Navigation – Plan du site

Cinq poèmes de Li Yu 李漁

Yinan Zhou

Texte intégral

Présentation

  • 1 Voir les différentes traductions accessibles à partir de l’URL : https://journals.openedition.org/i (...)
  • 2 Sur la manière dont Li Yu a vécu cette période, on pourra consulter en anglais : Chang Chun-shu et (...)

1L’habitué d’Impressions d’Extrême-Orient a déjà eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois Li Yu 李漁 (1611-1680)1. Cette fois, c’est le poète que nous sommes heureux de lui présenter. Plus particulièrement celui des années 1639-1646 qui fut heurté de plein fouet par deux événements douloureux : comme la plupart des lettrés de son temps, Li Yu fut confronté, et rudement, aux affres des échecs au redoutable système des examens pour l’entrée dans la fonction publique — brillamment reçu au premier niveau, il n’obtiendra jamais le second, la licence ; plus tard, à partir de 1644, il reçut son lot des souffrances qu’a occasionné, pour tout l’empire, le chamboulement dynastique2. On a du mal à mesurer les traumatismes causés par le premier et les conséquences qu’a occasionné pour toute une génération de lettrés le second. Par sagesse, par prudence ou par pudeur, Li Yu réserva le plus souvent l’expression de ses sentiments les plus intimes au genre de prédilection du lettré chinois : la poésie. Il en retiendra plus d’un millier dans la collection de ses œuvres qu’il publia lui-même à la fin de sa vie sous le titre de Yijiayan 一家言 (Paroles de l’École unique) dans laquelle s’affirme l’originalité d’une personnalité qui fit de lui une célébrité de son temps.

  • 3 Li Yu 李漁, Li Yu quanji 李漁全集. Hangzhou : Zhejiang guji, 1991, tome 2 (« Liweng Yijiyan shi ci ji » 笠 (...)

2Les poèmes3 qu’on va lire dans une traduction inédite permettent de voir s’effectuer un passage d’un « monde rêvé » à un « monde perdu », puis vers un renouveau, dont Li Yu tira le meilleur parti en créant sa propre voie.

Cinq poèmes

1. Lettre à un candidat malheureux comme moi après la publication des résultats

  • 4 Lisao 離騷 célèbre poème né d’une injustice subie par Qu Yuan 屈原 (340-278, av. J.-C.) son auteur, a é (...)
  • 5 Comme le rapporte l’histoire officielle des Tang (Jiu Tang shu 舊唐書, juan 190), Liu Ben 劉賁 (773-846) (...)

3Bien qu’aussi doué que les autres, mon sort est déjà arrêté,
Mais parmi ceux des grands lettrés, mes poèmes n’ont pas démérités.
Avec mon luth, je rejoins aux champs, un comparse fidèle en amitié,
Dans les rues, je laisse mes confrères méritants me devancer.
Avec si peu d’alcool, je ne pourrai m’enivrer à satisfaction,
Il faut lire doucement le Lisao4, en cas d’indignation.
Le nom de Liu Ben5, qui se transmet de génération en génération,
Me semble, d’un coup, supérieur au succès à l’examen de la nation.

2. A mi-chemin des examens, informé des désordres, je fais demi-tour

4Au moment où ma famille me manquait tant,
Le retour m’était offert par le Tout-Puissant.
Le chaos ruine la voie des mandarins lettrés,
En attendant la paix, je vais labourer et pêcher.
Le vent est impuissant face à la voile déchirée,
La vague retentit en frappant le navire inoccupé.
Au beau milieu du fleuve, ramer ne sert à rien.
Que ferons-nous donc pour nous en sortir enfin ?

3. Émotions suscitées par les troubles survenus à Wucheng6

  • 6 Wucheng 婺成 est l’autre nom de Jinhua 金華 au Zhejiang, ville où Li Yu et sa famille vivaient à l’époq (...)

5On croirait revivre le règne des barbaries,
Le jamais-vu nous parvient sans répit,
Parmi les cadavres, on cherche les anciens amis,
Au milieu des cendres incendiaires les anciens logis.
La terre va se transformer en mer illimitée,
Le ciel pourra faire tomber ses étoiles.
Pitoyable sapin, qui a été pétrifié,
Est devenu une pauvre pierre à aiguiser.

4. Émotions suscitées par les troubles survenus à Wucheng

  • 7 Shuangxi 雙溪 (littéralement « Deux ruisseaux »), nom d’un fleuve de Jinhua

6Regarder la ville dévastée coûte un long soupir,
Il me semble insupportable d’y retourner.
À cause de ce massacre, je n’ai que du blé à manger,
Sans chaumière, à un temple, je demande de m’accuellir.
La lune de Shuangxi7 reste ma seule ancienne connaissance.
Mes illusions, délicats mirages, se transforment en ruines.
Territoire abandonné, qui pour ensemencer la terre ?
Les survivants sans cesse hésitent entre les deux ères.

5. A la fête des fleurs, buvant dans un pavillon en compagnie d’amis ayant fuit les désordres et d’invités inopinés.

7Je retrouve mes grands amis sur la terre reculée,
Nous levons nos verres par un beau matin.
Le sujet de la guerre nous est épargné,
Nous feignons de vivre dans un monde serein.
Dans la vallée vide retentit l’écho du rire,
Nous suivons le mode de vie des Anciens en ermites.
Au printemps, le désir de nous divertir,
Ne sera-t-il pas une création inédite ?

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Voir les différentes traductions accessibles à partir de l’URL : https://journals.openedition.org/ideo/539 et leur présentation ainsi que l’article de Pierre Kaser, « Les métamorphoses du sexe dans les contes et les nouvelles de Li Yu » in Impressions d’Extrême-Orient 3 | 2013 à l’URL : http://journals.openedition.org/ideo/247

2 Sur la manière dont Li Yu a vécu cette période, on pourra consulter en anglais : Chang Chun-shu et Shelley Chang, Crisis and Transformation in Seventeenth-Century China. Society, Culture, and Modernity in Li Yü’ World. Ann Arbor : University of Michigan Press, 1992, p. 47-60 et Patrick Hanan, The Invention of Li Yu. Cambridge (Mass) – Londres : Havard Univesity Press, 1988, p. 10-12.

3 Li Yu 李漁, Li Yu quanji 李漁全集. Hangzhou : Zhejiang guji, 1991, tome 2 (« Liweng Yijiyan shi ci ji » 笠翁一家言詩詞集), respectivement p. 149 (« Bang hou jian tongshi xiadi zhe » 榜後柬同時下第者), p. 94 (« Yingshi zhongtu wenjing gui » 應試中途聞警歸), p. 96 (« Wucheng luan hou ganhuai » 婺成亂後感懷), p. 163 (« Wucheng luan hou ganhuai » 婺成亂後感懷) et p. 96 (« Huachaori, ji biluan zhuyou yin jiange shang, shi you biqi zhi zhe  » 花朝日,集避亂諸友飲澗閣上,時有不期至者). On trouvera les textes en annexe de leur traduction. Si l’on en croit la chronologie établie par Shan Jinheng 單錦珩 dans le tome 19 du Li Yu quanji, le premier poème a été écrit en 1639, le deuxième en 1642, les deux suivants en 1645 et le dernier en 1646. Voir Li Yu quanji, t. 19, pages 8 à 18. À cette époque, Li Yu vit soit à Jinhua 金華 soit à Lanxi 蘭溪 (Zhejiang), soit dans une région particulièrement troublée, avant et après le changement dynastique de 1644.

4 Lisao 離騷 célèbre poème né d’une injustice subie par Qu Yuan 屈原 (340-278, av. J.-C.) son auteur, a été traduit « À la rencontre du chagrin » par Rémy Mathieu dans Élégies du Chu, traduction intégrale du Chuci 楚辭 (Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », n° 111, p. 37-60).

5 Comme le rapporte l’histoire officielle des Tang (Jiu Tang shu 舊唐書, juan 190), Liu Ben 劉賁 (773-846) avait particulièrement impressionné les examinateurs par sa composition à l’examen suprême pour l’entrée dans la fonction publique, composition dont ils redoutaient qu’elle ne soit retoquée par les plus hautes autorités. Néanmoins promu Secrétaire impérial, il sera victime des eunuques qu’il avait courageusement dénoncé. Il mourut peu de temps après sa destitution.

6 Wucheng 婺成 est l’autre nom de Jinhua 金華 au Zhejiang, ville où Li Yu et sa famille vivaient à l’époque. Les deux poèmes portent le même titre : le premier est un huitain pentasyllabique, le second est un huitain heptasyllabique.

7 Shuangxi 雙溪 (littéralement « Deux ruisseaux »), nom d’un fleuve de Jinhua

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yinan Zhou, « Cinq poèmes de Li Yu 李漁 », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 7 | 2017, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/676

Haut de page

Auteur

Yinan Zhou

IrAsia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals