Navigation – Plan du site

L’Institut du parfum céleste dans La Pierre de Nüwa, une utopie ?

Les chapitres 6 et 7 du Nüwa shi 女媧石
Florine Leplâtre

Texte intégral

La Pierre de Nüwa

  • 1 On sait très peu de choses sur cet auteur, sinon qu'il était le traducteur de plusieurs romans japo (...)

1Nüwa shi 女媧石 est un roman court en seize chapitres, de l’auteur écrivant sous le pseudonyme de Haitian Du Xiaozi 海天獨嘯子1 (le Siffleur solitaire de la mer et du ciel), publié à Shanghai en 1904 et 1905. On sait très peu de choses sur ce dernier, sinon qu’il était aussi traducteur — il a notamment traduit un roman de science-fiction japonais. Le roman portait sur la couverture la mention Guixiu jiuguo xiaoshuo 閨秀救國小說 (« roman sur des femmes raffinées qui sauvent la nation »), ce qui n’est pas à proprement parler un genre ou sous-genre, puisqu’on n’a pu trouver d’autre roman se réclamant de la même étiquette, mais un sous-titre donnant une indication sur le thème de l’histoire. Ce roman a pu être rattaché au genre du roman politique (zhengzhi xiaoshuo 政治小說) ainsi qu’au roman « scientifique » (kexue xiaoshuo 科學小說), ou science-fiction, dont il partage des traits sans être un canon du genre. C’est un roman politique d’abord parce qu’il représente des actions politiques révolutionnaires — des assassinats ciblés — et des discours politiques portant sur l’autonomie des femmes et l’autonomie de la nation, la première étant une synecdoque de la seconde ; ensuite parce que la préface annonce un objectif réformiste : il s’agirait de réformer les femmes, et in fine la société qui pâtirait de leur conservatisme, par le truchement de la fiction. C’est aussi, en partie, une œuvre de science-fiction, car les chapitres évoquant des société secrètes féminines décrivent leurs quartiers généraux comme des lieux de haute technologie plus ou moins fantaisiste, avec des leaders politiques qui sont aussi des scientifiques et des inventeuses hors pairs. On peut rappeler ici que l'échec de la Réforme des Cent jours en 1898 a conduit les intellectuels réformistes à associer la modernisation techno-scientifique avec la lutte contre la dynastie Qing. C’est dans ce contexte que se développent les romans « politiques » et « scientifiques », avec l’idée que les œuvres de fiction peuvent participer au projet de modernisation sociale par la réforme des esprits.

2Voici le début de l’histoire. Jin Yaose veut changer le monde. Ses projets réformistes à l’international ne rencontrant que l’échec, elle rentre en Chine et veut passer à l’action directe. Un temps établie dans une maison close, elle apprend le chant et la danse et essaie de politiser ses collègues. Puis une opportunité se présente via une rencontre avec l’ambassadrice japonaise : elle s’introduit dans le palais impérial et fomente une stratégie pour assassiner l’impératrice Hu (« hu » comme barbare, puisqu’elle se rattache à la dynastie mandchoue — il s’agit d’une allusion transparente à l’impératrice douairière Cixi). En cavale, elle rencontre une ancienne camarade qui lui propose sa suivante, Fengkui, comme compagne de voyage. C’est là qu’après un bout de chemin, elles se font capturer par des villageois — l’impératrice ayant publié un mandat de recherche. Les villageois discutent du sort à leur réserver, et finissent pas les vendre à l’Institut du parfum céleste, un endroit étonnant, qu’elles prennent d’abord pour une maison close, puis pour une vaste école pour femmes. Les chapitres choisis présentent leur arrivée dans ce lieu, qui donne l’occasion d’une visite guidée et d’une description à travers leurs yeux ébahis, puis des discussions entre la directrice du lieu et les visiteuses au sujet des valeurs et principes de la société secrète qui s’y développe, et dont elles deviennent membres.

  • 2 Voir Own Their Own Terms, de Benjamin A. Elman (Harvard University Press, 2005), pour une histoire (...)

3En quoi ces chapitres peuvent-ils être lus comme une petite utopie ? Les personnages arrivent dans un lieu qui est le quartier général d’un parti révolutionnaire de femmes. Il s’agit avant tout d’un lieu de formation. Toutes les élèves ne sont pas membres du Parti sanguinaire des fleurs (ou Parti sanguinaire féminin, si l’on veut rendre compte du sens figuré du terme fleurs). La description, gouvernée par le point de vue de Yaose, est caractérisée par l’énumération et l’exagération. L’Institut du parfum céleste est présenté comme un lieu idéal, qui fait la synthèse entre la science moderne, la technologie2, et les savoirs ancestraux (le taoïsme est convoqué pour expliquer les principes de la machine à nourrir). La dimension utopique est soulignée par le commentaire, qui évoque la Source aux fleurs de pêchers, jardin paradisiaque considéré comme la première utopie chinoise, et insiste sur le caractère extraordinaire de la description. La dimension politique, les principes moraux et le règlement du lieu sont évoqués dans le chapitre 7, lorsqu’il est question pour les visiteuses d’intégrer le parti. Ces principes sont à la fois simples et stricts. Ils visent à faire en sorte que les membres se consacrent corps et âme à la mission révolutionnaire. Le parti a construit une morale confucéenne inversée : il s’agit de combattre les « quatre maux » et de défendre les « trois exigences ». Combattre les quatre maux, celui de l’extérieur, de l’intérieur, d’en haut et d’en bas, consiste à se débarrasser de tous les liens de sujétion sociale et familiale. Le dernier mal à éliminer est le désir sexuel et le plaisir des sens en général : alcool et sexe sont interdits. La reproduction de cette micro société est assurée à la fois par des arrivées volontaires, et par un système d’insémination artificielle à partir d’une vingtaine « d’étalons ». La dimension totalisante de l’utopie transparaît ici, puisque la salle d’insémination vise une autonomie totale de la communauté — alors même que sa pérennité peut parfaitement être assurée par les arrivées volontaires et involontaires de jeunes femmes. Ces liens coupés sont remplacés par une défense des principes d’autonomie et d’allégeance au parti.

  • 3 Je tiens à remercier Wang Chien-hui et Peng Zhaoshen pour leurs éclairages sur le texte chinois et (...)

4C’est là que l’utopie se fissure : Fengkui, la suivante rebelle de Yaose, refuse ces liens d’allégeance et affirme son autonomie totale. Le commentaire évoque à la suite les sociétés secrètes féminines qui se développaient alors en Chine, les présentant comme dangereuses et nombreuses. Le commentateur, ami de l’auteur, produit un jugement qui invalide la valorisation de l’Institut du sang fleuri. L’éloge du lieu laisse place à une critique voilée qui passe par la caricature. C’est ainsi à la fois l’aspect caricatural du chapitre 7, et le commentaire évoquant la dangerosité des sociétés secrètes féminines, qui jette le doute sur l’utopie. Néanmoins, la suite du roman conduit l’héroïne dans le quartier général d’une autre société secrète, la Société de la Croix blanche, qui se développe sur le même mode admiratif de la modernité techno-scientifique exposée, si bien que le discours du roman dans son ensemble, le récit, le préface et les commentaires compris, présente une ambiguïté irréductible quant à sa dimension politique3.

Chapitre 6

Le spectacle grandiose des femmes de l'Institut du parfum céleste ; l'oeuvre scientifique singulière de Madame Qin

5L'histoire raconte que la foule avait attrapé Yaose et sa servante, les avait fouillées, et avait découvert deux paires de seins tendres et blancs comme neige. En tâtant un peu plus bas, ils s'étaient aperçus que c'était de la marchandise femelle, sans pénis. La foule dit joyeusement : « Voilà, ce sont des sorcières révolutionnaires, sans aucun doute, menons-les au tribunal pour recevoir notre récompense ! » On vit une femme âgée secouer la main en disant : « On ne peut pas faire ça. Si on les amène au tribunal, leur vie sera menacée. Les magistrats de notre préfecture vont s'approprier tout le mérite, et ne nous donneront que quelques taëls. Je vous propose une solution bien plus maligne, c'est d'aller les vendre à l'Institut du parfum céleste. On partagera l'argent de la vente entre tous, ça vous va ? » La foule répondit avec admiration : « Quel bon plan ! » Aussitôt ils ligotèrent les deux femmes, et quatre gaillards les portèrent comme on porte les cochons pour se diriger vers l'Institut du Parfum céleste.

  • 4 Unité monétaire valant 50 g d'argent.

6Après deux ou trois heures, ils arrivèrent. Yaose regarda du coin de l'œil, et vit une cour, qui était très spacieuse, avec de nombreuses tours qui s'élevaient jusque dans les nuages. Yaose se dit en elle-même : ça doit être une grande maison close, ça ne va pas du tout. Un instant plus tard, les villageois déposaient par terre les deux femmes, et deux vieux entrèrent. On attendit un long moment, puis les deux vieux revinrent précédés par une femme entre deux âges, qui inspecta soigneusement les deux femmes sous toutes les coutures, et déclara : « Pour la blanche, je peux monter jusqu'à deux cent liang4, la noiraude ne vaut pas plus de huit cent piécettes de cuivre. » On vit le vieux recevoir l'argent avec un sourire et déclarer : « Il faudrait que vous ajoutiez un peu d'argent pour l'alcool, on s'est donné la peine de les porter jusqu'ici, c'était pénible. » La femme répondit en secouant la tête : «  Le prix est déjà au maximum, c'est vendu, c'est conclu. » Le vieux reprit : « Bon, bon. Pour la blanche, on peut dire deux cent quarante liang, pour la noiraude, on vous la donne en plus, c'est cadeau. Vous ne faites pas une mauvaise affaire, il faut bien examiner la marchandise. » Puis il ouvrit de nouveau le vêtement de Yaose et dit : « Regardez cette personne blanche comme neige, tendre et dodue ; si on la vendait comme concubine, elle vaudrait bien quatre ou cinq cents liang. » La femme répondit en souriant : « C'est bon, c'est bon, faisons comme vous avez dit. Suivez-moi que je vous donne l'argent. » Ils entrèrent de nouveau un long moment. Lorsqu'ils sortirent, ils délièrent les deux femmes, qui furent accompagnées dans la cour, et la foule s'en alla joyeusement. Yaose était alors au comble de l'épuisement. Quant à Fengkui, aussi têtue qu'à l'accoutumée, elle avança en soutenant Yaose et dit avec colère : « Nique sa mère, nous vendre comme des cochons vivants, attends un peu et tu auras ton compte ! » Elle n'avait pas fini sa phrase que la femme entre deux âges leur fit signe de loin :  « Venez, suivez-moi, nous allons voir la cheffe. »

  • 5 Le terme employé, 縮suō, qui signifie littéralement fagoter, et par extension ranger, replier, enrou (...)

7Yaose n'eut d'autre choix que de s’appuyer sur Fengkui et d’avancer. Elle vit une succession de bâtiments : des deux côtés, une multitude d'ailes, où logeaient des jeunes femmes. Au-dessus figuraient toutes sortes d’inscriptions : « chambres à coucher », « salle de cours », « salle d'étude », « salle de musique », « laboratoire de physique-chimie » ; on aurait dit une école pour filles. Yaose était très surprise. Elles suivirent encore la femme dans un dédale de couloirs, et montèrent deux étages. Les étages étaient de plus en plus beaux, éclairés par des lampes à gaz et des lampes électriques qui éclairaient comme en plein jour : quelle splendeur ! On entendit soudain un son puissant et clair, des centaines de milliers de phonographes se mirent en marche en même temps, et les jeunes filles chantaient en harmonie, dans une agitation inhabituelle. Après quelques minutes, alors qu'on arrivait à la porte de la salle de lecture, la femme entre deux âges s'arrêta soudain et interpela les deux femmes : « À pieds, c'est vraiment long, on peut prendre le tram à la place ! » Yaose jeta un regard, et en effet, il y avait bien des petits rails pour un véhicule électrique. En un clin d'œil, un sifflement retentit, le tram était arrivé. Les trois femmes y montèrent, et virent assises à l'intérieur cinq ou six étudiantes aux traits délicats, portant des tenues magnifiques. En bas, elles portaient des jupes rouges, et avaient à la main des livres de cours. Elles considérèrent les deux nouvelles venues, et échangèrent des sourires. Deux minutes n'étaient pas passées que le véhicule s'arrêta soudainement. La femme se leva et dit : « On est arrivées. » Les trois femmes descendirent et se dirigèrent vers l'entrée d'un bâtiment. La femme appuya sur un mécanisme avec la main, et un appareil cylindrique et creux descendit. Elle fit asseoir les deux visiteuses, et l'appareil démarra, puis se rétracta vers le haut5, pour arriver au troisième étage. De nouveau, depuis le troisième étage, on emprunta un véhicule alimenté à l'oxygène, qui avança pendant deux minutes, pour arriver à l'entrée d'un bâtiment. À l'entrée était disposé un grand escalier, la femme entre deux âges appuya sur la machine à oxygène, qui nous fit monter l'escalier, comme si c'était une route plane. Après moins d'une minute, on vit une grande maison, dont les quatre murs étaient en verre. La femme entre deux âges arrêta la machine, fit descendre Yaose et Fengkui et dit : « On s'arrête ici, merci d'attendre un instant. » La femme entre deux âges entra seule.

8Après un court moment, elle ressortit, et leur fit signe d'avancer : « Venez. » Les deux femmes suivirent sa consigne et entrèrent. À l'intérieur, elles virent des instruments, des échantillons, des collections de livres, des atlas, des peintures, des sculptures et des broderies, qui emplissaient la pièce de splendeur. Il y avait au milieu de la pièce un bureau en catalpa incrusté de jade, sur lequel étaient posés deux vases de fleurs fraîches. Une belle femme d'une trentaine d'années, appuyée sur le bureau, lisait un livre ; elle regarda les deux femmes, et se leva prestement. Les deux femmes s'avancèrent, et firent les salutations d'usage. La belle femme considéra Yaose des pieds à la tête à son aise, puis lui demanda : « Quel est votre nom ? D'où venez-vous ? » Yaose mentit : « Mon nom est Xiao, mon prénom Baochai, je suis de cette région. » La belle femme hocha la tête et dit : « Non, non. Je vois à votre allure que vous ressemblez à une réfugiée qui fuit des malheurs. » Yaose s'apprêtait à se justifier, quand elle vit Fengkui dire d'une voix forte : « Je vais vous dire pour de vrai, pas question que je déguise mon nom ou mon prénom, ma maîtresse est celle qui a projeté d'assassiner l'impératrice, elle s’appelle Jin Yaose, et moi je suis Fengkui. Je tue, je désosse, je massacre, je mords, et alors ? » Cela surprit fort la belle dame, qui dit en se prosternant jusqu'au sol : « Ça alors ! Vous êtes en fait une héroïne qui aime sa nation, qui aime son pays, qui venge son peuple ! Je vous ai manqué d'égards, pardon. » Yaose lui retourna ses politesses et dit :  « Pourquoi faites-vous tant de cérémonie ? Quand avez-vous entendu parler de moi ? » La femme répondit : « Votre honorable nom ? Comment est-il possible de ne pas en avoir entendu parler ? Lorsque j'ai lu l'édit impérial, j'ai engagé une vingtaine de femmes détectives secrètes pour vous protéger, mais je ne m'attendais pas ce que vous arriviez ici sans que je sois prévenue. » À ces mots, elle lui adressa un grand sourire. Yaose demanda : « Il faut encore que je vous demande quel est votre honorable nom. » La belle dame répondit : « Je m'appelle Qin Ainong. » Yaose, surprise, poursuivit : « Est-il possible que vous soyez celle dont parlait souvent ma camarade Qiaoyun, l'experte en arts martiaux, cheffe du Parti sanguinaire des fleurs ? » La belle dame répondit modestement : « On ne peut pas dire ça... » Yaose se leva et fit des salutations, chacune se rassit, et chacune à son tour posant des questions et répondant, elle causèrent longtemps.

  • 6 Situé dans le Shandong, le mont Penglai est dans la mythologie chinoise un lieu important où les Hu (...)

9La discussion arriva aux problèmes d'actualité nationale, et Yaose ne put retenir ses larmes. Madame Qin dit en souriant : « Hier, vous avez frôlé la mort, et vous y avez échappé de peu, vous n'aviez même pas peur. Pourquoi êtes-vous aujourd’hui si affligée ? » Yaose répondit dans un soupir : « Je ne me donne pas exprès des airs de jeune fille. J'ai connu quatre justicières, qui ont trouvé la mort lors d'une crise nationale. Ma camarade Qiaoyun, je n'ai aucune idée si elle est vivante ou morte. Il y a de quoi s'affliger ! » Elle n'avait pas fini sa phrase que Madame Qin reprit en souriant : « Pourquoi vous inquiétez-vous tant ? Il y a trois jours, j'ai reçu de Pékin un télex de la part de mes détectives, disant que Qiaoyun avait réussi à s'échapper et se réfugier au Mont Penglai6. Bien que les quatre demoiselles soient mortes en martyres, de nombreuses personnes se sont levées à leur suite : comment aurait-on pu les tuer toutes ? Ensuite, si l'on s'en tient à notre parti, cette année, plus de trois mille quatre cent personnes ont été envoyées en mission. Ce pauvre gouvernement fantoche, comment pourrait-il quelque chose contre moi ? » En entendant cela, la peine de Yaose tourna aussitôt à la joie, et elle dit tout bas : « Grâce au ciel, contre toute attente Qiaoyun a pu s'échapper. » Puis elle en profita pour demander : « Est-ce que je peux vous demander combien votre parti compte de membres ? » Madame Qin répondit : « Oh, guère plus d'un million, et chaque branche locale n'excède pas deux milliers de membres. Je ne sais pas si cela augmentera à l'avenir. » Yaose demanda encore : « Et les personnes qui habitent dans cet institut sont-elles toutes membres du parti ? » Madame Qin répondit : « Non, non. Les membres représentent un tiers au plus, mais les filles vendues par la population représentent deux tiers ! »

10Pendant leur conversation retentit soudain le son du téléphone : « Madame est servie. » Madame Qin se leva et dit : « Nous avons parlé longtemps, il doit faire faim, allons manger ensemble ! » Yaose se leva, et vit Fengkui adossée au mur, qui dormait en ronflant. Ce spectable l’amusa et l’agaça à la fois, et elle s'empressa de la réveiller en criant. Madame Qin appela une servante, pour qu'elle la mène à l'étage en-dessous prendre le repas. Pour sa part, elle prit la machine avec Yaose pour aller jusqu'au cinquième étage.

11Au milieu de l'étage se dressait une vaste serre, où se trouvaient des fleurs et des arbres tropicaux, et à côté, des fleurs exotiques et des arbres rares — il n'en manquait aucune espèce. Du côté gauche se trouvait un minuscule pavillon, très joli, dans lequel entrèrent les deux femmes, main dans la main. Yaose leva les yeux : il y avait au milieu une table, sur laquelle étaient posés deux appareils. De chaque côté, des chaises longues en caoutchouc. Cependant, ne voyant nul plat, elle était très dubitative. Elle vit Madame Qin entrer dans la pièce et s'allonger sur la chaise longue comme pour dormir, prendre les appareils et en poser le pied de cuivre sur le montant supérieur des fauteuils, et appuyer sur un bouton, ce qui fit apparaître une tétine, au niveau de sa bouche. Yaose, incrédule, se décida à l'imiter. Dans un grognement, les deux plateaux d'or des appareils introduisirent des plats directement dans la machine, et on entendit des bruits désordonnés de mastication à l'intérieur de l'appareil. Madame Qin saisit la tétine dans sa bouche, Yaose l'imita à son tour, et sentit dans sa bouche un jus liquide, doux et extrêmement aromatique, un concentré de ce qu'il y a de plus exquis, et cela lui réjouit le cœur et l'esprit. Elle aspira trois ou quatre minutes, et se sentit déjà rassasiée. Elle pensa : « S’il y avait du thé en plus, je ne pourrais être plus comblée. » Elle avait à peine formulé cette pensée qu'un thé parfumé lui coula dans le gosier. Yaose était vraiment ravie, elle téta quelques gorgées, puis s'arrêta.

  • 7 Tǔlèi zhì土類質, les substances terrestres, renvoie à la théorie des Cinq phases (wuxing 五行) dans la c (...)

12Elle vit Madame Qin, qui avait également terminé, se lever. Yaose lui demanda :  « J'aimerais vous poser une question : ces appareils, les avez-vous achetés, ou les avez-vous conçus vous-même ? » Madame Qin répondit avec un sourire : « Une technologie aussi enfantine, pourquoi voulez-vous qu'on l'achète ! Je vais vous dire, les organismes de la plupart des gens peuvent être utilisés au moins pendant quatre cents ans ; s'il n'y a aucun défaut, il n'y a aucune raison que l’on meurt. Seulement, dans notre régime alimentaire quotidien, il y a trop de sels, les nourritures terrestres7 sont trop lourdes, ce qui bouche progressivement les vaisseaux sanguins ; la vieillesse, la maladie et la mort sont causées par cela. L'appareil que j'utilise actuellement contient trois couches : la première filtre les sels, la seconde filtre les matières terrestres ; arrivés à la troisième, on trouve un liquide séminal pur, une nourriture parfaitement saine. Par ailleurs, lorsque les gens mangent, ils regrettent la rareté du temps, et ils ne mâchent pas assez fin, donc le corps doit produire trop de bile, ce qui accélère le vieillissement. Enfin, le sang stagnant s'accumule, et toutes sortes de maladies apparaissent. C'est la raison pour laquelle l'espérance de vie humaine diminue. Ainsi, la nourriture que je consomme a non seulement été mixée par l'appareil, mais elle a aussi été décomposée par des procédés chimiques, si bien que même avec un microscope qui grossit trois mille fois, on ne pourrait pas en distinguer les particules. À votre avis, avec toutes les femmes qui vivent dans mon institut, y a-t-il un hôpital ? » Yaose était très admirative. Soudain, Madame Qin s'empourpra et dit : « Un télégramme vient d'arriver, il a dû se passer quelque chose. » Et elle se dépêcha d'aller sur le balcon, suivie de Yaose.

13On peut vraiment dire :

Le pays a connu de nombreux jours sombres, des temps où les messages urgents arrivent au galop.
Alors qu'on gravit ensemble le sommet d'une montagne, qui aura le courage de tirer franchement sur les rênes pour arrêter le cheval ?

14Si vous ne savez pas quelle était cette nouvelle, écoutez le chapitre suivant.

Commentaire

  • 8 Considéré comme la première utopie chinoise, « La Source aux fleurs de pêchers » (Taohua yuan ji 桃花 (...)
  • 9 Su Shi 蘇軾 (1036-1101) mandarin, peintre et écrivain de la dynastie Song, auteur de nombreux poèmes (...)
  • 10 La citation est la conclusion du poème intitulé « Liu yue ershi ri ye du hai » 六月二十日夜渡海 (Naviguer d (...)

15Lorsque je lis le passage sur l'Institut du parfum céleste, se succédant, les choses apparaissent plus merveilleuses les unes que les autres. C'est comme si on explorait la Source aux fleurs de pêchers8 : l'endroit semble plus extraordinaire à mesure qu'on s'y avance. On ne peut s'empêcher de lâcher avec admiration : Incroyable, incroyable ! Parmi les merveilles du monde, y en a-t-il de plus merveilleuses que cet endroit ? D'abord, il est merveilleux que soit établie dans cet institut une grande école pour femmes ! Encore plus merveilleux sont toutes les sortes d'objets et de machines. Dans l'institut a été installé un tramway, il a été construit des rails, c'est merveilleux. Il y a encore un véhicule à gaz, qui n'utilise pas de rail, ce qui est encore plus merveilleux ! Ne pas utiliser de rail est déjà merveilleux ; mais, il y a même un funiculaire, qui monte les escaliers comme s'il s'agissait d'un terrain plat, c'est absolument merveilleux ! Il est déjà merveilleux qu'un institut soit si grand et accueille des femmes en si grand nombre. Il est encore plus merveilleux qu'il compte un million de membres, et deux mille branches locales. Il est déjà merveilleux de voir autant d'expériences diverses ; il est encore plus merveilleux qu'il y ait tant d'idées et de théories. Su Shi9 dit dans un poème : « Si je n'ai pas de regret à mourir neuf fois dans les régions sauvages du sud, c'est parce que j'ai déjà parcouru les lieux les plus extraordinaires du monde. »10 Si je peux entrer dans l'Institut du parfum céleste et l'explorer, je n'aurai pas de regret à mourir même dix fois ! Extraordinaire, extraordinaire !

16Parlons des techniques de longue vie. En Chine, il existe depuis l'Antiquité bien des mythes, mais on considère que ce sont de pures fictions. En Europe cependant, ces fantasmes restent encore ouverts. J'ai entendu parler récemment d'un docteur français, qui s'était mis à jeûner. Au bout de deux semaines, son esprit et sa capacité à travailler étaient inchangés. On dit aussi que plus tard, il a sans cesse amélioré sa technique, pour que l'humanité accède à la longue vie, mais c'est un exemple unique dans l'histoire. Cependant, si on le compare avec Madame Qin, il n'est qu'un amateur, sa technique est trop pénible. Comment peut-il y avoir une technique de longue vie aisée et naturelle, susceptible de rendre les êtres humains infiniment heureux ?

Chapitre 7

On tue des traîtres, et tout le pays est terrorisé ; on parle de l'objectif de faire entrer les deux justicières dans le parti

17L'histoire raconte que Madame Qin conduisit Yaose à califourchon sur un engin vers une terrasse. Au-dessus, on voyait un appareil relié électroniquement. Madame Qin marcha jusqu'à l'atteindre, regarda les chiffres, et s'exclama : « Formidable ! Cette fois, les partisanes ont tué en même temps plus de trois cents gouverneurs de comtés, cela va terroriser les traîtres au peuple ! » À ces mots, Yaose applaudit pour exprimer sa joie. Elles redescendirent de nouveau de la terrasse jusqu'au quatrième étage, et un haut-parleur retentit, pour avertir tout l'institut. En un instant, les membres du parti accoururent pêle-mêle pour exprimer leurs félicitations. Le son des chants et des danses emplissaient l'oreille sans s'arrêter. Puis on reçut de partout plus de deux mille télégrammes de félicitations, parmi lesquels deux plus longs disaient :

« Les traîtres au peuple ont été tués, c’est une immense joie ! À présent, tout le pays est bouleversé, le gouvernement est terrifié. Les fonctionnaires de tout rang s'enferment et n'osent plus sortir, quatre mille ont déjà démissionné, vingt mille femmes ont divorcé. Quatre hauts fonctionnaires ont adressé une demande expresse au gouvernement afin qu'il prenne ses responsabilités et réprime sévèrement les traîtres. Ils ont été rejetés sans recevoir de réponse. Les membres du parti qui ont trouvé la mort sont déjà plus de quarante, cela il fallait le rapporter. Je vous présente respectueusement mes félicitations.
Meihong »

« Trois cent quatre traîtres ont été assassinés, ainsi que deux membres de la famille impériale. La militante Xuehong a été attrapée, elle est en ce moment interrogée au Ministère des Peines. Xuehong a répondu en disant qu'elle n'avait aucun regret à mourir, que si on en tuait une il en restait dix mille. Le gouvernement considère qu'il serait vain de se défendre de nous, qu'il serait vain de nous éliminer ; il semble vouloir faire la paix avec elle et la faire libérer. On estime à quarante-deux le nombre de mortes parmi les non-membres du parti, vous trouverez la liste de leurs noms ci-après. Mes hommages.
Fenhong »

18Après avoir lu ces mots, Madame Qin dit en soupirant : « Bien sûr que ces partisanes patriotes font face à la mort sans fléchir ! » Aussitôt, elle décréta un congé pour tout l'institut, en organisant d'abord une cérémonie du souvenir, puis une cérémonie d'hommage. Pendant trois jours d'affilée, deuil et joie étaient entremêlés. Yaose en profita pour faire connaissance avec de nombreuses membres du parti ; toutes étaient vraiment des personnes de grande valeur, des combattantes héroïques. Elle était très admirative. Yaose habitait là depuis deux semaines déjà, elle explorait tous les recoins, ou encore allait dans les clubs s'amuser avec des groupes. Cependant, elle voyait que Madame Qin ne mangeait guère et s'affairait beaucoup, toujours à régler des problèmes. Non seulement elle s'occupait des affaires internes au parti, mais en plus, tous les jours, elle donnait des cours sur le parti, et n'avait pas un instant à elle. Yaose, ne supportant pas bien de voir cela, dit un jour à Madame Qin : « Vous vous activez nuit et jour, ça doit être bien pénible. Moi aussi, lorsque j'étais aux États-Unis, j'ai étudié un peu quelques sujets, j'aimerais vous aider un peu. D'abord, pour éviter que vous ne crouliez seule sous le travail, ensuite pour m'éviter à moi de me prélasser et de manger sans rien faire. Qu'en pensez-vous ? » Madame Qin répondit : « Très bien. Ce que vous avez appris est sans doute très intéressant, seulement ici, dans notre parti, les règles sont très strictes. D'une part, vous n'êtes pas encore membre, et nous avons quelques divergences d'objectifs ; ensuite, vous êtes une invitée, je ne voudrais surtout pas vous importuner. »

19Entendant cela, Yaose fut malgré elle très déçue. Un instant plus tard, elle demanda : « Vu de l'extérieur, les objectifs de votre parti, qui promeut l'assassinat, sont les mêmes que les miens. Y a-t-il autre chose ? » Madame Qin répondit en souriant : « C'est difficile à dire, il y en a beaucoup en fait. L'assassinat n'est qu'une chose, mais c'est une méthode sans grande importance. Comment cela pourrait-il constituer un objectif ? » Yaose répondit avec surprise : « Quels sont donc les buts de votre parti ? Je vous prie de me les apprendre ! » Madame Qin dit : « Écoutez-moi, je vais vous les exposer un à un. Toute personne qui entre dans le Parti du Sang fleuri doit d'abord exterminer les quatre maux. Parmi ces quatre maux, l'un est le mal intérieur, le deuxième est le mal extérieur, le troisième est le mal d'en haut et le quatrième est le mal d'en bas. » Yaose demanda : « Comment s'appelle donc le mal intérieur ? » Madame Qin répondit : « Dans l'éthique chinoise, le plus important est la famille. Les trois principes et cinq vertus oppriment les femmes, les empêchant d'être libres. Donc, dans notre parti, on doit en priorité se débarrasser de l'amour conjugal, des sentiments entre jeunes filles et jeunes garçons : c'est exterminer l'ennemi intérieur. » Yaose hocha la tête et reprit :  « Cela concorde parfaitement avec mes idées. Mais dites-moi, qu'appelez-vous le mal extérieur ? » Madame Qin répondit : « Le mal extérieur est en rapport avec l'impérialisme, la domination d'une nation sur une autre. Notre parti veut abolir l'esclavage ; ce qu'on évite le plus, c'est la flagornerie à l'égard des étrangers, ce que l'on chérit le plus, l'indépendance. C'est cela qu'on appelle exterminer le mal extérieur. » Yaose hocha la tête de nouveau et dit : « C'est un bon objectif, et avec moi cela concorde par un heureux hasard. Mais qu'appelez-vous le mal d'en haut ? » Madame Qin répondit : « Le mal d'en haut a à voir avec la position des gens. Dans notre pays, on vénère des souverains qui sont des autocrates néfastes au peuple, des tyrans brutaux. On se fait mener par le bout du nez, on devient des fantômes dociles, c'est cela qui nous fait le plus grincer des dents. Ainsi, lorsque nous, membres du parti, rencontrons des autocrates traîtres au peuple, nous ne pouvons coexister sur terre. Il faut absolument leur livrer un combat à mort. C'est ça, exterminer l'ennemi d'en haut. » Yaose applaudit et dit en souriant : « Bien, bien ! Les grands esprits se rencontrent. Des quatre objectifs que l'on me présente, trois sont communs avec les miens. Mais qu'appelez-vous donc l'ennemi d'en bas ? » Madame Qin répondit en souriant : « Ne vous méprenez pas, exterminer le mal d'en bas, c'est ce que vous ne parviendrez pas du tout à faire ! »

20Yaose répondit, embarrassée : « Comment ça ? Puisque tout le monde est dans les mêmes dispositions, tout le monde est du même avis, comment pourrait-il y avoir quelque chose d'inaccessible ? Expliquez-vous vite ! » Madame Qin répondit : « Je vais parler, écoutez-moi. Ce mal d'en bas fait référence au corps : au cours de la vie se développent les organes génitaux, et avec eux, partout apparait, tout gluant et collant, l’amour. Il est facile pour un corps patriote de sombrer dans le piège de l'amour, qui refroidit les sentiments qu’on a pour le pays. C'est pourquoi, les personnes de notre parti doivent abandonner l'amour et réprimer leurs désirs, et ne pas s'approcher des mâles dégoûtants. C'est cela qu'on entend par exterminer l'ennemi d'en bas. » Yaose trouva cela très curieux, et cela l'ennuya un peu. Elle dit à Madame Qin : « Madame, depuis la nuit des temps on dit : du coït entre un homme et une femme, tous les êtres sont nés. Il s'ensuit que les pays civilisés exigent la liberté de mariage. Si l'on suit vos préconisations, dans cent ans, restera-t-il des gens sur la terre ? » Madame Qin éclata d'un rire sonore et dit : « Je vais vous dire, descendez absolument au deuxième étage, et vous verrez le résultat. Madame, voyez-vous, nous avons dans notre institut une bonne vingtaine d'étalons. Imaginez-vous qu'en l'absence de relations entre hommes et femmes, on ne puisse pas faire naître d'enfants ? » Yaose était stupéfaite, elle s'agenouilla précipitamment sur la marche et demanda : « Madame, bien que j'aie voyagé à l'étranger, je suis ignorante et incompétente, comment pourrais-je comprendre le fonctionnement de cette obscure vie ? J'espère encore que Madame me fasse l'honneur de lever le voile sur ce mystère au plus vite. » Madame Qin fit relever Yaose et lui dit : « Ne vous mettez pas dans cet état. Je vais vous dire, en vérité, les femmes, pour enfanter, n'ont pas besoin d'avoir des rapports sexuels : un peu de spermatozoïdes injectés dans les ovaires produisent une grossesse. Nous utilisons ici un tuyau tiède pour recueillir les spermatozoïdes des hommes, puis pour les injecter dans le ventre des femmes. N'est-ce pas mieux que les rapports sexuels ? »

21Cela était vraiment inouï, du jamais vu pour Yaose, elle n'en revenait pas d'admiration. Aussitôt elle se tourna vers Madame Qin et dit : « Madame, les objectifs de votre parti sont excellents en tout point, admirables sans exception. Je souhaiterais vraiment y entrer, pourrais-je être acceptée ? » Madame Qin répondit en souriant : « Pas encore, pas encore. En dehors de ces quatre maux, il y a encore trois exigences. » Yaose, encore plus surprise, répondit : « Quelles sont donc encore ces trois exigences ? Je souhaite que vous me les exposiez. » Madame Qin répondit : « La première, c'est que les pouvoirs secrets et la puissance visible résident entre les mains des femmes : préserver ce pouvoir naturel est le devoir de mes filles. La deuxième, c'est que dans le monde les hommes sont accessoires, seules les femmes sont les véritables protagonistes : préserver cette maîtrise naturelle est le devoir de mes filles. La troisième, les femmes sont les visionnaires de la civilisation, la culture tout entière a été créée par les femmes : préserver cette qualité de visionnaire est du devoir de mes filles. » Yaose ne put s'empêcher de hocher la tête, et dans un soupir d'admiration elle dit : « Y a-t-il encore d'autres objectifs à votre parti ? » Madame Qin répondit en souriant : « Il n'y en a pas d'autre. Lorsque vous rejetterez ces quatre ennemis et vous conformerez aux trois exigences, entièrement, sans vous en éloigner, vous pourrez être considérée comme membre à part entière de notre Parti sanguinaire des fleurs. » Yaose répondit : « Madame, entendre vos paroles d'or m'a remplie de joie et mon cœur est sans entrave. » Voyant que son intention était sincère, Madame Qin dit à Yaose : « Puisque vous n'êtes pas méprisante, comment pourrions-nous ne pas vous accueillir ! Seulement aujourd'hui, il est bien tard, attendons jusqu'à demain, que j'aie réuni toutes les membres du parti dans la grande salle de cérémonie, et vous pourrez devenir membre ! » Yaose était très heureuse, et se rendit au troisième étage pour discuter un peu avec Fengkui.

22Le lendemain à midi, Madame Qin emmena Yaose et Fengkui en véhicule électrique vers une grande salle de réunion. Elle était immense, elle pouvait bien accueillir six ou sept mille personnes. Un système d'aération et des ventilateurs, ainsi que des haut-parleurs, avait été préparés et installés. Dans la salle, les membres du parti étaient arrivées, et voyant Madame Qin, se levèrent pour la saluer. Madame Qin monta sur la chaire, et prononça un discours. Elle commença en disant que la Chine avait été soumise par des nations étrangères, que la catastrophe de cette destruction était devant nos yeux, et qu'il nous appartenait de la soutenir et de l'aider. Puis elle dit qu'il y avait dans le parti une énorme puissance, qu'elle allait croissant, et qu'il convenait de rendre compte de ses résultats. Pour finir, elle expliqua que les personnes qui allaient intégrer le parti ne faisait qu'accroître son enthousiasme, qu'on avait tous les jours en moyenne trois mille quatre cents personnes, et quand elle annonça que Yaose et Fengkui intégraient le parti, tout le monde applaudit. Madame Qin appela Yaose à monter sur l'estrade, et faisant face à l'assemblée, elle l'interrogea sur les objectifs du parti, en lui demandant de les reconnaître un par un, puis de faire face à l'assemblée pour prononcer une promesse solennelle. Enfin, elle lui demanda de décliner ses nom, prénom, et lieu de naissance, qu'une secrétaire inscrivit dans le registre des membres.

23Puis vint le tour de Fengkui. Madame Qin demanda : « Fengkui, à qui appartient ton corps ? » Fengkui répondit d'une voix forte : « Mon corps est né et a été nourrit par ma mère, moi seule en fais usage, qu'est-ce que vous lui voulez ? » Cela fit rire toute l'assistance. Madame Qin, souriant aussi, reprit : « Fengkui, tu as mal répondu. Tu dois savoir que ton corps qui était auparavant le tien, à partir d'aujourd'hui, appartient au parti, au pays, et que tu n'as plus de pouvoir dessus. » Fengkui voulut se disputer, mais voyant Yaose à côté d'elle qui lui lançait des regards éloquents, elle garda finalement le silence. Madame Qin reprit : « Fengkui, dès que tu entres dans notre parti, il faut se conformer à ses objectifs, que je vais énumérer et te faire entendre. Premièrement, je suis seule au monde et je n'ai aucun engagement ni attache familiale. » À ces mots, Fengkui lança un regard appuyé à Yaose, et l'assistance de nouveau éclata de rire. Yaose s'empressa de bouger les lèvres, et Fengkui répondit : « Je sais. » Madame Qin continua : « Deuxièmement, il y a l'indépendance et la souveraineté nationale. Le pouvoir et l'honneur, je servirai et je protègerai. » Fengkui répondit : « Je sais, je sais. » Madame Qin dit : « Troisièmement, l'élimination des classes sociales. L'égalité politique et les autocrates traîtres au peuple sont absolument irréconciliables. » Fengkui dit : « Cela va sans dire, je sais tout ça. » Madame Qin dit : « Il y a encore le quatrième point, la liberté de reproduction : l'amour romantique est interdit, on ne garantit pas l'intimité au lit, et aucune affaire qui mette l’État en danger. » Fengkui fit une grimace et dit : « Cela n'est pas possible, je ne suis pas encore mariée. » Elle n’avait pas fini sa phrase que Madame Qin et Yaose étaient blêmes de stupeur.
Heureusement, il y avait à ce moment un brouhaha dans l’assemblée, qui n’entendit pas ses derniers mots. Madame Qin s’empressa de la reprendre : « Fengkui, puisque tu vas observer strictement les principes du parti, tu dois faire une promesse solennelle devant l'assemblée. » Yaose de nouveau était prête à intervenir, mais Fengkui proclama d'une voie forte : « En retournant ma bouche, je promets de garder toute ma vie le veuvage. » À ces mots, de nouveau l'assemblée rit sans vergogne. Après que la cérémonie d'intégration fut terminée, on dispersa l'assemblée. Madame Qin nomma Yaose enseignante pour l'école élémentaire, poste qu'elle garda longtemps.

24Un jour, on rapporta que Fengkui avait quitté l'institut toute seule, on ne savait pas où elle était partie. On peut vraiment dire :

Le bon cheval est au départ indomptable, un homme de qualité n'a au départ rien d'excellent.
On regrette immensément les ravages du temps, qui épuise les cœurs héroïques.

25Si vous vous demandez quel scandale a provoqué Fengkui, veuillez écouter le chapitre suivant.

Commentaire

26Eh bien ! Comme il est difficile d'écrire un livre ! Alors que Yaose n'est pas encore devenue membre du parti, quels méandres pour y arriver, quelles difficultés y conduisent ! Depuis le chapitre 4, il n'y a pas un passage qui ne soit tourné vers l'adhésion au parti, pas un passage qui ne laisse apparaître des indices qui pointent vers cet événement. C'est exactement comme un massif de montagnes et une myriade de vallées qui doivent entrer ensemble par une étroite porte, comme des centaines de rivières qui convergent vers la Mer orientale. Jusqu'ici, il y a eu seulement un grand dénouement. Maintenant que ce dénouement est passé, on peut dire qu'on est dans une impasse : ne resterait-il rien à voir ? Ainsi il fallait absolument qu'il y ait cette sortie du parti. Et il fallait absolument que cette nécessité de la sortie du parti apparaisse avant même l'entrée dans le parti : il fallait d'abord établir une raison pour cette sortie, puis en arriver aux conséquences. À ce sujet, je dis donc : « Il n'y a pas sur terre de construction ni de destruction absolues, les constructions sont les racines des destructions, en conséquence de quoi le monde n'atteindra jamais l'idéal de paix et de stabilité.

  • 11 Zhang Xianzhong 張獻忠 (1606-1647) mena dans les années 1620 une des révoltes paysannes qui contribuèr (...)

27Sur terre, rien n'est plus puissant que les bataillons féminins. Et l'autre nom pour bataillon féminin, c'est « phlegmon purulent ». On ne peut s'en défendre, on ne peut les réprimer. Non seulement ce gouvernement barbare est glacé de peur face à eux, mais je suis aussi moi-même terrorisé. Il est évident que la faiblesse et la corruption de notre pays viennent du fait qu'il n'y a pas cent millions de femmes martiales. Quand Zhang Xianzhong11 a été lauréat du concours impérial, il a écrit ceci : tuer des hommes ne vaut pas tuer des femmes ; tuez les femmes et les hommes suivront. Bien que cette phrase soit très cruelle, elle témoigne d'une grande lucidité, d'une grande hauteur de vue. À partir des Qin et des Han, on n'avait plus vu ceci : j'ai entendu qu'il y a quelque part une société secrète féminine qui s'est fait une spécialité de massacrer des hommes. Et si elle prend de l’ampleur, sa puissance est littéralement impossible à mesurer. Ainsi le récit de ce chapitre n'est-il absolument pas exagéré.

  • 12 Le Shoulengyan Sanmei Jing 首楞嚴三昧經 est la traduction chinoise du Śūraṅgama Samādhi Sūtra, un classiq (...)
  • 13 Wu yue 五岳, les Cinq montagnes sont dites sacrées car l’Empereur y faisait des sacrifices. La montag (...)
  • 14 Gong Ding’an 龔定庵 est le nom de plume de Gong Zizhen 龔自珍 (1792-1841), poète, calligraphe et intellec (...)

28Dans la partie en questions-réponses de ce chapitre, c'est exactement comme dans La concentration de la marche héroïque12, dans la section où le Bouddha s'adresse à Ananda, plus ça va plus c'est étrange, plus on avance plus c'est étonnant, ce qui conduit à ne plus savoir où donner de la tête. Lorsqu'on en arrive aux vagues déferlantes, lorsque l'agitation déborde, il y a un nouveau tournant, comme pour ceux qui voyagent dans les Cinq Monts sacrés13 : ils commencent par serpenter entre les montagnes, montant et descendant régulièrement, et quand, ayant gravi le sommet, ils regardent au loin, ils voient un précipice. Gong Ding'an14 dit dans un poème : « Je suis heureux que ton texte ne soit pas écrit platement ». Je dirais la même chose de ce chapitre.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 On sait très peu de choses sur cet auteur, sinon qu'il était le traducteur de plusieurs romans japonais. Ses dates de naissance et de mort ne sont pas connues actuellement.

2 Voir Own Their Own Terms, de Benjamin A. Elman (Harvard University Press, 2005), pour une histoire détaillée de l’introduction des sciences occidentales dans la Chine de la fin de la dynastie Qing, à travers les traductions de l’anglais et du japonais.

3 Je tiens à remercier Wang Chien-hui et Peng Zhaoshen pour leurs éclairages sur le texte chinois et leurs suggestions de traduction. 

4 Unité monétaire valant 50 g d'argent.

5 Le terme employé, 縮suō, qui signifie littéralement fagoter, et par extension ranger, replier, enrouler, ou rétracter, se comprend si l’on considère que le passage est décrit du point de vue de quelqu’un qui verrait l’ascenseur depuis le bas de la cage.

6 Situé dans le Shandong, le mont Penglai est dans la mythologie chinoise un lieu important où les Huit immortels auraient tenu leur banquet.

7 Tǔlèi zhì土類質, les substances terrestres, renvoie à la théorie des Cinq phases (wuxing 五行) dans la cosmologie chinoise. Selon cette conception, toute chose dans le monde peut se rattacher à l’un des cinq éléments suivants: l’eau, le feu, le bois, le métal, la terre. À la terre correspondent la saveur sucrée, ainsi que les aliments comme le riz, la viande de bœuf, les fruits sucrés comme le melon et le kaki et les racines comme les patates douces. Il est difficile de savoir ce qui selon Madame Qin est néfaste pour la santé dans cet ensemble disparate.

8 Considéré comme la première utopie chinoise, « La Source aux fleurs de pêchers » (Taohua yuan ji 桃花源记) est un bref récit en prose de Tao Yuanming 陶淵明 (365-427). On y voit un pêcheur remonter une rivière bordée de fleurs de pêchers et découvrir un petit territoire idéal dont les habitants vivent en harmonie, sans lois et sans institutions, et coupés du reste du monde. Le texte intégral et une traduction en anglais sont disponibles sur Wikisource: https://en.wikisource.org/wiki/Translation:The_Peach_Blossom_Spring [consulté le 12/01/18]. On peut trouver une traduction en français et une proposition d’interprétation dans l’article « La Source aux fleurs de pêchers de Tao Yuanming, essai d’interprétation », de Léon Thomas, Revue de l’histoire des religions, 1985. Disponible en ligne à l’URL: http://www.persee.fr/doc/rhr_0035-1423_1985_num_202_1_2786 [consulté le 16/04/17].

9 Su Shi 蘇軾 (1036-1101) mandarin, peintre et écrivain de la dynastie Song, auteur de nombreux poèmes réguliers (shi 詩), de poèmes hétérométriques (ci 詞), et de longues rhapsodies (fu 賦) dont le plus célèbre est le « Fu de la falaise rouge ». Il est aussi l’auteur d’une importante œuvre en prose, comprenant notamment des essais brefs (voir Commémorations, Les Belles lettres, 2010) et des lettres.

10 La citation est la conclusion du poème intitulé « Liu yue ershi ri ye du hai » 六月二十日夜渡海 (Naviguer de nuit, le vingtième jour du sixième mois). Il s’agit d’un huitain d’heptasyllabes qui évoque des spectacles naturels sublimes et contrastés.

11 Zhang Xianzhong 張獻忠 (1606-1647) mena dans les années 1620 une des révoltes paysannes qui contribuèrent à mettre fin à la dynastie Ming. Il dirigea ensuite un royaume qui correspond à l’actuel Sichuan, avant de s’enfuir avec d’importantes richesses devant l’arrivée de l’armée mandchoue, et d’être tué par un de ses lieutenants.

12 Le Shoulengyan Sanmei Jing 首楞嚴三昧經 est la traduction chinoise du Śūraṅgama Samādhi Sūtra, un classique du bouddhisme du Grand véhicule, qui décrit notamment les cent pouvoirs qu’atteint le bouddha ou le bodhisattva dans l’état de contemplation ou de concentration ultime appelé samadhi. Une traduction en français due à Etienne Lamotte a été publiée par l’Institut belge des hautes études chinoises en 1965.

13 Wu yue 五岳, les Cinq montagnes sont dites sacrées car l’Empereur y faisait des sacrifices. La montagne sacrée de l’Est est le Taishan 泰山, au Shandong; la montagne sacrée du Sud est le Hengshan 衡山, au Hunan; la montagne sacrée de l’Ouest le Huashan 華山au Shaanxi; celle du Nord le Hengshan 恒山au Hebei; et celle du Centre le Songshan 嵩山au Henan.

14 Gong Ding’an 龔定庵 est le nom de plume de Gong Zizhen 龔自珍 (1792-1841), poète, calligraphe et intellectuel, qui prit des positions publiques importantes pendant la Première guerre de l’opium, et dont les textes firent référence pour les réformistes de la fin du siècle. Il est l’auteur de plus de trois cents poèmes réguliers, qui chroniquent son voyage de retour vers Hangzhou et expriment ses idées politiques. La citation qui suit, légèrement tronquée, est le premier vers d’un quatrain sans titre issu de ce recueil, et qui semble adressé à un ami dont il loue le talent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florine Leplâtre, « L’Institut du parfum céleste dans La Pierre de Nüwa, une utopie ? », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/628

Haut de page

Auteur

Florine Leplâtre

INALCO-ASIEs

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals