Navigation – Plan du site

Le bain de musique dans les profondeurs d’une terre en ruine

Extraits du Jûhachiji no ongakuyoku 18時の音楽浴 de Unno Jûza 海野十三
Maki Matsumoto

Texte intégral

Présentation

  • 1 Son vrai nom est Sano Shôichi 佐野昌一, et son nom de plume 十三 se lit parfois Jûzô.
  • 2 Paru dans la revue Shin seinen 新青年 en 1928. Comme l’indique le nom de la revue, elle est destinée à (...)
  • 3 John H. Kellogg (1852-1943), devenu célèbre par l’entreprise agroalimentaire américaine qui porte s (...)
  • 4 Grand lecteur de Conan Doyle, l’écrivain a phonétiquement adapté le nom de Sherlock Holmes à la jap (...)

1Unno Jûza 海野十三 (1897-1949) 1, auteur de plus de soixante-dix romans policiers et de science-fiction, est considéré comme l’un des pères fondateurs de la littérature de SF japonaise. Ingénieur électricien, Unno débute sa carrière d’écrivain avec la nouvelle intitulée L’étrange affaire du meurtre à la baignoire électrique (Denki burono kaishi jiken 電気風呂の怪死事件)2, récit d’un homicide dans une baignoire américaine3, dans lequel le personnage du détective privé dévoile la face cachée du produit d’innovation. Par la suite, le personnage réapparaît dans d’autres de ses œuvres sous différents noms, et plus tard, Homura Sôroku4 possédera une série à son nom. Au sein des héros détectives apparus dans des années 1930-1940, tels que Akechi Kogorô et Kindaichi Kôsuke, le détective Homura se distingue par des affaires scientifiques menées, face à des personnages d’ingénieurs ou de chercheurs de la technologie de pointe. Il y affronte de puissants lobbies ou des autorités scientifiques. Malgré une intrigue assez simple et facile à suivre, le dénouement romanesque chez Unno s’avère parfois complexe et très incertain, notamment quand il aborde des thématiques relevant de la science-fiction, comme l’avenir de l’humanité, les possibles futurs, la recherche d’un monde idéal, la question sur la société industrialisée, ou bien la figure de l’Étranger.

  • 5 Magazine destiné aux loisirs, appelé communément goraku zasshi 娯楽雑誌, la revue Modan Nippon, fondée (...)

2Unno n’a pas souvent recours à l’approche psychologique ou psychanalytique des personnages. Il préfère décrire la disposition d’un appareil, le fonctionnement d’une technologie, ou bien encore développer un système social ou technique qui représente la psyché de ses personnages. En d’autres termes, les personnages d’Unno sont parfois synthétisés par l’énormité du système industriel. C’est notamment le cas dans le roman Jûhachiji no ongakuyoku 18時の音楽浴 (Le bain de musique de 18 heures), paru dans la revue de la littérature populaire, Modan Nippon en 19375. Ce récit décrit un monde dystopique et se déroule dans une atmosphère de fin du monde où les hommes ne savent que vivre dans les profondeurs d’une terre en ruines suite à des guerres et des accidents chimiques. Quelques survivants mènent une vie qui repose entièrement sur l’accès à l’électricité, issue de l’énergie terrestre. Ils ne voient jamais le jour ni la nuit, seule l’indication de l’heure leurs permet de repérer l’écoulement du temps et de rythmer leurs journées. A dix-huit heures par exemple, tous les hommes s’arrêtent pour s’assoir et écouter avec attention la musique diffusée par le Ministère présidentiel. A l’instar du bain de soleil (日光浴 nikkôyoku), ils appellent cela le bain de musique (音楽浴 ongakuyoku). Certes, loin d’être aussi agréable que le bain de soleil, le bain de musique est composé de sons programmés par le gouvernement, et qui vise à rendre les citoyens calmes et dociles, efficaces et intelligents. Au-delà de la productivité, les hommes ne cherchent plus à partager leurs vies avec les autres, mais à satisfaire leurs désirs : peu à peu, ils s’approchent de la nature mécanique. Ils finissent par se remplacer par des humanoïdes qui proclament, à leur tour, leur valeur « humaine ». La situation dystopique à la fin du récit est une illustration des réalités humaines sous le régime militaire du Japon des années 1940, et permet de se poser de nombreuses questions philosophiques, morales et sociales sur notre monde actuel industrialisé.

  • 6 En attendant une traduction intégrale. Texte source disponible à l’URL : http://www.aozora.gr.jp/ca (...)
  • 7 Sous le titre de Jûhachiji no ongakuyoku, Shikkokuno Anetto 18時の音楽浴 漆黒のアネット(Le bain de musique de 1 (...)

3Nous proposons ici la traduction du premier jusqu’au quatrième chapitre du roman6. En dépit de nombreuses terminologies scientifiques et des expressions de l’époque, l’écriture reste très fluide et légère, ce que nous avons souhaité rendre ici, le plus fidèlement possible. Une nouvelle édition et adaptation du roman a été publiée en 2007 par Yuzuhara Toshiki dans la collection « Archi-traduction » aux éditions Shôgakukan7.

Traduction

1.

4Le crépuscule enveloppait notre planète. Dans un pays où le soleil se couchait, l’horloge sonna dix-huit heures pour un million des cœurs d’habitants.
« Tiens, il est dix-huit heures.
— L’heure du bain de musique.
— Allez ! On va s’installer pour ne pas être en retard. »
Dans la zone d’Arishia, ne se trouvaient que trois hommes : le docteur Kohaku, ainsi que Pen et Bara, ses anciens étudiants. Avant même d’entendre la sonnerie de dix-huit heures, ils se sont précipités vers la porte pour sortir dans le couloir bleu. Là, se trouvaient des bancs en spirale constitués de gros tuyaux métalliques argentés. Ils ont tous les trois sautés sur le banc, chacun sur le siège marqué de leur nom.
Trois fenêtres rondes se sont aussitôt ouvertes au plafond, à travers lesquelles soufflait un vent d’une couleur jaune au-dessous de leurs trois têtes. Une douche de brise rafraîchissante. Silencieux, les trois hommes attendaient la séance.

  • 8 Le mot kaibô 解剖 dans l’original signifie littéralement la dissection. Le personnage tentait de fair (...)

5Le docteur Kohaku est un quinquagénaire, qui a les cheveux longs et peignés en arrière. Sa tenue est de la même couleur que ses cheveux noirs de jais, il est mince et plutôt grand. Il a l’air élégant et malgré sa peau blême, il semble bouillir tranquillement et sainement d’une certaine passion persistante. Enfoncé dans la chaise spiralée, les coudes posés tranquillement sur les genoux, le docteur paraît plongé dans ses réflexions. De temps à autre, sa jolie paupière s’agite, au-dessous de laquelle son globe oculaire semble remuer voluptueusement.
Pen est aussi jeune que Bara. Il allonge doucement ses bras vers elle pour toucher un derrière généreux sans qu’elle ne s’en aperçoive.
« Vlan ! » Bara l’a réprimandé. La main de Pen chauffe. Malgré tout, sa main n’arrête pas de tenter de supplier. Bara lui murmure alors : « Attends encore deux heures. »
Mais Pen lui répond en suppliant encore : « Je ne sais pas si je serai toujours là dans deux heures. C’est pour cela que je le demande, Bara.
— Chut ! il y a le signal d’alarme ! »
L’enceinte diffuse l’annonce dans tous les couloirs : « Il manque une personne dans la zone Arishiro ! »
Tous tournent la tête ensemble sur la droite, vers la zone Arishiro. A cet instant, la porte s’ouvre et un homme saute de la porte, paniqué. Il se jette sur son siège.
« C’est lui, c’est Paul ! Ha, Ha ! » se moque Pen. « Il a perdu tout son jus à cause de la dissection de son propre corps. Quel type répugnant ! 8»
Bara crache par terre. A cet instant, tous les couloirs sont couverts d’un voile violâtre. Le docteur Kohaku levant doucement la tête, dit à ses anciens étudiants : « Le bain de musique commence enfin. Allez, levez les mains. »
Les six mains sont bien levées, ils entendent venir jusqu’à eux le faible gémissement du fond de la terre.
« Merde ! C’est l’opus 39, le voleur de l’âme ! » jure Pen. Le volume gagne en puissance autour du banc en spirale, le passage 39 de la musique nationale montant de plus en plus. Le docteur fixe son regard dans le vide. L’air de méditer, Bara a les lèvres qui tremblent. Quant à Pen, grinçant des dents, il transpire à grosse gouttes sur le front.
La musique s’intensifie et chauffe l’air comme de l’eau chaude, mouillant jusqu’au fond des cerveaux des citoyens. Partout, dans les longs couloirs violâtres, tous poussent des cris de bêtes qui gémissent contre le mur, sous le bruit déchirant d’un canon tiré. Vision d’un purgatoire violet. Les sueurs huileuses et les cris soupirés se mêlèrent au bain de musique pendant une demi-heure.
Peu après, le voile violâtre repart. Puis, par la fenêtre jaune et ronde souffle à nouveau le vent frais qui passait au-dessus des têtes des habitants. C’est la fin du bain de musique.
Les gens restés sur le banc laissent errer leurs yeux comme s’ils se réveillaient d’un cauchemar, puis ils s’entreregardent.
« Ah, le bain de musique est fini !
— Allez, descendez vite ! Une montagne de tissus nous attend encore à l’usine.
— Oui, il faut rattraper le retard d’hier. »
Tous les travailleurs en forme, descendent de leurs sièges. Pen et Bara aussi, accompagné du docteur, retournent à la zone Arishia d’un pas léger.

2

6Le district Aroâ a appelé le docteur. Après avoir fermé la porte à clef, il se met devant l’écran.
Après quelques zébrures, le visage barbu du Président Miruki surgit.
« Monsieur le Président Miruki, vive le pays du Président Miruki ! salue le docteur Kohaku.
— Bonjour Docteur, je voudrais discuter avec vous. » dit Miruki en caressant sa barbe. Le docteur se tourne alors pour demander à Pen et Bara de se rendre dans un atelier d’à côté. Les deux assistants se précipitent vers la porte, ramassant leurs dossiers sous leurs bras.
« Maintenant qu’il n’y a plus personne, Monsieur le Président, que désirez-vous ?
— Ce n’est rien, je voulais juste vous remercier en personne, car grâce à votre extraordinaire travail sur le bain de musique, mon pays est parfaitement en ordre. Après la séance, tous semblent renaître. En mettant tous leurs espoirs en un grand État, les hommes travaillent dans le même élan. Ils se comportent comme je le souhaite, c’est-à-dire comme des hommes-machine. Une demi-heure de bain permet de transformer les personnes les plus dangereuses en individus exemplaires. Désormais, tous et toutes sont en parfait état de santé. Grâce à vous, j’ai un peuple splendide. Je vous en suis reconnaissant, Docteur.
— Monsieur le Président, en quoi puis-je vous être utile à présent ?
— Et bien…, fit-il, et sa barbe s’agita. Si vous le voulez bien, j’aimerais vous parler de vos recherches sur les cyborgs. Elles ne sont plus nécessaires, je crois.
— Vous voulez que je renonce à la recherche sur les cyborgs ? Mais pourquoi ?
— Parce que, vous le savez, le bain de musique a permis aux gens de se remettre en forme, d’avoir un corps aussi solide que l’acier, des cerveaux de fer. Ce sont des personnes idéales. Et, qui a besoin de fabriquer un robot dans ce cas ? Le budget alloué à la recherche sur les cyborgs atteint déjà cinquante pour cent de la somme totale allouée aux recherches d’État. Pourquoi continuer à vous verser un si gigantesque budget ? La mise en place du bain de musique me suffit pour gouverner les peuples. Non ? Qu’en pensez-vous, Docteur ?
— Laissez-moi réfléchir à cette question.
— Réfléchissez bien. Par ailleurs, ma femme souhaite vous revoir. Pouvez-vous passer chez nous ce soir ?
— C’est entendu, Monsieur le Président. Je viendrai à vingt heures. »

7Dans la salle voisine, Pen et Bara sont plongés dans les calculs. Ils sont tant concentrés dessus qu’ils ne se sont l’un et l’autre aperçus de rien. C’était aussi l’un des résultats remarquables du bain de musique. La première heure de travail après le bain est en effet considérée comme le moment le plus précieux, où toutes les activités les plus importantes doivent s’effectuer durant ce bref instant par des capacités surhumaines. Le projet d’un bouclier de défense nationale, la rénovation des aliments pour les nourrissons, ou bien encore la recherche des bactéries complexes, tout cela devait être réalisé pendant ces heures-là.
Une fois passée cette période intensive, il ne reste plus qu’à se consacrer aux tâches ne nécessitant pas une telle potentialité, ou bien on peut aussi ne rien faire, et se reposer. Le bain de musique de dix-huit heures fabrique ainsi des génies dont l’intelligence perdure une heure, puis pendant vingt-trois heures, il aide les citoyens à conserver des idées saines.
La réalisation de la musique s’effectue dans le laboratoire central acoustique, qui produit des vibrations sonores dans les souterrains. Les produits finis sont transférés jusqu’aux cerveaux des gens alors assis sur des bancs spiralés, lesquels permettent de masser les cellules cérébrales afin de façonner des esprits homogènes, normaux et intelligents.
En occurrence, l’opus 39 de la musique nationale, a été composé pour le bain de musique par le docteur Kohaku qui a travaillé sur ordre du Président Miruki, lequel lui avait demandé d’améliorer à tout prix le son, de manière à façonner des esprits sur le modèle standard de type 39. Il s’agit d’un modèle qui remplit les normes de trente-neuf articles, telles que définit d’après les principes de la personne standard. Il n’est pas possible de révéler ici tous les articles mais en voici un extrait :

Être fidèle au Président ;
Être inébranlable et courageux ;
Ne pas avoir envie d’alcool ;
Ne pas fumer ;
Rester en forme en dormant quatre heures ;
Reconnaître que le port de la barbe est réservé au Président

8De tels règlements sont parfois difficiles à respecter, mais ils sont imposés au peuple du pays de Miruki. Lorsque le docteur Kohaku a achevé la composition, le Président était au comble de la joie. Il fut même stupéfait de voir qu’un grave criminel, après avoir fait l’objet de l’expérience du bain de musique de type 39, était devenu l’incarnation d’un homme exemplaire.
Le Président avait alors ordonné de diffuser cette musique à la radio 24 heures sur 24. Mais l’ordre n’avait pu être réalisé à cause d’une contestation du docteur Kohaku qui disait qu’un bain de musique de plusieurs heures exciterait excessivement la cellule cérébrale, et risquerait de détruire les cerveaux, voire de provoquer la mort subite des sujets. C’est pourquoi la présente loi se conforme au conseil du docteur et limite le bain de musique à trente minutes par jour.
Mais le Président avait envie de passer la musique le plus longtemps possible afin d’absorber complètement les âmes de son peuple. Ne venait-il pas de dire au docteur Kohaku qu’il était content de voir des hommes parfaits, mais ce n’était là qu’une flatterie. En effet, son peuple n’était pas assidu toute la journée durant, comme il le souhaitait, ni contents de vivre ainsi au quotidien.

3

9Il est désormais dix-neuf heures passées. Autrefois, cela voulait dire sept heures du soir. Mais dans ce pays souterrain ignorant aube et crépuscule, les habitants vivaient constamment sous la lumière artificielle. C’était à peine si quelques rayons de soleil mélancoliques touchaient la surface terrestre, laquelle était aussi le toit de leur pays. Il n’y avait même pas de papillon sur cette terre. Les guerres incessantes qui avaient ravagé la Terre à coup de bactéries et de gaz toxiques avaient laissé un paysage désert où ne poussait pas un seul brin d’herbe, et où on trouvait encore moins d’animaux. Il n’y avait eu que quelques survivants, des animaux domestiques et des parasites qui s’étaient faufilés sous terre et avaient poursuivi leur vie.
Il est donc dix-neuf heures passées lorsque Pen, ancien étudiant de la zone Arishia et Paul, artisan de chaussures de la zone Arishiro, discutent avec enthousiasme, tout en mangeant du miel qu’ils tirent d’une jarre dans une chambre.
« Mais c’est complètement stupide ! commente Paul avec des gestes exagérés comme s’il voulait convaincre Pen.
— Peut-être…, dit Pen, un peu embarrassé.
— Pas peut-être, mon pote. Ils nous ont privé de liberté et voulu effacer notre personnalité. Nous, les hommes, voulons fumer et boire de l’alcool. C’est notre putain de Président qui nous empêche de faire ce qu’on veut. Et où se trouve notre plaisir, alors, hein ?
— Je t’en prie, ne parle pas si fort. Si quelqu’un t’entend, ce serait embêtant.
— Si quelqu’un m’entend, il pensera que ce que je dis est tout à fait juste. Ceux qui ne pensent pas comme ça, ce sont les pauvres hères qui ont été dupés par la musique 39.
— On dit que ce fameux bain de musique du Président Miruki ne marche pas avec toi, c’est vrai ?
— Bien-sûr que ça ne marche pas, dit Paul, la tête fièrement levée. Cela reste entre nous, mais regarde ici, mes fesses. »
Pen toucha son pantalon, les yeux brillants de curiosité. Quelque chose de dur et volumineux comme un panier de bambou se trouvait sur sa main.
« Qu’est-ce que c’est ? C’est quoi que tu mets là-dessous ?
— Ha ! Ha ! Tu as enfin compris ? C’est pour réduire la vibration, une sorte de tissu fibreux, dont la fabrication m’a prise un an. Bien entendu, ce fameux bain de musique pénètre peu à travers mes oreilles mais la majorité des ondes sonores sont transmises par le siège spiralé. C’est pourquoi il suffit de mettre ce coussin contre le siège, et ça permet d’empêcher la plupart des battements de la musique du numéro 39 d’entrer en nous. Voilà pourquoi cette maudite musique ne m’enivrera plus.
— Je vois. Mais tu fabriques des choses horribles. Que ferais-tu si quelqu’un découvrait ce que tu fais ?
— Si on me découvre, ça ne pourra être que ta faute, car personne d’autre ne le sait. Au moment du bain, je fais mine de pousser un gémissement comme si j’étais transporté par cette foutue musique. Je peux même transpirer sans problème. Tu ne le sais peut-être pas mais le devant du siège est équipé d’une microphone caché qui permet d’enregistrer les voix pour les transmettre directement au bureau du Premier Ministre. Il va de soi que le gémissement de Paul, homme, artisan qui réalise des chaussures, est automatiquement inscrit sur l’appareil. Dans le cas contraire, une alarme se mettrait à sonner. Mais je ne suis pas si malhabile. »
Pen a l’air stupéfait d’apprendre que l’un de ses meilleurs amis a trompé le Président Miruki, patron du peuple qui sait tout. Par ailleurs, il se rappelle que sa politique trop puissante provoquerait une réaction forte, et vu comme ça, Paul n’aurait pas si tort… D’ailleurs, en discutant avec lui, Pen a l’impression que l’anesthésie du bain de musique est en train de s’affaiblir, qu’il peut lui aussi devenir un hérétique au pays de Miruki.
« Tu sais, Paul, méfie-toi de Bara. Elle te méprise, elle t’a traité de bon à rien. Ce serait embêtant si elle apprenait que tu as un secret.
— Mais c’est ta femme ! Dans la mesure où tu ne dis rien, ça ne posera aucun problème.
— Bara a un esprit aussi perspicace que celui d’un homme, elle va lire en moi.
— Voyons, Pen ! Tu es son époux, quand-même.
— Je vais démissionner de mon rôle de mari, alors. Avoir une telle compagne… Cela me dégoûte vraiment de la vie.
— Es-tu sûr ? J’imagine que tu comptes chercher une autre femme. As-tu déjà quelqu’un en tête ?
— Tu parles. C’est rare de trouver une femme gentille avec qui on s’entend bien. Tu sais Paul, si seulement tu étais une copine à moi…
— Ta copine, moi ? »
Paul regarde Pen, bouche bée et les yeux ronds.
« Tu penses vraiment cela ?
— Mais bien-sûr que oui. Pourquoi ? »
Paul prend la main de Pen pour, sans mot dire, l’entraîner vers le paravent qui se trouve dans un coin de la salle. Avec un bruit de tissus flottant, Paul enlève son bourson et défait sa ceinture en cuir pour accrocher sur le paravent.
Au même instant retentit le cri de Pen qui s’échappe de la poigne de Paul : « Nom de Dieu ! Et on raconte vraiment que tu fais des opérations, en plus. Quelle horreur chirurgicale ! C’est trop tard, je te déteste maintenant ! »

4

  • 9 鈴の音を鳴らすような声 est l’expression qui veut dire une manière de parler comme des femmes de la haute socié (...)

10Vingt heures pile, comme convenu. Un homme grand et élégant s’arrête devant la porte de la zone Aroaa, sur laquelle figure le nom de Madame Miruki. La porte s’abaisse sans bruit. Derrière se trouve un mur recouvert de soie blanche. Une dame en sort, comme une sculpture en relief. Elle porte une tenue à la mode, une combinaison de soie blanche comme de la neige qui entoure tout son corps — dessus, elle a une large robe de chambre transparente qui traîne par terre, faite d’un tissu brillant de verre souple extrêmement fin.
« Vous êtes bien le docteur Kohaku ? » dit-elle avec une voix aussi haut perchée qu’un tintement de clochette9.
L’homme s’agenouille devant elle dans une révérence : « Ma fidélité vous revient, Votre Majesté. »
Toute souriante, Madame Miruki invite le docteur à la suivre dans un salon au fond du couloir, dont le sol et le plafond éblouissants sont décorés par un motif à carreaux rouge et or. Au milieu de la pièce se dresse une grande table de verre, recouverte de cristaux de luxe. Un dîner royal les attendait. Madame Miruki insiste pour qu’il s’installe sur la chaise en face d’elle.
Au milieu de la grande table en verre se trouve une haute étagère. Quand Madame Miruki appuie sur un bouton, un ascenseur monte et descend pour transporter des plats. Une bouteille datant d’il y a longtemps ainsi que des plats gastronomiques montent ainsi depuis les dessous de la table, sans bruit, dans un système automatisé qui les sert à leur place. Les couverts et les plats sales descendent mécaniquement et disparaissent au-dessous de la table. La femme lève son verre de vin qui date de 1937, et le Docteur lève aussi le sien par réflexe. Quand elle prend une larve d’abeille pour la déguster, lui en prend une aussi. En même temps, ils continuent leur conversation.

11« Docteur, le bain de musique composé par vos soins montre un résultat magnifique. Son Excellence Miruki en est parfaitement satisfaite. Pour ma part, je le suis également, je vous présente volontiers tous mes respects. »
Le Docteur baisse la tête sans mot dire.
« Cependant, Docteur, dit-elle en posant son verre sur la table, même si je voulais montrer ma reconnaissance pour votre grande contribution au bain de musique, je ne peux pas m’empêcher de penser que ce même bain de musique est peut-être un grand crime. »
Le Docteur se raidit, et ouvre la bouche : « Que voulez-vous dire, par un grand crime ?
— Un crime contre l’humanité. La musique numéro 39 n’est rien d’autre que le produit fabriqué sous la condition de contrôle arbitraire de l’autorité. Elle a pour but de transformer des hommes en êtres faciles à manipuler sans prendre la mesure de risque. Il va de soi que, grâce au bain de musique, les hommes sont devenus formidables du point de vue de la résistance physique, ils ont un potentiel et un comportement tels qu’on ne les reconnaît plus. Par contre, la perte de la personnalité de chacun risque d’entrainer l’accumulation d’un certain poison dans le corps. Celui-ci va s’accumuler nuit et jour, jusqu’à exploser. A mes yeux, certains compatriotes ont déjà pris conscience de ce poison refoulé.
— Même s’il y avait l’accumulation du poison, celui-ci serait dissout chaque jour à dix-huit heures par le bain de musique.
— La musique semble en effet dissoudre le problème, du moins temporairement. Pourtant, le poison ne disparaît jamais complètement. Une anesthésie reste une anesthésie. Très sage docteur, vous le savez sûrement.
— Madame Miruki, je ne suis qu’un fonctionnaire fidèle à son Excellence, et qui obéit à ses ordres.
— Taisez-vous. Vous prétendez être un simple chercheur, un petit inventeur de rien qui a créé le bain de musique et les cyborgs ? Pas du tout ! Vous n’êtes pas seulement un simple scientifique, vous êtes un excellent politicien, un grand homme à la cheville duquel le Président Miruki n’arrive même pas.
— Je pense que vous exagérez un peu. Je ne suis qu’un bon compatriote qui reste dévoué à sa tâche.
— Je ne suis pas d’accord. Si vous dirigiez le pays à la place de Miruki, tout irait bien mieux, et vous le savez. Si vous étiez notre chef, moi je serais beaucoup plus heureuse que je ne le suis maintenant. Docteur, venez, regardez mes yeux. Regardez ma bouche qui tremble. Vous êtes le seul homme au monde à qui je me donne corps et âme. S’il vous plaît, tenez-moi dans vos bras. Donnez-moi des ordres. Je ferai tout ce que vous voulez. La plus belle femme du monde, si je donnais un ordre à mon peuple, celui-ci m’obéirait sans problème. Si je demandais aux gens de vous jurer la fidélité, puisque c’est vous, le plus respectable homme, Docteur Kohaku que j’aime, chaque membre du peuple vous suivrait sans faille. Allons-y ! Ensemble, nous construirons une nation meilleure ! Nous disposerons les institutions qui permettent de répondre à tous les désirs des hommes — l’amour, la sexualité, le goût. Serrez-moi dans vos bras ! »
Madame Miruki lève de sa chaise en tortillant son corps, souple comme celui d’un reptile. Puis elle se jette et s’assoie sur les genoux du docteur Kohaku.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Son vrai nom est Sano Shôichi 佐野昌一, et son nom de plume 十三 se lit parfois Jûzô.

2 Paru dans la revue Shin seinen 新青年 en 1928. Comme l’indique le nom de la revue, elle est destinée à des jeunes lecteurs qui s’intéressent à la littérature moderne occidentale, plus particulièrement à celle du genre policier.

3 John H. Kellogg (1852-1943), devenu célèbre par l’entreprise agroalimentaire américaine qui porte son nom, a inventé en 1876 une baignoire équipée d’un système qui passe du courant électrique à basse fréquence, lequel permet de procurer au corps de celui qui prend son bain un certain effet de massage

4 Grand lecteur de Conan Doyle, l’écrivain a phonétiquement adapté le nom de Sherlock Holmes à la japonaise. Par ailleurs, il a traduit le roman The Adventure of the Speckled Band de la série The Adventures of Sherlock Holmes en japonais sous le titre de Madarano himoまだらの紐, Tokyo : Kaiseisha, 1947.

5 Magazine destiné aux loisirs, appelé communément goraku zasshi 娯楽雑誌, la revue Modan Nippon, fondée en 1930 par l’écrivain Kikuchi Kan, fait un tirage à 200000 exemplaires en 1947.

6 En attendant une traduction intégrale. Texte source disponible à l’URL : http://www.aozora.gr.jp/cards/000160/files/865_23818.html

7 Sous le titre de Jûhachiji no ongakuyoku, Shikkokuno Anetto 18時の音楽浴 漆黒のアネット(Le bain de musique de 18 heures et Annette, la noire de jais)

8 Le mot kaibô 解剖 dans l’original signifie littéralement la dissection. Le personnage tentait de faire une opération chirurgicale sur son propre corps.

9 鈴の音を鳴らすような声 est l’expression qui veut dire une manière de parler comme des femmes de la haute société .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maki Matsumoto, « Le bain de musique dans les profondeurs d’une terre en ruine », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 16 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/652

Haut de page

Auteur

Maki Matsumoto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals