Navigation – Plan du site
Web-littératures

Le réinvestissement du rôle social de la poésie au Japon après l’accident nucléaire du 11 mars 2011

Wagō Ryōichi et l’« action-poésie » sur Twitter
Cécile Duquenne

Résumés

Assigné à domicile à cause de la contamination radioactive de l’accident nucléaire du 11 mars 2011, Wagō Ryôichi utilise Twitter pour écrire et communiquer depuis son refuge. Il publie des centaines de poèmes qui traduisent sa détresse et sa colère. Plusieurs milliers de followers l’ajoutent en quelques heures, une réception immédiate traduisant le besoin de lien social des réfugiés du nucléaire, qu’ils soient déplacés ou, comme lui, enfermés. Wagō Ryōichi écrit ce qu’il nomme une « action-poésie » (アクションポエジィー), laquelle prend en compte la force performatrice de l’accident nucléaire sur le territoire et la société. Cet article se propose d’examiner la manière dont l’œuvre du poète a dépassé le cadre de la page (web et papier), et donné lieu à une poésie agissante, réinvestie de sa fonction sociale originelle.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le système de transcription ici adopté est le système Hepburn. Par ailleurs, dans un souci de respect de la norme japonaise, les noms originaires du Japon sont placés avant le prénom. Enfin, sauf mention du contraire, tous les extraits proposés sont issus de la traduction du japonais de Corinne Atlan citée en référence.

Texte intégral

« Avant le séisme du 11 mars, je m’intéressais principalement à l’histoire, à la technique et à la conception de la poésie. Mais après tous ces événements tragiques, mon intérêt s’est naturellement tourné vers la société. Ne devais-je pas écrire sur le quotidien du Japon et de Fukushima qui constituent des sujets sans fin ? »
Zoom Japon n°14 : « Wagô Ryôichi, poète résistant », octobre 2011

« Dans ma cellule solitaire, ma seule pensée était que ma propre vérité se trouvait dans les mots, et uniquement dans les mots »
WAGÔ Ryôichi, Jets de poèmes : dans le vif de Fukushima, trad. par Corinne Atlan, Éditions Erès, 2016 [1re éd. japonaise : Shi no tsubute, 2011].

Introduction

  • 1 Rémi Scoccimaro, « Notes sur les impacts du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 sur le Japon du no (...)
  • 2 L’Express : « Japon, "la plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale" », [En ligne] mis en l (...)
  • 3 Extrait du discours prononcé lors de la conférence internationale des Nations Unies du 14 au 18 mar (...)
  • 4 Voir le témoignage d’Haruko Boaglio sur France Inter : « Boaglio Haruko : réfugiée du nucléaire », (...)

1À 14h46 le 11 mars 2011, un tremblement de terre d’une magnitude de 9 sur l’échelle de Richter survient au nord-est de l’île de Honshû et provoque un tsunami dont la vague s’élève par endroits à plus de quarante mètres. Habitants, villages et paysages disparaissent, engloutis ou rasés. Pour les survivants, la situation est difficile : certains ont perdu jusqu’aux dernières traces physiques de leur passé, quand la vague a emporté les fondations de leur maison. Au désastre naturel succède un grave accident nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi. Le 12 mars 2011, l’urgence nucléaire est déclarée par le cabinet ministériel japonais, une première dans toute l’histoire du Japon1. Kan Naoto, alors Premier Ministre, annonce qu’il s’agit de la pire crise nationale depuis la Seconde Guerre mondiale2. Suite à la déclaration de l’état d’urgence nucléaire, de nombreuses populations sont déplacées de refuge en refuge, alors que le gouvernement prend peu à peu conscience de l’étendue de la contamination. Cependant, de nombreux refuges sont placés sous le vent qui porte la radioactivité, et des milliers de Japonais qui se pensaient en sécurité sont contaminés malgré eux. Au sentiment d’urgence succède l’incompréhension, et les citoyens de Fukushima disent éprouver l’impression d’avoir été abandonnés par le gouvernement3, qui refuse en outre de prendre en considération les départs volontaires ayant précédé l’ordre officiel d’évacuation4.

  • 5 Wagô Ryōichi, Shi no tsubute. Tōkyō : Tokumashōten, 2011, 236 p. Trad. Fr. Corinne Atlan, Po&Psy, 2 (...)

2Wagô Ryôichi (1968-), poète et habitant de Fukushima, a vécu l’état d’urgence nucléaire depuis l’abri de sa propre maison, où il s’est réfugié sur conseil du gouvernement. Sa femme et son enfant ont préféré quitter la région. Abrité aussi bien qu’enfermé, il a utilisé dès le 16 mars 2011 son compte Twitter pour communiquer sur les événements et livrer son ressenti de poète. Les poèmes, publiés du 16 mars au 25 mai 2011 et au départ destinés à une diffusion exclusivement en ligne, ont été publiés au format papier en juin 2011 aux éditions Tokuma Shoten, sous le titre Shi no tsubute5 (Jets de poèmes).

  • 6 Furukawa Hideo fut l’un des premiers à réagir en ce sens, décrivant dans le roman Ô Chevaux la lumi (...)
  • 7 La littérature de la bombe atomique trouve ses origines dans le double bombardement d’Hiroshima et (...)
  • 8 Les origines de la littérature du tremblement de terre remontent au Japon à 1212, avec Notes de ma (...)
  • 9 Kimura Saeko, « Sore ha tensai dehanai, jinsainanoda » (« Ce n’est pas une catastrophe naturelle, m (...)

3Tout comme lui, d’autres auteurs ont pris la plume pour s’exprimer ou tout du moins tenter de lutter contre l’aphasie que cette triple-catastrophe a provoqué en eux6. De leur réaction quasi immédiate est né un nouveau courant littéraire, la littérature de l’accident nucléaire du 11 mars 2011 (genbakujinsaibungaku 原爆人災文学), que la professeure de lettres japonaises et comparées Kimura Saeko identifie dans Shinsai-go bungakuron : atarashii bungaku no tame ni (« Essai sur la littérature d’après le tremblement de terre : pour une nouvelle littérature japonaise »). Au fil de cet ouvrage de référence sur la question, elle explique que la littérature de l’accident nucléaire de Fukushima est à différencier de la littérature des bombes nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki (genbakubungaku原爆文学) 7 et de la littérature du tremblement de terre (shinsaibungaku 震災文学)8. En effet, ces dernières sont des littératures de la résilience et de la reconstruction, tandis que la littérature de l’accident nucléaire du 11 mars 2011 est tournée vers les remords et le sentiment de culpabilité9.

  • 10 Les « cinquante de Fukushima » (フクシマ・フィフティ [Fukushima Fifuti], Fukushima Fifty) est une expression (...)

4La poésie de Wagô participe des deux courants, à la fois tournée vers la rédemption et la reconstruction : réagissant en direct aux répliques du séisme, aux conséquences du tsunami, ainsi qu’à la gestion de la crise nucléaire par le gouvernement, sa plume évoque et retranscrit l’évacuation du site, mais aussi le sacrifice des « cinquante de Fukushima10 », les populations déplacées, les restrictions alimentaires, l’inanité de la décontamination, etc. Les yeux rivés sur le déroulement des conséquences doubles de la catastrophe naturelle et de l’accident nucléaire, le poète dit dans ses vers sa crainte de perdre son pays natal, et confie son angoisse de l’exil en cas de décontamination impossible. Toutefois, il raconte aussi l’entraide, l’effort de reconstruction, et évoque l’avenir dans un monde contaminé mais reconstruit – résilié.

5Cependant, cet article ne vise pas à débattre des liens de l’auteur avec ce nouveau courant littéraire, mais plutôt à se pencher sur la manière dont son œuvre a dépassé le cadre de la page (web et papier), et donné lieu à une poésie que le poète qualifie lui-même d’« action-poésie » アクションポエジィー. Dans un premier temps, nous constaterons que le 11 mars 2011 a constitué un tournant dans l’existence comme dans la carrière de Wagô Ryôichi, et nous analyserons la manière dont ses tweets ont participé à la réception de son œuvre poétique, au Japon comme à l’étranger. Après quoi, nous examinerons le processus de réinvestissement par l’auteur de la fonction sociale de la poésie japonaise, souvent oubliée mais ici renouvelée.

Présentation de Wagô Ryôichi

Éléments biographiques

  • 11 「捨てられない作品を書こう」sur le site Sankei, [En ligne] mis en ligne le 14/01/2012, consulté le 22/09/2017, à (...)
  • 12 Tôkyô : Shichôsha, 2005.

6Né le 18 août 1968 dans la ville de Fukushima, Wagô Ryôichi effectue l’ensemble de ses études dans la région du même nom, obtenant son diplôme d’enseignement à l’université locale. Il devient professeur de langue japonaise dans un lycée de sa ville, et se lance parallèlement dans l’écriture de poèmes, décidant de « ne pas écrire des choses bonnes à jeter11 ». Cette résolution le porte et, en 1998, son premier recueil AFTER remporte le prix de poésie Nakahara Chûya. Cette récompense – instituée en l’honneur du poète éponyme en 1996 par la ville de Yamaguchi avec le soutien des éditions Seidosha et Kadokawa Shoten – est décernée à un recueil de poésie contemporaine. Remis une fois par an, le prix souligne la « nouvelle sensibilité » 新鮮な感覚de Wagô, qui reçoit par ailleurs un soutien financier d’un million de yens (environ 7500€) et voit son œuvre publiée en langue anglaise. Par la suite, Wagô continue d’écrire en parallèle de son activité de professeur. En 2006, il publie son quatrième recueil, Chikyû zûno shihen 地球頭脳詩篇12. L’ouvrage reçoit la même année le 47e prix de littérature de la région de Sendai. L’auteur varie les genres et les publics, écrivant des essais et des livres pour enfants, et réalise aussi des entretiens sur la langue japonaise avec Tanikawa Shuntarô, considéré comme le plus célèbre poète contemporain du Japon.

7La catastrophe naturelle et l’accident nucléaire du 11 mars 2011 renversent cependant la vie et la vision du poète. Dans l’introduction au format papier de Jets de poèmes, son premier recueil sur le sujet, il écrit :

  • 13 Wagô Ryôichi, Jets de poèmes : dans le vif de Fukushima, trad. par Corinne Atlan. Toulouse : Éditio (...)

Le 16 mars, au crépuscule. Seul dans une pièce, à Fukushima, ville où le taux de radioactivité est le plus alarmant, je fixe l’écran de mon ordinateur. Mon appartement est situé au premier étage mais je n’entends pas le moindre bruit provenant des voisins. Sans doute ont-ils tous évacué les lieux, au moins temporairement, en voyant la fumée blanche qui s’élève depuis quelques jours de la centrale nucléaire. Pour ma part, j’ai décidé de rester dans cette ville où vivent mon père et ma mère, où je travaille. Et je suis désespéré. « C’est la fin de Fukushima, la fin du Japon. »
La radio diffuse des appels invitant les habitants en route pour Niigata ou Yamagata à évacuer dans le calme. Par moments, le présentateur a des larmes dans la voix. La population diminue. Peur de l’irradiation. Aucune perspective d’approvisionnement en nourriture, en eau, en essence. J’ai perdu toute énergie, il ne reste plus en moi que le désir d’écrire de la poésie. Je veux confier à quelqu’un ce sentiment de désespoir particulier dont l’espèce humaine n’avait encore jamais fait l’expérience. L’unique chose à laquelle j’ai envie de me consacrer est écrire. Je veux laisser un témoignage de ces moments où j’ai côtoyé la mort et la destruction.
Les habitudes, c’est quelque chose d’impressionnant. En dernier recours, c’est peut-être ce qui sauve un homme. J’ai d’abord lancé cette phrase sur Twitter. « Nous sommes arrivés au point de non-retour. Je veux écrire comme un asura. »
Après que j’ai envoyé ce genre de phrases sur Twitter, pendant deux heures et demie, les répliques se sont abattues sans répit sur ma cellule de prisonnier isolé. Quand ça tremblait trop, je descendais jusqu’à l’entrée de l’immeuble avec mon ordinateur et je continuais à taper sur le clavier en murmurant « merde » au milieu des secousses, dans un état d’esprit où la colère et l’amertume le disputaient au désespoir. Par crainte de l’air extérieur, je maintenais la porte d’entrée hermétiquement close.
Je ne pensais à rien. Dans ma cellule solitaire, ma seule pensée était que ma propre vérité se trouvait dans les mots, et uniquement dans les mots. Nulle part ailleurs. Je m’efforçais de ne penser à rien d’autre, alors que la société s’écroulait, que la vie pouvait m’être arrachée à tout moment. Je m’agrippais à cette seule vérité comme un enfant aux bras de sa mère. C’était mon seul soutien. Et pour la première fois j’ai pensé ceci : c’est dans la langue japonaise que se trouve la « vérité », c’est là que se trouve notre pays natal. Cette nuit-là, j’ai envoyé plus de 40 tweets.13

8Comme d’autres avant lui, le poète se tourne vers les mots pour chercher réconfort, sens et vérité. En soi, le geste d’écriture ne change pas. Néanmoins, le mode de diffusion de sa poésie a conditionné son style d’écriture et son mode d’expression (Twitter imposant une limite de caractères), mais aussi la réception de ses poèmes, à la fois immédiate et différée.

Twittérature et réception

Un poète sur Twitter

  • 14 Statista, « Nombre d'utilisateurs actifs mensuels sur Twitter dans le monde du 1er trimestre 2010 a (...)
  • 15 Ce chiffre est valable jusqu’en octobre 2017, date après laquelle le réseau a permis à ses utilisat (...)
  • 16 « Recherche sur Twitter : #140novel », [En ligne] date de mise en ligne inconnue, consulté le 04/04 (...)

9Créé en 2006, Twitter est un réseau social de microblogging qui compte en 2017 un total de 313 millions d’utilisateurs actifs14, lesquels communiquent en messages pouvant aller jusqu’à 140 caractères15. Ce format court conditionne le mode d’expression, notamment lorsqu’il est littéraire, invitant les auteurs qui écrivent et publient sur cette plateforme à se tourner vers des formes littéraires elles aussi courtes, comme les haïkus, les micro-fictions sérialisées, les « tweet-fic », les « twiller », etc. Dans un premier temps anecdotique, la littérature sur Twitter a cependant fini par toucher un vaste lectorat international. Ainsi, en 2012, à défaut d’établir un catalogue exhaustif de ces productions, le journal The Guardian a proposé le hashtag #140novel pour repérer et naviguer entre les œuvres de fiction proposées sur le réseau social16.

  • 17 Voir  Le Monde du livre, « Une nouvelle manière d’écrire : le keitai shosetsu », par Pauline Duquen (...)
  • 18 Yoshi, Deep love. Tôkyô: Kodansha, 2004.

10La littérature en ligne connaît depuis longtemps un grand succès au Japon, où les keitai-shôsetsu 携帯小説 (ou « romans sur téléphone ») sont lus, connus et appréciés du grand public et notamment du jeune lectorat depuis le début des années 200017. Bien que le statut de cette littérature soit décrié et remis en question, son succès populaire l’a installée de manière durable au Japon : Deep Love18, de Yoshi, a été dans un premier temps publié sur téléphone, puis été republié au format papier aux éditions Kodansha en 2004, et vendu à plusieurs millions d’exemplaires. Cependant, les keitai-shôsetsu ne font pas nécessairement partie du champ de la littérature sur Twitter, tous n’étant pas publié sur le réseau social en question. Les deux restent néanmoins liés, témoignant de nouvelles pratiques d’écriture et de lecture, qui se développent en parallèle.

  • 19 Alexander Aciman, Emmett Rensin, La twittérature Les chefs-d’œuvre de la littérature revus par la G (...)

11La littérature sur Twitter s’est développée au point de gagner un nom : en 2009, Alexander Aciman et Emmet Rensin, de l’université de Chicago, ont proposé le terme de « Twittérature » pour désigner « la réécriture humoristique de classiques de la littérature, à destination des lecteurs du XXIe siècle, le tout dans une série rapide à lire de 20 tweets ou moins19 ». Bien que la définition première de ce néologisme soit réduite à la réécriture et non étendue au matériau littéraire original publié sur Twitter, il ne contient pas le terme ni la notion de « rewriting » et nous semble par conséquent pouvoir être élargi et appliqué à l’ensemble des littératures écrites sur Twitter. Différente du keitai-shôsetsu, la Twittérature se consulte à la fois sur téléphone portable et sur ordinateur. De la même manière, elle s’écrit sur les deux supports, bien que son mode d’expression demeure conditionné par la limitation des caractères ; soulignons d’ailleurs que la concision des idéogrammes et de la grammaire japonaise a participé à l’essor de cette littérature courte sur le réseau social.

12Cependant, qu’ils soient Japonais ou non, la plupart des auteurs inscrits sur Twitter utilisent le réseau social comme une plateforme de marketing publicitaire, et non comme un lieu d’expression littéraire. D’ailleurs, lors de son inscription, Wagô n’avait pas songé à utiliser la plateforme comme page où diffuser et donner à lire ses poèmes. Il évoque ce choix « forcé » par la catastrophe dans l’introduction au format papier de son premier recueil, écrivant :

  • 20 Wagô, trad. Corinne Atlan, Op. cit.

Ce moyen de communication ne m’avait pas tellement attiré jusqu’alors, mais cette nuit-là, alors que ma vie pouvait être anéantie le lendemain même, j’ai écrit ces mots sur l’écran de mon ordinateur comme j’aurais lancé une bouteille à la mer.20

13L’apparition des poèmes en ligne ressemble à un appel au secours, et bien qu’il ne dispose alors que de quatre « followers » sur le réseau social, la réaction du public/lectorat est immédiate. Au sujet de cette soudaine réception en ligne, le poète écrit dans l’introduction à son recueil papier :

  • 21 Ibid.

J’avais à peine fini de les écrire que je recevais 117 demandes d’abonnement, de gens à travers tout le Japon prêts à me suivre et à lire les messages que je tweeterais par la suite. […]
Le lendemain matin le nombre de mes abonnés atteignait 550 et le matin du troisième jour, j’en avais 800. Actuellement 14 000 personnes à travers le Japon suivent mes tweets. J’ai intitulé jets de poésie la série de messages que j’envoie.
Certains soirs, il m’arrive de recevoir jusqu’à 300 messages, à la suite desquels j’en envoie d’autres à mon tour. De nombreuses voix s’expriment aussi depuis les centres d’accueil. Elles me font monter les larmes aux yeux.21

  • 22 Soulignons aussi que Twitter est, au Japon, le réseau social le plus utilisé, avec 40 millions d’ut (...)

14À ce jour, le compte Twitter de Wagô a presque atteint les 30 000 followers.22

Littérature immédiate et lecture différée

15Les premiers poèmes ont été rapidement publiés au format papier dans le magazine poétique Gendaishitechô, au sein du numéro du 28 mai 2011, sous le titre Shi no koishi : Higashi Nihon Daishinsai to mukiau tameni (Nous traduisons : « Poèmes ricochets : faire face au Grand Tremblement de Terre du Tôhoku »). En juin de la même année, les poèmes publiés du 16 mars 2011 au 25 mai 2011 sont rassemblés en recueil papier, et publiés aux éditions Tokuma Shoten sous le titre Shi no tsubute (Jets de poèmes). Tokuma Shoten conserve la mise en forme des feeds de Twitter, incluant les traces des dates et des heures de publication, permettant de rendre l’effet de déroulé immédiat associé aux poèmes publiés sur internet, lesquels étaient lus presque aussitôt mis en ligne. L’effet de « littérature immédiate » est également renforcé par le découpage des chapitres, chacun rassemblant les poèmes publiés au sein d’une seule et même journée. De même, les en-têtes proposent un récapitulatif des événements qui se déroulaient au moment où le poète avait mis en ligne les vers du jour, incitant le lecteur du volume papier à se mettre dans l’état d’esprit des lecteurs qui avaient alors lu les poèmes en ligne.

16Wagô n’a pas arrêté d’écrire après juin 2011, et continue aujourd’hui encore de publier des poèmes sur la plateforme en ligne. La plupart des poèmes concernant les retombées directes et indirectes du 11 mars 2011 ont été rassemblés en une série de recueils, aux parutions parfois simultanées, et dont de nouveaux volumes continuent de paraître : Shi no mokurei (Nous traduisons : « Hommage silencieux ») a ainsi été publié aux éditions Tokuma Shoten en juin 2011. Cependant, contrairement à Shi no tsubute qui s’adresse aux vivants, ce recueil forme un message destiné aux disparus, victimes du tremblement de terre et du tsunami. En mars 2013, un troisième recueil vient compléter le premier arc de cette série, avec un titre identique au premier volume et l’ajout d’un sous-titre : Shi no tsubute : okorishôtenten (Nous traduisons : « Jets de poèmes : une suite sans fin »).

  • 23 Asahi Shimbun Digital, 「廃炉詩篇」, [En ligne] mis en ligne le 25/02/2012, consulté le 12/10/2013, à l’U (...)

17D’autres recueils issus de la Twittérature de Wagô ont été publiés chez d’autres éditeurs. Citons par exemple Shi no kaikô (« Retrouvailles ») aux éditions Asahishimbun Shupansha, paru en même temps que les deux premiers recueils aux éditions Tokuma Shoten, en juin 2011. Un autre ouvrage paru en mars 2013, en même temps que la suite de Shi no tsubute, s’est démarqué de par son sujet et son approche : Hairo Shihen (Nous traduisons : « Les poèmes de la décontamination »), aux éditions Shinchôcha. Soulignons que, pour ces derniers, ils sont également disponibles en ligne et en libre accès sur le site du journal Asahi Shimbun23.

  • 24 Voir : Éditions de Corlevour, « Prix de la revue NUNC, les lauréats », [En ligne] mis en ligne le 1 (...)
  • 25 Japan Focus, The Asian-Pacific Journal, « Pebbles of Poetry: The Tōhoku Earthquake and Tsunami » pa (...)

18La réception de l’auteur a également franchi les frontières nationales, puisque le premier recueil de sa série, Shi no tsubute, a été traduit en français par Corinne Atlan en 2016, sous le titre Jets de poèmes aux éditions Po&Psy. En juillet 2017, à l’occasion du Festival « Présences à Frontenay » dans le Jura, l’ouvrage a reçu le Prix de Poésie étrangère de la revue NUNC24. Par ailleurs, bien qu’il n’ait pas encore connu de traduction officielle dans cette langue, une partie du recueil a été traduite en anglais pour The Asia-Pacific Journal de Japan Focus, par Jeffrey Angles, professeur de langue japonaise et de traduction à l’université du Michigan25.

19Ainsi, bien que résonnant en premier lieu avec le désespoir d’un lectorat local directement victime de la catastrophe naturelle et de l’accident nucléaire, la poésie de WAGÔ Ryôichi a répondu aux attentes d’un public bien plus large que prévu. Le pouvoir performateur du réseau social lui a permis de franchir les frontières de sa propre maison, devenue refuge et prison, puis de sa ville et de sa région, sa poésie se diffusant à un niveau national. Ses vers ont également franchi les frontières du pays avant même leur publication papier, le réseau social permettant une diffusion transnationale qui outrepasse les barrières imposées par la situation d’énonciation : où qu’ils se trouvent, les japonisants de Twitter ont relayé les messages d’espoir et la poésie de Wagô, chaque retweet repoussant les frontières du lectorat de l’auteur.

20Cette abondante production a valu à Wagô autant de louanges que de critiques, ces dernières lui reprochant de profiter de sa soudaine visibilité pour développer sa carrière personnelle. Cependant, l’engagement politique du poète désamorce ces reproches, redonnant à sa poésie sa fonction sociale, longtemps oubliée au profit de la simple beauté formelle.

La poésie comme acteur social

Engagement politique de l’auteur

21Dans un premier temps seul moyen de diffuser sa poésie, le compte Twitter de Wagô est rapidement devenu un lieu de partage. Face au désastre bien réel qui a morcelé l’espace collectif et public, l’hyperréel a permis la survie de la communauté de la ville et de la région de Fukushima. L’engagement moral du poète via les réseaux sociaux a fait de lui l’un des porte-paroles des sinistrés de sa région – qu’ils soient du tsunami ou du nucléaire. Aussi politique que poétique, Wagô a choisi d’utiliser sa visibilité et de la mettre au service de ceux qui n’avaient plus de voix, et réduits au silence par le lobby nucléaire. Ainsi, Wagô a notamment organisé des festivals afin de renforcer le lien de solidarité entre les réfugiés : par exemple, en août 2015, un festival réunissant danse, musique, calligraphie et poésie lue a rassemblé plus de 700 spectateurs. Par ailleurs, tous les dimanches à 17h45, l’auteur anime une émission de radio intitulée Shi no tsubute – Wagô Ryôichi’s action poetry, où il aborde un sujet lié à la triple-catastrophe, lit ses poèmes, les commente, et échange avec les auditeurs. La poésie, davantage qu’une fin en soi, est ici un moyen – une action.

  • 26 Sano Shin’ichi, Wagô Ryôichi,「言葉に何がで きるのかー3.11を超えて」(« Que peuvent les mots pour dépasser le 11 mars (...)
  • 27 Courrier International, « Entretien avec Henmi Yô : Quand les slogans tuent les mots », [En ligne] (...)
  • 28 « Ganbarisme » (ガンバリズム) est un néologisme formé sur le mot verbal japonais « se dépasser » (頑張る), a (...)

22La poésie de Wagô est parfois transformée en slogans : « Fukushima ni ikiru, Fukushima wo ikiru » (« Vivre avec Fukushima, vivre Fukushima ») est ainsi devenu l’un des slogans locaux utilisés dans le cadre des manifestations qui soutiennent la reconstruction des villes et villages touchés par le tsunami et l’accident nucléaire26. Alors que pour la plupart des poètes contemporains et résistants « la mort des mots commence avec l’usage de slogans superficiels27 », les poèmes scandés de Wagô puisent au contraire leur force et leur sens dans l’action sociale qu’ils véhiculent, action qui se détache du ganbarisme28 national, celui de la résilience aveugle et sourde que le gouvernement japonais voudrait imposer à ses citoyens.

23Par ailleurs, du fait de son support qui le contraint à la brièveté, Wagô produit des poèmes courts dont la concision se rapproche de celle du slogan, que l’on définit d’ordinaire comme une « brève formule frappante lancée pour propager une opinion, soutenir une action ». Néanmoins, contrairement aux slogans politiques et publicitaires qui sont écrits pour rester inscrits dans l’esprit de leur public cible, les poèmes de Wagô visent le cœur et l’humain. Le style des poèmes est également très éloigné des écritures publicitaires : les vers de Wagô disposent en effet d’un style elliptique, incantatoire, et sont élaborés à partir de mots simples qui, liés à leur contexte d’écriture dramatique, se dotent d’une forte puissance évocatrice. Ce contexte, connu des lecteurs qui ont immédiatement lu les poèmes en ligne sur Twitter, n’est pas oublié dans les éditions papier. Placé en amont des séries – une pour chaque jour –, il est présenté comme suit :

  • 29 Op. cit.

18 mars 2011
Adoption d’un projet de loi exceptionnel d’ajournement des élections locales de la région sinistrée.
Gravité de l’accident de Fukushima Daiichi provisoirement évaluée au niveau 5, équivalent de Three Miles Island aux États-Unis, en 1979 (Elle sera portée au niveau 7 le 12 avril).
Les Forces d’autodéfense et la brigade des pompiers de Tôkyô arrosent le réacteur n°3.
6 911 morts, 10 692 disparus (catastrophe naturelle la plus grave de l’après-guerre, dépassant le séisme de Kôbe de 1995).29

Poésie contemplative n’est pas poésie passive

  • 30 « Poète japonais, compilateur de la première anthologie officielle, le Recueil [des waka] de jadis (...)

24En matière de poétique, l’« action-poésie » semble en tout point opposée à la poésie japonaise classique, dont l’aspect contemplatif est souvent mis en avant tant par la critique occidentale que japonaise. Cette conception de la poésie japonaise remonte à l’époque du KokinShû, recueil de waka dont la compilation en 905 fut ordonnée par l’empereur Daigo. L’un des compilateurs de ce recueil, Ki no Tsurayuki30, en a rédigé la préface, laquelle constitue le premier texte théorique sur la poésie japonaise. Il en propose une définition construite sur l’émotion provoquée par la contemplation du paysage autour du poète écrivant :

  • 31 Traduction de G. Bonneau, « Préface » in Le Monument poétique de Heian : le Kokinshû. Paris : Geuth (...)

La poésie/le chant du Yamato a pour germe le cœur humain, et s’épanouit en une myriade de mots. Les hommes qui vivent en ce monde, riches qu’ils sont de toutes sortes d’activités, expriment ce qu’ils ressentent dans leur cœur en prenant pour intermédiaire ce qu’ils voient ou ce qu’ils entendent. À écouter le rossignol qui chante parmi les fleurs ou la grenouille qui gîte dans les eaux, on voit qu’il n’est pas d’être vivant qui ne chante son chant/qui ne compose de la poésie.31

25La poésie de Wagô n’est cependant pas très éloignée de cette conception traditionnelle de la poésie japonaise, comme le montrent ces trois poèmes extraits de la série du 18 mars 2011 :

J’aimais l’été à Minamisôma. Je pensais que les promesses échangées dans le plein été ne seraient jamais rompues. Savez-vous comme ils sont fiers, les chevaux sauvages de Haramachi lors de la fête annuelle ?
18 mars 2011 – 14:13

J’aimais les champs de Minamisôma. Profondeurs lointaines d’un monde que je n’atteindrai plus jamais, même en courant à l’infini. Pleine lune et roseaux. C’était ça, l’automne à Haramachi.
18 mars 2011 – 14:15

  • 32 Op. cit.

J’aimais l’hiver à Minamisôma. J’aimais le froid paisible des hivers sans neige. J’aimais entendre les gens de Haramachi parler de la tour de transmission sans fil dont ils étaient si fiers.
18 mars 2011 –14:1732

26La contemplation poétique ici à l’œuvre « a pour germe le cœur humain » et s’épanouit « en une myriade de mots » qui ont pour intermédiaire ce que le poète a vu et entendu. Néanmoins, cette contemplation est déformée par l’usage du temps passé, comme s’il s’agissait de la contemplation nostalgique non du présent mais d’un temps révolu, un lieu intouchable dont le poète serait désormais exclu.

27L’amour du pays natal contaminé se tisse autour de la volonté de l’auteur de résilier lui-même et de faire résilier son pays natal par l’écriture. La contemplation devient là aussi un moyen plutôt qu’une fin ; un outil poétique au niveau de la création et politique au niveau de la réception. Tout comme Kamo no Chômei, Akutagawa Ryûnosuke et Ibuse Masuji avant lui, Wagô exprime son inquiétude et son angoisse face à une catastrophe qui touche tant à l’intime qu’au collectif. À l’image de son sujet, sa poésie est partagée, commune, et se fait l’expression du retournement social du désastre qui a entraîné la fragmentation de la communauté. Ce partage du désastre se remarque notamment dans les poèmes où l’auteur interpelle directement son lecteur, profitant de l’immédiate portée du réseau social pour jouer sur les codes et les formats :

Où es-tu ? Ton cœur a-t-il été emporté par la tempête ? Ton cœur est-il anéanti ? Ton cœur n’a-t-il plus nulle part où aller ?
18 mars 2011 –14:18

Je tremble devant une ombre invisible. Est-ce une ombre en plein midi ? L’ombre de mon cœur ? L’ordre d’évacuation ? L’ombre des mots ?
18 mars 2011 – 14:20

  • 33 Ibid.

Risquer sa vie. Risquer notre vie pour notre ville natale. Mais ni ta vie ni la mienne ne nous ont été données pour que l’on nous en prive.
18 mars 2011 – 14:2133

  • 34 Jacqueline Pigeot, Michiyuki-bun, poétique de l’itinéraire dans la littérature du Japon ancien. Par (...)

28Au fil des poèmes, l’auteur transforme le pays natal perdu en meisho 名所 — c’est-à-dire en lieu renommé qui permet d’articuler les relations entre société japonaise et territoire, culture et nature34. Ce meisho est à la fois le feed numérique – lieu de l’échange poétique entre l’auteur et son lectorat –, mais aussi le furusato 故郷 — ici, le pays natal perdu qu’ils se partagent, dans le cœur et dans les mots. De fait, la forme de ce furusato réel et hyperréel est changeante : le pays natal perdu n’est pas autoréférentiel, ni uniquement défini par l’auteur. Au contraire, le réseau social permet l’élargissement des frontières génériques de cette notion, sur le plan tant poétique que social, mais aussi intime et collectif. Et quoi de plus poétique, social, intime et collectif que la langue nationale ? Là où comme le souligne Wagô se trouve « la "vérité" [et le] pays natal ».

Conclusion

29Cet article a permis de constater que « les mots ont un pouvoir » et que les réseaux sociaux peuvent décupler celui-ci au-delà des frontières nationales comme linguistiques. Liant le réel à l’hyperréel, l’extralittéraire à l’intralittéraire, Wagô a insufflé dans ses vers une énergie et un espoir qui ont contaminé l’esprit et l’existence de ceux qui les ont lu – en ligne ou entre les pages d’un livre.

30Cet article a également montré que « l’action-poésie » comprend deux versants qui se complètent et n’agissent pas dans la même temporalité ni le même espace : « l’action » de Wagô se limite à sa région, où il milite activement par ses engagements personnels comme ses vers, tandis que la portée du versant « poésie » franchit toutes les frontières nationales et culturelles, transperçant les limites de la page web et papier, touchant tout être humain concerné par l’Anthropocène nucléaire. Soulignons que la force de cette réception mondiale des poèmes rejaillit sur le poète et les administrés de Fukushima : elle donne plus de force et de soutien à l’action menée localement.

31Enfin, pour conclure, ajoutons que la portée internationale du réseau social nous permet d’inscrire la poésie de Wagô dans le paradigme littéraire plus vaste des littératures mondiales, voire celui d’une possible « littérature mondiale des accidents nucléaires ». En effet, bien que l’accident de Fukushima appartienne indéniablement en premier lieu à l’histoire japonaise, la problématique de la contamination radioactive à l’ère de l’Anthropocène nucléaire est un problème mondialement partagé. Cette problématique participerait d’une littérature transnationale et multilingue, née dans le sillage des événements nucléaires – de Tchernobyl à Fukushima – d’Alexandra Alexievitch à Wagô Ryôichi – et dont les contours et les frontières restent à déterminer.

Haut de page

Notes

1 Rémi Scoccimaro, « Notes sur les impacts du séisme et du tsunami du 11 mars 2011 sur le Japon du nord-est », in Corinne Quentin et Cécile Sakai (sous la direction de), L’Archipel des séismes : écrits du Japon après le 11 mars 2011. Arles : Éditions Philippe Picquier, 2012, pp. 15-17.

2 L’Express : « Japon, "la plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale" », [En ligne] mis en ligne le 13/03/2011, consulté le 14/09/2017, à l’URL : https://www.lexpress.fr/actualite/monde/japon-la-plus-grave-crise-depuis-la-seconde-guerre-mondiale_971717.html

3 Extrait du discours prononcé lors de la conférence internationale des Nations Unies du 14 au 18 mars 2015 à Sendai, Morimatsu Akiko témoigne de cet abandon par ces mots : « Les victimes et les déplacés du nucléaire ont besoin de l’aide de la communauté internationale. S’il vous plaît, agissez et obligez le gouvernement japonais à suivre les lois internationales, et à respecter les principes et les recommandations des Nations Unies » (Nous traduisons). Morimatsu Akiko,「世界の皆さん、助けてください」 (« Personnes du monde entier, sauvez-nous s’il vous plaît ! ») in 福島原子力電子所事故から避難者たちによるスピーチ、手紙、そして避難手記 (« Discours, lettres et mémoires des réfugiés d’après l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima »). Osaka : Red Kimoni éditions, 2016.

4 Voir le témoignage d’Haruko Boaglio sur France Inter : « Boaglio Haruko : réfugiée du nucléaire », [En ligne] mis en ligne le 29 avril 2016, consulté le 21 mai 2016, à l’URL : https://www.franceinter.fr/emissions/d-ici-d-ailleurs/d-ici-d-ailleurs-29-avril-2016

5 Wagô Ryōichi, Shi no tsubute. Tōkyō : Tokumashōten, 2011, 236 p. Trad. Fr. Corinne Atlan, Po&Psy, 2016.

6 Furukawa Hideo fut l’un des premiers à réagir en ce sens, décrivant dans le roman Ô Chevaux la lumière est pourtant innocente, son sentiment d’impuissance face à la dévastation brutale du tsunami, mais aussi la menace invisible de la contamination radioactive. Voir : Furukawa Hideo, Umatachi soredemo hikari ha muku de. Tōkyō : Shinchōsha, 2011, 132 p. Trad. Patrick Honnoré, Arles : Éditions Philippe Picquier, 2013. Kawakami Hiromi a également écrit sur la triple-catastrophe et notamment la contamination nucléaire, choisissant de se pencher sur un quotidien banal qui continue d’exister et de se poursuivre en dépit des modifications radicales imposées par la contamination radioactive. Voir : Kawakami Hiromi, Kami-sama 2011. Tōkyō : Kōdansha, 2011.

7 La littérature de la bombe atomique trouve ses origines dans le double bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki en 1945, après lesquels trois générations d’auteurs se succèdent. Dans Fleurs d’été (Natsu no hana, 1947), Hara Tamiki tente de décrire son expérience de la bombe. Quelques années plus tard, Ibuse Masuji dépeint dans Pluie Noire (Kuroi ame, 1965) les conséquences concrètes et directes de la bombe sur une famille qui tente de survivre dans le paysage noir et empoisonné de l’après-bombardement, soulevant des questions sociales et politiques. Sans avoir été directement témoin ni victime de ces bombardements, Ōe Kenzaburō participe de cette littérature et ouvre avec Notes d’Hiroshima (Hiroshima Nôto, 1965) la voie de la troisième et dernière génération, celle tournée vers l’avenir dans un monde post-nucléaire.

8 Les origines de la littérature du tremblement de terre remontent au Japon à 1212, avec Notes de ma cabane de moine, ou la cabane de dix pieds carrés (Hōjōki) de Kamo No Chōmei. Ce courant se poursuit tout au long de l’histoire nationale et régionale japonaise, certains de ses ouvrages les plus célèbres ayant été écrits après le grand séisme de 1923, tels que « La vie de Budori » (Gusukōbudori no denki, 1932) de Miyazawa Kenji (1869-1933), plus métaphorique et moins connu que Yoshimura Akira (1927-2006), qui écrivit directement sur le sujet dans son grand « roman documentaire », Le Grand Tremblement de terre du Kantō (Kantō Daishinsai, 1973). Ce même auteur avait auparavant déjà produit un roman sur la catastrophe naturelle, Le Grand Tsunami de la Côte du Tōhoku (Sanriku Kaigan Ōtsunami, 1970), qui s’est d’ailleurs vendu à plus de deux cent mille exemplaires après le 11 mars 2011, connaissant un second succès immédiat. Voir : Encyclopaedia Britannica, Book of the Year 2012 (Events of 2011). Chicago : Encyclopaedia Britannica Inc., 2012.

9 Kimura Saeko, « Sore ha tensai dehanai, jinsainanoda » (« Ce n’est pas une catastrophe naturelle, mais un accident de la main de l’homme »), in Shinsai-go bungakuron : atarashii bungaku no tame ni (« Essai sur la littérature d’après le tremblement de terre : pour une nouvelle littérature japonaise »). Tōkyō : Seidosha, 2013, pp. 17-24.

10 Les « cinquante de Fukushima » (フクシマ・フィフティ [Fukushima Fifuti], Fukushima Fifty) est une expression utilisée par les médias japonais et étrangers désignant le groupe d’employés restés sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi le 15 mars 2011, alors qu’un incendie s’est déclaré dans l’unité 4, forçant à l’évacuation quasi-complète du site.

11 「捨てられない作品を書こう」sur le site Sankei, [En ligne] mis en ligne le 14/01/2012, consulté le 22/09/2017, à l’URL : http://sankei.jp.msn.com/affairs/news/140112/dst14011219070006-n1.htm

12 Tôkyô : Shichôsha, 2005.

13 Wagô Ryôichi, Jets de poèmes : dans le vif de Fukushima, trad. par Corinne Atlan. Toulouse : Éditions Erès, 2016 [1re éd. japonaise : Shi no tsubute, 2011].

14 Statista, « Nombre d'utilisateurs actifs mensuels sur Twitter dans le monde du 1er trimestre 2010 au 2ème trimestre 2017 (en millions) », [En ligne] date de mise en ligne inconnue, consulté le 02/04/2017, URL : https://fr.statista.com/statistiques/571736/twitter-nombre-d-utilisateurs-actifs-mensuellement-2010/

15 Ce chiffre est valable jusqu’en octobre 2017, date après laquelle le réseau a permis à ses utilisateurs de communiquer en messages deux fois plus longs, c’est-à-dire en 280 caractères..

16 « Recherche sur Twitter : #140novel », [En ligne] date de mise en ligne inconnue, consulté le 04/04/2017, URL : https://twitter.com/search?q=%23140novel&src=tyah La même année, The Guardian a également demandé à des auteurs connus de réaliser des micro-fictions sur Twitter. Voir The Guardian, « Twitter fiction: 21 authors try their hand at 140-character novels », [En ligne] mis en ligne le 12/10/2012, consulté le 10/10/2017, URL : https://www.theguardian.com/books/2012/oct/12/twitter-fiction-140-character-novels

17 Voir  Le Monde du livre, « Une nouvelle manière d’écrire : le keitai shosetsu », par Pauline Duquenne Marmin, [En ligne] à l’URL : https://mondedulivre.hypotheses.org/6160

18 Yoshi, Deep love. Tôkyô: Kodansha, 2004.

19 Alexander Aciman, Emmett Rensin, La twittérature Les chefs-d’œuvre de la littérature revus par la Génération Twitter. Paris : Saint-Simon éditions, 2010.

20 Wagô, trad. Corinne Atlan, Op. cit.

21 Ibid.

22 Soulignons aussi que Twitter est, au Japon, le réseau social le plus utilisé, avec 40 millions d’utilisateurs actifs mensuels. Voir : Ina Global, Xavier Eutrope, « Twitter au Japon, les raisons d’un succès », [En ligne] mis en ligne le 09/08/2017, mis à jour le 29/08/2017, consulté le 01/09/2017, à l’URL : http://www.inaglobal.fr/numerique/article/twitter-au-japon-les-raisons-d-un-succes-9882

23 Asahi Shimbun Digital, 「廃炉詩篇」, [En ligne] mis en ligne le 25/02/2012, consulté le 12/10/2013, à l’URL : http://www.asahi.com/special/kotonoha311/wagoryoichi/

24 Voir : Éditions de Corlevour, « Prix de la revue NUNC, les lauréats », [En ligne] mis en ligne le 14/06/2017, consulté le 16/06/2017, à l’URL : http://www.corlevour.com/fr/a-propos/evenements/prix-de-la-revue-nunc-les-laur%C3%A9ats Voir aussi : Japan Times, « Fukushima poet Ryoichi Wago wins french award for tweets issued on 2011 disasters », [En ligne] mis en ligne le 23/06/2017, consulté le 23/06/2017, à l’URL : https://www.japantimes.co.jp/news/2017/06/23/national/fukushima-poet-ryoichi-wago-wins-french-award-for-tweets-issued-on-2011-disasters/ - .WZwj0cZpyUk

25 Japan Focus, The Asian-Pacific Journal, « Pebbles of Poetry: The Tōhoku Earthquake and Tsunami » par Jeffrey Angles, [En ligne] mis en ligne le 19/07/2011, consulté le 28/03/2015, à l’URL : http://apjjf.org/2011/9/29/Wago-Ryoichi/3568/article.html

26 Sano Shin’ichi, Wagô Ryôichi,「言葉に何がで きるのかー3.11を超えて」(« Que peuvent les mots pour dépasser le 11 mars 2011 ? »). Tôkyô : Tokuma Shôten, 2012, p. 94.

27 Courrier International, « Entretien avec Henmi Yô : Quand les slogans tuent les mots », [En ligne] mis en ligne le 07/03/2012, consulté le 11/03/2017, à l’URL : https://www.courrierinternational.com/article/2012/03/08/quand-les-slogans-tuent-les-mots

28 « Ganbarisme » (ガンバリズム) est un néologisme formé sur le mot verbal japonais « se dépasser » (頑張る), associé au suffixe latin « isme ». Le terme désigne l’esprit de l’effort durable, individuel ou commun, qui pousse une personne ou plusieurs à avancer vers un objectif défini.

29 Op. cit.

30 « Poète japonais, compilateur de la première anthologie officielle, le Recueil [des waka] de jadis et de naguère (Kokin [waka] shū, 905), auteur du premier journal poétique (uta nikki) rédigé en langue japonaise. La célèbre préface qu'il écrivit pour le Kokin-shū fait aussi de lui le premier théoricien et critique du waka (poésie de langue japonaise, par opposition au kanshi [rajouter le japonais], de langue chinoise). » René Sieffert, « KI no Tsurayuki », in Encyclopedia Universalis [En ligne] date de mise en ligne inconnue, consulté le 02/10/2017, à l’URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/ki/ René Sieffert

31 Traduction de G. Bonneau, « Préface » in Le Monument poétique de Heian : le Kokinshû. Paris : Geuthner, 1933.

32 Op. cit.

33 Ibid.

34 Jacqueline Pigeot, Michiyuki-bun, poétique de l’itinéraire dans la littérature du Japon ancien. Paris : Collège de France, coll. « Bibliothèque de l’Institut des Hautes Études Japonaises », 2009, pp. 242-245.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Duquenne, « Le réinvestissement du rôle social de la poésie au Japon après l’accident nucléaire du 11 mars 2011 », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/916

Haut de page

Auteur

Cécile Duquenne

Doctorante en littérature comparée et japonaise à l’université Aix-Marseille, sous la direction d’Alexis Nuselovici (Cielam) et Cécile Sakai (CRCAO). Sa thèse porte sur les littératures de l’accident nucléaire du 11 mars 2011, écrites en France et au Japon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals