Navigation – Plan du site

L’éthique animale dans les littératures d’Asie/Animal ethics in Asian Literature

Appel à contribution pour Impressions d’Extrême-Orient 9
Loïc Aloisio et Laurent Chircop-Reyes

Thématique

À l’instar des animaux, les êtres humains ressentent la douleur… et sont donc sensibles et capables d’empathie. Le numéro spécial d’Impressions d’Extrême-Orient s’intéressera à l’éthique animale dans les littératures d’Asie. Il s’agira donc de savoir, à travers des articles et/ou des traductions d’œuvres philosophiques, historiques, spirituelles, religieuses et littéraires, si les auteurs d’Asie d’hier et d’aujourd’hui nous invitent à réfléchir sur l’éthique animale, et si ceux-ci envisagent une relation qui soit autre que celle de domination et d’oppression que l’Homme exerce sur les autres espèces animales.

Les différents mécanismes (tradition, croyances religieuses) qui justifient des pratiques spécistes peuvent aussi être questionnés à partir des textes des différentes aires géographiques et culturelles asiatiques. Cela pourrait également permettre d’aborder les différentes idéologies visant à justifier tantôt la zoolâtrie, tantôt l’exploitation et/ou la consummation des animaux.

Plus largement, cela renvoie aux multiples dimensions et expressions d’oppressions et de discriminations de l’Homme sur ses semblables, lesquelles se manifestent à travers les problématiques sociales tout à fait actuelles que sont le racisme et le sexisme dans nos sociétés. En dehors de toute considération morale et philosophique, c’est une question également politique et écologique, puisque l’abattage de masse d’animaux pour notre consommation a un impact environnemental considerable : l’élevage étant « l’une des causes principales des problèmes d’environnement les plus pressants, à savoir le réchauffement de la planète, la dégradation des terres, la pollution de l’atmosphère et des eaux et la perte de biodiversité » (FAO, 2006).

Cependant, « il n’y a aucune obligation à agir. On peut ne rien faire et continuer à exploiter le monde animal. L’unique question est : sachant ce que nous savons, le souhaite-t-on ? » (Aurélien Barrau, 2018).

La traduction inédite de textes en langues asiatiques quant à la dimension éthique du rapport homme/animal — qu’ils appartiennent à la catégorie romanesque, comme par exemple le roman Godan (1936) de Premchand, traduit en français par Le don d’une vache (2006), qui montre l’importance de cet animal dans la vie des paysans indiens de l’époque et la relation du sacré que les Indiens partagent avec la vache ; poétique, à l’instar des nombreux poèmes anciens et récents prônant la « libération des êtres vivants » (fangsheng 放生), ou même « l’abstention de tuer » (jiesha 戒杀) ; ou encore des essais, comme ceux de Lin Qingxuan 林清玄 — pourrait ainsi apporter quelques éléments de compréhension à l’idée qui est faite de l’humanisme en Asie ; notamment l’idée selon laquelle « l’histoire du végétarisme et de la non-violence envers les animaux en Chine est celle d’un débat poursuivi sur deux millénaires » (Vincent Goossaert, 2007).

Ce débat philosophique d’un humanisme moral inclusif rejoint, par ailleurs, la notion d’humilité principielle chère à Claude Lévi-Strauss, d’après lequel « l’homme, en commençant par respecter toute les formes de vie en dehors de la sienne, se mettrait à l’abri du risque de ne pas respecter toutes les formes de vie au sein de l’humanité même » (Claude Lévi-Strauss, 1979).

Forme

Nous attendons des articles et/ou textes littéraires traduits (qui seront précédés d’une courte présentation donnant des informations sur l’œuvre, son auteur et les raisons qui ont conduit à le retenir).

Dans l’idéal, le texte sera inédit en traduction française; si ce n’est pas le cas, le traducteur devra justifier de la nécessité d’une nouvelle traduction. Pour les textes contemporains, pas encore tombés dans le domaine public, le traducteur s’assurera au préalable de détenir l’autorisation de l’auteur pour la publication en ligne d’une traduction de son œuvre.

Le texte retenu sera soit un texte intégral (essai, courte nouvelle, conte, récit, poésie), soit un extrait d’une œuvre plus ample (un chapitre de roman, par exemple). La traduction n’excédera pas 30 000 signes, tandis que les articles devront être compris entre 30 000 et 50 000 signes.

Le traducteur fournira sa traduction sur un support informatique (Word [.doc] avec une copie en format .pdf) portant le minimum d’enrichissement stylistique (notes de bas de page), ainsi que le texte original en format .pdf (celui-ci sera communiqué aux experts chargés d’évaluer la traduction et également mis à disposition des lecteurs de la revue). Voir les recommandations aux auteurs: https://journals.openedition.org/ideo/203.

Le traducteur est libre dans le choix de l’appareil critique qui accompagnera son travail.

Il peut également proposer des documents annexes dont il détiendra, le cas échéant, les droits de reproduction (les fournir au format .jpeg)

Calendrier

Date limite de réception des résumés d’articles (300-500 mots): 30 juin 2018
Date limite de réception des propositions : 31 octobre 2018
Expertise : 1er novembre – 31 décembre 2018
Édition : 1er janvier 2019 – 1er février 2019
Mise en ligne : février 2019

Les propositions sont à envoyer à :

Loïc Aloisio : aloisio.loic@gmail.com
Laurent Chircop-Reyes : lau.chircop@gmail.com
Pierre Kaser : pierre.kaser@univ-amu.fr

Animal ethics in Asian literature

Call for papers (articles and/or translations)

Theme

Human beings, as well as animals, feel pain…and are therefore sensitive and capable of empathy. The special issue of Impressions d’Extrême-Orient aims to address the issue of animal ethics in Asian literature. Through articles and/or translations of philosophical, historical, spiritual, religious and literary works, this issue endeavours to figure out if ancient and contemporary Asian authors do invite us to think about animal ethics, and if they have imagined another form of human-animal relationship that would not be based on the domination and oppression of other species.

The different mechanisms (tradition, religious beliefs) which justify speciesist practices can be discussed through textual sources from different geographical and cultural Asian areas. Also, this issue could allow us to consider ideologies that provide reasons for animal worship, exploitation and consumption.

On a wider scale, considerations about human-animal relationship may be extended to various manifestations of oppression and discrimination in our societies, such as racism and sexism, which are ongoing social issues. Putting aside moral and philosophical considerations, it is also a political and ecological matter, since animal farming is “one of the major causes of the world’s most pressing environmental problems, including global warming, land degradation, air and water pollution, and loss of biodiversity” (FAO, 2006).

However, “there is no obligation to act. We can remain passive and go further in the exploitation of the animal world. The only question is: knowing what we know, is that what we really want?” (Barrau, 2018).

The idea of humanism in Asia may therefore be approached with greater insight through the translation and the analysis of Asian-language works dealing with the ethical dimension of the human-animal relationship, notably the idea that “the story of vegetarianism and that of non-violence towards animals in China is a debate that has been lasting for two thousand years” (Goossaert, 2007).

This philosophical debate about an inclusive moral humanism echoes the principle of humility which was dear to Claude Lévi-Strauss, according to which “Mankind can find shelter from the risk to fail to respect all forms of life within humanity itself by starting to respect all forms of life apart from itself” (Lévi-Strauss, 1979).

Requirements

We are expecting articles and/or translations of literary works (with a presentation providing information about the text, its author and the reasons why it retained your attention).

The text should not have been translated and published in English before. Otherwise, the translator shall explain why this text deserves a new translation. Regarding contemporary works, the translator must have the authorisation of the author, unless the text is free of rights.

The papers must not exceed 30 000 characters for a translation and 30 000 to 50 000 characters for an article.

The papers must be sent in both Word and PDF format (without bold or underline text, colours, etc.), along with the original text in PDF for the translations.

The contributor can also provide accompanying documents (such as pictures and illustrations in JPEG format) which have to be copyright-free.

Deadline: 31th October 2018
You can send your abstract (300-500 words, before 30th June 2018), articles and translations to:

Loïc Aloisioaloisio.loic@gmail.com
Laurent Chircop-Reyeslau.chircop@gmail.com
Pierre Kaserpierre.kaser@univ-amu.fr

Bibliographie

Barrau, Aurélien, Schweitzer, Louis, L’animal est-il un homme comme les autres ? Les droits des animaux en question. Paris, Dunod, 2018
Goossaert, Vincent, « Les sens multiples du végétarisme en Chine », 2007
Lévi-Strauss, Claude, « L’idéologie marxiste, communiste et totalitaire n’est qu’une ruse de l’histoire », 1979
« Les impacts de l’élevage sur l’environnement », FAO [En ligne], publié en novembre 2006, consulté le 20 mars 2018. URL : http://www.fao.org/ag/fr/magazine/0612sp1.htm

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals