Liancheng qu’elle redoutait de voir partir, pleurant toutes les larmes de son corps. En proie au doute, les jeunes gens se regardaient silencieusement. La détresse qui marquait le visage de Binniang ne pouvait laisser insensible, et Gu, poussé dans ses derniers retranchements, rompit le silence : « Emmenez-la avec vous. Si transgression des règles, il y a, j’en prendrais l’entière responsabilité ! » Binniang, qui avait retrouvé le sourire, put, elle aussi, suivre Qiao.
Quand le jeune homme s’inquiéta du long voyage qu’elle aurait à accomplir seule, Binniang lui répondit : « Mais c’est que n’ai pas plus l’intention de vous quitter que de rentrer chez moi !
— Aurais-tu perdu la raison ? Si tu ne rentres pas chez toi, répondit Qiao, comment reviendras-tu à la vie ? Mieux vaudrait que tu ne fasses pas l’effarouchée quand je viendrai te chercher dans ton Hunan ! »
Deux vieilles femmes qui étaient chargées de délivrer du courrier à Changsha se trouvaient justement à leur côté. Qiao leur confia une Binniang qui s’éloigna les larmes aux yeux.
En route, Liancheng, dont les pieds bandés entravaient la progression, devait se reposer à chaque li parcouru ; au bout d’une dizaine d’arrêts, ils furent enfin en vue des murailles de la ville. « Je crains que notre retour à la vie ne crée quelque complication, aussi je te prie d’aller réclamer mon corps afin de me permettre de renaître chez toi, ce qui devrait nous éviter bien des contrariétés. » Qiao acquiesça et ils prirent le chemin de sa résidence. Il n’empêche que l’incertitude qui entourait leur sort empêchait la jeune fille d’avancer ; Qiao devait l’attendre. « Voilà, dit-elle, que tous mes membres tremblent, comme si je ne pouvais les contrôler. L’idée que nos désirs ne se trouvent pas exaucés me hante ! Réfléchissons-y maintenant, sinon, comment garder ma liberté une fois ramenée à la vie ? » Ils arrivèrent en se soutenant l’un l’autre à une dépendance de la résidence. Là, après un moment de repos silencieux, Liancheng demanda sur le ton de la plaisanterie : « Me détesterais-tu ? » Pour le moins surpris par cette interrogation, Qiao demanda des explications qu’elle donna avec une pointe d’embarras : « Je redoute que les choses tournent mal et que je sois contrainte de te trahir à nouveau. Permets qu’en tant que fantôme je te témoigne d’abord toute ma reconnaissance. » Qiao accepta la proposition avec enthousiasme et les jeunes gens se livrèrent entièrement l’un à l’autre, jouissant d’un plaisir qui les retint là trois jours durant.
« Comme le dit le proverbe, même une épouse laide se doit de faire, tôt ou tard, face à sa belle-mère, rester ici plus longtemps n’est pas une solution tenable. » Aussi poussa-t-elle le jeune homme à retourner dans le monde des vivants.
À peine eut-il rejoint la bière que son corps qui y reposait revenait à la vie, ce qui surprit toute la maisonnée. Il avala une soupe reconstituante, et fit mander Shi, le priant d’amener avec lui le cadavre de sa fille, pour, fit-il savoir, la ramener à la vie. Soulevé d’enthousiasme, Shi suivit ces directives et dès que le corps eut pénétré dans la pièce la dépouille de la jeune fille s’anima. Tout de suite, Liancheng s’adressa à son père : « Votre fille a déjà abandonné son corps au Sieur Qiao, nous ne pouvons faire marche arrière. tout changement, me serait fatal. » Une fois chez lui, Shi envoya à son service une personne de sa maison.
Les Wang, une fois mis au courant, déposèrent une plainte au tribunal. Le pot-de-vin qui l’accompagnait amena le juge à statuer en leur faveur : il ordonna la restitution de la jeune fille. Indigné au point de préférer la mort, Qiao n’avait plus aucune alternative. Quant à Liancheng elle se retrouva chez les Wang, où elle refusa de s’alimenter, implorant qu’on la laisse mourir le plus rapidement possible. Profitant d’un moment de solitude, elle se pendit à l’aide de sa ceinture à l’une des poutres de sa chambre. Quand on la trouva le lendemain, un filet de vie l’animait encore. Les Wang prirent peur et la renvoyèrent chez son père qui la raccompagna chez Qiao. Wang, qui l’apprit, fit la sourde oreille et les choses se tassèrent ainsi.
Une fois rétablie, Liancheng pensait souvent à Binniang. Elle aurait bien aimé envoyer quelqu’un prendre de ses nouvelles, mais, la distance l’en dissuada.
Un jour, les gens de maison annoncèrent l’arrivée à la porte d’un attelage. Les époux découvrirent bientôt qu’il s’agissait de Binniang qui avait déjà pénétré dans la cour. Leurs retrouvailles furent empreintes de joie et de tristesse. Qiao invita le préfet Shi qui avait fait le déplacement à entrer dans sa demeure. « Ma fille, dit le mandarin, vous doit d’être revenue du monde des morts ; elle s’est jurée de n’appartenir à personne d’autre qu’à vous. Je suis venu pour combler son désir. » Qiao remercia courtoisement et s’inclina selon le rituel. Le licencié Shi vint également et évoqua avec le préfet leurs communs ancêtres. Le lettré Qiao se prénommait Nian et son nom de courtoisie était Danian.

L’Historiographe de l’étrange a écrit :

  • 43 Refusant de se soumettre au fondateur de la dynastie Han, Tian Heng 田橫 (250-202) avait préféré la m (...)

Engagé sa vie sur la base d’un simple sourire de compréhension passera aux yeux du commun pour une folie. Mais les cinq cents hommes qui suivirent Tian Heng43 dans la mort, étaient-ils tous des insensés ? La valeur de cette compréhension si rare est telle que les sages et les preux n’ont pu se soustraire à son attraction. Il n’en est pas moins tragique qu’un génie délicat, détenteur de tant de qualités, ne trouve meilleure cause que celle de s’ébranler au sourire d’une belle femme !

Haut de page

Notes

1 Nous avons ajouté entre crochets la transcription des mots chinois conforme au système actuellement le plus utilisé, le pinyin, ainsi que les dates et les caractères. Sur le « Poirier planté (Conte fantastique) », Journal Asiatique, n° 117, Août-Septembre 1880, pp. 281-284, voir notre billet « Les Poires de Pu » publié le 10 juillet 2009 sur l’ancien blog de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia, UMR 7306) à l’URL : http://jelct.blogspot.fr/2009/07/les-poires-de-pu.html

2 Anatole France, « Contes chinois » (1884), La vie littéraire. Troisième série. Paris : Calmann Lévy, pp. 79-91. Sur Tcheng-Ki-Tong, voir le dossier que lui a consacré, pages 34 à 41, le onzième numéro de la revue Monde chinois (Automne 2007). L’ouvrage auquel fait référence Anatole France est Contes chinois. Paris : Calmann Lévy, 1889.

3 Dans une thèse qu’il remania et publia sous le titre Le Liaozhai zhiyi en français (1880-2004). Étude historique et critique des traductions (Paris : You Feng, 2009, 398 p.), Li Jinjia fait le point sur la longue histoire de l’accueil de l’œuvre en français et l’analyse en profondeur.

4 Dans le même ouvrage, Li Jinjia apporta un complément à sa thèse pour traiter de la traduction d’André Lévy en faisant état de réserves pas toutes justifiées selon nous. Voir Op.cit., pp. 371-382 ; voir aussi notre billet « De P’ou à Pu » publié le 21 mars 2008 à l’URL : http://jelct.blogspot.fr/2008/03/de-pou-pu.html

5 Le propos est emprunté à la page 13 de l’introduction d’André Lévy, au premier volume publié par les Éditions Philippe Picquier en 1996, réédité en format de poche en 1999, sous le titre de Chroniques de l’étrange et proposant les 82 premiers récits. Le coffret de deux volumes publiés en 2005, sous le même titre, porte une nouvelle introduction (t. 1, pp. 7-14). Les deux éditions fournissent une brève biographie de Pu Songling.

6 Sur les zhiguai, on lira avec intérêt Démons et Merveilles dans la littérature chinoise des Six Dynasties de Rémi Mathieu (Paris : You Feng, 2000) et les traductions de Jacques Dars dans Aux Portes de l’Enfer. Récits fantastiques de la Chine ancienne (1984, réédition Éditions Philippe Picquier, coll. « Picquier-Poche », 1997). Pour les chuanqi, on se reportera aux deux volumes de Chefs-d’œuvre de la nouvelle (Dynastie des Tang. 618-907) qu’André Lévy publia respectivement en 1992 et 1993 chez Aubier et qui constituent dorénavant les numéros 985 et 1014 de la collection de poche « GF-Flammarion » : Histoires d’amour et de mort de la Chine ancienne (1997) et Histoires extraordinaires et récits fantastiques de la Chine ancienne (1998).

7 Voir Ji Yun, Passe-temps d’un été à Luanyang (Gallimard, collection « Connaissance de l'Orient », 1998, 563 p.) qui est la traduction par Jacques Dars du premier des cinq recueils composant un ensemble de plus de mille récits appelé Yuewei caotang biji 閱微草堂筆記, Notes de la chaumière des perceptions subtiles.

8 Sur Zibuyu 子不語, Ce dont le Maître ne parlait pas (Le merveilleux onirique) de Yuan Mei (récits traduits du chinois, présentés et annotés par Chang Fu-jui, Jacqueline Chang et Jean-Pierre Diény, collection « Connaissance de l’Orient », série chinoise, Gallimard, 2011, 369 p.), voir le billet d’Alain Rousseau, « Yuan Mei, enfin ! » publié le 15 décembre 2011 à l’URL : http://jelct.blogspot.fr/2011/12/le-maitre-ne-parlait-ni-du-fantastique.html

9 Voir notamment Pu Songling, avec préface et traduction de Rainier Lanselle, Trois contes étranges : le Fou de livres, le Grand-saint égal du ciel, le Dieu grenouille. Cologne/Paris : Fondation Martin Bodmer/Presses universitaires de France, 2009, 2 vol., 118 p., sur lequel Vincent Durand-Dastès a signé un compte-rendu dans Études chinoises, vol. XXIX (2010), pp. 354-357.

10 Voir Zhu Yixuan 朱一玄, Liaozhai zhiyi ziliao huibian 聊齋誌異資料彙編 (Matériaux sur le Liaozhai zhiyi). Zhengzhou : Zhongzhou guji, 1985, pp. 640-728.

11 On trouvera dans ce numéro d’Impressions d’Extrême-Orient, un remarquable exemple de ce type d’adaptation. Voir Loïc Aloisio, « Peau Peinte », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 14 | 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/2448

12 Dans son « Du wenyan au baihua : l’exemple du Liaozhai zhiyi » (in Isabelle Rabut (ed.), Les Belles infidèles dans l’empire du Milieu : problématiques et pratiques de la traduction dans le monde chinois moderne. Paris : You Feng, 2010, pp. 239-252), Li Jinjia donne (p. 241) la date de 1936 comme étant celle de la publication de la première version en chinois moderne du Liaozhai zhiyi.

13 Voir Li Jinjia (2009), pp. 327-340.

14 Voir Allan H. Barr, « Liaozhai zhiyi and Chinese Vernacular Fiction », in Glen Dudbridge, Daria Berg (eds.), Reading China: Fiction, History and the Dynamics of Discourse. Leiden : Brill, coll. « China Studies », 2007, 3-36. Voir également, le tome second de Pu Songling ji 蒲松齡集 (Œuvres de Pu Songling) éditée par Lu Dahuang 路大荒. Shanghai : Shanghai guji, 1986. On attribuait même, jusqu’à il y a peu, à Pu Songling la paternité d’un long roman en langue vulgaire, le Xingshi yinyuan zhuan 醒世姻緣傳, toujours en quête d’auteur.

15 Après avoir pris la mesure du phénomène littéraire avec Le Conte en langue vulgaire du XVIIe siècle (Paris : Collège de France - Institut des Hautes études chinoises, coll. « Bibliothèque de l’Institut des Hautes études chinoises », vol. xxv), qu’André Lévy publia en 1981, on lira ses traductions (n° 32, 1970, n° 38, 1972) et celles de Jacques Dars (n° 60, 1987) parues dans la Série chinoise de la collection « Connaissance de l’Orient » chez Gallimard, ainsi que le numéro 430 de la « Bibliothèque de la Pléiade », traduit et savamment présenté par Rainier Lanselle en 1996 qui rend hommage à cette anthologie parue aux alentours de 1635 : Spectacles curieux d’aujourd’hui et d’autrefois.

16 Nous renvoyons à un prochain billet de notre carnet de recherche les explications relatives à ces collections de contes en langue vulgaire adaptés de récits en langue classique de Pu Songling. Il sera consultable à l’URL : https://kaser.hypotheses.org/1693

17 Notre traduction est principalement basée sur l’édition du Xingshi qiyan établie et ponctuée par Haibo 海波 (Beijing : Yanshan, 1992, pp. 179-199) disponible en annexe. Elle prend également en compte les deux imprimés anciens disponibles en facsimilé : 1. Liu Shide 劉世德, Chen Qinghao 陳慶浩, Shi Changyu 石昌渝 (eds.). Beijing : Zhonghua shuju, coll. « Guben xiaoshuo congkan » 古本小說叢刊, V. 1990, pp. 1929- 2483 (sur cet imprimé illustré conservé à l’Université d’Harvard, voir Qi Rushan 齊如山, Wu Xiaoling 吳曉鈴, « Hefo daxue suo cang Gaoyang Qi shi Baishezhai shanben xiaoshuo bawei » 合佛大學所藏高陽齊氏百舍齋善本小說跋尾, Ming Qing xiaoshuo luncong 明清小說論叢, vol. 1, pp. 289-320) ; 2. le facsimilé de l’exemplaire conservé à Pékin à la bibliothèque de la Capitale (Beijing Shoudu tushuguan) édité à Shanghai : Shanghai guji, coll. « Guben xiaoshuo jicheng » 古本小說集成, I. , 1992.

18 C’est le 104e récit dans le décompte d’André Lévy et sa traduction occupe les pages 414 à 420 des Chroniques de l’étrange (Piquier, 2005).

19 Elle offrira la possibilité à ceux qui le souhaitent de prendre la mesure des modifications apportées par l’adaptateur. La traduction est réalisée à partir de Zhang Youhe 張友鶴 (ed.), Liaozhai zhiyi huijiao, huizhu huiping ben 聊齋誌異會佼會注會平本. Shanghai : Shanghai guji, 1986, pp. 362-367. On peut s’y rendre directement en activant le lien suivant : https://tinyurl.com/2p8jc292

20 La charge apparaît au premier chapitre, pages 11 et 12 du tome 1 de la traduction française publiée en 1981 à la « Bibliothèque de la Pléiade » (n° 293, Gallimard) sous ce titre.

21 On doit la seule traduction française intégrale de la pièce à André Lévy. Tang Xianzu, Le Pavillon aux pivoines. Paris : Musica falsa éditions, 1999, 412 p.

22 Voir Zhang Youhe (ed.), Op. cit, p. 367

23 Pour la présentation et la traduction de Du Liniang muse huanhun 杜麗娘暮色還魂 (Du Liniang se consume de désir et revient à la vie), voir Pierre Kaser, « Plus fort que la mort », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 14 | 2022. URL : http://journals.openedition.org/ideo/2424

24 Les trois ouvrages cités constituaient la base de l’éducation élémentaire des jeunes filles de bonnes familles d’alors. Si le Guimen nüxun 閨門女訓 ou Préceptes pour les jeunes filles du gynécée doit être un de ces petits catéchismes confucéens composés expressément pour elles à l’époque de rédaction du conte, les deux autres sont beaucoup plus anciens et étaient également enseignés aux tout jeunes garçons dans les premières années de leur formation. Le Baijiaxing 百家姓 ou Les noms des cent familles est un texte élaboré au début de la dynastie Song (960-1279) et qui, en un peu plus d’un demi-millier de caractères, fournit l’ensemble des patronymes chinois alors en vigueur. Des trois, le deuxième, le Qianziwen 千字文 ou Dissertation en mille caractères, est le plus connu en France puisqu’il a été traduit en français par Stanislas Julien (1797-1873) en 1864 (Thsien-tseu-wen, Le livre des mille mots. Le plus ancien livre élémentaire des Chinois. Paris : Benjamin Duprat, 1864) ; plus récemment André Dubreuil et Zhu Xiaoya ont offert une présentation très fouillée de ce texte : Les Milles caractères et leurs anecdotes. Quatre par quatre, premiers pas en chinois (Paris : You Feng, 2012, 374 p.). C’est aussi le plus ancien car il date du début du vie siècle. On peut s’étonner que l’auteur ne cite pas le Sanzijing 三字經 ou Classique en phrases de trois caractères qui fut le plus courant des ouvrages de l’éducation élémentaire que traduisit Guillaume Pauthier (1801-1873 à la fin de sa vie (Voir Le Livre classique des trois caractères de Wang Peh-héou en chinois et en français accompagné de la traduction complète du commentaire de Wang Tçin-ching. Paris : Callamel Aîné, 1873, XII-148 p.) et, à nouveau, le couple Dubreuil-Zhu (Le Classique des trois caractères. Trois par trois, premiers pas en chinois. Beijing : Foreign Languages Press, 1995, 305 p.). Mais il est vrai que l’auteur du conte avait le choix. Dans son Zhongguo ertong qimeng mingzhu tonglan 中國兒童啟蒙名著通覽 (Panorama des grands ouvrages chinois d’éducation élémentaire) (Beijing : Zhongguo shaonian ertong, 1997), Wang Wenbao 王文寶 recense une cinquantaine de textes ayant à différentes époques servi à apporter les rudiments de la culture et la connaissance des caractères aux jeunes Chinois et, lorsque les conditions le permettaient, aux jeunes Chinoises.

25 Académie Hanlin. Cette Académie de la Forêt des pinceaux fondée en 738, sous les Tang (618-907), et qui accueillait les lettrés les plus méritants de l’Empire pouvait, à partir des Ming, ouvrir la voie à des postes de très haute responsabilité, dont certains offrant une très grande proximité avec l’empereur.

26 L’ère Yongle 永樂 (ou littéralement ère de la Joie éternelle) correspond au règne de l'empereur Chengzu 成祖, troisième souverain des Ming (1368-1644). Elle débute en 1403 pour s'achever 22 ans plus tard en 1424. Chengdu 成都 était, et est toujours, la capitale de la province du Sichuan.

27 Bachelier ou xiucai 秀才 (Talent éminent). On a pris, depuis les premières descriptions du système de recrutement des fonctionnaires par examens et concours en vigueur sous les Ming et les Qing données par les missionnaires Jésuites au XVIIIe siècle, l'habitude de traduire le premier degré obtenu à l'issu d'épreuves qui se déroulaient au niveau local, par « bachelier ». Ce grade ne permettait pas un accès à un poste de l'administration mais offrait la possibilité de poursuivre dans cette voie en tentant les examens de la licence, ouvrant au grade de Licencié, juren 舉人 (Homme présenté), tremplin pour le doctorat et le grade de Docteur, jinshi 進士 (Lettré accompli), lequel permettait de décrocher une charge en fonction de son classement. La clef de la réussite reposait essentiellement sur une connaissance parfaite des Classiques confucéens et la maîtrise d’un style de composition particulièrement retors. Ce système, auquel se confrontaient tous les jeunes garçons ambitieux de se faire une place dans la société mandarinale ne sera interrompu définitivement qu’en 1905.

28 Su Dongpo 蘇東坡 est le nom sous lequel on connait le plus le poète de l'époque Song, Su Shi 蘇軾 (1036-1101) dont on peut dorénavant lire dans de fines traductions réalisées par Stéphane Feuillas un ensemble de Commémorations (Paris : Les Belles-Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », n° 4, 2010). Shu est l'autre nom du Sichuan, région où se déroule l'action.

29 Le poète Pan An 潘安 ou Pan Yue 岳 (247-300) qui vivait sous la dynastie des Jin de l'ouest (265-420) passe pour avoir été un parangon de beauté.

30 Le palindrome en question est le canevas poétique de la poétesse Su Hui 蘇蕙 (IVe siècle). Son tour de force permet de composer un nombre très important de poèmes — plusieurs milliers pour certains. L’impératrice Wu Zetian 武則天 (624-705), qui en avait trouvé quelque deux cents, aurait rédigé un éloge sur ce huiwenshi 回文詩 d’exception.

31 Song Yu 宋玉 (332-284) a associé son nom à celui du grand poète Qu Yuan 屈原 (343-290) dont il fut le plus éminent disciple. La compilation du Chuci 楚辭 reprend son « Zhaohun » 招魂 (Rappels de l’âme) émouvante poésie traduite par Rémi Mathieu, pages 176 à 184 de Élégies de Chu (Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », n° 111, 2004).

32 Xizi 西子 ou Xishi 西施, parangon de la beauté féminine qui aurait vécu au Ve siècle avant notre ère.

33 Ces « huit caractères » correspondent à la formule astrologique obtenue à la naissance dans le système sexagésimal du décompte du temps dans la Chine ancienne, soit deux caractères pour l’année, deux pour le mois, deux pour le jour et deux pour l’heure. L’échange des huit caractères de la naissance des futurs époux était indispensable pour préjuger des chances de succès d’une union.

34 Cinquante taels ou mesures d’argent devaient, à cette époque, correspondre à un peu moins de deux kilogrammes d'argent, soit une somme qui manifeste une très profonde considération.

35 Le texte parle d’un Xifan heshang 西X和尚, soit d’un moine bouddhiste venant d'Occident, vraisemblablement d'Inde, voire même d’encore plus loin !

36 Le trait d'esprit joue sur la connaissance par le lecteur d’une des pièces les plus fameuses du répertoire dramatique chinois qui est aussi un des textes les plus lus et commentés depuis que Jin Shengtan 金聖嘆 (1608-1661) en a fait un de ses cinq grands chefs-d’œuvre de la littérature chinoise. Il s’agit du Xixiangji 西廂記 de Wang Shifu 王實甫 (1250-1307) que Rainier Lanselle a traduit sous le titre Le Pavillon de l’ouest (Paris : Les Belles-Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », n° 18, 2015). Dans la pièce, le lettré Zhang a déjà passé une nuit d’amour avec la belle Cui Yingying avant de voir son ambition d’épouser la jeune fille momentanément ruinée.

37 Le bon confucéen se doit de respecter son corps comme le bien le plus précieux légué par ses parents, sauf, cas exceptionnel, afin de leur prouver la puissance de sa piété filiale.

38 Cette Fête de la Pure clarté ou Qingming jie 清明節 se tient cent six jours après le solstice d'hiver, soit le 5 avril. Elle fournissait aux femmes et aux jeunes filles des gynécées une des rares occasions de sortir de chez elles afin d'honorer les morts, et, comme le formule l'expression traditionnelle de « balayer les tombes », saomu, des ancêtres et des parents morts.

39 Changsha 長沙 est la capitale de la province actuelle du Hunan 湖南 qui était incluse avec la province du Hubei 湖北 dans un ensemble administratif appelé Huguang 湖廣.

40 Ehuang 娥皇 (l’aînée) et Nüying 女英 (la cadette) sont les deux filles que Yao 堯, mythique fondateur de la civilisation chinoise, donna en mariage à Shun 舜 son non moins mythique successeur. Elles sont admirables, non seulement dans la manière dont elles assistèrent Shun, mais aussi par le fait qu’elles furent de dignes épouses égales face à leur mari. Voir Jacques Pimpaneau, Chine. Mythes et Dieux. Arles : Philippe Picquier, (1995) 1999, pp. 55-56.

41 Jinning 金寧 : préfecture de la province du Yunnan.

42 Changsha est la capitale de la province actuelle du Hunan

43 Refusant de se soumettre au fondateur de la dynastie Han, Tian Heng 田橫 (250-202) avait préféré la mort. L’ensemble de ceux qui l’avaient suivi dans son acte de rébellion se suicidèrent également : ils étaient cinq cents.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Détail de la page d’iIllustration du chapitre 9 de l’imprimé conservé à l’Université d’Harvard et reproduit dans l’édition en facsimilé de la collection « Guben xiaoshuo congkan » 古本小說叢刊 (Beijing : Zhonghua shuju, 1990)
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/2419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kaser, « Plus fort que la mort — encore »Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 24 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ideo/2419 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.2419

Haut de page

Auteur

Pierre Kaser

Pierre Kaser (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) est professeur de langue et littératures chinoises classiques au Département d’Études Asiatiques de l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’Institut de Recherches Asiatiques (UMR 7306, IrAsia), directeur de l’axe « Littératures d’Asie et Traduction », et responsable de la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient. Il est également traducteur de littérature chinoise ancienne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search