Navigation – Plan du site

AccueilNuméros14TraductionsPlus fort que la mort

Traductions

Plus fort que la mort

Un conte anonyme du XVIe siècle en langue vulgaire, source possible du Pavillon aux Pivoines de Tang Xianzu
Pierre Kaser

Texte intégral

Une source du Mudanting ?

  • 1 On relira avec toujours autant de plaisir les pages qu’Étiemble (1909-2002) a consacré à ce transfe (...)
  • 2 Voir ses Trois pièces des Yuan. Paris : Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », 2015, (...)
  • 3 Voir sa traduction du Xixiangji 西廂記 de Wang Shifu 王實甫 sous le titre Le Pavillon de louest. Paris : (...)
  • 4 Tang Xianzu, L'Oreille magique. Paris : MF, coll. « Frictions », 2007, 187 p. ; Tang Xianzu, Le Pav (...)

1Paradoxalement, le théâtre chinois a été très peu traduit en français, particulièrement celui des deux dernières dynasties, loin derrière celui des Yuan 元 (1279-1368) découvert très tôt par l’intermédiaire des missionnaires jésuites pour commencer — on sait l’accueil que réserva Voltaire à la traduction partielle du Zhaoshi gu’er 趙氏孤兒 par le Père Joseph Henri de Prémare (1666-1736) sous le titre « Tchao-chi-cou-eulh ou L’Orphelin de la Maison des Tchao, Tragédie chinoise » (1735)1 —, avant d’être servi par la fine fleur de la sinologie française — Stanislas Julien (1797-1873), Antoine-Pierre-Louis Bazin (1799-1862) d’abord et, plus récemment, et surtout plus efficacement, par Isabella Falaschi2 et Rainier Lanselle3.
André Lévy, pour sa part, aura levé un bout du voile qui pesait lourdement sur la production Ming 明 (1368-1644), avec deux pièces de Tang Xianzu 湯顯祖 (1550-1616) — son Oreiller magique (2007), traduction du Handanji 邯鄲記, sortit neuf années après la publication du Pavillon aux pivoines (1998), traduction du Mudanting 牡丹亭, chef-d’œuvre aussi long que raffiné4.
Les conditions de réalisation de cette traduction intégrale, suscitée on s’en souvient par la venue en France d’une troupe qui interpréta la pièce dans sa totalité, n’étaient pas idéales pour servir au mieux ce texte si dense et si complexe. L’appareil critique y est réduit à la portion congrue et le problème des sources rapidement expédié dans une préface dans laquelle André Lévy évoque malgré tout l’ensemble des problèmes soulevés par la pièce et son écriture, et également les questions portant sur les possibles influences reçues par Tang Xianzu :

  • 5 André Lévy, Le Pavillon aux pivoines. Paris : MF éditions, 1999, p. 18

La source du Pavillon aux pivoines, Du Liniang, est une nouvelle bien moins connue. Sans doute l’était-elle davantage à l’époque. Elle est aujourd’hui oubliée au point d’être pratiquement introuvable, d’auteur et de date incertains, probablement contemporains de Tang Xianzu, quoique préservés dans des recueils de littérature populaire devenus rarissimes. À notre connaissance, aucun critique, ancien ou moderne, ne s’est aventuré à examiner l’utilisation que Tang Xianzu aurait fait du canevas de sa source.5

  • 6 Hu Shiying en fournit une édition pages 532 à 537 de son Huaben xiaoshuo gailun 話本小說概論. Beijing : Z (...)
  • 7 Xu Fuming 徐扶明, Mudanting yanjiu ziliao kaoshi 牡丹亭研究資料考釋. Shanghai : Shanghai guji, 2016, 6-17-533 p (...)

2Depuis, quelques savantes études sont venues étayer les hypothèses des savants comme Hu Shiying 胡士瑩 (1901-1979), telle celle de Wilt Idema qui offrit en prime la première traduction en langue anglaise de ce conte intitulé « Du Liniang muse huanhun » 杜麗娘暮色還魂 (Du Liniang se consume de désir et revient à la vie) 6. Maintenant reconnu comme source majeure, le texte est facilement accessible en ligne, mais aussi en édition moderne dans un bel ensemble de matériaux pour l’étude du Mudanting réalisé par Xu Fuming 徐扶明qui nous servira de base pour cette première traduction française7.

Du Liniang se consume de désir et revient à la vie

Oisif dans ma bibliothèque, je lisais de plus ou moins antiques récits.
Ô combien rare est l’histoire de Du Liniang qui revint à la vie.
Je vais donc conter cette histoire d’amour des temps anciens,
Dont j’ai tiré matière à mettre en garde ceux qui viendront demain.

  • 8 Le règne de l’empereur Guangzong 光宗 des Song 宋 du Sud (1127-1279) court de 1189 à 1194.
  • 9 L’âge des personnages est donné à la chinoise, soit avec un an à la naissance.
  • 10 Le qin est un instrument à cordes pincées de la famille des cithares, compagnon idéal des rêveries (...)
  • 11 Le système des examens que la dynastie Song a appliqué avec rigueur pendant toute son histoire perm (...)

3Cette histoire s’est déroulée pendant le règne de l’empereur Guangzong de la dynastie des Song du Sud, époque pendant laquelle vivait un mandarin qui avait été promu au poste de préfet de Nanxiong dans la province du Guangdong8. Il s’appelait Du Bao, Guanghui de son appellation sociale. Entré dans la carrière après avoir décroché le doctorat à l’examen suprême, lui qui entrait dans la cinquantaine était originaire de Taiyuan au Shanxi. Son épouse, née Zhen, âgée de quarante-deux ans, lui avait donné deux enfants, un garçon et une fille. La fille dans ses seize ans s’appelait Liniang, son frère âgé de douze ans, Xingwen9. Ils étaient aussi beaux et exceptionnels l’un que l’autre. Le préfet Du était déjà en poste depuis une demi-année lorsqu’il invita un maître à venir s’installer dans sa résidence pour leur enseigner la lecture et les rites. En moins de six mois, la jeune demoiselle manifesta une intelligence et une vivacité d’esprit telles qu’il n’y eut un seul livre qu’elle n’ait lu ni un fait historique qui lui soit étranger. Qui plus est, elle excellait non seulement dans les activités artistiques telles que la calligraphie ou la peinture, mais elle jouait aussi bien du qin10 qu’aux échecs, savait merveilleusement chanter et s’y entendait autant en broderie que dans les autres travaux féminins ! Elle faisait dans la résidence préfectorale l’admiration de tous à tel point qu’on l’appelait la bachelière11 !
Par une journée de fin de printemps au mi-temps de la troisième lune, alors que l’air était déjà doux, profitant d’un temps mi couvert mi dégagé, ni trop chaud, ni trop froid, la demoiselle, flanquée de Chunxiang, sa petite soubrette de dix ans, alla se promener dans le jardin d’agrément situé derrière la résidence officielle. Voyez plutôt :

Eau vive courant à travers les fausses montagnes, bambous couleur émeraude, au milieu de fleurs extraordinaires ; étangs de jade bordés de saules et de peupliers ; là, pics sombres qui se dressent ; là, pêchers dans leur plénitude écarlate. Par couple, des papillons blancs virevoltent parmi les fleurs, quand des libellules frôlent la surface de l’eau. Entre les ponts, parmi les saules, gazouillent hirondelles et loriots. Partout terrasses et pavillons surplombent l’étang dans un fantastique foisonnement floral, qui jamais ne se fane au cours d’un printemps sans fin, à l’abri des saisons.

  • 12 Quand Guo Hua 郭華 et Yueying 月英 sont le couple vedette d’une pièce intitulé Yanzhiji 胭脂記, le lettré (...)
  • 13 Le Zhongqing liji 鐘情麗集 (L’admirable collection des passions amoureuses) est une nouvelle inédite en (...)

4La demoiselle ne pouvait embrasser du regard ce spectacle dont l’intensité commença vite à lui peser sur le cœur, la privant de toute joie, l’obligeant à hâter le pas pour regagner ses appartements. Là, elle s’assit, et resta immobile, incapable de faire quoi que ce soit, trop émue par la vision de ce printemps finissant. Inclinant la tête, elle ne put retenir un profond soupir : « Serait-ce donc vrai que le printemps s’y entend pour faire chavirer les cœurs ? J’ai souvent lu dans les poèmes et les balades que les sentiments des jeunes filles des temps anciens étaient éveillés par la belle saison pour se transformer en regrets lorsqu’arrivait l’automne. Ce n’est en rien une galéjade. J’ai maintenant déjà seize ans, et aucun jeune homme ne s’est pour moi hissé au zénith de la réussite. Ô combien cette vision m’a bouleversée : quand donc obtiendrai-je la visite de l’hôte du Palais de l’astre de la nuit ? C’est par hasard que, dans les temps anciens, Guo Hua put rencontrer Yueying, et le lettré Zhang, Mademoiselle Cui12. Il y a aussi ces romances, comme L’admirable collection des passions amoureuses, ou L’Histoire de Jiaoniang et Feihong, dans lesquelles des beautés et des génies partagent leur amour à l’occasion de rendez-vous secrets, prémices quasi certaines d’une juste union matrimoniale13. Hélas ! Née dans une famille mandarinale, ayant grandi dans une riche demeure, quand bien même suis-je en âge de me marier, je n’ai toujours pas eu le bonheur d’un mariage précoce ; j’ai, en vain, épuisé le printemps d’une vie dont les années filent comme l’éclair. » Elle soupira un bon moment avant de reprendre : « Quelle tristesse ! Je suis aussi belle qu’une fleur, mais ma destinée est comme une feuille livrée au vent ! » Elle s’appuya sur une petite table et finit par s’assoupir.
Mais à peine ses yeux s’étaient-ils fermés qu’un étudiant, tout juste dans les vingt ans avec une délicate apparence, s’avançait. Comme il venait de cueillir une branche de saule dans le jardin, il s’adressa à elle, un sourire aux lèvres : « Demoiselle, vous qui êtes férue de littérature et d’Histoire, pourquoi n’écririez-vous pas un poème pour épancher votre trouble ? » Elle aurait bien aimé répondre, mais aussi surprise que ravie, elle hésitait à parler à la légère. Elle se dit : « Jamais je ne l’ai rencontré, et je ne connais pas même son nom ! Par quelle audace s’est-il aventuré jusqu’ici ? » Alors qu’elle était encore perdue dans ses pensées, le jeune homme s’approcha d’elle, et l’ayant enlacée, il la conduisit à proximité du pavillon aux pivoines, juste à côté d’une clôture fleurie où ils se livrèrent gaiement aux jeux des nuages et de la pluie. Alors même qu’ils entraient en harmonie totale, la mère de Liniang fit irruption dans la chambre de la jeune fille qu’elle tira de son sommeil. Le corps couvert de sueur froide, la jeune fille réalisa qu’elle était en train de rêver.
Elle se leva prestement et salua sa mère, qui la réprimanda : « Ma fille, que ne vous livrez-vous à quelque travail d’aiguille, ou encore à lire quelque livre afin de vous divertir, au lieu de vous abandonner ainsi à faire une sieste en pleine journée ?
— J’ai à l’instant, répondit la jeune fille, fait une promenade dans le jardin. Mais la chaleur du printemps m’a harassée et une fois rentrée, je n’ai su que faire, aussi, sans y prendre garde, je me suis assoupie un petit moment. Que Maman me pardonne de n’être pas venue l’accueillir.
— Mon enfant, ce jardin est un endroit bien désolé ; tu devrais te garder d’y aller trop souvent.
— Vous avez raison, Mère. Je m’en garderai bien ». Après cet échange, mère et fille se rendirent de concert jusque dans la grande salle pour y prendre leur repas.
Bien qu’elle ait fourni une réponse conciliante, la jeune demoiselle ne put se retenir de penser à ce qui s’était passé dans son rêve. Il lui était impossible d’en chasser le souvenir de son esprit. Quoi qu’elle fasse, qu’elle marche ou reste assise, elle n’était pas à son aise. C’était comme si quelque chose lui manquait. Elle ne toucha pas à ce qu’on lui proposait à boire et à manger. Il en fut ainsi jusqu’au soir où, les yeux embrumés de larmes, elle alla se coucher sans manger.
Le lendemain matin, juste après le petit-déjeuner, elle était assise, seule dans un coin du jardin, à contempler où s’était, en rêve, produite sa rencontre avec le jeune homme. Mais, le lieu était dorénavant sinistrement désert, sans la moindre trace de présence humaine. Son attention se porta sur un prunier, court de tronc, qui, avec ses branches chargées de fruits dispensait un charme attirant. Son feuillage formait comme une sorte de parasol. Elle s’y rendit : « Si, une fois morte, je pouvais être enterrée ici, ce serait ma bonne fortune », dit-elle transportée de joie, puis elle rentra dans ses appartements. « Lorsque je serai morte, dit-elle à sa soubrette, je veux qu’on m’enterre sous le prunier du jardin. N’oublie surtout pas cela. »
Le lendemain matin, alors qu’elle faisait face au miroir de sa table de toilette, elle trouva que son visage s’était émacié. Elle pria Chunxiang de disposer les quatre trésors du lettré, et se mit à peindre un petit autoportrait en pied, sur lequel elle portait une jupe rouge, un haut vert, une ceinture ornée de pendentifs, et des épingles à cheveux en or — on eut dit qu’elle était vivante ! En comparant son image dans le miroir et celui de la peinture, elle ne vit aucune différence, ce qui la mit en joie. Elle pria son frère de le faire monter, quand, à l’occasion d’une de ses sorties, il pourrait se rendre dans une échoppe. Quand ce fut fait, elle accrocha la peinture dans sa chambre, ce qui lui permit de la regarder à tout moment de la journée. Un jour, lui vint l’idée de lui ajouter un poème de son cru :

Vue de près, elle me ressemble sans l’ombre d’un doute,
Vue de loin, c’est à n’en pas douter une immortelle volante.
Si un jour, je devais voir mon visiteur du Palais lunaire,
Ce sera à côté d’un prunier sinon à côté d’un peuplier.

  • 14 Sans doute faudrait-il lire « dix-huit ans » au lieu de « ving-et-un ».

5Quand elle eut fini son poème, elle repensa avec émotion à celui qu’elle avait rencontré en rêve. Comme il avait coupé une branche de peuplier, elle se dit que Liu — peuplier — devait être son patronyme et le rêve rien d’autre qu’un présage.
À partir de ce moment, Liniang se consuma de désir. Elle passait ses journées assise dans sa chambre. Plus son désir gagnait en puissance, plus elle était désespérée. Devenue sensible aux moindres peines, elle ne pouvait rien faire contre cette passion printanière qui ne la lâchait plus du matin au soir, pénétrant dans chaque repli de sa nature. Ci fait, elle finit par tomber malade — elle venait juste d’avoir vingt-et-un an14.
Témoins de la détérioration de son état de santé, ses parents firent venir des médecins à son chevet, mais en vain ; ils firent des sacrifices à Bouddha, mais ce fut sans plus d’effet. Ils redoutaient que le vent d’automne ayant chassé les chaleurs de l’été, les premiers frimas n’installent les froidures venteuses de l’automne, et que ce changement de temps ne vienne brutalement aggraver son état fébrile. Lorsqu’elle sentit qu’elle arrivait aux portes de la mort, la demoiselle pria sa soubrette d’aller chercher sa mère. Quand celle-ci fut à son chevet, elle lui dit, des larmes plein les yeux : « Je suis une fille désobéissante et manquant par trop de piété filiale car je ne vais pas pouvoir payer de retour toute l’attention que Vous et Père m’avaient accordée pour m’éduquer. Mais, c’est le Ciel qui a choisi de me condamner à mourir jeune. Si une fois morte, vous pouviez me faire enterrer sous les branches du prunier du jardin, mes désirs les plus chers seraient ainsi comblés. » Ayant prononcé ces paroles, elle s’étouffa dans ses sanglots et mourut. C’était le quinzième jour de la huitième lune.
La mère était dévastée. Cercueil et tenue mortuaire furent achetés, le corps mis en bière. « Juste avant de mourir, notre enfant, dit-elle enfin à son mari le préfet Du, m’a demandé de la faire inhumer sous le prunier du jardin. Nous ne pouvons pas ne pas satisfaire ses vœux. » Le préfet Du se rangea à son avis et prit les dispositions pour qu’il soit suivi d’effet. Son épouse ne pouvait surmonter sa peine et, du matin au soir, elle pensait à sa fille.
Le temps passa à toute vitesse, et déjà les trois années de service du préfet Du s’étaient consumées et son remplaçant allait arriver. Le préfet Du fit donc ses bagages et, en compagnie de son épouse, et de Du Xingwen, son fils, ils embarquèrent pour se rendre en bateau à la capitale où le mandarin allait recevoir sa nouvelle affectation. Mais de cela il ne sera pas question.
Parlons plutôt du nouveau préfet. Celui-ci s’appelait Liu En. Originaire de la préfecture de Chengdu dans la province du Sichuan, il avait quarante ans et son épouse, He de son patronyme, trente-six ans. Ils formaient un couple uni qui avait donné la vie à un fils alors âgé de dix-huit ans. Ils lui avaient donné pour prénom Mengmei, Rêve de prunier, car c’est après avoir rêvé qu’elle mangeait des prunes que Dame He était tombée enceinte. Le jeune garçon était un lettré accompli, également doué aux échecs, à la calligraphie, à la peinture et au qin, composant ses écrits avec une extraordinaire aisance. Il avait suivi son père jusqu’à Nanxiong. Une fois à son poste, toutes les affaires que le préfet Liu eut à régler le furent avec probité et clairvoyance.
En arrangeant son cabinet de travail, Liu Mengmei avait trouvé, dissimulé au milieu de résidus d’herbes et de terre, une peinture qu’il avait déroulée pour la contempler : c’était le portrait d’une jeune beauté. Le peintre avait si parfaitement réussi à la représenter qu’on eut dit la Déesse de la lune en personne. Cette vision l’emplit de joie et il accrocha l’œuvre au mur de sa bibliothèque. Il pouvait ainsi la regarder à tout moment de la journée.
Un jour, il lui vint la curiosité de lire le poème qui y était calligraphié. Sa lecture le plongea dans une profonde réflexion : « Il ne s’agit pourtant que du simple portrait d’une jeune fille, alors pourquoi donc est-il écrit ‘Ce sera à côté d’un prunier sinon à côté d’un peuplier’ ? Voilà qui est particulièrement curieux ! » Il prit un pinceau et ajouta un quatrain qui faisait le pendant au poème déjà présent sur la peinture :

Un visage, à la naturelle beauté, semblable à celui de la Déesse de la lune,
Si elle n’est une immortelle céleste, alors c’est une créature terrestre divine.
Si seulement elle voulait condescendre à m’offrir une nuit en sa compagnie,
Alors, c’est un amour éternel que je lui jurerai, agenouillé au pied de son lit.

  • 15 Xi Shi 西施 (fin de la période des Printemps et Automnes) et Yang Guifei 楊貴妃 (719-756) sont les paran (...)

6Quand il eut achevé d’écrire son poème, Liu Mengmei resta un long moment à soupirer. Alors que le soir était déjà tombé, ses pensées étaient toujours attachées à la jeune fille de la peinture, ce qui l’avait plongé dans une profonde mélancolie — pour dire la vérité, si vous n’avez jamais ressenti une telle chose, c’est que vous n’avez pas encore éprouvé de réels sentiments. Il se languissait du moment où il pourrait rencontrer cette jeune fille. Il était tel celui qui veut étancher sa soif en regardant des prunes, ou qui peint des galettes pour assouvir sa faim. Il n’eut pas le courage de se plonger dans ses livres, et alors que la lampe brûlait toujours, il s’allongea tout habillé, incapable de trouver le sommeil se tournant et se retournant sans arrêt.
Alors qu’au loin, la cloche venait de sonner le début de la troisième veille, il eut l’impression qu’une froide brise parfumée s’était engouffrée dans sa chambre. Lorsqu’il enfila un vêtement pour se lever, il entendit frapper à sa porte. Il demanda qui c’était mais n’obtint aucune réponse. Un court instant plus tard, on frappa à nouveau, puis plusieurs fois encore. Lorsqu’il ouvrit la porte de son cabinet, il vit sous la lumière de sa lanterne une jeune fille dont les chignons étaient montés en ailes de cigale, et dont les sourcils étaient joliment dessinés en feuilles de peupliers. Elle entra prestement dans la pièce et Mengmei referma non moins rapidement la porte. Après avoir arrangé sa tenue, la demoiselle s’avança et salua avec beaucoup d’empressement son hôte, lequel, pour surpris qu’il était, n’en éprouvait pas moins une grande joie. Il répondit aux salutations et hasarda une question : « Qui donc êtes-vous Mademoiselle pour vous risquer à une visite au creux de la nuit ?
— Je suis, répondit-elle en ouvrant une bouche aux lèvres rouges, révélant deux rangées de dents telles des jades précieux, une des filles de vos voisins de l’est. C’est l’amour que j’éprouve pour votre délicate apparence qui m’a conduite à venir afin de connaître avec vous le bonheur des époux. Mais je ne sais si vous y consentirez.
— C’est, répondit le jeune homme, pour moi une joie immense que de savoir que vous éprouvez pour moi de doux sentiments. Comment oserais-je vous refuser de les partager ? » Puis, ils se défirent de leurs vêtements, éteignirent la bougie, tirèrent les rideaux du lit derrière eux, avant de se livrer l’un à l’autre comme le font mari et femme, jouissant du bonheur des poissons dans l’eau.
Un moment plus tard, une fois qu’ils eurent mis un terme à leurs ébats amoureux, la demoiselle se tourna vers le jeune Liu et, sourire aux lèvres, l’interrogea : « Il y a quelque chose que je désire vous demander, mais, je vous en prie, veuillez ne pas m’en tenir rigueur.
— Quoi que vous ayez à dire, répondit le jeune Liu également souriant, parlez sans crainte.
— Vous ayant offert de jouir de mon précieux corps, j’espère que vous saurez ne pas me trahir. Tant que je pourrai partager chaque nuit oreillers et édredon avec vous, mon vœu le plus cher sera comblé.
— Comment, étant l’objet d’un amour aussi profond, assura Liu le visage toujours en joie, pourrai-je jamais l’oublier ? Mais, dites-moi, quel est votre nom ?
— Je suis la fille d’un de vos voisins de l’est ». Mais à peine venait-elle de répondre qu’on entendait déjà résonner le chant du coq annonçant le début de la cinquième veille et le lever imminent du jour. Elle se rhabilla et en toute hâte franchit la porte. Liu Mengmei se leva en hâte, mais elle avait déjà disparu.
Lorsqu’elle revint, la nuit suivante, le jeune homme lui reposa à trois reprises la même question, mais elle ne fut pas plus loquace que la première nuit. Il en fut ainsi pendant plus de dix nuits. Une nuit enfin, alors que les amants étaient allongés sur le lit, il revint à la charge : « Si vous refusez encore de me révéler votre identité, je devrai mettre un terme à notre relation harmonieuse, et devrai en informer mes parents, lesquels en avertiront les vôtres. Si vous me révélez votre patronyme, je m’empresserai d’en faire part à mes parents pour qu’ils dépêchent une entremetteuse afin que vous deveniez mon épouse, et que nous soyons liés l’un à l’autre pour le reste de nos jours. Ceci ne serait-il pas merveilleux ? » La jeune fille sourit, mais resta coite. Pressée par Mengmei à trois reprises, elle ne put s’obstiner dans son silence, et tout en versant force larmes, elle prit la parole : « Il ne faut pas vous effrayer. Mon nom est Du Liniang et je suis la fille du préfet Du qui fut naguère en poste ici. Alors que j’avais dix-huit ans sans avoir été mariée, je suis morte de langueur amoureuse. De mon vivant, j’adorais le prunier qui se trouve dans le jardin de la résidence, et aux portes de la mort, j’ai prié ma mère de me faire enterrer sous son ombrage. Il y a un an de cela ; mon esprit ne s’est pas évaporé et mon corps est encore intact. Parce que, vous et moi, nous sommes destinés à nous marier par un lien karmique noué dans une précédente existence, vous avez pu trouver ma peinture. Voilà ce qui m’a conduit à m’abandonner à vous, et à jouir du bonheur de partager votre couche. Vous n’avez pas rejeté mon amour et si vous n’avez pas de répugnance pour ce corps irréel, ayez l’obligeance d’avertir vos parents de mes sentiments sincères, et allez faire exhumer mon cercueil au fond du jardin. Quand vous l’ouvrirez, votre aimée reviendra à la vie, et nous pourrons devenir mari et femme pour le reste de nos jours. »
Cette révélation fit se dresser les cheveux sur la tête du jeune garçon. « S’il en est ainsi, s’exclama le jeune garçon, toujours sous le coup de la nouvelle, ce sera fait dès demain ! » Comme on était déjà à la cinquième veille, la jeune fille se rhabilla, se leva, mais avant de partir, elle ajouta : « Il ne faut plus tarder, car maintenant que mon secret a été révélé, je ne vais plus pouvoir revenir. Agissez avec prudence pour ne pas avoir de regret. Si je ne pouvais revenir à la vie, je vous vouerai une haine éternelle depuis les Enfers. » Puis elle se transforma en un souffle de vent : elle avait disparu.
Aussitôt après son petit-déjeuner du lendemain, Liu Mengmei se rendit dans le grand hall de la résidence pour s’entretenir avec sa mère des choses de la veille. Ayant quelques difficultés à donner tout son crédit à ce qui venait de lui être révélé, elle s’en ouvrit au préfet Liu : « Pour tirer cela au clair, proposa celui-ci, il faudrait interroger ceux des serviteurs qui étaient là à l’époque ; d’eux nous apprendrons tous les détails. » Ainsi fut-il fait. De son interrogatoire, le préfet Liu apprit qu’effectivement, Du Liniang, la fille du préfet Du avait été enterrée sous le prunier du jardin un an auparavant. Fort surpris par ce qu’on venait de lui révéler, le préfet Liu se rendit sur place avec de la main d’œuvre qu’il chargea d’exhumer le cercueil. Quand on en fit glisser le couvercle, tous purent se rendre compte que son occupante avait l’apparence d’une vivante.
Le préfet Liu donna l’ordre que l’on fasse préparer un bain chaud et qu’on transporte le corps dans ses appartements privés, où des servantes auraient à la déshabiller et à lui nettoyer le corps avec de l’eau parfumée. En un rien de temps, le corps manifesta des signes de vie. Alors que ses magnifiques yeux s’ouvraient légèrement, la jeune personne reprenait progressivement conscience. Madame Liu envoya chercher des habits neufs pour elle qui put bientôt se lever car ses trois âmes et ses sept esprits s’étaient réunis. Elle fut bientôt soutenue par Liu Mengmei et ses parents car elle était encore très faible, frêle comme une pivoine s’appuyant sur son tuteur, les sourcils en berne comme des fleurs de pêcher après une averse. On eut dit Xi Shi sortant du bain, Yang Guifei en état d’ébriété15. Le spectacle ravit le jeune Liu qui, fou de joie, pria les soubrettes de la faire s’asseoir, puis un moment après de lui faire prendre une soupe revigorante avec une poudre médicinale pour stabiliser ses esprits. En peu de temps, elle fut capable de parler. S’étant levée, elle s’adressa à Mengmei : « Veuillez bien prier vos parents de venir afin que je les salue. »
« Que Mademoiselle se ménage, elle est encore bien faible », encouragèrent les parents à leur arrivée, et ils la firent conduire par des servantes dans une chambre pour qu’elle s’y repose. Puis, la maîtresse de maison fit préparer un banquet pour célébrer l’événement. Lorsque tout fut prêt, on fit chercher la demoiselle afin qu’elle y prenne part.
Du Liniang, qui goûtait son retour à la vie, se para comme il convient et alla se prosterner devant l’hôtel familial. « Qui aurait pu imaginer, s’extasia le préfet Liu, que mon fils et vous étiez ainsi voués l’un à l’autre par des arrangements d’une existence antérieure ; votre retour à la vie est un véritable don du Ciel ! Demain, j’enverrai quelqu’un à Taiyuan dans la province du Shanxi pour aller en apporter la bonne nouvelle au préfet Du.
— Maintenant que cette résurrection a été ordonnée par le Ciel, ajouta son épouse, il nous faut choisir un jour auspicieux pour procéder au mariage. » Le préfet Liu acquiesça. Le lendemain, quelqu’un fut effectivement envoyé porter la double bonne nouvelle, mais de cela il ne sera pas fait état.
Dix jours s’écoulèrent et l’on choisit pour tenir les noces le quinzième jour de la dixième lune qui était un jour propice. Ce fut vraiment :

Paravent ouvert déployant un couple de paons dorés,
Parures de lit en soie, de fleurs de lotus, richement brodées.

  • 16 Lin’an 臨安, actuelle ville de Hangzhou 杭州, au Zhejiang, devenue la capitale de l’empire chinois sous (...)

7Tout avait été merveilleusement ordonné. Après le banquet, Mademoiselle Du et Liu Mengmei échangèrent leur coupe et s’assirent sur la couche nuptiale. Lorsque la fête fut achevée, les époux se retirèrent derrière les rideaux du lit pour profiter à plein du bonheur des humains.
À partir de là notre histoire bifurque et nous renvoie auprès du préfet Du lequel était allé à Lin’an, la capitale où il s’était installé dans une auberge officielle. Le lendemain de son arrivée, il avait été reçu de bon matin en audience par l’empereur Guangzong, qui lui avait fait bon accueil, et l’avait personnellement appointé dans la province du Jiangxi au poste de vice-commissaire provincial. Il avait donc immédiatement rejoint son poste avec sa femme et son fils : cela faisait déjà deux ans.
Un jour, un envoyé porteur d’une lettre se présenta là où résidait le préfet Du. Lorsque celui-ci lui demanda d’où il venait, il répondit : « Je suis envoyé par le préfet Liu de Nanxiong dans la province du Guangdong », et il sortit de sa poitrine la missive qu’il remit à son destinataire. Le préfet Du l’ouvrit et la lut. Celle-ci expliquait que sa fille était revenue du royaume des morts et qu’elle avait épousé en justes noces le jeune Liu ; elle avait été envoyée pour annoncer ces deux bonnes nouvelles. Transporté de joie, le préfet Du traita l’émissaire avec beaucoup d’attention, lui annonçant qu’il devait attendre qu’il lui confie une réponse pour les Liu, avant de se retirer dans les appartements privés où il rapporta à son épouse qu’un émissaire s’était présenté de la part du préfet Liu de Nanxiong porteur d’une lettre annonçant que Liniang était revenue à la vie et avait épousé le fils du préfet. « Voilà ce que laissaient présager les volutes produites par les lanternes fleuries hier soir et le chant des pies, ce matin !
— Je vais répondre sans tarder, annonça le préfet Du. Nous pourrons ainsi nous rencontrer dans un proche avenir à Lin’an16. » Il rédigea donc une réponse, la remit à l’émissaire à qui il confia une bourse contenant cinq cents taels. Celui-ci remercia avec respect et s’en fut, mais nous n’en dirons pas plus sur ce point.
Parlons plutôt du jeune Liu qui ayant appris qu’allaient se tenir les épreuves du printemps des concours impériaux, fit donc ses adieux à ses parents et à son épouse. En compagnie d’un serviteur et de quoi assurer l’ensemble de ses frais, il prit le chemin de la capitale pour participer aux examens. Après un long périple, il arriva sur place où il s’installa dans une auberge. Il prit donc part aux épreuves. À l’issue des trois sessions, son nom figurait sur la liste des docteurs du deuxième tableau et il fut nommé à Lin’an à un poste de juge assistant. Il rédigea une lettre pour en avertir parents et épouse et chargea son serviteur d’aller porter la bonne nouvelle. Celle-ci remplit Du Liniang de joie.
À la fin de l’année qui correspondait également à la fin du service du préfet Liu, celui-ci se rendit à la capitale en compagnie de son épouse et de sa belle-fille, et tout le monde s’installa chez le nouveau juge assistant. Ayant retrouvé sa famille au grand complet, Liu Mengmei était aux anges ; il salua leur arrivée en donnant en leur honneur un banquet. Dès lors, on attendit la venue du vice-commissaire provincial Du. Deux mois s’écoulèrent avant que celui-ci n’arrive en compagnie de sa femme et de son fils à la capitale où il s’installa dans une résidence réservée aux fonctionnaires. Mais le juge Liu insista pour qu’ils habitent dans sa résidence officielle où ils retrouvèrent Du Liniang. Les mots sont trop faibles pour exprimer la joie qu’ils éprouvèrent à cette occasion, mais de cela nous ne dirons rien.
Liu Mengmei poursuivit sa carrière officielle jusqu’au poste de préfet de Lin’an ; Du Liniang lui donna deux fils qui devinrent tous deux d’illustres mandarins.
Le mari avait obtenu la gloire, l’épouse un titre de noblesse ; ils vécurent ensemble jusqu’à un âge avancé.

Haut de page

Notes

1 On relira avec toujours autant de plaisir les pages qu’Étiemble (1909-2002) a consacré à ce transfert qui ne cesse de faire couler l’encre autant en France qu’en Chine dans le second volume de son Europe chinoise. De la sinophilie à la sinophobie. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1989, pp. 144-188.

2 Voir ses Trois pièces des Yuan. Paris : Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », 2015, qui apporte autant par ses traductions que par une appareil critique riche et impeccablement documenté.

3 Voir sa traduction du Xixiangji 西廂記 de Wang Shifu 王實甫 sous le titre Le Pavillon de louest. Paris : Les Belles Lettres, coll. « Bibliothèque chinoise », 2015.

4 Tang Xianzu, L'Oreille magique. Paris : MF, coll. « Frictions », 2007, 187 p. ; Tang Xianzu, Le Pavillon aux pivoines. Paris : Festival d'Automne à Paris-Musica Falsa, 1998, 412 p.

5 André Lévy, Le Pavillon aux pivoines. Paris : MF éditions, 1999, p. 18

6 Hu Shiying en fournit une édition pages 532 à 537 de son Huaben xiaoshuo gailun 話本小說概論. Beijing : Zhonghua shuju, 1980 ; Wilt L. Idema, de son côté, fournit une traduction anglaise en appendice de son étude : « "What Eyes May Light upon My Sleeping Form?": Tang Xianzu's Transformation of His Sources, with a Translation of "Du Liniang Craves Sex and Returns to Life" », Asia Major, vol. 16, 2003, pp. 111-147.

7 Xu Fuming 徐扶明, Mudanting yanjiu ziliao kaoshi 牡丹亭研究資料考釋. Shanghai : Shanghai guji, 2016, 6-17-533 p., pp. 17-25. De plus amples développements, notamment concernant une version légèrement différente simplement intitulé « Du Liniang », seront un jour fournis dans un billet de notre carnet de recherche à l’URL : https://kaser.hypotheses.org/1698

8 Le règne de l’empereur Guangzong 光宗 des Song 宋 du Sud (1127-1279) court de 1189 à 1194.

9 L’âge des personnages est donné à la chinoise, soit avec un an à la naissance.

10 Le qin est un instrument à cordes pincées de la famille des cithares, compagnon idéal des rêveries de la jeune fille cultivée.

11 Le système des examens que la dynastie Song a appliqué avec rigueur pendant toute son histoire permettait, en théorie, à tout jeune homme cultivé d’accéder à la fonction publique après avoir gravi trois échelons au terme d’examens et un concours ultime. Le premier grade obtenu, celui de xiucai 秀才, est traditionnellement traduit par le terme de « bachelier ».

12 Quand Guo Hua 郭華 et Yueying 月英 sont le couple vedette d’une pièce intitulé Yanzhiji 胭脂記, le lettré Zhang 張, Mademoiselle Cui 崔鶯鶯 sont les deux amoureux du Pavillon de l’Ouest de Wang Shifu (voir supra, note 3).

13 Le Zhongqing liji 鐘情麗集 (L’admirable collection des passions amoureuses) est une nouvelle inédite en traduction ; le Jiaohong ji 嬌紅記 (L’Histoire de Jiaoniang et Feihong) a quant à lui été traduit sous le titre « Le Brûle-parfum. Histoire de Jiao et Hong » par Huang San et Lionel Epstein dans Quatre amours du temps des Han, des Tang, des Yuan et des Qing (Paris : You-Feng, 2012, pp. 89-162).

14 Sans doute faudrait-il lire « dix-huit ans » au lieu de « ving-et-un ».

15 Xi Shi 西施 (fin de la période des Printemps et Automnes) et Yang Guifei 楊貴妃 (719-756) sont les parangons de la beauté féminine chinoise.

16 Lin’an 臨安, actuelle ville de Hangzhou 杭州, au Zhejiang, devenue la capitale de l’empire chinois sous les Song du Sud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Kaser, « Plus fort que la mort »Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 14 | 2022, mis en ligne le 30 juin 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ideo/2424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ideo.2424

Haut de page

Auteur

Pierre Kaser

Pierre Kaser (Aix Marseille Univ, CNRS, IrAsia, Marseille, France) est professeur de langue et littératures chinoises classiques au Département d’Études Asiatiques de l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’Institut de Recherches Asiatiques (UMR 7306, IrAsia), directeur de l’axe « Littératures d’Asie et Traduction », et responsable de la revue en ligne Impressions d’Extrême-Orient. Il est également traducteur de littérature chinoise ancienne.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search