Navigation – Plan du site
2020

Franz Fuchs et Tobias Daniels (dir.), Venedig und der oberdeutsche Buchmarkt um 1500

Catherine Rideau-Kikuchi
Référence(s) :

Franz Fuchs et Tobias Daniels (dir.), Venedig und der oberdeutsche Buchmarkt um 1500, Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, 2017, 136 p., 49,80 €

Franz Fuchs et Tobias Daniels (dir.), Venedig und der oberdeutsche Buchmarkt um 1500, Wiesbaden : Harrassowitz Verlag, 2017, 136 p., 49,80 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge, période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Le numéro de 2017 du Pirckheimer-Jahrbuch est révélateur de la richesse actuelle des travaux autour de l’histoire du livre et de son commerce. Les textes rassemblés ici sont issus d’un colloque qui s’est tenu à Venise les 26 et 27 novembre 2015. Comme le rappelle la préface, l’actualité scientifique était propice à cette discussion entre spécialistes de thèmes et d’origine variés, avec la traduction de la monographie d’Angela Nuovo, The Book Trade in Renaissance Italy, parue en 2013, et l’achèvement de la thèse de doctorat de Bettina Pfotenhauer sur les relations entre Nuremberg et Venise en 2014. Les communications ont donné lieu à la publication de ce volume autour d’une thématique générale, Venise et le marché du livre en Allemagne du sud autour de 1500, abordée à partir d’approches différentes mais complémentaires.

2« À la recherche des livres perdus. Deutsche Gelehrte in Venedig, 1821-1913 » de Daniela Rando sert d’introduction aux travaux qui suivent, dans la mesure où l’article retrace l’histoire de la fascination des savants allemands pour Venise, et surtout pour ses archives et ses bibliothèques. L’autrice replace la tradition érudite allemande des Monumenta Germaniae Historica ou des Akademien der Wissenschaft de Vienne ou de Munich dans le contexte d’une attirance artistique, qui se manifeste notamment à travers les voyages littéraires du XIXe siècle. L’article retrace la généalogie des historiens et des études sur les sources présentes à Venise. Ces travaux, notamment ceux de Pertz Friedrich Thiesch sur la bibliothèque du cardinal Bessarion et de Henry Simonsfeld sur le Fondaco dei tedeschi, restent particulièrement utiles pour l’étude de l’imprimerie vénitienne et de ses liens avec le monde germanique.

3Les deux contributions suivantes doivent se lire ensemble car elles participent des mêmes directions scientifiques. Angela Nuovo dresse un panorama d’ensemble des premiers temps de l’imprimerie et de la mise en place de son système de privilège. Si celui-ci se développe à la fin du XVe siècle, les privilèges ne concernent qu’une petite partie des livres publiés (environ 14 % entre 1527 et 1600). Ils sont pourtant essentiels pour l’activité économique de l’imprimerie. L’article d’Erika Squassina, approfondit la question des privilèges du point de vue de l’auteur. Les auteurs à qui les autorités attribuent un privilège ont des profils variés, mais ont bien souvent un lien privilégié avec Venise, qu’ils soient citoyens ou participent activement à la vie politique, intellectuelle ou culturelle de la cité. Les privilèges protègent la nouveauté pour favoriser le développement tant économique que culturel de la Sérénissime. La figure de l’auteur se construit donc largement en lien avec une volonté politique, comme Michèle Clément l’a bien montré dans le cas des privilèges vénitiens. On signale ici qu’Angela Nuovo dirige actuellement le projet ERC « Early Modern Book Trade » auquel Erika Squassina participe ; ce projet a notamment permis la conception et la mise en ligne d’une base de données recensant tous les privilèges vénitiens entre 1469 et 1545 (emobooktrade.unimi.it/db/public/frontend).

4La contribution de Tobias Daniels apporte une lumière nouvelle sur les réseaux commerciaux de la principale compagnie d’imprimerie vénitienne avant 1480. Grâce à un important travail archivistique à partir de documents vénitiens, milanais et de différentes villes allemandes, ainsi qu’une compilation de la – très vaste ! – bibliographie existante, l’auteur est en mesure de dessiner de façon très précise les modalités de commerce entre la compagnie vénitienne et le marché allemand, ainsi que leur chronologie. Grâce à des documents inédits, l’auteur souligne le rôle fondamental de Peter Ugelheimer, de son épouse puis veuve Margarita, et surtout de son beau-frère Loy Jostenhöffer resté à Francfort.

5Cette approche archivistique est complétée de façon bienvenue par la contribution de Christoph Reske, qui utilise une méthodologie plus strictement liée à l’histoire du livre. Il retrace l’évolution des techniques d’impression musicale entre imprimeurs italiens et allemands, ce qui permet de relativiser la position souvent prédominante dans ces études d’Ottaviano Petrucci pour redonner leur place à d’autres imprimeurs qui ont inventé des solutions pour résoudre le problème posé par l’impression des portées et des notes.

6La dernière contribution de Bettina Pfotenhauer permet enfin de replacer l’implication des patriciens allemands dans le contexte de leurs contacts économiques approfondis avec Venise, en particulier dans le cas de Nuremberg. L’étude approfondie des correspondances de certains patriciens humanistes de la ville permet de rendre compte de la circulation des livres vénitiens vers la ville, et du rôle de Nuremberg comme plaque tournante du commerce du livre, notamment humaniste.

7À travers l’étude systématique des privilèges, l’analyse matérielle des livres, le croisement des sources de la pratique ou des correspondances, ces différentes contributions éclairent les premiers temps de l’imprimerie, et témoignent de l’importance des liens entre Venise et le monde germanique pour le développement de ces presses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Rideau-Kikuchi, « Franz Fuchs et Tobias Daniels (dir.), Venedig und der oberdeutsche Buchmarkt um 1500 », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 27 février 2020, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/ifha/10591

Haut de page

Auteur

Catherine Rideau-Kikuchi

Service public de l’enseignement et de la recherche

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals