Navigation – Plan du site

Le temple universel

Un essai de Viyogi Hari
Hemlata Giri-Loussier

Texte intégral

Présentation

L’auteur : Viyogi Hari

1Viyogi Hari est né en 1896 dans une famille de caste brahmane dans l’État de Chharttarpur. A cause du décès de son père, ses grands-parents paternels ont pris la responsabilité de l’élever et c’est chez eux qu’il a poursuivi ses études. Il était un étudiant brillant. Son éducation initiale a débuté à la maison mais il a passé son brevet au collège de Chharttarpur. Il s’est intéressé particulièrement à la philosophie dès sa jeunesse.

  • 1 Le brij bhasha parlée par environ 40 000 personnes dans la région de Mathura dans l'Uttar Pradesh. (...)
  • 2 Purushottam Das Tandon était un résistant indien d’Uttar Pradesh. Il est reconnu pour ses efforts p (...)
  • 3 Harijan sevak sang est une ONG fondée par Gandhi en 1932 afin d’éradiquer l’intouchabilité de la so (...)
  • 4 Gandhi Smarak Nidhi est une institution qui s’engage à faire l’assistance sociale depuis sa créatio (...)
  • 5 Le mouvement de Bhoodan (Don de la terre) était une réforme commencée en 1951 par Vinoba Bhave dans (...)

2Il est considéré comme l’un des plus grands auteurs de la littérature indienne de la langue brij1. C’était un gandhien et il faisait du service social. Il a édité plusieurs livres et a synchronisé la poésie ancienne et les écritures des saints indiens. Il a aussi écrit plusieurs essais, pièces de théâtre, poésie, prose et de la littérature pour enfants etc. Pendant quarante ans, Viyogi Hari a été un écrivain actif. En 1914, il a rencontré Purushottam Das Tandon2 qui l’a inspiré à écrire et à être un serviteur de la littérature indienne. Il a aussi travaillé pour améliorer la situation des intouchables et pour cela, il a écrit des articles dans le magazine Pratap. Le contact avec Gandhi l’a encore encouragé à travailler dans cette direction. Il est devenu membre actif de harijan sewak sangh3 et ensuite il est devenu son président. Depuis la création de Harijan sewak sandh, il a pris sa retraite en tant qu’écrivain et il a travaillé pour Harijan sewak sangh, Delhi Gandhi Smarak Nidhi4 et Bhudaan Andolan5.

3Il a écrit plusieurs ouvrages littéraires importants comme : Sahitya vihar (1922), Kavi kirtan (1923), Veer Satsai (1927), Bhawana (1928), Prarthana (1929), Vishwa dharm (1930) parmi d’autres.

L’essai

4Le présent essai, Vishva mandir, dont nous présentons ici la première traduction en français, est tiré du livre Vishwa dharma, ce qui littéralement veut dire « La religion du monde » publié en 1930 chez l’éditeur Sasta Sahitya Mandal Prakashan, une maison d’édition établie par Gandhi. Dans ce texte, l’auteur imagine un temple universel qui est à tous et pour tous, où chacun peut venir prier son dieu et respecter les autres religions. Ce texte promeut la tolérance religieuse et rêve d’un temple universel. L’auteur a essayé d’inclure toutes les grandes religions du monde dans ce temple rêvé — hindouisme, christianisme, islam, bouddhisme, Avesta et zoroastrien. Cet ouvrage peut être considéré comme une étape avant de consacrer sa vie aux intouchables et à leur émancipation. En rêvant d’un tel temple, Viyogi Hari, imagine un monde meilleur à venir. La situation actuelle nous incite à nous demander si ce monde rêvé est toujours réalisable ou si c’est un monde perdu à jamais...

Le temple universel

5Cet univers entier créé par Dieu est le plus grand des temples. Tous ces espaces étendus sont la demeure de ce dieu qui pénètre dans toute forme physique, c’est la maison de cet omniprésent. Tout d’abord, regardez cet être charmant de tout votre cœur dans le temple intérieur de votre esprit et puis cherchez cet aimé dans toutes les particules du monde. Partout, vous trouveriez le beau temple de Dieu, ici et là, son séjour est en toutes choses. Alors, la nuit sombre de l’ignorance prendrait fin. Dans la lumière de l’amour, les temples de Dieu seraient visibles partout. Personne ne se disputerait pour savoir si Dieu réside dans cette maison ou dans une autre. Si, dans nos yeux, nous avions le désir de dévotion pure, sa beauté apparaîtrait dans chaque visage. On entendrait la flûte ensorcelante de Krishna dans chaque recoin. Oui, il en serait ainsi, il suffit d’enlever les lunettes du favoritisme religieux de nos yeux.

6Toutefois, ce beau temple pourrait être bâti dans le cœur de n’importe quel dévot sensible par le biais d’une imagination positive. Sinon il pourrait donner à son cœur même, empli d’amour, la forme d’un temple universel. Mais ce serait mieux si l’on bâtissait concrètement un grand temple universel pour le bien du peuple ordinaire. Pourquoi quelques jeunes enthousiastes, amoureux de la vérité, n’entreprendraient-ils pas sa construction ? Ainsi, l’atmosphère souillée de doute, de scepticisme et d’athéisme serait certainement purifiée et la source de l’amour jaillirait à nouveau dans les cœurs taris.

  • 6 « L’unité dans la diversité » est basée sur le concept où des différences individuelles ou sociales (...)

7Comment ce temple universel, serait-il ? Quelle forme ce temple universel, aurait-il ? Ce serait un lieu insolite. En l’apercevant, chacun serait ravi. La diversité des goûts serait prise en compte. Des efforts seraient faits pour préserver l’unité dans la diversité6. La configuration du temple serait telle qu’elle plairait à tout le monde. Ce temple n’appartiendrait pas à une religion spécifique mais il les harmoniserait toutes. Il serait pour tous et à tous. Un lieu où tout le monde pourrait protéger les sentiments de chacun, où tout le monde partagerait la vérité, l’amour et l’affection.

  • 7 Quand le roi est exilé de son royaume d’Ayodhya, il arrive avec son épouse Sita et son frère Lakṣma (...)
  • 8 Cet aborigène qui s’appelait Shabari, était une ascète âgée de l’épopée du Ramayana. Elle est décri (...)
  • 9 Selon la légende de markandya purana, le roi Harishchandra était un roi connu pour son honnêteté. P (...)
  • 10 Krishna avait un ami d’enfance qui s’appelait Sudama. Quand Krishna est devenu roi, son ami qui éta (...)
  • 11 Vasudeva est l’un des prénoms du dieu Krishana. Ici l’auteur fait référence à la guerre de Mahabhar (...)
  • 12 Le Bouddha ne dédaignait pas les prostituées. Au contraire, il leur a donné l'occasion de pénétrer (...)
  • 13 Meera aussi connue comme Mirabai est une poétesse mystique hindoue du XVIe siècle et dévote de Kris (...)
  • 14 Il existe plusieurs incidents sur la vie du petit dieu Krishna qui, dès son enfance, battait les gé (...)

8Dans ce temple, des figures divines seraient dessinées avec expressivité de telle sorte que même un spectateur stoïque pourrait tirer quelques messages de vérité et d’amour. Dans un tableau, nous verrions le roi Rama serrer dans ses bras le pauvre Guha7, dans l’autre nous le verrions manger des baies à moitié croquées par une aborigène8. Il y aurait le roi sincère Harishchandra qui demanderait à la reine Shavaiya la moitié du suaire de son fils Rohitashav9. Quelque part dans le temple, nous verrions le dieu de l’univers Krishna rincer les pieds sales de son invité pauvre avec ses larmes10 et quelque part le sage Vasudeva évoquerait le détachement spirituel devant le prince nerveux11 ; nous y verrions beaucoup de tels dessins. Le dieu Bouddha prendrait l’aumône de la part d’une prostituée12. Quelque part nous verrions le joli tableau de Jésus compatissant qui laverait les plaies des lépreux et dans un autre dessin le même saint qui serait crucifié pour laver les péchés du monde par son sang. Au même endroit, nous verrions le même vainqueur qui déposerait un baiser sur la croix comme si c’était sa bien-aimée. Quelque part, Meera, folle d’amour pour son amant boirait le poison comme une offrande de Krishna13 et dans un autre dessin, petit Krishna espiègle, se serait caché après avoir secoué le bras d’un faible vaillant14.

9Vous verrez encore un autre dessin dans lequel Gandhi habillé en pagne tournerait son rouet. Les enfants nus des intouchables joueraient sur ses genoux et lui, avec son charme, éveillerait l’amour et la vérité dans les cœurs des adversaires et d’autres dessins pleins de vie y seraient dessinés. Vous y verriez une vue de l’Himalaya, du Gange, de Bénarès et d’Ayodhya. Il y aurait aussi des stupas et des monastères bouddhistes. Et en outre, des dessins des lieux sacrés de La Mecque et de Jérusalem. En voyant des dessins de grands sages, de saints, les sufis qui dévoilent les sens secrets de l’amour et de la douleur, vous feraient vous vous serait transportés de joie.

10Là-bas, des épigraphes de grands livres religieux seraient écrites sur les murs. Les mantras des vedas, les versets du Coran, les sagas d’Avesta, les extraits des sutras du bouddhisme, les serments des évangiles, l’éloquence de Confucius, les distiques de Kabîr et les chants dévotionnels des dieux, vous les liriez tous sur les murs sacrés du temple. Il n’y aurait pas de différence entre les sermons. Ils auraient tous le même but, le même sens. Ils ne feraient allusion qu’à un seul dieu. Ces épigraphes de grands livres religieux sur les murs du temple universel enlèveraient les rideaux noirs des doutes et des idées fausses, et donneraient un aperçu de l’unité dans la diversité.

  • 15 Dandvat Pranam un mot Sanskrit, signifie littéralement « couché sur le sol comme un bâton ». Les dé (...)

11Dans les prières, il n’y aurait pas de disputes sur la supériorité de l’Orient ou de l’Occident. Dieu, où n’existe-t-il pas ? Tous les points de l’horizon sont à lui. Toute cette terre lui appartient. Dans chacune de ses briques, chacune de ses pierres, ce temple serait rempli d’amour. Nous serions enchantés de les embrasser et nous ressentirions une joie inestimable en les saluant à plat ventre15. L’aumône d’amour serait distribuée ensemble et nous laisserions notre ego de côté.

12Tout le monde pourrait venir sans limitation dans ce temple universel. Il n’y aurait pas de panneau qui interdirait l’entrée. Les gens intelligents ainsi que les ignorants y iraient, les grandes âmes entreraient, pour assister aux prières par la même porte que celle utilisée par les pêcheurs. La lie de l’humanité pourrait y trouver un endroit immaculé par l’amour. Les intouchables et les criminels, les pauvres et les malheureux, les pêcheurs et les déshonorés y apercevraient Dieu, tout le monde pourrait glorifier Dieu. Le jour et la nuit, les larmes de pénitence laveraient la cour du temple et la lumière d’expiation embaumerait chaque coin du temple.

13Dans ce grand temple de l’harmonie, les fidèles apprendraient l’aide humanitaire et le cosmopolitisme. Les gens, fatigués des disputes religieuses et effrayés par le carnage religieux, les dévots pacifistes y iraient faire leur prière en faveur de l’Amour Universel. Chacun par sa voie choisie, attirerait son dieu à lui. Dans ce temple il n’y aura pas de séparation entre toi et moi. C’est ainsi qu’il serait.

14Serait-il possible de bâtir, un jour, un tel beau temple universel ? Pourquoi pas ? Qu’est-ce qu’un fervent ne peut-il faire ? Si une idée s’installe dans son cœur, alors il n’y rien qu’il ne puisse accomplir. Ce jour propice devrait bientôt venir quand ce temple universel rêvé pourra être bâti sur cette terre d’ascétisme de l’Inde ancienne, et sur elle, ce serait non pas le drapeau d’une religion mais le drapeau blanc de la vérité et de l’honneur qui serait hissé.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Le brij bhasha parlée par environ 40 000 personnes dans la région de Mathura dans l'Uttar Pradesh. C'était la langue littéraire prédominante jusqu'au XIXe siècle dans une partie de l'Inde.

2 Purushottam Das Tandon était un résistant indien d’Uttar Pradesh. Il est reconnu pour ses efforts pour accorder à l’hindi un statut d’une langue officielle de l’Inde. Il est aussi connu par son surnom le saint royal. Le plus haut prix civil Bharat Ratna (Perle de l’Inde) lui a été accordé en 1961.

3 Harijan sevak sang est une ONG fondée par Gandhi en 1932 afin d’éradiquer l’intouchabilité de la société indienne. Elle travaille pour l’amélioration de la situation des dalits et des autres basses castes.

4 Gandhi Smarak Nidhi est une institution qui s’engage à faire l’assistance sociale depuis sa création. Cette institution aide les gens et d’autres institutions en organisant les camps. Cette institution a été créée par le parti politique Indian National Congress après le décès de Gandhi en 1948. L’objectif était de collecter des fonds pour réaliser les projets de Gandhi par ses partisans après son décès.

5 Le mouvement de Bhoodan (Don de la terre) était une réforme commencée en 1951 par Vinoba Bhave dans l’état de Telangana. L’objectif de cette mission était de persuader de grands propriétaires de donner volontairement un pourcentage de leur terre aux gens sans terre sans la vendre pour qu’ils puissent y habiter et la cultiver pour leurs propres besoins.

6 « L’unité dans la diversité » est basée sur le concept où des différences individuelles ou sociales dans les attributs physiques, la couleur de peau, castes, principes, les pratiques religieuses et culturelles, etc. ne sont pas sources de conflit. Au contraire, ces différences sont considérées comme des variétés qui enrichissent la société et la nation dans son ensemble. L’Inde en est un exemple avec ses différentes religions, langues, cultures, nourritures entre autres.

7 Quand le roi est exilé de son royaume d’Ayodhya, il arrive avec son épouse Sita et son frère Lakṣmaṇa à Shringverpur où le roi de la caste des pêcheurs et des chasseurs (intouchables) qui s’appelle Guha accueille Rama, Sita et Lakṣmaṇa respectueusement. Le roi Rama l’embrasse malgré la caste basse du roi Guha. Celui-ci les fait traverser aussi la rivière du Gange. Les gens de cette caste vénèrent toujours le roi Guha.

8 Cet aborigène qui s’appelait Shabari, était une ascète âgée de l’épopée du Ramayana. Elle est décrite comme une femme ardemment dévouée qui a eu la vision de Rama et sa bénédiction. Selon l’épopée, Shabari a fait manger des baies déjà goûtées par elle à Rama car elle voulait vérifier que chaque baie soit sucrée avant que le roi Rama la mange en raison de son dévouement envers lui.

9 Selon la légende de markandya purana, le roi Harishchandra était un roi connu pour son honnêteté. Puni par Vishwamita pour avoir dérangé sa longue méditation, il a donné son royaume à Vishwamitra pour compenser sa faute. Mais Vishwamita demande plus de récompense et donc, Harishchandra vend sa femme Shavaiya. Leur fils, Rohintshav, encore nourrisson part avec sa mère. Vishwamitra, toujours insatisfait, demande plus et là Harishchandra se vend et travaille dans un lieu de crémation en tant qu’esclave et collecte l’argent pour chaque crémation. Entretemps, son fils a été tué par un serpent et sa femme, Shavaiya, arrive au même lieu de crémation où travaille son mari. Pauvre, sa femme ne pouvait pas payer la crémation de son fils et à cause de son honnêteté envers son maître, le roi Harishchandra refuse la crémation si elle ne la paie pas. Enfin il demande la moitié du suaire de son fils comme paiement. Cette histoire avait beaucoup marqué Gandhi dans son enfance pour sa leçon de vérité et d’honnêteté.

10 Krishna avait un ami d’enfance qui s’appelait Sudama. Quand Krishna est devenu roi, son ami qui était toujours pauvre lui a rendu visite. En le voyant, Krishna était tellement ému qu’il a lavé les pieds de son ami par ses larmes.

11 Vasudeva est l’un des prénoms du dieu Krishana. Ici l’auteur fait référence à la guerre de Mahabharata où le prince Arjuna refuse de se battre contre ses frères et sa famille. Krishna lui rappelle le Dharma et que son devoir ne devrait pas être compromis à cause des liens sentimentaux. Il lui demande de se détacher des liens familiaux pour gagner la guerre.

12 Le Bouddha ne dédaignait pas les prostituées. Au contraire, il leur a donné l'occasion de pénétrer dans la voie légitime de la même manière que les autres. Une fois, il accepta une invitation de Ambapali, une courtisane, pour le déjeuner du jour suivant. Après cela, les princes Licchavi vinrent lui offrir une invitation. Il a refusé puisqu’il avait déjà accepté l’invitation d'Ambapali.

13 Meera aussi connue comme Mirabai est une poétesse mystique hindoue du XVIe siècle et dévote de Krishna. Elle a été mariée à Bhoj Raj, prince de Mewar mais elle a toujours considéré Krishna comme son vrai mari. Selon une légende populaire, après la mort de son mari, ses beaux-parents ont essayé plusieurs fois de l’exécuter en lui donnant, par exemple, un verre de poison supposé être le nectar de Krishna.

14 Il existe plusieurs incidents sur la vie du petit dieu Krishna qui, dès son enfance, battait les géants en jouant avec eux.

15 Dandvat Pranam un mot Sanskrit, signifie littéralement « couché sur le sol comme un bâton ». Les dévots effectuent cette salutation en s’allongeant complètement prostrés sur le sol avec les bras tendus vers les dieux. C’est un symbole de soumission complète qui rappelle aux fidèles qu’il faut respecter Dieu et cultiver l’humilité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hemlata Giri-Loussier, « Le temple universel », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/659

Haut de page

Auteur

Hemlata Giri-Loussier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals