Navigation – Plan du site
Science-Fiction et fantastique

L’émergence des littératures de l’imaginaire dans la littérature contemporaine indienne

Hemlata Giri-Loussier

Résumés

La littérature indienne, longtemps limitée dans le cadre du réalisme, sort de son habitude depuis le début du XXIe siècle. Ce genre de « Littératures de l’imaginaire », appelé couramment sous le nom de speculative fiction, prend sous son ombrelle un ensemble de styles littéraires avec des éléments surnaturels et futuristes qui encerclent d’autres genres de la science-fiction, du fantastique, des mythes et de l’anticipation. Une nouvelle génération d’auteurs indiens a surgi dans la dernière décennie et est en pleine émergence en Inde contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette période se réfère à l'ère du néo-romantisme dans la littérature hindi, en particulier la poés (...)
  • 2 L'idéologie marxiste est apparue dans la littérature comme un mouvement littéraire appelé progressi (...)
  • 3 Cette période appelée « expérimentale » a donné une grande importance à la personnalité et à la vie (...)
  • 4 La période se situe approximativement entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, bie (...)

1 L’Inde, comme d’autres pays asiatiques, est un pays qui a un héritage littéraire très riche et abondant. La littérature indienne moderne depuis la fin du XIXe siècle est passée par plusieurs périodes ou écoles littéraires. Vers la fin du XIXe siècle, la plupart des auteurs écrivaient des œuvres patriotiques sous la colonisation britannique. À partir des années 1920, une école dite « ombriste » a surgi, appelée Chhâyâvâd1, désignant la poésie symboliste des années 1920 et 1930. Influencée par le réalisme social d'inspiration marxiste, une école des progressistes, appelée Pragativâd2, nait à la fin des années 1930. Les écrivains de ce mouvement, fortement imprégnés de l'esprit gandhien, décrivaient les réalités rurales de leur époque sans aucune complaisance. La mise en lumière de l'exploitation des classes paysannes et la dénonciation de leurs conditions de travail faisaient l'objet de longues descriptions. Dénoncer les injustices sociales de l'Inde rurale devient le but explicite de cette nouvelle génération d'écrivains. À partir de 1942, une nouvelle école expérimentale appelée Prayogvad3 est née, et s’est inspirée de l'existentialisme de Sartre et Camus. Pour la première fois, le « soi » devient le centre des écrits littéraires et poétiques. Dans les années 1950, le mouvement novateur de la NaîKahânî4, littéralement appelé le « nouveau récit », bénéficie d'un impact considérable dans le champ littéraire avec son style fluide, simple, dont le centre était la vie quotidienne de la classe moyenne. Mais pendant tout ce temps, les sujets réalistes et socialistes prédominaient dans la littérature indienne au détriment des autres genres littéraires.

Littératures de l’imaginaire : Un nouveau genre ?

  • 5 « On the Writing of Speculative Fiction » est un essai de Robert Anson Heinlein, considéré comme l’ (...)

2 Mais depuis quelques années, un genre surgit fréquemment dans la littérature indienne qui est celui des Littératures de l’imaginaire, regroupé couramment dans le monde anglophone sous le nom de Speculative fiction. Il prend sous son ombrelle un ensemble de styles littéraires avec des éléments surnaturels et futuristes qui encercle d’autres genres de la science-fiction, du fantastique, des mythes et de l’anticipation. Même s’il existait auparavant des mentions de la fiction spéculative ou sa variante « littérature spéculative », la plus large utilisation du terme est attribuée à Robert Heinlein, un auteur américain surnommé le « doyen de la littérature de science-fiction », qui y fait référence en 19475 dans un essai éditorial. La fiction spéculative de Heinlein exclut spécifiquement la fantasy (et donc de nombreux autres genres). L’utilisation moderne de la fiction spéculative a évolué à partir des directives strictes de Heinlein, en partie grâce au mouvement de la nouvelle vague en littérature dans les années 1960. Ils ont défendu la fiction spéculative comme moyen de se différencier de la sci-fi de leurs prédécesseurs.

  • 6 Atwood, Margaret, « Why we need SF. », The Hindustan Times, 24 juin 2005 dans Post-colonial Women W (...)
  • 7 Atwood Margaret, In Other Worlds: SF and the Human Imagination, Introduction. Hachette Digital, 201 (...)

3Plus récemment, Margaret Atwood a repris le flambeau de la fiction spéculative. Une collection d'essais de 2011, In Other Worlds: SF and the Human Imagination, contient ses réflexions sur le sujet. Elle discute de l’utilisation confuse de la fiction spéculative : « Certains utilisent la fiction spéculative comme un parapluie couvrant la science-fiction et toutes ses formes à trait d'union — la science-fiction, le fantastique, etc. — et d'autres choisissent l'inverse. »6 En même temps, elle reconnaît que tous ces genres fantastiques vont de pair : « En ce qui concerne les genres, les frontières sont de moins en moins défendues et les choses glissent entre elles avec insouciance […] Tous tirent du même puits profond : ceux imaginaires d'autres mondes situés quelque part en dehors de notre quotidien — dans un autre temps, dans une autre dimension, à travers une porte dans le monde des esprits, ou de l'autre côté du seuil qui sépare le connu de l'inconnu. Science-fiction, fiction spéculative, épée et sorcellerie fantastiques, et fiction de glissement : toutes pourraient être placées sous le même grand “parapluie” »7. Mais nous nous posons la question si toutes les œuvres de science-fiction, du fantastique peuvent être considérées comme « littératures de l’imaginaire ». La réponse sera négative. La clé réside ici dans la racine du mot « spéculer », car la fiction spéculative se distingue en se basant sur des idées inhabituelles et une imagination élevée nourrie des idées possibles et surtout impossibles.

4La différence est dans ce qui est spéculé. La fiction spéculative est une fiction dans laquelle l'auteur spécule sur les résultats de l'évolution de ce qui est réel ou possible. Par conséquent, la chose spéculée doit être plus importante qu'un caractère élémentaire ou l’intrigue. Dans une fiction spéculative, les « lois » de ce monde (explicites ou implicites) sont différentes des nôtres. Voilà pourquoi le terme « créer un nouveau monde » est généralement lié étroitement avec la « fiction spéculative ». Elle exclut donc la science-fiction et l’horreur qui ne spécule pas (i.e., horreur sans éléments surnaturels, ou la science-fiction basée sur la technologie actuelle — considérée souvent comme la technologie démodée pour nourrir l’imaginaire). Ce nouveau genre a vu le jour à cause de l’insatisfaction de certains auteurs avec la limitation du genre de science-fiction. Ils ne voulaient pas être libellés et se restreindre à un seul genre. Le genre des littératures de l’imaginaire est sorti de ce désir d’aller au-delà des conventions du genre de la science-fiction. Avec l’avancée technologique, les littératures de l’imaginaire se renouvellent chaque fois en essayant de franchir le seuil du réel. La science-fiction n’a pas cette chance de se renouveler et même parfois perd son statut car certains romans de science-fiction portant sur le thème du clonage ne tombent plus dans le domaine de la science-fiction comme le clonage est devenu une réalité pour l’époque moderne. La « fiction spéculative » est parfois abrégée « spec-fic », « specfic », « S-F », « SF » ou « sf », mais ces trois dernières abréviations sont ambiguës parce qu’elles ont été longtemps utilisées pour désigner la science-fiction, qui se situe dans cette gamme générale de la littérature.

Remaniement des mythes indiens

  • 8 The Immortals of Meluha (2010), The Secret of the Nagas (2011) et The Oath of the Vayuputras (2013)
  • 9 Ram: Scion of Ikshvaku (2015), Sita: Warrior of Mithila (2017). Un autre roman qui fera partie de c (...)

5Récemment, en raison du développement de l’Inde en tant que géant économique, la situation littéraire connait un nouveau souffle. La littérature indienne, longtemps limitée dans le cadre du réalisme, sort de son habitude depuis le début du XXIe siècle. Cela a amené à l’apparition, cette dernière décennie, d’une nouvelle génération d’auteurs anglophones qui écrit des œuvres appartenant aux littératures de l’imaginaire. L’un des auteurs les plus connus et les plus lus de cette catégorie en Inde contemporaine est Amish Tripathi, diplômé de l’école la plus réputée pour le management en Inde (IIM), il a travaillé dans le domaine de la finance pendant quatorze ans et a renoncé à sa carrière pour devenir auteur. Dans une interview, il a avoué que quand il était jeune, il voulait devenir historien mais qu’il était plus « pragmatique » de devenir financier. Depuis 2010, il a écrit cinq romans — les trois premiers font partie d’une trilogie sur le dieu Shiva publiés entre 2010 et 20138 et les deux autres font partie d’une série sur le Dieu Râma publiés entre 2015 et 20179. D’où vient l’inspiration pour devenir auteur pour ce financier ? Dans une interview donnée au journal Wall Street, il avoue :

  • 10 « Meet Amish Tripathi, Million Dollar Author », l’article écrit par Preetika Rana et publié en lign (...)

Tout a commencé il y a neuf ans quand ma famille et moi regardions une série télévisée historique. En Inde, nous appelons nos dieux typiquement les Devas, et les démons les Asuras. Ce que nous avons découvert au cours du programme était que les Perses zoroastriens appellent leurs dieux Asuras et les démons Devas, à l'opposé du panthéon indien. Cela a déclenché un débat intéressant dans la famille : « Et si les anciens Indiens et les anciens Perses s’étaient rencontrés ? Peut-être qu'ils appelleraient l’autre civilisation “malveillante” parce que leur dieu serait démon de l'autre, et vice-versa. Qui aurait raison ? Personne, en avons-nous conclu »10.

6La première trilogie contemple donc la perception du mal. Est-ce qu’une seule définition du mal existe ? Selon l’auteur, la réponse est non car chaque civilisation ne progresse pas de la même façon, ni avec les mêmes idées et ni avec la même perception. Dans la trilogie, les trois romans sont une nouvelle interprétation de la vie du dieu Shiva, qui est considéré comme un humain et qui devient Dieu plus tard grâce à ses Karma. Sur son site officiel, l’écrivain a dit :

  • 11 « Theory on Indian Gods ». Amish Tripathi Official Website. Vu le 13 November 2011.

Les dieux hindous n'étaient probablement pas « des êtres mythiques ou un produit d'une imagination riche », mais plutôt des êtres humains comme le reste. C'était leurs actes dans la vie humaine qui les rendaient célèbres en tant que dieux11.

  • 12 « Shiva As a Tibetan Hero » article écrit par Dibyajyoti Choudhuri pour le journal The Times of Ind (...)

7Rashmi Pusalkar, une amie de l’écrivain qui a conçu la couverture des romans, voulait aussi maintenir cet équilibre entre la réalité et la fantaisie. Elle a estimé que la tâche était plus ardue pour elle, et a expliqué : « Shiva est un être humain de chair et de sang, il n’est pas un Dieu. Le défi était de le montrer aussi vulnérable. Je l’ai dessiné de dos, parce que les dieux indiens ne sont jamais vus de dos. Il a des cicatrices de combat et il a un physique sculpté. »12

  • 13 Une boisson rituelle védique qui donne l’immortalité. Somaras signifie littéralement « distiller, e (...)

8Dans cette trilogie, Shiva est vu comme un être humain, plus solide que les autres, qui a pris la décision de libérer le monde de Somrasa13, une boisson sacrée qui rendait le peuple immortel et parfois déformé. L’histoire est complètement remaniée de façon originale qui incite à réfléchir sur la mythologie indienne d’une façon différente et novatrice. Certains faits de la mythologie sont changés entièrement par exemple : le double mariage de Sati, Ganesh vu comme l’enfant de Sati issu du premier mariage, les deux mains supplémentaires de la déesse Kali et le visage d’éléphant de Ganesha est vu comme une déformation due à la consommation de Somrasa. L’auteur se laisse aussi inspiré par la mythologie indienne selon laquelle Shiva est toujours représenté avec une gorge bleue à cause de la rétention de Somrasa dans sa gorge et c’est pourquoi on l’appelle souvent Neelkantha — celui qui a une gorge bleue.

9La trilogie de Shiva est devenue la série de livres la plus rapidement vendue dans l'histoire de l'édition indienne, avec 2,5 millions d'exemplaires en version imprimée et a gagné 9,3 millions de dollars dans les ventes. Les romans de Tripathi ont été traduits dans plusieurs langues, y compris le tamoul, l'hindi, le télougou, le bengali, le gujarati, l'assamais, le malayalam, le marathi, le kannada, l'oriya, l'estonien, l'espagnol, le portugais, l'indonésien et le polonais. Le magazine Forbes India a classé l’auteur parmi les cent premières célébrités en Inde quatre fois de suite en 2012, 2013, 2014 et 2015.

  • 14 Le fondateur de la dynastie de Suryavanshi ou la dynastie du soleil. Le roi Rama en faisait partie.
  • 15 Le Ramayana est la plus courte des deux épopées mythologiques de langue sanskrite composées entre l (...)
  • 16 Dans la mythologie indienne, on dit que Sita a été découverte dans un sillon dans un champ labouré, (...)

10La série du dieu Rama comprend deux romans mythiques. Le premier, Scion of Ikshvaku14, a été publié en juin 2015. L'histoire commence par le roi d'Ayodhya, Dashrath, qui lors d’une guerre, venait d’être vaincu par un commerçant sri lankais appelé Rāvana, et par la naissance de son fils Râma. Le roman raconte l'enfance de Râma, ainsi que la politique entourant son ascension au trône, et finalement son exil de quatorze ans, accompagné par sa femme Sita et son frère Lakshmana. Mais l’histoire se termine par l’enlèvement de Sita par Rāvana. L’histoire nous rappelle bien évidement le Râmâyana15 mais comme la dernière série, certains faits ont été racontés différemment. Un épisode de viol rappelle aussi le viol d’une fille à New Delhi en 2012 dans laquelle un des coupables était mineur. Comme dans la trilogie de Shiva, la caractérisation des femmes avait une forte perspective féminine dans Scion of Ikshvaku dans lequel Manthara, servante dans le Râmâyana, est décrite comme une femme d’affaires. L’objectif du roman est aussi de réfléchir sur le statut de dieu donné à Râma. Quelques personnes se posent des questions sur l’abandon de Sita par Râma, après son retour du Sri Lanka. Peut-on considérer une telle personne comme un dieu ? L’auteur explique que l’abandon de sa femme était un aspect de sa vie privée car dans le domaine public, ses décisions étaient toujours justes. Le deuxième volet Sita : Warrior of Mithila a été publié à la fin du mois de mai 2017. Dans ce roman, l’auteur décrit Sita16 comme une orpheline adoptée par le roi de Mithila (Janak) et son parcours en tant que princesse, femme de Râma et aussi en tant que guerrière ; un aspect inexploité de la personnalité de Sita dans les textes mythologiques. La perspective intéressante dans ces romans est une interprétation nouvelle de la mythologie indienne et leur questionnement dans le contexte actuel.

Questionnement des mythes indiens

  • 17 Le Mahābhārata est une épopée sanskrite de la mythologie hindoue comportant, selon le décompte de l (...)

11À ce sujet, une autre écrivaine indienne, Chitra Banerjee Divakaruni, questionne le mythe du Mahābhārata17 et le statut de Draupadi, femme des Pandavas, dans son roman Le Palais des illusions publié en 2008. Ce roman donne une place importante au personnage de Draupadi qui reste dans le Mahābhārata un personnage secondaire. Elle est vue comme quelqu’un qui met en place quelques situations qui alimentent la grande guerre du Mahābhārata. L'auteur utilise bien la possibilité de faire répéter par Draupadi des confidences qui lui ont été faites par d'autres personnages. Elle peut raconter sa propre naissance, ainsi que d’autres événements importants. En ce qui concerne la guerre, l'auteur a imaginé un audacieux stratagème, celui de donner à Draupadi un super-pouvoir lui permettant de voir les combats comme si elle y était, en rentrant même dans la tête des personnages.

  • 18 C’est l’ensemble des lois qui incluent la loi éternelle de la morale, du devoir, de la vertu et de (...)

12Ainsi, c’est une réécriture du Mahābhārata qui pose des questions sur la notion de Dharma18. En voici un exemple : quand une parole prononcée par Kunti conduit Draupadi à épouser non seulement un de ses fils, mais aussi ses quatre frères (Yudhishtir, Bheem, Nakul et Sahadeva), l’auteur soulève une question importante sur le dharma par le biais de la gouvernante de Draupadi :

  • 19 Chitra Banerjee Divakaruni, Le Palais des illusions. Arles : Éditions Philippe Picquier, coll. « Pi (...)

« Cinq maris ! » Elle se frappa le front de dégoût. « Maintenant j'en suis sûre, c'est un charlatan ! Je n'ai jamais, de toute ma vie, entendu parler d'une femme avec plus d'un mari ! Tu sais comment nos Shastras appellent les femmes qui ont connu plus d'un homme, tu le sais ? Mais personne ne trouve rien à redire au fait que les hommes couchent avec des femmes différentes chaque jour de la semaine ! Peux-tu imaginer le roi ton père, honnête comme il est, accepter une chose aussi scandaleuse ? »19

13L’écrivaine se demande quel dharma aurait pu accepter une chose pareille à cette époque qui est même inacceptable dans la société actuelle. Ces romans cités ci-dessus questionnent voire critiquent ces mythes longtemps vénérés par les Indiens.

Spéculation pour tout réinventer

14Tandis que ces deux derniers auteurs se focalisent sur la réécriture de ces mythes indiens, il y en a d’autres comme Krishnarjun Bhattacharya, auteur de Tantric trilogy (2014-), et Samit Basu, auteur de Game World Trilogy (2004-2007), qui plongent leurs lecteurs dans le monde de la fantasy, de la science-fiction et aussi du fantastique. Krishnarjun Bhattacharya est un conteur, cinéaste et concepteur de jeux. Il est diplômé en cinéma et en communication vidéo à l'Institut national de design (Ahmedabad), et a un Master en montage vidéo de l'Institut du cinéma et de la télévision de l'Inde (Pune). Il a aussi obtenu la bourse de l’Académie Nationale d’Art pour la meilleure Photographie. Souvent, il voyage dans le pays comme narrateur de contes à travers une tournée de spectacles intitulée Contes du surnaturel. Les deux premiers romans de sa trilogie conduisent dans l’obscurité totale d’un monde dystopique. Tantrics of Old, le premier, est un roman fantastique sombre, dans lequel Adri Sen, tantrique traître, vit illégalement à New Kolkata et se réveille pour trouver la Mort assise au pied de son lit. Il a 24 heures pour mettre ses affaires en ordre avant que la Mort soit de retour pour son âme. En espérant échapper aux griffes de la Mort et découvrir qui est derrière le complot pour le tuer, le tantrique va dans les zones ravagées par la guerre de Old Kolkata où il doit utiliser toutes ses connaissances et ses capacités pour survivre dans le terrain vague de la vieille ville. La suite de la série, Horsemen of Old, est complètement dédiée à la recherche d’Adri qui a échappé à la Mort. Les autres personnages secondaires prennent la responsabilité de chercher Adri et leur quête les amène dans un Bombay glacé. À l’exception du premier roman, la suite se déroule dans l’environnement qui nous donne un aperçu de l’ensemble du vieux pays où presque toutes les grandes villes sont mentionnées ou explorées. Situé dans des lieux magiques, post-apocalyptiques, ou dans un univers alternatif qui est peuplé de démons, sorciers, tantriques/nécromanciens, anges et autres, ces romans sont considérés comme une grande fiction spéculative de la littérature moderne indienne. L’auteur est en train de rédiger le dernier roman intitulé Mythes of Old qui va bientôt paraître.

15Le dernier auteur, Samit Basu, est un romancier indien dont l'œuvre comprend des romans fantastiques et de super-héros, des livres pour enfants, des romans graphiques et des nouvelles. Avant de devenir écrivain, il a fait des études d’économie. Il a abandonné son diplôme de l’école de management la plus réputée (IIM) pour écrire son premier roman. Plus tard, il a été diplôme dans l’audiovisuel et les films documentaires à l'Université de Westminster, à Londres. Les œuvres qui nous intéressent font partie de la Trilogie de Game World commencée en 2004. Ses romans sont un mélange hétéroclite de fantasy orientale et occidentale, avec un grand bestiaire de créatures de traditions mythiques mondiales à la fois anciennes et modernes — Vanars, dragons, manticores, démons et divers autres, souvent avec des rebondissements intéressants.

16L'histoire tourne autour de deux prophéties d’une grande guerre, deux siècles avant que les événements dans le livre aient lieu — l’une prédisant le retour du grand démon Danh-Gem, et l'autre révélant qu'un héros se lèverait pour défier les démons. Comme le jour du soulèvement de Danh-Gem se rapproche, le héros est envoyé dans une quête. Nous apprenons par le biais d’un autre personnage les choses terribles que le héros doit faire dans le secret afin de sauver le monde des démons. Cette série n’a pas qu’un seul héros parfait mais deux. L’auteur laisse le choix au public de choisir son propre héros.

17Les éléments thématiques émergents comprennent la distinction entre le Bien et le Mal, la subjectivité de l'histoire et l'animosité entre les races. Il y a beaucoup de références culturelles, qui vont des Beatles, à Star Wars. Dans ses romans, les Monty Python rencontrent le Râmâyana, Alice au pays des merveilles rencontre le Seigneur des Anneaux et Les Mille et Une Nuits rencontrent Robin des bois. C’est un tour de force à couper le souffle dans un monde peuplé de différentes races et cultures, de mythologies et d'Histoires. L'univers créé par l'auteur comprend des éléments de la mythologie indienne avec ceux d'autres mythologies. L’intrigue et les personnages s’ajoutent à l'humour.

18Malgré, le potentiel de ce genre, il n’est pas accepté en Inde en tant que « littérature sérieuse » et est considéré de qualité inférieure devant les grands classiques. De plus, comme certains auteurs de cette nouvelle génération n’ont pas choisi l’écriture comme premier métier, ils n’ont pas facilement accès aux grandes maisons d’édition. C’est pourquoi ils sont obligés de faire leur propre publicité par le biais de vidéos sur Youtube ou d’autres plateformes informatiques. C’est le cas d’Amish Tripathi20 et Krishnarjun Bhattacharya21.Ils ont aussi été découragés par les maisons d’édition qui ont rejeté leurs ouvrages parce qu’elles avaient l’impression que la nouvelle génération ne s’intéresserait pas aux mythologies. Amish Tripathi, dont les romans ont eu un énorme succès, raconte sa propre expérience dans un entretien :

  • 22 « Meet Amish Tripathi, Million Dollar Author », article écrit par Preetika Rana et publié en ligne (...)

« Notre marché principal — la jeunesse — ne s'intéresse pas à la mythologie. Il n'y a aucun moyen que ce livre puisse se vendre », m'a dit un éditeur. « Va écrire une histoire d'amour. Peut-être baser un roman sur vos jours de collège. C'est ce qui se vend », suggéra un autre. Autant que je me souvienne, plus de vingt éditeurs ont rejeté le livre en affirmant qu'il n’aurait jamais d’écho dans la jeunesse de l'Inde22.

19Mais au contraire, la nouvelle littérature indienne anglophone indique une nouvelle étape en Inde qui plonge dans une vision de l'avenir plutôt que dans le ressassement du passé, soit par le biais de la réécriture des mythes soit par la science-fiction. Cette littérature anglophone est probablement une catégorie littéraire mieux équipée pour projeter l'avenir indien au niveau mondial car son lectorat potentiel ne peut pas être limité à la sphère domestique puisque la plupart de ces œuvres sont même traduites dans les langues régionales indiennes ainsi qu’étrangères. En créant un espace de lecture parallèle, ces auteurs tentent de négocier avec les mondes occidentaux et indiens. Pourtant, jusqu'à ce jour, cela reste un champ littéraire largement ignoré, le défi serait donc d’accepter ces romans pas en tant que littérature légère mais de leur donner une certaine valeur littéraire bien méritée.

Haut de page

Notes

1 Cette période se réfère à l'ère du néo-romantisme dans la littérature hindi, en particulier la poésie entre 1922-1938 et a été marquée par une recrudescence du contenu romantique et humaniste. Il est connu pour son penchant vers les thèmes de l'amour et de la nature, ainsi qu'une réappropriation individualiste de la tradition indienne dans une nouvelle forme de mysticisme, exprimée à travers une voix subjective.

2 L'idéologie marxiste est apparue dans la littérature comme un mouvement littéraire appelé progressiste. Il voit la société comme exploitante et exploitée. Avec la classe ouvrière progressiste, il soutient la tentative d'amener la conscience dans la classe opprimée et l’organise en établissant une société sans exploitation. Il parle d'exploitation et de renversement du capitalisme, de la féodalité, des institutions religieuses. Le mouvement progressiste dans la littérature hindi est né dès le début de l’année 1936 quand a eu lieu la première conférence de l'association des écrivains progressistes à Lucknow.

3 Cette période appelée « expérimentale » a donné une grande importance à la personnalité et à la vie privée pour la première fois dans la littérature. Soulignant l’importance de chaque moment de la vie, elle incite à la vivre pleinement. La poésie expérimentale insiste sur l'acceptation naturelle de l'amour et aussi des relations sexuelles, ignorées auparavant.

4 La période se situe approximativement entre la fin des années 1950 et le début des années 1960, bien que la date de fin du mouvement demeure floue et indéterminée. Les récits du style « nouveau récit » portaient principalement sur les problèmes entre les sexes, en particulier avec l'émergence de la femme qui travaille. Le contexte était une Inde nouvellement indépendante qui s'urbanise et s'industrialise rapidement. Le style de la prose reflétait cette difficulté dans les négociations quotidiennes de la vie et du travail urbains.

5 « On the Writing of Speculative Fiction » est un essai de Robert Anson Heinlein, considéré comme l’un des auteurs les plus renommés de la science-fiction du XXe siècle. Cet essai a été publié pour la première fois en 1947. Édité par Lloyd Arthur Eshbach, Fantasy Press, 1947.

6 Atwood, Margaret, « Why we need SF. », The Hindustan Times, 24 juin 2005 dans Post-colonial Women Writers: New Perspectives par Sunita Sinha, Atlantic Publishers, 2008, p. 100

7 Atwood Margaret, In Other Worlds: SF and the Human Imagination, Introduction. Hachette Digital, 2011.

8 The Immortals of Meluha (2010), The Secret of the Nagas (2011) et The Oath of the Vayuputras (2013)

9 Ram: Scion of Ikshvaku (2015), Sita: Warrior of Mithila (2017). Un autre roman qui fera partie de cette trilogie sera publié en 2018 sous le titre Raavan: Orphan of Aryavarta.

10 « Meet Amish Tripathi, Million Dollar Author », l’article écrit par Preetika Rana et publié en ligne le 16 mars 2013 : https://blogs.wsj.com/indiarealtime/2013/03/16/meet-amish-tripathi-million-dollar-author/ consulté le 23 mai 2017

11 « Theory on Indian Gods ». Amish Tripathi Official Website. Vu le 13 November 2011.

12 « Shiva As a Tibetan Hero » article écrit par Dibyajyoti Choudhuri pour le journal The Times of India, publié le 11 août 2012. Consulté le 23 mai 2017.

13 Une boisson rituelle védique qui donne l’immortalité. Somaras signifie littéralement « distiller, extraire, saupoudrer », souvent lié au contexte des rituels. Il y a beaucoup de spéculations concernant ce qui est le plus susceptible d'être l'identité de la plante originale.

14 Le fondateur de la dynastie de Suryavanshi ou la dynastie du soleil. Le roi Rama en faisait partie.

15 Le Ramayana est la plus courte des deux épopées mythologiques de langue sanskrite composées entre le IIIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle de notre ère. Constitué de sept chapitres et de 24 000 couplets (48 000 vers), le Râmâyana est, comme le Mahâbhârata, l'un des textes fondamentaux de l'hindouisme et de la mythologie hindoue.

16 Dans la mythologie indienne, on dit que Sita a été découverte dans un sillon dans un champ labouré, que l'on croit être Sitamarhi dans la région de Mithila de l'actuel Bihar, et pour cette raison est considérée comme une fille de Bhūmi (la déesse de la terre). Elle devient la fille adoptive du roi Janaka.

17 Le Mahābhārata est une épopée sanskrite de la mythologie hindoue comportant, selon le décompte de l’auteur Vyâsa, 81 936 strophes réparties en dix-huit livres. Datant des derniers siècles av. J.-C., c'est une saga mythico-historique qui est considérée comme la plus grande épopée jamais composée.

18 C’est l’ensemble des lois qui incluent la loi éternelle de la morale, du devoir, de la vertu et de la droiture dans l’ordre universel cosmique.

19 Chitra Banerjee Divakaruni, Le Palais des illusions. Arles : Éditions Philippe Picquier, coll. « Picquier poche », 2011, p. 42.

20 Voir la publicité pour la trilogie de Shiva sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=tMZmEyDU0xA

21 Voir la publicité pour le roman Tantrics of Old sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=DckdjBAY4Gk

22 « Meet Amish Tripathi, Million Dollar Author », article écrit par Preetika Rana et publié en ligne le 16 mars 2013 : https://blogs.wsj.com/indiarealtime/2013/03/16/meet-amish-tripathi-million-dollar-author/ consulté le 23 mai 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hemlata Giri-Loussier, « L’émergence des littératures de l’imaginaire dans la littérature contemporaine indienne », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 22 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/959

Haut de page

Auteur

Hemlata Giri-Loussier

Docteure en Littérature et Civilisation françaises de l’université de Sorbonne Nouvelle – Paris III et de l’université de Delhi (Inde). Sa thèse portait sur les éléments utopiques et dystopiques dans les œuvres d’Émile Zola et de Michel Houellebecq. Depuis, elle s’intéresse à la littérature française et indienne des XIXe et XXe siècles, ainsi qu’aux Littératures de l’Imaginaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals