Navigation – Plan du site

Un rêve à l’intérieur d’un rêve

Histoire pour rire de Shen Qifeng 沈起鳳
Alain Rousseau

Texte intégral

Une histoire pour rire de Shen Qifeng

  • 1 Les Chroniques de l’étrange, ou encore Chroniques étranges d’une retraite oisive, Contes extraordin (...)

1En donnant avec ses Chroniques de l’étrange un nouveau souffle à la littérature fantastique en langue classique, Pu Songling 蒲松龄 (1640-1715) a suscité sans le savoir de nombreuses vocations, aussi est-ce par dizaines que se comptent les émules qui, à sa suite et jusqu’à l’aube du XXe siècle, ont eu à cœur de perpétuer, souvent avec bonheur, l’esprit et le style de l’œuvre de leur génial devancier1.

  • 2 Shen Qifeng et son Xie duo ne sont pas des inconnus dans le monde de l’édition en langue française, (...)

2Au nombre de ces émules, qu’il serait injuste de qualifier platement d’imitateurs, car chacun d’eux à sa manière a su faire entendre sa propre voix, figure Shen Qifeng 沈起鳳 (1741-1802 ?), natif de Suzhou, qui fut en son temps un écrivain prolifique, auteur dit-on d’une quarantaine de pièces de théâtre, dont seules quatre sont parvenues jusqu’à nous, ainsi que d’un recueil d’une centaine de courtes nouvelles, La Clochette du Joyeux Plaisant (titre original : Xie duo 諧鐸), qu’il fit paraître en 1791 et dans lequel, tout comme dans les Chroniques de l’étrange, l’élément fantastique, surnaturel, merveilleux ou onirique joue un rôle de premier plan2.

  • 3 Luxun, Op. cit., p. 272, lui reproche cependant son « excès de bouffonnerie » (guo pai 過俳 dans l’or (...)

3La Clochette du Joyeux Plaisant, comme son titre le laisse entendre, n’est pas de ces livres qui se donnent pour objet d’engendrer la mélancolie, et c’est le plus souvent sur un ton léger et facétieux, puisque tel est un des sens du mot xie du titre chinois, que Shen Qifeng s’adresse à ses lecteurs3. Mais quid de la clochette, duo 鐸 ? Dans son Dictionnaire classique de la langue chinoise publié en 1904, le père Séraphin Couvreur mentionne l’existence et l’usage de deux types de duo : la jinduo 金鐸, « clochette à battant de métal qui était employée dans les concerts de musique, et servait au héraut chargé de porter le message d’un chef militaire », et la muduo 木鐸, « clochette de métal ou de bois, à battant de bois, qui servait à l’officier chargé de proclamer les ordres de l’empereur et de rappeler les maximes des sages ». Nous y apprenons également que par métonymie, muduo désigne aussi « celui qui enseigne le peuple », acception fort ancienne, puisqu’on la trouve déjà dans les Entretiens de Confucius. Assurément, c’est à cette muduo que le titre de l’ouvrage fait référence, puisque chacun de ses contes renferme toujours une petite intention morale, point trop édifiante d’ailleurs, qui se traduit généralement par un court commentaire final énonçant quelques vérités pleines de bon sens formulées par « l’Homme à la Clochette » (duo 鐸 tout court), porte-parole de l’auteur.

  • 4 Il en existe une traduction allemande, due à Rainer Schwarz, sous le titre « Ein Traum im Traum », (...)

4Pour le présent numéro d’IDEO, consacré à l’utopie et à la nostalgie, nous avons choisi de traduire, tirée du chapitre VI de ce recueil, une histoire intitulée « Un rêve à l’intérieur d’un rêve » (en chinois : Meng zhong meng 夢中 夢)4. Le thème qui y est exploité est un des plus anciens de l’histoire de la littérature chinoise de fiction, et il a depuis été traité à maintes reprises au fil des siècles. Ce thème peut se résumer comme suit : un individu, généralement sans fortune et sans gloire, et donc bien loin encore d’avoir réalisé ses ambitions de réussite sociale, connaît, l’espace d’un songe, une ascension fulgurante qui lui permet d’accéder aux plus hautes fonctions et aux plus grands honneurs, accompagnés bien entendu de toutes les richesses matérielles et de toutes les conquêtes amoureuses afférentes... jusqu’au moment où le rêveur se réveille et se rend compte qu’il n’avait fait que rêver pendant quelques instants, pour se retrouver tout aussi pauvre qu’avant.

  • 5 Une traduction française de ce récit figure dans Luxun, Op. cit, pp. 61-62. Le texte original peut (...)
  • 6 Traduit en français par Lo Ta-kang sous le titre « Voyage à l’intérieur d’un oreiller », dans Le Mi (...)
  • 7 Cette histoire se trouve aux pages 581 à 590 de la traduction d’André Lévy.

5Le prototype de ce genre d’histoire, teintée de sagesse populaire à laquelle se mêle discrètement un zeste de morale taoïste et bouddhiste, est très certainement un court récit à base de magie que l’on trouve dans le célèbre recueil À la Recherche des esprits (en chinois : Soushenji 搜神記) de Gan Bao 干寶 (mort en 336) : un marchand ambulant du nom de Yang Lin fait halte dans un temple dont le gardien, subodorant que Yang Lin rêve de faire un bon mariage, l’invite à s’introduire dans la fente d’un oreiller de jade. Yang Lin se retrouve alors au beau milieu de pavillons somptueux, où il fait la connaissance d’un haut dignitaire qui lui donne sa fille en mariage. Six enfants lui naîtront, qui deviendront tous secrétaires impériaux. Ce bonheur durera une douzaine d’années, jusqu’à ce qu’un jour, Yang Lin se réveille brutalement de ce qui n’était qu’un rêve, à côté de l’oreiller de jade où il était entré quelques instants plus tôt5. On trouve une histoire identique dans un recueil similaire, légèrement plus tardif, Chroniques des ténèbres et de la lumière (Youminglu 幽明錄) de Liu Yiqing 劉義慶 (Ve siècle). À l’époque des Tang, un célèbre chuanqi 傳奇, récit fantastique en langue classique, brode sur le même motif, mais de manière nettement plus élaborée : il s’agit des Mémoires du dedans d’un oreiller (Zhen zhong ji 枕中記) de Shen Jiji 沈既济 (mort en 799)6. Dans ce récit, un jeune lettré nommé Lu, réduit aux travaux des champs, fait la rencontre dans une auberge d’un maître taoïste, qui n’est sans doute autre que le célèbre « Immortel » Lü Dongbin 呂洞賓, auquel il se plaint de sa pauvreté et de sa frustration. Le taoïste invite Lu à s’introduire dans un oreiller en sa possession, oreiller tout aussi magique que celui de l’histoire de Yang Lin. Le jeune homme va vivre alors toute une vie d’honneurs et de gloire en accédant aux plus hauts sommets de l’État. Au terme d’une longue carrière où les revers de fortune ne lui seront pas épargnés, jalousies obligent, il meurt, honoré par l’empereur, à l’âge vénérable de quatre-vingts ans... et se réveille dans l’auberge, alors que le millet jaune que la patron avait mis à cuire au moment où Lu était entré dans l’oreiller n’est même pas encore cuit. Ce conte a été adapté au théâtre au XIIIe siècle sous le titre Le Rêve du millet jaune (Huangliang meng 黃梁夢 ) par Ma Zhiyuan 馬致遠. Bien entendu, Pu Songling lui-même ne pouvait pas être en reste : c’est ainsi que ses Chroniques de l’étrange incorporent plusieurs histoires inspirées du même thème, notamment « Un nouveau Rêve du millet jaune » 黃梁夢, qui reprend à peu de chose près la trame narrative du conte de Shen Jiji, en y ajoutant en prime une descente aux Enfers qui donne à l’auteur l’occasion de déployer, non sans une certaine délectation, tout l’attirail des supplices propre à ce genre d’histoires7.

6Comme on le voit, au fil des siècles, le rôle du rêveur a fini le plus souvent par être dévolu à un lettré plus ou moins déclassé dont l’ambition est de décrocher le titre suprême de jinshi 進士, grosso modo équivalent à celui de docteur ès lettres, sésame tant convoité qui lui permettra d’accéder au mandarinat de haut niveau, voire, pourquoi pas, à un poste prestigieux de conseiller ou de ministre auprès de l’empereur en personne.

7Ambition somme toute égoïste et mesquine, dira-t-on, bien éloignée des belles et généreuses utopies des poètes et des philosophes. On aura sans doute raison, mais il faut garder à l’esprit ce que fut la triste réalité des lettrés et aspirants-lettrés de la Chine ancienne, bien souvent d’origine pauvre et contraints pour vivre à végéter dans des besognes peu exaltantes. Bon nombre d’entre eux usaient leurs plus belles années, et parfois bien plus, à s’efforcer d’ingurgiter et de digérer un corpus particulièrement lourd et rébarbatif de classiques confucéens poussiéreux à souhait (à quelques exceptions près, tout de même), mais dont une connaissance très poussée était la condition minimale pour pouvoir espérer une chance de réussite aux examens impériaux qui leur assurerait l’aisance matérielle et le prestige réservés aux lettrés de haut rang. On conçoit aisément que ce miroir aux alouettes ait fait tourner la tête à bien des lettrés, et que la seule utopie que ceux-ci aient pu chérir se soit limitée pour eux à rêver encore et encore à une bien hypothétique réussite personnelle épanouie sous les ors d’une charge officielle de premier plan.

  • 8 Bien que nous manquions de détails à sujet, il semble que sa fin ne fut pas heureuse et qu’il mouru (...)

8Pour sa part, Shen Qifeng connut bien lui aussi les affres de ces candidatures maintes fois répétées et toujours vouées à l’échec, puisqu’il fut recalé à cinq reprises à l’examen de jinshi, jusqu’à ce qu’il jette définitivement l’éponge aux abords de la cinquantaine. Du moins son titre de juren 舉人, « licencié », lui permit-il d’occuper quelques années durant plusieurs emplois, certes subalternes, dans l’administration de la province de l’Anhui, avant qu’il ne se mette à essayer de vivre de son propre pinceau et de travaux de secrétariat8.

  • 9 J’emprunte cette expression à Jean-Pierre Diény qui l’emploie à propos de cette même histoire, à la (...)

9Dieu merci, Shen Qifeng ne manquait pas d’humour, comme le montre cette « histoire pour rire »9 dans laquelle il a choisi de nous donner sur le mode satirique une énième variation sur le thème du candidat aux examens en proie à ses chimères oniriques. Petit raffinement dans le traitement de ce thème, ce sont deux rêves imbriqués l’un dans l’autre que fait le « héros » de l’histoire : façon imagée de suggérer (l’auteur fait d’ailleurs plus que le suggérer dans son commentaire final) que celui qui rêve de chimères est voué à rêver sans fin et à ne jamais s’éveiller totalement de ses songeries.

Un rêve à l’intérieur d’un rêve

  • 10 Nangong shi 南宮試, c’est-à-dire l’examen qui se tenait tous les trois ans à la capitale pour l’obtent (...)

10Le licencié Zeng était candidat à l’examen du Palais Impérial du Sud10. Aussi, flanqué de son vieux domestique, il se mit en route vers le nord dès qu’il eut ficelé son paquetage. Le soir venu, il trouva le gîte dans un temple, le Temple de la Sapience, et comme la nuit était déjà tombée, il alla se coucher aussitôt après avoir dessellé sa monture.

11[Le lendemain,] alors qu’il flânait aux abords du temple, il avisa des saules pleureurs sur les deux rives d’un cours d’eau dont un long pont de bois peint en rouge enjambait les eaux printanières. Non loin de là, sur des dizaines d’abricotiers en fleurs, des martins-pêcheurs donnaient de la voix. Zeng s’engagea sur le pont et traversa pour gagner l’autre rive, où il se retrouva devant un parc au portail grand ouvert. D’un pas tranquille, il entra dans le parc. Il aperçut au loin les fenêtres finement décorées d’élégants pavillons disposés çà et là. Après avoir suivi un chemin tout en tours et en détours, il entra de plain-pied dans une chambre à coucher. Il y avait là des rideaux de perles sur plusieurs épaisseurs, accrochés à des attaches d’un jade des plus fins. Derrière un écran de cristal était disposé un lit de corail dont le rideau rouge orangé n’avait pas encore été rabaissé. Les oreillers aux coins du lit et la courtepointe de brocart exhalaient des fragrances de musc et d’orchidée. À gauche du lit se trouvait une coiffeuse, sur laquelle était posée une trousse de toilette qui n’avait pas été rangée, ainsi qu’un nécessaire de maquillage entrouvert. Près de celui-ci, piqués dans un vase au col étroit et au ventre rond, des rameaux de pêcher verdissants laissaient tomber les pétales de leurs fleurs.

12Surpris par le bruit de souliers féminins qui s’approchait peu à peu, Zeng se cacha entre deux rideaux. D’un coup d’œil, il reconnut sa propre femme. « Que fais-tu ici ? lui demanda-t-il. — Nous sommes dans la résidence d’été que tu as achetée tout récemment, dit-elle en riant. Comment peux-tu avoir si peu de mémoire ? » Mais Zeng n’avait souvenir de rien.

  • 11 Xingyuan 杏園, jardin où l’empereur régalait les candidats nouvellement reçus docteurs.

13Les deux époux venaient de s’asseoir et d’entamer une conversation à bâtons rompus, quand soudain, il y eut au dehors un tumulte d’hommes et de chevaux. Tous deux se levèrent et allèrent aux nouvelles : on venait en fait prier Zeng, nouvellement reçu premier à l’examen doctoral, de prendre part au banquet du Jardin aux Abricotiers11. Aussitôt dit, Zeng enfourcha sa monture et emboîta le pas à ses guides. Sur une dizaine de lis, ce ne furent qu’arbres en fleurs qui poudroyaient et pavillons par milliers recouverts de métaux fins et précieux. Les cravaches de ses guides étaient incrustées d’or et les rênes de leurs chevaux étaient ornées de jade. Tout ce sur quoi se posaient ses yeux le remplissait d’orgueil.

14Quand le banquet eut pris fin, Zeng regagna ses pénates où sa femme, prête à l’accueillir, l’attendait au portail. Ils firent alors brûler de l’encens et allumèrent des bougies, et évoquèrent le temps jadis où Zeng, dans leur demeure glaciale, passait ses nuits à étudier, et tous deux ressentirent une intense jubilation.

15Au moment d’aller se coucher, Zeng se dit en lui même que sa femme commençait à prendre de l’âge, et que maintenant que sa fortune et son prestige étaient ce qu’ils étaient, il pouvait bien s’offrir des jeunes beautés à foison et avoir ainsi un harem bien rempli. À peine venait-il de poser sa tête sur l’oreiller, qu’un visiteur glissa sa carte de visite sous la porte en déclarant qu’il appartenait une famille fortunée et souhaitait entrer en relations avec le nouvel impétrant. À cette occasion, il avait moyennant cinquante boisseaux de perles acheté quatre jeunes beautés qui étaient prêtes à le servir comme concubines.

  • 12 Zhao Feiyuan 趙飛燕, née dans une famille pauvre, conquit grâce à ses talents exceptionnels de danseus (...)

16Fou de joie, Zeng donna l’ordre de faire entrer le visiteur. En un instant, Zeng se retrouva face à quatre beautés fardées qui de blanc, qui de vert. Minces comme Zhao Feiyan ou potelées comme Yang Yuhuan12, elle étaient toutes quatre d’une beauté exceptionnelle. Zeng, qui redoutait la jalousie de sa femme, les entraîna dans une autre partie de la maison. Là, il s’enquit de leurs prénoms : l’une d’elle, aux formes généreuses, s’appelait Juanjuan, « la Beauté » ; une autre, frêle et gracieuse, s’appelait Chuchu, « la Pimpante » ; une autre, aux yeux brillants et aux fossettes ravissantes, s’appelait Qiantao, « Pêcher gracieux », et la quatrième, dont la chevelure pendait en longues mèches ramenées sur ses tempes, s’appelait Chunliu, « Saule printanier ».

  • 13 Yatouwa 鴉頭襪, bas dont les orteils sont séparés.

17Zeng demanda à Juanjuan d’installer un matelas, à Chuchu d’apporter une couette, à Qiantao d’arranger des oreillers parfumés et à Chunliu de le débarrasser de son chapeau et de ses vêtements. Une fois nu, il fut le premier à gagner le lit. Se retournant pour admirer ses concubines, il les vit l’une après l’autre enlever leurs tuniques, ôter leurs jupes brodées et leurs jupons légers, se défaire de leurs bas en tête de corneille13 et de leurs chaussons ornés de fleurs de mimosa, dénouer les rubans rouge vif dans leur chevelure et faire glisser leurs culottes couleur de fleurs de pêcher...

  • 14 Xianglian 香蓮, désignation poétique des pieds bandés féminins.

18Le fard donnait à leur chair la blancheur de la neige. Ce fut à celle qui viendrait la première se coucher près de Zeng. En un clin d’œil, celui-ci se retrouva entouré de toutes parts de parfums et de khôl, et de corps beaux comme des jades étendus en tous sens. Huit fleurs de lotus embaumées14 rivalisaient pour être celle qui s’élèverait le plus haut. Zeng avait l’esprit tout chamboulé et ne savait plus vers laquelle se tourner.

  • 15 Chunliu 春夢, une chimère, un château en Espagne. Su Dongpo 苏东坡 (1037-1011) écrit dans un de ses poèm (...)
  • 16 Han jia zi you zhidu 漢家自有制度, plus littéralement : « La maison [dynastique] des Han possède son prop (...)
  • 17 Yanzhihu 燕支虎, ou 胭脂虎, c’est-à-dire une mégère.

19Soudain, il entendit dans son dos sa femme qui l’appelait, et son rêve printanier15se dissipa dans l’instant même. Il se mit alors à vociférer : « Pourquoi fais-tu tout ce raffut ? Laisse-moi tranquille quelques minutes, que je retourne en rêve dans mon pays de Cocagne ! » Mais sa femme le houspilla. Alors, il entra dans une colère noire : « Au temps où je n’étais qu’un misérable quidam, tu étais sur mon dos au moindre de mes mouvements ! Mais aujourd’hui, la fortune me sourit et me voilà couvert de richesses et de gloire. Chez nous les Han, nous avons nos règles bien à nous16 : crois-tu que je vais me laisser rappeler à l’ordre par une tigresse fardée17 quand je m’adonne à mes plaisirs galants ? »

20L’épouse de Zeng enfila ses habits et se leva, puis se tournant vers le mur, elle se mit à sangloter : « Tu as la mémoire bien courte ! Lorsque tu as perdu ta place de précepteur, et que tu n’avais rien à manger de toute la journée, pas même un bol de soupe de riz, je me suis démunie des épingles que je portais dans mes cheveux, et je suis allée les mettre au clou pour avoir de quoi acheter un boisseau de riz. Et aujourd’hui que d’un coup d’un seul, voilà tes ambitions satisfaites, tu ne me témoignes que du dédain ! Où est passé l’amour que tu avais pour moi quand nous nous sommes mariés ? »

21Mais Zeng était tout imbu de son prestige de fraîche date, et quand il entendit sa femme lui rappeler ses disgrâces d’autrefois, il fut pris d’une ire incoercible. Frappant du poing sur son oreiller, il hurla : « Quand je serai nommé mandarin au cinquième échelon, comment feras-tu pour être à la hauteur de cette dignité ? »

22Soudain, il entendit une voix à son oreille qui lui disait sur un ton amusé : « Monsieur aurait-il fait un cauchemar ? » Repoussant son oreiller, il se retourna et vit son vieux domestique qui était en train d’épouiller les pans de son habit à la lueur de la lampe. Il resta hébété un bon moment, à rire aux éclats en tenant sa couette serrée entre ses bras, ce qui plongea son domestique dans la plus grande perplexité...

  • 18 Wei zhiren wu meng 惟至人無夢, allusion probable à un passage du Zhuangzi, 莊子, ouvrage d’inspiration tao (...)

23Commentaire de l’Homme à la Clochette : l’homme qui s’éveille d’un rêve printanier ne peut s’empêcher de rire, fût-ce malgré soi. Mais comment pourrait-il se rendre compte qu’il est encore au beau milieu de son rêve ? Seul l’homme accompli ne rêve pas18, car il n’a que faire de la richesse et des honneurs. Le sot lui non plus ne rêve pas, car le bonheur que procurent la richesse et les honneurs n’est pas pour lui.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Les Chroniques de l’étrange, ou encore Chroniques étranges d’une retraite oisive, Contes extraordinaires du pavillon des loisirs, etc. (titre original : Liaozhai zhiyi 聊齋誌異) ont été traduites dans leur intégralité par André Lévy et publiées sous ce titre en 2005 par les éditions Philippe Picquier (2 volumes, 2003 pages). Sur la postérité littéraire des Chroniques, voir, pour un très bref aperçu, Luxun, Brève histoire du roman chinois, traduit du chinois par Charles Bisotto. Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1993, pp. 272-273

2 Shen Qifeng et son Xie duo ne sont pas des inconnus dans le monde de l’édition en langue française, puisque quatre des récits qui composent le Xie duo ont été traduits en français par Liu Fang dans la revue pékinoise Littérature chinoise,  1, année 1984, et repris en volume dans Histoires fantastiques sous les Ming et les Qing, paru aux Éditions Littérature Chinoise, dans la collection « Panda », Pékin, 1997. Par ailleurs trois contes du Xie duo, adaptés par Yeh Chun-liang et illustrés par différents artistes, ont été publiés aux éditions HongFei Cultures en 2009

3 Luxun, Op. cit., p. 272, lui reproche cependant son « excès de bouffonnerie » (guo pai 過俳 dans l’original)

4 Il en existe une traduction allemande, due à Rainer Schwarz, sous le titre « Ein Traum im Traum », dans Die Scherzglocke, anthologie de 36 contes du Xie duo, publiée en 2015 aux éditions Ostasien, Gossenberg, 142 pages

5 Une traduction française de ce récit figure dans Luxun, Op. cit, pp. 61-62. Le texte original peut être lu en ligne à l’adresse suivante : https://tinyurl.com/korav2t

6 Traduit en français par Lo Ta-kang sous le titre « Voyage à l’intérieur d’un oreiller », dans Le Miroir antique, Contes et nouvelles chinois des hautes époques. Neuchâtel : À la Baconnière, 1943, pp. 207-219, et par André Lévy, sous le titre « L’Oreiller magique, Mémoires du dedans d’un oreiller », dans Histoires extraordinaires et récits fantastiques de la Chine ancienne. Paris : Aubier, 1993, puis Garnier-Flammarion, pp.  57-68.

7 Cette histoire se trouve aux pages 581 à 590 de la traduction d’André Lévy.

8 Bien que nous manquions de détails à sujet, il semble que sa fin ne fut pas heureuse et qu’il mourut dans la misère à Pékin.

9 J’emprunte cette expression à Jean-Pierre Diény qui l’emploie à propos de cette même histoire, à laquelle il fait une brève allusion (p. 135) dans son article « Le saint ne rêve pas, De Zhuangzi à Michel Jouvet », Études chinoises, vol. XX, n° 1-2, printemps-automne 2001, pp. 127-200. L’article est consultable en ligne à l’adresse suivante : www.afec-etudeschinoises.com/IMG/pdf/20-1-Dieny.pdf

10 Nangong shi 南宮試, c’est-à-dire l’examen qui se tenait tous les trois ans à la capitale pour l’obtention du grade de jinshi. Le Palais Impérial du Sud était le siège du ministère des Rites qui en organisait les épreuves.

11 Xingyuan 杏園, jardin où l’empereur régalait les candidats nouvellement reçus docteurs.

12 Zhao Feiyuan 趙飛燕, née dans une famille pauvre, conquit grâce à ses talents exceptionnels de danseuse le cœur de l’empereur Cheng des Han (–Ier siècle) qui en fit sa concubine puis son épouse. Quant à Yang Yuhuan 楊玉環, sans doute plus connue sous le nom de Yang Guifei 楊貴妃, elle fut elle aussi la concubine favorite d’un empereur, l’empereur Xuanzong 玄宗 des Tang au VIIIe siècle. Toutes deux sont considérées comme des parangons de beauté et de grâce féminines.

13 Yatouwa 鴉頭襪, bas dont les orteils sont séparés.

14 Xianglian 香蓮, désignation poétique des pieds bandés féminins.

15 Chunliu 春夢, une chimère, un château en Espagne. Su Dongpo 苏东坡 (1037-1011) écrit dans un de ses poèmes :  « Toutes choses, tel un rêve printanier, s’évanouissent sans laisser de trace », shi ru chunmeng liao wu hen 事如春夢了無痕.

16 Han jia zi you zhidu 漢家自有制度, plus littéralement : « La maison [dynastique] des Han possède son propre système [de gouvernement] », allusion à une déclaration de l’empereur Xuan des Han (–Ier siècle)..

17 Yanzhihu 燕支虎, ou 胭脂虎, c’est-à-dire une mégère.

18 Wei zhiren wu meng 惟至人無夢, allusion probable à un passage du Zhuangzi, 莊子, ouvrage d’inspiration taoïste du –IVe siècle (voir l’article de J.-P. Diény cité plus haut). L’homme accompli ou plus littéralement : parvenu (à la connaissance, à la sagesse, au détachement, etc.) est le sage, ou le saint, selon l’idéal taoïste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Rousseau, « Un rêve à l’intérieur d’un rêve », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/619

Haut de page

Auteur

Alain Rousseau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals