Navigation – Plan du site
Nouveaux médias, nouvelles possibilités

La cyberlittérature chinoise

Nouveau média, nouveaux enjeux
Yimei Li

Résumés

La littérature sur Internet n’est pas une spécificité chinoise, mais elle a pris en Chine des proportions considérables et un visage très particulier, ce qui en fait un phénomène unique au monde. Internet, espace littéraire vierge, y a été investi par la littérature de divertissement, forme d’expression qui n’avait pas sa place sur la scène littéraire traditionnelle chinoise. D’abord activité de loisir de quelques étudiants en séjour à l’étranger, la cyberlittérature chinoise est très vite devenue commerciale, et est désormais un secteur économique important et en pleine expansion. La cyberlittérature bouscule ainsi les habitudes littéraires, économiques, mais aussi politiques. Dans cette présentation, nous tenterons de présenter ce qu’est la cyberlittérature chinoise, ainsi que l’ensemble des enjeux qu’elle soulève.

Haut de page

Texte intégral

1La cyberlittérature chinoise est un phénomène relativement nouveau et très intéressant, non pas par son originalité technique ou littéraire qui reste relative, mais par sa signification sociale. Commençons par en donner une définition rapide. Tout d’abord, nous devons la différencier de la cyberlittérature au sens occidental, ou littérature informatique, qui est une littérature créée grâce aux outils informatiques modernes : en faisant usage de l’hypertexte, en combinant texte et son, musique, image et autres « hypermédias », ou encore en se servant d’automates littéraires et de l’écriture par algorithmes. C’est le lieu d’une exploration technique et l’occasion d’utiliser les nouveaux moyens mis à disposition par l’informatique en réseaux, pour créer une littérature expérimentale.

2Mais les enjeux de la littérature Internet chinoise se situent très loin de cette démarche. La cyberlittérature chinoise désigne toute littérature produite sur Internet, c’est une littérature populaire dont la plupart des œuvres sont des romans de genre. Elle n’est au fond qu’une littérature traditionnelle (la preuve en est que l’on peut très bien imprimer un roman internet sans perdre du contenu), à ce « détail » près qu’elle est rédigée sur le Web.

3Cependant, si en Chine il n’y a ni différence formelle, ni incompatibilité entre cyberlittérature et littérature traditionnelle, les deux types d’œuvres sont différents, à tel point qu’ils appartiennent pour ainsi dire à deux mondes séparés. Ces deux littératures sont différentes parce qu’elles ne traitent pas des mêmes sujets, ne sont pas écrites, lues et éditées par les mêmes personnes, elles n’ont pas les mêmes fonctions et ne sont pas censurées de la même manière. En un mot, les différences ne sont pas formelles, elles sont politiques, économiques et sociales.

  • 1 Su Xiaofang 苏晓芳, Wangluo yu xinshiji wenxue 网络与新世纪文学 (Internet et la littérature de la nouvelle ère (...)

4La création littéraire en langue chinoise sur internet a commencé tout d’abord sur le continent nord-américain dans les années 1992-1993, et est le fait d’étudiants chinois, qui ont publié nouvelles, essais et poésies sur des forums. La première œuvre cyberlittéraire est la nouvelle « Fendou yu pingdeng » 奋斗与平等 (Lutte et égalité) écrite par Shaojun 少君 (1960-)1. Parmi ces premiers auteurs internet, les plus connus sont Tuya 图雅 (vers 1950-), Fang Zhouzi 方舟子 (1967-) et Baihe 百合 (date inconnue).

5En 1998, Cai Zhiheng 蔡智恒 (1969-), un étudiant taiwanais, dont le surnom est « Cai la canaille » (Pizi Cai 痞子蔡), a publié son roman Diyici qinmi jiechu 第一次亲密接触 (Le premier contact intime) sur BBS (système de bulletins électroniques) de manière épistolaire. L’auteur n’aurait pu imaginer un tel succès pour son roman, ni son influence sur la création littéraire en ligne. Cet événement constitue le premier succès d'un nouveau genre de littérature, appelé « cyberlittérature ».

6Désormais, suite au développement de l’internet, les sites de cyberlittérature prospèrent sur le continent chinois. En 2003, Wu Wenhui 吴文辉 (1978-), diplômé en informatique à l’Université de Pékin, a créé en ligne un forum de discussion : l’Association pour la Fantasy Orientale (Xuanhuan wenxue 玄幻文学), c’était le précurseur du site Qidian 起点. Avant cela, les sites cyberlittéraires étaient gratuits, pas du tout commerciaux et les écrivains amateurs écrivaient et publiaient leurs œuvres seulement en raison de leur « désir d’écrire » ou du besoin de s’exprimer, ils ne pensaient pas en vivre. Avec la naissance de la fantasy orientale, Wu Wenhui a conçu et dirigé le premier système d’édition et de paiement, ainsi que de gestion du contenu, dans le monde de la cyberlittérature. La cyberlittérature n’est désormais plus gratuite : lorsqu’une œuvre devient « œuvre VIP », les droits d’auteurs sont fixés à deux centimes de yuan par millier de caractères lus. Le premier janvier 2005, Qidian est entré officiellement dans sa période d’exploitation. Chaque centime a été réparti de la façon suivante : 70% pour l’écrivain et 30% pour le site. « La rémunération VIP » a dans le même temps résolu le problème des intérêts des auteurs, des lecteurs et des sites. C’est devenu le modèle de rémunération pour cette activité. Aujourd'hui, Qidian fait partie de la société Shengda Literature Limited qui possède sept sites de littérature réputés, trois maisons d'édition et une société de production de cinéma et de télévision.

7Avec les nombreux succès de la cyberlittérature, le monde littéraire est désormais obligé de tourner son regard vers le phénomène de la création littéraire libre en ligne.

8Les recherches à ce sujet ont été fructueuses. En 2011, le département de chinois de l’Université de Pékin, bastion de l’étude de la littérature contemporaine chinoise, a ouvert un cours d’« étude de la cyberlittérature » remplaçant l’ancien cours d’ « études des périodiques littéraires ». En 2013, L’Association des Écrivains Chinois, qui est un organe officiel, a créé une commission d’étude de la cyberlittérature. La même année, a été créé l’Université de la Cyberlittérature, gratuite et d’intérêt public, pour y former des écrivains, dont le doyen est le prix Nobel Mo Yan 莫言 (1955-). L’université a prévu de former cent mille écrivains sur internet. En 2014, l’Institut de l’art visuel de Shanghai a créé la première licence en cyberlittérature.

9D’après un rapport du Centre chinois d’information sur l’Internet (Zhongguo hulianwang xinxi zhongxin 中国互联网信息中心), à la fin de l’année 2016, le nombre d’internautes chinois était équivalent au nombre total de la population européenne (soit 731 millions), et le nombre de consommateurs de cyberlittérature atteignait 333 millions (ce chiffre comprend l’ensemble des auteurs et des lecteurs), ce qui montre que près de la moitié des internautes lisent et écrivent de la cyberlittérature.

10La cyberlittérature est produite sur Internet par des auteurs dont l’immense majorité est constituée d’amateurs anonymes, qui ont entre dix-neuf et trente-neuf ans. Les auteurs viennent de tous les métiers, mais la plupart sont des étudiants, des professions libérales, des gérants d’entreprise ou des employés. Auparavant, beaucoup d’entre eux écrivaient pour le plaisir et ne recevaient pas d’argent, mais depuis la création du système de « rémunération VIP », pour devenir écrivain professionnel, ils doivent tous les jours écrire au moins trois milles caractères pour retenir leurs lecteurs et entrer en compétition. Par exemple, Tangjia Sanshao 唐家三少 (1981-) a déclaré qu’il lui était arrivé d’écrire chaque jour au moins huit mille caractères pendant treize ans sans manquer une seule journée2. Depuis 2004, il a déjà écrit cent soixante romans, ce qui fait au total quarante millions de caractères3.

11Parmi les lecteurs, les hommes sont un peu plus nombreux que les femmes, le niveau d’éducation est principalement équivalent à celui du collège-lycée. Tous les jours, les lecteurs peuvent lire sur le site littéraire via un ordinateur, ou un téléphone portable. Les lecteurs se servent de plus en plus de leur smartphone pour lire, parce que cela est plus pratique, on peut lire à tout moment.

12Le modèle économique de la cyberlittérature est ainsi en pleine mutation. On est passé du modèle « création-acception » à celui de « production-consommation ». Les auteurs s’inscrivent sur le site littéraire et publient régulièrement leurs œuvres. En fonction du nombre de clics qu’atteignent leurs œuvres, les sites passent des contrats avec l’auteur. Les œuvres les plus lues pourront être ensuite publiées sur papier.

  • 4 Tang Yunyun 唐云云,Tangjiasanshao 1.22yi niandu banshui shouru Rongdeng wangluo zuojiabang shoufu 唐家三少 (...)

13Certains sites proposent une bourse (plusieurs centaines de yuans par mois) à condition d’écrire un nombre minimum de caractères par jour. La littérature internet est devenue une partie d’une chaîne de production : les droits peuvent être revendus à des studios de cinéma ou des entreprises de jeux vidéos. Cela est devenu une mode dans le monde cyberlittéraire. Tangjia Sanshao a reconnu que les revenus de son activité littéraire ne représentaient qu’une petite partie de sa rémunération (entre 2% et 3%). Il gagne beaucoup plus avec les royalties. En 2016 il a gagné cent vingt-deux millions de Renminbi, ce qui lui a permis d’entrer au top du Palmarès des écrivains les plus riches de Chine4.

14Nous avons vu plus haut que la cyberlittérature n’était pas fondamentalement différente de la littérature traditionnelle, mais qu’en revanche, le média particulier qu’est Internet a créé les conditions d’un développement particulier. Il existe ainsi une sorte de genre littéraire nommé cyberlittérature, que nous nous proposons de présenter rapidement.

15Par rapport à la littérature traditionnelle, la caractéristique principale du contenu de la cyberlittérature est la recherche de nouveauté, l’extraordinaire, une imagination débordante et une expression sans entraves, touchant à l’ancien comme au nouveau, à la vérité et à l’illusion, aux hommes comme aux esprits. Bien entendu, tous ces aspects ont déjà été abordés dans la littérature classique, mais le « cyberroman » les réunit souvent dans une seule œuvre.

16La cyberlittérature est avant tout une littérature de divertissement. Elle est facile à lire, elle ne demande pas une réflexion très poussée. L’accent est mis sur l’intrigue et la nouveauté. Le lecteur cherche à oublier ses soucis en s’immergeant dans un nouvel univers. La cyberlittérature ne coûte pas cher : pour une fraction de yuan, on peut lire des milliers de caractères. Les romans sont souvent assez longs, comptant des millions de caractères, et des centaines de chapitres, comme par exemple Guichuideng 鬼吹灯 (Le fantôme éteint la lampe) qui compte 1,945 million de caractères, et 543 paragraphes. Un autre roman, Yinyangguiyi 阴阳鬼医 (Le médecin des fantômes) compte 5,97 millions de caractères, et 2910 paragraphes ont été publiés à ce jour (car le feuilleton continue).

17La cyberlittérature est basée sur le roman de genre. Il est en général de type fantastique ou d’amour, mais il y a de nombreuses sous-catégories : il y en a pour tous les goûts, et chaque type de lecteur est ciblé. Il y a même des romans pour les femmes (amour, voyage dans le temps, littérature du gynécée) et des romans pour les hommes (guerre, fantastique, art martiaux, jeux vidéos, compétition sportive). Deux nouvelles sous-catégories sont récemment apparues : le « roman de show biz » et le « roman gastronomique ».

18Depuis sa naissance, la cyberlittérature cherche en effet à être un espace de liberté, où l’on peut « écrire librement », « publier librement », et « circuler librement ». Mais Internet crée-t-il vraiment un monde utopique pour la littérature ? Au début de son développement, elle était malaimée, méprisée par la critique littéraire et le monde littéraire, et bien que certains des premiers « cyber-romans » eussent un aspect politique très affirmé, voire contestataire, cela n'a pas attiré́ l’attention de la censure. Mais à présent que les auteurs et les lecteurs sont très nombreux, la censure se fait de plus en plus sévère, visant les contenus dits « pornographiques » et politiques. Tous les sites de littérature internet officiels ont instauré́ un processus de censure à deux étapes : un premier examen par la rédaction de la plateforme, puis par une recherche internet utilisant l'intelligence artificielle. Les dénonciations de lecteurs peuvent aussi servir de base à la censure. Ce que l’on censure d’abord, ce sont les mots « sensibles ». S’il y a des mots sensibles dans un texte, le texte sera soit mis « derrière un écran » (bei pingbi 被屏蔽), c’est-à-dire qu’il ne pourra pas être affiché, soit « harmonisé » (hexie 和谐), ce qui veut dire que le texte sera affiché, mais que les mots sensibles seront remplacés automatiquement par des astérisques. En ce qui concerne le contenu, le censure cible l’érotisme, la mafia, et les aspects sensibles de la politique.

19Une étape décisive dans l’histoire de la censure est le mouvement de « purification de l’internet » (Jingwang yundong 净网运动), campagne de 2014. Depuis, les sujets politiques et sexuels sont interdits. Ainsi, en juin 2014, Ding Yi 丁一 (1988-), l’écrivain célèbre du site Jinjiang 晋江, de son nom de plume « loup gris ailé » (Zhang chibang de dahuilang 长翅膀的大灰狼), a été arrêté à cause de ses trois romans classés comme pornographiques par les autorités, ainsi que ses romans vendus sans ISBN sur Taobao, le principal site de vente en ligne de Chine.

20Il existe actuellement quatre formes principales de censure : la censure et le contrôle par les éditeurs du site littéraire, l'autocensure des écrivains, les dénonciations de lecteurs, ainsi que l’obligation légale pour les auteurs de communiquer leur nom réel.

21La cyberlittérature est un domaine en pleine évolution : d’un domaine de liberté, elle est devenue une activité commerciale, soumise aux règles du marché et aux exigences du gouvernement : plus elle prend de l’importance, moins elle est libre. La cyberlittérature est désormais un élément essentiel de la culture populaire, ainsi qu'un véritable phénomène de société.

Haut de page

Notes

1 Su Xiaofang 苏晓芳, Wangluo yu xinshiji wenxue 网络与新世纪文学 (Internet et la littérature de la nouvelle ère). Beijing : Zhongguo shehui kexue, 2011, 295 p.

2 Shangguan Yun 上官云, Kao xiezuo ye neng dang yiwan fuhao 靠写作也能当亿万富豪? (Peut-on devenir millionnaire en écrivant ?). [En ligne] Consultable à l’URL : http://news.xinhuanet.com/politics/2017-04/15/c_1120814320.htm

3 URL : http://toutiao.china.com/ylsy/gd4/13000221/20170317/30336783.html (lien inactif)

4 Tang Yunyun 唐云云,Tangjiasanshao 1.22yi niandu banshui shouru Rongdeng wangluo zuojiabang shoufu 唐家三少1.22亿年度版税收入 荣登网络作家榜首富 (Tangjia Sanshao ; l’écrivain aux 122 millions de droits d’auteurs. Le plus riche des auteurs chinois sur Internet). [En ligne] Consultable à l’URL : http://www.chinanews.com/cul/2017/04-13/8198271.shtml

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yimei Li, « La cyberlittérature chinoise », Impressions d’Extrême-Orient [En ligne], 8 | 2018, mis en ligne le 13 décembre 2018, consulté le 23 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/ideo/994

Haut de page

Auteur

Yimei Li

Doctorante en langue et littérature Chinoises à l’Université d’Aix-Marseille, membre de l’IrAsia, elle prépare une thèse intitulée « Les nouveaux médias et la littérature chinoise : déclin ou renouveau » sous la direction de Noël Dutrait. Elle est titulaire depuis 2014 d’un Master Recherche en Sinologie durant lequel ses travaux portaient sur la littérature de la génération née dans les années 1980 (80后文学).

Articles du même auteur

  • L’Homme fantôme [Texte intégral]
    Extrait de Bei danzuo gui de ren 被当作鬼的人 de Li Shasha 李傻傻
    Paru dans Impressions d’Extrême-Orient, 7 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Impressions d'Extrême-Orient sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo IrAsia – Institut de recherches asiatiques
  • Logo Aix-Marseille Université
  • OpenEdition Journals