Navigation – Plan du site

Quel dispensateur du destin de l’Inde faut-il appeler ?

Essai de Harishankar Parsai
Hemlata Giri-Loussier

Texte intégral

Présentation

L’auteur

1Hari Shankar Parsai est un écrivain indien, né le 22 août 1924 dans l’État de Madhya Pradesh et décédé en 1995. Il est connu en tant que satiriste et humoriste de la littérature moderne hindie ainsi que pour son style simple et direct. Il a obtenu un master en hindi à l’université de Nagpur. Il a aussi servi comme pilote pendant la Seconde Guerre mondiale. Après avoir poursuivi l’écriture en même temps que ses services, il a quitté son travail et est devenu un écrivain à plein temps. Il a fondé un magazine Vasudha. Malgré sa réputation, il a dû l’arrêter après que la maison d’édition a subi des pertes économiques. Le prix de l’académie des belles lettres, Sahitya Akademi Award, lui a été décerné en 1982 pour son œuvre satirique Viklaang Shraddha ka daur.

L’essai

2Le présent essai Kis bharat bhagaya vidhata ko pukare, dont nous présentons ici la première traduction en français, a été publié dans le recueil Aisa bhi socha jata hai dans l’édition de Vani publishing en 1993. Hari Shankar Parsai est l’un de ces écrivains sans qui la réputation des textes comiques dans la littérature indienne n’est pas possible. Ces essais comiques n’évoquent pas seulement les problèmes de notre temps mais aussi dessinent des sentiments de sympathie, de sensibilité et de pitié, ce qui est rare chez ses contemporains. C’est également un intellectuel et un penseur. Il est particulièrement sensible aux problèmes sociaux qui l’amènent à une réflexion pertinente. Son écriture rationnelle divulgue avec beaucoup de subtilité les vérités quotidiennes de la société indienne et ce recueil Aisa bhi socha jata hai en est un exemple parfait. Dans ce recueil, nous trouvons des essais très importants au sujet de la politique, de la culture, de la littérature et de la société dans lesquels la souffrance et le combat sociaux du quotidien sont visibles. Hari Shankar Parai est le symbole de la comédie et, dans ce recueil il y en a plusieurs aspects. Kis bharat bhagaya vidhata ko pukare est un essai qui nous fait réfléchir sur les problèmes existants du système des castes et de la vague de l’indépendantisme en Inde. Le monde rêvé de l’unité dans la diversité s’écroule à l’aube de l’indépendance de l’Inde. En écrivant cet essai comique, l’écrivain traite le sujet avec une légèreté pointilleuse qui se moque de la situation actuelle en démontrant la gravité de la situation.

Quel dispensateur du destin de l’Inde1 faut-il appeler ?

  • 1 Cette expression est tirée de l’hymne national de l’Inde « Jana Gana Mana » écrit par Rabindra Nath (...)
  • 2 Kanayakubaj sont les brahmanes qui viennent de la région de Kannauj en Inde. Quelques noms connus d (...)
  • 3 Tous ces personnages sont réels et ils ont tous été des hommes politiques.
  • 4 Dans le système des castes, il y a quatre varnas — brahmane (prêtre), kshatriya (guerrier), vaishya (...)
  • 5 Jaiprakash Narauan était un activiste, un réformateur social et un homme politique, connu pour être (...)
  • 6 Le Gurkhaland est une région du nord-est de l’État indien du Bengale-Occidental, autour de Darjeeli (...)
  • 7 Traditionnellement, les Yadav étaient des bergers et, en tant que tels, échappaient au système plut (...)
  • 8 Le nom de la caste des guerriers appelée Kshatriya.
  • 9 L’état de Chattisgardh a été formé le 1er novembre 2000 en se séparant de l’État du Madhya Pradesh.
  • 10 Unnao est une ville indienne située dans le district d’Unnao dans l’État de l'Uttar Pradesh.
  • 11 Muhammad Ghûrî (1160-1206) est l'un des acteurs principaux dans la propagation de l'islam dans le N (...)
  • 12 Mir Jaffar était le premier nawab du Bengale avec le soutien de la compagnie des Anglais en Inde. S (...)
  • 13 Jyoti Basu est un homme politique indien, membre du Parti communiste d'Inde (marxiste). Il fut à la (...)
  • 14 Amar Shonar Bangla est l'hymne national du Bangladesh, adopté lors de l'indépendance en 1971. Ici, (...)
  • 15 Ce sont les brahmanes qui viennent de la région de Bundelkhand dans l’état du Madhya Pradesh. Manik (...)
  • 16 Kara-Manikpur était une province de l’Inde médiévale qui était constituée de deux bastions, situés (...)
  • 17 Le Bundelkund est une région géographique de l'Inde centrale. Il est actuellement divisé entre les (...)
  • 18 Les Anglo-Indiens constituent une communauté vivant en Inde et dans les pays du sous-continent, et (...)
  • 19 Le système de réservation est un système de discrimination positive qui permet d’avoir des quotas d (...)
  • 20 Vishwanath Pratap Singh dit V. P. Singh est un homme politique indien. Il a été le 7e Premier minis (...)
  • 21 Parashurama est considéré comme le sixième avatar du dieu hindou Vishnou. Il apparut sur Terre pour (...)

3J’ai une connaissance qui vient d’une caste des brahmanes appelée kanyakubja2. Un jour, il a dit d’un air inquiétant : « Quel destin est réservé pour nous, kanyakubja ? » J’ai répondu : « Vous avez donc quelque chose à craindre ? Votre peuple travaille partout. Ils sont haut placés dans le monde politique, Dwaraka Prasad Mishra, Shyamacharan Shukla, Vidyacharan Shukla, Jaggannath Mishra, Rajendre Kumari vajpayee, Narayandutt Tiwari3, tous ces hommes politiques sont kanyakubja. Les gens disent qu’il y a deux pensées dominantes en Inde — celle de la caste brahmane et celle de la caste des guerriers4. J’ai su que Jay Prakash Narayan5 est d’une caste guerrière au moment où la société de caste des guerriers de l’état d’Uttar Pradesh a décidé de l’honorer. Il allait être déclaré la fierté de la caste guerrière. Ce n’est pas si facilement que quelqu’un peut devenir le représentant absolu de la caste guerrière. Sinon vous le deviendriez. » Il a dit : « Vous n’avez pas compris. Notre situation est comme celle des Palestiniens. Il n’y a pas beaucoup de gens de la caste guerrière dans notre État d’Uttar Pradesh. Nous habitons dans les États des autres peuples. Les sikhs veulent l’État du Pendjab, les Kashmiris veulent le Cachemire, les Népalais demandent le Gurkhaland6. Nous n’avons ni État ni pays. Ce sont les Yadav7 et les Thakur8 qui occupent notre État. Si tous les États mènent une campagne « Kanyakubja, rentrez chez vous ! », à ce moment-là où irions-nous ? Cet État et ce pays ne sont pas les nôtres. Dans l’avenir, il faudrait prendre un passeport pour aller au Pendjab ou à Assam. Il est possible que nous ayons besoin de passeport pour rentrer dans notre État de l’Uttar Pradesh. Le Madhya Pradesh n’est pas au bord de la mer pour nous permettre de nous échapper. J’ai dit : « Mais qui vous chasse du Madhya Pradesh ? » Il a dit : « N’importe qui peut nous chasser. Nous sommes au bord de la rivière Narmada, les gens de là-bas nous chasseront. Si nous sommes mutés à Chhatissgarh, le Front libertaire de Chattisgarh exige déjà un État séparé9. Nous serons chassés de là-bas aussi. » J’ai dit : « Près d’Unnao10, il y a une petite province de la caste guerrière de Kanyakubja dont le roi était Jay Chand. Il a fait appel à Mohammad Ghûrî pour mettre un terme au règne de Prithivîrâja11. Quand Ghûeî a amené Prithivîrâja, à ce moment-là le roi Jay Chand a demandé de fêter l’évènement. Alors son ministre a dit : « Majesté, ce n’est pas un jour de fête mais de deuil. Après Prithivîrâja, ce sera votre tour. Pourquoi allez-vous dans cette région infâme ? » Son argument était : « Quelle région n’est pas infâme ? Au Bengale, Mir Jaffar12 l’était. Mais Jyoti Basu13 n’a pas honte. Lui, il chante « mon Bengale doré »14. J’ai dit : « Quand vous aurez votre État souverain de la caste des guerriers, quels seront vos soutiens ? Ce que je veux dire c’est : comment deviendrait-il autonome économiquement ? » Il a dit : « Nous serons aidés par ceux qui aident les autres pays divisés. Qui a aidé les pays baltiques après leur séparation de l’Union soviétique ? La Croatie a la taille de deux régions indiennes. Elle compte sur quel pouvoir pour sa séparation ? Vous allez voir, nous serons aidés par l’Amérique, la banque mondiale, le Fonds monétaire international, et le club de la caste guerrière et le consortium de la caste guerrière. Compris ? Nous ne sommes pas orphelins. Nous allons commencer un mouvement extrême mais de façon gandhienne. Et vous ? Quel État demanderiez-vous ? D’où venez-vous et de quelle caste êtes-vous? » J’ai répondu : « Notre peuple, ce sont des brahmanes jajhotiya15 de Manikpur. » Il a répondu promptement : « Demandez une région Kara-Manikpur16 pour vous-même, les dons de Bundelkhand17 vont tomber. » J’ai dit : « Mais il faut savoir ceci : l’un de mes neveux s’est marié avec une fille de la caste brahmane du Bengale et ma nièce avec quelqu’un de la caste guerrière. » Il a dit : « C’est-à-dire un mariage inter-caste ? » J’ai dit : « Je n’ai pas fini, écoutez-moi, nous sommes des brahmanes internationaux. Dans notre caste, il n’y a pas eu seulement des mariages entre différentes castes mais aussi transcontinentaux. Au dix-neuvième siècle, une femme de notre caste appelée Gangabai s’est mariée avec un officier anglais. D’une certaine manière, nous sommes des brahmanes anglo-indiens18. » Il a dit : « Dans ce cas-là, votre cas est irrémédiable. Vous pouvez bénéficier au maximum du système de réservation19. Parlez à Vishwanath Pratap Singh20. Il pourrait vous ajouter dans la liste des autres classes rétrogradées. » J’ai dit : « Non, nous sommes de caste transcontinentale. Nous avons droit à une partie de Kara-Manikpur en Inde et en Angleterre. Nous allons revendiquer Kara-Manikpur en Inde et le Canterbury en Angleterre. Si vous êtes prêts, nous pourrions aller faire une demande à l’ONU. En ce moment, George Bush est très clément pour les pays divisés. Il va nous faire obtenir notre patrie. » Il a dit : « Il faut le faire. En même temps, il faut aussi faire des actions terroristes. Les brahmanes ont besoin de Parushram21. Parushram avait dit : Avec la force de mes bras, j’ai exclu des rois de la terre et plusieurs fois je l’ai donnée aux brahmanes. » Je demande pardon au dieu des brahmanes.

  • 22 Rabindranath Tagore est un compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe indien dont l'œ (...)
  • 23 Les peuples dravidiens sont les termes utilisés pour désigner les différents peuples non-aryens et (...)
  • 24 Les Sakas ou Saces sont un ensemble mal délimité de peuples indo-européens qui vivaient dans l'Anti (...)
  • 25 Laghu manav veut dire littéralement « petit homme » combattant la complexité de l’existence quotidi (...)
  • 26 La Ligue musulmane est un ancien parti politique du Raj britannique. Son combat pour la création d' (...)
  • 27 Le Jharkhand est un État de l'Inde. Son nom signifie « terre des forêts ». Il a été détaché du Biha (...)
  • 28 L'Uttarakhand (appelé précédemment l'Uttaranchal), est un État indien depuis le 9 novembre 2000. Au (...)
  • 29 Le mouvement des Tigres de libération de l'Îlam Tamoul (abrégé par LTTE), souvent appelé simplement (...)
  • 30 L’une des armées privées des castes de la région de Bihar fondée en 1989, affiliée aux castes des R (...)
  • 31 L’autre armée privée des castes de la région de Bihar fondée en 1990, affiliée aux castes de Bhumih (...)
  • 32 Le Śīv Senā est un parti politique indien nationaliste marathi, implanté dans l'État du Maharashtra (...)

4La conversation d’au-dessus est purement fictive. Pour donner une idée de ce que peut être l’éventualité de cette tendance croissante du sécessionnisme, j’ai imaginé cette conversation entre deux experts. Rabindranath Tagore22 a écrit : « L’Inde est un océan d’hommes. Ici les Âryens, les Dravids23, les Shaks24, les Dhunds, les musulmans, les chrétiens se sont assimilés. Comme des vagues, nous nous percutons les uns les autres et puis nous fusionnons ensemble en une seule entité. » Que le poète m’excuse. Ce qui est arrivé, c’est que nous ne sommes plus l’océan mais des rivières et des fossés étroits. Même s’il y a un océan, chaque vague percute l’autre et chacune se croit l’océan. Chaque vague souhaite couler indépendamment de l’océan, même si elle devient le fossé. Que ce soit un fossé, une flaque d’eau, un égout, ils tarissent pendant l’été — mais ils ont leur propre identité, ils sont libérés des autres et ils sont exclusifs, ce sont des eaux usées, mais ce sont les nôtres. Nos crabes sont mieux que les crocodiles de l’océan. Même si les mauvaises herbes poussent sur les bords, c’est notre récolte à nous. Notre canoë est mieux qu’un bateau. La fierté du sécessionnisme et de la petitesse est visible dans le pays entier. Après la Seconde Guerre mondiale, le « laghu manav »25 est apparu dans la littérature. Il est né du complexe d’infériorité. L’éléphant était fier de se croire un ver de terre ; même dans la littérature, le grand homme essayait de devenir le « laghu manav ». Maintenant, nous nous sentons peu sûrs de nous-mêmes en étant grands et nous nous sentons en sécurité, fiers et prospères en devenant petits. Nous comprenons la différence de la race, de la langue, de la religion et de la culture. Il est naturel que les gens de la même race, de la même langue, de la même religion et de la même culture se sentent proches. Après tant de siècles, ce pays devrait être unique en gardant ses spécificités. Pendant les années de la révolte pour l’indépendance, il y avait l’unité dans ces diversités. Il n’y eut que la Ligue musulmane26 pour demander une séparation. Mais la sécession est montée dans la nation indépendante. Maintenant la situation est telle que le Pendjab, le Cachemire, l’Assam se révoltent pour l’indépendance. La demande d’état autonome de Jharkhand27 et Chhatissgarh. Il faut un Uttrakhand28 séparé et, à Tamil Nadu, l’impact de LTTE29 augmente. Au Pendjab, au Cachemire, à Assam, il y a des armées terroristes qualifiées partout. Le pouvoir de ses armées s’étend dans l’Inde entière. D’autre part, il y a des armées de paysans riches et d’ex-propriétaires à Bihar — l’armée sunlight30, l’armée Svarnrakhsak31. Ce qui est intéressant, c’est que certaines personnes des endroits reculés, qui sont principalement de la même race, se sont plaint qu’elles ont été négligées, que leur émancipation a été négligée. Nous ferions des progrès en ayant notre propre État. Nos ressources naturelles sont ravagées par les gens de l’extérieur et nous sommes exploités. Ces idées se sont développées car la distribution du progrès a été inégale. Mais si une région qui n’a pas de ressources naturelles veut se séparer parce que les habitants affirment qu’ils sont de la même race, qu’ils ont le même mode de vie et qu’ils partagent la même culture, cela veut dire, dans leur cœur, que : on vivra ensemble, on mourra ensemble ! Le séparatisme devient plus dangereux quand le chef de Śīv Senā32, Bal Thackrey, préconise : « Mumbai appartient aux gens qui parlent marathi ». Sunder Mumbai, Marathi Mumbai (beau Mumbai, Mumbai des marathis). L’idée populaire est celle du « fils de la terre », cette attitude veut dire que ceux qui habitent une région, sont les propriétaires de cette région et ce sont eux qui vont utiliser ses ressources. Les habitants d’Assam sont les Assamis. Donc l’huile d’Assam n’appartient qu’aux Assamis, les emplois y sont réservés aux Assamis, les affaires leur appartiennent. Si on disait à un Assami haut placé à Bénarès : « Habitant d’Assam, va travailler à Assam ! », que se passerait-il alors ? En-dehors de Maharashtra, il y a des Marathis qui travaillent partout à tous les niveaux dans le pays, ils sont hommes d’affaires, scientifiques. Bal Thackeray les appellera et les fera séjourner à Mumbai ? Que feront-ils ? Pomper l’eau de l’océan et puis l’y remettre de nouveau ? La solidarité d’un État fédéral est de faire en sorte que l’Assami habite à Mumbai et le Marathi à Assam. Les tamouls habitent à Uttar Pradesh et les habitants de l’État d’Uttar Pradesh vivent à Tamil Nadu, les intérêts de tous sont les mêmes, ils dépendent les uns des autres. Qu’est-ce que cela veut dire que les gens — qui ouvrent des hôtels Sher-e-Pendjab non seulement en Inde mais aussi en Angleterre, au Canada et en Amérique — deviennent si rigides qu’une partie du pays leur semble la leur ? Je ne veux pas dire que tout le monde souhaite cela. La dissolution et la sécession augmentent. La tendance à rester dans leur territoire protégé (comme un refuge) prend de l’ampleur. Ravindranath a parlé de l’unité de l’esprit du peuple dans l’hymne national « Jana gana mana ». Le sentiment de l’unité diminue. L’esprit fédéral s’affaiblit. Le peuple se dispute les uns les autres. Tout s’effondre. Quel dispensateur du destin de l’Inde faut-il appeler ?

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Cette expression est tirée de l’hymne national de l’Inde « Jana Gana Mana » écrit par Rabindra Nath Tagore en 1911.

2 Kanayakubaj sont les brahmanes qui viennent de la région de Kannauj en Inde. Quelques noms connus des familles Kanayakubaj sont Tiwari, Shukla, Bajpayee, Awasthi, Mishra, Dubey, Trivedi.

3 Tous ces personnages sont réels et ils ont tous été des hommes politiques.

4 Dans le système des castes, il y a quatre varnas — brahmane (prêtre), kshatriya (guerrier), vaishya (homme d’affaire), shurdra (serviteur). Les gens qui ne font pas partie de ce système pyramidal sont appelés les intouchables.

5 Jaiprakash Narauan était un activiste, un réformateur social et un homme politique, connu pour être un opposant au premier ministre Indira Gandhi dans les années 70.

6 Le Gurkhaland est une région du nord-est de l’État indien du Bengale-Occidental, autour de Darjeeling

7 Traditionnellement, les Yadav étaient des bergers et, en tant que tels, échappaient au système plutôt urbain des castes. Ils se revendiquent depuis le XIXe siècle dans le cadre d'un mouvement de conscience sociale et politique, comme descendants du mythique roi Yadu, ce qui en ferait des membres de la caste des rois et guerriers.

8 Le nom de la caste des guerriers appelée Kshatriya.

9 L’état de Chattisgardh a été formé le 1er novembre 2000 en se séparant de l’État du Madhya Pradesh.

10 Unnao est une ville indienne située dans le district d’Unnao dans l’État de l'Uttar Pradesh.

11 Muhammad Ghûrî (1160-1206) est l'un des acteurs principaux dans la propagation de l'islam dans le Nord de l'Inde. En 1192, l'affrontement, dans la deuxième bataille de Tarâin, de ses 120 000 hommes avec 300 000 Indiens de Prithivîrâja tourne au désavantage de ce dernier qui est capturé et exécuté sur le champ de bataille. Muhammad Ghûrî devient ainsi le premier dirigeant musulman à s'emparer de Delhi et à établir un pouvoir musulman en Inde, sans toutefois s'y installer personnellement.

12 Mir Jaffar était le premier nawab du Bengale avec le soutien de la compagnie des Anglais en Inde. Son règne peut être considéré comme le commencement de l’impérialisme britannique en Inde et fut une étape clé dans la domination britannique du sous-continent.

13 Jyoti Basu est un homme politique indien, membre du Parti communiste d'Inde (marxiste). Il fut à la tête du Bengale-Occidental de 1977 à 2000.

14 Amar Shonar Bangla est l'hymne national du Bangladesh, adopté lors de l'indépendance en 1971. Ici, l’auteur critique en fait le régionalisme de Jyoti Basu.

15 Ce sont les brahmanes qui viennent de la région de Bundelkhand dans l’état du Madhya Pradesh. Manikpuri existe aussi dans l’état de Madhya Pradesh.

16 Kara-Manikpur était une province de l’Inde médiévale qui était constituée de deux bastions, situés des deux cotés du Gange dans l’état d’Uttar Pradesh. On l’appelle toujours Kara-Manikpur malgré le fait que les deux appartiennent maintenant à deux régions différentes.

17 Le Bundelkund est une région géographique de l'Inde centrale. Il est actuellement divisé entre les États de l'Uttar Pradesh et du Madhya Pradesh qui en comprend la plus grande partie.

18 Les Anglo-Indiens constituent une communauté vivant en Inde et dans les pays du sous-continent, et composée de métis d'Indiens et de Britanniques parlant anglais et de culture chrétienne, mais également, des Britanniques installés dans le sous-continent indien.

19 Le système de réservation est un système de discrimination positive qui permet d’avoir des quotas d’emplois dans le secteur public en Inde pour certaines castes inférieures, voire intouchables.

20 Vishwanath Pratap Singh dit V. P. Singh est un homme politique indien. Il a été le 7e Premier ministre de l'Inde entre 1989 et 1990. Il a proposé d’accorder des quotas d’emplois pour les autres castes rétrogradées appelé les OBC dans le secteur public.

21 Parashurama est considéré comme le sixième avatar du dieu hindou Vishnou. Il apparut sur Terre pour lutter contre la caste des kshatriya (la caste des guerriers), qui ne reconnaissaient plus l'autorité des brahmanes. Il détruira ainsi vingt-et-une générations de kshatriya. À la suite de l'intervention de Parashurama, la caste des brahmanes redevint la plus importante de toutes les castes.

22 Rabindranath Tagore est un compositeur, écrivain, dramaturge, peintre et philosophe indien dont l'œuvre a eu une profonde influence sur la littérature et la musique du Bengale à l'orée du XXe siècle. Il a été couronné par le Prix Nobel de littérature en 1913.

23 Les peuples dravidiens sont les termes utilisés pour désigner les différents peuples non-aryens et non himalayens en Inde.

24 Les Sakas ou Saces sont un ensemble mal délimité de peuples indo-européens qui vivaient dans l'Antiquité en Asie centrale.

25 Laghu manav veut dire littéralement « petit homme » combattant la complexité de l’existence quotidienne, la solitude, l’incohérence, des doutes, des frustrations, des complexités de la nouvelle société industrielle, matérielle, la tristesse des désirs insatisfaits dans l’Inde indépendante libre.

26 La Ligue musulmane est un ancien parti politique du Raj britannique. Son combat pour la création d'un État séparé pour les musulmans indiens aboutit en 1947 à la partition des Indes et à la création du Pakistan.

27 Le Jharkhand est un État de l'Inde. Son nom signifie « terre des forêts ». Il a été détaché du Bihar le 15 novembre 2000.

28 L'Uttarakhand (appelé précédemment l'Uttaranchal), est un État indien depuis le 9 novembre 2000. Auparavant, l'Uttarakhand faisait partie de l'Uttar Pradesh.

29 Le mouvement des Tigres de libération de l'Îlam Tamoul (abrégé par LTTE), souvent appelé simplement Tigres tamouls, est une organisation indépendantiste tamoule du Sri Lanka fondée en 1976 et dont le but affiché est de défendre les Tamouls du Sri Lanka.

30 L’une des armées privées des castes de la région de Bihar fondée en 1989, affiliée aux castes des Rajputs (caste des guerriers).

31 L’autre armée privée des castes de la région de Bihar fondée en 1990, affiliée aux castes de Bhumihar (caste des brahmanes).

32 Le Śīv Senā est un parti politique indien nationaliste marathi, implanté dans l'État du Maharashtra et souvent décrit comme extrêmiste. Le Shiv Sena a été fondé le 19 juin 1966 par le caricaturiste Bal Thackeray pour exiger un traitement de faveur pour les Marathis en réservant pour eux la ville de Mumbai.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hemlata Giri-Loussier, « Quel dispensateur du destin de l’Inde faut-il appeler ? », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/657

Haut de page

Auteur

Hemlata Giri-Loussier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals