Navigation – Plan du site

Homme et Femme

Une pièce de théâtre de Rashid Jahan
Hemlata Giri-Loussier

Texte intégral

Présentation

L’auteur : Viyogi Hari

1Rashid Jahan est née le 25 août 1905 à Aligarh dans l’État d’Uttar Pradesh. Elle était l’aînée de cinq enfants de Sheikh Abdullah et Begum Wahid Jahan. Son père était pionnier pour l’éducation des femmes en Inde et a établi l’Institut pour les femmes à l’Aligarh Muslim University où Rashid Jahan a reçu une partie de son éducation. Ensuite, elle est partie à Lucknow en 1921 pour intégrer l’université Isabella Thorburn. Trois ans après, elle a reçu le diplôme de gynécologue à Delhi. Elle s’est attachée aux services médicaux pour les provinces et a travaillé dans des petites villes. Elle a été un membre actif du Parti communiste indien et une voix dominante de l’Association des écrivains progressistes. Elle s’est mariée avec Mahmuduz Zafar en 1934.

2C’est une écrivaine indienne qui a inauguré une nouvelle ère de la littérature ourdoue écrite par les femmes. Elle a écrit plusieurs nouvelles et pièces de théâtre. En 1931, elle a publié un recueil de nouvelles, Angaaray (Les Braises) dans lequel elle critique l’iniquité sociale et l’exploitation des femmes dans une société extrêmement patriarcale. Il a été condamné parce qu’il offensait les sentiments de la communauté musulmane. La presse ourdoue a même demandé sa censure. Il y a eu des manifestations devant des librairies et l’éditeur a été obligé d’écrire une lettre d’excuses et de rendre toutes les copies de l’œuvre au gouvernement. Trois mois après sa publication, le livre a été censuré par les britanniques pour son « immoralité ». Apparemment, il ne reste que cinq copies de son œuvre. Elle est morte à Moscou en 1952 où elle était allée pour le traitement d’un cancer. Elle y a été enterrée. Ismat Chughtai, une autre grande écrivaine ourdoue, a été très influencée par Rashid Jahan et elle a dit à propos d’elle : « A cette période de ma vie, j’ai eu la chance de rencontrer cette personnalité orageuse dont l’existence m’a bouleversée ».

3Rashid Jahan a écrit d’autres recueils comme Aurat aur dusre afsane wa drame (1937) et Woh aur dusre afsanewa drame (1977). Les mémoires de sa sœur Begum Khushid Mirza, qui était une actrice, publiées en 2005, comprennent un chapitre sur l’écrivaine. La traduction anglaise de son livre Angaaray a été publiée pour la première fois en 2014.

La pièce : Aadami aur Aurat

  • 1 Il en existe une traduction en hindi.

4La pièce de théâtre Aadami aur Aurat a été probablement écrite pour le recueil Aurat aur dusre afsane wa drame publié à Lahore en 1937 dont l’éditeur est inconnu, car nous ne trouvons pas trace de cette pièce dans l’autre recueil Angaaray. Cette pièce, dont nous présentons ici la première traduction en français1, nous parait très importante pour plusieurs raisons : c’est une pièce féministe écrite à une époque largement patriarcale avec un style simple mais poignant. Elle présente un monde rêvé d’une société égalitaire où les femmes ne sacrifieront plus leur vie en tant que simples femmes au foyer. Dans la société indienne encore très patriarcale, cette pièce reste toujours un rêve pour la plupart des femmes indiennes. Rashid Jahan, dans une langue très simple, nous présente, par le biais d’un dialogue entre un homme et une femme, une discussion sur la vie des femmes et leurs responsabilités envers leur maison, leur mari et leurs enfants. Nous pouvons malheureusement toujours entendre une telle discussion dans n’importe quelle famille indienne même aujourd’hui. Cette pièce de théâtre est une revendication fervente d’une femme qui souhaitait mobiliser la pensée de la société indienne en pleine mutation avant son Indépendance et donner un rêve à réaliser dans le monde nouveau après l’Indépendance. Malheureusement, ce rêve prendra encore du temps, peut-être beaucoup de temps, pour devenir une réalité. C’est pourquoi, il nous semble important de démontrer qu’une existence qui peut paraître complètement banale au monde occidental est une lutte de tous les jours pour certains à l’autre bout du monde, et de sensibiliser le lecteur à cette cause.

Homme et femme

5Femme – Tiens ! Vous êtes revenu !
Homme – Oui.
Femme – Vous êtes parti juste hier pour vous marier.
Homme – Oui, je suis parti.
Femme – Et alors ?
Homme – Et alors ?
Femme – Ce que je veux dire c’est : où est Madame la mariée ?
Homme – Toi, tu veux vraiment que ma vie soit gâchée !
Femme – Tiens, quand est ce que j’ai dit ça ?
Homme – Alors, qu’est-ce que tu veux prouver en me taquinant ainsi ?
Femme – Que voulez-vous dire ?
Homme – Ne joue pas au plus malin ! Tu comprends très bien ce que je veux dire !
Femme – Ça y est, j’ai compris maintenant ! Mais, Monsieur, je suis prête à vous épouser depuis un an, c’est vous qui ne le voulez pas.
Homme – Mais je ne pourrai jamais accepter que ma femme travaille ! Qu’elle ne s’occupe pas de la maison ni des enfants et qu’elle parte le matin au travail !
Femme – Vous aussi partirez au travail le matin. Je resterais à la maison et passerais ma journée en comptant les mouches !
Homme – Il y a des taches ménagères ou non ! Enfin, il faut bien s’occuper de la maison… !
Femme – Hmmm !… vous partez au bureau et moi, je dois m’occuper de tout à la maison !
Homme – Quand est-ce que j’ai dit ça ? Enfin, il y a bien des choses à faire à la maison.
Femme – Par exemple…
Homme – Par exemple, s’occuper de la maison. Enfin, nos mères aussi s’occupaient de la maison ou non ?
Femme – Alors, je dois passer mon temps dans la cuisine !
Homme – Quand est-ce que j’ai dit ça ?
Femme – Alors, qu’est que vous voulez dire par « s’occuper de la maison » ?
Homme – Je ne sais pas. Tu as pris l’habitude que quand je viens te voir, tu me coupes la parole !
Femme – D’accord, si vous n’aimez pas ma voix alors je vais me taire… Dites-moi, vous allez vous marier pour de vrai ? Ou c’est seulement pour montrer votre domination sur moi !
Homme – Le mariage aurait lieu ! Madame n’est pas la seule femme au monde. Pourquoi vous vous inquiétez tellement pour moi ?
Femme – Parce que je vous aime à mourir !
Homme – Ah oui ! Vous m’aimez. Si vous m’aimiez, vous ne vous obstineriez pas et ne me dérangeriez pas. Vous ne voulez même pas abandonner le travail ! Qu’y a-t-il de si important dans ce travail ? Ce n’est pas comme si vous gagniez mille roupies ! Votre salaire n’est que de cent roupies !
Femme – Peu importe! C’est la clé de ma liberté !
Homme – Cela veut dire que l’essence de ta liberté est dans ces cent roupies !
Femme – Que ce soit cent roupies ou deux cents ce n’est pas important ! Le propre de la liberté est d’être autonome.
Homme – Ça veut dire que vous n’avez pas confiance en moi et que vous pensez que je ne vous donnerai pas un sou !
Femme – Mais, je ne l’aurai pas gagné à la sueur de mon front !
Homme – Ça change quoi si la femme gagne sa vie ?
Femme – Ça change tout. Un moineau mâle amène un grain de riz, un moineau femelle amène une graine de lentille, et ensemble ils font du salmigondis.
Homme – Je ne veux pas de lentille !
Femme – Je ne pourrai pas manger que du riz !
Homme – Oui, vous avez besoin de chutney, de cornichons !
Femme – C’est exact !
Homme – Il y a toujours du monde autour de vous ! Vos amants !
Femme – Vous ne les laisserez pas entrer à la maison ?
Homme – Jamais !
Femme – Vous savez, ce sont tous mes amis.
Homme – Ah oui, quels amis !…
Femme – Alors vous n’allez pas laisser entrer ces gens à la maison !
Homme – Oui, je les déteste.
Femme – Pourquoi ?
Homme – Chacun ses goûts.
Femme – Alors, pourquoi vous ne cachez pas mon visage sous un voile ?
Homme – C’est ce que je voudrais faire mais seriez-vous d’accord !
Femme – Moi, je ne vais pas accepter beaucoup de choses.
Homme – Bref, que vous acceptiez ou pas ce que je vous dis, moi, je n’accepterai pas ces gens.
Femme – Alors, qui viendrait chez nous ?
Homme – Des amis communs que l’on connait tous les deux!
Femme – Hmmm… comme M et Mme Sethi et M. Safdar ?
Homme – Qu’y a-t-il de mal ?
Femme – Parce que je ne les aime pas du tout.
Homme – Pourquoi ?
Femme – Chacun ses goûts.
Homme – Tu parles comme un enfant.
Femme – Et vous ?
Homme – J’ai toujours raison.
Femme – Oui. Vous n’aimez pas mes amis donc ils ne peuvent pas entrer à la maison et vos amis que je n’aime pas, ils peuvent venir chez nous quand bon leur semble !
Homme – D’accord, Madame va aller au travail le matin jusqu’au soir, quand je vais rentrer du travail le soir et voudrais rester un peu avec vous, il n’y aura pas que ma femme mais aussi ses amis ! C’est cela que vous planifiez pour notre maison ?
Femme – Et quel est votre plan à vous ? Il vous faut une femme qui vous prépare comme une poupée quand vous allez au bureau le matin. Toute la journée, elle travaille à la maison et vous vénère tout le temps. Pour vous, cet emprisonnement s’appelle « s’occuper de la maison ». Quand vous rentrez du bureau tout fatigué et me traitez mal, je vous apaise. Le soir, nous divertissons M et Mme Sethi.
Homme – Quand est-ce que j’ai dit cela ?
Femme – Qu’est-ce que vous insinuez alors ?
Homme – Je voulais juste dire que vous devez aussi vous comporter comme les autres femmes.
Femme – Encore s’occuper de la maison.
Homme – Oui, s’occuper de la maison.
Femme – Je ne peux pas vendre ma liberté en quittant mon travail.
Homme – Votre liberté !
Femme – Oui, ma liberté !
Homme – Vous continuez à travailler et les enfants continuent de pleurer.
Femme – Les enfants ne naîtront pas au lendemain du mariage.
Homme – Ils naîtront un jour ou vous niez même leur naissance ?
Femme – Non, je ne la nie pas.
Homme – Alors quand nous les aurons, quitterez-vous votre travail ?
Femme – Non, je ne le quitterai pas non plus à ce moment-là.
Homme – Puis-je vous demander qui va s’occuper d’eux ?
Femme – Vous et moi, ensemble.
Homme – Le premier devoir d’une femme est d’élever des enfants.
Femme – Le premier devoir d’un homme d’en être digne.
Homme – C’est-à-dire ?
Femme – Ça veut dire que les femmes ont le devoir d’élever les enfants, mais de qui sont-ils l’apanage ?
Homme – Du père !
Femme – Alors pourquoi je les élèverai ? Celui qui en est responsable, qu’il les élève lui-même.
Homme – Tu dis des choses insensées !
Femme – Il n’y a rien d’insensé !
Homme – Si ce n’est pas insensé, alors c’est quoi ? Maintenant tu refuses même d’élever les enfants.
Femme – Que je sois d’accord ou pas, vous, vous ne l’êtes pas.
Homme – Mon travail n’est pas d’élever les enfants, c’est de gagner de l’argent.
Femme – Je vais aussi gagner de l’argent.
Homme – Hmmm… gagner de l’argent ! Vous êtes si fière de vos cent roupies ! Si vous aviez gagné plus, alors ça aurait été la catastrophe.
Femme – D’accord, alors imaginez que votre salaire soit moindre et que le mien soit de huit cents roupies, qui doit abandonner son travail ? Vous ou moi ?
Homme – Vous.
Femme – Pourquoi ?
Homme – Parce que je suis un homme.
Femme – Donc vous vous croyez systématiquement supérieur ?
Homme – Je ne le crois pas, la nature me fait ainsi.
Femme – Je ne vous crois pas supérieur à moi. Alors pourquoi vous ne vous mariez pas avec une femme qui vous vénère jour et nuit ?
Homme – Je le ferai. Vous n’êtes pas seule au monde.
Femme – Allez-y alors ! Pourquoi vous m’embêtez tous les jours ?
Homme – (Après un moment de silence) Et elle se vante de m’aimer !
Femme – Et vous aussi.
Homme – (Après un moment de silence) Laissons cela, nous avons assez parlé. Dites-moi quand vous allez m’épouser ?
Femme – Mais je ne quitterai pas mon travail.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Il en existe une traduction en hindi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hemlata Giri-Loussier, « Homme et Femme », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/661

Haut de page

Auteur

Hemlata Giri-Loussier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals