Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2004ASCH, Ronald G., ARNDT, Johannes,...

2004

ASCH, Ronald G., ARNDT, Johannes, SCHNETTGER, Matthias, Die frühneuzeitliche Monarchie und ihr Erbe. Festschrift für Heinz Duchhardt zum 60. Geburtstag

Christophe Duhamelle
Ronald G. ASCH, Johannes ARNDT, Matthias SCHNETTGER (dir.), Die frühneuzeitliche Monarchie und ihr Erbe. Festschrift für Heinz Duchhardt zum 60. Geburtstag, Münster : Waxmann, 2003, 286 p., 39,80 €.
Haut de page

Texte intégral

1Être un historien reconnu présente un inconvénient : nul ne peut ignorer votre âge. Heinz Duchhardt a eu soixante ans et ses collègues et élèves lui ont fait l’hommage de ce volume reflètant les domaines de recherche du directeur de l’institut d’histoire européenne de Mayence (présentation dans BullMHFA, 39, 2003, p. 141-147). Auteur de synthèses remarquées sur l’histoire moderne allemande (voir BullMHFA, 19, 1989, p. 153 et 22, 1991, p. 221-222), il a également travaillé sur l’histoire de la diplomatie, de la paix et de la guerre (voir BullMHFA, 35, 1999, p. 281-282 et 36, 2000, p. 255-258) et a précocement contribué à la redécouverte historiographique du Saint-Empire moderne, sur les traces de K.-O. von Aretin, son prédécesseur à Mayence, suscitant une nouvelle génération de chercheurs (voir BullMHFA, 36, 2000, p. 253-254). À ces objets « classiques », H. Duchhardt voue une approche ouverte à tous les apports méthodiques, curieuse de coopération internationale, soucieuse d’exactitude et de nuance à la fois : exactitude dans le savoir et la prise en compte des procédures concrètes et des outillages mentaux ; nuance dans les définitions et à l’encontre des compartimentages – il a en particulier milité pour que l’histoire des territoires allemands, celle du Saint-Empire et celle des relations internationales soient appréhendées dans leur interaction réciproque, et non séparées l’une de l’autre comme le seraient le sens et le contresens de l’histoire.

2De tout cela, ce recueil porte témoignage avec une unité assez rare dans un volume d’hommages. Au jubilaire qui a co-dirigé un volume relativisant la notion d’absolutisme (voir BullMHFA, 35, 1999, p. 271-272) est offerte une série d’« entre-deux », de marginalia du pouvoir absolu, explorant ses limites, ses connexions, son système de représentation et de distinction à partir de ses périphéries, c’est-à-dire d’une société politique non réductible à quelques monarques vainqueurs. J. L. SCHIPMANN montre la mobilisation de tous les échelons de l’Empire autour d’une querelle brêmoise de 1555 à 1576, tandis que J. RATH analyse la réduction de l’autonomie revendiquée par les villes territoriales, après 1648, comme l’échec d’un modèle de civitas mixta. J. ARNDT offre une réflexion intéressante sur le type du « petit potentat » allemand au XVIIIe s., pas si éloigné du simple noble dont R. ASCH suit, dans toute l’Europe, l’adaptation au mouvement qui transforme la noblesse de consensus social en statut juridique. Autre figure de transition, la reine Anne d’Angleterre est présentée par J. METZDORF, tandis que A. V. HARTMANN détaille le déficit de légitimité auquel est confrontée une catégorie spécifique de souverains : les femmes. Les cérémonies et l’importance du rang font l’objet de plusieurs articles, parfois trop descriptifs : E. KLOOSTERHUIS sur les couronnements impériaux de Charles Quint et de Napoléon, A. STIGLIC sur la mise en scène de la paix de Nimègue, M. MORAWIEC sur les fêtes d’anniversaire des rois de Prusse à Breslau. M. SCHNETTGER offre une belle synthèse sur le rôle du rang et des liens vassaliques dans les relations internationales jusqu’en plein cœur du XVIIIe s. Est ainsi relativisée l’opposition trop tranchée entre l’ancien et le nouveau, ce que font également l’intéressant article de M. WREDE (sur l’image, au sens propre et au sens figuré, du roi Louis XVIII) et la contribution de B. POST sur le dernier grand-duc règnant (1901-1918) de Saxe-Weimar-Eisenach.

3Christophe DUHAMELLE (MHFA)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Duhamelle, « ASCH, Ronald G., ARNDT, Johannes, SCHNETTGER, Matthias, Die frühneuzeitliche Monarchie und ihr Erbe. Festschrift für Heinz Duchhardt zum 60. Geburtstag », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.1018

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search