Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2004BEHLE, Carsten, « Heil dem Bürger...

2004

BEHLE, Carsten, « Heil dem Bürger des kleinen Städtchens ». Studien zur sozialen Theorie der Idylle im 18. Jahrhundert

Guillaume Garner
Carsten BEHLE, « Heil dem Bürger des kleinen Städtchens ». Studien zur sozialen Theorie der Idylle im 18. Jahrhundert, Tübingen : Niemeyer (Frühe Neuzeit, 71), 2002, 413 p., 84 €.
Haut de page

Texte intégral

1Version abrégée d’une thèse de lettres soutenue en 2000, l’ouvrage de C.B. entend apporter une contribution à une meilleure compréhension des formes de sociabilité romantiques par une étude du statut du principe de sociabilité dans la production littéraire allemande du XVIIIe s., et plus précisément dans les écrits relevant du genre de l’idylle, du roman pastoral de la fin du XVIIe s. aux écrits de Goethe et Schiller.

2L’intérêt de cet ouvrage pour l’historien provient d’une approche qui entend resituer la littérature dans son contexte social, à la fois du point de vue de son statut, des acteurs sociaux impliqués dans la vie littéraire et de son contenu. C.B. recourt pour cela à la problématique et aux concepts de la sociologie de Niklas Luhmann. Ce dernier voit en effet à l’œuvre dans l’évolution des sociétés européennes du XVIIIe s. un processus de modernisation caractérisé par le passage d’une différenciation « stratificatoire » (celle de la société d’ordres) à une différenciation « fonctionnelle » (celle de la société de marché). À la fin du XVIIe s., le concept de sociabilité est complètement reformulé par le courant du droit naturel, notamment Pufendorf, selon lequel la poursuite par chaque individu de son bonheur doit être liée au principe de sociabilité pour éviter toute collusion des intérêts particuliers et collectif. Mais la sociabilité a dans ce courant du droit naturel une signification ambivalente puisqu’elle renvoie à la fois à une tendance ancrée dans les penchants de l’homme, correspondant à une « sympathie naturelle », et à une logique rationnelle, reposant sur la compréhension par l’homme de son propre intérêt.

3Or cette hypothèse d’une sociabilité comme sympathie naturelle est en recul dans le discours scientifique (et notamment juridique) du XVIIIe s., tandis qu’elle gagne en importance dans la littérature de cette époque, et en particulier dans les fictions idylliques. La production littéraire peut ainsi gagner en autonomie, même si ces deux modèles anthropologiques ne sont pas concurrents, leur coexistence résultant justement de la différenciation fonctionnelle croissante de la société allemande. Le discours littéraire idyllique propose ainsi et exalte un nouveau concept de communauté, fondé sur l’identité (et non plus sur la différence) de la nature et des intérêts des hommes. Cet idéal, qui correspond à ce que Luhmann appelle une « communication symétrique », est apparu, comme le montrent les écrits de Thomasius, dans le cadre de la société de cour « absolutiste » du XVIIe s. La question qui se pose au XVIIIe s. est donc celle de son adaptation à une société qui s’éloigne de plus en plus du modèle traditionnel de la Ständegesellschaft : c’est pourquoi cet idéal est formulé dans des espaces « extra-sociaux », ceux du cercle étroit des amis proches, relevant de l’intimité. Ce faisant, la sociabilité, qui est au départ une caractéristique anthropologique, est progressivement transformée en un idéal esthétique et moral : celui-ci est d’abord complémentaire des théories sociales du droit naturel, avant de s’ériger en concurrent de celles-ci, lorsqu’à la fin du XVIIIe s. la littérature revendique, avec Goethe et Schiller, un primat sur le discours scientifique dans l’élaboration d’une vision de l’homme et de la société.

4Guillaume GARNER (École Normale Supérieure

5Lettres et Sciences Humaines, Lyon)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Garner, « BEHLE, Carsten, « Heil dem Bürger des kleinen Städtchens ». Studien zur sozialen Theorie der Idylle im 18. Jahrhundert », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2004, consulté le 24 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1020 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.1020

Haut de page

Auteur

Guillaume Garner

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search