Navigation – Plan du site

AccueilLibrairie / RecensionsDate de recension2020Philipp Osten, Das Tor zur Seele....

2020

Philipp Osten, Das Tor zur Seele. Schlaf, Somnambulismus und Hellsehen im frühen 19. Jahrhundert

Claire Gantet
Référence(s) :

Philipp Osten, Das Tor zur Seele. Schlaf, Somnambulismus und Hellsehen im frühen 19. Jahrhundert, Paderborn : Ferdinand Schöningh, 2015, 384 p., 43 €

Philipp Osten, Das Tor zur Seele. Schlaf, Somnambulismus und Hellsehen im frühen 19. Jahrhundert, Paderborn : Ferdinand Schöningh, 2015, 384 p., 43 €
Haut de page

Texte intégral

1Vers 1800 s’affirma avec le courant romantique une fascination pour la « face nocturne de l’âme », sondée en particulier par Friedrich Wilhelm Joseph Schelling. Loin d’être une seule source d’inspiration littéraire, elle plonge ses racines dans une nouvelle anthropologie et le succès du mesmérisme. Le médecin et historien de la médecine Philipp Osten se voue au nouvel intérêt porté au sommeil en Allemagne entre 1800 et 1840. Sa démarche est très intéressante. Il se centre en effet sur des conflits qui explicitent les enjeux en présence – anthropologiques, philosophiques, médicaux et politiques –, sans pour autant ici et là s’épargner quelques considérations téléologiques aboutissant à la psychanalyse. Son ouvrage se fonde sur une documentation avant tout wurtembergeoise.

2Le début de son ouvrage irrite quelque peu, puisqu’il s’abstient de définir précisément son propos. Lorsqu’il parle de somnambulisme, on ne sait d’abord pas s’il entend la pathologie naturelle, observée par des médecins dès le début du XVIIIe siècle au plus tard, la théorie du fluide universel de Franz Anton Mesmer, ou la pratique du somnambulisme magnétique développée par Armand-Marie-Jacques de Chastenet de Puységur qui revient à l’hypnose. De façon générale, les cas d’études évoqués par Philipp Osten sont bien traités, mais ils restent limités à une analyse allemande.

3Il étudie différents cas de somnambules – toujours des jeunes femmes – du Wurtemberg en étudiant les controverses scientifiques, théologiques et politiques qu’ils soulèvent à la cour ducale puis royale. Les affaires intéressent en effet directement le duc puis roi, qui impose le secret sur leur traitement. Katharina Kurz, une fille d’un serf âgée de 17 ans est ainsi transportée avec maintes précautions vers le lazaret de Stuttgart en 1815, où elle est détenue durant plusieurs mois pour procéder à son analyse. Le Wurtemberg est attentif à ces cas en raison des nombreux intellectuels issus du Séminaire luthérien de Tübingen (le Stift), parmi lesquels Hegel et Schelling, qui donne des cours privés à la cour du Wurtemberg, mais aussi de la prégnance du piétisme et des réactions contradictoires qu’il suscite : tandis que le roi est fasciné par des intellectuels piétistes, le ministère de l’Intérieur ne voit en ce mouvement qu’une déviance religieuse. Vingt ans plus tard, Franziska Kurz, une jeune fille catholique originaire du Jura souabe qui a laissé un diaire, déclenche des réactions et controverses similaires. Transportée en secret vers Stuttgart et placée sous strict contrôle policier jusqu’à ce que le roi libère ses mouvements, elle est magnétisée par un vicaire. Peut-être pour cette raison, l’affaire devient autant voire plus théologique que proprement médicale, les avis se partageant pour se demander si elle est possédée ou sainte. Après avoir été refusée dans divers orphelinats – dans la crainte qu’elle perturbe l’imagination des autres enfants et les rende fous –, elle finit par être acceptée comme domestique d’un professeur de lycée. P. Osten souligne à juste titre la fascination que ces figures suscitent et les enjeux liés à la situation du Wurtemberg, hissé en royaume à la faveur des guerres napoléoniennes tout en restant en quête de légitimité et d’unité territoriale.

4Le livre de P. Osten était assurément original et fort à sa parution en 2015, même s’il se perd parfois dans le détail. On regrette certes sa facture très allemande ; il ne connait pas les travaux de Nicole Edelman en particulier. Il parvient néanmoins à faire de riches études de cas et à articuler les grands débats et grands ouvrages (Schelling, Kluge et Hufeland en particulier) au contexte précis. Depuis sa parution, il reste un précieux guide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Gantet, « Philipp Osten, Das Tor zur Seele. Schlaf, Somnambulismus und Hellsehen im frühen 19. Jahrhundert », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 29 avril 2020, consulté le 16 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ifha/10706 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ifha.10706

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search