Navigation – Plan du site

Ventre affamé prend tout à gré, une nouvelle de Li Xiao 李嚣

Chunli Huang

Texte intégral

Présentation

1« Ventre affamé prend tout à gré » (« Ji bu ze shi » 饥不择食) est un texte de science-fiction dans lequel Li Xiao 李嚣, son auteur, plonge un homme ruiné dans un monde régi par la loi des brevets détenus par des sociétés tentaculaires seulement conduites par la recherche du profit. Il met en question l’utilisation des tests génétiques et des brevets qui en résultent. Il a obtenu en 2003 le prix Yinhe 银河奖 (Prix de la Voie lactée) décerné par la revue Kehuan Shijie 科幻世界 (Le Monde de la Science-fiction).

Ventre affamé prend tout à gré

2J’ai connu le plus grand échec de ma vie — j’ai fait faillite. Ce triste commerce spéculatif, je n’ai pas très envie de l’évoquer. Étant enregistré en tant que Société à responsabilité illimitée, je dois liquider les dettes avec l’entièreté de mes biens. A présent, ma situation est pire que si j’étais sans le sou. Mes biens personnels sont devenus un chiffre négatif à l’infini. A l’exception de mon allocation, tous mes revenus sont d’ores et déjà destinés à rembourser les dettes que même plusieurs centaines de générations seraient incapables de liquider. Sous ce parfait régime de sécurité sociale, je pensais que je ne mourrais pas de faim. Mais très vite, j’ai réalisé la naïveté de mes vues initiales.

3Ce matin-là, je suis sorti de mon H.L.M. et cherchais du boulot dans la rue. Certes, il est impossible de compter sur de petits boulots pour rembourser mes dettes colossales. Il n’empêche que je dois trouver quelque chose à faire. Justement, il y avait un fast-food dans cette rue. Puisqu’il fallait travailler, je ne pouvais pas rester le ventre vide. Alors j’y suis entré.

4J’ai commandé le hamburger le moins cher, l’un des aliments que je pouvais acheter avec le peu d’allocation que je touchais, mais les choses ne se sont pas passées ainsi. Ma carte de crédit n’a pas pu régler cette mince facture. Pourtant j’aurais juré qu’il me restait suffisamment d’argent pour payer dix hamburgers de ce genre. Le patron m’a fixé un petit moment de son regard suspicieux, puis il a disparu derrière le comptoir. Dix minutes plus tard, il était de retours et il m’a expliqué : « Il reste bien de l’argent sur votre carte, mais je ne peux pas vous vendre ce hamburger, pour la simple et bonne raison que je vais vous expliquer : votre autorisation de brevet est annulée.
— L’autorisation de brevet ? Annulée ? » Comment est-il possible que dans mon état actuel ces mots puissent avoir quelques rapports avec moi ? Depuis que j’ai échoué dans mes affaires, je n’ai plus exercé aucune activité commerciale. Je vis grâce à l’allocation et fais de petits boulots de temps en temps. Quel rapport entre l’autorisation de brevet et moi ? Puisqu’à présent je gagne mon pain avec mes mains.
Pris de compassion pour moi, le patron m’a patiemment expliqué : « Le hamburger que vous avez choisi est cuisiné avec des farines moulues de blé modifié. Le brevet du blé modifié appartient à la Société Yuanshan, chaque hamburger que vous mangez utilise également la technique du brevet de cette Société, c’est que vous devez payer.
— Comment cela est-il possible ? Je sais que les paysans doivent payer les entreprises qui possèdent le brevet génétique afin d’augmenter leur production. Cependant je ne suis pas agriculteur et je ne cultive pas de blé. La somme que je dépense pour le hamburger inclut déjà les frais d’utilisation du brevet.
— Non, pas tout à fait. Les frais que les paysans ont acquitté pour augmenter leur production sont déjà inclus dans le prix du hamburger, mais certaines techniques génétiques ne sont pas vraiment destinées à accroître la production, elles ont d’autres fonctions spécifiques. La Société Yuanshan considère qu’il n’est pas convenable de faire payer aux agriculteurs les frais d’utilisation du brevet, aussi elle a donc changé la façon de récupérer les frais, ce qui est son droit.
— C’est-à-dire que je dois demander la permission à la Société Yuanshan chaque fois que je consomme un hamburger, puisque ceux-ci sont fabriqués en utilisant la technique de cette entreprise ?
— Oui, c’est à peu près ça. Les frais d’utilisation du brevet sont prélevés automatiquement depuis votre carte de crédit. La Société Yuanshan a probablement découvert que votre réserve était insuffisante pour payer cette somme, elle a donc annulé votre droit d’utilisation du brevet. »

5C’était donc ça, j’avais compris : les frais d’achat du brevet n’étant pas inclus dans la sécurité sociale et comme chaque sou que je gagnais était ponctionné par la banque pour rembourser mes dettes, il allait de soi que la Société Yuanshan n’était pas en mesure d’obtenir suffisamment d’argent à partir de ma carte. Ainsi, avait-elle annulé mon droit de brevet et interdit à tout fast-food de me vendre ce type de hamburger.
« Avez-vous des hamburgers non payants ? Je veux dire des hamburgers sans les frais de brevet ? » ai-je alors demandé.
Le patron a baissé la tête et a cherché pendant un moment, puis il m’a répondu avec regret : « Non, je n’en ai pas. Il n’y a pas que les hamburgers, mais ici, tous les produits utilisent le brevet de la Société Yuanshan. Il faut tenter votre chance ailleurs. »
J’étais complètement abattu. L’idée de chercher quelque chose à faire s’était envolée. J’ai marché toute la matinée dans la rue sans avoir trouvé un seul fast-food qui veuille me vendre un hamburger, ou plus précisément qui puisse m’en vendre un. Tous les produits alimentaires utilisaient le brevet de recherche de la Société Yuanshan ; sans l’accord de cette dernière, je ne pouvais même pas avoir une miette de pain.

6Durant ce processus qui me menait d’échecs en échecs, j’ai aussi compris pourquoi la Société Yuanshan pouvait obtenir d’un coup tant de brevets. En fait, pour beaucoup de choses, cette entreprise n’avait pas vraiment fait de recherches sérieuses sur beaucoup de choses, elle avait juste testé l’ordre du génome des cultures, puis avait estimé sa valeur, et l’avait retranscrit sur sa demande de brevet. Certaines fonctions étaient peut-être déjà connues de tous, telles le fait que manger des céréales pouvait soulager la faim, mâcher de l’ail tuer des microbes. Cependant, la Société Yuanshan a été la première à avoir écrit ces principes sur sa demande de brevet pour être déposés. Ainsi, chaque personne qui désormais se sert de la vertu de ces cultures doit alors payer la Société pour utiliser es soi-disant « résultat de recherche ». Bien sûr, le plus importante restant qu’on devait lui verser son dû. Comme si on avait dû attendre la Société Yuanshan pour réaliser que l’ail avait une vertu anti-microbienne, alors qu’avant elle, l’humanité avait déjà consommé des milliers de tonnes d’ail inutilement sans l’explication de la biologie moléculaire.
Je ne connais rien à la biologie moléculaire, pourtant je sais bien que l’on aura faim si l’on ne mange pas. J’ai ainsi flâné du matin au soir, l’estomac complètement vide, sans parvenir à trouver le moindre snack qui accepte de me vendre quelque chose, ou plus précisément qui puisse me vendre la moindre chose pour soulager ma faim — sans avoir besoin de la permission de la Société Yuanshan.

7La faim insupportable me rendait presque fou, mais je me suis retenu et j’ai cessé d’errer sans espoir. Je ne pouvais plus rester dans la ville. Il me semblait que je devais tenter ma chance à la campagne. J’y trouverais peut-être un petit boulot qui me permettrait de gagner quelques sous.
Prendre le bus m’a encore fait perdre quelques forces, mais c’était le seul moyen de transport que je pouvais utiliser après ma faillite. L’air était bien frais à la campagne, mais pour moi, cela signifiait autre chose : cela me donnait encore plus faim.

8Les cultures poussaient bien dans les champs. Quoique pas encore entièrement mûres, les grains faisaient déjà courber les épis. J’ai trouvé une famille dans une ferme et lui ai demandé de me vendre un peu de grains — il me restait encore un peu d’argent, et au pire, je pouvais toujours faire des petits travaux en échange. Mais je n’ai essuyé que des refus.
Après mes sollicitations répétées, on a finalement écouté mes explications, mais cela n’a rien changé. Mon hôte me manifestait sa sympathie, pourtant il ne pouvait pas satisfaire à ma demande : « Que voulez-vous ? Nos grains sont achetés chez Yuanshan. Si on les vend à un tiers hors convention à qui n’a pas d’autorisation, on enfreint alors le contrat. Selon la loi, cet acte peut me pénaliser jusqu’à me ruiner. 
Je le concevais bien, mais mon estomac s’obstinait à ne pas comprendre. Après avoir résisté une journée entière, j’ai finalement abandonné. J’ai renoncé à ma dignité et à ma morale, et j’ai volé quelques épis de maïs encore verts en me passant de l’autorisation de la Société Yuanshan.

9Le maïs n’était pas encore mûr. Mais si j’attendais qu’il le soit, je ne pourrais probablement plus le mâcher. Ce qui est sûr, c’est que cela faisait très longtemps que je n’avais pas mangé quelque chose d’aussi parfumée. D’un vert brillant, les épis étaient très sucrés et assez juteux. Cela m’a fait penser aux jours de pêche au bord de la rivière dans mon pays natal quand j’étais petit. Nous allumions un feu de camp, puis nous mettions des pommes de terre dans la cendre brûlante et des vieux maïs que nous apportions de la maison dans la cendre brûlante. Après un petit moment, nous les ressortions et enlevions l’écorce carbonisée ; rien que la pensée du parfum frais et de l’air chaud qui s’en dégageaient me faisait saliver.

10C’est ainsi que j’ai commencé ma vie errante. Les propriétaires des champs ne se souciaient pas des petits voleurs comme moi, pourvu qu’ils ne s’en aperçoivent pas et qu’ils ne prennent pas le risque de recevoir des pénalités dues aux manquements aux contrats. Ils ne se souciaient pas des quelques aliments que je mangeais. Mais je ne pouvais pas supporter de vivre en cachette. Pendant mon errance, j’ai compris que mes deux mois d’allocations ne me permettaient même pas d’acheter dix hamburgers si je devais payer individuellement les frais d’utilisation du brevet pour chacun d’entre eux. Si j’avais eu un travail correct, cette somme n’aurait pas été un problème. Mais chaque sou que je gagnais était récupéré par la banque pour rembourser mes dettes. Décidément, j’étais dans une impasse.
A la fin de l’hiver, j’ai erré jusqu’à un parc naturel forestier du Sud. À ce moment-là, je ne pouvais plus du tout supporter la vie errante, il me fallait absolument m’installer quelque part. Je ne voulais pas dormir chaque nuit dans un endroit différent. L’immense forêt devant moi m’offrait justement cette opportunité. Je pénétrais sa profondeur sans me retourner. Après deux jours de marche, il me semblait être parvenu au centre de la forêt, alors je me suis arrêté.

11Durant la première journée, je me suis occupé de bâtir une cabane. Si mes ancêtres poilus voyaient ma première œuvre, ils mourraient de honte. Il y a des millions d’années, lorsqu’ils descendirent de l’arbre sur le sol pour la première fois, je crains que les cabanes qu’ils bâtirent furent déjà meilleures que la mienne. Cependant, j’étais quand même très satisfait du résultat de mon travail — j’avais érigé entre deux arbres gigantesques une branche grosse comme un bras, puis l’avais couverte avec des feuilles en formant le caractère « 人 » ; les feuillages étaient reliés avec des fibres de lin. Les feuilles étaient pliées avec régularité dans le même sens, de façon à ce que par temps de pluie, celle-ci puisse s’évacuer par le toit en suivant la forme en V inversé du toit. Sous le toit, j’ai entassé plusieurs branches assez grosses pour éviter de me retrouver réveillé et trempé dans la nuit par l’eau s’écoulant sur le sol. J'étais très fier d’être parvenu à me détacher de la société civilisée pour revenir à l’état primitif.
Me nourrir ne posait pas vraiment de problème, la forêt était riche en fruits sauvages — grâce en soit rendue à Dieu d’avoir créé toutes ces choses. J’ai commencé à faire des projets pour améliorer ma vie. Ce qui était étonnant, c’est que poussaient ici une ou deux qualités de haricots dont j’ai récolté des grains qui étaient comestibles. A l’arrivée de la saison de la floraison printanière, j’allais défricher un terrain suffisant pour moi d’environ deux ou trois mus. Ici la forêt n’était pas très épaisse, on pouvait facilement trouver par-ci par-là de petits terrains sans faire de grands efforts pour abattre des arbres. Si je me débrouillais bien, je pourrais avoir deux moissons par an. Il était même probable qu’à l’automne prochain, je devrais chercher le moyen de construire un autre grenier.

12Les beaux jours n’ont pas duré longtemps ; la vie heureuse n’a duré que quelques mois. Un jour alors que j’étais occupé à faire du désherbage dans les champs sur lesquels j’avais plantés des baies en plus de mes haricots, un hélicoptère me survola. Je n’y ai pas prêté attention, mais cela ne signifiait pas qu’il ne s’intéressait pas à moi. Le lendemain matin, un policier est venu en hélicoptère et m’a dit : « On nous a avertis qu’ici quelqu’un exploitait illégalement des champs. »

13Sans le regarder, et tout en continuant à désherber mes haricots, je lui répondis : « À votre avis, quel dommage puis-je causer à la forêt ? »
Ayant constaté que je tenais en main un crochet en fer pour désherber et ayant noté les quelques outils fabriqués en branches d’arbre, le policier se radoucit : « On m’a seulement averti qu’ici il y avait ici des exploitations illégales … mais pourquoi faites-vous cela ? »
Je terminais le désherbage d’une levée de terre, puis je levais la tête. L’homme avait l’air très gentil. Je lui ai alors expliqué la raison pour laquelle je me retrouvais ici.
Même s’il éprouva pour moi de la compassion, il tenait quand même à ce que j’arrête mes activités. Il dit que c’était le règlement ; s’il me laissait faire, des exploitants viendraient en foule et dévasteraient ce lieu. Loin de donner du crédit à ses allégations, je continuais de penser obstinément que ma présence ici n’ennuyait personne ; je voulais juste récolter le fruit de mon travail sans nuire aux intérêts d’autrui.
« Vous croyez vraiment ce que vous dites ? dit-il en ricanant.
— Pourquoi pas ? Les grains que j’ai utilisés sont tous sauvages ; ils ont été créés par Dieu pour servir tout le monde. J’ai le droit.
— Je crains que non. Savez-vous que le haricot que vous avez planté a été génétiquement testé par la Société Yuanshan ?
— Quel est le rapport ? Elle peut bien utiliser ces haricots, pourquoi ne puis-je pas les utiliser aussi ? Ils ont poussé ici depuis des millénaires, la Société Yuanshan ne les a pas tous achetés pour les modifier. Pourquoi est-ce que je ne pourrais pas les faire pousser ?
— Je crains que cela ne se passe pas comme ça. Vous savez que la Société Yuanshan a demandé la protection d’un brevet après avoir réalisé son test sur le génome, ce qu’elle a obtenu. Ainsi toute utilisation de cette plante exploite la recherche menée à son sujet, c’est ce qui est écrit sur le brevet. Vous n’avez aucun moyen pour justifier que le fait que vous saviez que les grains de cette plante étaient comestibles et ne soit pas dû à la consultation du résultat de la recherche de la Société Yuanshan. Sa demande de brevet est diffusée publiquement, aussi si vous voulez planter ce haricot, il vous faut impérativement leur demander l’autorisation.
— Dans ce cas, je ne mangerai plus de ces haricots. De toute façon, il y a plein de fruits sauvages ici. »
L’homme ricana à nouveau. Je devinai quelle réponse vaseuse il allait me sortir : « Ici toutes les plantes ont été étudiées d’une manière directe ou indirecte par la Société Yuanshan. Par conséquent, presque toutes les utilisations de ces plantes concernent la Société Yuanshan et doivent obtenir sa permission. »

14Quelle perfidie ! Si j’avais de l’argent pour payer ce brevet, je ne serais pas ici pour souffrir cette souffrance. Comme je n’avais pas d’argent, je ne pouvais rien consommer dans les lieux réglementés. Ce policier ne faisait pas fait exprès de me laisser crever de faim, il faisait juste son travail. Je pensais qu’il voulait, de cette façon, me faire quitter cet endroit à sa façon, mais comme je n’avai pas cherché à protester, il n’avait pas pu utiliser la force. Mon tort était bien deçà du niveau où il pouvait employer des moyens violents autorisés par la loi. Ma présence ici était légale. La situation restait sans issue et il n’avait pas d’autre solution que de perdre son temps avec moi.
Nous sommes restés ainsi durant trois jours entiers. Je pouvais dormir. Quant à lui, quelqu’un est venu prendre la relève. Il a recommandé à son remplaçant de ne pas employer la force. D’une part, il avait de la compassion pour moi, d’autre part, s’il recourait à la violence, je pourrais, une fois sorti de la forêt, porter plainte contre lui, et cela lui coûterait cher.
Son remplaçant m’a également interdit de manger. À peine cette idée m’effleurai-t-elle, ou bien dès qu’il pensait que j’en éprouvais le désir, il me rappelait que je n’avais pas obtenu l’autorisation de la Société Yuanshan. En d’autres termes, si quelque chose avait été déclarée comestible par Yuanshuan, et que je ne détenais pas l’autorisation de la firme pour le consommer, je devais le considérer comme une pierre non comestible, absolument non comestible ; sinon je serais condamné pour avoir indûment utilisé le résultat de leurs pitoyables recherches.
La preuve que les deux policiers avaient éprouvé de la compassion pour moi, c’est qu’ils s’abstinrent de manger devant moi, ce qui m’aurait fait souffrir davantage. A la fin, je ne tenais plus debout, je sentais flotter un voile noir devant mes yeux : le monde semblait avoir rétréci, être devenu un tout petit point avec ses contours scintillants d’étoiles dorées. Je savais qu’ils étaient proches de leur but : si je m’évanouissais, ils auraient une raison légale de m’emporter dans un avion et je ne pourrais plus jamais revenir ici.

15Je ne me suis pas rendu si facilement. Je me suis assis en m’appuyant sur un tronc d’arbre, le soleil me caressait le visage avec douceur. À ce moment précis, j’ai eu une forte envie de sauter de l’arbre pour me jeter sur eux et les dévorer d’un coup. Leur chair n’avait sûrement pas subi le test génétique de la Société Yuanshan, comme le poulet, le bœuf ou le ver de terre. Les deux policiers ont pris peur en voyant luire un regard méchant dans mes yeux. Je fis des efforts pour récupérer ma raison, ayant l'estomac désespérément vide, j’arrachais précipitamment une poignée d’herbes et me l’enfournai dans la bouche.
Cette fois-ci, les deux policiers ne savaient plus sur quel pied danser. Ils se jettèrent sur moi en me criant : « Vite, crache, recrache ça vite ! »
J’ai levé la tête en ricanant méchamment : « Je sais que ces herbes ont subi des tests génétiques de la Société Yuanshan. Mais c’est pour les buffles, on n’a quand même pas demandé un brevet pour que les humains les mangent. »
Les deux policiers comprirent que je n’étais pas devenu fou et leurs yeux lancèrent de nouveaux un regard compatissant : « Mais vous violez quand même les droits du brevet de la Société Yuanshan. Sur sa demande de brevet, dans la rubrique concernant la fonction de cette herbe, on mentionne qu'elle pourrait être utilisée dans la médecine, y compris par voie orale … En fait, personne ne croit sérieusement que cette chose puisse avoir quelque utilité médicinale, mais on l’a écrit par habitude, telle que l’invention de la machine à laser. Au moment de la demande de son brevet, personne n’imaginait qu’elle puisse devenir un appareil médical, pourtant dans sa demande de brevet, on a quand même écrit qu’elle pourrait avoir une fonction médicale. A cause de cette phrase, depuis lors, toutes les entreprises qui fabriquent des machines médicales à laser doivent payer une somme pour l’utilisation du brevet. La Société Yuanshan transforme simplement cette manière de faire en une convention. »
Ces propos m’ont complètement effondré. Même pour manger de l’herbe, il fallait la permission de la Société Yuanshan ! J’avais perdu mon dernier espoir et je m’évanouis en m’affalant à terre.

16A mon réveil, je me suis retrouvé allongé sur un lit d’hôpital. Ont m’avait transfusé une forte dose de glucose. Dieu merci, celui qui a découvert la molécule de glucose n’avait pas déposé de brevet, comme le font les vauriens de la Société Yuanshan, lesquels se précipitent joyeusement pour demander un brevet lors de chaque découverte de molécules de protéine. S’il en était ainsi, on devrait payer chaque molécule de glucose que nous consommons pour respirer et réfléchir, même si on restait couché au lit sans bouger,
Mais, on ne peut pas survivre en dépendant d’une simple transfusion de glucose. Moi qui ai lu des ouvrages médicaux, je sais qu’une personne ne peut pas vivre au-delà de quelques mois en dépendant entièrement de cet expédient, sinon les intestins et l’estomac perdent leur fonction naturelle. Les transfusions nutritives étaient composées de protéines et de graisse. Si elles n’avaient contenu que du glucose, il était à craindre que ne puisse survivre au-delà d’une semaine.
Mais comment faire autrement ? La technique de la Société Yuanshan est employée dans le processus de production de toutes les denrées. Si je n’ai pas assez d’argent pour utiliser leurs brevets, peu importe ce que je mange, j’aurais de toutes les manières enfreint la loi. Ma mince allocation ne pouvait pas payer un repas, même le moins cher — entendu qu’il fallait inclure les frais d’utilisation du brevet. Je ne valais même pas les chats et les chiens adoptés qui ne souffraient jamais de faim ni n’étaient astreintes aux règles sur les brevets.
Je restais alité à l’hôpital durant trois jours, période pendant laquelle, mon histoire avait fait le tour du bourg. Des gens venaient me voir à la queue leu leu et me manifestaient leur compassion, mais personne n’était en mesure de m’aider. Selon la loi, chaque sou que je gagnais, à l’exception de mon allocation, devait servir à rembourser mes dettes. Avant leur remboursement total, je ne pouvais pas avoir d’argent pour payer les frais d’utilisation d’un brevet quelconque — lesquels n’étaient en rien considérés comme des dépenses vitales. Or, sans le droit d’utilisation du brevet, chaque bouchée que j’avalais constituerait une violation des règlements, car on ne trouvait plus de produits alimentaires non concernés par le brevet de la Société Yuanshan. S’il en existait encore, on devait les chercher en dehors de la Terre ; de plus, il fallait courir plus vite que la Société Yuanshan — laquelle a déjà commencé les recherches sur des plantes extra-terrestres.
Tout le bourg s’est ainsi mobilisé. Les gens bienveillants pensaient que ce serait une honte s’ils me laissaient mourir de faim devant leurs yeux. Mais pour moi, quitter ce monde plus tôt et me débarrasser du harcèlement omniprésent de la Société Yuanshan, n’était pas forcément une mauvaise chose. Malgré tout, il me fallait comprendre la sympathie de ces gens adorables, j’allais prendre soin de ma santé. Chaque jour, je survivais en ne dépendant que de la transfusion de nutriments, mais je devais me bien porter, ne serait-ce que pour réconforter ces gens bienveillants.
Le résultat de leur recherche ne m’étonnait pas, on n’avait rien trouvé aux alentours comme plantes qui ne soient pas testées entièrement ou partiellement par la Société Yuanshan, et aussi loin que la terre et la mer s’étendaient, on n’en trouverait pas non plus. J’avais entendu dire qu’on ne survivait pas plus de six mois en dépendant entièrement des transfusions de protéines. Je ne voulais pas attendre si longtemps.
Peu de jours après avoir débranché la transfusion, je fus complètement alité. Je n’avais, depuis longtemps, plus la sensation de brûlure dans l’estomac comme au début, mais juste une sensation douloureuse de vide. Je ne pensais à rien, toujours inerte, mi dormant mi réveillé, dans l’attente que la Mort vienne me chercher, j’en avais vraiment assez !

17Le cinquième jour, les choses prirent subitement une tournure favorable. Un vieux monsieur vertueux et prestigieux est venu spécialement me rendre visite ; il m’apportait une bonne nouvelle. En fait, comme c’était l’un des actionnaires de la Société Yuanshan, il pouvait faire entendre sa voix dans l’assemblée générale des actionnaires. Je ne savais pas combien d’efforts il avait dépensé pour que ces gens fous d’argent prêtent attention à quelqu’un d'aussi insignifiant que moi. Il m’a dit que les actionnaires de la Société Yuanshan avaient promis de prendre une décision lors de leur prochaine assemblée générale pour éventuellement m’exonérer des frais d’utilisation du brevet. Ce droit ne pouvait pas être cédé à autrui. La banque ne pouvait donc pas le prendre pour rembourser les dettes. Cela voulait dire que je pourrais ainsi survivre avec mon allocation.
C’était vraiment une excellente nouvelle qui me rendit presque fou. La vie bienheureuse d’autrefois semblait réapparaître d'un seul coup sous mes yeux. Je pouvais continuer à vivre et j’avais de nouveau de l’espoir. Je pourrais acheter des hamburgers dans les snacks, je pourrais remplir mon ventre légalement, je pourrais survivre normalement ! De plus, si la chance me souriait, je pourrais refaire fortune et liquider les dettes que je n’espérais jamais pouvoir rembourser autrement. J’étais tellement content.
Ce monsieur âgé et respectueux m’a dit qu’il fallait encore patienter quelques jours, car certaines clauses restaient à confirmer par l’administration de la Société Yuanshan. Avant cela, je ne pouvais encore rien manger de légal. Mais quelle importance ? Après tout ce temps de souffrance, cette dernière ligne droite de cent mètres n’était rien par rapport à ce long chemin que j’avais déjà parcouru. Je rassurais ce vieux monsieur en lui demandant de ne pas s’inquiéter pour moi et le remerciai d’être accouru ainsi pour me sauver la vie.
L’attente interminable toucha à sa fin. Ce jour-là, tous les gens qui s’étaient démenés pour moi vinrent me voir porteurs de bonnes nouvelles : après la discussion entre les actionnaires et les dirigeants de la Société Yuanshan, m’était finalement accordée une permission spéciale, à titre, était-il spécifié, tout à fait exceptionnel, permission qui serait la seule en son genre — une entreprise lucrative réfléchit toujours à son propre profit. Les démarches terminées, un joli certificat officiel d’autorisation avait été rédigé, bien que ce ne soit pas nécessaire. Ce jour-là était le jour de remise du certificat. Désormais, ma survie ne dépendait plus d’un tube de transfusion détestable. Ce fut un jour mémorable, tout le monde était rempli de joie, tous les problèmes étaient réglés, la seule chose qu’il me restait à faire était de manger un grand repas à ma faim.
Tous le monde était au comble de l’excitation, comme si une mission importante avait été accomplie. Le certificat arriva, c’était le début de la fête, quelques jeunes femmes ne purent retenir leurs larmes. J’étais là à demi-allongé sur mon lit, appuyé sur deux couettes, et des mets délicieux étaient étalés devant moi. Malgré un fort désir, décuplé par l’odeur parfumée des aliments, je gardais quand même la politesse nécessaire en cette circonstance et remerciais toutes les personnes présentes, en leur souhaitant à chacun la bonne santé et une longue vie, en particulier aux deux policiers qui m’avaient sorti de la forêt. Je leur ai demandé de me pardonner pour mon impolitesse ; ils ont accepté joyeusement mes excuses et m’ont exprimé leur compréhension.

18A présent que j’allais recevoir ce repas sacré, tout le monde me fixait des yeux. J’étais rempli d’émotion, craignant qu’il n’existe pas au monde un repas aussi solennel que celui-ci. Quelle chance j’avais d'avoir rencontré des gens si gentils. Que Dieu protège toujours ces gens bienveillants !
Avec presque un sentiment de vénération, je découpai un morceau de gâteau. Je pris une cuillère et la mis dans ma bouche en pensant que ce serait l’aliment le plus délicieux que j’allais goûter de toute mon existence, quand, soudain, quelqu’un entra brusquement. Il avait l’air d’être avocat. Tout le monde resta figé. Il s’écria : « Arrêtez un instant, l’affaire n’est pas encore finie ».

19Tout le monde restait stupéfait, moi, y compris. Peu importe, je ne pouvais pas renoncer à l’aliment qui m’était presque arrivé dans la bouche ! J’avais tellement souffert pour obtenir ce privilège, que je ne pouvais décidément pas décevoir ces gens bienveillants. Mais cet avocat diabolique retint ma main en disant : « Vous ne pouvez pas manger maintenant, le problème n’est pas encore totalement résolu. » Il déplia alors un document dont il révéla le contenu : « Selon le règlement de la protection du brevet, vous ne pouvez pas manger cet aliment, sinon vous enfreindrez la loi, sans l’accord préalable de la Société Derta-Fansou qui l’a suspendu du fait que vous n’aviez pas payé à temps. »

20Les gens qui m’entouraient lançaient des regards furieux — la Société Yuanshan avait déjà accordé le privilège, d'où sortait cette Société Derta-Fansou ?
Visiblement, cet avocat avait déjà préparé son discours : « Selon ce que stipule ce document, ce Monsieur a transformé son estomac voici trois ans, opération qui a utilisé la technique du brevet de la Société Derta-Fansou. Mais le droit d’utilisation de ce brevet n’est pas permanent. »
Il en était donc ainsi : trois ans plus tôt, au moment de mon épanouissement total, je faisais très attention à ma santé et j’avais dépensé beaucoup d’argent à ce sujet. J’avais transformé les cellules gastriques de mon estomac afin qu’il puisse sécréter un enzyme protéolytique spécifique, lequel pouvait maintenir la digestion normale de mon estomac en le protégeant de toutes sortes d’ulcération. La structure de cet enzyme protéolytique était soumis à l’utilisation d’un brevet de la Société Derta-Fansou !
Cette transformation m’avait coûté très cher. Après ma faillite, je n’avais plus eu de quoi poursuivre le paiement de c brevet, encore moins de quoi redonner à mon estomac son état originel. Dans l’attente, le brevet de la Société Derta-Fansou restait toujours dans mon estomac pour m’aider à digérer. Maintenant ces crétins de racailles venaient finalement frapper à ma porte !
L’avocat soupira avec impuissance et me dit : « C’est le règlement de la loi, on ne peut pas le changer. La Société Yuanshan vous a certes accordé la permission de mettre l’aliment dans votre bouche, vous pouvez le mâcher, mais gardez-vous de l’avaler. Autrement dit, vous ne pouvez pas laisser l’aliment entrer dans votre estomac, au risque d’enfreindre le brevet de la Société Derta-Fansou, car vous êtes soumis au contrat que vous avez souscrit avec la dite Société Derta-Fansou, laquelle ne vous a pas donné la permission de digérer ce que vous mangez. A présent, c’est à vous de décider … »

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chunli Huang, « Ventre affamé prend tout à gré, une nouvelle de Li Xiao 李嚣 », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/670

Haut de page

Auteur

Chunli Huang

Hubei Polytechnic University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals