Navigation – Plan du site

Pitance et indépendance

Poème hindi de Rāmdhārī Sinh « Dinkar »
Elizabeth Naudou

Texte intégral

Présentation

L’auteur : Rāmdhārī Sinh « Dinkar »

1Ramdhari Sinh « Dinkar » (23/09/1908-24/04/1974) est un poète de langue hindi qui est qualifié en Inde du titre honorifique de Rashtrakavi, « Poète national ». Né dans une famille brahmane Bhumihar de basse condition dans le village de Simariya dans l’État du Bihar, il se passionna très tôt pour la littérature et avait à son actif plusieurs langues : le hindi, le sanskrit, le maithili, le bengali, l’anglais et l’urdu. A l’exception de Keats et Milton, il était grand admirateur de Rabindranath Tagore, dont il traduisit en hindi des poésies bengali. Célèbre pour ses poèmes patriotiques nationalistes écrits avant l’Indépendance, son œuvre considérable s’inscrit dans une écriture de la rébellion face à l’envahisseur britannique. Anti-impérialisme et humanisme, histoire, satires politiques et sociales, amour et passion dans les relations hommes-femmes sont ses thèmes de prédilection, souvent teintés de vīrā rasa, « sentiment héroïque ». Après l’indépendance, même s’il se qualifie de « Bad gandhian », il se range aux idées de Gandhi et déclare dans son poème Kurukshetra (qui fait allusion à la grande guerre du Mahābhārata) écrit en 1946, que, bien que destructrice, la guerre est utile à la défense de la liberté. Membre de la Rajya Sabha de 1952 à 1964, il fut récompensé du prix Padma Bhushan en 1959 (Troisième plus haute récompense civile créée le 2 janvier 1954 pour honorer les services rendus à la nation)1. Il occupa par la suite les fonctions de Vice Chancellor de la Bhagalpur University, dans l’état du Bihar et mourut au Tamil Nadu dans le district de Thanjavur à l’âge de soixante-six ans. Son célèbre poème simhāsan khālī karo ki jantā ātī hai, « Libère le trône pour que le peuple vienne », fut chanté par une foule de 100 000 indiens durant l’État d’urgence (déclaré par Indira Gandhi en 1975) à Ramlila Maidan, New Delhi. En 2008, à l’occasion du centenaire de sa naissance, le Dr Manmohan Singh, alors Premier Ministre de la République indienne, lui rendit hommage lors d’une cérémonie au Parliament of India : en dévoilant son portait dans le hall principal, il glorifia les services rendus par « Dinkar » à la nation et à la littérature hindi. Considéré comme l’un des plus grands poètes de l’Inde moderne (période post-indépendance), il fut honoré des deux plus hautes récompenses littéraires indiennes : le Sahitya Academy Award (1959) et le Jnanpith Award (1972).

Le poème : roṭī aur svādhīntā

2Ce poème, comme bon nombre des poèmes et chansons de Rāmdhāri Sinh « Dinkar » n’a jamais été traduit en anglais, a fortiori en français. La traduction présentée ici en est la première.

3Cette traduction inédite s’efforce de rendre au mieux la musicalité des mots et des vers écrits d’après les techniques poétiques classiques en général et hindi en particulier. Pour ce qui est du fond, sa lecture au premier degré se passe de tout commentaire…

4Et pourtant, la tradition védique indienne fait surface à chaque vers. Il s’agit du vieux rituel du sacrifice védique qui est ici évoqué avec toutes ses composantes : le sacrifiant et le sacrificateur, la victime assimilée à l’animal sacrifié en offrande, le prix payé pour le sacrifice et sa rétribution (la liberté), avec, au centre, le feu qui l’alimente, c’est-à-dire cette faim dévorante et dévastatrice.

Pitance et Indépendance

5La liberté, ça, on l’a eue, en revanche que faire de cette gloire ?
Des crève-la faim ! La peur au ventre, tu auras à manger si tu ne la vends pas ?
Liberté ne rime pas avec pitance, pourtant elles vont main dans la main,
Mais quand on ne peut assouvir sa faim, la liberté ne sert à rien.

6Les voilà, ceux qui trichent tous azimuts avec la liberté,
Ils font miroiter leur pitance aux bêtes et les mènent ensuite par le bout du nez.
Jusqu’à quand l’homme honnête aveuglé par leur pouvoir d’illusion supportera-t-il la faim ?
Qui est-il, celui qui peut rester un homme digne de ce nom quand elle lui colle aux tripes ?

7Il endurera ce sacrifice ? Il encaissera la blessure profonde causée par la faim ?
En proie au plus profond désespoir, pourra-t-il ruminer de l’herbe en toute dignité ?
Ce n’est pas une grosse affaire que de gagner la liberté, mais la conserver, oui,
Ce n’est pas un sacrifice pour une seule fois, mais devoir le renouveler encore et encore, oui.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Ses poèmes et chansons peuvent être lus sur le site : http://www.kavitakosh.org/dinkar

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elizabeth Naudou, « Pitance et indépendance », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/647

Haut de page

Auteur

Elizabeth Naudou

IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals