Skip to navigation – Site map

HomeReviewsDate of review2004CONZE, Eckart, WIENFORT, Monika, ...

2004

CONZE, Eckart, WIENFORT, Monika, Adel und Moderne. Deutschland im europäischen Vergleich im 19.-20. Jahrhundert

Thierry Jacob
Eckart CONZE, Monika WIENFORT (éd.), Adel und Moderne. Deutschland im europäischen Vergleich im 19.-20. Jahrhundert, Köln/ Weimar/ Wien : Böhlau, 2004, 354 p., 39,90 €.
Top of page

Full text

1À la lecture de cet ouvrage issu d’un colloque tenu à Bielefeld en 2002, on mesure le chemin parcouru en matière d’histoire de la noblesse. Ici plus question de Junker ou de Machtelite, mais bien de nobles, et si la rhétorique adaptation/ déclin/ maintien n’est pas absente, elle est dépassée au profit d’analyses d’histoire culturelle cherchant à définir ce qu’est la noblesse et sa place et perception dans la société des XIXe et XXe s. La notion d’Adligkeit (nobilité) récemment forgée revêt ici une place centrale et deux grandes questions se dégagent. Quelle image la noblesse a-t-elle d’elle-même, comment cette image évolue-t-elle et quelles représentations dictent à la noblesse ses agissements ? En quoi l’étude de la noblesse permet-elle de contribuer à une compréhension des sociétés modernes ? On le voit, il ne s’agit pas d’isoler la noblesse mais de la replacer au sein des grandes évolutions des XIXe et XXe s., même si ce sont ici les perspectives culturelles qui priment. L’élargissement des analyses au XXe s. ainsi que l’ouverture aux autres historiographies européennes confèrent enfin plus de profondeur à l’ensemble.

2Néanmoins, l’ouvrage manque d’unité et la diversité tant thématique que géographique des quinze contributions rassemblées ne facilite pas une vue d’ensemble. Certains articles se montrent cependant d’importance. Sur l’exemple des nobles toscans du Risorgimento, T. KROLL montre ainsi la tension entre appropriations d’éléments modernes et maintien de positions traditionnelles, ouverture sociale et conflits entre élites. M. MÜLLER décrit comment la noblesse polonaise a su se redéfinir comme une élite dans un pays partagé où la bureaucratie est hostile à la noblesse « nationale ». La redéfinition de la noblesse comme élite fait l’objet de deux articles pour la période nazie. S. MALINOWSKI et S. REICHARDT dévoilent la place insoupçonnée des nobles au sein des SA et l’expliquent comme une tentative de lutte contre le déclassement social, tandis que E. CONZE, à travers l’étude des projets SS d’une « nouvelle noblesse », expose combien « l’ancienne » demeure une référence, certes largement pervertie. D’autres contributions combinent de nouvelles approches historiographiques à l’histoire de la noblesse. En brossant le portrait d’une aristocrate mondaine, d’une Gutsfrau catholique et d’une « rebelle » protestante, M.W. s’intéresse ainsi non seulement à l’histoire des femmes nobles fortement délaissée mais explique aussi combien l’Adligkeit est faite certes de traits communs mais aussi épars en fonction des situations sociales. M. FUNCK s’intéresse à la masculinité nobiliaire, qu’il voit se « militariser » à partir de la fin de l’Empire, l’homme de cour et chevalier cédant de plus en plus la place au guerrier. A. LINKE s’attache à l’analyse de la sémiotique des comportements corporels des nobles et montre combien ces derniers s’effacent face à la culture écrite de l’ordre bourgeois. La très à la mode Erfahrungsgeschichte se voit aussi appliquée à l’histoire de la noblesse : E. FRIE décrit les réactions divergentes des frères von der Marwitz face aux bouleversements que connaît la Prusse du début du XIXe s. et K. URBACH étudie les attitudes des Standesherren sud-allemands lors de la Première Guerre mondiale.

3Cet ouvrage témoigne donc de la nouvelle vitalité de la recherche allemande en matière d’histoire de la noblesse, en même temps qu’il en livre une vision « normalisée », loin des schèmes du Sonderweg. Il reste néanmoins à espérer que les approches culturelles, si fructueuses et légitimes soient-elles, puissent se doubler d’approches sociales. Puisqu’il est ici question du rapport des nobles à la société moderne, la prise en compte de leur relation à la démocratisation, à l’urbanisation, au capitalisme ne serait pas vaine.

4Thierry JACOB (Université de Lyon II)

Top of page

References

Electronic reference

Thierry Jacob, « CONZE, Eckart, WIENFORT, Monika, Adel und Moderne. Deutschland im europäischen Vergleich im 19.-20. Jahrhundert », Revue de l'IFHA [Online], Date of review, Online since 01 January 2004, connection on 31 July 2021. URL : http://journals.openedition.org/ifha/1055 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.1055

Top of page

Copyright

©IFHA

Top of page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search