Navigation – Plan du site
Web-littératures

La littérature des « camarades » publiée sur Internet en Chine

Présentation d’une nouvelle tendance littéraire
Pierrick Rivet

Résumés

La littérature chinoise publiée en ligne est apparue à la suite de la première connexion Internet. Ce nouvel espace d’expression, de communication et d’interaction permet aux tongzhi 同志 (« camarades »), à savoir les « homosexuels » chinois, de laisser libre cours à leur pensée. C’est ainsi que dès 1996 fleurissent de nombreux écrits sur Internet ayant pour thème l’homosexualité : c’est la naissance de la wangluo tongzhi wenxue 网络同志文学 ou « littérature des camarades publiée sur Internet ». Cette dernière dépeint toute une palette d’expériences plus ou moins nuancées, qui dressent le portrait des multiples pressions auxquelles les camarades d’aujourd’hui paraissent être soumis. Thème quasi-absent de la littérature papier contemporaine à cause de la censure, l’homosexualité se manifeste au grand jour au travers de cette nouvelle tendance littéraire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Les différents travaux effectués sur le sujet s’accordent pour dire que l’homophobie au sens occide (...)
  • 2 Laurent Long dans son article « Chine » la date entre les années 1920 et 1930. Voir Louis-Georges T (...)
  • 3 Zheng Tiantian, Tongzhi living. Men Attracted to Men in Postsocialist China (Vie de camarades. Des (...)
  • 4 Patricia Sieber, « Introduction », in Red is not the only Color : Contemporary Chinese Fiction on L (...)
  • 5 Rachel Leng, Tongzhi Tales in Mainland China : Chinese Gay Male Subjectivities in Online Comrade Li (...)

1Au cours du XXe siècle, l’image associée aux relations entre personnes de même sexe ne cesse de se dégrader. Bien que la notion occidentale d’homophobie eût été introduite en Chine pendant la dynastie des Qing 清 (1644 - 1911)1, l’analyse pathologique ne fut, quant à elle, importée qu’après la chute de cette dernière2. Pendant les décennies suivantes, les rapports entre deux homosexuels ont été décrits comme une forme d’immoralité, de décadence et donnés pour cause de la faiblesse la nation3. La condition homosexuelle se détériore davantage avec l’avènement de la République Populaire de Chine, puisqu’elle entraîne premièrement la suppression de toute forme d’arrangement où le mariage et la procréation n’auraient pas lieu d’être : la famille nucléaire y est prônée4. Quelques années plus tard, en 1957, le Code Pénal Officiel promulgue la loi Liumang zui 流氓罪 (Crime crapuleux) qui fait de la sodomie un acte criminel5. Enfin en 1984, la première édition du Zhongguo jingshen zhang'ai fenlei yu zhenduan biaozhun 中国精神障碍分类与诊断标准 (Classification et critères de diagnostic des troubles psychologiques en Chine) inscrit l’homosexualité comme maladie mentale. Par conséquent, au cours de cette décennie ainsi que pendant la suivante, l’homosexualité devient une maladie et sa pratique un crime. En définitive, à l’orée du XXIe siècle, le phénomène de l’homosexualité est considéré comme une grande infamie. Seule l’apparition d’Internet autorise un nouvel éclaircissement sur la question.

Internet ouvre une nouvelle ère pour les camarades

  • 6 Zhao Shijun 赵世俊, Wangdong Zhongguo 网动中国 (Réseau chinois). Beijing : Wuzhou chuanbo, 2006, p. 51.
  • 7 Yang Guobing, The Power of the Internet in China: Citizen Activism Online (Le pouvoir d’Internet en (...)
  • 8 Hong Mei 红梅, Wangluo wenxue 网络文学 (La Littérature sur Internet). Chengdu : Xinan jiaotong daxue, 201 (...)
  • 9 Ou « cyber-littérature », « web-littérature », « littérature numérique », « littérature électroniqu (...)
  • 10 Ouyang Youquan est docteur en littérature et professeur à l’Université centrale du Sud (Zhongnan da (...)
  • 11 Voir notamment Wangluo wenxue lun gang 网络文学论纲 (Axe de discussion sur la littérature sur Internet). (...)
  • 12 Michel Hockx est professeur de chinois à l’Université de Londres. Ses recherches portent sur la lit (...)

2La première connexion Internet est effectuée en avril 1994 entre les États-Unis et la Chine6. À l’origine, le réseau avait été établi à des fins scientifiques mais très rapidement il est exploité dans une optique commerciale : dès 1995, le premier forum est mis en place à l’Université Qinghua 清华7. L’année suivante, d’autres sont créés, notamment Huazhao 花招 qui n’est autre que le premier site de publication en ligne chinois pour les femmes8. C’est dans ce contexte qu’est née la wangluo wenxue 网络文学 ou littérature publiée sur Internet9. L’un des premiers chercheurs chinois à s’intéresser à cette nouvelle tendance littéraire est Ouyang Youquan 欧阳友权 (1954-)10 au travers de plusieurs ouvrages11 dans lesquels il souligne le caractère foisonnant de l’écriture publiée en ligne en l’espace de quelques années. Cela s’explique par le fait que tous les Chinois qui le désiraient pouvaient publier des textes de leur cru sur le sujet qu’ils souhaitaient, et ce, de manière anonyme. Il suffisait qu’ils aient accès à Internet, qu’ils s’inscrivent et le tour était joué. Pour reprendre les mots de Michel Hockx12 :

  • 13 « As with most online communities, literary forums usually allow members to create virtual identiti (...)

« Comme dans la plupart des communautés en ligne, les forums littéraires permettent généralement aux membres de créer des identités virtuelles qui incluent non seulement des pseudonymes (noms d'écran) mais également des informations visuelles sous la forme d'avatars qui accompagnent chaque publication. L'utilisation de noms réels est inhabituelle même si normalement une adresse mail est nécessaire pour compléter l'inscription des membres. »13

3Chaque individu avait ainsi la possibilité de cristalliser sa pensée au travers d’écrits publiés sur des forums littéraires notamment. De ce fait, les personnes qui souhaitaient aborder l’homosexualité ont énormément été séduites par ce moyen d’interaction puisqu’il préservait l’anonymat.

  • 14 Comme par exemple : Sensen Linlin 森森林林, Zhu Buda 猪布嗒 ou encore Shuangye Yihong 霜叶已红, etc.

4Ils pouvaient en effet se rendre dans des cybercafés et publier des textes où l’homosexualité était l’unique héroïne. Malheureusement, cet anonymat rend difficile la paternité des œuvres puisque de très nombreux écrits — pour ne pas dire la totalité — qui concernent l’homosexualité sont en réalité signés sous de simples pseudonymes14. Jugée comme étant un sujet à éviter, le recours à ces noms d’emprunts permettait de traiter de thèmes non conventionnels sans s’exposer. Dès lors, il est impossible d’être certain de l’identité réelle de l’auteur. L’ensemble des écrits ayant pour thème majeur l’homosexualité a été regroupé sous l’appellation de tongzhi wenxue 同志文学 (la littérature des camarades).

Pourquoi le terme « camarade » ?

  • 15 « Wèi gòngtóng de lǐxiǎng, shìyè ér fèndòu de rén, tè zhǐ tóng yīgè zhèngdǎng de chéngyuán » 为共同的理想 (...)
  • 16 « Rénmen guànyòng de bǐcǐ zhī jiān de chēnghu : Nǚ tóngzhì | lǎo tóngzhì | zhāng tóngzhì | tóngzhì, (...)
  • 17 Le sinogramme tong 同 comporte trois sens différents : « identique », « union » et « ensemble ». Qua (...)

5Si l’on se réfère à un dictionnaire unilingue, il est possible de trouver deux définitions au terme tongzhi 同志 ; la première étant : « Ceux qui s'efforcent de travailler pour des idéaux communs et des causes communes. Particulièrement utilisé pour désigner les membres d’un même parti politique »15, la seconde : « Habituellement utilisé pour s’appeler l'un l'autre, par exemple : Camarade | Vieux camarade | Camarade Zhang »16. Aussi récent soit-il, ce dictionnaire ne fait aucune référence au nouveau sens du mot. Dans un dictionnaire bilingue, ce même terme est traduit par « partager les mêmes goûts », mais également par « avoir les mêmes inclinations » ou encore « camarades »17. Ici non plus, rien qui ferait penser que le terme tongzhi renvoie à une orientation sexuelle quelconque.

  • 18 L’origine du terme est toutefois plus ancienne puisqu’il apparaît dans le Hou Hanshu 後漢書 (Livre des (...)

6À l’origine, ce terme est devenu célèbre dans l’Empire du Milieu lorsqu’il fut employé par Sun Zhongshan 孙中山 (1866-1925) — plus connu en Europe sous le nom de Sun Yat-sen —, le père de la Chine moderne, dans son testament. La phrase « La Révolution n’a pas encore triomphé, Camarades, persévérons davantage ! » (Gémìng shàng wèi chénggōng, tóngzhì réng xū nǔlì 革命尚未成功,同志仍需努力) resta en mémoire et devint un célèbre slogan de la révolution18. Après la fondation de la République Populaire de Chine en 1949, le terme tongzhi fut couramment utilisé pour s’adresser à quelqu’un. En dépit de son utilisation après 1978, son emploi devient de moins en moins populaire au milieu des années 1980.

  • 19 Voir Lucetta Yip Lo Kam, Shanghai Lalas Female Tongzhi Communities and Politics in Urban China (Com (...)
  • 20 Le terme tongxinglian zhe 同性恋者 est très souvent lié au milieu médical et plus précisément aux malad (...)

7C’est en 1989, au cours du premier festival du cinéma gay et lesbien hongkongais (Xianggang tongzhi yingzhan 香港同志影展), que le nouveau sens du mot tongzhi voit le jour. En effet, le metteur en scène homosexuel hongkongais Edward Lam 林奕華 (1959-), reprend ce terme pour en faire la nouvelle appellation des homosexuels chinois. Le terme tongzhi devient ainsi, dans la société contemporaine chinoise, le mot le plus populaire pour désigner les lesbiennes, les gays, les bisexuels, les transgenres et les asexués19. L’adoption de ce terme est un symbole de l’amélioration de la condition homosexuelle dans le sens où les homosexuels ne sont plus systématiquement désignés sous le terme péjoratif de tongxinglian zhe 同性恋者 (homosexuel)20.

  • 21 Ils existent des ouvrages qui narrent des histoires homosexuelles publiés en Chine continentale. Vo (...)
  • 22 À Taiwan, l’une des œuvres souvent présentée comme la plus représentative de ce mouvement est Bai X (...)

8Il n’est donc pas surprenant que les écrits qui abordent de front l’homosexualité soient regroupés sous l’appellation « littérature des camarades » : c’est un terme positif qui affiche du reste leur identité. À cette époque en Chine, elle n’existe presqu’exclusivement sur Internet21 — contrairement à Hong Kong ou à Taiwan22. Malgré tout, cette littérature, en marge de la société chinoise « hétéronormative », autorise la discussion d’un sujet jusqu’alors tabou.

Les thèmes abordés par la littérature des camarades

  • 23 Les romans qui narrent une relation entre deux hommes sont regroupés sous l’appellation danmei xiao (...)
  • 24 Voir ce qu’en dit d’ailleurs le père des frères jumeaux Zhou Chi 周迟 et Zhou Xun 周迅 : Yuan Yin 原因, « (...)
  • 25 Le personnage de Huizi 辉子 illustre parfaitement cette idée puisque le jour de son anniversaire, son (...)
  • 26 L’attirance non-réciproque à une influence néfaste au sein du couple comme le prouve la relation de (...)
  • 27 Deux couples de camarades qui se marient entre eux.
  • 28 Sous la pression de leurs familles et de leurs collègues, Wang Kechun 王克纯 et Zhang Limin 张立民, en co (...)
  • 29 Voir Ni Fei 倪霏 qui refuse les avances de sa camarade Cao Xiaoyang 曹晓阳. Elle l’aime mais ne veut en (...)
  • 30 Guangzhou devient le havre de paix pour le couple de Cheng Yanqing et Chu Ming. Cheng Yanqing fuit (...)

9Au sein de la littérature des camarades, les récits qui font particulièrement fureurs sont ceux qui mettent en scène les passions amoureuses23. Il est vrai que ce sont ces dernières qui sous-tendent l’intrigue d’un très grand nombre de textes puisqu’elles sont à l’origine du conflit des personnages : doivent-ils respecter les traditions, se montrer pieux et se marier ou privilégier leur bonheur personnel et leur orientation sexuelle ? Au-delà de l’évocation de l’amour, cette nouvelle forme d’écriture fait état d’un nombre important de pressions auxquelles les camarades s’avèrent être soumis. L’ensemble des individus qu’ils côtoient — aussi bien les collègues, les amis, les camarades de classe, les parents, les oncles, les cousins, etc., qui les assaillent de questions, leur prodiguent des conseils insistants —, se révèle être source d’oppression24. Nombreux sont les camarades qui préfèrent répondre aux exigences de la société afin de paraître « normaux », c’est-à-dire conforme à l’image du modèle qu’impose la norme sociale. Certains camarades résistent, bien qu’ils s’exposent au rejet, à l’humiliation, au déshonneur voire au reniement25. La situation de ceux qui se marient n’est pas forcément plus enviable puisqu’ils encourent incompréhension, réprobation, souffrance et même violence du partenaire26. Pour échapper autant que possible à toutes ces difficultés, les camarades font montre d’ingéniosité au quotidien : ils sont contraints d’apparaître autres qu’ils ne le sont réellement. Pour ce faire, ils se travestissent dans l’espoir que leur orientation sexuelle reste imperceptible. Le mariage coopératif (xingshi jiehun 形式结婚)27 se profile comme étant l’artifice le plus performant puisqu’il donne lieu à la satisfaction des parents et, de manière plus générale, à celle de la société, en laissant néanmoins une certaine liberté aux amants28. Malgré tout, ce paraître n’est pas sans conséquence. À toujours vouloir être « normaux », ils ne sont jamais eux-mêmes. Ils luttent contre ce qu’ils ressentent et ce délaissement du soi engendre inévitablement un sentiment de solitude qui, finalement, les affectent grandement. Dès lors, à l’instar de leur monde extérieur, celui intérieur est racine d’affliction29. Seule la fuite peut leur rendre la liberté : en quittant l’environnement dans lequel ils ont grandi, ils laissent derrière eux bon nombre de complications et s’offrent une vie plus accommodante30.

  • 31 Thomas Pogu, « Vers une nouvelle littérature érotique homosexuelle en Chine », in Rivet, Pierrick, (...)

10C’est finalement Internet qui a ouvert un nouvel espace dans lequel les camarades étaient susceptibles de « trouver une source de soutien et de réconfort moral en discutant avec leurs semblables, tout en s’identifiant à des représentations et des figures homosexuelles issues de la culture contemporaine (littérature, musique, cinéma), asiatique ou occidentale. »31 En tissant un réseau entre eux, les images du crime et de la maladie mentale ont en effet pu être reconsidérées et la question du sida sérieusement abordée. L’isolement dans lequel ils se trouvaient s’est estompé puisque, bien que dispersés sur le territoire, ils sont dorénavant connectés au quotidien. Ils peuvent se rencontrer, prendre conscience de ce qu’ils sont et accepter leur identité sexuelle. Nonobstant les difficultés, ils se présentent comme bien plus courageux du fait de l’évolution des mentalités, de plus en plus tolérantes. Amour, pressions, dissimulation, mariage, fuite et maladie sont autant de thèmes qui reviennent sans cesse dans ces histoires. L’œuvre Beijing gushi 北京故事 (Histoires à Pékin) les aborde d’ailleurs toutes.

Une œuvre emblématique de la littérature des camarades

11Beijing gushi est l’un des textes les plus célèbres sur l’homosexualité en Chine. Il narre l’histoire de Lan Yu 蓝宇, jeune Chinois de seize ans, qui vient d’intégrer une prestigieuse université pékinoise. Seul problème, l’argent lui fait défaut. Pour en gagner, il se prostitue et fait ainsi la connaissance d’un riche chef d’entreprise, Chen Handong 陈捍东. De onze ans son aîné, ce dernier, habitué à réussir tout ce qu’il entreprend, est rapidement intrigué par Lan Yu qu’il n’arrive finalement pas à posséder. Dès lors, une passion amoureuse entre les deux hommes naît. Tiraillés entre désir et normalité, les cœurs des deux héros seront mis à rude épreuve puisqu’être homosexuel dans la société chinoise de la fin du XXe siècle est synonyme de nombreux écueils.

  • 32 Le pseudonyme Xiao He 筱禾 a également été utilisé.
  • 33 [En ligne] Disponible dans sa version originale à l’URL : http://www.shuku.net/novels/beijing/beiji (...)
  • 34 Bei Tong, Lan Yu 蓝宇 (Lan Yu). Taipei : Tohan Taiwan, 2002.
  • 35 [En ligne] Cette version est disponible à l’URL : http://www.nifty.org/nifty/gay/beginnings/beijing (...)
  • 36 Beijing Tongzhi, « Antes de comenzar a leer », in Ocurrió en Pekín (Carlos Sanrune, trad.). Madrid  (...)
  • 37 Beijing Tongzhi, Beijing story (Mario Fortunato, trad.). Roma : Nottetempo, 2009, 249 p.
  • 38 Beijing Tongzhi, Ocurrió en Pekín, op.cit., 175 p.
  • 39 Bei Tong, Beijing comrades (Scott E. Myers, trad.). New York : First Feminist Press, 2016, 383 p.
  • 40 Ibidem, « Translator’s Note » , p. xiii
  • 41 Bei Tong, Camarades de Pékin (Georgina Tacou, trad.). Paris : Calmann-Lévy, 2018, 407 p.

12Il existe deux versions disponibles de ce texte publiées à trois ans d’intervalle. La première fut publiée sous le pseudonyme de Beijing tongzhi 北京同志 (Le camarade de Pékin)32 sur Internet33 à la toute fin du XXe siècle et est intitulée Beijing gushi 北京故事 (Histoires de Pékin). En 2002, une version révisée, ayant pour titre Lan Yu 蓝宇 (Lan Yu) voit le jour à Taiwan34. Cette nouvelle version est portée à l’écran par le réalisateur hongkongais Stanley Kwan (1957-) la même année. Le film est du reste sélectionné dans la catégorie « Un Certain Regard » lors de la 54e édition du festival de Cannes. En ce qui concerne la traduction, la première version de Beijing gushi est d’abord traduite en anglais35 entre 2001 et 2005 par, semble-t-il, deux traducteurs différents36. Vient ensuite en 2009 la traduction italienne37. En 2016, une version espagnole, traduite à partir de la version anglaise en ligne est publiée38. Quelques mois plus tard, une nouvelle traduction anglaise paraît39 ; c’est une synthèse de trois versions : celles de 1998, de 2002 et d’une version finale jamais publiée40. En 2018, cette seconde traduction anglaise est traduite dans notre langue et offre ainsi l’histoire au lectorat français41.

  • 42 Ibid., p. viii. Voir également Michael Berry, A History of Pain : Trauma in Modern Chinese Literatu (...)
  • 43 Bei Tong, « Postscript to the Revised Tohan Taiwan Edition », in Beijing comrades (Scott E. Myers, (...)
  • 44 Beijing Tongzhi, « Antes de comenzar a leer », in Ocurrió en Pekín, op. cit., p. 13.
  • 45 Bei Tong, op.cit., p. XV.

13Quant à l’auteur, il demeure aujourd’hui encore inconnu et son identité reste sujet à de nombreuses interrogations. Malgré tout, certaines réponses ont été apportées, à commencer par le sexe du signataire : une femme42. Durant l’automne 1998, elle aurait traversé une période difficile de sa vie, ne sachant pas vraiment où son destin la porterait. Elle se serait alors intéressée à Internet où elle aurait entrepris de nombreuses lectures licencieuses. Les trouvant de piètre qualité, elle aurait décidé d’en rédiger une de son cru : ce serait ainsi que Beijing gushi a vu le jour43. La date de la première publication en ligne reste assez incertaine puisque à en croire les propos du traducteur espagnol, le texte aurait été publié en 199644 tandis que pour le traducteur anglais, il aurait été publié le 22 septembre 1998 sur Huazhao 花招45.

  • 46 Si le texte a bel et bien été publié en 1998.

14Malgré ces incertitudes, cette histoire est devenue célèbre auprès des camarades, assurément parce que c’est l’un des premiers textes à aborder leur condition en exposant le quotidien de deux homosexuels, et ce, dans une société où la sodomie vient à peine d’être dépénalisée46 et où l’homosexualité est encore considérée comme une maladie mentale.

  • 47 Voir notamment Mo Xuyou 莫须有, Shuang quxian love 双 曲线・love (Amour hyperbolique). Changsha : Hunan (...)
  • 48 C’est le cas de Nankan baiqi 南康白起 (1980-2008), auteur de littérature des camarades, qui a plusieurs (...)

15Peut-être n’est-ce pas là son objectif principal mais la littérature des camarades lève, d’une certaine manière, le voile de l’ignorance sur l’homosexualité en Chine : plusieurs écrits retranscrivent la réalité sociologique et historique des camarades de la Chine contemporaine. Ces textes sont lus, commentés et diffusés dans l’ensemble du pays si bien que certains, les plus appréciés, sont publiés en format papier47 — avec ou sans mention d’éditeur d’ailleurs !48 Ainsi, cette nouvelle tendance littéraire qui offre de nombreuses histoires de passions en conflit avec la norme sociale, bouleverse les lecteurs mais, ce faisant, les plonge dans un univers méconnu !

Haut de page

Notes

1 Les différents travaux effectués sur le sujet s’accordent pour dire que l’homophobie au sens occidental du terme a été introduite sous la dynastie Qing. Voir notamment Xiao Mingxiong [Takeshi Koate] 小明雄, Zhonggguo tongxing’ai shilu (zengdingban) 中國同性愛史錄 (增訂版) (Édition augmentée de l’Histoire de l’homosexualité en Chine). Hong Kong : Fenhong sanjiao, 1997, 554 p., ou encore Bret Hinsch, Passions of the Cut Sleeve : The Male Homosexual Tradition in China (Passions de la manche coupée. La tradition homosexuelle masculine en Chine). Berkeley : University of California Press, 1990, 232 p.

2 Laurent Long dans son article « Chine » la date entre les années 1920 et 1930. Voir Louis-Georges Tin (éd.), Dictionnaire de l’homophobie. Paris : Presses Universitaires de France, 2003, p. 93.

3 Zheng Tiantian, Tongzhi living. Men Attracted to Men in Postsocialist China (Vie de camarades. Des hommes attirés par des hommes dans la Chine postcolonialiste). Minneapolis : University of Minnesota Press, 2015, p. 39.

4 Patricia Sieber, « Introduction », in Red is not the only Color : Contemporary Chinese Fiction on Love and Sex between Women, Collected Stories (Le rouge n’est pas la seule couleur. Compilation de fictions chinoises contemporaines sur l’amour et le sexe entre femmes). Lanham : Rowman & Littlefield Publishers, 2001, p. 5.

5 Rachel Leng, Tongzhi Tales in Mainland China : Chinese Gay Male Subjectivities in Online Comrade Literature (Récits de camarades en Chine continentale. Subjectivités masculines gaies dans la littérature des camarades publiée sur Internet). Durham : Duke University, 2013, p. 9.

6 Zhao Shijun 赵世俊, Wangdong Zhongguo 网动中国 (Réseau chinois). Beijing : Wuzhou chuanbo, 2006, p. 51.

7 Yang Guobing, The Power of the Internet in China: Citizen Activism Online (Le pouvoir d’Internet en Chine. L’activisme des citoyens en ligne). New York : Colombia University Press, 2009, p. 29

8 Hong Mei 红梅, Wangluo wenxue 网络文学 (La Littérature sur Internet). Chengdu : Xinan jiaotong daxue, 2016, p. 43.

9 Ou « cyber-littérature », « web-littérature », « littérature numérique », « littérature électronique », « littérature sur Internet », etc. Nous avons préféré utiliser les traductions de « littérature publiée sur Internet » ou encore « écrits publiés sur Internet » puisque ces termes semblent bien rendre compte du fait qu’ils soient écrits et publiés sur Internet. En revanche, les traductions de « Web-littérature » et « Cyber-littérature » ont été écartées de par leur connotation anglaise. « Littérature numérique » pourrait prêter à confusion avec le milieu de l’édition, elle n’a donc pas été retenue. Quant à « littérature électronique », elle pouvait s’apparenter aux écrits diffusés en ligne mais non disponibles sur le réseau tels que les e-books, aussi appelée la « e-littérature ».

10 Ouyang Youquan est docteur en littérature et professeur à l’Université centrale du Sud (Zhongnan daxue 中南大学) à Changsha 长沙.

11 Voir notamment Wangluo wenxue lun gang 网络文学论纲 (Axe de discussion sur la littérature sur Internet). Beijing : Renmin wenxue, 2003, 434 p. ou encore Wangluo wenxue fazhan shi - Hanyu wangluo wenxue diaocha jishi 网络文学发展史:汉语网络文学调查纪实 (Histoire du développement de la littérature sur Internet : Enquête sur la langue chinoise dans la littérature sur Internet). Beijing : Zhongguo wenlian, 2008, 395 p.

12 Michel Hockx est professeur de chinois à l’Université de Londres. Ses recherches portent sur la littérature chinoise moderne et contemporaine, sur la façon dont elles s'organisent et sur les technologies de diffusion. Il est notamment l’auteur de Internet Literature in China. New York : Columbia University Press, 2015.

13 « As with most online communities, literary forums usually allow members to create virtual identities that include not only pseudonyms (screen names) but also visual information in the form of avatars that accompany each post. The use of real names is unusual, although normally an existing e-mail address is needed in order to complete member registration. », cf. Michel Hockx, Internet Literature in China (Littérature d’Internet en Chine). New York : Columbia University Press, 2015, p. 33-34.

14 Comme par exemple : Sensen Linlin 森森林林, Zhu Buda 猪布嗒 ou encore Shuangye Yihong 霜叶已红, etc.

15 « Wèi gòngtóng de lǐxiǎng, shìyè ér fèndòu de rén, tè zhǐ tóng yīgè zhèngdǎng de chéngyuán » 为共同的理想、事业而奋斗的人特指同一个政党的成员。(Xiandai hanyu cidian 现代汉语词典 (Dictionnaire de la langue chinoise moderne). Beijing : Shangwu yinshuguan, 2014, p. 1307).

16 « Rénmen guànyòng de bǐcǐ zhī jiān de chēnghu : Nǚ tóngzhì | lǎo tóngzhì | zhāng tóngzhì | tóngzhì, qǐngwèn nín guìxìng » 人们惯用的彼此之间的称呼 : 女同志 | 老同志 | 张同志。(Ibidem).

17 Le sinogramme tong 同 comporte trois sens différents : « identique », « union » et « ensemble ». Quant au caractère zhi 志, il possède davantage de significations dont l’une d’entre elles est « intention » d’où la traduction littérale de ce terme : « même intention ». Voir Lishi Hanfa cidian 利氏漢法辞典 (Dictionnaire Ricci chinois-français). Beijing : Shangwu yinshuguan, 2014, p. 1347.

18 L’origine du terme est toutefois plus ancienne puisqu’il apparaît dans le Hou Hanshu 後漢書 (Livre des Han postérieurs) au chapitre 57.

19 Voir Lucetta Yip Lo Kam, Shanghai Lalas Female Tongzhi Communities and Politics in Urban China (Communauté des camarades féminines Lalas de Shanghai et politique en Chine urbaine). Hong Kong : Hong Kong University press, 2013, p. 4.

20 Le terme tongxinglian zhe 同性恋者 est très souvent lié au milieu médical et plus précisément aux maladies psychiatriques. Voir Travis S. K. Kong, Chinese Male Homosexualities Memba, Tongzhi and Golden Boy (Homosexualités masculines chinoises. Memba, Tongzhi et Golden Boy). New York : Routledge, 2011, p. 14.

21 Ils existent des ouvrages qui narrent des histoires homosexuelles publiés en Chine continentale. Voir Yan Geling 严歌苓, Yeshi Yadang yeshi Xiawa 也是亚当也是夏娃 (Aussi bien Adam qu’Ève). Beijing : Renmin wenxue, 2015, 117 p. ou encore Cui Zi’en 崔子恩, Taose zuichun 桃色嘴唇 (Lèvres pêche). Beijing : Zhuhai, 2003, 263 p.

22 À Taiwan, l’une des œuvres souvent présentée comme la plus représentative de ce mouvement est Bai Xianyong 白先勇, Niezi 孽子 (Garçons de cristal). Taibei : Yun chen wenhua shiye gufen, 1990, 409 p. Pour une traduction française, voir Bai Xianyong, Garçons de cristal (André Lévy, trad.). Arles : Philippe Picquier, « Picquier poche », (1995) 2003, 476 p. Pour Hong Kong, on peut citer le texte de Huang Biyun 黃碧雲, Ta shi nüzi, wo yeshi nüzi 她是女子,我也是女子 (C'est une jeune femme et moi aussi), paru dans l’ouvrage éponyme chez Maitian (Taipei) en 1994 ; voir pp. 1-18.

23 Les romans qui narrent une relation entre deux hommes sont regroupés sous l’appellation danmei xiaoshuo 耽美小说. Pour l’origine de ce terme voir Feng Jin, Romancing the Internet. Producing and Consuming Chinese Web Romance (Romancer Internet. Production et consommation de la romance sur le web chinois). Leiden, Boston : Brill, 2013, p. 55. Les textes qui présentent l’amour entre deux femmes sont appelés des baihe xiaoshuo 百合小说.

24 Voir ce qu’en dit d’ailleurs le père des frères jumeaux Zhou Chi 周迟 et Zhou Xun 周迅 : Yuan Yin 原因, « Wu jia you di » 吾家有弟 (Un petit frère dans ma famille). [En ligne] Consulté le 19-10-2017, à l’URL : http://www.shuku.net/novels/tongzhi/wujiayoud.html

25 Le personnage de Huizi 辉子 illustre parfaitement cette idée puisque le jour de son anniversaire, son père — qui vient d’apprendre l’orientation de son fils —, l’insulte des pires mots et ce, devant tout le voisinage. Il en viendra ensuite à dire qu’il n’a plus de fils. Voir Beijing Tongzhi 北京同志, Huizi 辉子 (Huizi), [En ligne] Consulté le 19-10- 2017, à l’URL : http://www.shuku.net:8082/novels/netters/huizi/huizi01.html

26 L’attirance non-réciproque à une influence néfaste au sein du couple comme le prouve la relation de Ning Sheng 宁生 et de sa femme lesbienne Ye Yutong 叶雨桐. Non seulement la vie conjugale de cette femme est affectée mais ses souffrances se répercutent sur sa vie sociale. Elle fait montre d’ardeur en tentant de répondre aux désirs de son mari mais son corps désapprouve. Son mari souffre également puisque lui aussi se remet en question. En s’évertuant, ils en ressortent affligés et irrités. Voir Yu Xi 雨夕, Yi chunmeng yu 一春梦雨 (Une pluie de rêves printaniers), [En ligne] Consulté le 19 octobre 2017, à l’URL : http://www.txtnovel.net/forum.php?mod=viewthread&tid=729490&mobile=1

27 Deux couples de camarades qui se marient entre eux.

28 Sous la pression de leurs familles et de leurs collègues, Wang Kechun 王克纯 et Zhang Limin 张立民, en couple depuis trois ans, se marient à un couple de lesbienne, Zhang Chulei 张初蕾 et Xu Jing 许静. Une fois mariés, ils ont une double vie : la journée où le faux couple travaille, sort avec les amis, la famille, en bref, tente de conserver les apparences, puis le soir où ils changent de partenaire pour retrouver leur véritable amour. Cf. Anonyme, Liang nan liang nü 两男两女 (Deux hommes, deux femmes) [En ligne] Consulté le 19-10-2017, à l’URL : http://blog.sina.com.cn/s/blog_59ea30ea0100tu4t.html

29 Voir Ni Fei 倪霏 qui refuse les avances de sa camarade Cao Xiaoyang 曹晓阳. Elle l’aime mais ne veut en aucun cas céder à ses avances de peur de tout perdre. Ce refus la fait néanmoins terriblement souffrir. Voir A Luoluo 阿落落, Wo pa wo hui aishang ni 我怕我会爱上你 (Peur de t'aimer). [En ligne] Consulté le 19 octobre 2017, à l’URL : https://tieba.baidu.com/p/88373629 ?red_tag =2171319728

30 Guangzhou devient le havre de paix pour le couple de Cheng Yanqing et Chu Ming. Cheng Yanqing fuit ses parents et son mari — qui l’a mise enceinte en la violant. Elle a laissé sa vie pékinoise derrière elle pour s’en façonner une nouvelle aux côtés d’amis qui l’acceptent et la comprennent ; aux côtés de la femme qu’elle aime et qui s’est toujours efforcée de la soutenir au mieux et aux côtés de sa fille tout juste née. Voir Shuangye yi hong 霜叶已红, Ni shi wo jinsheng gai deng de ren 你是我今生该等的人 (Tu es la personne que je dois attendre toute la vie) [En ligne] Consulté le 19 octobre 2017, à l’URL : http://blog.sina.com.cn/s/blog_54456c3a010006oa.html

31 Thomas Pogu, « Vers une nouvelle littérature érotique homosexuelle en Chine », in Rivet, Pierrick, Les relations homosexuelles dans la littérature érotique chinoise du XVIIe siècle : de l’exubérance lubrique à l’éclosion des sentiments, Mémoire de Master, Université Paul Valéry Montpellier III, 2016, p. 61.

32 Le pseudonyme Xiao He 筱禾 a également été utilisé.

33 [En ligne] Disponible dans sa version originale à l’URL : http://www.shuku.net/novels/beijing/beijing.html (Dernière date de consultation : le 19 octobre 2017).

34 Bei Tong, Lan Yu 蓝宇 (Lan Yu). Taipei : Tohan Taiwan, 2002.

35 [En ligne] Cette version est disponible à l’URL : http://www.nifty.org/nifty/gay/beginnings/beijing-story/ (Dernière date de consultation : le 19 octobre 2017).

36 Beijing Tongzhi, « Antes de comenzar a leer », in Ocurrió en Pekín (Carlos Sanrune, trad.). Madrid : Amistades Particulares, 2016, p. 14.

37 Beijing Tongzhi, Beijing story (Mario Fortunato, trad.). Roma : Nottetempo, 2009, 249 p.

38 Beijing Tongzhi, Ocurrió en Pekín, op.cit., 175 p.

39 Bei Tong, Beijing comrades (Scott E. Myers, trad.). New York : First Feminist Press, 2016, 383 p.

40 Ibidem, « Translator’s Note » , p. xiii

41 Bei Tong, Camarades de Pékin (Georgina Tacou, trad.). Paris : Calmann-Lévy, 2018, 407 p.

42 Ibid., p. viii. Voir également Michael Berry, A History of Pain : Trauma in Modern Chinese Literature and Film. New York : Columbia University Press, 2008, p. 314.

43 Bei Tong, « Postscript to the Revised Tohan Taiwan Edition », in Beijing comrades (Scott E. Myers, trad.). op.cit., p. 369.

44 Beijing Tongzhi, « Antes de comenzar a leer », in Ocurrió en Pekín, op. cit., p. 13.

45 Bei Tong, op.cit., p. XV.

46 Si le texte a bel et bien été publié en 1998.

47 Voir notamment Mo Xuyou 莫须有, Shuang quxian love 双 曲线・love (Amour hyperbolique). Changsha : Hunan Wenyi, 2001, 266 p.

48 C’est le cas de Nankan baiqi 南康白起 (1980-2008), auteur de littérature des camarades, qui a plusieurs fois publié sur le site Tianya shequ 天涯社区 et dont il est possible d’acheter les textes sous format papier, et ce, sans la moindre information de l’éditeur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierrick Rivet, « La littérature des « camarades » publiée sur Internet en Chine », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/778

Haut de page

Auteur

Pierrick Rivet

Doctorant en Études Culturelles, spécialité Chinois, à l’Université Paul Valéry - Montpellier 3, sous la direction de Guilhem Fabre (IRIEC) et Pierre Kaser (IrAsia). Sa thèse porte sur l’évolution de la condition homosexuelle en Chine à travers la littérature romanesque de la fin de la période impériale à nos jours.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals