Navigation – Plan du site

Editorial

Marchez doucement, car vous marchez sur nos rêves
Loïc Aloisio

Texte intégral

1Impressions d’Extrême-Orient avait déjà abordé le thème de la nostalgie dans son numéro 51. Il s’agissait de celle qu'on peut éprouver en se remémorant les saveurs des plats dégustés dans un passé révolu. Ce présent numéro de la revue en ligne de l’axe de recherche « Littératures d’Asie et traduction » de l’Institut de recherches asiatiques (IrAsia) a voulu approfondir cette approche de l'évocation des sentiments nés du souvenir nostalgique, mais aussi ouvrir un nouvel espace d’exploration, celui de l’utopie (et de ses antonymes) et ainsi donner aux « mondes perdus » et à leurs évocations littéraires, un contre-point thématique, celui des « mondes rêvés » ou « cauchemardés ».

2Comme l'écrivait Blaise Pascal (1623-1662), « que chacun examine sa pensée, il la trouvera toujours occupée au passé et à l'avenir » (Pensées, 1670), c'est pourquoi, de tout temps et en tout lieu, l'avenu et l'avenir sont au cœur des préoccupations humaines. Insatisfaits du monde qui nous entoure, nous marchons sur la route où se mire l'oubli de l'actualité, tous en quête de l'équinoxe où nos rêves compenseront notre réalité. Que du feu de notre quotidien, nos rêves soient l'étincelle ou la braise, voilà qui n'a guère d'importance ici, puisque tous deux ont coexisté à travers les âges et les frontières.

3De La République de Platon (428-347 av. J.-C.) à Utopia (1516) de Thomas More (1478-1535), en passant par Les Villes invisibles (1972) d'Italo Calvino (1923-1985), nombre de littératures se sont perdues dans des mondes rêvés ; du Voyage au centre de la Terre (1864) de Jules Verne (1828-1905) au Sixième continent (1918) d'Edgar Rice Burroughs (1875-1950), en passant par Horizon perdu (1933) de James Hilton (1900-1954), d’autres ont tout autant rêvé à des mondes perdus. Mais qu'on ne s'y méprenne pas, ces mondes rêvés peuvent aussi bien dépeindre des utopies aux réalités idéales et sans défaut que des utopies dysfonctionnelles virant au cauchemar. De même, ces mondes perdus peuvent à la fois désigner la nostalgie éprouvée envers ces mondes eux-mêmes, aussi bien que celle ressentie envers ce et ceux qui les composent, tels que des événements, des lieux, des traditions ou des êtres qui ne sont plus.

4Bien entendu, les littératures d'Asie ne font pas exception, puisque ces mondes, qu'ils soient rêvés ou perdus, ont également été l'objet de nombreux écrits. Nous en retrouvons quelques exemples dans ce numéro, avec, pour le cas de la Chine et de Taïwan, l’évocation du milieu de l’art martial (« Indifférent aux vicissitudes, à l’honneur et au déshonneur »), une uchronie steampunk (« Gastronotopia »), de la science-fiction (« Le Moulin à prières du Temple Gazan », « L’Institut du parfum céleste », « Ventre affamé prend tout à gré »), des poèmes mélancoliques (« Cinq élégies sur nos adieux », « Cinq poèmes de Li Yu »), une légende tibétaine (« Le Roi Gesar »), des souvenirs d’enfance (« Voler jusqu’à mon village natal des Noyers », « Souvenirs d’enfance »), des rêves à proprement parler (« Un rêve à l’intérieur d’un rêve », « Le Bon Gros Géant »), une épitaphe pour le moins originale (« Épitaphe à soi-même »), un récit évenk (« Le Monde perdu de la taïga »), ou encore des essais nostalgiques (« L’Homme fantôme », « Entre rêve et réalité »).

5Le Japon nous offre, quant à lui, des souvenirs d’enfances chagrinés (« Une grappe de raisin ») et une dystopie post-apocalyptique (« Un bain de musique dans les profondeurs d’une terre en ruines ») ; l’Inde, un poème profond et qui interpelle (« Cet enfant, comment est-il ? »), deux essais engagés et utopiques (« Quel dispensateur du destin de l’Inde faut-il appeler ? », « Le temple universel »), ainsi qu’une pièce de théâtre féministe (« Homme et femme ») ; quant à la Corée du Sud, elle nous fait parvenir une invitation au voyage qui passe du rêve au cauchemar (« Quand le rêve vire au cauchemar »).

6On explorera à travers ces textes, de natures diverses et de toutes les époques, ces madeleines proustiennes et ces Shangri-la hiltoniens qui peuplent la littérature asiatique. Le thème a été envisagé selon différentes perspectives : celle de l’évocation d’un âge d’or, d’êtres chers ou de lieux disparus, et même de traditions anciennes qui n’ont plus cours ; il a également été envisagé sous l’angle de la nostalgie d’un paradis perdu ou celle que l’on ressent lorsqu’on se remémore son pays natal.

7Puisque « la nostalgie d’un autre monde est le premier rêve de l’humanité » (Marcel Schneider, La Branche de Merlin, 1962), les littératures de l’imaginaire ont donc aussi une place de choix dans ce numéro, puisque, par exemple, les utopies et dystopies (et tous leurs dérivés) conviennent relativement bien au sujet, avec leurs rêves d’un passé ou d’un avenir meilleur, ou, pour la dystopie, leurs cauchemars que représentent ces extrapolations de nos sociétés actuelles. L’uchronie a également sa place ici, en imaginant un passé et un présent et/ou un futur autre que le nôtre. De la littérature dite « réaliste » jusqu’aux « littératures de l’imaginaire », en passant par des œuvres plus spirituelles et philosophiques, tout « genre » a su trouver sa place ici.

8Si ce numéro n’offre pas un panorama complet des formes prises par le rêve et la nostalgie depuis que des textes sont écrits et lus à travers l’Asie, nous avons là, en version numérique accessible en texte intégral, un éventail à même de vous faire rêver ou cauchemarder, de vous faire revivre des souvenirs enfouis ou de retracer des événements qui ont ou n’ont jamais été, d’évoquer la nostalgie des instants perdus ou, au contraire, de donner à vos âmes la nostalgie de pays et de bonheurs inconnus à travers des traductions de textes issus de la riche littérature asiatique.

Haut de page

Notes

1 Voir « Boire et manger dans les littératures d’Asie » (2015), à l’URL : https://journals.openedition.org/ideo/321

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Aloisio, « Editorial », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/663

Haut de page

Auteur

Loïc Aloisio

IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals