Navigation – Plan du site

Cinq élégies sur nos adieux

Poèmes endeuillés de Yuan Zhen 元稹
Loïc Aloisio

Texte intégral

Présentation

  • 1 On peut lire la traduction qu’André Lévy en donna sous le titre de « Folie de jeunesse. Biographie (...)

1Yuan Zhen 元稹 (779-831) était un poète et prosateur de la dynastie Tang 唐 (617-907), notamment connu pour un conte en langue classique, un chuanqi 传奇, intitulé Yingying zhuan 莺莺传 (La Biographie de Yingying)1, ainsi que pour ses poèmes, dont certains font partie du recueil des Trois cents poèmes des Tang, Tangshi sanbai shou 唐诗三百首, compilé par Sun Zhu 孙诛 (1711-1778).

2Ces cinq élégies, « Li si wu shou » 离思五首, ont toutes été composées vers 809 par Yuan Zhen pour son épouse décédée dont il portait le deuil. Cette dernière, nommée Wei Cong 韦丛, avait épousé Yuan Zhen en 802 alors qu’elle avait vingt ans. Sept années plus tard, celle-ci s’éteint des suites d’une maladie. Après sa mort, Yuan Zhen composa de nombreux ouvrages portant ce deuil, dont ces cinq élégies sont parmi les plus célèbres.

3Dans la première, le poète se remémore sa charmante épouse, le matin au réveil, avec le maquillage pas totalement effacé de son visage et les épingles à cheveux piquées sur sa chevelure en désordre.

4Dans le deuxième poème, Yuan Zhen décrit une nouvelle fois un souvenir merveilleux et heureux pour exprimer la profonde tristesse qu’il ressent suite à la disparition de sa femme.

5Dans le premier vers du troisième poème, le poète compare le sentiment ressenti lorsqu’un vêtement est trop porté et que l’on cherche à s’en approprier de nouveaux, à celui que pourrait éprouver un homme qui, étant avec sa femme pendant de nombreuses années, cherche la compagnie d’autres femmes. Sa défunte femme, Wei Cong, étant vertueuse, digne et non avide de richesse, le poète l’a décrite comme une gaze aux mailles desserrées, mais qui reste la meilleure d'entre toutes.

6Le poète utilise dans le quatrième poème de magnifiques métaphores pour exprimer du mieux qu’il peut la profonde affection qui le liait avec son défunt amour, utilisant successivement l’eau, les nuages et les fleurs pour parler de son épouse et des autres femmes. Ayant connu la mer, vaste étendue d’eau, les autres cours d’eau ne l’émerveillent plus. Ayant connu les nuages qui entourent le haut sommet du Mont Wu, les autres nuages ne l’impressionnent plus. Ayant connu son épouse, les autres fleurs qui passent devant ses yeux ne l’intéressent plus. 

7Le poète utilise dans le cinquième poème l’image de la fleur de poirier blanche pour parler de sa femme, et celle des feuilles pour parler de lui-même. Son épouse ayant désormais disparu, il ne reste aujourd’hui que les feuilles sans fleurs, qui passent en solitaire la fin du printemps.

Cinq élégies sur nos adieux

Première élégie

8J’admire à l’aube au miroir le fard de la veille,
La chevelure de jais toute d’épingles piquée.
Puis, le visage fardé s’illumine au soleil,
Telle une fleur rouge qui renaît et souhaite rayonner.

Deuxième élégie

9L’eau des montages s’écoule paisible autour des rues,
Myriade de pêchers en fleurs couvrent la maisonnée.
J’y lis les Taoïstes, oisif et étendu,
Derrière les voiles cristallins te vois te peigner.

Troisième élégie

10La soie rouge trop portée, l’on cherche la nouveauté,
La gaze brodée d’un mainate est claire comme la lie.
Ne la méprisez pas pour sa pauvre qualité,
Les mailles desserrées font les plus charmantes soieries.

Quatrième élégie

11Qui connaît l’onde, les cours d’eau ne fascinent plus ;
Fors celles du Mont Wu, nulle ne peut être nommée nues.
Une myriade de fleurs m’entoure desquelles je fais fi,
Puisque je suis la Voie et je vous ai, ma Mie.

Cinquième élégie

12Dès lors que cent fleurs s’épanouissaient en chœur,
L’une d’un Poirier, j’offrais alors à votre blancheur.
Hui seuls quelques arbres demeurent près de cette rivière,
Les feuilles pour seules compagnes en ce printemps amer.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 On peut lire la traduction qu’André Lévy en donna sous le titre de « Folie de jeunesse. Biographie de Yingying » dans le recueil Histoires d’amour et de mort de la Chine ancienne. Chefs-d’œuvre de la nouvelle (Dynastie des Tang. 618-907). Paris : Flammarion, coll. « GF », n° 985, (1992) 1997, p. 101-121

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Aloisio, « Cinq élégies sur nos adieux », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/664

Haut de page

Auteur

Loïc Aloisio

IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals