Navigation – Plan du site
Enjeux de traduction et prises de liberté

Le Yulihun 玉梨魂 de Xu Zhenya 徐枕亞 (1889-1937)

Miroir de la sphère publique chinoise des années 1900-1910
Joachim Boittout

Résumés

Roman sentimental le plus populaire des années 1910, le Yulihun de Xu Zhenya, loin de se limiter à l’expression d’un sentimentalisme archétypal, manifeste l’influence de différents courants littéraires et intellectuels sur son auteur. Tressée et nourrie par ces différentes tendances circulant dans la sphère publique, l’écriture du Yulihun apparaît tout à la fois comme dépositaire du projet réformateur du « Nouveau roman » lancé par Liang Qichao en 1902, de l’entreprise de préservation de l’héritage culturel classique lancée en 1905 par les intellectuels conservateurs du groupe de l’Essence nationale (Guocui) et de la théorisation d’une littérature déliée du politique par Wang Guowei.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’édition à laquelle on se réfère dans ce travail est l’édition taiwanaise publiée chez Sanmin shuj (...)
  • 2 Au sens où Jaroslav Prusek l’entend au sujet de littérature chinoise moderne dans The Lyrical And T (...)
  • 3 Soit le respect des libertés individuelles et l’institution et le respect d’un régime républicain d (...)
  • 4 Cette fascination complaisante s’exerçant particulièrement sur les personnages tentés de basculer d (...)

1Ouvrage phare du courant « Canards Mandarins et Papillons » (Yuanyang hudie pai 鴛鴦蝴蝶派) du début des années 1910, L’Âme du poirier de jade ou Yulihun 玉梨魂1 de Xu Zhenya 徐枕亞 (1889-1937), fut d’abord publié, dès 1912, dans les colonnes d’un journal shanghaien les plus progressistes et les plus virulents des deux premières années de la période républicaine, le quotidien Droits du peuple (Minquan bao 民權報). Il relate l’amour contrarié entre un jeune lettré, He Mengxia 何夢霞, instituteur dans la campagne de Wuxi 無錫, et une jeune veuve, Liniang 李娘. Cette dernière, en dépit de la passion violente qu’elle nourrit pour Mengxia, préfère sacrifier ses sentiments au respect des prescriptions rituelles confucéennes qui lui interdisent de se remarier. Œuvre lyrique2, empreinte d’un tragique qui caractérise les nombreux romans sentimentaux des années 1910, le Yulihun est également un ouvrage politique. En effet, dès lors qu’on lit l’écriture du sentiment (qing 情) qui imprègne l’ouvrage au prisme des revendications politiques3 exprimées par Xu Zhenya dans des éditoriaux publiés à la même époque dans le quotidien Droits du peuple, le sentimentalisme acquiert une dimension polémique nouvelle. Le roman ouvre une exploration séduisante4 de la tentation humaine à suivre la pente naturelle de ses inclinations authentiques, au plus près des frontières du désir (yu 欲) répréhensible d’un point de vue rituel. Ce choix s’apparente à un positionnement philosophique et politique que l’individu oppose à une morale et à une orthodoxie jugées perverties et sclérosantes.

  • 5 C.T Hsia (Op. cit.), pour les articles et ouvrages en langue occidentale, en est une. Haiyan Lee, d (...)

2La critique sinologique a préféré, à de très rares et discrètes exceptions5, se focaliser sur l’écriture sentimentale et le conservatisme de l’auteur — superficiellement dépeint en défenseur d’un idéal conservateur de la pureté féminine — que l’on peut déceler dans la composition du Yulihun. Or, son ambivalence formelle doit être comprise dans et par l’influence de ces transformations politiques et culturelles. Ce roman, en effet, est le produit d’un lettré traditionnel, sensible aux mutations politiques et philosophiques induites par la chute de l’Empire, converti au journalisme politique dans une concession étrangère de Shanghai.

  • 6 Pour une étude précise de l’évolution intellectuelle de Lin Shu, son rapport à la tradition littéra (...)
  • 7 Pour une étude des emprunts, essentiellement au plan narratif, du roman de Xu Zhenya à la traductio (...)
  • 8 Notamment par des références constantes au Rêve dans le pavillon rouge (Hongloumeng 紅樓夢), les Nouve (...)
  • 9 Comme le répète encore trop souvent la littérature secondaire depuis le jugement négatif porté par (...)

3Chez Xu Zhenya, la réception des romans traduits et en circulation dans la sphère publique littéraire est tout à la fois un produit et un déclencheur de ces transformations conceptuelles. Parmi ces traductions, l’influence de celle de La Dame aux camélias (Bali chahuanü yishi 巴黎茶花女遺事) d’Alexandre Dumas fils par Lin Shu 林紓 en 18996 est particulièrement remarquable7. Dans le même temps, l’association de Xu aux romans étrangers, via le travail de traduction de Linshu dans un contexte de rénovation profonde du champ littéraire, ne doit pas minorer l’importance de l’intertexte classique dont le roman est saturé8. Ainsi, saisir les linéaments de la double filiation du Yulihun permet de rendre compte de la complexité des réseaux référentiels qui traversent le roman et de restituer la complexité de l’œuvre de Xu Zhenya. Loin de se résumer à un exercice de style ou à une vaine démonstration de la virtuosité de l’auteur9, celle-ci apparaît alors comme le reflet des débats et orientations multiples de la sphère publique littéraire contemporaine.

  • 10 Voir le chapitre de Xu Jilin 許紀霖, « Jindai Zhongguo chengshi de gongong lingyu — yi Shanghai wei li (...)
  • 11 Mandarin Ducks and Butterflies, Popular Fiction in Early Twentieth-Century Chinese Cities. Berkeley (...)
  • 12 Au premier rang desquelles le renforcement de l’autoritarisme de Yuan Shikai 袁世凱 (1859-1916), parti (...)

4Dès lors on voudrait montrer que les choix esthétiques au fondement de la nature composite du roman doivent être lus comme l’affirmation d’un positionnement intellectuel ouvert au sein de la sphère publique du début du XXe siècle. Envisagées sous cet angle, les allées et venues de l’auteur entre une culture classique remise au goût du jour par une frange de la classe lettrée, et les emprunts à des romans étrangers dans un contexte de transformations intellectuelles et politiques, confèrent au roman de Xu une actualité et une modernité originales. Une telle approche nous permet de replacer Xu Zhenya (et les autres figures principales du mouvement « Canards mandarins et papillons » que sont Wu Shuangre 吳雙熱 (1885-1934) et Li Dingyi 李定夷 (1890-1963)) au cœur des débats intellectuels qui agitent la sphère publique chinoise, principalement shanghaienne à cette époque10. Ce faisant, on entend prendre de la distance avec la grille de lecture économiste qui est encore souvent plaquée sur la littérature populaire des années 1910-1920, depuis la parution de l’ouvrage pionnier de Perry Link sur la question11. Car c’est davantage en leur qualité de lettrés-journalistes impliqués dans les débats culturels et politiques contemporains12, que de littérateurs avides de profits rapides, que l’on se propose de comprendre leur positionnement dans le champ culturel.

  • 13 Stanford : Stanford University Press, 1996. On pourrait ajouter l’ouvrage de Barbara Mittler consac (...)
  • 14 Voir Cf. Joan Judge, Op.cit., pp. 1-5.
  • 15 Qui fait cependant l’objet de critiques sur le terrain sinologique à proprement parler (voir par ex (...)
  • 16 Pour une histoire résumée de l’évolution des significations du public (gong ) sous les Qing, on re (...)
  • 17 Sur cet aspect, on peut se référer à William T. Rowe, Hankow: Conflict, and Community in a Chinese (...)
  • 18 Ou, pour reprendre le terme de Philippe Huang dans « "Public Sphere"/"Civil Society" in China ?: Th (...)

5Une telle perméabilité du Yulihun, son ouverture à des influences et des réflexions venues de courants ou de personnalités parfois rivales, plus encore que l’ouverture d’esprit de son auteur à des opinions diverses, est la preuve de la vitalité de la sphère publique chinoise des années 1900-1910. Sans s’attarder ici sur les détails de cette discussion, il convient de préciser que l’existence d’une sphère publique ou d’une société civile en Chine — les deux étant souvent amalgamées dans la littérature sinologique qui s’est développée depuis le début des années 1990 sur la question — fait encore débat. À de rares exceptions près, dont l’étude par Joan Judge dans son ouvrage pionnier Print and Politics, « Shibao » and the Culture of Reform in Late Qing China13 d’un « middle realm »14 structuré par la presse réformatrice à la fin des Qing, une certaine communauté de vues15, sinon un consensus, semble s’être fixée sur le rôle public16 original et déterminant exercé par la gentry dès le second XIXe siècle. À l’articulation de l’administration impériale sous-représentée dans les provinces et le peuple n’ayant pas les ressources financières ni le capital culture et symbolique nécessaire pour prétendre à exercer des responsabilités publiques, les membres de la gentry, souvent regroupés en guildes17, ont pu constituer un ordre intermédiaire18. Il jouissait d’une certaine autonomie dans son organisation et assurait des missions que l’administration impériale, pour des raisons financières, se trouvait dans l’incapacité de mener.

  • 19 Voir, Op. cit., p. 277.
  • 20 Jürgen Habermas, L’espace public, traduction de Marc B. de Launay. Paris : Payot, (1988) 2008.
  • 21 C’est notamment le cas de Mary B. Rankin dans son étude sur les activistes du Zhejiang : Elite Acti (...)

6Or, comme l’a relevé Craig Calhoun19, la plupart de ces compréhensions délibérément locales de l’idée de sphère publique contredisent la dimension nationale dont est investi le concept dans l’ouvrage fondateur de Jürgen Habermas20, et dont, en général, ces auteurs se réclament21. En proposant une compréhension différente de la sphère publique, qui accorde la primauté à la presse politique et à la littérature (en l’occurrence, le roman-feuilleton) publiée dans celle-ci, on entend ouvrir l’étude de cet objet, encore mal défini dans le champ sinologique, à une interprétation plus fondée dans l'histoire intellectuelle et littéraire du début des années 1910 que dans l'histoire locale et sociale, comme cela avait souvent été le cas dans de nombreux travaux antérieurs consacrés au « middle realm » localisé à l'interstice entre le pouvoir politique (ou guan 官) et la société (entendue au sens de la catégorie du « populaire », minjian 民間). Or, la sphère publique ne se limite pas à la formation d’un réseau d’institutions alternatives systématiquement opposées à l’État. A rebours, on l’appréhende ici comme l’espace théorique et matériel (les journaux, les œuvres littéraires, les salons en sont la traduction concrète) dans lequel s’élabore, dans la discussion et parfois l’invective violente (c’est le cas dans la presse révolutionnaire, du célèbre Minbao 民報 au Minquan bao dans lequel publie Xu Zhenya), la réflexion collective sur l’intégration sociale et la construction d’une conscience politique moderne.

  • 22 Voir Haiyan Lee reprenant J. Habermas, Op. cit., p. 293.

7Par conséquent, c’est l’inscription du Yulihun dans ce forum intellectuel, au sein duquel les individus privés se regroupent pour former un public politique22, qui retiendra notre attention. Il paraît d’autant plus justifié de replacer le roman et, d’une manière générale, l’œuvre de Xu Zhenya et des autres auteurs du groupe « Canards mandarins et papillons » dans la sphère publique, que les discussions littéraires dont il se font l’écho, traduisent en réalité des positionnements politiques.

8Parfois antagonistes ou confus, se recoupant souvent en partie, les discussions sur les moyens et les fins de la littérature, et singulièrement du roman, au début du XXe siècle, parce qu’ils sont tous étroitement imbriquées dans l’édification d’une société et d’un régime politiques neufs, participent pleinement de la réflexion collective contemporaine sur la définition de la modernité chinoise. C’est à ce titre que l’on se propose de lire le Yulihun comme le reflet de ces réflexions et, par conséquent, comme le miroir de la sphère publique de cette époque.

Le renouveau de la fiction romanesque et l’importance des romans traduits

  • 23 In Xin xiaoshuo 新小說, 1er numéro, 15.10.1902. Il existe une traduction en langue anglaise de ce text (...)
  • 24 Wang-chi Wong, dans le chapitre qu’il consacre au nouveau roman (« An Act of Violence, Translation (...)
  • 25 Yuan Jin, Zhongguo xiaoshuo de jindai biange 中國小說的近代變革. Guilin : Guangxi shifan daxue, 2009, pp. 61 (...)
  • 26 Sur ce point, voir Li Yajuan 李亞娟, Wanqing xiaoshuo yu zhengzhi zhi guanxi yanjiu (1902-1911) 晚晴小說與政 (...)
  • 27 Voir Fin-De-Siècle Splendor: Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1848-1911. Stanford : Stan (...)

9Les dernières années du XIXe siècle et les premières années du XXe siècle connaissent une valorisation assez soudaine d’un genre littéraire déprécié par la tradition lettrée chinoise, le roman xiaoshuo 小說 (ou shuobu 說部 tel qu’il est souvent désigné dans les articles de la fin des Qing). Les lettrés modernes assignent désormais à la fiction romanesque une fonction éminemment politique : la réforme des institutions politiques et sociales et le sauvetage de la nation. Si Liang Qichao 梁啟超 (1873-1929), dans son fameux Au sujet des rapports entre le roman et le gouvernement du peuple (« Lun xiaoshuo yu qunzhi zhi guanxi » 論小說與群治之關係)23, est demeuré le plus célèbre propagandiste de cette nouvelle conception, il n’est en réalité pas le premier lettré moderne à avoir redéfini le périmètre des vertus politiques du genre romanesque. En effet, dès 1897, Yan Fu 嚴復 (1854-1921) et Xia Zengyou 夏曾佑 (1863-1924), dans leur « Les raisons pour lesquelles nous publions des romans supplément de ce journal » (« Benguan fuyin shuobu yuanqi » 本館附印說部緣起), avaient déjà entrepris de démontrer le potentiel réformateur du roman24. Yuan Jin 袁進25, dans son ouvrage de référence consacré au roman chinois prémoderne rappelle que, dès les années 1870, le roman avait commencé à pénétrer dans la sphère publique moderne grâce à la publication, dans une rubrique créée à cet effet dans le Shenbao 申報, de traductions de romans étrangers : les « Menus récits venus du monde » (Yinghuan suoji 瀛寰瑣記)26. La nouveauté de la reconnaissance, au plan politique, du roman par Liang Qichao ne doit toutefois pas faire oublier que la seconde partie du XIXe siècle consacre, dès avant la parution de ces articles, le genre romanesque comme précurseur d’une modernité littéraire et politique, ainsi que l’a démontré David Der-Wei Wang27.

  • 28 Voir par exemple l’article de Yun Tieqiao 惲鐵樵, « Lun yanqing xiaoshuo buru yi » 論言情小說不如譯, Xiaoshuo (...)
  • 29 Sur l’influence de littérature japonaise de l’époque Meiji (1868-1912), et singulièrement du roman (...)
  • 30 On trouve une multitude d’articles, préfaces autres « seuils » diffusant cette idée durant la premi (...)

10Il est remarquable que, dès ses premiers temps, l’entreprise de revalorisation politique et morale du genre romanesque qui caractérise la fin des Qing, se soit attachée à démontrer et à discuter, par revues et articles interposés, des mérites des romans étrangers — et par conséquent de leurs traductions28. La fonction du « nouveau roman » (xin xiaoshuo 新小說) théorisée par Liang Qichao, au-delà de l’indéniable influence du précepte antique qui veut que « l’œuvre écrite transmette un enseignement » (« wen yi zai dao » 文以載道), s’est en réalité inspirée et nourrie des traductions de plus en plus nombreuses de romans occidentaux et japonais29, particulièrement des oeuvres réalistes. Les traductions de Lin Shu, dont la version de La Dame aux Camélias publiée en 1899 connaît une grand retentissement, contribuent à alimenter le goût pour les romans étrangers et la conviction que ceux-ci doivent constituer l’horizon vers lequel la production romanesque chinoise doit tendre30.

  • 31 Guowen bao 國聞報, 16 octobre-18 novembre 1897.

11Dans « Les raisons pour lesquelles nous publions des romans, supplément de ce journal » (Benguan fuyin shuobu yuanqi 本館附印說部緣起), Yan Fu et Xia Zengyou31 se saisissent de la question romanesque à travers un vaste panorama de l’Histoire de l’humanité et des formes matérielles et artistiques de représentation de la nature humaine. L’essai se conclut sur la profondeur et la puissance du pouvoir de transformation des mœurs humaines que les deux auteurs prêtent au roman :

Une fois qu’il fut pleinement épanoui, le roman pénétra au plus profond des hommes et circula amplement dans la société ; il tirait son origine des livres canoniques et historiques. Si bien que les esprits et les mœurs dans la société passèrent sous l’emprise des romans.

12Cependant, poursuivent les auteurs, les romans « classiques » chinois que sont Au bord de l’eau (Shuihuzhuan 水滸傳), le Roman des Trois Royaumes (Sanguo yanyi 三國演義) ou, a fortiori, Le Pavillon de l’Ouest (Xixiangji 西廂記), s’avèrent en réalité d’un intérêt discutable dans la mesure où, leur sens profond étant difficilement accessible au vulgaire, ils ne peuvent qu’exercer un effet corrupteur sur la société :

Lorsque les Anciens composaient des romans, le sens subtil dont chacun de ceux-ci pouvaient être investi était placé dans des sous-entendus. Ainsi caché dans leurs profondeurs, ce sens subtil ne se laissait pas trouver aisément. Les personnes au savoir limité entraînant avec eux les autres [dans leur lecture erronée], le pays entier ne put venir à bout du poison de ces romans ; il fut donc bien difficile de parler de leur intérêt.

13À l’inverse, notent les auteurs dans la seconde partie de leur conclusion, le roman accompagna de manière bénéfique les avancées politiques et économiques des pays occidentaux et du Japon. C’est par conséquent dans cette direction qu’ils escomptent infléchir la fonction du roman en Chine, en le transformant, sur le modèle étranger, en un instrument d’instruction du peuple. Ils déclarent donc, juste après le paragraphe précédent :

Nous partageons la même conviction et nous savons qu’il en va ainsi. Or, nous avons appris qu’au moment de leur développement l’Europe, les Etats-Unis et le Japon bénéficièrent de l’aide du roman. C’est pourquoi, [nous] ne rechignerons pas devant le labeur et collecterons un grand nombre de [romans] pour les diffuser en supplément. […] La réalité des textes écrits est infinie […] mais son principe originel réside dans l’entreprise de civilisation du peuple.

  • 32 Il existe une importante littérature secondaire en langue chinoise sur la question. On peut s’appuy (...)
  • 33 Chen Pingyuan 陳平原, Ershi shiji zhongguo xiaoshuo shi 二十是世紀中國小說史, dans Chen Pingyuan xiaoshuo shi lu (...)
  • 34 Ibid., p. 602.

14L’impérieuse fonction politique dont se trouve désormais investie le roman se manifeste toutefois avec davantage de vigueur et de précision chez Liang Qichao. Et entre 1902 et 1910, le « nouveau roman » devient l’un des thèmes les plus débattus dans la presse et les revues littéraires, qui connaissent alors un essor inédit32. Comme le souligne Chen Pingyuan 陳平原 dans son Histoire du roman chinois au XXe siècle33, les romans étrangers sont la principale force motrice de la redéfinition des possibles du genre romanesque au tournant du siècle. Chen Pingyuan fait en outre remarquer que cette conception partagée du rôle de la fiction romanesque transcende les clivages politiques en ce qu’elle s’accorde de manière égale aux projets des réformateurs et des révolutionnaires34.

  • 35 Ren Gong 任公 (Liang Qichao), « Yi yin zhengzhi xiaoshuo xu » 譯印政治小說序, Qingyi bao 清議報, 1er vol. Il e (...)

15Trois ans avant son fameux article de 1902, Liang Qichao donnait déjà un aperçu des raisons stratégiques qui plaidaient en faveur d’une utilisation profitable de la fiction romanesque, considérée ici au prisme de son efficacité. Il écrit au sujet du « roman politique » (zhengzhi xiaoshuo 政治小說)35 :

Le roman politique est né chez les Occidentaux. Il est dans la nature humaine d’avoir en horreur la sévérité et de priser le badinage. C’est pourquoi quand [dans l’antiquité] les hommes écoutaient de la musique noble il y avait fort à craindre qu’ils ne s’endorment, tandis que lorsque les sons licencieux de Zheng et de Wei leur parvenaient à l’oreille, ils en oubliaient leur fatigue. C’est là, en vérité, une loi naturelle contre laquelle même les sages ne peuvent rien. Les éducateurs accomplis savent que c’est en allant dans leur sens que l’on peut tirer profit des inclinaisons naturelles. […] C’est pourquoi Kang Youwei déclarait : « Parmi les hommes qui savent lire, certains ne lisent pas les classiques, mais tous lisent des romans. C’est pourquoi lorsqu’on ne parvient pas à les instruire par les Six classiques, on doit les instruire par des romans ; quand les Histoires officielles ne rentrent pas, c’est de romans dont on doit se servir’ […].

  • 36 Pour une recension précise et commentée de ce débat, on peut consulter l’article fondamental de Cai (...)
  • 37 Pour une recension des romans étrangers traduits durant cette période, on peut consulter Chen Pingy (...)
  • 38 Pour les aspects économiques et agraires de la crise, on peut voir Marie-Claire Bergère, L’Âge d’or (...)

16Le sentiment d’urgence dont est empreint l’appel de Liang est d’autant plus fort que ce dernier s’inquiète de la dégradation morale induite par la lecture massive des romans les plus populaires comme Au bord de l’eau et Le Rêve dans le Pavillon rouge, dont le caractère licencieux est l’une des questions les plus débattues par les nouveaux romanciers durant la décennie 1900-191036. Le « roman politique » dont il se fait le héraut, et dont les meilleurs exemples sont, selon lui, à puiser dans les œuvres de Dickens et Rider Haggard37, a par conséquent vocation à réformer les mœurs, en même temps — et vraisemblablement sur cette base —, à sauver la nation du déclin moral et politique dans lequel elle s’enfonce depuis la moitié du XIXe siècle38.

  • 39 Voir notamment Huang Jinzhu 黃錦珠, Wanqing shiqi xiaoshuo guannian zhi zhuanbian 晚晴時期小說觀念之轉變. Taipei  (...)
  • 40 Chen Pingyuan (dans op.cit, pages 602 à 605) propose une classification en cinq groupes rattachés à (...)
  • 41 Op.cit., pp. 73-74.
  • 42 Comme le rappelle C.T Hsia (dans Op.cit., p.78), par opposition à Wang Guowei 王國維 dans sa Critique (...)

17Phénomène complexe39 et divers dans ses composantes40, le « nouveau roman » théorisé par Liang Qichao relève donc davantage du projet « éducatif », pour reprendre le terme de C.T Hsia41, fortement imprégné de la conviction spencérienne dominante que la Chine doit être réformée politiquement si elle entend survivre dans la compétition internationale des nations, que du manifeste esthétique42. Liang ouvre ainsi son appel sur ce constat révolutionnaire :

Si l’on entend régénérer le peuple d’une nation, il est d’abord nécessaire de rénover les romans de cette nation. Par conséquent la rénovation de la morale doit être précédée de celle du roman. La régénération de la religion doit être précédée de celle du roman. Et ainsi pour la rénovation de la politique, des mœurs et des arts, qui doivent toutes être précédées de celle du roman. Et même pour régénérer l’esprit humain et le caractère, il incombe de rénover en premier lieu le roman. Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que le roman possède un puissant pouvoir de contrôle sur le comportement humain.

18L’auteur poursuit en décrivant les quatre pouvoirs que la fiction romanesque exerce sur le comportement humain. Il s’agit de « l’infusion » (xun 薰), « l’immersion » (jin 浸), la « stimulation » (ci 刺) et « l’élévation » (ti 提), dont les ressorts sont explicités au moyen d’exemples puisés dans les grands romans chinois classiques. Liang insiste ici sur la prédisposition psychologique humaine universelle à la sensibilité et l’émotion sur laquelle fait fonds, plus que n’importe quel autre genre, la fiction romanesque.

19Or, c’est précisément cette prédisposition universelle au sentimentalisme et à l’émotivité que Xu Zhenya et les autres auteurs du groupe « Canards mandarins et papillons » cultivent dans leurs romans. La sentimentalité (qing 情), relève autant chez ces auteurs de la posture publique (nourrie par une vie personnelle tragique), jeu littéraire et moteur d’une conversion de l’individu sentimental privé au citoyen engagé politiquement pour la défense du régime républicain quand celui-ci commence à vaciller, dès 1913, sous les coups infligés par le Président, et bientôt dictateur, Yuan Shikai 袁世凱 (1859-1916). Dès lors, la manifestation littéraire de ces émotions, plus qu’un simple jeu de lettrés, est au fondement d’une communauté de sentiments qui, elle-même, par l’effet agrégateur qu’elle déploie sur la myriade de consciences individuelles, constitue le socle d’une communauté nationale qui coïncide avec celle instituée formellement lors de la fondation de la République. La preuve la plus éclatante de la réunion de ces deux communautés en une seule entité citoyenne, réside dans les nombreuses plaintes, lancées par Xu Zhenya, Wu Shuangre et Li Dingyi dans la page littéraire de Droits du peuple.

20Pour Liang, le constat de l’emprise du roman sur la nature humaine rend d’autant plus critique son contrôle et sa juste utilisation au service du sauvetage national. La maîtrise des ressorts de l’écriture romanesque permettrait ainsi de mettre un terme à l’influence pernicieuse des mauvais romans — les romans chinois — qui mine le « caractère national ». Comme il s’exclame à la fin du texte :

Or aujourd’hui mes compatriotes tournent le dos avec légèreté à la justice et lui préfèrent le complot et l’intrigue […] je dis que cela est dû au roman. […] Aujourd’hui la conduite de mes compatriotes est déréglée ; enfoncés dans le stupre, ils ne peuvent quitter leur chambre à coucher. Enchaînés par leurs émotions, ils pleurent sur les fleurs de printemps et face aux lunes d’automne. Ils épuisent l’énergie et la vigueur de leur jeunesse. Voilà comment ces jeunes hommes, dès l’âge de quinze ans et jusqu'à leur trentaine, considèrent qu’être submergé d’émotions, de sentiments, d’afflictions et de maladies est un exploit. Ces jeunes et jeunes femmes débordent de sensibilité, mais sont peu dotés en talent supérieur, tant et si bien qu’ils commettent des actes immoraux et répandent ce poison partout dans la société. Je dis que cela est dû à la fiction. […] Malheur ! Si cette situation devait perdurer et ne jamais cesser, l’avenir de notre pays en serait compromis ! Il en serait tout à fait compromis ! C’est pourquoi si l’on entend réformer le peuple, on doit commencer par révolutionner le domaine de la fiction. Si l’on souhaite régénérer le peuple, il faut nécessairement commencer par régénérer le la fiction.

  • 43 Et méprisante à l’égard des romans populaires chinois en général. Sur ce sentiment de supériorité d (...)
  • 44 Xia Zhiqing 夏志清, « Xin xiaoshuo de tichangzhe : Yanfu yu Liang Qichao » 新小說的提倡者:嚴復與梁啟超”, in Li Ming (...)
  • 45 Repris et explicités, entre autres, par Wang-chi Wong dans Op.cit., pp. 25-26.

21Le fonds psychologisant de l’analyse de Liang, empruntée à son maître Kang Youwei 康有為 (1858-1927) est fondée sur la reconnaissance lucide mais quelque peu contristée43 que le roman est le genre d’écrit qui sied le mieux à la compréhension de la nature humaine. Dans ce texte fondateur, déjà amplement étudié, Liang Qichao entend faire du roman le moyen de fédérer la nation en infusant parmi ses « quatre cent millions de compatriotes » un sentiment d’appartenance nationale, construit dans un double mouvement d’imitation des vertus politiques prêtées — souvent fort abusivement comme le souligne C.T Hsia44 — aux romans des puissances occidentales et une opposition ferme à l’impérialisme de ces mêmes puissances. Pour donner davantage de poids à son entreprise de revalorisation de la forme romanesque, Liang avance quatre arguments censés illustrer le prestige du roman en Occident45 : premièrement, la fiction est unanimement respectée dans les pays occidentaux ; deuxièmement, les plus grands savants, penseurs et — surtout — hommes politiques occidentaux écrivent des romans ; troisièmement, étant écrites par ces personnages éminents, les fictions occidentales sont d’une qualité bien supérieure aux romans classiques chinois ; enfin, jouissant d’un tel prestige au sein de la société, les romans ont souvent été une force d’entraînement des transformations politiques et sociales dans les pays occidentaux.

  • 46 Sur les attaques portées par les auteurs du 4 Mai contre les auteurs « populaires », voir Feng Lipi (...)
  • 47 Voir Yulihun, chapitre 24.

22Or, en dépit des dénégations de la critique chinoise encore souvent influencée par le jugement dépréciatif porté par les activistes du 4 Mai sur les auteurs associés à la nébuleuse « Canards mandarins et papillons »46, on soutient que le Yulihun de Xu Zhenya se place lui-aussi dans le sillage du nouveau roman prôné par Liang Qichao. L’auteur entend en effet délivrer un message hautement politique à son vaste lectorat. Les affres de l’amour entravé entre les deux protagonistes servent en réalité à infléchir le cours de sa sentimentalité (qing 情) du héros Mengxia. D’abord dirigé vers Liniang, l’objet de sa passion, son amour finit par se muer, en un retournement tragique final, en cause politique des plus nobles. Dans cette configuration, l’épanchement d’un qing amoureux peut être considéré comme une préparation, potentiellement destructrice (la totalité des personnages de premier plan meurent à la fin du roman), au véritable sacrifice, qui ne peut qu’être politique. La fin du roman est ainsi marquée par le sacrifice du héros sur le champ de bataille à Wuchang 武昌 en 1911. Le narrateur, et peut-être davantage l’auteur lui-même (Xu Zhenya entretenant une confusion permanente entre les deux instances), émet le jugement suivant sur la nature de son héroïsme47 :

  • 48 On retrouve la même assertion dans le premier chapitre du roman de Li Dingyi, La Malédiction du jad (...)
  • 49 La conversion vers le qing politique s’opère à cet endroit précis du texte : c’est le même terme, f (...)

Ah ! Quand un homme verse du sang, cela n’est jamais en vain. Aujourd’hui, Mengxia verse son sang par amour pour une femme, et cela n’est pas sans valeur non plus ! Ciel et Terre sont un repère pour les sentiments. Et tous les héros sont une espèce sentimentale48. Le sang est l’élément essentiel de la passion. Et l’on verse du sang par amour. Les usages du sentiment sont vastes ! On peut l’élargir, l’enrouler, le courber ou le redresser. Tout en bas de l’échelle, il plonge dans la sphère privée du sentiment amoureux entre hommes et femmes, et tout en haut, il monte jusqu’à la sphère publique de la survie du pays. Son utilisation diffère, mais sa racine est la même : le sentiment. C’est pourquoi, ceux qui peuvent verser leur sang sont des gens sentimentaux. C’est en versant son sang que l’on va jusqu’au bout de ses sentiments. Les hommes passionnés et les femmes tourmentées, qui conservent la même volonté profonde49, jusqu'à ce que les océans soient épuisés et les roches désagrégées, ce sont bien des êtres sentimentaux. Et les grands hommes, aux idéaux élevés, qui ne reculent devant aucun danger, au péril de leur vie, ce sont aussi des êtres sentimentaux ! Celui qui peut verser du sang pour l’amour d’une femme, peut forcément verser du sang pour l’amour de son pays ; celui qui ne craint pas de perdre son sang par amour pour une femme, on ne peut qu’espèrer qu’il le verse par amour pour son pays.

23On peut lire dans l’ouverture de Xu Zhenya aux traductions étrangères une autre manifestation de l’influence du roman politique sur sa pratique de la littérature. Les nombreux emprunts à la Dame aux camélias, dont Xu Zhenya revendique explicitement la filiation au chapitre 29 du Yulihun en se comparant au « Dumas de l’Orient », distinguent en effet ce roman de nombreuses autres productions sentimentales contemporaines. Or, si la publication retentissante de la traduction en chinois classique de La Dame aux camélias d’Alexandre Dumas fils en 1899 par Lin Shu a fait l’objet de nombreuses études, peu de critiques ont relevé l’influence décisive qu’elle a exercée sur le roman de Xu Zhenya.

  • 50 Voir Nakazatomi Satoshi 中里見敬, « Jojô suru bungen: Gyokurikon no katari to buntai » 抒情する文言-‘玉梨魂’の語りと (...)

24La dépiction d’un environnement sentimental empreint d’une mélancolique morbide et la critique de l’hypocrisie sociale dont sont victimes les femmes est sans doute l’un des traits les plus saillants que les deux romans ont en partage. Dans les deux romans, c’est l’amour sincère de deux jeunes gens, entravé par la bienséance (Yulihun) et des préoccupations financières (la crainte de voir une courtisane comme Marguerite Gautier dilapider l’héritage familial dans La Dame aux camélias), qui sont au cœur de la narration. Au plan formel, la structure similaire de leurs derniers chapitres, qui sont en réalité constitués d’extraits des journaux intimes de deux protagonistes, Mengxia et Armand, atteste de l’ouverture de Xu à des artifices narratifs puisés dans des romans étrangers. Nakazatomi Satoshi 中里見敬 a montré de manière originale que l’emploi subtil du discours indirect libre par Xu Zhenya, dont la mode allait déferler après le début des années 1910, était sans doute à replacer dans un tel contexte d’ouverture à la modernité littéraire étrangère50.

  • 51 Sur ce point, voir le chapitre de Yuan Jin, « The Influence of Translated Fiction on Chinese Romant (...)
  • 52 Il n’y a ainsi pratiquement jamais de fin heureuse dans les romans sentimentaux des « Canards manda (...)

25En ce sens, l’empreinte étrangère du Yulihun, dans la lignée des traductions scandaleuses de romans sentimentaux étrangers par Lin Shu51, rattache Xu Zhenya à l’impératif politique énoncé par Liang Qichao dans ses essais et préfaces. En s’en prenant, à la suite de Cao Xueqin 曹雪芹 dans le Rêve dans le Pavillon rouge, à la domination de la structure familiale chinoise traditionnelle sur les individus et, de manière plus révolutionnaire, en affirmant le primat de l’individu sur le clan, Xu Zhenya et les autres auteurs du groupe « Canards mandarins et papillons », enrichissent le roman sentimental d’une revendication politique et culturelle éminemment contemporaines. Ce faisant, ils assignent une nouvelle fonction au genre qui sert de modèle à leurs productions, le roman de jeunes hommes talentueux et de belles jeunes filles (caizi jiaren 才子佳人), dont ils détournent les codes et l’horizon d’attente qui leur est associé52, contribuant ainsi à politiser davantage l’écriture du sentiment amoureux dans un contexte de construction nationale.

Du refus de la fiction utilitaire au repli esthétique

26Cependant, l’assignement moral et politique du roman n’était toutefois pas partagé par tous les lettrés actifs, par la publication régulière dans des revues et journaux, dans la sphère publique littéraire. Si bien que le débat s’engage rapidement, entre 1905 et 1907, entre les tenants d’une conception utilitariste du roman, et d’autres qui, tels Wang Guowei 王國維 et les frères Zhou, Zhou Zuoren 周作人 et Zhou Shuren 周樹人 alias Lu Xun 魯迅, qui théorisent et revendiquent une compréhension autonome de la littérature, et singulièrement de la fiction, en rupture avec le modèle romanesque prôné par Liang Qichao. Dans l’un de ses textes de jeunesse consacré à la littérature qu’il publie dans la revue révolutionnaire Henan 河南 éditée par des étudiants chinois à Tôkyô dès décembre 1907, Lu Xun écrit :

  • 53 Ling Fei 令飛 (Lu Xun), Henan 河南, deuxième numéro, 1908.

Envisagé du point de vue de la littérature pure, l’essence de tous les arts est de procurer de l’émotion et du plaisir au public. La littérature faisant partie de ces arts, sa nature doit elle aussi être de la sorte, et, n’ayant aucun rapport avec l’existence des individus et des pays, elle est tout à fait étrangère aux profits matériels et n’entend rechercher aucune vérité. Ainsi, si l’on considère son efficacité, [il apparaît] qu’il vaut mieux consulter des annales historiques pour accroître sa sagesse, avoir recours à des adages pour admonester les hommes, faire du commerce pour s’enrichir et s’illustrer comme soldat pour acquérir du renom53.

27L’auteur poursuit et finit par puiser dans le vocabulaire taoïste pour donner une définition de la littérature à rebours de l’atmosphère ambiante, revendiquant « l’utilité inutile » (buyong zhi yong 不用之用). La focalisation sur la pure jouissance esthétique, déliée des intérêts privés qui relèvent de l’ordre mondain, fonde en réalité sa légitimité et sa puissance sur les sentiments personnels du receveur de l’œuvre esthétique. Comme Liang Qichao et les autres propagandistes du « nouveau roman », Lu Xun perçoit dans le sentiment et l’émotion humaine le ressort de l’écriture littéraire. Toutefois, à la différence de Liang, Lu Xun et Zhou Zuoren refusent de s’en tenir à une vision utilitariste de ceux-ci. Il ne s’agit pas de concevoir les procédés littéraires les plus adaptés à leur utilisation à des fins éducatives et politiques —ces dernières plaçant le lissage de ces sentiments en tête de leurs priorités afin de prévenir la manifestation de déviances immorales —, mais d’instituer le dialogue sur le sentiment humain comme la finalité de la littérature elle-même. C’est par conséquent à l’aune du double mouvement de la dynamique intersubjective induite par l’écriture et la réception par le lecteur que ces auteurs évaluent l’intérêt de toute production artistique. Libérée de l’impératif politique dans lequel l’avaient enserrée les nouveaux romanciers, la littérature n’a donc d’autre visée que d’émouvoir. C’est ce qu’indiquait Zhou Zuoren un an avant Lu Xun :

  • 54 Zhou Chuo 周逴 (Zhou Zuoren), « Hongxing shishi xu » 紅星佚史序, Hongxing shishi 紅星佚史, Beijing : Shangyin (...)

Dernièrement, en Chine, on tient pour extraordinaires le fait de prêcher par des romans, si bien que tout le monde s’y est mis. Or ce flot d’ouvrages ne me semble pas avoir quelqu’intérêt pour le gouvernement de la population. Car les romans se sont développés à partir de la poésie qui, en Occident, est avant tout de facture privée. Et c’est parce qu’elle a pour objet principal le beau qu’elle peut exprimer de la liberté et diffuser son intelligence des lettres. Cependant en Chine on considère la poésie au prisme de la politique et ce jusqu’au roman, qui se voit assigner des impératifs moraux. Si bien qu’il n’y a aucune limite entre roman et enseignement moral et que si l’on trace la plus petite délimitation [entre les deux] et qu’on l’empêche [le roman] de répandre sa sagesse il est fort probable que le peuple le pousse à le faire. Mais leur sens étant différent, leurs résultats diffèrent également. Or, toutes les formes d’écrits connues dans le monde se décomposent en deux types de productions que sont les œuvres érudites et les oeuvres littéraires. Les œuvres érudites servent à augmenter son savoir tandis que la littérature sert à émouvoir. Du moment qu’elle parvient à émouvoir, la littérature remplit sa tâche, et les autres bénéfices qu’elle apporte ne sont qu’accessoires. Or, le roman relève bien des œuvres littéraires. Lorsqu’on lit des ouvrages occidentaux il faut également comprendre le sens [qu’on leur confère] en Occident, sinon, en lisant des productions modernes sous une lumière ancienne, on ne fait qu’en brouiller la compréhension soi-même54.

  • 55 Voir Cris, édition de Sebastian Veg, Paris : Éditions Rue d'Ulm, coll. « Versions françaises », 201 (...)
  • 56 C’est ce que rappelle Kiyama Hideo 木山英雄 dans Wenxue fugu yu wenxue geming 文學復古與文學革命. Beijing : Beij (...)
  • 57 Yuan Jin, op.cit., p. 79.
  • 58 Sur la fonction remplis par les seuils (paratextes), voir Gérard Genette, Seuils. Paris : Le Seuil, (...)
  • 59 Voir Yuan Jin, Op. cit., pp. 71-78.
  • 60 Sur Huang Moxi en particulier, voir Milena Doleželová-Velingerová and M Henri Day. « Huang Moxi 黃摩西 (...)
  • 61 Sur la lecture — erronée, selon Yuan Jin — de Hegel par Xu Nianci, voir Yuan Jin, Op. cit., pp. 71- (...)

28Une telle reconnaissance de la valeur et de l’autonomie de la littérature ne doit toutefois pas faire oublier la profondeur de la révolution littéraire inaugurée par Liang Qichao. Lu Xun lui-même, dans sa préface à Cris55, rappelle qu’il a abandonné ses études de médecine pour s’engager en littérature afin de « sauver » la nation56. Mais peut-on pour autant en conclure, comme l’y invite Yuan Jin57, que leur « avant-gardisme » littéraire ne se soit formalisé qu’après leur découverte de la littérature occidentale ? Sans doute ces conceptions se sont-elles formées concurremment, et, surtout, dans un dialogue sur les mérites comparés des romans chinois et des romans traduits entretenu par l’ensemble des lettrés engagés dans la sphère publique durant la période. Au demeurant, la lecture des seuils58 des revues et des romans traduits par le groupe dit de la « forêt de romans » (xiaoshuo lin 小說林)59 suffit à se convaincre des compréhensions ambivalentes de la finalité de l’écriture romanesque chez des lettrés comme Huang Moxi 黃摩西60 ou Xu Nianci 徐念慈61.

  • 62 Qui s’apparente en réalité à un « outsider » du champ littéraire de l’époque selon les termes de Ch (...)
  • 63 Yu Xiaohong 俞曉紅,Wang Guowei Hongloumeng pinglun qianshuo 王國維紅樓夢評論淺說. Beijing : Zhonghua shuju, 2004
  • 64 Ibidem, chapitre 1, « Rensheng ji meishu zhi gaiguan » 人生及美術之概觀.

29Beaucoup plus rares sont ceux qui, comme Wang Guowei 王國維62, parviennent à proposer une conception du littéraire qui associe exigence et plaisir esthétiques à une réflexion critique sur les difficultés et les apories de la condition humaine. Dans sa Critique du Rêve dans le Pavillon rouge (Honglou meng pinglun 紅樓夢評論)63, Wang, influencé par Le Monde comme volonté et comme représentation de Schopenhauer, entend justifier la valeur libératrice des oeuvres d’art, et singulièrement de la littérature. Se détournant encore davantage des idéaux politiques du « nouveau roman » de Lu Xun et Zhou Zuoren, Wang Guowei restreint ainsi le débat autour des mérites et les finalités de l’art à une réflexion centrée sur l’existence individuelle. Le Rêve dans le Pavillon rouge, notamment la vie sentimentale tumultueuse de Jia Baoyu 賈寶玉, lui procurent les matériaux nécessaires à sa démonstration. Assignant au roman, dont il clame la supériorité sur les autres formes artistiques que sont la poésie et le théâtre, la tâche de « décrire la vie »64, Wang Guowei creuse la distance avec la vision confucéenne, qui voit dans l’écrit un moyen de transmettre un enseignement. Wang critique l’inféodation traditionnelle du champ littéraire au politique d’avoir causé le retard de la Chine dans les disciplines esthétiques et en philosophie :

  • 65 Wang Guowei, 王國維, Lun zhexue yu meishujia zhi tianzhi 論哲學家與美術家之天職.

Quant aux poètes qui ne nourrissent pas ces [hautes] ambitions, ils se placent, tout comme les romanciers, les dramaturges, les peintres et les musiciens, dans la position de bouffons et d’acteurs, et la société les admet en qualité de bouffons et d’acteurs. « Les choses existent toujours en dehors des poèmes » et « dès que l’on se considère comme hommes de lettres, on n’a plus rien de remarquable », voilà bien la règle d’or partagée par mes compatriotes. Hélas ! Cela fait bien longtemps que les arts n’ont aucune valeur autonome. Rien d’étonnant dès lors à ce que les poètes de toutes les générations passées afin d’échapper [à ce sort]. Et les pures productions artistiques sont souvent la cible d’attaques sans que personne ne vienne laver leur honneur. C’est là l’une des raisons qui explique le retard de la philosophie et des arts dans notre pays. […] Oublier le caractère sacré de la philosophie et de l’art en les assimilant à des outils moraux et politiques, c’est nier purement et simplement leur valeur65.

  • 66 Wang écrit ainsi dans Honglou meng pinglun, ibid. : « […] Ces souffrances ne font qu’augmenter avec (...)
  • 67 Wang Guowei écrit (Op.cit., chapitre 2 : « Hongloumeng de jingshen » 紅樓夢之精神 : « […] Et l’on trouve (...)
  • 68 L’auteur insiste donc à de nombreuses reprises sur le caractère « tragique » (beiju 悲劇) du Rêve dan (...)

30Pour Wang Guowei, la reconnaissance de l’autonomie des formes artistiques est la condition nécessaire à la compréhension du véritable sens et de la puissance des arts qui, au même titre que la religion, écrit-il dans sa critique au grand roman, sont une forme de « libération » (jietuo 解脫) des souffrances consubstantielles à la vie humaine66. Toutefois, à la différence de la libération religieuse, réservée au plus petit nombre capable de réaliser l’étendue de sa propre souffrance en observant celle des autres, la libération par les arts suppose d’endurer soi-même les tourments du monde67. Elle est essentiellement tragique (beigan 悲感) et, dans le même temps, sublime (zhuangmei 壯美)68. Pour Wang, la dépiction des affres de Jia Baoyu, rendue de manière paroxystique au moyen d’une utilisation consommée de l’art romanesque, ne peut que bouleverser les lecteurs. C’est à travers la lecture que ceux-ci, tout en faisant l’expérience de leur appartenance commune à une humanité nécessairement tragique, peuvent accéder, en même temps que Jia Baoyu réalise sa conversion dans le roman entre les chapitres 98 et 120, à une forme de libération individuelle des désirs mondains (yu 欲).

  • 69 Xu Zhenya livre la vérité à ses lecteurs, dans la préface du roman qui fait suite au Yulihun, l’His (...)
  • 70 Les exemples abondent. On renvoie ici à l’article fondamental de Cai Zhuqing, déjà cité, pp. 146-15 (...)
  • 71 Voir « Yu Xu Zhenya shu » 與徐枕亞書, Minquan bao, 15/08/1913.

31La dimension personnelle, sinon autobiographique, du Yulihun de Xu Zhenya69, autorise un rapprochement avec une telle conception pour le moins dépolitisée de la littérature. Et la lecture du Rêve dans le pavillon rouge de Wang Guowei semble pouvoir s’appliquer d’autant plus opportunément au roman de Xu Zhenya que ce dernier revendique l’héritage de l’œuvre de Cao Xueqin dans la dépiction de passions entravées et la quête, vouée à l’échec, d’une libération des tourments mondains par les protagonistes féminins et masculins70. L’une des quelques lettres de lecteurs contemporains du Yulihun adressées à Xu Zhenya atteste de la réception intime du roman, et semble reléguer au second plan le message politique dont il est porteur. L’un des thuriféraires de Xu écrit ainsi, dans un billet publié dans les colonnes de Droits du peuple71 :

Vous êtes une personne authentiquement triste, et le Yulihun est une histoire authentiquement triste. Dans quelle œuvre, sinon le Yulihun, pourrait-on trouver un être si affligé composer une mélodie si affligeante, ou, mieux, une personne si déchirée recueillir des sons aussi déchirants, capable de faire pleurer d’une même voix toutes les belles jeunes femmes et les jeunes lettrés talentueux du monde ? Moi, Jiang, ne suis qu’un modeste lettré, qui, parmi toutes les générations de lettrés apitoyés, apprécie vos compositions, et tout particulièrement votre Yulihun. J’en ai eu un volume entre les mains dernièrement, et il n’a pas manqué de me faire pleurer, sa triste mélodie envahissant mes oreilles. On peut vraiment dire que c’est la suite du Lisao [de Qu Yuan].

  • 72 Pour un aperçu relativement complet de ceux-ci, on peut se référer à la collection de paratextes ra (...)
  • 73 Cette dimension ayant fait l’objet de nombreuses études, tant en langues occidentales qu’en chinois (...)

32Au demeurant, les nombreux seuils du Yulihun et des autres ouvrages majeurs de Xu Zhenya72, qui s’inscrivent dans la tradition lettré des dédicaces offertes ou commandées, attestent de l’attrait répété des lecteurs contemporains pour l’épanchement des passions contrariées. Ce goût du pathos paroxystique, dont sont empreints tous les romans des auteurs du groupe « Canards mandarins et papillons », associé à la dimension foncièrement récréative de ces oeuvres73, éclairent le roman de Xu Zhenya sous une lumière différente et attestent de l’ouverture de l’auteur aux débats structurant la sphère publique de la première décennie du XXe siècle.

La Revue savante sur l’Essence nationale (Guocui xuebao 國粹學報) et le retour à l’antiquité (fugu 復古)

  • 74 Voir la démonstration qu’en donne Tze-ki Hon dans Revolution as Restoration, Guocui xuebao and Chin (...)

33En même temps que la valeur et la fonction de la fiction romanesque se trouvaient réévaluées dans le champ littéraire, la définition même de la littérature, de la langue chinoise et de ses origines, retenait l’attention d’un petit groupe de lettrés non moins préoccupés de régénération et de sauvetage national. Pour ceux-ci, à la différence du groupe du « nouveau roman », la voie la plus sûre pour parvenir à cet objectif était la préservation, par l’étude — essentiellement philologique — de la culture nationale, dont la redécouverte, sur le modèle de la Renaissance européenne, devait être le prélude à la modernité chinoise74.

  • 75 Parmi les nombreux ouvrages, surtout en langue chinoise, consacrés aux travaux philologiques de Zha (...)
  • 76 Ibid., pp. 375-380.
  • 77 Sur la discussion entre Zhang Binglin et Liu Shipei, on peut se référer au chapitre détaille de王風Wa (...)
  • 78 Voir Elisabeth Kaske, Op.cit., page 380.
  • 79 Voir Zhang Jiang 張絳 (Zhang Binglin), Wenxue lun lüe文學論略 (Une brève discussion sur la littérature), (...)
  • 80 Voir Elisabeth Kaske, op.cit., page 379.
  • 81 Dont les contradictions internes, que l’on trouve dès les premiers articles publiés en 1905, ont ét (...)
  • 82 On peut voir, entre autres, Liu Na 劉納, Shanbian Xinhai geming shiqi zhi Wusi shiqi de Zhongguo wenx (...)

34Regroupés au sein de la Revue savante sur l’Essence nationale ou Guocui xuebao 國粹學報, derrière les figures de premier plan du mouvement que sont Zhang Binglin 章炳麟 (1868-1936), Liu Shipei 劉師培 (1884-1919) et Deng Shi 鄧實(1877-1951), ils interrogent, à travers la composition d’articles essentiellement philologiques portant sur l’origine des caractères chinois, l’idée de littérature75. Zhang Binglin et Liu Shipei sont les auteurs les plus attentifs à cette question. Ce sont ceux qui, de manière parfois confuse et évolutive en raison de l’infléchissement de certaines de leurs positions au fil des années76, délivrent le plus grand nombre de jugements normatifs au sujet de l’essence du « littéraire ». On retiendra, sans entrer ici dans le détail de la discussion qui s’instaure entre les deux lettrés dès 190577, que tout en donnant une lecture révolutionnaire du wen 文 censé englober la totalité des écrits existant78 — vernaculaires comme classiques79 —, Zhang conserve la distinction entre genres élevés et genres mineurs. Le roman composé en langue vernaculaire, en tant qu’instrument d’éducation des masses peu lettrées, étant remisé dans la seconde catégorie80. La position de Liu Shipei, moins connue81, est néanmoins décisive pour comprendre les racines d’un phénomène peu compris et peu étudié qui caractérise l’histoire littéraire de la décennie 1910 : l’engouement pour le roman en prose parallèle (pianti 駢體)82. Le Yulihun de Xu Zhenya étant le principal représentant de ce renouveau, il est d’autant plus important de faire un détour par la théorie développée par Liu Shipei une demi-douzaine d’années avant la publication de ce roman dans les colonnes de Droits du peuple à partir du 31 août 1912.

  • 83 Voir « Wenzhang yuanshi » 文章原始, « Lunwen zaji » 論文雜記, in Guocui xuebao國粹學報,n° 1 à 10 et « Wen shuo  (...)
  • 84 Pour un résumé précis de cette polémique du premier XIXe siècle, voir l’article de Theodore Huters, (...)
  • 85 Idée réfutée par Zhang Binglin dans le Wenxue lun lüe 文學論略, où il accorde sa préférence à la prose (...)
  • 86 Voir Guocui xuebao, n° 1.

35Liu Shipei, dans trois articles majeurs publiés successivement entre 1905 et 190883, établit la prose parallèle comme le genre majeur de toutes les productions écrites. Sans pénétrer davantage dans le contenu philologique de la discussion, mentionnons simplement ici que Liu Shipei reprend à son compte la position du lettré Ruan Yuan 阮元 (1764-1849) en en amplifiant la portée. Ce dernier, dans une série d’écrits consacrés à la question littéraire, s’était fait le pourfendeur de l’école Tongcheng 桐城 qui dominait le champ littéraire et dont il critiquait le rigorisme et l’étroitesse des modèles d’écriture84. Aux modèles de prose classique (guwen 古文) hérités du renouveau inauguré par Han Yu 韓愈 (768-824), Liu Shipei, influencé par le lettré du premier XIXe siècle Ruan Yuan, préfèrent le style des lettrés de la période précédente, celle des Six dynasties et de la période Wei-Jin. S’appuyant à son tour sur le premier traité de littérature, le Cœur des lettres et dragon orné (Wenxin diaolong 文心雕龍), Liu Shipei entend notamment démontrer que c’est la prosodie de la prose parallèle qui fonde la supériorité de ce style sur la prose classique85. Reprenant à son compte les arguments de Ruan Yuan développés dans ses Propos sur la langue littérature (Wenyan shuo 文言說), il fustige, dans son premier article intitulé « L’origine de la littérature » (Wenzhang yuanshi 文章原始86) l’école Tongcheng qui « considère que les classiques (jing 經) et les histoires officielles (zishi 子史) sont des œuvres littéraires (wen) », estimant à rebours que la prose parallèle constitue « l’orthodoxie littéraire » (wenzhang zhenggui 文章正軌).

  • 87 Chen Jianhua 陳建華, « Lun wenyan yu baihua de bianzheng guanxi ji Zhongguo xiandai wenxue zhi yuan — (...)
  • 88 Les cas de Su Manshu 蘇曼殊 (1894-1918), moine-poète et traducteur de Byron d’origine sino-japonaise, (...)
  • 89 Sur cette ambivalence essentielle de la Nanshe et la modernité des figures principales du groupe, o (...)

36Très peu de critiques modernes ont perçu le lien entre cette justification philologique de la supériorité d’un style orné, héritier d’une longue tradition littéraire classique, et la vague de romans en prose parallèle inauguré par Xu Zhenya en 1912. Seul Chen Jianhua 陳建華, qui formule souvent les vues les plus pénétrantes sur les rapports entre littérature et politique entre la fin des Qing et le début de la République, suggère brièvement que le Yulihun, par sa facture en prose parallèle, prétend se rattacher à l’orthodoxie littéraire en cours de refondation par Liu87. Mais l’influence de Liu Shipei et, plus généralement, celle de l’entreprise de réhabilitation moderne de l’héritage classique qui s’exprime dans la revue Guocui xuebao mérite toutefois d’être relevée et analysée plus systématiquement, car elle permet d’illustrer la diversité des sources d’inspiration de Xu Zhenya et des autres auteurs du groupe « Canards mandarins et papillons » dans la composition de leurs romans. Le trait d’union que l’on trace entre les deux groupes paraît d’autant plus pertinent que la plupart de leurs membres étaient des adhérents de la Société du Sud ou Nanshe 南社, fondé à Suzhou en 1911 par Chen Qubing 陳去病 (1874-1933), Liu Yazi 柳亞子 (1887-1958) et Gao Xu 高旭 (1877-1925). On trouve l’écho des prises de positions révolutionnaires au plan politique et conservatrices en matière littéraire88 de cette association89, dans les prises de positions politiques et esthétiques de auteurs du groupe « Canards mandarins et papillons ».

  • 90 Sur ce point, on peut consulter l’étude récente de Guo Zhantao 郭戰淘 sur le roman en prose parallèle (...)
  • 91 Voir C.T Hsia, Op.cit.
  • 92 Voir Guo Zhantao, Op.cit., pp. 45-84.
  • 93 18% précisément selon les calculs de l’auteur (Ibid., p. 119). Pour une définition précise de la pr (...)

37Lui même membre de la Nanshe, Xu Zhenya, comme d’autres auteurs du même mouvement90, manifeste un goût prononcé pour la prose parallèle. Et le Yulihun, comme l’ont indiqué C.T Hsia91 et plus récemment Guo Zhantao 郭戰淘92, prend place dans un tradition prestigieuse qui relie son auteur aux plus grands lettrés des Six dynasties et lui permet de faire la démonstration de sa maîtrise de la langue et de son érudition. On trouve de nombreux exemples de cette veine érudite dans le roman, dont Guo Zhantao a toutefois relevé qu’il contenait un nombre relativement faible de passages en prose parallèle stricto sensu, notamment en comparaison du roman de Chen Qiu93. Certains passages du roman sont néanmoins intégralement composés dans ce style. C’est le cas de la lettre de Mengxia à Liniang au chapitre 4. Dans ce morceau de bravoure, le balancement caractéristique de la prose parallèle entre les phrases de quatre et six caractères ajoute à l’intensité de ce moment nodal où la communication — toujours indirecte — s’est établie véritablement pour la première fois entre les deux personnages, et où Mengxia déclare ses sentiments à Liniang. Il s’agit également d’un moyen pour Mengxia de manifester l’étendue de sa culture classique par la construction d’un réseau référentiel pathétique et maniéré, partagé par Liniang :

Les malheurs accablent Mengxia ; depuis dix ans le destin m’est contraire, trois mois déjà que j’ai quitté mon foyer. […] Voilà déjà plus de vingt jours, qu’hôte et invités buvons ensemble ; jour et nuit y réfléchis, mais ne sais toujours pas comment lui rendre la pareille. Et la sincérité avec laquelle il traite son invité, ne fait que croître jour après jour. […] La lune dans le gynécée désolé, le malheur de la séparation la frappe depuis longtemps ; cette personne mélancolique devant le miroir, qui songe vainement à repousser les avances d’autres hommes.

  • 94 Il s’agit de l’Histoire non-officielle de Yanshan (Yanshan waizhuan 燕山外傳) de Chen Qiu 陳球. L’édition (...)
  • 95 Comme l’a montré Wang Xiaoming 王曉明 dans un article demeuré célèbre, c’est, à l’inverse, la fermetur (...)
  • 96 Sur cet aspect de la sphère publique shanghaienne, voir Xu Jilin, Op.cit., pages 68 sq. Xu Jilin n’ (...)

38La question de savoir pourquoi, plus de cent ans après le dernier roman composé en prose parallèle94, un groupe de lettrés s’est soudain lancé dans la composition de roman dans ce style raffiné et hermétique, a souvent été posée mais jamais élucidée. On ne saurait se contenter d’une réponse exclusivement fondée sur le penchant maniériste de lettrés, démunis et laissés sans perspective de carrière officielle depuis l’abolition des examens mandarinaux en 1905. C’est pourquoi on se propose de chercher la réponse dans la nature particulière de la sphère publique littéraire républicaine. Caractérisée par son ouverture95 à des conception littéraires et politiques divergentes, elle permet, comme l’a montré Xu Jilin, une circulation matérielle et intellectuelle fluides96. C’est cette caractéristique qui invite à considérer sous une nouvelle lumière l’inscription des auteurs « Canards mandarins et papillons » dans l’espace public de l’époque.

Pour une relecture du Yulihun

  • 97 Xu Zhenya est tout autant journaliste politique qu’auteur de romans sentimentaux.

39Replacer une œuvre littéraire populaire à la réception aussi vaste et à la composition — à première vue — aussi intrigante que le Yulihun dans la sphère publique du début de la période républicaine permet de dépasser les schémas d’oppositions binaires qui structurent encore l’histoire intellectuelle et littéraire de la fin des Qing. Il est souvent tentant, en effet, de décortiquer et d’expliquer les mutations politiques de la période au moyen de couples antithétiques repris à l’envi par les études consacrés à la période, comme « l’ancien » et le « nouveau », le « moderne » et le « traditionnel », ou encore le « local » et « l’étranger ». Le Yulihun, essentiellement en raison de la langue dans laquelle il est composé et de l’identité toujours partiellement comprise97 de son auteur, replacé dans la téléologie instituée qui fait du 4 Mai le moment fondateur de la modernité chinoise, est voué à être considéré comme le bref acmé d’un vieux monde, rapidement balayé par les activités de 1919 dont le lancement de La Jeunesse en 1915 par Chen Duxiu est la préfiguration impatiente.

  • 98 Comme l’écrit Chen Jianhua dans « Minguo chunian de gonghe zhuti, simi wenxue yu wenhua zhuanxing » (...)
  • 99 La publication de son roman le plus célèbre, les Mémoires de l’oie brisée et du cygne solitaire (Du (...)
  • 100 C’est notamment le cas de Yu Dafu 郁達夫 (1896-1945) dans Naufrage (Chenlun 沈淪). Voir Sebastian Veg, « (...)

40Une telle lecture du Yulihun, ne résiste cependant pas à une analyse approfondie du contexte intellectuel de la composition du roman. Œuvre profondément inscrite dans la sphère publique de son temps, le Yulihun de Xu Zhenya, davantage qu’un roman de transition où se heurterait l’ancien et le nouveau, est un objet « cosmopolite »98 aux multiples facettes. Il s’agit d’abord d’un ouvrage intime dans lequel, très exactement en même temps que Su Manshu99, Xu inaugure une pratique de l’écriture de soi qui sera reprise, selon des modalités narratives plus déliées de la littérature chinoise classique, par les auteurs du 4 Mai100. Le Yulihun est en même temps l’héritier de la littérature ornée en prose parallèle des Six dynasties et de la tradition poétique sentimentale dans la veine de Li Shangyin李商隱 (813-858). Enfin, c’est aussi un roman « politique » au sens où l’entend Liang Qichao, une œuvre littéraire investie d’une ambition politique et morale neuves, ou qui se présentent comme telles, et dont l’objet est de susciter une conversion du lecteur aux idées et idéaux qu’elle véhicule. Ce sentiment d’une mission romanesque se manifeste dans son ouverture aux influences littéraires étrangères, où elle puise des techniques narratives neuves ainsi qu’un imaginaire social occidental perçu comme plus libre et moderne.

41Conscient, comme ses contemporains, de l’emprise de la fiction romanesque sur les sentiments humains, Xu Zhenya s’adresse directement à cette disposition universellement partagée par les hommes en ébauchant une fresque intensément tragique des passions humaines, dont la triste condition, déjà décrite par Wang Guowei en 1904, appelle un dépassement. Cet horizon nouveau que Xu Zhenya envisage pour le sujet sentimental, prisonnier de tourments aporétiques dont seule la mort peut délivrer — respecter l’étiquette confucéenne qui régit encore les relations humaines ou succomber aux tentations de l’amour libre, que l’on condamne par ailleurs —, est d’une nature essentiellement politique. Il ne peut advenir que dans la conversion du sentiment amoureux individuel, dirigé vers une personne, en un sentiment politique d’appartenance à une communauté d’individus regroupés en une nation, incarnée institutionnellement dans un régime politique nouveau, la République, dont Xu est un farouche défenseur.

42Saisi dans la complexité de sa composition, dans ses ambitions politiques et dans ses contradictions laissées en suspens — l’admiration vibrante du narrateur pour le hiératisme rituel de Liniang laisse planer de sérieux doutes sur sa caution de l’amour libre —, le Yulihun de Xu Zhenya, best seller de la période républicaine, révèle l’actualité de ses préoccupations en même temps que son ouverture aux débats qui agitent la sphère publique de l’époque dont, à la manière d’un catalyseur, il intègre plus ou moins harmonieusement les tendances. Sans doute le succès et la modernité du Yulihun doivent-ils davantage être saisis dans cette conception ouverte et englobante de la fiction romanesque — qui n’exclut pas un calcul matériel et une stratégie commerciale de son auteur —, que dans le constat répété d’un sentimentalisme larmoyant et purement intéressé de son auteur.

Haut de page

Notes

1 L’édition à laquelle on se réfère dans ce travail est l’édition taiwanaise publiée chez Sanmin shuju 三民書局 en 2007 dans la collection « Zhongguo gudian mingzhu » 中國古典名著.

2 Au sens où Jaroslav Prusek l’entend au sujet de littérature chinoise moderne dans The Lyrical And The Epic. Studies of Modern Chinese Literature (Bloomington : Indiana University Press, 1980), à savoir comme une forme d’expression subjective dont on peut tracer les origines dans la littérature chinoise classique. La continuité avec la tradition littéraire traverse le roman de Xu Zhenya de part en part, et C.T Hsia, développe l’argument de l’inscription du Yulihun dans la tradition « érotico-sentimentale », dont le roman serait à la fois le produit et, ajoute-t-il, l’aboutissement. Voir C.T Hsia, « Hsu Chen-ya's Yu-li hun: An Essay in Literary History and Criticism », Renditions 17-18 (1982), pages 199 à 240.

3 Soit le respect des libertés individuelles et l’institution et le respect d’un régime républicain démocratique authentique.

4 Cette fascination complaisante s’exerçant particulièrement sur les personnages tentés de basculer dans la corruption morale mais qui, au dernier moment, s’en retiennent, refreinant ainsi leurs sentiments (qing 情) par les rites ou l’étiquette (li 禮). Toutefois, le simple fait d’envisager la possibilité de cette voie est investi d’une charge tragique, qui est à l’origine de la fascination éprouvée par les lecteurs de Xu Zhenya. Les personnages, prisonniers de cette attirance irrépressible, sont voués à mourir, consumés par un désir non assouvi.

5 C.T Hsia (Op. cit.), pour les articles et ouvrages en langue occidentale, en est une. Haiyan Lee, dans son ouvrage fondamental Revolution of the Heart. A Genealogy of Love in China 1900-1950 (Stanford : Stanford University Press, 2007, chapitre 2, pp. 60-92) et davantage encore dans son article majeur « All the Feelings that are fit to Print — The Community of Sentiment and the Literary Public Sphere in China, 1900-1918 », Modern China, Vol. 27, No. 3 (Jul., 2001), pp. 291-327, étudie également le traitement du politique dans le roman de Xu Zhenya. On ne partage cependant pas son avis sur le rapport des auteurs « Canards mandarins et papillons » à la piété filiale.

6 Pour une étude précise de l’évolution intellectuelle de Lin Shu, son rapport à la tradition littéraire chinoise et son influence dans l’écriture romanesque chinoise au début du XXe siècle, on peut voir l’ouvrage de Michael Gibbs, qui est le plus récent sur le sujet : Lin Shu, Inc. Translation and the Making of Modern Chinese Culture. Oxford : Oxford University Press (2013) 2016.

7 Pour une étude des emprunts, essentiellement au plan narratif, du roman de Xu Zhenya à la traduction de Lin Shu, on peut voir Li Xinying 李欣穎, « Xiaoshuo Yulihun yu Bali chahuanü xushu bijiao » “小說玉梨魂與巴黎茶花女遺事敘述比較, Mingzuo xinschang 名作欣賞, 2013, 5-15.

8 Notamment par des références constantes au Rêve dans le pavillon rouge (Hongloumeng 紅樓夢), les Nouveaux Propos mondains (Shishuo xinyu 世說新語), à la poésie ornée de la période des Six Dynasties ou à certains poètes Tang, tels Li Shangyin 李商隱 (813-858).

9 Comme le répète encore trop souvent la littérature secondaire depuis le jugement négatif porté par les auteurs du 4 Mai, Zhou Zuoren 周作人, le premier, qui, dans « Le développement du roman japonais de ces trente dernières années » (« Riben jindai sanshi nian xiaoshuo zhi fada » 日本近代三十年小說之發達, Xinqingnian 新青年, vol. 5, n° 1, 15.07.1918), s’en prend à Xu Zhenya et au groupe des « Canards mandarins et papillons » qu’il représente. Pour des jugements similaires plus récents, on peut voir : Wei Shaochang 魏紹昌, Wo kan Yuanyang hudie pai 我看鴛鴦蝴蝶派. Hong Kong : Zhonghua shuju, 1990.

10 Voir le chapitre de Xu Jilin 許紀霖, « Jindai Zhongguo chengshi de gongong lingyu — yi Shanghai wei lie » 近代中國城市的公共領域以上海為例, dans Gao Ruiquan 高瑞泉, Zhongguo de xiandaixing yu chengshi zhishi fenzi 中國的現代性與城市知識份子. Shanghai : Shanghai guji, 2004, pp. 52-85.

11 Mandarin Ducks and Butterflies, Popular Fiction in Early Twentieth-Century Chinese Cities. Berkeley : University of California Press, 1981.

12 Au premier rang desquelles le renforcement de l’autoritarisme de Yuan Shikai 袁世凱 (1859-1916), particulièrement après l’assassinat de Song Jiaoren 宋教仁 (1882-1913) en mars 1913. Le quotidien Droits du peuple est cependant resté célèbre pour la virulence de ses éditoriaux dont la plume principale, Dai Jitao 戴季陶 (1891-1949) devenu à partir des années 1920 l’un des principaux idéologues de l’aile droite du Parti nationaliste, a mené un combat journalier à l’encontre de Yuan, et ce dès le début de la parution du quotidien en mars 1912.

13 Stanford : Stanford University Press, 1996. On pourrait ajouter l’ouvrage de Barbara Mittler consacré au Shenbao 申報, A Newspaper for China? Power, Identity, and Change in Shanghai's News Media, 1872-1912. Cambridge : Harvard University Press, 2004.

14 Voir Cf. Joan Judge, Op.cit., pp. 1-5.

15 Qui fait cependant l’objet de critiques sur le terrain sinologique à proprement parler (voir par exemple Frederic Wakeman, « The Civil Society and Public Sphere Debate, Western Reflections on Chinese Political Culture », Modern China, Vol. 19, No. 2, Symposium: "Public Sphere"/"Civil Society" in China? Paradigmatic Issues in Chinese Studies, III (Apr., 1993), pp. 108-138) et au plan théorique, comme dans l’article de Craig Calhoun, « Civil Society and the Public Sphere », dans Michael Edwards, The Oxford Handbook of Civil Society. New York : Oxford University Press, 2011, pp. 276-280. Voir également l’ouvrage collectif dirigé par Craig Calhoun, Habermas and the Public Sphere. Cambridge : MIT Press, 1993, et notamment son introduction par Craig Calhoun.

16 Pour une histoire résumée de l’évolution des significations du public (gong ) sous les Qing, on renvoie à l’ouvrage essentiel de Mizoguchi Yûzô 溝口雄三, Chuugoku no ko to shi 中国の公と私. Tôkyô : Kenbun shuppan 研文選書, 1995.

17 Sur cet aspect, on peut se référer à William T. Rowe, Hankow: Conflict, and Community in a Chinese City. Stanford : Stanford University Press, 1989. Pour le cas shanghaien, voir Bryna Goodman, Native Place, City and Nation: Regional Networks and Identities in Shanghai, 1853-1937. Berkeley : University of California Press, 1995.

18 Ou, pour reprendre le terme de Philippe Huang dans « "Public Sphere"/"Civil Society" in China ?: The Third Realm between State and Society », Modern China, Vol. 19, No. 2, avril 1993), pp. 216-240, de « troisième état » (« third realm »). Une caractéristique saillante de ce third realm proprement chinois serait sa fonction d’interface, qu’elle remplierait d’autant plus efficacement que ses acteurs ont intérêt, dans la mesure où l’Etat consent à un minimum de modernisations comme la mise en place d’assemblées locales dès 1909, à la préservation d’un relatif statut quo politique, favorable à la bonne marche de leurs affaires et à l’administration locale.

19 Voir, Op. cit., p. 277.

20 Jürgen Habermas, L’espace public, traduction de Marc B. de Launay. Paris : Payot, (1988) 2008.

21 C’est notamment le cas de Mary B. Rankin dans son étude sur les activistes du Zhejiang : Elite Activism and Political Transformation in China: Zhejiang Province, 1865-1911. Stanford : Stanford University Press, 1986. Pour une critique à partir du sens premier de la sphère publique habermassienne, voir Craig Calhoun, Op.cit., pp. 277-278.

22 Voir Haiyan Lee reprenant J. Habermas, Op. cit., p. 293.

23 In Xin xiaoshuo 新小說, 1er numéro, 15.10.1902. Il existe une traduction en langue anglaise de ce texte, publiée dans l’ouvrage édité par Kirk Denton, Modern Chinese Literary Thought, Writings on Literature, 1893-1945. Stanford : Stanford University Press, 1996. Voir chapitre 3 : « On the Relationship Between Fiction and the Government of the People », pp. 73-81. 

24 Wang-chi Wong, dans le chapitre qu’il consacre au nouveau roman (« An Act of Violence, Translation of Western Fiction in the Late Qing and Early Republican Period », dans Michel Hockx (ed.), The Literary Field of Twentieth-Century China (Richmond : Curzon, 1999), chapitre 1, pp. 21-39, parle d’un « climat général » institué par cette publication (p. 25).

25 Yuan Jin, Zhongguo xiaoshuo de jindai biange 中國小說的近代變革. Guilin : Guangxi shifan daxue, 2009, pp. 61-64.

26 Sur ce point, voir Li Yajuan 李亞娟, Wanqing xiaoshuo yu zhengzhi zhi guanxi yanjiu (1902-1911) 晚晴小說與政治之關係研究. Beijing : Zhongguo fazhi, 2011, p. 71

27 Voir Fin-De-Siècle Splendor: Repressed Modernities of Late Qing Fiction, 1848-1911. Stanford : Stanford University Press, 1997. On renvoie ici au deuxième chapitre consacré aux romans sentimentaux de la fin des Qing.

28 Voir par exemple l’article de Yun Tieqiao 惲鐵樵, « Lun yanqing xiaoshuo buru yi » 論言情小說不如譯, Xiaoshuo yuebao小說月報, Vol. 6, n° 7, 1915.

29 Sur l’influence de littérature japonaise de l’époque Meiji (1868-1912), et singulièrement du roman politique, sur l’élaboration de la théorie du nouveau roman par Liang Qichao, voir Xia Xiaohong 夏曉虹, Jueshi yu chuanshi — Liang Qichao de wenxue daolu 覺世與傳世-梁啟超的文學道路. Shanghai : Shanghai renmin, 1991, p. 200 sq. De manière plus générale, sur la question de l’influence des débats politiques japonais sur les étudiants chinois au début du XXe siècle, on peut voir Paula Harrell, Sowing the Seeds of Change : Chinese Students, Japanese Teachers, 1895-1905. Stanford : Stanford University Press, 1992.

30 On trouve une multitude d’articles, préfaces autres « seuils » diffusant cette idée durant la première décennie du XXe siècle. Un grand nombre de ces textes ont été collationnés par Chen Pingyuan 陳平原 et Xia Xiaohong dans Ershi shiji Zhongguo xiaoshuo lilun ziliao 二十世纪中国小说理论资料, Premier volume. Beijing : Beijing daxue, (1989) 1997.

31 Guowen bao 國聞報, 16 octobre-18 novembre 1897.

32 Il existe une importante littérature secondaire en langue chinoise sur la question. On peut s’appuyer sur Lee, Leo Ou-fan et Andrew J. Nathan, « The Beginnings of Mass Culture: Journalism and Fiction in the Late Ch'ing and Beyond », dans David Johnson, Andrew Nathan, Evelyn Rawski (eds.), Popular Culture in Late Imperial China. Berkeley : University of California Press, 1985, pp. 360-395.

33 Chen Pingyuan 陳平原, Ershi shiji zhongguo xiaoshuo shi 二十是世紀中國小說史, dans Chen Pingyuan xiaoshuo shi lunji 陳平原小說史論集. Shijiazhuang : Hebei chubanshe, 1997, pp. 594-595.

34 Ibid., p. 602.

35 Ren Gong 任公 (Liang Qichao), « Yi yin zhengzhi xiaoshuo xu » 譯印政治小說序, Qingyi bao 清議報, 1er vol. Il existe une traduction en langue anglaise de ce texte, publiée dans publiée dans l’ouvrage édité par Kirk Denton, Modern Chinese Literary Thought, Writings on Literature, 1893-1945. Stanford : Stanford University Press, 1996. Voir chapitre 2, « Forward to the Publication of Political Novels in Translation », pp. 71-73. 

36 Pour une recension précise et commentée de ce débat, on peut consulter l’article fondamental de Cai Zhuqing 蔡祝青 consacré au Yulihun de Xu Zhenya : « Chumu shangxin cheng ke ai — yi Minquan bao de lunshu changyu congdu Yulihun deng aiqing xiaoshuo » 觸目傷心誠可哀以《民權報》的論述場域重解玉梨魂等哀情小說, in Zhongzheng daxue zhongwen xueshu niankan 中正大學中文學術年刊, 2008, pp. 121-160, plus particulièrement les pages 136 à 146. Relevons au passage un article de Huang Boyao 黃伯耀 paru le 18 janvier 1908 dans le magazine Forêt de romans chinois et étrangers (Zhongwai xiaoshuo lin 中外小說林) sous le titre « La frontière entre les mots licencieux qui troublent la société et les sentiments romantiques qui émeuvent » (« Yinci huoshi yu yanqing ganren zhi jiexian » 淫詞惑世與豔情感人之界線). Huang y affirme la nécessité pour les romanciers d’avoir recours au sentiment (qing 情) dans le cours de la narration et, se positionnant en faux par rapport à la critique univoque du caractère licencieux du Rêve dans le Pavillon Rouge et du Pavillon de l’Ouest de Liang Qichao, réhabilite ces romans. L’auteur estime qu’en « allant au bout de l’idéal [qu’ils renferment] et en utilisant de manière idoine les personnages sentimentaux [qui en sont les protagonistes] », on peut en faire une lecture instructive. Il fait remarquer que c’est précisément l’usage qui en est fait au Japon, où ces romans sont intégrés dans les programmes scolaires. 

37 Pour une recension des romans étrangers traduits durant cette période, on peut consulter Chen Pingyuan, Ershi shiji Zhongguo xiaoshuo shi 二十世紀中國小說史, dans Cheng Pingyuan xiaoshuo lunji, op cit, pages 614 sq. L’engouement pour les romans traduits est tel qu’A’Ying 阿英, dans sa célèbre Histoire du roman de la fin des Qing (Wanqing xiaoshuo shi 晚清小說史), recense, pour la période comprenant les années 1890-1910, 479 romans écrits et 628 traductions. Chen Pingyuan, pour sa part, estime qu’entre 1899 et 1911 ce sont au bas mot 615 romans traduits qui ont été introduits en Chine. Parmi ceux-ci, des œuvres de Dickens, Dumas, Hugo, Tolstoï ou encore Jules Verne, le public du XXe siècle s’éprenant de littérature de science-fiction. Liang Qichao en étant une fois encore, dans son roman intitulé Notes sur le futur de la Chine nouvelle (Xin Zhongguo weilai ji 新中國未來記) qui imagine le tableau radieux de la Chine de 1962, l’un des principaux propagandistes.

38 Pour les aspects économiques et agraires de la crise, on peut voir Marie-Claire Bergère, L’Âge d’or de la bourgeoise chinoise, 1911-1937. Paris : Flammarion, 1992, pp. 21-66.

39 Voir notamment Huang Jinzhu 黃錦珠, Wanqing shiqi xiaoshuo guannian zhi zhuanbian 晚晴時期小說觀念之轉變. Taipei : Wenshi, 1995, p. 123. En anglais, voir Theodore Huters, Bringing the World Home: Appropriating the West in Late Qing and Early Republican China. Honolulu : University of Hawaii Press, 2005, Chapitre 4 « New Theories of the Novel », notamment les pages 114 sq.

40 Chen Pingyuan (dans op.cit, pages 602 à 605) propose une classification en cinq groupes rattachés à la « nébuleuse » du nouveau roman. Il fait remarquer que les deux derniers groupes influencés par cette nouvelle conception du roman, et celui des « Canards mandarins et papillons » dont la figure de proue est Xu Zhenya, ne manifeste pas un engouement si prononcé que Liang pour les romans étrangers. Si une lecture des différentes revues (et du Yulihun au premier chef) dans lesquelles les principaux membres du groupe ont été actifs invite à se déprendre de l’image « conservatrice » encore trop souvent accolée à ces auteurs, il n’en demeure pas moins que ceux-ci, au début des années 1910, ne furent pas les plus ardents propagandistes des romans anglo-saxons, à la différence de Liang Qichao et de Yan Fu une dizaine d’années plus tôt.

41 Op.cit., pp. 73-74.

42 Comme le rappelle C.T Hsia (dans Op.cit., p.78), par opposition à Wang Guowei 王國維 dans sa Critique du Rêve dans le Pavillon Rouge (Hongloumeng pinglun 紅樓夢評論). Nous reviendrons par la suite sur les implications littéraires de la critique esthétique de Wang Guowei.

43 Et méprisante à l’égard des romans populaires chinois en général. Sur ce sentiment de supériorité des intellectuels ayant recours à une forme « facile » pour instruire les masses ignorantes, on peut consulter Wang-chi Wong, Op. cit., p. 27.

44 Xia Zhiqing 夏志清, « Xin xiaoshuo de tichangzhe : Yanfu yu Liang Qichao » 新小說的提倡者:嚴復與梁啟超”, in Li Mingde 林明德 (ed.), Wanqing xiaoshuo yanjiu 晚晴小說研究, Taipei : Lianjing, 1986, p. 71 : « À l’image de Tolstoï, Liang Qichao croit à la force d’influence de toutes les formes artistiques, c’est pour cette raison qu’il rejette systématiquement toutes les formes romanesques qui nuisent au pays, naïvement convaincu, à rebours, qu’en lisant une biographie ou des récits au sujet de Washington, on deviendrait Washington ». Voir aussi pages 73 sq.

45 Repris et explicités, entre autres, par Wang-chi Wong dans Op.cit., pp. 25-26.

46 Sur les attaques portées par les auteurs du 4 Mai contre les auteurs « populaires », voir Feng Liping, « Democracy and Elitism: The May Fourth Ideal of Literature », Modern China, Vol. 22, No. 2, avril 1996, pp. 170-196. On peut consulter entre autre le chapitre consacré aux auteurs « Canards mandarins et papillons » par Xu Xueqing dans Kirk Denton, Michel Hockx (eds.), Literary Societies of Republican China. Plymouth : Lexington Books, 2008, chapitre 2, page 51 sq. On peut également se référer à l’article de Thomas Barthlein, « Mirrors of Transition: Conflicting Images of Society in Change from Popular Chinese Social Novels, 1908 to 1930 », Modern China, Vol. 25, No. 2, avril 1999, pp. 224-228. En chinois, on peut consulter l’article de Yuan Jin 袁進, « Jueshi yu taobi — lun Minchu yanqing xiaoshuo » 覺醒與逃避-論民初言情小說, Shanghai shehui kexueyuan xueshu jikan 上海社會科學院學術季刊, 1992.2, pp. 175-176.

47 Voir Yulihun, chapitre 24.

48 On retrouve la même assertion dans le premier chapitre du roman de Li Dingyi, La Malédiction du jade tombé (Yunyu yuan 隕玉怨), publié en première page de Droits du peuple à partir du 6 juin 1912. « Les hommes ne sont ni des arbres ni des pierres : lequel d’entre eux pourrait-il être dénué de sentiments ? Les sentiments, voilà une particularité humaine innée. Mais l’utilisation de ces sentiments varient en fonction des individus. En général, plus un caractère est noble, plus ses sentiments sont sincères. Regardez-donc les héros qui, depuis les temps reculés, lorsqu’on les menace de les découper ou de les faire bouillir, ne bougent pas d’un pouce. Qu’on essaye de les appâter avec de l’argent, on ne parviendra pas à corrompre leur volonté (xinzhi 心志). C’est uniquement grâce au sentiment (qing 情) qu’ils parviennent à garder, d’une manière égale, ce détachement en toutes circonstances. »

49 La conversion vers le qing politique s’opère à cet endroit précis du texte : c’est le même terme, fortement connoté politiquement, zhi 志 (aspiration politique, idéal), qui unit amoureux transis et lettrés modernes. Soit deux catégories de personnes mues par le même sentiment, qui s’apparente, en définitive, à une projection subjective au sein d’une communauté politique idéale.

50 Voir Nakazatomi Satoshi 中里見敬, « Jojô suru bungen: Gyokurikon no katari to buntai » 抒情する文言-‘玉梨魂’の語りと文体, Chuugoku bunjin no shikô to hyougen 中国文人の思考と表現. Tôkyô : Kyûko shoin, 2000.

51 Sur ce point, voir le chapitre de Yuan Jin, « The Influence of Translated Fiction on Chinese Romantic Fiction » dans David E. Pollard, Translation and Creation: Readings of Western Literature in Early Modern China, 1840-1918. Amsterdam : J. Benjamins, coll. « J. Benjamins Translation Library », n° 25, 1998.

52 Il n’y a ainsi pratiquement jamais de fin heureuse dans les romans sentimentaux des « Canards mandarins et papillons ». Sur les romans caizi jiaren des XVIIe et XVIIIe siècles, on peut consulter Chlöe Starr, Red-light Novels of the Late Qing. Leiden : Brill, 2007, p. 40-46.

53 Ling Fei 令飛 (Lu Xun), Henan 河南, deuxième numéro, 1908.

54 Zhou Chuo 周逴 (Zhou Zuoren), « Hongxing shishi xu » 紅星佚史序, Hongxing shishi 紅星佚史, Beijing : Shangyin shuguan商印書館, 1907. De Zhou Zuoren, voir également « Lun wenzhang de yiyi jiqi shiming yin ji jinshi lunwen zhi shi » 論文章之意義暨其使命因及近時論文之失, où Zhou Zuoren s’en prend directement Liang Qichao : « Ceux qui parlent du romans de nos jours instituent de nouveaux noms et opèrent des rapprochement infondés avec la justice et la rectitude, déclarant que le roman peut bénéficier à la société et guider l’esprit des hommes, et qu’il s’agit d’un auxiliaire à l’exercice du gouvernement. Cela a débuté avec ‘Au sujet du rapport entre le roman et le peuple’ [de Liang Qichao] ». Et Zhou d’ajouter : « Leur erreur consiste à ne pas considérer le roman comme de la littérature (wenzhang 文章), ou à le prendre pour de la littérature mais, étant toujours ignorant du sens du terme ‘littérature’, à s’illusionner sur le bénéfice social du roman, ce qui a donné naissance à de nombreuses vues erronées ».

55 Voir Cris, édition de Sebastian Veg, Paris : Éditions Rue d'Ulm, coll. « Versions françaises », 2010.

56 C’est ce que rappelle Kiyama Hideo 木山英雄 dans Wenxue fugu yu wenxue geming 文學復古與文學革命. Beijing : Beijing daxue, 2004, traduction en chinois de Zhao Jinghua 趙京華, pp. 221-225.

57 Yuan Jin, op.cit., p. 79.

58 Sur la fonction remplis par les seuils (paratextes), voir Gérard Genette, Seuils. Paris : Le Seuil, coll. « Poétique », 1987.

59 Voir Yuan Jin, Op. cit., pp. 71-78.

60 Sur Huang Moxi en particulier, voir Milena Doleželová-Velingerová and M Henri Day. « Huang Moxi 黃摩西 (1866-1913) : His Discovery of British Aesthetics and his Concept of Chinese Fiction as an Aesthetic System », dans Chiu Ling-Yeong et Donatella Guida, A Passion for China. Essays in Honour of Paolo Santangelo for his 60th birthday. Leiden-Boston : Brill, 2006.

61 Sur la lecture — erronée, selon Yuan Jin — de Hegel par Xu Nianci, voir Yuan Jin, Op. cit., pp. 71-74. Voir également les deux seuils Xu Nianci, « Xiaoshuolin qiyuan » 小說林緣起 et Juewo 覺我 (Xu Nianci) « Yu zhi xiaoshuo guan » 余之小說觀.

62 Qui s’apparente en réalité à un « outsider » du champ littéraire de l’époque selon les termes de Chen Pingyuan, dans Op. cit., p. 714.

63 Yu Xiaohong 俞曉紅,Wang Guowei Hongloumeng pinglun qianshuo 王國維紅樓夢評論淺說. Beijing : Zhonghua shuju, 2004.

64 Ibidem, chapitre 1, « Rensheng ji meishu zhi gaiguan » 人生及美術之概觀.

65 Wang Guowei, 王國維, Lun zhexue yu meishujia zhi tianzhi 論哲學家與美術家之天職.

66 Wang écrit ainsi dans Honglou meng pinglun, ibid. : « […] Ces souffrances ne font qu’augmenter avec l’augmentation du niveau de culture dans le monde, qui ne peut les atténuer. Pourquoi en est-il ainsi ? Car plus la culture est avancée, plus les connaissances sont vastes et plus les désirs sont nombreux, ce qui ne fait qu’accroitre davantage les souffrances. Mais les hommes ne désirent rien autant que la vie. Or l’essence de la vie est faite de souffrances, c’est pourquoi les trois termes « désir », « vie » et « souffrances » ne font, en réalité, qu’un. »

67 Wang Guowei écrit (Op.cit., chapitre 2 : « Hongloumeng de jingshen » 紅樓夢之精神 : « […] Et l’on trouve deux sortes de libérations : la première consiste à observer la souffrance des autres ; l’autre à prendre conscience de sa propre souffrance. Cependant, seuls les personnes extraordinaires sont capables de la première forme de libération, qui est cent fois plus grande que la seconde, mais également cent fois plus difficile. Envisagées du point de leurs résultats, ces deux formes de libération sont égales. Pour la plupart des gens, la libération vient après avoir traversé des souffrances, et ne procède pas de la capacité à connaître ces souffrances ».

68 L’auteur insiste donc à de nombreuses reprises sur le caractère « tragique » (beiju 悲劇) du Rêve dans le Pavillon rouge. Sur ce point, on peut notamment lire le deuxième chapitre de sa Critique du Rêve dans le Pavillon rouge. Wang Guowei, Ibidem.

69 Xu Zhenya livre la vérité à ses lecteurs, dans la préface du roman qui fait suite au Yulihun, l’Histoire douloureuse de l’oie des neiges (Xuehong leishi 雪鴻淚史) : « Lorsque j’ai composé cet ouvrage, le mot roman n’était pas encore apparu dans mon esprit. Ainsi, très chers lecteurs, si vous lisez ce livre comme un roman, et que vous ne m’accordez pas plus de crédit qu’à un malheureux romancier qui court après la dernière mode, comment pourrais-je me retenir de jeter mon pinceau en criant, et, le cœur meurtri, de pleurer mon amertume? ». Au sujet de la vie de Xu Zhenya, on peut voir Zhang Yongjiu張永久, Modeng yicheng wangshi — Yuanyang hudie pai wenren fushihui 摩登已成往事-鴛鴦蝴蝶派文人浮世繪, Tianjin : Baihua wenyi, 2012, pp. 19-28. On peut également consulter avec profit le précieux travail de Zhou Wenxiao 周文曉, Xu Tianxiao yu Xu Zhenya yanjiu ziliao 徐天嘯與徐枕亞研究資料. Hohhot : Yuanfang, 2003, tout particulièrement le chapitre intitulé « Xu Zhenya zhuanlüe » 徐枕亞傳略.

70 Les exemples abondent. On renvoie ici à l’article fondamental de Cai Zhuqing, déjà cité, pp. 146-152.

71 Voir « Yu Xu Zhenya shu » 與徐枕亞書, Minquan bao, 15/08/1913.

72 Pour un aperçu relativement complet de ceux-ci, on peut se référer à la collection de paratextes rassemblées par Chen Pingyuan dans Op.cit.

73 Cette dimension ayant fait l’objet de nombreuses études, tant en langues occidentales qu’en chinois, et servant encore de grille de lecture quelque peu monolithique aux romans des années 1910, elle ne sera pas développée plus avant dans le présent travail. On peut consulter l’ouvrage pionnier de Perry Link déjà mentionné. Pour une synthèse plus contrastée en chinois, on peut se référer à Chen Pingyuan qui, dans op.cit., pages 703 à 711, décrit les caractéristiques de la marchandisation du roman populaire dans la première décennie du XXe siècle. Faisons remarquer que les travaux de Denise Gimpel furent parmi les premiers — et les très rares — à enquêter au plus près des journaux associés aux « Canards mandarins » pour en proposer une lecture contextualisée et novatrice. Les résultats de cette étude sont publiés dans More Than Butterflies: Short Fiction in the Early Years of the Literary Journal Xiaoshuo yuebao. Bern : Peter Lang, 1998. Pour une version résumé de l’ouvrage, voir son chapitre « Beyong Butterflies: Some Observations on the Early Years of Xiaoshuo yuebao » dans Michel Hockx (ed.), The Literary Field of Twentieth Century China. Honolulu : University of Hawaï Press, 1999.

74 Voir la démonstration qu’en donne Tze-ki Hon dans Revolution as Restoration, Guocui xuebao and China’s Path to Modernity, 1905-1911. Leiden : Brill, 2013, particulièrement le chapitre 4 « The Public Realm », pages 69 à 82, consacré à la croyance des auteurs de la revue en la reconstitution d’une sphère publique fondée sur le modèle antique hérité des Zhou.

75 Parmi les nombreux ouvrages, surtout en langue chinoise, consacrés aux travaux philologiques de Zhang sur la recherche des origines du langage et la construction nationale, on peut renvoyer ici au résumé précis qu’en donne Elisabeth Kaske dans The Politics of Language in Chinese Education, 1895-1919. Brill : Leiden, 2008, pp. 356-366.

76 Ibid., pp. 375-380.

77 Sur la discussion entre Zhang Binglin et Liu Shipei, on peut se référer au chapitre détaille de王風Wang Feng, « Liu Shipei wenxueguan de xueshu ziyuan yu luzheng beijing » 劉師培文學觀的學術資源與論證背景, dans Xia Xiaohong, Wang Feng, Wenxue yuyan yu wenzhang tishi : cong wan Qing dao Wusi 文學語言與文章體式:從晚清到五四. Hefei : Anhui jiaoyu, 2006. Voir notamment la deuxième partie (première et seconde sous-parties). Pour un résumé en anglais, voir Elisabeth Kaske, Op. cit., pp. 374-380.

78 Voir Elisabeth Kaske, Op.cit., page 380.

79 Voir Zhang Jiang 張絳 (Zhang Binglin), Wenxue lun lüe文學論略 (Une brève discussion sur la littérature), Guocui xuebao, n° 21 (07.10.1906), n° 22 (06.11.1906) et n° 23 (05.12.1906).

80 Voir Elisabeth Kaske, op.cit., page 379.

81 Dont les contradictions internes, que l’on trouve dès les premiers articles publiés en 1905, ont été relevées par Fan Shanbiao 樊善標 dans « Liu Shipei wenxue guannian de zhuanbian : you ‘Jian’an wenxue, geyi qianxiang’ qieru » 劉師培文學史觀念的轉變:由‘建安文學,革易前型’切入”, Zhongguo wenhua yanjiusuo xuebao/Journal of Chinese Studies, No. 52 – Janvier 2011, pp. 257-258.

82 On peut voir, entre autres, Liu Na 劉納, Shanbian Xinhai geming shiqi zhi Wusi shiqi de Zhongguo wenxue 嬗變辛亥革命時期至五四時期的中國文學, Beijing : Zhongguo shehui kexue, 1998, notamment le troisième chapitre intitulé « 1912-1919 nian de Zhongguo wenxue, -san, yige qijing : pianwen de xingsheng » 1912-1919年的中國文學-三, 一個奇景:駢文的興盛.

83 Voir « Wenzhang yuanshi » 文章原始, « Lunwen zaji » 論文雜記, in Guocui xuebao國粹學報,n° 1 à 10 et « Wen shuo » 文說, in Guocui xuebao, n° 11 à 15

84 Pour un résumé précis de cette polémique du premier XIXe siècle, voir l’article de Theodore Huters, « From Writing to Literature: The Development of Late Qing Theories of Prose », Harvard Journal of Asiatic Studies, Vol. 47, No.1, Juin 1987, pp. 51-96. Voir les pages 83 sq.

85 Idée réfutée par Zhang Binglin dans le Wenxue lun lüe 文學論略, où il accorde sa préférence à la prose antique. Pour davantage de précisions sur ce point, voir Wang Feng, Op.cit., pp. 17-18.

86 Voir Guocui xuebao, n° 1.

87 Chen Jianhua 陳建華, « Lun wenyan yu baihua de bianzheng guanxi ji Zhongguo xiandai wenxue zhi yuan — yi Zhou Shoujuan wei li » 論文言與白話的辯證關係及中國現代文學之源-以周瘦鵑為例, Qinghua zhongwen xuebao, vol. 12, décembre 2014 (pp 309-371), p. 334.

88 Les cas de Su Manshu 蘇曼殊 (1894-1918), moine-poète et traducteur de Byron d’origine sino-japonaise, est singulier. Plus encore que Xu Zhenya, Su pratique une écriture romanesque ouvertement autobiographique qui, à peu près unique en son temps et inédite depuis les Six Récits au fil inconstant des jours (Fusheng liuji 浮生六記) de Shen Fu 沈復 (1763-1832), confère une place inégalée à l’écriture du soi et à l’expression d’une subjectivité littéraire, tourmentée entre plaisirs mondains et retraite austère dans une interrogation existentielle sur ses origines, entre le Japon et la Chine. Voir de Su Manshu, Tianya honglei ji 天涯紅淚記, traduit en français par Gilbert Soufflet sous le titre de Les Larmes rouges du bout du monde. Paris : Gallimard, coll. « Connaissance de l’Orient », 1989.

89 Sur cette ambivalence essentielle de la Nanshe et la modernité des figures principales du groupe, on peut se référer aux travaux de Zhang Chuntian 張春田, notamment Geming yu shuqing : Nanshe de wenhua zhengzhi yu Zhongguo xiandaixing 革命與抒情:南社的文化政治與中國現代性 (1903-1923). Shanghai : Renmin, 2015.

90 Sur ce point, on peut consulter l’étude récente de Guo Zhantao 郭戰淘 sur le roman en prose parallèle du début de la période républicaine, Minguo chunian pianti xiaoshuo yanjiu 民國初年駢體小說研究. Guilin : Guangxi shifan daxue, 2010. Par ailleurs, l’ouvrage de Li Na 劉納, déjà mentionné, demeure la référence en langue chinoise sur l’histoire littéraire de ces six premières années peu étudiées (1912-1918).

91 Voir C.T Hsia, Op.cit.

92 Voir Guo Zhantao, Op.cit., pp. 45-84.

93 18% précisément selon les calculs de l’auteur (Ibid., p. 119). Pour une définition précise de la prose parallèle, voir Ibid., pp. 119-125.

94 Il s’agit de l’Histoire non-officielle de Yanshan (Yanshan waizhuan 燕山外傳) de Chen Qiu 陳球. L’édition la plus récente de l’ouvrage a été éditée par Huang Weixing 黃衛星 aux Éditions Renmin de Shanghai en 2015.

95 Comme l’a montré Wang Xiaoming 王曉明 dans un article demeuré célèbre, c’est, à l’inverse, la fermeture aux opinions divergentes et l’agressivité qui caractérise la scène littéraire de la période du 4 Mai, inaugurée par la publication dès 1915 du magazine La Jeunesse (Qingnian zazhi 青年雜誌) puis, en 1916, Nouvelle Jeunesse (Xin Qingnian 新青年). Voir Wang Xiaoming 王曉明, « Yi fen zazhi he yi ge ‘shetuan’ : lun ‘wusi » wenxue chuantong » 一份雜誌和一個‘社團’: 論‘五四’文學傳統, Jintian 今天, 1991, pp. 94-114. Sur la liberté d’expression et l’ouverture de la sphère publique de l’époque contemporaine, on peut voir David Strand, Rickshaw Beijing: City People and Politics in the 1920s. Berkeley : University of California Press, 1989 et Frank Dikötter, The Age of Openness, China Before Mao. Berkeley : University of California Press, 2008. Voir notamment les pages 53 à 80.

96 Sur cet aspect de la sphère publique shanghaienne, voir Xu Jilin, Op.cit., pages 68 sq. Xu Jilin n’intègre cependant pas les œuvres littéraires dans sa définition de la sphère publique, dont les deux piliers sont pour lui les journaux d’opinion, les associations (xuehui 学会) et les écoles qui leur sont adossées. Il développe cette conception dans « Jindai Zhongguo de gongong lingyu : xingtai, gongneng yu ziwo lijie – yi Shanghai wei li » 近代中國的共公領域:型態功能與自我理解—以上海為例, Shilin 史林, 2003-2. Voir principalement les pages 7 à 8.

97 Xu Zhenya est tout autant journaliste politique qu’auteur de romans sentimentaux.

98 Comme l’écrit Chen Jianhua dans « Minguo chunian de gonghe zhuti, simi wenxue yu wenhua zhuanxing » 民國初年的共和主體, 私密文學與文化轉型, Xiandai Zhongguo wenxue zahi 現代中國文學雜誌, Journal of Modern Chinese Studies, 2017-1, p. 15.

99 La publication de son roman le plus célèbre, les Mémoires de l’oie brisée et du cygne solitaire (Duanhong lingyan ji 斷鴻零雁記), commence sous forme de roman-feuilleton dans le Taipingyang bao 太平洋報 en 1912 quelques mois avant le Yulihun.

100 C’est notamment le cas de Yu Dafu 郁達夫 (1896-1945) dans Naufrage (Chenlun 沈淪). Voir Sebastian Veg, « Sexualité, transgression et politique dans les première nouvelles de Yu Dafu », in « La traduction des langues asiatiques dans tous ses états », Impressions d’Extrême Orient, N° 3 (2013). [En ligne] Mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 24 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ideo/261

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joachim Boittout, « Le Yulihun 玉梨魂 de Xu Zhenya 徐枕亞 (1889-1937) », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/869

Haut de page

Auteur

Joachim Boittout

Normalien, agrégé de chinois et diplômé de l’EHESS. Après une formation initiale en littérature chinoise classique (Han Orientaux et Six Dynasties), sa thèse, qu’il effectue à l’Inalco, porte sur l’écriture de l’individualité envisagée dans son rapport à la construction de l’État chinois moderne de 1911 à 1938.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals