Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2004SCHNEIDMÜLLER, Bernd, WEINFURTER,...

2004

SCHNEIDMÜLLER, Bernd, WEINFURTER, Stefan, Die deutschen Herrscher des Mittelalters. Historische Portraits von Heinrich I. bis Maximilian I. (919-1519)

Gilles Lecuppre
Bernd SCHNEIDMÜLLER, Stefan WEINFURTER (dir.), Die deutschen Herrscher des Mittelalters. Historische Portraits von Heinrich I. bis Maximilian I. (919-1519), München : Beck, 2003, 624 p., 34,90 €.
Haut de page

Texte intégral

1Plus ambitieux que quelques-uns de ses devanciers, le projet ici mené à bien livre les biographies de 41 rois, co-rois ou anti-rois germaniques, couvrant six siècles d’une histoire particulièrement tumultueuse. En 28 chapitres n’excédant jamais la trentaine de pages, les 16 auteurs se répartissent les grandes et les petites figures dans une construction qui laisse transparaître la variété des sources, des approches et des préoccupations des uns et des autres. Ainsi, on ne s’étonnera pas longtemps de voir G. ALTHOFF délaisser les Ottoniens, avec lesquels il entretient la familiarité qu’on lui connaît, au profit de la période représentée par Henri V et Lothaire III, qu’il passe avec brio au crible des rituels de pénitence.

2Les annexes comprennent 3 cartes et 7 généalogies fort utiles, mais parfois stylisées à l’excès (au point par exemple de faire disparaître Hartmann, le fils auquel Rodolphe de Habsbourg aurait aimé transmettre son titre). Le lecteur y trouvera aussi la liste des grandes collections de sources et des travaux d’ensemble, suivie d’un approfondissement individualisé de chaque chapitre, comprenant sources et bibliographie. L’équilibre entre les deux n’est pas toujours atteint : très à jour, la bibliographie est souvent plus satisfaisante – il est vrai que les chroniques sacrifiées sont souvent évoquées dans le texte principal.

3Le livre, contrairement à ce que peut laisser entendre son sous-titre, ne se confond pas avec une galerie de portraits. Il est symptomatique et un peu regrettable que les images et les descriptions physiques cèdent le pas à la cadence resserrée des événements à partir des malheurs échus à Henri IV. L’entreprise poursuivie n’est pas davantage une histoire des terres d’Empire : l’Italie n’apparaît qu’au rythme très irrégulier des expéditions vouées aux couronnements impériaux, aux dépositions de papes et aux tentatives de soumission des villes ; le royaume de Bourgogne, cadet des héritages et des soucis, ne surgit que de loin en loin ; le devenir de l’Allemagne elle-même s’efface parfois derrière les destinées de monarques aux intérêts périphériques, intermittents ou incongrus (notamment pendant la période toujours qualifiée avec maintes précautions oratoires d’Interrègne).

4Il s’agit en vérité d’une série de cas concrets illustrant l’édification d’un modèle original de royauté. Très vite, les données essentielles du problème sont fournies : le rôle primordial des grands, la tension entre élection et transmission héréditaire de la couronne, le tropisme italien nécessaire à l’affirmation de la vocation universelle de l’Empire, l’expansion vers l’Est par la guerre, la mission, la conversion et l’intégration des voisins au jeu complexe de la désignation d’un roi. L’unité de l’ouvrage repose sans doute dans la permanence de ce jeu, dans lequel les précédents et les opportunités ont tenu lieu de consignes plus ou moins reconnues et partagées, à défaut de règles claires édictées au mieux avec la promulgation de la Bulle d’Or. Le passage consacré par K. VAN EICKELS aux calculs et aux positionnements à la veille de la double élection de 1198 constitue à cet égard un modèle. Il faut reconnaître la modestie des auteurs qui, au cœur d’analyses très savamment élaborées, n’hésitent pas à admettre la part de hasard biologique ou généalogique qui a ou non permis la cohérence de longs règnes ou fait s’éteindre des dynasties dont l’emprise aurait pu enrayer la prépondérance de l’élection ou la marche au fédéralisme.

5Gilles LECUPPRE (Université de Paris X)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Lecuppre, « SCHNEIDMÜLLER, Bernd, WEINFURTER, Stefan, Die deutschen Herrscher des Mittelalters. Historische Portraits von Heinrich I. bis Maximilian I. (919-1519) », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 27 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.1002

Haut de page

Auteur

Gilles Lecuppre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search