Navigation – Plan du site

Gastronotopia

Une uchronie teintée de steampunk de Han Song 韩松
Loïc Aloisio

Texte intégral

Une uchronie teintée de steampunk

1Les fidèles d’Impressions d’Extrême-Orient, et notamment les lecteurs de son numéro 61, connaissent déjà Han Song 韩松 (1965-), cet « auteur original et célèbre pour ses romans sombres et complexes, journaliste chinois et plusieurs fois lauréat du Prix Yinhe 银河奖, considéré comme l’une des principales figures de la littérature de science-fiction en Chine ». Après « Ma Patrie ne rêve pas »2 et « Les Pierres tombales cosmiques »3, Meishi wutuobang 美食乌托邦, nouvelle datant de 2011, va nous transporter dans le monde de fantasy des Neuf-Régions (qui est aussi l’ancien nom donné à la Chine) où l’ère de la vapeur semble avoir supplanté l’ère de l’électricité et de l’informatique, dans lequel Sherlock Holmes et le Docteur Watson vont devoir enquêter sur une étrange invention chinoise : l’estomac artificiel externe. En effet, une des choses qui nous frappent quand on arrive en Chine, c’est que partout et à tout moment, il est possible de manger. Que ce soit sur le pouce avec les xiaochi 小吃 (snacks que l’on mange comme casse-croûte et que l'on achète dans des petits stands ou des petits restaurants), entre les repas avec les dianxin 点心 ou dimsum (petits mets salés ou sucrés que l’on mange soit entre les repas, soit à l’heure du goûter) et les lingshi 零食 (sortes de friandises sucrées, salées ou pimentées que l’on mange entre les repas), ou même tard le soir avec les yexiao 夜宵 (collation du soir, qui se mange après le dîner) : il est possible de manger une quantité et une variété impressionnantes de plats de saveurs, de couleurs et de parfums divers, et les Chinois s’en donnent à cœur joie, puisque ces endroits sont tout le temps noirs de monde ! Face à tout cela, on ne peut, en effet, que se lamenter de la taille ridicule de notre estomac.

2Cette nouvelle uchronique nous rappelle le genre du steampunk avec ses personnages du début de l’ère industrielle, ses volutes vaporeuses et charbonneuses ambiantes, ainsi que ses hybridations d’époques et de technologies modernes et anciennes.

Gastronotopia

— Troisième extrait des « Enquêtes de Sherlock Holmes »

  • 4 Les « quatre grandes saisons » (da siji 大四季) fait référence à une théorie émise par quelques scient (...)

3Le Soleil tournoyait autour du trou noir géant au milieu de notre galaxie, elle était en train de franchir une ceinture de photons spéciale, et du fait de l’effet des « quatre grandes saisons »4, le monde entra dans une période de pénurie alimentaire et de famine globalisée, même dans ce centre civilisationnel qu’était Europa, chaque foyer se trouva à court de nourriture, des gens morts de faim étaient couchés en grand nombre sur la route, l’histoire semblait avoir reculé et être retournée au Moyen Âge obscur.

  • 5 Les Neuf-Régions (Jiuzhou 九州) fait ici référence au monde imaginaire crée conjointement par sept au (...)

4C’est pourquoi, lorsque le Times et les journalistes à l’étranger de la BBC basés dans les Neuf-Régions5 rapportèrent que là-bas le peuple mangeait et buvait encore à foison, Holmes et Watson eurent tous deux du mal à le croire. Ils réfléchirent selon la moralité des Européens: alors que les Blancs étaient tous en train de souffrir de la faim, de combien de joie ces chanceux du grand continent d’Extrême-Orient devaient-ils jouir pour que cela soit approprié ? Juste à ce moment-là, ils commencèrent à être confrontés à des documents concernant l’estomac artificiel.

5Les premiers comptes rendus concernant l’estomac artificiel à s’être répandus en Europa avaient plus ou moins été cartoonisés. En passant par les descriptions réalisées par les journalistes d’informations, les explorateurs et les missionnaires, une scène fit son apparition dans l’esprit des Anglais, sur les trottoirs, sur les places, sur les passerelles piétonnes, dans les immeubles de bureaux, dans les écoles, dans les salles de réunion, et bien entendu, dans les forêts de restaurants de chaque grande ville neuf-régionale, les êtres humains d’ici — qui étaient décrits comme ayant le teint rose, une constitution vigoureuse et une excellente condition nutritionnelle, ressemblaient à des porcelets dodus, qui couraient çà et là, et sur les hanches fortes et robustes de chaque personne était attachée avec un câble en acier une chose en plastique ou en métal en forme de brouette, qui les suivait et avançait rapidement derrière leurs fesses dans un roulement de roues.

6Il y avait un creux sur cette brouette qui comportait une chose qui ressemblait un peu à une pompe à oxygène ou à une bouteille de gaz, c’était justement cet estomac artificiel dont on parlait, et qui s’appelait aussi l’estomac externe tractable. Les premiers produits étaient ainsi. Par la suite, furent développés des modèles miniaturisés, au poids grandement allégé, se conformant aux goûts de leur propriétaire, sur lesquels on avait vaporisé différentes couleurs, qui pouvaient aussi se rétracter et se dilater à souhait, qui n’avaient plus besoin d’être tractés sur une brouette, et qui pouvaient se mettre dans une poche en temps normal, ou s’installer dans un sac de voyage et s’ouvrir lors de l’utilisation, on le faisait gonfler selon un programme mémoriel, ce qui était pratique pour partir voyager.

7Pour ce qui est des estomacs artificiels, toutes sortes d’histoires s’étaient répandues parmi les Européens, l’une d’entre elles était que ces quelques visiteurs Neuf-Régionaux à l’apparence de nouveaux riches (y compris des figures importantes de la cour impériale ainsi que des responsables de grandes entreprises), durant leur visite dans différents pays d’Europa, au moment de se mettre à table, sortaient soudain cette chose de leur sac à main de marque qui se trouvait à leur côté, et sans rien dire, ouvraient leur habit et leur chemise pour l’insérer directement sur un orifice en plastique placé sur leur ventre. Ce qui effrayait souvent les Européens ignorants au point qu’ils se pissaient dessus et se sauvaient de peur.

8Mais tout ceci n’était rien d’autre qu’une légende. Parce que d’après les rapports officiels, cela faisait très longtemps qu’aucun Neuf-Régional ne s’était rendu à l’étranger. Les Neuf-Régionaux étaient satisfaits de rester dans leur propre pays. La forte demande domestique était déjà suffisante pour supporter leur développement économique, ce qui leur permit de jouir au maximum d’une vie riche et prospère. Quant à la crise alimentaire qui s’était déclenchée dans le monde, elle ne les concernait en rien. Ils coupèrent leur relation avec le monde extérieur, ainsi ils pouvaient feindre de ne pas être au courant.

  • 6 La ville de Cesse (Bizhi 毕止) est, dans le monde imaginaire des Neuf-Régions, la capitale du Royaume (...)

9Ce n’est qu’après être arrivés au Royaume de l’Honnêteté des Neuf-Régions — ou plus exactement après être entrés dans la capitale de ce royaume accompagnés de plusieurs inspecteurs impériaux de la ville de Cesse6, qu’Holmes et Watson purent voir de leurs propres yeux l’estomac artificiel.

10Ils humèrent tout d’abord une forte odeur répugnante qui remplissait l’air, c’était une odeur que les Européens n’avaient pas sentie depuis longtemps. Les inspecteurs du Royaume de l’Honnêteté exultèrent immédiatement, ouvrirent les vitres de la voiture, et se mirent à renifler çà et là comme des chiens. Oh, c’était en fait l’odeur de toutes sortes d’aliments mélangés ensemble. De la salive vint au coin des lèvres de Holmes et de Watson, ils firent tout leur possible pour contenir les pulsations de leur cœur qui galopaient telle une myriade de chevaux.
« Les estomacs artificiels sont vr-vraiment tous factices? » demanda Watson en bégayant, lors du dîner de bienvenue qui suivit.
« En effet, répondit fièrement l’hôte.
— Les Neufs-Régionaux sont vr-vraiment extraordinaires.
— Nous avons déjà déplacé le centre de notre attention sur l’innovation et l’invention » expliqua l’hôte avec un grand sourire. Mais peut-être par crainte que les Anglais ne puissent sur le moment pas le supporter, les inspecteurs pleins de courtoisie et d’attention n’utilisèrent temporairement pas leur corps pour faire une démonstration en direct.
— Mais pourquoi en est-il ainsi ? ». Holmes avait très envie d’écouter les avis personnels des Neuf-Régionaux, afin d’y découvrir des indices.
« De ne pas avoir assez à manger, jusqu’à manger d’un appétit insatiable, les Neuf-Régions connurent un changement historique. Pour parler simplement, ah, ah, désormais, nous nous plaignons que notre propre estomac est trop petit ». Un inspecteur, mastiquant de sa bouche de baleine, attrapa dans la fondue une tranche de rognon de porc rouge vif, la trempa dans une sauce pimentée, et l’engloutit en un souffle avec sa langue de lézard.

11Bien qu’il endurât la faim, Watson se tenait toujours droit et digne, comme un gentleman traditionnel, remuant les fesses pour se tenir le plus éloigné possible de cette fondue bouillante, tout en s’efforçant de ravaler sa salive. Il vit que ces inspecteurs avaient déjà changé d’apparence. Sur leur visage, les yeux, le nez et les oreilles avaient quasiment disparu, il ne restait qu’une bouche énorme qui gigotait par à-coups. Leurs quatre membres étaient aussi fins que ceux des insectes, mais leur ventre était aussi gonflé que celui des baleines. Était-ce encore des hommes ? Comment faisaient-ils pour capturer des criminels ?

  • 7 Le Parfum des Mille Lis (qianli xiang 千里香) est le nom d’un alcool présent dans l’univers fictif des (...)

12Watson regardait inquiet Holmes, voyant qu’il ne faisait que fixer du regard la fondue, se forçant à rester assis immobile, sans bouger. Watson pensa, si cela continuait ainsi, combien de temps pourraient-ils encore réfréner leur envie ? Les inspecteurs étaient très polis envers Holmes et Watson, mais en réalité ils les surveillaient aussi. Ils leur firent tous deux boire du Parfum des Mille Lis7 à les rendre ivres morts.

13De retour à l’auberge, Holmes s’injecta dans le bras une seringue de cocaïne, et dit à Watson : « Nous devons sortir par nous-mêmes, aller expérimenter en personne, sinon nous ne parviendrons pas à comprendre les faits réels, et ainsi il nous sera impossible d’expliquer à Sa Majesté la Reine ».

14L’alcool fit augmenter leur courage à tous les deux. Ils s’arrangèrent pour se débarrasser de la surveillance des inspecteurs, et se mêlèrent à la foule du quartier animé. Ils ne voyaient rien d’autres qu’une forêt de restaurants, une puanteur flottant dans le vent, aussi enivrante que le Blues. Les odeurs omniprésentes d’alcool, de plats, de riz et d’hommes se mélangeaient toutes ensembles, formant une atmosphère particulière qui enveloppait la ville toute entière.

15Dans la capitale du Royaume de l’Honnêteté, il semblait ne rester que le manger, personne ne faisait plus autre chose.

16Holmes et Watson se glissèrent en douce dans un grand restaurant, et virent que les clients étaient eux aussi comme des insectes, ils avaient tous de petits yeux et pas d’oreilles, des membres fins et un gros ventre. Chacun emportait avec lui au moins un estomac artificiel, des modèles à main, tractables, à dos… en forme de sachet, de pot, de livre… des grands, des moyens et aussi des petits. Les grands étaient comparables à un réservoir d’eau, les moyens étaient aussi grands qu’un bol ou une tasse à thé, les petits n’étaient quant à eux pas plus grand qu’une gélule. Tout cela allait selon les préférences de chacun. A vrai dire, cette chose était aussi une marque de mode et de statut.

17Les visiteurs anglais virent que tout le monde était en train de manger et boire dans un brouhaha buccal. Les clients tous débraillés formaient une mer humaine, apparemment, certains bataillaient bravement depuis déjà plusieurs jours et plusieurs nuits de manière continue, les cernes gonflées, certains mangeaient en dormant, une table entière fermait les yeux, ronflait bruyamment, mais rien ne pouvait les arrêter, leur bouche mâchait encore goulûment sans s’interrompre.

18Peu importe combien ils ingurgitaient, ils avaient tous un estomac externe rétractable qui pouvait tout emmagasiner. La manière de manger de ces gens laissait croire qu’ils avaient enfin découvert la vraie essence de la vie. En fait, si le Ciel avait conféré à l’humanité de courtes décennies de vie, c’était pour qu’elle les consacre à boire et manger — et non pas pour faire autre chose.

19Durant la longue histoire précédant l’ère de la vapeur, la vie était consumée pour d’autres choses, c’était un vrai gâchis. Mais à ce moment-là, dès que les gens profitaient de la gastronomie, ils pouvaient excuser avec tolérance ces choses inintéressantes faites auparavant, et les effacer de leur esprit. C’est ainsi qu’ils se défirent aisément du fardeau de l’Histoire.

20Seulement, les clients toisaient ahuris ces deux étrangers sans estomac artificiel, voyant qu’ils n’avaient avarement commandé qu’un tout petit peu de plats, ils ne purent retenir un regard méprisant à leur encontre. Tandis qu’Holmes et Watson, quant à eux, voyant ces estomacs externes si étranges, chacun gonflant et devenant lentement translucide comme un ballon de baudruche, ressentirent un tel choc culturel, qu’ils ne purent rien manger du fait de leur sentiment d’infériorité.

21Holmes dit à Watson: « Je n’en peux vraiment plus, je dois aller faire un tour aux toilettes ».
Il arriva aux toilettes, et vit qu’il n’y avait là aucun urinoir, et que des rangées de machines en alliage renforcé comme des distributeurs automatiques se tenaient debout contre le mur. Un client était en train d’insérer une pièce de monnaie dans la machine, un tuyau résine synthétique s’étendit alors de la machine. Cette personne ouvrit ses vêtements, faisant apparaître l’estomac artificiel complètement rempli sur son ventre — il s’était déjà transformé en un ballon rouge vif de plus d’un pied et demi au moins de diamètre.
Le port de l’estomac artificiel et le tuyau sorti en tournoyant de la machine s’amarrèrent automatiquement. Le client appuya sur le bouton et un énorme bruit de poubelle qui se renverse résonna immédiatement, l’estomac artificiel rétrécissant à toute vitesse comme s’il se dégonflait. Ensuite, le client qui s’était complètement allégé de son fardeau rit à plusieurs reprises, heureux. A ce moment-là, l’estomac artificiel lui répondit en imitant quelques rots et pets forts et clairs, et retrouva très vite la taille d’un poing.
En fait, les « toilettes » étaient une station de recyclage de nourriture. Ainsi, une fois l’assainissement du client terminé, il retourna à sa table, et se jeta à nouveau corps et âme dans une nouvelle bataille de nourriture et de boisson.

22Holmes se dépêcha d’injecter dans son bras une seringue de cocaïne, revint en chancelant et dit à voix basse à Watson : « Ce pays est trop incroyable. Je n’en peux plus. Allons-nous en. ».
Watson se retourna à nouveau pour regarder la vaste scène d’ingurgitation de nourriture, et se demanda en son for intérieur qui leur fournissait tant de nourriture ? En continuant ainsi comment ne pourraient-ils pas manger les Neuf-Régions jusqu’à la ruine ?

23Le lendemain, accompagnés par les inspecteurs, les Anglais rencontrèrent un suspect. Âgé de plus de trente ans, il avait le teint rose et l'air bien nourri, le visage comme du jade émaillé, le corps comme du ginseng, il semblait un personnage tout droit sorti d’une bande-dessinée. Il était l’inventeur de l’estomac artificiel, c’était un « scientifique populaire ».

24Ce que l’on appelait scientifique populaire était un type qui n’avait pas de formation professionnelle mais qui avait la « fièvre » de la recherche scientifique, qui utilisait l’énergie de toute une vie pour tenter d’inventer par lui-même ou de prouver une quelconque chose pouvant changer le monde (comme par exemple le mouvement perpétuel et la conjecture de Goldbach). Dans les Neuf-Régions, ces dernières années, ces personnages semblables aux chevaliers en dilettante étaient de plus en plus nombreux, sortant de terre comme des herbes sauvages. Ceci était la preuve du plein de vitalité des Neuf-Régions. Ils jouèrent finalement, contre toute attente, un rôle auquel le rigide Institut Impérial de Recherches Scientifiques ne put se substituer, et devinrent la force principale conduisant le développement social.

25Par exemple, celui qui était devant eux (sa profession officielle était acrobate) avait inventé comme par mégarde l’estomac artificiel, cet objet qui changea le monde. Il quitta alors son travail au cirque, et fonda l’entreprise à responsabilité limitée Estomac Artificiel des Neuf-Régions, et assuma lui-même les fonctions d’administrateur en chef et de technicien.

Ci-dessous se trouve l’enregistrement de l’interrogatoire réalisé par Holmes—

  • 8 Avoir la peau du visage épaisse signifie en chinois être éhonté, ne pas ressentir facilement de la (...)
  • 9 Les Entomoïdes (Chongzu 虫族) sont des extraterrestres dont l’aspect rappelle celui des insectes
  • 10 Les Sans-racines (Wugenmin 无根民) sont, dans l’univers imaginaire des Neuf-Régions, un peuple issu du (...)

26— Question : Jeune homme, j’ai déjà pu observer avec attention votre grande invention.
— Réponse : Vous me flattez, ce n’est rien d’exceptionnel. J’ai juste eu de la chance, qui plus est… Hé hé, veuillez m’excuser, j’ai la peau du visage relativement épaisse8, voilà tout. Au tout début, j’ai été victime d’un torrent d’insultes de la part de ces ignobles combattants anti-pseudo-science de l’Institut Impérial de la Recherche Scientifique.
— Question : Je suis très intéressé par le principe de l’estomac artificiel, et me prépare à rapporter cette affaire à l’Alliance des Villes d’Europa. Avez-vous quelque chose à déclarer ?
— Réponse : L’Alliance des Villes d’Europa ! J’ai l’espoir que vous émettiez une protestation solennelle et juste au gouvernement des Neuf-Régions, pour qu’il me libère au plus vite ! Je ne suis pas un criminel, j’ai créé une immense joie pour la vie humaine, j’ai fondé une utopie gastronomique, ce qui est aussi une immense contribution pour les droits humains dans le monde.
— Question (d’un air impuissant) : Alors, veuillez raconter concrètement comment avez-vous réalisé cette invention.
— Réponse : Bien, j’explique donc simplement, veuillez m’excuser, ne vous moquez pas. Au tout début, le design était extrêmement simple et grossier, je me suis inspiré de choses telles que les sacs de drainage des hôpitaux. Vous connaissez forcément les sacs de drainage, non ? C’est justement pour expulser, à l’aide d’un outil externe, les saletés se trouvant à l’intérieur de la vessie, de l’estomac, ou du gros intestin des malades venant de subir une opération chirurgicale. Au tout début nous avons inséré un tube en silicone directement dans l’estomac ou l’œsophage, nous avons installé un interrupteur en plastique semblable à un robinet miniature, ce qui permettait de contrôler manuellement l’écoulement des aliments. Lorsqu’on avait faim, on injectait directement les aliments dans l’estomac de l’hôte pour qu’il les digère. Lorsqu’on avait pas faim, on laissait la nourriture faire un petit tour à l’intérieur du corps, il n’était pas nécessaire de digérer pour qu’ils soient complètement éjectés hors du corps — bien sûr ils ne passaient pas par le rectum, mais trouvaient un autre moyen, comme par exemple en étant expulsés par le nombril. Nous appelions cela le « TGV de l’ingurgitation ». Plus tard, nous l’avons quelque peu complexifié, en utilisant un matériau nanocomposite, en y installant également des muscles artificiels en polymère électroactif, et en contrôlant les mouvements de l’estomac et de l’œsophage à l’aide d’un ordinateur miniature, qui régulait le processus tout entier en se basant sur l’équation non-linéaire, rendant l’estomac artificiel intelligent, pouvant de lui-même se détendre et se contracter, se tordre, se comprimer ou gonfler. Nous utilisons directement le sucre contenu dans les aliments pour fabriquer des piles à combustion pour fournir de l’énergie, et nous avons aussi remplacé les membranes d’électrode qui contenaient du métal par des nano-tubes de carbone. L’estomac artificiel possédait donc une fonction mémorielle, et pouvait aussi automatiquement trier différents aliments, choisir le moment du déversement, et rappeler à l’hôte de s’en occuper. La force de traction que pouvait supporter l’estomac est aussi passée de vingt kilos au tout début à 165 kilos à présent.
— Question : D’où vient votre inspiration ?
— Réponse : Lorsque j’étais petit, j’entendais mes grands-parents paternels dire que, auparavant, nous avions souffert du plus grand des désastres, qui n’était autre que la pénurie alimentaire. A cette époque, les Neuf-Régions étaient infertiles, ce qui provoqua une grande famine, de nombreuses personnes moururent de faim, les cadavres étaient même dévorés par les chiens. Ceux qui vivaient encore n’avaient rien à manger, ils mangeaient alors de la boue. Mais imaginez, comment peut-on manger de la boue ? Vous autres Anglais, mangez-vous de la boue ? Finalement, beaucoup de personnes moururent d’avoir mangé cela. Peu après, les gens se mangèrent entre eux. Une fois la catastrophe passée, la situation s’améliora quelque peu, mais il fallait encore fournir des coupons pour manger de la viande et du riz. Il arrivait que mes grands-parents se procurent très difficilement un peu de viande, ils se dépêchaient alors de la donner à manger à mon père, eux-mêmes ne mangeaient que des légumes marinés dans du sel. Lorsque mes grands-parents se remémoraient ces choses-là, des larmes se mettaient directement à couler, ploc-ploc. A l’écoute de ces dires, je fus très surpris, et crus qu’ils mentaient, puisque nous avions clairement assez pour manger sans fin. J’ai entendu dire que la nourriture gaspillée chaque année par les Neuf-Régions pouvait nourrir l’équivalent de trois fois la population d’Europa. Depuis tout petit, je ne me souciais pas de savoir si j’allais avoir de quoi m’habiller ou de quoi manger, mais plutôt de comment j’allais maigrir. Ce qui me tracassait, c’était comment pouvais-je manger autant, j’étais repus au point de ne plus pouvoir avancer, et je voulais encore manger avec frénésie, il semblait que cela soit devenu une sorte d’habitude de vie. Mais ce que m’avaient dit mes grands-parents m’avait fait ressentir pour la première fois la peur. Afin de chasser cette peur, j’ai continué de manger à grandes bouchées et de boire à grandes gorgées, jusqu’à en vomir et en avoir la diarrhée, je tombai gravement malade. A ce moment-là, vint à moi une idée étrange : si seulement je pouvais inventer un estomac permettant de manger sans fin, voilà qui serait bien. Il fallait juste que nous soyons occupés 24 heures sur 24 à manger, nous pourrions alors ne plus penser à ces terrifiants événements passés. En effet, nous autres Neuf-Régionaux n’installons pas de puces électroniques dans nos cerveaux, ni ne transplantons dans nos corps de cœurs ou de poumons artificiels, et nous nous équipons encore moins de quelconques exosquelettes, nous n’avons que notre estomac en tête. La question centrale que nous voulions résoudre, pour parler simplement, se résumait à deux choses. L’une était la question du temps, qui n’était autre que de permettre aux gens de faire ce qu’ils avaient envie de faire en dehors de leur travail accaparant — nous pensions que c’était justement manger et boire ; l’autre était justement la question de boire et manger.
— Question (l’air surpris) : C’est cela l’origine de l’invention de l’estomac artificiel ?
— Réponse : Oui, aujourd’hui nous ne vivons désormais plus dans la pauvreté, alors nous pouvons manger ce que bon nous semble. Si nous voulons manger de la fondue, nous le pouvons ; si nous voulons manger des plats sautés, nous le pouvons ; des intestins de porcs, nous le pouvons ; des rognons, nous le pouvons. La famine d’antan peut rendre légitimes les festins et beuveries excessives d’aujourd’hui et de demain. Comment ingurgiter encore plus de choses, voilà qui est devenu l’unique préoccupation des Neuf-Régionaux. Certains disent que les Neuf-Régions menacent votre Empire Britannique, oh, nous n’avons même pas le temps de penser à cela. D’autres disent encore que les Entomoïdes9 veulent envahir notre planète, mais qu’est-ce donc comparé au fait de manger ? Certaines personnes en ont assez de vivre, mais du fait de la gastronomie, oublient de se tuer. Oh, en parlant de mourir, à l’origine les Neuf-Régionaux peuvent mourir de diverses manières, cela est évident, mais il ne peuvent en aucun cas mourir d’avoir trop mangé. C’est trop dégradant, il faut penser à la bonne image du pays. En somme, même si demain le monde devait être détruit, si l’humanité devait être éliminée du jour au lendemain, qu’il en soit ainsi. Qu’il est dommage qu’une personne n’ait qu’un seul estomac, en plus il est un peu petit, non ? Ça ne va pas. Comment pourrait-on se tenir debout face à cette grande époque ? Une fois que l’estomac ne peut plus emmagasiner de choses, les gens n’ont plus rien à faire, et ils se rappellent de nouveau de la légende selon laquelle les Hommes se mangeaient entre eux, alors n’y aurait-il pas des problèmes qui vont apparaître ? Je me suis alors voué à l’étude de l’estomac externe. La différence entre le nouveau monde et l’ancien monde est justement celle entre une bouche et une autre. Dans le nouveau monde, la bouche sert à apprécier le beau, et ne comporte aucune fonction de bas étage. Ceci montre bien que, lorsque les biens matériels sont en extrême abondance, tout se transforme en question esthétique. La vie est juste un appétit portant le manteau de l’art. La bouche ne pourra absolument plus abandonner sa grande aspiration du fait de la limite du volume de l’estomac. C’est pourquoi on a été obligé de construire sur cette bouche un nouveau monde. Le nouveau monde est justement le monde de la bouche. En d’autres termes, il fallait libérer complètement l’estomac. La libération de l’estomac est justement la libération de l’humanité. C’est pourquoi l’on dit que l’utopie gastronomique est la nouvelle grande contribution des Neuf-Régionaux pour la civilisation mondiale.
— Question : J’ai entendu dire que vous aviez aussi rencontré quelques difficultés.
— Réponse : Au tout début de la popularisation, il y eut en effet quelques petits soucis. Je ne comptais pas seulement en faire bénéficier la ville de Cesse, pas seulement le Royaume de l’Honnêteté, mais en faire profiter la population toute entière des Neuf-Régions. Mais certains y étaient opposés. Il semblerait que la bouche d’un petit nombre de théoriciens et de propagandistes ne leur sert pas à manger, mais à faire d’autres choses, comme par exemple lécher des culs, lécher des bites, dire des inepties, colporter des mensonges, et ils refusent en somme de goûter la saveur des rognons, et ne savent que nous critiquer à la légère. Il y a encore un petit bureaucrate de l’Administration de l’Aviation Civile qui considérait sans en démordre que l’estomac externe était un bagage à main additionnel, et avait pris pour prétexte que l’on pouvait y emmagasiner des liquides, et n’autoriserait donc pour rien au monde les passagers à embarquer avec cela dans les vaisseaux flottants. Mais ce qu’il y a eu d’encourageant c’était que, tous les fournisseurs alimentaires nous ont soutenus, y compris vos entreprises de fast-food telles que McDonald’s et KFC qui étaient venues du monde occidental pour étudier et apprendre auprès des Neuf-Régions. En fin de compte, le peuple des Neuf-Régions avait déjà fait ses adieux au passé. Il n’y avait besoin que d’un appel pour que le fait que tout le monde y participe ne soit plus un problème. Nous avons obtenu un vaste soutien sans précédent. Cela est alors devenu un mouvement national comme il n'y en a jamais eu dans l’Histoire. Les théoriciens et les propagandistes ont eu l’air découragés. Le petit bureaucrate de l’Administration de l’Aviation Civile eut l’air découragé. L’Histoire alla donc de l’avant. Le nouveau monde et la nouvelle humanité étaient donc nés.
— Question (en secouant la tête avec un sourire méprisant) : Alors comment se fait-il que vous restiez ici ?
— Réponse (d’un ton énervé) : Comment le saurais-je ? Vous devriez aller leur demander. C’est un complot, je suis victime de persécutions ! Je viens déjà de vous le dire, je n’ai commis aucun crime ! C’est un coup monté des fanatiques anti-pseudo-sciences à mon encontre ! Ils sont jaloux de moi ! J’ai violé leurs intérêts !
— Question : Mais les inspecteurs ont dit que vous aviez encore fondé en secret une organisation, que vous aviez collecté ce qu’il restait de ce qu’avaient mangé les citadins, qui n’était autre que les restes qui étaient stockés dans ces estomacs externes, que vous les aviez recyclés pour les revendre en secret à des Sans-racines10. Sauf erreur de ma part, rien qu’au Royaume de l’Honnêteté, il y a 300 000 Sans-racines venus de la campagne pour travailler en ville, ils vivent des jours très difficiles. Bien que l’approvisionnement en nourriture des Neuf-Régions soit abondant, vous n’êtes pas parvenus à une distribution équilibrée. Ce n’est pas tout le monde qui peut manger à sa faim. De nombreuses zones rurales n’ont toujours pas résolu le problème d’avoir assez à manger et à se vêtir. Vous avez réalisé l’extrême abondance matérielle, mais l’écart entre les riches et les pauvres se fait de plus en plus grand.
— Réponse (le visage rouge et le cou gonflé) : Ce sont des histoires inventées par vos médias réactionnaires occidentaux, vous tentez de nous ternir, pour au final atteindre le but de l’effondrement des Neuf-Régions ! Vous deux qui êtes de vrais intellectuels publics venus de l’Empire de Grande Bretagne, je crois que vous ne porterez pas un regard biaisé sur les Neuf-Régions. Vous ne devez pas imiter les Américains.
— Question : Alors, de nombreux Sans-racines, après avoir mangé la nourriture de seconde main que vous leur aviez fournie, sont morts d’empoisonnement. Comment l’expliquez-vous ? Cela est déjà très clairement écrit dans les documents à charge.
— Réponse : C’est une machination ! C’est injuste ! Tout ce qui peut être accepté par l’estomac artificiel est de la nourriture biologique, il est impossible qu’il y ait la moindre contamination. Par ailleurs, il n’y a aucun Sans-racines sur notre territoire, voilà bien longtemps que la pauvreté a été éliminée !
— Question : Alors, pour ce qui est du trafic avec l’étranger, avez-vous encore quelque chose à déclarer ?
— Réponse (le visage traduisant une forte surprise) : Non, je n’ai jamais fait une telle chose ! Où l’avez-vous entendu ? Il n’y a que les fous qui font des choses pareilles ! Ah, comment se fait-il qu’ils ne supportent pas la vue d’autrui qui a un peu de réussite?
— Question : Oh, j’ai seulement lu quelques informations internes.

[…]

27Ci-dessus n’est représentée qu’une partie des preuves rassemblées. Lors de l’enquête, en réalité, tout ce dont les Anglais ont été les témoins auditifs et oculaires leur fit tourner la tête.

28Au moment où ils voyageaient dans les Neuf-Régions, l’opinion publique mondiale sensationnalisait encore sans raison le sujet de la pénurie alimentaire mondiale. La multitude humaine n’avait pas pu se stabiliser avant que notre planète soit saturée dans sa capacité d’approvisionnement, ajoutés à cela la pénurie de ressources énergétiques et le changement climatique, ainsi que la dépression économique et technologique, la famine s’était déjà répandue dans la plupart des endroits du globe. Les Neuf-Régionaux mangeaient cependant à presque mourir de satiété, à tel point qu’il fallut l’aide de l’estomac artificiel, cela était vraiment incroyable, et attira une grande jalousie.

29Ce que virent Holmes et Watson dans divers endroits n’était que d’exceptionnelles récoltes agricoles, dans les Neuf-Régions, la production alimentaire avait connu un accroissement ininterrompu durant une décennie. Ils virent des greniers géants qui se tenaient là aussi majestueux que des grandes montagnes, s’élevant les uns après les autres sur des plaines à perte de vue, à n'en plus finir. Ils ne purent voir de leurs propres yeux une seule indication de famine, ni même ces Sans-racines n’ayant rien à manger que décrivaient les médias européens. Peut-être que l’opinion publique européenne était vraiment en train d’inventer des histoires et de répandre des rumeurs calomnieuses à propos des Neufs-Régions?

30Les inspecteurs qui les accompagnaient dirent fièrement aux deux Anglais que les Neuf-Régionaux avaient découvert le grand mystère de la nature, en un mot, c’était juste « manger ». Si les gens vivaient, ce n’était que pour manger, l’univers n’existait aussi que pour manger (c’est pourquoi, il s’y développaient autant de trous noirs). Il n’avait jamais été question, dans les questions morales, de manger ou de ne pas manger, de manger ceci ou de manger cela, de manger des vivants ou de manger des morts, de manger des Hommes ou de manger des animaux, puisque les Hommes devaient manger quelque chose, ce quelque chose était aussi bon, ce concept de « bon » n’avait pas non plus d’autres significations, après tout, qu’est-ce qui était considéré comme bien manger ? Voilà qui était devenu le plus grand sujet de discussion.

31C’est pour cela que les Neuf-Régionaux fabriquèrent une technologie agricole hautement développée. Ici les ouvriers ne se perdent plus dans la production à basse valeur ajoutée de jouets, chaussures, chemises et briquets. La phrase que Holmes et Watson entendirent le plus dans les Neuf-Régions était : « Nous avons déjà fait des tentatives complexes, nous avons trouvé la voie de la renaissance dans nos intestins ».

32Ils comprirent un peu mieux que les Neuf-Régionaux avaient, dans le domaine scientifique le plus avancé et le plus mystérieux — l’ingénierie génétique —, réalisé une grande percée. Les preuves démontraient que, récemment, les Allemands et les Français avaient tous découvert, dans les plantes cultivées et les produits animaux des Neuf-Régions issus de la contrebande, des inclusions de gènes humains — plus exactement, c’était des gènes de Neuf-Régionaux. Cela avait provoqué la terreur des Occidentaux. Mais le Ministère des Affaires Étrangères des Neuf-Régions avait immédiatement nié. Cela était aussi devenu la raison qui avait fait venir Holmes et Watson de si loin pour enquêter.

  • 11 Le Plateau du Nord Nocturne (Yebei gaoyuan 夜北高原) se situe à l’ouest de la Province Centrale, tandis (...)
  • 12 Le Qilin (麒麟) est un animal fabuleux de la mythologie chinoise qui apporterait le bonheur et dont o (...)

33Les Neuf-Régionaux ne pourraient-ils pas développer sur cette base une arme génétique ? Cela ne pourrait-il pas engendrer l’avancée vers l’extinction des Européens, comme l’Homme de Néandertal ? En effet, tout au long de la route s’étendant du Plateau du Nord Nocturne jusqu’à la Plaine de la Rivière de Limon11, les deux Anglais virent des cultures d’un nouveau genre dont ils n’avaient auparavant jamais entendu parler en Europa, et entre ces plantes noires et blanches drues apparaissaient aussi d’étranges animaux zébrés. D’après les villageois, c’était des Qilin12 élevés pour leur viande. Parfois, il leur semblait même que tout cela ne pouvait être semé et élevé par les Neuf-Régionaux, et que cela était tout simplement des plantes célestes et des animaux surnaturels tombés du ciel. Il y avait en effet un inspecteur qui leur avait dit qu’ils n’avaient rien à voir avec la technique de manipulation génétique, mais qu’ils avaient été « empruntés » depuis un univers parallèle par un scientifique neuf-régional qui avait utilisé la technique des énergies négatives.

34Au cours de l’enquête, l’attention des Anglais fut aussi attirée par les interférences du pouvoir. Toutes sortes d’indices montraient que de grands personnages issus de la cour impériale monopolisaient le marché de l’estomac artificiel. La raison pour laquelle ce scientifique populaire du cirque s’était retrouvé en prison, était justement parce qu’il avait porté offense à un quelconque groupe d’intérêts dirigé par un proche de la famille impériale. Sur ce, son brevet fut saisi de force, alors que ce groupe d’intérêts était effectivement en train de faire du trafic de nourriture à grande échelle avec Europa, envoyant dans des usines alimentaires les restes de nourriture et de soupes qui avaient déjà circulé dans les estomacs artificiels des Neuf-Régionaux, pour fabriquer, après avoir subi un processus d’extraction et de purification de bio-ingénierie, des « nutri-pilules », pour ensuite les revendre aux Étrangers.

35C’était une petite gélule de couleur rouge qui contenait les éléments nutritifs les plus fondamentaux, il était dit qu’en prenant une gélule chaque jour, on ne ressentait alors pas la faim. Le groupe d’intérêts utilisa les canaux du marché noir pour faire du trafic de nutri-pilules jusqu’en Europa et en Amérique du Nord. Cela devint la seule voie avec laquelle les Neuf-Régions gardèrent le contact avec le monde.

36Bien entendu, pour de nombreux Européens, cela était une bonne chose, puisque les États-Unis d’Amérique avaient abandonné leur responsabilité face au monde. Le Ministère de l’Agriculture américain avait d’un côté exigé l’augmentation de la production du blé à l’intérieur du pays, mais avait d’un autre côté interdit à Cargill, Archer Daniels Midland et Bunge d’exporter leur nourriture. Cela avait provoqué une colère publique, même le Pape au Vatican avait exprimé son mécontentement. C’est pourquoi les Européens avaient porté leur espoir de survie sur les nutri-pilules, et ne cessaient de chanter des louanges envers la nourriture de contrebande des Neuf-Régions.

37Holmes se demanda si cela n’était pas une stratégie globale des Neuf-Régions. En effet, les Neuf-Régionaux avaient développé une arme alimentaire pour s’opposer aux États-Unis, afin d’étendre leur influence sur cette planète, pour au final atteindre leur objectif de contrôler le monde. Mais qu’est-ce que cela avait de mal ? Encore plus de gens survivraient.

  • 13 L’ethnie des Kuafu (夸父) est un peuple de géants. Selon la légende de l’univers imaginaire des Neuf- (...)

38Certains hauts membres de l’Alliance des Villes Européennes avaient entamé un commerce secret avec les grandes entreprises neuf-régionales, étaient entré en partenariat dans le trafic de nutri-pilules. Les nobles d’Angleterre, de France et d’Allemagne avaient même acheté discrètement des estomacs artificiels au marché noir neuf-régional, pour en jouir eux-mêmes. Pour cela, ils avaient accepté de ne plus soutenir la révolte de l’ethnie des Kuafu13 dans le Nord des Neuf-Régions (en réalité, Europa n’avait depuis bien longtemps plus cette capacité, et cela n’était en général que des paroles en l’air).

39Il n’en était pas plus mal ainsi, les Européens qui depuis toujours tentaient de se libérer de la force de contrôle des États-Unis obtenaient finalement ce qu’ils désiraient. Ils achetaient d’abord des nutri-pilules de contrebande aux Neuf-Régions, se battaient pour survivre, inventaient ensuite des vaisseaux flottants qu’ils vendaient aux Neuf-Régionaux pour obtenir en retour encore plus d’argent qu’ils utilisaient pour acheter encore plus de nutri-pilules. Une ère agricole toute nouvelle était en train de voir le jour, elle remplacerait justement l’ère de la vapeur, et quand le temps serait venu Europa serait inévitablement le plus grand partenaire commercial des Neuf-Régions. Non, elle serait considérée comme un état vassal et intégrerait les Neuf-Régions.

40« Nutri-pilules ! Nutri-pilules ! Nutri-pilules ! » scandait avec enthousiasme et à l’unisson la foule de centaines de millions d’Européens.

41Mais le soucis était que Holmes et Watson ne savaient pas clairement à ce moment-là si c’était finalement sa Majesté la Reine, ou l’Alliance des Villes Européennes, ou bien encore la BBC qui les avaient envoyés dans les Neuf-Régions pour faire quelque chose. C’était vraiment assommant.

42En effet, il y avait en Angleterre tellement de grandes affaires sur lesquelles enquêter, comme par exemple les conditions mystérieuses de la mort de la Princesse Diana, ou bien la main invisible derrière les vagues de réfugiés, ou encore une série d’attaques terroristes, mais ils étaient finalement venus dans les Neuf-Régions, pour enquêter sur quelques affaires qu’ils trouvaient profondément embarrassantes et dont ils ignoraient la raison, pour à tout prix révéler les dessous de cette manigance. Pourquoi en était-il ainsi ? Se pourrait-il que ce soit quelqu’un à l’intérieur des frontières anglaises qui leur nuise intentionnellement ? Fallait-il juste les envoyer au loin ? Y avait-il une quelconque machination au centre de tout cela ?

43A ce moment-là, les médias américains commencèrent de nouveau à sensationnaliser un nouveau sujet, qui n’était autre que les Neuf-Régions était encore une menace pour le monde. Le New York Times déclara que des scientifiques du MIT avaient découvert que, du fait de « l’emprunt » de nourriture depuis un autre espace en utilisant l’énergie négative, les Neuf-Régions étaient en train d’engendrer un déséquilibre dans l’univers tout entier, provoquant l’effondrement de l’espace-temps, qui déclencherait un désastre exterminateur qui mènerait à l’extinction de l’humanité.

44Une telle opinion publique se transmit en Europa, les gens commencèrent de nouveau à être morts d’angoisse, les nobles attendaient avec impatience les conclusions de l’enquête de Holmes et Watson. Mais les deux gentlemen savaient au fond d’eux qu’aujourd’hui, les mots et actions des détectives privés ne pouvaient déjà plus en réalité avoir beaucoup d’influence sur la politique intérieure et extérieure d’Europa.

45Les inspecteurs du Royaume de l’Honnêteté, le voyant ainsi, réconfortèrent Holmes : « La glorieuse et grandiose histoire de votre pays ne connaîtra pas de fin, le peuple britannique entreprendra une profonde révolution sociale, cela reconstruira la prospérité d’Europa. Votre gouvernement devrait s’immiscer dans l’économie. Les industries importantes doivent toutes être nationalisées. La technologie est décisive. Il faut que les forces productives aillent dans les mains de la société toute entière. Il faut juste ne plus imiter le modèle nord-américain, et au bout de dix années vous pourrez vivre une vie de confort. ».

46Ce n’est qu’en entendant cela que le grand détective de Baker Street fut réconforté. Mais très vite, il ressentit de la peur, il se demandait en son for intérieur, quel était ce modèle nord-américain, et que fallait-il alors faire de sa Majesté la Reine ? En Angleterre, le peuple était encore habitué à la monarchie absolue. Les Neuf-Régionaux voulaient-ils encore manigancer quelque chose ? Il tendit alors la main vers l’intérieur de son manteau pour prendre une seringue de cocaïne.

47« Nutri-pilules ! Nutri-pilules ! Nutri-pilules ! » appelait avec véhémence Holmes en son for intérieur.

48Par la suite, sous la préparation du groupe d’intérêts, il y avait chaque jour quelqu’un pour s’occuper de faire manger et boire à foison les deux Anglais, les inspecteurs commencèrent même à leur conseiller d’expérimenter la prodigiosité de l’estomac externe. Il acceptèrent petit à petit de bon gré, pour ainsi alléger temporairement la pression apportée par l’enquête. En tout lieu et en tout temps, il n’y avait, devant leurs yeux, que des bouches qui ne cessaient de bouger, ainsi que des ventres qui gonflaient à toute vitesse. Tout devint si simple, le cerveau n’avait même plus besoin de réfléchir.

49Ils se sentaient parfois embarrassés, éprouvant même un certain sentiment de culpabilité. Ils espéraient pouvoir retourner aux inspecteurs leur hospitalité, afin de leur témoigner de la reconnaissance. Mais la livre sterling et l’euro avaient été dévalués depuis bien longtemps, les coupons des Neuf-Régions qu’ils avaient convertis ne pouvaient même pas payer une assiette de rognons. Voyant cela, les inspecteurs leur avaient généreusement prêté de l’argent. Ils avaient également réfléchi à acheter à crédit deux estomacs artificiels d’occasion pour les ramener dans leur pays et en jouir secrètement par eux-mêmes, mais ils s’inquiétèrent de ne rien avoir à y mettre dedans.

50Les deux pensèrent alors, s’ils ne pouvaient pas s’adapter au plus vite aux changements et à l’évolution de la situation, et si la révolution sociale d’Europa rechignait à venir, à rester là et ne pas repartir, voire même à faire une demande pour avoir la nationalité neuf-régionale. Il était dit qu’il y avait déjà eu à Scotland Yard des collègues qui avaient abandonné leur poste, et qui étaient venus dans des restaurants des Neuf-Régions pour faire le service.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir « Censures et littératures d’Asie » (2016) à l’URL : https://journals.openedition.org/ideo/459

2 Voir ma traduction de Wo de zuguo bu zuomeng 我的祖国不做梦à l’URL : https://journals.openedition.org/ideo/470

3 Voir ma traduction de Yuzhou mubei 宇宙墓碑 à l’URL : https://journals.openedition.org/ideo/475

4 Les « quatre grandes saisons » (da siji 大四季) fait référence à une théorie émise par quelques scientifiques, dont notamment Dong Miaoxian 董妙先 (1946-), selon laquelle le Soleil se déplacerait dans le système galactique comme la Terre dans le système solaire. Du fait de conditions différentes propres à chaque endroit, celui-ci pourrait être confronté à des conditions similaires aux quatre saisons terriennes (ce qu’ils appellent les « quatre petites saisons »), et pourrait donc entrer dans une « saison » glaciaire, provoquant ainsi une longue ère de glaciation. Cette théorie est aussi le sujet principal du dernier roman de l’auteur He Xi 何夕 (1971-), Tian nian 天年 (Année céleste)

5 Les Neuf-Régions (Jiuzhou 九州) fait ici référence au monde imaginaire crée conjointement par sept auteurs chinois de fantasy et de science-fiction, à savoir Yao Kong 遥控, Pan Haitian 潘海天, Jin Hezai 今何在, Shui Pao 水泡, Jiang Nan 江南, Zhan An 斩鞍 et Duo Shi 多事. Ce monde constitue une base pour les romans récents de fantasy concernant les Neuf-Régions (qui est à l’origine l’appellation historique de la Chine)

6 La ville de Cesse (Bizhi 毕止) est, dans le monde imaginaire des Neuf-Régions, la capitale du Royaume de l’Honnêteté (Chunguo 淳国), et se situe au nord de la Province Centrale (Zhongzhou 中州)

7 Le Parfum des Mille Lis (qianli xiang 千里香) est le nom d’un alcool présent dans l’univers fictif des Neuf-Régions

8 Avoir la peau du visage épaisse signifie en chinois être éhonté, ne pas ressentir facilement de la gêne lorsque l’on fait quelque chose ; alors que pour la personne qui se sentira facilement honteuse ou gênée, on dira qu’elle a la peau du visage fine

9 Les Entomoïdes (Chongzu 虫族) sont des extraterrestres dont l’aspect rappelle celui des insectes

10 Les Sans-racines (Wugenmin 无根民) sont, dans l’univers imaginaire des Neuf-Régions, un peuple issu du mélange entre Hommes et Ailés (Yuren 羽人), qui sont à la fois rejetés par la société humaine et par la société des Ailés. Les Ailés sont quant à eux une race d’hommes pourvus d’ailes rétractiles ne leur permettant pas de voler

11 Le Plateau du Nord Nocturne (Yebei gaoyuan 夜北高原) se situe à l’ouest de la Province Centrale, tandis que la Plaine de la Rivière de Limon (Yuhe pingyuan 菸河平原) se situe au nord de cette dernière

12 Le Qilin (麒麟) est un animal fabuleux de la mythologie chinoise qui apporterait le bonheur et dont on trouve souvent les représentations aux abords des palais et des temples. Il a l’apparence d’un cerf, mais est pourvu d’écailles et possède deux cornes

13 L’ethnie des Kuafu (夸父) est un peuple de géants. Selon la légende de l’univers imaginaire des Neuf-Régions, ils peuvent grandir sans limite, bien que la plupart des Kuafu n’atteignent qu’une taille deux fois supérieure à celle des Hommes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Aloisio, « Gastronotopia », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/666

Haut de page

Auteur

Loïc Aloisio

IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals