Navigation – Plan du site
Jeux de mots et expressions idiomatiques

Difficultés et créativité dans la traduction des xiehouyu

Le cas de La Dure Loi du karma
Yinghua Hou

Résumé

Le xiehouyu 歇后语, une catégorie exceptionnelle parmi les idiotismes chinois, se distingue par la stabilité structurelle, la nature arbitraire du contenu des deux parties, le caractère imagé et l’appartenance au registre populaire. Enraciné profondément dans la culture d’origine, il est utilisé pour renforcer l’effet d’expression du discours, apportant notamment un effet humoristique. Face à cette catégorie d’expression qui n’a pas de type idiomatique équivalent en français, le traducteur sera amené à solliciter une certaine créativité. Nous proposons d’explorer la traduction de la catégorie xiehouyu à travers le roman-fleuve de Mo Yan La Dure Loi du karma. La traductrice, Chantal Chen-Andro, a relevé le défi et tenté de surmonter des obstacles linguistique, textuel ou culturel, et elle a déployé sa créativité autour d’aspects tels que la structure, l’image, la relation sémantique ou le jeu de double sens de l’expression originale. Quelque soit la forme de créativité, la traductrice a réussi à rester principalement fidèle au sens de l’original. Son travail créatif, mené non sans quelques limites, a permis au lecteur français de mieux accéder à cette grande œuvre, en y découvrant ses nombreuses images d’animaux, de légumes ou d’objets quotidiens, son humour, son ironie, son style populaire ainsi que son oralité et son rythme.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette contradiction entre la dénomination et la réalité de l’emploi du xiehouyu a fait couler beauc (...)

1Dans la langue chinoise, il existe un type particulier d’idiotisme qui s’appelle xiehouyu 歇后语 (littéralement « expression dont la fin est omise »). Or, cette dénomination ne correspond pas à la caractéristique essentielle de l’expression désignée. En effet, cette dernière, qui se compose de deux parties, est généralement énoncée complètement, contrairement au sens qui lui est associé1.

2À l’écrit, les deux parties sont séparées par un tiret très long ou une virgule, mais il arrive que ce soit deux-points qui les ponctuent ou même qu’il n’y ait pas de ponctème entre elles.

  • 2 Voir Wen Duanzheng 温端政, « Shi tan yinzhu jiegou » 试谈引注结构 (Essai sur la structure introduction-éclai (...)
  • 3 Ibid., pp. 153-155.

3Du point de vue de la structure sémantique, la première partie est une introduction, qui trouve son éclaircissement dans la deuxième partie. Le sens de la deuxième partie est le vouloir dire de l’expression entière. Nous appelons cette structure « forme-xiehouyu ». Sur le plan grammatical2, il se peut que la première partie soit le sujet, la deuxième le prédicat, ou encore que les deux parties aient le même sujet, ou qu’il se trouve un élément de la première partie constituant un autre de la deuxième partie. En ce qui concerne la relation sémantique entre l’introduction et l’éclaircissement3, l’introduction représente un type de personne, une sorte de chose ou un type d’affaire, tandis que l’éclaircissement renvoie le plus souvent à la caractéristique de ce type de personne, à l’état, la situation ou la nature de cette sorte de chose, ou encore à l’état qui se rapporte à ce type d’affaire, au jugement fait selon l’affaire, à la conséquence ou au but de l’affaire.

4Par exemple, dans Weng zhong zhi bie nan taotuo 瓮中之鳖——难逃脱, la première partie, Weng zhong zhi bie 瓮中之鳖, signifie « La tortue d’eau douce dans une jarre », la deuxième, nan taotuo 难逃脱, éclaircit la situation de cette tortue et signifie « avoir des difficultés à s’échapper ». Ainsi, le sens de l’expression entière est « avoir des difficultés à s’échapper » ou « ne plus avoir d’issue ».

5Or, dans la majorité des cas, la situation se révèle plus compliquée, à savoir qu’il y a un recours au jeu de mots dans la deuxième partie. Il s’agit soit d’un jeu de mots homophones, soit d’un jeu de double sens ; le sens final de la deuxième partie est le vouloir dire de l’expression entière. Par exemple, dans Laolao si le dushengzi meiyou jiu (jiu) le 姥姥死了独生子——没有救(舅)了, la première partie, Laolao si le dushengzi 姥姥死了独生子, signifie « La grand-mère maternelle a perdu son seul fils ». Quant à la deuxième partie, meiyou jiu le 没有舅了, qui signifie « on n’a plus d’oncle maternel » et qui éclaircit la conséquence de l’affaire de la première partie, est homophone de meiyou jiu le 没有救了, signifiant « il n’y a plus d’espoir » (du fait de l’homophonie entre jiu 舅 « oncle maternel » et jiu 救 « espoir »). Cette expression entière veut dire « Il n’y a plus d’espoir ».

6Concernant Zhushu de pangxie nan hengxing 煮熟的螃蟹——难横行, la première partie, Zhushu de pangxie 煮熟的螃蟹, signifie « Le crabe bien cuit » ; la deuxième, nan hengxing 难横行, a comme sens propre « ne plus pouvoir marcher de côté » (état dans lequel se trouve le crabe bien cuit) et comme sens figuré « ne plus pouvoir se conduire avec insolence » (du fait de la polysémie du terme hengxing 横行). Cette expression veut donc dire « ne plus pouvoir se conduire avec insolence ».

  • 4 C’est la raison pour laquelle il n’existe pas encore de traduction en français universellement reco (...)

7Le xiehouyu se distingue par la stabilité structurelle, la nature arbitraire du contenu des deux parties, le caractère imagé et l’appartenance au registre populaire. Enraciné profondément dans la culture d’origine, il est utilisé pour renforcer l’effet d’expression du discours, notamment un effet humoristique. Une traduction idéale d’un xiehouyu serait celle qui préserve sa forme spécifique et ses images, respecte la relation sémantique interne, tout en rendant intelligible son sens, en reproduisant son langage populaire et son effet humoristique. Si cela n’est pas impossible pour la traduction des xiehouyu dont la deuxième partie ne comprend pas de jeu de mots, la transposition des xiehouyu dont la deuxième proposition recourt à un jeu de mots, puisque ce dernier touche au sens intrinsèque d’une langue, pourrait constituer un grand défi. Face à cette catégorie d’expression qui n’a pas de type idiomatique équivalent dans la langue française4, le traducteur sera amené à faire preuve de créativité pour surmonter des obstacles linguistique, textuel ou culturel.

1. Corpus : La Dure Loi du karma

  • 5 Dans le présent texte, l’œuvre originale et la traduction auxquelles nous nous référons datent resp (...)

8La Dure Loi du karma, dont le titre chinois est Sheng si pilao 生死疲劳, est l’un des grands romans du prix Nobel de littérature 2012 Mo Yan 莫言, auteur dont l’écriture s’enracine dans la tradition populaire du conte. L’œuvre originale a été publiée en Chine en 2006 ; la traduction française, fournie par Chantal Chen-Andro, a été publiée en 2009 aux éditions du Seuil5. Ce roman-fleuve raconte l’histoire des six réincarnations du propriétaire foncier, successivement en âne, bœuf, cochon, chien, singe et bébé avec une tête étrangement grosse. Le récit couvre un intervalle de cinquante ans (1950-2000) de l’histoire chinoise contemporaine, et la narration en est accomplie par des animaux. L’emploi des xiehouyu riches en images d’animaux, de légumes ou d’objets quotidiens ne fait que mettre en valeur le style populaire et les effets humoristiques, voire même ironiques de l’œuvre. Beaucoup des xiehouyu utilisés dans ce roman comprennent un jeu de double sens, ce qui demande une certaine créativité de traduction.

2. La créativité en traduction

  • 6 Ioana Balacescu, Bernd Stefanink, « Modèles explicatifs de la créativité en traduction », Meta, nº (...)

9La créativité, terme emprunté aux sciences cognitives et considéré par Guilford comme une « problem-solving activity »6, est de plus en plus présente dans la traductologie. La plupart des praticiens et théoriciens de traduction reconnaissent aujourd’hui un côté créatif à la traduction. Deux critères semblent faire l’unanimité pour évaluer une traduction créative. L’un en est la « nouveauté », l’autre le caractère « approprié ».

2.1. La « nouveauté »

10S’interroger sur le caractère de « nouveauté » pour une traduction, c’est à l’évidence le faire par rapport au texte original à partir duquel elle a été réalisée, ce que l’on peut déduire de la formulation de la créativité par Michel Ballard :

  • 7 Michel Ballard, « La théorisation comme structuration de l’action du traducteur », La Linguistique, (...)

« […] le principe de créativité, c’est à dire la capacité chez le traducteur à produire une équivalence qui ne suit pas le schéma de départ et dont la relation avec ce schéma n’est apparemment pas de l’ordre du déductible ou du préexistant, et qui de plus produit un effet de surprise et de séduction7. »

  • 8 Mickaël Mariaule, « Créativité, création et recréation en traduction : un flou conceptuel », Pa (...)

11Pour Ballard, et d’autres chercheurs, « la créativité commence là où le littéralisme s’arrête »8.

2.2. Le caractère « approprié »

12Quant au caractère « approprié », Paul Kussmaul écrit ceci :

  • 9 Paul Kussmaul, « Types of creative translating », dans Andrew Chesterman, al. (ed.), Translation in (...)

« As to the products that result from new ideas, it is generally recognized that they should be new in one way or other and also that they should be adequate to the task […]. These two features should be kept in mind when evaluating creative translations9. »

  • 10 Au sujet des limites de la créativité en traduction, Antoine Berman a soulevé, dans La Traduction e (...)

13Appliqué à la traductologie, le caractère « approprié » renvoie à l’idée qu’en tant que produit, une traduction créative doit être digne de la tâche qu’est la traduction. Quelle est cette tâche de traduction ? À l’évidence, il s’agit de reproduire un texte d’arrivée, fidèle au texte de départ et intelligible au lecteur de la langue d’arrivée. Mais, fidèle à quoi précisément ? Un texte original comporte plusieurs niveaux et plusieurs aspects. Vu les différences linguistico-culturelles indéniables entre deux langues, à quoi s’ajoutent les spécificités de chaque objet de traduction, il est très difficile, voire impossible d’atteindre une fidélité absolue à l’original, à tous ses niveaux et dans tous ses aspects. Ainsi, une traduction créative, dont la « nouveauté » implique déjà une différence par rapport au texte original, ne peut souvent être fidèle ou équivalente qu’à un ou à des niveaux, à un ou à des aspects du texte original. Or, une telle réalité regrettable ne saurait pas non plus être un prétexte pour développer une créativité sans bornes10. L’essence de la traduction exige d’une traduction créative une certaine correspondance au texte original ou un certain lien avec ce dernier.

3. Stratégies créatives dans la traduction des xiehouyu

14Dans La Dure Loi du karma, en traitant de manière créative la forme-xiehouyu, l’image originale, la relation sémantique interne ou le jeu de mots, et en proposant des traductions créatives sémantiquement conformes ou similaires aux expressions originales, la traductrice Chantal Chen-Andro a pu surmonter bien des difficultés de traduction pour réussir à reconstituer le caractère imagé du texte de Mo Yan, à reproduire le style populaire du texte original et à restituer le rythme, l’effet humoristique ou ironique du récit. Nous avons recensé quatre stratégies créatives.

3.1. Préservation de forme-xiehouyu et relation sémantique, remplacement d’image

15Une première stratégie créative est celle qui maintient la structure sémantique de l’expression originale mais effectue un remplacement d’image de la première partie. Ce procédé à la fois littéral et libre susciterait mieux l’effet de lecture chez le lecteur de la langue d’arrivée. Ainsi, le vieux secrétaire du Parti du village, Hong Taiyue, dit aux petits commerçants :

Nimen zhexie zibenzhuyi de xiao yezhu, xiaoshang-xiaofan, jiu xiang sanjiutian de dacong, gen ku pi gan xin bu si, yidan qihou heshi, mashang jiu faya kaihua. Nimen bu jiushi ren qian ma ? Zhi ren qian bu ren luxian, laozi you qian ! Jiu lai !

你们这些资本主义的小业主,小商小贩,就像三九天的大葱,根枯皮干心不死,一旦气候合适,马上就发芽开花。你们不就是认钱吗?只认钱不认路线,老子有钱!酒来! (2008 : 340)

Vous autres, petits patrons capitalistes et petits commerçants ou négociants, vous êtes comme des oignons au cœur de l’hiver, racines et peau desséchées mais vaillants à l’intérieur, et, pour peu que le climat soit propice, prêts à germer et à fleurir. Vous ne connaissez que le fric, pas vrai ? Que le fric et pas la ligne politique. Eh bien, moi, justement, j’ai du fric ! Qu’on m’apporte de l’alcool ! (2010 : 637)

16Dans cet exemple, il s’agit de traduire l’expression Sanjiutian de dacong, gen ku pi gan xin bu si 三九天的大葱,根枯皮干心不死. La première partie, Sanjiutian de dacong 三九天的大葱, signifie « Le poireau pendant la période la plus froide de l’hiver », la deuxième, gen ku pi gan xin bu si 根枯皮干心不死, a comme sens propre « avoir les racines et la peau desséchées mais le cœur vivant » (explication de l’état du poireau), et comme sens figuré « être faible en apparence mais fort à l’intérieur ». Ici, Mo Yan compare les petits commerçants aux poireaux d’hiver, et comme ces derniers, ils résistent discrètement et attendent le bon moment pour se remettre en action.

17Dans la traduction française, Chen-Andro a préservé la structure sémantique « introduction-éclaircissement » de l’expression originale. Le jeu de double sens de la deuxième partie réapparaît également (le mot « intérieur » s’entend également au propre et au figuré), mais elle a remplacé l’image de « poireau » par celle d’« oignon ». Il s’agit donc d’une traduction principalement littérale et partiellement libre. Il semblerait que pour un lecteur français, la référence à l’oignon soit mieux adaptée que celle qui pourrait être faite au poireau, pour solliciter l’image de la résistance intérieure et discrète, et qu’il symbolise mieux la vaillance intérieure. Ainsi, vu le reste du texte, la substitution d’image, qui ne nuit pas au sens final de l’expression entière, a contribué à reconstruire l’image vivante des petits commerçants et à reproduire l’effet humoristique et ironique, comme le langage familier du texte de Mo Yan.

3.2. Préservation de forme-xiehouyu, modification de relation sémantique

18Une deuxième stratégie créative est celle qui respecte l’ordre des deux parties de l’expression originale mais transforme leur relation sémantique. Et de manière concomitante, la traductrice déploie sa créativité en recréant des néologismes. Par exemple, Jinlong s’adresse à son beau père, qui ne veut toujours pas adhérer à la coopérative :

Ni yige ren, yu shehui chaoliu duikang, zhe bu shi ba zhe yan zhao jingzi zi zhao nankan ma ?

你一个人,与社会潮流对抗,这不是扒着眼照镜子自找难看吗?(2008 : 102)

Pourquoi aller contre le sens dans lequel avance la société ? N’est-ce pas s’écarquiller les yeux devant le miroir pour se chercher des poux dans la tête ? (2010 : 194)

19Il s’agit ici de traduire Ba zhe yan zhao jingzi zi zhao nankan 扒着眼照镜子自找难看. La première partie, Ba zhe yan zhao jingzi 扒着眼照镜子, signifie « se regarder dans le miroir en ouvrant grand les yeux avec les doigts » ; la deuxième, zi zhao nankan 自找难看, a comme sens propre « chercher à s’enlaidir » (jugement fait selon l’affaire de la première partie) et comme sens figuré « se mettre dans l’embarras ». L’expression entière signifie « se mettre dans l’embarras ». L’utilisation de la locution donne de manière vivante l’image du paysan têtu qui refuse opiniâtrement d’adhérer à la commune populaire.

20Dans le texte traduit, la traductrice a rendu Ba zhe yan zhao jingzi 扒着眼照镜子 par « s’écarquiller les yeux devant le miroir ». La recréation du verbe pronominal réfléchi « s’écarquiller » y est particulièrement intéressante : l’expression plus courante « écarquiller les yeux » n’offrirait pas la même correspondance à l’idée du texte original dans lequel il ne s’agit pas seulement d’ouvrir grand les yeux en mobilisant yeux et muscles du visage, mais d’utiliser les doigts à cette fin. En outre, par rapport à une traduction littérale comme « ouvrir grand les yeux avec les doigts », « s’écarquiller les yeux » reproduit mieux la concision de l’original.

21Quant à zi zhao nankan 自找难看, la traductrice l’a rendu par « se chercher des poux dans la tête », formulation pronominale recréée à partir de la locution verbale « chercher des poux dans la tête ». Ce néologisme, ayant également un double sens, est sémantiquement proche du texte original ; toutefois, son introduction par « pour » transforme la relation originale « affaire-jugement » en relation « affaire-but ». On note encore que le texte traduit présente une certaine musicalité grâce au parallélisme des deux formes réfléchies « s’écarquiller les yeux devant le miroir » et « se chercher des poux dans la tête ».

22Et le texte français a ainsi reproduit avec succès l’image du paysan tenant toujours à travailler à son propre compte. De belles recréations.

3.3. Effacement de forme-xiehouyu, préservation d’image originale

23Une troisième stratégie créative vise à reprendre l’image originale mais à abandonner la structure sémantique particulière du xiehouyu. Cette démarche implique souvent un remaniement de la relation grammaticale entre les deux parties de l’expression. Par exemple, Lan Jiefang découvre l’éloquence de son demi-frère qui vient de prononcer un grand discours :

Wo ge Jinlong fabiao le kangkai-ji’ang de jianghua, biaoshi le jianjue zou shehuizhuyi daolu de juexin. Wo zhe ge, guanchang men zhe tou bu zhisheng, dan meixiangdao jiang qi dahua lai jing shi “Boshan de cipen — chengtao chengtao de’’.

我哥金龙发表了慷慨激昂的讲话,表示了坚决走社会主义道路的决心。我这哥,惯常闷着头不吭声,但没想到讲起大话来竟是“博山的瓷盆——成套成套的”。(2008 : 104)

Mon frère aîné Jinlong, très exalté, devait prononcer un discours débordant d’enthousiasme dans lequel il exprimait sa ferme décision de marcher dans la voie du socialisme. Lui qui d’habitude ne disait mot, voilà qu’il employait des tournures comme « les plats en porcelaine des monts Boshan par services entiers ». (2010 : 199)

24Ici, il est question de Boshan de cipen chengtao chengtao de 博山的瓷盆——成套成套的. La première partie, Boshan de cipen 博山的瓷盆, signifie « Les plats en porcelaine de Boshan » ; la deuxième, chengtao chengtao de 成套成套的, a comme sens propre « se présenter par services entiers », ce qui est une description des plats, et comme sens figuré « être éloquent ». Ce sens figuré est le sens de l’expression tout entière. Mo Yan utilise l’expression pour décrire de manière ludique l’éloquence du personnage habituellement connu pour son silence. Or, en raison de la difficulté à rendre en français ce double sens de chengtao chengtao de 成套成套的, il serait impossible de transmettre l’idée d’éloquence à travers une traduction littérale comme « mais on n’aurait pas pensé quand il donnait un discours, ses paroles étaient les plats en porcelaine de Boshan, qui sont par services entiers ».

25En effet, la traductrice a repris tous les termes de l’expression originale en ne gardant que le sens propre de chengtao chengtao de 成套成套的, et elle a abandonné le littéralisme sur le plan de la structure sémantique, réorganisé les deux parties et effectué une modification dans le reste du passage. Ainsi, le texte se trouve transformé en une comparaison, accompagnée d’une restructuration grammaticale : linguistiquement, le syntagme « par services entiers », qui est le prédicat de « plats en porcelaine de Boshan » dans l’original, devient son déterminant dans le texte traduit. En même temps, dans le texte précédent, la traductrice a rendu dahua 大话 « vantardise » par « tournure ». Grâce au choix de « tournure » qui évoque l’idée de figement et qui peut faire écho au syntagme « service entier », la comparaison des propos du personnage aux plats par services entiers, une véritable recréation, a pour but de produire un effet de drôlerie ; dès lors, l’image d’un personnage éloquent est susceptible de sauter aux yeux du lecteur de la langue d’arrivée.

3.4. Effacement de forme-xiehouyu, changement d’image

26Une dernière stratégie créative renonce à la traduction littérale de la structure sémantique du xiehouyu pour substituer à ce dernier une expression métaphorique en langue d’arrivée, laquelle, familière au lecteur français, contient des images autres que celles du texte original. Par exemple, lorsque le cadre de la commune populaire s’adresse au paysan Lan Lian :

Ni tamade jianzhi shi gou zuo jiaozi bu shi taiju, xianzhang neng qi ni jia de lü, shi ni jia san beizi de zaohua.

你他妈的简直是狗坐轿子不识抬举,县长能骑你家的驴,是你家三辈子的造化。(2008 : 80)

Merde alors, c’est vraiment ce qu’on entend par « se plaindre que la mariée est trop belle » ! Que le chef du district chevauche ton âne, c’est la bonne fortune assurée pour ta famille pendant trois générations. (2010 : 159)

27Dans Gou zuo jiaozi bu shi taiju 狗坐轿子不识抬举, la première partie, Gou zuo jiaozi 狗坐轿子, signifie « Le chien se promène en palanquin » ; la deuxième, bu shi taiju 不识抬举, a comme sens propre « ne pas se rendre compte que l’on le porte » (jugement fait d’après l’affaire) et comme sens figuré « ne pas savoir apprécier les faveurs qu’on lui accorde ». Ce sens figuré est le sens final de l’expression entière. Dans la culture chinoise, le terme « chien » a une connotation péjorative et apparaît de manière fréquente dans les expressions idiomatiques. Par contre, dans la culture occidentale, entre autres en France, le chien est une image positive. L’emploi de ce xiehouyu fait ressortir le ton ironique du texte et met en évidence le mépris qu’a le cadre pour Lan Lian. Ce sont probablement pour des raisons de difficulté à rendre le double sens de bu shi taiju 不识抬举 et de différence de connotation culturelle que la traductrice a remplacé l’expression entière par « se plaindre que la mariée est trop belle », locution familière et sémantiquement proche du texte original. Malgré la perte de la forme particulière du xiehouyu et celle de la connotation culturelle du chien, il y a une fidélité au sens de l’original ; le caractère imagé, le registre familier et l’effet humoristique du texte de Mo Yan réapparaissent sous une autre forme.

28Mo Yan adore le parallélisme et la répétition, ce qui crée l’oralité et le rythme de son écriture. Ainsi, la traduction de xiehouyu juxtaposés peut dépasser le niveau de l’expression pour se situer au niveau du texte. La préoccupation de reproduire cette particularité rhétorique pourrait décider le traducteur à sacrifier la particularité formelle des xiehouyu et à les remplacer par les locutions en langue d’arrivée de longueurs similaires. Par exemple, Hong Taiyue s’adresse ainsi au propriétaire foncier Ximen Nao juste avant l’exécution de ce dernier :

Ximen Nao, di yi ci tugai shi, ni de xiao’en-xiaohui, jiaren-jiayi mengbi le qunzhong, shi ni deyi menghun-guoguan, zheci, ni shi zhushu de pangxie nan hengxing le, ni shi wengzhong-zhibie nan taotuo le, […] !

西门闹,第一次土改时,你的小恩小惠、假仁假义蒙蔽了群众,使你得以蒙混过关,这次,你是煮熟的螃蟹难横行了,你是瓮中之鳖难逃脱了,[…]!(2008 : 19)

Dis donc, Ximen Nao, pendant la première réforme agraire, avec tes misérables aumônes et tes tartufferies tu as bien eu ton monde, tu as pu t’en tirer en bluffant. Cette fois, tu es dans les choux, t’es fais comme un rat ; […] ! (2010 : 49)

29Dans cet extrait, les deux dernières phrases commencent toutes par ni shi 你是 et comprennent respectivement Zhushu de pangxie nan hengxing 煮熟的螃蟹难横行 et Weng zhong zhi bie nan taotuo 瓮中之鳖难逃脱, que nous avons expliqués dans l’introduction. Les deux xiehouyu, qui comportent presque le même nombre de caractères et possèdent un sens similaire, deviennent respectivement en français « être dans les choux » et « être fait comme un rat », locutions familières très imagées et bien connues du lecteur français. De plus, dans la dernière phrase, la traductrice a ingénieusement fait l’élision de « t’es » afin de garantir qu’il y ait exactement le même nombre de syllabes que dans la phrase précédente. Ainsi, malgré la perte de la particularité formelle des expressions originales et le changement d’image, la traductrice a parfaitement réussi à reproduire le sens et les spécificités du texte de Mo Yan.

Conclusion

30La traduction des xiehouyu demande à l’activité traduisante une implication hautement créative. La traductrice de La Dure Loi du karma a relevé le défi, ce qui l’a conduite, afin de surmonter des obstacles linguistique, textuel ou culturel, à déployer sa créativité autour des aspects tels que la structure, l’image, la relation sémantique ou le jeu de double sens des expressions originales. Quelle que soit la forme de créativité, la traductrice a réussi à rester principalement fidèle au sens de l’original. Et grâce à ce travail, mené non sans limites mais avec brio, le lecteur français peut mieux accéder à cette grande œuvre de Mo Yan, dans tous ses aspects les plus divers.

Haut de page

Notes

1 Cette contradiction entre la dénomination et la réalité de l’emploi du xiehouyu a fait couler beaucoup d’encre dans le monde des linguistes chinois. Par exemple, dans son article intitulé « Guanyu xiehouyu de mingcheng wenti » 关于歇后语的名称问题 (Problèmes sur la dénomination xiehouyu)[in Yuwen yanjiu 语文研究 (Recherches linguistiques), nº 1, 1980, pp. 128-139], le grand linguiste chinois Wen Duanzheng 温端政 communique le résultat de l’enquête qu’il avait menée sur les 4893 xiehouyu cités dans plus de 520 ouvrages littéraires classiques, modernes et contemporains, dont Hongloumeng 红楼梦 (Le Rêve dans le pavillon rouge), Rulin waishi 儒林外史 (La Chronique indiscrète des mandarins), Xiyouji 西游记 (La Pérégrination vers l’ouest), Xin ernü yingxiong zhuan 新儿女英雄传 (La Nouvelle Histoire des garçons et filles héroïques), Di hou wugongdui 敌后武工队 (Le Détachement armé de la zone occupée par l’ennemi) et Li Zicheng 李自成 (Li Zicheng). Parmi les 4893 expressions citées, il n’y en a que 375 dont la deuxième partie est omise, ce qui représente seulement moins de 8% de la totalité. L’auteur propose de donner à cette catégorie d’expression une nouvelle dénomination : yinzhuyu 引注语 (expression composée d’introduction et d’éclaircissement). Dans le présent texte, nous gardons la dénomination xiehouyu et adoptons les termes « introduction » et « éclaircissement ».

2 Voir Wen Duanzheng 温端政, « Shi tan yinzhu jiegou » 试谈引注结构 (Essai sur la structure introduction-éclaircissement), Yuwen yanjiu, nº 2, 1981, pp. 151-153.

3 Ibid., pp. 153-155.

4 C’est la raison pour laquelle il n’existe pas encore de traduction en français universellement reconnue du terme même xiehouyu. En effet, dans le Dictionnaire français de la langue chinoise (Institut Ricci), ce terme, écrit en « xiehou », est traduit par « sous-entendu » suivi d’une explication entre parenthèses ; on trouve également « phrase à sous-entendu » dans le Dictionnaire chinois-français (Commercial Press). Dans «"La fonction crée-t-elle le proverbe ?" Quelques remarques sur les idiotismes du chinois moderne » (Cahier de linguistique-Asie orientale, 6, 1979, pp. 29-47), Françoise Sabban propose de traduire xiehouyu par « proverbe calembouresque » ; la même proposition est faite par Bronislawa Kordas dans Le Proverbe en chinois moderne (Taipei : Ouyu, 1987). Patrick Doan préfère « calembours et subjections en chinois » (Calembours et subjections de la langue chinoise. Paris : You-Feng, 2003), tandis que Roger Darrobers fait un rapprochement entre xiehouyu et « aposiopèse » ou « réticence » (Proverbes chinois. Paris : Le Seuil, coll. « Points-Sagesse », 1996). Compte tenu de la discordance entre la dénomination xiehouyu et l’emploi réel de l’expression désignée, nous gardons en français la transcription phonétique xiehouyu.

5 Dans le présent texte, l’œuvre originale et la traduction auxquelles nous nous référons datent respectivement de 2008 et 2010. Édition chinoise ????

6 Ioana Balacescu, Bernd Stefanink, « Modèles explicatifs de la créativité en traduction », Meta, nº 4, 2003, p. 511, [En ligne] URL : https://www.erudit.org/fr/revues/meta/2003-v48-n4-meta725/008723ar/, consulté le 30 octobre 2017.

7 Michel Ballard, « La théorisation comme structuration de l’action du traducteur », La Linguistique, nº 1, 2004, p. 61. [En ligne] URL : https://www.cairn.info/revue-la-linguistique-2004-1-page-51.html, consulté le 3 novembre 2017.

8 Mickaël Mariaule, « Créativité, création et recréation en traduction : un flou conceptuel », Parallèle, nº 2, 2015, p. 85. [En ligne] URL : http://www.paralleles.unige.ch/tous-les-numeros/numero-27-2/mariaule/Paralleles_27-2_2015_mariaule.pdf, consulté le 3 novembre 2017.

9 Paul Kussmaul, « Types of creative translating », dans Andrew Chesterman, al. (ed.), Translation in Context : Selected Contributions from the EST Congress, Granada. Amsterdam : John Benjamins, coll. « Benjamins Translation Library », n° 39, 2000, p. 118.

10 Au sujet des limites de la créativité en traduction, Antoine Berman a soulevé, dans La Traduction et la Lettre ou l’Auberge du lointain (Paris : Le Seuil, coll. « L’Ordre philosophique », 1999), le concept de « contrat fondamental ». Selon l’auteur, ce contrat « stipule que la créativité exigée par la traduction doit se mettre toute entière au service de la ré-écriture de l’original dans l’autre langue, et ne jamais produire une sur-traduction déterminée par la poétique personnelle du traduisant » (p. 40).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yinghua Hou, « Difficultés et créativité dans la traduction des xiehouyu  », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 9 | 2019, mis en ligne le 15 juin 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/877

Haut de page

Auteur

Yinghua Hou

Docteure en langue et littérature chinoise de l’Université d’Aix-Marseille, elle a soutenu sa thèse intitulée « La traduction de la littérature chinoise contemporaine en France (1981-2012) : état des lieux, stratégies de traduction, problèmes et réflexions », qu’elle a effectuée sous la direction de Noël Dutrait.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals