Navigation – Plan du site
Le fond jamais sans la forme

Entre action et contemplation

De la traduction de la poésie du sociologue chinois Fei Xiaotong
Kevin Henry

Résumé

Le sociologue Fei Xiaotong 费孝通 (1910-2005) traversa les soubresauts d’une Chine qui connut assurément de profonds bouleversements au XXe siècle. Outre les avancées réelles qu’il permit d’apporter à sa discipline dans des ouvrages révolutionnant notamment la perception de la paysannerie chinoise, le savant, issu d’une illustre famille de lettrés, était un poète consommé. Ce cas d’étude se penchera sur les défis auxquels nous nous sommes heurté dans la traduction française de plusieurs de ses poèmes inclus dans une biographie lui étant dédiée. De facture classique, la poésie de Fei Xiaotong comporte non seulement une part lyrique importante, nourrie par les épreuves qu’affronta l’auteur, mais aussi une dimension programmatique non négligeable, car le scientifique se servit souvent de la poésie pour véhiculer métaphoriquement opinions, points de vue ou concepts théoriques. Sera principalement abordée la question du rythme, de la scansion et des jeux de son de même que des images et autres tropes, ainsi que la pertinence de conserver ces effets dans la traduction. Nous nous pencherons également sur la portée de ces poèmes dans une biographie choisie par l’éditeur pour faire connaître aux lecteurs francophones cette personnalité qui participa résolument à la transformation radicale de la Chine.

Haut de page

Texte intégral

1. Qui est Fei Xiaotong  ?

1Peu familier dans la sphère francophone (contrairement au monde anglo-saxon), Fei Xiaotong 费孝通 fut pourtant l’un des initiateurs de la percée de la sociologie et de l’anthropologie modernes dans l’Empire du Milieu dans la période de l’avant-guerre et resta jusqu’à l’extrême fin du XXe siècle l’une des figures de proue des sciences humaines et sociales en Chine continentale.

2Né en 1910 à Wujiang, aujourd’hui un district urbain de la ville historique de Suzhou, Fei Xiaotong était issu d’une famille peu commune qui le prédisposa aux grandes études. Son père, Fei Pu’an, élevé dans la plus pure tradition classique, était devenu enseignant dans une école secondaire après la Révolution républicaine de 1911, non sans avoir auparavant été parmi les derniers à obtenir le grade de bachelier aux examens mandarinaux (lesquels furent abolis en 1905) et être parti au Japon poursuivre son cursus. Quant à sa mère, Yang Renlan, fille d’un illustre notable et industriel de la région de Suzhou, elle avait elle aussi — chose rare à cette époque — reçu une éducation très poussée, dans une école chrétienne pour filles à Shanghai ; elle-même fonda plus tard une institution similaire à Suzhou, où elle envoya d’ailleurs son fils Xiaotong jusqu’au niveau du collège.

3Après un passage à l’Université de Soochow pour des études de médecine avortées, Fei Xiaotong se rendit à Pékin en 1930 pour s’inscrire à l’Université Yenching, initialement créée par des missionnaires américains, où il se familiarisa avec les sciences humaines avec Robert E. Park, fondateur de l’école de Chicago, alors en séjour en Chine. Il décrocha ensuite sa maîtrise en anthropologie à Tsinghua, où il s’initia au travail de terrain sous l’égide du Russe blanc S. M. Shirokogoroff. Sa première expérience de recherche auprès de l’ethnie Yao 瑶 dans le Guangxi (sud-ouest du pays) s’avéra très riche scientifiquement, mais aussi tragiquement éprouvante pour Fei Xiaotong, puisqu’il y perdit sa jeune épouse. Après ce drame, le veuf éploré partit se reposer dans le bourg rural de Kaixiangong, près de son Suzhou natal, tout en profitant de cette occasion pour compiler un très grand nombre de données sur la vie de la population locale.

4En 1936, bénéficiant d’une bourse, Fei Xiaotong eut la chance de pouvoir se rendre à la London School of Economics pour y entamer un doctorat. Initialement placé sous la responsabilité de Raymond Firth, c’est néanmoins sous la direction du maître de ce dernier, Bronisław Malinowski, que le Chinois va examiner son matériau de recherche sous le prisme de l’approche fonctionnelle de l’anthropologie. Sa thèse sera publiée en 1939 en anglais sous le titre Peasant Life in China. Rentré dans l’Empire du Milieu à l’orée de la Seconde Guerre sino-japonaise (lors de laquelle il enseigna à Kunming, dans la zone libre du Sud-Ouest), il y poursuivit son œuvre de pionnier des sciences sociales dans le monde chinois, qui culmina avec la parution en 1947 de son recueil d’articles Xiangshi Zhongguo 乡土中国 (From the Soil en anglais). Ayant à cœur de dépeindre les caractéristiques éthiques et morales de la société chinoise tout en contrastant celle-ci avec les structures en place en Occident, il y défendit l’idée que le lien viscéral que le peuple chinois, essentiellement agraire depuis des millénaires, entretenait avec son terroir était l’une des raisons expliquant le retard industriel de son pays. Dès les années 1940, Fei Xiaotong prônait donc de procéder à une stimulation de la petite industrie dans les campagnes pour impulser le développement de l’économie nationale.

5En dépit des convergences possibles et une grande ouverture d’esprit vis-à-vis du régime communiste qui arriva au pouvoir en 1949, ses points de vue politiques et sa vue de la société se trouvèrent néanmoins vite en porte-à-faux avec les orientations du Parti, qui investit principalement dans l’industrie lourde. Visé en 1957 par des critiques acerbes à la suite de la campagne des Cent Fleurs, Fei Xiaotong fut marginalisé et contraint au silence lors de la Révolution culturelle. Sorti indemne de cette période troublée malgré sa déchéance, il s’évertua, à partir des années 1980, à redonner ses lettres de noblesse à la sociologie (qui était tout bonnement passée à la trappe dans les cursus universitaires) en formant de jeunes chercheurs et en rédigeant des manuels. Pendant plus de vingt ans, ce « dernier héritier des mandarins classiques » — comme il se considérait lui-même — parcourut la Chine d’un bout à l’autre pour promouvoir son modèle d’industrialisation des campagnes, avec fruit, puisque, comme on le sait, l’économie rurale fut l’un des moteurs principaux de la croissance fulgurante que connut l’Empire du Milieu à la fin du XXe siècle. Parmi les œuvres qu’il produisit durant cette « seconde vie », outre les compilations d’articles et les rééditions, il délivra une théorie influente sur l’origine de la nation chinoise, qu’il voit comme un conglomérat de plusieurs ethnies qui s’est forgée au fil de vagues successives d’assimilation culturelle. Fei Xiaotong resta professeur de Sociologie à l’Université de Pékin jusqu’à sa mort en 2005, à l’âge de quatre-vingt-quatorze ans.

2. Le projet de traduction et la place de la poésie dans celui-ci

6Malgré l’extrême richesse de la vie et de la réflexion de Fei Xiaotong et l’influence que ses idées ont exercée sur les sciences sociales dans son pays mais aussi à l’étranger — nous pensons surtout au monde anglo-saxon, où les ouvrages de l’intellectuel, bien intégré dans les cercles universitaires du Royaume-Uni et des États-Unis, ont longtemps servi de manuels dans les cursus de sinologie —, il est étonnant de relever que cette personnalité extraordinaire était pour ainsi dire inconnue de la sphère francophone, si l’on excepte une poignée de spécialistes.

7C’est avec ce constat en tête que les éditions Nuvis, petite maison récente centrée sur les grandes questions d’actualité, la stratégie, l’économie, la finance, le numérique et l’histoire qui ambitionne « d’animer le débat sur toute une série de sujets qui appellent des regards nouveaux » (comme le confirme sa devise « Idées neuves et angles vifs, idées vives et angles neufs »), s’est saisie de la parution, à Beijing en 2014 aux éditions Zhongxin 中信, d’une biographie de Fei Xiaotong intitulé Zhongguoren de zijue — Fei Xiaotong zhuan 中国人的自觉 — 费孝通传 [littéralement : La conscience des Chinois Biographie de Fei Xiaotong], de l’écrivain et journaliste Li Shengming 李昇明, pour l’insérer dans sa collection dédiée à la Chine. Satisfait du travail que nous avions déjà effectué pour eux en 2016 lors de la traduction du Modèle Alibaba, une analyse du modèle commercial du géant chinois de la vente en ligne, l’éditeur nous a chargé de procéder à la version française de leur nouveau projet. Celle-ci sera finalement publiée en septembre 2017 sous le titre Fei Xiaotong, l’homme qui voulait comprendre la Chine (en référence à une citation du sociologue, mise en exergue au début du livre).

8Fruit d’un travail d’une décennie au cours de laquelle l’auteur a rencontré tous les membres de la famille de Fei Xiaotong, ses étudiants, ses amis et ses connaissances, l’ouvrage en question retrace, dans l’ordre chronologique, la vie de l’homme de science ainsi que son parcours social et académique. Prenant soin de bien replacer l’évolution du personnage avec le contexte historique, Li Shengming livre en outre dans cette biographie bon nombre d’anecdotes, dont une grande partie est totalement inédite. Désireux de montrer le caractère polymathe de son sujet d’étude, l’écrivain, outre des descriptions pittoresques de paysages et de situations — qui versent parfois dans le dithyrambique, comme c’est souvent le cas dans ce type d’exercice littéraire —, multiplie les extraits des œuvres majeures de Fei Xiaotong, mais également de plusieurs de ses articles marquants ainsi qu’un certain nombre de ses poèmes. C’est sur ce dernier élément que nous axerons cet article.

9De fait, ayant bénéficié, malgré son parcours hors-norme dès sa prime jeunesse, d’une solide éducation dans les disciplines classiques, en particulier grâce à l’intervention de son père issu de la société mandarinale, Fei Xiaotong, toute sa vie durant, s’est exprimé sur ses états d’âme, mais aussi sur ses positions politiques, par le biais de la poésie, dans un style très léché et codifié se rattachant directement à la tradition des dynasties Tang 唐 (618-907) et Song 宋 (960-1279), périodes considérées comme l’apogée de cet art.

10Outre la difficulté inhérente à la traduction de la poésie, genre de texte qui occupe une part non négligeable de l’ouvrage de Li Shengming, la tâche qui nous avait été confiée par les éditions Nuvis se compliquait encore par son projet éditorial. En effet, notre client nous avait indiqué explicitement que la collection consacrée à la Chine dans laquelle s’inscrirait la biographie de Fei Xiaotong visait un public non spécialiste  ; en outre, le choix des œuvres sélectionnées et le mode de traduction devaient permettre au lecteur francophone de découvrir le monde chinois dans son unicité et sa spécificité, mais sans le filtre « déformant » et « idéologique » des sinologues. Dans cette optique, il n’était pas question pour nous de faire l’impasse sur les escapades littéraires du sociologue, car la stature de poète de Fei Xiaotong, dans l’œil des Chinois ne faisait que renforcer son aura et sa respectabilité, ce qu’il importait de restituer dans la version française.

  • 1 Pour de plus amples informations sur les principales règles de la poétique chinoise classique (avec (...)

11La poésie chinoise classique répond à des contraintes très nombreuses en matière de rythme, de scansion et d’images. Devant soit se conformer à un schéma de vers fixe (vers de cinq ou sept pieds, sous les Tang) soit entrer dans le moule de mélodies préexistantes (sous les Song), les œuvres sont soumises à des règles complexes d’alternance des tons, de rime et de parallélisme syntaxique et sémantique. En outre, contrairement à la tradition occidentale qui prône l’originalité et la recherche de la formule qui fera mouche, les grands maîtres chinois pratiquaient à l’envi l’art de l’écho et de la référence semi-cachée, en reprenant continuellement des métaphores voire des expressions langagières éculées pour leur insuffler une nouvelle vitalité à travers leur confrontation1. Dans de telles conditions, la position du traducteur que nous étions était assez inconfortable, car il nous fallait à la fois restituer le sens, souvent profond et pertinent, des poèmes de Fei Xiaotong, sans sacrifier à leur forme délicatement ciselée. Devions-nous, comme il semble en être l’usage depuis au moins la Seconde Guerre mondiale, user du vers libre pour reproduire en français ces poèmes dans leur état brut ? Le fait est que, si les Français se sont accoutumés aux vers irréguliers et non rimés depuis Apollinaire, cette solution nous paraissait inadaptée dans ce projet de traduction visant un large public. D’autant plus que Fei Xiaotong est resté fidèle au modèle classique jusqu’à ses derniers recueils, dans les années 1990, alors que la poésie chinoise contemporaine l’avait depuis longtemps abandonné (dès les années 1920), notamment sous l’influence de l’Occident. C’est pourquoi nous avons pris le parti, contestable et critiquable, de recourir à une structure en dodécasyllabes, avec régulièrement une césure médiane divisant les vers en deux groupes de six pieds. Toutefois, soucieux de ne pas trop nuire au sens, primordial, des poèmes, nous avons renoncé à adopter la formule de l’alexandrin dans son acception stricte, puisque nous n’avons pas cherché à reproduire les rimes. L’usage de cette scansion typique de la poésie française (la rime exceptée), auquel s’ajoute la délimitation nette des vers dans la mise de page, nous a semblé la solution la plus à même de faire percevoir au lecteur francophone la qualité des poèmes de Fei Xiaotong. Le reste de l’article, qui se présente comme un cas d’étude, visera à illustrer quelques-unes des stratégies auxquelles nous avons recouru dans cette entreprise.

3. Illustrations

12Avant de passer en revue divers poèmes de la main de Fei Xiaotong, mentionnons que, s’inscrivant comme nous l’avons dit dans une tradition ancestrale dans les cercles intellectuels chinois, le sociologue — de même que son biographe — pratiquait avec subtilité l’art consommé de la référence savante. Par exemple, lorsque Fei Xiaotong choisit d’intituler un recueil d’essais publié en 1991 Xingxing zhong xingxing 行行重行行, Le voyage continue, encore et encore, il s’agit non seulement une évocation sans ambiguïté du périple qu’il a entrepris à travers la Chine à partir des années 1980 pour prêcher la bonne parole, mais aussi d’une allusion discrète à l’un des Dix-Neuf Poèmes anciens (Gu shi shijiu shou 古诗十九首), une anthologie datant probablement de la dynastie Han. D’ailleurs, le vers en question est cité directement et élucidé, mais par Li Shengming cette fois, plusieurs centaines de pages plus tôt :

他难以忘怀王同惠,在一个夜 深人静的晚上,仰望伦敦夜空上的繁星点点,你是天上的哪一颗行星呢,俯看着 我独自一人在黑夜中跌跌撞撞地行走。“行行重行行,与君生别离。”那奔流滚滚 的思绪,活生生地被古诗十九首中的一句话拦截住,戛然而止。 (李昇明,第73页)

Bien entendu, il ne pouvait pas oublier Wang Tonghui : une nuit, alors que l’obscurité enveloppait la ville silencieuse, il contempla les myriades d’étoiles qui semaient le ciel de Londres en se demandant quelle planète abritait sa bien-aimée et si elle le regardait progresser péniblement dans les ténèbres, tout seul. «  Le voyage continue, encore et encore / Que dur il est de dire adieu à son seigneur » : ces pensées confuses et turbulentes qui le traversaient étaient si bien capturées et figées par ce vers des Dix-Neuf Poèmes anciens. (Henry, p. 126)

13Vers qui sera par ailleurs repris, scindé et intégré directement dans le texte — casse-tête pour le traducteur… — par la suite :

想当初,朝霞初升,他们在燕京大学恋爱 两年,刚结婚就去大瑶山做人类学野外调查,来不及伴随王同惠回邯郸看看,想不到新娘永远回不来了。王同惠的身影似乎从未消逝,她生前留下一个遗愿,他不敢辜负她的愿望。古诗有言,“与君生别离”,令人拍遍栏杆 ;“行行重行行”, 行走的脚步不敢停不下来。(李昇明,第330页)

Après deux ans d’idylle à l’Université Yenching — ô combien il se souvenait de ces rencontres dans la clarté de l’aurore  ! —, les tourtereaux s’étaient mariés. Mais le sociologue n’eut jamais le temps de visiter le pays natal de son épouse : juste après leurs noces, ils partirent en effet immédiatement dans les monts Da Yao pour y mener leurs enquêtes de terrain, sans imaginer un seul instant que Wang Tonghui n’en reviendrait pas. L’ombre de la jeune femme ne semblait jamais avoir quitté le sociologue, car celui-ci ne voulait pas la décevoir en abandonnant l’ultime tâche qu’elle lui avait assignée peu avant sa disparition. Comme dans ce fameux titre des Dix-Neuf Poèmes anciens, la douleur de l’adieu lui inspirait de la mélancolie et l’incitait à poursuivre son voyage encore et encore, sans jamais s’arrêter. (Henry, p. 488)

14La même problématique se répète dans l’exemple suivant, avec la difficulté supplémentaire que la première occurrence du vers (extrait du poème de Cen Shen 岑参 (715-770), « Baixuege song Wu panguan gui Jing » 白雪歌送吳判官歸京 (Chanson de neige, pour le secrétaire Xu retournant à la Capitale) n’est en aucune manière mise en évidence dans le discours :

费孝通事前没有料到,这个国际局 势的变化竟然会给他带来人生的重大转机,忽如一夜春风来,千树万树梨花开。 (李昇明,第93页)

Avant que cela ne se produise [le rapprochement sino-américain dans la guerre contre le Japon], Fei Xiaotong n’avait pas imaginé que les bouleversements formidables que le monde était en train de vivre lui offriraient la chance de sa vie comme le décrit si poétiquement ce vers célèbre : « On dirait qu’une nuit un vent printanier / A fait fleurir sitôt des milliers de poiriers ». (Henry, p. 156)

邯郸有“千树万树梨花开”的盛况,但愿整个中原大地也会“忽如一夜春风来。” (李昇明,第332页)

Si le succès annoncé de Handan rappelait à Fei Xiaotong les « milliers de poiriers en fleur » du poème de Cen Shen, il espérait vraiment qu’« une brise printanière » salutaire souffle enfin sur les plaines centrales. (Henry, p. 491)

15Dans les deux occurrences, l’on observera que, contrairement à l’original chinois, nous avons systématiquement rappelé la référence originale à la seconde apparition des poèmes cités pour être certain que le lecteur s’imprègne bien de ces procédés intertextuels.

  • 2 Traduit « Douceur subite, retour du froid » par Bertrand Goujard sur son site Vent du Soir (www.ven (...)

16Un cas particulier de ce jeu de miroirs concerne un article que Fei Xiaotong écrivit en 1957 à l’occasion de la campagne des Cent Fleurs pour défendre la situation des intellectuels, qui allait en se détériorant, dans la Chine nouvelle. Le sociologue, reprenant et amplifiant une image du Premier ministre Zhou Enlai, indique que la configuration dans laquelle se trouvaient à l’époque lui et ses confrères lui évoquait la « fin de l’hiver » — l’original dit 早春 « début du printemps », mais l’image introduisait en français une notion d’espoir malvenue —, période de l’année pendant laquelle il fait zhahan zhanuan 乍寒乍暖, « tantôt froid, tantôt doux ». La formule en chinois élevé, présente telle quelle chez Chai Wang 柴望 (1212-1280), était surtout une référence à « Shengsheng man » 聲聲慢, « Sur un air lent », l’un des chefs-d’œuvre de la poétesse des Song, Li Qingzhao 李清照 (1804-1151), où apparaît le vers « Zhanuan huanhan » 乍暖還寒2. Même si nous aurions pu nous contenter de traduire zhanhan zhanuan 乍寒乍暖 par «  tantôt froid, tantôt doux » moyennant une note mentionnant son origine, nous ne l’avons pas fait, car le caractère banal de l’expression cadrait mal avec une information placée quelques lignes plus loin, à savoir que ce fameux article de Fei Xiaotong avait été critiqué précisément pour sa prétendue pédanterie. Nous avons dès lors parlé d’ « oscillations perpétuelles entre tiédeur et froidure », formulation certes alambiquée mais qui vise à restituer le niveau de langue soutenu auquel s’astreignait le sociologue.

[…]去年一月,周总理关于知识分子问题的报告,像春雷般起了惊蛰作 用,接着百家争鸣的和风一吹,知识分子的积极因素应时而动了起来。但是对 一般老知识分子来说,现在好像还是早春天气。他们的生气正在冒头,但还有 一点腼腆,自信力不那么强,顾虑似乎不少。早春天气,未免乍寒乍暖,这原是最难将息的时节。 (李昇明,第172页)

En janvier dernier, le Premier ministre Zhou Enlai, dans son rapport sur la condition des intellectuels, les a comparés aux orages du printemps qui réveillent les animaux et les insectes après l’hibernation : à la faveur du mouvement des Cent Fleurs, ces forces vives de la nation devaient à nouveau se mettre en marche. Cependant, pour bon nombre de vieux intellectuels, la période actuelle s’apparente davantage à la fin de l’hiver qu’au début du printemps. Certaines têtes commencent à se relever, mais timidement : apparemment, ils manquent de confiance en eux et rencontrent de nombreux soucis. La fin de l’hiver, avec ses oscillations perpétuelles entre tiédeur et froidure, est la saison la moins prompte à la récupération. (Henry, p. 272)

按照毛泽东的讲话精神,大胆地讨论知识分子问题,发出《知识分子的早春天气》的稿件,事前权衡过稿件有没有“不同政见”。当时请了三位朋友帮忙看 稿子,因为使用了“乍寒乍暖”这个词,被一位学者朋友批评 :“你不懂古典诗词,就不要装样子用这种文雅的词语。”费孝通只好在一旁苦笑,以天气作比喻, 怎么扯到文雅不文雅去了呢。在讲话的鼓励下,各种批评意见喷涌而发,个别的 大学教授和民主党派人士的批评意见言辞激烈,超出执政党的意料。[…] 1957 年 6 月,气候非但不是乍寒乍暖,反而是大倒退。“百花齐放、百家争鸣”这两句话,被很多人与“诱敌深入,聚而歼之”联系在一起。毛泽东调整 了方向,一年前宣布阶级斗争已经成为过去,一年后的说法变成了阶级斗争还没有结束。 (李昇明,第174页)

Vu l’ardeur avec laquelle Mao Zedong avait évoqué le problème des intellectuels, il hésita longtemps avant d’envoyer le manuscrit de son article « La fin de l’hiver des intellectuels », en raison des possibles points de vue « dissidents » qu’on aurait pu y trouver. Il demanda alors l’aide de trois de ses amis pour lire son épreuve. L’un d’entre eux critiqua son emploi de la formule « oscillant entre tiédeur et froidure » : « Que viens-tu chercher un vers d’un ancien poème ? Ne fais pas semblant de t’y connaître en utilisant des mots compliqués  ! » Fei Xiaotong rit jaune : cette métaphore atmosphérique lui était venue naturellement. […] En juin 1957, non seulement le climat n’oscillait plus entre tiédeur et froidure, mais il devint glacial. Nombreux sont ceux qui associèrent l’appel « Que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent » à un autre des slogans de Mao : « Attirer les ennemis dans un piège pour mieux les annihiler ». Le président lui-même effectua un revirement : après avoir annoncé un an auparavant que la lutte des classes appartenait au passé, il réaffirmait maintenant que celle-ci n’était pas terminée. (Henry, pp. 274-275)

17L’on notera que nous nous sommes permis un petit jeu de mots en traduisant dadaotui 大倒退 « grand recul » par un « climat glacial ». Cet écart nous semblait cependant opportun étant donné les finasseries lexicales dont fut victime Fei Xiaotong dans cette affaire.

18Pour en venir au sujet central de notre article, à savoir les poèmes personnels de Fei Xiaotong, nous dirons pour commencer qu’ils abordent une large variété de thèmes. Tout d’abord, le corpus présent dans la biographie de Li Shengming comprend une bonne part d’œuvres lyriques, le plus souvent composées lors de circonstances particulières. Par exemple, celui-ci, écrit à la mort de son maître et ami l’eugéniste Pan Guangdan 潘光旦 (1898-1967) pendant la Révolution culturelle :

费孝通把恩师抱在怀中,眼巴巴看着10多年患难与共的恩师停止最后一丝呼吸。他悲呼:

“日夕旁侍,无力拯援,凄风惨雨,徒呼奈何!”(李昇明,第185页)

Serrant dans ses bras son pauvre professeur aux côtés duquel il avait traversé plus de dix ans de souffrances, Fei Xiaotong assista, impuissant, à son dernier soupir. Affligé, il s’exclama dans un poème :

Soir et matin, j’ai veillé à votre chevet
Mais malgré tout je n’ai pu vous venir en aide.
Quelle adversité, quelle profonde détresse !
Que puis-je faire d’autre que me lamenter !
(Henry, p. 289)

19Ou cet autre, qui rappelle les traditionnelles peintures de paysages shanshui 山水 :

话说“诗以事而作”,相传大禹曾在甘肃临夏附近的 积石处治水,迈向现代化的民族和睦大业,与大禹治水异曲同工,诗中含有向几千年前的民族先贤大禹致敬之意:

黄河天上来,冲折积石轴。 过峡入河州,起伏多滩谷。
坡田如棋局,麦黄牧草绿。 车绕三村过,儿童竞相逐。 (李昇明,第300-301页)

La légende raconte que c’est près des monts Jishi, non loin de Linxia, que le roi Yu le Grand aurait dragué des canaux pour juguler les crues du fleuve. Travaillant quant à lui à l’harmonie des peuples dans une Chine en pleine modernisation, Fei Xiaotong s’identifiait en quelque sorte au sage souverain, auquel il rendit hommage dans ce poème :

À l’horizon, le fleuve Jaune, brisant ses flots aux monts Jishi,
Après les gorges entre à Linxia, flot torrentiel dans la vallée.
De vastes champs sur les collines : épeautre jaune et verts pacages.
Sur mon chemin, trois gais villages : jeunes enfants qui font la course.
(Henry, pp. 447-448)

20Deux des plus émouvants de ces textes lyriques sont certainement le message gravé sur la stèle funéraire de Wang Tonghui, sa jeune épouse décédée tragiquement lors de sa première expérience de terrain, et l’ode que Fei Xiaotong écrivit en sa mémoire.

从大瑶山下来后,又辗转到梧州白鹤山的王同惠墓前悼念。墓碑上的文字是他在半个世纪前亲笔题写的:“妻年二十有四,河北肥乡县人,来归祇一百零八日。人天无据,灵会难期,魂其可通,速召我来。”
[…]回到北京,费孝通用一首诗实现与王同惠深情款款的灵魂对话,即《谒同惠碑有感》。俯仰天地,这一生的浮浮沉 沉,有谁懂,与谁同 :

心殇难复愈,人天隔几许。圣堂山下盟,多经暴风雨。坎坷羊肠道,虎 豹何所沮。九州将历遍,肺腑赤心驱。彼岸自绰约,尘世惟蚁聚。石碑埋又立,荣辱任来去。白鹤展翅处,落日偎远墟。 (李昇明,第330页)

Après être redescendu des monts Da Yao, Fei Xiaotong fit encore un détour vers la Montagne de la Grue blanche à Wuzhou pour se recueillir devant la tombe de Wang Tonghui. La stèle commémorative sur le site, aujourd’hui redressée après avoir été abattue plusieurs fois pendant les années de troubles, conservait le message gravé par le sociologue plus d’un demi-siècle auparavant : «  À ma bien-aimée compagne, née à Feixiang dans le Hebei, qui s’en est allée à sa vingt-quatrième année, cent huit jours seulement après notre mariage. C’est dans les profondeurs des eaux que mon épouse éprise d’amour a quitté ce monde. Les arcanes de l’au-delà sont malheureusement trop mystérieux pour que je puisse espérer l’y revoir. Ô mon âme perdue, que ne me fais-tu de signe pour m’instruire de ta condition ? »
[…] De retour à Pékin, le sociologue engagea un dialogue imaginaire avec son épouse à travers son poème Hommage devant la stèle de Wang Tonghui, une œuvre profondément personnelle marquée par toutes les épreuves que l’homme avait pu traverser au cours de son existence :

Jamais on ne guérit de la disparition de sa jeune compagne,
Car long est le chemin séparant les cieux de la vie ici-bas !

Au pied du mont Shentang, j’ai prêté un serment  ;
Malgré vents et marées, j’ai tenté de lutter.
Sur les sentiers étroits et les côtes escarpées,
Ni tigre ni panthère ne pouvait m’arrêter.

Gardant ton souvenir au tréfonds de mon cœur,
Toujours je parcourrai l’Empire du Milieu.

Ô gracieuse enfant éclairant l’autre rive,
Vois comme je suis seul dans ce monde agité !

Ta stèle funéraire, abattue, redressée,
Connut, tout comme moi, la gloire et l’infamie.

Tandis que le soleil dans le lointain se couche,
La grue élégamment éploie ses ailes blanches.
(Henry, p. 487)

21Pour le texte de la stèle, vu son caractère partiellement irrégulier, nous avons opté pour un poème en prose, qui nous paraissait plus adéquat pour ce type de situation.

22Les vers qui nous ont causé le plus de difficultés — et de la traduction desquels nous sommes le plus insatisfait — sont deux quatrains que Fei Xiaotong rédigea à la suite d’un voyage dans la province du Zhejiang, où il fut marqué par la splendeur du lac de l’Ouest à Hangzhou et par le paysage des monts Tiantai et Yandang près de Wenzhou :

回到北京后,他写信给同行的朱通华说:“离杭那天,来了诗兴,写了两首,另纸写出奉上。室内君子兰是日盛放,有知己之感。” 两首诗文抄录如下:

嫩绿方抹湖边柳,淡妆未见西子瘦。 云掩桥头苏小墓,廿年莺语失轻舟。
瓯海驰骋千里还,天台雁荡送我归。 有情应怜书生志,临别花开君子兰。 (李昇明,第260-261页)

Rentré à Pékin, il écrivit une lettre à son collègue Zhu Tonghua : « Depuis que j’ai quitté Hangzhou, l’inspiration m’est revenue et j’ai composé deux poèmes, que je joins à cette lettre. Les clivias de mon appartement semblent aujourd’hui s’épanouir, comme s’ils partageaient ma félicité. » Voici les deux poèmes en question :

Des saules verdoyants lovés aux flans du lac,
Au début du printemps, dans son éclat sans fard.
La tombe de Xiaoxiao enveloppée de nuages :
Depuis vingt ans déjà, aucun babil à bord.

Courant depuis Ouhai, je rejoins mon foyer.
Je ne suis pas tout seul : Tiantai, Yandang me suivent.
Percevant ma tendresse et ma noble ambition
Les clivias fleurissent au moment de l’adieu.
(Henry, pp. 390-391)

23Pour ce qui est du premier poème, l’un des premiers problèmes résidait dans l’image centrale du premier distique, qui décrit les berges du lac de l’Ouest. Dans une métaphore courante, un paysage printanier peut être dépeint par l’évocation d’une jeune femme gracile (shou 瘦) — tout comme les saules au bord du point d’eau — légèrement fardée (danzhuang 淡妆). Nous avons choisi d’expliciter le topos printanier, tout en gardant un semblant de personnification par l’emploi du verbe lover et du groupe adverbial « dans son éclat sans fard ». Dans le présent vers, cette image se double par l’utilisation du terme ambivalent Xizi 西子, qui désigne nommément le lac de l’Ouest tout en faisant référence à Xishi 西施, une célèbre beauté de la période des Printemps et Automnes (vers 450 avant notre ère). Cette référence est renforcée par la mise à l’honneur de la tombe de la courtisane et poétesse Su xiaoxiao 苏小小 (479-502), effectivement sise aux abords du lac, au pied d’un pont (qiaotou 桥头). Vu la richesse du sens et la méconnaissance présumée du contexte à la fois géographique et historique du lieu décrit, nous avons été contraint de recourir — fait unique dans la multiplicité des poèmes cités — à une note en bas de page expliquant brièvement les nombreuses apories auxquelles nous avons été confronté dans ces quelques lignes. Dans le deuxième quatrain, les derniers vers sont assurément les plus ésotériques. Le sinogramme zhi 志, relevant du confucianisme, exprime tout autant l’« ambition » ou la « détermination » que l’« idéal ». Quant aux clivias, fleurs ornementales, leur nom chinois junzilan 君子兰, littéralement « orchidée du seigneur » (certainement tiré du nom latin de l’espèce Clivia nobilis), est mis en parallèle avec shushengzhi 书生志 « idéal du lettré ». Face à l’obligation de maintenir la mention des clivias eu égard à l’introduction que Fei Xiaotong lui-même donna à ces poèmes, nous ne pouvions, si nous voulions rester fidèle au rythme dodécasyllabe, que rogner sur ces multiples jeux de réverbération. Autrement dit, notre traduction pèche ici par dilution du sens.

24Outre des poèmes lyriques de la plus belle eau dont nous avons présenté un échantillon, Fei Xiaotong, à plusieurs reprises au cours de sa carrière — même si c’est surtout vrai dans la seconde partie de sa vie, après les années 1980 —, a usé du médium poétique pour véhiculer sa vision du monde et sa conception de son métier. L’on comprendra très vite que, dans une biographie censée célébrer l’apport académique et intellectuel d’un monument de la pensée chinois, ces œuvres à portée programmatique devaient être rendues avec tout autant de prudence et de doigté, sinon plus, que les vers de circonstance écrits sous l’inspiration du moment. Lesdits poèmes prennent d’ailleurs régulièrement une coloration militante. En témoignent par exemple les quatrains suivants, où le sociologue se pose en quelque sorte en « prophète » qui a longtemps prêché dans le désert et s’est sacrifié pour ses convictions :

事实就是力量,只有苏南乡镇企业取得的成就越来越好,反对的声音才会渐渐衰弱下去。费孝通写了一首诗:“梦回苦日短,碌碌未敢休。文章千古事,万顷一沙鸥。” 他在一个会议上说:“太湖是万顷,我是一沙鸥,需要靠大家的力量。”(李昇明,第242页)

En effet, à mesure que les sociétés populaires engrangeaient des résultats toujours plus importants, les voix discordantes se turent les unes après les autres. Fei Xiaotong rappela ce succès dans l’un de ses poèmes :

Dur labeur quotidien, mouvements incessants,
Mais le rêve attendu bientôt fera surface.
Par mes œuvres j’évoque les beaux jours du passé,
Mouette solitaire dans les vastes étendues. 

Il s’expliqua sur la signification de ces vers lors d’une conférence : «  Les vastes étendues symbolisent le lac Taihu ; la mouette, c’est moi, parce que je dois m’appuyer sur les forces de chacun. » (Henry, p. 368)

1984 年 5 月,在走访苏北的路上,费孝通写了一首诗 :“幼负经世志, 峥嵘笔墨中。寒江秋月夜,愧对一钓翁。”到了名扬千古的“二十四桥明月夜” 现场,缘何没有闲情逸致去欣赏月映明楼 ?皆因失去的时间太多,总想多走多看 多写,只好对“独钓寒江雪”的“孤舟蓑笠翁”说声抱歉。 (李昇明,第243页)

En mai 1984, en route vers le nord-Jiangsu, le sociologue écrivit ces vers :

Dès ma verte jeunesse, l’ambition fut plus forte :
Les affaires d’État seraient mon quotidien ;
Et de vivre toujours, les lettres, ma raison.
Une nuit automnale : dans les cieux luit la lune.
Que de regrets, hélas ! mais je n’ai point le temps
D’admirer les pêcheurs sur le fleuve tranquille.

Arrivé à Yangzhou, la cité aux « vingt-quatre ponts », Fei Xiaotong n’eut malheureusement pas le loisir de contempler le reflet des antiques demeures dans les eaux du Grand Canal au clair de lune. Soucieux de ne plus perdre de temps, il ne pensait en effet plus qu’à observer et à écrire, s’excusant uniquement auprès du « vieux pêcheur vêtu d’une cape de bambou, dans son petit bateau sur la rivière enneigée ». (Henry, p. 369-370)

25Le premier quatrain est la réponse que Fei Xiaotong donna à ses anciens détracteurs qui avaient pendant si longtemps ri à son ambition de promouvoir le développement des petites et moyennes entreprises (les « sociétés populaires ») dans les campagnes. Si le dernier vers est plus énigmatique (quoiqu’immédiatement glosé), les trois premiers sont clairs sur la « mission » — le sociologue percevait son travail de la sorte — que Fei Xiaotong s’est efforcée de mener à bien. Le deuxième poème poursuit dans sa lancée en énonçant sans ambages la double identité que l’intellectuel entendait conserver à tout prix, celle d’homme d’État et celle d’auteur à part entière : le propre de ces mandarins-lettrés disparus à la faveur du XXe siècle, en somme. L’image des vieux pêcheurs solitaires sur fond de neige, quant à elle, est tirée directement de la seconde strophe du poème « Jiangxue » 江雪 « Rivière enneigée » du grand prosateur des Tang Liu Zongyuan 柳宗元 (773-819). Plus largement, les évocations conjointes de la lune (symbole de séparation), de l’automne (saison de la mélancolie) et du pêcheur (ici parangon de la solitude) sont omniprésentes dans la poésie chinoise classique dont Fei Xiaotong se dresse comme le digne héritier — autre exemple, s’il en fallait encore, des constants (et ô combien épineux pour le traducteur) procédés dialogiques dans l’œuvre de l’anthropologue.

26Comparé à plusieurs reprises par Li Shengming au poète des Song Su Dongpo 苏东坡, Fei Xiaotong se voyait plutôt comme le successeur des grands esprits des derniers feux de la dynastie mandchoue des Qing, au XIXe siècle, comme en témoigne le passage suivant :

说点题外话,作为一位1910年出生的人,费孝通沾了一点半点清朝的边缘, 虽未目染鼎鼎大名的清朝士大夫,也有所耳闻。在他的心目中,可能有两位印象 最好的士大夫。对于一生命运坎坷、一身正气凛然的林则徐,他写过一篇短文 追思先贤,把林则徐当成民族的榜样。另一位是左宗棠,记得左宗棠写过一首很 有名气的十六字励志诗 :“身无半亩,两袖清风 ;读破万卷,神交古人。”三言两语,就把文人的风骨说得如此到位,还很传神,令人颇为赞赏。 晚年的费孝通也写过与心声共鸣的十六字励志诗 :“胸怀全局,脚踏实地;志在富民,皓首不移。”前一半说学术态度,主外在;后一半说做人态度,主内心,把个人的心 胸和追求概括得非常到位,似乎想跟左宗棠呼应一把。 (李昇明,第410页)

Né en 1910, Fei Xiaotong restait malgré lui imprégné par l’esprit de la dynastie Qing, et bien qu’il n’ait jamais rencontré directement l’un de ces célèbres mandarins qui avaient fait la grandeur de l’Empire, leur souvenir lui était familier. Deux de ces notables en particulier avaient exercé une forte impression dans l’esprit du sociologue. Dans un court essai, Fei Xiaotong avait tout d’abord loué les mérites de Lin Zexu, dont le sens moral n’avait jamais failli en dépit de tous les caprices de sa destinée. Du second, Zuo Zongtang, il retenait surtout ce poème énergique et puissant : « Jamais propriétaire, toujours incorruptible  ; pour seuls amis les livres, les anciens pour seuls guides. » À travers ces quelques mots admirables, le général résumait de manière vivante et expressive ce que la carrière de lettré signifiait pour lui. Dans ses vieux jours, comme en écho à Zuo Zongtang, Fei Xiaotong traduisit ses aspirations dans des vers : « Le cœur vers le Grand Tout, les pieds sur le terrain. Combattre la misère : mon crédo pour toujours. » La première moitié du poème évoquait sa carrière académique  ; la seconde, sa quête d’humanité. (Henry, p. 593)

27Promoteur de l’industrialisation de l’Empire, le général Zuo Zongtang 左宗棠 (1812-1885) joua un rôle déterminant dans la répression de multiples soulèvements, en particulier celui des Taiping 太平 (1851-1864), en sa qualité de chef de l’armée de Xiang, née des milices du Hunan. Acteur du mouvement d’autorenforcement à l’occidentale qui prit place entre 1861 et 1895 à la suite d’une série de défaites militaires de la Chine contre les puissances étrangères, il fit construire notamment, près de Fuzhou, les chantiers navals de Mawei. Quant à Lin Zexu 林则徐 (1785-1850), il doit sa renommée à sa détermination sans faille, lors de son mandat de vice-roi de Canton, à empêcher les Britanniques à écouler l’opium dans l’Empire du Milieu ; la destruction d’une gigantesque cargaison du stupéfiant que l’officiel ordonna en 1839 fut d’ailleurs l’étincelle qui déclencha la première guerre de l’Opium. Révoqué de ses fonctions et exilé au Xinjiang, Lin Zexu y montra un intérêt réel pour la culture musulmane locale et contribua à améliorer les systèmes d’irrigation dans ces terres arides. C’est sans nul doute dans l’incorruptibilité et le sens de l’État de ces deux personnages que se reconnut Fei Xiaotong. Pour ce qui est de la traduction des poèmes à proprement dit, il s’agissait ici essentiellement de restituer au mieux le parallélisme présent dans l’œuvre de Fei Xiatong (xionghuai quanju 胸怀全局 >< jiaota shidi 脚踏实地) et dans le modèle de Zuo Zongtang (shen wu banmu 身无半亩 >< liang xiu qingfeng 两袖清风) : la rythme en douze syllabes divisées en deux hémistiches auquel nous nous sommes astreint nous a naturellement facilité la tâche dans cette entreprise (Le cœur vers le Grand Tout >< Les pieds sur le terrain  ; Jamais propriétaire >< Toujours incorruptible), avec l’aide du chiasme (Pour seuls amis les livres >< Les anciens pour seuls guides).

28Le dernier poème sur lequel nous nous pencherons dans cet exercice, auquel est d’ailleurs consacré tout le dernier chapitre de la biographie étudiée, réussit la gageure d’atteindre des hauteurs quasi métaphysiques tout en affichant une concision et une puissance digne du slogan — politique, presque :

1990年12月,费孝通应邀到日本进行文化访问,日本学术界以费孝通80岁生日为契机,特地为他举办一个“东亚社会研究讨论会”。费孝通做了一场 《人的研究在中国》的演讲,在房间休息时,他瞬间迸发出一个灵感,在宾馆里 找来一张纸,挥笔写下了十六字诗:“各美其美,美人之美,美美与共,天下大同”。这是费孝通积累了一生的文化思想,在80岁的时候沉淀了,升华了,羽化了,运用了囊括生活、艺术和哲学的“美”字,它展现了文化意义的全球一体化,铺设出一条通往人类和平的大道。(李昇明, 第410页)

En décembre 1990, alors que Fei Xiaotong avait été invité au Japon pour une visite culturelle, ses hôtes nippons, à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, organisèrent en son honneur un « Colloque sur les études sociologiques en Asie orientale ». Après avoir prononcé à cette occasion un discours sur « L’étude de l’Homme en Chine », Fei Xiaotong, pris par une soudaine inspiration, composa dans sa chambre le poème suivant : « À chacun sa beauté, à chacun son attrait. La grande réunion, un gage de la paix. » Sublimant la somme de connaissances que l’octogénaire avait pu accumuler pendant sa longue carrière, ces quelques vers — en particulier le mot beauté, lourd de tant de connotations artistiques et philosophiques — symbolisaient l’universalité de la culture et semblaient tracer la route vers cette paix que l’humanité désespérait de trouver. (Henry, p. 593)

  • 3 Pour plus de détails sur la définition linguistique à apporter aux chengyu, nous renvoyons à Kevin (...)

29Le fameux quatrain « Ge mei qi mei, meiren zhi mei, mei mei yu gong, tianxia tatong » 各美其美,美人之美,美美与共,天下大同, par sa structure quaternaire, se rapproche des chengyu 成语, ces expressions idiomatiques caractéristiques de la langue chinoise généralement caractérisées par leur figement (forme régulièrement inchangée depuis des siècles d’attestation), leur charge culturelle (elles sont souvent la condensation d’une légende ou d’un événement historique), leur emploi discursif (elles appuient un discours par leur inscription dans le patrimoine mémoriel des locuteurs) et leur ancrage dans un niveau de langue élevé (même si elles peuvent tomber, à force d’être éculées, dans le cliché)3. Dans le cas présent, ce schéma métrique particulièrement calculé se double de la multiplication du terme mei 美, lequel, en chinois classique, peut endosser tour à tour le rôle de nom (beauté), d’adjectif (beau) et même de verbe (embellir). Le dernier vers est finalement le moins équivoque, car il réfère sans ambages au concept de « Datong » 大同 «  Grande Union », utopie très ancienne — elle remonte au Liji 禮記, Classique des Rites — chère aux confucéens où tous les êtres du cosmos vivraient en harmonie. Si le programme est limpide, la manière de le traduire est beaucoup moins évidente. La voie à suivre était néanmoins éclairée par un discours dans lequel Fei Xiaotong développait sa pensée :

人类怎样在21世纪和平生存下去呢 ?我倾向于认为历史上群体间所有意识形态之争,不论是宗教战争、民族冲突以至结束不久的冷战,实质上是 群体间物质利益的争夺,意识形态的水火不相容是借口和掩饰。我也承认意识形态的歧义被利用作为借口,也有人类常有的心态作为基础。那就是“各美其美”的群体在互相接触中,产生了“唯我独美”的本位中心主义,或者自我优越感。中国古书就记下了“非我族类,其心必异”。本位中心主义 必然会发展到强制别人美我之美。我国古代的孔子从根本上反对本位中心主 义,提出“有教无类”,“己所不欲,勿施于人”。人的价值观念可以通过教 育取得一致,但是不能强加于人。在群体间尚没有通过长期的交流建立自觉 的融合之前,我们要学会“美人之美”,只要我们能更上一个认识层次,大 家在求同存异的原则上可以建立起亲密的和平共处。这个全球性大社会,我 们古人就称为大同世界的共同道德秩序。 (李昇明,第411-412页)

Comment les hommes pourraient-ils maintenir la paix au XXIe siècle ? À mon avis, il faut avant tout comprendre la nature profonde non seulement des guerres de religion, des chocs de civilisation ou de cette Guerre froide qui vient de s’achever, mais plus généralement de tous les affrontements idéologiques qui ont opposé les communautés humaines tout au long de l’Histoire. En fait, dans bien des cas les incompatibilités idéologiques sont des prétextes et des paravents cachant des luttes d’intérêts matériels. Bien que ces ambiguïtés aient souvent servi de faux mobiles, je reconnais toutefois que certains conflits y tirent directement leur source. C’est ainsi que, au contact entre les communautés, le « relativisme culturel » (« À chacun sa beauté ») a laissé petit à petit la place à un sentiment de supériorité culturelle (« Nul aussi beau que moi »). Une telle infatuation incite naturellement tout un chacun à vouloir soumettre les autres à sa propre vision du monde. Le philosophe chinois Confucius, opposé par principe à toute forme d’orgueil et d’égocentrisme, avait proposé un « enseignement sans distinction de classes » et exhorté les hommes à « ne pas faire aux autres ce que l’on ne voudrait pas que l’on fît à soi-même ». L’éducation peut certes unifier les systèmes de valeurs, mais ceux-ci ne peuvent être imposés aux hommes. Tant que les communautés n’auront pas consciemment fusionné leurs valeurs au gré des contacts et des échanges, il nous faudra apprendre à apprécier la beauté de chaque culture (« À chacun son attrait »). Ce n’est qu’en prenant de la hauteur, c’est-à-dire en cherchant les points de convergence au-delà des différences, que l’on pourra établir une coexistence pacifique durable entre tous les groupes humains. Cette société globalisée concrétisera alors la « Grande Union », ce rêve d’un ordre moral commun à tous les hommes auquel avaient autrefois aspiré nos ancêtres. (Henry, p. 595)

30Pour démêler cet écheveau, nous avons choisi une dernière fois de nous fier aux potentialités du vers dodécasyllabe, en nous risquant même à proposer un alexandrin rimé dans la plus pure tradition française. Pour compenser l’antanaclase qui faisait le sel du quatrain magique de Fei Xiaotong, nous avons en outre recouru à l’anaphore : À chacun… / À chacun… Nous laissons au lecteur le soin de juger de la pertinence et de l’efficacité des options que nous avons adoptée.

4. Que retenir de cet excursus dans la poésie de Fei Xiaotong ?

31À travers ce cas d’étude issu de notre propre expérience de traducteur, nous avons essentiellement voulu montrer que la distinction artificielle traditionnellement opérée entre traduction littéraire et pragmatique résiste mal à certaines situations intermédiaires. Dans le projet qui nous a été confié de procéder à la version française de la biographie de Fei Xiaotong, figure intellectuelle qui tenait à sa double casquette de scientifique et d’homme de lettres, nous avons été constamment écartelé entre deux objectifs assez contradictoires : d’un côté, exprimer au mieux, par l’intermédiaire de ses écrits (ses poèmes, mais aussi des extraits de ses ouvrages de sociologie et d’anthropologie, par ailleurs très nombreux dans le livre de Li Shenming), le génie littéraire d’un acteur de premier plan dans l’évolution de la Chine contemporaine qu’il fallait faire découvrir au grand public francophone ; de l’autre, suivant la politique éditoriale de la maison cliente, ne pas verser dans la pédanterie en abreuvant le lecteur d’une somme de références pointues sur l’Empire du Milieu, son histoire et sa culture, même avec la volonté louable de lui donner accès à toutes les clés pour comprendre pleinement la complexité de la pensée d’un personnage aux multiples facettes. De tels tiraillements imposent d’effectuer des choix radicaux — pour notre part, l’emploi systématique du vers dodécasyllabe — et de les assumer, en dépit des critiques (justifiées) que de doctes commentateurs ne manqueraient pas de formuler.

32Plus qu’un simple plaidoyer ou un mea culpa, notre article s’interrogeait donc toujours sur la question non pas du « comment traduire ? », mais du « traduire pour qui et pour quoi ? », cher aux partisans de la théorie du skopos. On peut gager qu’une hypothétique publication séparée des poèmes de Fei Xiaotong, destinée à mettre en valeur leur qualité littéraire, appellerait un traitement différent de celui que nous avons appliqué. Mais, en conclusion, les mêmes questions ne se poseraient-elles pas dans ce dernier cas ? Comment gérer l’imbrication constante des références intertextuelles ? Quel rythme ou quelle scansion adopter, et quelles seraient les conséquences d’une telle sélection sur la vision de la poétique de l’auteur par le lecteur francophone ? Comment traiter les œuvres à portée politique et leur message militant ? Toutes questions fécondes finalement sempiternelles…

Haut de page

Notes

1 Pour de plus amples informations sur les principales règles de la poétique chinoise classique (avec de nombreux exemples réels), nous renvoyons le lecteur à l’ouvrage de François Cheng, L’écriture poétique chinoise suivi d’une anthologie des poèmes des Tang. Paris : Le Seuil, coll. « Points-Essais », 332, (1977) 1996

2 Traduit « Douceur subite, retour du froid » par Bertrand Goujard sur son site Vent du Soir (www.ventdusoir-poesie.fr) consacré à la poésie chinoise tardive.

3 Pour plus de détails sur la définition linguistique à apporter aux chengyu, nous renvoyons à Kevin Henry, « Les chengyu du chinois : caractérisation de phrasèmes hors norme », Yearbook of Phraseology no 7, De Gruyter Mouton, novembre 2016, pp. 99–126.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Kevin Henry, « Entre action et contemplation », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/839

Haut de page

Auteur

Kevin Henry

Maître de conférences en Langues, Lettres et Traductologie, spécialisé en langue et culture chinoises, àl’Université de Mons (Belgique), Faculté de Traduction et Interprétation FTI-EII, Service de Communication écrite.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals