Navigation – Plan du site
Jeux de mots et expressions idiomatiques

Cauchemars en cuisine

Peut-on traduire les noms de plats de Nulle Référence ?
Wen He

Résumés

Datant de la fin du XVIIIe siècle, Nulle Référence (Hedian 何典) est la première nouvelle de l’histoire du roman chinois écrite en dialecte Wu 吳, précisément en dialecte de Shanghai. Considérée, en Chine, comme une œuvre extraordinaire, elle fut particulièrement estimée par Hu Shi 胡適 et Lu Xun 魯迅 pendant le Mouvement de la Nouvelle Culture en 1919. Elle est, pour son auteur Zhang Nanzhuang 張南莊, un des grands lettrés de Shanghai à son époque, un « jeu de plume et d’encre » empli de proverbes et d’argot du dialecte Wu dont la plupart ne sont plus usités de nos jours. Après avoir circulé parmi le peuple pendant presque quatre-vingts ans, ce livre fut enfin publié par le fameux journal shanghaïen Shen Bao 申報 en 1878. Nous nous interrogeons donc, dans le présent article, sur la possibilité de traduire en français les noms des plats cités dans ce livre, lesquels sont en réalité des expressions dialectales détournées n’ayant, à l’origine, aucun rapport avec la cuisine. Nous nous interrogeons également sur les libertés que peut prendre le traducteur afin de rendre le plus fidèlement possible les différents jeux de mots que ces détournements d’expressions entraînent.

Haut de page

Texte intégral

1Pour vous mettre en appétit, je vais tout d’abord vous présenter un poème — plus politique que poétique — de Mao Zedong 毛澤東 dans lequel on peut déceler l’influence de Hedian 何典 (Nulle référence), œuvre qu’il a souvent citée dans ses écrits, et qu’il lisait dans les années 1930 et 1940, mais encore dans les années 1970 pendant les réunions du Comité Central ; il en aurait même conseillé la lecture à ses fils :

Haiyou chide, tudou shaoshule, zai jia niurou. Buxu fangpi ! Shikan tiandi fanfu.

  • 1 Mao Zedong 毛澤東, « Niannujiao - Niao’er wenda » 念奴嬌.鳥兒問答 (Dialogue entre oiseaux), in Wang Zhenzhong (...)

還有吃的,土豆燒熟了,再加牛肉。不須放屁!試看天地翻覆。1

Il y a aussi de quoi manger. Une fois cuites, ajoutons du bœuf, aux pommes de terre. Mais assez dégoisé ! Regardez-moi bouleverser Ciel et Terre. »

2Le terme fangpi 放屁 présent dans le dernier vers, traduit ici par « dégoisé », a pour sens premier « lâcher un pet », mais peut aussi signifier « dire des foutaises ». Il figure aussi dans le poème liminaire du premier chapitre de Nulle référence, poème dans lequel l’auteur prévient le lecteur que le roman qu’il s’apprête à lire n’est que pur délire :

Fangpi, fangpi, zhenzheng qiyou cili !

  • 2 Zhang Nanzhuang 張南莊, Hedian 何典 (Nulle référence). Beijing : Renmin Wenxue, coll. « Zhongguo xiaoshu (...)

放屁,放屁,真正豈有此理!2

Foutaises, foutaises, tout n’est que pur délire ! »

3Arrivé à ce point, peut-être n’est-il pas inutile de s’interroger sur l’origine du titre, pour le moins étrange, de ce roman. Le poème qui le conclut offre un semblant de réponse :

Wenzhang zigu wu pingju, huayang zhongxin zuo chulai. Shide lan zhong jiu shi cai, de kaihuaichu qie kahuai.

  • 3 Ibid., p. 111.

文章自古無憑據,花樣重新做出來。拾得籃中就是菜,得開懷處且開懷。3

Il n’y a jamais eu de critères pour juger de la qualité d’un écrit, j’invente mon propre style. Je fais feu de tout bois, rions de tout ce qu’on peut. »

4La signification du titre s’éclaire donc : he 何 veut ici dire « quel ? » et dian 典, comme dans le terme diangu 典故, désigne les références et les allusions littéraires et historiques sur lesquelles s’appuient, en règle générale, les écrivains. Puisque l’auteur nous informe qu’il ne s’appuie sur aucune référence pour composer une œuvre qui constitue pour lui un véritable jeu d’écriture, j’ai choisi de traduire Hedian 何典 par Nulle Référence.

  • 4 Liu Fu, aussi connu sous le nom de Liu Bannong 劉半農, fut un célèbre linguiste, traducteur et poète c (...)

5Son auteur, Zhang Nanzhuang 張南莊 (1736-1820), fut l’un des plus grands lettrés du milieu de la dynastie Qing, mais son talent resta assez méconnu. Il fut non seulement écrivain, mais aussi calligraphe, poète et collectionneur d’art et de livres rares. Au début des années 1830, alors que l’armée des Taiping 太平 occupait Shanghai, tous ses écrits furent victimes d’autodafés, et seul ce roman fut épargné. Il fut probablement écrit entre 1796 et 1820. Après avoir circulé parmi le peuple pendant presque quatre-vingts ans, l’ouvrage a enfin été publié par le fameux journal shanghaïen Shen Bao 申報 en 1878. Il a pu revoir le jour en 1926, grâce à Liu Fu 劉復 (1891-1934)4, linguiste chinois et professeur de l’Université de Pékin, qui l’avait découvert dans une brocante. Grâce au soutien enthousiaste de son ami le grand écrivain Lu Xun 魯迅 (1881-1936), le livre fut édité par plusieurs maisons d’édition et il sera réédité à six reprises entre 1926 et 1949, pour ne réapparaître après une longue éclipse que dans les années 1980.

6 Zhang Nanzhuang représente un cas troublant dans l’histoire du roman chinois et la littérature en dialecte. Troublant, non seulement par son humour véritablement noir, mais aussi parce que son œuvre constitue un véritable tour de force en matière de technique humoristique. En effet, non seulement il abonde de jeux de mots à la fois triviaux, sexuels et scatologiques, mais il est entièrement rédigé en dialecte de Shanghai et Changshu 常熟, soit dans ce dialecte de Wu, Wuyu 吳語, qui (comme le montre la carte ci-dessous) est pratiqué dans un espace qui inclut, outre Shanghai, les villes de Suzhou et de Hangzhou.

Carte des différentes variantes du dialecte Wu

Carte des différentes variantes du dialecte Wu

Carte tirée du blog de Shi Rujie 石汝杰, professeur à l’Université de Fudan (Shanghai) et spécialiste des dialectes chinois : http://blog.sina.com.cn/​s/​blog_709f376c0102vtki.html

Shi Rujie 石汝杰

7La figure de style la plus employée à travers le roman consiste à prendre le sens littéral d’expressions imagées et métaphoriques. Cette « démétaphorisation » de nombreuses expressions chinoises et dialectales constitue, de fait, le moteur d’un humour si particulier reposant sur le décalage entre sens littéral et sens figuré qui se produit de façon concomitante durant la lecture. Cette figure de style porte, en chinois, le nom de fanyuan 返源, que l’on pourrait traduire par « retour au sens originel des mots ».
Du fait de l’évolution du dialecte Wu, et aussi des importantes nuances régionales au sein même de cette zone linguistique, plusieurs expressions n’ont soit plus cours aujourd’hui, soit ne sont compréhensibles que par une minorité de personnes âgées vivant dans la région de Changshu. Cela complique considérablement la bonne compréhension et ceci même pour les lecteurs chinois, qui passent plus de temps à lire les notes que le texte lui-même.

8Pour ce qui est de la traduction, outre les problèmes de compréhension, s’ajoute également le problème de la polysémie des jeux de mots, puisqu’il est rare de rencontrer une symétrie entre les langues, ce qui fait que le traducteur doit souvent se déplacer dans le champ de la recréation.
En effet, malgré un effort soutenu pour compenser des jeux de mots par des expressions plus ou moins équivalentes dans la langue cible, la correspondance des discours comiques reste grandement aléatoire. La traduction d’un jeu de mots nécessite donc, souvent, un type d’humour différent ou la réinvention totale du jeu de mots.
Dans ce cas-là, il semble légitime de se poser la question de la traduisibilité des jeux de mots présents dans Nulle Référence, et notamment de ceux qui nous intéressent particulièrement aujourd’hui, savoir ceux qui sont liés aux noms de plats, dont la plupart désigne métaphoriquement diverses caractéristiques humaines. Face à tant de difficultés, la reproduction des mêmes effets comiques semble difficile. Dans la tentative de traduction que je vais vous présenter ci-après, on ne peut que déplorer une certaine déperdition de l’humour. Il faut cependant préciser que les noms de plats ne constituent pas la plus grande difficulté de ce roman. En effet, étant des expressions isolées, elles sont relativement simples à traduire. Le reste du roman est quant à lui ponctué d’expressions intégrées au milieu de phrases, lesquelles sont quasiment impossibles à rendre en préservant le sens figuré et le sens littéral.

9Je vais donc maintenant vous présenter mes tentatives de traduction de certains noms de plats pour lesquels l’auteur utilise des expressions comportant toutes des animaux ou des plantes. J’ai donc tenté de conserver, autant que faire se peut, l’image des animaux et des plantes, en les combinant, dans la majorité des cas, avec des expressions argotiques françaises équivalentes au sens figuré des expressions chinoises. Voici le passage :

  • 5 Zhang Nanzhuang, Hedian, Op. cit., p. 6.

大家團團一桌坐下,搬出菜來:一樣是血灌豬頭,一樣是鬥昏雞,一樣是醃癟雌狗卵,還有無洞蹲蟹,筆管里煨鰍,捩弗殺鴨,大碗小盞,擺了一台,歡呼暢飲。5

10 Dans cet extrait, l’expression xueguan zhutou 血灌豬頭 signifie littéralement « tête de cochon arrosée de sang », tandis que le sens figuré désigne une personne qui est toute rouge à cause de l’alcool. J’ai donc choisi de la traduire par « Tête de porc couchée sur sa couverture rouge » ou par « Tête de porc à crête rouge », puisque les expressions argotiques « avoir couché dans la couverture rouge » et « avoir la crête rouge » signifient elles aussi « être ivre ».

11 Voici les autres, avec les explications nécessaires suivies de mes propositions de traductions entre guillemets :

  • douhun ji 鬥昏雞 : (littéralement) un coq qui perd connaissance au combat ; (figuré) perdre la raison à force de vouloir gagner ⇒ « Poulet combattant monté au ciboulot » (monter au ciboulot = perdre la tête).

    • 6 Le terme luan , qui en mandarin désigne les œufs, signifie en dialecte Wu « pénis ».

    yanbie cigou luan 醃癟雌狗卵 : (lit.) un pénis6 de chienne marinée et dégonflée ; (fig.) quelqu’un de découragé et d’abattu ⇒ « Marinade de quéquette de chienne flapie » (flapie = fatiguée, sans force, mou).

  • wudongdun xie 無洞蹲蟹 : (lit.) un crabe qui se cache dans tous les trous ; (fig.) chercher la petite bête/chercher midi à quatorze heure ⇒ « Crabe chercheur de noises » (chercher des noises = chercher des problèmes).

  • biguan li weiqiu 筆管里煨鰍 : (lit.) mijoter une loche à l’intérieur d’un pinceau ; (fig.) être raide mort ⇒ « Loche raidit à feu doux dans un morceau de bois » (raide comme un morceau de bois = mourir).

  • lie fusha ya 捩弗殺鴨 : (lit.) ne pas arriver à tuer un canard en lui tordant le cou ; (fig.) quelqu’un d’inefficace ⇒ « Canard pédalant sur son lit de choucroute » ou « Canard pédalant sur son lit de semoule » (pédaler dans la choucroute/pédaler dans la semoule = être inefficace).

12Voici maintenant le premier passage traduit intégralement :

« Tout le monde s’assit autour de la table et les plats arrivèrent : de la tête de porc à crête rouge, du poulet combattant monté au ciboulot, une marinade de quéquette de chienne flapie, du crabe chercheur de noises, de la loche raidit à feu doux dans un morceau de bois et du canard pédalant sur son lit de semoule. La table était couverte de plats, tout le monde trinquait de joie. »

13Un autre passage pose également son lot de difficultés :

  • 7 Zhang Nanzhuang, Hedian, Op. cit., p. 37.

這番不用素鼓榔槌,都是大魚大肉。眾鬼仔細看時,[…] 一樣是顯湯狗頭,一樣是綿羊頸骨,一樣是豬婆耳朵,一樣是猢猻臀㾍,一樣是狐狸尾巴,一樣是鑊里鷂鷹,一樣還是擐折驢卵。7

14Son contenu propose les noms de plats suivants :

  • xiantang goutou 顯湯狗頭 : (lit.) tête de chien qui flotte à la surface d’une soupe ; (fig.) quelqu’un qui aime se montrer ⇒ « Soupe de crâne de chien » (crâne = quelqu’un de prétentieux).

  • mianyang jinggu 綿羊頸骨 : (lit) un cou de mouton ; (fig.) quelqu’un de lâche (figuré) ⇒ « Cou de mouton aux foies blancs » (avoir les foies blancs = être peureux).

  • zhupo erduo 豬婆耳朵 : (lit.) les oreilles de truies ; (fig.) les oreilles décollées ⇒ « Oreilles de truies en feuilles de chou » (oreilles en feuilles de chou = oreilles décollées).

  • husun tunnai 猢猻臀㾍 : (lit.) fesses de singes ; (fig.) femmes trop fardées ⇒ « Popotin de babouin pomponné » (pomponné = maquillé).

  • huli weiba 狐狸尾巴 : (lit.) queue de renard ; (fig.) montrer par inadvertance ses mauvaises intentions ⇒ « Morceau de queue de renard craché » (cracher le morceau = avouer, dévoiler, révéler).

  • huo li yaoying 鑊里鷂鷹 : (lit.) un vautour dans une casserole ; (fig.) quelqu’un de gourmand, de glouton ⇒ « Casserole de vautours avaleurs de cailloux » (avaleur de cailloux = glouton).

  • huanzhe lüluan 擐折驢卵 : (lit.) pénis d’âne qui pendouille ; (fig.) quelqu’un qui flâne ⇒ « Pénis d’âne allant aux fraises » (aller aux fraises = flâner).

15Le second extrait entièrement traduit pourrait donner :

« Cette fois, ce n’était pas des plats végétariens, il n’y avait que viandes et poissons. Les fantômes se rapprochèrent pour regarder en détail, […] une soupe de crâne de chien, un cou de mouton aux foies blancs, des oreilles de truies en feuilles de chou, un popotin de babouin pomponné, un morceau de queue de renard craché, une casserole de vautours avaleurs de cailloux et aussi du pénis d’âne allant aux fraises. »

16Voici à travers ce dernier extrait, un troisième et dernier lot de plats :

  • 8 Ibid., p. 75.

那臭花娘已去把家常便飯端正,一總和盤托出。活死人看時,卻是五簋一湯:一樣是筍敲肉,一樣是烏龜炒老蟲,一樣是白土鮒,一樣是鄉下烏壯蟹,一樣是醋醃來吃的鶴腳上肉,一碗飛來蝦圓湯。收拾的甚是精緻。8

  • sun qiao rou 筍敲肉 : (lit.) une planche en bambou frappe la chair ; (fig.) donner une fessée ⇒ « Pousses de bambou sur derrière rougi » (faire rougir le derrière = fesser).

    • 9 Dans le dialecte Wu, le terme laochong 老蟲 ne désigne pas les insectes, comme en mandarin, mais les (...)

    wugui chao laochong 烏龜炒老蟲 : (lit.) des tortues sautées avec des souris9 ; (fig.) embrouillamini, grand désordre ⇒ « Mélange de tortues et souris sautées ».

  • bai tufu 白土鮒 : (lit.) une carpe blanche sauvage ; (fig.) une entremetteuse ⇒ « Carpe dariolette à la crème » (dariolette = entremetteuse).

  • xiangxia wuzhuang xie 鄉下烏壯蟹 : (lit.) un gros crabe noir de la campagne ; (fig.) un paysan riche ⇒ « Grand crabe noir et croquant argenté » (croquant = paysan ; argenté = riche).

  • cuyan laichi de hejiao shang rou 醋醃來吃的鶴腳上肉 : (lit.) manger la chair d’une patte de grue avec du vinaigre ; (fig.) quelqu’un qui chercher à grappiller le moindre profit ⇒ « Patte de grue grappillée au vinaigre ».

  • feilai xiayuan tang 飛來蝦圓湯 : (lit.) une soupe de boulettes de crevettes volant jusqu’à soi ; (fig.) une rencontre galante inattendue ⇒ « Soupe inopinée de boulettes de crevettes galantes ».

17Le troisième passage pourrait donc se lire ainsi :

« Flora Schlinguée avait déjà posé tous les plats sur la table. Mort-Vivant regarda et vit qu’il y avait cinq plats et une soupe : des pousses de bambou sur derrière rougi, un mélange de tortues et souris sautées, de la carpe dariolette à la crème, un grand crabe noir et croquant argenté, de la patte de grue grappillée au vinaigre, un bol de soupe inopinée de boulettes de crevettes galantes. Ces plats étaient élaborés avec grand raffinement. »

18 À travers ces exemples, nous voyons combien l’écriture en dialecte est à la fois contraignante et inspirante. Contraignante tout d’abord, puisque limitée par le dialecte lui-même ; mais inspirante, parce que grâce à ce langage atypique, l’auteur a pu créer un monde imaginaire inédit, avec des intrigues et des composantes surprenantes, oscillant entre valeur universelle et spécificité régionale.

19 Pour conclure, nous pouvons répondre à la question « Peut-on traduire les noms de plats de Nulle Référence ? » par l’affirmative. Cependant, comme nous avons pu le constater, un affaiblissement du caractère humoristique, ainsi qu’un alourdissement du style, sont inévitables lors de la mise en français, puisque le style de l’auteur, qui joue ici un rôle indéniable, est difficilement imitable en traduction. Nous nous situons donc, avec cette œuvre qui tisse un lien étroit entre le fond et la forme, à la limite de la traduisibilité et même, dans de nombreux cas non-évoqués aujourd’hui, dans le domaine de l’intraduisible.

Haut de page

Notes

1 Mao Zedong 毛澤東, « Niannujiao - Niao’er wenda » 念奴嬌.鳥兒問答 (Dialogue entre oiseaux), in Wang Zhenzhong 王臻中, Zhong Zhenzhen 鐘振振 (éds.), Mao Zedong shici jianshang 毛澤東詩詞鑒賞 (Annotations sur les poèmes de Mao Zedong). Nanjing : Jiangsu Guji, 1990, p. 175.

2 Zhang Nanzhuang 張南莊, Hedian 何典 (Nulle référence). Beijing : Renmin Wenxue, coll. « Zhongguo xiaoshuo shi », 1981, p. 5.

3 Ibid., p. 111.

4 Liu Fu, aussi connu sous le nom de Liu Bannong 劉半農, fut un célèbre linguiste, traducteur et poète chinois.

5 Zhang Nanzhuang, Hedian, Op. cit., p. 6.

6 Le terme luan , qui en mandarin désigne les œufs, signifie en dialecte Wu « pénis ».

7 Zhang Nanzhuang, Hedian, Op. cit., p. 37.

8 Ibid., p. 75.

9 Dans le dialecte Wu, le terme laochong 老蟲 ne désigne pas les insectes, comme en mandarin, mais les souris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte des différentes variantes du dialecte Wu
Légende Carte tirée du blog de Shi Rujie 石汝杰, professeur à l’Université de Fudan (Shanghai) et spécialiste des dialectes chinois : http://blog.sina.com.cn/​s/​blog_709f376c0102vtki.html
Crédits Shi Rujie 石汝杰
URL http://journals.openedition.org/ideo/docannexe/image/820/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 959k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wen He, « Cauchemars en cuisine », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/820

Haut de page

Auteur

Wen He

Doctorante en langue et littérature chinoises à l’Université d’Aix-Marseille sous la direction de Pierre Kaser (IrAsia). Sa thèse porte sur la traduction du dialecte Wu dans le roman Haishanghua liezhuan 海上花列傳 (Les Fleurs de Shanghai) de Han Bangqing 韓邦慶.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals