Navigation – Plan du site
Nouveaux enjeux de société

La littérature des auteurs japonophones

Aperçus sur la nihongo bungaku 日本語文学
Maki Matsumoto

Résumé

Nous proposons un survol de la création de certains écrivains étrangers d’origine coréenne, chinoise, américaine, ayant choisi de conduire une carrière d’écrivain au Japon et en utilisant le japonais, soit un parcours à travers ce qu’on appelle la nihongo bungaku 日本語文学 (littérature de langue japonaise). A travers ces écrivains japonophones de cultures différentes, on voit se développer de nouvelles thématiques littéraires qui dynamisent la culture japonaise.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1C’est à l’écrivain Kim Sok-pon 金石範 (1925-), l’un des représentants les plus illustres des auteurs immigrés coréens au Japon, que l’on doit d’avoir rassembler toutes les œuvres littéraires écrites en japonais par des auteurs d’origine étrangère sous le terme générique de nihongo bungaku 日本語文学 (littérature de langue japonaise). Le nombre d’œuvres japonaises d’auteurs japonophones a beaucoup augmenté ces dernières décennies, et la valeur de celles-ci a été reconnue par de prestigieux prix littéraires. De fait, cette catégorie existe déjà depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale grâce à des immigrés coréens qui ont publié des romans historiques ou des témoignages. Si cette première génération d’écrivains, affligés par la situation politique déchirante qu’ils ont vécue, avaient besoin de raconter leurs tourments, leurs enfants s’interrogent sur leur identité, leur double culture et leurs appartenances culturelles.

2C’est naturellement par l’examen des auteurs d’origine coréenne que nous commencerons notre exposé. Ensuite, nous regarderons du côté des écrivains d’autres pays qui ont appris le japonais tardivement et qui l’ont choisi comme langue d’écriture. Puis nous nous interrogerons sur le rapport entre les écrivains et la langue d’écriture, leurs regards avec leur pays d’accueil, pour dessiner grossièrement ce qu’apporte au Japon la production littéraire des auteurs japonophones.

La littérature des immigrés coréens

  • 1 En 2016, la ville d’Osaka a recensé près de 70 000 Coréens, plus particulièrement situés dans l’arr (...)

3Les œuvres littéraires et historiques des écrivains d’origine coréenne constituent un ensemble cohérent appelé en japonais zainichi chôsen kankoku bungaku 在日朝鮮・韓国文学. La communauté dont sont issus ces auteurs s’est majoritairement installée dans l’ouest du Japon dans les années 1920-19301.
C’est notamment le cas du grand écrivain Kim Tal-su 金達寿 (1919-1997). Né au Gyeongsang 경상도 / 慶尙道, province méridionale de Corée du Sud, il arrive au Japon, à la mort de son père, alors qu’il n’a que dix ans. Deux ans plus tard, il entre à l’école japonaise et commence à apprendre le japonais. Après avoir étudié à Tôkyô, il travaille en tant que journaliste, à la fois au Japon et en Corée, avant de publier, en 1953, Genkainada 玄界灘 (Mer obscure). Son narrateur décrit la situation de la Corée occupée par le Japon et dénonce avec virulence le racisme, la discrimination et la résignation. C’est ce roman qui a véritablement lancé sa carrière d’écrivain. Depuis, il a publié de nombreux romans, des essais et des entretiens. En tant qu’historien, il a, par ailleurs, rédigé une monumentale série, diffusée en 12 volumes entre 1971 et 1991, intitulée La culture coréenne au Japon, (Nihon no naka no Chôsen bunka 日本の中の朝鮮文化).

  • 2 Plus de 40 000 résidents de l’île ont rejoint le Japon à la suite des événements sanglants qui se s (...)
  • 3 Ce roman a été traduit en coréen en 2015.

4L’écrivain Kim Sok-pom est, quant à lui, considéré comme le porte-parole des auteurs d’origines coréennes sur l’archipel nippon. Né à Osaka (Japon) de parents issus de l’île Jeju 濟州, il y a passé la période de la dernière Guerre avec sa grand-mère. C’est peu après son retour au Japon pour y étudier l’économie, que — on est en 1948 —, se produisit le Soulèvement de Jeju (Jeju-do sasam sageon 済州島四三事件)2 qui l’a profondément marqué. Son œuvre monumentale Kazantô 火山島3 (L’île volcanique) en 7 tomes et publiée entre 1976 et 1981, traite de cet incident : l’œuvre a reçu plusieurs prix littéraires. Décrire la Corée en japonais consiste pour lui en un défi. En effet, l’absence de document et d’information l’a obligé à imaginer ce qui s’était réellement passé, les paysages et les gens de son pays d’origine. Son imagination lui a permis de représenter certains aspects des relations entre les deux pays de manière à la fois plus personnelle et plus universelle.

  • 4 Tôkyô : Rippûshobô, 1986.
  • 5 Tôkyô : Rippûshobô, 1991.
  • 6 L’ouvrage est intitulé : Pourquoi avoir continué à écrire, être resté silencieux – la mémoire de l’ (...)

5Le poète et écrivain Kim Shijon 金時鐘 (1929 -) a, pour sa part, participé au soulèvement de Jeju avant de fuir au Japon en 1949. Alors qu’il travaillait en usine, il s’est engagé dans le mouvement d’intégration et a publié plusieurs recueils de poèmes, dont Zainichi no hazamade 在日のはざまで4 (Coincé par les Coréens au Japon), qui a reçu le prix littéraire Mainichi 毎日, et Genya no shi 原野の詩5 (La poésie de champs sauvages) qui a été couronné par le prix spécial d’Oguma Hideo 小熊秀雄. Plus tard, il publia avec Kim Sok-pom des essais sous forme d’entretien sur le soulèvement de Jeju6.

  • 7 Tôkyô : Bungeishunju, 1972.

6Lee Hoesung 李恢成 (1935 -) est un écrivain né dans l’île russe de Sakhaline (Karafuto 樺太) sous l’occupation japonaise. Après la guerre, sa famille n’a pas réussi à retourner en Corée et s’est installée à Hokkaido. Comparé à celui des écrivains coréens d’Osaka, l’univers romanesque de Lee Hoesung se caractérise par la mise en scène d’une vieille Corée qui conserve ses coutumes traditionnelles. Kinuta o utsu onna 砧を打つ女7 (La femme qui déplie du linge) livre le portrait d’une femme d’immigrés coréens confrontée à la pauvreté et au racisme dans une région rurale. L’auteur a reçu, en qualité de premier écrivain d’origine étrangère, le prix Akutagawa 芥川 en 1972.

  • 8 Les deux films ont été réalisés par Sai Yôichi 崔洋一 : le premier, Tsukiwa dotchi ni deteiru 月はどっちに出て (...)
  • 9 Le film a été sélectionné par le Festival international de Bangkok en 2008 mais n’a pas été diffusé (...)

7Yan Sok-il 梁石日 (1936 -) est un poète et un romancier dont l’œuvre a reçu un succès populaire. Né à Osaka de parents immigrés de Jeju qui ont géré une usine de surimi. Après la fin de ses études secondaires, il a travaillé dans des magasins avant de devenir chauffeur de taxi à Tôkyô. Ses romans autobiographiques, Takushî kyôsôkyoku タクシー狂騒曲 (Rhapsodie d’un chauffeur de taxi) et Chi to hone 血と骨 (Sang et os), ont été adaptés au cinéma8, comme son roman sur la prostitution des enfants thaïs, Yamino kodomotachi 闇の子供たち (Les enfants des ténèbres)9.

8Le roman autobiographique Yuhi 由熙 de Lee Yangji 李良枝 (1955-1992), couronné du prix Akutagawa en 1989, relate le tourment d’une étudiante zainichi à Seoul qui n’arrive pas à aimer la langue, ni les gens qui l’entourent. Comme la narratrice du roman, l’écrivaine dont les parents avaient été naturalisés, était devenue japonaise au moment où elle fréquentait encore l’école primaire. Plus tard, elle alla faire des études à l’Université de Séoul. C’est pendant cette période qu’elle publia, au Japon, plusieurs nouvelles et une roman triste Nabi taryon (Le papillon de lamentation) qui figura sur la liste des candidats au prix Akutagawa. Elle est décédée à l’âge de 37 ans des suites d’une maladie de poumon.

  • 10 Le fil Twitter en question est consultable à l’URL : https://twitter.com/yu_miri_0622
  • 11 Yamaori Tetsuo, Komori Yôichi, Ikezawa Natsuki, Yu Miri, Tôhoku gakuin daigaku (sous la direction), (...)

9Pendant les années 1990, la deuxième et la troisième générations des zainichi publient des œuvres variées, décrivant les personnages qui se révoltent contre leurs parents et s’interrogent sur le milieu social dans lequel ils évoluent. De ce point de vue, les romans de deux auteurs sortent du lot des écrits autobiographiques. Citons d’abord, Yu Miri 柳美里 (1968 -), qui fut lauréate du prix Akutagawa en 1997 avec son roman Kazoku shinema 家族シネマ (Jeu de famille), écrit autour de la thématique sociale au Japon. Ses œuvres, évoquant des questions de famille, de meurtre ou d’aliénation, dépassent largement la communauté coréenne. Écrivaine profondément engagée, Yu Miri s’est installée à Fukushima après la catastrophe nucléaire et a commencé à communiquer sur Twitter10 et à la radio locale les actualités des victimes. En tant que co-auteure, elle a récemment publié La catastrophe naturelle et la littérature (Shinsai to bungaku 震災と文学, 2018)11, recueil de treize conférences académiques sur le sujet.

  • 12 Tôkyô : Kôdansha, 2000

10Kaneshiro Kazuki 金城一紀 (1968 -) est écrivain et scénariste. Peu désireux de se livrer à une autobiographie, lui pour qui le fait d’être d’origine coréenne n’est rien d’autre qu’une « introduction à sa vie », veut livrer le récit divertissant de la société contemporaine, avec ses personnages provocateurs, tels que les lycéens racailles, les jeunes chômeurs, les travailleurs étrangers, qui tous survivent dans la métropole grâce à la solidarité confraternelle. C’est ce qu’il a fait avec Go publié en 200012, roman qui a obtenu le prix Naoki et a été adapté au cinéma. Les œuvres de Kaneshiro font aujourd’hui l’objet d’adaptations dans différents médias qu’on appelle Média Mix Project. Le roman Border est écrit dans le cadre de ce projet et publié successivement en manga, roman et série télévisée.

11Deux romans écrits par les jeunes auteurs de la troisième génération d’immigrés coréens représentent leurs situations actuelles très contrastées : la face inquiétante d’abord, dans le roman de Lee Yondok 李龍徳 (1976- ), Shinitakunattara denwa shite 死にたくなったら電話して (Appelle-moi quand tu veux mourir) — c’est l’histoire du double suicide d’un jeune couple qui s’attire l’un l’autre avec des paroles pleines de venin ; la face optimiste ensuite, avec le roman Jinino pazuru ジニのパズル (Puzzle de Gini), de l’auteure Che Sil 崔実 (1986 -) qui livre des souvenirs de l’école nord-coréenne de Tôkyô où les élèves saluent le portrait du chef de l’État accroché au-dessus des tableaux. Salué pour son intrigue dynamique et son jeune personnage révolutionnaire, ce roman publié en 2016 a été ovationné par les critiques littéraires, et couronné par le prix Gunzo 群像 et deux autres prix littéraires.

Yang Yi, auteure chinoise

12Née à Ha’erbin 哈爾濱 (RPC), l’écrivaine Yang Yi 楊逸 (1964 -) a appris le japonais dans une école de langue à Tôkyô puis s’est inscrite à la faculté pour étudier la géographie. En 1991, elle s’est mariée avec un Japonais et eu 2 enfants. Tout en travaillant dans une maison d’édition chinoise de Tôkyô, elle a écrit Wan chan ワンちゃん (Mademoiselle Wang). Ce premier roman met en scène une intermédiaire qui organise des mariages sino-japonais, ce qui lui procure de substantielles revenus, mais cause autant de problèmes tragi-comiques. Ce roman a été couronné par le prix Bungakukai 文學界 en 2007. L’année suivante, elle a obtenu le prix Akutagawa avec Tokiga nijimu asa 時が滲む朝 (Le matin où s’étale le temps), un roman relatant les vies extraordinaires de trois jeunes personnages qui traversent le monde avant et après les événements de Tian’anmen 天安門, et tentent malgré les circonstances de mener une vie ordinaire, loin des militants révolutionnaires. À part ce roman de grande envergure, ses œuvres se tournent vers des thèmes humoristiques de la vie quotidienne des Chinois au Japon, en déployant des expressions créatives avec certaines compositions originales de caractères chinois.

Poésies japonaises des auteurs venus d’ailleurs

  • 13 Grand poète japonais, fils du philosophe Tanikawa Tetsuzo 谷川 徹三 (1895-1989)

13Né en 1965, Tian Yuan 田原 (Den Gen, selon la prononciation japonaise) est à la fois poète et traducteur de Tanikawa Shuntarô 谷川 俊太郎 (1931 -)13 l’un des plus célèbres poètes du Japon. Il a publié des recueils de poésies en chinois et en japonais dont Ishi no kioku 石の記憶 (La mémoire de la pierre) écrit en japonais, et consacré aux vers offerts en souvenir des victimes du séisme survenu dans la province chinoise du Sichuan 四川en 2008, et pour lequel il a reçu le grand prix de la poésie contemporaine japonaise.

  • 14 Quelques haïkus de l’auteur ont été mis en ligne en version bilingue (japonais-anglais) et sont con (...)
  • 15 Seegan s’écrit 青眼 (yeux bleues) est son nom de plume. Il vit à Nagano depuis 1996 et enseigne la li (...)
  • 16 Voir Issa to wain 一茶とワイン (Issa et le vin). Tôkyô : Kadokawa Gakugei bunko, 2006

14Le haïkiste Dhugal Lindsay (1971- )14 est un Australien qui écrit en japonais et en anglais. Son recueil Mutsugorô むつごろう a été couronné d’un grand prix de haiku en 2001. Il est aussi océanologue et auteur d’une encyclopédie des méduses et des études abyssales. Lindsay et le poète d’origine française Seegan Mabesson (1968 -)15 sont deux haïkistes japonophones qui gardent toujours la forme traditionnelle du haïku, ce qui est rare aujourd’hui par rapport à des haïkistes contemporains. Mabesson écrit alors des essais sur la tradition du haïku mis en rapport avec l’art du vin français16.

Romans autobiographiques ayant recours au classicisme littéraire japonais

  • 17 Tôkyô : Shûeisha, 1999
  • 18 Voir Tabi nikki 旅日記 (Un journal de voyage). Tôkyô : Shûeisha, 2001.

15David Zoppetti (1962 -) est un écrivain suisse né à Genève. Il a fait ses études à Kyoto et a travaillé pour une chaine de télévision japonaise avant d’obtenir le prix Subaru すばる avec son roman Ichigensa いちげんさん (Le client inconnu) en 199617. Dans le registre autobiographique, il a raconté sa vie familiale teintée de double culture dans le roman Fuhô aisaika 不法愛妻家 (L’homme illégal amoureux de sa femme) et a publié son journal de voyages18.

  • 19 Voir Saramu, Shiori kami サラム、白い紙 (Salam, Les feuilles blanches). Bungeishunjû, 2009

16Shirin Nezammafi (1979 -) est auteure iranienne. Née à Téhéran, sa langue maternelle est le persan. Elle a obtenu un diplôme d’ingénieur au Japon et a travaillé dans une entreprise japonaise. Au cours de ses études, elle a publié Salam サラム (2006), roman avec lequel elle a obtenu le prix littéraire des étudiants étrangers. Le récit parle des enfants afghans réfugiés qui ont demandé l’asile politique au Japon. La narratrice, interprète qui peut être identifier à l’auteure, observe le travail du bureau d’immigration avec des difficultés insoutenables du quotidien. Un autre roman toujours autobiographique, Shiroi kami 白い紙 (La feuille blanche), paru en 200919, a été couronné par le prix Bungakukai.

Hideo Levy

  • 20 Tôkyô : Kodansha, 1992. Il a été traduit en allemand, en chinois à Taiwan et en anglais.
  • 21 Tôkyô : Shûeisha, 2016.

17Ian Hideo Levy リービ英雄 (1950 -) est écrivain américain et également traducteur de la poésie classique japonaise. Avec son père, diplomate et spécialiste de l’histoire de Chine, Hideo Levy a vécu plusieurs années de son enfance à Taiwan. Après le divorce de ses parents, il est retourné au pays avec sa mère et a habité à Washington. Il nourrit le désir de retourner en Asie, car il cherche à s’exprimer dans une langue autre que l’anglais. Pour lui, écrire en anglais sur la culture asiatique, c’est obligatoirement un travail de traduction. Or il désire avant tout écrire directement, sans passer par la traduction. C’est ainsi qu’il a composé son premier roman Seijôki ga kikoenai heya 星条旗が聞こえない部屋20 (La chambre où on n’entend plus la bannière étoilée) qui a été couronné par le prix Noma des nouveaux auteurs. Le « Je » narrateur de ce roman transcrit ce que les regards des Japonais expriment. L’auteur analyse la culture japonaise qui pour lui se caractérise par l’expression du visuel. Il ne s’agit pas seulement des regards, mais aussi de l’écriture japonaise qui crée un langage visuel que Levy appelle le langage de l’œil (目の言葉). Dans un roman plus récent Mohankyô 模範郷21 (Le quartier exemplaire), l’auteur se souvient du quartier résidentiel des Japonais pendant la période d’occupation à Taiwan où, plus tard, il a effectivement habité avec sa famille. La maison abandonnée par les Japonais, habitée ensuite par la famille américaine, offre un curieux mélange culturel. En y découvrant des estampes, feuilletant des livres anciens et réécoutant des disques japonais, il a enfin compris pourquoi il doit écrire en japonais bien que n’ayant aucun lien familial au Japon.

Conclusion

18Avec ces écrivains de diverses cultures, nous constatons que la littérature japonaise était jusqu’à récemment quasi réservée à des écrivains natifs à l’écart de la littérature des zainichi. Aujourd’hui encore, les auteurs japonophones, bien que nés au Japon ou y ayant grandi, et bien qu’ils écrivent en japonais sont toujours considérés comme des étrangers détenteurs de carte de séjour. Avec un point de vue extérieur, ils s’interrogent sur la société japonaise et sur ce qui l’anime. À ce stade, ce sont tout à la fois des observateurs, des interprètes et des traducteurs de deux cultures. Grâce à leur position d’« auteur-traducteur », ils permettent aux lecteurs japonais d’entendre une expression littéraire vivifiante ; eux-mêmes, gardant à chaque moment la possibilité de choisir leur langue d’écriture, langue qui leur permet de créer un univers élargi.

Bibliographie sélective

Kim Talsu 金達寿 (1919-1997)

19• Genkainada 玄界灘 (La mer obscure). Tôkyô : Chikuma shobô, 1954
Mikkôsha 密航者 (Visiteur clandestin). Tôkyô : Chikuma shobô, 1963
Nihon no nakano chôsen bunka日本の中の朝鮮文化 (La culture coréenne au Japon). Tôkyô : Asahi shinbunsha, 1971-1991, 12 tomes

Kim Sok-pom 金石範 (1925 -)

20• Kazantô 火山島 (L’île volcanique). Tôkyô : Bungei shunju, 1983, rééd. Tôkyô : Iwanami shoten, 2015, en 7 tomes
• « Zainichi » no shisô 「在日」の思想 (Idées de « zainichi »). Tôkyô : Kôdansha bungei bunko, 2001
Kim Sok-pom sakuhinshû 金石範作品集 (L’œuvre de Kim Sok-pom). Tôkyô : Heibonsha, 2005

Kim Shijon 金時鐘 (1929 -)

21 Zainichi no hazamade 在日のはざまで (Entre les zainichi). Tôkyô : Rippûshobô, 1986
• Genya no shi 原野の詩 (La poésie de champs sauvage). Tôkyô : Rippûshobô, 1991
• Chôsento nihon ni ikiru - Jeju kara Ikarunoe 朝鮮と日本に生きる-済州島から猪飼野へ (Vivre en Corée et au Japon, de Jeju à Ikaruno). Tôkyô : Iwanami shinsho, 2015

Lee Hoesung 李恢成 (1935 -)

22• Kinuta o utsu onna 砧を打つ女 (La femme qui déplie le linge). Tôkyô : Bungei shunjû, 1972
Yakusoku no tochi 約束の土地 (La terre promise). Tôkyô : Kôdansha, 1973
Mihatenu yume 見果てぬ夢 (Rêve éternel). Tôkyô : Kôdansha, 1977-79, 6 tomes
Chijô seikatsusha 地上生活者 (Les habitants sur terre). Tôkyô : Kôdansha, 2005-2011, 4 tomes

Yan Sok-il 梁石日 (1936 -)

23Takushî kyôsôkyoku タクシー狂騒曲 (Rapsodie d’un chauffeur de taxi). Tôkyô : Chikuma bunko, 1981
Raimei 雷鳴 (Le tonnerre). Tôkyô : Tokuma shoten, 1995
Chi to hone 血と骨 (Sang et os). Tôkyô : Gentôsha, 1998
Yami no kodomotachi 闇の子供たち (Les enfants des ténèbres). Tôkyô : Kaihôshuppansha, 2002

Lee Yangji 李良枝 (1955-1992)

24Yuhi 由熙. Tôkyô : Kôdansha, 1989
• Ishino koe 石の声 (La voix de la pierre). Tôkyô : Kôdansha, 1992
Lee Yangji zenshû 李良枝全集 (L’œuvre complète de Lee Yangji). Tôkyô : Kôdansha, 1993

Yu Miri 柳美里 (1968 -)

25• Furuhausu フルハウス (Full house). Tôkyô : Bungei shunjû, 1996
Kazoku shinema 家族シネマ (Jeux de famille). Tôkyô : Kôdansha, 1997
• Mizubeno yurikago
水辺のゆりかご (Le berceau au bord de l’eau). Tôkyô : Kadokawa shoten, 1997
Gôrudorasshu ゴールドラッシュ (Gold Rush). Tôkyô : Shinchôsha, 1998
Nekono ouchi ねこのおうち (La Maison des chats). Tôkyô : Kawade shobô shinsha, 2016

Kaneshiro Kazuki 金城一紀 (1968 -)

26• Go. Tôkyô : Kôdansha, 2000.
Revolution n°3. Tôkyô : Kôdansha, 2001
Fly, Daddy fly. Tôkyô : Kôdansha, 2003
SPEED. Tôkyô : Kadokawa shoten, 2005

Lee Yondok 李龍徳 (1976- )

27• Shinitakunattara denwa shite 死にたくなったら電話して (Appelle-moi quand tu veux mourir). Tôkyô : Kawade shobô shinsha, 2014
Mukuwarenai ningenwa eien ni mukuwarenai 報われない人間は永遠に報われない (Ceux qui ne sont pas récompensés ne seront jamais récompensés). Tôkyô : Kawade shobô shinsha, 2016

Che Sil 崔実 (1986 -)

28• Jinino pazuru ジニのパズル (Puzzle de Gini). Tôkyô : Kôdansha, 2016.

Yang Yi 楊逸 (1964 -)

29• Wan chan ワンちゃん (Mademoiselle Wang). Tôkyô : Bungeishunjû, 2008
Tokiga nijimu asa 時が滲む朝 (Le matin où s’étale le temps). Tôkyô : Bungeishunjû, 2008
Kingyo seikatsu 金魚生活 (La vie des poissons rouges). Tôkyô : Bungeishunjû, 2009
Suki Yaki すき・やき (Suki-yaki). Tôkyô : Shinchôsha, 2009
Ruten no majo 流転の魔女 (La sorcière de la réincarnation). Tôkyô : Bungei shunjû, 2013

Tian Yuan 田原 (1965 -)

30• Ishi no kioku 石の記憶 (La mémoire de la pierre). Tôkyô : Shichôsha, 2009
• Tian Yuan shishû 田原詩集 (Le recueil de la poésie de Tian Yuan). Tôkyô : Shichôsha, 2014
• Yumeno hebi 夢の蛇 (Le serpent de rêve). Tôkyô : Shichôsha, 2015

Dhugal Lindsay (1971- )

31Mutsugorô むつごろう, Fuyô haikukai, 2001
• Shukkô 出航 (Le départ). Bungakuno mori, 2008

Seegan Mabesoon (1968- )

32• Sora aosugite 空青すぎて (Le ciel si bleu). Nagano : Sangetsuan shuppan, 2002
Issa to wain 一茶とワイン (Issa et du vin). Tôkyô : Kadokawa shoten, 2006
Edo no ekorojisuto Issa 江戸のエコロジスト一茶 (Issa, l’écologiste d’Edo). Tôkyô : Kadokawa shoten, 2010.

Lévy Hideo リービ英雄 (1950 -)

33• Seijôkiga kikoenai heya 星条旗が聞こえない部屋 (La chambre où on entend plus la bannière étoilée). Tôkyô : Kôdansha, 1992
• Ten.anmon 天安門 (Tian’anmen). Tôkyô : Kôdansha, 1996
• Kokumin no uta 国民のうた (Le chant du peuple). Tôkyô : Kôdansha, 1998
• Chiji ni kudakete 千々にくだけて (Brisé à mille morceaux). Tôkyô : Kôdansha, 2005
• Karino mizu 仮の水 (L’eau provisoire). Tôkyô : Kôdansha, 2008
• Mohankyô 模範郷 (Le quartier exemplaire). Tôkyô : Shûeisha, 2016.

David Zoppetti (1962 - )

34• Ichigensan いちげんさん (Premier visiteur). Tôkyô : Shûeisha, 1997
Tabinikki A 旅日記A (Un journal de voyage). Tôkyô : Shûeisha, 2001
Fuhô aisaika 不法愛妻家 (L’homme illégal amoureux de sa femme). Tôkyô : Shinchôsha, 2012

Shirin Nezammafi (1979- )

35• Shiroi kami, Saramu 白い紙、サラム (La feuille blanche, Salam). Tôkyô : Bungei shunjû, 2009

Haut de page

Notes

1 En 2016, la ville d’Osaka a recensé près de 70 000 Coréens, plus particulièrement situés dans l’arrondissement d’Ikuno où ils représentaient 14,5% de la population.

2 Plus de 40 000 résidents de l’île ont rejoint le Japon à la suite des événements sanglants qui se sont déroulés à partir du 3 avril 1948 et pendant la répression qui s’en est suivie.

3 Ce roman a été traduit en coréen en 2015.

4 Tôkyô : Rippûshobô, 1986.

5 Tôkyô : Rippûshobô, 1991.

6 L’ouvrage est intitulé : Pourquoi avoir continué à écrire, être resté silencieux – la mémoire de l’incident de Jeju et la littérature, なぜ書きつづけてきたかなぜ沈黙してきたか 済州島四・三事件の記憶と文学. Tôkyô : Heibonsha, 2001.

7 Tôkyô : Bungeishunju, 1972.

8 Les deux films ont été réalisés par Sai Yôichi 崔洋一 : le premier, Tsukiwa dotchi ni deteiru 月はどっちに出ている (La lune se trouve de quel côté) est sorti en 1993, le second, Chi to hone (Sang et os), en 2004.

9 Le film a été sélectionné par le Festival international de Bangkok en 2008 mais n’a pas été diffusé en salle en raison des images non autorisées par l’institut national cinématographique de Thaïlande. Voir l’article en ligne à l’URL : http://www.afpbb.com/articles/-/2520850

10 Le fil Twitter en question est consultable à l’URL : https://twitter.com/yu_miri_0622

11 Yamaori Tetsuo, Komori Yôichi, Ikezawa Natsuki, Yu Miri, Tôhoku gakuin daigaku (sous la direction), Miyagi : Araezo, 2018.

12 Tôkyô : Kôdansha, 2000

13 Grand poète japonais, fils du philosophe Tanikawa Tetsuzo 谷川 徹三 (1895-1989)

14 Quelques haïkus de l’auteur ont été mis en ligne en version bilingue (japonais-anglais) et sont consultables à l’URL : http://simplyhaiku.com/SHv5n2/haiku/Lindsay.html

15 Seegan s’écrit 青眼 (yeux bleues) est son nom de plume. Il vit à Nagano depuis 1996 et enseigne la littérature française à l’Université Shinshû.

16 Voir Issa to wain 一茶とワイン (Issa et le vin). Tôkyô : Kadokawa Gakugei bunko, 2006

17 Tôkyô : Shûeisha, 1999

18 Voir Tabi nikki 旅日記 (Un journal de voyage). Tôkyô : Shûeisha, 2001.

19 Voir Saramu, Shiori kami サラム、白い紙 (Salam, Les feuilles blanches). Bungeishunjû, 2009

20 Tôkyô : Kodansha, 1992. Il a été traduit en allemand, en chinois à Taiwan et en anglais.

21 Tôkyô : Shûeisha, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maki Matsumoto, « La littérature des auteurs japonophones », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 27 décembre 2018, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/955

Haut de page

Auteur

Maki Matsumoto

Docteure ayant soutenu sa thèse intitulée « L’univers romanesque chez Ôe Kenzaburô » sous la direction de Cécile Sakai.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals